Navigation – Plan du site
Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Introduction

Frédéric Alchalabi et Hélène Thieulin-Pardo

Notes de l’auteur

Nous souhaitons exprimer nos plus vifs remerciements à l’équipe d’accueil CLEA (EA 4083) et à l’École doctorale IV de l’Université Paris-Sorbonne qui ont rendu possible la tenue de notre journée d’étude « Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge » en décembre 2013, et manifester notre profonde gratitude tout particulièrement à Monsieur le Professeur Georges Martin, directeur de CLEA, pour son soutien et sa confiance. Nous remercions aussi chaleureusement les intervenants d’avoir accepté notre invitation.

Texte intégral

  • 1  Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier Montaigne, (...)
  • 2  Voir l’introduction de Georges MARTIN dans Les Juges de Castille. Mentalités et discours historiqu (...)
  • 3  B. GUENÉE, op. cit., p. 18.
  • 4  Nous utilisons Félix GAFFIOT, Pierre FLOBERT, Le Grand Gaffiot. Dictionnaire Latin-Français, Paris (...)
  • 5  L’écart sémantique entre actor et auctor semble s’estomper à la fin du xive siècle et au début du (...)
  • 6 Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? Cinquième leçon : l’auctor médiéval, (http://www.fabula (...)

1Bernard Guenée l’écrivait dans un ouvrage désormais classique : « l’historien ne peut échapper à ses autorités »1. La brève assertion du médiéviste français dit bien ce qu’étaient, au Moyen Âge, les fondements de l’écriture de l’histoire. Puisque l’histoire est discours, qu’elle n’existe que par son biais et qu’elle ne dépend que de lui2, l’historien médiéval, faisant le récit d’événements passés – d’après Isidore de Séville, dans ses Étymologies, « historia est narratio rei gestae »3 –, se doit de bien choisir ses modèles et ses sources, de compiler ces dernières de façon cohérente et de les intégrer au sein de sa narration, soit en les réécrivant, soit en les faisant figurer comme il les avait lues. Sans doute le Moyen Âge a-t-il hérité de la polysémie du vocable latin auctor, polysémie tirée des verbes augere et agere. L’auctor est celui qui, d’une part, augmente le savoir des Anciens (comme, dans le cas qui nous occupe ici, le savoir historique) et enrichit la tradition, et qui, d’autre part, pousse à agir, qui est instigateur et créateur4. Antoine Compagnon ne rappelle-il pas que le Moyen Âge opérait une distinction fondamentale entre le simple écrivain (actor) et l’auctor ? Ce dernier terme, en effet, ne désignait pas tous les écrivains – ce qui revient à supposer qu’un écrivain n’était pas, pour autant, auteur5. Le terme auctor était réservé, précise Antoine Compagnon, aux auteurs anciens, à ceux qui étaient respectés, crus, qui avaient, précisément, de l’autorité6.

  • 7  Cité par Alistair J. MINNIS, Medieval Theory of Authorship, Aldershot : Wildwood House, 1988 (2e é (...)
  • 8   Michel ZINK, art. cit., p. 152 : « Toute œuvre nouvelle est conçue comme un tissu de réminiscence (...)

2L’historien médiéval recherche donc le soutien d’autorités sur lesquelles s’appuyer et derrière lesquelles s’abriter, qui puissent valider, garantir et attester le savoir qu’il désire transmettre. Il est par conséquent légitime de se demander sur quels critères se fonde l’historien pour faire ses choix. Cette distinction affecte, par voie de conséquence, la définition même de la notion d’autorité (auctoritas), celle-ci ne pouvant être, dès lors, que la citation d’un auctor, prestigieuse, édifiante et digne d’être reproduite – « sententia digna imitatione » sous la plume d’Hugues de Pise7 –, investie de légitimité, voire la personne même de l’auctor8. Si nous ne développerons pas, ici, la question de l’anonymat de l’auteur médiéval nous reprendrons à notre compte le commentaire de Michel Foucault :

  • 9  Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », in : Dits et écrits, Paris : Gallimard, 1994, 1, p. (...)

[…] ces textes qu’aujourd’hui nous appellerions littéraires (récits, contes, épopées, tragédies, comédies) étaient reçus, mis en circulation, valorisés sans que soit posée la question de leur auteur ; leur anonymat ne faisait pas difficulté, leur ancienneté, vraie ou supposée, leur était une garantie suffisante. En revanche, les textes que nous dirions maintenant scientifiques, concernant la cosmologie et le ciel, la médecine et les maladies, les sciences naturelles ou la géographie, n’étaient reçus au Moyen Âge et ne portaient une valeur de vérité qu’à la condition d’être marqués du nom de leur auteur9.

  • 10   B. GUENÉE, op. cit., p. 132 : « Cette hiérarchie, visa, audita, lecta, paraît dans les premiers s (...)

3De fait, le premier critère fondateur de l’autorité est l’authenticité. Dans ce sens, l’historien médiéval, comme le rappelle Michel Foucault, utilise tout un arsenal d’arguments, dont il cherche à tirer parti : des sources fiables, des témoignages de première main, des documents authentiques – ou considérés comme tels –, écrits par un auteur éminent, de préférence ancien, et dont l’œuvre doit être connue et divulguée. Celle-ci, en dépit de son ancienneté, peut également permettre d’éclairer le présent de l’historien d’un jour nouveau, tout en le faisant bénéficier de son prestige. L’importance accordée aux témoignages rend donc impérative la nécessité de les peser, de les hiérarchiser et de les classer en fonction de leur nature : visa, audita, lecta, choses vues, entendues, lues10. Fernán Pérez de Guzmán – dont le prologue des Generaciones y semblanzas constitue l’une des premières réflexions, dans la Castille du Moyen Âge, sur la méthode même du discours historique –, confirme du reste cette hiérarchie. Selon lui l’historien doit, en effet, avoir été le témoin principal des faits qu’il relate ou bien, à défaut, tenir ses informations de personnes dignes de foi :

  • 11   Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Robert Brian TATE (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Boo (...)

La segunda (cosa), que él [l’historien] sea presente a los principales e notables abtos de guerra e de paz, e porque seríe imposible ser él en todos los fechos, a lo menos que él fuese así descreto que non reçibiese información sinon de personas dignas de fe e que oviesen seído presentes a los fechos11.

  • 12   B. GUENÉE, op. cit., p. 132-133 : « Le prestige de l’écrit fut bientôt tel qu’il en vint parfois (...)
  • 13   Jacques LE GOFF : Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988, p. 297-298.
  • 14   Ibid., p. 20.

4La place prépondérante occupée par le témoignage rend importante, en particulier, celle du livre. Peu à peu, au fil du temps, l’écrit devient prestigieux12 et bon nombre d’historiens médiévaux développeront un goût très prononcé pour le livre. Il ne peut y avoir d’historien sans bibliothèque ni document, dira Jacques Le Goff13, qui affirmera aussi que le document est monument14.

5Le deuxième critère fondateur de l’autorité retenu est la conformité à la vérité chrétienne. Fernán Pérez de Guzmán, tout en revenant sur l’importance de la présence effective de l’historien, poursuit son prologue en écrivant à ce propos :

  • 15   F. PÉREZ DE GUZMÁN, op. cit., p. 2-3.

Ca nunca hubo nin averá actos de tanta manifiçençia e santidad como el nasçimiento, la vida, la pasión e resureçión del nuestro Salvador Jhesu Christo ; pero de quatro estoriadores suyos, los dos non fueron presentes a ello, mas escribieron por relación de otros15.

  • 16   B. GUENÉE, op. cit., p. 140.

De la même façon, rappelle Bernard Guenée, pour Aeneas Sylvius Piccolomini, qui écrivit aussi des chroniques, seules les Écritures ont une autorité dont il n’y a pas lieu de douter16.

6C’est donc la réunion de ces deux critères – authenticité et conformité avec la vérité chrétienne – qui garantit la crédibilité de l’œuvre de l’historien, lequel se sert de ces témoignages pour que le savoir qu’il prétend transmettre fasse à son tour autorité.

  • 17  Antoine PROST, « Les faits et la critique historique », ibid.,in : Douze leçons sur l’histoire (éd (...)
  • 18   Loc. cit.
  • 19   G. DUBY, op. cit., p. 1586.
  • 20   A. PROST, op. cit., p. 70.

7Les faits n’étant pas, cependant, historiques par nature mais par position17, et tout ce qui est historique ayant cessé d’exister et ne pouvant plus être observé directement, l’histoire relève également de la quête de traces, voire du rêve18. Georges Duby rappelait du reste que : « la trace d’un rêve n’est pas moins réelle que celle d’un pas, ou du sillon d’une charrue dans la terre. L’imaginaire a autant de réalité que le matériel »19. L’histoire est donc une connaissance par traces, lesquelles permettent de reconstituer des faits : il s’agit, en définitive, « (d’) un travail sur des objets perdus »20.

  • 21   B. GUENÉE, op. cit., p. 18-19 : « […] la qualité primordiale qui a toujours été exigée du récit h (...)
  • 22   Ibid., p. 19.
  • 23   G. DUBY, op. cit., p. 1586.
  • 24   B. GUENÉE, op. cit., p. 129.

8Pourtant, le discours historique médiéval doit être vrai21 ; la rhétorique classique distinguait, d’ailleurs, l’historia (qui dit le vrai), l’argumentum (qui relève du vraisemblable) et la fabula (qui n’est ni vraie ni vraisemblable)22. En ce sens, l’historien doit se soumettre à une exigence de vérité ; il est tenu par un souci de véracité, de véridicité – et non de réalité23. Par ailleurs, on attend de l’historien qu’il adopte une démarche personnelle et critique – qu’on lui a souvent niée car on le jugeait beaucoup trop crédule24 –, guidée par les deux critères fondateurs que nous avons distingués, et liée à la notion d’historicité. C’est, peut-être, ce qu’entendait Fernán Pérez de Guzmán par l’emploi de l’adjectif qualificatif descreto,dans le premier passage de son œuvre précédemment cité : l’historien est dans l’obligation de faire preuve de discernement et d’esprit critique, afin de distinguer les témoignages authentiques et exemplaires des documents ou traces à la crédibilité douteuse.

  • 25   Le colloque « Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsification dans l'Espagne médiévale »s’es (...)
  • 26   On pourra consulter, pour le domaine français, les deux beaux numéros de la revue Bien dire et bi (...)

9Inutile, cependant, d’opposer le vrai au faux car, comme cela avait été rappelé dans un colloque organisé par le SIREM il y a maintenant un peu plus de dix ans – « Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsification dans l’Espagne médiévale » –, la frontière entre ces deux notions semble bien artificielle25. Nous préférons nous interroger sur la notion d’historicité et sur la culture historique des historiens médiévaux, sans pour autant exclure les romanciers. On le sait, les premiers d’entre eux – en particulier français – ont bâti leurs œuvres sur de grands mythes de l’Antiquité, tels que l’histoire de Troie, alors considérée comme authentique – comme le prouvent les longs chapitres qui lui sont consacrés dans la General Estoria d’Alphonse X. Il se produit donc, en Castille comme ailleurs, un double processus, à la fois d’historicisation de la fiction et de « fictionnalisation » de l’histoire26.

  • 27  Voir François HARTOG, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Éditions (...)
  • 28   Ce sont les définitions de Le Nouveau Petit Robert et du Diccionario de uso del español de María (...)
  • 29   Paul ZUMTHOR, « Roman et histoire, aux sources d’un univers narratif » in : Langue, texte, énigme(...)
  • 30   P. ZUMTHOR, art. cit., p. 245.

10Le concept d’historicité est du reste assez complexe et sa définition a pu être affinée récemment par des historiens ou des philosophes27. On admet généralement que l’historicité est le caractère de ce qui est historique28. Appliquée à notre objet d’étude – les textes historiographiques et littéraires écrits dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge – cette définition semble insuffisante. En plus du simple rapport au temps, s’agrègent en effet d’autres facteurs, ceux-là mêmes que nous avons mentionnés plus tôt : choix de la source et amorce d’une démarche critique ou non de la part de l’historien. Au vrai, pour les hommes du Moyen Âge, l’historicité est fondamentalement le caractère de tout événement qui « veut être cru » – l’expression est de Paul Zumthor –, ce qui, par conséquent, l’empêche d’être confondue avec la véracité29. L’historiographie médiévale n’avait d’ailleurs pas pour vocation de prouver une vérité mais de la retrouver, voire de la créer30. On admet donc, au Moyen Âge, une historicité fabuleuse. Vrai, vraisemblable ou fabuleux, le récit historique offre une crédibilité, et peut ainsi se faire justification, légitimation, ou encore dénonciation.

  • 31   B. GUENÉE, op. cit., p. 145.

11Il nous a donc semblé qu’une réflexion sur la notion d’historicité était particulièrement intéressante, d’autant plus que, nous le savons bien, « si un acte faux ne peut devenir vrai, en revanche un texte apocryphe peut devenir authentique et digne de foi, s’il est approuvé par une autorité »31. On peut, par conséquent, poser à ce propos plusieurs questions. D’une part, si tout récit historique médiéval peut être sujet à caution, comment l’autorise-t-on ? Une fois un savoir historique autorisé, peut-il être révisé, de quelle façon et à quel moment ? D’autre part, comment définir la culture et la conscience historiques ? Quelle a été leur évolution et sont-elles uniformes d’une époque à l’autre, voire d’un auteur à l’autre ayant écrit à un même moment ? Comment l’historien s’autorise-t-il lui même à prendre des libertés avec la matière qu’il traite et comment, par exemple, rend-il « authentique » une œuvre qu’il sait apocryphe ? Qu’en est-il, par ailleurs, de la construction du savoir dans le discours « romanesque » qui admet la fable au sein de l’histoire ?

12Au cours de la journée d’étude, les communications qui ont été présentées ont permis d’avancer quelques réflexions pour répondre à ces interrogations. Historiographie, légende, fiction et récits de voyages ont été sondés et ont dévoilé certains de leurs mécanismes d’authentification du discours et d’autorité du propos. Les versions remaniées de ces diverses études sont ici réunies sous forme de dossier thématique. Elles abordent divers aspects de la notion d’autorité.

13Dans son étude, Alberto Montaner Frutos offre une réflexion d’ordre général sur les notions d’historicité, de véracité et d’authenticité, et il décrit les diverses opérations présidant à la représentation du passé sous la plume des historiens médiévaux et modernes.

14En prenant appui sur la General Estoria d’Alphonse X, Irene Salvo García propose d’élaborer une synthèse des idées d’Alphonse X et de ses collaborateurs dans l’usage de la mythologie, et tout particulièrement de l’œuvre d’Ovide. Celle-ci, assimilée par le roi et les historiens, trouvait naturellement sa place au sein de la General Estoria. Irene Salvo García met notamment l’accent sur l’originalité et le caractère innovant de l’œuvre, dans le contexte européen de l’époque.

15Charles Garcia confronte quant à lui le récit de la légende des martyrs de Ledesma, rapporté vers 1282 par le franciscain Juan Gil de Zamora, à la notion d’historicité. Plutôt que de rechercher les sources – orales, en l’espèce – ou les éventuelles premières versions de ladite légende, l’étude que propose Charles Garcia s’attache à démontrer les éléments qui structurent la narration et sa cohérence mythique. Dans la légende, conclut-il, histoire et fiction sont les deux facettes de l’historicité : la « fiction » donne au récit une vraisemblance qui permet d’expliquer les événements du passé et qui n’enlève rien à la véracité et à la fiabilité du texte.

16L’étude de Maria do Rosário Ferreira suit la trace des diverses versions historiographiques du récit des amours maudites de Pierre Ier et d’Inès de Castro. Elle montre comment la version primitive de ce récit, probablement due à Fernão Lopes, construite sur le modèle des amours malheureuses du roi Alphonse VIII et de la Juive de Tolède et confortée par le portrait négatif du roi Pierre, identifiable au « fou d’amour » de l’imaginaire médical, puise l’authenticité dont elle se pare dans les codifications idéologiques et sociales partagées par le public auquel les chroniques se destinaient, et met l’autorité du discours qui en découle au service de la légitimation de la nouvelle dynastie d’Avis.

17C’est au sein d’une œuvre du xve siècle où se mêlent histoire et légende, l’Istoria de las Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar, qu’Ana Sofia Laranjinha analyse les processus d’historicité du discours. Centrée sur la représentation d’Arthur et de Charlemagne par l’auteur, cette étude montre que l’historien a puisé les traits de ses héros dans diverses sources – historiques et fictionnelles – sans les opposer au regard de la véracité historique, et qu’il a opéré un tri qualifié « d’efficace » dans cette matière. La noblesse d’Arthur est ainsi soulignée, tout comme son extraordinaire naissance et son destin hors pair ; des éléments repris par l’auteur dans l’évocation de la figure de Charlemagne et destinés à ériger les deux souverains en modèles ainsi qu’à exalter les valeurs de la vieille noblesse.

18La Crónica del rey Rodrigo ou Crónica sarracina de Pedro de Corral permet à Frédéric Alchalabi de s’interroger sur la notion même d’authenticité historique. L’œuvre sur laquelle porte l’article est une chronique pseudo-historique : Corral revient sur un événement historique avéré (la chute de l’Espagne wisigothique), il emprunte au genre chronistique son cadre, mais il invente, en même temps, des historiens, des témoins et des témoignages. Frédéric Alchalabi s’intéresse ainsi aux moyens mis en œuvre afin de rendre authentiques des témoignages apocryphes et il s’interroge sur la définition de l’histoire et de l’historicité pour Pedro de Corral.

19Julia Roumier se propose, quant à elle, de se pencher sur les récits de voyages hispaniques, à la fin du Moyen Âge. Partant du principe que le savoir médiéval s’appuyait sur la connaissance de livres faisant autorité, sur l’érudition des auteurs et des lecteurs, Julia Roumier s’intéresse aux procédés d’authentification de la parole du voyageur – nécessaire à la crédibilité du récit qu’il faisait puisqu’il prétendait dire vrai. S’appuyant sur un large corpus, l’auteur de cette étude s’attarde sur les traces matérielles, les preuves du voyage, les sources mais aussi les ruines et les signes du passé.

Haut de page

Notes

1  Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier Montaigne, 1980, p. 132.

2  Voir l’introduction de Georges MARTIN dans Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, Paris : Klincksieck, 1992, p. 11. Georges DUBY écrit : « L’histoire n’existe que par le discours. Pour qu’elle soit bonne, il faut que le discours soit bon », Dialogues, in : Georges DUBY : Qu’est-ce que la société féodale, Paris : Flammarion, 2002, p. 1593.

3  B. GUENÉE, op. cit., p. 18.

4  Nous utilisons Félix GAFFIOT, Pierre FLOBERT, Le Grand Gaffiot. Dictionnaire Latin-Français, Paris : Hachette, 2005.

5  L’écart sémantique entre actor et auctor semble s’estomper à la fin du xive siècle et au début du xve siècle dans les textes castillans ; voir H. Th. OOSTENDORP, « La evolución semántica de las palabras españolas « auctor » y « actor » a la luz de la estética medieval », Bulletin Hispanique, 68 (3-4), 1966, p. 338-352 (disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hispa_0007-4640_1966_num_68_3_3878, page consultée le 9 décembre 2013).

6 Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? Cinquième leçon : l’auctor médiéval, (http://www.fabula.org/compagnon/auteur5.php, page consultée le 6 novembre 2013). L’on lira également : A. COMPAGNON, La seconde main ou le travail de la citation, Paris : Seuil, 1979 ; Oswald DUCROT, Le dire et le dit, Paris : Les éditions de minuit, 1984, p. 149-169 ; Gérard LECLERC, Histoire de l’autorité. L’assignation des énoncés culturels et la généalogie de la croyance, Paris : PUF, 1996 ; Michel ZIMMERMANN (dir.), Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du colloque tenu à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris : École des Chartes, 2001 ; Michel ZINK, « Auteur et Autorité au Moyen Âge », in : A. COMPAGNON (dir.), De l’autorité : colloque annuel 2007, Collège de France (18-19 septembre 2007) », Paris : Odile Jacob, 2008, p. 143-158. Quelques jours avant notre journée d’étude se tenait à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines un colloque qui revenait, en partie, sur la notion d’autorité : « L’écriture de l’histoire au Moyen Âge (XIe-XVe siècle). Entre contraintes génériques et contraintes documentaires », 20-22 novembre 2013.

7  Cité par Alistair J. MINNIS, Medieval Theory of Authorship, Aldershot : Wildwood House, 1988 (2e éd.), p. 10.

8   Michel ZINK, art. cit., p. 152 : « Toute œuvre nouvelle est conçue comme un tissu de réminiscences et de citations. Elle n’existe qu’au regard de l’autorité dont elle s’inspire, à laquelle elle se réfère et au regard de laquelle est se situe ».

9  Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », in : Dits et écrits, Paris : Gallimard, 1994, 1, p. 799-800.

10   B. GUENÉE, op. cit., p. 132 : « Cette hiérarchie, visa, audita, lecta, paraît dans les premiers siècles du Moyen Âge, où la parole compte tant et l’écrit si peu […]. Mais déjà certains historiens avaient appris à distinguer, parmi ce qu’ils entendaient, du plus et du moins sûr ».

11   Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Robert Brian TATE (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Books, 1965, p. 2.

12   B. GUENÉE, op. cit., p. 132-133 : « Le prestige de l’écrit fut bientôt tel qu’il en vint parfois à contre-balancer les témoignages les plus sûrs, voire à les précéder. Ainsi transparaissait une première hiérarchie des sources selon leur nature dont il faut bien admettre qu’elle fut, évoluant d’un temps à l’autre, variant d’un historien à l’autre, indécise et instable ».

13   Jacques LE GOFF : Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988, p. 297-298.

14   Ibid., p. 20.

15   F. PÉREZ DE GUZMÁN, op. cit., p. 2-3.

16   B. GUENÉE, op. cit., p. 140.

17  Antoine PROST, « Les faits et la critique historique », ibid.,in : Douze leçons sur l’histoire (édition augmentée), Paris : Éditions du Seuil, 2010, p. 69.

18   Loc. cit.

19   G. DUBY, op. cit., p. 1586.

20   A. PROST, op. cit., p. 70.

21   B. GUENÉE, op. cit., p. 18-19 : « […] la qualité primordiale qui a toujours été exigée du récit historique : il doit être vrai. […] L’historien devait donc oser rien que la vérité et toute la vérité ».

22   Ibid., p. 19.

23   G. DUBY, op. cit., p. 1586.

24   B. GUENÉE, op. cit., p. 129.

25   Le colloque « Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsification dans l'Espagne médiévale »s’est tenu à l’ENS-LSH de Lyon en 2003. Les actes sont publiés dans les Cahiers d’études hispaniques médiévales, 29, 2006, (disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/cehm_0396-9045_2006_num_29_1, page consultée le 9 décembre 2013); voir notamment Carlos HEUSCH, « Présentation », p. 221-224, p. 221.

26   On pourra consulter, pour le domaine français, les deux beaux numéros de la revue Bien dire et bien aprandre, 22, 2004 et 23, 2005.

27  Voir François HARTOG, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Éditions du Seuil, 2012 ; Christian DELACROIX, François DOSSE, Patrick GARCIA et Nicolas OFFENSTADT, Historiographies. Concepts et débats, 2 t., Paris : Gallimard, 2010, 2, p. 766-771 ; Paul RICŒUR, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Éditions du Seuil, 2000.

28   Ce sont les définitions de Le Nouveau Petit Robert et du Diccionario de uso del español de María Moliner.

29   Paul ZUMTHOR, « Roman et histoire, aux sources d’un univers narratif » in : Langue, texte, énigme, Paris : Seuil, 1975,p. 245 : « L’historicité […] pour les hommes du Moyen Âge ne se confond pas avec la véracité : c’est le caractère de tout événement qui veut être cru. Historiographie ni roman n’avaient pour fonction de prouver une vérité, mais de la créer ». À propos de la légende des juges de Castille, Georges Martin écrit : « Contiguë à cette question, mais plus profonde, celle du « légendaire », l’objet de mon analyse n’étant pas historique par la réalité qu’il recouvre mais seulement par l’historicité qu’on lui a prêtée », op. cit., p. 17.

30   P. ZUMTHOR, art. cit., p. 245.

31   B. GUENÉE, op. cit., p. 145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi et Hélène Thieulin-Pardo, « Introduction », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23957 ; DOI : 10.4000/e-spania.23957

Haut de page

Auteurs

Frédéric Alchalabi

Université de Nantes, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Hélène Thieulin-Pardo

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org