Navigation – Plan du site
Des bureaucraties au service des cours. Administrateurs et gestion des affaires curiales dans la Péninsule ibérique aux derniers siècles du Moyen Âge

La Cour en mouvement et l’organisation des séjours au Portugal : aspects matériels et bureaucratiques (XIIIe-XVe siècles)

Rita Costa-Gomes

Résumés

Au Portugal au bas Moyen Âge, la prévision à court et à moyen terme était essentielle à l’organisation des séjours de la cour dans la diversité de ses lieux de résidence. Cette prévision se faisait soit par la gestion des ressources locales d’hébergement et d’approvisionnement, soit par le règlement de sommes et de contrats de toutes sortes. À travers l’analyse de deux exemples concrets, cet essai met l’accent sur le poids croissant du marché et de la monétarisation dans la vie de cour, et cherche à identifier différents aspects des changements survenus après le XIIIe siècle, notamment en ce qui concerne la bureaucratie royale, les concelhos ou municipalités, et les monarques eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Max WEBER, General Economic History, Glencoe : Free Press, 1950 ; Werner SOMBART, « (...)
  • 2  Sombart critiquait, par exemple, une opposition typologique entre économie « naturelle » et économ (...)

1Le problème historique de la mobilité des monarques du Moyen Âge est souvent posé en proposant deux explications à caractère général : l’une trouve des raisons surtout économiques aux déplacements de la cour, l’autre propose plutôt un rapport entre cette mobilité et des traits spécifiques des cultures politiques médiévales. Le premier argument a été très largement influencé par la pensée économique et sociologique allemande du tournant du XIXe et début du XXe siècle, notamment par les travaux de Max Weber et de Werner Sombart1. Ces travaux discutaient l’utilité du concept d’« économie naturelle », proposé entre autres par Alfons Dopsch pour expliquer les réalités économiques de l’Europe du haut Moyen Âge. Basée sur un idéal d’autarcie, ce type d’économie exprimerait la prédominance de l’autoconsommation par rapport à l’obtention du lucre par l’échange2. C’est dans le contexte de ces débats qu’est née l’explication générale, longtemps prédominante, selon laquelle les souverains de l’âge médiéval le plus reculé se déplaçaient avec leurs suites parce qu’ils devaient consommer sur place les ressources de leurs territoires. Ces ressources auraient été difficilement accessibles dans des économies qui ne connaissaient pas des circuits commerciaux très développés.

  • 3  Marc BLOCH, « Économie-nature ou économie-argent : un pseudo-dilemme », Annales d’Histoire Sociale(...)

2Quelques historiens médiévistes ont été parmi les premiers à critiquer ces généralisations basées sur les apports théoriques de l’économie et la sociologie classiques, et à contester l’utilité même de la notion d’économie naturelle pour l’étude des réalités économiques de l’Europe médiévale. Notamment dans les années de 1930-1940, Marc Bloch et Eileen Power ont écrit des pages lumineuses sur le sujet3. Cependant, l’explication de la mobilité des rois du Moyen Âge causée surtout par des raisons économiques liées à une insuffisance des réseaux de l’échange est devenue un lieu commun historiographique. C’est une explication présente dans la plupart des manuels scolaires et des œuvres de synthèse publiés au siècle dernier, et cet argument général reste encore implicite ou il est mentionné, en passant, comme vérité acquise dans des travaux plus récents.

  • 4  Carlrichard BRÜHL, Fodrum, Gistum, Servitium Regis : Studien zu den wirtschaftlichen Grundlagen de (...)

3Des recherches plus détaillées et systématiques, développées au XXe siècle, sur les processus concrets de l’itinérance des souverains ont pourtant dévoilé toute la complexité des procédés qu’exigeait la concentration spatiale des ressources matérielles, mise en place par les sociétés du haut Moyen Âge pour permettre la constante mobilité des souverains. À la suite des travaux de Carlrichard Brühl, publiés depuis les années soixante, une nouvelle problématique était lancée, que l’explication traditionnelle contribuait en partie à occulter4. La fameuse autarcie et la consommation sur place des ressources n’était pas, en fait, si courante que ça dans le contexte des suites royales. Les moyens matériels exigés par le déplacement des souverains étaient par contre l’objet, depuis le haut Moyen Âge, d’une gestion soignée impliquant des circuits plus ou moins organisés de transport et d’échange de denrées et de produits de toutes sortes. Par conséquent, il faudrait considérer non seulement les processus organisationnels et bureaucratiques ayant trait à l’itinérance royale, mais aussi les mécanismes économiques que celle-ci impliquait. L’itinérance de la cour et du souverain entretenaient des relations assez claires avec l’évolution du prélèvement fiscal, des circuits de transport et de consommation de différents types de produits, et même plus généralement avec le développement de la vie urbaine.

  • 5  Voir les remarques de Teofilo F. RUIZ, A King Travels. Festive Traditions in Late Medieval and Ear (...)

4Ces arguments historiographiques suscitent aujourd’hui peu l’attention des historiens du Moyen Âge ibérique. L’explication politique, par contre, a largement pris le dessus. D’autres généralisations autour de la culture rituelle et la propagande sont le fondement d’un nouveau paradigme qui souvent laisse dans l’ombre les dimensions bureaucratiques, et non seulement matérielles mais aussi proprement économiques de l’itinérance des rois. Les déplacements des souverains du Moyen Âge tardif, nous dit-on, étaient surtout des occasions de festivités et de communication de messages politiques. Le roi se déplaçait pour marquer les communautés locales par l’image et par une présence physique pleine de pompe et de circonstance ; les déplacements se faisant surtout pour promouvoir la circulation de discours politiques précis5.

5 L’itinérance des monarques mérite, en tout cas, une étude approfondie, en tant qu’ensemble cohérent d’éléments historiques très divers, mais corrélatifs à une définition même de la royauté. Et pour le faire, aucune des deux perspectives mentionnées n’est suffisante en elle-même. Il faut revenir, notamment, à l’étude de la dimension matérielle de l’itinérance, cette façon si caractéristique de vivre et de gouverner des souverains du Moyen Âge. Quand le roi médiéval se déplaçait, un mécanisme assez ancien se déclenchait, parfaitement défini et réglementé au Xe siècle dans diverses régions du continent Européen, et qui consistait pour les populations des localités visitées par l’itinérance royale à fournir des prestations au monarque et à sa retenue. Cet ensemble de prestations était nommé « droit de gîte et de ravitaillement » (en France) ; au Portugal on l’appelait : colheita, jantar, et aposentadoria. Les deux premiers paiements (colheita, jantar) consistaient fondamentalement en un ensemble de denrées mis à disposition du roi et de la cour. En faisaient par exemple partie les céréales, la viande et le poisson, des boissons comme le vin pour la consommation humaine, ainsi que de l’avoine pour celle des animaux. De son côté, l’aposentadoria consistait en des obligations d’hébergement de la suite royale frappant, en particulier, les détenteurs ou propriétaires des habitations des diverses localités visitées, tout au moins ceux qui ne pouvaient pas s’y dérober par un statut personnel privilégié.

  • 6  Voir la synthèse de Ernst VOLTMER, « 'Palatia' imperiali e mobilità della corte (secoli XI-XIII) » (...)

6Il faut d’abord reconnaître l’important apport de l’historiographie allemande (de Carlrichard Bruhl à Caroline Göldel et Ernst Voltmer) à l’étude de ces phénomènes, par la reconstruction de la dimension géographiquement étendue de ces institutions de prélèvement liées à l’itinérance. Celles-ci ont été étudiées dans les régions centrales du continent européen pour les monarques ottoniens, saliens, normands, de même que pour les rois de France et de Sicile6. Il est aujourd’hui bien établi que les anciens droits royaux du gistum, du fodrum ou du corredum nécessitaient pour leur prélèvement des circuits économiques et des transports spécifiques, avant même le XIe siècle, moment à partir duquel ils ont eu tendance à être changés en redevances annuelles, conditionnées (ou non, selon les cas) à la visite royale. Ces redevances ont été aussitôt transformées en paiements en argent.

  • 7  Iria GONÇALVES, « Estado Moderno, Finanças públicas e fiscalidade permanente », in :Armando Luis C (...)
  • 8  Olivetta SCHENA, Le Leggi Palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari : Edizioni Della Torre, 1983, (...)

7Au Portugal comme ailleurs, le droit des colheitas et jantares était déjà à la fin du xiiie siècle une prestation monétaire payée par les municipalités du royaume. Ce qui ne veut pas dire que les denrées ont complètement disparu après cette date, ainsi que l’a observé l’historienne Iria Gonçalves : « malgré la solution trouvée du remplacement du jantar par le paiement en monnaie, les denrées de base pouvaient être présentes et souvent l’étaient dans les cas des municipalités (concelhos), car elles réapparaissaient lors de chaque paiement par l’estime des valeurs respectives en tenant compte des prix courants, et même, ce qui est plus curieux, on les préférait occasionnellement à l’argent »7. Un autre exemple ibérique que l’on pourrait citer à ce propos est le passage des ordonnances aragonaises de Pierre IV « le Cérémonieux », où l’on affirme que tous les deniers qui ont été payés par les populations pour pourvoir la table du roi, l’officier de cour nommé comprador doit à nouveau les « convertir » dans le menjar ou nourriture royale8. Le fait que ces paiements se fassent en argent doit être interprété en tenant compte des multiples fonctions de la monnaie médiévale, simultanément mesure et outil de l’échange, et donc aussi moyen de conversion qui est en rapport avec une perception quantitative des denrées.

  • 9  Jean-Michel SERVET, « L'institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue Économique(...)

8Or il faut bien rappeler que dans les sociétés anciennes, suivant la formulation suggestive de Jean-Michel Servet, « les pratiques monétaires (qu’il s’agisse du compte ou du paiement) apparaissent comme un phénomène de normalisation. Les usages marchands de la monnaie ne sont qu’un cas particulier de celui-ci »9. La monétarisation des paiements liés à l’itinérance royale, notamment au ravitaillement et au logement de la cour, peut effectivement être vue comme une normalisation soit du comportement économique des populations, soit du milieu social qu’était la cour. Loin de signifier le terminus d’une évolution de prestations qui, une fois payées en monnaie, sont dépourvues d’intérêt pour l’étude des cours royales, ces changements peuvent continuer à nous renseigner sur d’autres aspects de la mobilité des souverains. Les formes de prélèvement en denrées, au XIVe et XVe siècles, n’étaient plus strictement nécessaires du point de vue de la gestion de l’itinérance royale. Même si les formes d’organisation sociale liées à leur genèse ont pu être plus ou moins profondément changées, ces modalités pouvaient néanmoins se perpétuer aussi, on l’a vu, par leur signification culturelle. Ce dernier fait prouve assez bien l’imbrication des différents aspects, matériels et bureaucratiques tout autant que symboliques, de l’itinérance royale.

  • 10  Peter SPUFFORD, Money and its use in Medieval Europe, Cambridge : Cambridge University Press, 1988 (...)
  • 11  Antoni FURIÓ, « Endettement paysan et crédit dans la Péninsule Ibérique au Bas Moyen Âge », in : M (...)

9On est loin de suggérer, cela s’entend, que l’existence d’un tribut en argent puisse en lui-même être une preuve suffisante de l’expansion de l’usage de la monnaie, de même que la survivance des paiements en nature était autrefois indice d’une prétendue « économie naturelle ». La coexistence de différentes pratiques est indéniable, et elle doit être étudiée avec soin dans chaque contexte précis. Toute cette complexité de procédures est bien caractéristique du Moyen Âge central et tardif, quand les processus de bureaucratisation vont de pair avec les transformations économiques et une importance croissante de l’argent comme outil marchand, ainsi que des opérations de crédit. Comme nous le rappelle Peter Spufford dans son beau livre sur la place de l’argent dans la société médiévale, à partir du xiiie siècle des instruments assez sophistiqués étaient disponibles en Europe occidentale au-delà des espèces monétaires, tels que les cens sur la dette ou même les comptes en banque10. Les rentes constituées, par exemple, ont profondément pénétré depuis le XIIIe siècle les réalités sociales et économiques des campagnes ibériques. C’était, selon Antoni Furió « l’une des formules les plus répandues de crédit dans la Péninsule Ibérique au bas Moyen Âge […] prêter, emprunter, transférer les crédits et les dettes, saisir les insolvables et leur confisquer les terres ou les biens meubles sont devenues des pratiques de plus en plus fréquentes, quotidiennes, largement attestées dans les sources »11.

  • 12  Sur les débats de l’époque autour de cette idée très répandue, notamment dans les cercles universi (...)
  • 13  Fait souligné pour les différentes monarchies médiévales, d’un point de vue comparatif, par Jean F (...)

10C’est donc à ce contexte économique qu’il faut faire référence lorsqu’on étudie les aspects matériels de l’itinérance royale du Moyen Âge central et tardif. Observons d’abord ce problème du point de vue des monarques. Les rois portugais après le XIIIsiècle ont essayé de développer un système centralisé pour parvenir, d’une part, à gérer le patrimoine royal qui devait, selon le concept de l’époque, leur permettre d’affronter leurs besoins quotidiens, nécessairement localisés dans une variété de lieux différents12. D’autre part, les monarques cherchaient à pourvoir efficacement à ces besoins, car leurs ressources patrimoniales ne suffisaient pas. Puisque le domaine royal n’était qu’un complexe de revenus et de droits disséminés dans l’espace et donc dénoués de toute assise territoriale compacte13, les souverains ont dû faire face aux difficultés de sa gestion en poursuivant deux objectifs principaux. D’abord, ils voulaient avoir accès aux ressources provenant de leur patrimoine et aux rentes payés pour le ravitaillement de la cour de façon efficace et au fil de leurs déplacements. Il leur fallait en plus des mécanismes pour accéder, dans un délai raisonnable, à d’autres ressources extraordinaires pour faire face aux dépenses qui pouvaient croître de façon soudaine. Dans le cadre de l’itinérance royale, ceci arrivait notamment en cas d’activité militaire, quand la cour était absorbée par l’organisme plus vaste de l’ost royal, ou lorsqu’elle se gonflait en nombre par la multiplication des suites (royale, princières, ainsi que celle des reines) siégeant dans les mêmes localités.

11L’itinérance de la cour est donc un processus clé pour la compréhension de la variété des mécanismes mis en place par la bureaucratie royale pour atteindre, au quotidien, ces deux objectifs principaux : avoir accès aux ressources ordinaires et faire face aux dépenses variables (soit en quantité, soit dans la géographie du royaume). C’est cet aspect quotidien, au ras du sol si l’on peut dire, qui dévoile tout l’intérêt de cette pratique multiséculaire qu’est l’itinérance pour l’étude des sociétés médiévales, au-delà des évènements extraordinaires tels que festivités et célébrations rituelles. Bien plus, je voudrai suggérer ici que la cour a contribué de façon non négligeable à promouvoir les mécanismes du marché dans les circuits économiques du royaume médiéval portugais, et que ceci s’est fait en disséminant des procédés de gestion et de prévision soit des dépenses, soit des ressources matérielles et financières pour faire face à celles-là.

  • 14  Rita COSTA GOMES, The Making of a Court Society, Cambridge : Cambridge University Press, 2003, p.  (...)
  • 15  António Henrique de Oliveira MARQUES, Portugal na Crise dos séculos XIV e XV. Nova História de Por (...)

12L’accès aux ressources, du point de vue du roi, se faisait par quelques mécanismes bien connus. Il s’est fait d’abord en assignant des revenus spécifiques aux dépenses des différents départements de la maison royale, processus dont l’importance est suggérée au Portugal par le nom même de ceux qui géraient au XIIIe siècle ces ressources dans la maison du roi : ovençais. Ce mot en langue vulgaire provient du latin obedientiales. Le mécanisme des obédienciers, originaire du milieu monastique bénédictin, assurait que les dépenses des différents services auraient ainsi leurs propres sources de financement, correspondant en toute probabilité à des rentrées précises provenant du patrimoine ou des rentes du roi14. Mais le xive siècle a vu se développer d’autres mécanismes bien connus, car l’accès des monarques aux ressources se faisait aussi en anticipant des rentes par saisie (in pigno) et en affermant, c’est-à-dire, en faisant des contrats avec des particuliers pour la collecte de ces ressources moyennant une somme fixe15. Au fond, ce dernier est un procédé proprement financier, comme on le sait, puisqu’il permettait au fermier de faire un prêt : il avançait des fonds dans l’espoir d’obtenir le lucre qui adviendrait de la différence entre le prix de la ferme et la valeur réelle de la rente à collecter.

  • 16  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La gestión de la Hacienda Regia en la Corona de Castilla (1252-1369 (...)

13L’importance relative de ces méthodes de gestion à la disposition du roi du Portugal change après le xiiie siècle, le premier mécanisme (que l’on pourrait appeler un système décentralisé) devenant moins important, à en juger par la presque disparition de la mention des ovençais dans la documentation du xve siècle. Tout au long du xive siècle, les mécanismes de l’anticipation des rentes par saisie et de la ferme de la collecte et des paiements vont à leur tour se combiner de façon très créative, au Portugal comme ailleurs dans la Péninsule Ibérique. Il suffit de citer l’exemple de la Castille, où le système de l’affermage s’impose également après 132516. L’affermage est de plus en plus important au Portugal tout au long du xve siècle, y compris dans les circuits monétarisés ayant trait à la vie quotidienne de la cour royale, de telle façon qu’il devint le mécanisme dominant pour toute forme de paiement régulier, y compris des gages de cour, salaires, et déboursements de toutes sortes.

  • 17  Virginia RAU, A Casa dos Contos, Coimbra : Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra, 1951.

14Les processus permettant l’anticipation budgétaire aux xive et xve siècles sont connus pour les revenus royaux analysés en tant que ressources financières étatiques, objet de quelques travaux d’ensemble pour le cas portugais17. Mais ils le sont bien moins du point de vue des dépenses de la cour, longtemps reléguée par les historiens de la fiscalité à l’insignifiance des choses « domestiques ». Et pourtant, peu de mécanismes institutionnels et fiscaux ont eu pendant le Moyen Âge une présence si proche, régulière et géographiquement étendue que celle des départements de la cour qui voyageaient avec le roi.

  • 18  Vitorino Magalhães GODINHO, « A formação do Estado e as Finanças Públicas », Ensaios e Estudos. Um (...)
  • 19  M. Á. LADERO QUESADA, « La Casa Real en la Baja Edad Media », Historia. Instituciones. Documentos, (...)

15On a beaucoup plus d’informations, certes, sur les dépenses à caractère régulier, celles qui on fait l’objet de contrats avec les fermiers et dont le poids relatif sur le total des ressources du roi est plus important. C’est ce qui a permis l’historien Magalhães Godinho d’estimer, par exemple, que vers la fin du xve siècle, les dépenses de la maison royale (moradias ou gages de cour inclus) se situeraient autour d’un seuil minimum de 40 % des ressources du roi au Portugal18. Par contre, l’historien Ladero Quesada propose pour la Castille que la dépense de la maison des rois (on présume, sans les paiements de raciones y quitaciones à ceux qui accompagnent les monarques, ce qui équivaut grosso-modo aux moradias citées) n’aurait pas dépassé 15 % des recettes19. Ces estimations sont précieuses pour la reconstruction de la distribution budgétaire de ces monarchies, et la disparité apparente de leurs conclusions suggère que l’une des directions des futurs travaux serait de trouver les moyens de rendre possible des comparaisons.

16Tout en tenant compte de ces visions à plus large échelle, je voudrais à présent adopter un autre point de vue. Puisque le roi avec son entourage continuait à se mouvoir dans le territoire du royaume, l’influence de la cour dans les circuits économiques locaux était faite d’une multitude de transactions bien plus modestes, à une micro-échelle qui normalement échappe aux registres centralisés des finances royales. Il faut encore le répéter, les monarques du Moyen Âge, même ceux du Moyen Âge tardif, n’étaient pas des entités abstraites gouvernant de loin, comme le voudrait la perception des historiens institutionnalistes du xixe siècle. La cour était un centre mouvant de la société, et même de la structure de l’état dont les ressorts ultimes d’autorité et de décision étaient, pour ainsi dire, incarnés dans la personne même du roi.

  • 20  Martim ALBUQUERQUE et Eduardo Borges NUNES (éd.), Ordenações de D. Duarte, Lisbonne : Fundação Cal (...)
  • 21  Une série précieuse relative au ravitaillement de la cour du roi Denis Ier (r. 1279-1325) inclut s (...)

17Comment les choses se passaient donc sur le terrain, au Portugal, aux xive et xve siècles ? Lorsque la destination suivante de la cour était décidée, l’officier royal appelé aposentador se déplaçait, plusieurs journées à l’avance, pour organiser l’accès au logement de ce groupe humain assez nombreux pouvant atteindre plusieurs centaines de personnes. L’existence de listes pour l’hébergement de la cour est souvent mentionnée dans les sources portugaises. Ces listes, paraît-il, étaient organisées par catégorie statutaire et par département : cuisine, chambre, chapelle, etc. Mais elles englobaient aussi d’autres départements non « domestiques », comme le tribunal de la cour, les artisans du roi, et même les « filles de joie » suivant la suite royale20. Quoiqu’aucun exemple ne nous soit parvenu, il est probable qu’il y eut aussi des listes pour pourvoir au ravitaillement de la cour et du roi. Dans le cas portugais, les fameuses listes nominales de moradias semblent résulter de l’évolution même des pratiques du registre par écrit lié à l’usage de distribuer des « rations » à quantité fixe au lieu des repas en commun21.

18Très schématiquement, donc, l’évolution du ravitaillement de la cour portugaise pourrait se présenter ainsi, du point de vue de la bureaucratie royale :

Schéma n° 1 : Le ravitaillement de la cour portugaise

Schéma n° 1 : Le ravitaillement de la cour portugaise
  • 22 João Pedro RIBEIRO, Dissertações Chronologicas e Criticas sobre a História e Jurisprudência Ecclesi (...)

19D’un côté il y avait le ravitaillement de la table royale (et donc de la cuisine du roi), dont le rapport pouvait être direct avec les jantares payés par les populations. Ce rapport est réaffirmé, comme on l’a vu, dans les textes aragonais du xive siècle comme dans les documents portugais. En effet, au Portugal durant la décennie de 1270 de nombreuses denrées payées par les populations en tant que colheitas et jantares étaient concentrées dans les mains des agents locaux de la fiscalité royale (les almoxarifes) qui les donnaient aux différents officiers de la cour chargés de fournir la table royale, y compris notamment des quantités non-négligeables de poisson, nourriture si importante à cause des prescriptions religieuses22.

20L’évolution de l’accès à la nourriture de la part de ceux qui avaient droit de manger en cour doit être aussi observée dans ses dimensions institutionnelles et bureaucratiques. Celles-ci suggèrent que le xive siècle a été, justement, une étape fondamentale du passage des repas en commun fréquents vers la généralisation d’un système quantitatif de « rations » courtisanes. C’est-à-dire que des quantités fixes de pain, de viande et de poisson, de vin (comme c’était déjà le cas pour l’avoine destinée aux chevaux) ont été adoptées pour subvenir aux besoins des suites royales. Un des objectifs probables de l’expansion de l’usage des « rations », du point de vue de l’administration royale, serait celui de contrôler la dépense des repas quotidiens en commun (on laisse ici de côté, évidemment, les banquets et repas festifs). Ce régime de quantification a eu pour corollaire, d’autre part, une hiérarchisation plus précise et claire de la population courtisane, alors que les repas mêmes s’en trouvaient fondamentalement transformés du point de vue du quotidien de la cour. L’étape suivante de cette transformation au Portugal est représentée par le système des moradias pleinement monétarisé, qui prévaut clairement au xve siècle, et qui semble avoir été progressivement construit sur une équivalence entre rations en denrées et quantités fixes d’argent.

  • 23 Cortes Portuguesas. Reinado de D. Afonso IV (1325-1357), Lisbonne : Centro de Estudos Históricos da (...)

21On le voit déjà, par ces processus de normalisation et quantification, les réalités économiques de l’itinérance royale étaient destinées à avoir un impact non négligeable sur les localités du royaume. Un cas exemplaire qui nous permet de juger de cet impact dans le comportement économique des populations est celui des outils pratiques utilisés par les officiers royaux pour faire face aux paiements quotidiens. Quand des bêtes de somme ou des denrées étaient fournies à la suite royale, les officiers de cour utilisaient les baguettes de taille, petits bâtons en bois taillés pour enregistrer leurs dettes envers les particuliers. En portugais, on les appelait talhas de fuste, ou simplement fuste. Des fentes plus ou moins profondes et plus ou moins espacées étaient taillées dans le bois (fuste) correspondant à des quantités précises. Le bâton était alors sectionné dans sa longueur en deux moitiés, l’une pour le pourvoyeur du bien ou de l’argent, l’autre pour celui qui le recevait. Pour être payé ou pour faire le compte respectif, il suffisait de se présenter avec sa moitié. Cette moitié était réunie avec celle de l’officier royal pour vérifier que les inscriptions coïncidaient, ainsi que le grain et les caractéristiques du bois qui rendaient ce type d’outil comptable bien difficile à forger. En plusieurs occasions, au xive siècle, les gens des villes se sont plaints devant les parlements (Cortes) de cet usage par les officiers de l’itinérance royale23.

  • 24  Michael CLANCHY, From Memory to Written Record : England 1066-1307, Oxford : Wiley-Blackwell, 2012 (...)

22Il s’agit en fait d’une pratique bien connue et étudiée pour l’Angleterre médiévale, où ces morceaux de bois étaient nommés tallies. Son adoption va de pair avec l’usage de la « table à compter » pour la vérification des comptes dans le département central de comptabilité (royal exchequer), comme on le sait basée sur les règles de l’abaque. Suivant les mots suggestifs de Michael Clanchy, « il ne faut pas voir dans ces bois taillés une relique primitive d’un passé avant l’écriture. C’est, par contre, un moyen sophistiqué et pratique pour l’enregistrement de nombres et de quantités. Les tallies étaient plus pratiques à garder et à préserver que le parchemin, moins compliqués à faire, plus difficiles à forger. Elles représentaient en fait le fondement même et l’origine du système des finances royales anglaises au xiie siècle, et le « bâton entaillé » est largement adopté dans la pratique comptable du xiiie siècle »24.

  • 25  On en conserve les règlements internes (regimentos) datés de 1378, 1419 et 1434 : V. RAU, op. cit.

23L’usage de la baguette de taille doit aussi être mis en rapport au Portugal avec la centralisation de la comptabilité royale. La Casa dos contos y est établie depuis la fin du xiiie siècle pour l’audition et l’enregistrement de la comptabilité royale (elle était donc dotée d’archives autonomes). Autour de 1370, cette chambre des comptes siégeait à Lisbonne et la comptabilité de l’hôtel royal (contos d’El rei ou da casa) y était incluse, mais dans un bureau propre et séparé de celui qui faisait la vérification des comptes des agents territoriaux de la fiscalité royale (almoxarifes)25. L’âge d’or de la baguette de taille dans les régions Nord-européennes est le xive siècle, avant que le papier ne prenne le dessus définitivement. La chronologie coïncide donc avec les brèves mentions des sources portugaises, qui se réfèrent à la talha de fuste comme un mécanisme qui allait de pair avec l’usage des alvarás ou mandements écrits pour la gestion des paiements dans le contexte de l’itinérance royale.

24Le mandement (alvará) recouvrait à la fois la reconnaissance de dette du trésor royal et l’autorisation du paiement. En conséquence, par exemple, d’une réquisition de la part des officiers du ravitaillement de la cour, l’alvará devenait pour celui qui le recevait un document de créance, payable en principe. Mais si l’on en juge par les plaintes portées devant les Cortes portugaises, talhas de fuste et alvarás étaient payés tardivement et avec une difficulté accrue car il fallait se déplacer, dépenser journées et salaires pour obtenir souvent ce que n’étaient que de petites sommes. Par ailleurs, pour le roi et ses administrateurs, l’usage de la baguette de taille permettait de différer les paiements ainsi que, fait non négligeable, de les soumettre à une vérification et à un contrôle bureaucratiques. Il s’agissait de dettes de peu d’importance, pour lesquelles ce n’était pas la peine de payer les frais d’un notaire, ou même d’écrire un simple document en papier. Du point de vue des gens des villes présents aux parlements, le mécanisme des talhas de fuste ouvrait la porte à un nouveau règlement. Le cercle se refermait, dans leur perspective. On avait déjà payé (soit en argent soit en denrées) la redevance liée à l’itinérance du roi. Mais les officiers de la cour réintroduisaient un prélèvement abusif par cette pratique de différer les paiements des achats destinés à la suite royale au marché local. Pour les vendeurs des denrées, les obstacles inhérents à l’encaissement de ces sommes rendaient ces paiements incertains, le résultat pour eux étant un paiement additionnel lors du passage du roi dans la localité.

  • 26  Pour Lisbonne : Maria Teresa Campos RODRIGUES, Aspectos da Administração municipal de Lisboa no sé (...)

25Une tension similaire entre différents points de vue et différents intérêts surgit clairement au bas Moyen Âge autour des besoins d’hébergement liés à l’itinérance royale. Et, de nouveau, l’impact de la cour au Portugal s’est fait sentir dans l’organisation des marchés locaux menant à la solution négociée de contrats collectifs d’hébergement. A travers eux, les obligations des populations non-exemptes de chaque localité pouvaient être gérées collectivement par la municipalité de façon plus efficace. C’est une solution que l’on détecte au xve siècle dans les villes principales de l’itinéraire royal comme Lisbonne, Évora, Santarém, ou Setúbal26. Ces villes représentaient, pour la période comprise entre 1350 et 1500, les principales étapes urbaines de séjour de la cour royale portugaise.

  • 27  Voir le règlement de l’office : Mário Júlio Almeida COSTA et Eduardo Borges NUNES (éd.), Ordenaçõe (...)

26Les contrats d’hébergement pour les suites royales sont devenus au xve siècle une réponse pratique au problème assez connu des doléances et des conflits résultant des obligations des populations de loger ceux qui accompagnaient le souverain. Comme dans le cas des paiements des biens de ravitaillement ou des bêtes de somme, cette solution était basée sur une prévision et quantification des besoins d’hébergement de la cour, dans ce cas à travers l’usage de listes. Le processus de réquisition de logements pour les suites royales était ainsi construit sur les mécanismes bureaucratiques d’une anticipation des besoins, c’est-à-dire l’établissement préalable du nombre de personnes qui avaient droit à être logées dans chaque étape du séjour royal. Ces listes contenaient les prestations dues à chaque individu, spécifiquement déterminées selon une logique hiérarchique pour chaque groupe statutaire de la cour (chevalier, écuyer, jeune ou moço). La rédaction et la gestion de l’information contenue dans ces listes était vraisemblablement une des tâches les plus complexes de l’officier responsable, l’aposentador royal portugais27.

27Prenons l’exemple de Lisbonne dans la décennie de 1470, où les obligations de la ville correspondaient à un certain nombre de prestations que l’on nommait des « lits » (camas). Chaque « lit » était composé d’un nombre de draps, couvertures, outils de cuisine, tables et sièges, chaque élément adéquat à la « qualité de la personne » – le drap du chevalier était, par exemple, de qualité supérieure à celui de l’écuyer. Une unité d’hébergement était établie pour les suite royales, appelée estau : un estau complet comptait dix lits, un demi-estau cinq lits. La municipalité faisait l’interface de ce système car elle contrôlait et choisissait les pourvoyeurs des « lits » – des propriétaires d’auberges commerciales – moyennant un contrat écrit (le plus souvent annuel). Le mot estau faisait également référence de façon générale aux auberges payées, et pas seulement au logis de ceux qui siégeaient en ville en tant que membres de la suite du roi. Pour les particuliers, l’existence d’un contrat avec des professionnels simplifiait la prestation du service, car leurs objets domestiques n’étaient plus soumis à réquisition. Les populations étaient débarrassées, dans la pratique, de l’aspect le plus encombrant et coûteux de la présence des membres de la cour. La ville utilisait les ressources originaires des taxes, gérées dans le but de rémunérer les aubergistes professionnels.

28Ce mécanisme, il faut bien le clarifier, n’a jamais été capable de correspondre complètement aux besoins des suites et hôtes du roi. On laissera de côté, pour le moment, d’autres réponses pratiques adoptées face au problème du logement de la cour du bas Moyen Âge, notamment l’usage des complexes résidentiels aristocratiques et la simple réquisition de sections entières de l’habitat urbain, pour nous concentrer autrement sur cette interaction entre la municipalité et la cour. Le gouvernement de la ville de Lisbonne, par exemple, gérait aussi directement une liste alternative composée de maisons particulières pour des solutions « d’urgence », lorsque le système quantifié des estaus se révélait incapable de loger tous ceux des suites royales qui en avaient droit, que ce soit par l’inexactitude des prévisions des aposentadores (ceux du roi et ceux du concelho ou municipalité) ou par l’incapacité du réseau commercial des auberges de la ville de satisfaire la demande de logis et services.

29Ce système, représenté ci-dessous de façon schématique, présupposait donc l’existence d’un marché du logement, et positionnait la municipalité fermement au centre des mécanismes négociés de gestion des services de gîte et de logement de la cour.

Schéma n° 2 : l’hébergement de la suite royale

Schéma n° 2 : l’hébergement de la suite royale
  • 28  I. Gonçalves, Imagens do Mundo Medieval, Lisbonne : Horizonte, 1988, p. 143-155.

30Dès le xive siècle, le marché du logement semble en effet assez bien organisé dans les villes portugaises. La promotion par les monarques de l’existence des auberges est bien connue, grâce aux travaux pionniers de Iria Gonçalves. Là où l’initiative des citadins n’avait pas été suffisante, les rois eux-mêmes à partir de 1350 s’étaient chargés de faire construire des auberges. Il suffit de mentionner comme exemple les huit auberges construites sur initiative royale dans la ville portuaire et marchande de Porto. En 1439, l’administration royale réaffirmait explicitement le principe général suivant lequel toutes les villes pourvues d’enceintes et situées sur les principales routes devraient avoir des auberges, le souverain identifiant dans son diplôme les trois protagonistes majeurs de leur construction et entretien : les municipalités (souvent propriétaires elles-mêmes des auberges), les particuliers et, en dernier ressort, l’administration royale. Celle-ci devait promouvoir partout l’existence d’un tel marché par la concession de mesures protectrices de l’activité des auberges et aubergistes28.

31La construction d’un grand édifice aux caractéristiques monumentales dans la ville principale du royaume – Lisbonne – a été vue au xve siècle comme un fait exceptionnel, découlant en grande partie des besoins croissants des suites royales et princières liés à la présence plus fréquente du roi et aux séjours plus longs de la cour. Cette initiative a permis au roi du Portugal de devenir le propriétaire d’un bâtiment d’hébergement placé entièrement sous son contrôle et dans lequel les prestations des estaus pouvaient se faire en un lieu unique. Cet édifice, le « palais » des Estaus, demeura un des grands monuments de la ville du xve et xvie siècle.

32Que peut-on conclure de l’analyse de ces deux exemples ? La cour des rois du bas Moyen Âge n’était pas seulement un lieu. C’était un nœud fonctionnel d’un espace économique doté d’une dynamique propre et qui interagissait avec les réalités économiques locales, avec des conséquences pour tous les agents impliqués. Suivant cette logique spatiale, la présence du souverain imposait des contraintes précises sur le fonctionnement des marchés locaux, dans ces économies qui n’étaient évidemment pas des économies « nationales » modernes, intégrées et co-extensives au territoire du royaume, mais qu’il faudrait plutôt voir comme une mosaïque d’aires économiques juxtaposées, souvent organisées autour des centres urbains. La cour s’y affirmait comme un milieu humain et un ensemble d’organisations bureaucratiques à partir desquels se disséminaient non seulement des objets de luxe, souvent produits par des artisans privilégiés ou apportés par les marchands venus d’ailleurs, mais aussi des processus de gestion et des comportements économiques. Ces exemples portugais illuminent d’autres aspects des rapports de l’itinérance royale avec les réalités locales qu’elle contribue aussi à forger, par la dynamique de résistance et d’adaptation de la part des gens des villes aux mécanismes de prévision et de contrôle mis en place par les officiers du roi lors de l’itinérance de la cour.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Max WEBER, General Economic History, Glencoe : Free Press, 1950 ; Werner SOMBART, « Economic Theory and Economic History », The Economic History Review, 2 (1), 1929, p. 1-29.

2  Sombart critiquait, par exemple, une opposition typologique entre économie « naturelle » et économie « monétaire », proposant plutôt le contraste entre l’autosuffisance et l’échange : ibid., p. 13.

3  Marc BLOCH, « Économie-nature ou économie-argent : un pseudo-dilemme », Annales d’Histoire Sociale, 1, 1939, p. 7-16 ; Eileen POWER, The Wool Trade in English Medieval History, Oxford : Oxford University Press, 1941, p. 1-19.

4  Carlrichard BRÜHL, Fodrum, Gistum, Servitium Regis : Studien zu den wirtschaftlichen Grundlagen des Königtums im Frankenreich und in den fränkischen Nachfolgestaaten Deutschland, Franckreich und Italien vom 6. bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts, 2 t., Cologne : Böhlau, 1968.

5  Voir les remarques de Teofilo F. RUIZ, A King Travels. Festive Traditions in Late Medieval and Early Modern Spain, Princeton et Oxford : Princeton University Press, 2012, p. 6-8 ou 13-14.

6  Voir la synthèse de Ernst VOLTMER, « 'Palatia' imperiali e mobilità della corte (secoli XI-XIII) », in : Enrico CASTELNUOVO et Giuseppe SERGI (dir.),Arte e Storia nel Medioevo, Turin : Einaudi, 2002, t. 1, p. 587-630, et aussi Caroline GÖLDEL, Servitium regis und Tafelgüterverzeichnis : Untersuchungen zur Wirtschafts- und Verfassungsgeschichte des deutschen Königtums im 12. Jahrhundert, Sigmaringen : Jan Thorbecke Verlag, 1997.

7  Iria GONÇALVES, « Estado Moderno, Finanças públicas e fiscalidade permanente », in :Armando Luis Carvalho HOMEM et Maria Helena Cruz COELHO (éd.), A Génese do Estado Moderno no Portugal tardo-medievo, Lisbonne  : Universidade Autónoma, 1999, p. 102 (je traduis).

8  Olivetta SCHENA, Le Leggi Palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari : Edizioni Della Torre, 1983, p. 112.

9  Jean-Michel SERVET, « L'institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue Économique, 44/6, 1993, p. 1148.

10  Peter SPUFFORD, Money and its use in Medieval Europe, Cambridge : Cambridge University Press, 1988, p. 2.

11  Antoni FURIÓ, « Endettement paysan et crédit dans la Péninsule Ibérique au Bas Moyen Âge », in : Maurice BERTHE (dir.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1998, p. 139-167. Voir aussi, pour le Portugal : Mário Almeida COSTA, Raízes do Censo Consignativo : Para a História do Crédito Medieval Português, Coimbra : Atlântida, 1961.

12  Sur les débats de l’époque autour de cette idée très répandue, notamment dans les cercles universitaires parisiens, voir Lydwine SCORDIA, « Le Roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (XIIIe-XVe siècles), Paris : Institut d’Études Augustiniennes, 2005.

13  Fait souligné pour les différentes monarchies médiévales, d’un point de vue comparatif, par Jean FAVIER, Finance et fiscalité au bas Moyen Âge, Paris : Société d’édition de l’enseignement supérieur, 1971, p. 23.  

14  Rita COSTA GOMES, The Making of a Court Society, Cambridge : Cambridge University Press, 2003, p. 40-41.

15  António Henrique de Oliveira MARQUES, Portugal na Crise dos séculos XIV e XV. Nova História de Portugal, Vol. 4, Lisbonne : Presença, 1987, p. 312-314.

16  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La gestión de la Hacienda Regia en la Corona de Castilla (1252-1369) », Mayurqa, 22, 1998, p. 336-337.

17  Virginia RAU, A Casa dos Contos, Coimbra : Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra, 1951.

18  Vitorino Magalhães GODINHO, « A formação do Estado e as Finanças Públicas », Ensaios e Estudos. Uma maneira de pensar, Lisbonne : Sá da Costa, 2009, p. 158-161.

19  M. Á. LADERO QUESADA, « La Casa Real en la Baja Edad Media », Historia. Instituciones. Documentos, 25, 1998, p. 347.

20  Martim ALBUQUERQUE et Eduardo Borges NUNES (éd.), Ordenações de D. Duarte, Lisbonne : Fundação Calouste Gulbenkian, 1988, p. 642 ; Archives Nationales – Torre do Tombo, Leitura Nova, Extras, fol. 124.

21  Une série précieuse relative au ravitaillement de la cour du roi Denis Ier (r. 1279-1325) inclut seulement la liste des denrées reçues et précise quels officiers s’en chargeaient. Pour tout ce qui suit, notamment sur l’origine des moradias : R. COSTA GOMES, « Os convivas do rei e a estruturação da corte (séculos XIII a XV) » in : Ana Isabel BUESCU et David FELISMINO (éd.), A Mesa dos Reis de Portugal. Ofícios, Consumos, Cerimónias e Representações (séculos XIII-XVIII), Lisbonne : Temas & Debates, 2011, p. 26-43.

22 João Pedro RIBEIRO, Dissertações Chronologicas e Criticas sobre a História e Jurisprudência Ecclesiastica e Civil de Portugal, Lisbonne : Academia Real das Ciências, 1813, t. 3, Partie 2, Doc. XXXI, p. 83-84. On conserve un registre fragmentaire de l’acquisition de poisson pour la table du roi au XVe siècle : Maria José Azevedo Santos, « O peixe e a fruta na alimentação da corte de D. Afonso V », Brigantia, 2/3, 1983, p. 307-343.

23 Cortes Portuguesas. Reinado de D. Afonso IV (1325-1357), Lisbonne : Centro de Estudos Históricos da Universidade Nova de Lisboa, 1982, p. 15-16. Cortes Portuguesas. Reinado de D. Fernando (1367-1383), Lisbonne : Centro de Estudos Históricos da Universidade Nova de Lisboa, 1990, p. 34.

24  Michael CLANCHY, From Memory to Written Record : England 1066-1307, Oxford : Wiley-Blackwell, 2012, p. 125-126.

25  On en conserve les règlements internes (regimentos) datés de 1378, 1419 et 1434 : V. RAU, op. cit.

26  Pour Lisbonne : Maria Teresa Campos RODRIGUES, Aspectos da Administração municipal de Lisboa no século XV, Lisbonne : Câmara Municipal, 1968 (tiré-à-part de Revista Municipal), p. 120-121. Mention des contrats de Évora et de Santarém, datés de 1464 : Gabriel PEREIRA (éd.), Documentos Históricos da Cidade de Évora, Évora : typ. da Casa Pia, 1885-91, v. 1, p. 97-103 ; Archives Nationales (Torre do Tombo), Chancelaria de D. Afonso V, Livre 8, fol. 51v°. Pour Setúbal : Paulo Drumond Braga, « O regimento excepcional da Aposentadoria da Vila de Setúbal de 1471 », Boletim de Trabalhos Históricos, 40, 1989, p. 129-137.

27  Voir le règlement de l’office : Mário Júlio Almeida COSTA et Eduardo Borges NUNES (éd.), Ordenações Afonsinas, Lisbonne : Fundação Calouste Gulbenkian, 1988, vol. 1, p. 348-350.

28  I. Gonçalves, Imagens do Mundo Medieval, Lisbonne : Horizonte, 1988, p. 143-155.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma n° 1 : Le ravitaillement de la cour portugaise
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Schéma n° 2 : l’hébergement de la suite royale
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/24206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rita Costa-Gomes, « La Cour en mouvement et l’organisation des séjours au Portugal : aspects matériels et bureaucratiques (XIIIe-XVe siècles) », e-Spania [En ligne], 20 | février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24206 ; DOI : 10.4000/e-spania.24206

Haut de page

Auteur

Rita Costa-Gomes

Towson University, USA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org