Navigation – Plan du site
Vices et vertus dans la Romanité médiévale (XIIIe-XVe siècle)

Définir les vertus d’une reine : des miroirs pour Isabelle Ière de Castille

Cécile Codet

Résumés

À travers l’étude de trois textes écrits pour Isabelle Ire de Castille entre 1468 et 1475 (le Jardín de nobles doncellas de fray Martín de Córdoba, le Regimiento de príncipes de Gómez Manrique et le Dechado de fray Íñigo de Mendoza), cet article se propose d’étudier comment trois auteurs, avant même qu’Isabelle monte sur le trône et au tout début de son règne, ont cherché à la guider dans l’exercice du pouvoir royal. Confrontés à une situation quasiment inédite – l’exercice du pouvoir royal par une femme –, ils tentent ainsi d’associer vertus féminines et vertus régaliennes pour construire une figure nouvelle : celle de la reine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est, notamment, l’époque de la publication de trois textes importants parmi ceux qui cherchent à (...)

1À partir de 1462 avec la naissance de la princesse Jeanne, et plus encore à partir de 1468 avec la mort de l’infant Alphonse, la perspective de voir une femme hériter du trône de Castille s’affirme de plus en plus clairement. En outre, pour les opposants à Henri IV, Isabelle n’est pas seulement une héritière potentielle : elle représente l’espoir d’une rédemption morale et du rétablissement d’un pouvoir juste et légitime. Il apparaît donc d’autant plus essentiel d’éduquer la future souveraine. Or, si plusieurs auteurs ont déjà produit des miroirs de princes tout au long du Moyen Âge castillan, peu d’entre eux se sont intéressés à la question de la formation d’une femme pour l’exercice du pouvoir. Au cours de la première moitié du xve siècle, pourtant, et, particulièrement au cours des années 1440, les femmes ont suscité un intérêt particulier chez les théoriciens et les moralistes1. Sous l’influence de Marie d’Aragon, notamment, le débat sur les vices et vertus des femmes devint la controverse à la mode à la cour, suscitant des productions écrites qui, certes, sont à envisager dans le cadre des jeux courtois et des intérêts politiques de l’époque, mais qui n’en témoignent pas moins d’un regain d’intérêt pour la femme en tant qu’objet d’analyse et d’écriture et de l’importance prise par certaines femmes dans le panorama littéraire et politique du temps.

2Mais théoriser sur les vertus et les vices féminins est une chose, entreprendre d’éduquer les femmes pour favoriser les premières et tenter de contrôler les seconds en est une autre. En outre, éduquer une future reine présente une difficulté supplémentaire, car, si l’on dispose de miroirs de princes, où trouver et comment concevoir un « miroir de princesse » ? Comment combiner ces deux notions : l’exercice légitime d’un pouvoir obtenu de plein droit et la féminité, combinaison presque inédite en Castille, même si le droit ne l’interdisait pas ? Nous souhaiterions donc étudier ici comment, avant qu’Isabelle ne monte sur le trône et au tout début de son règne, certains auteurs élaborent des miroirs visant à conseiller leur destinataire sur la façon dont elle doit exercer le pouvoir. Ce faisant, ils contribuent à construire la figure de la reine, à lui donner une existence et des caractéristiques théoriques. Une reine est-elle – ou, plutôt, peut-elle être – une femme comme les autres, souffrant des vices propres à son sexe ? Exige-t-on d’elle l’accomplissement de vertus spécifiquement féminines, ou au contraire la mise en pratique de vertus régaliennes ? Ces deux types de vertus ne sont-ils pas contradictoires ? Autrement dit, une reine peut-elle encore être une femme vertueuse ?

3Voici quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre à travers l’analyse de trois textes : le Jardín de nobles doncellas, de fray Martín de Córdoba (1468), le Regimiento de Gómez Manrique (ca. 1470) et le Dechado de fray Íñigo de Mendoza (1475), trois textes publiés à moins de dix ans d’intervalle, qui accompagnent l’accession au trône d’Isabelle et ses premiers pas de souveraine. À travers eux, nous tenterons de comprendre comment est perçue et traitée la féminité du souverain, et comment cette féminité peut être transcendée par l’exercice de la fonction régalienne.

Une femme vertueuse suffit-elle à faire une reine ?

  • 2 De fait, Isabelle Ire (1474-1504) n’est pas la première femme à occuper le trône de Castille, dans (...)
  • 3 Au nombre des femmes illustres mentionnées par Álvaro de Luna dans son catalogue, on peut ainsi cit (...)

4Nous l’avons dit : la Castille s’est rarement trouvée confrontée à la perspective de voir une femme hériter du trône2. Cependant, ce n’est pas tant le caractère exceptionnel de l’événement qui préoccupe à l’époque les esprits, que le fait que l’image que l’on se fait de la féminité apparaisse peu compatible avec l’exercice du pouvoir, et ce, alors même que les catalogues de femmes illustres que nous avons évoqués plus haut mettent précisément en scène des femmes fortes, reines ou combattantes3. Ainsi, la féminité de Jeanne (soupçonnée d’être une enfant illégitime) et d’Isabelle (que rien ne prédestinait à régner) vient fragiliser encore davantage des aspirantes au trône qui souffraient déjà d’un manque de légitimité. C’est donc pour parer aux objections que pourrait susciter le fait que le pouvoir soit exercé par une femme que fray Martín de Córdoba choisit de puiser dans la féminité d’Isabelle les vertus qui pourront faire d’elle une bonne souveraine.

La reine du Jardín de nobles doncellas : le parangon des vertus féminines

  • 4 Martín de Córdoba, Jardín de nobles doncellas, Harriet GOLDBERG (éd.), Chapel Hill : University of (...)

5Pour Martín de Córdoba, en effet, la reine ne saurait renier sa nature féminine, comme en témoigne la structure même de son ouvrage : il commence en effet par aborder la question de la création de la femme, puis sa nature, définie en termes de « buenas calidades » et de « menos buenas calidades ». L’emploi de la litote ne doit pas être considéré, ici, comme un simple artifice littéraire ou courtois, dans la mesure où il entre pleinement dans la logique de la défense de la notion féminine entreprise par l’auteur. Ainsi, il présente à ses lecteurs des femmes pourvues de qualités plus ou moins bonnes, certes, mais dépourvues – du moins, d’un point de vue rhétorique – de vices. Il ne faut pas oublier, en effet, que le Jardín de Nobles Doncellas, même s’il est dédié à Isabelle, a été conçu, selon Harriet Goldberg, « to be immediately comprehensible to a wide readership »4. Le Jardín ne s’adresse donc pas exclusivement à Isabelle, mais également à ceux qui ne seraient pas encore convaincus qu’il serait avantageux pour la Castille qu’elle monte sur le trône :

  • 5 Ibid., p. 97.

In this sense, the Jardín may be considered to be a quasi-political document whose pro-feminism seems to be directed to the reader as a sort of affirmation of Isabel’s claim to the throne5.

6En outre, dans cette description de la nature féminine que fait l’auteur, nombreuses sont les formulations qui définissent la princesse comme un parangon des vertus de son sexe. Ainsi, elle est plus que toute autre tenue au respect de la morale, et, abordant la question des désirs charnels, Martín de Córdoba affirme :

  • 6 Ibid., p. 223.

aunque todas las mugeres deven ser linpias d’esto [les désirs charnels], mucho más la princesa, ca tales deseos hazen la muger bestial et házenla menospreciable, disfamada e indigna de principar6.

  • 7 Ibid., p. 255.

7La reine doit donc être l’incarnation paroxystique de la chasteté, vertu requise de toute femme et dont l’auteur dit plus loin que « Todas las virtudes en la muger, aunque estoviesse un montón d’ellas fasta el cielo, sin castidad no son sino como escorias et ceniza contra el viento »7.

  • 8 Ibid., p. 157.

8Ce mécanisme qui consiste à décrire la reine comme la femme par excellence permet à Martín de Córdoba de dessiner une souveraine qui dépasse les limites traditionnellement données aux représentantes de son sexe. Ainsi, il sait qu’une reine ou toute femme qui exerce une certaine forme d’autorité est conduite à prendre la parole en public, et se trouve donc obligée de concilier cette nécessité et celle de limiter la prétendue logorrhée féminine. Ainsi, si toutes les femmes doivent limiter leurs bavardages, « tanto más es verdad en las grandes señoras, cuyas palabras suenan por todo su imperio et por ende deven ser pocas et graves »8. Tout en dénonçant un défaut traditionnellement attribué aux femmes, l’auteur affirme pourtant que la parole de certaines femmes peut être porteuse d’autorité, ce qui est d’autant plus significatif compte tenu de l’interdit formulé par Saint Paul dans la Première épître aux Corinthiens :

  • 9 Bible de Jérusalem, Paris : Cerf, 1998, p. 1981.

Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole ; qu’elles se tiennent dans la soumission, selon que la Loi même le dit. Si elles veulent s’instruire sur quelque point, qu’elles interrogent leur mari à la maison ; car il est inconvenant pour une femme de parler dans une assemblée (I Cor. 14, 24-25)9.

9Puisque la reine est une femme comme les autres, bien qu’elle se doive d’être exceptionnelle, son destin est donc le mariage, comme en témoigne, par exemple, cette réflexion de l’auteur à propos de la vergüenza :

  • 10 Ibid., p. 197.

E si esto es necessario a todas las donzellas, mucho más a las princesas que esperan casar con reyes et príncipes, los quales lo primero que pesquisan de la esposa es si es honesta et virtuosa et de compuesta vergüença10.

  • 11 Ibid., p. 87. On peut en effet trouver dans le Jardín des affirmations comme celle-ci : « si vergüe (...)
  • 12 Ibid., p. 199-201.

10Ces propos traduisent donc la difficulté qu’a Martín de Córdoba à penser que le pouvoir royal puisse être exercé de façon pleine et exclusive par une femme. De fait, comme l’écrit Harriet Goldberg : « in the Jardín, Fray Martín de Córdoba closely reflected the preoccupations of his time and did not oppose them in any way »11. Sous sa plume, c’est donc une reine consort qui se dessine, une reine qui, du fait de la gentillesse et de la capacité de compassion propres à son sexe, doit servir de médiatrice entre ses sujets et le souverain12. La reine, de même, en vertu de la plus grande piété dont sont capables les femmes, doit se livrer à toute une série de pratiques religieuses :

  • 13 Ibid., p. 205.

honrrar et servir a Dios et defender la Yglesia et las personas della […] oyr cada día sus misas, rezar sus oras et devociones, oyr sermones et palabras de Dios ; fazer que lean delante della, quando comen et quando están retraydas, lecturas honestas et santas ; conversar con letrados et sabios que la pueden dotrinar de cosas divinales ; pensar sienpre en la otra vida et en la cuenta que a Dios han de dar tan estrecha, hablar et oyr fablar de gloria de Parayso13.

11Si toutes les femmes sont naturellement plus pieuses que les hommes, la reine doit être la plus pieuse de toutes, et cette vision des choses contraste grandement avec celle proposée par Íñigo de Mendoza et Gómez Manrique, comme nous le verrons plus loin.

Un être hybride ? La reine comme virago dans le Jardín

  • 14 Martín DE CÓRDOBA, op. cit., p. 129.
  • 15 Ibid., p. 244.

12Cependant, le Jardín témoigne également d’une certaine ambigüité dans la façon dont il conçoit la reine et son pouvoir, notamment dans sa dernière partie : un catalogue de femmes illustres. Les deux vertus mises en exergue alors ne sont pas sexuées : il s’agit de la force et de la sagesse, dont on peut considérer qu’elles sont plus proprement régaliennes. Puisqu’elle doit être sage – le Jardín, en effet, « induze a los que han de regir que trabajen por se dar a sabiduría »14 – la reine doit donc étudier, et, en ce sens, elle n’est plus le parangon des vertus de son sexe, mais bien une exception, dans la mesure où l’étude est interdite aux femmes, alors qu’elle est considérée comme nécessaire à l’exercice du pouvoir : « deve captar algunas oras del día en que estudie et oya tales cosas que sean propias al regimiento del reyno »15.

  • 16 Ibid., p. 246.
  • 17 Ibid., p. 245.
  • 18 Loc. cit.

13En outre, la reine que Martín de Córdoba souhaite voir monter sur le trône est une reine guerrière, comme en témoignent ses incitations à poursuivre la reconquête ou l’utilisation de l’exemple de Sémiramis, dont « la mugeril fortaleza acabó lo que los varones no pudieron acabar »16. La reine est donc incitée à faire preuve de courage, comme l’indique le titre du deuxième chapitre du catalogue : « la provoca a fortaleza por enxemplo de otras que fueron fuertes et de grandes coraçones »17, et ce d’autant plus que « las mugeres naturalmente son flacas et temerosas, pero si contesce que cobran coraçón et desechen el temor, nunca gigantes osarían atender lo que ellas cometen »18. Ces commentaires n’ont d’autre but que d’inciter Isabelle à poursuivre l’œuvre de reconquête entamée par ses ancêtres mais délaissée par son demi-frère, au grand dam de Martín de Córdoba :

  • 19 Ibid., p. 140.

[Los reyes] conquistaron las Españas y oxearon las moscas suzias de Macometo y los persiguieron con espada fasta el reyno de Granada, donde agora están por negligencia de los modernos príncipes19.

  • 20 Ibid., p. 251.

14Cependant, les figures de femmes combattantes sont plutôt rares dans le catalogue, et la majorité des femmes citées sont des vierges chrétiennes louées pour leur chasteté et leur constance. Néanmoins, c’est précisément quand il vante cette dernière qualité que l’auteur affirme qu’Isabelle, « es más que muger, et en un cuerpo mugeril, deve traer ánimo varonil »20. Ainsi, dans le Jardín, la reine est, certes, la femme vertueuse par excellence, mais Martín de Córdoba est bien conscient que les vertus féminines ne sauraient suffire au dirigeant. Dès lors, la femme dotée des plus hautes responsabilités politiques devient une sorte d’hybride, en ce qu’elle mêle des caractéristiques féminines et d’autres dont on pare plus volontiers le sexe fort. Comme nous l’avons vu plus haut, elle devient même, sous la plume de Martín de Córdoba, un être fantastique, capable de se mesurer aux géants. Certes, en considérant que le courage ou la constance sont, chez une femme, l’expression d’une certaine masculinité (celle des hommes ou celle des géants), Martín de Córdoba s’inscrit dans une tradition selon laquelle l’exceptionnalité féminine est interprétée comme émanant d’un élan de virilité. Cependant, sa réflexion témoigne de la difficulté à penser qu’une femme puisse avoir, naturellement, les vertus nécessaires à l’exercice des fonctions régaliennes, la féminité s’accordant mal avec la force ou l’autorité.

Les vertus cardinales : un cadre pour penser l’exercice du pouvoir indépendamment du sexe du souverain ?

15Dès lors, la solution adoptée par fray Íñigo de Mendoza est tout autre : la reine qu’il éduque doit faire preuve des vertus cardinales que sont la Justice, la Force, la Tempérance et la Prudence. Ces qualités sont, a priori, asexuées, et, si fray Íñigo en fait la trame de son texte, c’est moins en vertu de l’identité générique de sa destinataire qu’à cause de sa fonction. En outre, le Dechado est composé au tout début du règne d’Isabelle, à un moment où la situation critique ne laisse guère de place à l’expression des vertus féminines telles que les décrivait Martín de Córdoba.

La reine du Dechado : souveraine à défaut d’être une femme vertueuse ?

16Le début du Dechado, cependant, semble bien, comme le Jardín, faire d’Isabelle le parangon des vertus féminines, dans la mesure où la reine a été envoyée :

  • 21 Íñigo de Mendoza, Dechado que hyzo frey Íñigo de Mendoça a la muy excelente reyna doña Isabel, nues (...)

a remediar nuestros males / desiguales […] como quando fue perdida / nuestra vida / por culpa de una muger, / nos quiere Dios guarnecer / e rehacer / por aquel modo y medida / que llevó nuestra caída21.

17La comparaison religieuse place bien entendu Isabelle dans la position de la Vierge, alors que Jeanne de Portugal est, elle, placée dans la position d’Ève, considérée en l’occurrence comme la pécheresse par excellence. Néanmoins, la reine que dessine fray Íñigo de Mendoza tout au long de son texte est bien loin d’être une émule de la Sainte Vierge.

  • 22 Ibid., strophe nº11.

18La brièveté du Dechado, le ton qu’utilise fray Íñigo de Mendoza, les images qu’il déploie et surtout les mesures qu’il prône : tout indique que le texte a été composé dans un contexte où primait l’urgence de l’action. Face à la rébellion nobiliaire qui menace son autorité, Isabelle – qui, à l’époque de l’écriture du texte, est déjà reine – doit faire preuve de sévérité. Ainsi, selon l’auteur, « matando pocas vidas corrompidas/todo el reino, a mi creer/salvaréis de perecer »22. La reine ne doit donc pas hésiter devant les mesures les plus radicales, même si l’exercice de la Justice se veut ciblé. On retrouve cette même idée dans le Regimiento de Gómez Manrique :

  • 23 Sara RUSSO, Aproximación a la tradición textual de Gómez Manrique s. xv-xvi, Master en Littérature (...)

Al Mayor de los mayores/son sacrifiçios plazibles/las sangres de los nocibles/crueles y robadores/Ésta le sacrificad/con grand deliberación/pero, señora, guardad/no se mezcle crueldad/con tal esecuçión23.

  • 24 Au moment où il compose son texte, en effet, Isabelle n’est pas encore reine de Castille, puisqu’il (...)

19On peut être sensible au fait que Gómez Manrique incite la princesse24 à se rendre agréable à Dieu, mais d’une façon bien spécifique, et qui s’éloigne radicalement des manifestations traditionnelles de la piété féminine : en tuant les « nozibles, crueles y robadores ». Cette présentation des choses, pour surprenante qu’elle soit, concilie deux éléments antagoniques : l’exercice de la piété et les nécessités pragmatiques de l’exercice du pouvoir.

  • 25 Íñigo DE MENDOZA, op. cit., strophe nº21.
  • 26 Ibid., strophe nº41.

20De même, la seconde vertu dont Mendoza conseille l’application à Isabelle est la Force. Celle-ci doit, notamment, permettre de résister à la tyrannie des favoris, danger dont la menace semble permanente dans le Dechado : « ¿Quién hizo, reina, cativo, / quando vivo / el gran rey de los pasados, / sino dañosos privados / no nombrados ? »25. Enfin, la dernière vertu cardinale évoquée, sans doute parce qu’elle concerne l’exercice du pouvoir dans son ensemble, est celle de la Prudence. Ainsi, « de quien rige poliçía/yo diría/qu’es la Prudençia su espejo »26. L’emploi du pronom relatif, par sa neutralité, indique bien que la Prudence, et, comme elle, toutes les vertus cardinales, sont des vertus régaliennes avant d’être sexuées.

Les vertus cardinales : un cadre pour penser l’exercice du pouvoir royal, quel que soit son détenteur

  • 27 Ibid., strophe nº17.
  • 28 Ibid., strophe nº22.

21Nous l’avons vu : dans le Dechado, à travers l’énumération des vertus cardinales, ce sont les devoirs de la royauté qui prennent le pas sur l’exercice des vertus féminines. De même, la féminité de la reine s’efface derrière sa fonction. Ainsi, Mendoza ne s’adresse plus à une femme, mais « al rey, tan diferente / y excelente / sobre todos en estado »27. Cet effacement est sensible, notamment, dans les exemples que l’auteur utilise pour illustrer son propos : l’empereur Trajan, le grand chien qui ne doit pas se laisser effrayer par les petits… Mais, s’il est un exemple particulièrement significatif à cet égard, c’est le suivant : « No pudiera ser Asuero / justiciero / si […] al privado / no desechara primero »28. Assuérus n’est autre, bien entendu, que l’époux de la reine biblique Esther. Or, alors même que celle-ci est le protagoniste du récit biblique – ne parle-t-on pas du Livre d’Esther ? – et alors qu’il s’agit d’une des figures récurrentes des catalogues de femmes illustres – nous l’avons montré dans le cas du texte d’Álvaro de Luna – elle disparaît ici complètement du paysage : outre que son nom n’est pas cité, la formulation de Mendoza laisse entendre que c’est Assuérus qui, de son propre chef, sans intervention extérieure, a congédié son mauvais conseiller Haman. Cela ne signifie pas que le rôle de la reine soit considéré comme mineur, mais suggère que c’est bien à celui qui exerce le pouvoir qu’Isabelle doit s’identifier, et non à celle qui est souvent présentée en exemple parce qu’elle a su plaire à son souverain et le convaincre par des artifices considérés comme purement féminins : la douceur et la séduction.

22Les vertus cardinales sont donc attachées à la fonction régalienne indépendamment du sexe de celui qui l’exerce, comme en témoigne encore le texte de Gómez Manrique. En effet, s’il ordonne bien son Regimiento selon les vertus cardinales, c’est uniquement dans la partie qu’il dédie à Ferdinand – son texte étant divisé en deux parties, l’une adressée à Isabelle et l’autre à son époux – et selon un ordre légèrement différent : la Justice vient en premier, puis la Tempérance, et enfin la Force et la Prudence. Alors que Gómez Manrique ne conseille donc directement l’exercice de ces vertus qu’au roi, Íñigo de Mendoza tient également à en parer Isabelle, ce qui redonne à celle-ci toute sa place dans le gouvernement des territoires, à un moment – 1475 – où les termes du contrat de mariage qui la liait à Ferdinand s’exprimaient concrètement.

La féminité de la reine : essentielle ou anecdotique, une donnée inaliénable

23Pour autant, une reine peut-elle ou doit-elle oublier complètement ses vertus féminines ? Nos trois textes semblent résolument répondre par la négative, et si, comparés au Jardín, le Dechado et le Regimiento semblent accorder une place plus anecdotique à la féminité et à ses vertus, elles apparaissent néanmoins inaliénables.

La féminité dans le Dechado : une toile de fond

  • 29 Ibid., p. 294.
  • 30 Loc. cit.
  • 31 L’auteur exprime directement cette assimilation, dans la mesure où, sous l’inter-titre « Pone la vi (...)
  • 32 Sara RUSSO, éd. cit., p. 97.

24Nous venons de dresser la liste des vertus cardinales évoquées dans le Dechado, en omettant d’aborder le traitement réservé à la Tempérance. C’est que cette vertu reçoit un traitement particulier, en ce que sa principale expression, dans le texte de Mendoza, est le contrôle des mœurs de la noblesse et de la reine elle-même, notamment du point de vue de la morale sexuelle. La dissolution qui règne à la cour où « anda[n] ha ríos bueltos / damas y galanes sueltos / y rebueltos / como si fuesen casados, / por rincones abraçados »29 est fustigée, tandis qu’au contraire, la reine est louée pour sa « limpieza ». Ainsi, la consigne est claire : « Pues, reina, debéis mandar/enfrenar/el uso de vuestra corte »30. La Tempérance prônée par Mendoza vise donc à rétablir cette vertu féminine tant prisée par Martín de Córdoba et bien d’autres, la chasteté31, et il est particulièrement édifiant de comparer cette conception de la Tempérance avec celle de Gómez Manrique, qui s’adresse à Ferdinand : « Entre clemençia e rigor / entre pródigo y avaro / entre muy raez y caro / entre denuedo y themor / navegad con buenos remos / en la fusta de tenprança »32.

  • 33 Íñigo DE MENDOZA, op. cit., strophe nº26.
  • 34 Ibid., strophe nº27.

25En outre, la féminité de la destinataire est véritablement la toile de fond du Dechado, dans la mesure où c’est bien elle qui commande le réseau de métaphores textiles qui rythme le texte. Ainsi, si nous nous concentrons sur l’exemple de la Tempérance, celle-ci est représentée, sur la tapisserie, par une bride, qui doit être brodée en fils de couleur blanche, symbole de la chasteté, et avec un point simple : « será de blanca color / por honor, que es enemiga de amores […] a punto llano / labrarán esta labor, / que es más guardada y mejor »33. Ce procédé est répété pour tous les détails d’une tapisserie à la thématique essentiellement guerrière. Cependant, dans le passage consacré à la Tempérance, c’est bien l’univers féminin qui prend le pas sur le combat : « Que las ufanas faldrillas / y conçillas / con cien mil aguas y azeites / despiertan con sus afeites / los deleites / a que nos hazen cosquillas »34. Ainsi, dans ce passage, la féminité de la destinataire domine au point de laisser apparaître, dans la trame du miroir de prince, des propos qui appartiennent plus proprement à la littérature didactique destinée aux femmes, voire à des pamphlets dirigés contre le beau sexe.

Redéfinir la piété féminine dans le cadre de l’exercice du pouvoir : le Regimiento de Gómez Manrique

26Gómez Manrique aborde également la thématique de la beauté, mais c’est exclusivement comme un motif courtois, et dans le cadre de la captatio benevolentiae qu’il met en place au moment où il s’adresse à Isabelle après avoir parlé à Ferdinand :

  • 35 Sara RUSSO, éd. cit., p. 106.

A quien fizo Dios hermosa […], buena, gentil y graçiosa ; dióvos estrema belleza, dióvos linda proporción. […] Al Dios que vos adornó/de beldad más que a ninguna35.

27Rien à voir, cependant, entre cette beauté et celle que décrivait Íñigo de Mendoza : celle des dames de la cour était artificielle et avait pour but la séduction, alors que celle de la reine est naturelle et est un don de Dieu. C’est d’ailleurs précisément en vertu de tous les dons qu’elle a reçus de Lui que la reine doit Le servir, mais pas de n’importe quelle façon.

  • 36 Loc. cit.
  • 37 Loc. cit.
  • 38 Ibid., p. 107.

28Alors que cet aspect n’était nullement évoqué par Mendoza et que Martín de Córdoba en faisait au contraire l’un des traits définitoires de la féminité – les femmes étant, selon lui, particulièrement enclines à la piété – Manrique se propose de redéfinir la piété de la reine. Certes, elle a des devoirs envers Dieu : « por tal graçia gratis data / fazelde grandes serviçios / con plazibles sacrifiçios / vos le mostrad sienpre grata »36. Néanmoins, l’auteur est catégorique quant aux limites à donner à ses pratiques religieuses : « El rezar de los salterios/el dezir bien de las oras/dexad a las oradoras/qu’están en los monesterios/vos, señora, por regir/vuestros pueblos y regiones […] posponed las oraçiones »37. L’insistance que Manrique met à limiter les pratiques pieuses de la reine laisse d’ailleurs penser qu’elle devait y être fort encline, dans la mesure où elle ne doit pas remercier le Seigneur : « […] con muchas oraçiones, / ayunos ni disciplinas, / con estremas devociones, / saliendo de los colchones / a dormir en las espinas / no que vistades çeliçio / ni fagades abstinençia »38. En outre, les propos de Manrique sont d’autant plus remarquables si on les compare à ceux que tenait fray Martín de Córdoba sur les différentes expressions de la piété féminine. Sur ce point donc, les discours des deux auteurs entrent en contradiction, ce qui peut cependant s’expliquer en partie par leurs fonctions respectives : il n’est en effet guère surprenant qu’un membre du clergé régulier accorde une place prépondérante à la piété, alors qu’un membre de la haute noblesse peut être plus sensible aux préoccupations mondaines.

29Ainsi, la reine doit renoncer à une certaine forme de piété pour exercer son rôle de souveraine, au nom, semble-il, d’un certain pragmatisme. En effet, pour Gómez Manrique, les devoirs de l’État – mais eux seuls – doivent prendre le pas sur les prières :

  • 39 Ibid., p. 109.

No digo que las dexéis / señora, por reposar, / por vestir ni por tocar, / que mal enxemplo daréis. / Las oras e sacrefiçios / nunca las devéis dexar / por deleites ni por viçios / ni por los otros ofiçios / ágenos al gobernar39.

  • 40 Ibid., p. 110.

30Ce faisant, l’auteur suggère que le gouvernant a un statut et des devoirs particuliers, et ce, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. Ce statut implique, en outre, d’être digne d’émulation : « Que los reyes soes padrones/de los quales trasladamos/los trajes, las condiçiones, las virtudes, las pasiones :/si son herrados, herramos »40.

Conclusion

31Cette dernière réflexion témoigne des efforts entrepris par les auteurs qui tentaient de construire une figure royale qui, pour être féminine, n’en soit pas moins celle d’un dirigeant exemplaire. Ces efforts portent essentiellement sur la conciliation des vertus rattachées à deux figures potentiellement contradictoires : le souverain idéal et la femme idéale. Or, plus on avance dans le temps entre 1468 et 1475, plus il semble que les vertus du premier prennent le pas sur les vertus de la seconde. En effet, alors que Martín de Córdoba concevait sa reine comme un parangon des vertus féminines, dotée, néanmoins, de force et de sagesse, Gómez Manrique l’encourage déjà à exprimer sa piété, non plus comme une femme, mais comme un dirigeant. Enfin, Íñigo de Mendoza conseille à la reine l’exercice des vertus cardinales que Manrique ne conseillait encore qu’à Ferdinand. Peut-on dire, néanmoins, que ces trois textes forgent un nouveau corpus de vertus qui serait spécifique au dirigeant féminin ? Il semble, au contraire, que les vertus régaliennes et les vertus féminines ne se fondent pas réellement, mais qu’elles cohabitent, en restant néanmoins toujours en tension.

Haut de page

Notes

1 C’est, notamment, l’époque de la publication de trois textes importants parmi ceux qui cherchent à faire l’apologie du beau sexe : Virtuosas e claras mugeres, d’Álvaro de Luna, Defensa de virtuosas mujeres, de Diego de Valera et Triunfo de las donas, de Juan Rodríguez del Padrón. Pour une étude plus précise de cette production et de tout ce qui touche à la Querelle des femmes en Castille, voir, notamment : Diego de Valera, Defensa de virtuosas mujeres, Federica Accorsi (éd.), Pise : Edizioni ETS (Biblioteca di Studi Ispanici), 2009 ; Florence SERRANO, La Querelle des Femmes à la cour, entre la Castille et la Bourgogne, au xve siècle. Étude et édition critique du Triunfo de las donas / Triumphe des dames de Juan Rodríguez del Padrón, thèse de doctorat soutenue le 09/16/2011 à l’École Normale Supérieure de Lyon.

2 De fait, Isabelle Ire (1474-1504) n’est pas la première femme à occuper le trône de Castille, dans la mesure où celui-ci fut occupé entre 1109 et 1126 par Urraque Ire. De même, Bérengère de Castille (1214-1246), devenue héritière du trône suite à la mort accidentelle du roi, transmit néanmoins immédiatement la couronne à son fils. Pour plus de précisions sur ces deux figures, voir, notamment, Charles GARCIA, « Le pouvoir d’une reine », e-Spania [En ligne], 1, juin 2006, mis en ligne le 14 juin 2006, consulté le 03 avril 2015. URL : http://e-spania.revues.org/319 ; DOI : 10.4000/e-spania.319 et Georges Martin, « Régner sans régner », e-Spania [En ligne], 1, juin 2006, URL : http://e-spania.revues.org/326 ; DOI : 10.4000/e-spania.326. Ainsi, s’il n’était pas impossible à une femme d’exercer de plein droit le pouvoir royal en Castille au cours du Moyen Âge, cela demeurait néanmoins exceptionnel.

3 Au nombre des femmes illustres mentionnées par Álvaro de Luna dans son catalogue, on peut ainsi citer, notamment, Esther, caractérisée par sa « grandeza de excelente ingenio e de señalada sabidoría e de loable firmeza », Penthésilée, réputée pour sa « virtud de fortaleza en el grand fecho de las armas e cavallería », ou encore Camila, « fija de Metabo rey de los volscos », qui doit figurer, non seulement parmi les femmes illustres, mais également « entre los muy fuertes e muy guerreros varones por su merescimiento » (Álvaro DE LUNA, Virtuosas e claras mugeres (1446), Lola Pons RodrÍguez (éd.), Valladolid : Junta de Castilla y León et Burgos : Instituto castellano-leonés de la lengua (Imagen y Palabra de Mujer), 2008, respectivement p. 233, p. 345 et p. 369).

4 Martín de Córdoba, Jardín de nobles doncellas, Harriet GOLDBERG (éd.), Chapel Hill : University of North Carolina department of romance languages, 1974, p. 94.

5 Ibid., p. 97.

6 Ibid., p. 223.

7 Ibid., p. 255.

8 Ibid., p. 157.

9 Bible de Jérusalem, Paris : Cerf, 1998, p. 1981.

10 Ibid., p. 197.

11 Ibid., p. 87. On peut en effet trouver dans le Jardín des affirmations comme celle-ci : « si vergüença no las refrena del mal et las promueve al bien, irán como bestia desenfrenada et como cavallo sin espuelas en todo mal : et huirán de toda virtud » (p. 195).

12 Ibid., p. 199-201.

13 Ibid., p. 205.

14 Martín DE CÓRDOBA, op. cit., p. 129.

15 Ibid., p. 244.

16 Ibid., p. 246.

17 Ibid., p. 245.

18 Loc. cit.

19 Ibid., p. 140.

20 Ibid., p. 251.

21 Íñigo de Mendoza, Dechado que hyzo frey Íñigo de Mendoça a la muy excelente reyna doña Isabel, nuestra soberana señora, Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2002, strophe nº1. [En ligne] URL : http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmct72d7. Édition non paginée : les références au texte comporteront donc le numéro de la strophe.

22 Ibid., strophe nº11.

23 Sara RUSSO, Aproximación a la tradición textual de Gómez Manrique s. xv-xvi, Master en Littérature espagnole soutenu le 27 septembre 2012 à l’Université Complutense de Madrid, p. 108.

24 Au moment où il compose son texte, en effet, Isabelle n’est pas encore reine de Castille, puisqu’il la qualifie ainsi : « alta reina de Seçilla / en Aragón subçesora / princesa governadora / de los reinos de Castilla », ibid., p. 105.

25 Íñigo DE MENDOZA, op. cit., strophe nº21.

26 Ibid., strophe nº41.

27 Ibid., strophe nº17.

28 Ibid., strophe nº22.

29 Ibid., p. 294.

30 Loc. cit.

31 L’auteur exprime directement cette assimilation, dans la mesure où, sous l’inter-titre « Pone la virtud de Temprança », il écrit : « El punto llano para esto / es más dispuesto / para labrar castidad » (strophe nº28).

32 Sara RUSSO, éd. cit., p. 97.

33 Íñigo DE MENDOZA, op. cit., strophe nº26.

34 Ibid., strophe nº27.

35 Sara RUSSO, éd. cit., p. 106.

36 Loc. cit.

37 Loc. cit.

38 Ibid., p. 107.

39 Ibid., p. 109.

40 Ibid., p. 110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Définir les vertus d’une reine : des miroirs pour Isabelle Ière de Castille  », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24924 ; DOI : 10.4000/e-spania.24924

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org