Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole : variété des modèles péninsulaires (XVe-XVIIe siècle)

Promotion ou déclassement des secteurs marchands dans la Séville moderne ?

Béatrice Perez

Résumés

Cet article prétend brosser une radiographie générale de la société marchande dans la Séville des temps modernes. Un premier mouvement, en plan fixe, étudie la grande variété du monde de la marchandise et l’agencement promotionnel des différents métiers rapportés au commerce. Ainsi, la classification socio-professionnelle de drapier évoque, tacitement pour les contemporains, autant un métier qu’une puissance sociale qui prédispose à la petite notabilité au sein du conseil municipal. Le deuxième mouvement tente d’appréhender de façon dynamique, sur le cours de deux − voire de trois − générations, la promotion des hommes de commerce. À l’échelle de plusieurs générations, le commerce engage durablement la promotion des hommes, mais la carrière est longue, codifiée, et le négoce n’est pas – n’est plus – cet accélérateur de carrière. Les hommes nouveaux de la marchandise ne gravissent pas les degrés de l’échelle promotionnelle en une génération. En revanche, sur le temps long, le négoce, en dépit d’une condition d’incertitude et de risque, pérennise les assises économiques des familles, à la condition de s’inscrire dans un réseau ramifié et solide. De la parentèle au réseau, le négoce n’est plus une entreprise solitaire, mais une coalition d’hommes au sein de sociétés de protection et d’assistance, un entrelacement de groupes, de diverses strates de réseaux, pour une meilleure intégration dans les cercles de pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ruth PIKE, Aristócratas y comerciantes : la sociedad sevillana en el siglo XVI, Barcelone : Editori (...)

1J’ai choisi de parler d’un sujet qui, en dépit de sa simplicité apparente, offre de nombreuses difficultés. En effet, les notions de « classement » et de« déclassement » sont loin d’être aisées à dominer ; les mesurer est une vraie gageure. Quant à l’idée même de « secteurs marchands », leur définition suppose beaucoup de préalables. Néanmoins, en dépit des obstacles multiples, je n’ai pas voulu me dérober à la tâche, parce qu’un article permet ce genre de tâtonnements, surtout pour tenter de résoudre un problème que l’on ne peut éluder. Le commerce engage-t-il aussi rapidement qu’on le prétend la promotion des hommes ? Et dans tous les cas, ce commerce accélérateur de carrière, est-il un fait castillan ou américain au début du XVIe siècle ? Plusieurs choses sont à l’origine de cette réflexion. La première est une relecture attentive de l’ouvrage de Ruth Pike, Aristocratas y comerciantes1, et la nécessité de nuancer une réflexion qui fut, en son temps, très novatrice, mais qui, par certains aspects, demeure caricaturale. Sa prose se voulant didactique, certaines assertions sont péremptoires et excessives, comme celle-ci :

  • 2 Gille CHABAUD, Classement, DÉclassement, Reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoge :Universit (...)

2La seconde est une réflexion sur les notions de « promotion » et de « déclassement », suscitée par de nouveaux travaux d’historiens, comme celui dirigé par Gilles Chabaud, Classement, DÉclassement, REclassement2.

  • 3 Pierre BOURDIEU, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences soci (...)

3Cette lecture bourdieusienne3 − très aseptisée −, appliquée à l’époque moderne, m’a semblé opérante pour la période qui est la mienne, au milieu d’une société marchande bigarrée. Le « déclassement » perçu comme le décalage entre les aspirations légitimes des enfants (légitimes, parce que découlant logiquement des carrières des parents) et la réalité sociale vécue provoque un malaise social et le sentiment d’une « promesse trahie » par le nouveau système politique. C’est d’une vérité criante dans le cas des familles marchandes conversas dont le cours promotionnel brutalement interrompu par le tribunal de l’Inquisition met en branle une série de stratégies afin de conjurer cette « hantise du déclassement ». Je pense que le départ aux Amériques de nombreux conversos en 1511 trouve là sans doute un premier élément de réponse. Mais c’est également vrai dans le cas de familles marchandes sévillanes dont la promotion ne se fait plus selon les mêmes schémas au lendemain du basculement transatlantique. De la reproduction à la reconversion, le monde marchand change, et les rouages de la mécanique se densifient : les secteurs financiers ou l’artisanat du luxe ne débouchent plus systématiquement sur des chances réelles de promotion dans l’espace social sévillan. Dès lors, comment résister à la dévaluation des secteurs marchands dans un temps oùle négoce augmente de cinq cent pour cent sa capacité (passant de soixante-deux professions rattachées au négoce entre 1455 et 1479, à trois cent cinquante-quatre entre 1490 et 1500). Quels sont ces facteurs qui empêchent de décrocher et garantissent une promotion sereine ? Existe-t-il d’autres horizons où l’espoir de rendement maximal réinvestit le commerce de sa charge attractive ?

  • 4 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias : los mercaderes de Castil (...)

4Ce sont toutes ses interrogations que je me propose d’éclairer en deux parties. La première brossera une radiographie du monde marchand sévillan en plan fixe grâce à l’exploitation d’une base de données que je présenterai sommairement. La seconde interroge la promotion et le déclassement et tente d’appréhender, de façon dynamique, l’évolution marchande en introduisant le facteur Temps, embrassant plusieurs générations : des grands-parents (génération antérieure à 1480) vers les enfants (jusqu’en 1500) ; puis de ces derniers vers les générations américaines, à travers la liste des marchands sévillans pénalisés lors du Secuestro de Indias de 15344.

Radiographie du monde sévillan en plan fixe

Élaboration de la base de données

5Pour mener à bien la première partie, je travaille à partir d’une base de données concernant les marchands dans la ville de Séville et dans sa région qui est complexe, car elle procède de sources diverses. Chaque source conditionne l’échantillon de population observé en introduisant un prisme particulier. Ainsi, le premier noyau de cette base − incluant la population marchande et celle rattachée à la notabilité, tels les fermiers des rentes, les guardas et les autres charges institutionnelles − est extrait des archives de Simancas, de la Contaduría Mayor de Cuentas. J’ai ajouté, à cette base originelle, quelque mille deux cents noms issus des archives notariales de Séville et des recensements fiscaux de la fin du XVe siècle. Pour la seule ville de Séville − car ce sont les statistiques qui m’intéressent dans le cas présent −, l’échantillon se compose de la façon suivante : sept cents noms procèdent des archives notariales ; trois cent quatre-vingt-cinq noms procèdent des recensements fiscaux ; enfin, trois cent vingt-huit noms sont extraits des archives inquisitoriales.

6Sans entrer dans le détail, la source influe sur le résultat et la classification socio-professionnelle des secteurs marchands s’en trouve modifiée. C’est la raison pour laquelle, en variant les sources, on parvient à corriger ces écueils en limitant – dans le cas de la base exploitée − ce genre de dérive.

Ventilation statistique des secteurs marchands : vision diachronique de l’évolution marchande

7La répartition des secteurs marchands donne les résultats suivants :

8Il m’a semblé que ce schéma, pour intéressant qu’il fût, n’était pas d’une grande aide en cela qu’il écrase la notion Temps. Dès lors, j’ai songé qu’il valait mieux introduire une chronologie pour dégager une évolution des métiers. Les lignes de césure ne sont guère originales − la base ne permet pas ce genre de raffinement − et il a fallu opter pour les décennies : 1455 (date des premières minutes)-1479 ; 1480-1489 ; 1490-1500.

9Traduit en graphiques, les résultats sont les suivants :

10Très schématiquement, il convient de souligner la progressive disparition du secteur de la banque et l’apparition d’une administration de régulation du commerce. De façon détaillée, les résultats sont ceux qui suivent.

11Entre les années 1455-1479 (fig. n° 3), les activités de borseguinero, mercader, corredoret cambiador sont prédominantes dans ce panorama précoce. J’ajouterai un élément qui n’apparaît pas sur ce graphique mais qui est de taille : sur les vingt-six marchands recensés, trois – soit à peine onze pour cent − ont déclaré avoir une spécialisation, outre celle de mercader. L’un était « marchand-banquier »; l’autre, « marchand-fermier des rentes » et le dernier a déclaré la profession de « marchand-maître de navire ». En revanche, quarante-sept pour cent des courtiers affichent, pour leur part, une spécialisation.

12Entre les années 1480-1489 (fig. n° 4), la part des mercaderes, puis celle des corredores, taverneros, roperos et traperos augmente au profit d’une diminution de celle des borseguineros. Il faut croire que le brodequin ne fait plus recette ou, pour le dire autrement, le marché du textile tend à monopoliser l’activité mercantile rentable à Séville. La part des marchands « spécialisés », tels les mercaderes de corambre, mercaderes de cueroet mercaderes de pescado, reste faible (à peine huit pour cent). En revanche, celle des courtiers spécialisés augmente : ils sont désormais cinquante-huit pour cent à déclarer une spécialisation.

13Enfin, entre les années 1490 et 1500 (fig. n° 5), la tendance du commerce du textile à gagner des parts de marché se confirme, et la chose ne surprend guère tant le commerce international accroît la demande de draps castillans. Plus curieux peut-être, il faut souligner la disparition d’un secteur « banque » à part entière et l’apparition nette de guardas. Non que la banque disparaisse, mais elle se confond désormais avec une activité générique − fortement complexifiée −, celle de mercader mêlant négoce et activité créditrice. Sans doute est-ce là le résultat d’une amplification des échanges et d’une plus forte capacité financière du marchand, expliquant la multiplication des structures de contrôle. La part des marchands spécialisés n’évolue guère (elle est alors de treize pour cent), sans doute parce que prévaut le recours à des courtiers, pour leur part, spécialisés et experts dans soixante-dix-neuf pour cent des cas (soit trente-sept courtiers sur les quarante-sept recensés). Ils sont corredores de bestias, de caballos, de hierba zumaque(le sumac servant au tannage des peaux), corredores de bayón(la massette, une plante dont la fibre dite de « buri » servait à faire des sacs), etc.

Quelle promotion, quel déclassement ?

La cuantía, un élément de richesse ?

14Tout ce panorama statistique brossé nous livre, à un moment déterminé, une radiographie marchande sévillane fort utile pour ce qu’elle nous dépeint la réalité sociale d’alors. Toutefois, pour avoir une perception de la promotion ou du déclassement des hommes, il faut introduire une donnée supplémentaire : celle du patrimoine moyen des catégories socio-professionnelles, qui nous renseigne sur la rentabilité des métiers. Les choses alors se compliquent, car les seuls patrimoines que je possède furent estimés par l’Inquisition et ils nous renseignent sur une catégorie marchande bien déterminée, les judéoconvers. Ils ne peuvent, donc, servir à une généralisation, car tous les marchands ne sont pas conversos, c’est l’évidence, même si, le cas échéant, il n’est pas incongru de penser que les métiers rentables pour les conversos le fussent aussi pour les autres individus exerçant la même profession. Mais, il convient, en l’espèce, d’être prudent. Aussi, pour adopter un critère universel, je dispose de la cuantía (le revenu net de l’activité) déclarée dans les recensements fiscaux sévillans. Elle n’est guère fiable (comme je le dirai au fur et à mesure), mais toute proportion gardée, elle peut être intéressante. Jusqu’en 1488, les plus fortes cuantías sont celles des taverniers, des marchands de soie, des marchands d’épices, des mercaderes et des drapiers. Deux choses sont à noter. D’une part, certaines professions (comme celles de trapero, ropero et sedero) englobent une grande diversité de cas, allant du marchand très riche – jouissant de plus de cent mille maravédis de cuantía − au marchand pobre. D’autre part, ceux qui génèrent les plus fortes plus-values sont des membres de compagnies marchandes − tels les frères Alhaje − ; ceux qui déclarent les plus faibles revenus, des membres issus du petit commerce boutiquier (des tenderos).

15Dans tous les cas, les individus possédant des terres décuplent leur cuantía : le tavernier de petite envergure déclare mille maravédis ; celui qui possède des terres, cinquante-quatre mille maravédis. En 1488, les plus fortes cuantías sont celles des traperos et des mercaderes (trente mille, trente-six mille, quatre-vingt-six mille, voire cent mille maravédis), jusqu’à l’apparition, au sommet des déclarations, de mesoneros. Logiquement, on observe, parmi les déclarations, des incongruités démontrant la fragilité de la source : un banquier pauvre, un marchand déclarant une cuantía de cinquante mille maravédis mais dont les censeurs se demandent si celle-ci ne serait pas plutôt de cinq cent mille maravédis ; deux fermiers de rentes pauvres, etc. Enfin, en 1500, deux marchands italiens, le Génois Cristóbal Salvago et le Lombard Alonso Maestre, ainsi que le drapier Luis Alonso Condezil caracolent en tête des déclarations. Si je devais classer les métiers par ordre promotionnel financier, j’adopterais sans doute l’ordre suivant : boutiquier, marchand d’épices, marchand de soie, ropero (fripier), courtier, mercader, drapier, enfin tavernier. Je ne traiterai pas ici le cas très particulier du tavernier, dont l’activité, menée au su et vu de tous, se prête moins à la fraude dans les déclarations fiscales. Qu’il me suffise de dire que le tavernier, par essence roturier, est recensé quand d’autres ne le sont pas à des titres divers. Ainsi sa prégnance n’est-elle pas tant le signe d’une puissance accrue que celle d’une faiblesse : l’incapacité à se soustraire au contrôle des censeurs du fisc royal.

16Dès lors, pour essayer d’avancer dans cette notion de promotion ou de déclassement, je dispose de plusieurs éléments. Au niveau d’une génération, certains individus ont déclaré deux, voire trois professions distinctes à des moments différents. Abandonnant le quantitatif pour une étude plus qualitative, que révèlent ces déclaration des « évolutions de carrière » ?

17Les cas recensés sont peu nombreux et permettent tout juste d’ébaucher quelques pistes de réflexion. Dans les années 1450-90, le métier de marchand pouvait conduire au change et au prêt − comme un prolongement naturel de l’activité mercantile −, ou aux professions de l’administration – tel majordome ou jurat, comme l’attestent les cas de « mercader y cambiador », ou « mercader mayordomo »,ou encore « trapero, mercader y arrendador ». Sans doute l’ordre promotionnel conduisait-il de la fonction de marchand à celle de drapier, puis à celle de fermier ou de notable, comme semble l’incarner le Génois Bernaldo Pinelo qui, de marchand, devient homme tenant change public, ou Rodrigo de Sevilla, troquant la fonction de marchand pour celle de majordome d’une maison nobiliaire. Le parcours de Juan Alemán − passant du conseil municipal au change, puis de la banque au seul métier de drapier – et celui de Tomás Sánchez de Jaén – tout à la fois drapier, jurat et majordome en 1484, redevenu, en 1489, simple drapier −sont ceux d’hommes qui dévissent brutalement après une rupture sociale. Dans leur cas, sans aucun doute, le déclassement fut consécutif à la répression inquisitoriale. Pour autant, je constate qu’ils conservent leur capacité financière puisque le décrochage se fait sans descendre en-deçà de la catégorie des drapiers. D’une certaine façon, c’est là un signe démontrant que les élites mercantiles résistent sans doute mieux que d’autres catégories au déclassement.

18Les autres cas dessinent un mouvement allant de l’artisanat consolidé vers le commerce : de borseguinero (marchand de brodequins) à trapero ; de curtidor (tanneur-corroyeur) à marchand de cuir ou marchand de draps, de marchand de soie à marchand de fils d’or. La promotion se fait soit dans le sens d’une spécialisation plus grande, centrée autour de produits à plus fort rendement ; soit elle se fait à partir d’un artisanat bien établi et pérenne (celui des sastres, sederos, roperos, tenderos, toneleros) vers le négoce (les mercaderes et traperos). En définitive, le mouvement qui se dégage semble être celui d’une consolidation financière avant tout. L’ancienne aristocratisation du négoce, qui voulait que le drapier devienne jurat-banquier, avant de s’afficher comme majordome du conseil municipal, est désormais une promotion qui a disparu de la péninsule et que l’on ne retrouve qu’en Amérique.

19À l’échelle de deux générations, quelle promotion observe-t-on ? Le négoce, perçu comme le prolongement naturel de l’activité artisanale, est-il une réalité palpable depuis la génération des parents ?

20Dans plus de quatre-vingts pour cent des cas, les parents exerçaient déjà des professions proches de celle de leurs enfants, s’inscrivant dans la même branche socio-professionnelle ; les promotions se font toujours dans le sens de l’artisanat vers le négoce, de tondeur de draps à mercader, de tailleur (sastre) à marchand de soie, etc. Les chutes promotionnelles − celles qui voient les fils de notaires du nombre de la ville devenir des courtiers − sont tous le fait de parents conversos condamnés à un moment déterminé. Hormis ces cas, la promotion logique garantit une aspiration des couches hautes de l’artisanat − principalement depuis les secteurs textiles (tailleur, teinturier, toquero ou faiseur de voiles) ou depuis ceux du luxe, comme la joaillerie − vers le négoce.

  • 5 AHPS, leg. 19725, fol. 177v°: « Deve Ferrán Ruiz tondidor de seda vecino de Sevilla en la colación (...)

21Je constate, néanmoins, que le point culminant de cette carrière marchande est la charge de drapier et que l’on n’y parvient pas en une seule génération. Ainsi tous les parents de drapiers étaient eux-mêmes déjà drapiers. Les évolutions ne sont pas seulement le fait du temps, mais aussi, sans doute, d’une nouvelle façon de faire. Pedro Manuel est sedero en 1480 ; en 1489, il est mercader et la chose qui a changé est qu’il a pris désormais en main tout le processus de fabrication, sous-traitant ailleurs, pour mieux vendre un produit dont il a géré l’élaboration5. Cette prise en charge de la gestion des coûts permet une plus forte capitalisation, gage inévitable d’une promotion plus rapide. La chose est presque toujours vérifiable : Rodrigo de Carrión, à la différence des familles de marchands burgalais installées à Séville − tels les Aranda, les Pardo, les Najera ou les Encinas , ne vend pas des toiles de luxe importées du nord de l’Europe mais fait teindre localement son drap pour le vendre avec une plus grande marge de gain. De représentants à marchands internationaux, la promotion des Carrión est considérable, principalement en Amérique. Mais je m’avance beaucoup.

22Pour l’heure, je dirai que ce monde du négoce, à l’aube de l’essor américain, offre bien peu de surprise. Les rouages de la promotion semblent longs, codifiés, et le négoce n’est pas − n’est plus −un propulseur de carrière. Les hommes nouveaux de la marchandise ne gravissent pas les degrés de l’échelle promotionnelle en une génération. En revanche, sur deux ou trois générations, le commerce assure des grains constants et inscrit solidement l’homme dans une profession. Les seuls cas de déclassement sont le fait d’une collision inquisitoriale. Le négoce, en dépit d’une condition d’incertitude due aux risques, pérennise les assises économiques des familles. Sans aucun doute, l’Amérique bouscule ce lent enrichissement consolidé des hommes de commerce.

Le devenir des familles marchandes jusque dans les années 1540

23Dans le souci d’impulser une ligne dynamique vers le XVIe siècle, il fallait trouver, des éléments permettant de mesurer le devenir de ces familles. En 1534, le Secuestro de Indias − c’est-à-dire, les avoirs réquisitionnés par l’administration de Charles Quint lors de l’arrivée de la flotte à Séville − nous permet de mesurer la force de la promotion américaine.

  • 6 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 204.

24Qui sont ces marchands sévillans qui ont secouru la politique de Charles, à leur insu, mais non sans un « intérêt » (« el trabajo del socorro »6) ? J’ai dégagé ainsi trois nucléons de marchands.

25Le premier est constitué de Génois issus de familles génoises bien ancrées à Séville et qui, à la fin du XVe siècle, déclarent déjà des professions en phase d’agencement promotionnel. Ce sont principalement les Pinelo – qui, de marchands, deviennent banquiers, contrôleurs des poids et mesures, chargés de la banque publique, puis notables du conseil, fermiers des rentes, enfin commandeur pour l’un d’entre eux – ; les Grimaldo – marchands, puis marchands cónsules de la lonja de genoveses − ; les Centurión – marchands, puis banquiers − ; les Catano – marchands d’épices, puis mercaderes, puis banquiers.

  • 7 Son testament a été publié dans l’ouvrage de Natalia PALENZUELA, Los mercaderes burgaleses en Sevil (...)

26Le second est constitué de Burgalais de la deuxième ou troisième génération de marchands estantes à Séville, parmi lesquels le superbe Melchor de Carrión. À la fin du XVe siècle, ils sont deux installés à Séville, Andrés de Carrión et Rodrigo de Carrión, criados de Juan de Nájera, lui-même factor de la famille Pardo, des marchands de Burgos. Ils se sont affranchis de cette charge de délégation en investissant dans les processus d’élaboration artisanale de produits. L’aventure américaine vers la Isla Española démarre avec la génération de Fernando de Carrión7; elle se poursuit avec Ginés de Carrión qui, maestre de una nao achetée en 1537, intensifie, avec son frère Melchor de Carrión, la liaison Séville-Santo Domingo-Cubagua tout en diversifiant le champ du négoce (blé, vin, raisins secs, toiles de Flandres et perles de Cubagua).

  • 8 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 216-223.
  • 9 Voir Enrique OTTE SANDER, Sevilla, siglo XVI : materiales para su historia económica, Séville : Cen (...)

27Enfin, le troisième nucléon est constitué de conversos s’étant embarqués pour le Nouveau Monde en 1511, et dont le détour américain a supposé une formidable promotion. Je ne citerai que le cas d’Álvaro Jorge et de ses fils, Gaspar et Gonzalo Jorge. En 1511, lorsqu’Álvaro Jorge s’habilite, il est sedero et déclare un patrimoine de cent douze mille maravédis. En 1534, ses bénéfices réquisitionnés cette année au titre du Secuestro de Indias s’élèvent à trois cent cinquante-six mille maravédis ; et si on y ajoute ceux réquisitionnés conjointement avec ses fils (quelque quatre-vingt-cinq mille maravédis) ainsi que les intérêts de l’emprunt impérial (plus de vingt-deux mille maravédis)8, leurs gains dépassent un demi-million de maravédis. Leurs associés de longue date les relient à l’expansion maritime : les Riberol, aux Îles Canaries ; les Segura, à Santo Domingo9. Des Îles Canaries aux Indes, c’est bien la condition portuaire de Séville qui influence cette géographie éclatée des réseaux.

  • 10 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 196, not (...)

28Sans être américaniste, je me suis rendue compte que la promotion, à l’aube du XVIe siècle, ne pouvait se comprendre sans l’enjambement atlantique. Ces marchands entre plusieurs mondes ont le cœur (la famille, la racine) à Séville, mais la bourse (les affaires, les marchandises, les acheteurs) en Amérique. Ils ont l’âme castillane et la promotion américaine. D’ailleurs, au moment des emprunts du Secuestro de Indias, alors que le Conseil des Finances s’interroge sur les moyens d’amplifier les ressources (« aver dinero […] y que no se venda el patrimonio real ») et, à cette fin, fait établir la liste de ceux qui « de pocos tiempos a esta parte han enriquecido ». Les marchands recensés furent les « cargadores a Indias » de Séville10.

29Quelles raisons concrètes permettent d’expliquer ces fortunes américaines quand la fin du XVe siècle voit un tassement promotionnel andalou préfigurant, d’une certaine façon, un déclassement à plus ou moins brève échéance. Ce grippage de la mécanique promotionnelle − accentué par la présence inquisitoriale œuvrant au décrochage d’une frange de la population – a certainement joué un rôle clé dans l’intégration mercantile rapide de cet ailleurs aux horizons dégagés.

Les explications possibles de la promotion et du déclassement

30Les explications sont diverses et complémentaires les unes des autres. Elles vont des investissements dans la terre, à la possession de ces autres « marqueurs de richesse », tels les magasins à huile ou les charges détenues. Néanmoins, il m’a semblé que c’était véritablement les réseaux qui structuraient les carrières marchandes au XVIe siècle.

31De la parentèle au réseau − chauvin d’abord, puis étendu ensuite à divers groupes, dans une forme de superposition de clientèles d’origine socio-professionnelle différente −, les structures du négoce sévillan se densifient. Les réseaux s’étendent des élites aux artisans, dans le cas des Génois ; des compatriotes aux autochtones, dans le cas des Burgalais, et interagissent, dans tous les cas, avec les milieux d’affaire conversos. L’entrelacement, la circulation, la topologie marquent de leur empreinte les réseaux de la basse Andalousie. Du « réseau » à la coalition marchande, la nature portuaire sévillane, ouverte et imbriquée à la fois, favorise l’intégration des divers groupes, entraînant dans son mouvement tout un rouage de pouvoir. L’amplitude du réseau traduit une meilleure insertion dans le tissu local, un pouvoir plus accru, prélude à une promotion plus rapide. Dans le cas de Séville, il est évident que la promotion des hommes fut proportionnelle à la densité des réseaux.

32Très sommairement, la particularité du réseau burgalais réside en des échelles de solidarités quadrillant la Castille depuis Burgos jusqu’à Séville, suivant les chemins lainiers. Les marchands travaillent dans une forme de confiance chauvine solide, de société de protection mutuelle et d’assistance, et l’on ne voit guère les conflits portés sur la place publique. Il faut croire que là aussi les affaires privées se règlent en privé. C’est un modèle très lié à la péninsule, sans doute trop.

Fig. n° 6 : Les réseaux burgalais à Séville

Fig. n° 6 : Les réseaux burgalais à Séville
  • 11 C’est ce que j’ai essayé de matérialiser par le jeu de couleurs de la fig. n° 7.
  • 12 David IGUAL LUIS et Germán NAVARRO ESPINACH, « Los genoveses en España desde el tránsito del siglo  (...)
  • 13 La minute suivante donne un aperçu de ces ramifications (AHPS, leg. 2157, fol. 74r°-v°) : « Otorga (...)

33Le cas des marchands génois est certainement plus complexe, parce que les réseaux sont plus ramifiés et anciens. Par définition, ils sont internationaux et agencés sur plusieurs étages, la base interagissant avec le sommet et les réseaux communiquant entre eux11. Les distinctions ne semblent pas hiérarchiques, et on trouve, comme simple relais du réseau de Jacomo de Sorvanis, Benito de Castellón, de Tolède, lui-même âme d’un réseau puissant de la laine dans sa ville. Plutôt que de se déplacer sillonnant le territoire de leur horizon commercial − ce que fait sans cesse un Juan de Nájera, ici et là, mais presque toujours absent de Séville −, les Génois préfèrent resserrer l’espace autour d’une dissémination familiale ou clientélaire (le fameux « sistema europeo de relaciones »12). De la Méditerranée à la première Atlantique américaine, les relaisse déploient, de Valence aux Îles Canaries, en passant par la baie de Cadix13. Ils sont solides parce que l’ancienneté reposesur les grands alberghi génois auxquels ils se rattachent sans cesse, sans pour autant que ces réseaux à forte connotation identitaire soient étanches.

Fig. n° 7 : Les réseaux génois à Séville

Fig. n° 7 : Les réseaux génois à Séville

34Pour conclure, je retiendrai deux choses qui me semblent qualifier le monde des marchands dans la Séville de la première modernité : la perte de spécialisation du marchand, d’une part ; l’intégration dans un réseau comme socle promotionnel, de l’autre. Sa non-spécialisation signifie soit une pluralité de métiers fondue dans un dénominateur générique ; soit une polyvalence de l’activité marchande qui veut que le mercader devienne un touche-à-touche de talent profitant des horizons d’opportunités qui sont ceux du réseau. Pour le dire avec humour, au début du XVIe siècle comme de tout temps, la polyvalence et l’entregent furent les gages de la promotion.

Haut de page

Notes

1 Ruth PIKE, Aristócratas y comerciantes : la sociedad sevillana en el siglo XVI, Barcelone : Editorial Ariel, 1978.

2 Gille CHABAUD, Classement, DÉclassement, Reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoge :Université de Limoges/PULIM, 2011.

3 Pierre BOURDIEU, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, nov. 1978, p. 2-22.

4 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias : los mercaderes de Castilla y el crédito de Carlos V (1530-1537) », in : Béatrice PEREZ, Sonia V. ROSE et Jean-Pierre CLÉMENT (dir.), Des marchands entre deux mondes. Pratiques et représentations en Espagne et en Amérique (XVe-XVIIIsiècles), Paris : PUPS, collection « Iberica », n° 19, 2007 ; Sergio SARDONE, « Los secuestros de las remesas americanas de particulares de Carlos V a través de los notarios sevillanos », Temas Americanistas, n° 29, 2012.

5 AHPS, leg. 19725, fol. 177v°: « Deve Ferrán Ruiz tondidor de seda vecino de Sevilla en la colación de San Bartolomé a Pedro Manuel sedero vecino de Sevilla en la colación de San Esteban, presente, 9 740 maravedís los cuales son de mercaderías que recibió compradas que son en su poder de que es pagado […] a pagar aquí en Sevilla, los cuales dichos maravedís le ha de descontar y descargar y pagar en le teñir tanta seda que el dicho Pedro Manuel le dé a teñir a los precios que en uno están igualados […] ».

6 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 204.

7 Son testament a été publié dans l’ouvrage de Natalia PALENZUELA, Los mercaderes burgaleses en Sevilla a fines de la Edad Media, op. cit., p. 280 et 292, « Testamento de Fernando de Carrión, mercader burgalés, estante de Sevilla en la collación de Santa María », « Codicilio realizado el 10 de febrero de 1522 ».

8 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 216-223.

9 Voir Enrique OTTE SANDER, Sevilla, siglo XVI : materiales para su historia económica, Séville : Centro de Estudios Andaluces/Junta de Andalucía, 2008, p. 235.

10 Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Asiento, socorros y secuestros de Indias… », art. cit., p. 196, note 3.

11 C’est ce que j’ai essayé de matérialiser par le jeu de couleurs de la fig. n° 7.

12 David IGUAL LUIS et Germán NAVARRO ESPINACH, « Los genoveses en España desde el tránsito del siglo XV al siglo XVI », Historia, instituciones, documentos,n° 24, Séville : Universidad de Sevilla, 1997, p. 262.

13 La minute suivante donne un aperçu de ces ramifications (AHPS, leg. 2157, fol. 74r°-v°) : « Otorga Jacomo de Sorvanis, mercader genovés, estante en Sevilla que da su poder cumplido a Lorenzo Gaboto, mercader genovés, estante en la ciudad de Valencia, especialmente para que por él y en su nombre pueda demandar de Iohán de Casa Nova, escribano público de la ciudad de Valencia, una carta de poder que otorgó Agostín de Grimaldo por sí y en nombre de Bernaldo de Castellón, su compañero, a Benito de Castellón, hermano del dicho Bernaldo de Castellón, en 10 días de junio, del año que pasó de 1489 años, el cual dicho poder es para cobrar del dicho Jacomo de Sorvanis cierta suma de maravedís y para otras cosas contenidas en el dicho poder y pueda convenir y reconvenir el dicho notario que del dicho poder al dicho Jacomo de Sorvanis y a él en su nombre para lo presentar en prueba de su intuición […] ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. n° 6 : Les réseaux burgalais à Séville
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. n° 7 : Les réseaux génois à Séville
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Perez, « Promotion ou déclassement des secteurs marchands dans la Séville moderne ? », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24993 ; DOI : 10.4000/e-spania.24993

Haut de page

Auteur

Béatrice Perez

Université Paris-Sorbonne, CLEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org