Navigation – Plan du site
Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge

L’Histoire contre le désordre du monde : Arthur et Charlemagne dans les Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar

Ana Sofia Laranjinha

Résumé

Dans la Istoria de las Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar, Arthur et Charlemagne partagent des traits que l’historien a certes puisé dans ses sources, mais qu’il met en évidence par un tri très efficace de la matière à sa disposition. La construction de ces personnages souligne leur caractère exceptionnel et predestiné grace à certains motifs qui les distinguent et qui concernent non pas leurs actions héroïques, mais leurs origines troubles. Pourtant, se concentrant sur les fondations (des royaumes, des lignages et des héros), Salazar affirme les valeurs de la vieille noblesse et érige les deux souverains en modèles. Ainsi, l’écriture devient mise en ordre du monde et les rappels et répétitions qui relient ces deux figures sont des garants de leur historicité d’après la conception encore médiévale qu’en a Salazar.

Na Istoria de las Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar, Artur e Carlos Magno partilham traços que remontam às fontes utilizadas pelo historiador, mas que são postos em evidência graças a uma escolha muito criteriosa da matéria disponível. A construção destas personagens sublinha o seu carácter excepcional e predestinado graças a certos motivos que os distinguem e que dizem respeito, não às suas acções heroicas, mas às suas origens problemáticas. Porém, concentrando-se nas fundações (dos reinos, das linhagens e dos heróis), Salazar afirma os valores da velha nobreza e glorifica os dois soberanos. Assim, a escrita torna-se ordenação do mundo e os paralelismos e repetições que ligam as duas figuras funcionam como garantes da sua historicidade, de acordo com a concepção ainda medieval que da História tem Salazar.

Haut de page

Texte intégral

1Ce passage que nous pouvons lire dans le prologue des Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar nous présente très clairement sa vision de l’Histoire : une succession désordonnée de victoires suivies d’échecs, de périodes de prospérité qui débouchent sur le malheur et la peine, qui à leur tour précèdent la joie et le succès. En campant dès le seuil de son œuvre la figure de l’auteur, emprisonné par ses propres fils dans sa tour de San Martín, Salazar charge de couleurs sombres cette succession d’événements. En revenant, à la fin de chacun des vingt cinq livres qui constituent son histoire universelle, à cette image de l’auteur solitaire et angoissé, victime des siens, qu’il mettra à chaque fois en rapport avec le titre Bienandanças e Fortunas, il implique son destin individuel dans le désordre du monde. Par cet encadrement de la matière narrative, non seulement les fortunas, qui prennent ici le sens de « mésaventures », deviennent plus présentes que les bienandanças, mais les malheurs ne peuvent être tempérés, du moins pour le moment et dans cette vision d’ensemble, par une justification morale.

  • 2 On retrouve ce sens, entre autres, dans ce passage : « mas dubdo en los abenimientos siniestros de (...)
  • 3 Voir Sabino AGUIRRE GANDARÍAS, Lope García de Salazar. El primer historiador de Bizcaya (1399-1476)(...)

2D’autre part, si le topos de la roue de fortune n’est jamais évoqué dans cet ouvrage où le mot « fortune » est si commun, ce n’est pas parce que Salazar refuse le sens plus neutre qu’il prend alors – celui de « destinée »2 – mais peut-être parce qu’il s‘agit d’une image qui implique la remontée après la chute. Salazar, à la fin de sa vie, assistait aussi à la fin d’un monde – celui des grandes maisons dont le pouvoir reposait sur la domination d’un vaste territoire, qui reculaient devant les courtisans plus proches du roi3. Comme d’autres grands seigneurs avant lui – comme le comte Pedro de Barcelos, par exemple –c’est un monde finissant qu’il cherche à fixer dans son récit. Mais la vision eschatologique est également hors de sa portée ; la mention explicite des âges du monde inspirés de Saint Augustin, qu’il a peut-être puisée dans la General Estoria d’Alfonso X, ne surgit qu’à deux reprises : dans le Prologue et dans le Primero Libro, où les âges du monde ne semblent servir qu’à marquer des repères temporels dans la longue durée, perdant leur dimension spirituelle.

3Ce n’est donc pas du côté de la logique de la « fortune » qu’il faudra trouver un sens au récit de Salazar, ni du côté de l’énumération des âges du monde annonçant la fin des temps. Est-ce alors le souci de rapporter tous les événements passés, la vérité, rien que la vérité, toute la vérité ? C’est ce que l’on pourrait déduire de ce passage du Livre XXIV où il affirme qu’il rapportera toutes ses victoires et celles de son lignage, au risque de paraître se vanter,

  • 4 GARCÍA DE SALAZAR, op. cit., Livre XXIV.

por estas razones que se siguen : lo primero e prinçipal porque escrevió verdad en todo lo suso a él e a sus adversarios tocante e amigos ni enemigos no lo podrían contradezir con verdad por vista ni por oídas […] ; lo segundo, que pues él escrevía aquí todas las omeçidas de las gentes suso contenidas sobre su verdad e segund su entendimiento le alcançó con toda verdad, que no quiso dexar las suyas e de sus parientes e linaje en olvidança e salidas de memoria para sienpre, quánto más pues que dexavan los fechos de sus anteçesores escritos, porque pareçería grande amenguamiento a él4.

4Il tient donc à rapporter toujours la vérité, mais ce souci concerne des événements contemporains où l’historien pourrait être accusé de prendre parti pour les siens. Le narrateur ajoute, d’ailleurs, que les défaites des Salazar seront également racontées, tout comme celles de leurs ennemis.

  • 5 Je voudrais m’excuser de ne pas identifier les passages où surgissent ce terme et d’autres que j’év (...)

5Or, pour l’histoire plus ancienne, ces protestations d’objectivité seront rarissimes : si l’on exclut les passages empruntés à la littérature sapientielle et les récits où le mot n’a pas une portée méta-littéraire, les occurrences de verdad n’atteignent pas la dizaine5 dans tout l’ouvrage du seigneur de Muñatones. Et encore, ce terme ne peut alors plus s’interpréter à la lumière de nos critères actuels. Lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire biblique ou celle des anciens, verdad a une portée éthique et exemplaire ; plus que désigner les événements ayant effectivement eu lieu, ce terme s’applique à ce qui, par son exemplarité, est digne d’être remémoré. Ainsi, Salazar veut faire revivre la mémoire des « sabidores antíguos » qui

  • 6 L. GARCÍA DE SALAZAR, op. cit., Prologue.

 […] escrivieron otrosí las istorias de los príncipes, así de los que fezieron bien como de los que fezieron el contrario, por que los [que] veniesen trabajasen de fazer bien por enxenplo de los buenos e por que por el de los malos se castigasen6.

  • 7 En fait, il reprend presque littéralement un passage du Prologue de la Estoria de España : « [los s (...)
  • 8 En fait, pour cette période, les seuls rois cités dans le prologue sont Arthur et Charlemagne ; God (...)

6Cette conception de l’Histoire comme exemplum n’est pas originale et le passage que je viens de citer, Salazar l’a vraisemblablement puisé dans la Estoria de España7. Pourtant, la fidélité aux sources ne l’empêche pas d’imposer un regard très personnel sur l’Histoire. Entre les héros qu’il admire, quelques-uns se distinguent par le nombre de mentions, notamment dans le prologue, les titres et les résumés qui terminent chaque livre, mais aussi par le développement romanesque de leurs vies ou les adjectifs qui les qualifient. Si nous nous concentrons sur l’histoire médiévale européenne et non ibérique des Bienandanças, que l’on retrouve surtout dans les Livres IX à XI (rapportant l’histoire de la France ; de Flandres, de Bourgogne et d’autres maisons européennes et finalement de la Grande Bretagne), deux héros brillent entre tous. Il s’agit des seuls souverains médiévaux cités dans le prologue8, ceux dont l’histoire s’enrichit de sources romanesques ou légendaires : Arthur et Charlemagne.

  • 9 La même périphrase est utilisée pour Arthur (Livre XI) et Charlemagne (Livre IX).
  • 10 Le motif des nueve de la fama (expression qu’il remplace par « nobles del mundo ») est bien connu d (...)

7Salazar est bien conscient du caractère exceptionnel de ces deux figures et n’oublie pas de mentionner qu’il s’agit, dans chacun des cas, de « uno de los IX nobles del mundo e uno de los III que fueron christianos »9, évoquant ainsi très rapidement le topos des « nueve de la fama »10. En outre, il les rapproche dès le prologue : « Otrosí fablaré […] de los nobles rey Artur de Inguelatierra e rey Carlos de Françia e de sus nobles fechos » et les rapproche à nouveau à travers les titres qui précèdent les récits de leurs règnes :

  • 11 D’ailleurs, Arthur et Charlemagne sont très souvent rapprochés par Salazar : « E vivió este rey Adu (...)
  • 12 Ibid., p. 18

Título de cómo fue engendrado e naçido el noble (e) enperador Carlos, Rey de Françia e Enperador de Roma, e de los sus nobles e grandes fechos e de sus agüelos […] (Livre IX)11
De cómo fue engendrado e naçido el noble rey Artur de Ynguelaterra e de los fechos que en su criança acaeçieron (Livre XI)12

  • 13 Comme le défend Leonardo FUNES, dans la chronique médiévale, « En el horizonte de la estricta inman (...)

8Pour construire les biographies des deux héros, l’historien n’hésitera pas à utiliser des sources non historiographiques, qu’il fondra dans son discours sans signaler le transfert générique13. Il est évident, pour le lecteur des Bienandanças e Fortunas, que les sources romanesques ou épiques ne sont pas ressenties comme essentiellement différentes des sources historiographiques. Elles serviront donc, tout naturellement, à étoffer des biographies jugées trop maigres dans les ouvrages de référence.

9Commençons par le Livre XI, où le travail de réécriture de Salazar semble plus facile à cerner. En ce qui concerne l’histoire de la Grande-Bretagne, il n’invente presque rien, mais ses choix sont si frappants qu’ils tiennent lieu d’œuvre à part entière. L’histoire britannique se déroule depuis sa fondation par Brutus jusqu’au règne d’Edouard IV, contemporain de Lope García de Salazar. Le résumé que nous pouvons lire à la fin du Livre X nous permet de comprendre la place réservée à Arthur :

  • 14 L. GARCÍA DE SALAZAR, Bienandanzas e Fortunas, éd. A. MARÍN SÁNCHEZ, Livre X. Je souligne.

 […] comiénçase el honzeno libro, en que fabla cómo fueron poblados e fundados los reinos de Inguelaterra e d’Escoçia e d’Erlanda ; e de las çibdades de Londres e de las otras çibdades e pueblas d’ellas e de las gentes que las conquistaron e poblaron ; e de cómo salió Bruto con los troyanos, que eran catibos en Greçia, e Asaraco e Corineo [e] el obispo Eleno, fijo del rey Príamo, e poblaron e reinaron en los dichos reinos e islas ; e de cómo Josep Avarimatía e su fijo Josefaz, que fue el primer obispo christiano del mundo, e sus parientes arribaron en Inguelaterra con el Santo Grial e fezieron coberter a muchos christianos e reinaron algunos d’ellos en ellas ; e del noble rey Artur e de sus fechos e del sabio Merlín e de los otros reyes que después d’él allí reinaron ; e de cómo Guillelmo el Vastardo conquistó a Inguelaterra e reinó en ella ; e de la discordia de los ingleses sobre la generaçión del Giboso, Duque de Lancaste ; e de los Duques de Guiana e de Lormandía ; e del rey Aduarte e de cómo se llamó Rey de Françia ; e del rey Enrique el Conquistador e de los fechos que en Françia fizo e de la batalla que los Duques de Françia qu’él vençió ; e del Prínçipe de Galaz e de la presión e muerte e vençimiento d’él e de la cruda muerte del rey Richarte, su fijo ; e de la vatalla e muerte de Arripersi ; e del Duque de Giorque e del reinamiento del rey Aduarte, su fijo ; e del Enrique, fijo del Conquistador, e de la su muerte e del Prínçipe, su fijo ; e de las vatallas d’este Aduarte e del Conde de Varuque e de los de su partida14.

  • 15 Ana Sofia LARANJINHA, « A matéria de Bretanha na Istoria de las bienandanças e fortunas de Lope Gar (...)
  • 16 Son père, Uterpadragón, est une fois « noble » (voir Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 20). Quelques (...)

10Comme je l’ai signalé ailleurs15, l’histoire de la Grande Bretagne semble se diviser, pour l’historien, en trois périodes : le temps de la fondation par Brutus, le petit fils d’Enée ; la refondation que représente la christianisation de la Grande Bretagne par Joseph d’Arimathie et son fils Josephé et qui se rattache, comme nous le verrons, à l’histoire d’Arthur, et finalement la période historique, qui s’étend jusqu’à Edouard IV, contemporain de l’auteur. La valorisation des deux périodes de fondation est évidente, ainsi que la fonction de leurs protagonistes : Brutus et ses compagnons, dignifiés par l’origine troyenne, viennent peupler un territoire pratiquement désert et sont les fondateurs des royaumes d’Occident ; Joseph d’Arimathie et son fils Josephé, le premier évêque chrétien, convertissent le même territoire au christianisme. Quant à Arthur, c’est le premier roi britannique nommé et le seul qui méritera presque systématiquement l’épithète de « noble » ou « noble rey »16.

  • 17 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 11.
  • 18 Voir Harvey SHARRER, The Legendary History of Britain in Lope García de Salazar’s Libro de las bien (...)

11Pour combler le vide entre le temps de Brutus et la période de la christianisation de la Grande-Bretagne, le narrateur affirme : « E así reynaron e suçedieron de unos en otros fasta el tienpo que reynaba en la dicha çibdad de Londres, seyendo cabeça de Ynguelaterra, el rey Luçes Pagano »17. Dans les seize chapitres suivants, la matière proviendra presque exclusivement des trois romans centraux du cycle du Pseudo-Boron, rédigé en France vers 1230 : l’Estoire del Saint Graal, le Merlin et sa Suite, la Quête du Saint Graal suivie de la Mort Artu18. Après la défaite d’Arthur à la bataille de « Saravarre »(Salesbieres), pour clôturer son excursus arthurien, Salazar continue l’histoire des rois de Grande Bretagne grâce à une nouvelle formule de liaison :

  • 19 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 30.

Muchos reyes reynaron en Ynguelaterra e en [E]scoçia e en Erlanda después d’este rey Artur, de que non faze memeoria sinon por la corónica de los reyes de Françia. […] Contado ha la ystoria de los reyes de Françia cómo los fijos del rey Clodones de Françia, que fue [e]l primero rey christiano de Françia […]19.

  • 20 Ce que Salazar n’ignore vraisemblablement pas, puisqu’il situe l’apparition du Graal à la cour d’Ar (...)

12Comme dans le passage déjà cité, Salazar se sert de la succession des rois de Grande Bretagne (et de France) pour assembler des récits de différentes origines, mais jamais il n’oppose leurs statuts en tant que garants de la véracité historique. Dans ce passage comme dans le précédent, le narrateur mentionne le temps inaugural de la christianisation de l’Europe, sans signaler que cette fois-ci il réalise une analepse, puisque Clodones ou Clodoveo, contemporain de Luces, précède Arthur de plusieurs siècles20. Comme lors du résumé du Livre X, l’historien rapproche le temps d’Arthur du temps initial de la conversion de la Grande Bretagne, renforçant le prestige du roi de Logres. Faire briller les grands hommes et mettre en évidence les périodes de fondation : voilà deux démarches parallèles, qui visent à la dignification de l’Histoire ou, pour rejoindre un champ lexical cher au seigneur de Muñatones, à son ennoblissement.

  • 21 Voir H. SHARRER, op. cit., p. 50 et suivantes.
  • 22 Voir, à ce sujet, Diego CATALÁN et María Soledad de ANDRÉS (éd.), Crónica de 1344, Madrid : Seminar (...)

13Pour son histoire de la Grande Bretagne, Lope García de Salazar fait un compte-rendu assez détaillé des Sumas de Historia Troyana de Leomarte21 et introduit dans la partie arthurienne une condensation très intéressante du cycle romanesque du Pseudo-Boron22. En cela, il s’éloigne des trois textes ibériques qui fournissaient un résumé assez détaillé de la matière arthurienne (le Libro de las generaciones, le Livro de Linhagens de D. Pedro de Barcelos et la Crónica de 1404), puisque l’utilisation des romans arthuriens en prose n’est décelable que par de très brèves mentions dans les deux derniers. Il introduit donc le motif du Graal (remontant à ses origines), bien que cette relique ait ici un rôle tout à fait secondaire, servant principalement à lier la période de la christianisation de la Grande-Bretagne à la fin du royaume d’Arthur et peut-être aussi à glorifier le roi par son apparition à sa cour. De toute façon, la dimension spirituelle du récit du Graal s’efface derrière la construction du personnage royal. D’autre part, si le Livro de Linhagens et la Crónica de 1404 se concentraient sur quatre épisodes de la vie d’Arthur – sa conception, la guerre contre les romains, la bataille de Camlann et le départ pour Avalon –, Salazar les reprend tous mais il se concentre surtout sur l’épisode de la conception d’Arthur, qu’encadrent trois autres récits de conceptions atypiques.

  • 23 Que l’on peut lire dans Libro XI..., éd. C. VILLACORTA, p. 11-29.
  • 24 Il est possible que l’espace narratif dédié à Merlin, qui surprend par son extension, s’explique pa (...)
  • 25 Dans le Merlin, Moine est le frère d’Uther et de Pendragon ; ils sont fils du roi Constant. Vertigi (...)
  • 26 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 18.
  • 27 Sur cet épisode, qui contient des éléments caractéristiques du cycle du Pseudo-Boron qui ne se retr (...)
  • 28 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 21.
  • 29 Ibid., p. 23.

14Voici donc en quoi consiste la partie arthurienne des Bienandanças23. Juste après une brève mention de la conversion de la Grande Bretagne menée par Joseph d’Arimathie et son fils, que suit une énumération des principaux lignages issus des premiers chevaliers chrétiens d’Occident, l’historien passe assez abruptement à la matière du Roman de Merlin, au « Título en que cuenta del naçimiento del sabio Merlín e de algunos fechos suyos porque pertenece al nacimiento del rey Artur », soulignant ainsi l’étroite dépendance de la biographie du sage par rapport à son seigneur24. Suit un récit détaillé de la conception de Merlin, fils d’une vierge et d’un démon incube, l’épisode où, enfant précoce, il révèle ses pouvoirs divinatoires et sauve ainsi sa mère d’être mise à mort pour avoir conçu un fils dont on ne connaît pas le père, et enfin celui où il se sauve lui-même d’être tué pour empêcher la ruine de la tour de Vertigier. García de Salazar résume ensuite l’histoire d’Uter et de son frère Padragón, les deux jeunes fils du roi Moynes25 qui, à la mort de celui-ci, sont dépouillés par leur oncle, Vertigier, et doivent se réfugier en Gaule, mais récupèrent le pouvoir grâce à l’aide de Merlin, qui « prometióles su serbiçio porque sabía que dellos avía de venir el noble rey Artur26 ». Tout en étant fidèle au Merlin en prose pour ce qui est des événements qu’il rapporte, l’historien ajoute cette mise en évidence du caractère extraordinaire d’Arthur, que l’épithète habituelle, « noble », vient souligner, et renforce, encore une fois, la solidarité entre le prophète et le roi. Le pouvoir prophétique de Merlin ressort aussi grâce aux nombreuses annonces, plus visibles encore dans le résumé que dans le texte original. Après un long chapitre dédié à la conception d’Arthur, qui naît grâce aux enchantements de Merlin, d’une nuit d’amour où son père prend l’apparence du mari d’Ybernia (Igerne), la duchesse de Tintoyl (Tintagel), suit l’épreuve de l’épée merveilleuse fixée dans la pierre, que seul réussit à retirer le jeune Arthur, élevé sous anonymat par l’un des hommes de confiance d’Uter27. Un paragraphe est ensuite consacré aux exploits du jeune Arthur, mais le texte revient rapidement au thème de l’engendrement pour mentionner la conception de Mordret, fils d’Arthur et de sa sœur Elena, femme du roi Lot d’Ortania et fille d’Ybernia. Comme dans la Suite du Merlin, où cette information ouvre le roman, le fils de l’inceste est immédiatement signalé comme celui « del qual vino mucho daño28 ». Ensuite, après une brève mention de la révélation du lignage d’Arthur à la cour et de son mariage avec Guenièvre, une nouvelle scène, symboliquement liée à l’inceste pratiqué par Arthur, se présente : après s’être égaré dans la forêt, Arthur rêve qu’une « sierpe rabiosa » sort de son ventre et brûle toute la chevalerie de l’Angleterre. Tout de suite après, paraît la « Vestia Ladradora », un monstre composite qui porte dans son ventre ses chiots qui aboient. Merlin révèle à Arthur que le serpent enragé représente son fils « que tú engendraste en grand pecado29 » et que la « Vestia Ladradora » avait été le fruit de l’union entre un diable et une pécheresse amoureuse de son frère – d’un inceste désiré, donc. Finalement, Merlin annonce sa propre mort, enfermé vivant dans une tombe par les enchantements de la Demoiselle du Lac, dont il sera éperdument amoureux. La partie arthurienne de l’histoire de la Grande Bretagne se poursuit avec la matière de la Quête et Mort Artu : l’apparition du Graal à la cour d’Arthur mérite une courte scène, mais toutes les aventures du Graal sont expédiées en un paragraphe. Pour finir, un résumé de la guerre qui mènera à la bataille de Saravarre, où Arthur tue Mordret et celui-ci le frappe à mort, et les deux scènes finales où Arthur fait jeter son épée dans un lac et part avec Morgayna, sa soeur, sur une île où elle le soignera de ses blessures.

  • 30 Voir H. SHARRER, op. cit., p. 20.
  • 31 En fait, les Bienandanças n’incluent pas dans leur résumé du cycle arthurien le Lancelot en Prose, (...)

15Pour construire sa version du cycle arthurien, Lope García de Salazar a puisé dans le cycle du Pseudo-Robert de Boron, comme nous l’avons vu. Fidèle à l’esprit de cette réécriture du cycle arthurien, il met en évidence certaines de ses innovations les plus importantes, comme l’attention portée à la fin des temps arthuriens par le biais des prophéties et des visions et la multiplication des histoires d’inceste. Comme le Pseudo-Boron aussi, mais encore davantage que cet auteur, il se concentre sur le personnage du roi de Logres ; Harvey Sharrer l’a justement remarqué30 et il s’agit d’une démarche toute naturelle pour quelqu’un qui construit un ouvrage historiographique. Mais la cohérence des choix de l’historien basque dénonce ses obsessions, qui ressortent de façon encore plus évidente si l’on se rappelle tout ce qu’il a laissé de côté : dans la Suite du Merlin, la lutte d’Arthur contre ses deux alter-ego, les rois Lot et Pelinor, et la guerre contre le roi Rion, si importantes pour la confirmation de son pouvoir ; dans les derniers livres du cycle, ses rapports troublants avec Lancelot, à la fois garant de son pouvoir et amant de la reine, rapports qui sont toujours au premier plan dans le récit de la maturité du roi et qui déclencheront le conflit menant à la fin du règne et à l’extinction de la Table Ronde31. Éliminant toute mention de la découverte de l’adultère de Lancelot et Guenièvre (et même toute mention de l’adultère), le seigneur de Muñatones concentre ainsi la responsabilité de la fin des temps arthuriens sur Arthur et son fils incestueux. En effet, ce qui est surprenant, c’est que malgré son admiration très poussée pour ce monarque, Salazar mette en avant son crime – l’inceste – dont le fruit – Mordret – mènera à la destruction du royaume, tout en l’entourant de deux personnages au profil plus que douteux. Merlin, fils du diable, mourra misérablement victime de l’amour pour une vierge ; Mordret, lui, est la bête noire de tout le cycle. En rapprochant ce qu’ils ont en commun avec Arthur, Salazar souligne le côté le plus sombre du roi, aggravant la déchéance qui était déjà en marche avec le Pseudo-Boron.

  • 32 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 23.
  • 33 Ibid., p. 24. Ce parallélisme est déjà dans la Suite du Merlin : « tu mourras a hounour et jou a ho (...)

16Or, l’exaltation d’Arthur et la concentration sur ses péchés est peut-être plus paradoxale pour nous que pour l’auteur des Bienandanças e Fortunas. Une remarque non encore mentionnée de Merlin pourra nous donner la clé de la vision de García de Salazar. Après avoir révélé qu’il mourra en lutte contre son fils, il ajoute : « conórtate que sabías que avías de morir, quanto más que será onrrada tu muerte32». Avant d’annoncer sa propre mort aux mains de la demoiselle du Lac, il affirme : « Agora, Rey, pues te he devisado la tu muerte que será honrrada, quiero te devisar la mía, que será cruel e desonrrada33». En effet, Arthur mourra par l’épée, et Merlin enfermé par une femme. Mais le seul fait de connaître sa mort à l’avance est une consolation, un réconfort du même type que celui que procurent les nombreux échos et renvois entre les épisodes qui constituent la partie arthurienne du Livre XI et dont nous pouvons voir un schéma dans le tableau ci-dessous :

17Salazar amplifie le motif de la conception d’Arthur en l’encadrant par d’autres épisodes qui l’annoncent et le réécrivent en quelque sorte, brodant toujours sur le motif des conceptions atypiques, qui semblent se rattacher systématiquement à un destin hors pair. Dans tous les cas, ce destin extraordinaire est précédé d’une enfance troublée par les persécutions et confirmé par une mort tragique, qu’anticipe une prophétie. Au sein des Bienandanças et des Fortunas, voilà l’ordre possible, l’ordre que cherchait l’historien en couchant par écrit les heurs et malheurs de ses héros. D’autre part, le sens moral des actions d’Arthur ne le regarde pas, puisque c’est à une dimension supra-humaine qu’il prétend le guider.

  • 34 Voir, entre autres études, Dominique BOUTET, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris : Ho (...)
  • 35 Rappelons le passage de la Demanda do Santo Graal où une voix surnaturelle annonce que Charlemagne (...)
  • 36 Pourtant, dans le livre VIII, où il ne fait que l’évoquer, il insiste sur l’épithète : « E muerto e (...)

18Revenons maintenant (très rapidement) à Charlemagne et voyons si la même démarche est empruntée pour construire l’image de l’empereur des Francs. Il faudrait commencer par remarquer que les parallélismes explicites entre les deux souverains, que j’ai déjà soulignés et qui surgissent dans le prologue et les titres, doivent certainement beaucoup à l’image que la littérature médiévale en langue vulgaire a forgé de ces deux monarques, présentés tour à tour, suivant l’époque et le milieu, comme le modèle du souverain jamais égalé34. Il est probable que Salazar essaie de faire face à une situation légèrement défavorable pour Arthur35. Poser côte à côte les deux figures dans le prologue contribuerait à élever le roi de Logres, d’autant plus que Charlemagne sera non seulement l’empereur des Francs (dans le Livre IX) mais aussi l’empereur de Rome et de Constantinople (dans le Livre VIII). C’est peut-être aussi pour cela que l’épithète « noble » será un peu moins fréquente chez Charlemagne que chez Arthur36.

19Pourtant, dans le Livre IX des Bienandanças e Fortunas, consacré à l’histoire de la France, la construction du personnage de Charlemagne rappelle celle d’Arthur, puisque les choix de Salazar vont dans le même sens : attention extrême à l’origine irrégulière ; réduction de l’histoire des conquêtes militaires. La conception de Charlemagne est elle aussi marquée par l’échange d’identités, comme celle du roi de Logres : le roi Pépin, dont la femme, Berthe, avait été substituée dès la nuit de noces par la fille de sa nourrice, abandonnée dans la forêt et recueillie par un simple charbonnier, couche avec elle chez son père adoptif et conçoit le futur empereur, dont le lignage ne sera connu que bien plus tard (comme celui d’Arthur). Son accès au trône aussi sera pénible, puisqu’il devra se réfugier en Espagne après avoir tué un de ses demi-frères, qui s’étaient emparés du pouvoir. Plus tard, il reviendra en France et se mariera à Galiana, la fille du roi de Tolède qui l’avait aidé lors de sa captivité en terre musulmane. De façon un peu surprenante, la biographie des parents de Berthe est aussi inclue dans les Bienandanças : Flores, fils du roi maure d’Almería, et Blancaflor, fille d’une comtesse chrétienne qui était sa prisonnière, sont élevés ensemble. Frère et sœur de lait, ils tombent amoureux et lorsque le roi vend la jeune fille pour l’éloigner de son fils, celui-ci va à sa recherche sous couvert d’anonymat et pénètre dans la tour où elle attend le mariage avec le Sultan de Babylone. Ce dernier, touché par leur grand amour, les laisse partir ensemble. Convertis au christianisme, ils deviennent les rois d’Almería et les parents de Berthe.

  • 37 « Sobre la materia carolingia en la Gran conquista de Ultramar y en la Crónica fragmentaria », Hisp (...)

20Les enfances de Charlemagne et l’histoire de ses ancêtres ont probablement été puisées par Lope García de Salazar dans la Gran Conquista de Ultramar, comme le suggère Francisco Bautista, bien qu’elles se retrouvent aussi dans une version tardive de la Estoria de España, la Crónica fragmentaria ou Crónica carolingia37. Il est clair, lorsqu’on lit le titre qui annonce la biographie de Charlemagne, que ce récit n’était pas dans la source principale dont l’historien se sert pour relater l’histoire des Francs :

  • 38 Cette même inversion du déroulement temporel, on la retrouve à la fin du chapitre précédent et au d (...)

Título de cómo fue engendrado e naçido el noble (e) enperador Carlos, Rey de Françia e Enperador de Roma, e de los sus nobles e grandes fechos e de sus agüelos e del [Fol. 160 v., col. a] grande amor que se ovieron e de Gente Alverta, su madre, e de la traiçión qu’el ama que l[a] crió fizo contra ella38.

  • 39 Moins d’un sixième du texte le concerne dans le Livre IX.
  • 40 Berthe est le fruit de l’union entre une chrétienne et un musulman ; Charlemagne se marie avec une (...)
  • 41 Berthe substituée par la fille de sa nourrice ; Charlemagne forcé de fuir ses frères illégitimes.

21Le titre dénonce non seulement l’importance accordée à l’engendrement (en reprenant la formule déjà utilisée pour Arthur), mais aussi l’interpolation d’une matière qui ne faisait pas partie du canevas de base, puisqu’on commence par la conception et les faits de Charlemagne pour revenir à l’histoire de ses ancêtres. On peut alors se demander qu’est-ce qui aurait mené l’historien basque à amplifier la notice de Charlemagne grâce à cette matière, alors qu’il aurait pu se limiter à l’histoire de ses conquêtes, qui n’occupe après tout qu’une petite partie de l’espace narratif qui lui est dédié39. Bien entendu, il l’avait probablement sous la main, et ce récit l’intéressait d’autant plus que l’action se déroulait en Espagne. Mais ceci n’explique pas tout. Plus encore que le cycle du pseudo-Boron, où Salazar avait dû éliminer beaucoup de matière pour s’en tenir à ce qui l’intéressait, ce cycle légendaire se centre surtout sur les origines dramatiques de l’empereur et de ses ancêtres. Plus que ses faits et qualités morales, c’est le caractère exceptionnel de sa biographie et les revers de fortune qui passionnent Salazar ; comme pour la matière arthurienne, le résumé de l’historien finit par mettre en lumière les traits qui se répètent. Ici, le récit des origines n’est plus marqué par l’inceste, mais par les échanges entre le monde chrétien et le monde musulman40, entre les vrais et les faux nobles41, entre le monde d’en-deçà et d’au-delà des Pyrénées. Ce brouillage, qu’alimentent de nombreuses péripéties, finit toujours par se résoudre au profit du christianisme et du sang noble. En fait, que ce soit Arthur ou Charlemagne, les conceptions atypiques et les enfances troublées servent toujours à mettre en évidence la vitalité des héros et de leur sang : conçus en secret, élevés anonymement, ils finissent par se révéler comme les dignes fruits de leur lignée. Le péché et les origines infidèles, loin de ternir leur image, la renforcent comme si les prémisses tumultueuses étaient là pour cautionner leur héroïcité, qui se passe de justifications morales ou même chevaleresques. Nous rejoignons ici les principes de la construction du héros mythique et les motifs reconnaissables de son enfance. L’obsession des origines – qui se manifeste ici aussi bien par l’insistance sur les périodes de fondation que par la multiplication des histoires d’engendrement – a donc pour ce représentant de la vieille noblesse une fonction d’affirmation identitaire, comme l’avait affirmé Arsenio Dacosta à propos de quelques récits de fondation repris par Salazar dans d’autres passages de la même œuvre :

  • 42 « De la conciencia del linaje a la defensa estamental. Acerca de algunas narrativas nobiliarias vas (...)

La soledad absoluta impuesta a esos nuevos Moisés sólo es comparable a la del héroe bíblico de la que toman, a la del sobrehumano Merlín, a la del amparado Pelayo o, para el caso que nos ocupa, a la del oportuno Froom / Jaun Zuria. En todos ellos encontramos un símbolo de superación ante las múltiples adversidades y retos a los que estaba sometido el linaje42.

  • 43 À la limite, on pourrait appliquer à ces récits d’origine qui obsèdent Lope García de Salazar le co (...)

22À aucun moment Salazar ne se justifie quand aux sources non historiographiques qu’il manipule et sur lesquelles il ne jette jamais l’ombre d’un doute. Les parallélismes, les motifs qui se répètent ne semblent pas être ressentis comme des atteintes à la vraisemblance, mais plutôt comme des garants de la verdad exemplaire déjà mentionnée ci-dessus43. Ainsi, grâce à la littérature, Lope García de Salazar parvient à contrecarrer le désordre du monde.

Haut de page

Notes

1 Lope GARCÍA DE SALAZAR, « Prólogo », in : Bienandanzas e fortunas [en ligne], Ana María MARÍN SÁNCHEZ (éd.), Parnaseo. URL : http://parnaseo.uv.es/Lemir/textos/bienandanzas/Menu.htm [consulté le 15 juillet 2014]. Pour tous les passages qui ne se trouvent pas dans le Livre XI, je renvoie à cette édition en ligne, dont les pages ne sont pas numérotées. J’ai aussi tenu compte de l’édition de Rodríguez HERRERO (Las bienandanzas e fortunas, 4 vol., Bilbao : Diputación Provincial de Vizcaya, 1967). L’Edición crítica del Libro de las buenas andanças e fortunas que fizo Lope Garçía de Salazar de María Consuelo VILLACORTA MACHO (Bilbao : Universidad del País Vasco, 2005) se limite à six livres qui ne recoupent pas la matière narrative que j’examinerai dans cette étude.

2 On retrouve ce sens, entre autres, dans ce passage : « mas dubdo en los abenimientos siniestros de fortuna, porque la dignidad de vuestra real señoria fortuna non faga abaxar » (ibid., Livre III) ou dans celui-ci : « E la fortuna en aquella vatalla mostrando asaz dudas, en manera que ni los unos heran vençidos ni los otros vençedores […] » (ibid., Livre VI). Dans son étude Fortuna y Providencia en la literatura castellana del siglo XV, Madrid : Real Academia Española (Boletín de la Real Academia Española, anejo XXVII), 1973, Juan de Dios MENDOZA NEGRILLO ne mentionne pas Lope García de Salazar.

3 Voir Sabino AGUIRRE GANDARÍAS, Lope García de Salazar. El primer historiador de Bizcaya (1399-1476), Bilbao : Diputation Foral de Bizkaia, 1994, p. 289.

4 GARCÍA DE SALAZAR, op. cit., Livre XXIV.

5 Je voudrais m’excuser de ne pas identifier les passages où surgissent ce terme et d’autres que j’évoquerai par la suite, mais l’absence de pages numérotées de l’édition de Marín Sánchez, la plus fiable pour le moment, rendrait ce travail bien inutile.

6 L. GARCÍA DE SALAZAR, op. cit., Prologue.

7 En fait, il reprend presque littéralement un passage du Prologue de la Estoria de España : « [los sabios ancianos] escrivieron otrossi las gestas de los principes, tan bien de los que fizieron mal cuemo de los que fizieron bien, por que los que despues viniessen por los fechos de los buenos punnassen en fazer bien, e por los de los malos que se castigassen de fazer mal […] », MENÉNDEZ PIDAL, Ramón (éd.), Primera Crónica General, estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, Madrid : Bailly-Baillière, 1906, I, p. 3b. URL : https://archive.org/stream/primeracrnicage01sancgoog#page/n4/mode/2u [consulté le 17 juillet 2014]. Il s’agit bien sûr d’un topos qu’Alphonse X reprend d’auteurs plus anciens, mais le fait est que la critique défend en général que Salazar a utilisé la Primera Cronica General, ainsi que la Crónica Geral de Espanha de 1344 (voir C. VILLACORTA, « Introducción », in : Lope GARCÍA DE SALAZAR, Bienandanzas…, libro XI, Bilbao : Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 2000, p. XXI). De toute façon, cette question est loin d’être réglée et mériterait une étude plus approfondie. Dans la General Estoria, Alphonse X avait repris la même idée dans le prologue du Livre I, mais, formellement, Salazar est plus proche du passage de la Estoria de España.

8 En fait, pour cette période, les seuls rois cités dans le prologue sont Arthur et Charlemagne ; Godefroi de Bouillon est la troisième figure nommée. Dans tout le prologue, où semblent se fondre plusieurs versions que dénoncent les répétitions et recoupements, voici les héros qui méritent des adjectifs flatteurs : le « generoso e ensalçado enperador Alexandre », les « nobles rey Artur de Inguelatierra e rey Carlos de Françia », le « noble duque Godofre de Bullón », le « grande e generoso Ércoles de Greçia » et, dans la partie de l’histoire d’Espagne, trois chevaliers : « noble cavallería de Bernaldos del Carpio », « noble cavallería del nonbrado conde Fernán Gonçález », « bravo cavallero Çid Ruy Díaz de Bivar » (L. GARCÍA DE SALAZAR, op. cit.).

9 La même périphrase est utilisée pour Arthur (Livre XI) et Charlemagne (Livre IX).

10 Le motif des nueve de la fama (expression qu’il remplace par « nobles del mundo ») est bien connu de Salazar et aussi de son public, puisqu’il l’intègre parfois dans son discours sans le rendre explicite. Godefroy de Bouillon est le troisième chrétien de cette liste de « nobles del mundo » ; bien que Salazar ne le mentionne pas explicitement, il s’agit de l’un des personnages qui méritent le plus souvent l’épithète « noble ». Des trois juifs, Salazar cite Josué et David, mais il reprend le même adjectif pour qualifier Judas Machabée (« noble Judas Macabeos »). Sur le développement du motif des nueve de la fama, voir Francisco BAUTISTA, « El motivo de los “Nueve de la Fama” en El Victorial y el poema de Los Votos del Pavón », Atalaya [en ligne], 11, 2009. URL : http://atalaya.revues.org/363 [consulté le 15 juillet 2014].

11 D’ailleurs, Arthur et Charlemagne sont très souvent rapprochés par Salazar : « E vivió este rey Aduarte .c. años e reynó en los .lx. años. E morió vençedor e acabador de sus fechos en el mayor estado e nonbradía que rey que reynado oviese en Yngue1aterra ni en Françia, aceptos el rey Artur de Ynguelaterra e el rey Carlos de Françia » (Lope GARCÍA DE SALAZAR, Bienandanza e fortunas, Consuelo VILLACORTA (éd.), Bilbao: Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 2000, p. 42. J’utiliserai cette édition pour les citations du Livre XI.)

12 Ibid., p. 18

13 Comme le défend Leonardo FUNES, dans la chronique médiévale, « En el horizonte de la estricta inmanencia, no es posible encontrar una especificidad que distinga el relato histórico del relato ficcional […] » («La crónica como hecho ideológico», La Corónica, 32 (3), 2004, p. 83). Pourtant, les auteurs alphonsins ont puisé à des sources très diverses, mais en ayant soin de les signaler et d’en spécifier le genre, qui est un critère important de leur hiérarchisation (voir Georges MARTIN, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : Georges MARTIN (éd.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XV), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 16-17). Salazar, par contre, n’a plus du tout cette préoccupation. Sur la relative absence de rigueur scientifique dans l’historiographie post-alphonsine, voir Diego CATALÁN, La Estoria de España de Alfonso X : creación y evolución, Madrid : Seminario Menéndez Pidal, Universidad Complutense de Madrid, 1992, p. 156.

14 L. GARCÍA DE SALAZAR, Bienandanzas e Fortunas, éd. A. MARÍN SÁNCHEZ, Livre X. Je souligne.

15 Ana Sofia LARANJINHA, « A matéria de Bretanha na Istoria de las bienandanças e fortunas de Lope García de Salazar: modalidades e estratégias de reescrita », in : Actas del IV Congreso de la Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas (Barcelona, 4-8 de set. 2012), sous presse.

16 Son père, Uterpadragón, est une fois « noble » (voir Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 20). Quelques chevaliers seront aussi qualifiés comme nobles, mais il s’agit de personnages collectifs ou décidemment secondaires, qui ne mériteront cette épithète qu'une ou deux fois et jamais dans les titres. Arthur, quant à lui, est noble dans quatorze passages du Livre XI, dont cinq titres.

17 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 11.

18 Voir Harvey SHARRER, The Legendary History of Britain in Lope García de Salazar’s Libro de las bienandanzas e fortunas, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1979. Salazar semble avoir connu une version assez complète et cohérente du cycle, où il puise et qu’il résume d’après ses choix narratifs et idéologiques. Voir, à ce sujet, A. S. LARANJINHA, « O Livro de Tristan e o Livro de Merlin segundo Lope García de Salazar : vestígios do ciclo do Pseudo-Boron em terras castelhanas », e-Spania, 16, décembre 2013. URL : http://e-spania.revues.org/22753; DOI : 10.4000/e-spania.22753 ; [consulté le 15 juillet 2014].

19 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 30.

20 Ce que Salazar n’ignore vraisemblablement pas, puisqu’il situe l’apparition du Graal à la cour d’Arthur en l’an 454 après la Passion du Christ (voir Ibid., p. 25).

21 Voir H. SHARRER, op. cit., p. 50 et suivantes.

22 Voir, à ce sujet, Diego CATALÁN et María Soledad de ANDRÉS (éd.), Crónica de 1344, Madrid : Seminario Menéndez Pidal & Gredos (Fuentes Cronísticas de la Historia de España, 2), 1971, p. 274-290 et aussi Francisco BAUTISTA, « Genealogías de la materia de Bretaña : del Liber regum navarro a Pedro de Barcelos (c. 1200-1350) », e-Spania, 16, décembre 2013. URL : http://e-spania.revues.org/22632; DOI : 10.4000/e-spania.22632 ; [consulté le 20 juillet 2014].

23 Que l’on peut lire dans Libro XI..., éd. C. VILLACORTA, p. 11-29.

24 Il est possible que l’espace narratif dédié à Merlin, qui surprend par son extension, s’explique par le succès, en Espagne, d’un antécédent du Baladro del Sabio Merlin, dont nous connaissons deux éditions imprimées de 1498 et de 1535 (donc postérieures aux Bienandanças), mais dont le titre est déjà connu de l’auteur de la Crónica de 1404. Voir D. CATALÁN et M. S. de ANDRÉS, op. cit., Apéndice I, p. 278.

25 Dans le Merlin, Moine est le frère d’Uther et de Pendragon ; ils sont fils du roi Constant. Vertigier n’est pas l’oncle, mais le sénéchal de Moine. Voir Alexandre MICHA (éd.), Merlin. Roman du XIIIe siècle, Genève : Droz, 1979, p. 77.

26 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 18.

27 Sur cet épisode, qui contient des éléments caractéristiques du cycle du Pseudo-Boron qui ne se retrouvent, à ma connaissance, dans aucun des manuscrits du Merlin qui nous soient parvenus, je me permets de renvoyer à la deuxième partie de mon étude, « O Livro de Tristan e o Livro de Merlin segundo Lope García de Salazar…».

28 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 21.

29 Ibid., p. 23.

30 Voir H. SHARRER, op. cit., p. 20.

31 En fait, les Bienandanças n’incluent pas dans leur résumé du cycle arthurien le Lancelot en Prose, ni le Tristan en Prose, mais Salazar semblait connaître au moins le Tristan (voir A. S. LARANJINHA, « O Livro de Tristan e o Livro de Merlin… »). La non inclusion de la matière des deux romans biographiques semble être plutôt le résultat d’un choix bien conscient de l’auteur.

32 Libro XI…, éd. C. VILLACORTA, p. 23.

33 Ibid., p. 24. Ce parallélisme est déjà dans la Suite du Merlin : « tu mourras a hounour et jou a honte. Et seras richement ensevelis et je serai tous vis mis en terre, et c’est bien honteuse mort » (La Suite du Roman de Merlin, Gilles ROUSSINEAU (éd.), Genève : Droz, 1996, I, p. 31-32).

34 Voir, entre autres études, Dominique BOUTET, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris : Honoré Champion, 1992.

35 Rappelons le passage de la Demanda do Santo Graal où une voix surnaturelle annonce que Charlemagne reconstruira la tour du Château Félon qu’Arthur, à l’image de Vertigier, l’usurpateur, n’avait pas réussi à ériger à cause de ses péchés. Le manuscrit portugais étant lacunaire à cet endroit, nous pouvons le lire grâce à la Demanda espagnole : « Artur, no te trabajes mas en fazer la torre, ya que no plaze a Dios que sea fecha por tan pecador onbre como tu eres, ni jamas por ti no sera fecha, ni por otre, fasta que ay venga vn rey de Gaula que aura nonbre Carlos, e aquel tornara a la fe de Jesu Christo mayor pueblo que tu no feziste, e no sera tan honrado, ni tan poderoso, ni aura tan buena caualleria como tu, mas sera mejor christiano, e mas leal de la sancta yglesia, e aquel metera todo el reyno de Londres en su señorio, e muchos otros reynos, e aquel rey verna del linaje del rey Van, e parecerá de linaje de cauallero a esse linaje » (Adolfo BONILLA SAN MARTÍN (éd.), La Demanda del Sancto Grial con los maravillosos fechos de Lanzarote y de Galaaz su hijo (Sevilla, 1535) in : Libros de Caballerías. Primera parte. Ciclo artúrico, ciclo carolingio, Madrid : Bailly / Bailliere, [1907], p. 269-270. URL : http ://www.cervantesvirtual.com/obra/la-demanda-del-sancto-grial/ [consulté le 18 juillet 2014] ).

36 Pourtant, dans le livre VIII, où il ne fait que l’évoquer, il insiste sur l’épithète : « E muerto este enperador León, tomaron los romanos por Enperador de Costantinopla al rey Carlos de Françia, porque era en aquel tienpo el más (e) noble e poderoso prínçipe de todos los christianos ni que tantos nobles fechos fiziese. E fue enperador XIII años ». Et dans le résumé du livre IX, Charlemagne est le seul « noble » (« noble emperador ») de tous les souverains évoqués.

37 « Sobre la materia carolingia en la Gran conquista de Ultramar y en la Crónica fragmentaria », Hispanic Research Journal, 3 (3), oct. 2002, p. 210, n. 3.

38 Cette même inversion du déroulement temporel, on la retrouve à la fin du chapitre précédent et au début de ce chapitre.

39 Moins d’un sixième du texte le concerne dans le Livre IX.

40 Berthe est le fruit de l’union entre une chrétienne et un musulman ; Charlemagne se marie avec une princesse musulmane convertie.

41 Berthe substituée par la fille de sa nourrice ; Charlemagne forcé de fuir ses frères illégitimes.

42 « De la conciencia del linaje a la defensa estamental. Acerca de algunas narrativas nobiliarias vascas », Medievalista online, 8 (julho-dez. 2010). URL : http://www2.fcsh.unl.pt/iem/medievalista/MEDIEVALISTA8/dacosta8007.html [consulté le 20 juillet 2014].

43 À la limite, on pourrait appliquer à ces récits d’origine qui obsèdent Lope García de Salazar le commentaire de Dominique BOUTET à propos des structures trifonctionnelles détectées par Joel Grisward dans l’épopée carolingienne : « Le statut du référent historique n’est plus alors de l’ordre de la réalité (de la mimésis) ou de la fiction, mais du mythe : il tire sa fonction de la structure qui lui est extérieure et qui loin d’avoir pour rôle de le rendre lui-même intelligible, a la charge de l’utiliser pour justifier et rendre intelligible un problème général de la société » [Formes littéraires et conscience historique aux origines de la littérature française (1100-1250), Paris : P.U.F., 1999, p. 28-29].

Haut de page

Table des illustrations

URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Sofia Laranjinha, « L’Histoire contre le désordre du monde : Arthur et Charlemagne dans les Bienandanças e Fortunas de Lope García de Salazar », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 20 novembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23929 ; DOI : 10.4000/e-spania.23929

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org