Navigation – Plan du site
Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Inês de Castro et la juive de Tolède : un cas de réception active chez Fernão Lopes

Maria do Rosário Ferreira

Résumés

Cette étude essaie d’élucider les origines historiographiques des amours de Pedro du Portugal et d’Inês de Castro, décapitée en 1353 sur ordre du père de Pedro, le roi Alphonse IV. Elevée à une grandeur mythique par des siècles de littérature apologétique d’un côté, objet d’intarissables débats historiques de l’autre, cette histoire d’amour et de mort est devenue un de piliers majeurs de l’identité culturelle portugaise. Sommairement attestée dans la production du XIVe siècle, la relation amoureuse entre Pedro et Inês a pris un développement narratif notable dans les chroniques rédigées dans la première moitié du XVe siècle. Littéraire et conceptuellement modelée à l’image des amours de Alphonse VIII de Castille et de la juive de Tolède (ouvertement condamnées par l’historiographie antérieure), et confortée par un portrait ombrageux de Pedro (identifiable au fou d’amour typique de l’imaginaire médical des passions), la version historiographique primitive de ces amours, probablement due à Fernão Lopes, puise l’authenticité dont elle se pare dans les codifications idéologiques et sociales partagées par le public auquel les chroniques se destinaient, et met l’autorité du discours qui en découle au service de la légitimation de la nouvelle dynastie d’Avis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ramón LORENZO (éd.), La traducción gallega de la Crónica General y de la Crónica de Castilla (2 vol (...)

Et, estando y, [el rrey] pagousse moyto de hũa judia et oluydou a rreyna sua moller [...] en guisa que o nõ podiam partir dela por nemhũa maneyra, nẽ se pagaua tãto de nẽhũa cousa, [...] assy que sse nõ nẽbraua de sy nẽ de seu rreyno nen doutra cousa.
Et os omes boos ouuerõ seu acordo como posessem rrecado ẽno rreyno, por rrazõ daquelle feyto tam mao et tam sem Deus. Et acordarõ que a matassem.
[...] Et cõ este acordo entrarõ ala [...] et mentre os hũus falarõ cõ el rrey, os outros entrarõ hu estaua aquela judia. Et acharõna en muy nobles estrados et degolarõ ela [...]. E desy forõ sua carreyra.
Et el rey, quando o soube, foy muy coytado, tanto que nõ soube que fazer, tã grande era o amor que dela auya
1.

1Ce fragment de la version galicienne-portugaise de la Crónica de Castilla a été extrait de l’épisode de la juive de Tolède, la concubine anonyme trop aimée par le roi de Castille Alphonse VIII qui fut mise à mort par ses conseillers, comme le rapportent dès la fin du xiiie siècle quelques sources bien connues. Il y a bon nombre d’années, lorsque je me suis trouvée face à face avec cette page historiographique, j’ai été saisie par l’étonnement, d’abord, et, ensuite, par un indéfinissable malaise intellectuel : ce texte ne pouvait pas se trouver là. Il produisait un effet de « déjà vu » paradoxal. C’était incongru. Impossible. Parce que l’histoire d’amour et de mort que je venais de lire, je ne la connaissais que trop bien. Elle est, pour ainsi dire, inscrite dans la mémoire nationale portugaise, à une exception près : les protagonistes n’y sont point Alphonse VIII de Castille et la juive de Tolède, mais Pedro de Portugal et Inês de Castro.

  • 2 Il s’agit d’un des mythes majeurs de la culture portugaise, qui, dès le début du xvie siècle, a été (...)
  • 3 Les tombeaux étaient originellement placés à côté l’un de l’autre, dans le bras droit du transept d (...)

2En effet, il suffirait de remplacer « el rey » par « o infante » et « judia » par « donzela » ou « dama » pour que cet extrait évoque irrésistiblement le destin tragique de la belle Inês de Castro, sacrifiée à la raison d’état par les conseillers du roi Alphonse IV du Portugal en raison de la folle passion que lui vouait son royal amant, l’infant héritier du trône de Portugal, devenu plus tard Pedro I, connu sous le surnom de Justicier2. C’est Pedro lui-même, déjà roi, qui mit en marche la transmutation en mythe de la mémoire d’Inês, la glorifiant lors des obsèques les plus macabres que le Moyen Âge européen ait produites, et essayant de figer jusqu’au Jour du Jugement son image couronnée, taillée dans la pierre éloquente des tombeaux d’Alcobaça en attendant la résurrection des corps3.

  • 4 Voir l’édition du texte castillan du même épisode, logiquement antérieur à la traduction, par Patri (...)

3Tous les acteurs canoniques du drame inésien ont leur rôle dans la scène figurée dans cet extrait : le couple d’amoureux, les conseillers/bourreaux, le roi. On y retrouve les circonstances qui, dans la mémoire collective, restent associées à cette mort : les bourreaux qui s’introduisent dans la demeure même de la dame en l’absence de son amant, les conversations avec le roi, placées dans un espace différent et contigu à la fois. La raison justifiant le meurtre coïncide aussi : c’est l’intérêt du royaume, que l’amant, tout engouffré dans son amour, négligeait. Le problème, l’incongruité, l’impossibilité même, est qu’Inês de Castro a été assassinée le sept janvier 1355 ; et le récit qui raconte la mort de la juive de Tolède était déjà écrit un bon demi-siècle auparavant. La version galicienne-portugaise de la Crónica de Castilla date du début du xive siècle, et le fait que l’épisode soit identique dans les manuscrits castillans de cette œuvre montre qu’il appartenait au texte primitif, des dernières années du xiiie4.

La juive de Tolède

  • 5 Georges CIROT, « Alphonse le Noble et la Juive de Tolède », Bulletin Hispanique, 24 (4), 1922, p. 2 (...)
  • 6 Voir chez D. NIREMBERG, « Deviant politics and Jewish Love… », p. 16, 32 et n. 2, le passage releva (...)
  • 7 Voir chez A. ARIZALETA, « Una historia en el margen… », p. 42, 43 et n. 14, le texte de la note ajo (...)
  • 8 Contrairement à ce que considèrent G. HILTY, « ¿Tiene raíces históricas… », p. 509-510, et A. ARIZA (...)

4L’épisode en cause, qui a suscité bon nombre d’études5, rapporte la funeste passion du jeune Alphonse VIII de Castille pour une juive de Tolède avec laquelle il aurait « visco mala vita » pendent sept mois, ou même sept années – les sources diffèrent sur ce point. Bien que cette information se réclame de l’autorité de Rodrigo Jiménez de Rada, les références les plus anciennes à la juive d’Alphonse ne précèdent pas le règne de Sanche IV (elles se trouvent dans le chapitre 21 du Libro de los Castigos e Documentos para bien vivir, daté de 1292-936 ; en note marginale dans le fol. 291 du manuscrit de l’Escurial contenant la version sancienne de l’Estoria de España, postérieure donc à 1289 et ayant probablement été ajoutée dans la première moitié du xive siècle7 ; dans la Crónica de Castilla8).

5Laissant de côté, pour le moment, la Crónica de Castilla, on remarque que les autres sources, qui ne constituent pas des récits à proprement parler, établissent un lien de causalité entre cette longue, intense et luxurieuse affaire d’Alphonse VIII et deux faits bien connus de son règne : la construction du monastère de Las Huelgas, à Burgos (entre 1181 et 1187), d’un côté, et la retentissante défaite d’Alarcos (en 1195), de l’autre. Aussi bien le désastre d’Alarcos (dans les Castigos et dans la note marginale) que la mort de tous les fils mâles du roi et sa succession par voie féminine par le biais de son petit-fils Ferdinand III (seulement dans la note marginale) sont envisagés comme la punition divine du péché du roi castillan avec la Juive, tandis que la fondation de las Huelgas est présentée comme une action pénitentielle cherchant à obtenir la rémission. Ces références acquièrent une forme narrativement développée dans la Crónica de Castilla, où la mort de la Juive et l’amour immodéré que son royal amant éprouvait font leur apparition, configurant ainsi un récit promis à une longue fortune littéraire.

  • 9 Voir, surtout, G. CIROT, « Alphonse le Noble… » et G. HILTY, « ¿Tiene raíces históricas… ».
  • 10 C’est ce qui rend particulièrement suggestives les études d’A. ARIZALETA, « Una historia en el marg (...)
  • 11 A. ARIZALETA, « Una historia en el margen… », se penche sur les mécanismes discursifs et intertextu (...)
  • 12 L’épisode figure dans la Crónica Manuelina interpolada, dans la Crónica de 1344 et dans la Crónica (...)

6Tous les efforts pour valider historiquement ce moment de la vie du roi et l’existence du personnage féminin qui l’aurait suscité ont échoué9. Les études les plus récentes ont abandonné la perspective historiciste, pour centrer leur attention sur le potentiel de représentation que cette figure détient dans le contexte social et politique du xiiie siècle en péninsule Ibérique10. Quoi qu’il en soit, et même si les circonstances et les motivations qui ont présidé à son élaboration demandent encore à être mieux élucidées, l’épisode semble se rattacher à une tradition qui faisait retomber sur le roi la responsabilité du résultat désastreux de la bataille d’Alarcos et qui servait à projeter dans le passé une cause capable de justifier la défaite préalable de celui qui était destiné à devenir le glorieux vainqueur de Las Navas de Tolosa11. La liaison avec la juive de Tolède, attentatoire à Dieu et au le royaume, aurait été la réification de cette culpabilité, narrativisée dans le récit d’amour et de mort transmis par la Crónica de Castilla, et qui s’est par la suite répandu dans l’historiographie ibérique12.

7La juive de Tolède est donc l’héroïne légendaire d’une aventure amoureuse transgressive concernant un roi péninsulaire très puissant, et le récit historiographique qui a immortalisé sa mort n’en constitue, finalement, qu’une belle page de fiction.

Inês de Castro : trente années de mémoire écrite

8Une nouvelle perplexité vient ainsi s’ajouter à l’incompatibilité chronologique entre la date de la mort très réelle d’Inês de Castro et l’établissement du récit de la mort légendaire de la maîtresse d’Alphonse VIII. Comment se fait-il que ce soit l’événement documenté qui copie l’épisode fictionnel ? Est-il admissible qu’un fait surgisse à l’image d’une légende ?

  • 13 A. VASCONCELOS, Inês de Castro… (voir la note 2).
  • 14 António Resende de OLIVEIRA, « As vidas de D. Pedro e de D. Inês de Castro na historiografia mediev (...)

9Essayons de voir ce qui, parmi les circonstances historiques de la vie et de la mort d’Inês de Castro, est passible d’être assimilé au personnage historiographique de la juive de Tolède. Pour ce faire, j’aurai recours aux écrits historiographiques et diplomatiques collectés par António de Vasconcelos dans son étude magistrale sur Inês de Castro, publiée il y plus de trois quarts de siècle mais toujours actuelle13 ; et je prendrai aussi en compte la réévaluation et réinterprétation de ces éléments qui a été entreprise il y a quelques années par António Resende de Oliveira14.

  • 15 Voir A. P. M. COSTA, « As três mulheres… », p. 356, 407.
  • 16 A. VASCONCELOS, Inês de Castro, p. 20-26, présente l’édition de ce pacte destiné à mettre fin aux m (...)
  • 17 Respectivement « Era m.ª ccc.ª lxxxx.ª iii.ª vii. Dies Ianuarii occidit rex alfonsus domnam agnetem (...)

10Inês de Castro était la fille illégitime du noble Pedro Fernández de Castro (petit fils, par voie maternelle, de Sanche IV de Castille, et majordome d’Alphonse XI) et de la dame galicienne Aldonça Soares de Valadares15. Les plus anciennes mentions d’Inês datent de l’année de sa mort. Elles se trouvent dans le diplôme du pacte d’amnistie et concorde célébré en août 1355 entre le roi du Portugal Alphonse IV et son fils et héritier, l’infant Pedro, à cause du « desuayro » (c’est à dire l’inimitié) créée entre les deux « per Razon da morte de Dona Enes e dalgũas outras cousas que des entõ aaca Recrecerom »16. La mort de Dona Inês y est mentionnée à plusieurs reprises, sans aucune précision sur les circonstances dans lesquelles elle avait eu lieu, mais étant par contre abondamment complétée par des références à ceux qui avaient été responsables de la décision de la tuer ou qui, aux côtés du roi, avaient pris part à son exécution, et qui avaient, entre-temps, subi la vengeance de l’infant qui, dans ce document, promettait de les pardonner. Les deux entrées annalistiques à propos de la mort d’Inês, l’une dans le Chronicon Alcobacense et l’autre dans le Livro da Noa, ont sûrement été rédigées peu de temps après l’événement. Dans la première, on peut lire que, le sept janvier 1355, le roi Alphonse tua D. Inês à Coimbra ; la seconde omet le lieu et informe que, à la même date, D. Inês fut décapitée par ordre du roi Alphonse IV17.

  • 18 Voir José MATTOSO (éd.), Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, Portugaliae Monumenta Histórica, Nov (...)
  • 19 Ibid., 32H7, p. 373 (« le roi D. Pedro l’a tué parce qu’il le trouva à blâmer pour la mort de Dona (...)
  • 20 Ibid., 21G15, p. 241 (« l’infant D. Pedro [...] faisait brûler et ravager maints lieux [...] appart (...)
  • 21 Ibid., 21M13, p. 261 et 38Q10, p. 449.
  • 22 Ibid., 21B14 (« le roi Pedro s’est remarié avec l’infante D. Inês, fille de D. Pedro de Castro, et (...)

11Le Livro de Linhagens du comte Pedro de Barcelos, dans la version que nous connaissons aujourd’hui et qui est le résultat d’un remaniement daté d’avant 138318, contient quelques mentions d’Inês de Castro. Il y est question de sa mort au cours de deux épisodes : l’exécution de l’un de ses bourreaux, Pero Coelho, à propos de qui le Livro de Linhagens dit « matou-o el rei dom Pedro porque o culpou na morte de dona Ines de Castro que matou el rey dom Afonso seu padre »19, et l’action exemplaire de D. Álvaro Gonçalves Pereira dans la défense de la ville de Porto, assiégée lorsque « o ifante dom Pedro andava [...] queimando e destroindo muitos lugares [...] a todos os que ele culpava que forom conselheiros na morte da ifante dona Enês de Crasto que el rei seu padre matou »20. Dans les titres où figure le lignage maternel d’Inês, celui de Valadares (38), et la branche du lignage de Castro dont elle est issue (21), le remanieur note sa haute naissance, sa filiation, sa condition bâtarde et sa relation avec l’infant Pedro, sans toutefois mentionner de lien matrimonial21. L’actualisation des données sur la famille royale portugaise que l’on trouve dans le même ouvrage synthétise, dans une simple phrase insérée dans la biographie de D. Pedro, tout ce qu’il était important de savoir à propos d’Inês de Castro selon la perspective généalogique : « Casou outra vez este rei dom Pedro com a ifante dona Enês, filha de dom Pedro de Castro, e fez em ela o ifante dom Joham e o ifante dom Dinis e a ifante dona Beatriz »22. Il faut remarquer l’explicitation du lien matrimonial et la désignation d’Inês comme infanta.

  • 23 A. VASCONCELOS, Inês de Castro, p. 26-28, présente l’édition du témoignage de Pacheco.
  • 24 La bibliographie historique sur le statut de cette union – si le mariage a eu lieu ou pas, et, dans (...)
  • 25 Le premier document qui nie l’existence d’un lien matrimonial entre l’infant Pedro et Inês de Castr (...)
  • 26 La biographie la plus récente d’Inês de Castro, Adelaide Pereira Millán da COSTA, « As três mulhere (...)

12L’élément suivant de cette liste de sources chronologiquement ordonnée est le témoignage de Diogo Lopes Pacheco, conseiller d’Alphonse IV et un des co-responsables de la mort d’Inês de Castro. Il a été interrogé lors d’une enquête menée à Coimbra en mars 138523 en vue de la préparation de la réunion des Cortes du royaume à l’issue desquelles João, Maître d’Avis, fut élu roi du Portugal, anéantissant les prétentions de ses demi-frères João et Dinis de Castro, les enfants d’Inês. Les déclarations de Pacheco sont de la plus grande importance, car elles offrent le premier document où la validité de l’union entre D. Pedro et D. Inês – sûrement l’aspect de leur relation qui a, par la suite, suscité le plus de polémique24 – est mise en question avec des arguments concrets25. Pacheco nie avoir eu connaissance de la réalisation d’un tel mariage, et accumule dans son témoignage des informations sur les empêchements légaux et religieux qui se dressaient contre sa réalisation. Il invoque des questions d’inceste de sang ainsi que d’inceste spirituel, puisque D. Inês, en plus d’être la fille d’un cousin germain de D. Pedro, était aussi, selon le déclarant, la marraine d’un de ses fils. Il ajoute à ces raisons circonstancielles une autre, plus profonde : le manque d’enthousiasme de D. Pedro pour la concrétisation de ce mariage. Pacheco affirme l’avoir entendu refuser l’injonction de son père Alphonse IV pour qu’il se mariât avec D. Inês afin de mettre fin à la situation irrégulière dans laquelle le couple vivait26.

13Il y a une contradiction évidente entre l’information apportée par le Livro de Linhagens et ces déclarations de Diogo Lopes Pacheco. Qui dit vrai ? Qui aurait intérêt à mentir, notamment sur la validité légale de l’union entre l’infant Pedro et Inês ?

  • 27 Voir la note 25.

14Il semble pertinent de s’arrêter sur la valeur des sources historiographiques les plus anciennes, que les historiens tendent à sous-estimer face à l’autorité des documents rédigés dans le cadre des Cortes de 1385. Pour contrecarrer cette perspective tendancieuse et essayer de comprendre ce que les sources les plus proches de la période où Inês de Castro était encore en vie permettent d’affirmer au sujet de son personnage historique, il faut revenir en arrière, à la veille de la crise successorale provoquée en 1383 par la mort du roi D. Fernando, le fils ainé de D. Pedro, issu de son mariage avec Constance Manuel. En effet, y a de fortes raisons de douter de l’impartialité des déclarations et élaborations narratives postérieures au positionnement du bâtard João, Maître d’Avis, et fondateur de la dynastie royale portugaise qui a porté ce nom, en tant que candidat au trône de feu son frère Fernando contre ses frères João et Dinis de Castro. Il n’y a, par contre, aucun motif évident pour suspecter que les informations antérieures – et surtout celles rédigées avant les dernières années de la décennie de 1370, déjà assombries par la crise de succession que la fragile santé de D. Fernando laissait prévoir27 –, ne soient pas fiables.

  • 28 Il faut toutefois rappeler que ce qui est vrai pour les descendants proches d’Inês et de Pedro, not (...)

15Il n’est évidemment pas possible d’affirmer leur exactitude, tout comme il serait impossible de garantir la vérité des informations qui nous sont parvenues sur tant de personnages de la même époque dont il ne reste que quelques courtes notes généalogiques. Pourtant, les historiens ne sont pas enclins à les mettre en cause, tandis que celles ayant trait à Inês de Castro et à sa descendance proche – les vaincus de l’Histoire, il ne faut pas l’oublier28 – sont considérées avec méfiance. De toute évidence, en l’absence des documents et face à l’intense élaboration historiographique postérieure à la crise de 1383, le lien matrimonial entre Pedro de Portugal et Inês de Castro, explicitement affirmé par le remanieur du Livro de Linhagens, aurait difficilement mérité la longue controverse historique dont il fait toujours l’objet.

  • 29 Exception faite du testament du roi D. Fernando dont il a été question dans la note 25.

16Ceci dit, l’ensemble des documents produits avant que la situation politique n’ait exigé les déclarations de Pacheco, transmettent des informations brèves et claires29 : Inês de Castro, issue de la noble famille des Castro, était la troisième femme de Pedro, mère de trois de ses enfants, et avait été exécutée par décision du conseil de son royal beau-père pour des raisons inconnues. Telle est la synthèse de presque trente années d’informations sur Inês de Castro, avant que les événements de 1383 ne propulsent sa vie, ses amours et sa mort de la poussière des archives et de l’obscurité des généalogies jusqu’à la notoriété des enquêtes civiles et des Cortes électives d’un nouveau monarque, ouvrant la voie des élaborations historiographiques vouées à justifier le nouvel ordre qui se bâtissait sur les ruines des attentes – légitimes ou illégitimes, peu importe – des fils nés de son union avec l’infant Pedro.

Amours et mort d’Inês de Castro : la fiction de l’histoire

  • 30 L’aîné, Alphonse, est mort en bas âge, et la mémoire de son existence s’est vite effacée.

17Voilà donc la base objective possible pour la comparaison entre l’Inês de Castro historique et la légendaire juive de Tolède. On constate que, hormis la mort par décapitation, il y a fort peu de points communs. La Juive, par le simple fait de sa naissance, était socialement exclue ; Inês, quoique bâtarde, était l’arrière-petite-fille de Sanche IV de Castille. La Juive semble seule au monde ; Inês était entourée par sa puissante parentèle du lignage de Castro. La légende ne suggère pas que la Juive ait donné des enfants à Alphonse VIII ; l’Histoire reconnaît la naissance de quatre enfants30 de l’union entre Inês et Pedro. Le rôle de la Juive était celui d’une concubine prise dans le mariage du roi avec Éléonore d’Angleterre ; pourtant, rien dans la documentation n’indique qu’Inês n’ait pas occupé le lit de l’infant Pedro en noces légitimes, ni ne suggère une situation d’adultère qui aurait précédé le veuvage de Pedro : les enfants du couple sont nés bien après la mort de l’infante Constance Manuel.

  • 31 Cet épisode est à la base de la pièce « La reine morte », chef-d’œuvre d’Henry de Montherlant datan (...)

18Il faut encore remarquer que le royal amant de la Juive, se repentant de son péché, la désavoue après sa mort, ce qui contraste vivement avec la mise en valeur par Pedro de Portugal de sa relation avec la défunte Inês. C’est ce que montre la façon exacerbée dont il a fait honorer la mémoire d’Inês lorsqu’il est devenu roi, ordonnant l’exhumation et le transport de sa dépouille de Coimbra jusqu’au monastère d’Alcobaça, pour la déclarer reine et lui faire recevoir l’hommage de ses sujets31 avant de l’ensevelir dans le magnifique tombeau qu’il avait fait sculpter et placer vis-à-vis de celui qu’il se réservait pour lui-même. Contrairement à la pénitence que les textes attribuent à Alphonse VIII de Castille, et qui fait ressortir l’illégitimité de sa passion pour la Juive, les actions de Pedro de Portugal instituent de fait, sinon de droit, la validité publique d’un lien matrimonial contracté avec Inês de Castro.

19Rien de ceci n’éclaire la convergence de discours et d’images entre la mise à mort fictionnelle de la juive de Tolède et la tradition de celle, bien réelle, d’Inês de Castro. Le laconisme des informations concernant la fin de cette femme dont la mémoire historique s’articule autour d’une histoire d’amour excessif et marginal l’ayant conduite à un destin tragique est surprenant. On ne trouve aucune justification, aucune description contemporaine de cet événement : il n’y a que les secs renseignements des annales, dont on peut tout juste déduire qu’Inês a été décapitée à Coimbra et que sa mort a été ordonnée par Alphonse IV. La prise de conscience de ce manque de précisions et de détails entraîne une conclusion inattendue : l’épisode de la mort d’Inês de Castro qui a été transmis par l’historiographie dès le xve siècle ne puise sa matière dans aucune des sources contemporaines de cette femme. Et ce qui est vrai pour l’épisode de sa mort s’applique sans faille à toute l’histoire de ses amours.

  • 32 Pour le développement historiographique de ce sentiment, auquel Inês ne participe que dans les écri (...)

20En effet, lorsqu’on s’arrête sur les trente années de mémoire écrite qui s’ensuivent à cet événement (début 1355-début 1385) et qu’on y cherche des traces des sentiments que Pedro de Portugal et Inês de Castro ont éprouvés l’un pour l’autre, on se rend compte que ces sources n’y font la moindre allusion. Il n’y a pas un mot qui permette de fonder le complexe édifice discursif qui donne corps au grand amour que la littérature postérieure véhicule ; les sources n’offrent pas une seule trace du verbe « aimer » en rapport avec le malheureux couple32. On pourrait céder à la tentation de justifier cette absence avec des considérations théoriques sur le manque d’adéquation entre le code historiographique médiéval, la représentation de sentiments en général, et de la passion amoureuse en particulier. Pourtant, ces raisons seraient toute à fait inexactes. N’est-il pas vrai qu’au tournant du xiiie siècle la Crónica de Castilla rapporte qu’Alphonse VIII portait un si grand amour à la juive de Tolède qu’il ne trouvait pas le moyen de se consoler de sa mort ?

21Or, c’est dans l’amour et dans la mort que convergent les destins et la mémoire des deux figures féminines dont cette étude s’occupe. Plus précisément, ils convergent dans la représentation littéraire de la mort violente d’une femme, assassinée sans merci, à l’endroit même où elle avait été installée par l’homme puissant qui l’aimait de façon obsessive. Voilà le lien qui permet d’établir une identité symbolique virtuelle entre les deux personnages historiographiques, Inês et la Juive.

  • 33 Cet auteur, qui est aussi le premier à mentionner la beauté d’Inês et affirme que la liaison amoure (...)

22Malgré le silence des premières sources, les amours de Pedro et d’Inês sont devenus un des faits les plus largement acceptés de la culture portugaise. Mais il s’agit là d’un amour que l’historiographie de la fin du Moyen Âge, et, par la suite, tant de belles pages littéraires, ont enracinée dans la mémoire collective. La première source connue où il est question de l’amour de Pedro pour Inês est datée du 30 mars 1385, à Coimbra, dans une situation surprenante : le témoignage hostile de Diogo Lopes Pacheco, un des tueurs d’Inês, dont il a été question plus haut. Cet amour se prolonge, vers le tournant du xive siècle, sous la plume de Pero López de Ayala, qui, le premier, a réuni dans le même texte l’amour de Pedro et la mort d’Inês, qu’il situe à Santa Clara de Coimbra, apportant ainsi le premier détail circonstanciel de cet évènement33. Et Pedro aimera follement Inês dès le xve siècle, dans tous les croisements littéraires entre Histoire et fiction qui, à travers les temps, ont dessiné le mythe inésien de l’amour au-delà de la mort.

  • 34 Particulièrement tout au long du chapitre 14 de la onzième année de la chronique de Don Pedro, dont (...)
  • 35 Le texte de la reformulation de 1460 selon le manuscrit de Paris (BITAGAP manid 1155) est édité par (...)
  • 36 Ruy de PINA, « Chronica d’elrei Dom Afonso deste nome o iv », in : Crónicas de Rui de Pina (introdu (...)
  • 37 António BRÁSIO, « Duas notas marginais ao problema do casamento de D. Pedro com D. Inês de Castro » (...)
  • 38 Cristóvão Rodrigues ACENHEIRO, Chronicas dos Senhores Reis de Portugal (Collecção de Inéditos de Hi (...)
  • 39 Ayant comme base le manuscrit d’Évora (BITAGAP manid 1491) de la version de la Crónica de 1344 rema (...)
  • 40 La question de l’attribution à Fernão Lopes est traitée en détail, et très solidement argumentée, p (...)
  • 41 Adelino de Almeida CALADO (éd.), Crónica de Portugal de 1419, Aveiro : Universidade, 1998. Le règne (...)

23La convergence entre l’élaboration littéraire de la mort d’Inês de Castro et le récit de la juive de Tolède a été le premier indice textuel de l’obsession présidant à l’amour qui unissait l’infant portugais et la dame galicienne. Nous ne possédons pas le texte où cette opération d’appropriation littéraire s’est originellement concrétisée. Ayala ne présente pas encore un récit à proprement parler sur la mort d’Inês : il éparpille dans son texte34 des éléments sur les personnages et les circonstances du drame, mais ne s’arrête pas sur l’épisode spécifique de la mort. C’est, d’ailleurs, ce qui arrive encore dans la version de la Crónica de 1344 remaniée vers 146035, qui partage avec Ayala l’idée que ces amours ne dataient pas d’avant le veuvage de Pedro. Par contre, les coïncidences discursives entre la mort d’Inês – telle que la véhiculent le chroniqueur Rui de Pina dans sa Crónica de D. Afonso IV36, l’auteur de la chronique de la Biblioteca Manizola37 et Cristóvão Rodrigues Acenheiro38 – montrent que ces trois auteurs reçoivent et retransmettent, avec quelques adaptations, un récit antérieur où ces amours étaient tachées d’adultère39 et où l’épisode de l’exécution d’Inês était déjà raconté selon un modèle narratif tout-à-fait superposable à l’épisode de la juive de Tolède. À mi-chemin entre Ayala et ces textes, se situe le règne d’Alphonse IV de la Crónica de 1419, attribuée à Fernão Lopes40 ; mais la période correspondante aux événements qui nous occupent est tronquée dans tous les exemplaires connus de cet ouvrage41.

  • 42 « Já teemdes ouvido compridamente hu fallamos da morte de D. Enes, a razon por que a el rei Dom Afo (...)
  • 43 Voir F. A. MOREIRA, A crónica de Portugal de 1419…, p. 140-198, 302-303.

24Pourtant, l’affirmation de Fernão Lopes – selon laquelle, dans sa chronique consacrée à ce roi, il aurait parlé à loisir de la mort d’Inês de Castro et des raisons qui l’avaient motivée42 – permet de savoir que son texte perdu sur la mort d’Inês tissait en même temps la description et la justification de cet événement, comme dans le récit concernant la juive de Tolède. Or ce récit, Fernão Lopes le connaissait sûrement, car la Crónica de 1344, qui a été une des sources les plus importantes de la Crónica de 141943, reprend presque textuellement l’épisode de la Crónica de Castilla. En plus, et malgré le manque du récit homologue de Fernão Lopes, ses chroniques de D. Pedro et de D. João I gardent bien des éléments qui montrent qu’il prêtait une grande importance à la relation érotique entre Pedro et Inês, et que la façon dont il la présente est idéologiquement compatible avec celle d’Alphonse VIII et de sa juive.

25Il faut donc considérer que le récit originel de l’épisode canonique de la mort d’Inês de Castro, qui a été repris par l’historiographie de la fin du xve siècle, a été écrit par Fernão Lopes, en s’appuyant sur le modèle narratif fourni par l’épisode de la juive de Tolède.

26Ceci dit, le récit de la mort d’Inês de Castro, tel que la mémoire fondée sur les écrits historiographiques le préserve, se révèle aussi fictionnel que celui de la juive de Tolède dans lequel il plonge des racines qui relèvent de l’imaginaire aussi bien que de l’idéologie. Une conclusion qui fait ressortir la valeur de représentation, en tant qu’élaboration discursive, plus que la valeur documentaire – en tant que transposition d’une réalité factuelle – du récit historiographique.

Fernão Lopes et les amours de Pedro et Inês

  • 44 Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 44, p. 199 : « nom fallamos em amores compostos, os quaaes alg (...)
  • 45 Dans le dernier chapitre (44) de la Crónica de D. Pedro, éd. cit., p. 199-201, Fernão Lopes reprend (...)
  • 46 C’est Fernão Lopes qui, le premier, qualifie d’adultère les amours de Pedro et d’Inês (voir Crónica (...)
  • 47 Fernão Lopes remarque que « muito perdeo elRei de sua boa fama » (« le bon nom du roi fut très tern (...)
  • 48 Les scènes nocturnes à l’ambiance presque orgiaque (voir Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 14, p (...)

27Mettant à profit l’ambiguïté qu’il sait si bien cultiver, Fernão Lopes déclare que les sentiments de Pedro envers Inês relevaient d’un amour fondé non pas sur des fantaisies mais sur la vérité44, tandis que son texte est parsemé de détails qui révèlent le penchant obsessif de ce sentiment45. Sans jamais faire de commentaires directs, il rend manifeste sa nature néfaste par l’accumulation des circonstances transgressives46 et des conséquences funestes pour le royaume47 qui l’accompagnent. Il rapporte soigneusement les actions excessives, voire insensées, auxquelles cet amour mène directement D. Pedro ; mais aussi les comportements bizarres et les décisions stupéfiantes, surtout en ce qui concerne l’application générale de la Justice, qui restent pour toujours associés à la mémoire de ce roi48.

  • 49 Voir Júlio DANTAS, A Doença de D. Pedro I de Portugal (conférence prononcée à la Sociedade de Medic (...)

28Les actions et traits de caractère de Pedro, tel que les chroniques le présentent, ont mené quelques érudits dotés d’un intérêt particulier à la fois pour la médicine et pour la culture portugaise, allié à une foi essentielle dans l’exactitude et la fiabilité des descriptions et informations laissées par Fernão Lopes, à procéder à un type d’enquête qu’on pourrait qualifier d’archéologie médico-littéraire. Ils sont arrivés au diagnostic du roi fou : un épileptique, psychopathe et sadique49.

  • 50 Je ne veux pas dire que Fernão Lopes invente de toutes pièces le roi Pedro inquiété et inquiétant q (...)

29Pourtant, le roi Pedro des chroniques n’a pas réellement existé ; les chroniques n’offrent pas, non plus, de rapport objectif des symptômes : il n’est donc pas possible d’appliquer des grilles cliniques issues des catalogues de maladies mentales produits par la psychiatrie normative des xixe et xxe siècles. Il ne faut pas se méprendre sur la nature du portrait de Pedro esquissé par Fernão Lopes. Il s’agit d’une construction littéraire, représentation codifiée d’un roi dont la personnalité n’a pas été composée pour être lue à la lumière de critères psychiatriques actuels mais en fonction de l’effet de réception qu’elle devait produire chez le public auquel les chroniques se destinaient50.

  • 51 Voir Mary Frances WACK, Lovesickness in the Middle Ages : the Viaticum and its commentaries, Philad (...)
  • 52 Le texte du Viaticum est édité en version bilingue par M. F. WACK, Lovesickness…, p. 186-193.
  • 53 Voir à ce sujet les considérations très pertinentes de M. F. WACK, Lovesickness…, p. 50; l’auteur r (...)
  • 54 Même des situations apparemment sans rapport avec Inês, comme les nuits blanches de Pedro bien des (...)

30Or, si l’on essaie de se situer dans l´horizon culturel du xve siècle, on comprend que l’accumulation de traits déviants que Fernão Lopes a attribués à Pedro laissait voir un homme atteint par la maladie d’amour, cette folie amoureuse qui était décrite dans des traités médicaux bien connus depuis le xiie siècle51. Le Viaticum de Constantin l’Africain, sans doute le plus répandu d’entre eux, l’a définie en une simple phrase : « amore qui eros dicitur morbus est cerebro contiguus »52. L’autorité culturelle prêtée à la médicine et au discours qu’elle produisait sur l’amour en tant que maladie avait comme conséquence que les représentations littéraires de la passion amoureuse puisant dans les descriptions des textes médicaux étaient perçues mimétiquement et interprétées de façon réaliste53. C’est à cet imaginaire de la passion, bâti sur la conception médicale de l’amour érotique inassouvi, que Fernão Lopes a emprunté des traits de caractère et des comportements codifiés, qu’il a travaillés et adaptés littérairement54, de façon à montrer que Pedro de Portugal avait été conduit à toutes ses déraisons par la pathologie de la frustration du désir causée par une obsession amoureuse incontrôlable.

  • 55 Voir Manuela FACCON, La Fortuna de la « Confessio amantis » en la Península Ibérica : el testimonio (...)
  • 56 Sur le Livre 7 et les obligations du gouvernant, voir Peter NICHOLSON, Love & Ethics in Gower's Con (...)

31Remanié à travers les siècles par des écrits inspirés du récit de Fernão Lopes, le mythe inésien est encore de nos jours envisagé comme une histoire d’amour maladivement passionnée et essentiellement marginale. Pour le chroniqueur de la cour d’Avis et pour son public, les résonances du mot amour, sans autre qualificatif, suffiraient peut-être à éloigner les doutes sur le sentiment dont il s’agissait et sur les implications de son évocation. En plus de la clé de lecture fournie par le rapprochement avec les amours d’Alphonse VIII et de sa Juive, il ne faut pas oublier que la reine Filipa de Lencastre, épouse de João I d’Avis, avait fait traduire en portugais cet immense libelle contre la passion amoureuse qu’est la Confessio Amantis de John Gower55. Accompagnant la série des sept péchés mortels et de leur rapport à l’amour, l’œuvre brise cette progression au Livre VII, qui devient un traité sur l’art de bien gouverner où la façon dont le roi use de la loi, de la Justice et de la merci prend une importance capitale56. Plus amant que Roi, Pedro de Portugal, tel qu’il est représenté sous la plume de Fernão Lopes, ne répondait sûrement pas aux critères du bon gouvernant selon Gower.

Amour et mariage : l’union impossible

  • 57 Pour la caractérisation de l’amour courtois en tant que phénomène littéraire et social, voir le tex (...)
  • 58 La preuve que, dans le tournant du xve siècle ibérique, les codes courtois qui dissociaient l’amour (...)

32Le concept d’amour entre un homme et une femme était, depuis le xiie siècle, le produit d’une codification littéraire très élaborée, partiellement fondée sur le discours médical mais nettement détachée des émotions réelles, et qui, sous le nom d’amour courtois, s’est prolongée au moins jusqu’aux débuts de l’Âge Moderne57. Grâce à cette codification, le sentiment amoureux avait acquis dans l’imaginaire médiéval un fort potentiel dissociatif vis-à-vis de la notion institutionnelle de mariage58, ce qui lui prêtait une valeur positive ou négative selon le contexte où il était évoqué. Dans le cas de la juive de Tolède, la concubine maudite qui écartait son amant des devoirs envers son Dieu, son royaume et ses sujets, il ne pouvait point y avoir de doute. Modeler l’amour de Pedro et d’Inês à l’image de celui d’Alphonse VIII et de sa Juive, qualifier, en plus, les sentiments du roi justicier de folie amoureuse, était une façon de pointer du doigt l’illégitimité de cette liaison, intrinsèquement incompatible avec un lien matrimonial, et de rendre évident son potentiel néfaste : il ne pouvait s’agir que d’une affaire d’amants et, qui plus est, d’amants condamnés.

  • 59 Le discours délégitimant de João das Regras emplit intégralement les chap. 186-187 de la Chronica d (...)

33Par le rabaissement qu’elle implique de la relation entre Pedro de Portugal et Inês de Castro, cette ligne discursive du premier chroniqueur de la dynastie d’Avis fonctionne comme une réplique, au niveau de l’imaginaire, de l’argumentation du juriste João das Regras aux Cortes de Coimbra, rapportée (ou refaçonnée) par Fernão Lopes dans sa Chronica de D. Joham I59, et qui procède à la démonstration logique de l’inexistence d’un mariage entre le père et la mère des demi-frères de João, Maître d’Avis, et donc de la nullité de leurs droits de succession. Cette double stratégie, qui renforce – dirait-on – d’une façon subliminale le poids des données rationnelles s’opposant à la concrétisation de ce mariage avec des éléments subjectifs qui le rendent invraisemblable vis-à-vis des conceptions contemporaines de l’amour, répond de façon très efficace aux exigences de la mission que l’écriture de Fernão Lopes était censée accomplir : la légitimation par le discours historique de João I d’Avis et de sa nouvelle dynastie dans le royaume du Portugal.

34C’est ce qui justifie l’appropriation par le chroniqueur d’Avis de la mort de la juive de Tolède, ainsi instituée dans l’historiographie ibérique en tant que préfiguration de celle d’Inês de Castro. Cette mort évocatrice d’une forme d’amour qui rendait inévitable, au niveau de l’imaginaire, l’illégitimité du lien qui unissait le couple portugais, était instrumentale pour discréditer les droits de succession des descendants d’Inês de Castro. En effet, se dressant contre l’image d’union matrimoniale publique et consacrée projetée par Pedro de Portugal avec les tombeaux jumeaux d’Alcobaça où reposent les deux amants, l’amour fou que, dans la version officielle de leur histoire, Fernão Lopes prête au roi justicier, a enseveli sous le poids des codifications littéraires partagées la possibilité même de leur mariage.

De l’authenticité à l’autorité

35L’historiographie n’est pas l’Histoire ; elle est discours, discours historique, qui ne se nourrit pas de faits mais de sources, et qui tisse des mots et des images portant un poids et un sens que le public doit saisir et dont il doit accepter l’authenticité.

  • 60 La liste des livres qui appartenaient à Duarte d’Avis, le commanditaire des œuvres de Fernão Lopes, (...)
  • 61 Le Leal Conselheiro, daté de 1437-38 (édition électronique dirigée par João DIONÍSIO, Madison : Uni (...)

36Le pacte de lecture à la cour d’Avis, comme celui d’autres cours ibériques et européennes à la même époque, ne se passait pas du partage d’un univers littéraire assez vaste60, et d’un imaginaire social où la représentation des passions avait une place majeure61.

  • 62 Voir, à ce propos, les notes 43 et 44.

37Telle que Fernão Lopes la donne à voir, la relation entre le roi Pedro de Portugal et Inês de Castro, marquée par la transgression et l’excès, est le produit littéraire de deux opérations de modélisation qui s’appuyaient sur un tel pacte de lecture et qui servaient à vernir d’authenticité l’objet même du discours. L’assimilation conceptuelle de cette relation aux amours d’Alphonse VIII de Castille et de la Juive de Tolède sous le prisme de l’épisode de la mort de la Juive, sert de base. Le statut de vérité de ces amours maudits, garanti par leur inclusion dans une œuvre historiographique antérieure et prestigieuse, donnait ainsi de la vraisemblance à l’histoire de Pedro et Inês62. L’effet de réel ainsi produit était renforcé par la construction négativement marquante du portrait de Pedro en consonance avec le prototype du fou d’amour codifié par le discours médical, tacitement reconnu parce que bien gravé dans l’imaginaire de la cour d’Avis, hanté par l’ombre du péché en général, et de celui de la chair en particulier.

38C’est l’authenticité forgée de ces amours hors-norme qui rend efficaces les manœuvres rhétoriques et idéologiques exigées par la mission légitimatrice de Fernão Lopes vis-à-vis de la maison d’Avis, et qui, finalement, autorise le discrédit du lien matrimonial entre Pedro de Portugal et Inês de Castro. Dès lors, et pour toujours, Pedro sera, avant tout, le fol amant de la belle Inês.

39Telle est l’autorité que peuvent détenir, au fil des âges, les représentations discursives contextuellement opportunes et puissantes du point de vue de l’imaginaire, ourdies avec subtilité et art par ceux qui ont affaire à la création de l’illusion de vérité que l’on nomme écriture historiographique.

Haut de page

Notes

1 Ramón LORENZO (éd.), La traducción gallega de la Crónica General y de la Crónica de Castilla (2 vol.), Orense : Instituto de Estudios Orensanos Padre Feijoó, 1975-1977, 1, p. 716-717 (chap. 419).

2 Il s’agit d’un des mythes majeurs de la culture portugaise, qui, dès le début du xvie siècle, a été à l’origine d’un grand nombre d’œuvres littéraires et artistiques, portugaises mais aussi étrangères (voir à ce sujet Maria Leonor Machado de SOUSA, Inês de Castro : um tema português na Europa, Lisbonne : ACD, 2004). La critique historique et littéraire a consacré bien des pages aux malheureuses amours dont il y est question. Voir, pour une étude fondatrice sur la création du mythe, António de VASCONCELOS, Inês de Castro. Estudos para uma série de lições no curso de História de Portugal, Coimbra : Faculdade de Letras, 1928. Le clairvoyant ensemble d’études qu’a consacré à ce thème Jorge de SENA, « Inês de Castro : Literatura Portuguesa de Fernão Lopes a Camões e História Social de D. Afonso IV a D. Sebastião », in : Estudos de História e de Cultura, Lisbonne : Revista Ocidente, 1967, p. 123-621, quoique dépassé en certains aspects, est toujours une référence. Il serait trop long de présenter ici un inventaire des plus importants travaux concernant cette figure historique. Je renvoie donc à la bibliographie préparée par Adrien ROIG, Inesiana ou bibliografia geral sobre Inês de Castro, Coimbra : Imprensa da Universidade, 1986, et aussi au catalogue très détaillé Inês Castro 1355-2005 – Exposição bibliográfica, Lisbonne : Biblioteca Nacional, 2005. La biographie la plus récente d’Inês de Castro, sous la responsabilité d’Adelaide Pereira Millán da COSTA, « As três mulheres de Pedro I », in : Vanda Lourenço MENINO et A. P. M. COSTA, A rainha, as infantas e a aia, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2012, p. 215-490, présente une bibliographie assez exhaustive sur les titres les plus récents, surtout ceux se rattachant à la problématique historique. Pour une approche plus actualisée des questions littéraires autour de ce thème, voir Daniel ARANJO, « Inês de Castro, la Reine morte : mythe et réalité », Babel [En ligne], 27, 2013. URL : http : //babel.revues.org/3389 ; DOI : 10.4000/babel.3389. Consulté le 6 octobre 2014.

3 Les tombeaux étaient originellement placés à côté l’un de l’autre, dans le bras droit du transept de l’église du monastère d’Alcobaça ; ils s’y trouvent toujours, mais placés chacun dans l’un des bras du transept, pieds contre pieds. Celui de Pedro porte une inscription où l’on peut lire lire « Atá a fin do mundo ». De la vaste bibliographie sur l’iconologie de ces tombeaux, il faut rappeler les études de Reynaldo dos SANTOS, « A iconografia dos Túmulos de Alcobaça », Lusitânia, 1, 1923, p. 83-90 ; A. de Vasconcelos, Inês de Castro (Parte II – Os Túmulos) ; Carlos Alberto Ferreira de ALMEIDA, « A roda da fortuna/roda da vida do túmulo de D. Pedro, em Alcobaça », Revista da Faculdade de Letras [do Porto] - História, 8, 1991, p. 255-263; Serafin MORALEJO, « El "Texto" Alcobacense sobre los Amores de D. Pedro y Dª Inês », in : A. NASCIMENTO et C. A. RIBEIRO (éd.), Actas do IV Congresso da Associação Hispânica de Literatura Medieval, Lisbonne : 1993, vol. 1, p. 71-89 ; José Custódio Vieira da SILVA, « Os túmulos de D. Pedro e de D. Inês, em Alcobaça », Portugália (Nova série), 17-18, 1966/1967.

4 Voir l’édition du texte castillan du même épisode, logiquement antérieur à la traduction, par Patricia ROCHWERT-ZUILI (éd.), « VII. Alfonso VIII en Castilla, Fernando II en León », in : Crónica de Castilla (Les livres d’E-Spania, « Sources », no 1), PARIS : SEMH-Sorbonne, 2010, chap. 10, §40-41. URL : http : //e-spanialivres.revues.org/186. Pour la datation de l’œuvre, voir id., « Introduction », in : ibidem. URL : http : //e-spanialivres.revues.org/137. Consulté le 6 octobre 2014.

5 Georges CIROT, « Alphonse le Noble et la Juive de Tolède », Bulletin Hispanique, 24 (4), 1922, p. 289-306 ; Élie LAMBERT, « Alphonse de Castille et la Juive de Tolède », Bulletin Hispanique, 25 (4), 1923, p. 371-394 ; Nancy Joe DYER, « Alfonsine historiography : the literary narrative », in : Robert I. BURNS (éd.), Emperor of Culture : Alfonso X, the Learned of Castille and his Thirteenth Century Renaissance, Philadelphia : University Press, 1990, p. 141-158, p. 148-158 ; Gerold HILTY, « Die Jüdin von Toledo. Entstehung und Frühgeschichte des Motivs in der spanischen Literatur », in : Angelika MAASS et Bernhard HEINSER (éd.), Verlust und Ursprung. Festschrift für Werner Weber, Zürich : Ammann Verlag, 1989, p. 241-267 y 514-515 et id., « ¿Tiene raíces históricas el motivo de la judía de Toledo? », in : Carmen PARRILLA et Mercedes PAMPÍN (éd.), Actas del IX Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, La Coruña : Toxosoutos, 2005, p. 505-516 ; Amaia ARIZALETA, « Una historia en el margen : Alfonso VIII de Castilla y la Judía de Toledo », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, 28, 2005, p. 37-68 ; et David NIREMBERG, « Deviant politics and Jewish Love : Alfonso VIII and the Jewess of Toledo », Jewish History, 21, 2007, p. 15-41.

6 Voir chez D. NIREMBERG, « Deviant politics and Jewish Love… », p. 16, 32 et n. 2, le passage relevant des Castigos.

7 Voir chez A. ARIZALETA, « Una historia en el margen… », p. 42, 43 et n. 14, le texte de la note ajoutée en marge du manuscrit contenant la version sancienne.

8 Contrairement à ce que considèrent G. HILTY, « ¿Tiene raíces históricas… », p. 509-510, et A. ARIZALETA, « Una historia en el margen … », p. 38-40, la mention, dans la Crónica de Veinte Reyes d’un péché du roi Alphonse VIII qui aurait été la cause de la défaite d’Alarcos (éd. César HERNÁNDEZ ALONSO, Crónica de Veinte Reyes, Burgos : Ayuntamiento de Burgos, 1991, XIII. 25, p. 280), qu’il faut sans aucun doute rattacher à l’épisode de la Juive, n’a pas de pertinence pour illustrer les phases du développement précoce de la légende. En effet, la section qui, dans la Crónica de Veinte Reyes, suit la mort du roi Ferdinand II de León ne correspond plus au texte alphonsin de la version critique de la Estoria de España (voir Inés FERNÁNDEZ-ORDOÑEZ, Versión crítica de la Estoria de España, Madrid : Seminário Menéndez Pidal, 1993, p. 114, 244-245, 255-256. Comme l’a montré Luís Filipe Lindley CINTRA, Crónica Geral de Espanha de 134 vol. 1 (Introdução), Lisbonne : Academia Portuguesa de História/Imprensa Nacional Casa da Moeda, 1951, p. cclxxxiv-cclxxxv, cette section de la Crónica de Veinte Reyes transpose le texte de la Crónica de Castilla. La CVR retient le renvoi vers l’histoire de la Juive qui se trouve au chapitre 502 de la CC. La version complète y figure quelques folios auparavant, au chapitre 491, que la CVR n’a pas reproduit.

9 Voir, surtout, G. CIROT, « Alphonse le Noble… » et G. HILTY, « ¿Tiene raíces históricas… ».

10 C’est ce qui rend particulièrement suggestives les études d’A. ARIZALETA, « Una historia en el margen… », et de D. NIREMBERG, « Deviant politics and Jewish Love… ».

11 A. ARIZALETA, « Una historia en el margen… », se penche sur les mécanismes discursifs et intertextuels qui servent à construire cette causalité.

12 L’épisode figure dans la Crónica Manuelina interpolada, dans la Crónica de 1344 et dans la Crónica Ocampianna.

13 A. VASCONCELOS, Inês de Castro… (voir la note 2).

14 António Resende de OLIVEIRA, « As vidas de D. Pedro e de D. Inês de Castro na historiografia medieval portuguesa », in : Maria do Rosário FERREIRA, Ana Sofia LARANJINHA e José Carlos Ribeiro MIRANDA (éd.), Seminário Medieval 2007-2008, Porto : Estratégias Criativas, 2009, p. 113-125.

15 Voir A. P. M. COSTA, « As três mulheres… », p. 356, 407.

16 A. VASCONCELOS, Inês de Castro, p. 20-26, présente l’édition de ce pacte destiné à mettre fin aux méfaits que Pedro commettait « à cause de la mort de Dona Inês et d’un nombre d’autres choses qui s’étaient produites après cet évènement ».

17 Respectivement « Era m.ª ccc.ª lxxxx.ª iii.ª vii. Dies Ianuarii occidit rex alfonsus domnam agnetem colimbrie » et « Era m. ccc. Nonagesima tertia vii. Dies Ianuarii decolata fuit Doña Enes per mandatum domini Regis Alfonsi iiij », apud A. VASCONCELOS, Inês de Castro, p. 19-20.

18 Voir José MATTOSO (éd.), Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, Portugaliae Monumenta Histórica, Nova Série, vol. II/1, Lisbonne : Academia das Ciências, 1980, p. 41-50 de l’introduction.

19 Ibid., 32H7, p. 373 (« le roi D. Pedro l’a tué parce qu’il le trouva à blâmer pour la mort de Dona Inês que le roi Alphonse son père avait tuée »).

20 Ibid., 21G15, p. 241 (« l’infant D. Pedro [...] faisait brûler et ravager maints lieux [...] appartenant à ceux qui avaient conseillé la mort de l’infante D. Inês de Castro que son père a tuée »).

21 Ibid., 21M13, p. 261 et 38Q10, p. 449.

22 Ibid., 21B14 (« le roi Pedro s’est remarié avec l’infante D. Inês, fille de D. Pedro de Castro, et elle lui a donné deux fils, les infants D. João et D. Dinis, et une fille, l’infante D. Beatriz »).

23 A. VASCONCELOS, Inês de Castro, p. 26-28, présente l’édition du témoignage de Pacheco.

24 La bibliographie historique sur le statut de cette union – si le mariage a eu lieu ou pas, et, dans le premier cas, s’il a eu ou non une certaine validité, en fonction de la loi canonique et civile – est immense, bien connue, fort répétitive, tendancieuse (dans la plupart des cas) soit dans un sens, soit dans l’autre, et pas déterminante. Le débat tourne sur lui-même, et ne sera probablement jamais résolu. Me situant dans une perspective socio-littéraire, il me semble bien plus important d’essayer de comprendre les stratégies de légitimation ou de son contraire construites autour de cette union plutôt que de discuter la véracité et la validité (ou non) des circonstances de sa réalisation. C’est pourquoi je rappelle quelques pages de Jorge de SENA, « Inês de Castro… », p. 197-204 (chapitre « O Casamento de Pedro e Inês »), assez peu citées, mais très intéressantes par la nouveauté de l’argumentation. Le critique, plus concerné par ce que l’on pourrait appeler un « effet de mariage » que par le mariage en soi, réfléchit sur la date de 1360 choisie par Pedro pour révéler que son lien avec Inês était bien de nature matrimoniale et sur le délai de cette annonce face aux événements qu’elle concerne (Pedro était roi depuis 1357, Inês était morte en 1355, Pedro a daté le mariage de janvier 1353), à la lumière des conditions de validation juridique des unions publiquement reconnues depuis un certain nombre d’années (sept, dans ce cas).

25 Le premier document qui nie l’existence d’un lien matrimonial entre l’infant Pedro et Inês de Castro est le testament du roi D. Fernando, daté de 1378 (édité par Salvador Dias ARNAUT, A crise nacional dos finais do séc. XIV : a sucessão de D. Fernando, Coimbra : Faculdade de Letras, 1960, p. 291-295), qui sert à soutenir l’illégitimité des enfants d’Inês de Castro et à contester leurs éventuels droits sur le trône du Portugal. Il faut se rappeler que D. Fernando, qui selon les sources était maladif et faible, n’avait qu’une fille, Beatrice, alors âgée de cinq ans. La question de la succession était, donc, à l’ordre du jour. En plus, dans le cadre des relations politiques très tendues entre le Portugal et la Castille autour de la question Trastamare, le bon accueil fait par la cour de Jean Ier aux infants de Castro, notamment à D. João, exilé du royaume, aussi bien que les accusations d’invalidité (rapportées par des chroniques aragonaises) à l’encontre du mariage de D. Fernando lui-même, affaiblissaient la position du roi du Portugal face à ses demi-frères et menaçaient la légitimité de sa fille, ce qui ne pouvait pas manquer de le pousser à la défense de ses prérogatives dynastiques (voir Rita Costa GOMES, D. Fernando, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2005, p. 147-148). Il est intéressant de remarquer l’approche dont le mariage entre Pedro et Inês fait l’objet dans ce testament : il ne nie pas que le couple ait échangé des vœux nuptiaux (« posto que algumas palavras antre eles tenham sido ditas »), mais considère qu’il n’y a pas eu de mariage reconnu (« não foi matrimonio […] nem foi ende voz nem fama »). Le manque d’arguments contre le mariage est palpable avec la brève mention à la proche parenté entre les membres du couple, qui était pourtant sauvegardée par la bulle de dispense papale de 1325 (émise lorsque Pedro n’avait pas encore cinq ans et que ses noces avec sa cousine Blanche de Castille étaient en préparation), autorisant le mariage de l’infant avec toute femme au-dessus du quatrième degré de parenté. Bien qu’elle soit mentionnée dans des documents antérieurs, le testament semble l’avoir oubliée (voir A. P. M. COSTA, « As três mulheres… », p. 429).

26 La biographie la plus récente d’Inês de Castro, Adelaide Pereira Millán da COSTA, « As três mulheres… », p. 411-434, fait passer par le tamis critique toute l’information disponible sur ce mariage. L’auteure ne semble pas convaincue que ce mariage clandestin corresponde à une invention tardive de D. Pedro, ni qu’il n’ait pas été juridiquement valable, même si sa célébration avait été irrégulière selon les préceptes des synodes hispaniques récents. La pièce centrale de son analyse est précisément le témoignage essentiel de Diogo Lopes Pacheco, qu’elle démonte avec beaucoup de finesse. L’auteur ne manque pas de repérer les incohérences internes qui le jonchent, et fait ressortir un nombre substantiel de faits sur lesquels il se fonde mais qui n’ont absolument pas d’autre attestation que la parole de Pacheco. Elle en vient même à douter de l’existence de l’infant Luís, un fils de Pedro et de Constance Manuel, qu’aucune source antérieure ne mentionne, mais que Pacheco déclare avoir été le filleul d’Inês.

27 Voir la note 25.

28 Il faut toutefois rappeler que ce qui est vrai pour les descendants proches d’Inês et de Pedro, notamment pour les deux fils du couple, va être inversé au cours des générations suivantes. Le roi Alphonse V, petit-fils de Jõao Ier d’Avis, était, par sa mère et toujours par voie féminine, l’arrière-arrière-petit-fils de Pedro et d’Inês de Castro. La fille du couple, Beatrice, s’était mariée avec Sanche de Castille, fils d’Alphonse XI et comte d’Albuquerque, et leur fille, Leonor, épouse de Ferdinand Ier d’Aragon, a eu une descendance des plus illustres, dont nombreuses têtes couronnées en plusieurs royaumes d’Europe (ver J. SENA, « Inês de Castro… », p. 272-277).

29 Exception faite du testament du roi D. Fernando dont il a été question dans la note 25.

30 L’aîné, Alphonse, est mort en bas âge, et la mémoire de son existence s’est vite effacée.

31 Cet épisode est à la base de la pièce « La reine morte », chef-d’œuvre d’Henry de Montherlant datant de 1942 et représenté la même année à la Comédie Française.

32 Pour le développement historiographique de ce sentiment, auquel Inês ne participe que dans les écrits du XVe siècle, voir A. RESENDE, « As vidas de D. Pedro e de D. Inês… ». Il y a peut-être un texte non historiographique élaboré aux environs de la mort d’Inês de Castro qui fait allusion à ces amours : il s’agit d’un poème de David ben Yom Tov ibn Bilia, juif portugais, philosophe, traducteur et astronome, connu à Coimbra pendant la première moitié du xive siècle (Fred SKOLNIK et ‎Michael BERENBAUM, Encyclopaedia Judaica, Jerusalem : Keter, 2007, 9, p. 662). Ce poème, où ibn Bilia chante son chagrin d’amour et déclare que ses malheurs sont moindres par rapport à ceux de Pedro et Inês, est mentionné par M. L. M. SOUSA, « Inês de Castro… », p. 39, et à sa suite par quelques autres auteurs, mais aucun n’en présente le texte, et il ne m’a pas été possible de le trouver.

33 Cet auteur, qui est aussi le premier à mentionner la beauté d’Inês et affirme que la liaison amoureuse de Pedro n’a eu lieu qu’après la mort de sa femme, Constance Manuel, parle d’Inês et de sa mort dans deux chapitres de sa chronique (voir Pero López de AYALA, Crónicas de los Reyes de Castilla, t. I (Crónica del Rey Don Pedro, fijo del Rey don Alfonso deceno de este nombre en Castilla), Madrid : Imprenta de Antonio de Sancha, 1779, p. 111 (año quarto, chap. 26) et p. 310-311 (año onceno, chap. 14).

34 Particulièrement tout au long du chapitre 14 de la onzième année de la chronique de Don Pedro, dont il est question dans la note antérieure.

35 Le texte de la reformulation de 1460 selon le manuscrit de Paris (BITAGAP manid 1155) est édité par L. F. L. CINTRA, « Apêndice III : Continuação da história dos reis de Portugal própria do Ms. P », in : id., Crónica Geral de Espanha de 1344, vol. 4, Lisbonne : Academia Portuguesa de História/Imprensa Nacional Casa da Moeda, 1990, p. 537-546). L’épisode d’Inês de Castro, très bref, s’y situe p. 538.

36 Ruy de PINA, « Chronica d’elrei Dom Afonso deste nome o iv », in : Crónicas de Rui de Pina (introdução e revisão de M. Lopes de Almeida), Porto : Lello & Irmão, 1977, p. 435-467, chap. 64, p. 464-466. L’ouvrage fondamental de Filipe Alves MOREIRA, A Crónica de Portugal de 1419. Fontes, Estratégias e Posteridade, Lisbonne : Fundação Calouste Gulbenkian, 2013, apporte une perspective ample, actualisée et novatrice des questions concernant cette chronique si négligée par les études.

37 António BRÁSIO, « Duas notas marginais ao problema do casamento de D. Pedro com D. Inês de Castro », Anais da Academia Portuguesa da História, 2º Série, 12, 1962, p. 97-112, p. 103-112, présente l’édition de la section correspondante de la chronique de la Biblioteca Manizola.

38 Cristóvão Rodrigues ACENHEIRO, Chronicas dos Senhores Reis de Portugal (Collecção de Inéditos de Historia Portuguesa, t. V, édition facsimilée), Lisbonne : Imprensa Nacional Casa da Moeda, 1936, p. 108-110.

39 Ayant comme base le manuscrit d’Évora (BITAGAP manid 1491) de la version de la Crónica de 1344 remaniée vers 1460, J. SENA, « Inês de Castro… », p. 269-272, se penche sur la spécificité des informations qu’elle apporte sur Inês de Castro. Il remarque l’inexistence d’adultère (insinué ou affirmé dans les textes de Pina, d’Acenheiro et de la Biblioteca Manizola), aussi bien que la façon brutale dont ce texte fait ressortir la responsabilité d’Alphonse IV dans la mort d’Inês (l’expression « el rey […] a matou » qu’on y trouve porte bien des échos des Annales et du le Livre de Lignages), et considère que ces éléments sont des indices clairs de la distance (idéologique et textuelle) de cette version face à ce qu’on connait des écrits de Fernão Lopes et surtout des récits correspondants de Rui de Pina. Si on ajoute à ces éléments, révélateurs d’une divergence profonde de point de vue, l’écart entre la structure du bref rapport de la chronique remaniée vers 1460 (où la mort d’Inês est une simple référence à un événement passé), et celle des récits autrement complexes de Pina, d’Acenheiro et de la Crónica Manizola (qui ouvrent un espace de narration où la mort d’Inês aux mains des conseillers/bourreaux mandatés par le roi est racontée en détail), il me semble hors de doute qu’il ne s’agit pas de textes issus d’un même récit de base. Je ne peux donc pas souscrire à la perspective de F. A. MOREIRA, A Crónica de Portugal de 1419..., p. 329-341, qui propose une source commune (la Crónica de 1419), pour l’épisode du texte d’environ 1460 et pour ceux de Pina et d’Acenheiro. La synthèse de l’épisode selon ces trois versions qui est proposée par l’auteur (id., ibidem., p. 337) reprend presque à la lettre le texte d’environ 1460, mais est inexacte pour les deux autres. Pour ne parler que de l’aspect le plus pertinent pour cette étude, ni le texte de Pina ni celui d’Acenheiro n’autorisent la formulation « a conselho de Diogo Lopes Pacheco, Pero Coelho e Álvaro Gonçalves, o rei matou-a [Inês] nos paços de Santa Clara » (ibidem., p. 337). En effet, ces récits absolvent le roi du rôle de tueur, en levant toute ambiguïté : Inês est assassinée par les conseillers. Sur bien des aspects, ce que, dans sa brièveté, la Crónica de 1344 remaniée vers 1460 rapporte sur Inês de Castro est plus proche des informations véhiculées par Ayala, dans les deux chapitres cités plus haut, que des récits de Pina et d’Acenheiro. Je ne nie pas que le remanieur de 1460 ait connu la Crónica de 1419, et notamment la version de la mort d’Inês de Castro transmise par cette chronique. La preuve est qu’il a incorporé à son récit un commentaire sur la cruauté de cette mort, étranger aux sources antérieures mais que l’on trouve aussi chez Pina et Acenheiro, et qui s’accorde assez bien avec l’image d’Alphonse IV qui se dégage du court récit de 1460. Pourtant, pour ce qui est des circonstances de ces amours et de l’exécution d’Inês, le remanieur semble avoir choisi de se rabattre sur d’autres sources.

40 La question de l’attribution à Fernão Lopes est traitée en détail, et très solidement argumentée, par F. A. MOREIRA, A Crónica de Portugal de 1419…, p. 47-96.

41 Adelino de Almeida CALADO (éd.), Crónica de Portugal de 1419, Aveiro : Universidade, 1998. Le règne d’Alphonse IV, dont le texte conservé présente beaucoup de discontinuités, se trouve p. 220-268.

42 « Já teemdes ouvido compridamente hu fallamos da morte de D. Enes, a razon por que a el rei Dom Afonso matou […] », Damião PERES (éd.), Crónica de D. Pedro I de Fernão Lopes, Porto : Civilização, 1965, chap. 27, p. 125. En plus, la chronique porte de brèves indications du type « como dissemos » « como ouvistes » lorsque le chroniqueur remémore les évènements concernant Inês de Castro dont les conséquences se projettent sur le règne de D. Pedro.

43 Voir F. A. MOREIRA, A crónica de Portugal de 1419…, p. 140-198, 302-303.

44 Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 44, p. 199 : « nom fallamos em amores compostos, os quaaes alguns autores abastados de eloquemcia e florescentes em bem ditar hordenaram segundo lhes prougue […] ; mas fallamos daqueles que se leem nas estorias, que seu fumdamento teem sobre verdade » (nous ne parlons pas de ces amours composées que quelques auteurs foisonnant d’éloquence et florissant de beaux mots ont façonnées à leur guise […] ; mais nous parlons de celles qu’on peut lire dans les chroniques, qui ont leurs fondements sur la vérité »). Chez Fernão Lopes, le mot « estorias » se réfère à des écrits historiographiques, non pas à des récits se situant dans des univers narratifs ouvertement perméables à l’affabulation. On remarque que l’auteur, profitant de son rôle de narrateur pour inculquer dans l’esprit de lecteur son propre système de valeurs, établit un lien d’identité explicite entre le contenu des « estorias » dont il parle, qu’il éloigne de la rhétorique et de la fantaisie (quelques lignes plus haut, il avait compté parmi les « amores compostos » les « epistolas » ovidiennes d’Ariane et de Didon – voir Mario MARTINS « Fernão Lopes e as cartas de Ariadna e Dido », in : Estudos de Cultura Medieval, vol. 2, Lisbonne : Brotéria, 1980, p. 11-16), et la vérité des faits qu’elles racontent. Ce raisonnement de Lopes mène directement à la considération d’amours effectivement racontés dans des textes historiographiques élaborés à des époques non fabuleuses, dont le cas de la Juive de Tolède et d’Alphonse VIII est un exemple flagrant.

45 Dans le dernier chapitre (44) de la Crónica de D. Pedro, éd. cit., p. 199-201, Fernão Lopes reprend la description des amours entre Pedro et Inês sur laquelle il faut croire qu’il avait déjà travaillé avec plus de détails dans la partie perdue du règne de D. Alphonse IV, « como em seu logar teendes ouvido ». Il rappelle l’anxiété qui s’emparait de l’infant Pedro, lorsqu’il se trouvait loin d’Inês ; Lopes revient sur la violence inouïe de sa vengeance contre ceux qu’il considérait comme responsables de la mort d’Inês (traitée en détail dans les chap. 30-31, p. 141-149, surtout p. 148-149, qui racontent le supplice des assassins); le chroniqueur consacre des lignes à l’exhumation et au macabre transport du cadavre en cortège solennel, sur une litière portée par de nobles chevaliers, escorté par les grands du royaume, accompagné par la foule, et illuminé tout le long du chemin par les cierges empoignés par des hommes alignés tout au long de la route qui sépare Coimbra et Alcobaça ; Lopes raconte enfin comment Pedro fit honorer et déposer le corps d’Inês, dans le magnifique tombeau semblable au sien, et remarque que le gisant la présentait couronnée « como se fora Rainha » (p. 200).

46 C’est Fernão Lopes qui, le premier, qualifie d’adultère les amours de Pedro et d’Inês (voir Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 44, p. 200 ; et Chronica del Rei Dom Joham I, première partie (reproduction facsimilée de l’édition d’Anselmo Braamcamp Freire), Lisbonne : Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1977, chap. 187, p. 359), insinuation que la date de naissance des enfants du couple ne confirme pas. Dans la Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 21, p. 132-133, Fernão Lopes met encore en évidence la proche parenté qui les unissait, même s’il informe aussi de la dispense papale concernant ce type d’alliance dont l’infant D. Pedro avait été l’objet plusieurs années auparavant. La parenté de sang et la parenté spirituelle mentionnée dans le témoignage de Diogo Lopes Pacheco font aussi partie des arguments contre la validité du mariage entre Pedro et Inês que Fernão Lopes (Chronica del Rei Dom Joham I, éd. cit., chap. 187, p. 357-359) attribue au juriste João das Regras dans les Cortes de Coimbra.

47 Fernão Lopes remarque que « muito perdeo elRei de sua boa fama » (« le bon nom du roi fut très terni ») à cause des négociations avec le roi Pedro I de Castille pour qu’il lui rende les meurtriers d’Inês (Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 30, p. 141-144). Du vivant de son père, Pedro de Portugal avait juré de ne pas les persécuter, mais il les a finalement fait exécuter de façon barbare (ibid., chap. 31, p. 145-149). En plus, dans la Chronica del Rei Dom Joham I, éd. cit., chap. 186-187, p. 356, 359, Fernão Lopes rappelle la dévastation du royaume aux mains de D. Pedro à la suite de la mort d’Inês, se faisant aider de « quamtos malfeitores e degradados avia pello rreino » (« tous les criminels et meurtriers qu’il y avait dans le royaume ») et il raconte avec vehémence les actions guerrières des deux fils du couple, les infants Dinis et João, contre le royaume (c’est à dire, contre leurs demi-frères Fernando et João d’Avis) : « delles viinrem contra estes reinos […] como o Iffãte dom Dinis em tempo delRei dom Fernãdo veo […] armado com gentes emtrando pello reino […] fazemdolhe guerra e per fogo e rroubo, matando e destroimdo […] e isso mesmo o Iffamte dom Joham […] desnaturousse poendo fogo com sua maão […] e amdou pelo rreino fazemdo muita guerra » (« de venir contre ce royaume, comme l’infant Dinis vint au temps du roi Fernando, entrant dans le royaume avec des gens armés, et aussi l’infant João, qui s’est dénaturé et faisant la guerre par tout le royaume »). Le premier chroniqueur de la dynastie d’Avis s’empresse de mettre en évidence dans son écriture que l’union entre Pedro I et Inês de Castro n’avait été que source de guerre, de sang et de malheur pour le royaume du Portugal. Il est intéressant de noter que cette opinion extrême du premier chroniqueur de la dynastie d’Avis ne semble pas toucher la figure d’Inês. Il faut comparer le portrait d’Inês de Castro, assez neutre, qui se dégage du discours de Fernão Lopes, à celui, ouvertement négatif, notamment en matière d’amour, que le chroniqueur fait de la femme de D. Fernando, Leonor Teles, « lavrador de Venus e creada em sua corte » (Crónica de D. Fernando, édition de Giuliano Macchi, Lisbonne : Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1975, chap. 65, p. 230). La date de rédaction de la Crónica de D. Pedro n’est pas connue avec certitude, mais on peut se demander si cette presque bienveillance envers Inês de Castro est en rapport avec le fait que le commanditaire reconnu des chroniques, l’infant D. Duarte, se soit marié en 1428 avec l’arrière-arrière-petite-fille d’Inês, Leonor d’Aragon, bientôt devenue la mère de jeunes infants qui faisaient couler dans les veines de la dynastie d’Avis le sang de leur aïeule décapitée. Au moment de la rédaction de la première partie de la Chronica del Rei Dom Joham I, le roi-enfant du Portugal, Alphonse V, était le fils de Leonor d’Aragon.

48 Les scènes nocturnes à l’ambiance presque orgiaque (voir Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 14, p. 61-63), où le roi, en proie à une insomnie qu’on devine chronique, laissait de nuit son palais pour se mêler au menu peuple des villes et s’adonner aux plaisirs de la danse, de la bonne chère et du vin, sont bien connues. En plus, le trait d’obsession qui marque le comportement amoureux de Pedro se prolonge dans d’autres champs, notamment dans la prérogative royale de l’application de la Justice, à laquelle Pedro procède avec un zèle et une cruauté insurmontables, surtout lorsqu’il s’agit de cas qui en quelque sorte touchent des transgressions d’ordre sexuel (voir ibid., chap. 6-10, p. 29-47).

49 Voir Júlio DANTAS, A Doença de D. Pedro I de Portugal (conférence prononcée à la Sociedade de Medicina e Cirurgia do Rio de Janeiro en 1923), Rio de Janeiro : Medicamenta, 1931; Fernando de OLIVEIRA, « D. Pedro I de Portugal e a sua justiça psicopática », in Três Ensaios sobre Figuras Medievais, Lisbonne : Academia Portuguesa de História, 1970, p. 19-41. Pour une critique, du point de vue de la rigueur médicale, de ce type d’approche des personnages du passé, voir A. de Oliveira SOARES, « Júlio Dantas e a Arqueologia Médica », Acta Médica Portuguesa, 7, 1994, p. 379-384.

50 Je ne veux pas dire que Fernão Lopes invente de toutes pièces le roi Pedro inquiété et inquiétant qui prend forme dans les pages de ses chroniques. Je pense qu’il fait usage du degré de liberté que lui accorde sa position de narrateur, et qu’il choisit, hiérarchise et rassemble à son gré les données qu’il présente (voir, à ce sujet, Teresa AMADO, « Semelhança não é figura : um tópico da escrita de Fernão Lopes », in : Antonio BRANCO (éd.), Figura. Actas do II Colóquio da Secção Portuguesa da AHLM, Faro : Universidade do Algarve, 2001, p. 325-333, et id., « Uma história é uma história é uma história », in : Maria de Fátima MARINHO et Francisco TOPA (éd.), Literatura e História. Actas do Colóquio Internacional, 1, Porto : Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 2004, p. 25-30). Fernão Lopes accomplit ces opérations dans le but de fournir une image adéquatement noire du roi Pedro I qui, comme l’édifice idéologique formé par l’ensemble de ses chroniques tente de le démontrer, est celui dont les actions et les passions donnent lieu à la perte de légitimité de la dynastie, laquelle faillit perdre le royaume, qui sera sauvé par la dynastie d’Avis. Il suffit de penser à l’application de la Justice, qui semble avoir été un des grands soucis du roi en tant que gouvernant, et dont, en plus des cas racontés par Fernão Lopes, il reste un nombre d’informations qui ont été ajoutées à la fin de quelques manuscrits de la chronique possiblement encore dans les dernières années du xve siècle (Filipe Alves Moreira et Covadonga Valdaliso ont étudié ces récits dans deux communications coordonnées présentées au Xe Colloque de la section portugaise de la AHLM, Lisbonne le 6 et 7 mars 2014, intitulées respectivement « Narrativas inéditas em manuscritos da "Crónica de D. Pedro" : tradição manuscrita » et « Narrativas inéditas em manuscritos da "Crónica de D. Pedro" : natureza e conteúdos »). La comparaison des deux groupes de récits, ceux inclus dans la chronique et ceux ajoutés aux manuscrits, permet d’avérer que la sélection due à Fernão Lopes présente une incidence très supérieure de délits liés à des transgressions des mœurs sexuelles, qui déclenchent sans faille la fureur justicière royale.

51 Voir Mary Frances WACK, Lovesickness in the Middle Ages : the Viaticum and its commentaries, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1990. Sur les rapprochements entre amour érotique et mélancolie, qu’il serait sans doute important d’étudier, voir Carol Falvo HEFFERNAN, « That Dog Again : "Melancholia Canina" and Chaucer's "Book of the Duchess" », Modern Philology, 84 (2), 1986), p. 185-190 ; Francesca BATTISTA, « Amor hereos e melancolia nel Medioevo », Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 51, 2011, p. 247-261 (DOI : 10.1556/AAnt.51.2011.3-4.4) ; Pierre LEVRON, « La mélancolie et ses poisons. Du venin objectif au poison atrabilaire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 17, 2009, p. 173-188.

52 Le texte du Viaticum est édité en version bilingue par M. F. WACK, Lovesickness…, p. 186-193.

53 Voir à ce sujet les considérations très pertinentes de M. F. WACK, Lovesickness…, p. 50; l’auteur remarque aussi que le discours médical a influencé la réalité sociale de la codification des sentiments amoureux vécus, menant à la convergence entre les représentations littéraires et les manifestations individuelles de l’amour.

54 Même des situations apparemment sans rapport avec Inês, comme les nuits blanches de Pedro bien des années après la mort de son aimée et le remède qu’il choisit (l’étourdissement des sens sur la place publique, avec la danse au son rauque des trompes et les banquets communaux, la nuit farouchement illuminée par des milliers de torches pendant que des vaches rôtissaient en plein air, Crónica de D. Pedro, éd. cit., chap. 14, p. 61-63), peuvent être ramenés au Viaticum, comme déformations caricaturales.

55 Voir Manuela FACCON, La Fortuna de la « Confessio amantis » en la Península Ibérica : el testimonio portugués, Saragosse : Prensas Universitárias, 2010, p. 13-26 et Tiago Viúla de FARIA, « From Norwich to Lisbon : Factionalism, personal association and conveying of the Confessio Amantis », in : Ana SAEZ-HIDALGO et R. F. YEAGER (éd.), John Gower in England and Iberia : Manuscripts, Influences, Reception, Cambridge : Brewer, 2014, p. 131-138.

56 Sur le Livre 7 et les obligations du gouvernant, voir Peter NICHOLSON, Love & Ethics in Gower's Confessio Amantis, East Lansing : University of Michigan Press, p. 334-377, et Matthew W. IRVIN, The Poetic Voices of John Gower : Politics and Personae in the Confessio Amantis, Cambridge : Brewer, 2014, p. 235-247 et p. 144-146. Un conte en particulier, celui connu sur le nom de « King, wine, women and truth » (v. 1783-1984, Livre VII), hiérarchise les quatre entités, considérant que, malgré tout le pouvoir du roi, aussi bien le vin que les femmes sont capables de faire céder sa volonté, mais postule finalement la supériorité absolue de la vérité, que personne ne peut longtemps cacher. Ceci me semble s’accorder à la perfection avec les sous-entendus du discours de Fernão Lopes sur la faiblesse de Pedro vis-à-vis de la passion, et mettre en valeur la tâche qu’il assume lui-même, en tant que chroniqueur, d’établir de dévoiler la vérité sur les amours de Pedro et Inês. Ibid., p. 144-146, on trouve d’intéressantes observations sur le rapport établi par Gower entre la colère et la violence de l’amour.

57 Pour la caractérisation de l’amour courtois en tant que phénomène littéraire et social, voir le texte fondamental de René NELLI, L’érotique des troubadours, Paris : Union Générale d’Éditions, 1974, et aussi Rüdiger SCHNELL, « L'amour courtois en tant que discours courtois sur l'amour », Romania, 110, 1989, p. 72-126.

58 La preuve que, dans le tournant du xve siècle ibérique, les codes courtois qui dissociaient l’amour et le mariage étaient encore pleinement reconnaissables se trouve dans le fait même qu’ils ont été parodiés et mis en cause. Voir là-dessus Alan D. DEYERMOND, « The Text-Book Mishandled: Andreas Capellanus and the Opening Scene of La Celestina », Neophilologus, 45, 1961 et June Hall MARTIN, Love’s fools : Aucassin, Troilus, Calisto y la parodia del amante cortés, Londres : Tamesis, 1972.

59 Le discours délégitimant de João das Regras emplit intégralement les chap. 186-187 de la Chronica del Rei Dom Joham I, éd. cit, p.353-359.

60 La liste des livres qui appartenaient à Duarte d’Avis, le commanditaire des œuvres de Fernão Lopes, peut donner une idée de l’extension et de la composition de l’univers littéraire de la cour portugaise pendant la première moitié du xve siècle. Cet inventaire a été fixé par ce roi lui-même, et peut être lu dans João José Alves DIAS (éd.), Livro dos Conselhos de D. Duarte, Lisbonne : Estampa, 1982, p. 206-208 (correspondant à la section 54 du livre).

61 Le Leal Conselheiro, daté de 1437-38 (édition électronique dirigée par João DIONÍSIO, Madison : University of Wisconsin Libraries, 2012, http://digicoll.library.wisc.edu/cgi-bin/IbrAmerTxt/IbrAmerTxt-idx?type=longhead&id=IbrAmerTxt.LealConsel&pview=hide), compilation de réflexions sur les vices, les vertus, les sentiments et les passions rédigée par D. Duarte de Avis, roi du Portugal, et destinée à être un guide éthique pour toute la cour, illustre bien la portée didactique et moralisatrice de cet imaginaire. Page consultée le 6 octobre 2014. Voir aussi l’étude de João Gouveia MONTEIRO, « Orientações da Cultura da Corte na 1ª metade do século xv - a Literatura dos Príncipes de Avis », Vértice (2ª Série), 5, 1989, p. 89-103.

62 Voir, à ce propos, les notes 43 et 44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria do Rosário Ferreira, « Inês de Castro et la juive de Tolède : un cas de réception active chez Fernão Lopes », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23958 ; DOI : 10.4000/e-spania.23958

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org