Navigation – Plan du site
La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle)

« Paz, amor e buena ventura »

Les mots, la sagesse et la subtilité des femmes au service de la paix dans l’Historia de la linda Melosina à la fin du xvème siècle
Laura Baquedano

Résumés

Nous proposons dans ce travail une réflexion sur la représentation littéraire du nouveau pouvoir politique de la femme à travers l’exemple de la traduction au castillan du Roman de Mélusine de Jean d’Arras, commandée et mise en forme en 1489 par les premiers imprimeurs toulousains. Ce roman met en scène deux femmes –Melosina et la muger del capitán Guerín–qui interviennent dans les manœuvres politiques et diplomatiques de leur mari et de leur descendance, et se font l’écho du rôle des femmes dans la construction de la paix au Moyen Âge. L’émergence de ce fait historique et social guida sans doute le choix des imprimeurs qui firent renaître cet exempla merveilleux hérité du siècle précédent. Dans le panorama de la littérature chevaleresque hispanique, aux côtés de la Poncella de Francia, l’Historia de la linda Melosina proposait un reflet des reines et des dames qui marquèrent l’histoire par leurs actes et par leurs paroles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour plus d’informations sur leRoman de Mélusinede Jean d’Arras et sur sa protagoniste, on pourra (...)
  • 2  La légende du Chevalier au Cygne et certains récits médiévaux anglo-normands sont d’autres exemple (...)
  • 3 Jacques Le Goff et Emmanuel Leroy Ladurie, « Mélusine maternelle et défricheuse », Annales ESC, 197 (...)
  • 4 Entre les nombreuses études ayant été menée sur le sujet des fées dans la littérature, outre les tr (...)

1Vers 1393, Jean d'Arras écrit le Roman de Mélusine à la demande du duc Jean de  Berry et de sa sœur Marie de France, donnant ainsi naissance, dans le champ littéraire, à l’une des figures féminines les plus puissantes de l’imaginaire médiéval1. À travers ce roman, la fée tutélaire des Lusignan est l'instrument de légitimation de l’autorité sur les terres poitevines de tous ceux qui se présenteront comme les descendants ce noble lignage. En s’inventant une aïeule féérique, les commanditaires de la maison de Berry s’ajoutent à la longue liste des Grands qui, dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, instrumentalisèrent un passé mythique afin de faire valoir leurs droits sur un territoire2. Dans ce but, l’Histoire de Mélusinehéritée des légendes locales et façonnée par l’influence des œuvres contemporaines qui mettaient en scène les « merveilles » du monde, tisse ensemble les fils de l’histoire et ceux de la fiction. Au-delà de sa fonction politique, le récit mis en forme par Jean d’Arras tire sa puissance de l’universalité du mythe de la fée ; un mythe déjà ancré dans l’imaginaire français du XIVe siècle à travers la transmission folklorique de la légende et qui s’étendra dans le temps et l’espace européen des siècles durant. Tout au long de son histoire littéraire, la fée Mélusine sera interprétée tantôt comme une figure bienveillante, « maternelle et défricheuse »3, tantôt comme une figure maléfique aux attributs, sinon diaboliques, du moins monstrueux et effrayants4. Dans le roman de Jean d’Arras, le personnage de Mélusine incarne les différentes facettes de l’interprétation des êtres féériques au XIVe citées par l’auteur dans un prologue du roman qui fait référence aux légendes locales mais aussi aux auctoritates philosophiques et religieuses. L’héroïne éponyme de l’œuvre se construit par la suite selon une dichotomie systématique entre le bien et le mal, entre l’humain et la merveille, la gloire et la décadence, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici tout particulièrement, entre la guerre et la paix.

  • 5  Deux éditions de la version toulousaine de 1489 sont disponibles : Ivy A. Corfis (éd.), Historia d (...)
  • 6  Pour de plus amples informations sur ces œuvres en castillan imprimées à Toulouse à la fin du Moye (...)

2L’édition princeps de l’Historia de la linda Melosina est imprimée à Toulouse en 14895. Fruit du travail d'un traducteur anonyme qui répondit à la demande de deux prototypographes, Jean Parix et Étienne Clébat, elle s’inscrit dans une série d’impressions d'œuvres hispaniques réalisées au sein de cette cité du sud de la France6. La version castillane de l’œuvre de Jean d’Arras, l’Historia de la linda Melosina, reprend presque à l’identique la matière textuelle et iconographique des éditions genevoise et lyonnaises du roman français, afin d’assurer le transfert du récit des amours de Mélusine et Raymondin ainsi que celui des aventures chevaleresques de leur descendance vers une autre aire géographique et un nouveau champ de réception. Nous tenterons de montrer ici l’importance que purent jouer dans le choix éditorial des imprimeurs toulousains les figures féminines présentes dans le roman ainsi que leur rôle dans la construction de la paix. 

  • 7  Victoria CAMPO, Victor INFANTES (éd.), La Poncella de Francia : la historia castellana de Juana de (...)
  • 8  La date de composition de La Poncella de Francia n’a pu être clairement établie. Michel Garcia ava (...)

3Les enjeux économiques liés aux coûts de production des premiers ouvrages typographiés entraînèrent une sélection des œuvres selon les horizons d’attente du lectorat de l’époque. Dans cette perspective, l’édition de l’Historia de la linda Melosina serait l’un des premiers témoignages imprimés de l’engouement pour la littérature chevaleresque qui, puisant sa source dans les récits des siècles précédents, s’initia au XVe siècle et connut son plein essor au XVIe siècle. Toutefois, ce roman revêt un caractère singulier au sein du corpus des livres, histoires et autres chroniques chevaleresques imprimés et diffusés au sein des royaumes hispaniques : il est l’un des rares à donner à une héroïne, éponyme qui plus est, un tel statut de protagoniste. Melosina s’impose comme la figure tutélaire d’un lignage noble et endosse, en outre, des responsabilités qui, selon les canons de l’époque, se devaient d’échoir au patriarche. Si l’on considère le lien étroit qui unissait alors la matière chevaleresque et le contexte historique contemporain à travers les jeux de la mimesis, on pourrait penser que la traduction au castillan de ce roman et son édition typographique étaient en lien avec la volonté de représenter, à travers l’exemple de la fiction, un nouveau pouvoir politique de la femme. En 1489, ce pouvoir nouveau est alors incarné par la reine Isabelle de Castille dans le contexte d’un royaume enfin apaisé après les tensions de longues luttes dynastiques. L'union d'Isabelle et de Ferdinand d'Aragon met fin à cette période trouble en unifiant pour la première fois l'ensemble de la Péninsule Ibérique. Il se pourrait donc que les figures de dames pacificatrices à l’œuvre dans le roman aient trouvé en Castille un lectorat sensible à l'écho de sa propre réalité. Nous pourrions dès lors mettre en lien l’Historia de la linda Melosina avec un autre ouvrage chevaleresque qui marqua l’histoire des premières presses hispaniques : La Poncella de Francia, traduction et adaptation de l’histoire de Jeanne d’Arc, autre transfert depuis la langue et la culture françaises vers la sphère hispanique, autre figure féminine exemplaire qui fut quant à elle directement mise en lien avec la représentation de la reine7. Si une dizaine d’années auparavant8, les récits des aventures de La Poncella de Francia venaient faire écho aux tourments d’une reine luttant pour la légitimité de son pouvoir, l’Historia de la linda Melosina vint-elle illustrer, en cette fin du XVe siècle, les bienfaits de la paix recouvrée et de l’unité du royaume comme fondements du gouvernement des Rois Catholiques? Bien que très différentes dans leur forme, leur tradition et leur portée, ces deux œuvres pourraient alors partager un rôle de « miroir des princesses » qui entrerait en résonance avec une réalité politique et culturelle qui favorisait l'émergence de nouvelles grandes figures de dames.

4Nous analyserons tout d’abord l’Historia de la linda Melosina à travers la paix de ses dames pour ensuite envisager les nouveaux effets de réel mis en jeu par le phénomène de traduction : loin de son contexte de création, un siècle plus tard, le roman d’origine française fait écho à l'actualité castillane qui est pourtant une réalité étrangère à ses fondements littéraires et historiques. La diffusion de la version castillane du roman de Jean d’Arras en guise de miroir des princes (ou princesses) pouvait répondre au projet de diffusion des valeurs et de l’idéologie mené à cette époque par les Rois Catholiques.

L’Historia de la linda Melosina et la paix de ses Dames : figures tutélaires et médiatrices

  • 9  Carlos Alvar, « Mujeres y hadas en la literatura medieval », in : María Eugenia Lacarra (éd.), Evo (...)

5L’Historia de la linda Melosina met en scène deux femmes qui s’éloignent des schémas traditionnels de la féminité courtoise. On retrouve toutefois ces archétypes à travers ce que l’on pourrait appeler l’ombre de la norme féminine dans le récit : entendons par là l’image des femmes véhiculée par la représentation des alliances matrimoniales entre les fils de Melosina et Remondín aux côtés de grandes dames représentées avant tout par leur titre. Urián épouse la infanta Armenia, Antonio prend pour femme Cristiana, duquesa de Luçemborg, puis on assiste à l’union entre Renaldo et la hija del rey de Viana. Ces unions sont le résultat des conquêtes de territoires successives et de l’état de paix qui en découle. Contrastant avec ces représentations très sommaires, les figures de Melosina et la muger del capitán Guerín élèvent le personnage féminin au rang de protagoniste en intervenant, chacune à leur façon, dans les manœuvres politiques et diplomatiques de leur mari et de leur descendance. Leurs interventions sont liées à la notion de paix dans ses différentes acceptions : depuis les miracles pacificateurs de la merveille jusqu’aux manœuvres de négociation destinées à apaiser les conflits, les dames du roman construisent la paix. Comme autant d’échos à la réalité et aux valeurs de l’ère des Rois Catholiques, la présence de ces figures tutélaires dans la trame de l’histoire put motiver le choix des imprimeurs toulousains pour ce roman français. En effet, le phénomène historique du rôle joué par les femmes dans la construction de la paix au Moyen Âge fut peut-être à l’origine de la récupération de ces exempla merveilleux hérités du siècle précédent. Tout en s’inscrivant dans le panorama de la littérature chevaleresque hispanique, déjà marqué par les personnages de dames, damoiselles, sorcières et fées9, l’Historia de la linda Melosina se démarquait en plaçant au cœur du récit – et de son titre – le reflet des reines et des dames qui marquèrent l’histoire par leurs actes et par leurs paroles à la fin du Moyen Âge. Intéressons-nous donc dès à présent aux deux figures féminines remarquables du roman, Melosina et la muger del capitán Guerín ainsi qu’à leur rôle, parfois ambigu, de pacificatrices.

Melosina : la paix de la merveille

6La fée est l’une des modalités de représentation de l’être féminin qui se répète d’un récit chevaleresque à un autre. Elle peut intervenir dans l’économie des œuvres comme marraine ou amante et, dans les deux cas, elle intervient grâce à ses pouvoirs surnaturels comme médiatrice dans la trajectoire du chevalier qu’elle rencontre. Contrairement à ces schémas, la trame de l’Historia de la linda Melosina place quant à elle la fée au cœur du récit qui s’établit selon plusieurs séquences narratives. Dans un premier temps, se construit la figure ambiguë de la fée tutélaire des Lusignan : fruit de l’union entre le roi Élinas d’Albanie et de la fée Présine, Mélusine décide, avec ses deux sœurs, de venger l’offense faite à sa mère par un père incapable de tenir parole. Coupables de trahison à l’égard de leur père, elles sont toutes trois punies par Présine. Mélusine, comme instigatrice du complot, sera condamnée à reproduire la tragique histoire des amours entre un être humain et une figure surnaturelle :  

  • 10  M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 485.

Yo te dó por tu penitençia que cada sávado tornes en figura de sierpe del ombligo avajo. E si tú hallas ombre que te quiera tomar por muger, prometiendo que en tal día no te vea ni procure, tú vivirás en tu cuerpo natural y morirás como honesta muger e de ti vendrá muy noble linage. Mas si eres de tu marido a la fin descuvierta, sepas que deves tornar en el tormento primero, en el cual quedarás fasta que venga el Alto Juez a vos juzgar. E tú aparesçerás por tres días delante la fortaleza que tú llamarás de tu nombre, e tú harás grandes gemidos quando será que ella deva canviar e mudar de su señor, e lo mesmo harás quando alguno de tu linage se querrá morir10

7La suite du récit est en quelque sorte annoncée ici de façon prophétique par la mère de Mélusine. Plus allant, le lecteur découvre l’origine de Raymondin et son désarroi au moment où il tue par accident, lors d’une partie de chasse, son oncle, le comte de Poitiers, qui l’avait accueilli pour faire de lui un noble chevalier. Afin de sauver son apparence humaine, la fée doit trouver un époux qui acceptera de ne pas enfreindre le tabou. Elle choisira Raymondin, ce jeune noble désespéré en quête de salut. Mélusine intervient alors en sa faveur et assure son salut et sa gloire grâce à ses conseils avisés. Ils sont alors liés par le secret de l’identité féérique de Mélusine qui n’est, à l’origine, que suggéré et reste dans le champ de l’implicite. Viendra ensuite le récit de la fondation du château de Lusignan et du noble lignage issu de l’union de Raymondin et Mélusine, un lignage marqué par la merveille à travers les spécificités monstrueuses de leurs fils. On suit dès lors les aventures des descendants sous la tutelle de Mélusine qui leur garantit réussite,  gloire et, après des luttes toujours présentées comme justes, la paix. Mais Raymondin brise le tabou et cette trajectoire idéale se clôt avec la fuite de Mélusine sous sa forme d’hybride et les débuts de la décadence de la lignée. Ainsi, la fée tutélaire des Lusignan se situe toujours dans un entre-deux : être cruel condamné à l’hybridité par sa mère pour avoir trahi une figure paternelle défaillante, Mélusine vient à incarner, dans le roman de Jean d’Arras, les valeurs positives, exemplaires, que l’on retrouvait à l’époque dans les romans de chevalerie. C’est dans sa relation à Raymondin que va se construire le rapport ambivalent à la paix de la fée : si Mélusine est garante de paix dans la destinée de du chevalier et de sa descendance, c’est aussi elle qui initiera ses fils à l’art de la guerre –bien que toujours en vue de construire la paix. De la même façon, après avoir été l’instrument de la gloire, de la puissance et de la paix pour son lignage, une fois le tabou brisé par son époux, sa disparition sera la cause de sa décadence.

  • 11 À ce propos, voir par exemple : Françoise CLIER COLOMBANI, « Le beau et le laid dans le Roman de Mé (...)

8La première action de pacification de Melosina est d’assurer le salut de Raymondin et par là-même, de préserver sa propre part d’humanité. Selon la tradition de la fée à la fontaine, la construction du personnage féérique s’élabore à travers une description qui exacerbe la beauté et la féminité de l’être surnaturel11. Elle apparaît de façon soudaine à Raymondin qui, en proie au désespoir, ne voit ni n’entend le groupe des tres muy hermosas doncellas. La magie opère cependant et le destrier de Raymondin, contrairement à son cavalier réagit vivement à la présence de la merveille. Mais ce sont les paroles de Melosina qui sortiront le chevalier de son isolement.

  • 12  M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 514.

E quando Remondín oyó la que tan dulçemente hablava, començóla a mirar. E vista su grand hermosura, fue maravillado como no oviese visto jamás otra más bella12.

9L'ultra-féminisation du personnage entouré exclusivement de femmes et son esthétisation, en contrepoint aux attributs plus obscurs de l’hybride, annoncent le caractère hautement positif de la fée qui s’impose d’emblée comme une figure médiatrice incarnant les valeurs positives –la bonté, la justice, la bienveillance– qu’elle transmettra par la suite à l'ensemble de son entourage masculin. L’espace merveilleux et sa protagoniste marquent un tournant dans l’histoire qui s’oriente vers l’apaisement et le retour à la courtoisie après l’irruption de la violence et de la sauvagerie symbolisée auparavant par le monstrueux sanglier. Mélusine s’impose immédiatement comme conseillère face à Raymondin :

  • 13  Ibid., p. 515.

Por mi fe, Remondín, yo só aquella que, después de Dios, te puede mejor consejar e aun avançar en esta vida mortal, e cumple tornar todos tus malefiçios e penas en bien. […] E yo no menos te digo que te haré el más grande señor que jamás fue visto en tu linaje e más rico e potente13.

10C’est au cours de ce premier échange que Raymondin accepte le pacte qui scelle leur union. Et lorsque, selon ce que lui dicte Mélusine, il demande à son cousin, le nouveau comte de Poitiers, l’autorisation d’épouser cette belle inconnue sans lui poser plus de questions, ce dernier lui donne sa bénédiction et introduit par ses paroles le mot « paix » dans le récit :

  • 14  Ibid., p. 545.

E pues que así querés que sea, yo ruego a Dios que vos dé buena paz e amor e buena ventura. E nós iremos a vuestras vodas e llevaremos la señora, mi madre, e sus donzellas por más vos honrar14.

11Le ton est donné : l’Historia de la linda Melosina sera marquée par la paix ; la paix de Dieu, la paix de Mélusine, et la paix des dames qui apparaîtront au fil du roman. Bien que toujours sous l’autorité divine, c’est néanmoins l’autorité et le pouvoir de Mélusine qui agiront sur la trajectoire diégétique de Raymondin et ce de façon prophétique, la fée annonçant par ses mots les actions qui suivront. Pour donner plus de poids à ce procédé, les interventions de Mélusine sont très souvent rapportées au style direct, scandées par les verbes « hablar » et « dezir ». Elle prodigue ainsi à son époux bien plus que des conseils : elle lui dicte la conduite à suivre et le guide notamment vers la récupération des terres qui devaient lui revenir de droit. Dans cette quête de pouvoir et de légitimité, Mélusine n’hésite pas à mener son époux et ses fils à la guerre pour construire la paix : ce motif est à l’œuvre par exemple dans l’épisode de la récupération des terres de Guérande mais aussi dans la grande part du roman consacrée aux aventures des fils luttant contre les Sarrasins, contre des seigneurs ou des géants à Rhodes, à Chypre, au Luxembourg, ou dans le royaume de Bohême. C’est au cours de la campagne vengeresse de son fils Geoffroy à la Grand Dent que nous découvrons la seconde dame liée, de façon plus profonde encore, à la notion de paix et à ses pratiques féminines.

La muger del capitán Guerín : la sagesse et les mots au service de la paix

  • 15  Louis Stouff, Essai sur Mélusine, roman du XIVe siècle par Jean d'Arras, Dijon : Bellais, 1930, p. (...)

12Si la place centrale de la fée dans le roman et son rôle de conseillère ne sont plus à démontrer, elle n'est en effet pas la seule figure féminine qui ait une action pacificatrice. Ainsi, la muger del capitán Guerín, bien que beaucoup plus discrète dans l’économie du roman, incarne sans doute de façon plus nette le rôle que purent jouer certaines dames dans la gestion des conflits à la fin du Moyen Âge. Elle s’inspire vraisemblablement des interventions pacificatrices menées par certaines épouses en l’absence de leurs maris. Louis Stouff, dans son Essai sur Mélusine, indique ainsi que la dame du Château de Valbruyant, qui apparaît dans la traduction comme la mujer del capitán Guerín, « personnifie trois grandes dames françaises, la dame de Soubise, la comtesse dauphine d’Auvergne et la dame de Plainmartin » qui préservèrent des conflits leur château et leur fief par le biais de la négociation en lieu et place de leurs époux15. Dans l’épisode de l’offensive contre le château de Valbruyant, que Jean d’Arras situe en Irlande, les figures féminines et masculines se construisent en contrepoint : la grandeur d’âme, la sagesse et la subtilité de l’épouse viennent parer à l’absence du seigneur. Devant la menace d’un Geoffroy à la Grand Dent venu mettre un terme au manque d’obédience des seigneurs de ces contrées, détruisant et tuant sans vergogne, Guarino part chercher conseil auprès d’autres chevaliers et laisse sa femme en charge des lieux.  

  • 16 M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 813

Quando el capitán Guerín oyó las nuevas, dixo a su muger:
—Señora, verdad es que contra la fuerça deste diablo yo no podría resistir. Por ende yo partiré de aquí e iré a Montfrín por aver consejo de mi sobrino Guiraldo e de los otros mis amigos, por ver qué se deve hazer en este caso.
E la dueña, que era muy sabia e sotil, dixo que fuesse de parte de Dios
16.

13La dame est ici présentée comme « sabia y sotil ». Contrairement à la description initialement physique de Melosina, la muger del capitán Guerín se définit immédiatement par ses qualités morales et par son adresse, sorte de prolongement dans la praxis des vertus morales et intellectuelles. Grâce à ces vertus qui s’éloignent de la norme des représentations morales de la femme au Moyen Âge, le rôle de l'épouse du capitaine ne se limite pas à l'écouter. Bien au contraire, c'est elle qui propose immédiatement une solution :

  • 17  Loc. cit.

—E guardadvos bien de ser preso, e no partáis dende que no oyáis nuevas de mí, ca con la ayuda de Dios, por ventura yo haré algún trato con Geofre, ca si vós me oviéssedes creído, vós no avríades hecho lo que Claudio e sus hermanos vos hizieron hazer, aunque, a Dios graçias, vós no avés aún rompido vuestra fe contra vuestro señor Remondín.
—Señora –dize Guarino–, hazed lo mejor que podrés, ca yo me fío en vós e creré todo lo que me dirés
17.

  • 18 « E quando el nuevo cavallero de Geofre, que era venido por mensagero, oyó estas palabras, dixo a l (...)

14Comme Raymondin, le seigneur met son destin entre les mains de son épouse. En guise de contre-exemple du couple Raymondin-Mélusine, la femme reproche au capitaine de n’avoir point écouté ses conseils. C’est donc elle qui interviendra auprès de Geoffroy pour ramener la paix dans le fief et éviter tout affrontement. La dame agira alors avec pour seules armes, la parole et la courtoisie qui contrastent avec la force et la cruauté des attaques répétées de Geoffroy et de ses hommes tout au long des scènes épiques qui précèdent l’arrivée au château de Valbruyant. Dans une série de scènes non moins chevaleresques, la muger del capitán Guerín construit la paix par ses déplacements et son action : de la mission d’ambassade à l’art de la parole efficiente, elle met tout en place pour garantir les conditions d’une négociation qui tournera à l’avantage de son époux. Ainsi que l’avait annoncé le messager de Geoffroy, l’intervention féminine « hace la paz »18.

Transfert du roman et nouveaux effets de réel : réception du roman hispanique et de ses figures féminines

15La coïncidence dans le roman des deux figures féminines que nous venons de découvrir nous conforte dans l’idée que ces représentations singulières, marginales dans la littérature de l’époque, tendaient à présenter un schéma nouveau qui s’érigeait en modèle de conduite. Sans lutter elles-mêmes, ces dames agissent sur le destin politique de leur époux et de leur fief. Elles sont plus que des médiatrices : elles assument une véritable responsabilité dans l’issue des nombreux conflits narrés tout au long du roman. Rappelons ici que c’est Mélusine qui prépare le départ à la guerre de ses fils : elle trouve les fonds nécessaires à la campagne militaire, elle arme ses fils, leur offrant notamment les anneaux magiques qui leur assureront la victoire et elle dicte la conduite vertueuse qu’ils devront adopter en toutes circonstances, toujours selon l’autorité de la religion. Un lecteur castillan ne saurait ignorer, nous semble-t-il, la résonance qui s’établit dans les dernières décennies du XVe siècle entre ce personnage et l’image de la reine Isabelle. L’autorité forte de la figure féminine, le lien très fort qu’elle entretient avec la religion, le rôle de guide et de médiatrice de la dame en charge de la destinée de son lignage et de ses gens sont autant de traits qui rappellent les caractéristiques de la souveraine.

16Les paradoxes de la représentation des dames dans l’Historia de la linda Melosina dessinent peu à peu une féminité chevaleresque, que les lecteurs hispaniques avaient déjà pu expérimenter grâce à la diffusion de la Poncella de Francia : à la force surhumaine de la Poncella succèdent les pouvoirs surnaturels de la merveille ; aux combats de la Poncella succède peut-être le désir impérieux de construire la paix incarné par les dames de l’Historia. La Poncella et Melosina partagent en outre une dimension prophétique qui renforce le pouvoir de leur parole mais aussi, comme prolongement extradiégétique de cette influence, la force de l’exempla dans une période où les royaumes hispaniques construisaient l’unité, la concorde et la paix malgré les tensions et les guerres.

17De façon globale, la matière chevaleresque se caractérise par sa capacité à s’adapter au champ de réception envisagé, ce qui assure son succès et sa postérité : elle vise à transmettre les valeurs fondamentales d’une noblesse de cœur et d’armes qui éduqua et fit rêver les lecteurs au fil des siècles du Moyen Âge puis tout au long du XVIe siècle. L’apparition de figures féminines incarnant le rôle de conseillère et d’actrice politique est l’une des grandes nouveautés véhiculées par la traduction au castillan du Roman de Mélusine. Le schéma des récits initiatiques traditionnels et des scènes épiques est modifié pour laisser place aux dames de paix que sont Melosina et la muger del capitán Guerín. Ce fonctionnement en doublon nous permet de penser que ce mode de représentation est véritablement signifiant et que la fonction de ces deux personnages féminins est exemplaire. On n’est pas ici face à une représentation purement fictive car si, dans un premier temps, c’est le caractère merveilleux de Melosina qui lui octroie ce pouvoir de conseil, la femme du capitaine, quant à elle tout à fait ancrée dans la réalité des XIVe et XVsiècles car tout à fait « humaine », assure le lien entre la réalité et la fiction nécessaire à l’établissement de la vraisemblance et, par là-même, renforce les vertus didactiques de l’œuvre.  On serait donc bien face à l'acceptation littéraire, mais aussi politique, de figures féminines protectrices de la lignée et garantes de la paix au sein du royaume. En ce sens, la merveille serait un artifice permettant l'introduction de ce rôle féminin nouveau.

18En 1489, les imprimeurs toulousains sentirent probablement l’intérêt que pourrait susciter au sein du lectorat hispanique un tel roman. Ils avaient aussi dû identifier les références aux grandes figures et aux territoires catalans et aragonais ainsi que les liens que l’auteur et les commanditaires de l’œuvre française avaient pu entretenir avec ces mêmes entités. Nous ne nous attarderons pas ici sur ces considérations qui nous amèneraient trop loin. Nous ne suivrons, dans le cadre de cette étude, que la piste castillane. Dans les travaux récents menés par Elisa Ruiz García sur Los libros de Isabel la Católica, on trouve une analyse qui tendrait à renforcer le fil qui relie l’Historia de la linda Melosina, sa réception dans le champ des lettres hispaniques et l’image politique de la reine. Ainsi peut-on lire :

  • 19  Elisa RUIZ GARCÍA, Los libros de Isabel la Católica : arqueología de un patrimonio escrito, Salama (...)

La atribución a su persona de una versatilidad en materia lingüística y de un gusto por la lectura de esparcimiento responde a una imagen conformada por los cortesanos de su tiempo y por una historiografía benevolente […] Isabel fue consciente de que la cultura escrita era un instrumento muy valioso al servicio del poder […] en definitiva, su interés por promocionar el libro y la lectura fue sobre todo de carácter político19.

  • 20  Notons au passage que c’est aussi l’atelier des frères Cromberger qui imprime une édition de la Po (...)

19Sans aller jusqu’à imaginer qu’Isabelle la Catholique eut en sa possession un exemplaire de l’Historia –ce qui fut néanmoins le cas de celle qu’Elisa Ruiz García nomme sa « fille politique », doña Margarita de Austria–, on peut tout de même penser que la traduction d’un tel roman et l’émergence de ses dames de paix dans l’imaginaire hispanique entrait en résonance avec l’image que la souveraine se plaisait à transmettre d’elle-même et de son royaume. Le projet éditorial des premiers imprimeurs toulousains qui prirent en charge la création de l’Historia de la linda Melosina semble donc tout à fait pertinent. L’existence d’une nouvelle version de cette traduction imprimée à Séville en 1526 par Juan Cromberger semble confirmer l’adéquation entre les attentes du lectorat contemporain et les motifs véhiculés par le roman de Jean d’Arras20. En cela nous adhérons pleinement à la synthèse que dresse Fernando Gómez Redondo dans sa très récente Historia de la prosa de los Reyes Católicos au sein de laquelle l’Historia de la linda Melosina a finalement trouvé sa place ; à propos du remaniement de la matière textuelle entre l’édition toulousaine de 1489 et celle de 1526, il écrit :

  • 21  Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, 2 (...)

Ha de pensarse que entre 1489 y 1526 median no sólo cerca de cuarenta años sino presupuestos ideológicos y culturales de naturaleza diversa. En la primera estampación se insiste en la importancia de la dimensión linajística de la historia; el traductor apenas se aparta del original francés y tan literales llegan a ser sus construcciones sintácticas que, en ocasiones, rayan con la ininteligibilidad; esta impresión de 1489 puede perfectamente vincularse con la ideología inspirada por la misma reina Isabel. En 1526, en cambio, ya hay una conciencia caballeresca afirmada por el éxito editorial del género, así como por la realidad social que sostiene la expansión idealista de Carlos I; esta segunda Melusina concede mayor atención a la aventura y amplifica los episodios con nuevas ideas y comentarios que implican una adaptación de la fuente a otros propósitos de lectura21.

  • 22  Ivy A. Corfis, op. cit., p. 3.

20L’évolution de l’Historia au fil du temps et des changements politiques et idéologiques ne semble faire aucun doute et confirme une fois encore le lien très fort qu’entretenaient la littérature chevaleresque, sous ses différentes formes, et le contexte historique. Il reste néanmoins un détail intrigant que nous signalerons ici en guise de conclusion : si l’Hystoria de la linda Melosina de 1526 s’est éloignée, pourrait-on dire, de l’image de la reine Isabelle de Castille pour laisser place à un lectorat autre et à une réception nouvelle, il n’en demeure pas moins que cette version remaniée est adressée, dès les premiers mots du roman, à la « Muy esclarescida princesa y señora »22. La centralité et l’impact de la représentation des dames pacificatrices que nous venons de présenter nous paraissent donc totalement préservés tout au long de la trajectoire du roman médiéval, et ce jusqu’à la version que les presses sévillanes proposent au XVIe siècle.

Haut de page

Notes

1  Pour plus d’informations sur leRoman de Mélusinede Jean d’Arras et sur sa protagoniste, on pourra consulter avec profit l’édition du roman français préparée par Jean-Jacques Vincensini, Jean D’ARRAS, Mélusine ou La Noble histoire de Lusignan, Paris : Librairie générale française, 2006, ou encore les études suivantes : Arlette Bouloumié (éd.), Mélusine moderne et contemporaine, Angers : L’Âge d’homme, 2001 ; Françoise CLIER-COLOMBANI, La fée Mélusine au Moyen Âge : images, mythes et symboles, Paris : Le Léopard d’or, 1991 ; Donald MADDOX, Sara STURM-MADDOX (éd.), Melusine of Lusignan: Founding Fiction in Late Medieval France, Athens : University of Georgia Press, 1996 ; Matthew W. MORRIS, Jean-Jacques VINCENSINI (éd.), Écriture et réécriture du merveilleux féerique. Autour de Mélusine, Paris : Classiques Garnier, 2012 ; Myriam WHITE-LE GOFF, Envoûtante Mélusine, Paris : Klincksiek, 2008.

2  La légende du Chevalier au Cygne et certains récits médiévaux anglo-normands sont d’autres exemples de cette instrumentalisation du passé. Concernant ces récits généalogiques ou lignagers, on pourra se référer à ces études : Claude Lecouteux, « Mélusine et le chevalier au cygne », Paris : Payot, 1982 ; Catherine Gaullier-Bougassas, « L’invention d’un passé mythique de l’Angleterre dans Waldef etGui de Warewic », in : Pierre Chastang (dir.), Le passé à l’épreuve du présent dans l’écriture au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris : PUPS, 2008, p. 89-102 ; id., « Origines d’un lignage et écriture romanesque : les romans lignagers anglo-normands », in : Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner (éd.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, 2, Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 2002, p. 19-36.

3 Jacques Le Goff et Emmanuel Leroy Ladurie, « Mélusine maternelle et défricheuse », Annales ESC, 1971, p. 587-622.

4 Entre les nombreuses études ayant été menée sur le sujet des fées dans la littérature, outre les travaux déjà cités à propos de la Mélusine, nous signalerons ici : Anita Guerreau-Jalabert, « Fées et chevalerie. Observations sur le sens social d'un thème dit merveilleux », in : Miracles, prodiges et merveilles au Moyen Âge, Actes du 25e congrès de la SHMESP, Orléans, 1994, Paris : Publications de la Sorbonne, 1995, p. 133-150 ; id., « Des fées et des diables. Observations sur le sens des récits "mélusiniens" au Moyen Âge », in : Jean-Marie Boivin et Proisias Mac Cana (dir.), Mélusines continentales et insulaires, Paris : Champion, 1999, p. 105-137 ; Laurence HARF-LANCNER, Les fées au Moyen Âge, Paris : H. Champion, 1984 ; id., Le monde des fées dans l’Occident médiéval,Paris : Hachette littératures, 2003.

5  Deux éditions de la version toulousaine de 1489 sont disponibles : Ivy A. Corfis (éd.), Historia de la linda Melosina, edition, study and notes, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval studies, 1986 ; Miguel Ángel FRONTÓN SIMÓN (éd.), La Historia de la linda Melosina. Edición y estudio de los textos españoles, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1996. Nous citerons le roman en suivant la seconde édition, celle de M. A. FrontÓn SimÓn, qui respecte de façon plus fidèle le texte des trois incunables conservés (British Library, IB. 42463 ; Hispanic Society of America, 18648 ; Bibliothèque Royale de Belgique, B 840).

6  Pour de plus amples informations sur ces œuvres en castillan imprimées à Toulouse à la fin du Moyen Âge, on pourra consulter avec profit les travaux menés dans le cadre du projet « Livres hispaniques à Toulouse à la fin du xve siècle », par exemple à travers les actes de la journée d'études de 2010, « Livres hispaniques à Toulouse à la fin du XVe siècle », publiés dans le Dossier Semyr de la revue Atalaya : Amaia ARIZALETA et Luis GONZALEZ FERNÁNDEZ, « Introducción », Atalaya [En ligne], 13, 2013, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://atalaya.revues.org/1106.

7  Victoria CAMPO, Victor INFANTES (éd.), La Poncella de Francia : la historia castellana de Juana de Arco, Madrid : Vervuert-Iberoamericana, 2006 ; Michel GARCIA (éd. y trad.), J. de GAMBOA, La Pucelle de France : récit chevaleresque, Paris : Mazarine, 2007 ; Lucila LOBATO OSORIO, « La Poncella de Francia: la doncella-caballero y su relación con Isabel I de Castilla », Signos Literarios, 9, 2009, p. 55-74.

8  La date de composition de La Poncella de Francia n’a pu être clairement établie. Michel Garcia avance l’hypothèse selon laquelle ce récit chevaleresque fut rédigé entre 1474 et 1480. M. Garcia, op. cit., p. 213.

9  Carlos Alvar, « Mujeres y hadas en la literatura medieval », in : María Eugenia Lacarra (éd.), Evolución narrativa e ideológica de la literatura caballeresca, Bilbao : Universidad del País Vasco, 1991, p. 21-33.

10  M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 485.

11 À ce propos, voir par exemple : Françoise CLIER COLOMBANI, « Le beau et le laid dans le Roman de Mélusine », in : Le beau et le laid au Moyen Âge [en ligne], Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2000. Disponible sur Internet, consulté le 2 décembre 2014: http://books.openedition.org/pup/4017

12  M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 514.

13  Ibid., p. 515.

14  Ibid., p. 545.

15  Louis Stouff, Essai sur Mélusine, roman du XIVe siècle par Jean d'Arras, Dijon : Bellais, 1930, p. 115-118.

16 M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 813

17  Loc. cit.

18 « E quando el nuevo cavallero de Geofre, que era venido por mensagero, oyó estas palabras, dixo a la dueña :
–Señora, vuestra reqüesta es razonable, e por ende yo vos llevaré ante mi señor Geofre, el qual vós hallarés muy amigable; e creo sin duda que avrés lo que demandarés, ca él era enformado contra el señor Guerín muy malamente, mas yo creo que vuestra demanda hará la paz »
(M. A. FrontÓn SimÓn, op. cit., p. 815).

19  Elisa RUIZ GARCÍA, Los libros de Isabel la Católica : arqueología de un patrimonio escrito, Salamanca : Instituto de Historia del Libro y de la Lectura, 2004, p. 254-255.

20  Notons au passage que c’est aussi l’atelier des frères Cromberger qui imprime une édition de la Poncella au cours de la même décennie.

21  Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, 2, Madrid : Cátedra, p. 1950.

22  Ivy A. Corfis, op. cit., p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Baquedano, « « Paz, amor e buena ventura » », e-Spania [En ligne], 20 | février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/24089 ; DOI : 10.4000/e-spania.24089

Haut de page

Auteur

Laura Baquedano

Université Toulouse – Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA – UMR 5136

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org