Navigation – Plan du site
Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Traces, preuves et sources : autoriser le récit sur l’ailleurs et le passé dans les récits de voyages hispaniques de la fin du Moyen Âge

Julia Roumier

Résumés

Les procédés visant à démontrer l’historicité des récits de voyages sont essentiels pour justifier la prétention au didactisme d’une voix narrative qui transmet un savoir empirique personnel mêlant tradition et innovation selon une logique complexe. Ces textes enracinent une autorité refondée dans un témoignage individuel et une curiosité totalisante pour le réel dans ses aspects les plus mondains et parfois anodins. La validité de cet enseignement nécessite ainsi l’appui d’un intense effet de réel, mis en œuvre dans des descriptions suivant le modèle rhétorique de la evidentia mais aussi la légitimation des sources, gage de vérité. Le récit se fait parcours par son immanence, l’alliance d’un moment et d’un lieu dont la dimension matérielle prend alors l’envergure d’une preuve. Plus particulièrement, les ruines sont les marqueurs des strates historiques ou mythiques que les voyageurs tentent de faire ressurgir du lieu décrit. Ces traces matérielles, objets du souvenir et sources d’informations fonctionnent comme les outils de légitimation d’un discours portant sur des espaces inconnus et dont les descriptions échappent de fait aux seules autorités textuelles traditionnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette assimilation est le fruit de la vogue pour le récit de voyage à l’Époque Moderne. « Je crois (...)

1Du xviie au xixe siècle, le mot « voiage » désigne par métonymie tant le cheminement que son récit1 et ce double emploi paraît souligner la correspondance entre expérience et écriture. Au Moyen Âge, la connaissance du monde passe d’abord, et avant tout, par les livres. C’est l’érudition qui permet de comprendre le réel et de conférer du sens et une permanence aux choses transitoires du monde. Comment alors légitimer le savoir issu du voyage ?

  • 2 Nous distinguons les descriptions ornementale, expressive et représentative, et, au sein de cette d (...)
  • 3 « S’il est une spécificité du texte viatique, elle réside sans doute dans son principe de compositi (...)

2Le récit de voyage ne se limite pas à de pures descriptions et typographies littéraires, mais cherche à permettre au lecteur la pleine compréhension de l’étranger et son histoire, comme en témoignent les narrations étiologiques qui ponctuent le texte et l’énonciation des projets d’écriture défendus par les auteurs. Leur témoignage est en effet un instrument permettant d’assembler, au gré de l’itinéraire, des descriptions savantes et de nombreux contenus didactiques2. Héritiers d’une tradition d’érudition et de compilation, en accord avec la volonté de systématisation théorique et encyclopédique des connaissances qui s’accentue après 1350, les récits de voyages sont des textes composites et pluriels qui visent à remplir en premier lieu une fonction mathésique. Avec cette tendance à l’accumulation exhaustive de contenus le récit de voyage est un discours composé parmontage et accumulation3 où la dimension didactique est légitimée par la prétention de véracité.

3Le voyageur ne se limitant pas à son expérience en fait le prétexte pour parler des lieux parcourus sous toutes leurs facettes et à d’autres époques. Cette conjonction de l’ailleurs et de l’autrefois fait du récit de voyage une synthèse de connaissances, une construction à mi-chemin entre imitation et originalité, expérience et érudition. Ce processus de fictionnalisation du voyage rend périlleuse la distinction entre les récits « fictifs » et « réels » qui ont en commun de construire la figure du voyageur comme garant et médium des savoirs.

4Si la volonté de convaincre apparente ces textes à l’écriture chronistique (chronologie détaillée, abondance de déictiques spatiaux temporels…), ils en diffèrent toutefois. Le fil évènementiel y est indissoluble d’un itinéraire clos et achevé, le retour du voyageur étant a fortiori la condition de son récit, et les contenus didactiques s’ancrent dans les pauses de l’itinéraire, leur longueur étant généralement proportionnelle à la durée de l’étape. De plus, l’historicité propre à ces textes enracine une autorité refondée dans un témoignage individuel et une curiosité totalisante pour le réel dans ses aspects les plus mondains et parfois anodins.

5Nous chercherons ici à identifier, au travers d’un large corpus de récits de voyages hispaniques médiévaux, certains procédés d’authentification de la parole propres à ce genre polymorphe. Le récit de voyage fonde sa valeur sur la vérité de l’expérience directe du voyageur mais aussi sa transmission des témoignages recueillis au fil de ses déplacements et nous verrons donc dans un premier temps comment il importe d’en fixer l’origine et la validité. L’authenticité et la véracité de ce savoir empirique sont confortées par l’affirmation testimoniale répétée de son acteur-narrateur, le héros voyageur, la subjectivité étant paradoxalement à la fois preuve d’authenticité revendiquée et objet de méfiance. La validité de cet enseignement nécessite en effet l’appui d’un intense effet de réel, mis en œuvre dans des descriptions suivant le modèle rhétorique de la evidentia et le recours à l’hypotypose. Le récit se fait parcours par son immanence, l’alliance d’un moment et d’un lieu dont la dimension matérielle prend alors l’envergure d’une preuve. Notre analyse se penchera donc sur ces traces, preuves et sources qui fonctionnent comme les outils de légitimation d’un discours portant sur des espaces inconnus et dont les descriptions tirées de l’expérience échappent de fait aux autorités textuelles traditionnelles.

Identifier et garantir les sources du savoir

  • 4 « E aun en las orientales partes ay otras muchas cosas que de maravillar son,ansy de las gentes com (...)
  • 5 « El qual era de la provincia de Padua,cuyo cuerpo esta sepultado en el convento de Vtino e espland (...)
  • 6 « A la quales cosas que el dixo […] dize él aver visto », ibid., p. 64.

6Dans ces textes caractérisés par la modernité des processus cognitifs en œuvre, l’identification des sources d’un savoir empirique est primordiale. Il s’agit fréquemment de détailler l’identité du voyageur, le motif de son voyage, l’autorité de son commanditaire, le sérieux de son entreprise. C’est le cas spécifique qu’offre la traduction du récit d’Odorico de Pordenone dans sa traduction castillane, interpolée dans la traduction de la description orientale de Jacques de Vitry4. La source du récit de voyage est spécifiquement identifiée et l’ajout de son appartenance à l’ordre des Franciscains est un gage supplémentaire de véracité que l’on retrouve fréquemment dans la littérature viatique, en particulier dans le Libro del conosçimiento. L’identification de l’auteur du récit et du véritable voyageur culmine par des précisions biographiques, l’indication du lieu de sa sépulture5 et sa sainteté, le voyageur rejoignant alors le rang d’autorité de l’Eglise. La suite du récit reprendra fréquemment des allusions à la dimension personnelle de ce témoignage sur l’Orient et à la distinction nettement établie entre le voyageur et l’auteur de la traduction6.

  • 7 Le pluriel s’impose ici, bien que le récit de Niccoló dei Conti occupe la majeure partie du texte, (...)
  • 8 Santaella fait même appel à l’autorité divine comme source de cette confiance accordée aux témoigna (...)
  • 9 Le Pogge joue ici, ce me semble, sur la polysémie du terme « fortune » au sens de destin et tempête (...)

7De la même façon, Le Pogge, dans les témoignages7 qu’il recueille au sujet de l’Orient, identifie précisément ses informateurs et les occasions de leur voyage. Le prologue au récit de Niccoló dei Conti débute par une ouverture rédigée par le traducteur Rodrigo Fernández de Santaella, qui souligne la valeur de la répétition des témoignages sur l’étranger dans la démonstration de leur vérité, et en particulier le rôle de confirmation du récit de Marco Polo joué par le récit de Niccoló dei Conti8. Toute comme Le Pogge cherche à accumuler des témoignages concordants, Santaella ajoute la traduction du récit transmis par Le Pogge à celle de Marco Polo, afin de constituer une preuve consistante (« llena prueva ») qui permet de fonder une écriture « authentique » et digne de foi. Santaella prétend ainsi supprimer définitivement les doutes persistants sur des objets dont la réalité est discutée car ils n’ont pas été vus ou décrits dans des sources crédibles. Là encore le témoignage visuel et la nature de la source textuelle sont des données essentielles dans la construction d’une présentation apte à susciter la créance du lecteur. Vient ensuite la présentation complète de Niccoló dei Conti et de sa biographie, dont Le Pogge dresse un portrait élogieux servant à la garantie de la véracité du témoignage. Le Pogge valorise en effet la durée du voyage de Niccoló et les souffrances qu’il a endurées pour garantir la vérité du témoignage, mais aussi pour rattacher étroitement ce récit à l’ensemble de son ouvrage consacré aux variations de la Fortune donnant son titre à son œuvre9. Le Pogge souligne par une métaphore organique la connaissance très fine que ce voyageur avait de l’Inde, lui qui aurait « sondé les entrailles » de l’Inde, et Le Pogge en déduit l’invalidation des Autorités antiques contredites par ce témoignage de première main :

  • 10 Ibid., p. 122.

Muchas cosas escrivieron de los indios los antiguos autores con la común fama, las cuales el cierto conocimiento que después avemos avido muestra ser más semejantes a consejas que a verdad,como parece por lo que refirió un Nicolao veneciano que, después de aver calado las entrañas de las Indias10.

  • 11 « Y en estas cosas cuasi todos concertavan e parecía a mí que no mentían, pues ninguna causa para m (...)

8La narration de Niccoló semble également garantie par la sainteté du destinataire et commanditaire, le pape Eugène IV. Le Pogge enchaîne ensuite les adverbes laudatifs pour garantir la vérité du témoignage apporté par Niccoló dont il affirme qu’il n’a pu être inventé, en particulier compte tenu de la précision, de l’intelligence et de la prudence avec lesquelles il lui en fait le récit : « Ca es verdad que él contava tan cierta,tan sabia, tan tentadamente todo su camino échoa gentes tan lexanas […] que parecía bien que no lo levantava, salvo que contava laverdad como avía visto». Plus loin, lorsque le Pogge veut souligner la bonne foi des témoignages qu’il recueille, il la justifie par sa certitude personnelle et par le fait que ces personnes n’avaient aucune raison de mentir11.

  • 12 « non pude saber do fenecen (estos ríos) », ibid., p. 401.

9L’entreprise du récit des choses d’Orient est justifiée aux yeux du lecteur par sa fonction didactique, l’aveu d’ignorance du narrateur sert parfois, en soulignant les limites de son expérience, à réaffirmer indirectement la valeur de son témoignage de première main. Ainsi, le narrateur du Libro del conosçimiento avoue-t-il fréquemment son ignorance lorsqu’il aborde la description d’un territoire qu’il n’aurait pas parcouru en personne afin de mieux garantir la véracité de son témoignage de première main lorsqu’il le donne pour tel12.

10L’importance de préciser les sources du récit et de justifier de leur bonne foi, voire de les ériger en autorités compétentes rappelle que le récit de voyage dissimule l’attrait ludique de ses descriptions romancées du voyage par une légitimation didactique. La construction de la légitimité de ce savoir passe également par les preuves matérielles de l’authenticité du témoignage.

Corroborer la parole du narrateur : traces et preuves

  • 13 « Él me dio cinco o seis de ellas,las cuales creo que oy las tengo ; diéronme algunas cosas que tru (...)
  • 14 Ibid., p. 282.
  • 15 Ibid., p. 291 : l’empereur de Trébizonde lui aurait offert un arc et des flèches qu’il possède enco (...)
  • 16 « E allí compré yo dos esclavas e un esclavo, los cuales oy tengo en Córdova e generación de ellos  (...)
  • 17 « Él me mostró un balax de muy grande precio e mostrome un sombrero de yerva redonda, tan delgado c (...)

11La construction de la vérité du récit semble s’ancrer sur l’accumulation d’objets fonctionnant comme preuves du voyage et démonstration de la connaissance directe acquise par le narrateur. Pero Tafur fait ainsi expressément mention des objets qu’il acquiert au cours de son voyage, des cadeaux qui lui sont faits et précise alors avec soin s’ils sont toujours en sa possession. Ces objets contribuent à convaincre le lecteur de la réalité de son voyage et le fait qu’il les possède encore au moment de la rédaction crée un continuum identitaire entre le voyageur et l’auteur. Parmi les cadeaux que lui firent à son départ le grand interprète du sultan et sa famille, Tafur cite en particulier une turquoise qu’il affirme avoir toujours en sa possession au moment de la rédaction13. Le roi de Chypre, qui ne laisse repartir Tafur qu’à grand regret, l’honore une dernière fois en lui remettant sa devise et de multiples présents : « allí me dio su devisa que oy tengo, e me dio diez piezas de chamelote e lienços delgados e un león pardo e tantas vituallas para ir fasta Rodas que bastaran para un año »14. Bien d’autres exemples de présents de courtoisie émaillent le texte, donnant l’impression que le narrateur aurait rapporté de chaque territoire visité un objet en matérialisant le souvenir et incarnant le lien d’amitié qu’il y aurait noué à l’occasion de son séjour15. Le témoignage d’amitié fonctionne en effet comme valorisation de Pero Tafur, par contagion de la gloire lignagère des étrangers qui lui auraient marqué leur respect, mais aussi comme négation de l’étrangeté par le tissage, le réseau que ces amitiés créent au-delà des frontières et des diversités culturelles, linguistiques et religieuses. Pero Tafur, en plus des objets, aurait rapporté un autre type d’acquisition de ses voyages. Il affirme en effet avoir acheté des esclaves au marché aux esclaves de Kaffa en Crimée et les avoir ramenés en Espagne, chez lui, où ils seraient encore au moment de la rédaction16. Il s’enorgueillit même d’en avoir obtenu une descendance, ce qui exprime implicitement le temps écoulé entre le voyage et sa rédaction. Pero Tafur décrit également les objets que Niccoló dei Conti rapporte d’Inde17, gage de vérité de ce témoignage rapporté qui offre au narrateur le loisir d’introduire de nombreuses merveilles propres à des circuits qu’il n’a pas parcourus.

  • 18 Ibid., p. 277, 280.
  • 19 « En Egipto en las montañas altas, avía un buen hombre ermitaño á gran tiempo en un monasterio, e c (...)
  • 20 « E vos daré a entender por dónde podéis passar allá brevemente sin despender mucho tiempo. Si homb (...)
  • 21 « por donde debe hombre volver para tornar aca ; En aquesta tierra, cuando hombre va a Oriente ; de (...)

12Niccoló dei Conti aurait également demandé à Pero Tafur d’apporter pour lui des lettres à Venise, trace matérielle de la circulation des objets rendue possible par la circulation des voyageurs18. La preuve matérielle dont la présence est certifiée dans le présent vécu par le narrateur, comme en témoigne le présent des verbes de descriptions, offre un argument de poids pour garantir l’authenticité de l’anecdote, fût-elle merveilleuse. Ainsi Mandeville conclut-il son paragraphe consacré à l’existence légendaire d’un homme né pourvu de cornes par l’affirmation au présent de l’indicatif de l’existence de ces cornes. Ces reliques toujours visibles à Alexandrie sont la preuve de son existence19. Mais, dans le texte de Mandeville comme dans la plupart des récits de voyages, les preuves matérielles les plus fréquemment invoquées sont les reliques et autres témoignages des miracles qui persistent en Terre Sainte. Ce lieu permet au pèlerin de se situer sur la scène même de l’Histoire Sainte et de mettre ses pas dans les empreintes de ses acteurs dont les signes encore visibles sont l’expression de l’actualité et de la vérité du miracle. Dans sa description de la Terre Sainte, Mandeville certifie les miracles par la description de leurs preuves matérielles, les objets qui incarnent l’action divine sur terre et en constituent les relais mémoriels. Ceci est un des aspects du récit de Mandeville qui semble tirer sa source d’inspiration des guides de pèlerins dont il copie les contenus informatifs mais aussi une certaine tonalité prosélyte ainsi que pragmatique, semblable à un guide de pèlerin. En effet, le récit s’apparente à une invitation au pèlerinage et le narrateur annonce avec sollicitude l’aide qu’il souhaite apporter aux futurs pèlerins, évoquant par exemple les différents itinéraires possibles selon le lieu d’origine et le temps dont dispose le pèlerin20. Le narrateur réaffirme ainsi la fonction didactique du texte qui transmet conseils et recommandations pratiques. Ainsi, souvent, Mandeville ne décrit pas seulement son cheminement en Terre Sainte sur le mode personnel du témoignage, mais aussi les différents itinéraires possibles pour d’autres pèlerins. Il affirme des vérités générales en prenant comme sujet de l’action un hypothétique et générique voyageur dans lequel peuvent se reconnaître tous les aspirants pèlerins21.

  • 22 « parésceme que yo valgo más por aquello ahora », ibid., p. 265.

13Le procédé permet d’ouvrir le récit au-delà des bornes du témoignage personnel et d’énoncer des vérités dont la validité et l’utilité sont affirmées par cette formulation d’un sujet indéfini, gage d’une valeur universelle. L’expérience physique du voyageur cautionne là aussi le récit, Mandeville affirmant avoir goûté aux eaux d’une source capable d’apporter la guérison toute maladie : ici, Mandeville rationnalise, réduit et démythifie l’élément merveilleux pour mieux le rendre acceptable. Les conséquences de cette expérience ont apparemment eu un effet durable puisque le narrateur affirme les ressentir encore au moment de sa narration et cet état de santé rapporté de ses voyages fonctionne comme une preuve supplémentaire, un phénomène permettant d’établir un lien entre le présent de la narration et le passé des aventures en territoire étranger22.

L’épaisseur temporelle du récit : les traces de l’ancrage historique

14Au gré des objets ou ruines rencontrés, l’auteur introduit des narrations interpolées, souvent à la faveur d’une ekphrasis. La simple narration du voyage se complique de ces ajouts qui permettent d’insérer leslieux décrits dans leurs différents moments historiques et justifient l’intérêt de leur présentation. L’étranger prend alors forme dans cet entrelacement de références et d’époques qui donnentà sa figure une épaisseur mythique et historique.

  • 23 Mary B. CAMPBELL, « The object of One’s gaze : Landscape, writing and early medieval pilgrimage », (...)
  • 24 « La principal vía de transmisión en Occidente (del ciclo troyano) son las novelas de época imperia (...)

15Si le présent du pèlerin est avant tout mémoriel et n’a pas de valeur propre en dehors de celle de la répétition miraculeuse de l’évènement sacré qui se réalise au travers de signes et de rituels qui le réactualisent, le récit de voyage, au contraire, se nourrit de cette temporalité et de cette richesse mémorielle et lui adjoint un intérêt pour le présent du voyage et la réalité contemporaine au voyageur23. Un récit de voyage stricto sensu n’amènerait son auteur qu’à décrire l’époque contemporaine au voyage entrepris. Mais l’auteur introduit de nombreuses digressions dans l’itinéraire poursuivi par le voyageur et, en particulier, consacre de nombreux passages à expliciter les évènements anciens liés aux lieux parcourus, qu’ils soient légendaires ou historiques, antiques ou plus récents. Selon les textes et les visées poursuivies par leur auteur, ces mentions d’évènements et de mythes antiques, maniées de différentes façons, révèlent toutes l’importance acquise à la fin du Moyen Âge par le souvenir de la grandeur antique et la diffusion de la culture humaniste. Les multiples références au cycle troyen révèlent l’impact important de la diffusion de la légende troyenne à travers les œuvres de pseudo Dyctis de Crète et de Dares le Phrygien dont on conserve différentes traductions castillanes24. Ces figures mythiques de l’Antiquité prennent parfois une ampleur remarquable et les narrations interpolées se chargent alors d’une signification symbolique et didactique dont usent certains auteurs pour enrichir leur description de l’étranger d’un message moral didactique mais surtout pour mettre en valeur leur culture humaniste comme gage de leur valeur auctoriale.

Souvenirs et ruines antiques

  • 25 Livre II, Guerres contre les Étrusques [509–499] [2,12] XII.

16Le déplacement vers l’Est réalisé par les voyageurs des récits ici étudiés constitue en réalité un déplacement vers le passé de l’Occident chrétien. Leur traversée de la Méditerranée les amène à retrouver les berceaux de la culture européenne et de la religion chrétienne. Les auteurs, dans les limites de leur propre culture, sont amenés à faire référence aux mythes ou aux grands évènements historiques liés aux territoires qu’ils abordent. Cela donne le plus souvent lieu à un saupoudrage de références topiques et laconiques faisant appel à la propre culture du lecteur, appelé à compléter ce qui reste allusif. La description des lieux liés à de célèbres évènements historiques ou mythiques peut alors être mêlée à de courts développements narratifs fonctionnant en grande partie sur la connivence de l’auteur avec le lecteur. La visite de Rome est l’occasion pour les auteurs d’introduire de nombreuses références à l’Antiquité suscitées par la vision des monuments anciens, des ruines et des sculptures. Le lien entre le paysage décrit et l’histoire qu’il évoque permet de fondre les références et les récits interpolés dans le fil de l’itinéraire. Ainsi, dans le récit de Pero Tafur, la vision d’une statue amène le narrateur à introduire le récit exemplaire d’un héros antique, le courageux Mucius Scaevola, une anecdote tirée deAb Urbe Condita de Tite-Live25 :

  • 26 M. Á. PÉREZ PRIEGO, éd. cit., p. 232.

están muchos edificios e memorias antiguas. Está aquella figura de aquel Mucio que decercó a Roma e, pensando matar al rey, mató al privado, por que él se condenó e dexó quemar el braço derecho. Este está sobre un gran cavallo de latón dorado e uvo buen maestro asi su figura como el cavallo en que está26.

17Seul l’adjectif « antiguo » permet au narrateur de situer la lointaine époque de lagrandeur romaine d’une façon toutefois très imprécise. Ici l’anecdote antique est une référence aux Anciens comme un modèle de courage dont le souvenir héroïque est perpétué par l’œuvre d’art qui permet de réactualiser l’épisode par une narration dramatique. Il s’agit d’un topique correspondant à la mentalité chevaleresque professée par le narrateur tout au long du texte et à son éloge constant de la vertu du courage comme preuve de noblesse. Il ne précise pas la source textuelle dont est tirée l’anecdote, l’évocation laconique du personnage étant suffisamment célèbre pour être comprise par le lecteur. Dans ce récit, les mentions à la période antique sont, en effet, généralement très brèves. Cette anecdote est exceptionnellement développée et, sans doute, sa dimension héroïque et son lien avec la mentalité chevaleresque justifient-t-ils ce développement au sein de l’économie du texte. L’auteur privilégie en effet les récits présentant un comportement chevaleresque exemplaire, en particulier le courage au combat et l’abnégation dont il sait lui-même faire preuve à l’occasion. Ainsi cette anecdote trahit à la fois l’admiration de l’auteur pour le héros antique et sa volonté de briller par son propre courage, ainsi que son désir de justifier son récit par des exempla célèbres qui lui confèrent une dimension didactique et érudite. Pero Tafur poursuit sa visite de Rome et cite les plus grands noms de l’histoire romaine, véritables passages obligés dont la citation est un gage de la culture de l’auteur. Ainsi le narrateur, à l’occasion de sa découverte des différents monuments romains, énumère une très allusive liste de quelques personnages clés de l’Antiquité. Parmi ceux-ci se démarque l’empereur Trajan, dont le narrateur précise l’origine castillane comme pour mieux glorifier sa propre nation ; il souligne en effet que les lois données par Trajan aux Romains sont toujours en vigueur à Rome et en Espagne, tant sur les champs de bataille que pour la gestion politique. Le parallèle établi avec la capitale de l’empire romain souligne par la même occasion la grandeur hispanique :

  • 27 Ibid., p. 233–234.

Cerca de aquí está una gran columna de una piedra la cual fue fecha a memoria del emperador Trajano, que fue de Castilla, natural de Pedraza, e dio las leyes a Roma por do oy ellos e nosotros usamos así en las batallas como en el regimiento público […] el arco triunfal de Jullio César […] allí fue muerto Jullio César por mano de Casio y Bruto […]. Allí están las sepulturas de Remus e Rómulo, primeros edificadores de Roma. E están otras muchas estatuas asi de ombres como de mugeres que por cosas que fecieron,las pusieron allí a perpetua memoria27.

  • 28 « santuarios e obras e edificios antiguos […] los cuales yo dudo no solamente poderlos escrivir, ma (...)

Le narrateur indique précisément le lieu de l’assassinat de Jules César, les sépultures de Romulus et Rémus, la simple évocation de ces noms si célèbres suffisant à éveiller l’imaginaire d’un lecteur cultivé et créant une complicité et une confiance envers l’auteur. Cependant, face à l’abondance des statues dont il ignore l’identité, le narrateur a recours à un anonymat pluriel désignant ces femmes et ces hommes qui, pour une raison qu’il ignore, ont mérité un monument perpétuant leur souvenir. Cette préservation du souvenir a paradoxalement réussi, puisque le narrateur ne peut qu’évoquer la présence du monument, pourtant vide de sens à ses yeux, et cite ces personnages tout en ignorant leur identité. Pero Tafur avoue lui-même, dans une manifestation d’humilité outrée, qu’en dépit de son admiration pour leur grandeur déchue, le sens et l’origine de ces vestiges antiques se dérobent souvent à lui28. De la même façon, le narrateur Pero Tafur, lorsqu’il recherche les ruines de Troie, est confronté aux méfaits de l’oubli dans cette difficile quête des vestiges du passé qu’il peine à identifier. Seule la rumeur et les légendes colportées oralement permettent d’identifier les restes de la légendaire ville mais, à sa grande déception, le narrateur ne trouve personne sur place capable de lui expliquer l’origine et la signification de ces ruines :

  • 29 Ibid., p. 288.

Fízeme pasar a la Turquía que es un pequeño estrecho a un lugar que llaman Fojavieja, que se dize que es una puerta de Troya […] fallé alli uno mi amigo que conoci en Sevilla e roguele pues él tenía tanta noticia con los turcos,que enviase un hombre suyo comigo que me levase fasta Troya […] caminé por tierra dos jornadas por aquel lugar que dicen que era Troya, no fallando persona que supiese dar razón ninguna […]. Lo que más vi para conocer que aquel fuese el Elión de Troya fue ver grandes pedaços de edificios e mármoles e losas e aquella ribera e aquel puerto de Tenedón enfrente e un muy grande otero, como que caída de grande edificio lo oviese fecho.E desto no pude más saber29.

18Les signes du passé sont rebelles au récit faute de locuteur capable de faire lien. Cette limite même fonctionne comme outil pour corroborer l’authenticité du récit puisque le voyageur doit avouer les lacunes de son savoir. Privé d’explication, il contemple alors des ruines réduites à leur matérialité, maigres indices dans lesquels il s’efforce d’entrevoir un passé mythique . Ici encore, la présence de l’Antiquité est avant tout marquée par l’oubli, l’effacement du souvenir de la grandeur antique. En effet, la vision de Rome qu’offre Pero Tafur est marquée par l’affirmation de la décadence de celle qui fut la tête d’un empire. La grandeur déchue trouve son corollaire dans l’oubli dans lequel tombent légendes et monuments et conforte l’exemplum ainsi donné sur l’action destructrice du temps et la précarité de la Fortune :

  • 30 Ibid., p. 234–235.

Roma que solíe ser cabeza del mundo e agora es cola […] está en tan baxo estado que decirlo es vergonçoso […]. Jamas fallé un ombre en Roma que me sopiese dar razón de aquellas cosas antiguas30.

  • 31 Philippe MÉNARD, « Le sentiment de décadence dans la littérature médiévale », in : Emmanuèle BAUMGA (...)

Cette insistance du narrateur sur la décadence de Rome et de Constantinople, enaccord avec le pessimisme propre à la fin du Moyen Âge31, est à mettre en relationavec son inquiétude face au pouvoir croissant des Turcs, avec la prise de Constantinopleet les reproches explicites qu’il fait aux princes chrétiens de ne pas avoir sus’unir pour défendre cette dernière. Sa vision d’un monde menacé par le déclin et laruine qui ne laissent des plus grandes civilisations que des amas de pierres éparsesest nettement déterminée par le contexte d’érosion du pouvoir d’une Chrétientéen repli suite à de cuisantes défaites.Le narrateur Pero Tafur parvient cependant, lors de son passage par les îles grecques, à localiser et identifier des lieux qui lui offrent l’occasion de citer certains des noms les plus célèbres :

  • 32 M. Á. PÉREZ PRIEGO, éd. cit., p. 241–242.

Después fezimos vela la vía de Candía,que antiguamente se llamaba Creta,do fue rey Agamenón, príncipe de los griegos contra los troyanos […]. La isla de Citerea que los griegos dizen,Cetril, me fue mostrada […] esta es aquella donde Paris robó a Elena e la levó a Troya […] la cibdad de Candía es muy grande e de grandes edeficios, dizen que tres millas de allí está aquel laberinto que fizo Dédalo o otros muchos antiguos32.

  • 33 On trouve d’autres mentions de personnages antiques plus loin dans le texte : « Fui a Atherines, ci (...)
  • 34 Ibid., p. 316.
  • 35 Ibid., p. 342.

Ces références sont concentrées sur les quelques pages correspondant à la présence du narrateur dans les îles grecques33 où persistent les traces et le souvenir, même vague, de l’Antiquité ; cependant on peut aussi imaginer que Pero Tafur aurait disposé pour la rédaction de ces pages de l’aide d’une personne qui aurait été à même de compléter sa vision de cet espace géographique par des références érudites. L’auteur signant ces pages peut ainsi faire montre de sa culture et de sa connaissance des écrits grecs en brossant à grands traits un résumé de le guerre de Troie ou du mythe de Dédale. Cette valorisation de la culture classique dont pouvait disposer l’auteur n’est pas anodine dans ce texte personnel tendant à magnifier son auteur. Mais les mentions des ruines troyennes prennent une tout autre valeur plus tard dans le texte, lorsque le narrateur, arrivé en Allemagne, reparle de la blessure dont il souffre et qu’il n’a pu soigner correctement. Cette blessure est la trace, glorieuse, d’une action héroïque qu’il a menée près des Dardanelles, en faveur de quelques chrétiens attaqués34. La gloire du mythe troyen contamine le présent de la narration car le narrateur, par sa formulation, rapproche son combat de ce mythique antécédent : « por cuanto yo avía mal de un golpe de frecha que me avían dado,como dixe, en Troya, e como siempre caminaba, toda vía se empeorava »35. Blessé à la chevillepar une flèche ennemie en voulant secourir des chrétiens dans le détroit desDardanelles, Pero Tafur s’assimile à un héros troyen.

  • 36 Ibid., p. 228, 229 et 234.
  • 37 « e cayó su palacio, e aún se dice que cada año en el día del nacimiento de Nuestro Señor una parte (...)
  • 38 « El Coliseo, que fue según dizen, el mayor e mejor e más rico edificio que en el mundo fue fecho, (...)

19D’autre part, Pero Tafur fait preuve d’un intérêt marqué pour les éléments témoignant de la concurrence entre l’Antiquité païenne et la Chrétienté. Il fait souvent référence à des évènements présentant la relation conflictuelle opposant les monuments antiques et leurs ruines à la Chrétienté triomphante. Pero Tafur répète trois fois la légende de la destruction des monuments antiques par le Pape Grégoire afin de faire cesser cette rivalité profane dont pâtissaient les monuments sacrés chrétiens36. Il reprend également une légende qui relie directement la ruine du monde païen au triomphe christique : selon celle-ci la Sibylle aurait prédit que les palais de l’empereur Auguste s’écrouleraient lorsque la Vierge accoucherait et ce fut effectivement le cas à la naissance du Christ37. Ces mentions répétées témoignent de sa préoccupation pour la possible conciliation entre l’appartenance chrétienne et la curiosité profane pour les choses antiques, et on peut ici penser aussi bien aux textes qu’aux monuments. Le narrateur fait en effet souvent preuve d’une grande admiration et de beaucoup de curiosité pour les monuments antiques, grecs ou romains38.

20Cette curiosité et cette admiration pouvaient toutefois être considérées comme des distractions condamnables sur un itinéraire de pèlerinage. Cependant le voyage de Tafur, s’il emprunte le chemin de Jérusalem et du Sinaï, démontre nettement dépasser amplement les limites du pèlerinage et cette curiosité n’est qu’un des multiples indices de la modernité d’esprit de son auteur ou, du moins, de sa volonté d’en faire montre. De la même façon, dans La Embajada, et bien qu’il s’agisse d’un récit d’ambassade à but strictement politique, l’auteur évoque également quelques grands noms de l’histoire et de la littérature grecques à la vue des lieux qui leur sont liés. Il semble ainsi chercher à complaire à son lecteur et ennoblir son récit par ces démonstrations d’érudition humaniste. Parmi ces références, la légende troyenne occupe une place privilégiée et on retrouve, mêlée à la description des lieux, une narration brève de l’évènement mythique initiant la guerre de Troie :

  • 39 Ibid., p. 18–19.

pareció un castillo pequeño de torres altas […] en guarda de la sobida del castillo, e un poco adelante a la vuelta de la dicha isla en un llano de hazia el mar pareció un gran pedaço de muro e torres derrocadas e dixeron que allí fuera el templo que Paris derrocara cuando robara a Elena e quebrantara el ídolo al tiempo que el rey Príamo su padre lo embiara fazer guerra en la Grecia39.

  • 40 L. HARF-LANCNER, Laurence MATHEY-MAILLE et Michelle SZILNIK (éd.), Conter de Troie et d’Alexandre. (...)

Seules les ruines subsistent, lien direct entre les évènements mythiques et le voyageur, et ce dernier se fonde sur les témoignages qu’il rapporte au passé (« dixeron »). La récurrence des références à Troie n’est pas négligeable car cette ville, symbole omniprésent dans l’imaginaire médiéval européen, incarne, au-delà d’un évènement mythique unique, la représentation des rapports conflictuels entre l’Orient et l’Occident40 et, plus précisément, le précédent mythifié d’un pouvoir asiatique déchu de sa gloire par l’action belliqueuse de Grecs héroïques auxquels les Occidentaux aimaient à s’identifier. Les anecdotes éveillant chez le lecteur le souvenir de la guerre la plus sublime et épique composent ainsi une toile de fond érudite et glorieuse pour ce récit d’ambassade dont l’intérêt est centré sur les questions militaires et stratégiques.

21Par contre, bien que l’auteur du Libro del conosçimiento ait certainement disposé de riches ressources documentaires pour y puiser des anecdotes détaillées, ce récit fictif ne présente que de rares et brèves références à la période antique. On trouve cependant les mentions les plus classiques esquissées brièvement. Ainsi le narrateur lors de son passage en Grèce ne manque pas de citer Troie et la guerre qui la détruisit, mais aussi Jason et la Toison d’or :

  • 41 J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 366 et 367.

Feradelfin, la cual confina con los términos de Troya,la que destruyó el rey Menalao de Grecia. E antiguamente esta Troya era cabeça de toda Asia la Menor que agora dizen Turquía […] e aquí fue el templo do estava el carnero dorado encantado el cual desencantó Jasón el griego41.

  • 42 Ibid., p. 390.
  • 43 La légende d’Alexandre trouve ses sources au IIIe siècle après Jésus-Christ, dans Le roman d’Alexan (...)

La référence à Alexandre le Grand dans ce texte concerne son combat contre les hordes de Gog et Magog qu’il parvint à enfermer pour en protéger le monde civilisé : « Alexandre no los pudo conquerir nin les pudo entrar aquellos montes pero que les encerró e atapoles las puertas del fierro con grandes peñas »42. Ces trois citations concernent un évènement antique transmis par une riche tradition littéraire43. Le texte se limite à une brève allusion explicite qui fonctionne comme une amorce narrative que complète le lecteur lettré dans une démarche de lecture intertextuelle.

22Les allusions à l’Antiquité sont plus rares dans El Libro del Infante don Pedro de Portugal dont l’intérêt est recentré sur un imaginaire chrétien puisque cette narration culmine lorsque les personnages atteignent le royaume du Prêtre Jean et leParadis terrestre. Le narrateur offre cependant une description de la ville de Troie que l’Infante et ses compagnons auraient visitée :

  • 44 Elena SÁNCHEZ LASMARÍAS, « Edición del Libro del Infante don Pedro de Portugal de Gómez de Santiste (...)

vimos la ciudad de Troya, que es de fasta trezientos mil vezinos, y primero que entrássemos a la ciudad, travessamos tres palenques de huessas y travessamos cuatro cercas antes que entrássemos en la ciudad, porque se temían del Maestre de Rodas, y era cercada de manera que la no podiessen entrar44.

  • 45 À l’époque de la rédaction du Libro del Infante le Grand Maître de l’ordre de Saint Jean de Jérusal (...)

Révélant clairement sa nature fictive, ce récit présente Troie comme une ville intacte et vivante, contrairement aux récits réels qui ne parlent que de ruines éparses. Troie est anachroniquement intégrée au présent des lecteurs au travers de la mention de l’attitude menaçante du Maître de Rhodes45. D’autre part, le texte s’appuie sur deux autres légendes de source antique lorsqu’il décrit les Amazones et les Centaures qui sont cependant intégrés à la légende du Prêtre Jean et présentés comme ses vassaux.

23El Libro del Infante et El Libro del conosçimiento, tous deux fictifs, ne consacrent donc que très peu d’attention aux références antiques. Leur intérêt n’est aucunement tourné vers la réalité des évènements historiques ou les traces archéologiques des mythes antiques. Délaissant le passé historique ou mythique, ces auteurs concentrent leur attention sur des merveilles auxquelles sont confrontés directement les voyageurs personnages dans l’actualité du récit, ce qui donne lieu à une interaction justifiant la description et confère ainsi beaucoup plus de vivacié à leur narration. El Libro del Infante en particulier accorde une place centrale aux aventures vécues par le héros voyageur et ses compagnons et décrit donc les merveilles dont l’existence est constatée par ceux-ci au cours de leur voyage. En réalité, ces merveilles sont le plus souvent des créatures ou des lieux jouant le rôle d’adjuvant ou d’opposant dans la quête entreprise par l’Infant don Pedro : les interpolations et allusions aux mythes sont intégrées pleinement à l’économie narrative. Cela distingue donc ces deux récits fictifs de celui de Mandeville dans lequel l’auteur se complaît à la fois dans l’accumulation de savoirs érudits et dans la remémoration de mythes et d’évènements sans lien avec le fil narratif peu étoffé. Le narrateur Mandeville décrit de nombreuses merveilles pouvant se rapporter aux époques passées en une collection de tableaux à laquelle l’itinéraire ne sert que de prétexte et de contexte.

  • 46 « En las escrituras de Alexandre Magno se lee ». J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 287.
  • 47 « en el desierto, donde a Alexandre fablaron el árbol del sol y de la luna », ibid., p. 184.
  • 48 « E la mayor ciudad de África es Cartago, que tenía Dido, con la cual casó Eneas el troyano, y desp (...)
  • 49 « E más alto, contra el cabo de la gran mar hazia donde solía ser Troya, alto en la ribera de la ag (...)
  • 50 « Assí mesmo, los de Macedonia, donde fue rey el gran Alexandre, son sus súbditos, y de allí fue na (...)
  • 51 Aristote fut traduit en Espagne dès le xiie siècle à partir de l’arabe et du grec, notamment par Gé (...)
  • 52 J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 205.

24Son rapport d’érudition lettrée à l’Antiquité est manifeste lorsqu’il cite le cycle alexandrin comme source de l’information qu’il véhicule46, dans une recherche d’autorités textuelles extérieures pouvant conforter sa légitimité. Il fait d’autres références à la légende d’Alexandre qui démontrent sa connaissance des aventures orientales de ce dernier47, ainsi qu’au mariage de Didon et Énée48. Il se permet même le luxe de localiser précisément l’ancien site de Troie49 ainsi que le tombeau d’Aristote dont il dit qu’un culte lui serait rendu50, signe d’un intérêt tout particulier pour ce philosophe, objet d’une révérence exceptionnelle en Espagne51. Preuve supplémentaire de sa bonne connaissance de la période antique, lors de sa description du temps de Salomon à Jérusalem, Mandeville énumère les différents empereurs romains de Titus et Vespasien, responsable de sa destruction, à Hadrien qui en entreprit la reconstruction52.

Conclusion

25La description de l’environnement traversé par le voyageur entraîne et justifie l’évocation d’évènements anciens, qu’ils soient mythiques ou historiques, dont ces lieux gardent la trace et/ou le souvenir. Les narrateurs ancrent leur évocation du passé antique ou mythique dans le lieu et les objets qui lui sont liés, en particulier les œuvres d’art qui en portent la trace mémorielle et justifient une réactualisation de l’événement fondateur au travers de la narration. Le passé ne surgit que dans la mesure où le narrateur en cherche les signes, alors même que les autochtones en ont perdu le souvenir, par inculture, paresse ou misère, contrepoint à l’action louable menée par le voyageur de revivification et transmission d’une mémoire historique. Ainsi, la trace ou la ruine crée-t-elle un lien entre l’expérience du voyageur et les références intertextuelles qui nourrissent sa vision du monde et lui confèrent une épaisseur temporelle et mythique propre à susciter l’intérêt du lecteur mais aussi sa complicité pour les références culturelles communes. Ces objets provoquent le souvenir, déclenchant le récit lui-même ou son allusion et établissant une fusion entre les présents du voyageur, de l’auteur et du lecteur. Comme le souligne Christine Montalbetti la ruine et la trace mettent l’intertextualité au service de l’écriture référentielle :

  • 53 Christine MONTALBETTI, « Entre écriture du monde et écriture de la bibliothèque. Conflits de la réf (...)

La trace et la ruine fonctionnent en un autre sens comme opérateurs d’intertextualité. Éléments visuels, mais incomplets, elles participent des choses vues autant qu’elles appellent le discours de savoir qui les restitue dans leur complétude. À l’intersection du monde et de la bibliothèque, elles font reposer la nécessité du geste intertextuel sur une logique de la synecdoque ou de la métonymie […] ; la trace ou la ruine signalent l’évènement historique et appellent le récit qui en rend compte53.

26La Embajada et Las Andanças, récits tirés d’un voyage réel, portent une attention soutenue au souvenir des évènements antiques d’ordre épique ou héroïque, Pero Tafur entretenant la dimension chevaleresque propre à son texte. La simple mention des noms propres les plus célèbres suffit le plus souvent à évoquer leurs hauts-faits sans que les narrateurs n’aient besoin de les expliciter, la simple allusion créant davantage la complicité flattée du lecteur capable. Ce sont en effet généralement des figures antiques dont la gloire a été entretenue à l’époque médiévale par une riche tradition textuelle, comme c’est le cas pour les personnages du cycle troyen ou Alexandre. Si le constat des ruines relie l’expérience du voyageur au passé et justifie son entreprise auctoriale, d’autres objets viennent consolider cette dimension matérielle de vérification du récit : les présents, reliques ou souvenirs rapportés au pays d’origine. Ces véritables morceaux d’ailleurs relient les espaces disjoints et témoignent en outre de la respectabilité de l’auteur lorsqu’ils lui ont été offerts, en particulier par de grands personnages comme dansLa Embajada a Tamorlánou le récit de Pero Tafur où ces objets intègrent une stratégie d’auto-promotion.

  • 54 « Une connaissance empirique des espaces lointains se constitue peu à peu dans l’esprit des voyageu (...)
  • 55 C’est à une telle conciliation des savoirs que fait référence Zweder VON MARTELS, Travel Fact and T (...)

27Ces récits de voyages qui se développent sous la poussée de la curiosité pour l’ailleurs articulent avec souplesse les contenus provenant des sources érudites et empiriques : s’ils cherchent à légitimer le savoir neuf du voyageur ils continuent toutefois de relayer les grandes lignes de la géographie savante traditionnelle. La connaissance empirique des espaces lointains qui se constitue peu à peu ne peut faire l’économie du substrat mythique et merveilleux qui constitue la base de l’horizon d’attente des lecteurs et elle entretient donc avec celui-ci un rapport fluide et complexe, où l’invalidation partielle repose paradoxalement sur la certification de certains éléments54. La création des dispositifs de vérification de la parole du narrateur permet d’autoriser ce curieux mélange aux yeux des lecteurs. Loin d’une opposition entre érudition et expérience, savoir et imaginaire, histoire et mythe, ces couples faussement antagonistes semblent avoir des frontières poreuses, unis dans un projet totalisant qui tend à créer une compilation exhaustive des connaissances sur l’étranger55 mais aussi à rendre vivant dans l’expérience du lecteur l’ensemble des strates de savoirs et d’imaginaires liées à ces lieux.

Haut de page

Notes

1 Cette assimilation est le fruit de la vogue pour le récit de voyage à l’Époque Moderne. « Je crois que j’écrirai un voyage. Je veux que ceux qui le liront parcourent avec moi tout le monde soumis à l’homme » (Étienne de SENANCOUR, Obermann, 1840, 2, p. 170). « Je lis le voyage d’un voltairien en Orient » (Edmond de GONCOURT, Journal, 1864, p. 41). cf. Trésor de la langue française informatisé : http://www.cnrtl.fr/lexicographie/voyages, consulté le 20/07/14.

2 Nous distinguons les descriptions ornementale, expressive et représentative, et, au sein de cette dernière, les fonctions mathésique, mimésique et sémiosique. La fonction mathésique fournit des savoirs et sert l’entreprise didactique. Elle est généralement liée à l’emploi de vocabulaire spécialisé ; Jean-Michel ADAM et André PETITJEAN, Le texte descriptif : poétique historique et linguistique textuelle, Paris : Nathan-Université, 1989, p. 122.

3 « S’il est une spécificité du texte viatique, elle réside sans doute dans son principe de composition. Montage de genres, de voix, de textes, le Voyage est comme prêt à accueillir l’ensemble des discours du monde ». Philippe ANTOINE, Roman et récit de voyage, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, préface, p. 5.

4 « E aun en las orientales partes ay otras muchas cosas que de maravillar son,ansy de las gentes commo de los ritos […] de las quales recuenta frey Odorico de Foro Jullio,frayre dela horden de los menores de tierra del puerto de Manonjs,el qual por aquellas partes andovo e por sus propios ojos averlas el visto afirmo e juro en los sanctos evangelios  ». Eugenia POPEANGA CHELARU, Los viajes a Oriente de Odorico de Pordenone. Bucuarest : Cartea Universitară, 2007, p. 63.

5 « El qual era de la provincia de Padua,cuyo cuerpo esta sepultado en el convento de Vtino e esplandesçe de muchos e grandes miraglos », ibid., p. 63.

6 « A la quales cosas que el dixo […] dize él aver visto », ibid., p. 64.

7 Le pluriel s’impose ici, bien que le récit de Niccoló dei Conti occupe la majeure partie du texte, par l’ajout final des témoignages d’un nestorien et de plusieurs Éthiopiens venus à Rome.

8 Santaella fait même appel à l’autorité divine comme source de cette confiance accordée aux témoignages convergents : « Porque este tratado […] haze mucho para confirmación e prueva de las cosas que micer Marco Polo en su libro escrivió, porque por boca de dos o tres, como Nuestro señor redentor dize, se prueva la verdad […]. Porque juntos tales testigos en este processo hagan llena o casi llena prueva de algunas cosas que, o por no las aver visto en nuestra Europa o leído por muy auténtica escritura, parecen consejas o difíciles de creer ». Joaquín RUBIO TOVAR, Viajes medievales, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2005, p. 122.

9 Le Pogge joue ici, ce me semble, sur la polysémie du terme « fortune » au sens de destin et tempête : « parecen claramente las fuerças de la Fortuna en tornar un hombre a Italia de las partes extremas del mundo del Oriente, después de aver padecido xxv años tan grandes fortunas por mar e por tierra », ibid., p. 122.

10 Ibid., p. 122.

11 « Y en estas cosas cuasi todos concertavan e parecía a mí que no mentían, pues ninguna causa para mentir tenían. Y pareciome que lo devía escrevir por provecho común de los que lo quisiessen leer », ibid., p. 147.

12 « non pude saber do fenecen (estos ríos) », ibid., p. 401.

13 « Él me dio cinco o seis de ellas,las cuales creo que oy las tengo ; diéronme algunas cosas que truxe: dos gatos de la India e dos papagayos e perfumes e otras cosas e una turquesa la cual yo tengo ahora e vituallas para el camino ». Miguel Ángel PÉREZ PRIEGO, Viajes medievales, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2006, p. 276, 280.

14 Ibid., p. 282.

15 Ibid., p. 291 : l’empereur de Trébizonde lui aurait offert un arc et des flèches qu’il possède encore au moment de la rédaction ; p. 297 : « desta doncella recebí yo muchas cosas, especial dos pavellones que truxe en Castilla ».

16 « E allí compré yo dos esclavas e un esclavo, los cuales oy tengo en Córdova e generación de ellos », ibid., p. 303.

17 « Él me mostró un balax de muy grande precio e mostrome un sombrero de yerva redonda, tan delgado como el más sotil filo de seda que podía ser », ibid, p. 273.

18 Ibid., p. 277, 280.

19 « En Egipto en las montañas altas, avía un buen hombre ermitaño á gran tiempo en un monasterio, e cual contava que en el desierto de Egipto avía un hombre con cuernos rgandes y tajantes en la frente […] como el ermitaño lo vido, lo conjuró por Dios que él le dixesse quien era,el cual le respondió que era criatura mortal […]. Y aún oy en día está la muestra de los cuernos en Alixandría po una gran maravilla ». J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 181.

20 « E vos daré a entender por dónde podéis passar allá brevemente sin despender mucho tiempo. Si hombre viene de las partes de Poniente […] », ibid., p. 234.

21 « por donde debe hombre volver para tornar aca ; En aquesta tierra, cuando hombre va a Oriente ; de aquí llega hombre a una montaña […] porque hombre no puede subir encima de aquella montaña ; d’esta ciudad va hombre a la ciudad de Taurisse », ibid., p. 231, 246, 249, 250.

22 « parésceme que yo valgo más por aquello ahora », ibid., p. 265.

23 Mary B. CAMPBELL, « The object of One’s gaze : Landscape, writing and early medieval pilgrimage », in : Scott D. WESTREM (dir.), Discovering New Worlds : Essays on Medieval Exploration and Imagination, New York–London : Garland Publishing, 1991, p. 4.

24 « La principal vía de transmisión en Occidente (del ciclo troyano) son las novelas de época imperial de Dictis y Dares. La obra de Guido de Columnis Historia de la destrucción de Troya (texto latino del siglo xiii), a imitación del roman de Troie de Benoît (siglo xii) tuvo un éxito del que se benefició la obra de Dares, que fue difundida en muchas traducciones de entre las que se conservan una aragonesa y una castellana del siglo xiv y una refundición del mismo siglo titulada Sumas de Historia troyana », José Antonio OCHOA ANADÓN, « El valor de losviajeros medievales como fuente histórica », Revista de literature medieval, 2, 1990, p. 85-102 (p. 93). Voir aussi Louis FAIVRE D’ARCIER, Histoire et géographie d’un mythe. La circulation des manuscrits du De excidio Troiae de Darès le Phrygien (viiie-xve s.), Paris : École Nationale Des Chartes, 2006 ; Marc BOONE, « La materia troiana nell’autunno delMedioevo ispanico », in : Autour du xve siècle. Journées d’étude en l’honneur d’Alberto Varvaro, Genève :Droz, 2008, p. 7-26.

25 Livre II, Guerres contre les Étrusques [509–499] [2,12] XII.

26 M. Á. PÉREZ PRIEGO, éd. cit., p. 232.

27 Ibid., p. 233–234.

28 « santuarios e obras e edificios antiguos […] los cuales yo dudo no solamente poderlos escrivir, mas aun aver mirado, entiendo, como se devía », ibid., p. 227.

29 Ibid., p. 288.

30 Ibid., p. 234–235.

31 Philippe MÉNARD, « Le sentiment de décadence dans la littérature médiévale », in : Emmanuèle BAUMGARTNER et Laurence HARF-LANCNER, Progrès, réaction, décadence dans l’Occident médiéval, Genève : Droz, 2003, p. 137-153.

32 M. Á. PÉREZ PRIEGO, éd. cit., p. 241–242.

33 On trouve d’autres mentions de personnages antiques plus loin dans le texte : « Fui a Atherines, ciudad antigua que fizo Archiles e de alli ovo el nombre », ibid., p. 283.

34 Ibid., p. 316.

35 Ibid., p. 342.

36 Ibid., p. 228, 229 et 234.

37 « e cayó su palacio, e aún se dice que cada año en el día del nacimiento de Nuestro Señor una parte se cae », ibid., p. 233.

38 « El Coliseo, que fue según dizen, el mayor e mejor e más rico edificio que en el mundo fue fecho, e bien parece, aunque por la mayor parte está desfecho, su grandeça e maravillosa fábrica. […] este Coliseo muestra aver seído una muy magnífica e suntuosa obra. […] (un arco triunfal) es muy notablemente obrado », ibid., p. 232–233.

39 Ibid., p. 18–19.

40 L. HARF-LANCNER, Laurence MATHEY-MAILLE et Michelle SZILNIK (éd.), Conter de Troie et d’Alexandre. Pour Emmanuèle Baumgartner, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2006.

41 J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 366 et 367.

42 Ibid., p. 390.

43 La légende d’Alexandre trouve ses sources au IIIe siècle après Jésus-Christ, dans Le roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène qui connaît en Occident une fortune extraordinaire en particulier à travers la Historia de Preliis. Sur l’importance hispanique de la figure d’Alexandre, voir en particulier Amaia ARIZALETA, La translation d’Alexandre. Recherches sur les structures et les significations du Libro de Alexandre, Paris : Klincksieck, 1999.

44 Elena SÁNCHEZ LASMARÍAS, « Edición del Libro del Infante don Pedro de Portugal de Gómez de Santisteban », Memorabilia, 11, 2008, p. 1-30, p. 13.

45 À l’époque de la rédaction du Libro del Infante le Grand Maître de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem devait être Pierre d’Aubusson, quarantième Grand Maître, de 1476 à 1503, surnommé le bouclier de la Chrétienté. Il a en particulier mené une politique active de fortification de la cité et de l’île, ainsi que d’achat d’armes et d’artillerie ce qui lui permit d’opposer une résistance solide au siège de Méhmet II de juin à août 1480. Peut-être peut-on trouver le souvenir confus de cet épisode dans la description donnée par El Libro del Infante.

46 « En las escrituras de Alexandre Magno se lee ». J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 287.

47 « en el desierto, donde a Alexandre fablaron el árbol del sol y de la luna », ibid., p. 184.

48 « E la mayor ciudad de África es Cartago, que tenía Dido, con la cual casó Eneas el troyano, y después fue rey de Italia », ibid., p. 179.

49 « E más alto, contra el cabo de la gran mar hazia donde solía ser Troya, alto en la ribera de la agua », ibid., p. 160.

50 « Assí mesmo, los de Macedonia, donde fue rey el gran Alexandre, son sus súbditos, y de allí fue natural el filósofo Aristótil, de una tierra que se llama Estrangeneres, cerca de la ciudad de Traxer donde está el cuerpo de este filósofo en una tumba sobre un altar donde fazen gran fiesta a su cuerpo, assí como si fuesse santo, y allí fazen su gran consejo todos juntamente y seméjales que en spiración divina Aristótil viene allí en su consejo », ibid.,p. 160-161.

51 Aristote fut traduit en Espagne dès le xiie siècle à partir de l’arabe et du grec, notamment par Gérard de Crémone à Tolède.

52 J. RUBIO TOVAR, éd. cit., p. 205.

53 Christine MONTALBETTI, « Entre écriture du monde et écriture de la bibliothèque. Conflits de la référence et de l’intertextualité dans le récit de voyage au xixe siècle », in : Sophie LINON-CHIPON, Véronique MAGRI-MOURGUES et Sarga MOUSSA (dir.), Miroirs de textes. Récits de voyage et intertextualité, actes du 11e colloque international du Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages, Nice : Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines, 1998, p. 13.

54 « Une connaissance empirique des espaces lointains se constitue peu à peu dans l’esprit des voyageurs et dans la mémoire collective des milieux dont ils proviennent. Cette connaissance n’a que faire comme telle de la géographie savante : avec celle-ci elle entretient un rapport fluide et complexe ». Paul ZUMTHOR, La mesure du monde : représentation de l'espace au Moyen Âge, Paris : Seuil, 1994, p. 234.

55 C’est à une telle conciliation des savoirs que fait référence Zweder VON MARTELS, Travel Fact and Travel Fiction. Studies on Fiction, Literary Tradition, Scholarly discovery and Observation in Travel Writing, Leiden : E.J. Brill, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Traces, preuves et sources : autoriser le récit sur l’ailleurs et le passé dans les récits de voyages hispaniques de la fin du Moyen Âge », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23937 ; DOI : 10.4000/e-spania.23937

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org