Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole : variété des modèles péninsulaires (XVe-XVIIe siècle)

Ports atlantiques, gouvernement castillan et consulats marchands (1470-1640)

Jean-Philippe Priotti

Résumés

Dans les pages suivante, il est question d’analyser la dynamique relationnelle de la monarchie hispanique avec les élites marchandes des ports et des villes de l'intérieur, et d’observer de quelle façon ces relations affectent l'économie et lui donnent une forme particulière entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XVIIe siècle. Une des questions centrales réside dans l’octroi de privilèges royaux et de monopoles à ces groupes, ainsi que dans leur impact différencié sur les économies internes et portuaires. Une étude sur le long terme permet de distinguer deux grandes phases : la première, pendant laquelle les pôles commerciaux intérieurs dominent, dure jusqu’aux années 1550, tandis que par la suite le rôle des ports dans l’économie s’affermit.

Haut de page

Texte intégral

1Les ports et leurs populations ont joué un rôle significatif au début de l’époque moderne, en particulier grâce à leur capacité à connecter les échelles locale, « nationale » et globale. Agents actifs du développement du capitalisme commercial, ils ont façonné l’économie-monde européenne. L’essor de l'Europe serait étroitement lié à la croissance de ses ports et de toute sa façade ouest, ainsi qu’à son accès direct à l'Atlantique. Pour certains auteurs, l’origine de ce phénomène serait d’ordre institutionnel (technologie et question des coûts comme forces motrices du développement historique) tandis que pour d’autres l’explication serait plutôt d’ordre socio-politique. Davantage qu’une opposition, c’est l’imbrication créatrice de ces deux facteurs explicatifs qui nous semble devoir être prise en compte car, au-delà du champ économique, les aspects technico-économiques sont enchâssés dans des pratiques socio-politiques.

2Dans le cas de l’Espagne, au-delà d’une stricte comparaison chiffrée, l’étude des mécanismes polymorphes de la croissance des ports et de leur hinterland permet d’affiner la compréhension des processus de globalisation. Dans les pages qui suivent, nous entendons simplement baliser les contours d’un projet plus ample croisant influence du gouvernement et des acteurs sur les formes de développement de l’économie portuaire hispanique.

3En analysant la dynamique relationnelle de la monarchie avec les élites portuaires et de l'intérieur, il est possible d’observer de quelle façon ces relations caractérisent l'économie et lui donnent une forme particulière. Une des questions centrales est celle des privilèges royaux et des monopoles, de leur impact différencié sur les économies internes et portuaires entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XVIIe siècle. À travers des allocations de privilèges économiques ainsi que d’intérêts divers pour leur composante géostratégique, les politiques gouvernementales constituent donc un facteur structurant du fonctionnement des ports et de leurs élites.

Monopoles, économies internes et périphéries portuaires (années 1470-1540/1550)

4Durant cette phase, les ports sont placés pour certaines activités sous la dépendance des villes de l’intérieur castillan. Burgos et les foires de Castille centralisent bonne part des échanges et concentrent les richesses, les ports et leurs hommes, malgré certaines activités propres (course, pêche, commerce du fer, d’huile, de vin), étant souvent spécialisés, pour le commerce de la laine et des textiles notamment, dans le rôle de transporteurs et de commissionnaires des élites urbaines de l’intérieur. Le niveau de capitalisation y est globalement plus faible que dans les villes de l’intérieur, même à Séville.

5Commençons par le nord-ouest espagnol qui communique surtout avec le nord de l’Europe et la Méditerranée. Le port de Bilbao, Burgos et les foires de Castille y sont les principaux partenaires et concurrents. De quelles ressources disposent ces différents centres ? Bilbao et ses environs produisent du fer, des armes et des navires tandis que Burgos contrôle une bonne part du commerce de la laine merina, les foires de Castille cumulant, quant à elles, foires de marchandises et foires de paiement. Même s’il ne crée pas ces spécialisations, le monarque légifère de façon à les renforcer, ce qui conduit à transformer des monopoles de fait en monopoles de droit. Il favorise ainsi des concentrations d’argent destinées à renflouer ses caisses via différents dispositifs (dont la fiscalité, les emprunts et les asientos).

6À cette époque, la Castille, royaume le plus peuplé et le plus riche, est en pleine croissance. Hormis la production céréalière (surtout destinée à la consommation locale et à celle du reste de la Péninsule), le produit phare est la laine merina que les marchands de Burgos exportent dans toute l’Europe. La force de Burgos et des Burgalais s’appuie d’abord sur ces exportations de laine dont le monopole est confirmé par le monarque, après des demandes répétées de la part du consulat de Burgos (créé en 1494). Ce monopole ne créait pas le commerce mais réservait à quelques-uns une chasse gardée, synonyme de gros profits. Dans les années 1550 et au début de la décennie suivante, les Salamanca obtiennent des bénéfices sur la laine oscillant entre 6 et 63%, avec une moyenne supérieure à 30% tandis que les bénéfices sur les ventes de toiles importées en Espagne et soumises à la libre concurrence tournaient autour de 20% pour les Salamanca, d’autres familles enregistrant des gains autour de 10-15%. Dans l’intérieur castillan, il existait une grande concentration de patrimoines marchands importants sans commune mesure avec celle réalisée sur la côte. En cautionnant le monopole (via la législation), le gouvernement castillan renforçait la cohésion et l’identité du groupe marchand burgalais, réduisant la concurrence sur ce produit-clé des exportations.

7Bien que l’on retrouve des familles basques parmi l’élite burgalaise et que des ressortissants de certaines villes, comme Soria ou Logroño, puissent se retrouver parmi les membres du consulat de Bilbao (ce qui limitait en théorie le caractère monopolistique) la domination des Burgalais sur le commerce lainier de Medina del Campo, où s’effectuaient de nombreuses transactions, dura pendant toute la première moitié du xvie siècle. Entre 1519 et 1573, les Burgalais réalisèrent 102 achats de laine, ce qui signifie qu’ils contrôlaient 64% du marché, la proportion étant bien plus importante entre 1519 et 1550 (72 achats) qu’après cette période (30 achats).

8Cette concentration de capitaux que les Burgalais réalisaient à travers les bénéfices des exportations de laine, leur permettait d’avoir une certaine emprise sur le commerce d’importation de textiles qui provenaient du nord-ouest européen, par des achats en gros qui leur permettaient de peser sur les fournisseurs et d’écarter la concurrence lors des ventes effectuées en Espagne. Bien qu’il ne fût soumis à un régime de monopole, ce commerce d’importation était plus difficilement accessible aux acteurs de la côte, aux finances moins solides et dont les affaires concernaient essentiellement le fer, la construction navale et un commerce d’importation retenue d’envergure réduite. La création du consulat burgalais signifiait aussi une volonté de contrôle renforcé sur les facteurs établis à l’étranger, que l’on entendait obliger à rendre des comptes aux marchands de la ville restés à Burgos. Monopole et centralisation des affaires allaient donc de pair.

9En 1494, Burgos avait reçu aussi le privilège exclusif d’organiser les flottes avec juridiction sur la côte nord et les provinces basques. Cette volonté de contrôle des Burgalais sur les moyens de transport et la géographie des exportations causa des disputes avec les Basques, les origines de ces différends remontant à leur présence en Flandre au milieu du XVe siècle. C’est surtout l’opposition à ce privilège qui déboucha l’année suivante sur des revendications biscayennes et la création d’un consulat indépendant à Bilbao en 1511, car les élites portuaires voyaient d’un mauvais œil que leur activité soit encadrée par des règles du jeu édictée à Burgos. De nouvelles luttes au sujet de l’influence commerciale des deux pôles s’ensuivirent en 1512 et en 1547 en particulier, même si le consulat de Burgos continuait à avoir juridiction sur les ports castillans des Quatre villes (Castro Urdiales, Laredo, Santander et San Vicente de la Barquera).

10De la fin du XVe siècle aux années 1550, un autre monopole devait réduire les possibilités d’échanges commerciaux et de concentration de capitaux dans les ports. Outre leur rôle commercial, les foires de Castille devinrent vers 1480 des foires de paiement et leur expansion se bâtit sur cette double fonction grâce à l’appui des Rois Catholiques et à celui de Charles Quint, lesquels préservèrent également les foires de Medina del Campo de sérieux concurrents. Gonzalo Fernández de Oviedo et Tomás de Mercado font des foires de Castille la principale place d’échanges et de commerce de toute l’Espagne dans la première moitié du XVIe siècle, lieu de rendez-vous d’affaires entre marchands de Burgos, de Séville, Bilbao et autres ports, et les étrangers, Génois, Anglais, Bretons en particulier, lieu de paiement aussi du fisc royal qui remboursait aux prêteurs étrangers les asientos qu’ils avaient signés avec la monarchie. Un commerce de l’argent y avait lieu de foire en foire entre Villalón, Medina del Campo et Medina de Ríoseco qui favorisait des gains faciles et de grande ampleur.

11Dès la fin du XVe siècle, les Burgalais dominèrent les foires de Medina del Campo dont le système des changes fonctionna correctement au cours de la première moitié du XVIe siècle. Il n’y eut pas de banqueroutes de marchands enregistrées de 1523 à 1548. À Burgos, dès 1470, on assista à l’éclosion de grandes fortunes grâce à la laine, aux privilèges du consulat de Burgos et de Bruges. Dans les années 1540-1550, les Bernuy, les plus grands marchands de Burgos, vendaient pour plus de 100 millions de maravédis de pastel par an. Plusieurs autres familles burgalaises avaient des patrimoines qui se situaient entre 30 et 40 millions de maravédis. Leur aisance financière collective les rendait capables de prêter 90 000 ducats à Charles Quint dès 1526 et 100 000 ducats en 1537, car certains d’entre eux faisaient également office de banquiers et de changeurs à Burgos et à Medina del Campo.

12Des sept inventaires de biens après décès dont on dispose pour les marchands de Medina del Campo entre 1523 et 1560, seuls deux dépassent les 10 millions de maravédis, un de 11,27 et un de 93,69 millions de maravédis, les cinq autres se situant entre 0,78 et 8,1 millions. La bourgeoisie de Medina était sans doute globalement moins riche que celle de Burgos dont les marchands possédaient des patrimoines avoisinant souvent les 30-40 millions de maravédis.

13Le port de Bilbao possédait de nombreux atouts, notamment une industrie du fer prospère qui participait à la fois à la construction de moyens de transport commercial de petits tonnages et de plus gros navires pouvant servir au commerce et à la guerre, outre des fabriques d’armes. La puissance polyvalente du port de Bilbao (port d’armement et de guerre, de pêche, de commerce, d'exportation du fer) et ses avantages fiscaux obligeaient les Burgalais à recourir aux services des Basques (comme maîtres de navires et comme commissionnaires dans le port en particulier). C’est surtout le potentiel militaire du port biscayen qui intéressait le gouvernement et le poussait à accorder aux Basques des privilèges et des immunités de toute sorte.

14En premier lieu, Bilbao bénéficiait du statut de quasi port franc et l’ensemble de la Biscaye était pour l’essentiel exempté d’impôts. Ces avantages fiscaux constituaient un atout capital pour l’essor d’un vaste marché dans la ville qui eut surtout lieu dans la seconde moitié du XVIe siècle. Les produits basques envoyés en Castille étaient également libres d’impôts et à Séville, par décision expresse du roi, la commercialisation des produits sidérurgiques était exclusivement réservée aux forges et aux marchands basques, cette mesure présentant l'avantage de rendre le fer basque compétitif vis-à-vis de l'extérieur. Comme le complexe portuaire bilbanais était le premier centre de construction navale et d’armes d’Espagne, l’État subventionnait la construction privée de navires de gros tonnage pouvant servir pour la guerre et le commerce.

15En définitive, les importations en Biscaye, les transactions sur le marché de Bilbao ainsi que les exportations du fer et les transports maritimes basques bénéficiaient de l'appui d'ordonnances royales. À certains égards, l’ensemble du potentiel économique de Bilbao et de la Biscaye se trouvait ainsi stimulé et protégé, et ses produits bénéficiaient de coûts avantageux à l’extérieur compte tenu des exemptions de taxes et des subventions reçues. Comme dans le cas burgalais, ces prérogatives, que les Bilbanais défendaient pour en assurer la longévité, contribuaient à créer un sentiment d'appartenance à une même communauté et à façonner l'identité biscayenne.

16Bilbao centralisait une bonne part des exportations de fer basque, de laine castillane et des importations (surtout pour le compte des marchands de Burgos et de Medina del Campo) de marchandises provenant du nord-ouest européen (textiles en particulier).

17Très tôt, la monarchie fit preuve d’ingérence dans les communautés de marchands espagnols à l'étranger. Si elles reçurent des privilèges de la société d'accueil, les communautés biscayenne et castillane essayèrent de résister à la volonté de Jean ii de nommer les consuls des « nations » à Bruges en 1428, et en 1455 Henri IV promut la naissance de deux « nations » distinctes, celle de Castille et celle de Biscaye. Les organisations marchandes espagnoles à l’étranger ne furent donc pas des organisations spontanées puisqu’elles furent dès leur fondation liées à l’Espagne et au monarque. Ce qui signifie que l'efficience commerciale venait tout autant des États que de la guilde marchande elle-même et qu'il y avait donc des alternatives efficaces à la présence de la corporation pour résoudre des conflits.

18Les monopoles octroyés par le roi à des groupes de privilégiés favorisèrent la fragmentation du commerce, la répartition de fonctions entre ports et villes de l’intérieur, la concentration de certaines marchandises aux mains de certains groupes, ce qui tendait dans les faits à limiter diversifications et intégration verticale des activités. Comme ces monopoles et privilèges différenciés donnaient protection à certaines communautés marchandes, les marchands n’appartenant pas à un consulat ou à une communauté puissante tiraient difficilement leur épingle du jeu, puisque les consulats veillaient jalousement à leur pré carré. Cela limitait l’expansion de l’économie du nord de l’Espagne.

19Tandis que Burgos, Medina del Campo et Bilbao contrôlaient le commerce avec le nord-ouest européen, à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, le commerce andalou se dirigeait de préférence vers la Barbarie du Ponant, les îles de l’Atlantique (Açores, Canaries, Madère, etc.) et le Portugal, seulement 20% de son trafic étant réalisé avec le Nord-ouest européen. Les échanges avec ces archipels constituaient la partie la plus importante du trafic extérieur sévillan.

20Avec la découverte de l'Amérique et des métaux précieux, l’intérêt de la monarchie pour le commerce andalou crut et le choix de Séville fut politique tout autant que commercial, puisque Séville était un port facile à protéger militairement et à contrôler du point de vue fiscal. Dès le début, la monarchie hispanique adopta une forme rigide de monopole. La volonté de se le réserver dut être rapidement abandonnée et le monarque créa un double monopole, sévillan en ce qui concernait le lieu à partir duquel il s’organisait (seul port habilité à commercer avec les Indes) et castillan pour ce qui était des personnes autorisées à faire commerce en Amérique. Son influence se fit sentir à travers la fondation de deux institutions : la casa de la contratación créée en 1503 et le consulat de marchands créé en 1539, dont la prééminence fut renforcée en 1543 et en 1550, date à laquelle le monopole américain fut octroyé au consulat de Séville. Le consulat de chargeurs sévillans se fit sur le modèle de celui de Burgos (le consulat de Burgos est expressément cité dans les ordonnances) et il était également sollicité pour effectuer des prêts d’argent au monarque.

21Outre des compétences en matière de justice, une des fonctions du consulat était de lutter contre la pénétration d’autres commerçants dans le monopole, surtout des étrangers, c’est-à-dire des non-castillans. La politique, discriminatoire vis-à-vis des Aragonais et des autres étrangers, l’était aussi par rapport au niveau de richesse. En créant le consulat de chargeurs aux Indes, s'affirma le problème de la naturaleza et les conditions de participation à la carrera pour les non-castillans se durcirent (20 ans de résidence, dont 10 en tant que commerçant ou époux d'une espagnole, avoir une maison propre et des biens dans la ville), plus un grand nombre de conditions requises, outre la somme minimum de 300 000 maravédis pour pouvoir commercer.

22Ces mesures avaient davantage à voir avec une volonté de centralisation et un souci de concentration de capitaux qu’avec la xénophobie. Malgré des décrets prohibant l'installation des étrangers en Amérique (le premier en 1501), la monarchie faisait des exceptions (lettre de naturalité ou licence spéciale) et ouvrit le commerce des Indes aux Allemands et aux Flamands à partir de 1526, bien que ce privilège ait peu duré, jusqu'en 1538 au plus. Le roi utilisait toutes les « nations » présentes qui lui étaient nécessaires : il profitait du savoir portugais en leur concédant la traite des esclaves, le financement de la carrera étant assuré en bonne part par les Génois, de longue date à Séville.

23Séville était également à cette époque une place de change aussi bien pour d’autres places espagnoles qu’internationales. Malgré la constitution de quelques grandes fortunes, Séville ne représenterait pas un pôle de capitalisation de première ampleur, les arrivées de métaux précieux y étant encore relativement modestes jusque vers 1550. Cette hypothèse demande à être vérifiée. Il faudrait mener une longue enquête dans les archives notariales de la ville et disposer de testaments et inventaires après-décès de marchands sévillans pour s’en assurer. Posons néanmoins quelques jalons. Entre 1492 et 1503, les armements pour les Indes furent un quasi-monopole de la Couronne et les premières expéditions pour le compte de particuliers le fruit de navires isolés exposés à la piraterie et à la course, française au premier chef. Les navigations isolées qui y menaient occasionnaient de nombreuses pertes et les conquêtes des coûts importants.

24Pour cette première moitié du XVIe siècle, les historiens évoquent volontiers le nouveau monde comme « incertain et à peine entrevu ». La période allant jusqu’aux années 1550 doit surtout être considérée comme une phase longue de tâtonnements et d’expériences diverses dans les îles d’abord puis sur le continent, les premières grandes mines d’argent n’étant découvertes que dans années 1540. Les bénéfices du commerce transatlantique étaient aléatoires, car les guerres de conquête qui durèrent jusqu’à cette époque-là, ainsi que la mise en place de structures d’exploitation, réclamaient aussi leur part des trésors.

25À Séville, il y avait peu de grands marchands locaux. Ce furent surtout les Génois qui s’enrichirent dans la cité du Guadalquivir. En 1545, on rencontre aussi des banquiers qui brassaient un gros volume d’opérations bancaires. Les hommes d’affaires de l’intérieur castillan, surtout ceux originaires de Burgos, pourtant participants de plein droit au monopole, eurent à l’égard de la carrera une attitude prudente. Dans la seconde moitié du XVe siècle, lorsque la présence des Burgalais à Séville devint significative, la « nation » burgalaise était la seconde en importance après la génoise. Son organisation commerciale est intéressante puisque des facteurs étaient envoyés en Andalousie pour le compte de compagnies qui restaient établies à Burgos. L’Andalousie représentait à cet égard une zone d’extension de leurs affaires et de diversification des investissements. Les Burgalais, de passage ou installés à Séville, avaient surtout des liens privilégiés avec les autres ports européens, le Portugal, principalement Lisbonne, dominait, devant la France atlantique, l'Angleterre et la Flandre.

26Mais ces facteurs n’étaient souvent que de passage : Peu s’installaient durablement dans le port andalou. S’ils devenaient indépendants des maisons mères en s’établissant sur place, les Burgalais ne constituaient pas immédiatement de gros patrimoines et les aléas du commerce hispano-américain ne leur épargnaient ni déboires ni faillites, bien que le caractère monopolistique de ce commerce laissait présager de gros bénéfices. Globalement en tout cas, à cette époque, la concentration de capitaux marchands à Séville semble plus basse qu’en Castille. Malgré une augmentation de leur montant entre 1515-1519 et 1536-1540, la majeure partie des dots de marchands restent comprises entre 21 000 et 90 000 maravédis, c’est-à-dire entre 56 et 240 ducats ! Il ne s’agit que d’un indice et une recherche de longue haleine dans les archives des protocoles de Séville, je le répète, serait nécessaire pour étayer cette hypothèse car, à dire vrai, aucun travail d’ampleur n’a été mené sur l’élite sévillane dans la première moitié du XVIe siècle.

27S’ils commerçaient dans les trois espaces du commerce sévillan (vers l'Afrique, vers l'Amérique et vers l'Europe) et qu’ils utilisaient la lettre de change, le prêt à la grosse et un peu tous les supports de l'échange, les Burgalais des années 1470-1520 n'intervenaient pas dans le fret à Séville et donc pas dans la comenda. Malgré leur présence dans le port, ils gardaient les mêmes caractéristiques que dans leur ville natale et restaient surtout connectés à l’Europe. Bien que ceux établis à Séville investissent parfois dans la propriété de navires, plus fréquemment, les Burgalais faisaient appel à des Basques. En revanche, leurs lettres de procuration étaient données à d'autres Burgalais pour récupérer de l'argent à Séville ou ailleurs, aux Indes par exemple. L’utilisation massive de la lettre de change et de l’obligation à Séville, fondement de leur commerce en Castille, engendrait des problèmes de remboursement car les défauts de paiement étaient légion compte tenu du caractère aléatoire du commerce à ces débuts. Les liens avec la patrie d’origine semblaient par conséquent plus forts que ceux tissés sur place.

28Fruit de la Reconquête et de son cortège de dons de terres, la présence des Basques en Andalousie eut par la suite pour raison d’être la conquête de Séville et la guerre de Grenade, leur intervention systématique sur les côtes andalouses datant des années 1460. Il faut dire que l’Andalousie leur offrait alors un large éventail d’activités potentielles : course, participation aux bénéfices des rescates sur les côtes africaines et aux Canaries, licence de sortie de céréales, en plus du commerce lié aux préparatifs des armadas et du commerce de marchandises. Leur venue en Andalousie fut rapidement motivée par d’autres incitatifs. Tandis qu’en 1492-1493, navires et équipages andalous se taillaient la part du lion sur la route des Indes, dix ans plus tard, Séville, débordée, faisait appel aux ressources du Nord. Entre 1474 et 1515, 46% des navires qui sortaient de Séville étaient basco-cantabres, les autres étant andalous. À partir des premières décennies du XVIe siècle et jusque dans les années 1570-1580, 80% au moins de l'armement de la carrera provint de la côte basco-cantabrique. Les maîtres basques en profitèrent pour renforcer leur contrôle sur la navigation vers l'Amérique au cours du XVIe siècle.

29Il serait erroné de limiter cette demande sévillane à la seule capacité de transport : Cela signifiait aussi transfert de matériel de guerre, d’équipages et de soldats, dont la disponibilité en Andalousie était réduite. Bien qu’à partir de 1505 la casa de contratación eût un représentant à Bilbao, dont le rôle consistait à fournir navires et marins, indispensables à la connexion Andalousie-Amérique, réunir des gens de guerre pour défendre la route vers les Indes était aussi office de Biscayen. Depuis la Biscaye, on acheminait des armes vers l’Andalousie, puisque Séville en manquait de façon récurrente. Les forces navales chargées de donner la chasse aux indésirables qui croisaient dans les parages des Açores provenaient surtout du Pays Basque espagnol. Au besoin, marins et soldats expérimentés du Nord de la Castille fermaient la traversée du golfe de Biscaye et récupéraient les prises faites en Andalousie par les Français qui les conduisaient dans leur port. Le souverain avait donc tout intérêt à inciter ce potentiel maritime et militaire basque à collaborer à ses propres desseins. Comme on l’a déjà noté, les Basques avaient reçu de la part du monarque des privilèges commerciaux. Ainsi les contacts commerciaux entre les villes basques et l’Andalousie avaient été facilités par l’exemption de frais de transit (portazgos) et de droits de douanes (frais de port perçus par la Couronne ou le seigneur sur les marchandises qui transitaient par leur terre) par le roi de Castille pour de nombreuses villes, pour récompenser des services militaires et renforcer l'économie de repeuplement et de commerce. Toutefois, le flux commercial entre le Nord et le sud était assez réduit à cette époque.

30Ce qui montre bien l'importance de la question des droits liés à l’appartenance est que marins et marchands basques emportaient avec eux à Séville des lettres de domiciliation (cartas de vecindad) et des lettres de privilèges. À l’image de nombre de Burgalais, les Basques d’Andalousie gardaient vecindad y casa poblada dans leur lieu d’origine. Ces Basques ne représentaient pas vraiment une communauté, une colonie au XVe siècle, et il n’exista pas de tradition d’union entre eux avant 1540, date de la fondation d’une confrérie propre.

31La majeure partie des marchands basques connus à Séville ne travaillaient pas habituellement en Méditerranée, en Flandre ou en Angleterre. À première vue leur rayon d'action était limité à Séville et à l’Amérique : il s’agissait d’un groupe nouveau dont l’activité marchande principale était le commerce du fer et des armes. Certains faisaient néanmoins de bonnes affaires. En 1536, la fortune de Juan de Urrutia, grand marchand basque de Séville, était évaluée à 50-60 000 ducats. D’autres que lui durent s’enrichir bien que le développement des échanges transatlantiques à partir de la seconde moitié du XVIe siècle signifiât sans doute davantage d’opportunités d’enrichissement pour un plus grand nombre d’acteurs.

32Quelles conséquences tirer de ces multiples créations institutionnelles et des frontières qu’elles instauraient ? En engendrant un approvisionnement restreint, la création de ces différents monopoles signifiait de hauts prix pour les consommateurs en Amérique comme en Europe. Bloquée par des institutions aux larges privilèges, chaque ville et/ou port et son arrière-pays était tributaire d’une géographie, de certaines fonctions, de pratiques marchandes et de marchandises spécialisées mais limitées, et non d’une multiplicité de réseaux de commerce intégrés par une seule ville ou un seul port.

33Les ports de Bilbao comme celui de Séville pâtissaient de carences de difficile compensation. Séville était avant tout un port collecteur de matières premières coloniales, mais il n’avait pas de flotte puissante propre, non plus que de grands marchands internationaux. Bilbao, pour sa part, avait une flotte et des produits propres, mais son essor était limité. Il n’abrita pas de structure bancaire d’importance, rôle dévolu à Burgos et à Medina del Campo. Cette spécialisation des fonctions que recoupaient des communautés marchandes bien identifiées réduisait la capacité d'intégration des différents territoires, même dans la période où les monopoles étaient contestés. En limitant le nombre de marchands et le volume du trafic, ces consulats monopolistiques ne bénéficiaient pas à l’économie toute entière, mais seulement à ceux qui les contrôlaient, et au roi qui puisait dans ces réserves monétaires.

34Ces monopoles eurent une influence importante en Espagne au début de l’époque moderne, car ils recoupaient non seulement les intérêts économiques particuliers de certains groupes, mais aussi des identités culturelles. Le monopole ne partait pas de rien et l’activité des monopolistes était aussi dictée par la sociabilité et l'identité culturelle. Le résultat de l’intervention de l’État renforçait donc particularismes politiques, spécificités économiques et socio-culturelles. En créant des aires d'exploitation privilégiée, des monopoles sur des produits particuliers et des juridictions, l’intervention de l’État aboutissait à des degrés différenciés de concentrations de capitaux. Ajouté à la fiscalité douanière (dîmes de la mer et almojarifazgos) entre les différentes couronnes et vis-à-vis de l'extérieur, elle segmentait l'économie et renforçait les particularismes. Ce manque d’unité et de cohésion faisait augmenter les coûts de transaction et générait de la méfiance en dehors du cercle des ayants-droits, les compagnies de Burgos et de Medina s’efforçant de contrôler étroitement les agents qu’elles employaient en Andalousie ou à l’étranger. Compte tenu de ces caractéristiques, peu de marchands espagnols établis en Espagne avaient des activités à la fois locales, européennes et globales. Cela affectait profondément les possibilités de création d’un réseau portuaire espagnol.

Intensification des trafics ultramarins, concurrences étrangères et concentrations portuaires (1560-1640)

35Tandis que les économies portuaires se consolidaient, les problèmes de l’économie intérieure, castillane, s’aggravèrent dans les années 1560-1570, ce qui se reflète dans le produit global des droits de douanes des dîmes de la mer qui baisse pratiquement de façon continue jusqu’à la fin du siècle. La monarchie fut en partie responsable du déclin de l’intérieur castillan. Le système des foires qui avait fonctionné de façon correcte jusque vers 1550 connut par la suite des prorogations répétées dues à l’impossibilité dans laquelle se trouvait la monarchie de rembourser les asientos aux financiers. La période entre 1559 et 1578 est considérée comme celle du grand désordre des foires de Castille. Le commerce burgalais et les foires de Medina del Campo pâtirent de faillites et des prélèvements de capitaux organisés par le gouvernement pour le financement des guerres.

36Mais d’autres éléments entrèrent en jeu dans ce déclin, plus directement liés à l’économie elle-même, notamment le déphasage entre un système de crédit européen et des délais de rotation de capitaux bien plus longs dans le commerce hispano-américain. À un moment d’affluence de métaux précieux, les monopoles durent en outre affronter une concurrence provenant tant de l’intérieur que de l’extérieur de la Péninsule. La centralisation du pouvoir de décision des firmes castillanes, de contrôle à distance, précipita leur déclassement au niveau international tandis que se développait des formes d’organisation commerciale (dans les ports notamment) à la fois plus rationnelles et plus souples.

37Dans les années 1560-1570, malgré les arrivées massives de métaux précieux en Andalousie, de nombreux retards eurent lieu dans les paiements des foires à cause de décisions royales qui en perturbaient la tenue : retards en 1569, 1570 et 1572, suspension en 1574 et entre octobre 1575 et mai 1578. La foire d'octobre 1578 supposa la célébration de 7 foires en même temps. Sur le marché de l’argent à Medina del Campo, les protêts se multiplièrent dès après 1550 alors qu’ils n’avaient été que marginaux jusqu’alors. Deux séries de banqueroutes des marchands de Medina eurent lieu dans la seconde moitié des années 1550 et à la fin des années 1560, dont une partie peut être reliée aux emprunts que Charles Quint et Philippe II réalisèrent aux foires à partir de 1543. De nombreuses grandes firmes (de Burgos et de Medina notamment) firent faillite, dont certaines retentissantes, comme celle des héritiers de Diego de Bernuy et de Jerónimo de Salamanca en 1570, respectivement pour 60 et 150 millions de maravédis. En 1567-1568, des faillites à Séville eurent également des répercussions à Medina. La suspension des paiements de 1575 contribua à accélérer le déclin des foires de Castille et à partir de 1578 une partie des changes se firent à Madrid, les activités de Medina del Campo se tournant tendanciellement vers le secteur agricole au détriment du commerce et de la finance.

38Entre 1550 et 1600, Burgos perdit presque un tiers de ses habitants. Les exportations de laine des marchands du consulat de Burgos vers les Pays-Bas chutèrent à partir des années 1550 et davantage encore dans la décennie suivante. Dans les années 1570, des Italiens et des Français apparurent comme commerçants de laine, de papier et de toiles. À partir du début du XVIIe siècle Basques et Navarrais s’impliquèrent aussi dans le commerce de la laine.

39Le recul castillan profita, jusqu’à un certain point, aux économies portuaires. Il s’opéra après le milieu du siècle un renforcement des marchés portuaires et de la mainmise des élites maritimes sur les échanges. Avec le déclin burgalais, Bilbao devint un grand marché international à partir des années 1560-1570, notamment grâce aux ventes de textiles, et les Basques s’impliquèrent plus que par le passé dans les relations commerciales avec les villes de l’intérieur. Bilbao et ses marchands tirèrent profit du recul burgalais et de l'effondrement de leurs monopoles pour investir dans le commerce de la laine et dans les assurances. Bilbao s’érigea par ailleurs en héritière du trafic des autres ports de la côte, de Santander et de Laredo en particulier, lourdement pénalisés par les conflits en mer du Nord. Les acteurs de la côte se tournèrent donc vers les potentialités de l'intérieur et renforcèrent leur commerce avec la côte espagnole. Tandis que le réseau urbain se démantela dans la seconde moitié du XVIe siècle, le commerce de cabotage sur le pourtour ibérique se renforça.

40Le port de Bilbao devint un lieu de rendez-vous privilégié des marchands castillans et étrangers. Le commerce s’y effectuait de façon plus rapide, sans taxes à payer tant que les marchandises ne sortaient pas de Biscaye et que la redistribution des marchandises pouvait s’effectuer par voie maritime sur tout le pourtour luso-espagnol. Dans les années 1560, le conseil municipal de Medina del Campo déclarait que la vitalité des foires ne pouvait se conserver sans l’interdiction de l’entrée de monnaie dans les ports de Biscaye, des Asturies et de Galice afin d’y éviter achats et ventes de marchandises et exportations d’argent du royaume au détriment des foires de Medina.

41Les chiffres fournis par Henri Lapeyre pour l'année 1578 nous éclairent sur l'évolution de la part des Bilbanais dans le commerce terrestre du nord de la Péninsule. Entre 1559 et 1578, l'échelle des montants d'imposition se nivela. Tandis qu’en 1559-1560, les taxes que payaient les marchands de Bilbao représentaient 7,5 % de celles payées par les Medinenses et 13% de celles des Burgalais, vingt ans plus tard, ce taux était passé respectivement à 11% et 21,5%. L’importance croissante du milieu marchand basque au moment même où la conjoncture se détériorait en Vieille-Castille était indéniable.

42L’essor du marché bilbanais qui avait profité de la baisse de régime castillane dans les années 1560-1570 pour centraliser les ventes de textiles, bretons essentiellement, devint de plus en plus un marché agricole et de matières premières (cire, cuivre, poisson, etc.) à la fin du siècle, même si le port continua à être la porte d’entrée des marchandises étrangères à destination de Madrid.

43C’est parce que le jeu de Bilbao était relativement fort qu’il réussit à maintenir un commerce actif jusque dans les années 1590 et après une crise dans les vingt premières années du XVIIe siècle, son activité reprit dans les années 1630-1640, bien qu’à un niveau inférieur à celui des années 1560-1570. L’industrie du fer se développa au XVIe siècle et se maintint à un haut niveau, jusque vers 1630 au moins, soutenue en particulier par les commandes royales de matériel de guerre et de navires. On construisait des navires de grande taille pour tirer profit des aides du roi et ces navires finissaient par se vendre en Andalousie avec un bénéfice qui pouvait atteindre 80% et plus.

44Fort de leur potentiel naval, les Basques faisaient leur possible pour alimenter le trafic portuaire de commerces incluant l'Amérique espagnole et britannique. L’ouverture du marché anglais à la laine et au fer espagnols après 40 ans de disparition virtuelle y joua un rôle important puisqu’il permit la naissance d'un commerce triangulaire entre le nord de l'Espagne l'Angleterre et l'Amérique du Nord (Barnstaple-Virginie/Nouvelle Angleterre-Bilbao-Barnstaple). Ce commerce joua un rôle clé dans la récupération commerciale des années 1630.

45En parallèle, un commerce de textiles français et de fer se développa entre Bilbao-Séville/Portugal et l’Amérique espagnole. Mais ce nouveau commerce n’apporta que de faibles possibilités d’intégration commerciale dans la Péninsule, car fruit d’une collaboration avec des acteurs étrangers et dépendants en partie de marchés et de marchandises étrangères.

46Le déclin de Medina del Campo permit également aux acteurs de la côte de gagner en autonomie financière. À la fin du siècle, les Bilbanais utilisèrent davantage la lettre de change que par le passé. Ils tiraient des lettres de change depuis leur port d’origine, à payer à Madrid ou sur d’autres places et ports, sans besoin d’entretenir un agent aux foires de Castille.

47Dans ce processus de concentration commerciale à l'avantage du port du Bilbao, les rapports avec les marchands de l’intérieur se modifièrent, car les Bilbanais s’associaient souvent à des étrangers pour l'exportation de laine et de fer comme pour l'importation de morue et de textiles. Devant la défection des marchands burgalais et des Medinenses,les élites maritimes s'appuyèrent à l’intérieur sur un groupe de muletiers-marchands, notamment ceux de Yanguas, assurant transport et commercialisation entre l'intérieur et la côte. Au moment-même où se délitait le réseau urbain castillan, s’opérait donc une rationalisation des échanges ; les acteurs maritimes et terrestres accompagnant la marchandise et gommant les intermédiaires. Souvent, les achats et les ventes dans les ports se soldaient au comptant ou par troc. Plutôt que d’employer des facteurs appartenant à une compagnie, les marchands de la mer multipliaient les associations de type différent pour étendre le champ de leurs affaires et utilisaient les services d’un commissionnaire. Ces pratiques commerciales faisaient baisser les coûts de transaction.

48En 1618, le consulat de Burgos se plaignait de ces transferts de compétences et demandait au roi que les commerçants étrangers qui vivaient dans les ports aillent à Burgos avec leurs effets. Bilbao répondit que de telles mesures avaient été refusées par les ports andalous au motif du faible nombre de places de commerce capables de servir de centre marchand à l’intérieur. Le rapport aux étrangers était pour beaucoup dans cette récupération, car on essayait de les intégrer dans le consulat de Bilbao et les étrangers (Français et Anglais surtout) étaient par ailleurs obligés de maintenir un huésped originaire du lieu, ce qui permettait aux locaux de profiter des réseaux de commerce et des savoirs étrangers. Le rôle de ces étrangers en Espagne fut renforcé par la politique de commerce privilégié qui s’accentua au XVIIe siècle, à travers des embargos et des licences spéciales. À la fin du XVIe siècle, certains marchands de Bilbao possédaient des fortunes d’un ordre de grandeur comparable à celles des Castillans et nombreux étaient ceux qui s’étaient enrichis. Les inventaires après-décès démontrent que les patrimoines marchands bilbanais ont été multipliés par six, en moyenne, entre 1542-1584 (10 patrimoines, 2 millions de maravédis en moyenne) et 1588-1611 (7 patrimoines, 12,4 millions de maravédis en moyenne).

49À partir des années 1560, le commerce de Séville se développa sous l’effet de l’introduction de la technique de l’amalgame dans les mines américaines et les métaux précieux ne cessèrent dès lors d’affluer en grandes quantités, affluence qui se maintint à un haut niveau jusque vers 1640. Les droits de douanes de l’almojarifazgo de Indias augmentèrent tendanciellement à partir des années 1560 et jusqu’à la fin du siècle. L’Andalousie (Séville, Cadix et Sanlúcar) polarisa dès cette époque une bonne partie des échanges de la Péninsule avec l’extérieur. L'avantage de Cadix et de Sanlúcar n'était pas seulement la rapidité d'accès, mais surtout l'éloignement de la structure administrative. Séville qui avait toujours été un centre de paiement profita aussi de la baisse de régime enregistrée à Medina del Campo.

50Tandis que le commerce du nord-ouest de l’Espagne avait réussi à résister à la montée en puissance du commerce andalou dans la première moitié du XVIe siècle, postérieurement le commerce andalou concentra des volumes d’échanges de plus en plus importants. En 1568 comme en 1569, les marchandises chargées à destination de l’Amérique se montaient à 500 millions de maravédis (1,1 million de pesos environ) et les flottes de retour en 1569 avaient rapporté 2,6 millions de pesos environ de métaux précieux et de marchandises diverses. En 1570-1571, un tiers de l’argent arrivé à Séville restait en Andalousie ainsi que le cinquième de l’or, la part se dirigeant vers les foires de Medina del Campo étant également du tiers des arrivées d’argent.

51Des registres de notaires sévillans permettent d’établir que le montant annuel des opérations rédigées dans le port s’élevait de 3 à 6 millions de ducats (1579-1584) et que pendant cette période 4 millions de pesos en moyenne arrivaient sur les berges du Guadalquivir comme contrepartie de la valeur des marchandises expédiées antérieurement. De plus, si Séville ou Lisbonne avaient besoin de draps ou de soie pour envoyer aux Indes, les marchands n’attendaient plus les foires et allaient s’approvisionner sur les lieux de production où ils achetaient souvent la marchandise au comptant.

52Les communications avec le Nord-Ouest européen, pour le textile notamment, jadis assurées par Bilbao, furent de façon croissante contrôlées par l'Andalousie vers laquelle les étrangers se ruaient, à la recherche de métaux précieux. Bien que Séville renforçât son rôle dans l'économie espagnole, le monopole des chargeurs aux Indes se fissura de toutes parts. De nouveaux acteurs arrivèrent en Andalousie. À partir des années 1570, de nouveaux acteurs appelés pasajeros ou peruleros se rendaient depuis le Pérou jusqu'à Séville et Bilbao, en Italie et en France pour se ravitailler en tissus. Ils contrecarraient ainsi la politique de hauts prix pratiqués par les Sévillans en Amérique.

53À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, le monarque soucieux de multiplier les concentrations d'argent pour mener sa politique, donna la possibilité à ces groupes de marchands outre-mer de s'organiser en consulats (à Lima et à Mexico), ce qui engendra de nouveaux conflits entre ces deux derniers consulats et celui de Séville. Cet élargissement du monopole à de nouveaux acteurs se doublait de concurrences entre cargadores et contrebandiers. Avec les arrivées massives de métaux précieux la monarchie et les cargadores perdirent la main dans le contrôle des échanges au profit des étrangers européens et des peruleros.

54À cette époque, les étrangers détenteurs des marchandises vendues aux Indes s'établirent plus fréquemment que par le passé en Andalousie et y créèrent des consulats de marchands étrangers, à Séville et à Cadix notamment. La nomination de leurs consuls devait opposer souverains étrangers et castillan. La concurrence illégale et l'importance croissante des marchands étrangers organisés en consulats expliquent que les consulats locaux aient perduré, car ils voulaient sauvegarder leur rôle d'intermédiaires entre le commerce européen et l’Amérique.

55Pour faire venir de la marchandise à Séville : On utilisait des facteurs établis à Nantes, Rouen, etc., ou on achetait la marchandise sur place. À mesure qu'avançait le règne de Philippe II s'imposait la vente directe de marchandises par les propriétaires des navires français et flamands qui arrivaient à Séville. Ces ventes se faisaient souvent au comptant vu que les marchands arrivés avec le chargement ne connaissaient pas suffisamment la solvabilité des chargeurs sévillans. De plus en plus souvent ces compraventas eurent lieu à Sanlúcar et à Cadix, car les impôts y étaient moindres qu’à Séville. Les pasajeros étaient ceux qui achetaient le plus de marchandises au comptant tandis que les chargeurs sévillans les faisaient venir à crédit depuis les centres producteurs ou l'achetaient sur place.

56Néanmoins à la différence de ce qui se passait à Bilbao, l'exclusion des étrangers s'appliqua de façon rigide pendant le règne de Philippe II. La présence du consulat et l'insistance de la monarchie à fixer les règles du monopole pour tirer profit des trésors américains et des droits de douanes provoquèrent le déplacement progressif du rendez-vous des affaires à Cadix et à Sanlúcar.

57Les portugais allaient unifier le monde atlantique en développant des méthodes qui fonctionnaient dans tous les ports. Grâce à l'union et aux privilèges donnés par les accords de Tomar, les Portugais étaient partout à partir de 1580. Au XVIIe siècle, grâce à la protection d’Olivares à partir de 1629 ils s'intégraient à l'écheveau des financiers de la Couronne de Castille. L’empire espagnol influença de façon déterminante le développement de leurs activités.

58Du point de vue commercial, la réussite portugaise s'explique de plusieurs façons. Deux points semblent importants : l’intégration verticale des activités (propriétaires de navires, charpentiers navals, artisans, commerçants, marchands, financiers) qui marquait l'autonomie de la nation portugaise et une volonté d'exclusion des concurrents et de développement simultané et décentralisé de leurs activités au Brésil, en Afrique, en Méditerranée, en France, en Flandre, en Europe centrale et en Asie. La nation portugaise était une communauté de la circulation plutôt qu’une nation attachée à un seul territoire, à des monopoles et à des privilèges locaux.

59Ces monopoles partagés entre l'État et de grands groupes marchands affectaient tout autant la structure que l'efficience économique. Ils déterminaient la nature de la concurrence qui permettait d’en détourner les effets délétères. Ils empêchaient une convergence globale des prix péninsulaires et l’intégration des marchés.

60Toutefois, le gouvernement et les institutions économiques ne soumettaient pas tout à leur loi et les pratiques agissaient pour les contrer ou pour agir en marge d'eux. Une série de facteurs contribuèrent à un changement de la donne et à une polarisation croissante des échanges dans les ports.

61Les contours des groupes sociaux qui composaient les institutions marchandes étaient poreux : des lignages basques étaient présents dans le consulat de Burgos, dont certains officiaient au poste de prieur ou consul : les Larrea, Agurto, Múxica, lesquels maintenaient par ailleurs des liens avec leur port d'origine. Ils servaient d'interlocuteurs privilégiés entre les consulats de Basques et de Castillans. De même, des membres du consulat de Castille à Bruges ou de la nation de Castille à Anvers étaient originaires de Biscaye et par le biais d'associations avec des Castillans, certains étrangers profitaient des privilèges de la nation ou consulat dans la ville d'accueil. Si cela fluidifiait les circulations et la coopération entre des membres des différentes institutions, seules quelques grandes figures possédaient une culture hybride leur permettant de rallier plusieurs institutions et d’élargir le champ de leurs activités. Tout cela permettait la coopération mais n'inspirait pas suffisamment la confiance pour multiplier les associations et donc partager utilement les monopoles. Savoirs segmentés, information asymétrique et connaissance d'un seul marché étaient davantage la règle que l’exception entre les différentes communautés marchandes.

62L’intensification des flux de métaux précieux à partir des années 1560-1570 donna l’opportunité à de nouveaux commerces de voir le jour, ce qui devait profiter en premier lieu aux ports. Les arrivées massives de métaux précieux firent céder ces structures de monopole. Elles engendraient des jalousies entre régions et entre nations, exacerbaient la contrebande et d’autres formes de concurrence. C'est dire autrement que les monopoles encourageaient le conflit et réduisaient la sécurité commerciale. Ce qui faisait augmenter les coûts. Les spoliés, les laissés pour compte, les étrangers, étaient en nombre tel qu'ils prirent l’initiative et organisèrent bientôt autrement leur commerce avec la Péninsule aux dépens des marchands espagnols.

63Pour l’Espagne, la prégnance des monopoles et des diverses formes de privilèges économiques soutenus par la monarchie dans la répartition des fonctions commerciales, dans la commercialisation de produits européens et ultramarins et dans la fragmentation de l’économie, fut donc une réalité durable. Les conflits entre les consulats garantirent par ailleurs la tutelle à distance du monarque. Mais la monarchie – c’est un point trop long pour le traiter ici – créa aussi des convergences pour la défense du territoire. Une des caractéristiques les plus intéressantes d’un port à l’époque moderne (tout à la fois rampes de lancement des conquêtes ultramarines et premiers remparts contre les puissances ennemies) est sa fonction d’armement et son potentiel militaire. Le monopole royal de la violence à cette époque étant plus théorique que réel, la monarchie essayait de s’attacher la fidélité d’oligarchies portuaires et guerrières. Car la guerre comme les intérêts économiques furent de plus en plus maritimes au XVIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Priotti, « Ports atlantiques, gouvernement castillan et consulats marchands (1470-1640) », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25076 ; DOI : 10.4000/e-spania.25076

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Priotti

Université Lille Nord de France, F-59000 Lille-ULCO, HLLI, F-62200 Boulogne-sur-Mer

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org