Navigation – Plan du site
Utopías, sueños y quimeras (España, siglos XVI y XVII) - Utopies, rêves et chimères (Espagne, XVIe-XVIIe siècles)
Retorno a Utopía

L’utopie de paix en Espagne

Lucien Bély

Résumés

En construisant un empire grâce à des négociations (surtout matrimoniales), la monarchie espagnole a-t-elle dessiné une utopie de paix ? S’il y a bien une logique de puissance, cet effort s’inscrit aussi dans une époque où s’élaborent les pratiques diplomatiques et le droit international en Europe. Nous proposons, dans cette optique, une relecture du traité de Juan de Vera, El Embaxador, paru à Séville en 1620. L’ambassadeur apparaît comme un médiateur d’amour, destiné à rétablir la paix. Cette réflexion accompagne ainsi les efforts politiques de l’Espagne pour passer d’une guerre totale à une paix globale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Henri HAUSER, La prépondérance espagnole (1559-1660), Paris : Felix Alcan, 1933.
  • 2  Cette vision favorable des Habsbourg s’enracine parmi les historiens de l’Autriche et les historie (...)
  • 3  Lucien BÉLY (sous la direction de, avec la collaboration d’Isabelle RICHEFORT), L’Invention de la (...)

1Pour commencer, je poserai une question à laquelle je n’apporterai pas de réponse : la construction politique que la maison d’Autriche a élaborée au cours des siècles correspond-elle à une utopie de paix ? Cette interrogation répond à une évolution historiographique qu’il faudrait étudier de plus près. Longtemps, les historiens européens (français, anglais et hollandais par exemple) ont regardé la puissance des Habsbourg, surtout celle de l’Espagne, comme hégémonique1, donc dangereuse. Aujourd’hui, surtout à travers l’étude de la Réforme catholique et de son influence dans la création artistique, cette présence espagnole apparaît parfois comme un idéal d’unité, d’harmonie et de paix. Je ne trancherai pas ici, mais je signale ce débat possible2. En revanche, j’examinerai comment la diplomatie, l’art de la négociation et la figure de l’ambassadeur deviennent des instruments pour l’Espagne et se glissent dans la réflexion politique3.

Une construction pacifique

2La puissance des Habsbourg s’est fondée sur des mariages qui permettent, par des hasards heureux, à cette maison de rassembler au XVIe siècle des territoires immenses. Charles Quint, à la troisième génération, regroupe sous son autorité ces domaines dispersés.

3Cette agrégation de territoires ne se fait pas par la conquête. Il s’agit d’un rassemblement de couronnes par des moyens pacifiques, avec l’image d’unions matrimoniales, donc d’événements joyeux et heureux. « Alli bella gerant / Tu, felix Austria, nube » (Que d’autres fassent la guerre ! Toi, heureuse Autriche, conclus des mariages !) Si l’Autriche a été heureuse, c’est par les mariages de ses princes. Cela révèle une longue patience et une grande prudence, avec le talent de trouver des accords pour surmonter les crises de succession, mais aussi les innombrables résistances des populations rassemblées dans le giron de l’Autriche.

  • 4  Pierre CHAUNU, Michèle ESCAMILLA, Charles Quint, Paris : Fayard, 2000.

4Au-delà des ambitions dynastiques des Habsbourg, communes à toutes les maisons souveraines qui recherchent des territoires nouveaux, des sujets plus nombreux, des revenus plus importants, des armées plus fortes, Charles Quint peut aussi porter le rêve impérial et prétendre gouverner l’ensemble du monde4. Or, cette idée d’Empire héritée de la Rome antique signifie la paix.

  • 5 Frances YATES, Astraea : The Imperial Theme in the Sixteenth Century, Londres et Boston : Routledge (...)
  • 6  Jean-Marie LE GALL, L’Honneur perdu de François Ier, Pavie, 1525, Paris : Payot, 2015.
  • 7  Je suis là la démonstration de Frances Yates. Sur la pensée de Gattinara, John M. HEADLEY, The Emp (...)

5Avec lui, l’idée d’Empire reprend de l’éclat, telle qu’elle a été célébrée au Moyen Âge, par Dante par exemple, qui pensait qu’il fallait un souverain unique au monde comme il fallait un père à une famille5. L’élection de 1519 semble un signe de la providence puisque Charles devient empereur ‒ dominus mundi selon la définition du droit romain ‒ au moment même où l’Espagne s’empare de terres américaines immenses. Cela apparaît comme un signe de la prévoyance divine. Pavie et la captivité de François Ier signifient encore une victoire éclatante sur la France6, enfin le sac de Rome implique une mise au pas de l’Italie et une humiliation de la puissance pontificale, rivale traditionnelle de la puissance impériale. L’emblème de Charles Quint montre deux colonnes, sans doute celles d’Hercule, pour mieux signifier que l’Empire du monde est une réalité et que cet empire va bien au-delà des limites de l’empire romain, la référence suprême. Près de Charles, le chancelier Gattinara, lecteur de Dante, se rattache à la tradition gibeline et se fait le défenseur d’un programme d’unité qui est rationnel, antiféodal et hégémonique, et qui correspond à la Monarchia universalis. Pourtant, ce n’est en réalité qu’un fantôme d’empire et cette résurrection est de courte durée. Pourtant, elle redonne du lustre au rêve impérial qui est repris par les souverains européens7.

  • 8  Jean BÉRENGER, Histoire de l'empire des Habsbourg, Paris : Fayard, 1990. Voir aussi Robert J.W. EV (...)

6Dès le temps de Charles Quint, cet ensemble impérial s’avère difficile à gouverner. Après lui, la maison de Habsbourg s’organise entre deux ensembles unis par des liens dynastiques, financiers, diplomatiques et militaires car l’idée demeure que le patrimoine de Charles Quint doit rester intact. L’Espagne de la branche aînée devient la plus grande puissance de la chrétienté qui domine une grande partie de l’Europe, une monarchie composite, où le roi se fait souverain de chaque territoire, roi de Naples et de Sicile comme roi du Pérou8. Le jugement des historiens sur la présence espagnole en Europe n’est pas univoque. Certains soulignent le souci du roi d’Espagne de laisser vivre ses sujets de toutes origines selon leurs traditions, sous la houlette d’un grand seigneur espagnol ou d’un Habsbourg. D’autres soulignent les interventions multiformes dans les pays étrangers, le soutien apporté aux conspirations, aux révoltes et aux ligues contre des princes protestants ou des princes ennemis, la politique de répression à l’égard de toute affirmation d’indépendance ou d’autonomie, et surtout à l’égard du judaïsme et du protestantisme, avec des armes terribles comme l’Inquisition. Une enquête plus précise permettrait de voir comment l’idée de paix a nourri cette élaboration séculaire.

Entre guerre et paix

  • 9  Auguste MIGNET, Rivalité de François Ier et de Charles-Quint, Paris, 1875, Genève : Mégariotis Rep (...)
  • 10  Lucien BÉLY, La Société des princes, Paris : Fayard, 1990. Voir aussi Nicolas LE ROUX, Le Crépuscu (...)
  • 11  Bertrand HAAN, L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de relig (...)
  • 12  Alain TALLON, La France et le Concile de Trente (1518-1563), Rome : École française de Rome, 1997. (...)
  • 13  Myriam YARDENI, La Conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1598), Lou (...)

7La construction espagnole trouve souvent en face d’elle d’autres puissances, par exemple la monarchie française9 et cela débouche sur de fortes tensions et des guerres10. Il ne faut pas négliger néanmoins l’amitié qui a été souvent proclamée entre les princes français et espagnols11. Il ne faut pas oublier les longues périodes tranquilles en Europe. La paix n’interdit pas une forme de tension symbolique autour de querelles de préséance qui révèlent certes un conflit larvé, mais qui en même temps le désamorcent en le cantonnant dans les formes de la représentation, dans l’ordre du symbolique. Le cérémonial devient une expression de l’émulation entre les deux grandes puissances. Au concile de Trente, les craintes des ambassadeurs français ont été grandes de voir le représentant de l’Espagne réclamer la préséance sur eux, soit qu’il ait été en même temps l’ambassadeur de l’empereur, soit que le pape ait octroyé à Philippe II le titre d’empereur des Indes. En 1563, lorsque l’envoyé espagnol arrive, il siège devant la tribune des légats pontificaux, à côté du secrétaire du concile, alors que les autres ambassadeurs sont assis de part et d’autre de cette tribune. Cette innovation indispose et alerte les Français. Lors d’une messe, le 29 juin de la même année, le représentant espagnol s’installe entre les cardinaux et les patriarches, ce qui provoque l’émoi des ambassadeurs français, qui s’inquiètent des honneurs liturgiques qu’il va recevoir, se demandant en particulier à quel moment il sera encensé. Comprenant qu’il le sera en même temps que les prélats, ils quittent la cathédrale, suivis du cardinal de Lorraine12. Les Français rendent le pape responsable de cette nouveauté et le menacent des pires représailles. L’incident se termine par un retour au statu quo, mais il laisse des traces : on le rappelle volontiers lorsqu’il faut stimuler l’orgueil national face à l’Espagne13.

8En 1588, lors de la canonisation d’un saint espagnol, l’ambassadeur de Philippe II désire se tenir au premier rang. Pour éviter un incident avec Madrid, un cardinal se rend auprès de l’ambassadeur de France, Saint-Gouard, pour lui demander de se déclarer malade le jour de la cérémonie, mais celui-ci répond, comme il l’a rapporté à Henri III :

Me dire malade ? Mais fussè-je à l’article de la mort, je me traînerais sur le ventre en tout endroit où j’aurais moyen de montrer au roi d’Espagne qu’il est l’inférieur du roi de France.

9La rivalité entre France et Espagne s’exprime à merveille à travers ces conflits de préséance.

  • 14  Jean-Michel RIBERA, Diplomatie et espionnage. Les ambassadeurs du roi de France auprès de Philippe (...)

10Le désir de paix passe par la volonté d’organiser les relations entre les princes. Cela conduit à l’affirmation des règles diplomatiques à travers des structures et des pratiques nouvelles, à travers l’invention de la diplomatie moderne. Entre l’Espagne et la France par exemple, l’existence d’une ambassade française à Madrid, en temps de paix avec l’Espagne, apparaît nécessaire : s’y succèdent Sébastien de l’Aubespine, évêque de Limoges, de 1559 à 1562, Jean Ebrard, seigneur de Saint-Sulpice de 1562 à 1565, Raymond de Fourquevaux de 1565 à 1572, Jean de Vivonne, seigneur de Saint-Gouard de 1572 à 1582, enfin Pierre de Longlée est résident de 1582 à 158914. Paradoxalement, il y a là une remarquable continuité.

  • 15 Anthony PAGDEN, Spanish imperialism and the political imagination. Studies in European and Spanish- (...)
  • 16 Anthony PAGDEN, « “Con titulo y con menos merito que el de Alemania, que Vuestra Sacra Majestad pos (...)
  • 17 Francisco DE VITORIA, Political writings, ed. by Anthony Pagden and Jeremy Lawrance, Cambridge Univ (...)
  • 18  Cité par Quentin SKINNER, Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris : Albin Michel, 200 (...)

11Les autorités capables d’arbitrage comme le pape et l’empereur paraissant plus fragiles, une réflexion renouvelée s’impose aussi à propos du droit des gens, du droit international15. Comme la monarchie espagnole devient elle-même un ensemble mondial, elle doit maîtriser de nouvelles formes de relations internationales, même si le roi Catholique s’est glissé à la place de l’empereur aztèque ou de l’Inca16. Francisco de Vitoria (vers 1485-1546), professeur à l’Université de Salamanque, a renouvelé la pensée politique en Espagne, en contestant au roi le droit de faire la guerre aux Indiens et de les dépouiller de leurs biens, même pour les convertir, même avec l’approbation du pape. L’affirmation du principe de souveraineté conduit, selon l’expression de Vitoria, au passage d’un jus gentium, d’un droit des gens, à un jus inter gentes, à un droit entre les gens, au développement de la loi internationale moderne dans une communauté de pouvoirs souverains17. Ses disciples s’efforcent de trouver des arguments, d’une part contre la doctrine de Luther, d’autre part contre les tenants de la raison d’État, inspirés par Machiavel. Le roi d’Angleterre Jacques Ier intervient dans le débat au début du XVIIe siècle en écrivant sur le pouvoir absolu des rois et le cardinal Bellarmin lui répond. Après avoir réfléchi sur les lois (De legibus, 1612), le jésuite Francisco Suarez propose sa Defensio fideide 1614 : Ce professeur de théologie tranche et montre la supériorité de la puissance spirituelle sur la puissance temporelle, qui se confond avec celle de l’esprit sur la matière. Il affirme que « l’honnêteté est en réalité de plus de poids dans le maintien de la paix et de la félicité politique »18.

  • 19  Geoffrey PARKER, The grand strategy of Philip II, New Haven (Conn.) et Londres : Yale University P (...)
  • 20 Bernardo José GARCÍA GARCÍA, La Pax Hispanica. Política exterior del Duque de Lerma, Louvain : UP, (...)

12Le temps de Philippe II correspond néanmoins à l’élaboration d’une grande stratégie qui conduit à la guerre19. Cette dernière semble destinée à lutter contre l’hérésie protestante. Les pays européens concernés la dénoncent comme la volonté de construire une monarchie universelle, qu’il s’agisse de l’Angleterre d’Élisabeth Ière soumise à des pressions diplomatiques et à des attaques militaires, ou qu’il s’agisse de la France où le roi Catholique cherche à installer comme reine sa propre fille. En rêvant d’une Europe sous sa tutelle, la maison de Habsbourg dessine-t-elle, malgré tout, une utopie de paix ? L’échec de Philippe II surtout remet la paix à l’honneur. La paix est signée avec la France d’Henri IV en 1598, avec l’Angleterre en 1604. La trêve est acceptée par les Provinces-Unies en 1609 pour douze ans. L’empereur traite avec le sultan à Sitva Torok en 1606. Ainsi, au début du XVIIe siècle, la pax hispanica a remplacé le dominium orbis20.

  • 21  Bartolomé BENNASSAR, Un Siècle d'or espagnol, vers 1525-vers 1648, Paris : R. Laffont, 1982.
  • 22  John H. ELLIOTT, Richelieu and Olivarès, Londres, 1984, traduction française : Richelieu et Olivar (...)

13Au début du XVIIe siècle, toute une littérature se développe en Espagne pour dénoncer les difficultés démographiques, économiques et sociales, et pour proposer des projets de réformes. Le nom d’arbitristas a été donné à ces économistes. Ces penseurs sont en avance sur le temps, car la crise globale de l’empire espagnol ne commence que plus tard21. Le temps de Philippe III voit se développer le sentiment d’un déclin (declinación). Deux politiques peuvent y remédier qui sont tentées l’une comme l’autre, l’une avec l’autre, d’un côté la réforme des institutions (reformación), d’un autre côté la politique de prestige (reputación), par la défense voire l’expansion de l’empire22.

  • 23  Alain HUGON, Au service du roi Catholique. « Honorables ambassadeurs » et « divins espions ». Repr (...)

14La politique pacifique de Philippe iii répond à ces deux inquiétudes : L’échec à l’extérieur et les difficultés prévisibles à l’intérieur. Comme souvent, un repli suppose une action politique à l’étranger. Le début du XVIIe siècle voit l’Espagne marquer ainsi la vie européenne de son empreinte grâce à des ambassadeurs très actifs. Zuñiga est ambassadeur à Bruxelles, Paris et Vienne, avant de devenir premier ministre, Oñate, très actif à Prague et à Vienne, conclut en 1617 un pacte de famille entre les Habsbourg de Vienne et ceux de Madrid, enfin soutient l’action de Ferdinand de Styrie, Gondomar gagne l’amitié de Jacques Ier et lui fait espérer le mariage de son fils avec une infante espagnole. Jacques Ier reste longtemps neutre au début de la guerre de Trente Ans. Marie de Médicis entame la négociation d’un double mariage princier et le marquis de Mirabel reste douze ans en France de 1620 à 1632 alors que les relations franco-espagnoles sont un enjeu fondamental de la diplomatie européenne23. Cette action diplomatique apparaît aussi comme une intervention marquée dans toutes les affaires européennes, le maintien d’une domination espagnole sur la chrétienté.

15La logique de puissance reste très vivace. Le jésuite Juan de Mariana qui a commencé une monumentale Histoire d’Espagne connaît une disgrâce au temps du ministère du duc de Lerma avant d’être rappelé plus tard Olivarès. Pour lui, le prince est un chef de guerre, sinon il est méprisé. Puisqu’il faut avoir des soldats, autant les employer, même dans un pays lointain, mais surtout ne pas les laisser oisifs (De rege et regis institutione, 1598-1599).

16Il y a bien une ambiguïté de la politique espagnole entre prudence et intervention, entre paix et guerre.

La réflexion de Juan de Vera

  • 24  Juan Antonio DE VERA Y FIGUEROA, El Ambaxador, Séville, 1620, Le Parfait ambassadeur traduit de l’ (...)

17La réflexion sur la diplomatie, sur le parfait ambassadeur, s’impose en Espagne comme le montre le livre de Juan Antonio de Vera y Figueroa, El Ambaxador, paru à Séville en 1620, que j’étudierai dans la traduction de Lancelot de 164224.

  • 25  L’un des premiers est Juan Marquez dans son El gobernador cristiano, paru à Salamanque en 1612.
  • 26  Olivier CHALINE, « L’ambassadeur selon les casuistes », L’Invention de la diplomatie, op. cit., Pa (...)

18Juan de Vera fait partie du cercle sévillan dans lequel évolue Olivarès, le futur valido. Il sera plus tard ambassadeur et le biographe du ministre. Sa pensée peut être confrontée à celle des casuistes, qui se donnent pour tâche d’appliquer une loi générale à des cas particuliers25. Ils se demandent dans quels cas l’ambassadeur peut connaître les secrets d’un prince étranger et acceptent l’idée qu’un envoyé puisse, en toute sûreté de conscience, rechercher les secrets qu’il craint d’être préjudiciable à son maître. L’ambassadeur peut-il user sans scrupule de mensonge ou de dissimulation ? La réponse est affirmative, si c’est pour le bien et le repos d’un État26.

19L’ouvrage de Juan de Vera fait de l’ambassadeur l’artisan par excellence de la paix. La prudence pacifique du temps de Philippe III correspond bien à l’art diplomatique. Juan de Vera envisage la solitude de l’ambassadeur :

[…] on voit d’abord que c’est un homme qui s’en va tout seul en un pays étranger, et qui pour des affaires non prévues et même pour les préméditées, ne doit avoir d’autre compagnon pour en conférer que son seul esprit, qui est un associé auquel il faut bien prendre garde […].

20Il se trouve bien souvent « en danger d’être surpris, sur des propositions qui se font ordinairement sur le champ, auxquelles il n’a jamais pensé, car il n’est pas un ange […] ». Vera trouve ses références dans la culture antique. Selon lui, l’envoyé de paix était représenté

  • 27  Le Parfait ambassadeur traduit de l’espagnol en français par le sieur Lancelot, Paris, 1642, p. 29 (...)

comme un adolescent ayant deux ailes à la tête, et tout nu, excepté la partie de son corps qu’il couvrait d’un manteau qu’il portait sur une épaule, avec une bourse à la main, appuyé sur la tête d’un bouc, et à côté de lui un coq, de la main gauche, il tenait le caducée : avec toutes ces enseignes il représentait toutes les parties nécessaires en un ambassadeur, qui sont la loyauté, la promptitude, la diligence, la libéralité et l’éloquence27.

  • 28 Le Parfait ambassadeur…, p. 42.

21Vera suit les auteurs qui l’ont précédé : Alberico Gentili et Carlo Paschali. Comme eux, il puise dans les auteurs antiques pour définir les types d’ambassade. L’Antiquité sert comme source de références en matière de paix. L’auteur distingue l’ambassadeur, le nonce, le fécial ‒ fecialis ‒, la caducéateur ‒ caduceator ‒ et le précon ‒ praeco. Le nonce semble pour lui l’envoyé d’un souverain à une autorité qui n’est pas souveraine. Les féciaux ou fécialiens étaient « messagers du peuple romain et juges députés pour résoudre les doutes des ambassadeurs »28. Vera compare ces fécaliens aux « rois d’armes » en Europe et se fait une joie de décrire la cérémonie de déclaration de guerre : rappelons que Louis XIII reprit cette manière-là pour rompre avec l’Espagne en 1635. Certains féciaux allaient demander des troupeaux ou des captifs lors d’une trêve :

  • 29 Ibid., p. 47.

Ils portaient dans les mains quelques cailloux à feu, et l’herbe appelée verveine, voulant signifier à mon avis, que le caillou donnait le feu et l’herbe la fumée qui étaient les deux choses dont Rome purgeait le temple de Jupiter vengeur […]29.

  • 30 Ibid., p. 48.

22Vera note : « Les Anciens Espagnols faisaient porter à leurs ambassadeurs une peau de loup par-dessus leurs habillements […] »30. Vera parle des porteurs de caducée, qui interviennent avant la guerre et les Precons : ceux-ci ont la charge

  • 31  Ibid., p. 50.

de demander les choses qui concernaient le droit des gens, de faire les trêves, racheter les captifs et les prisonniers ; demander les morts pour les enterrer ; faire la paix et séparer ceux qui combattaient seul à seul […]31.

23Dans ce monde antique revisité, le rameau d’olivier est la marque du porteur de paix :

  • 32  Ibid., p. 51.

Parmi l’Antiquité, le rameau d’olive était reçu pour une marque de ceux qui avaient cette charge-là. Les ambassadeurs qu’Énée envoya à Latinus étaient tous couronnés de rameaux d’olivier32.

  • 33  Lucien BÉLY et Géraud POUMARÈDE(dir), L’Incident diplomatique, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : Pedone, (...)

24Juan de Vera reprend en détail l’affaire de Rincon, cet envoyé de François Ier, assassiné à l’instigation du gouverneur du Milanais33. Il cite la version de Jean Bodin et la critique, en avançant l’argument que Rincon était un vassal de Charles Quint et qu’il ne pouvait pas servir un autre prince :

  • 34 Ibid., p. 163.

Donc en quelle loi et en quelle ordonnance est-ce que Bodin a trouvé qu’un vassal traître qui va servir un autre roi se puisse parer de l’office d’ambassadeur pour passer en assurance lors même qu’avec cette charge, il continue ses trahisons et ses infidélités34.

25L’auteur installe Bodin dans les tensions de son temps :

  • 35 Ibidem.

Mais il est vrai que Bodin parle fort rarement des sujets où l’Espagne est mêlée qu’il n’essaie de lui donner le tort, ne témoignant pas être né en France qui est la patrie des écrivains ; mais d’être plutôt domiciliaire d’Amsterdam ou de Constantinople35.

26En marge de la page suivante, le traducteur, à son tour, écrit :

  • 36 Ibid., p. 164.

Le traducteur a retranché ici une longue invective de l’auteur contre Bodin laquelle ne tend qu’à tâcher de justifier Charles v du meurtre commis en la personne de Rincon et de son collègue36.

  • 37  Ibid., p. 126-127.

27En revanche, Juan de Vera approuve la méfiance française lorsque le duc de Feria se rend en France pour présenter les condoléances du roi Catholique. Le gouverneur de Bordeaux s’inquiète de la suite de l’ambassadeur qui ressemble à une petite armée et oblige les fourriers du duc de loger dans les faubourgs37.

  • 38  Le Parfait ambassadeur…, p. 33.

28Une réflexion s’élabore sur la fonction de l’ambassadeur qui concilie des forces contraires : « Ainsi un ambassadeur est un médiateur d’amour qui, par son industrie, unit deux volontés contraires […] »38. Il se fait l’intermédiaire entre les princes :

  • 39 Ibidem, p. 36.

[…] l’ambassadeur est appelé, de quelques-uns, l’organe par laquelle les pensées et les conceptions des absents se communiquent, et l’ambassade l’art de conserver deux princes en amitié […]39.

  • 40 Ibid., p. 39.

29Vera répond à l’objection selon laquelle l’ambassadeur peut aussi préparer la guerre. Il l’admet, mais insiste sur le fait que l’art de l’ambassadeur fait partie de la « faculté politique »40. Le diplomate suit la volonté du souverain quelle qu’elle soit. Néanmoins, la fin du politique est la paix, et c’est là que se définit la mission de l’ambassadeur :

  • 41 Ibid., p. 38-39.

Je ne veux pas nier qu’un ambassadeur ne soit également capable d’exciter la guerre et de produire la paix, mais je soutiendrai que la paix est la fin de la guerre, qui est dénoncée par un ambassadeur […] Donc si l’art de l’ambassadeur est inclus en la faculté politique, comme son espèce, il ne peut avoir de répugnance à s’accorder aux mandements du prince ; et si la fin de la Politique est l’augmentation de la paix, la fin de l’ambassade sera aussi la paix, j’entends la fin parfaite41.

30L’auteur insiste sur le fait que les ambassadeurs doivent être libres « en toutes leurs actions » :

  • 42 Ibid., p. 121.

Tout le monde en général tient pour maxime, que les ambassadeurs doivent être bénignement reçus, magnifiquement traités, et libres en tout, et à se retirer quand bon leur semble sans qu’on les puisse empêcher42.

  • 43 Ibid., p. 145.

31Autour des immunités qui protègent les ambassadeurs, Juan de Vera souligne des devoirs réciproques qui constituent la base du dialogue entre les souverains, un élément important du droit international en gestation : « […] parce qu’entre le prince et l’ambassadeur qui réside en sa Cour, il doit y avoir un réciproque devoir, comme si l’ambassadeur ne peut être offensé, aussi ne doit-il pas offenser »43. Juan de Vera développe :

  • 44 Ibidem.

La raison qui fait estimer l’injure faite aux ambassadeurs comme acte barbare et odieux, est sur ce que cependant qu’ils portent les caractères de cet office, ils ne doivent pour nulle occasion que ce soit user des armes, machiner des trahisons, émouvoir des séditions, ni faire aucune sorte d’action offensive, et pour ce sujet ils sont honorés comme personnes pacifiques : Vu que s’il leur était loisible de porter des armes, on ne leur concéderait pas cette grande sûreté dont ils jouissent et personne n’ouvrirait la porte à celui qui sous le titre d’ambassadeur pourrait déguiser celui d’ennemi44.

  • 45 Bernardo J. GARCÍA GARCÍA, Manuel HERRERO SÁNCHEZ, Alain HUGON, El arte de la prudencia. La Tregua (...)

32De telles règles résonnent comme des avertissements à des ambassadeurs porteurs de séditions. Il est étonnant de constater qu’un tel reproche a été lancé à la diplomatie espagnole en Angleterre ou en France où la puissance du roi Catholique permettait à ses envoyés de parler haut et fort, de se mêler des affaires intérieures des royaumes au temps d’Élisabeth d’Angleterre ou au temps de la Ligue. Il suffit de songer à la figure impressionnante de Bernardino de Mendoza. L’ambassadeur ne peut être protégé que s’il apparaît comme une personne pacifique, un porteur de paix. Juan de Vera appartient à une nouvelle génération, celle de la trêve de Douze Ans45, qui s’efforce de préparer la paix durable et d’imaginer des relations possibles malgré les tensions.

  • 46 Ibid., p. 100.

33La conscience est déjà bien claire que les ambassades concernent les États souverains et même les tyrans doivent être pris en compte ‒ pour Juan de Vera, la plupart des Empires sont nés de séditions et de l’avènement des plus doués des mutins ‒. Pour lui, la maison ottomane « briganda et tyrannisa, puis régna »46. Voici une analyse cynique de l’origine du pouvoir, une vision pragmatique des relations internationales aussi, enfin une intuition des rapports nouveaux dans le monde, surtout en Europe : des États dans une situation d’égalité, dégagés des arbitrages venus de l’empereur et du pape.

  • 47 Ibid., p. 174.

34Dans les raisonnements vertigineux de Juan de Vera, la question se pose de l’attitude de l’ambassadeur face au prince auprès duquel il est accrédité. Il ne peut que lui vouloir aussi du bien : « D’autant que si son propre but est la paix, et que la paix et l’amitié soient de bonnes affections, et qu’il soit nécessaire de les mettre entre deux princes, comment est-ce que l’ambassadeur qui en sera le médiateur pourchassera la paix et le repos à son maître, qui est le plus grand bien qu’il lui puisse procurer, sans que l’autre prince n’y participe ? »47. La comparaison se fait avec le champ religieux :

  • 48 Ibidem.

Et si l’ambassadeur humain est digne de se comparer au Divin, qui est-ce qui ignore que les anges qui sont les ambassadeurs célestes, en exécutant la volonté de leur Créateur et de leur Roi n’emploient bien souvent leurs prières et leurs intercessions, pour disposer la volonté divine au repos et au salut des hommes auprès desquels ils résident ?48.

35Juan de Vera ajoute un détail éclairant :

  • 49 Ibid., p. 174-175.

Donc si un ange en obéissant à ce qui lui est commandé, peut sans trahison pourchasser l’utilité de l’homme, il s’ensuit qu’un ambassadeur, principalement s’il est catholique, peu pratiquer le même en l’exercice de sa charge49.

  • 50 Ibid., p. 175.

36L’envoyé doit servir d’abord son prince et satisfaire les devoirs de sa charge auprès de l’autre prince. Néanmoins, s’il y a « mauvaise intelligence » entre les deux souverains, il doit rechercher « avec travail et diligence, les moyens de les accorder, usant pour cet effet […] de toutes les plus fortes remontrances et persuasions que son esprit lui pourra fournir »50.

37L’éloquence est l’instrument de l’ambassadeur. Les Latins l’appelaient « orateur » :

  • 51 Ibid., p. 177-178.

[…] car si un homme n’a qu’une médiocre capacité d’entendement et n’est parfaitement instruit en l’art de bien parler, comment pourra-t-il avoir l’adresse de bien faire une harangue, exposer et donner à entendre ses affaires, s’étendre sur un sujet quand il en sera besoin, exciter la joie ou la tristesse au cœur d’une assemblée selon les occurrences, mettre la paix et la concorde entre les princes qui sont divisés, ou recommander l’amour, la foi et la religion ? La rhétorique et l’art de bien dire est nécessairement requis en la personne d’un ambassadeur51.

De la guerre totale à la paix globale

38Le conflit dans l’Empire à partir de 1618 lève une part de l’ambiguïté. L’Espagne s’engage aux côtés de l’empereur Ferdinand II et reprend les hostilités contre la Hollande en 1621. Le rêve de paix s’efface. Cet engagement en revanche prend une forte coloration religieuse puisque les alliances du roi Catholique se fondent sur la défense de la foi romaine face au danger protestant. Olivarès devenu valido esquisse une vaste stratégie en Europe pour prendre en tenailles les révoltés hollandais. Ce grand dessein suscite l’inquiétude en France et des interventions françaises en Italie. En 1630, l’affrontement direct entre forces espagnoles et forces françaises est évité de justesse par l’action de Mazarin. En 1635, Louis XIII déclare la guerre et il doit affronter les deux branches des Habsbourg dans une guerre générale. La puissance française se voit reprocher par les Espagnols de soutenir les protestants. En 1646, c’est Mazarin qui exprime un grand rêve : les Pays-Bas espagnols iraient à la France qui abandonnerait les territoires méridionaux ralliés à la France, avant tout la Catalogne. Cela précipite la réconciliation entre l’Espagne et les Provinces-Unies. Par sa diplomatie, l’Espagne répare une partie des pertes subies sur les champs de bataille. La paix de Westphalie de 1648 ne met pas fin au conflit franco-espagnol. Deux princes catholiques se retrouvent face à face dans le cadre d’une guerre classique. La mobilisation politique existe contre l’ennemi naturel, mais elle ne se nourrit pas d’une quête religieuse.

  • 52  Lucien BÉLY, « Westphalie, Pyrénées, Utrecht Westphalie, Pyrénées, Utrecht : trois traités pour re (...)

39Parallèlement aux combats, la négociation avance, évoluant au rythme des naissances dans la famille royale à Madrid, car l’union de Louis XIV et de Marie-Thérèse devient une piste essentielle pour la réconciliation. La paix est aussi une espérance collective : elle mobilise les hommes, comme la guerre peut le faire52. Elle suppose la découverte de solutions pour mettre fin à l’affrontement entre deux monarchies qui entraînent derrière elles des populations très diverses. Il faut faire appel à toutes les ressources de l’intelligence pour que les belligérants acceptent le nouvel ordre des choses. La paix se place désormais sous l’invocation de la raison, de cette raison politique qui nourrit le discours des négociateurs et doit convaincre les nations en guerre. Le traité de 1659 sauve l’essentiel de la monarchie espagnole et la remise en cause de cet empire ne viendra que plus tard, au temps du roi Bourbon Philippe V.

40La monarchie des Habsbourg est née de la négociation de mariages. Cette agrégation de couronnes suppose une expansion continue qui vise à la maîtrise de la chrétienté. Elle suscite aussitôt des forces d’éclatement à l’intérieur et des réactions à l’extérieur. Là, naît la nécessité d’une diplomatie internationale qui soit confiée à des spécialistes. Juan de Vera adapte à l’Espagne le discours politique et l’expérience de l’Italie. Cette diplomatie reste longtemps brutale et menaçante, en cela ambiguë, car c’est le langage de la puissance. Elle évolue pour devenir un recours et elle fait alors espérer la fin des conflits. Elle maintient le rêve de paix, qui est aussi une dimension du rêve des Habsbourg. Ainsi, nous pouvons dire que nous sommes passés d’un rêve de paix par la domination à un rêve de paix par la négociation. Ce rêve a également changé de nature : De religieux, il s’est fait rationnel et raisonnable.

Haut de page

Notes

1  Henri HAUSER, La prépondérance espagnole (1559-1660), Paris : Felix Alcan, 1933.

2  Cette vision favorable des Habsbourg s’enracine parmi les historiens de l’Autriche et les historiens de la culture et de l’art, mais aussi ceux de l’Espagne, surtout lorsqu’ils sont amenés à mesurer les changements opérés au temps des Bourbons.

3  Lucien BÉLY (sous la direction de, avec la collaboration d’Isabelle RICHEFORT), L’Invention de la diplomatie, Paris : P.U.F., 1998 ; idem, L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : PUF, 2007.

4  Pierre CHAUNU, Michèle ESCAMILLA, Charles Quint, Paris : Fayard, 2000.

5 Frances YATES, Astraea : The Imperial Theme in the Sixteenth Century, Londres et Boston : Routledge et Kegan Paul,1975.

6  Jean-Marie LE GALL, L’Honneur perdu de François Ier, Pavie, 1525, Paris : Payot, 2015.

7  Je suis là la démonstration de Frances Yates. Sur la pensée de Gattinara, John M. HEADLEY, The Emperor and His Chancellor : A Study of the Imperial Chancellery under Gattinara, Cambridge, Cambridge University Press, 1983; idem, Church, Empire and World. The Quest for Universal Order 1520-1640, Aldershot : Ashgate, 1997.

8  Jean BÉRENGER, Histoire de l'empire des Habsbourg, Paris : Fayard, 1990. Voir aussi Robert J.W. EVANS, The making of the Habsburg monarchy, 1550-1700 : An interpretation, Oxford : Clarendon Press, 1979 ; Helmut G. KOENIGSBERGER, The Habsburgs and Europe, 1516-1660, Ithaca : Cornell University Press, 1971.

9  Auguste MIGNET, Rivalité de François Ier et de Charles-Quint, Paris, 1875, Genève : Mégariotis Reprints, 1978 ; Henri HAUSER, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles-Quint. Essai sur le sentiment national bourguignon, Paris, 1912, Genève : Slatkine-Megariotis Reprints, 1976.

10  Lucien BÉLY, La Société des princes, Paris : Fayard, 1990. Voir aussi Nicolas LE ROUX, Le Crépuscule de la chevalerie. Noblesse et guerre au siècle de la Renaissance, Ceyzérieu : Champ Vallon, 2015.

11  Bertrand HAAN, L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de religion, 1560-1570, Paris : PUF, 2010 ; idem, Une paix pour l’éternité. La négociation du traité de Cateau-Cambrésis, Madrid : Casa de Velázquez, 2010.

12  Alain TALLON, La France et le Concile de Trente (1518-1563), Rome : École française de Rome, 1997. Voir aussi R. A. de MAULDE-LA CLAVIÈRE, La diplomatie au temps de Machiavel, Paris : Ernest Leroux, 1892-3. Voir aussi Daniel MÉNAGER, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris : PUF, 2001.

13  Myriam YARDENI, La Conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1598), Louvain : Éditions Nauwelaerts, 1971.

14  Jean-Michel RIBERA, Diplomatie et espionnage. Les ambassadeurs du roi de France auprès de Philippe II : du traité du Cateau-Cambrésis (1559) à la mort de Henri III (1589), Paris : Champion, 2007.

15 Anthony PAGDEN, Spanish imperialism and the political imagination. Studies in European and Spanish-American social and political theory 1513-1830, New Haven: Yale University Press, 1990 ; idem, Lords of all the world. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c.1500-c.1800, New Haven (Conn.) et Londres : Yale University Press, 1995.

16 Anthony PAGDEN, « “Con titulo y con menos merito que el de Alemania, que Vuestra Sacra Majestad posee”: Rethinking the conquest of Mexico », The uncertainties of empire. Essays in Iberian and Ibero-American intellectual history, Aldershot (GB) : Ashgate, Variorum, 1994, 13.

17 Francisco DE VITORIA, Political writings, ed. by Anthony Pagden and Jeremy Lawrance, Cambridge University Press, 1991.

18  Cité par Quentin SKINNER, Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris : Albin Michel, 2001, p. 596.

19  Geoffrey PARKER, The grand strategy of Philip II, New Haven (Conn.) et Londres : Yale University Press, 1998.

20 Bernardo José GARCÍA GARCÍA, La Pax Hispanica. Política exterior del Duque de Lerma, Louvain : UP, 1996.

21  Bartolomé BENNASSAR, Un Siècle d'or espagnol, vers 1525-vers 1648, Paris : R. Laffont, 1982.

22  John H. ELLIOTT, Richelieu and Olivarès, Londres, 1984, traduction française : Richelieu et Olivarès, Paris : PUF, 1991.

23  Alain HUGON, Au service du roi Catholique. « Honorables ambassadeurs » et « divins espions ». Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid : Casa de Velázquez, 2004.

24  Juan Antonio DE VERA Y FIGUEROA, El Ambaxador, Séville, 1620, Le Parfait ambassadeur traduit de l’espagnol en français par le sieur Lancelot, Paris, 1642.

25  L’un des premiers est Juan Marquez dans son El gobernador cristiano, paru à Salamanque en 1612.

26  Olivier CHALINE, « L’ambassadeur selon les casuistes », L’Invention de la diplomatie, op. cit., Paris, 1998, p. 59-69.

27  Le Parfait ambassadeur traduit de l’espagnol en français par le sieur Lancelot, Paris, 1642, p. 29. Sur l’éloquence, voir Marc FUMAROLI, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève : Droz, 1980, rééd. 1994.

28 Le Parfait ambassadeur…, p. 42.

29 Ibid., p. 47.

30 Ibid., p. 48.

31  Ibid., p. 50.

32  Ibid., p. 51.

33  Lucien BÉLY et Géraud POUMARÈDE(dir), L’Incident diplomatique, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : Pedone, 2010.

34 Ibid., p. 163.

35 Ibidem.

36 Ibid., p. 164.

37  Ibid., p. 126-127.

38  Le Parfait ambassadeur…, p. 33.

39 Ibidem, p. 36.

40 Ibid., p. 39.

41 Ibid., p. 38-39.

42 Ibid., p. 121.

43 Ibid., p. 145.

44 Ibidem.

45 Bernardo J. GARCÍA GARCÍA, Manuel HERRERO SÁNCHEZ, Alain HUGON, El arte de la prudencia. La Tregua de los Doce Años en la Europa de los Pacificadores, Madrid : Fundación Carlos de Amberes, 2012

46 Ibid., p. 100.

47 Ibid., p. 174.

48 Ibidem.

49 Ibid., p. 174-175.

50 Ibid., p. 175.

51 Ibid., p. 177-178.

52  Lucien BÉLY, « Westphalie, Pyrénées, Utrecht Westphalie, Pyrénées, Utrecht : trois traités pour redessiner l’Europe », in : Del Tractat dels Pirineus [1659] a l’Europa del segle XXI : un model en construcció, Barcelone, sous la direction d’Òscar Jané, 2010, p. 13-21 ; idem, « La paix des Pyrénées et les relations internationales au XVIIe siècle », Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise, 3-4/2010, p. 329-343 ; idem, « Le mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse : un symbole de paix », in : Autour du mariage de Louis XIV. Cinq siècles de relations franco-espagnoles, Josette PONTET (dir), Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 2011, p. 63-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Bély, « L’utopie de paix en Espagne », e-Spania [En ligne], 21 | juin 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24413 ; DOI : 10.4000/e-spania.24413

Haut de page

Auteur

Lucien Bély

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org