Navigation – Plan du site
La Fabrique du Local : climats, paysages et territoires

Deux voyageurs français aux Philippines : La Pérouse en 1787, Jurien de la Gravière en 1848-50 : regarder le Pacifique depuis un bateau

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Résumés

Les deux navires de La Pérouse étaient peuplés de savants. À leurs yeux, la capacité et la dignité des détenteurs du pouvoir espagnol qui les ont reçus ne suffisent pas à compenser l’absurdité des lois qui régissent l’archipel : c’est un trésor en friche. Malgré l’efficacité du personnel de l’arsenal de Cavite, leur vision des Malais est plutôt négative.
Au milieu du XIXe siècle, le marin écrivain Jurien de la Gravière a pu comparer l’exploitation sévère pratiquée par les Hollandais avec le laxisme des Espagnols qui laisse aux natifs une dose de bonheur de vivre. Il se demande quelle est la « bonne colonisation ». Ses descriptions sont précieuses et il note que la multiplication des métis va poser de sérieux problèmes au pouvoir espagnol.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs français du XIXe siècle, Préface Christian H (...)
  • 2 Voir Denis Nardin, « Bibliographie des articles en français sur les Philippines », in : Archipel, v (...)

1Au temps de la domination espagnole, les Îles Philippines ont été assez peu visitées par des Français écrivains1. Faire escale en Indonésie ou aux Mariannes était plus courant. Dans son tour du monde sur L’Uranie (1817-1820), Louis-Claude de Freycinet relâche à Timor, à Guam, aux Moluques, mais pas à Manille. En revanche, à la fin du XIXe siècle, l’importante Revue des Deux Mondes a consacré au moins une dizaine d’articles très documentés aux îles Philippines, plusieurs dûs à des voyageurs2. Parmi eux, en 1897, un brillant écrivain journaliste, André Bellesort. On préférera ici s’attacher à deux navigateurs plus anciens, qui nous fournissent un témoignage sur deux périodes charnières dans l’histoire de l’archipel.

2La fin tragique du comte Jean-François Galaup de La Pérouse et les campagnes de recherche qui se poursuivent jusqu’à nos jours sont tellement célèbres qu’elles feraient presque oublier le caractère emblématique de cette expédition aux yeux des contemporains, et même son bilan scientifique. Dans la France de Louis XVI, la popularité fut immense et pas seulement chez les savants : la meilleure preuve en est le zèle que manifestera l’Assemblée constituante en 1791 pour retrouver La Pérouse, alors qu’elle a bien d’autres soucis en tête et que les finances ne sont pas si brillantes.

  • 3 Mais les instructions du roi n’oublient ni la politique ni les perspectives commerciales. Elles son (...)

3Pour Louis XVI, c’est la grande pensée du règne. La France a les moyens de mobiliser une superbe équipe de savants, un jardinier, des dessinateurs et un bon matériel ; les deux aumôniers eux-mêmes sont l’un physicien, l’autre naturaliste. Le roi participe en personne à la préparation du voyage. Cette fois, il se trouve de façon flatteuse du côté des Lumières, du côté de l’utilité et des promesses de l’avenir. Contrairement aux expéditions précédentes, celle-ci affiche un but essentiellement scientifique : « remplir les blancs laissés sur les cartes par le capitaine Cook », en particulier la Tartarie. L’étude des populations est aussi au programme3. On a, ou l’on prétend avoir, le sentiment d’apporter le progrès aux « naturels ». Les souverains d’Europe ont tous été informés ; les étrangers eux aussi s’y intéressent ; les Anglais sont provisoirement nos amis et ils ont prêté un compas qui avait appartenu à Cook ; les navires trouveront très bon accueil dans les ports auprès des expatriés. Le roi s’intéresse à Mindanao, l’île du sud insoumise, et désire s’informer sur les ressources des îles espagnoles, mais cette zone reste pour lui accessoire.

  • 4 Buffon avait donné ses œuvres et le ministre Fleurieu n’avait pas lésiné sur les achats de livres p (...)
  • 5 Le Voyage de La Pérouse autour du monde est publié en 1797 (an V) en 3 tomes à l’Imprimerie Républi (...)

4Le personnel embarqué en 1785 sur la Boussole etsur l’Astrolabe se montre à la hauteur. Quand il quitte le port de Cherbourg, La Pérouse a quarante-quatre ans et des états de service exceptionnels y compris en Inde. À cette époque, les officiers de marine sont des savants4. Fleuriot de Langle qui commande l’Astrolabe,appartient à l’Académie de Marine. La Pérouse a lu les « Philosophes », surtout l’incontournable Histoire philosophique de l’abbé Raynal. Il a aussi une réputation d’humanité.Des comptes rendus, des cartes, des dessins et des plantes sont heureusement envoyés en France avant la catastrophe5; l’interprète de russe, Barthelemy de Lesseps, traverse la Sibérie de façon presque rocambolesque pour en rapporter et le dernier messager part de Botany Bay, en Australie.

  • 6 L’Histoire philosophique et politique des Établissements et du Commerce des Européens dans les deux (...)

5La Pérouse est capable de se dégager dans une certaine mesure des clichés de l’époque. Il le manifeste déjà quand il parle des franciscains de Californie. À Macao, territoire portugais peuplé de Chinois, il est ahuri du fossé qui existe entre l’éclatante image de la Chine en Europe6, et ce qu’il constate dans ce port bien éloigné des raffinements de la Cour de Pékin. Autorités et marchands chinois imposent des exactions et des humiliations incroyables à ceux qui officiellement sont les maîtres de la ville, et, d’une autre manière, aux commerçants européens. Les Chinois, déclare La Pérouse, sont le peuple le plus malheureux du monde ; il leur est interdit d’émigrer sous peine de mort, néanmoins j’en ai embauché six comme matelots à Macao, et si j’avais voulu, j’aurais pu en emmener deux-cents.

6Après une navigation difficile, il va demeurer dans l’île de Luzon, essentiellement à Manille et dans ses environs, du 26 février au 9 avril 1787, la période la plus chaude. Il est d’abord surpris de voir un prêtre de couleur à Mariveles, le premier village où il accoste. Cette localité a été dévastée par les pirates musulmans du sud. Le pauvre curé est défini « mulâtre indien » par le navigateur. Les marins sont des ethnologues amateurs et les problèmes de vocabulaire ne sont pas résolus. Ensuite, arrivé à Cavite, localité passablement décatie, il est tout de suite frappé par la compétence du directeur espagnol Bermúdez, et du personnel indigène de cet arsenal qui a acquis un grand savoir-faire en construisant depuis deux siècles les excellents navires de la célèbre ligne d’Acapulco. Celle-ci est en pleine décadence. On ne sait si l’ingénieur lui a parlé de cette question, mais La Pérouse n’y fait pas allusion. Efficacité, zèle, respect des délais, ce qui vaut de l’or : le navigateur est sidéré. Il avait trouvé trop élevés les tarifs des Chinois de Macao ; cette fois il entreprend pour ses frégates des réparations beaucoup plus importantes que prévu. Celles-ci, en parallèle avec l’approvisionnement, le retiennent à Luzon un bon mois. L’escale est technique, mais elle veut être aussi scientifique et politique.

  • 7 Le Voyage de La Pérouse…,p. 351.

7L’homme des Lumières se trouve devant une situation incroyablement contradictoire. Il a devant lui, dit-il, le « système [politique] le plus absurde » ; le gouverneur a tous les droits, les règles sont inutilement minutieuses ou injustes ; le commerce souffre d’entraves de toute sorte, et un marchand français, M. Sebir, l’a appris à ses dépens. En revanche, La Pérouse doit reconnaître la parfaite honorabilité et la capacité du gouverneur Basco, de l’intendant qui ouvre aux savants de l’expédition son cabinet d’histoire naturelle, et même de l’archevêque. La vie est douce malgré la chaleur extrême. Le paysage est ravissant. L’habitat est rustique mais charmant. Les Français sont reçus de façon exquise. Comme la nourriture pousse toute seule la vie est très bon marché à l’exception toutefois des produits importés. Même les chevaux ne coûtent pas cher du tout. Enfin et surtout, chez le bas peuple des « indiens » on constate « un air de bonheur qu’on ne trouve pas chez nos paysans d’Europe »7. Ces chrétiens exotiques ne sont plus des « bons sauvages ». La naïveté utopique de Bougainville est encore prégnante dans l’opinion publique européenne, mais la cote de ce prédécesseur n’est pas très élevée chez les marins. Les Français sont cette fois en présence d’un cas de figure hors norme.

8La Pérouse est stupéfait de voir que cette terre si fertile nécessite une subvention (le « situado ») de sa métropole secondaire, Mexico, au lieu de rapporter des impôts à l’Espagne. Il confirme ce que disait l’abbé Raynal : cet archipel est un trésor inutilisé. Il vaut autant que tout le reste des possessions espagnoles réunies, mais on se demande quel développement peut avoir ce pays de cocagne s’il ne change pas radicalement de type de gouvernement. En 1781 a été fondée une Compagnie Royale des Philippines. La Pérouse ne croit pas à son succès. L’avenir lui donnera raison puisqu’elle s’éteindra en 1834. Il aurait fallu admettre une vraie liberté de commerce. En revanche, il est mauvais prophète quant au destin du monopole du tabac que le gouvernement a instauré en 1782. Les troubles qui se déroulent pendant son séjour n’empêcheront pas la pérennité de l’institution. S’il est question dans le texte de la contrebande, en particulier du déguisement des marchandises anglaises sous d’autres pavillons autorisés, la question de la corruption n’est pas développée.

  • 8 Voir Xavier Huetz de Lemps, « Conscription et résistance à la conscription » in : Xavier Huets de L (...)

9Les Espagnols méprisent les « indiens » qu’ils disent indolents. La Pérouse en est très choqué et il rend les mauvaises lois responsables de cette paresse. Il défend d’autant mieux les indigènes qu’il les a vus au travail à Cavite. Ils sont de fort bons ouvriers ou artisans et tous les témoignages affirment qu’ils font également de bons soldats8. En outre on ne peut que louer leur amabilité et leur hospitalité. Contrairement aux membres de l’expédition Malaspina qui leur succéderont quelques années plus tard, les Français n’ont pas le loisir de s’intéresser aux nombreuses populations non assimilées de l’intérieur. Le texte ne parle même pas des « negritos » que mentionnait Raynal. La Pérouse apprécie comme les autres les qualités des Chinois de l’île. Il mentionne sans commentaire l’anoblissement de l’un d’entre eux, et après Raynal, il suggère d’en favoriser l’immigration.

  • 9 Il est déjà question de lui, en tant que bon gouverneur des Mariannes, dans l’Histoire philosophiqu (...)
  • 10 Le Voyage de La Pérouse…,p. 349-50.

10On sait que pour l’opinion dominante au XVIIIe siècle, l’Espagne catholique était, moyennant quelques contre-vérités, l’anti-modèle par excellence. L’étendue excessive du pouvoir du clergé dans l’Empire espagnol était alors un lieu commun. Et c’était justement aux Philippines que le phénomène était le plus frappant. Le curé d’un village se conduit en dictateur ; les manquements à la présence à l’église sont châtiés. Or les Français se sont trouvés là au moment de la semaine sainte, et ils n’ont pu qu’être horrifiés par les scènes ostentatoires de pénitence que l’archevêque désapprouve mais que le bas clergé tolère aisément. En outre, La Pérouse a rencontré un brillant officier, Tobias9, dont l’absence de pratique religieuse a très gravement compromis la carrière. Son jugement est sans appel : « Le plus beau et le plus charmant pays de l’univers est certainement le dernier qu’un homme libre voulût habiter »10.

11Lecteur de Raynal, le marin sait très bien que, dans le cas des Philippines, on ne peut pas reprocher aux Espagnols d’avoir massacré les populations soumises. Il se contente de regretter que le zèle des religieux « ne soit pas éclairé d’un peu de philosophie ». Il ne fait pas allusion aux divisions entre clergé régulier et clergé séculier. Ses conversations avec l’archevêque auront sans doute porté surtout sur les superstitions populaires. Par ailleurs, il ne s’interroge pas sur le statut, juridiquement précaire, des Chinois dont le rôle est pourtant si important dans l’île. On remarque aussi l’absence de deux thèmes promis à une grande fortune chez les voyageurs du futur : les combats de coqs et la beauté des femmes. Respectueux des instructions du roi, La Pérouse donne pour finir la composition de la modeste force armée locale, en commençant par les treize cents « mulâtres » venus du Mexique. Les savants qui peuplaient les deux frégates déterminèrent la latitude et la longitude de la ville de Cavite. Ils formulèrent sans doute aussi bien d’autres observations intéressantes, mais nous ne les connaîtrons sans doute jamais.

  • 11 Il suppose, sans doute à tort, que les « indiens » viendraient aussitôt en aide à l’envahisseur.

12Aux dires de l’abbé Raynal, sans virage radical de sa politique, l’Espagne n’allait pas tarder à perdre les Philippines. La Pérouse pensait lui aussi que la moindre incursion étrangère mettrait aisément ce pouvoir à bas11. En 1848-50, celui-ci est encore là. Mais, en deux générations, les changements sont nombreux. L’archipel n’est plus sujet du Mexique devenu indépendant. Le gouverneur est un militaire qui porte le titre de « Capitán General ». La lutte contre les attaques de pirates musulmans du sud est devenue efficace grâce à une invention nouvelle, les « steamers », navires à vapeur de petit tonnage. Mais le grand changement est social, c’est la croissance de la population et le développement d’une nouvelle catégorie qui va porter le futur du pays : les métis.

  • 12 « Un repaire de forbans et un village de fumeurs d’opium ». Les Anglais vendent des armes aux pirat (...)

13C’est aussi l’environnement géographique qui se métamorphose : le rapport de forces entre l’Europe et la Chine est en train de basculer. Les Chinois espèrent continuer à neutraliser les « barbares » en exploitant leurs divisions ; en 1849 le vice-roi de Canton se permet encore d’être complice de l’assassinat de João Ferreira do Amaral, un courageux gouverneur de Macao. Mais la première guerre de l’opium a déjà eu lieu. Les Chinois ont pu mesurer la faiblesse de leurs canons. Des marchands anglais ont établi à Singapour une zone de non droit dont Jurien de la Gravière va donner une description terrifiante12. Depuis le traité de Nankin (1842), Hong-Kong fait face à Macao, les Européens à la suite des Anglais s’installent en force à Shanghai, et d’autres ports leur sont ouverts. Les « Etats-Uniens » font beaucoup de commerce, mais pas de politique. Ils se pensent eux-mêmes alors comme anti-impérialistes ; en tout cas Jurien ne les voit pas comme dangereux pour le pouvoir espagnol. Après 1850, en quelques décades, la Chine va connaître un degré de démoralisation, d’humiliation, d’impuissance, stupéfiant si l’on se réfère à son glorieux passé et à l’influence qu’elle avait exercée autrefois sur des zones considérables, y compris sur l’île de Luzon.

  • 13 Son propre père, embarqué en 1791 avec d’Entrecasteaux, avait dévoré des récits de voyage pendant s (...)
  • 14 Edmond Jurien de la GraviÈre, Voyage de la corvette La Bayonnaise dans les mers de Chine (1850), 3e(...)
  • 15 Edmond Jurien de la GraviÈre, La Marine aujourd’hui, Paris : Hachette, 1872, p. 169. Il ajoute : «  (...)

14Un deuxième marin français talentueux va donc visiter Manille. Edmond Jurien de la Gravière est un écrivain fertile qui finira amiral et académicien. Il a beaucoup vu et beaucoup lu13, et il va publier de nombreux ouvrages d’histoire maritime. Il peut faire des comparaisons avec l’Empire ottoman, avec le Brésil ou le Pérou. C’est un catholique convaincu, mais qui se veut ouvert. Il fait des citations en latin, en italien, en anglais. Il sait à peu près l’espagnol. Aucun savant n’est présent à bord, mais son Voyage de la corvette La Bayonnaise dans les mers de Chine14décrit abondamment les lieux et les hommes. En matière ethnologique, il adopte l’échelle de valeur descendante de l’époque : tout en haut, les Manchous pratiquement les égaux des Européens, puis les Chinois, nettement en dessous viennent les Malais, enfin les Africains et les Papous ». Dans le texte, après des considérations sur l’histoire de la race malaise, les gens de Luzón sont surtout appelés « tagals » ou « indiens », jamais « naturels » ni « indigènes ». De la « population indépendante », il nomme les « Negritos », les « Tinguianes », et aussi les « Igorrotes » qui à ce moment causent des soucis. Notons que dans un ouvrage postérieur, Jurien va être plus personnel : il invite la France à cesser de conquérir de nouveaux territoires : « L’avenir colonial, écrit-il, ne m’apparaît qu’environné de nuages »15.

  • 16 En 1897, les indépendantistes philippins se réfugieront chez les Anglais, à Hong-Kong. Comme pour l (...)
  • 17 Quand on reçoit à bord la reine Pomaré à Tahiti, on lui installe un trône.
  • 18 Typique est un article très critique et très alarmiste de la Revue des Deux Mondes, 1er mai 1848, t (...)
  • 19 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 1, p. 298, note 1. Celles de Ferdinand VII étaient (...)
  • 20 Ibid., p 18.

15La corvette quitte Cherbourg le 24 avril 1847 pour un tour du monde. Elle a pour mission de conduire à Canton des diplomates, et plus discrètement trois jésuites. Elle doit marquer, face aux Anglais16, durant trois bonnes années, une présence française dans l’ouest de l’océan Pacifique. Cela s’appelle une station navale ; c’est une forme de vigilance militaire, en fait aussi une petite annexe flottante du quai d’Orsay, mondanités et protocole inclus17. En réalité, les immenses succès de l’Angleterre en Asie font redouter qu’elle ne s’empare des Philippines et la France se sent solidaire du pouvoir espagnol18. Jurien visite plusieurs ports chinois, vietnamiens, coréens. Il est reçu, avec le ministre de France, par le vice-roi de Canton, il accueille à son bord à Shanghai un haut fonctionnaire chinois, très impressionné par les canons. Il fait des achats dans cette ville avec des piastres à l’effigie de Charles IV d’Espagne19. Une bonne moitié de son livre est consacré à la Chine, mais le navire fait escale dans quantité d’îles dont les Moluques. Il s’arrête à Amboine, et il voit déjà que les Hollandais colonisent des Malais avec des méthodes exactement opposées à celles des Espagnols, imposant « un travail modéré mais inflexible »20. Quand il apprend avec retard la chute du roi Louis-Philippe, il craint une déclaration de guerre de l’Angleterre et il se place en terrain neutre à l’île de Guam. Fort bien reçu, il observe un mode de gouvernement qu’il retrouvera plus tard à Luzon.

  • 21 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 54. Désormais, les références renverront aux (...)

16En 1848, il navigue dans les îles Philippines, y compris dans le détroit encore mal cartographié de San Bernardino, et il trouve les côtes qu’il longe presque vides d’habitants. Lui et ses officiers n’obtiennent alors de Blanco, gouverneur intérimaire, qu’un passeport pour la province de La Laguna, c’est à dire la région du grand lac de Bay. Couchant chez l’habitant, ils vont vivre, malgré la grande chaleur du mois de mars, une fabuleuse semaine touristique incluant baignades, excursions à cheval et même une chasse au sanglier organisée par l’un de leurs hôtes. Ils naviguent sur le lac de façon parfois aventureuse, comme passagers dans deux petites embarcations locales à toit de bambou, appelées « bancas ». Ils explorent aussi les côtes et les montagnes avoisinantes. Ils atteignent le bord d’une forêt tropicale pleine de singes. Le récit de Jurien sur ce monde exotique est très évocateur : « les oiseaux avaient d’autres chants, le feuillage même avait un autre murmure » etc.21. Le lecteur a vraiment l’impression de voyager lui-même avec des hommes de bonne compagnie, sauf quand ils ont l’occasion de tirer des poules d’eau. Le commandant semble alors mal supporter le zèle massacreur de ses officiers.

  • 22 Du 12 septembre au 2 décembre 1848, puis du 9 au 28 janvier 1850. Au total, ils auront passé plus d (...)

17Les marins ont déjà une bonne expérience de l’Extrême-Orient quand ils sont enfin admis à Manille à l’automne 1848, saison de pluies torrentielles, puis  en janvier 1850, au moment de l’année où le climat est le plus agréable22. Une accalmie dans la confrontation entre les Anglais et les Chinois donne à La Bayonnaise le loisir de réaliser ces deux séjours. Jurien désire étudier Luzon avant de se rendre à Java, la plus importante des colonies hollandaises. L’antithèse entre les deux colonies le fascine. Il rentre par Honolulu et Tahiti. Il arrive à Cherbourg le 6 décembre 1850.

  • 23 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 16.

18Cette fois, le lecteur entre avec le navire dans une baie de Manille dont le mouvement est très pittoresque, même pour qui a vu déjà la rivière de Canton. Il se promène dans la rue principale, la « Escolta ». Il a droit à des descriptions détaillées et fort évocatrices des paysages et des tempêtes, des costumes et des maisons, des combats de coqs et des fêtes, y compris le « Real Pendón » du 30 novembre, de la musique militaire sur la « Calzada » au bord de la mer, et du moyen de transport local, le léger « birlocho ». Au contraire, la vieille ville fortifiée, sur la rive gauche du fleuve Passig, a selon lui « toute la tristesse d’un cloître »23.

  • 24 Ibid., p 19.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 20.
  • 27 Jurien décrit « Singapore » comme un repaire de forbans, mais il ne dit pas si la ville est déjà cé (...)
  • 28 Robert Mac Micking, Recollections of Manilla and the Philippines during 1848, 1849, 1850, Londres : (...)

19Comme les Français vont dans les provinces, nous assistons à l’intronisation du « gobernadorcillo », le personnage clef de l’administration locale, élu par les notables, mais moralement soumis au curé. Nous sommes aussi témoins d’une bastonnade, à coup de « bejuco », qui n’a pas l’air d’émouvoir tellement le délinquant ou prétendu tel. Quant aux femmes malaises, elles sont « pleines de grâce et de séduction »24. Leur vêtement pourrait sembler « plus lascif et plus provoquant que la nudité des sauvages »25, mais dit Jurien, elles le corrigent par « l’innocence de leur regard et la modestie de leurs manières »26. Bien entendu, nous ne saurons rien des hommages de ces messieurs au beau sexe27. À la même époque, un auteur anglais exactement contemporain, Robert Mac Micking, décrit avec complaisance les charmes des diverses habitantes de ce pays, afin d’inciter ses compatriotes à s’y installer pour le plus grand profit des compagnies commerciales28.

  • 29 Sur tout ce passage, voir Dolores ELIZALDE, « Comercio, inversiones y estrategia. Los intereses int (...)
  • 30 Rappelons que Manille, comme La Havane fut conquise et occupée par les Anglais au début de la guerr (...)
  • 31 L’intérêt des Allemands pour ces îles ira croissant, comme le prouve le gros ouvrage très documenté (...)
  • 32 Autre sujet non traité : la vie culturelle. Il se trouve qu’un Diario de Manila de type européen a (...)

20Deux thèmes sont curieusement absents : la présence française sur place, c’est-à-dire le consul flanqué d’une vingtaine de personnes29, et surtout l’importance politique et économique des Britanniques résidant à Manille qui possèdent même des banques. Sur place ils sont bien repérés. Ils n’ont pas bonne presse, on en a peur et les gens disent craindre une invasion30. Les Français s’en aperçoivent à leurs dépens quand, dans la rue, on les prend pour des « hérétiques ». À la partie de chasse du mois de mars 1848 participaient quelques Anglais, et aussi d’ailleurs des Allemands31. Jurien ne nous dit rien de leur situation dans l’île32 ni des propos qu’ils ont forcément dû échanger entre invités. Pourtant, par Mac Micking, nous savons que les Britanniques de Manille sont assez nombreux pour constituer une micro-société, se fréquenter entre eux, revendiquer des facilités commerciales en même temps qu’un cimetière protestant. Leur présence, celle d’Américains, et bientôt celle d’autres étrangers est appelée à augmenter. On est surpris que l’auteur n’en parle pas. Mais son livre est destiné au grand public cultivé. Les informations sur ce sujet central, il les garde sans doute pour le ministre des Affaires étrangères.

  • 33 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 20.
  • 34 Ibid., p. 25.

21Jurien donne des éléments de géographie et quantité de statistiques, en particulier sur la population. Grâce aux « steamers », Luzon peut espérer développer et mieux administrer les îles voisines, Panay et Cebu dont la population a augmenté. À Luzon même, les péninsulaires et les Espagnols créoles sont peu nombreux, fonctionnaires de l’État, fâcheusement prétentieux et peu doués pour le commerce. Sur la « race malaise », le ton est moins bienveillant que chez La Pérouse. Sauf dans quelques métiers comme la conduite des « bancas » où leurs talents ont été vraiment appréciés, les Tagals sont dits « insouciants et paresseux »33. Ils vivent dans l’instant et semblent avoir toujours besoin d’une tutelle. Quelles que soient leurs convictions religieuses personnelles, les Français sont surpris et choqués par le type de dévotion théâtrale du pays. Ils ne reconnaissent plus le catholicisme. Les Chinois dont le nombre est stable sont jugés travailleurs et efficaces, mais Jurien ne s’attarde pas sur eux. Les habitants les plus importants sont les métis déjà au nombre de 180.000, la plupart issus de père chinois et qui semblent avoir hérité de leur sérieux. Ils font au marin la meilleure impression. Comme leur nombre va augmenter, « cette classe moyenne mérite tout l’intérêt, et aussi toute la surveillance du gouvernement espagnol »34.

  • 35 Ibid., p. 40.

22Mais l’agriculture reste primitive et n’arrive pas à décoller. Les Français en sont convaincus dès leur premier voyage. Ils visitent deux grandes exploitations que leurs propriétaires compétents et actifs – un Français, Monsieur Vigie et un Basque, Don Iñigo de Assaola – ne rapportent guère d’argent, à les entendre. « Le code bienfaisant » qui exempte les indigènes du travail forcé « n’est point fait pour encourager les entreprises agricoles »35. Et le montant de la capitation est trop modeste.

  • 36 Aux yeux de Mac Micking, l’institution a l’avantage d’être « cheaper » que toute autre !

23Les américanistes connaissent bien ce système de pouvoir quasi absolu des religieux sur les villages indiens destiné à les protéger à la fois des mauvais traitements et des mauvais exemples. À Luzon, au début, il avait bien réussi sur tous les plans : introduction de blé et du maïs, tissage des fibres locales, etc.36. Mais, partout, ce mode de gouvernement s’était révélé incapable d’évolution. Sauf rare exception, les détenteurs d’un pouvoir essentiellement moral et charismatique s’opposaient instinctivement à toute nouveauté. Leurs paroissiens étaient protégés, mais maintenus dans une éternelle minorité.

24En 1848-50, l’heure est aux réformes. Mac Micking l’espère aussi pour son commerce. Les guerres carlistes sont terminées. Entre 1846 et 1850, Manille a un capitaine général de grande valeur, Nicolás Clavería, qui mène une campagne victorieuse contre la piraterie. Son successeur Urbiztondo parviendra peu après à déjouer la volonté d’installation de l’Angleterre dans les îles Jolo (Sulu), sorte de no mans’ land entre le domaine hollandais et le domaine espagnol. Nicolás Clavería a aussi supprimé le droit de commercer pour les gouverneurs locaux et les « alcaldes mayores ». Ce début semble très prometteur. Jurien envisage même une conquête de Macao par l’Espagne.

  • 37 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 58.
  • 38 Titre d’une partie de Xavier Huetz de Lemps, L’Archipel des épices. La corruption de l’administrati (...)
  • 39 Il s’agit des augustins (à la suite d’Urdaneta), des dominicains (qui dirigent par ailleurs une Uni (...)

25« Toutes les influences devraient tendre, dit-il, peut-être avec plus d’énergie, à développer chez le paysan tagal le besoin et le goût du travail. C’est surtout au clergé que ce vœu s’adresse, car ce n’est qu’à la voix du clergé que l’indien se montrera docile »37. Il ne pouvait prévoir que l’ouverture du canal de Suez, et la corruption ambiante allaient transformer de plus en plus la lointaine colonie en commode vache à lait, en « dépotoir administratif de la métropole » selon Xavier Huetz de Lemps38. Mais il aperçoit très bien l’autre obstacle à une bonne réforme : les ordres religieux39 ont perdu leurs biens dans la Péninsule et ils risquent de se cramponner à ce qui leur reste outre-mer. Quant au clergé séculier, sang mêlé en général, il ne lui inspire pas confiance. Jurien parle avec éloge d’un de ses représentants, mais il voit en lui l’exception qui confirme la règle.

  • 40 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,p. 219.
  • 41 Ibid., p. 220.
  • 42 Alexandre de Humboldt disait déjà qu’en territoire colonial, un homme de science est très heureux, (...)

26Finalement on peut formuler une conclusion commune pour nos deux témoignages : on trouve chez l’un comme chez l’autre un avatar du thème du bon sauvage, en présence cette fois d’hommes bien réels. Le bonheur de vivre des Tagals paresseux, satisfaits d’une nourriture qui pousse toute seule avait frappé le « philosophe » La Pérouse. Pour un catholique sincère comme Jurien de la Gravière, le sort des Malais pose un problème de conscience qu’il expose plus loin lors de son passage à Java. Peut-on concilier bonheur des peuples et économie moderne ? Les Malais soumis aux Hollandais sont intégrés au progrès et ils mangent sans doute à leur faim ; leurs maîtres se gardent bien d’en faire des protestants, prétextant que c’est impossible, que cela ne ferait que des hypocrites, mais si les Javanais sont de bons travailleurs « un silence de mort attristait cette belle campagne »40. Aux Philippines, les Français « avaient vu de fort mauvais chrétiens », mais « ces pauvres Tagals nous semblaient cependant plus heureux et plus fiers, plus rapprochés de nous que les Javanais ». « Je ne sais trop quel instinct secret, dit Jurien, nous empêchait de souscrire aux raisonnements des Hollandais »41. Plus tard, en 1872, quand il préconise l’arrêt des conquêtes, il invoque l’intérêt bien compris de la France. Mais on peut supposer que cet « instinct secret », manifeste lors de son tour du monde, y est pour beaucoup. L’officier français est devenu anticolonialiste42.

Haut de page

Notes

1 Voir Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs français du XIXe siècle, Préface Christian Huetz de Lemps, t. 4, Océanie, Paris : Commission des Travaux Historiques et Scientifiques, 2003. Néanmoins cet ouvrage peut omettre certains noms.

2 Voir Denis Nardin, « Bibliographie des articles en français sur les Philippines », in : Archipel, vol. 11, 1976, p. 43-55. Remarquable est le texte de Charles Benoist, un proche de Cánovas del Castillo qui garde sa liberté de jugement, t. 142, 1897.

3 Mais les instructions du roi n’oublient ni la politique ni les perspectives commerciales. Elles sont reproduites en tête de l’édition abrégée du Voyage autour du monde sur l’Astrolabe et la Boussole,publiée par Georges Mantoux, Paris : Maurice Dreyfous, s. d. Citons parmi les consignes : « connaître les mœurs et les usages des naturels, leur culte, leur forme de gouvernement, leur manière de faire la guerre, leurs armes, leurs bâtiments de mer, et le caractère distinctif de chaque peuplade », p. 17. Voir aussi Catherine Gaziello, L’Expédition de La Pérouse. Réplique française aux voyages de Cook, Paris : La Documentation française, 1983.

4 Buffon avait donné ses œuvres et le ministre Fleurieu n’avait pas lésiné sur les achats de livres pour la bibliothèque du bord : 57 titres (148 volumes), sans compter les manuscrits, les livres personnels de chacun etc. Ils avaient aussi un observatoire, un cabinet de physique et un laboratoire de chimie. Voir Hélène RICHARD, « Les bibliothèques embarquées lors des voyages d’exploration français de la fin du XVIIIe siècle », in : Annie CHARON-PARENT, Thierry CLAERR et François MOUREAU, Le Livre maritime au siècle des Lumières, Paris :Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2005, p. 173-181.

5 Le Voyage de La Pérouse autour du monde est publié en 1797 (an V) en 3 tomes à l’Imprimerie Républicaine, par Louis-Antoine Destouff Milet Mureau. Aux Philippines sont consacrés la fin du ch. XIV, p. 334-340 et le ch. XV, p. 341-366 (consultable en version numérisée).

6 L’Histoire philosophique et politique des Établissements et du Commerce des Européens dans les deux Indes de l’abbé Raynal présentait tout de même la vision négative après la vision positive (t. 1, livre 1, ch. 20 et 21). Il dit aussi : « En Asie, nous n’avons apporté que notre avidité », t. 3, p. 124. Nous suivons l’édition de Genève, 1780, en 10 volumes qui a été corrigée par Diderot et quelques autres. Sur cet ouvrage très particulier, voir par exemple Anthony Pagden, The Enlightment, New York : Random House, 2013, ch. 5.

7 Le Voyage de La Pérouse…,p. 351.

8 Voir Xavier Huetz de Lemps, « Conscription et résistance à la conscription » in : Xavier Huets de Lemps et Jean-Philippe Luis (dir.), Sortir du labyrinthe. Hommage à Gérard Chastagnaret, Madrid : Casa de Velázquez, 2006, p. 355.

9 Il est déjà question de lui, en tant que bon gouverneur des Mariannes, dans l’Histoire philosophique.

10 Le Voyage de La Pérouse…,p. 349-50.

11 Il suppose, sans doute à tort, que les « indiens » viendraient aussitôt en aide à l’envahisseur.

12 « Un repaire de forbans et un village de fumeurs d’opium ». Les Anglais vendent des armes aux pirates des côtes de Bornéo et du golfe du Siam ; ensuite la marine anglaise tente de les arraisonner.

13 Son propre père, embarqué en 1791 avec d’Entrecasteaux, avait dévoré des récits de voyage pendant ses longues heures d’inaction. Voir H. Legrand, « Les Bibliothèques… », p. 180.

14 Edmond Jurien de la GraviÈre, Voyage de la corvette La Bayonnaise dans les mers de Chine (1850), 3e édition, Paris : Plon, 1872, deux tomes. Nous suivons cette édition, la seule accessible.

15 Edmond Jurien de la GraviÈre, La Marine aujourd’hui, Paris : Hachette, 1872, p. 169. Il ajoute : « Ces colonies [asiatiques] sont le sommet d’un monde à demi submergé », p. 170. Rappelons que l’opinion française était très divisée face à l’aventure coloniale, les motifs invoqués de part et d’autre étant essentiellement politiques. Jurien critique aussi l’institution qu’il a lui-même commandée : la station navale. Avec le recul il la juge « inutile et cruelle », p. 203. Il fait sans doute allusion au climat, et à la longue séparation d’avec les familles en un temps où le courrier avait le plus grand mal à fonctionner, même avec retard.

16 En 1897, les indépendantistes philippins se réfugieront chez les Anglais, à Hong-Kong. Comme pour la Californie, la diplomatie française préfère une présence américaine à une présence anglaise ou allemande. En 1899, les Allemands achètent à l’Espagne les îles Carolines et Mariannes.

17 Quand on reçoit à bord la reine Pomaré à Tahiti, on lui installe un trône.

18 Typique est un article très critique et très alarmiste de la Revue des Deux Mondes, 1er mai 1848, t. 22, p. 329-355. Il est signé Th. Aube. Il se fonde essentiellement sur une source espagnole.

19 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 1, p. 298, note 1. Celles de Ferdinand VII étaient moins cotées, les mexicaines encore moins.

20 Ibid., p 18.

21 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 54. Désormais, les références renverront aux trois premiers chapitres de ce tome 2.

22 Du 12 septembre au 2 décembre 1848, puis du 9 au 28 janvier 1850. Au total, ils auront passé plus de trois mois au Philippines, et connu trois climats différents.

23 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 16.

24 Ibid., p 19.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 20.

27 Jurien décrit « Singapore » comme un repaire de forbans, mais il ne dit pas si la ville est déjà célèbre comme lieu de plaisir. Il est un peu plus prolixe à Tahiti, mais il reste impersonnel.

28 Robert Mac Micking, Recollections of Manilla and the Philippines during 1848, 1849, 1850, Londres : Bentley, 1851. Ce livre est réédité de nos jours. En fait, il est très possible que Jurien ait rencontré Mac Micking. Tous deux ont été les hôtes du Français, M. Vidie. Au XIXe siècle, les publications en langue anglaise sur les Philippines sont plus nombreuses et fournies que les françaises (par exemple la longue visite de John Bowring, ex-gouverneur de Hong Kong).

29 Sur tout ce passage, voir Dolores ELIZALDE, « Comercio, inversiones y estrategia. Los intereses internacionales en Filipinas » in : D. Elizalde (ed.), Las relaciones entre España y Filipinas,Madrid-Barcelone : CSIC, Casa Asia, 2002, p. 221-239.Comme il était prévisible, Jurien s’abstient de faire allusion à deux tentatives récentes du roi des Français pour prendre pied aux Philippines.

30 Rappelons que Manille, comme La Havane fut conquise et occupée par les Anglais au début de la guerre de Sept Ans, mais, sous la conduite du chanoine Anda, les habitants parvinrent à les chasser.

31 L’intérêt des Allemands pour ces îles ira croissant, comme le prouve le gros ouvrage très documenté et bourré de statistiques de Fedor Jagor, Reisen in den Philippinen, Berlin : Weidmannsche Buchhandlung, 1873.

32 Autre sujet non traité : la vie culturelle. Il se trouve qu’un Diario de Manila de type européen a commencé à paraître en 1850, juste après leur départ. Le directeur s’était formé à Londres.

33 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 20.

34 Ibid., p. 25.

35 Ibid., p. 40.

36 Aux yeux de Mac Micking, l’institution a l’avantage d’être « cheaper » que toute autre !

37 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,t. 2, p. 58.

38 Titre d’une partie de Xavier Huetz de Lemps, L’Archipel des épices. La corruption de l’administration espagnole aux Philippines (fin XVIIIe-fin XIXe siècles),Madrid : Casa de Velázquez, 2006.

39 Il s’agit des augustins (à la suite d’Urdaneta), des dominicains (qui dirigent par ailleurs une Université), des franciscains et des récollets. Pendant ce temps, les jésuites formaient dans leur collège les futurs indépendantistes…

40 E. J. de la GraviÈre, Voyage de la corvette…,p. 219.

41 Ibid., p. 220.

42 Alexandre de Humboldt disait déjà qu’en territoire colonial, un homme de science est très heureux, un homme d’honneur beaucoup moins : quelque chose le gêne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Deux voyageurs français aux Philippines : La Pérouse en 1787, Jurien de la Gravière en 1848-50 : regarder le Pacifique depuis un bateau », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25089 ; DOI : 10.4000/e-spania.25089

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org