Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole : variété des modèles péninsulaires (XVe-XVIIe siècle)

La Corogne et Séville : les horizons de l’expansion maritime espagnole (1492-1550)

Louise Bénat-Tachot

Résumés

La Corogne et Séville sont choisis, dans cette étude, car ces deux ports, aux deux extrémités de la péninsule, aux projections commerciales différentes, aux destins opposés, donnent à voir ensemble une vision de ce que représentèrent l’Amérique et l’Asie. On y voit l’ouverture d’un monde mêlé à Séville, plus américain qu’asiatique, plus indien que chinois, et on y lit l’échec d’un projet épicier ambitieux qui marque les limités de la politique ultramarine de Charles Quint.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edmundo O’GORMAN, La invención de América, México : FCE, 1ère ed. 1958, 2006.

1Que l’Amérique ait été découverte par hasard n’est pas nouveau, qu’elle ait été d’abord une pseudo Asie, puis une sous Asie, avant de donner sa pleine mesure à la fois territoriale humaine et économique n’est pas non plus une révélation ; pour le mexicain Edmundo O’Gorman, dans un ouvrage célèbre, elle fut inventée, position qui fit l’objet d’une passionnante polémique avec Marcel Bataillon qui lui y voyait l’émergence d’un processus de découverte géographique, cosmographique et historique d’une grande ampleur et d’une absolue modernité1.

  • 2 Nommé par le vice-roi de Nouvelle Espagne, Velasco, Miguel López de Legazpi entreprit en 1564 une e (...)

2Inventée ou découverte, voire celée, la question de l’irruption des réalités américaines a coïncidé avec le désir d’atteindre les côtes de l’extrême Orient, la Chine du grand Khan le Cathay ou Cipango ; et cette tension vers l’extrême Orient a perduré bien au-delà de l’abandon des Moluques par Charles Quint dans l’opération de retro vente des îles aux épices au roi de Portugal en 1529. Les Espagnols n’ont eu de cesse de reconstruire des projets d’expansion vers l’Asie, que ce soit depuis la côte pacifique mexicaine, depuis le Pérou ou le Chili. Le retour de Legazpi2 en 1565 puis l’union des deux couronnes ne fit que réactiver ce qu’on pourrait appeler une perspective sino-américaine : l’Amérique vue comme un tremplin obligé vers une expansion orientale que la cartographie enfin stabilisée du monde ne cesse d’exhiber.

3Cartographiquement, l’Asie est toujours raccrochée à l’Amérique, comme son complément aussi improbable que désiré, soit par le nord (le détroit d’Anian), soit par le sud, en suivant une cuarta pars ou terre magellanique, énorme calotte de terre qui permettrait de construire un ensemble de routiers vers l’ouest, soit enfin par les archipels du Pacifique que la couronne espagnole investit et qui seront le balcon qui ouvre sur les marches chinoises et de l’Insulinde et dont les Philippines seront l’ancrage principal à partir des années 1580.

4Les ports ibériques vont être le creuset de cette asiatisation et américanisation du monde, comme deux phénomènes conjoints mais très asymétriques. C’est, en tout cas, ce que vont illustrer les ports de Séville et de La Corogne : deux ports aussi différents sur le plan historique que complémentaires sur le plan du désir (projection). Ce qui les réunit est l’expansion océanique occidentale qu’ont inventé les Espagnols, l’ambition d’un commerce hauturier globalisé, reconfiguré par les nouveaux routiers, c’est enfin leur coexistence en tension (et en liaison) avec les ports portugais, Lisbonne au premier chef et les stupéfiantes réussites commerciales exhibées par les premiers bateaux de Vasco de Gama dès la fin du XVe siècle. En cette fin de siècle, en effet, La Castille, jusque-là casanière au regard du Portugal, était entrée dans la course, mue par une modernité ambitieuse, servie par un destin maritime exceptionnel.

5Pourtant tout va séparer ces deux ports qui, chacun à sa manière, vont écrire la chronique d’une expansion annoncée : ces deux ports sont le fruit de l’ouverture des océans en trois décennies (1492-1522) à partir de Colomb qui avait traversé la mer ténébreuse et configuré ce que Pierre Chaunu a justement appelé l’Atlantique transversal.

6Ces deux ports vont jouer dans le processus d’expansion maritime outre atlantique du XVIe siècle une partition très inégale : historique, confirmée et amplifiée pour le port andalou, éphémère, puis réduite voire rêvée pour le port galicien.

  • 3 « Aujourd’hui ces parties de la terre (l’Europe, l’Asie et l’Afrique) ont été plus complètement exp (...)

7La découverte de ce que les cosmographes du gymnase vosgien (Martin Waldseemüller et Mathias Ringmann) ont, dès 1507, appelé Amérique3 dont l’existence était insoupçonnée et dont la définition fut longue à établir, a généré un processus de construction de l’espace qui a imposé de penser la totalité du monde. L’Amérique, « née d’une erreur » comme ensemble d’îles, puis de terres continentes, a pendant des décennies suscité un travail géographique, cartographique qui, certes, s’est attaché à décrire les terres elles-mêmes – d’une façon progressive et parfois même extrêmement lacunaire (par exemple l’Amazonie) – mais qui, par le lien ombilical qui la lie à l’Europe, et par le désir d’Asie qui l’a fait naître, a obligé à créer ce monde nouveau en même temps qu’il fallait reconfigurer les autres parties du monde. Il fallait identifier pour représenter, il fallait distinguer pour reconfigurer le tout. Le cercle de l’écoumène où se trouvaient logés les trois parties du monde doit être repensé. Ce processus d’émergence de la « conscience monde » trouve dans les ports de la péninsule qui nous occupent une forme de développement bien différent de l’Amérique où le port se trouve être une fondation première, radicalement nouvelle au regard des civilisations autochtones et seule façon pour les Européens de prendre pied sur ces nouvelles terres.

  • 4 Planisphère de CANTINO, 1502, Carta da navigar per le Isole nouam tr[ovate] in le parte de l'India: (...)

8Dans ce contexte, les ports sont également le lieu de rivalités géopolitiques et techniques qui, selon une hâte presque névrotique entre 1490 et 1550, génèrent le montage des expéditions, (humain, matériel et financier) et un travail cartographique soutenu. Il s’agit sans doute d’établir la forme et la dimension des espaces découverts, mais il s’agit aussi (surtout ?) de trouver le passage qui libèrera les forces vives de la conquête vers l’Asie, ce qui suppose une ouverture du monde en latitude s’agissant du continent américain qui s’étale selon un arc inter polaire. Que cette période mette en tension les deux nations sœurs ibériques est la conséquence de la ligne de démarcation qui les unit autant qu’elle les sépare. Ainsi se voient faufilés, sur la carte en même temps que les premiers promontoires américains, le « profil » lacunaire de l’Amérique orientale et sa partition. Sur ce planisphère, le cartographe inscrit les zones d’appartenance politique sous la forme des drapeaux dessinés de part et d’autre de la « raya » (carte de Cantino4).

9Les ports sont à la fois les laboratoires et les chambres d’échos de cette expansion, de cette nouvelle cosmographie, de ces nouvelles richesses réelles ou espérées et de cette rivalité ibérique. Séville, tôt, dès 1504, avec la création de la Casa de la Contratación et le monopole déclaré, et La Corogne, vingt ans plus tard, dans les années 1520. Pour la première, ce processus sera progressif, durable, complexe, polymorphe ; Séville sera le port de l’Amérique et de l’Asie, une ville mêlée, ouverte cosmopolite ; pour la seconde, ce sera un fulgurant, ambitieux mais éphémère projet américano-asiatique. Deux visions différentes dela modernité ibérique qui illustrent les forces et les utopies nées de la prise en compte de l’existence d’une Amérique liée à l’Asie.

10L’objet des réflexions qui suivent est donc la définition d’une première américanisation / asiatisation de la planète dont la vigueur et les limites sont illustrées par le destin historique de ces deux ports.

11L’acte inaugural de ce processus est le traité de Tordesillas (1494) et son complément, la junta de Badajoz (1524), qui peuvent être analysés comme le premier embrassement géopolitique et cartographique du monde. L’ensemble des bulles (depuis la Romanus pontifex jusqu’aux bulles alexandrines) et ces traités constituent une sorte de charnière entre deux modalités de pensée économico-géographique. Le complexe − traité de Tordesillas (1494) / traité de Badajoz (1524) − pourrait être une première forme de planétarisation de l’espace née de la nécessité politique et juridique de situer l’Amérique d’abord par rapport à l’Europe puis par rapport à l’Asie.

12C’est autour des années 1530-1535 que se solde le destin de La Corogne par l’abandon de la deuxième maison du commerce. De 1529 à 1573, seuls deux des ports galiciens auront l’autorisation royale d’envoyer des bateaux et des marchandises aux Indes. Les rues de Séville, au contraire, verront arriver les onze tonnes de métaux précieux de la rançon d’Atahualpa…

13Ces décennies se définissent, sur le plan épistémologique, comme celles où s’imposela science des arts nautiques : non seulement comme pratique ibérique, mais comme science appliquée (la Casa de la Contratacion de Séville étant le lieu enregistrement des savoir nouveaux et d’expertise).

La Corogne et l’Asie

Les atouts du site pour une nouvelle expansion maritime

  • 5 Elisa, FERREIRA PRIEGUE, Galicia en el comercio marítimo medieval, La Corogne : Fundación Barrié, 1 (...)

14La Corogne, qui est liée au consulat de Burgos mais sans procuradores, avait une tradition de navigation attestée depuis le XIVe siècle en direction de l’Atlantique nord (vers l’Angleterre) mais aussi en direction des Canaries5. Basques et Galiciens avaient donc acquis un savoir-faire et une histoire maritime significative. Au début du XVIe siècle, ce sont les villes portuaires qui connaissent un essor marchand dont elles souhaitent tirer le plus grand bénéfice. Il s’agissait de tirer parti d’une situation favorable (sur la route des bateaux venant de la Méditerranée, de la Mer Cantabrique et du Portugal). Par ailleurs, le port de La Corogne était particulièrement sûr et son l’accès était favorisé par les vents dominants et les courants ; le port avait également profité pendant tout le XVe siècle du développement du « Consulat de Burgos », corporation de grands marchands dont la juridiction s’étendait jusqu’à la Galice et qui bénéficiait d’une tradition commerciale en plein essor (lien avec les ports de la Hanse, la Rochelle, Nantes, Londres). Hormis La Corogne, qui faisait commerce depuis la moitié du XVe siècle avec l’Angleterre, le développement de l’ensemble des ports restait cependant médiocre, comme le fait observer Ofelia Rey Castelao :

  • 6 Ofelia REY CASTELAO, « Del noroeste español a América : oportunidades y medios de fraude y de corru (...)

A fines del siglo del XV y hasta comienzos del XVI, esos puertos vivieron un notable despegue y permitieron que Galicia se integrara en la red mercantil atlántica, exportando salazón de pescado hasta espacios tan alejados como el Mediterráneo occidental. Sin embargo, se trataba de puertos sin apenas infraestructuras ni organización, no tenían corporaciones profesionales de prácticos, pilotos y personal especializado…6

  • 7 Cf. José GARCÍA ORO, sur le rôle du comte don Fernando de Andrade.

15La mort de Cisneros et l’arrivée improbable de Charles depuis les Flandres en 1517, offraient une nouvelle opportunité politique à la province. On peut rappeler de quelle façon Castillans et Galiciens (exemple le comte de Andrada7) s’étaient transportés à Bruxelles, dès la mort de Ferdinand et avant même la mort du vieux cardinal, pour dénoncer, auprès du futur jeune roi d’Espagne, la politique de Cisneros et promouvoir les expéditions américaines, en particulier dans la perspective de la pêche aux perles dans les eaux de l’île de Cubagua (troisième voyage de Colomb). La mort de Cisneros et le retour de Fonseca aux manettes ouvraient les plus grands espoirs.

Le coup d’envoi

  • 8 Sebastián  Alvarez – agent du roi de Portugal à Séville – communiqua à Manuel 1er que Magellan avai (...)
  • 9 Sur le globe de 1515 de Johannes Schöner, on y voit le tracé d’un passage à la hauteur de l’embouch (...)
  • 10 Transylvanus (un autre transfuge) qui s’était marié en Flandres, avec une nièce de Cristóbal de Har (...)
  • 11 Mis en retrait, ainsi que son secrétaire Conchillos depuis la mort de Ferdinand, l’évêque de Burgos (...)
  • 12 Transylvanus dans sa célèbre Carta de Valladolid écrit que, lors de la préparation de l’expédition (...)

16En 1517-1518, les deux Portugais Magellan et Ruy Faleiro arrivent en Espagne et se dénaturalisent pour se mettre au service du roi d’Espagne, ils affirment pouvoir trouver une nouvelle route vers l’Épicerie ; ils affirment que le passage interocéanique existe au sud du continent et que les îles aux épices sont dans l’espace castillan. Ces deux affirmations sont le fruit d’un savoir portugais. La première affirmation est sans doute argumentée par Cristóbal de Haro, principal soutien logistique et politique de Magellan qui, comme lui, est passé du Portugal à la Castille8. Il importe de souligner le rôle du converso Cristóbal de Haro, représentant des Fugger à Lisbonne pendant de nombreuses années. En 1513-1514, depuis le Portugal, Cristóbal de Haro et Nuño Manuel, concessionnaire du monopole du palo brasil, avaient été les armateurs de l’envoi « secret » de deux caravelles vers l’Amérique. Le pilote Juan de Lisboa avait parcouru la côte sud du continent presque jusqu’à la Patagonie, au large du Río de la Plata. Convaincu qu’il s’agissait du détroit, il revint en péninsule avec cette bonne nouvelle et l’allemand Schöner fera une carte de l’Amérique du sud où le détroit occupe la place du Río de la Plata9 .Cristóbal de Haro10, membre du Consulat de Burgos, va jouer donc un rôle essentiel dans le financement de l’expédition de Magellan et il fut sans doute celui qui recommanda le projet à Fonseca11. Demetrio Ramos rappelle que les négociants castillans, comme Cristóbal de Haro, qui avaient une succursale à Anvers, ont beaucoup espéré de l’arrivée du jeune empereur et de sa cour de Flamands, grâce auxquels ils escomptent que se produira un développement des activités commerciales d’exportation en Castille. C’est même, sans doute, la venue de tous ces Flamands qui incite les Portugais transfuges à passer en Castille – Magellan, Faleiro, Carvalho, Serrão, etc. et les cartographes, (les Reinel, Diego de Ribeira, etc.) −, avec l’idée d’aller en Orient par l’Amérique, territoire espagnol que l’on croit très proche des terres convoitées12.

17Ces financiers du Consulat de Burgos sont, pour partie, liés aux notables de La Corogne car ils ont des intérêts communs : la question convoitée des épices réunit l’ambition des hommes d’affaire Castillans à celle des oligarques de ce port particulièrement bien placé pour le commerce avec le nord de l’Europe. Pour La Corogne, il s’agissait de ne pas rater le train du développement, possible grâce à la découverte des nouveaux mondes.

  • 13 Article II, les signataires affirment que si les troubles venaient à gagner la Galice, « todos junt (...)
  • 14 « X.- Otro si ; que los dichos Señores y Caualleros, por si, y en nombre de los otros ausentes é pu (...)

18Dès 1520, profitant du séjour de Charles et de sa cour, les premières tractations se mettent en place pour la création d’une Casa de la Contratación de la part du concejo de la ville et de la noblesse galicienne. Le 4 décembre 1520, les dignitaires de la ville se réunissent pour rédiger les « Capitulaciones del reino de Galicia para el servicio de Su Majestad en el tiempo de las comunidades de 1520» : texte politique qui est rédigé dans le contexte d’extension de la rébellion des comunidades à l’ensemble des villes de Castille. Les six premiers chapitres (des quatorze qui le composent) font référence à la situation insurrectionnelle que connaît le royaume de Castille : les signataires assurent le roi d’Espagne de leur loyauté et de leur fidélité indéfectible au pouvoir royal, à sa conservation et sa prééminence13. Les signataires s’engageaient à ne respecter ni gouverneur, ni nouveaux juges envoyés par les comuneros, et s’engageaient également à maintenir l’ordre dans leurs terres, empêchant toute propagation insurrectionnelle. Les chapitres VII et VIII demandaient droit de vote aux Cortes pour la Galice (la réponse de Charles Quint sera très évasive sur ce point). C’est dans le chapitre X que figure la demande de la création d’une Maison du Commerce pour l’épicerie et que soit choisi le port de La Corogne14. La lecture du texte manifeste que les auteurs ne souhaitent pas entrer en compétition avec les Indes Occidentales qui dépendaient de la Maison du Commerce de Séville. Il s’agissait pour eux de créer un centre indépendant, pour un commerce en direction des Moluques et d’envisager de grandes flottes à partir d’un port mieux situé pour les échanges avec les Flandres si chères à Charles Quint ainsi qu’avec d’autres territoires septentrionaux. Ofelia Rey souligne le rôle politique de Andrade en appui à ce projet :

  • 15 José GARCIA ORO, Don Fernando de Andrade, conde de Villalba (1477-1540), Saint Jacques de Compostel (...)

Andrade había cifrado sus objetivos en la ruta descubierta por Magallanes llegando a proponer que La Coruña fuera la nueva Sevilla ; gestionando – o ideando – las peticiones del concejo de aquella ciudad y, una vez creada la Casa de La Especiería, participó en todas sus peripecias y en la gestación y financiación de las expediciones organizadas desde La Coruña, más como delegado del rey como representante de Galicia15.

  • 16 Les Indes orientales comprennent l’Inde barbare, c'est-à-dire l’Afrique sub-saharienne, l’Inde gang (...)

19Le texte demandait que fût concédée à La Corogne « la descarga de la contratación de la Especiería e las otras cosas de las Indias nuevamente halladas » et « que se haga allí Casa de Contratación segund e de la manera que está en la ciudad de Sevilla de las otras Indias antiguamente halladas ». Allusion claire était faite aux Portugais et à leur récente découverte (jugée récente par rapport aux découvertes des Espagnols) des Indes Orientales16.

  • 17 Demetrio RAMOS, op. cit., p. 21.

20La totalité des magnats galiciens vont signer ce document : les représentants des maisons Lemos, Altamira, Benavente, Andrade, Rivadeneira, les évêques de Astorga, Lugo et en présidence l’archevêque de Santiago, Alonso de Fonseca (3ème du nom). Demetrio Ramos fait observer que la tenue des Cortes à La Corogne dut permettre la rencontre des élites locales avec des courtisans flamands17.

21Dans ces années 1518-1520, se dessine donc un plan de développement de l’activité maritime et commerciale et de construction navale des ports du nord de l’Espagne, comme un contre-point du développement régulier de Séville et de la côte andalouse, observable depuis les premiers voyages de Colomb.

Le passage à l’acte

  • 18 Cf. lettre de Charles Quint à sa tante, Marguerite d’Autriche, régente des Pays Bas: « la armada qu (...)

22À la façon d’un coup de théâtre, en septembre 1522, le bateau la Victoria, commandé par le basque Juan Sebastián Elcano, seul bateau rescapé de l’expédition de Magellan, arrivait à Sanlúcar de Barrameda après avoir fait le tour du monde. Il transportait un appréciable chargement de 524 quintaux de clou de girofle et d’autres épices en moindre quantité. Elcano revenait en confirmant que les Moluques étaient bien la source des épices et qu’elles se situaient dans la partie espagnole, ce qui déjà avait été posé comme principe par Magellan. La joie du jeune Charles fut sans doute inégalable18. Celle des élites de La Corogne ne le fut pas moins.

  • 19 Texte du Memorial in : Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, Colección de viajes y descubrimientos que hic (...)

23Un deuxième texte, un mémorial sans date ni signature, fut rédigé sans doute entre septembre et décembre 1522, dans la logique des Capitulacionesmais beaucoup plus argumenté19. La rapidité dans la rédaction des textes et dans la prise de décision – qui va être la caractéristique de ces années − montre que les arguments étaient déjà affûtés…

24Le « Memorial presentado al emperador sobre las ventajas que resultarían de establecer en la Coruña la casa de Contratación para el comercio de la especiería » est un habile plaidoyer pour la création de la Casa à La Corogne. On y évoque, en autres, la disposition du port « el mejor que hay en todos nuestros reinos », autant pour y faire escale que pour organiser des flottes, sans danger pour les bateaux. Le projet était ambitieux, il s’agissait d’approvisionner toutes les nations qui ont besoin de se pourvoir en épices et qui sont les plus grandes consommatrices, à savoir celles de l’Europe septentrionale et où les épices sont le plus chères (France, Allemagne, Ecosse, Danemark, Norvège). On y affirmait la facilité pour construire des bateaux car l’arrière-pays dispose de beaucoup de bois et de fer (à la différence de Séville qui doit les faire acheminer de très loin). Enfin les eaux de cet atlantique septentrional étant salées et froides, les bateaux résisteraient mieux qu’à Séville dans une eau douce et chaude où prolifère la vermine.

25Le mémorial signalait qu’un meilleur contrôle des marchandises serait possible car les bateaux seront amarrés au plus près des édifices, à la différence de Séville où les navires ont l’habitude de mettre quinze ou vingt jours pour remonter le fleuve du Guadalquivir et « pueden sacar todo lo que quisieren ».

  • 20 « vuestra majestad en este descubrimiento mandó tomar por su patrón de la navegación al bienaventur (...)

26Enfin le dernier argument avait une haute valeur symbolique : les expéditions de découverte sont placées sous la protection de l’apôtre saint Jacques, (dont le culte et le pèlerinage international irradie depuis le Moyen Âge dans toute l’Europe), il était donc normal et raisonnable que le commerce international des épices s’établisse dans un lieu où repose le noble corps du saint et sous sa garde20.

  • 21 A la fin du volume 2 du Libro de actas del consistorio, se trouve l’index des cédulas reales conser (...)

27La réponse ne se fit pas attendre (à la différence de la prudente déclaration de Worms un an plus tôt). Valladolid, le 24 décembre 1522, fut le lieu d’émission de la real cédula de création de la Casa de la Contratación para la especiería de la Coruña qui est une synthèse des informations de Sebastián Elcano et des arguments du Mémorial et dont le préambule affirmait la légitimité politique « que son estos lugares en nuestros limites y demarcación ». Les capitaines espagnols avaient été bien reçus des roitelets insulaires, « reconociendo como suyos a nuestros reyes y permitiendo libremente contratar los productos de la especieria y cargar las naves con clavo y muestras de todas las otras especierias y droguerías que en las dichas tierras avia »21.

28Pour un commerce d’une telle envergure, il fallait un port où résideraient les officiers royaux en accord avec les instructions du Conseil des Indes, et réitérant le motif religieux d’un saint patron de l’Espagne « guiador y protector de las dichas nuestras armadas », La Corogne était le port choisi pour y créer également un chantier naval : il s’agissait non seulement de réglementer, mais aussi de promouvoir les expéditions par la construction de bateaux et d’organiser les projets en cours.

  • 22 VELO PENSADO, op. cit., p. 42.

29Pour garantir ce commerce, des ordres sont donnés de construire un quai pour accueillir les bateaux de fort tonnage et de fortifier l’entrée de la baie (« que se hagan tres castillos, el uno a la par de san Francisco, en la isla de la peña grande, y el otro en la otra parte a la punta de la entrada del puerto y el otro a la Torre del Espejo »22) ; le monarque exige que ces travaux soient financés par la ville qui est, d’ailleurs, prête à donner les fonds. On réfléchit également aux différents endroits où pourraient être construits les bâtiments eux-mêmes.

  • 23 Libro de consistorio 1, fol. 11v° (16 juin 1524).

30Ce texte est un règlement de la Casa de trente-trois articles et donnaient les normes de son fonctionnement (1/5 royal sur tous les produits chargés : épices, or argent pierres précieuses, soie). L’organisation des préparatifs fut fébrile, on travaillerait nuit et jour23.

31Cristóbal de Haro, regidor de Burgos et membre du Consulat, fut nommé factor de la nueva Casa de la especiería de la Coruña ; il joua là encore un rôle essentiel en lien avec Arteta (groupe basque) qui, à Bilbao, se chargeait des ravitaillements.

  • 24 Demetrio RAMOS, op. cit., p. 23. Ramón Carandel de son côté met en évidence l’intérêt de cette éphé (...)

32Cette maison, qui mettait à profit les grandes possibilités des ports du nord pour un développement outremer plus proche de l’Europe septentrionale, trace un projet économique qui pouvait entrer en résonance avec les idées politiques universalistes de Charles Quint et de ses conseillers. En projetant également la création d’une maison du commerce jumelle aux Moluques, on espérait ainsi créer un véritable circuit commercial, sans autre prélèvement que le cinquième royal. C’était une véritable « mécanique mercantile » où l’on voit nettement − en dehors de l’ambition économique des signataires du mémorial − « l’influence des experts castillans plus habitués au commerce avec les grandes maisons d’Europe, à la marge de l’influence des banquiers et marchands génois, florentins ou vénitiens qui dominaient la place de Séville »24.

De nouvelles expéditions

  • 25 Il était revenu en Espagne après une sédition à bord. D’abord prisonnier puis jugé à Séville, son e (...)
  • 26 « Hizo el capitán general pleito homenaje en la Coruña, en manos del Conde don Hernando de Andrada  (...)

33Toujours avec cette même presse, dès 1522, furent décidées plusieurs expéditions de taille différente. Au cours de la seule année 1525, deux expéditions furent envoyées vers les Moluques. La première avait à sa tête Estéban Gómes, pilote portugais, ancien pilote de l’expédition de Magellan25, lequel affirmait pouvoir aller en Chine en trouvant un passage entre la Floride et Le Labrador. Le bateau armé et approvisionné pour un an fut payé sur ordre royal par la ville de La Corogne. L’expédition sera un échec, même si Gómes fait la découverte géographique d’une partie de la côte de l’Amérique du nord jusqu’à Terre-Neuve. La deuxième expédition, beaucoup plus importante sortit de La Corogne le 24 juillet 1525, soit quatre mois plus tard ! La Casa de la Contratación de La Corogne réalisait là sa première expédition de grande envergure en armant sept bateaux. Sebastián Elcano s’embarqua dans cette flotte qui devait emprunter la même route que Magellan. L’organisation elle-même fut prise en charge par la nouvelle maison du commerce ; autant la Couronne que les grands banquiers et marchands pimenteros en attendaient de juteux bénéfices. Cristóbal de Haro et les Függer furent les principaux bailleurs de fonds ainsi que la Couronne, qui poursuivit sa politique d’emprunts26. Les bateaux de Loaysa furent détruits ou perdus dans le détroit. Loaysa, Elcano et une infinité de marins et équipiers moururent. Un seul bateau réussit à arriver jusqu’aux Moluques, à Tidore.

  • 27 Cf. José TORIBIO MEDINA, Colección de Documentos inéditos para la Historia de Chile, primera serie, (...)

34À peine l’expédition de Loaysa était-elle partie que, le 14 août 1525, un contrat confiait à Diego García de Moguer la conduite d’une nouvelle expédition de trois bateaux vers « la parte del mar océano meridional » : les signataires en étaient le comte de Andrada, Cristóbal de Haro, Rui Basante, Alonso de Salamanca et Pero de Morales27. L’expédition armée et montée à La Corogne (les quatre armateurs sont de La Corogne) sortit du Finisterre le 15 août 1527. Elle toucha les côtes du Brésil et, là, entendit parler de la Sierra de Plata : le projet asiatique fut abandonné et les expéditionnaires se mêlèrent aux conquérants américains. L’expédition ne poursuivit pas vers les Moluques.

  • 28 Trois bateaux« en demanda de las tierra del Maluco y las otras islas y tierra de Tarsis e Ofir y el (...)

35Cette expédition hâtivement préparée est le signe d’un état d’alarme au sein du groupe castillano-galicien, car dans cette même période, Sébastien Cabot, prenait la tête d’une expédition depuis Séville dont l’objectif affiché était les richesses de l’Orient et surtout les épices « e droguería »28. Financée par Lizaur, par la Couronne − à hauteur de 4 000 ducats − et ouverte aux capitaux étrangers (groupe Welser, anglais, italiens), cette expédition exhibait une concurrence entre les deux maisons de commerce et surtout entre deux groupes financiers : Cabot et les capitaux étrangers − surtout italiens − d’un côté ; Haro et le financement castillan de l’autre. Cela explique les objectifs très vagues affichés par Diego García qui prend le large après Cabot pour, sans doute, tirer le meilleur parti des réussites comme des éventuels échecs de son rival. C’est ainsi que tous deux pénétreront dans le Río de la Plata pour ensuite se disperser dans une sorte de débandade.

36Un quatrième projet d’expédition mérite d’être mentionné. Charles Quint envoya en 1525 à La Corogne Simón de Alcazaba, un portugais qui travaillait pour le roi d’Espagne ; il avait en charge la construction d’un chantier naval dont les bateaux iraient à l’Épicerie, lui-même devrait prendre la tête de l’expédition. La ville devait contribuer à hauteur de 200 000 maravédis sur deux ans ; les travaux commencèrent en 1526 ; une partie des artisans locaux fut mobilisée (charpentiers, forgerons, ceux qui doivent calfater…). En 1527, quatre bateaux sont terminés, mais on observe les premières dissensions entre Simón de Alcazaba et le conseil de La Corogne à cause des dépenses de plus en plus lourdes ; les travaux ne vont pas assez vite ; le 10 janvier 1528 dans une cédule adressée au Conseil municipal de La Corogne, Charles Quint manifeste son désir que les travaux s’accélèrent « porque como sabeis en la armada que de presente mandamos hacer en esta ciudad, para la especiería, se da mucha priesa e brevemente sera despachada con la ayuda de nuestro senor e conviene con tiempo proveerse de carne e de pescado ». Charles oblige la ville à faire face à ces lourdes dépenses et il donne l’autorisation de prélever un impôt à cet effet (« una sisa entre los vecinos »). Cette expédition destinée aux Moluques ne sera jamais finie, car l’année suivante, en 1529, l’Empereur signe la vente des îles ce qui mit un terme au commerce espagnol.

37Toutes ces expéditions en déroute n’engageaient guère à organiser de nouvelles flottes : la ville avait beaucoup investi (avançant les fonds pour la construction de fours spéciaux pour la fonte de canons, pour le chantier naval et les entrepôts). Avec la vente des îles, un coup mortel était porté à La Corogne, la maison du commerce n’avait plus de raison d’exister. De la même façon, un coup d’arrêt était porté au financement castillan qui n’avait pas failli pendant toutes ces années. Une cédule royale du 15 janvier 1533 déclare que huit ports d’Espagne sont ouverts au trafic colonial, dont La Corogne et Bayonne, mais les retours devaient se faire nécessairement par Séville et ces expéditions ne pouvaient transporter que des passagers. Mesure peu attractive, avec peu de possibilités de transactions commerciales, elle n’eut pas d’effet et fut annulée en 1573 ; le port de La Corogne devra se restreindre au commerce européen et intra-péninsulaire dans une période extrêmement belliqueuse entre la maison d’Autriche et la France, pendant laquelle de fréquents actes de piraterie affecteront le port.

  • 29 1526 est l’année du mariage de Charles Quint avec Isabelle de Portugal et du mariage de Joao III av (...)

38Ce revirement de Charles Quint et la vente des Moluques s’expliquent pour des raisons assez évidentes. Une guerre aux antipodes entre Espagne et Portugal, dans le contexte européen très conflictuel tant sur le plan religieux que militaire, était impossible à soutenir. La politique d’alliance matrimoniale entre la Castille et le Portugal n’allait pas, d’ailleurs, dans le sens d’un durcissement du conflit29, alors qu’en Europe septentrionale et centrale l’empereur devait réagir à une menace ottomane accrue (arrivée de Soliman sur Vienne) et à la résistance tenace de Luther, depuis la diète de Worms en 1521, rétif à toute tentative de réconciliation.

  • 30 Cf. Ofelia REY CASTELAO, « Del noroeste español a América: oportunidades y medios de fraude y de co (...)

39Enfin, alors que les Portugais avaient la possibilité de maintenir un conflit à l’autre bout du monde, les Espagnols, eux, ne pouvaient guère l’envisager. Ignorant la route de retour vers la Nouvelle Espagne, ils étaient coupés de toute base arrière et de toute logistique. Fin 1529, Charles Quint mesura l’impossibilité de maintenir une guerre aux antipodes sans aucun espoir de victoire et négocia le traité de Saragosse. L’ardeur, la presse que manifestait l’Empereur quelques années plus tôt se sont émoussées, ce qui va choquer profondément les groupes d’investisseurs impliqués dans ce négoce où ils avaient placé les plus grands espoirs. La Casa avait été un indiscutable échec économique. S’ouvrait alors une longue période de contrebande et de marchés interlopes le long de la côte découpée de la Galice30.

Séville : port et porte de l’Amérique et de l’Asie

40Séville, tête de pont de toutes les Indes où s’exhibent toutes sortes de nouveautés ultramarines. Séville semble incarner tous les succès : face à la déroute de La Corogne et à l’abandon du destin épicier de la Castille, Séville incarne la zone de l’Espagne où se construit l’image d’un port « global », Séville est américaine, asiatique et cosmopolite.

41Américaine, car elle reçoit produits et nouveautés du Nouveau Monde. Si c’est à Valladolid, siège du conseil des Indes, ou dans les villes de Castille où s’installait la cour de l’Empereur, que s’édictait la politique des Indes occidentales ; à Séville, siège du monopole se constituait un inépuisable magasin de relevés, de témoignages, d’expériences, véritable base de données variées intermittentes, fragmentaires qui, à leur tour, ont nourri la production cartographique et historiographique du XVIe siècle, à commencer par celle de Pierre Martyr. Si on débat sur le droit des indiens et le mérite ou la tyrannie des conquérants à Valladolid ; à Séville, on goûte le maïs et la pomme de terre, on plante le tabac, on contemple le tatou ou l’iguane et on fabrique la nouvelle cosmographie. À Séville, le Nouveau Monde se dessine, se palpe, se savoure, se respire : Séville est la première ville américaine.

42Séville est une expérience portuaire commune, car tous conquérants, soldats, marchands, historiens, cosmographes, pilotes religieux et simples passagers y séjournent et, parfois, y restent des mois, voire des années. Avec les fragments de réalités américaines, c’est la dimension de la mer, de la vie portuaire, de la navigation, du naufrage, l’étude du risque, et des lois du marché qui entrent dans l’espace de la Castille.

  • 31 Pierre CHAUNU, Sevilla y América, siglos XVI y XVII, Séville: Universidad de Sevilla, 1983 ; idem, (...)

43Il n’est pas question de reprendre ici les études sur la vie socioéconomique de Séville au XVIe siècle, c’est un thème largement et magnifiquement documenté pour lequel nous disposons d’une exceptionnelle banque de données qui détaillent le trafic commercial, le système de la banque, la constitution d’une société plus fluide fondée sur l’entreprise marchande américaine des « cargadores de Indias ». Les études excellentes de Pierre Chaunu, Ruth Pike, Domínguez Ortiz, Montoto, Morales Padrón, etc., étudient tous ces aspects31. Ce n’est pas cette Séville qu’on évoquera ici, mais plutôt l’expérience urbaine, sociale, sensible qui s’y loge. Expérience inédite et, au fond, paradoxale car, située à 80 km de la mer, de navigation et d’accès si difficile que plus d’un tiers des bateaux sont menacés de naufrages à l’embouchure, à la hauteur de la barre de Sanlúcar, Séville est une ville éloignée des conceptions urbanistiques de la Renaissance. De forme circulaire, aux rues étroites et tortueuses, aux places irrégulières, sans véritable centre, Séville n’a qu’un pont de barques improbable ! Et pourtant, Séville est le lieu de toutes les expériences maritimes, botaniques si l’on pense aux nombreux plants de semences médicinales américaines, aux arbres qui ornent les jardins (comme celui d’Hernando Colomb) , au tabac que l’on fait pousser en pots pour la beauté de ses feuilles et qui orne presque toutes les fenêtres, tandis que le médecin Nicolas Monardes, vers les années 1540-1560, prescrit des décoctions de plantes américaines contre les infections et toutes sortes de douleurs, dont le tabac pour combattre les douleurs pulmonaires, tandis que les esclaves noirs venus d’Amérique diffusent l’usage du tabac fumé à leurs compagnons emprisonnés avec eux dans les geôles de la ville. On peut même voir débarquer des Indiens comme les Floridiens dans les années 1560 ! Séville vit au rythme de la carrera de Indias pour des raisons financières, commerciales, familiales, politiques (on interrompait l’office à la cathédrale lorsque les cloches sonnaient pour annoncer l’arrivée des bateaux).

44Mais Séville fut aussi asiatique : une Asie qui pour ces premières décennies est beaucoup plus indienne que chinoise ou japonaise. La Chine est, au fond, le véritable exotisme, la terre des confins. Si l’Amérique semble proche, car les bateaux vont et viennent deux fois par an, comme le dit López de Gómara « a ojos cerrados », la Chine est une perception fragile, inconstante, radicalement autre. Le Japon est le bout du monde par excellence.

45Dès lors, quelle présence l’Asie ou les Asies eurent-elles dans la réalité urbaine, dans la sociabilité sévillane ? À la différence de La Corogne, on ne monte pas d’expédition vers l’extrême orient depuis Séville (il y en eut une avec Sébastian Cabot qui se dérouta et finit dans le Río de la Plata en 1544). On part vers l’Asie depuis l’Amérique, qui est la terre de relance de l’expansion orientale et, depuis 1566, date du retour de Legazpi-Urdaneta, ce sont les Philippines qui sont la vitrine de l’Asie.

46À Séville, ce sont donc les objets, les biens, les hommes, les informations qui débarquent en provenance de l’Orient extrême et, de ce point de vue, Séville est un réceptacle. Quelles sont les sources de cette Séville asiatique ?

  • 32 Juan GIL, La India y el lejano Oriente en la Sevilla del siglo de oro, Séville : Biblioteca de tema (...)
  • 33 AGI, Patr. 35, 9 (6) f. 138r°, in : Juan GIL, op. cit., p. 61.

47Ce sont les Castillans qui s’étaient embarqués avec des Portugais qui vont véhiculer leur expérience asiatique. Il existait une véritable porosité humaine dans les expéditions entre Portugais et Espagnols : ainsi, l’expédition de Magellan fut, sans nul doute, majoritairement portugaise. Mais il y eu, à l’inverse, des Castillans pour s’embarquer sur des bateaux portugais, les marchands burgaleses (encore eux) intervinrent activement dans les flottes envoyées en Inde orientale dans lesquelles se trouvait na nao burgaleza d’armadores et il y eu des commerçants pour investir massivement dans l’envoi de bateaux entre 1509 et 1514 comme Gonzalo de Almazán, la compagnie de Juan de Castro et Juan de Astudillo, Diego Lopez Gallo et Francisco de Cobarrubias : tous firent, selon Juan Gil, qui les a pistés, d’énormes gains32. Par exemple, Juan Gil cite en 1539, à propos de « Gonçalo de Almaçan… tovo parte en las dichas armadas de Calicud e le acudieron a raçon de çiento por çiento en la suma que en ellas puso »33. Les lettres d’Espagnols depuis Cochin ou Calicut ne manquent pas aux Archives des Indes.

48Tout aussi actifs pouvaient être les Portugais qui vivaient à Séville et qui y occupaient des charges importantes : citons les cartographes transfuges comme les frères Reinel, Diego Ribeiro ou encore Duarte Barbosa, dont Magellan épousa la fille et qui a occupé une charge importante à la Casa de la Contratación de Séville ; le médecin Simón de Tovar, qui n’a pas mis les pieds aux Indes, était cependant détenteur d’objets venus d’Inde et d’extrême Orient, sans doute obtenus de ses compatriotes.

49Le canal philippin, postérieur à la période étudiée ici fut, évidement, le plus important. Certains fonctionnaires, ou marchands directement ou par lettres de leurs famille avaient des nouvelles de l’Asie via les Philippines : bon nombre de cartes privées agitaient les esprits pour des raisons d’héritages, de fortunes, de décès et alimentaient la chronique de la ville. La question des héritages fut souvent l’occasion d‘introduire les horizons asiatiques dans le cœur de l’actualité de la ville et les sources dont nous disposons n’illustrent probablement cette dimension que de façon fragmentaire.

  • 34 Bernardino DE ESCALANTE, Discurso de la navegacion que los Portugueses hacen a los Reinos y Provinc (...)
  • 35 Juan GIL, op. cit., p. 69.

50Enfin, il y eu des orientaux qui vécurent à Séville ; ils ont laissé peu de trace − tout comme des indiens d’Amérique −, car ils furent presque tous des esclaves difficiles à identifier. Cependant, Bernardino de Escalante affirme qu’il y eut des Chinois à Séville « mesmos naturales que han venido a España »34. Ces sources sont à prendre avec des pincettes : comme le fait observer Juan Gil, on peut s’interroger sur le sens du mot España qui le plus souvent signifie péninsule ibérique, car à Lisbonne il était évidemment plus facile de rencontrer des Chinois35

51Il est délicat de discerner la présence d’hommes ou de femmes asiatiques dans les archives, car le mot « india » ou « indio » est le plus souvent employé et pose la question d’identifier de quelle Inde il s’agit, étant donné la multiplicité des usages topographiques. Ce qui semble avéré est que des relations commerciales lucratives liaient les marchands nouveaux chrétiens (réseaux marranes) de Séville jusqu’à Goa, Cochin et Manille. Juan Gil observe que, postérieurement, le réseau marchand le plus important, dans les années 1630-1640, est celui de Simon Veis, banquier établi à Séville et lié au grand homme d’affaire du Pérou, Bautista Pérez ; il a deux agents à Manille (Silva et Granada) et ses cousins sont, pour l’un, factor à Goa et, pour l’autre, à Cochin.

52Peut-on parler, pour autant, d’une orientalisation ou asiatisation de Séville ? Si elle exista, elle fut de nature très différente de la dimension américaine.

53Sur le plan humain et culturel, la perception que les Sévillans pouvaient avoir de l’Asie est grossière, ils font peu de différence entre les Indiens de l’Inde, les Chinois, les Japonais ou les Malaisiens : on pouvait, dans le meilleur des cas, dire indio-japonés, ou indio-chino, mais au fond, tous ces gentils idolâtres sont à mettre dans le même sac. Pour la période qui nous intéresse (1500-1540), c’est surtout l’Inde orientale qui est présente et qui pénètre la vie des Sévillans. Les nouvelles des expéditions des Portugais en Asie parvenaient jusqu’à Séville. Juan Gil cite le cas de Diego López de Cortegana (traducteur d’Apulée) qui, attiré vivement par le récit des navigations portugaises, traduit, dès 1520, le voyage de Luis de Varthema en Inde et, dans l’inventaire de ses biens, figuraient des soieries peintes en provenance de Calicut (les fameux lienzos de Calicut, en particulier du Gujerat et de Malabar).

54Il en allait de même pour les vêtements, chemises, tuniques, ce qui mettait un terme à la classique domination de la fine toile de Hollande ; les coiffes féminines enregistrées et décrites par Barbosa étaient très prisées à Séville (exportées de Diu), elles étaient parfois exportées à prix d’or jusqu’en Amérique via Séville. Il était aussi courant qu’à Séville on utilisât du linge de maison (draps, couvre-lits, courtepointes, coussins) confectionné en toiles « pintadas », c’est-à-dire hautes en couleurs, avec des motifs floraux. Pour ce qui est de la porcelaine et des objets d’extrême Orient, il faudra attendre la deuxième moitié du XVIe siècle pour qu’ils apparaissent dans la capitale andalouse ; la Compagnie de Jésus sera un vecteur puissant de l’asiatisation de Séville. Enfin, on note que le poivre de l’Inde (grains de Paradis) dont les Portugais firent très tôt le commerce affluait aussi à Séville, parfois en passant par les Flandres d’où ils étaient distribués.

55On peut donc dire que les marchandises de l’Asie étaient goûtées et appréciées de façon discriminante au point de produire une orientalisation qui fut, d’abord, une indianisation. L’Asie, perçue à travers le prisme des objets de luxe, le port de soieries, la porcelaine, l’usage de l’éventail ou des paravents, constituait un ensemble de touches exotiques, confinant parfois au dandysme. Mais cela ne signifiait pas, pour autant, qu’on en connût l’usage dans le pays d’origine. Ainsi, les livres chinois qui furent apportés à Manille ont disparu et, selon Gregorio Andrés, n’ont pas été lus : ils n’ont donc guère dépassé le stade de la curiosité.

  • 36 Cela se perçoit dans les désirs exprimées par les auteurs des Cartas privadas de emigrantes a India (...)

56Au fond, Séville fut profondément et socialement américaine, c’est un lien ombilical qui l’unit au Nouveau Monde. En elle, on se préparait à l’Amérique, on s’acculturait déjà, dans cette antichambre de l’Amérique, les religieux s’exerçaient aux langues indigènes avant de partir. À Séville revenaient aussi les indianos espagnols pour s’établir à Séville, non pas parce qu’ils avaient échoué en Amérique, mais au contraire parce qu’ils s’y étaient enrichis suffisamment comme cet indiano, Juan Soto Noguera, qui donna à la hacienda dont il fit l’acquisition le nom de Cuzco Nuevo. Même l’arrière-pays se voit annexé à cette expansion américaine. La terre andalouse vit son économieen partie reconfigurée par le trafic colonial et se transforma en « tierra para América » s’agissant de ses productions agricoles et manufacturières (huile, savon, vêtements, céramiques, vin, etc.)36.

Séville cosmopolite

  • 37 Sorte de ville artificielle avec des constructions légères, éphémères, des magasins, la douane etc. (...)

57C’était une ville bouillonnante, populeuse, lieu d’échanges commerciaux multiples où l’opulence coexiste avec la misère, avec des lieux névralgiques tels que les Gradas, où se recrutaient les soldats pour le nouveau Monde, la Casa de Contratacion ou el Arenal, vaste espace extramuros où tout pouvait se vendre ou s’acheter, une sorte d’hinterland du port de Séville, zone par définition hybride, inorganisée, fluctuante37. Les vêtements que portaient les Sévillans reflétaient assez bien cet incroyable éclectisme et cette opulence : luxe et exotisme tout ensemble. Luis de Peraza observe : « bonetes y borceguíes de Portugal, chamarricas de Italia, capas flamencas, manteos romanos, chamarretas inglesas, sayos de Hungría ». Evidemment, si l’on admet, avec Hamilton, que 55 % de l’argent du monde est débarqué à Séville, on peut imaginer à quel point le monde se forge autour de cet argent, qui irrigue autant l’Orient que l’Occident.

58Il est d’usage chez les écrivains du temps de chanter le cosmopolitisme ; sans doute, à Séville, affluaient des marchands de toutes parts et quantité d’étrangers y résidaient, phénomène qu’accentuait encore l’afflux des gens de mer, une population flottante et hybride. Ce cosmopolitisme fut largement décrit et chanté avec élégance par Góngora, qui évoquera cet incroyable mélange :

Gran Babilonia de España,/ mapa de todas las naciones,/ donde el flamenco ha su guante,/ y el inglés halla su Londres;/ escala del nuevo mundo /cuyos ricos escalones/ enladrillados de plata, /son vasos de alto borde.

  • 38 Francisco de Morales écrit « Roma triunfante/ Cairo español/ Babilonia castellana/ centro de la nob (...)
  • 39 Alonso MORGADO, Historia de Sevilla en la qual se contienne sus antiguedades grandezas y cosas memo (...)

59Fernando de Herrera commente « No ciudad eres, eres orbe » et Lope de Vega dit de l’Arenal « toda España, Italia, Francia vive por este Arenal »38. Moins poétiquement, Alonso Morgado, à la fin du XVIe siècle, s’extasiait :« Cosa es maravillosa la gran riqueza de muchas calles de Sevilla de todo lo bueno y curioso de Flandes, Grecia, Génova, Francia, Italia, Inglaterra, Bretaña y de más partes septentrionales y de las indias de Portugal »39.

  • 40 Cf. Ruth PIKE,Aristocrats and traders. Sevillan society in the sixteenth Century, Ithaca : Cornell (...)

60Enfin, en dehors des aspects financiers et économiques, on peut souligner que le commerce avec l’Amérique changea les mentalités. La vie sociale se caractérisa à Séville par une familiarité avec l’idée de bénéfice rapide et une certaine mobilité sociale. L’objectif du gain était commun et Ruth Pike analyse cette dynamique qui unit la noblesse et la bourgeoisie mercantile, lien qu’intensifie la mise en vente des titres d’hidalguía par une couronne sans cesse en déficit40. C’est ainsi que les charges de veinticuatro et de juge à Séville ne furent pas entre les mains de la seule noblesse. Il était, par ailleurs, courant qu’un respectable Caballero affrète un chargement de marchandises (y compris des esclaves) pour les Indes. Ce phénomène prit tant d’importance que le dominicain Tomás Mercado rédigea, en 1571, un manuel de pratique commerciale Suma de tratos y contratos à l’usage des marchands impliqués dans le commerce des Indes. Lui-même porte témoignage de cette mobilité :

  • 41 Postérieurement, Ruiz de Alarcón observera dans El semejante a sí mismo « es segunda maravilla/ un (...)

Los mercaderes de esta ciudad han aumentado en número, y en sus haciendas y caudales han crecido sin número. Háse ennoblecido y mejorado su estado, que hay muchos entre ellos personas de reputación y honra, de quienes con razón se hace y quiere hacer gan cuenta porque los caballeros por codicia o nescesidad de dinero han bajado ya que no a tratar a emparentar con tratantes y los mercaderes con apetito de nobleza e hidalguía han trabajado de subir estableciendo y fundando buenos mayorazgos41.

Conclusion

61Ces deux ports aux deux extrémités de la péninsule, aux projections commerciales différentes, aux destins opposés, donnent à voir ensemble une vision de ce que représentèrent l’Amérique et l’Asie. Ils ont été le lieu où s’est enregistré l’incroyable développement de la pratique et de l’art de naviguer − les Anglais et les Français apprendront à naviguer dans les artes de navegar rédigés à Séville et à Lisbonne. Dans ces premières décennies du XVIe siècle s’est exprimée ainsi la modernité ibérique. En ce sens, le projet de La Corogne n’était pas une simple spéculation, il prétendait s’adosser à la mise en place de nouveaux marchés, de nouvelles demandes, de nouveaux itinéraires et de nouveaux réseaux qui bousculaient les anciennes pratiques médiévales. Enfin, cette première mondialisation que la Séville cosmopolite exhibe, est aussi une « mondialité » (pour reprendre les mots d’Edouard Glissant), c’est-à-dire un enrichissement intellectuel et sensible, l’apprentissage d’un homme « divers » dans ses pratiques alimentaires, vestimentaires, culturelles et, in fine, un apprentissage du monde.

Haut de page

Notes

1 Edmundo O’GORMAN, La invención de América, México : FCE, 1ère ed. 1958, 2006.

2 Nommé par le vice-roi de Nouvelle Espagne, Velasco, Miguel López de Legazpi entreprit en 1564 une expédition avec le fameux pilote Urdaneta qui assume la direction des opérations. Celle-ci atteint Cebu le 27 avril 1565 puis on organisa le tornaviaje qui jusque-là avait été un échec (cf. la relation du pilote Rodrigo de Espinosa). Le départ eut lieu le 1er juin 1565 et le San Pedro mouilla enfin à Acapulco en octobre 1565.

3 « Aujourd’hui ces parties de la terre (l’Europe, l’Asie et l’Afrique) ont été plus complètement explorées et une quatrième partie a été découverte par Amérigo Vespucci, ainsi qu’on le verra plus loin, et comme l’Europe et l’Asie ont reçu des noms de femmes, je ne vois aucune raison pour ne pas appeler cette autre partie terre d’Amérigo ou América, d’après l’homme sagace qui l’a découverte » in : La fortune d’un nom América, le baptême du nouveau monde à Saint Dié des Vosges, cosmographiae intoductio suivi des lettres d’Amerigo Vespucci, texte présenté par Albert RONSIN, Grenoble : Jerôme Millon, 1991, p. 34.

4 Planisphère de CANTINO, 1502, Carta da navigar per le Isole nouam tr[ovate] in le parte de l'India: dono Alberto Cantino al S. Duca Hercole, http://www.ilbulinoedizionidarte.it/italiano/facsimili_244.asp?id=244

5 Elisa, FERREIRA PRIEGUE, Galicia en el comercio marítimo medieval, La Corogne : Fundación Barrié, 1988

6 Ofelia REY CASTELAO, « Del noroeste español a América : oportunidades y medios de fraude y de corrupción » , e-spania, 16, décembre 2013, URL : http://e-spania.revues.org/22854 ; DOI : 10.4000/e-spania.22854 ; DOI : 10.4000/e-spania.22854.

7 Cf. José GARCÍA ORO, sur le rôle du comte don Fernando de Andrade.

8 Sebastián  Alvarez – agent du roi de Portugal à Séville – communiqua à Manuel 1er que Magellan avait montré « una poma y carta que hizo el hijo de Reinel », in : FERNÁNDEZ de NAVARRETE, Colección de viajes y descubrimientos que hicieron por mar los españoles desde fines del siglo XV, ed. Carlos SECO SERRANO, t. 3, Madrid : Atlas, p. 498, número XV : sans doute une carte de projection polaire, similaire à celle que fit son père, Pedro Reinel en 1522, ce que confirme Las Casas qui parle d’un « globo » et ajoute que « el estrecho dejó de industria en blanco » (Historia de las Indias, Lib. 3, cap. 10). Jorge Reinel avait accompagné Magellan lors de sa venue en Espagne.

9 Sur le globe de 1515 de Johannes Schöner, on y voit le tracé d’un passage à la hauteur de l’embouchure du Río de la Plata ; par ailleurs, les terres américaines découvertes sont partie intégrante de l’Asie.

10 Transylvanus (un autre transfuge) qui s’était marié en Flandres, avec une nièce de Cristóbal de Haro, met en évidence le rôle de cet homme d’affaires de Burgos qui accompagne Magellan ; Cristóbal de Haro fait partie de ce phénomène de réversion des hommes d’affaires Castillans du Portugal vers la Castille, à la suite du changement de politique du vieux roi Manuel, changement confirmé par Joao III. Cf. Demetrio RAMOS, Estudio preliminar « La acción organizadora de Castilla y León en América », in : Domingo ZURRO, Jesús CRESPO, Demetrio RAMOS et Eufemio LORENZO (Dirs.), Castilla y León en América. Cartografía histórica, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1991, p. 18-25, qui explique que les négociants castillans s’étaient retournés vers Lisbonne pour profiter de l’opportunité de l’« alquiler de espacios », comme le fleuve de Guinée pour commercer avec les indigènes. Cristóbal de Haro eut jusqu’à dix-sept caravelles dans ce négoce, il avait aussi investi dans la coupe de bois de teinture (palo brasil), ce qui explique son expédition au Brésil en 1513-1514 ; l’idée du détroit qui communiquerait depuis le Río de la Plata à Malacca fut, semble-t-il, diffusée dans un bulletin des Függer Newe Zeitung. Lorsque le roi Manuel, avec une forte intention nationaliste, décida de freiner l’intervention des étrangers dans l’activité commerciale, ces hommes d’affaires castillans revinrent en force en Castille, espérant trouver un nouvel espace de développement avec le nouveau roi et son entourage. Cette participation de Cristóbal de Haro au financement de l’expédition est analysée en partie par Demetrio RAMOS et Ramón CARANDE (op. cit., p. 392).

11 Mis en retrait, ainsi que son secrétaire Conchillos depuis la mort de Ferdinand, l’évêque de Burgos, Fonseca, ne reprendra son importance qu’à la mort de Jean de Sauvage, grand chancelier de Bourgogne qui jusque-là le mettait à la marge. Personne mieux que lui ne connaissait les affaires des Indes, dès lors qu’il s’agissait de favoriser la production d’or et de perles… Quant à Cristóbal de Haro, il est l’appui financier idéal pour ce type d’expédition ; prêt à investir des capitaux avec la seule perspective d’obtenir d’énormes bénéfices : si l’expédition était un succès, même partiel, il pouvait en tirer un bénéfice de l’ordre de 400 %. Par ailleurs, le pragmatique Cristóbal de Haro avança l’argent au roi à un taux d’intérêt très élevé, camouflant ainsi la réalité de sa participation réelle ainsi que celle des Függer au financement total de l’expédition.

12 Transylvanus dans sa célèbre Carta de Valladolid écrit que, lors de la préparation de l’expédition « Haro y sus amigos quisieron tomar a su cargo el armazóndiciendo al emperador que no querían que su majestad gastase cosa alguna más de les conceder y dar licencia para que pudiesen hacer la armada », c’est à dire reproduisant le système portugais de « alquiler de espacio » pour son commerce (cf. Castilla y León en América. Cartografía histórica, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1991, estudio preliminar de Demetrio RAMOS « la acción organizadora y Castilla y León en América », p. 18).

13 Article II, les signataires affirment que si les troubles venaient à gagner la Galice, « todos juntos e cada uno de por sí irán con sus personas, casas, criados e vasallos a castigar, e sosegar e reduzir al servicio de Sus Altezas y en favor de su justicia » art. IV « Si por las comunidades de Castilla fuera enviado Gobernador o Justicias nuevas otras provisiones […] que no sean obedescidos ni cumplidas las dichas provisiones ». Tirant argument de l’effet nocif du vote de Zamora, ville en proie aux troubles, qui a pouvoir au nom de La Galice, les signataires sollicitent « que de aquí en adelante este dicho reino [el reino de Galicia] tenga voto en cortes y fuera dellas, en todas aquellas cosas que las ciudades de dicho reino de Castilla le tienen en las dichas Cortes y cossas ». Dans l’article XI, les signataires demandent que soient publiées leurs décisions auprès de tous les gouverneurs généraux de Castille. (Texte imprimé pour la première fois dans la Galicia diplomática, Santiago, a 8 de octubre de 1882, n° 14 ; t. 1, p. 97-100. Ces chapitres montrent une des nombreuses démarches que livra la ville pour obtenir droit de vote au parlement ; après maintes batailles, ce droit fut acheté par la ville à la Couronne pour 100 000 ducats.

14 « X.- Otro si ; que los dichos Señores y Caualleros, por si, y en nombre de los otros ausentes é pueblos del dicho Reino acordaron de suplicar é suplican á sus Altezas é sus Gobernadores en su nombre, que les haga merced de la descarga de la contratación de la especiería, é de las otras cosas de las Indias nuevamente halladas, sea en la Ciudad de la Coruña y que allí se haga Casa de Contratación segund é de la manera que está en la Ciudad de Seuilla de las otras Indias antigüamente falladas por quanto es mucho seruicio de sus Altezas, bien é Procomún desde Reino por muchos respectos é motivos que dará por relación la persona que en su nombre á ello embian ». (Galicia diplomática, Santiago, 8 de octubre de 1882, n° 14, p. 99).

15 José GARCIA ORO, Don Fernando de Andrade, conde de Villalba (1477-1540), Saint Jacques de Compostelle : Xunta de Galicia, 1994, p. 141 et 148.

16 Les Indes orientales comprennent l’Inde barbare, c'est-à-dire l’Afrique sub-saharienne, l’Inde gangétique et l’Inde extragangétique.

17 Demetrio RAMOS, op. cit., p. 21.

18 Cf. lettre de Charles Quint à sa tante, Marguerite d’Autriche, régente des Pays Bas: « la armada que hace tres años envié a las islas de las Especias, ha regresado y ha estado en el lugar donde crecen las dichas especias, donde ni los portugueses ni ninguna otra nación ha estado jamas », ce qui était faux mais que le jeune roi affirme dans ces termes pour fonder son droit de regard sur l’épicerie. Dans sa réponse la tante de Charles propose que Bruges devienne le nouveau centre de commerce des épices… Voir Laurence BERGREEN, Magallanes Hasta los confines de la tierra, Barcelone : Editorial Planeta, Historia y sociedad, 2004.

19 Texte du Memorial in : Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, Colección de viajes y descubrimientos que hicieron por mar los españoles desde fines del siglo XV, ed. Carlos SECO SERRANO, t. 3, Madrid : Atlas, n° 77, p. 95. Daté par erreur de 1524 par Fernández de Navarrete : en 1524 la Casa a déjà presque deux ans de fonctionnement car tout se décide à partir du retour de Sebastián Elcano.

20 « vuestra majestad en este descubrimiento mandó tomar por su patrón de la navegación al bienaventurado apóstol Santiago, por cuya intercesión es de tener que Dios deparó este descubrimiento es razón que vuestra majestad en memoria desto ponga esta contratación en lugar donde se pueda seguir beneficio y la tierra en que su cuerpo está sea más noblecido e visitado » AGO, Patronato 48, ramo 2 « estando en la Coruña la especiería es como si estuviese en Flandes y pues allí se gasta la mayor parte y muy poquito en levante es bien se ponga cuan más cercano se pueda poner », ibidem.

21 A la fin du volume 2 du Libro de actas del consistorio, se trouve l’index des cédulas reales conservées : « item otra provisión firmada de su majestad e con las armas reales en que su Majestad promete e hace merced a la çibdad de La Coruña de hacer la casa de la contratación en ella » (fol. 304.), in : Ismael VELO PENSADO, La vida municipal de A Coruña en el siglo XVI, A Coruña : Diputación provincial, 1992, p. 42. Synthèse disponible : Ofelia REY CASTELAO, « Los Gallegos y América en tiempos de Carlos V », in : Antonio EIRAS ROEL (coord.), El Reino de Galicia en la época del Emperador Carlos V, Saint Jacques de Compostelle : Xunta de Galicia, 2000, p. 301 à 328.

22 VELO PENSADO, op. cit., p. 42.

23 Libro de consistorio 1, fol. 11v° (16 juin 1524).

24 Demetrio RAMOS, op. cit., p. 23. Ramón Carandel de son côté met en évidence l’intérêt de cette éphémère Casa de la Contratación, spécialisée dans la especiería, dont le modèle était inspiré plutôt du modèle portugais (la Casa da India) que du sévillan.

25 Il était revenu en Espagne après une sédition à bord. D’abord prisonnier puis jugé à Séville, son expérience et son habileté lors de la junte de Badajoz le créditèrent à nouveau de la confiance impériale.

26 « Hizo el capitán general pleito homenaje en la Coruña, en manos del Conde don Hernando de Andrada », Antonio DE HERRERA, Historia general de los hechos de los castellanos en las islasi tierra firme del mar océano, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1991, Edición y estudio de M. CUESTA DOMINGO, t. 2, lib. 7, cap. V, p. 516.

27 Cf. José TORIBIO MEDINA, Colección de Documentos inéditos para la Historia de Chile, primera serie, Tomo 3, Expediciones de Jofré de Loaiza, Alcazaba, Mendoza etc. « Asiento que el conde de Andiada y Cristóbal de Haro tomaron en nombre de su Majestad con Diego Garcia, 17 de agosto de 1525 » ; « Capitulación que se tomó con Hernando de Andiada y Cristóbal de Haro para hacer varios descubrimientos. 10 de febrero de 1526 ». On notera les termes vagues utilisés dans cette capitulation. On peut signaler que Gabriel de Salamanca était haut fonctionnaire de la trésorerie de Ferdinand d’Aragon : il avait assuré la gestion de l’argent pour l’Empereur (cf. Ramón CARANDE, op. cit., p. 114-120) : il était de Burgos ; Alonso de Salamanca, sans doute de la même famille fait partie de ce groupe d’homme d’affaires galiciens qui investissent dans les expéditions pour l’épicerie.

28 Trois bateaux« en demanda de las tierra del Maluco y las otras islas y tierra de Tarsis e Ofir y el Catayo oriental e Cipango » cf. Juan deMATA CARRIAZO, Introducción a la Cronica de los reyes católicos, œuvre de Alonso de Santa Cruz qui participa à l’expédition. Il dut exister très tôt une rivalité entre les deux maisons de commerce ; Herrera signale que l’expédition de Loaysa se monta à La Corogne en tout hâte « sin embargo de la contradicción de Sevilla » (A. DE HERRERA, op. cit., p. 516).

29 1526 est l’année du mariage de Charles Quint avec Isabelle de Portugal et du mariage de Joao III avec Catherine d’Aragon, sœur de l’empereur.

30 Cf. Ofelia REY CASTELAO, « Del noroeste español a América: oportunidades y medios de fraude y de corrupción », e-spania, 16, décembre 2013, URL : http://e-spania.revues.org/22854 ; DOI : 10.4000/e-spania.22854 ; DOI : 10.4000/e-spania.22854.

31 Pierre CHAUNU, Sevilla y América, siglos XVI y XVII, Séville: Universidad de Sevilla, 1983 ; idem, Séville et l’Atlantique 1504-1650, Paris :Sevpen, 1955 ; Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Orto y ocaso de Sevilla, Séville : Diputación Provincial, 1946 ; Santiago MONTOTO, Sevilla en el Imperio, Séville : Nueva librería Vda. de C. García, 1938 ; Francisco MORALES PADRÓN, La Ciudad del Quinientos (TIII de Historia de Sevilla), Séville : Universidad de Sevilla, 1977 ; Ruth PIKE, Enterprise and Adventure. The Genovese in Seville and the opening of the New World, Ithaca : Cornell University Press, 1966 ; idem, Aristocrats and traders sevillan society in the sixtenth Century, Ithaca : Cornell University Press, 1972 ; E.J. HAMILTON, American treasure and the prices revolution in Spain 1501-1650, Cambridge : Mass, 1934 ; B. MORELL PEQUERO, Mercaderes y artesanos en la Sevilla del descubrimiento, Séville : Diputación Provincial, 1986 ; Antonio Miguel BERNAL, La financiación del comercio colonial durante el siglo XVI (1492-1612), Salamanque: Universidad de Salamanca, 1998, etc.

32 Juan GIL, La India y el lejano Oriente en la Sevilla del siglo de oro, Séville : Biblioteca de temas sevillanos, 2011. Idem, « Chinos en España en el siglo XVI », Studia (Centro de Estudos de História e Cartografia antiga, Lisboa), 58/59 (2001-2002), p. 11-41.

33 AGI, Patr. 35, 9 (6) f. 138r°, in : Juan GIL, op. cit., p. 61.

34 Bernardino DE ESCALANTE, Discurso de la navegacion que los Portugueses hacen a los Reinos y Provincias del Oriente, y de la noticia que se tienen, de las grandezas del reino de China. Ed. facsimile, Séville : Universidad de Cantabria, 1577.

35 Juan GIL, op. cit., p. 69.

36 Cela se perçoit dans les désirs exprimées par les auteurs des Cartas privadas de emigrantes a Indias, México : FCE, 1971. Dans cet ouvrage Enrique OTTE concentra plus de 800 cartas envoyées par des indianos entre 1540 et 1616.

37 Sorte de ville artificielle avec des constructions légères, éphémères, des magasins, la douane etc., on y faisait les réparations des bateaux, préparatifs de départ, les engagements des marins : c’était une sorte d’antichambre de l’Amérique (cf. l’œuvre de LOPE DE VEGA, El Arenal de Sevilla).

38 Francisco de Morales écrit « Roma triunfante/ Cairo español/ Babilonia castellana/ centro de la nobleza/ humano cielo, fénix del orbe/ escala del nuevo mundo / reina del gran océano ».

39 Alonso MORGADO, Historia de Sevilla en la qual se contienne sus antiguedades grandezas y cosas memorables en ella acontecidas, desde su fundación hasta nuestros tiempos compuesta y ordenanda por Alonso Morgado, Séville : Andrea Pescioni / Juan de León, 1587, p. 168.

40 Cf. Ruth PIKE,Aristocrats and traders. Sevillan society in the sixteenth Century, Ithaca : Cornell University Press, 1972, Chap. II, « The Elite», p. 21-129.

41 Postérieurement, Ruiz de Alarcón observera dans El semejante a sí mismo « es segunda maravilla/ un caballero en Sevilla/ sin rama de mercader ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « La Corogne et Séville : les horizons de l’expansion maritime espagnole (1492-1550) », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/25043 ; DOI : 10.4000/e-spania.25043

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org