Navigation – Plan du site
Utopías, sueños y quimeras (España, siglos XVI y XVII) - Utopies, rêves et chimères (Espagne, XVIe-XVIIe siècles)

Introduction

Ricardo García Cárcel et Araceli Guillaume-Alonso
Cet article est une traduction de :
Introducción

Texte intégral

1Ce dossier monographique réunit treize articles qui sont la version remaniée des communications présentées dans le cadre du colloque international Utopies et rêves d’évasion dans la monarchie espagnole des XVIe et XVIIe siècles. Cette rencontre s’est tenue à Sanlúcar de Barrameda, du 3 au 5 juin 2013, dans le cadre de la Fundación Casa de Medina Sidonia. Elle a été le fruit de la collaboration des équipes de recherche en histoire de l’Espagne moderne de l’Université Paris-Sorbonne (CLEA 1-Checla), l’Universitat Autònoma de Barcelona, l’Universidad de Zaragoza et l’Universidad de Córdoba.

2Coordonnée par Liliane Dalhmann (Fundación Casa de Medina Sidonia), Ricardo García-Cárcel (Universitat Autònoma de Barcelona) et Araceli Guillaume-Alonso (Université Paris-Sorbonne, CLEA1-Checla), cette rencontre avait bénéficié du soutien de CLEA (EA 4083), de l’École doctorale IV, du Centre Roland Mousnier, du Conseil scientifique de l’Université Paris-Sorbonne et des universités espagnoles partenaires : Autònoma de Barcelona, de Zaragoza et de Córdoba.

3Nous remercions Hélène Thieulin-Pardo (Université Paris-Sorbonne, CLEA) pour ses conseils et son aide dans la mise en ligne de ce travail, Adeline Léandre (Université Paris-Sorbonne, sous contrat doctoral, CLEA) pour la mise en forme des textes et Béatrice Pérez (Université Paris-Sorbonne, CLEA) pour sa collaboration scientifique.


***

4L’île d’Utopie de Thomas More était un lieu différent du monde de son inventeur, un lieu protégé, égalitaire, bien gouverné, heureux, idéal. L’œuvre de l’humaniste anglais, publiée en 1516, livrait la satire de la société de son époque en créant ce lieu différent, voué au bonheur et de nulle part, dont le nom a été à l’origine d’un nouveau concept destiné à devenir universel et à avoir une riche descendance dans l’histoire littéraire. Bien connues sont les deux autres grandes utopies européennes postérieures : la Cité du Soleil de Tommasso Campanella, écrite en 1602 et publiée en 1623, et la Nouvelle Atlantide de Francis Bacon de 1626. Tandis que des auteurs espagnols produisaient un certain nombre de textes à caractère utopique, ces deux œuvres jouirent d’un grand succès en Espagne et dans le reste de l’Europe. La pensée utopique espagnole à l’époque moderne a été étudiée par José Antonio Maravall et Miguel Avilés du point de vue de la pensée politique et par Alain Milhou, Francisco López Estrada, Augustin Redondo et d’autres dans une perspective littéraire.

5En 1989, eut lieu à la Casa de Velázquez de Madrid le colloque international Les utopies dans le monde hispanique, dirigé par Miguel Avilés et Alain Milhou dont les Actes furent publiés un an plus tard (Madrid : Casa de Velázquez, 1990). Dans cette œuvre collective, l’analyse porte, entre autres, sur la pensée utopique de Las Casas, Mexía, Valdés, Vasco de Quiroga, Maldonado, el Inca Garcilaso, Fray Luis de León, celle de l’auteur anonyme d’Omnibona et du novateur de la Sinapia.

6Avec cet illustre précédent, le séminaire réuni, entre le 3 et le 5 juin 2013, dans le palais des ducs de Medina Sidonia, siège de la Fondation Casa de Medina Sidonia à Sanlúcar de Barrameda, ne prétendait nullement dévoiler de nouvelles utopies hispaniques qui seraient restées cachées dans les recoins obscurs de l’histoire et de la littérature. En prenant comme point de départ les écrits utopiques connus, maintenant placés sous un nouvel éclairage, le but était d’élargir le champ, d’aller au-delà de l’utopie stricto sensu, pour explorer diverses formules de fuite et d’évasion de l’imaginaire des Espagnols des XVIe et XVIIe siècles, entre rêve et spéculation. Combien de rêves d’évasion par rapport à la réalité subie dans les années dures ? Combien parmi ces rêves n’étaient qu’une thérapie sous forme de quête de quelque chose de différent ? Combien de figures littéraires parallèles à celle de Don Quichotte à la recherche de l’estime de soi perdue ?

7L’objectif de la rencontre fut double. Le premier était de fouiller dans la nature des rêves d’évasion, pas tant comme utopies bien bâties, plus ou moins achevées, que comme voyage d’évasion à travers des scénarios différents. Nous nous sommes intéressés autant aux architectures plus ou moins solides, inventées ou crées, que nous qualifions d’utopies, qu’à toutes les expériences de déconstruction du réel qui se sont produites au cours de ces siècles : concepts, représentations, symboles, images… Le second objectif était d’expliquer que ces rêves d’évasion furent dans bien des cas – mais pas toujours – gibier de décadence, effets de la conscience de crise qui surgissait, peu à peu, dans l’Espagne des Habsbourg, associés à la nécessité de fuir la réalité environnante.

8La rencontre, qui couvrit une large typologie de rêves utopiques, ajouta l’idée de chimère, fréquemment rapprochée du rêve, laquelle illustrait avec davantage de précision encore les expériences sensorielles liées à la vie monastique et au vécu ascétique et mystique. C’est pour cela que les treize articles que nous présentons aujourd’hui, réunis sous les appellations successives d’utopies, rêves et chimères, proposent, en prenant comme point de départ l’article introducteur d’Augustin Redondo et son retour aux utopies sous un angle d’analyse novateur, un vaste parcours à travers le paysage mental des Espagnols des siècles d’or et de fer. Ce parcours révèle leurs doutes et leurs peurs tout autant que quelques-uns de leurs désirs profonds, leurs aspirations enfouies et leurs vœux ardents d’une autre réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo García Cárcel et Araceli Guillaume-Alonso, « Introduction », e-Spania [En ligne], 21 | juin 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24392 ; DOI : 10.4000/e-spania.24392

Haut de page

Auteurs

Ricardo García Cárcel

Universidad Autónoma de Barcelona, GREHC (Grup de Recerca de Estudis d’Història Cultural)

Articles du même auteur

Araceli Guillaume-Alonso

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org