Navigation – Plan du site
Rome vue d'Espagne. Humanisme, humanités et littérature en Espagne (XVIe-XVIIe siècles)

Introduction

Mercedes Blanco

Texte intégral

1En 1979 parut chez Vrin l’ouvrage L’humanisme dans les lettres espagnoles, ensemble d’études « réunies et présentées » par Augustin Redondo. Il rassemble un bouquet de noms prestigieux : parmi lesquels Marcel Bataillon, Francisco Rico, Theodore S. Beardsley, Margarita Morreale, Alberto Blecua, José Ignacio Tellechea, José Antonio Maravall, Daniel Devoto. Le volume, qui se lit avec grand profit encore aujourd’hui, donne toutefois une impression un rien discontinue et morcelée, pour n'établir que peu de lien entre divers phénomènes qui, de façon assez hétérogène, se rattachent à l'humanisme : ainsi l’érasmisme, le rôle de Nebrija qui renouvelle l’étude de la grammaire, la pratique de la poésie néolatine, celle de l’imitatio dans la littérature vernaculaire. Au cours des décennies qui suivirent cet ouvrage marquant à maints égards, on a assisté à un développement sans précédent de la recherche sur le sujet. De grands chantiers éditoriaux ont été ouverts, qui mettent à la disposition des chercheurs et des curieux des œuvres auparavant méconnues de l’humanisme espagnol, éditées et traduites avec soin et copieusement annotées. Ainsi les collections Palmyreno. Textos y estudios humanísticos, du CSIC, dirigée par José María Maestre ; Humanistas españoles, de l’université de León, la Biblioteca montaniana de l’université de Huelva. Les œuvres de Sánchez de las Brozas publiées à Cáceres ; celles de Vivès et d’autres humanistes valenciens parues à Valence, sont quelques-uns des résultats, précieux, de ce travail mené pendant les dernières décennies et qui se poursuit aujourd’hui encore. Dans le foisonnement d’études, rappelons celles qu’ont regroupées les actes des congrès sur Humanismo y pervivencia del mundo clásico, publiés par l’université de Cadix entre 1993 et 2009. Si la plupart de ces publications restent l’affaire de spécialistes des lettres latines et grecques, on peut rattacher au thème de l’humanisme d’importants travaux menés ou animés par des historiens, des romanistes et des hispanistes, sur les bibliothèques, la culture nobiliaire et le mécénat (Pedro Cátedra, Fernando Bouza), les traductions (María Nieves Muñiz), ou la censure (María José Vega).

2On connaît désormais de manière précise et raffinée l’ampleur des effets de l’humanisme italien sur la Péninsule Ibérique au XVe siècle. Toutefois, pour la vaste période qui commence avec les Institutiones latinae de Nebrija (1481), on souhaiterait l’émergence de nouvelles synthèses capables d’organiser de manière significative la masse de données et d’analyses dont nous disposons, afin de faire bouger le cadre très ferme, mais trop uniformément sombre, tracé par le livre de Luis Gil, Panorama social de l’humanisme espagnol (1500-1800) dans ses deux éditions de 1981 et 1997.

3Plus modestement, nous nous sommes proposés de faire apparaître, dans le séminaire de CLEA consacré à la littérature espagnole classique, quelques-unes des médiations par lesquelles l’activité savante ou pédagogique d’humanistes espagnols et étrangers (de différentes périodes et nations) revêt un rôle déterminant dans la production et la réception d’œuvres littéraires majeures en espagnol.

4Dans le milieu napolitain, autour de 1500, on ne peut faire une distinction tranchée entre les pratiques de la poésie et de l’éloquence et, d’autre part, l’élaboration d’une théorie rhétorique ou poétique, personnelle ou menée dans le cadre d’une académie, toujours nourrie par l’observation enthousiaste et minutieuse des textes de Cicéron, de Virgile, d’Horace et des auteurs antiques en général. Or ce milieu fut, comme on le sait de plus en plus précisément, le berceau de l’œuvre de Garcilaso. Celle-ci à son tour permettra à l’humaniste Sánchez de las Brozas d’appuyer sur un exemple castillan sa conception programmatique d’une poésie qui parvient à s’approprier l’excellence des Anciens par une imitation créatrice.

5Sans la philosophie chrétienne d’Érasme, qui se rapproche autant qu’il est possible de le faire d’une théologie humaniste, le Lazarillo serait incompréhensible, même si l’œuvre est dépourvue de ce caractère didactique et moralisant qui distingue ce qui émane directement de l’humaniste hollandais. La savoureuse complexité de ce texte d’apparence simple semble le fruit du croisement de généalogies disparates, l’une provenant de Lucien et d’Apulée à travers Érasme et Alberti, l’autre des lettres familières à la Cicéron, à travers leurs nombreuses imitations néolatines, italiennes et castillanes. Dans les deux cas,  des humanistes s’exprimant en latin eurent un rôle médiateur.

6Les meilleurs poètes andalous de l’époque de Philippe II, Herrera, Alcázar, Barahona de Soto, maîtres du langage poétique italianisant, s’efforcent de surmonter leur position subalterne par rapport aux Italiens en remontant à leurs sources d’inspiration latines, pour retrouver en castillan la gravité ou l’acuité des écrivains classiques. Il leur faut donc s’appuyer sur des humanistes et sur le champ de savoir dont ils ont la charge.

7La poésie épique, qui émerge en Espagne et au Portugal dans les décennies de 1560 et 1570, produisant quelques chefs-d’œuvre, et qui conjoint de manière inédite histoire et fiction, n’aurait pas été possible sans  une familiarité avec les textes des épopées latines de Virgile et de Lucain, peut-être avec les épopées homériques en version latine ou vernaculaire, familiarité que tout le travail des humanistes, des plus illustres aux plus modestes, a contribué à préparer.

8Le travail savant de remise en circulation et d’imitation des épigrammes de l’Anthologie grecque, auquel se livrèrent comme par jeu des juristes hellénistes au début du XVIe siècle, conduisit aux Emblèmes d’Alciat, et ces emblèmes et leurs commentaires par des professeurs de rhétorique et d’humanités débouchèrent sur la production emblématique en langue vernaculaire, contribuant ainsi à orienter les formes brèves comme le sonnet et le dizain vers l’épigramme et vers le conceptisme.

9L’œuvre de Quevedo, avec sa ferveur et ses outrances, s’explique comme un déplacement génial à partir de découvertes et de problèmes issus de travaux d’humanistes : son Heráclito Cristiano se nourrit ainsi, non seulement directement de Sénèque, mais des traductions latines et castillanes des Psaumes par Arias Montano et par fray Luis de León. On sait que ses opuscules néo-stoïciens et la coloration stoïcienne de sa pensée doivent beaucoup à l’humaniste flamand Juste Lipse et à la traduction d’Epictète par Sánchez de las Brozas.

10Enfin les hommes vers qui se tourna Góngora pour avoir un avis sur ses poèmes les plus ambitieux étaient deux avatars du personnage de l’humaniste : un helléniste moins érudit qu’intellectuel, Pedro de Valencia, et un collectionneur de curiosités érudites, polémiste et humoriste, Francisco Fernández de Córdoba.

11C’est sur ces questions qu’a tourné le séminaire de janvier 2011 au printemps 2013. Au cours de cette période nous avons reçu un certain nombre de chercheurs, français et étrangers. La plupart des communications, présentant des travaux en cours, n’étaient pas des produits achevés destinés à la publication immédiate : le but du séminaire étant de discuter collectivement de recherches en diverses phases de maturation et non nécessairement abouties. C’est pourquoi les articles regroupés dans ce dossier sont loin de refléter la totalité des sujets abordés lors des séances de ce séminaire. Ils se bornent à un simple échantillon de ce qui y a été présenté. Nous avons demandé à certains des membres de l’équipe ou des invités, parmi ceux qui le souhaitaient et qui n’avaient pas entre-temps publié le travail auquel avait conduit la réflexion menée dans le séminaire, de participer par un article à ce dossier. Nous en avons réunis six.

12L’article d’Hélio Alves, « Lisboa, nueva Roma ? El modelo romano en los orígenes de la épica culta portuguesa », rappelle que Os Lusíadas est une épopée où le modèle romain assume une fonction capitale puisque la ville de Lisbonne et le poème lui-même y sont interprétés comme des traslationes de Rome. Il montre qu’en revanche le poème de Corte-Real, Sucesso do segundo cerco de Diu, rigoureusement contemporain de Os Lusíadas, évite ou récuse les identifications de l’empire portugais avec le modèle de Rome.

13Roland Béhar, pour sa part, dans « Musaeum ante omnes… : la fortune critique de l’Histoire de Léandre et Héro dans la théorie poétique espagnole du Siglo de Oro », examine  ce qu’il advint en Espagne de ce poème, sur le fond de sa redécouverte par les humanistes de la fin du Quattrocento et de l’idée erronée qui confondait l’auteur de ce texte tardif, un grammairien du nom de Musée, avec un vates légendaire et inspiré du même nom, qui aurait vécu dans les temps pré-homériques.  

14L’article de Mercedes Blanco, « La gran Semíramis de Cristóbal de Virués : une méditation humaniste de l’histoire », analyse une tragédie expérimentale, et montre que la pièce s’écarte le moins possible de sources classiques dont le choix et la combinaison sont régis par des principes critiques enracinés dans l’humanisme. Le poète doit aussi à l’esprit humaniste une méthode de méditation des historiens grecs et latins qui en dégage une réflexion politique.

15Anne Cayuela, « Autorités classiques et paratexte  au XVIIe siècle », commente les pièces liminaires de diverses œuvres, notamment de Lope de Vega, qui permettent « de définir avec exactitude la relation qu’entretiennent les auteurs avec l’érudition et les modèles antiques ». En multipliant les références érudites tout en ironisant contre leur  vain étalage, Lope de Vega invente une nouvelle forme d’auto-consécration.

16L’étude de Luis Gómez Canseco, « Humanismo y humanidades en Mateo Alemán », montre que l’œuvre de l’auteur du Guzmán de Alfarache, bien que contemporaine d’un moment de reflux de l’humanisme, exprime « une conscience de la modernité, une confiance dans l’éducation, une attention portée à la grammaire et un rationalisme », qui se rattachent à ce mouvement tel qu’il s’était développé dans l’Espagne du XVIe siècle. Alemán lui doit « les outils avec lesquels il façonna sa littérature et son idée d’une fiction autonome, mais engagée dans la réforme de l’individu et de la société ».

17Enfin, l’article de Sophie Singlard, « Francisco Sánchez de las Brozas lecteur d’Épictète », dédié à la vulgarisation du Manuel d’Épictète par le Brocense, s’attache à comprendre cet œuvre de la vieillesse comme le fruit de la rencontre de deux esprits, l’humaniste salmantin et le philosophe stoïcien, par l’intermédiaire d’un travail de traduction et de commentaire qui relève de la pensée, mais  aussi, en un sens éminent, de ce qu’on n’appelait pas encore : la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Blanco, « Introduction », e-Spania [En ligne], 21 | juin 2015, mis en ligne le 05 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24753 ; DOI : 10.4000/e-spania.24753

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org