Navigation – Plan du site
La Fabrique du Local : climats, paysages et territoires

Santa María la Antigua del Darién : chronique d’une infortune locale

Louise Bénat-Tachot

Résumés

La fondation et l’abandon de Santa María la Antigua del Darién est une historie exemplaire a contrario de la construction du local par les Espagnols dans l’espace américain. On peut y voir de quelle façon les enjeux de la politique de la Couronne, les réalités géographiques et humaines américaines, les dynamiques personnelles et collectives des acteurs et enfin les premières formes déprédatrices de l’économie coloniale se conjuguent pour forger le destin funeste du premier établissement colonial du continent. Santa María la Antigua del Darién comme Nueva Cádiz dans l’île de Cubagua nous semblent être le creuset des forces, des dynamiques et des contradictions de l’histoire coloniale globale des premières décennies du XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Francisco LÓpez de GÓmara, Historia de las Indias (1552), Madrid : BAE, Atlas, 1942, cap. 45, « El (...)

1La construction ou la « fabrique » du local en Amérique passe nécessairement par une réflexion sur la ville qui pose le principe de la fondation comme empreinte de la colonisation et sanction de la conquête : « Nunca harán buen hecho los conquistadores que ante todas cosas no poblaren » dit Gomara1. Conquistar es poblar, car la marque de l’occupation ce n’est pas la conquête, ni même le baptême d’une baie, d’une côte ou d’une colline, (œuvre du descubridor ou du pilote) c’est le fait de poser les premières marques d’une occupation urbaine (faire acte de poblador). Plusieurs centaines de villes ont été ainsi créées, parfois ex nihilo, parfois sur les bases d’un établissement indigène dont on a souvent peine à retrouver les traces, parfois en s’ajustant à une ville préhispanique (Texcoco, Cuzco, Tenochtitlan…).

  • 2 Alain Musset, Ciudades nómadas del Nuevo Mundo, México: FCE, 2011.

2Il suffisait d’une trentaine de « vecinos » pour fonder une ville (entité juridique) : il y eut une réelle fluidité dans ce processus, comme le montre la quantité de cédulas qui dans les Archives des Indes donnent aux conquérants toute latitude pour des fondations « tous azimuts ». En tant qu’entité juridique, la ville était en quelque sorte « déplaçable ». Une junta engageait une série d’opérations qui se présentent toujours selon le même schéma : la traza (une opération spatiale) suivie de la création d’un municipio qui peut procéder à des élections. Rien qu’entre 1519 et 1543, 26 villes ont été fondées pour le seul Mexique !! Vers 1600, environ 500 villes sont enregistrées entre le Mexique et le Pérou et à la fin de la période coloniale on atteint le millier, pour citer Musset qui lui-même cite Oscar Mazín « la ciudad fue compañera del Imperio » del Imperio colonial devrait-on ajouter2.

  • 3 Selon Musset, les écrrits de López de Velasco et d’Antonio de Alcedo permettent de comptabiliser 16 (...)

3Alain Musset dans son ouvrage Ciudades nómadas del Nuevo Mundo, s’attache à démontrer que ces premiers établissements espagnols destinés à marquer juridiquement l’occupation territoriale de manière définitive, étaient en vérité d’une grande fragilité. Beaucoup ont à peine survécu à leur acte fondateur, d’autres n’ont pas résisté à l’épreuve de l’histoire géologique (déplacement de villes à la suite d’éruptions volcaniques, de tremblements de terre, de tsunamis sur la côte), ou encore parce que le milieu est malsain ou inadapté. Ainsi l’ensablement du port de Panamá obligea à sa délocalisation (traslado). D’autres fois, ce sont l’hostilité et les attaques indigènes qui furent une cause importante de déplacement de ville3 en Floride ou en Colombie ou encore les attaques de pirates (Nombre de Dios/Portobelo). Une délocalisation peut se faire dans un périmètre restreint et la ville conserve alors son nom ou bien être plus éloigné, il s’agit alors d’une refondation et l’ancien nom est abandonné. Musset a enregistré 162 cas de reconstructions de villes en trois siècles. Il est clair que ce phénomène est surtout observable lors des tous débuts de la conquête, lorsque les établissements urbains étaient de simples campements que les premiers habitants pouvaient abandonner plus facilement. Musset fait observer que dans le cas du Venezuela et de la Colombie presque la moitié des « poblaciones » fondées par les Espagnols furent déplacées à cause des attaques des indigènes, rebelles ou insoumis.

4Cette histoire des villes nomades (oxymore qui dit assez l’instabilité du processus) commence dès la première expédition de conquête : les Espagnols laissés à Haïti (la Hispaniola) par Colomb lors de son premier voyage, dans un fortin nommé Fuerte de la Natividad (quelques cabanes et une tour construites avec les restes de la caravelle Santa María qui s’était échouée), auront disparu au retour de ce dernier quelques mois plus tard : les Espagnols furent sans doute mis à morts par les indigènes, la ville ne sera pas reconstruite mais déplacée plus à l’est de la partie côtière de l’île (La Isabela). Le nomadisme prend ses premières marques.

5La fabrique du local américain a donc la fondation de villes comme chapitre essentiel, à tel point que cela a éclipsé les campagnes, réduites à une toile de fond pourvoyeuse en hommes et en ressources. On a une vision de la conquête et de la colonisation « romaine » en quelque sorte, forgée autour de la ville (polis) qui représente l’ancrage de la civilisation chrétienne occidentale (pouvoir et religion) qui coiffe et supplante le tissu urbain préhispanique ; elle souhaite dupliquer l’Espagne, avec des noms de villes qui opèrent comme un maillage gémellaire, Truxillo, Valladolid, Salamanca, Córdoba, Cartagena, ou encore avec le nom de saint et de saintes qui, soit est transplanté en Amérique, soit se mêle aux réalités américaines (sorte de mixité), San Juan de Teotihuacan, santa Fe de Bogotá. On enregistre 84 villes dont les noms sont des saints ou des saintes.

6Cette labilité, cette presse presque névrotique à fonder des villes, s’explique à la fois par la culture d’une Europe occidentale romanisée, par le désir de créer un point de relance pour d’ultérieures expéditions, par la nécessité d’un marquage territorial en tension avec d’autres nations européennes (Floride, Antilles, sur les côtes de Terre Ferme etc.). Français, Anglais, Portugais ne sont jamais loin : inscrire dans les faits le traité de Tordesillas passe par cette implantation humaine qui constitua un défi face au gigantisme des espaces parcourus. Dans un premier temps, le local « urbain » est donc en même temps global, il exprime la loi commune, les formes du pouvoir commun, le lien spatial dupliqué avec la péninsule à commencer par le toponyme, il ne cherche pas à intégrer l’histoire interne du continent, la lente sédimentation des occupations humaines, dialoguant avec la géographie, la géologie, les métissages des cultures qui se sont succédées, les conflits qui les ont reconstruites. Le local américain colonial est allogène : sa racine – dans un premier temps – est hétérotopique, il transporte avec lui l’idée d’un autre local, celui de la métropole, celui des mémoires individuelles ou collectives, Medellín, pour les uns, Cartagena pour d’autres, l’image de tracés côtiers, – la forme d’une baie – d’un saint protecteur local (associé à une victoire). Sorte de patria chica ambulante, le local américain semble être d’abord le fruit d’une délocalisation ou encore d’une relocalisation. C’est avec le temps que toutes les données endogènes (géographiques, géologiques, humaines climatiques) vont travailler au maintien et à la transformation de ce néolocal ou au contraire à sa disparition. Dans le même temps, pourtant, ce néolocal est aussi déjà américain : ceux qui sont partis, finissent par s’installer, faire souche, s’enraciner, et donc s’américaniser : ce local est donc double, il dit l’Espagne et s’en éloigne car la terre américaine c’est le champ du possible selon la formule de Pindare « N’aspire pas, ô mon âme, à la vie éternelle, mais épuise le champ du possible », l’espace de la projection économique et sociale de soi dans le lointain américain.

  • 4 Musset étudie le cas de Viejo León au Nicaragua, fondé par Francisco Hernández de Córdoba en 1524, (...)

7La fragilité de ce phénomène de fondation urbaine est particulièrement observable dans la région de Tierra Firme et dans l’isthme centroaméricain4. Le cas que je vais étudier, la fondation puis la désertification de Santa María la Antigua del Darién n’entre pas dans les exemples étudiés par Alain Musset mais me semble exemplaire de ce que furent les premières dynamiques humaines, économiques et politiques de la conquête. Ce « local » exhibe tous les paramètres qui ont joué non seulement dans la conquête de la Terre Ferme mais dans l’ensemble des conquêtes, comme si dans ce micro espace se trouvaient exacerbées, condensées toutes les grandes thématiques historiques et politiques de 60 années de conquête et d’installation sur le territoire américain. Santa María la Antigua del Darién c’est l’histoire de l’échec didactique d’un local mortifère.

  • 5 Louise BÉNAT-TACHOT, « L’île de Cubagua : réflexions sur les mécanismes et les enjeux de la société (...)
  • 6 Les Espagnols fondèrent la ville de Nueva Cádiz en dépit de l’extrême stérilité de l’île et de son (...)
  • 7 La cédule royale de Carlos I datant du 10 de juillet 1515 déclarait : « […] señalo e doy que tenga (...)

8Ce n’est pas le seul cas d’une ville improbable qui disparaît et dont la longévité n’excède pas une dizaine d’années. J’ai étudié ailleurs la courte histoire de Cubagua qui associa le mirage des perles au cataclysme des hommes ; analyser cette histoire revenait aussi à tracer une sorte de radiographie de l’expérience coloniale caribéenne entre 1498 et 15435. Tout comme Santa María la Antigua del Darién, l’histoire de Nueva Cádiz (ville fondée sur l’île de Cubagua) est un cas à la fois singulier et paradigmatique, exceptionnel et illustratif des mécanismes de l’exploitation coloniale dans l’ensemble du monde caribéen pour l’une, de l’espace centraméricain pour l’autre. Les deux villes sont exemplaires de la vigueur de l’implantation des Espagnols, de la férocité de l’exploitation des indigènes et des richesses naturelles (les perles)6. Tout comme Nueva Cádiz, Santa María la Antigua est fondée dans une région hostile et pestilentielle sur le plan climatique ; elle obtint son titre de cité7 le 10 juillet 1515. Elle fut pourtant un pôle d’attraction pour l’or qu’on y trouva dans le río Chocó. De 1519 à 1524, elle se vida progressivement de ses habitants. Si les pirates achevèrent la destruction de Nueva Cádiz, la forêt dévora Santa María la Antigua dont on recherche les vestiges encore aujourd’hui. Ces deux villes eurent la fragilité des villes nouvelles, sans âme, sans racines, nées d’une opportunité économique violente (l’exploitation perlière et aurifère, exploitation ou la chasse aux indigènes).

9En dépit de ces similitudes schématiques, Santa María présente de sérieuses différences. Si elle n’est pas au cœur de réseaux marchands qui s’adonnent au trafic et à la contrebande de perles, cette « ciudad » née d’un mirage aurifère, implantée dans la région dite Castilla de Oro, va exhiber des enjeux politiques et géopolitiques autrement plus complexes. Il ne s’agit pas ici d’en faire l’historique mais plutôt d’analyser en quoi ce « local » espagnol, colonial, est un observatoire pour comprendre les mécanismes de la conquête sur le plan socio-politique et économique et surtout comment l’histoire de Santa María la Antigua est résolument inscrite dans un espace global.

Des débuts difficiles

  • 8 Sur la Vierge de Séville, cf. José Medianero Hernández, Nuestra señora de la Antigua. La virgen « d (...)
  • 9 Les mésaventures de ces différentes expéditions vers le golfe du Darién sont abondamment relatées p (...)
  • 10 Pour l’historique détaillé de cette ville voir Carmen Mena GarcÍa, El oro del Darién, entradas y ca (...)

10La ville fut créée « en catastrophe » dans une région apparemment plus adaptée que les autres zones de Terre Ferme que les Espagnols parcouraient sans réussir à s’implanter (depuis Santa Marta, le Cenú et la rive orientale du golfe d’Urabá). Une fois vaincus les indigènes de Cemaco, les Espagnols s’installèrent sur la côte occidentale du golfe, non sans avoir dédié leur victoire à la Vierge de Séville8, ayant ainsi un accès plus facile au ravitaillement. La colonie avait été fondée en 1510, alors que les Espagnols, en proie à l’errance et au désespoir, fuyaient les autres régions orientales où les affrontements avec les indigènes leur étaient défavorables. Selon plusieurs versions9, c’est Balboa, turbulent passager clandestin, qui affirma que la côte occidentale du golfe était plus accueillante ; en effet le cacique Cemaco qui voulut s’opposer au débarquement des intrus fut rapidement vaincu et les Espagnols trouvèrent d’abondantes provisions et découvrirent dans les bohíos des indiens des objets d’or (boucles d’oreilles, plaques pectorales…). La petite colonie ne jaillit pas ex nihilo mais sur l’emplacement probable des habitations désertées par les indigènes, liée à la nécessité de trouver des aliments10.

  • 11 Selon les calculs des historiens comme García Casares, chaque chefferie devait compter entre 400 et (...)

11De nombreuses chefferies se partageaient le territoire ; Oviedo est une source très précise, lui qui vécut 10 ans dans la région et exerça à Santa María la Antigua la fonction de lieutenant du gouverneur. Il consacra de nombreuses pages à la description des cultures de Cueva, Coiba et Paris etc., ces groupes étaient de filiation chibcha et caribo-amazonienne ; c’étaient des groupes beaucoup moins belliqueux que ceux du versant oriental du golfe, qui eux utilisaient le curare et avaient tué bon nombre d’Espagnols. Selon Oviedo, dans l’isthme vivaient environ 2 millions d’indiens avant l’arrivée des Espagnols, chiffre qui est revu à la baisse par les chercheurs contemporains. Cependant on peut accepter que la population amérindienne des Cuevas (qui constituaient la majorité) fut la plus importante. Les chefferies les plus importantes ont dû se trouver dans le golfe d’Urabá et ont été probablement soumises à la encomienda à partir de 1515 ainsi que, plus au nord, la chefferie de Ponquiaco dans la province de Comogre qui selon Oviedo comptait plus de 10 000 personnes11.

12De sérieux inconvénients apparurent très vite. La petite colonie était éloignée de la côte atlantique de plus de 10 kilomètres par un chemin en pleine forêt peu praticable, cependant le Darién semblait une région propice pour engager l’exploration vers le sud et l’ouest, en particulier par le río Atrato (dit aussi San Juan), sorte de voie de pénétration vers l’intérieur sur plusieurs centaines de kilomètres ; à l’ouest les collines ne semblaient pas trop élevées. Disons-le, la perspective attractive d’une main d’œuvre et surtout le ratissage de l’or furent plus forts et déterminants que la pluviosité de la zone, les nombreux marécages et les mangroves accompagnées des miasmes tropicaux. Pedro Mártir en fait une description précise :

  • 12 Pedro MártIR, Décadas del Nuevo Mundo, Madrid : Polifemo, 1992, Déc. II, cap. 1, p. 105.

« Cantando pues con doble gozo ya por ver grandes muestras de oro ya porque la suerte les ofrecía tierra amena y fértil hicieron venir a los compañeros dejados en la parte oriental del golfo de Urabá » mais il ajoute, « Algunos sin embargo aseguran que allí el aire es malsano porque la parte aquella se encuentra en lo más bajo del valle y rodeado de montes y pantanos»12.

  • 13 Ibid., p. 136.

13Plus loin, il parlera d’une région « enfermiza y pestífera más perniciosa que el clima de Cerdaña », « todos se ponen pálidos como los que tienen ictericia »13. Cette vision négative est aussi relevée par Balboa qui parle des « anegadizos del río grande de san Juan […] es tierra muy desaprovechada y muy fragosa de muy grandes arboledas y muchas sierras [...] toda tierra anegada ». Le licenciado Zuazo ira dans le même sens : « salen gruesos vapores y muy enfermos ». Cette région qu’on baptisa Castilla de Oro était donc en même temps une « tierra inhóspita ».

  • 14 C. de Mena GARCÍA, op. cit., p. 59.
  • 15 Kathleen Romoli,Vasco Nuñez de Balboa, p. 116 in : C. Mena GARCÍA, op. cit., p. 154.

14D’autres villes comme Panamá, Nombre de Dios auront une sale réputation de « sepulcro de españoles » : un ensemble de pathologies tropicales comme la fièvre jaune, le paludisme (moustique anophèle) et le fameux vómito negro de la dysenterie affectaient la zone. Le roi en fut ému lorsqu’il répondit en 1515 à Pedrarias «  de las enfermedades e muertes e trabajos que allá ha habido me ha desplacido mucho » et il donnait à son gouverneur l’ordre d’accéder à toutes les demandes de retour émanant des premiers habitants de Santa María la Antigua « que ninguno sea detenido contra su voluntad »14. Ceux qui avaient résidé à Saint Domingue auparavant étaient mieux préparés et aguerris pour aborder ces obstacles climatiques ; quelques centaines de vétérans venus des Caraïbes constituèrent le premier noyau de peuplement espagnol. Les débuts de la communauté furent difficiles pour ces 300 Espagnols : ce qui dans un premier temps est le plus recherché ce sont les aliments, Balboa écrit au roi : « hasta aquí hemos tenido en más las cosas de comer que el oro porque teníamos más oro que salud, que muchas veces fue en muchas partes que holgara más de hallar una cesta de maíz que otra de oro »15. Cependant, comme dans les îles auparavant, ces Espagnols s’adaptèrent, prirent pour base de leur alimentation la trilogie yuca-aje-maïs, (obligeant les femmes indigènes à les cultiver et à les cuisiner) et ils burent la chicha. Oviedo fait une description détaillée de la diète des indiens à base tubercules, de légumes et de fruits ; la pêche et la chasse ainsi que les coquillages que ramassaient les indiens complétaient l’alimentation. De gré ou de force les Espagnols devaient s’américaniser vite pour survivre.

La ruée vers l’or

  • 16 Bartolomé de LasCasas, Obras completas, Historia de las Indias, Madrid : Alianza Editorial, 1994, t (...)
  • 17 B. de Las Casas, op. cit., t. 5, p. 1983.

15C’est un contingent d’Espagnols d’Espagne qui débarqua en l’été 1514 avec à sa tête le gouverneur Pedrarias Dávila, lequel pensa dès 1514 à transférer la ville plus près de la côte et sollicita l’accord de la couronne : « me parece bien hallar algún buen asiento sano en que haya puerto », lui qui fut malade dès son arrivée… Ce projet précoce d’abandon n’était pas partagé par tous et Oviedo sera un ardent défenseur de la ville. En effet, si la région présente de sérieux obstacles, elle offre d’abord les espoirs d’une colonisation heureuse : ce qui provoqua l’élan colonisateur ne furent ni les fruits, ni le maïs, mais la rumeur qui circula et s’amplifia en Espagne que la région était riche en or, et même nous dit Las Casas « que se habían con redes de pescar16 ». Las Casas évoque avec un style vigoureux comment le Darién provoqua une véritable ruée vers l’or de centaines d’Espagnols. Il rappelle qu’en 1514, le grand capitaine Gonzalo Fernández de Córdoba avait préparé une coûteuse expédition pour aller en Italie défendre le royaume de Naples, objet des prétentions du roi de France. Mais au dernier moment le roi Ferdinand décida d’annuler la campagne : tout un contingent de soldats et de nobles se retrouva en partie ruinée : « la mucha nobleza muy gastada y burlada y aún perdida en mucha parte17». Au même moment on annonçait le départ de l’expédition de Pedrarias vers le Darién, « y las nuevas de sus riquezas que se habían con redes de pescar- por toda España volaban ocurrió toda o la más caballería que dixe perdida o gastada a ofrecerse a Pedrarias para le acompañar ».

16C’est ainsi que tournant le dos à l’Europe et à l’Italie, 2000 hommes s’embarquèrent pour la Castille d’Or. Les Espagnols étaient désireux de s’emparer des richesses locales qui étaient à la fois de l’or brut et des perles dont les caciques (celui de Comogre en particulier) faisaient le commerce avec la région côtière du Pacifique. Les objets en or (en relation avec les Chibchas de Colombie) étaient tout particulièrement appréciés des Indiens du golfe d’Urabá qui dans la période préhispanique était une plateforme d’échanges culturels et commerciaux à longue distance. Au début du XVIe siècle, dans la région de l’isthme panaméen, on pratiquait des techniques d’orfèvrerie remarquables : les artisans du Darién, de Veragua et de Comogre connaissaient la technique du martelage et du bain d’acide pour une « mise en couleur ».

17Entre 1510-1513, soit presque 4 ans avant l’arrivée du contingent d’Espagne, Santa María la Antigua del Darién, région où les fièvres étaient plus terribles pour les Espagnols que les flèches, était devenue un point névralgique en Amérique. Nuñez de Balboa et ses hommes avaient exploré l’isthme, cherchant – avec un relatif succès – à obtenir la collaboration des Indiens.

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 1981.
  • 20 Ibid., p. 2011.

18La fameuse expédition vers la mer du sud en 1513 fut le produit de cette collaboration avec le cacique Ponquiaco – un des plus importants de la zone – et son succès (largement reconstruit voire théâtralisé dans les chroniques) permit de resserrer la communauté espagnole autour des objectifs de la conquête : l’or, la renommée et les récompenses… Ces quelques dizaines d’Espagnols reviendront du Pacifique avec un butin de 2000 pesos d’or, des perles, 800 esclaves, des tissus, des hamacs. Ce furent les deux procuradores envoyés par les habitants de Santa María (Juan de Caicedo et Rodrigo de Colmenares) qui, une fois à Séville, propagèrent cette vison enchanteresse au point que « cundiera la fama de que se pescaba el oro en Tierra Firme con redes y para ir a pescado casi toda Castilla se movió18 ». Fin 1514, ce furent près de deux mille Espagnols qui déferlèrent sur la pauvre communauté de Santa María avec à leur tête le gouverneur Pedrarias, de noble naissance appelé par Las Casas « Furor domini » ou« llama de fuego »19. Ils vont évidemment faire basculer la fragile communauté dans un état d’inflation et de crise alimentaire inouïe. Des scènes macabres sont décrites par Las Casas : les Espagnols nouveaux venus meurent et tombent comme des mouches, de faim et de fièvres, ils sont si nombreux à périr dans leurs beaux pourpoints de soie et de velours qu’on entasse les cadavres sans les enterrer…, « nunca parece que se vido cosa igual : que personas vestidas de ropas ricas de seda u aun parte de brocado, que valían muchos dineros, se cayesen a cada paso muertas de pura hambre »20.

19En vérité c’est cette brutale rupture dans le processus de construction de la ville qui signa à terme sa perte. Si Balboa et ses faibles effectifs, avait dû apprendre à négocier avec les chefs des communautés indigènes, jouant des uns contre les autres, multipliant alliances, entre collaboration, duplicité et affrontement, avec Pedrarias, le système des razzias (entradas) fut généralisé. Il fallait trouver des exutoires à tous ces soldats et capitaines venus à la fois pour en découdre et s’enrichir à un rythme accéléré. C’est ce qu’Oviedo appellera la « infernal universidad » de Pedrarias. Le pillage et la déprédation à un rythme accéléré (or, perles, esclaves) d’une ville « enclavée » trop éloignée des côtes, et donc du trafic maritime, générèrent l’hostilité généralisée, un état de guerre permanent chez les indigènes et un processus de désertification et d’abandon. Les populations indigènes furent soit réduites en esclavage, soit décimées, soit en état de guerre. Exsangue, le site de Santa María ne se définissait plus que par ses caractéristiques insalubres, de terre funeste et surtout par son éloignement des routes de circulations caribéennes essentiellement organisées à partir des côtes et de l’axe transocéanique.

  • 21 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 3, p. 318.

20La nécessité d’avoir un réseau commercial sous la forme de liens maritimes pour surmonter une crise démographique et politique fut un facteur essentiel. D’autres villes fondées dans la région par les Espagnols eurent à affronter des conditions d’insalubrité similaires mais elles étaient moins enclavées. Nata de los Caballeros fondée par Gonzalo de Badajoz un capitaine de Pedrarias sur l’emplacement d’une très riche communauté indigène survécut, tout comme Acla, Nombre de Dios et même Panamá, pourtant toutes critiquées comme ayant « mal asiento » pour Panamá, « peor disposición » pour Nombre de Dios, « puerto no muy bueno » pour Acla21 … Les établissements chrétiens de la zone furent, de ce point de vue, fragiles et instables, et leur espérance de vie fut variable : Acla disparut très vite, rayée de la carte en 1532 ; Nombre de Dios était une ville alternative, fondée sur des marécages, complètement insalubre, elle ne se peuplait que pour la feria de la carrera de Indias ; elle disparut fin XVIe remplacée par Portobelo qui à son tour sera pillée par Drake en 1572… En revanche Panamá résista… Le cas de l’éphémère Santa María présente donc une singularité car elle fut désertée brutalement. Il s’est donc joué quelque chose de plus que le site naturel et l’éloignement des cotes caribéennes…

Deux profils, deux visions, deux destins

  • 22 William Ospina, Ursúa, Bogotá : Alfaguara, S. A., 2005, p. 85.

21Le couple Balboa/Pedrarias cristallisa une série d’affrontements et de contradictions qui sont d’une certaine façon fondateurs de l’histoire coloniale. L’arrivée de Pedrarias le 30 juin 1514 dans la première ville fondée sur le continent sud-américain constitua une expédition sans précédent dans la jeune histoire de l’expansion espagnole. Il y avait à bord tout ce qu’il fallait pour hispaniser, castillaniser le golfe d’Urabá et sa forêt impénétrable. Des autorités civiles (le gouverneur et toute une série de fonctionnaires royaux), le clergé (de l’évêque Juan de Quicedo ou Quevedo au sacristain), des familles de la noblesse et leur cortège d’esclaves africains, des artisans, des soldats et des femmes puisque même la Bobadilla avait tenu à accompagner son époux, el gran justador. Il y avait aussi tous les éléments matériels pour une économie coloniale naissante : poules, vaches, plantes, semences, outils, matériels de construction, « El Arca de Noé del Mundo Nuevo » dira le romancier William Ospina22. Les attributs de l’hispanité chrétienne comme la cloche, un petit orgue portable, des calices d’argent et de vêtements liturgiques ne manquaient pas pour honorer la Vierge de la Antigua dont le culte et la protection s’étaient transportés de Sevilla à Urabá.

  • 23 Oviedo écrit : « saltó Pedrarias en Tierra, e entró en la cibdad de Sancta María del Antigua del Da (...)
  • 24 B. de Las Casas, op. cit., t. 5 p. 2008.

22Une expédition semblable avait été organisée pour le 2e voyage de Colomb avec succès ; elle avait permis d’engager le processus de colonisation, confirmé en 1502 par l’expédition d’Ovando23. On peut imaginer, grâce à las Casas, la théâtralité de la rencontre entre ce groupe de plus de 1500 hommes et femmes, portant des étendards (pendones) aux blasons de pourpre et d’or, aux croix resplendissantes, avec des chevaux aussi richement drapés, les musiques, et les provisions largement distribuées (lard, pain, vin) et les 400 ou 500 soldats, en chemises et jambes nues qui vivent depuis quatre ans dans la forêt tropicale pluvieuse. Las Casas décrit la surprise du serviteur de Pedrarias qui cherche Balboa pour lui annoncer la venue de son supérieur, le nouveau Gouverneur, lorsqu’il découvre un homme qui « ayudando a los que tenía por esclavos que le hacían y cubrían de paja una casa, vestido de una camisa de algodón, calzado de unos alpargates los pies y en las piernas unos zaragüeles24 ». L’homme fut épouvanté de découvrir là « quien de tantas hazañas y riquezas se decían en Castilla, creyendo que lo había de hallar en algún trono de majestad puesto ». Ces vétérans, aguerris, « curtidos » comme dit Las Casas sont aux antipodes de ces nouveaux venus.

23Les plaintes et les rivalités d’une rare violence qui s’étaient nouées dans le Darién et le Veragua avaient provoqué la nomination par la couronne de ce noble (qui avait fait ses preuves dans la guerre contre le Moro en Afrique), sur qui on comptait pour éliminer les discordes et fonder les bases de l’ordre colonial sous l’autorité de la couronne et de ses représentants, tout comme Ovando avait su liquider en Haïti les guerres de factions et fortifier l’établissement de l’économie et de la société coloniales. Il est inutile de revenir sur l’historique de l’antagonisme entre Balboa et Pedrarias qui finira par l’exécution du premier par le deuxième. Je voudrais plutôt souligner qu’on est en présence de deux modèles antagoniques de conquête et de colonisation qui sont aussi deux profils sociaux, et de deux conceptions du pouvoir différentes. L’un éliminera l’autre, et on peut y voir une sorte d’avant-première de conflits postérieurs lors de la conquête du Mexique et des grandes guerres civiles du Pérou.

24Balboa a accumulé des victoires sur le terrain qui ont contribué à maintenir la communauté espagnole, à établir son ascendant et à lui donner une forme de légitimité dont il manquait cruellement. Ce jeune estrémègne qui pour échapper à une dette à saint Domingue, se serait caché dans un des bateaux d’Enciso, fait figure de fondateur car c’est lui qui donne l’idée de traverser le golfe pour aller s’établir sur la rive occidentale plus accueillante. Une fois les Espagnols installés, Balboa prend le contrôle de la situation et se fait acclamer (élire) alcalde par les hommes de la troupe, expulsant de la jeune colonie celui qui représentait l’autorité en titre, le bachiller Enciso porteur des capitulaciones (partagées avec Nicuesa sur les deux rives du golfe d’Urabá). Quelques mois plus tard, arrivent à Santa María les rescapés du Veragua sous le commandement de Nicuesa, lequel est lui aussi porteur de d’un titre de commandement. Balboa répète l’opération et expulse Nicuesa, cette fois-ci à la manière d’une condamnation à mort dans une embarcation pourrie par la vermine et sans provision.

  • 25 Même l’homo novus à Rome, qui crée sa place par le cursus honorum peut s’intégrer finalement dans l (...)

25Balboa a donc construit son pouvoir en étant porté par ses hommes : comme Marius, il est un homo novus aux origines obscures qui ne fait pas partie de la nobilitas/aristocratie. Ce qui se profile derrière la figure de Balboa c’est une forme de méritocratie, façon de promouvoir le gouvernement des individus dans la société en fonction de leur mérite démontré par les épreuves, l’intelligence, les aptitudes morales et militaires25 (le cursus honorum) plus que par la naissance (il est un simple hidalgo). Au fond, avec Balboa c’est un mode de conquête inspiré d’un système pour partie médiéval (l’action est fondée sur le lien personnel et sur un fort degré d’autonomie). Par ailleurs on assiste à une forme d’acculturation des Espagnols au monde indigène. L’économie de Santa María pendant les quatre années qui précèdent l’arrivée de Pedrarias est essentiellement fondée sur le troc, dans le droit fil des pratiques indigènes. L’objectif est de pacifier les relations par un jeu de collaborations et d’affrontements pour obtenir des tributs – produits alimentaires, or et esclaves – pour prix de leur soutien logistique, en tirant un habile parti des tensions géopolitiques locales. Cette stratégie va jusqu’à inclure les complicités féminines : Balboa est averti d’une embuscade préparée par les indigènes par une de ses amantes indiennes.

26Malgré les redoutables obstacles naturels, Balboa et ses hommes ont réussi à survivre, à explorer et à monter cette expédition transisthmique, grâce aux appuis humains et aux guides indigènes ; cela lui a valu de ne pas être sanctionné par la couronne et d’obtenir du roi le titre d’adelantado del mar del sur. C’est bien la découverte de la mer du sud qui a provoqué un tournant crucial dans l’histoire locale et son inscription dans l’histoire globale.

27Face à ce long apprentissage local, fait d’adaptation, de conflits, de diplomatie incertaine, depuis l’Espagne, le roi Ferdinand (conseillé par le redoutable Fonseca et son homme de main Conchillos et sensible à la campagne accusatrice de Enciso et des procuradores hostiles à Balboa) ordonne une flotte exceptionnelle en direction de Castilla de Oro. Il ne s’agit pas de s’introduire dans le tissu indigène et dans cette nature nouvelle mais au contraire de la façonner, de modeler l’espace et le temps au cœur de la forêt. Comme le souligne Gregorio Saldarriaga, la Santa María de la Antigua planifiée depuis la Castille est « una urbs sin civitas », bref le dessein d’une ville privée d’histoire civile pensée à partir d’une tabula rasa, aux antipodes (effectivement la tête en bas).

  • 26 B. de las casas, op. cit., p. 1982.
  • 27 Ibid., cap. 54, 55, 56.

28Pedrarias qui a déjà plus de soixante ans – soutenu par Fonseca évêque de Burgos, pour ses exploits en Afrique du Nord et « criado en casa real desde su niñez »26 n’arrive pas seulement avec des hommes et des biens, il est aussi porteur de nouvelles instructions (le requerimiento et une série d’instrucciones sur la façon de fonder une ville et de traiter les indiens, conséquence de l’échec cuisant de la Hispaniola) ; la lecture que donnent Las Casas et Oviedo de ces textes fondateurs est édifiante : ils illustrent les contradictions de la politique royale. D’un côté il est stipulé qu’il faut « atraer con buenas obras a que los indios estén con los cristianos en amor y amistad », « no consentir que se les quebrante ninguna cosa que les fuere prometida », « no consentir que se les hagan algún mal ni daño » : bref il fallait à tout prix gagner leur confiance et leur amitié27. Il fallait ne jamais engager les hostilités les premiers ; enfin il fallait absolument ne jamais violenter ou s’emparer des femmes par le rapt (raison du soulèvement des indiens de la Hispaniola).

29Mais, dans le même temps, il fallait réduire les populations indigènes par la lecture du requerimiento, avec un interprète et en expliquer longuement les termes ; les indiens encomendados devaient être très bien traités au point de préférer leur sort « en compañía de los cristianos » ; il fallait aussi qu’une fois réduits les indiens, versent un tribut  « se sacara dellos el servicio y provecho que se debe sacar […] que cada uno de tantos pesos de oro cada mes o cada luna comme ellos lo cuentan, y que dando estos, seran seguros que no se les hara mal ni daño ».

30Le choc entre les deux hommes (et les deux modèles) est immédiat, l’un va délégitimer l’autre et leurs deux pratiques d’insertion dans le milieu vont s’opposer : là où Balboa avançait comme on l’a dit par tout un jeu d’alliances et de violences conjuguées, Pedrarias va promouvoir un ensemble de « cabalgatas » ou « entradas » avec une pratique systématique de terreur, de rapine, à la recherche d’or et de perles, d’esclaves « grandes y chicos » comme le dit Oviedo. Les nouveaux venus sont désireux de s’enrichir en partie pour payer les dettes qu’ils ont contractées avant de partir mais il fallait aussi décongestionner la ville de Santa María devenue un mouroir. Le système d’alliances mis en place par Balboa vole en éclat, désarticulé, en faveur d’un système de razzias, de lectures bâclées de requerimientos qui allaient définir une autre relation avec les indigènes et surtout une autre lecture des espaces conquis et à conquérir. Il fallait dorénavant exercer un contrôle sur les terres et les nouveaux sujets de la couronne pour éviter la création d’un royaume néo féodal ; la question des indiens officiellement tributaires devenait donc essentielle. Le texte d’Oviedo qui fut veedor de las fundiciones del rey  est très instructif sur la difficulté mais en même temps la mise en place du système. Rappelons que dans ces mêmes années en Espagne apparaissaient les premières institutions qui vont fonder le système colonial : la Casa de la Contratación de las Indias (1503) et la Junta de Indias (1516) qui deviendra quelques années plus tard le Conseil des Indes. La couronne devait se doter d’un système administratif et bureaucratique centralisé pour appliquer non seulement le monopole mais aussi contrôler les territoires et les nouveaux sujets.

31Très vite, on l’a dit, Pedrarias pose la question de la viabilité de la ville. Les fièvres, la difficulté à se nourrir, la disparition de la main d’œuvre ou la radicale hostilité des groupes indigènes se conjuguent à l’effet des informations venues de la façade pacifique (outre les perles du golfe de San Miguel, les informations sur de nouvelles régions, car dès 1522 Gil González d’Ávila opère la découverte du Nicaragua, sans compter les premières informations sur le lointain Pérou). L’élimination de Balboa, la nécessité d’éteindre par des méthodes radicales cet « incendio de calamidades » dont parle Pierre Martyr et enfin la décadence en quelques années de Santa María ont transformé le monde colonial autant que le modèle colonial.

  • 28 Girolamo BENZONI, La historia del nuevo mundo, Madrid : Alianza editorial, 1989, p. 187. L’ouvrage (...)

32Pedrarias fonda la ville de Panamá en 1519, deux ans après l’exécution de Balboa. Depuis ce nouveau port (dont Benzoni dira de la situation vers 1550 qu’il ne compte que 125 mauvaises maisons « construidas con cañas y parte con madera » mais dont les toits sont de tuiles et d’ajouter « la región de Panamá estaba habitada  por muchas tribus indias y en todos sus ríos había abundancia de oro, pero los españoles han terminado con todo »28) Pedrarias espérait contrôler tout l’isthme et un éventuel passage par le lac Nicaragua vers la mer du Nord, ce Nicaragua dont il deviendra gouverneur jusqu’à sa mort en 1531. Pedrarias vida Santa María de ses habitants aisément car ses arguments étaient convaincants et il trouva dans l’évêque Pedraza dont il finit par vaincre la résistance, son meilleur allié.

  • 29 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 3, p. 303.

Llegado el gobernador Pedrarias a la ciudad del Darién, después que se hubo visto con el nuevo obispo, dijole mucho mal de la ciudad y loóle mucha a Panamá, e así le sacó de allí y en público e secreto procuró con los vecinos que se fuesen a panamá e a Acla, diciendo que allí estaban perdidos e que no había indios que se les pudiese dar e que en las otras poblaciones los había e todos estaban ricos e que él los enriquecería más29.

33En 1519 Pedrarias transporta le siège du gouvernement et de la capitainerie générale à Panamá, où fut également transféré le siège de l’épiscopat de Castilla de Oro (qui se trouvait dans le Darién depuis 1513). On remarque que c’est dans la région de Panamá qu’apparaît pour la première fois la mention d’encomiendas (dans le Darién cette pratique n’est pas documentée, ni pendant la courte gestion Balboa – qui n’en a pas les moyens – ni sous Pedrarias, les rapports aux indigènes étant extrêmement violents). L’effet dévastateur des expéditions avait en tout état de cause produit une chute démographique sévère dès 1519 et les encomiendas distribuées furent en vérité très réduites en nombre et en taille (entre 40 et 60 indiens).

34Pedrarias introducteur des textes officiels (une première forme législative des Indes après les lois de Burgos de 1512) apportait avec lui un projet de colonisation de grande ampleur dont on mesure l’échec relatif dans les faits : les capitaines de Pedrarias seront les agents d’un esclavagisme des indiens à marche forcée, commerce dont Pedrarias tira lui aussi les plus grands bénéfices. Cependant il incarnait surtout les principes de la politique impériale (une sorte de seconde conquête). Les plaintes, les procès, les accusations les plus graves seront portées contre le gran justador, Las Casas et Oviedo ne sont que les plus connus : pourtant il restera en poste jusqu’à sa mort car il incarne les nouvelles forces de gouvernement. Il édicte (au moins comme voix du prince) les nouvelles ordonnances, comment on doit poblar, et gobernar, comment on doit traiter les indiens et les gagner à l’Empire. Il s’est emparé d’un territoire découvert et conquis par d’autres, en incarnant le pouvoir royal face à une autorité proclamée, populaire, un « homme nouveau » qui réclamait pour lui et ses hommes dont il a gagné l’amour et le respect (au moins pour la majorité d’entre eux) le pouvoir sur des territoires qu’il avait conquis : c’est bien là le droit des Siete Partidas qui sera invoqué par Gonzalo Pizarro et les encomenderos du Pérou quelques décennies plus tard.

Une délocalisation qui est aussi le point de départ du déploiement du monde colonial

35Panamá c’est le déplacement de l’axis conquistae ou du centre de gravité à l’ouest de l’isthme, de l’Atlantique vers le Pacifique : à partir de cette date, les Espagnols organiseront des expéditions majeures à partir de Panamá (soit vers le Pérou soit vers le Nicaragua). C’est aussi l’ouverture vers l’Asie. C’est donc tout le continent qui se trouve reconfiguré par cet océan qu’il faudra cartographier. On relève une incroyable complémentarité des évènements autour de la date de 1519 : Cortés entreprend la conquête du Mexique, quand Pedrarias fonde Panamá qui ouvre l’espace pacifique, et Séville voit le départ de l’expédition de Magellan qui permettra que dès 1524 on puisse tracer autrement la carte universelle (padrón real de Diego de Ribeiro). L’isthme est cette ceinture de l’Amérique à partir de laquelle vont se dessiner les deux masses subcontinentales australe et septentrionale : cette ceinture ne comprend plus Santa María qui pourtant l’a fait naître.

  • 30 G. FernÁndez de Oviedo, Sumario de la natural historia de las Indias, Madrid : Historia 16, Crónica (...)

36Contrairement à ce que pensait Oviedo, c’est bien Panamá qui deviendra le lieu névralgique de l’empire, et non Santa María qui sera engloutie par la forêt. Oviedo a tenté de sauver la ville pendant sa courte gouvernance, ce qui faillit lui coûter la vie. Il est intéressant de noter que le chroniqueur, zélé fonctionnaire royal (veedor) et nommé habilement par Pedrarias (son pire ennemi) teniente gobernador tente d’imposer les lois de l’empire, et y échoue lamentablement. Oviedo si fin observateur du monde américain est un piètre gouverneur, il pense ordre de chevalerie là où il faut penser juriste (letrado) et bureaucrate, il pense valeurs cardinales aristocratiques là où les Espagnols ne veulent qu’un enrichissement rapide, il veut à la fois contrôler, protéger les indiens et les discriminer (point de métissage, point de concubinage, comme le démontre son conflit avec Diego Corrales) là où les Espagnols multiplient les unions avec des femmes indigènes, faisant fi des lois de l’Église… L’erreur de jugement d’Oviedo fut de courte durée, très vite il étudie la cartographie et l’hydrographie de l’isthme et se rend compte de l’intérêt qu’il y a à examiner les différentes voies interocéaniques, dans la perspective du commerce interocéanique et plus précisément  celui des épices avec les Moluques30. López de Gómara développera la thèse d’une liaison interocéanique à la hauteur de l’isthme par la construction d’un canal avec encore plus de vigueur.

  • 31 C. Mena GarcÍa, op. cit., p. 205.

37Il n’empêche que la fondation de villes dans cette partie de l’Amérique sera difficile et étrange. Acla finira par disparaître, Nombre de Dios remplacé par Portobelo. Quant à Panamá la vieja, elle ne sera pas une ville comme les autres : point de palais de pierres, point de maisons somptueuses de conquérants. Elle ne fut pas autre chose qu’un espace de transit, comme le souligne Carmen Mena García citant Cieza de León : « los vecinos que ahora hay son contratantes y no piensan estar en ella más tiempo que cuanto pueden hacerse ricos y así idos unos, vienen otros y pocos o ningunos miran por el bien público »31… Pourtant les instructions de Pedrarias comprenaient des réflexions sur l’établissement urbain qui sont le fruit de ces premières expériences tropicales mais surtout de la nouvelle cartographie de l’isthme. Elles stipulaient qu’il fallait fonder des villes (sorte de maillage) à l’endroit le plus étroit de l’isthme «  a parte más corta y menos fragosa » pour construire une voie interocéanique (« tres o cuatro asientos en las partes mas provechosas en el golfo de Urabá para atravesar la tierra de una parte a otra »), ce qui illustre une vision en surplomb, un local globalisé. Il fallait également prendre en compte la salubrité du lieu (« sanos […] buenas aguas »). La politique de fondation de Pedrarias, qui corrélait Panamá et Nombre de Dios sur chacune des façades océaniques et l’établissement de Nata qui devait répondre aux besoins d’approvisionnement (1522) se présentait comme une réponse ces impératifs.

38Si Santa María fut, l’espace de quelques années, le berceau du premier El Dorado américain (qui se propagera ensuite par capillarité sur toute l’Amazonie centrale et guyanaise) et le creuset d’une tentative de société coloniale élective, proclamée, Panamá fut la ville de la mobilité, d’une mentalité pragmatique et mercantile qui a ignoré les splendeurs dorées du barroquismo des capitales mais qui sera pourtant la pierre angulaire du trafic américain sur la très longue durée…

Conclusion

39Pour conclure cette histoire locale, on peut prendre en compte la façon dont l’historiographie espagnole a sanctionné cet épisode du Darién : ce n’est pas le lieu – la ville – qui centre le discours, mais plutôt ce dont elle fut le théâtre : l’affrontement entre Pedrarias et Balboa. Or c’est Balboa qui va cristalliser une geste historique et non pas Pedrarias qui structura l’espace colonial de l’isthme. Balboa, figure charismatique, à la fois héros et rebelle est en quelque sorte racheté par l’historiographie (car sa décapitation fit l’objet de bien des débats). Son nom va être gravé dans l’histoire commune comme le découvreur du Pacifique tandis que Pedrarias aura son image définitivement obscurcie. Gómara reconstruit l’épisode héroïque de la découverte de la mer du Sud, comme une dramaturgie fondatrice :

  • 32 Francisco LÓpez de GÓmara, op. cit., p. 193.

Un poco antes de llegar arriba mandó parar el escuadrón y corrió a lo alto. Miró hacia mediodía, vio la mar y, en viéndola, arrodillose en tierra y alabó al Señor, que le hacía tal merced. Llamó los compañeros, mostroles la mar y díxoles: « Veis allí, amigos míos, lo que mucho deseábamos. Demos gracias a Dios, que tanto bien y honra nos ha guardado y dado. Pidámosle por merced nos ayude y guíe a conquistar esta tierra y nueva mar que descobrimos y que nunca jamás cristiano la vido, para predicar en ella el santo Evangelio y bautismo, y vosotros sed los que soléis y seguime, que con favor de Cristo seréis los más ricos españoles que a Indias han pasado, haréis el mayor servicio a vuestro Rey que nunca vasallo hizo a señor, y habréis la honra y prez de cuanto por aquí se descubriere, conquistare y convertiere a nuestra santa fe católica32.

40Plus loin, il ajoute à propos de Balboa: « No le mataron español en batalla que hubiese, y hubo muchas, y todas las venció, que no hizo tal ningún romano ».

  • 33 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 5, p. 304-305.

41De son côté Oviedo conclut l’avant dernier livre de la Historia General y Natural de las Indias, en déclarant que sept services ont été rendus à l’empereur : le premier est la découverte de Christophe Colomb, le second est « Blasco Nuñez de Balboa que descubrió la mar del sur », avant le troisième Magellan, suivi des autres conquérants : Hernán Cortés, Pizarro et Almagro, Cristobal de Lugo (découvreur de l’Orénoque et promoteur de la conquête de Nuevo Reino de Grenada) et enfin le dernier, Pedro de la Gasca, pacificateur du Pérou33.

42Au début du XVIIe siècle, le chroniqueur officiel Antonio de Herrera, grand bâtisseur de mythes dira à propos de Pedrarias qu’il fut intraitable cruel et « quedó Pedrarias aborrecido de todos », tandis que Balboa fut :

  • 34 Antonio de HerreRa y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas y (...)

Un capitán prudente, animoso y liberal que eternamente será estimado por uno de los capitanes más memorables de las Indias. Era hijodalgo natural de Jerez de Badajoz y que aunque en su mocedad había traído vida libre, con la edad y ocasiones de grandes cosas fue excelente varón cuya desdicha consistió en la muerte del Rey Católico y del Cardenal Fray Francisco Jiménez que habían conocido su valor y lo estimaban y lo llevaban adelante34.

43Le local américain, vu à travers l’exemple de Santa María, est donc à la fois le creuset des tensions, des rivalités et des enjeux de l’implantation coloniale, comme on l’a vu ; mais dans ce cas il génère une histoire transcendée par une figure historique à laquelle la ville se trouve associée. C’est un cas intéressant de reconstruction du prestige à un triple titre, comme la première ville de l’Amérique continentale, le point de lancement de la découverte du Pacifique et le berceau du mirage de l’El Dorado.

44Rien de tel pour Nueva Cádiz de Cubagua évoquée en introduction, pillée par les pirates, ses mornes vestiges ne sont qu’objet d’une simple curiosité. En revanche, la Colombie et le Panamá se disputent aujourd’hui l’emplacement probable de Santa María ; un tel désir de relocalisation manifeste qu’en dépit de sa courte existence, cette première colonie représente un ancrage de l’histoire urbaine américaine, un lieu où s’est joué le projet colonial global et aussi ses échecs. Le professeur Paolo Vignolo explique qu’il a organisé avec quelques étudiants une expédition pour redécouvrir les vestiges de Santa María, ¿De lugar de olvido a lugar de la memoria? Paolo Vignolo commente ainsi sa démarche :

Nuestro interés investigativo surgía de la convicción que Santa María de la Antigua sea una pieza crucial, aunque muy poco estudiada, para comprender el proceso de apropiación material y simbólica del continente por parte de los europeos.

45Il souligne une forme de continuité historique reconstruite :

  • 35 Paolo Vignolo, Doctorat en Histoire et Civilisations, à l’École des Hautes Études en Sciences Socia (...)

Así mismo, hay múltiples hilos que se tienden entre la secular resistencia de Cuevas, Cunas y Katíos y las luchas para los derechos de las comunidades indígenas en acto hoy en día, acá como en todo el hemisferio. Y entre la constitución de los primeros palenques negros y la reivindicación de la propiedad colectiva de tierras de las comunidades afro-colombianas a partir de la constitución de 1991. Tampoco es nueva la incapacidad de estados, imperios, reinos o repúblicas de mantener el control de la región; ni la presencia endémica de bandoleros y de grupos guerrilleros. En Urabá los fantasmas del pasado siguen alborotando el presente: la conquista parece ser un pasado que no pasa35.

46Outre son inscription dans l’histoire globale de l’expansion ibérique, l’abandon de Santa María la Antigua del Darién par les Espagnols ne ferait qu’ouvrir une longue histoire locale, faite de toutes sortes de résistances indigène et africaine, politique…

Haut de page

Notes

1 Francisco LÓpez de GÓmara, Historia de las Indias (1552), Madrid : BAE, Atlas, 1942, cap. 45, « El descubrimiento de la Florida ».

2 Alain Musset, Ciudades nómadas del Nuevo Mundo, México: FCE, 2011.

3 Selon Musset, les écrrits de López de Velasco et d’Antonio de Alcedo permettent de comptabiliser 16 villes détruites à la suite de révoltes indigènes, le chiffre est loin d’être exhaustif, en comptant les fortins, les missions et autres établissements périphériques, l’auteur arrive à une quarantaine. La couronne est donc assez silencieuse sur ce processus de destruction du local, op. cit., p. 43.

4 Musset étudie le cas de Viejo León au Nicaragua, fondé par Francisco Hernández de Córdoba en 1524, op. cit., p. 22.

5 Louise BÉNAT-TACHOT, « L’île de Cubagua : réflexions sur les mécanismes et les enjeux de la société coloniale des Caraïbes au XVIe siècle », in : Bernard GRUNBERG (dir.), À la recherche du Caraïbe perdu, Paris : L’Harmattan, 2015.

6 Les Espagnols fondèrent la ville de Nueva Cádiz en dépit de l’extrême stérilité de l’île et de son manque d’eau ; elle obtint son titre de cité le 12 septembre 1528 « la Nueva ciudad de Cádiz ». En 1538, son agonie est irréversible, liée à l’épuisement des gisements ostréicoles.

7 La cédule royale de Carlos I datant du 10 de juillet 1515 déclarait : « […] señalo e doy que tenga por armas la dicha cibdad un escudo colorado e dentro, en él, un castillo dorado e sobre él la figura del sol e debaxo del castillo un tigre a la mano derecha y un lagarto a la izquierda, que estén alzados el uno contra el otro alrededor de esta manera siguiente y por divisa la imagen de Nuestra señora de la Antigua, las cuales dichas armas y divisa doy a la dicha ciudad para que las podáis traer e trayais y poner y pongáis los pendones y sellos de la dicha ciudad [...] ». Ce blason appartient actuellement à la localité de Acandí, car il ne reste aucun vestige de Santa María la Antigua del Darién et sa localisation est incertaine. La ville a été évacuée en 1524 et engloutie par la forêt.

8 Sur la Vierge de Séville, cf. José Medianero Hernández, Nuestra señora de la Antigua. La virgen « decana » de Sevilla, Seville : Colección Arte hispalense, 2008.

9 Les mésaventures de ces différentes expéditions vers le golfe du Darién sont abondamment relatées par trois chroniqueurs contemporains des faits : Pedro MÁrtir, Décadas del Nuevo Mundo, (Déc.II), Gonzalo FernÁndez de Oviedo, Historia general y natural de las Indias (lib. XXVII – XXVIII) – qui connait parfaitement la zone – et Bartolomé de Las Casas, Historia de las Indias (lib.II).

10 Pour l’historique détaillé de cette ville voir Carmen Mena GarcÍa, El oro del Darién, entradas y cabalgatas en la conquista de Tierra Firme (1509-1526), Seville : CSIC, 2011, cap. 2.

11 Selon les calculs des historiens comme García Casares, chaque chefferie devait compter entre 400 et 1500 indiens, peut-être davantage ; selon Cooke, ceux de l’isthme pouvaient atteindre 2000 âmes, la province de Comogra dominée par le cacique Ponquiaco fut la plus riche et la plus importante selon Fernández de Oviedo « tenía más de 3000 hombres de guerra y era señor de más de 10 000 personas », Historia General y Natural de las Indias, Lib. XXVII ; le cacique de Comogre recevait des perles et de l’or brut des régions côtières et du Sud-Ouest de Panamá contre des tissages et des esclaves de guerre.

12 Pedro MártIR, Décadas del Nuevo Mundo, Madrid : Polifemo, 1992, Déc. II, cap. 1, p. 105.

13 Ibid., p. 136.

14 C. de Mena GARCÍA, op. cit., p. 59.

15 Kathleen Romoli,Vasco Nuñez de Balboa, p. 116 in : C. Mena GARCÍA, op. cit., p. 154.

16 Bartolomé de LasCasas, Obras completas, Historia de las Indias, Madrid : Alianza Editorial, 1994, t. 5, p. 1983.

17 B. de Las Casas, op. cit., t. 5, p. 1983.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 1981.

20 Ibid., p. 2011.

21 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 3, p. 318.

22 William Ospina, Ursúa, Bogotá : Alfaguara, S. A., 2005, p. 85.

23 Oviedo écrit : « saltó Pedrarias en Tierra, e entró en la cibdad de Sancta María del Antigua del Darién con toda la gente que llevaba del armada, que eran dos mil hombres, o más, e muy bien aderesçados e armados », op. cit., Lib. XXIX, cap. XLV.

24 B. de Las Casas, op. cit., t. 5 p. 2008.

25 Même l’homo novus à Rome, qui crée sa place par le cursus honorum peut s’intégrer finalement dans l'ordre sénatorial déjà préconstitué par les lignées de la nobilitas.

26 B. de las casas, op. cit., p. 1982.

27 Ibid., cap. 54, 55, 56.

28 Girolamo BENZONI, La historia del nuevo mundo, Madrid : Alianza editorial, 1989, p. 187. L’ouvrage fut publié en italien en 1565 puis à nouveau en 1572.

29 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 3, p. 303.

30 G. FernÁndez de Oviedo, Sumario de la natural historia de las Indias, Madrid : Historia 16, Crónicas de América 21, 1986, cap. LXXXV.

31 C. Mena GarcÍa, op. cit., p. 205.

32 Francisco LÓpez de GÓmara, op. cit., p. 193.

33 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., t. 5, p. 304-305.

34 Antonio de HerreRa y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas y tierra firme del mar océano, edición y estudio de Mariano Cuesta Domingo, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1991, t. 1, p. 717.

35 Paolo Vignolo, Doctorat en Histoire et Civilisations, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, France. Maîtrise en Sociologie de la Culture, Universidad Nacional de Colombia - Bogotá. Il est actuellement professeur associé, dans un groupe de recherche sur les pratiques culturelles « Prácticas culturales, imaginarios y representaciones ». http://hemisphericinstitute.org/journal/4.2/eng/en51_pg_vignolo.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Santa María la Antigua del Darién : chronique d’une infortune locale », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25105 ; DOI : 10.4000/e-spania.25105

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org