Navigation – Plan du site
Vices et vertus dans la Romanité médiévale (XIIIe-XVe siècle)

Des vices collectifs aux vertus peu communes. La prévalence de l’éthique républicaine dans l’humanisme politique florentin (1378-1434)

Laurent Baggioni

Résumés

Cette étude analyse la manière dont l’évolution oligarchique de la république florentine se répercute dans la pensée politique contemporaine. L’enquête prend pour point d’appui l’œuvre de Coluccio Salutati, chancelier de la république de 1375 à 1406, dont le discours sur les vertus et les vices témoigne à la fois de l’acceptation d’une forme de hiérarchie à l’intérieur de la cité et d’une conscience des risques tyranniques qu’elle comporte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On doit, au XXe siècle, la redécouverte de l’humanisme politique florentin, en particulier de Leona (...)
  • 2 Patrick GILLI, Au miroir de l’humanisme : les représentations de la France dans la culture savante (...)

1L’humanisme politique florentin est indissociable de la transformation de la république florentine en gouvernement oligarchique au cours des années 1380-1430, période qui correspond au développement de l’humanisme à Florence, notamment grâce à deux de ses chanceliers, Coluccio Salutati et Leonardo Bruni. Cette scansion de l’histoire de la pensée politique florentine se trouve à mi-chemin, chronologiquement, entre deux œuvres immenses, celle de Dante, et celle de Machiavel1. Mettre en lumière ce maillon d’une tradition intellectuelle et littéraire permet de mieux comprendre l’histoire de la politique moderne, la réflexion qui a accompagné la naissance des États européens, mais aussi l’affirmation de l’Église comme puissance universelle, dans la mesure où l’humanisme comme phénomène culturel a accompagné les transformations politiques de l’Italie2. En ce sens, l’étude qui suit entend mêler les méthodes de l’histoire littéraire, de l’histoire de la philosophie et de l’histoire politique.

  • 3 De nombreux travaux d’historiens ont montré l’existence d’une caste dirigeante qui a tendance à se (...)
  • 4 Je fais allusion à deux historiens contemporains qui se sont efforcés de penser l’articulation entr (...)
  • 5 L’importance de la notion de vertu est centrale dans l’approche de l’humanisme développée par Q. SK (...)
  • 6 Cf. Alessandro FONTANA, Jean-Louis FOURNEL, Xavier TABET et Jean-Claude ZANCARINI (éd.), Langues et (...)

2La question qui se pose est la suivante : comment l’humanisme florentin a-t-il perçu et évalué la transformation oligarchique de la ville de Florence3 ? Pour y répondre, nous nous concentrerons sur l’œuvre et la pensée de Coluccio Salutati, chancelier de Florence entre 1375 et 1406. Un tel questionnement, dans l’état actuel de la recherche, ne peut s’exonérer de la confrontation avec certains travaux sur le républicanisme qui, au cours des dernières décennies, ont mis en lumière de façon extrêmement stimulante le rapport entre l’humanisme comme phénomène culturel et l’histoire politique. Les travaux de certains historiens et de penseurs politiques allemands et anglophones, dans une tradition d’ailleurs assez proche de la pensée de Hannah Arendt, ont souligné la permanence et la transmission dans l’histoire européenne d’une conception élevée de la politique, fondée sur les notions de liberté et de participation des citoyens à la vie publique4. Ces travaux, pour avoir permis de nombreuses avancées, ont néanmoins créé un certain nombre de difficultés. Citons parmi celles-ci le fait que le républicanisme est défini comme un discours sur la vertu, et que liberté républicaine est conçue comme coopération civique5. Or, cette définition, bien qu'elle rende compte d’un aspect important des textes humanistes, a pour effet d’ignorer les zones d’ombre, ou les zones grises de ces textes, que l’on peut tenter d’appréhender par les questions suivantes : qu’en est-il du rapport de la pensée républicaine à la guerre (on sait notamment qu’elle est déterminante pour comprendre la pensée machiavélienne)6 ? Qu’en est-il de la conquête, de la domination, voire de l’extinction des États environnants (on sait que chez Machiavel, l’un des grands modèles de république, peut-être le plus important, est celui de la république romaine dans sa période d’expansion, autrement dit une république impériale) ? Qu’en est-il, dans cette tradition politique républicaine, de la composition du corps social et du rapport entre « grands » et « peuple » (un aspect important de l’analyse machiavélienne est la définition de la république par la coexistence de deux humeurs : celle des grands, qui aspirent à la domination, et celle du peuple, qui refuse la domination) ? Est-ce que le discours de la vertu ne tend pas à masquer ou à dissimuler les rapports de domination interne ? Dans les limites de cette étude, nous nous intéresserons à la façon dont la compréhension des vertus et des vices, au pluriel, témoigne d’un certain type de regard porté sur l’évolution oligarchique de la république.

3Notre propos n’est pas de démontrer combien le discours politique est un discours moral, ce qui serait un truisme dans la pensée politique médiévale, ou encore de soutenir que le discours républicain s’appuie sur l’exaltation de vertus et sur la condamnation de certains vices, ce qui est une évidence. Précisons donc notre interrogation : dans quelle mesure le discours sur les vertus reflète-t-il une hiérarchie à l’intérieur du corps politique et social, et dans quelle mesure contribue-t-il à la légitimer ? Le discours sur les vertus et les vices permet-il de donner une assise théorique et morale à la domination de la caste dirigeante, ou tend-il au contraire à la remettre en question ? Nous traiterons essentiellement de la fin du XIVe siècle et du début du XVe à travers l’œuvre de Coluccio Salutati, mais notre enquête entend éclairer toute une tradition intellectuelle, qui prend sa source chez Dante et s’étend, à l’autre extrémité de l’horizon historique, jusqu’à Machiavel, héritier critique mais attentif de cette tradition humaniste florentine.


***

  • 7 Francesco NOVATI, La giovinezza di Coluccio Salutati (1331-1353). Saggio di un libro sopra la vita, (...)
  • 8 La correspondance a été éditée par F. NOVATI sous le titre Epistolario, 4 volumes, Rome : Forzani ( (...)
  • 9 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage à paraître chez Droz à Genève : La Forteresse de la raison. (...)
  • 10 On peut lire, par exemple, la lettre à Boccace du 20 décembre 1367 (Epistolario, op. cit., vol. 1, (...)

4Coluccio Salutati (1331-1406), né à Stignano – une bourgade située entre deux florissantes cités, la république de Lucques d’une part, et son imposante voisine, Florence – a d’abord exercé l’activité de notaire après avoir été formé à Bologne7. Il a accédé, assez tardivement semble-t-il, à des fonctions plus importantes, d’abord à la curie d’Urbain V, premier pape d’Avignon à avoir tenté d’effectuer un retour en Italie (avant le retour définitif de Grégoire XI), puis à la chancellerie de Florence, cité traditionnellement alliée au pape et dominée politiquement par la parte guelfa. Salutati est sans doute l’humaniste le plus illustre de sa génération, celle qui suit immédiatement celle de Pétrarque et de Boccace. Il est l’auteur d’une abondante correspondance et de grandes œuvres philosophiques et morales8, où il développe une parénèse séculière et civile, toujours profondément influencée par la religion9. Dans ses lettres familières, celui qui n’est pas encore chancelier de la République, mais qui sert à la curie pontificale, déploie une exhortation à la science, à la bienveillance entre amis, à l’affabilité, au zèle de l’action bonne, à la prudence10. Ces vertus individuelles comportent en elles-mêmes une certaine dimension sociale, ne serait-ce que celle de l’échange épistolaire entre gens de bien, qui poursuivent un même idéal, fortement différent des préoccupations du commun et des valeurs dominantes de la société.

5Cet idéal de sagesse et de culture se trouve souvent associé à un patriotisme fervent. L’amour de la patrie est en effet aux yeux de Salutati une vertu primordiale à laquelle l’humaniste ne cesse d’exhorter ses destinataires. Il représente une forme de dévouement décrit dans des termes extraordinairement exigeants. Selon lui, tout homme doit faire preuve à l’égard de sa patrie d’une fidélité insurpassable :

  • 11 Voir la lettre à Andrea di ser Conte, 2 juin 1366, ibid., vol. 1, I, VII, p. 20: « Nulla enim carit (...)

Aucun amour en effet ne peut se comparer à l’amour de la patrie. Parents, enfants, frères, amis, alliés, voisins et tous ceux à qui nous sommes apparentés relèvent de liens individuels, et ajoutés les uns aux autres, ils représentent moins que la chose publique elle-même11.

6Salutati exprime ainsi clairement la supériorité d’une vertu collective sur toutes les vertus individuelles. Le choix des mots est particulièrement important, car la « patrie », dans la tradition juridique médiévale, relève du droit naturel, et donc d’obligations plus contraignantes, plus profondes encore que les obligations civiles, que l’on doit à la loi.

7Deux registres dominent donc sa correspondance familière : un registre « horacien », fondé sur le lent perfectionnement de soi, au plus près de la respiration de l’âme, et un registre plus stoïcien, celui de la rhétorique politique, qui accorde une place centrale à des vertus viriles, telles que l’amour de la patrie, la patience et l’imperturbabilité dans l’adversité, le courage, la persévérance.

8Au chapitre des vices, ce dédoublement des registres utilisé pour rendre compte des vertus se trouve singulièrement simplifié. L’humaniste se montre en effet particulièrement féroce à l’égard d’un vice spécifique qui tend à occulter tous les autres. Ce vice, c’est la cupidité, ou l’avidité, qu’il reconnaît chez ses contemporains, principalement dans leur volonté débridée d’accumuler les richesses. La cupidité sape en effet les règles de la vie collective qui sont fondées sur une certaine égalité de droit et de condition. Plus encore, pour Salutati, cette avidité étouffe une vertu essentielle, l’amour de la patrie, qui donne véritablement son sens à l’existence humaine. Par conséquent, la généralisation de ce vice constitue une véritable calamité pour son temps, une calamité qui affecte en premier lieu les institutions politiques au sens large :

  • 12 « Aspice reges, considera principes, examina res publicas : quos invenies subditorum utilitati cons (...)

Regarde donc les rois, considère les princes, contemple les républiques : qui verras-tu décider en fonction de l’utilité des sujets ? Qui citeras-tu parmi ceux qui sous le nom d’une juste suprématie n’exercent pas la tyrannie, qui ne décident pas que la plus grande justice consiste dans leur intérêt, qui ne transgressent pas impudemment les lois qu’ils fondent, et qui peuvent dire enfin, avec Sévère et Antonin : « quoique les lois ne nous obligent pas, cependant nous conformons notre conduite aux lois » [Instit. 2, 17, 8] ? Mais pourquoi déploré-je ces situations temporelles ? Regardons l’état de notre Église spirituelle. Tous ne jouent-ils pas au même jeu ? N’est-ce pas une sentence fort vraie celle que nous lisons chez le prophète [Jr 6, 13] : du plus petit au plus grand tous s’appliquent à l’avarice ; du prophète jusqu’au prêtre tous pratiquent la fraude ? »12.

9C’est donc au croisement de ces différents registres de vertus et de vices (celui de la culture et de la littérature, celui du patriotisme et celui, plus religieux, de la dénonciation de la cupidité) que se tresse le lien établi par Salutati entre sa dénonciation de vices collectifs et sa nostalgie de vertus individuelles fondées sur un dévouement à la collectivité.


***

  • 13 On peut, par exemple, penser à la magnanimité, qui figure en bonne place dans la représentation des (...)
  • 14 Leonardo Bruni (1370-1444), également chancelier de Florence, est connu à la fois pour ses Historia (...)

10L’insistance sur le caractère éminemment individuel de la poursuite des vertus détermine donc une certaine tension avec l’horizon collectif et civique de la vie morale. La vertu individuelle tend à être considérée comme rare, peu commune, et du même coup, elle tend donc à être dotée d’un prix plus grand, et à devenir par là-même le critère d’une hiérarchie civique. Nous ne sommes plus face à l’idée que la vertu (et en premier lieu la vertu du magistrat) permet de garantir la liberté, mais plutôt que la vertu est récompensée par les honneurs de la ville, et donc par l’attribution de charges de gouvernement. En effet, la tradition intellectuelle, théologique et juridique dont hérite Salutati est fondée sur l’exaltation de certaines vertus reconnaissant ou introduisant une forme d’inégalité parmi les membres du corps politique, une inégalité bénéfique, source d’équilibre, d’harmonie, de bonheur civique et politique13. Cette importance de la hiérarchie sociale et politique constitue une véritable constante de la tradition républicaine, que l’on trouve également chez l’un des disciples les plus illustres de Salutati, Leonardo Bruni14. Dans cette tradition, le degré de perfectionnement individuel détermine un principe d’organisation collectif qui doit être le plus en adéquation possible avec les institutions de la cité.

11L’importance – traditionnelle – accordée à la hiérarchie au sein de la cité acquiert-elle un nouveau sens sous la plume de Salutati ? Sa conception élitiste et moralisante des studia humanitatis doit-elle être considérée comme l’instrument privilégié d’une forme de détournement de l’éthique républicaine au profit de la domination d’un petit nombre de citoyens puissants ?

  • 15 Les débats sur la nature de la noblesse sont déjà anciens en cette fin du XIVe siècle, et ont impli (...)
  • 16 Il s’agit de la révolte des ouvriers de la laine ou « tumulte des ciompi » (1378) et de son échec, (...)
  • 17 Franek SZNURA (éd.), Antica possessione con belli costumi: due giornate di studio su LapodaCastigli (...)
  • 18 Dante était allé très loin dans la déconstruction de l’idée de noblesse de naissance, voir sa chans (...)

12D’un point de vue historique, il faut d’abord observer qu’à l’époque qui nous intéresse, la notion de noblesse réapparaît dans la réflexion intellectuelle à Florence15. L’exemple le plus connu correspond aux écrits de l’un des membres les plus illustres de la classe dirigeante florentine liée au parti guelfe, Lapo da Castiglionchio. Ce dernier, dans le sillage des mutations politiques des années 1378-138216, s’insurge contre la déconsidération des nobles : il affirme ainsi que pour faire accepter la supériorité de sa vertu, il vaut mieux être plébéien, afin de faire valoir sa « gloire », la « renommée de ses mœurs », « l’éclat de son existence ». Ainsi, paradoxalement, être plébéien permet d’être mieux accepté comme noble17. Or, selon Lapo, la noblesse ne se réduit pas à l’honnêteté : il réfute explicitement Dante (en s’appuyant sur Bartole) pour démontrer que la noblesse ne saurait se limiter à la vertu18. Pour Lapo, la noblesse est bel et bien une dénomination sociale en rapport avec une certaine prééminence et indépendante de toute considération morale. En d’autres termes, on peut être noble et vicieux. Lapo da Castiglionchio témoigne ainsi d’une volonté de défendre l’existence sociale de la noblesse, dans sa variété et sa complexité, en la dégageant de toute définition morale.

  • 19 Cf. ses lettres à Domenico Bandini d’Arezzo (Epistolario, op. cit., vol. 3, XIII, 13 et 14, p. 644- (...)
  • 20 Dans la Rome républicaine, le terme désigne normalement les citoyens les plus riches, en particulie (...)
  • 21 Dans une lettre de 1383 (Epistolario, vol. 2, V, XVII, p. 84), Salutati réprimande avec sévérité An (...)

13Quant à Salutati, lui aussi a reconnu, comme Lapo, dans certains écrits tardifs, la pluralité de la noblesse et son existence sociale19. Mais cette défense apparaît comme bien circonstancielle et bien limitée au regard de son exaltation constante de la noblesse morale. Son point de vue moraliste le conduit en effet souvent à exprimer un regard franchement critique à l’égard des citoyens les plus importants et les plus puissants. Pour le chancelier, ceux qu’il appelle les « optimates »20, par leur position éminente, sont appelés aux plus hautes vertus. Par conséquent, si le déferlement aveugle de la plèbe (l’absence de discernement, qui détermine l’impossibilité d’exercer la vertu de prudence) est condamnable, la lâcheté des optimates est tout aussi criminelle, car leur courage doit être mis au service de la république21. L’horizon collectif de la vie morale conditionne donc les modalités d’application des vertus, qui doivent être poursuivies dans le cadre du corps civique. En cela, elles sont bien subordonnées à une éthique républicaine.

  • 22 Ibid., vol. 3, XIII, 13 et 14, p. 644-653.
  • 23 Comme le montre Ronald Witt dans Hercules at the crossroads, op. cit., les années 1390 corresponden (...)

14D’un point de vue philosophique, Salutati réaffirme dans le même temps la définition purement morale de la noblesse, comme condition nécessaire de toutes les vertus, ce qui a pour effet d’atténuer l’importance du statut social dans la vie civique. Nous possédons un échange intéressant entre Salutati et l’humaniste Domenico Bandini d’Arezzo, qui le consulte à propos de la chanson de Dante : Bandini, comme Lapo da Castiglionchio, refuse que noblesse et vertu soient mises en équivalence. Salutati, de son côté, entend préserver une définition morale22. Il affirme ainsi l’existence de deux ordres de noblesse, une noblesse de nature, véritable noblesse morale, et une noblesse de fortune, qui concerne la condition sociale d’un individu. La noblesse de fortune est secondaire par rapport à la noblesse de nature, qui est à la source de toutes les vertus. Or la noblesse de nature, dit Salutati, peut, par définition, toucher tous les hommes absolument sans distinction, patriciens et plébéiens. La position du chancelier se résout en une véritable apologie de Dante23 contre la longue tradition critique qui va de Bartolo à Domenico Bandini en passant par Lapo da Castiglionchio. Les nobles de lignage ou les citoyens les plus éminents sont donc justiciables d’une législation éthico-politique émanant de la cité.

  • 24 Dans le De laboribus Herculis (éd. cit., vol. 1, III, XII, p. 222-223), Salutati interprète le myth (...)
  • 25 La notion de constitution mixte est présente dans le De regimine principum de Ptolémée de Lucques, (...)
  • 26 Ici, l’objet n’est pas Florence, mais la ville de Pérouse, agitée par d’importants troubles politiq (...)

15Salutati ne se limite pas à intégrer les vertus qu’il exalte à l’intérieur d’une éthique patriotique et républicaine, il développe un discours spécifique qui témoigne de sa prise en compte du risque tyrannique inhérent à la république oligarchique. Il définit ainsi, dans une relecture des mythes anciens, la violence des optimates qui consiste précisément dans leur mépris à l’égard des hommages traditionnellement rendus à la souveraineté du peuple, que Salutati appelle les « solennités de liberté », et qui consistent principalement dans le fait de solliciter les suffrages des citoyens24. Du reste, pour définir la république, Salutati ne recourt pas à des modèles théoriques qui pourraient consacrer, même dans une certaine mesure, la domination d’un petit nombre de citoyens, comme par exemple l’aristocratie ou la constitution mixte25. En revanche, il affirme avec force la responsabilité particulière des optimates dans les malheurs publics. Dans le De fato et fortuna, Salutati ne manque pas de souligner que les hommes n’ont pas une responsabilité égale en politique, notamment dans le déclenchement des guerres civiles, et que les plus « prudents » sont aussi les plus coupables26.

  • 27 Nous faisons ici allusion à l’ouvrage de Christiane KLAPISCH-ZUBER, La maison et le nom : stratégie (...)

16Il nous est possible de mieux comprendre comment la réflexion humaniste accompagne les transformations politiques de la république florentine. L’humanisme politique de Salutati est tout sauf la défense de l’oligarchie sous les traits d’une aristocratie vertueuse. Au contraire, l’analyse morale de Salutati permet de mettre en lumière à la fois le caractère potentiellement néfaste de l’éthique de classe privilégiée à ses yeux par les plus puissants, et la hiérarchie idéale qui devrait constituer la structure portante de la république. L’élitisme culturel des studia humanitatis implique donc la remise en question, au moins théorique, d’un ordre social fondé sur des distinctions de naissance ou de lignage ; c'est là une prise de position extrêmement forte dans une société régie par des considérations de « maison » et de « nom »27. Fustigeant les valeurs de la société florentine, Salutati tend à leur substituer une autre hiérarchie, fondée sur les vertus liées à la pratique des studia humanitatis, sur la force du patriotisme et sur le respect des traditions républicaines. Cette réaffirmation de l’éthique républicaine montre bien que le discours sur les vices et les vertus a moins la fonction de guider le peuple vers la préservation de la liberté, que de transformer une inégalité vicieuse en hiérarchie vertueuse.

Haut de page

Notes

1 On doit, au XXe siècle, la redécouverte de l’humanisme politique florentin, en particulier de Leonardo Bruni, à Hans BARON, The Crisis of the Early Italian Renaissance: Civic Humanism and Republican Liberty in an Age of Classicism and Tyranny (1re éd. 1955, en 2 vol.), édition révisée avec épilogue, Princeton : Princeton University Press, 1966 ; id.,Humanistic and political literature in Florence and Venice at the beginning of the Quattrocento, studies in criticism and chronology, Cambridge : Harvard University press, 1955. La vision de Baron, celle d’un humanisme florentin républicain et anti-tyrannique, a donné lieu à de nombreuses critiques portant notamment sur la sincérité de l’engagement civique des humanistes. Pour une vision synthétique et systématique de ces critiques, cf. James HANKINS, Renaissance civic humanism. Reappraisals and reflections, Cambridge : Cambridge University Press, 2000. L’œuvre et la carrière de Baron n’ont cessé de susciter l’intérêt des chercheurs, cf. Riccardo FUBINI, « Una carriera di storico del Rinascimento: Hans Baron », Rivista storica italiana, 104, 1992, p. 501-554, et Kay SCHILLER, « Hans Baron’s Humanism », Storia della storiografia, 34, 1998, p. 51-99 ; sur les implications intellectuelles et politiques des débats autour de la notion d’humanisme civique, je me permets de renvoyer à Laurent BAGGIONI, « La repubblica nella storia: la questione dell'umanesimo civile », Storica, 35-36, 2006, p. 65-91. Ronald Witt a récemment proposé une réinterprétation de l’humanisme politique italien en utilisant une approche de plus longue durée que celle proposée par Baron : Ronald G. WITT, In the Footsteps of the Ancients: the Origins of Humanism from Lovato to Bruni,Leyde, Boston : Brill, 2000.

2 Patrick GILLI, Au miroir de l’humanisme : les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Âge, c. 1360-c. 1490, Rome : École française de Rome, 1997 ; Elisabeth CROUZET-PAVAN, Renaissances italiennes : 1380-1500 (1re éd. 2007), Paris : Albin Michel, 2013 ; Clémence REVEST, « La naissance de l’humanisme comme mouvement au tournant du XVe siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, 2013/3, p. 665-696.

3 De nombreux travaux d’historiens ont montré l’existence d’une caste dirigeante qui a tendance à se cristalliser autour d’une véritable oligarchie à la fin du XIVe siècle. Cf. Anthony MOLHO, « Politics and the Ruling Class in Early Renaissance Florence », Nuova Rivista Storica, 52, 1968, p. 401-420 ; Dale KENT, « The Florentine “reggimento” in the fifteenth century », Renaissance Quarterly, XXVIII, 1975, p. 575-638.

4 Je fais allusion à deux historiens contemporains qui se sont efforcés de penser l’articulation entre l’humanisme italien et la modernité politique, Quentin Skinner et John Pocock, auteurs d’un œuvre considérable et de deux ouvrages désormais classiques, respectivement The Foundations of modern political thought, Cambridge (GB), New York : Cambridge University Press, 1978, et The Machiavellian moment: Florentine political thought and the Atlantic republican tradition, Princeton, Londres : Princeton University Press, 1975. L’humanisme italien apparaît sous une lumière particulièrement favorable qui témoigne de la volonté de remettre la notion de république au cœur de la réflexion contemporaine. Ces deux historiens, chacun à sa manière, ont mis en lumière le fait que l’humanisme politique florentin a été, sinon le point d’origine, du moins un des maillons essentiels d’une tradition de longue durée. Nous partageons cette conviction que l’humanisme florentin (et italien) constitue un moment intellectuel capital dans le cheminement politique et institutionnel de l’Italie et même de l’Europe. Toutefois, nous sommes plus sensible aux contradictions sous-jacentes à la pensée politique des grands humanistes, révélatrices de tensions ou d’impensés politiques structurants.

5 L’importance de la notion de vertu est centrale dans l’approche de l’humanisme développée par Q. SKINNER, Visions of politics, vol. II, Renaissance virtues, Cambridge : Cambridge university press, 2002, et dans celle de J. POCOCK, Virtue, Commerce, and History: Essays on Political Thought and History, Chiefly in the Eighteenth Century, Cambridge : Cambridge University Press, 1985.

6 Cf. Alessandro FONTANA, Jean-Louis FOURNEL, Xavier TABET et Jean-Claude ZANCARINI (éd.), Langues et écritures de la République et de la guerre. Études sur Machiavel, Gênes : Name, 2004. Voir également J.-L. FOURNEL, « Florence (1494-1530) : une République de guerre », in : Michèle RIOT-SARCEY et Claudia MOATTI (dir.), La République dans tous ses états. Pour une histoire intellectuelle de la République en Europe, Paris : Payot et Rivages, 2009, p. 187-225 et p. 342-346.

7 Francesco NOVATI, La giovinezza di Coluccio Salutati (1331-1353). Saggio di un libro sopra la vita, le opere, i tempi di Coluccio Salutati, Turin : Loescher, 1888 ; Armando PETRUCCI, Coluccio Salutati, Rome : Istituto della Enciclopedia Italiana, 1972 ; R. G. WITT, Hercules at the crossroads : the life, works and thought of Coluccio Salutati, Durham : Duke University Press, 1983 ; Teresa DE ROBERTIS, Giuliano TANTURLI, Stefano ZAMPONI (dir.), Coluccio Salutati e l’invenzione dell’umanesimo (exposition de la Biblioteca Medicea Laurenziana), Florence : Mandragora, 2008 ; Roberto CARDINI et Paolo VITI (dir.), Coluccio Salutati e Firenze : ideologia e formazione dello Stato (exposition de manuscrits tenue aux Archives nationales florentines, 9 octobre 2008-14 mars 2009), Florence : Pagliai, 2008.

8 La correspondance a été éditée par F. NOVATI sous le titre Epistolario, 4 volumes, Rome : Forzani (« Fonti per la storia d’Italia », 15-18), 1891-1905. Les autres œuvres sont le De seculo et religione, écrit en 1381 (édité par Berthold L. ULLMAN, Florence : Olschki, 1957), le De fato et fortuna, probablement composé en 1396(édité par Concetta BIANCA, Florence : Olschki, 1985), le De Laboribus Herculis, rédigé entre 1380 et 1406(édité par B. L. ULLMAN, 2 vol., Zurich : Thesaurus mundi, 1951), le De nobilitate legum et medicine, terminé en 1399(édité et traduit en italien par Eugenio GARIN, Florence : Vallecchi, 1947) et le De tyranno, écrit en 1400 (édité par Alfred VON MARTIN, Coluccio Salutatis Traktat « Vom Tyrannen ». Eine kulturgeschichtliche Untersuchung nebst Textedition, Berlin, Leipzig : W. Rothschild, 1913).

9 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage à paraître chez Droz à Genève : La Forteresse de la raison. Lectures de l’humanisme politique florentin d’après l’œuvre de Coluccio Salutati.

10 On peut lire, par exemple, la lettre à Boccace du 20 décembre 1367 (Epistolario, op. cit., vol. 1, I, XIX, p. 48-49).

11 Voir la lettre à Andrea di ser Conte, 2 juin 1366, ibid., vol. 1, I, VII, p. 20: « Nulla enim caritas est que sit cum caritate patrie comparanda. Parentes, filii, fratres, amici, agnati, affines et cetere necessitudines quedam singula sunt et simul omnia collata minus habent ipsa republica ». Il poursuit : « nous devons le respect à nos parents, la tendresse à nos enfants, l’égalité à nos frères, l’affection à nos alliés, l’obéissance à nos prélats, la chasteté à notre épouse et la bienveillance à chacun d’entre eux, mais à la patrie nous devons tout, y compris nous-mêmes ».

12 « Aspice reges, considera principes, examina res publicas : quos invenies subditorum utilitati consulere ? Quos dabis qui sub iusti presidatus vocabulo tirannidem non exerceant, qui non sanciant id fore iustissimum quod sibi putaverint esse lucrosum, quos iura que tulerint transgredi pudeat quique cum divis illis principibus, Severo et Antonino, dicere velint et possint, “Licet legibus soluti simus, legibus tamen vivimus” ? Sed cur hec temporalia conqueror ? Aspiciamus statum nostre spiritualis ecclesie. Nonne omnes unum ludum ludunt ? Nonne verissimum esse videmus quod apud prophetam legimus, “A minore quippe usque ad maiorem omnes avaricie student; a propheta usque ad sacerdotem cuncti faciunt dolum” ? », De seculo et religione, éd. cit., I, 4, p. 10-11.

13 On peut, par exemple, penser à la magnanimité, qui figure en bonne place dans la représentation des vertus que proposent les fresques du Bon et du Mauvais Gouvernement du Palais public de Sienne, peintes par Ambrogio Lorenzetti. Ce cycle de fresques oppose d’une part une allégorie de la Commune sous les traits d’un vieillard vénérable entouré des vertus, et d’autre part la tyrannie entourée des vices. À cette représentation en miroir inversé vient s’ajouter la représentation des effets du bon gouvernement, à travers une magnifique mise en scène de la vie urbaine et rurale, la ville et ses différents corps de métier s’ouvrant sur la campagne cultivée et célébrant l’harmonie entre les différentes strates de la société – la noblesse qui part à la chasse au faucon, les ouvriers, les paysans, les marchands, etc. La représentation des vices et des vertus dévoile une certaine liberté vis-à-vis du septénaire traditionnel : on note d’abord que les vertus représentées sont au nombre de neuf, tout comme les vices. Les trois vertus théologales sont placées au-dessus du vieillard, allégorie de la Commune, et les vertus cardinales sont disposées de part et d’autre de celui-ci. On note cependant deux vertus supplémentaires : pax, jeune femme alanguie sur un coussin posé sur un tas d’armures (figure évidemment opposée à celle de la guerra, qui porte un bouclier et brandit un glaive), et surtout magnanimitas, jeune femme en majesté, aux traits aristocratiques, qui porte dans une main un plat contenant de l’argent, et dans l’autre des couronnes. La vertu de magnanimitas a une dimension royale ; le terme est la traduction de la megalopsuchia aristotélicienne, qui correspond à la juste estime de soi, propre des âmes les plus nobles. La magnanimité, ici, récompense par des attributs royaux ceux qui se montrent dignes d’elles. Puisque cette magnanimité s’épanouit dans les limites imposées par le risque de tyrannie, elle représente une supériorité qui se distingue de l’avaritia et de la superbia. Sur la place de la magnanimitas dans la théologie morale, cf. Carla CASAGRANDE et Silvana VECCHIO, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris : Aubier, 2003, p. 36-44 ; voir également René-Antoine GAUTHIER, Magnanimité, l’idéal de la grandeur dans la philosophie païenne et dans la théologie chrétienne, Paris : Vrin, 1951.

14 Leonardo Bruni (1370-1444), également chancelier de Florence, est connu à la fois pour ses Historiarum Florentini Populi Libri XII (il s’agit de la première grande réalisation d’historiographie humaniste, qui constituera le précédent illustre que se proposera de dépasser Machiavel dans ses Istorie fiorentine) et pour ses retraductions d’Aristote. Dans un autre texte – un discours d’éloge funèbre adressé à un capitaine d’origine florentine, l’Oratio in funere Iohannis Strozze –, Bruni va jusqu’à affirmer le principe d’émulation des vertus comme une conséquence de la liberté et comme une condition de la grandeur d’une république. Cf. L. BRUNI, Opere letterarie e politiche, édition et traduction en italien de P. VITI, Turin : Utet, 1996.

15 Les débats sur la nature de la noblesse sont déjà anciens en cette fin du XIVe siècle, et ont impliqué certaines figures majeures de la pensée politique italienne, en particulier Dante (dans le quatrième traité du Convivio) et Bartole de Sassoferrato (dans le De dignitatibus). Le XIIIe siècle a été marqué par une remise en question de l’autorité de la noblesse urbaine dans le gouvernement de la cité et l’on a assisté à d’importants bouleversements de l’organisation politique, par exemple à Florence, où ce processus a culminé à la toute fin du XIIIe siècle, qui voit l’exclusion des charges publiques d’un certain nombre de familles désignées comme faisant partie des « magnats ». Cf. Jean-Claude MAIRE-VIGUEUR, Cavaliers et citoyens : guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, deuxième édition, Paris : éditions de l’EHESS, 2004. Dans la littérature, on assiste également à la remise en question de l’éthique sociale nobiliaire : Dante, dans le Paradis (chants XV-XVII), déplore la disparition des anciennes familles nobles mais surtout la disparition de leurs valeurs de sobriété et de dévouement au bien commun. Il les juge en effet perverties par les mutations économiques et sociales du XIIIe siècle. Boccace soumet la noblesse, comme les autres classes sociales, à une satire particulièrement sévère : il ne condamne pas la noblesse en tant que telle, mais dans la mesure où elle demeure déraisonnablement attachée à ses anciennes prérogatives et à son mode de vie, ce qui l’empêche, sauf quelques exceptions, d’embrasser le dévouement au bien commun. Cf. Claudette PERRUS, Libéralité et munificence dans la littérature italienne du Moyen Âge, Pise : Pacini, 1984.

16 Il s’agit de la révolte des ouvriers de la laine ou « tumulte des ciompi » (1378) et de son échec, suivis de la mise en place d’un gouvernement accordant une place importante aux corporations les moins puissantes, ou « arts mineurs ». Cette période a été marquée par la mise à l’écart et la persécution de certaines grandes familles florentines.

17 Franek SZNURA (éd.), Antica possessione con belli costumi: due giornate di studio su LapodaCastiglionchio il Vecchio (Firenze-Pontassieve, 3-4 ottobre 2003), Florence : Aska, 2005.

18 Dante était allé très loin dans la déconstruction de l’idée de noblesse de naissance, voir sa chanson « Le dolci rime d’amor ch’i’ solia ». Plus tard, dans le Convivio, il définit la noblesse comme une disposition individuelle, qui peut certes se révéler à l’intérieur d’un lignage, mais qui est éminemment personnelle. Bartole s’est ouvertement prononcé dans ses écrits contre cette définition uniquement morale de la noblesse. Selon lui, la noblesse recouvre un ensemble de réalités complexes, dont la richesse, la naissance, l’ancienneté de la famille. La noblesse est bien, pour Bartole, une dénomination sociale liée à un titre de supériorité. L’analyse de Lapo s’inscrit ainsi dans le droit fil de l’argumentation bartolienne.

19 Cf. ses lettres à Domenico Bandini d’Arezzo (Epistolario, op. cit., vol. 3, XIII, 13 et 14, p. 644-653). Salutati était d’ailleurs lié à la famille de Lapo da Castiglionchio. Bien que n’étant pas Florentin, Salutati avait tissé des liens très étroits avec certains citoyens guelfes, probablement pendant ses années de service à la curie romaine.

20 Dans la Rome républicaine, le terme désigne normalement les citoyens les plus riches, en particulier les aristocrates. À l’époque des Gracques, la notion évolue d’un plan social vers un plan plus politique, en opposition aux aristocrates dits populares, qui s’appuyaient sur la faveur du peuple. Cicéron utilise parfois le terme d’optimates pour stigmatiser les aristocrates qui souhaitent la consolidation et la conservation de leurs privilèges de caste. Sur ces questions, voir J. HELLEGOUARC'H, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris : Les Belles Lettres, 1963.

21 Dans une lettre de 1383 (Epistolario, vol. 2, V, XVII, p. 84), Salutati réprimande avec sévérité Antonio di ser Chello, notaire à la chancellerie, et avec lui tous les autres citoyens qui ont fui la cité par peur de l’épidémie, et l'ont ainsi rendue vulnérable aux assauts de la plèbe.

22 Ibid., vol. 3, XIII, 13 et 14, p. 644-653.

23 Comme le montre Ronald Witt dans Hercules at the crossroads, op. cit., les années 1390 correspondent à une période de lecture et de méditation de l’œuvre de Dante. Le texte le plus révélateur à cet égard est le De tyranno (1400) qui se présente comme une défense du choix effectué par Dante de punir Brutus, meurtrier de César, dans le cercle le plus profond de l’enfer.

24 Dans le De laboribus Herculis (éd. cit., vol. 1, III, XII, p. 222-223), Salutati interprète le mythe des centaures comme une allégorie des optimates : les centaures faisant irruption aux noces de Pirithoos et Hippodamie figurent ainsi la violence des optimates et leur mépris pour la coutume publique. Hercule apparaît comme le véritable vir virtuosus qui rétablit le droit.

25 La notion de constitution mixte est présente dans le De regimine principum de Ptolémée de Lucques, ainsi que dans le De regimine civitatis de Bartole de Sassoferrato.

26 Ici, l’objet n’est pas Florence, mais la ville de Pérouse, agitée par d’importants troubles politiques au cours des années 1390. Salutati répond à l'un de ses correspondants qui lui avait demandé à quoi imputer les grands malheurs politiques. Salutati répond avec sévérité, par une dissertation sur les notions de fatum et de fortuna : les seuls qui doivent être incriminés sont les hommes eux-mêmes, car les calamités sont envoyées par Dieu pour susciter la pénitence.

27 Nous faisons ici allusion à l’ouvrage de Christiane KLAPISCH-ZUBER, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris : éditions de l’EHESS, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Baggioni, « Des vices collectifs aux vertus peu communes. La prévalence de l’éthique républicaine dans l’humanisme politique florentin (1378-1434) », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24874 ; DOI : 10.4000/e-spania.24874

Haut de page

Auteur

Laurent Baggioni

Université Jean Moulin Lyon-3, Triangle (Action, Discours, Pensée politique et économique – UMR 5206)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org