Navigation – Plan du site
La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle)

Le Libre de les dones de Francesc Eiximenis : la femme et la paix en Catalogne au 14e siècle

Dominique de Courcelles

Résumés

Au 14siècle, dans les Etats de la Couronne d’Aragon, le franciscain Francesc Eiximenis (1330/1335-1409) développe une philosophie sociale et politique entrelacée à la théologie selon laquelle, malgré la misogynie propre à son temps, la femme peut être intelligente et sage, si elle est bien éduquée. Dans le célèbre Libre de les dones (1388 ou 1396) comme en d’autres de ses ouvrages, tel le Regiment de cosa pública (1383), le mariage est un élément fondateur de la paix sociale et politique. Le bon gouvernement d’une maison et de ses biens par la femme qui a reçu une bonne éducation intellectuelle et morale a des effets bénéfiques sur le gouvernement de la société et du pays. La reine Elisenda de Montcada, veuve du roi Jaume II en 1327, morte en 1364, a peut-être été, entre autres, un modèle pour le franciscain : sur ses deux tombes dans l’église et le cloître du monastère de Pedralbes elle gît en reine, jadis médiatrice de paix en Catalogne, et en moniale, à jamais médiatrice de la paix glorieuse du paradis. C’est ainsi qu’il revient à toutes les lectrices du Libre de les dones, après la comtesse dédicataire, de rendre le monde meilleur par leur rôle affirmé dans les processus de paix.

Haut de page

Texte intégral

1Comment s’est définie l’aptitude des femmes à jouer un rôle dans les processus de paix entre les personnes, entre les puissances sociales et politiques ? Comment le lien entre la femme et la paix a été mis en exergue en Catalogne au 14e siècle ? C’est ce que nous proposerons d’examiner à partir de l’œuvre de philosophie sociale et politique du franciscain Francesc Eiximenis, et en particulier de deux de ses ouvrages, le Regiment de la cosa pública et surtout le Libre de les dones.

2Francesc Eiximenis est né à Gérone entre 1330 et 1335. On connaît assez mal les quarante premières années de sa vie. Il est possible, puisqu’il a survécu à la grande peste de 1348 et 1349, qu’il était d’origine sociale aisée. Il prend l’habit de  religieux franciscain très tôt, en 1352. Il fait de très nombreuses allusions, tout au long de ses œuvres, à des peuples et des nations étrangères, à des discussions entendues dans diverses universités européennes ou à la cour des papes d’Avignon (notamment en 1365), à des histoires lues ou entendues dans des villes lointaines. Il aurait voyagé dans des centres franciscains en Italie, France, Angleterre pour sa formation intellectuelle et personnelle ; ainsi il s’intéresse à la théologie pratique d’Alexandre de Halès, Roger Bacon ou Jean de Salisbury (le doctor Policratus).

  • 1  A. RUBIÓ I LLUCH, Documents per l’història de la cultura catalana mig-eval, 2 vol. Barcelone: Inst (...)

3Le 25 mars 1374, la duchesse de Gérone Mata d’Armagnac, épouse du futur roi Joan, faisant ainsi le lien entre le comte d’Armagnac et le prince d’Aragon-Catalogne, écrit au chancelier de l’Université de Toulouse pour que Francesc Eiximenis reçoive le titre de maître en théologie1. En 1374, c’est donc à l’Université de Toulouse, dominicaine, et grâce à l’intervention d’une femme, que le franciscain Eiximenis devient maître en théologie.

4Il retourne ensuite à Barcelone comme professeur et prédicateur, mais il va alors vivre quelque temps à Vic. Sans doute, dès ce moment, il élabore son ambitieux projet d’une grande encyclopédie populaire et en langue catalane du Crestià. À la fin de 1380, il commence à rédiger le premier volume, sur l’ordre du roi Pere III el Cerimoniós (+1387). A València, Eiximenis trouve un environnement très favorable à ses activités intellectuelles. Il devient le véritable conseiller des jurats de València. Très vite on remarque en lui ses talents d’organisateur et de conciliateur pour une population commerçante, active, ouverte, jeune, dans une ville de frontière et donc de passage. Il intervient dans les luttes cruelles qui dévastent régulièrement la ville et il est capable d’apaiser les soulèvements populaires. En 1383, il écrit le Regiment de la cosa pública qu’il dédie aux « jurats de la ciutat de València ». Il achève le Segon del Crestià tout en commençant un Dotzè del Crestià dans lequel il inclura le Regiment de la cosa pública. En 1384, il rédige le Terç del Crestià sur le mal, les vices et les péchés ; il écrit en tant que critique de la société, avec son expérience de prédicateur, et il rédige ainsi 1060 chapitres. En 1384, l’infant Joan le nomme son confesseur. Du Crestià il y aura quatre livres sur treize prévus, correspondant à 2587 chapitres. Le Dotzè est dédié à Alfons, comte de Dénia et Ribagorça et marquis de Villena (+1412), fils et héritier de l’infant Pere d’Aragó ; il s’agit d’un large compendium politico-administratif sur la formation, l’administration et la défense d’une ville. Après cela, Francesc Eiximenis ne va pas poursuivre la série logique des volumes du Crestià. Le Llibre dels àngels, dédié au chevalier Pere d’Artès, maître des comptes de Joan Ier, est daté de 1392 ; c’est un traité d’angélologie qui a connu une très grande diffusion, sans doute  à cause de son ton plus populaire sur les diables et sur saint Michel.

  • 2  J’utilise ici: Francesc EIXIMENIS, Lo Libre de les Dones, edició crítica a cura de Frank Naccarato (...)

5Dans le Libre de les dones, l’un de ses plus célèbres ouvrages, Francesc Eiximenis, sans se départir d’une misogynie caractéristique des hommes du Moyen Âge, exprime cependant l’importance qu’il reconnaît aux femmes dans la vie sociale2. C’est à la fin de 1388, selon Curt Wittlin, ou vers 1396, selon Martí de Riquer, qu’il le compose pour Sança Ximenis d’Arenós, récemment mariée avec Joan, comte de Prades, fils de l’infant Pere d’Aragó et donc frère d’Alfons, marquis de Villena. Il est probable qu’Eiximenis a rédigé en seulement un ou deux ans le Libre de les dones.

  • 3  Sur Francesc Eiximenis, je renvoie au beau livre de Lluis BRINES I GARCIA, La filosofia social i p (...)

6La dernière décennie du 14e siècle est très difficile, avec les luttes locales, le Grand Schisme, les expéditions maritimes valenciennes. Pour se gagner les faveurs de la reine Maria de Luna (+1406), première femme du roi Martin l’Humain, Eiximenis lui dédie la Scala Dei ou Tractat de contemplació, où il reprend après des prières, litanies et méditations des thèmes déjà développés dans le Libre de les dones. Le projet de la Vita Christi a probablement été commencé avant la Scala Dei. Ces deux textes expriment l’influence de l’Arbor vitae crucifixae d’Ubertino da Casale, cher à Eiximenis vieillissant et de plus en plus attiré par la vie contemplative et spirituelle, et celle de la Vita Christi de Ludolf de Saxe. Il souhaitait écrire cet ouvrage en latin, mais, convaincu par Pere d’Artès à qui il le dédie, il achève l’ouvrage en catalan entre 1397 et 1398. La Vita Christi connaît un immense succès. C’est une œuvre populaire, qui inclut des éléments légendaires mais comporte des passages mystiques et contemplatifs, bien propres à susciter la dévotion du lecteur. Elle aura une grande importance dans la pensée de spirituels comme Sor Isabel de Villena, abbesse des clarisses de València, qui compose elle-même une Vita Christi en romanç à la fin du 15ème siècle en reprenant parfois mot à mot des passages de la Vita Christi de Fra Francesc Eiximenis. Le Psalterium laudatorium, recueil de méditations contemplatives, est dédié par Eiximenis en 1405 au pape Benoît XIII dont il sera toujours un fervent partisan. En 1408, le pape l’invite au concile de Perpignan et le nomme patriarche de Jérusalem et évêque d’Elne. Mais Eiximenis meurt à Perpignan au printemps 1409. Il projetait encore une Summa de Theologia et une Summa de Philosophia3.

7C’est ainsi que Fra Francesc Eiximenis a été un écrivain extrêmement célèbre en son temps, il a joui d’un immense prestige auprès des rois et des puissants ; on le lit encore avec enthousiasme au 16ème siècle. Dans ses écrits c’est un panorama très complet de tous les aspects de la vie catalane de la fin du 14ème siècle qui est présenté dans une prose magnifique, expressive et élégante. La tradition se mêle toujours à des considérations très personnelles.

  • 4  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 7.
  • 5  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. IV, p. 12.
  • 6  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 7.

8Dans le prologue du Libre de les dones, le franciscain rappelle à la dédicataire Sança Ximenis d’Arenós, comtesse de Prades : « Ha plagut a la vostra devoció de diverses vegades moure a mi que yo volgués ordonar algun devot tractat per a la vostra salut e per endreçament de vostra vida »4. Ensuite, il recommande le livre à toutes les femmes qui « volen conèxer lur natural condició »5 et à ceux qui leur servent de guides spirituels. C’est ainsi qu’Eiximenis traite de thèmes discutés déjà dans le Terç del Crestià et il incorpore au Libre de les dones des matériaux prévus pour les autres volumes du Crestià. Dans la dédicace, il explique encore qu’il a établi pour le livre un plan original. Le livre est « tot de dones, e tracta de lurs bonees, e vicis, e remeys d’aquells »6. En fait, le livre traite essentiellement de matières théologiques et peut même être considéré comme un traité abrégé de théologie :

  • 7  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 8.

La primera part tracta generalment d’açò qui a dones pertany. La segona part tracta d’elles, en special, segons cinch maneres d’elles ; car alscunes són infantes, que vull compendre sots nom de dones ; altres n’hi ha donzelles ; altres, maridades ; altres, víduhes ; e altres, religioses7.

9La première partie comporte treize chapitres et la seconde en comporte 383. Dans cette seconde partie, il y a 5 chapitres sur les petites filles, 12 sur les demoiselles, 64 sur les femmes mariées, 6 sur les veuves, 295 sur les moniales et religieuses. Ces 295 derniers chapitres sont répartis de la manière suivante : vertus théologales et cardinales, les dix commandements, les péchés mortels et les sens corporels, les trois vœux monastiques, les perfections religieuses, la contrition. Eiximenis insère un traité De penitència, un traité sur le Pater noster, un traité De contemplació. Les derniers chapitres du livre sont consacrés à une description hymnique du paradis, comme une récompense littéraire pour le lecteur.

  • 8  Cf. Cécile CODET, « Variations et permanences d’un modèle. L’éducation des femmes au fil des tradu (...)

10Cette œuvre n’est nullement une satire contre les femmes, dans le style du Corbaccio de Boccace, du Somni de Bernat Metge ou du Spill de Jaume Roig, même si elle demeure empreinte d’une suspicion toute médiévale à l’égard des femmes, mais elle est plutôt un livre de morale dans lequel certains vices féminins doivent être rendus odieux et exemplarisés par des anecdotes et historiettes parfois amusantes. Le Libre de les dones a eu un immense succès. On en connaît plusieurs traductions en langue castillane, parmi lesquelles celle de Mudarra, qui figure dans la bibliothèque d’Isabel la Catholique, et celle d’Alonso de Salvatierra liée aux éloges que fit de l’œuvre le pape Hadrien VI. En castillan le livre, qui en est une réélaboration, a pour titre Carro de las donas et il est dédié à la reine Catherine de Portugal. Il est mentionné par l’Archiprêtre de Talavera dans son livre Corbacho o reprobación del amor mundano. Publié en français vers 1405, le Livre des trois Vertus de Christine de Pizan, qui est aussi un traité d’enseignement des femmes, est traduit en portugais et figure dans la bibliothèque de la reine Isabel la Catholique à côté de la réélaboration castillane du livre de Francesc Eiximenis8. Le Libre de les dones a donc accompagné la réflexion de plusieurs reines.

11Eiximenis se montre un attentif observateur de la vie des femmes et de leurs habitudes, même s’il tend à l’exagération comme tout moraliste qui considère que les défauts de son époque sont les pires qui n’aient jamais existé. Si son livre s’adresse évidemment aux femmes, il s’adresse tout autant aux hommes qui doivent connaître la nature féminine, hommes mariés et directeurs de conscience.

12Déjà dans le Terç (chap. 576), il a dépeint en ces termes la dépravation des demoiselles :

  • 9  Cité par Martí de Riquer, Història de la literatura catalana, t. II, p. 167.

Mas ara tot lo món és aterrat e tota virtut és morta, car les donzelles són fort dissolutes ; e per honor e estament a conservar jamés no van a missa ; e per mantenir lo temps, e per tal que sien bé mirades posen-se a les finestres bé pintades e traen-se venals a tot hom, e parlen e rien e salten, e van ab gests de vils fembres, e muden llurs hàbits e lligars, cintes e calces aitantes vegades lo jorn, almescades e perfumades… e parlant amb condesc e ab termes de la guisa, serpentejant, ara girant de ça, ara de lla, ara guardant-vos de dret, ara a travers, ara en baix, ara sospirant, ara cridant, ara baixant, ara burlant…9

  • 10  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XVI, p. 32.

13Ce qui l’amène dans le Libre de les dones à exhorter les demoiselles à mener une vie pure et bonne et ce qui l’amène à s’élever contre l’infidélité des femmes mariées et des religieuses qui perturbe la société. C’est ainsi qu’il faut que la femme « no guart de ferm a negú en la cara, mas que de continent que ha guardat alcú, que tantost bax l’uyll en terra », et elle ne doit en aucun cas « fer huyllades a hom del món, ne estar a la finestra, ne d’aquí parlar ab negú baix, majorment ab jóvens. Car dona finestrera, ne préssech ab costera, no porà molt durar, segons que diu l’eximpli comú »10.

14A la fin du 15e siècle, dans la cathédrale de València, l’artiste Roderic d’Osona sur son retable du « Miracle de saint Narcisse » a véritablement illustré ces textes du Terç ou du Libre de les dones de Francesc Eiximenis en représentant un groupe de trois jeunes prostituées, dont les visages sont sans doute ceux de femmes valenciennes, penchées à la fenêtre et cherchant à attirer les passants, selon les descriptions exactes de Francesc Eiximenis.

15Car même si Francesc Eiximenis, comme tous les hommes de son temps, considère que la femme est inférieure à l’homme, il écrit dans le Dotzè del Crestià au chapitre 554 comme dans le Libre de les dones au chapitre 56, suivant peut-être en cela le dominicain Vincent de Beauvais dans le De eruditione filiorum nobilium écrit vers 1250, qu’il faut que les femmes apprennent à lire et à écrire, et il cite une reine pour qui il a la plus grande admiration, qui est peut-être, en réalité, la reine Constança épouse du roi Jaume III de Mallorca :

  • 11  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LVI, p. 90-92.

Deya la santa regina appellada Costança, muyler del dit rey Robert, qui era estada filla del rey de Mallorqua…que devien appendre les dones… anar a la esgleya ab libre en la mà, e en aquell ligir contínuament sens levar los huylls en alt… la dita santa regina fort conseylava e aprovava que tota dona sabés letra, car deys que havia major occasió de ocupar si metexa, e de informar-se en tot bé… són necessàries letres11.  

16 L’occupation de la femme est essentielle aussi bien pour elle-même que pour la société. Dès 1383, dans son Regiment de la cosa pública, Francesc Eiximenis n’a pas manqué de souligner que tous les membres de la « comunitat », c’est-à-dire de la société, doivent être actifs. L’oisiveté ne peut que nuire à la paix et à la concorde. Les femmes ont ainsi une responsabilité bien spécifique, surtout quand elles ont un certain statut social :

  • 12  FRANCESC EIXIMENIS, Regiment de la cosa pública, Text, introducció, notes i glossari pel P. Daniel (...)

Les dones, així mateix, que són honrades e riques, tostemps deuen ésser ocupades en obrar de seda, o en filar, o en qualque bon exercici, per lo qual ajuden a la comunitat e a llurs cases e es guarden de ociositat ; car la ociositat és mare de tot pecat, segons que diu sant Jerònim. Així mateix se deuen fer les donzelles12.

17De façon tout à fait remarquable, dans ce livre adressé aux regidors de la ville de València, Francesc Eiximenis souligne que les mariages sont facteurs de paix sociale :

  • 13  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXIV, p. 139.

En cas que se’n faça divorci del matrimoni, no res menys que la fembra és en perill de mort e vitupera tot son llinatge e tota sa posteritat, d’on vénen sovint bregues e discòrdies, de què es gasta la comunitat en tot o en partida. No res menys encara, per los adulteris és la cosa pública molt damnificada per los infants que naixen borts, los quals són inaptes a actes legítims eclesiàstics e seglars, e tostemps envergonyits13.

  • 14  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXIV, p. 141.

18Alors s’ensuit toute une série de lieux communs négatifs sur les enfants nés d’adultères, enclins « mas que les altres al mal »14. Il est remarquable qu’ici Francesc Eiximenis n’évoque pas la responsabilité masculine.

  • 15  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 144.
  • 16  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 147.
  • 17  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

19Le chapitre XXVI, en revanche, dénonce les hommes « molt prejudicants als matrimonis e a la cosa pública ». Successivement, Francesc Eiximenis donne des exemples de « bones dones maridades » qui ont su se défendre contre ceux qui leur « fan violència e opressió ». Ces hommes « deuen ésser extirpats terriblement de la cosa pública… contra aquests hi han forts grans penes assignades per les lleis imperials »15. Francesc Eiximenis invite donc les hommes qui soupçonnent leurs femmes à bien s’assurer de leur infidélité avant de les châtier, « car si ho fa, sovint dóna tribulació a si mateix e a sa casa sens raó »16. Et il ajoute : « Per raó de açò, los regents de la cosa pública deuen fort esquivar aitals persones (c’est-à-dire ceux qui agressent les femmes) fins a la mort »17.

20Francesc Eiximenis consacre ensuite un long développement à la peine qui serait réservée à la femme infidèle qui aurait donc manqué à son rôle de médiatrice de paix ainsi qu’à celui qui l’aurait accompagnée dans son infidélité :

  • 18  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

En Castella és costuma que l’hom que es pleveix de fembra maridada, deu ésser cremat ab ella mateixa. E jatsia que aquesta costuma sia cruel e desplasent a nostre Senyor Déu, emperò, segons la llei de nostre Senyor antiga, aital hom devia ésser lapidat ab la fembra si ella era maridada e consentia en lo adulteri. Es ver que aquesta pena és mitigada ara en la llei de gràcia, e lo Salvador fon començament car delliurà la dona adúltera que li fon presentada de la pena de la llei (així com llegim Johannis, VIII capitulo18.

21Mais il ajoute aussitôt de façon très claire :

  • 19  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

Los hòmens així mateix se deuen fort guardar de posar-se en aital perill, majorment de fiar-se en fembres, car elles sovint ho dien als marits, e los marits a vegades los maten, a vegades los baten… E les lleis emperials en aitals coses són fort favorables als marits…19.

Le Regiment de la cosa pública est ainsi destiné à faire de la cité terrestre, ici València, un miroir et une préparation de la cité céleste, dans la perspective augustinienne.

  • 20  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XII, p. 23.
  • 21  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XIII, p. 26.

22Dans le Libre de les dones, en contrepoint de ce qu’il a dénoncé par ailleurs, Francesc Eiximenis affirme avec force que « dona vida és de l’hom, e sens dona no poden bé estar en el món los hòmens d’esta vida ; dona és vida de malalt, solaç del sa, refugi assenyalat »20. Ce qui ne l’empêche pas, en un temps où certains théologiens doutent encore de l’existence d’une âme en la femme, de consacrer tout un chapitre à la question de savoir « si les dones en glòria tornaran hòmens »21.

23Dans le chapitre LXXI du Libre de les dones, il reconnaît que le cinquième bien du mariage est la paix et la concorde ; la femme joue ici un rôle essentiel. Eiximenis donne de ce bien la définition suivante :

  • 22  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LXXI, p. 112.

Lo quint bé qui∙s segueys del matrimoni sí és concòrdia e pau entre les gents del món, car veem que per un matrimoni se segueix gran pau entre molts discordans, hoc a vegades se∙n segueix pau entre un regne et altre. E per tal ordonat ha la santa Esgleya que los matrimonis se fassen entre aquells qui no s’atanyen res, car aquells qui s’atayen ja an sufficient rahó de concòrdia per lo parentesch, mas quant entre aquells qui res no s’atayen ve novell matrimoni, lavors hi ve sufficient rahó de pau22.

C’est ainsi que le mariage est, selon Francesc Eiximenis, un élément fondateur de la paix politique et sociale, non seulement dans les foyers mais également entre les pays. C’est la femme qui peut ramener la concorde entre des ennemis. La femme est clairement reconnue comme possible médiatrice de paix sociale.

24À plusieurs reprises dans le Libre de les dones, à côté de considérations théologiques, Francesc Eiximenis revient sur le rôle non seulement familial mais aussi social de la femme. Dans le chapitre XC « com la dona deu ben regir la companya », il décrit ainsi ce « regiment de companya » :

  • 23  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XC, p. 138-139.

Governació de companya, quant a la dona pertany, requer que attena que cascú sia occupat tostemps en obra, e que sia bé proveït seguons son estament, e a negú no sia consentit crim en casa, ne gos pasar sos térmens, ne li sia dat licencia de larch parlar, sia tengut en temor e ab amistat, sia oït si reclama, e sia complidament pagat ço qui promès li és estat23.

  • 24  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCIII, p. 143.

25Ce bon gouvernement de maison ressemble en tous points à ce que doit être le bon gouvernement de la société et du pays. Une « companya » qui se comporterait mal et serait donc dans le péché, « aytal companya procura mal a la casa on està, con agam que per un peccador perey la nau e∙n ve la casa a terra. E per lo peccat fo vençut Israel, axí con legim Josuè Septimo ». C’est ainsi que tout est lié dans la société et que la femme, bonne gouvernante de sa maison, est annonciatrice d’un bon gouvernement de la « chose publique ». N’est-ce pas la femme également qui a la responsabilité, si son mari est prodigue et dissolu, de veiller sur la maison et sur les biens ? C’est bien là lui reconnaître un rôle considérable et attester de son intelligence et de ses capacités de justes et sages décisions : « La casa és perduda si la dona no retén »24.

  • 25 Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCII, p. 141.

26« Ha mester gran saviesa (de les dones), écrit Francesc Eiximenis, en lo retenir e guardar los béns de casa, car despèn lo marit e ella, los infants, … e puys la senyoria, e la cosa pública qui vol ésser ajudada sovín »25. Déjà dans le Terç, au chap. 781, il affirmait qu’avoir une femme sage « savia » aide beaucoup à prospérer économiquement.

27Dans le Terç (chap. 912), évoquant son séjour à Cologne en Allemagne, Francesc Eiximenis n’a pas manqué d’exprimer son admiration à l’égard de sainte Ursule et des Onze Mille Vierges, dont les corps martyrisés sont enterrés dans la ville. Il raconte longuement les faits surprenants et merveilleux qui adviennent régulièrement dans l’église qui leur est dédiée, bâtie sur le lieu même de leur martyre. Il fait un très grand éloge de sainte Ursule, prudente et sage, maîtresse de sagesse et de vie, emmenant ses compagnes, le pape et tout un groupe d’hommes vers la gloire.

28Un fragment d’un retable de la fin du 13e siècle, conservé dans l’église Saint François de Palma de Mallorca, représente sainte Ursule au milieu de ses compagnes, cependant qu’un jeune clerc processionne devant elles, portant un cierge enflammé ; l’élégance grave de ces femmes, l’ondulation rythmique de leurs vêtements, leur force signifiée par le feu, tout cela concourt à démontrer que le pouvoir n’est plus forcément dans la force brutale du monde féodal mais dans l’harmonie, la sagesse et la paix.

29Vers 1456, un artiste de Cologne, peut-être Stephan Lochner, a peint un retable de la vie de sainte Ursule dont les panneaux sont conservés au Wallraft-Richartz Museum de Cologne. Ainsi sur un des panneaux, la nef des Vierges arrivant sur le Rhin devant Cologne se situe entre l’eau où nagent les poissons que des pêcheurs capturent dans leurs filets, la terre dominée par la belle et puissante ville de Cologne et le ciel empli d’étoiles. La nef dans ce paysage constitue comme un quatrième élément du monde, avec le visage clair et lumineux de sainte Ursule brillant au milieu de ses compagnes, bien apte à effectuer la juste médiation entre le ciel, les pouvoirs urbains, les activités humaines. Il est ainsi remarquable que la femme constitue la médiatrice entre tout un ensemble de réalités sociales, politiques, économiques, cosmologiques. Dans la nef nécessairement mouvante et balancée, devant les murailles et les portes de Cologne, les femmes attentives et sages – l’une d’entre elles a un livre sur ses genoux, suivant ainsi la recommandation de la reine Constance, et pourquoi ce livre ne serait-il pas le livre de Francesc Eiximenis ? – constituent comme un havre médiateur de sérénité et de grâce, tout ce que Francesc Eiximenis a voulu proposer.

30À Barcelone, une femme qui est une reine a peut-être été le modèle qui a inspiré Fra Francesc Eiximenis dans sa description des femmes parfaites, médiatrices de paix et de concorde. Il s’agit de la reine Elisenda de Montcada (1292-1364) dont le franciscain a peut-être contemplé la double tombe, dans le cloître et l’église du monastère de Pedralbes. Elisenda de Montcada n’aurait-elle pas pu inspirer les remarques de l’évêque franciscain sur le rôle médiateur des femmes, depuis leur maison jusqu’à la société toute entière ?

  • 26 Cf. Anna CASTELLANO I TRESSERRA, Pedralbes a l’edat mitjana, historia d’un monestir femeni, Montser (...)
  • 27  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCVI, p.147.

31Fille de Pere II Ramon de Montcada i d’Abarca, sénéchal royal et baron d’Aitona, Elisenda est devenue en 1322 la quatrième et dernière femme de Jaume II de Catalogne-Aragon, comte de Barcelone, roi d’Aragon et roi de Valence (1291-1327), roi de Sicile (1285-1296), roi de Mallorca (1291-1295) et roi de Sardaigne (1324-1327). Veuf de Marie de Chypre, le roi est alors âgé de plus de trente ans qu’elle. Le mariage du roi avec Elisenda permet alors d’assurer ses liens avec la puissante famille catalane des Montcada et contribue ainsi, d’une part à la paix sociale entre les grandes familles et à l’intérieur du pays et, d’autre part, à l’affermissement de la royauté. En 1326, Elisenda, de spiritualité franciscaine, fonde et dote richement le monastère de moniales clarisses de Pedralbes. En 1327, devenue veuve, elle se retire dans un palais qui jouxte le monastère. Bien qu’elle ne soit pas elle-même moniale, elle a, dès l’acte même de la fondation, d’importants pouvoirs sur le fonctionnement interne du monastère, tant économique que spirituel. C’est ainsi qu’elle va particulièrement favoriser les arts, par exemple les peintures de la chapelle Saint Michel commandées par l’abbesse Francesca Saportella, sa nièce. En 1339, Elisenda participe à la translation du corps de sainte Eulalie à la cathédrale de Barcelone, accompagnant la reine Maria de Navarra, épouse du roi Pere el Cerimoniós, et la reine Constança, épouse du roi Jaume III de Mallorca, en une manifestation où s’entrelacent religion, pouvoir et politique. Elisenda a fait l’admiration de ses contemporains en tant que noble demoiselle, puis épouse de roi, puis veuve exemplaire26. Francesc Eiximenis écrit à propos de Judith ce qui a été dit d’Elisenda en son temps : « Ligim, Judich, XV, que Joaquim, sobiran bisbe, cant viu Judich beney-la ab tots los seus preveres dient-li : tu est glòria de Jerusalem, tu est honor del nostre poble, car per tal cant has amada castedat, e aprés mort de ton marit no has volgut altre »27. Elisenda meurt en 1364 et est ensevelie à Pedralbes.

  • 28 Cf. Pere III el Cerimoniós, Crònica, a cura d’Anna CORTADELLAS, pròleg de J.M. Hillgarth, Barcelone (...)
  • 29  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LXXI, p. 113.
  • 30  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCIX, p. 150-151.

32La tombe de la reine Elisenda est une magnifique œuvre de ce que l’on a appelé le « gothique catalan ». Elle est double, ce qui exprime bien le rôle à la fois politique et religieux de la reine. Dans l’église du monastère, ouverte à tous les dévots, la reine apparaît couronnée et vêtue de riches atours sur un lit orné de ses armoiries aux vives couleurs, cependant que dans le cloître, réservé aux seules femmes moniales, elle apparaît vêtue comme l’une d’elles. Au-dessus des deux gisantes, les mêmes anges emportent l’âme d’Elisenda vers le Christ en un mouvement d’élévation souligné par l’élévation aérienne de l’arc gothique qui les encadre. Épouse et veuve irréprochable de roi, amoureuse de la chasteté, Elisenda est ainsi représentée en tant que femme de pouvoir politique et social et en tant que femme spirituelle et mystique. Dans les deux cas elle est médiatrice d’un sacré de souveraineté et instauratrice possible de paix et de concorde, comme le manifeste bien dans sa propre histoire sa participation centrale entre les deux reines et les deux rois d’Aragon et de Mallorca dans la translation du corps sacré de sainte Eulalie, patronne de Barcelone, au milieu d’un immense rassemblement du peuple28. Elisenda participe ainsi des deux états que décrit bien Francesc Eiximenis dans son Libre de les dones, celui de « los matrimonis vertaders » qui « són sens peccat »29, c’est-à-dire du profane et du séculier, et ce qu’il dénomme « estament » de « santa viuda » qui est celui de la « subirana viuda, la mare de gràcia »30, c’est-à-dire la Mère de Dieu de suprême sainteté.

  • 31  Salut, étoile de la mer,/ Mère nourricière de Dieu/ Et toujours vierge,/ Bienheureuse porte du cie (...)

33La double représentation de sculpture de la reine Elisenda s’inscrit dans la tradition de l’hymne grégorienne chantée dans les offices de la Vierge, sans doute du 9e siècle, parfois attribuée à saint Bernard : Ave maris stella,/ Dei mater alma/ Atque semper virgo,/ Felix caeli porta./ Sumens illud Ave/ Gabrielis ore,/ Funda nos in pace/ Mutans Evae nomen31. Elle participe de la transformation d’Eve en Marie Mère de Dieu.

  • 32  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. CCCLXXXVII, p. 563.
  • 33  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. CCCXCIV, p. 571.

34Le libre de les dones se clôt sur la question de la mort et du passage en paradis. La femme qui a su assurer la « pau sens turbació » est celle qui sait donner l’exemple de la mort à la condition profane et de l’ascension à la vie spirituelle, suivie d’une nouvelle naissance. « L’uyll sera glorificat en veure lo preciós cors de Jesucrist »32, écrit Francesc Eiximenis. Précisément, c’est vers le Christ représenté en son corps glorieux que l’âme de la reine Elisenda est portée par les anges dans l’église et le cloître du monastère de Pedralbes. A la fin du Libre de les dones, il n’y a plus d’hommes ni de femmes, mais seulement des âmes en compagnie des saints et des saintes du paradis. La femme de paix et de concorde s’est transformée en une âme glorieuse. Son visage de reine et de moniale ne conserve plus qu’un sourire paisible, presque énigmatique, celui d’un éveil intérieur, celui de « la ànima benuyrada… en abrassament, estrenyiment, delitament… ab aquell eternel Déu perpetualment glorificada en glòria. Amén »33. Tout est dit.

35Dès lors Francesc Eiximenis n’a plus qu’à se retourner vers la dédicataire de l’ouvrage, la « senyora comptessa… dona Sancxa Xemèneç d’Arenós ». C’est à elle et à toutes les lectrices de son livre qu’il revient désormais, en toute intelligence et sagesse, en toute justice, parce qu’elles auront été bien formées par le Libre de les dones, de rendre le monde meilleur par leur rôle affirmé dans les processus de paix entre les personnes et entre les puissances sociales et politiques, afin d’arriver à la contemplation de la gloire divine. C’est ainsi que Fra Francesc Eiximenis lie étroitement le politique et le théologique, le social et le spirituel en cette fin du 14e siècle.

Haut de page

Notes

1  A. RUBIÓ I LLUCH, Documents per l’història de la cultura catalana mig-eval, 2 vol. Barcelone: Institut d'Estudis Catalans 1908 et 192, 1, p. 254.

2  J’utilise ici: Francesc EIXIMENIS, Lo Libre de les Dones, edició crítica a cura de Frank Naccarato sota la direcció de Joan Coromines, revisada per Curt Wittlin i Antoni Comas, introducció i apèndixs de Curt Wittlin, glossari a cura d’August Bover i Font, , Barcelona: Curial Edicions Catalanes, 1981.

3  Sur Francesc Eiximenis, je renvoie au beau livre de Lluis BRINES I GARCIA, La filosofia social i politica de Francesc Eiximenis, Séville : Nova Edició, 2004.

4  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 7.

5  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. IV, p. 12.

6  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 7.

7  Lo Libre de les dones, éd. cit., preàmbol, p. 8.

8  Cf. Cécile CODET, « Variations et permanences d’un modèle. L’éducation des femmes au fil des traductions du Livre des Trois vertus et du Libre de les dones, entre Moyen Âge et Renaissance dans la péninsule ibérique », Circé, 4, 2014.

9  Cité par Martí de Riquer, Història de la literatura catalana, t. II, p. 167.

10  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XVI, p. 32.

11  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LVI, p. 90-92.

12  FRANCESC EIXIMENIS, Regiment de la cosa pública, Text, introducció, notes i glossari pel P. Daniel de Molins de Rei, Barcelone : Els Nostres Clàssics, 1927, chap. XXII, p. 128.

13  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXIV, p. 139.

14  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXIV, p. 141.

15  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 144.

16  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 147.

17  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

18  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

19  Regiment de la cosa pública, éd. cit., chap. XXVI, p. 148.

20  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XII, p. 23.

21  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XIII, p. 26.

22  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LXXI, p. 112.

23  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XC, p. 138-139.

24  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCIII, p. 143.

25 Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCII, p. 141.

26 Cf. Anna CASTELLANO I TRESSERRA, Pedralbes a l’edat mitjana, historia d’un monestir femeni, Montserrat: Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1998.

27  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCVI, p.147.

28 Cf. Pere III el Cerimoniós, Crònica, a cura d’Anna CORTADELLAS, pròleg de J.M. Hillgarth, Barcelone, Edicions 62, 1995, chap. II, p. 35.

29  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. LXXI, p. 113.

30  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. XCIX, p. 150-151.

31  Salut, étoile de la mer,/ Mère nourricière de Dieu/ Et toujours vierge,/ Bienheureuse porte du ciel./ En recevant cet Ave/ De la bouche de Gabriel/ Et en changeant le nom d’Eve,/ Etablis-nous dans la paix.

32  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. CCCLXXXVII, p. 563.

33  Lo Libre de les dones, éd. cit., chap. CCCXCIV, p. 571.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique de Courcelles, « Le Libre de les dones de Francesc Eiximenis : la femme et la paix en Catalogne au 14e siècle », e-Spania [En ligne], 20 | février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24294 ; DOI : 10.4000/e-spania.24294

Haut de page

Auteur

Dominique de Courcelles

CNRS, membre correspondante de l’Institut d’Estudis Catalans et de la Reial Acadèmia de Bones Lletres de Barcelona

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org