Navigation – Plan du site
Autoriser le récit historique : histoire et culture historique en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Livres, témoins et témoignages dans la Crónica sarracina de Pedro de Corral

Frédéric Alchalabi

Résumés

Cette étude revient sur la présence du livre et du témoignage écrit, dans la Crónica sarracina de Pedro de Corral.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   L’édition de référence est la suivante : Pedro DE CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.), Crónica (...)
  • 2   Je renvoie à la conclusion de l’un de mes travaux sur la CS : Frédéric ALCHALABI, « Memoria histó (...)

1Les origines de la Crónica del rey don Rodrigo ou Crónica sarracina (dorénavant CS) des environs de 1430, dans laquelle Pedro de Corral revient sur la chute de Rodrigue et l’ascension de Pélage, restent mystérieuses1. Nous en savons peu, en effet, sur la vie mais aussi sur les raisons qui ont incité l’auteur à évoquer, à son époque, la perte de l’Espagne wisigothe et les débuts de sa reconquête, même s’il est vrai que l’on retrouve, à l’intérieur de l’œuvre, des préoccupations liées au contexte culturel, idéologique et religieux du règne de Jean II de Castille2.

  • 3  Voir A. CORTIJO, art. cit., p. 870-873.

2En revanche, nos informations sur la réception du livre de Corral sont plus consistantes, tout en se révélant contradictoires : d’une part, l’on conserve treize manuscrits et six impressions – la dernière datant de 1587 – de la CS, ce qui témoigne d’un succès certain3 ; mais, d’autre part, nous connaissons aussi la critique formulée par Fernán Pérez de Guzmán, dans le prologue de ses Generaciones y semblanzas (dorénavant GS), pique qui marquera durablement la CS, notamment parce que deux des manuscrits mentionnés la reproduisent :

  • 4  Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Robert Brian TATE (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Book (...)

Muchas vezes acesçe que las corónicas e estorias que fablan de los poderosos reyes e notables prínçipes e grandes çibdades son avidas por sospechosas e inçiertas e les es dada poca fe e abtoridat, lo qual entre otras cabsas acaeçe e viene por dos : la primera, porque algunos que se entremeten de escrivir e notar las antigüedades son onbres de poca vergüeña e mas les plaze relatar cosas estrañas e maravillosas que verdaderas e çiertas […] como en otros nuestros tienpos fizo un liviano e presuntuooso onbre llamado Pedro de Corral en una que se llamó Corónica Sarrazina, otros la llamavan del Rey Rodrigo, que más propiamente se puede llamar trufa o mentira paladina. Por lo qual, si al presente tienpo se platicase en Castilla aquel muy notable e útil ofiçio que en el tienpo antiguo que Roma usava de grant poliçía e çivilidad, el qual se llamava çensoria, que avía poder de esaminar e corrigir las costunbres de los çibdadanos, él fuera bien digno de áspero castigo4.

  • 5  Voir ce qu’écrit Francisco BAUTISTA à propos de la Crónica carolingia ou Crónica fragmentaria du X (...)
  • 6  L’édition de référence est celle de Diego CATALÁN et María Soledad DE ANDRÉS, La “Cronica do mouro (...)

3Le reproche de Fernán Pérez de Guzmán est fondé : la CS, indépendante de tout projet historiographique d’ampleur, se veut authentique alors qu’elle fait partie de ces chroniques fabuleuses dont la Castille médiévale était friande5. Le livre de Corral prend, en effet, l’apparence du discours historique alors qu’il n’en est pas un : la CS adopte délibérément le modèle de la chronique royale, mais elle est amplification romanesque de la Crónica del moro Rasis (dorénavant CR), œuvre de l’historien arabe Ahmad Al Razi écrite au xe siècle, sur laquelle je reviendrai6.

  • 7  Pere Miquel CARBONELL, Agustí ALCOBERRO (éd.), Cròniques  d’Espanya, 2 t., Barcelone : Editorial B (...)
  • 8  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., 3, p. 3344.

4Les divergences profondes entre les deux écrivains sont contextuelles. Elles éclairent les progrès de la réflexion de l’époque sur la nature de l’histoire et de son discours, amorcée, en Castille, par l’auteur des GS et, en Aragon, plus tard, par l’historien Pere Miquel Carbonell dans le débat qui l’opposait à Pere Tomic7. Les choix de Pedro de Corral et la désapprobation de Fernán Pérez de Guzmán prouvent en tout cas que, au xvsiècle, la définition de la conscience historique et de la notion d’historicité – entendue comme le caractère de ce qui est historique – n’était pas uniforme. D’ailleurs, ce manque d’uniformité est confirmé par la postérité de la CS, qui deviendra elle-même auctoritas pour des historiens comme Alfonso Martínez de Toledo, Diego Rodríguez de Almela et Diego Fernández de Mendoza, lesquels s’en serviront sans jamais douter de son authenticité8. Tout ceci soulève logiquement deux interrogations. L’une est d’ordre général : que considérait-on alors comme historique ou non ? L’autre est plus particulière à la CS et m’intéressera ici : comment rendre authentiques des témoignages apocryphes ?

  • 9  Sur les notions d’auctor et d’auctoritas, voir Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? Cinquiè (...)
  • 10  De nombreux historiens reprennent à leur compte l’idée de « traces ». Voir Antoine PROST, « Les fa (...)
  • 11  Mon intention est de développer plus amplement ici les pistes ébauchées dans la conclusion de l’un (...)

5En effet, en déformant la CR et en ne précisant jamais l’identité de son auteur, Corral se prive volontairement de l’auctor et de l’auctoritas qui auraient pu accorder un certain crédit à son œuvre, en garantissant son authenticité : pour exister le discours historique a besoin de s’appuyer sur des autorités, ce qu’a parfaitement compris Pedro de Corral9. Pour cette raison, on assiste, au sein de la CS, à un processus d’invention de l’auctoritas, par le biais de la présence de témoignages écrits qui prennent la forme de livres présentés comme authentiques et fiables mais aussi celle de bouts de papier sur lesquels des fragments épars de vérité sont griffonnés. La place du témoignage écrit est donc prépondérante, dans la CS, en tant que vecteur de connaissance et trace imaginée par l’auteur, autorisant sa parole10. Nous le verrons, en les grossissant, la CS nous en dit beaucoup sur les mécanismes et les rouages de l’écriture de l’histoire, sur l’état de la conscience historique au xve siècle mais aussi sur les liens étroits existant entre l’historiographie et le roman médiéval11.

  • 12  Je renvoie le lecteur aux travaux anciens mais très complets qu’avaient consacrés à la question Ju (...)
  • 13  Je renvoie au prologue de l’édition de la CR, déjà citée.

6Lorsqu’elle arrive jusqu’à Pedro de Corral, l’histoire de la chute de Rodrigue a été profondément remaniée. La perte de l’Espagne wisigothe et chrétienne a ainsi fait l’objet de nombreuses versions dans lesquelles les différents historiens ont rajouté des détails en fonction de leurs intérêts ou de ceux de leurs promoteurs12. De toutes ces chroniques, c’est celle d’Ahmad Al Razi qui suscite l’intérêt et éveille la curiosité de Pedro de Corral, peut-être parce qu’il s’agit de celle qui est la plus proche de lui dans le temps. En effet, l’œuvre de l’historien arabe, certes écrite au xe siècle, fut traduite, au xive siècle à la demande du roi Dinís, en latin puis en portugais, la traduction castillane datant de 134213.

  • 14  Voir A. CORTIJO OCAÑA, « La Crónica del moro Rasis y la Crónica Sarracina: dos testimonios descono (...)

7On ne sait pratiquement rien de la traduction portugaise. On en retrouve de brèves allusions chez André de Resende et l’on connaît une version falsifiée au xviie siècle de Gabriel Rodríguez de Escabias. De la version castillane, on conserve quatre manuscrits – écrits, peut-être, à la demande de Pedro de Corral14 – qui s’arrêtent au moment où Rodrigue arrive au pouvoir, la CS prenant alors le relais. Celle-ci devient alors indissociable de la CR.

  • 15  Voir F. GÓMEZ REDONDO, « Crónica del moro Rasis », in : Diccionario filológico…, p. 328-330, p. 32 (...)
  • 16  Voir F. ALCHALABI, « Memoria histórica y memoria literaria… ».
  • 17  « E por este cuento dize el Rrasi, e con el maestre Mahomad, e dezi dezimos lo que dize el Altobuc (...)

8Tout comme Pedro de Corral, Pedro Alfonso, comte de Barcelos – dans sa Crónica de 1344, chronique générale, ce qui la distingue de la CS – ou bien Fernao Lopes, dans sa chronique portugaise de 1419, utiliseront la CR, ce qui permet d’établir, à la fois, un groupe d’œuvres tirant ses informations de l’une des traductions d’Al Razi et une filiation isolant ce qui relève de la tradition ou, à l’inverse, de l’invention de Corral15. Il ressort de ces comparaisons que, si Pedro de Barcelos reproduit ou abrège la CR, Corral est l’auteur d’amplifications romanesques nombreuses : il introduit des joutes, des tournois et des fêtes de son temps, et il invente des personnages – comme Sacarus, le meilleur chevalier du monde – ou il modifie profondément l’histoire de ceux qui ont vraiment existé : par exemple, l’enfance de Pélage ressemble étrangement à celle d’Amadís de Gaule16. De plus, non content de retoucher la chronique d’Al Razi, il ne la cite même à aucun moment, ce que ne fait pas Pedro de Barcelos17. Tout ceci pose problème car, dès lors, de quel auctor et de quelle auctoritas peut se réclamer Corral ?

  • 18  B. GUENEE, op. cit., p. 77-78.

9Face à l’impossibilité d’un tel vide, la CS prend la forme d’une compilation. Celle-ci agrège deux types de témoignages écrits : d’une part, ceux de deux historiens, les frères Eleastras et Alanzuri, directement issus de l’imagination de Corral et rappelant les historiens de la guerre de Troie, Darès et Dictys ; d’autre part, ceux des acteurs qui ont pris part, de près ou de loin, aux événements et dont les témoignages sont repris par Eleastras et Alanzuri. L’auteur de la CS montre que, paradoxalement, le fait d’inventer des témoignages ne modifiait en rien le processus d’opération historiographique à proprement parler, qui a besoin d’auteurs éminents pour exister. L’histoire est le récit de ce qui a été vu18 : il suffit à Corral d’affirmer l’authenticité et le poids des témoignages écrits qu’il compile pour les estimer acquis par le lecteur.

  • 19  Je cite, ici, le passage entier : « E a mi ver para las estorias se fazer bien e derechamente son (...)

10Par conséquent, la première tâche de l’auteur de la CS consiste à construire artificiellement la légitimité des deux historiens en garantissant leur statut de témoin privilégié. Pour cette raison, Pedro de Corral fait dire à Rodrigue que la présence des deux frères à ses côtés est indispensable puisque leur rôle est de consigner, dans des livres, tous les faits dont ils seront les témoins oculaires. Avant de m’y intéresser, je soulignerai ici le nouveau point de désaccord avec Fernán Pérez de Guzmán pour qui le discernement et l’éloquence de l’historien, sa présence au moment des faits racontés ou le choix de sources fiables (si cette présence ne peut être assurée), et son indépendance par rapport au pouvoir monarchique, sont nécessaires : « La tercera (cosa) es que la estoria que non sea publicada viviendo el rey o prínçipe en cuyo tienpo e señoría se hordena, por quel estoriador sea libre para escribir la verdad sin temor»19.

  • 20  CS, 1, p. 261. Je souligne.

11Cette dernière condition n’est pas réunie car les liens d’Eleastras et Alanzuri avec le pouvoir monarchique sont notoires. D’après Corral, Rodrigue a demandé à Eleastras de tout écrire sans rien omettre : « E dize Eleastras, a quien el Rey don Rodrigo mandó poner por escripto todas las cosas como pasavan»20. C’est cette même volonté d’exhaustivité qui caractérise Alanzuri. Alors que son frère Eleastras est occupé par les exploits de Sacarus, c’est à lui que l’on pense pour se rendre à la cour du roi afin de suppléer Eleastras et continuer son travail. La formulation du passage est assez proche de celle de la citation précédente :

  • 21  Ibid., p. 299. Je souligne.

Dize Eleastras que así como Sacarus se delibró de los seis cavalleros e por quanto él no se podía partir del castillo de Alegriete, así como el Rey gelo avía mandado por que él por sí mesmo viese las justas e batallas como se hazían que embió a un su hermano que estuviese en la corte del Rey, e que escribiese todas las cosas como allá pasavan21.

  • 22  À ce sujet, lire Juan Manuel CACHO BLECUA, « El entrelazamiento en el Amadís y en las Sergas de Es (...)

12La technique de l’entrelacement – connue des historiens mais aussi des romanciers – facilite alors le passage du récit de l’un à celui de l’autre, en même temps qu’elle favorise la complémentarité entre les deux frères22. C’est d’ailleurs sur cette complicité que repose l’œuvre, laquelle s’inscrit délibérément dans le genre historique : Eleastras et Alanzuri sont non seulement présentés comme étant les témoins directs des événements qu’ils relatent mais la CS toute entière se situe dans la tradition historiographique, bien réelle, des sumas :

  • 23  CS, 1, p. 168. Je souligne.

E por saber los fechos en la manera que pasavan ordenó que toviesen dos ombres onrados de grand seso cargo de poner todo esto cómo avía pasado por escripto, e así mismo lo que adelante se sigue. E por quanto en España avía por costumbre de poner por sumas todos los hechos como pasavan, mandó que dende adelante lo escribiesen de lo poco a lo mucho por la guisa que lo viesen, e se hiziese por toda España ; e así se començó a fazer este libro que es memoria de los bienes e males que en vida del Rey don Rodrigo se fezieron e pasaron en qué guisa e por qué razón23.

13La légitimité du témoignage écrit des deux frères et l’ancrage de la CS dans un genre historique déterminé contribuent à conférer à l’œuvre l’illusion d’historicité qu’elle recherche. Cette impression est renforcée par les détails donnés à propos de la méthode d’investigation historique adoptée par Eleastras et Alanzuri que Pedro de Corraldote d’un esprit critique remarquable. Ne pouvant revenir, ici, sur la notion d’esprit critique des historiens ou romanciers médiévaux, je me contenterai de citer un exemple significatif.

  • 24  B. GUENÉE, op. cit., p. 132.

14Bien après la trahison du comte Julián (celui-ci se retourne contre le roi puisque la Caba, sa fille, a été violentée par Rodrigue) et la défaite du souverain wisigoth, Eleastras décide de rencontrer le comte et sa fille. Eleastras souhaite recueillir la version des faits de ces derniers, en plus de celle de Rodrigue, afin de confronter les différents témoignages – les peser, comme dirait Bernard Guenée24 – pour disposer d’un récit complet et exact que l’on pourra coucher par écrit :

  • 25  CS, 1, p. 529-530.

E sabed que después que la tierra se perdió, fue Eleastras a ver al Conde tan solamente por saber dél toda la razón de los males que por él se fizieron, e demandógelo en gracia que gelo dixese. E el Conde lo fizo a su ruego. E él lo puso como está según que del Conde lo aprendió. E así mesmo de la Caba. E desta guisa se supieron estas cosas que se fizieron tan escondidas, e ora se muestran tan placeras. E todo los hombres del mundo se devrían castigar por lo que aquí havedes oído, e non fazer cosas que si sabidas son den vergüença a los que las fazen ; que non puede ser que tarde o cedo no se descubran, e después rescibirán dellas los semejantes males25.

Ailleurs, à l’inverse, Eleastras décide de ne pas tout écrire :

  • 26  Ibid., 1, p. 261. Je souligne.

E dize Eleastras, a quien el Rey don Rodrigo mandó poner por escripto todas las cosas como pasavan, que más de veinte doncellas de grandes linajes, que aquí no faze mención dellas por quanto no eran del linaje de los godos, dieron este día muchas joyas a sus cavalleros que lo hazían por se mostrar de buen talante contra los estrangeros, e que esta usança nunca fue en España fasta este día quel Rey don Rodrigo gelo mandó que lo hiziesen así26.

  • 27  Lorsqu’il parle de Sacarus, Corral invente un passé et des traditions : « E Sacarus no estaba más (...)
  • 28  Ibid., 1, p. 348.
  • 29  Ibid., 1, p. 354.

15Pedro de Corral, alors qu’il est en général plutôt bavard27, affirme rechercher la concision, comme les chroniqueurs de son temps, pour ne pas lasser ses lecteurs : « E por no vos alongarla razón, los cavalleros todos quatro fueron venidos al campo… »28, « E por no fazer luenga istoria… »29.

16L’acte d’écriture n’est pas anodin et, pour cette raison, la place du livre et du témoignage écrit devient prégnante car c’est sur elle que s’appuie la CS. Si l’on met de côté le fait principal, c’est-à-dire qu’Eleastras et Alanzuri sont des historiens inventés par Corral, l’illusion d’historicité est convaincante : on voit même les deux historiens des règnes de Rodrigue et de Pélage à l’œuvre, consignant les faits dans des livres voire même les cachant :

  • 30  Ibid., 1, p. 527-529.

Dize Eleastras que como él tenía escripto en su libro todas las cosas pasadas quel Rey don Rodrigo ovo el regimiento fasta esa hora, […] al Rey vino en voluntad de ver todo lo que fasta ende le acahesciera. […] E todo esto fazía el Rey por poner en el libro quál fuera la causa verdadera porque el Conde don Julián viniera contra él, y el comienço de España ser destruida por qué vino, ca a esa sazón Eleastras ni onbre del mundo no sabía parte ni mandado quel Rey oviese yacido con la Caba, e los que con él vinieron. […] E Eleastras que tenía ya puesto en el libro la batalla del Infante, y el sueño que soñara, no gelo quería mostrar por que el Rey no viese lo que contra él fablava, e dixole : -Señor, iré por él, ca lo tengo en tal lugar que otro ninguno no lo puede traer sinon yo. E él fazíalo con intención de quitar el sueño del Infante del libro. E como el Rey era de bravo coraçón e luego quería que se fiziesen las cosas como él mandava, díxole que en todas guisas lo fiziese luego traer a un su fijo que estava dentro en la cámara del Rey, e que él que estoviese quedo ende. E Eleastras con miedo que ovo del Rey que todavía estaba triste, non pudo fazer otra cosa sino que embió luego por él. […] E ansí como vino el libro el Rey lo tomó, e leó por todo lo que más le plazía…30.

  • 31  Ibid., p. 529.

Eleastras cache son livre parce que tout y est écrit et donc vrai ; à ce titre, Rodrigue ne peut y avoir accès, ce qui finit néanmoins par se produire : à la fin de sa lecture, le monarque plonge alors dans le plus profond désespoir : « E así como ovo leído todo el sueño, dexóse caer amortescido que más de media hora estovo que non podía recordar»31.

17Le texte se confond avec la vérité, même pour les personnages de la CS : pour eux aussi, écrire c’est forcément garantir l’authenticité de leur propos, ce qui renforce, là encore, l’illusion d’historicité voulue par Corral. On voit ici une femme au travail, reproduisant fidèlement par écrit un témoignage oral :

  • 32  Ibid., 1, p. 436.

E una de aquellas dueñas fue muy aína por papel e tinta, e como sabía escribir asentóse a par dél, e escrivió todo lo que oído avedes, e dixo que así pasara, e que él está al punto de la muerte, que no entendía mentir, e que así como él iva a do era la verdad que así sería, e quería que por él fuese sabida la verdad desta batalla ; e mandóle que en todas guisas llevase esta batalla así como él gela avía dicho al Rey don Rodrigo32.

Ce même témoin autorise la divulgation de son témoignage en le signant lui-même et après avoir exigé que l’on ne le modifie pas, ce qui est assez amusant venant de la part de Corral :

  • 33  Loc. cit.

E tomóle juramento que lo feziese así, e que en ello no acrescentase ni amenguase de más ni menos de cómo él gelo avía dado en manera de confesión, según la ora en que estaba ; e como le ovo dicho toda la razón, e puesto todo por escripto, fízolo leer delante de sí, e firmólo de su nombre33.

  • 34  Ibid., 1, p. 503.

De façon très significative, puisque le témoignage écrit est discours autorisé et, par essence, espace de vérité, il complète également la confession auriculaire. C’est le cas de l’infant Sancho qui fait venir un confesseur et un historien : « E como fue despierto embió por su confesor, e por Alanzuri, e contóle todo esto que soñara »34.

18Au moment de se confesser, Alanzuri, qui meurt peu avant la défaite de Rodrigue, demande que l’on transmette à son frère son bien le plus précieux, le livre qu’il a écrit :

  • 35  Ibid., 1, p. 517-518.

E fizo venir delante sí un buen ombre de religión que ende avía, e confesóse a él, e diole por escrito todo el fecho del Infante como oído lo avedes, e rogóle que secretamente lo diese a su hermano Eleastras, e quel Rey dello no sopiese parte, ca así gelo mandara. E tomóle juramento que lo faría así. E como lo así ovo fecho comulgó, e morió otro día35.

19 « E rogóle que secretamente lo diese a su hermano Eleastras » : l’acte d’écriture du témoignage relève de l’intime, non seulement pour Alanzuri mais aussi pour de nombreux autres témoins. Comme la femme que nous avons aperçue tout à l’heure, tous se munissent d’encre et de papier, puis se mettent à écrire : Corral insiste là-dessus, ce qui contribue à rendre concrètes les traces qu’il a imaginées. Certains écrivent en cachette et se dévoilent, la nuit, loin des regards indiscrets :

  • 36  Ibid., 1, p. 599. Je souligne.

El Obispo don Orpas como vino la noche, porque algunos de los que avían la guarda eran suyos e de su tierra, veníale bien de hazer todo lo que en coraçón tenía que no avía miedo de ser descubierto. E como fue noche escura tomó tinta e papel y escrivió al Conde don Julián todo lo quel Rey viera ese día que cosa no fallesció36.

20D’autres s’écrivent et révèlent leurs douleurs. Il y a ainsi un espace réservé à la confession intime, celui de la lettre et de l’échange épistolaire pratiqué, en cachette aussi, par Julián et sa fille. C’est par une lettre de la Caba que le comte apprend le crime de Rodrigue :

  • 37  Ibid., 1, p. 457-459. Je souligne.

E la Caba se otorgó en ello, e dixo que lo enviaría dezir a su padre, e a su madre, […] e la Caba quedó ende, e tomó tinta e papel, e fizo una carta para su padre en esta guisa […]. Así como el conde don Julián ovo la carta de la Caba, su fija, leóla luego, e como entendió la razón nunca él ovo pesar que a éste se comparase37.

Le père et sa fille s’écrivent alors régulièrement :

  • 38  Ibid., 2, p. 26-28. Je souligne.

E apartóse luego de su madre e metióse en su cámara, e tomó muy encubiertamente tinta e papel, e escribió una carta para su padre, el Conde don Julián, que dezía así : “Mi padre e señor mío, ¿dó ides tan cobdicioso e tan encendido de crueldades ? […] E dio fin a su carta por esta guisa, e cerróla. E llamó un escudero […]. E mandóle que en ninguna manera no tardase, e que luego pasase la mar, e quanto más pudiese fuese a do el Conde era e le diese aquella carta. […] E así como la ovo leída apartóse de toda su gente, e començó a pensar sobre lo que su fija, la Caba, le embió dezir. E como ovo pensado grand rato apartóse en su cámara, e demandó tinta e papel, e él por su mano fizo la respuesta para su hija la Caba en esta guisa : “Piadosa la Caba, hija mía, muéstrasme qué manera terné en la mi grand saña…”38.

  • 39  ir la lettre du maure Benahatín, qui annonce, dans la Crónica del rey don Pedro de Pero López de A (...)
  • 40  À propos de la présence d’Ovide dans l’œuvre d’Alphonse X, on se reportera à la belle thèse d’Iren (...)

21L’intérêt de Corral pour la lettre et l’échange épistolaire comme moyen de révélation est remarquable et renvoie à une double tradition. La première est historiographique : dans la chronique de Pierre Ier, Pero López de Ayala reproduit les lettres prophétiques adressées par le maure Benahatín au roi39 ; pour leur part, la General Estoria d’Alphonse X et l’anonyme Sumas de Historia Troyana du xive siècle traduisent et adaptent les Héroïdes d’Ovide qui sont, certes, des lettres d’amour, mais qui n’en restent pas moins considérées comme authentiques40. La deuxième est littéraire : le roman sentimental du xve siècle est construit autour de l’échange de lettres, comme dans le Bursario de Juan Rodríguez del Padrón, adaptation des Héroïdes.

  • 41  Je renvoie à Paul ZUMTHOR, « Roman et histoire, aux sources d’un univers narratif » in : Langue, t (...)

22Pedro de Corral s’appuie sur tous ces témoignages écrits pour bâtir sa chronique qui, dès lors, n’a plus besoin d’Al Razi et de son livre. Mais, me semble-t-il, il ne pouvait échapper aux lecteurs perspicaces de l’époque – Fernán Pérez de Guzmán en faisait partie – que c’est sur le livre, en particulier sur la découverte d’un ouvrage que l’on croyait perdu, que se fonde la véracité du roman médiéval41. Dès lors, l’insistance de Corral sur les témoignages écrits devient suspecte et, paradoxalement, elle contribue à faire sortir la CS du cadre historique dont elle s’était dotée.

  • 42  « E en esta  batalla murió Eleastras, porque todo lo que él dixo se acaesció en ello. E así como é (...)
  • 43  « Yo Carestes, vasallo del Rey don Alfonso de León, yerno del Cavallero de Dios, Rey don Pelayo, q (...)

23Ainsi, lorsque les deux historiens décèdent l’un après l’autre – Eleastras disparaît après Alanzuri, lors d’une bataille menée par Pélage – et alors que la CS devrait s’arrêter brusquement là, Pedro de Corral fait apparaître un mystérieux Carestes qui prend en charge les dernières pages du livre, prolongeant l’illusion d’historicité qu’il avait construite42. Carestes se présente lui-aussi comme un témoin, parlant à la première personne du singulier43. Il a non seulement retrouvé la tombe de Rodrigue mais aussi, à l’intérieur de celle-ci, un livre sur les derniers jours du roi, dont l’authenticité ne fait, pour lui, aucun doute :

  • 44  Ibid., 2, p. 405-406.

E por lo que yo fallé escripto en esta sepultura só de intención quel Rey don Rodrigo yaze allí. E por la vida que él fizo segund me avedes oído en su penitencia que así mismo estaba en la dicha sepultura escripto en un libro de pargamino creo sin dubda que sería verdad44.

Après la pénitence imposée à Rodrigue comme conséquence de ses crimes, on avait aussi retrouvé miraculeusement un livre :

  • 45 Ibid., 1, p. 641-642.

E el hermitaño según después publicó
a Eleastras con juramento de sequestración fue tras él
[…]. E el hermitaño tomó camino de Toledo para do Eleastras se fue […] e fizo relación de todo esto a Eleastras con mandamiento de muerte de su alma que si en vida dél lo supiesen. El qual secreto en quanto el vivió fue guardado. E así mismo el libro desta historia de la guisa que oído avedes que a grand tiempo pasado de la grand destruición en breve tiempo de nosotros visto pareció en poder de un mercador45.

24On ne peut s’empêcher de penser au prologue d’Amadís de Gaula écrit par Garci Rodríguez de Montalvo :

  • 46  Garci RODRÍGUEZ DE MONTALVO, Juan Manuel CACHO BLECUA (éd.), Amadís de Gaula, 2 t., Madrid : Cáted (...)

E yo esto considerando, desseando que de mí alguna sombra de memoria quedasse, no me atreviendo a poner el mi flaco ingenio en aquello que los más cuerdos sabios se ocuparon, quísele juntar con esto postrimeros que las cosas más livianas y de menor substancia escribieron, por ser a él según su flaqueza más conformes, corrigiendo estos tres libros de Amadís, que por falta de los malos escriptores, o componedores, muy corruptos y viciosos se leían, y trasladando y enmendando el libro cuarto con las Sergas de Esplandián su hijo, que hasta aquí no es en memoria de ninguno ser visto, que por gran dicha paresció en una tumba de piedra, que debaxo de la tierra en una hermita, cerca de Constantinopla fue hallada, y traído por un úngaro mercadero a estas partes de España, en letra y pargamino tan antiguo, que con mucho trabajo se pudo leer por aquellos que la lengua sabían…46.

25Le même procédé est employé dans les chroniques qui reviennent sur l’histoire de la chute de Troie. Après un tremblement de terre, on retrouve ainsi l’Ephemeris belli Trojani de Dictys, dans la tombe de son auteur, posé près de son corps. Le récit de la découverte, par Carestes, du livre sur les derniers jours de Rodrigue fait penser à ce passage :

  • 47 Gérard FRY (trad. et éd.), Récits inédits sur la guerre de Troie. Iliade latine, Ephéméride de la g (...)

Au moment de mourir (Dictys) demanda que son œuvre fût ensevelie avec lui. On se conforma à sa volonté et l’on mit ces fameux livres en fibre de tilleul dans un coffret d’étain que l’on déposa dans son tombeau. […] La treizième année du règne de Néron arriva et avec elle se produisirent des tremblements de terre qui secouèrent si bien Cnossos que nombre de tombes, dont celle de Dictys, s’ouvrirent : le coffret pouvait désormais être aperçu des passants. Des bergers passèrent qui effectivement le virent et, croyant à un trésor, l’arrachèrent à la tombe. Ils l’ouvrirent et découvrirent les rouleaux en fibre de tilleul couverts d’une écriture qui leur était inconnue. […] Lorsque Néron sut que c’était là le témoignage d’un ancien qui avait été devant Ilion, il ordonna que fût mis en grec ce récit qui à tous offrait de la guerre de Troie un texte plus conforme à la vérité47.

  • 48 Voir le prologue de Juan de Mena dans Juan DE MENA,  T. GONZÁLEZ ROLÁN, M.F. DEL BARRIO VEGA et A. (...)

26La prestigieuse matière troyenne a longtemps été tenue pour vraie au Moyen Âge mais, à partir du xve siècle, des voix se firent entendre, comme celle de Juan de Mena, rejetant les témoignages de Darès et Dictys tels que Guido delle Colonne les avaient reproduits et qui jusque-là faisaient autorité, préférant se tourner vers l’Iliade48. Ce sont donc des modèles empruntés au roman ou à une histoire qui n’en est plus tout à fait considérée comme authentique, qui inspirent Pedro de Corral. Tous ces détails ne pouvaient pas passer inaperçus ; ils devaient, au contraire, contribuer à classer – comme l’a estimé Fernán Pérez de Guzmán – la CS au sein de ces œuvres à l’historicité douteuse et dans lesquelles, comme dans la CS, les mécanismes de la fiction prétendent dire l’histoire. D’une certaine façon, le discours romanesque de Corral, qui veut se dénommer chronique, porte admission de la fable au sein de l’histoire.

27Qu’est-ce que l’histoire pour Pedro de Corral ? C’est d’abord, au niveau formel, une compilation qui reproduit des témoignages écrits, porteurs de connaissance. C’est peu dire que la CS se construit autour d’eux, tant leur nombre est important : elle s’en nourrit et n’existerait pas sans eux. Un seul est vrai mais n’est jamais cité précisément, la chronique d’Al Razi ; tous les autres sont faux alors qu’ils sont présentés comme authentiques et, de ce fait, autorisés par la parole même de l’auteur.

  • 49 L’historicité s’entend, en définitive, comme « caractère de tout événement qui veut être cru », P. (...)

28Le fait est que ce dernier ne se sentait pas tenu par un souci de véracité. Son intention, me semble-t-il, n’était pas de prouver une vérité mais de la retrouver ; c’est pour cette raison que les mécanismes de la fiction, permettant de recréer des traces effacées, se révèlent utiles parce qu’ils servent la fonction mémorielle de l’écrit. Pour Corral, comme pour d’autres à la même époque, la véracité ne pouvait pas être confondue avec l’historicité49.

  • 50 Ibid., p. 246.
  • 51 Ibid., p. 239.
  • 52 Sur le concept de « vérité poétique », voir Martí DE RIQUER, Les chansons de geste françaises, Pari (...)

29L’histoire, pour Corral, c’est aussi un cadre. D’une certaine façon, le traitement de la figure de Rodrigue et de celle de Pélage par Corral fait penser à celui du roi Arthur. Dans le domaine historiographique, Geoffrey de Monmouth, dans la Historia regum Britanniae, avait amplifié l’image d’Arthur faisant de lui un souverain mémorable et, plus tard, les romans arthuriens – castillans ou non – se dérouleront sous le règne et à la cour du monarque breton, lesquels fonderont l’historicité des fictions arthuriennes. En d’autres termes, Rodrigue et Pélage, tout comme Arthur, sont des références temporelles qui prouvent – comme l’écrit Paul Zumthor – « que tout cela fut »50. Ce cadre ainsi tracé permet à Corral de déclarer comme vraie l’histoire alors que son discours relève de la fiction51. Dans la CS, la véracité est fabuleuse et la vérité poétique52.

30Enfin – et peut-être avant tout –, l’histoire est, pour Pedro de Corral, un récit qui demande à être interprété :

  • 53 CS, 1, p. 530.

E desta guisa se supieron estas cosas que se fizieron tan escondidas, e ora se muestran tan placeras. E todos los hombres del mundo se devrían castigar por lo que aquí havedes oído, e non fazer cosas que si sabidas son den vergüença a los que las fazen ; que non puede ser que tarde o cedo no se descubran, e después rescibirán dellas los semejantes males53.

31À ce titre, dire vrai, pour lui, ce n’est pas déclarer, comme le fait l’historien, l’existence d’une réalité extérieure ou d’un fait, c’est dévoiler le sens du livre et révéler sa signification interne. De ce fait, il importe peu, pour Corral, que les arguments soient réels ou fictifs, du moment qu’ils signifient quelque chose et qu’ils contribuent à souligner l’exemplarité du fait raconté. Nous ne sommes plus tout à fait là dans la tradition historiographique mais bien dans celle du roman médiéval.

Haut de page

Notes

1   L’édition de référence est la suivante : Pedro DE CORRAL, James Donald FOGELQUIST (éd.), Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), 2 t., Madrid : Clásicos Castalia, 2001. Fernando GÓMEZ REDONDO revient bien sur le contexte d’écriture de l’œuvre dans Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1998-2007, 3, p. 3340-3358. On se reportera également aux pages qu’Antonio CORTIJO OCAÑA consacre à la CS dans Carlos ALVAR, José Manuel LUCÍA MEGÍAS (coord.), Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Castalia (Nueva biblioteca de erudición y crítica), 2002, p. 869-874. Je renvoie aussi à Sylvia ROUBAUD-BÉNICHOU, Le roman de chevalerie en Espagne. Entre Arthur et Don Quichotte, Paris : Honoré Champion, 2000, p. 139-152. On lira enfin les articles que Madeleine PARDO a consacrés à cette œuvre, réunis dans L’historien et ses personnages. Etudes sur l’historiographie espagnole médiévale, Lyon : ENS éditions, Annexes des Cahiers d’Etudes Hispaniques Médiévales, vol. 17, 2006.

2   Je renvoie à la conclusion de l’un de mes travaux sur la CS : Frédéric ALCHALABI, « Memoria histórica y memoria literaria en la historiografía castellana del siglo xv: el ejemplo de la Crónica Sarracina de Pedro de Corral », e-Spania, 16, http://e-spania.revues.org/22621, consulté le 25 août 2014. Pour en savoir davantage sur la vie de Corral, on se servira de Antonio MARÍA FABIÉ, Don Rodrigo de Villandrando, Conde de Ribadeo. Discurso leído en la Real Academia de la Historia, Madrid : Publicaciones de la Real Academia de la Historia, 1882 et de Derek. C. CARR, « “La epístola que envió don Enrique de Villena a Suero de Quiñones” y la fecha de la Crónica sarracina de Pedro del Corral », in Harold LIVERMORE (éd.), University of British Columbia Hispanic Studies, Londres : Tamesis, 1974, p. 1-18.

3  Voir A. CORTIJO, art. cit., p. 870-873.

4  Fernán PÉREZ DE GUZMÁN, Robert Brian TATE (éd.), Generaciones y semblanzas, Londres : Tamesis Books Limited, 1965, p. 1.

5  Voir ce qu’écrit Francisco BAUTISTA à propos de la Crónica carolingia ou Crónica fragmentaria du XIVe siècle : La materia de Francia en la literatura medieval española. La “Crónica carolingia”, Flores y Blancaflor, Berta y Carlomagno, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2008, p. 93-116. Plus tardive, La Poncella de Francia témoigne aussi de ce goût : Victoria CAMPO y Víctor INFANTES (éd.), La poncella de Francia. La “historia” castellana de Juana de Arco, Madrid-Francfort : Iberoamericana-Vervuert, 2006.

6  L’édition de référence est celle de Diego CATALÁN et María Soledad DE ANDRÉS, La “Cronica do mouro Rasis” y el “Ajbar muluk Al-Andalus” de Ahmad ibn Muhammad Al-Razi, Madrid : Editorial Gredos, 1975. Lire aussi F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., 3, p. 2087-2089.

7  Pere Miquel CARBONELL, Agustí ALCOBERRO (éd.), Cròniques  d’Espanya, 2 t., Barcelone : Editorial Barcino, 1997. Pere TOMIC, Joan IBORRA (éd.), Històries e conquestes del realme d’Aragó e principat de Catalunya, Barcelone : Editorial Afers, 2009.

8  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., 3, p. 3344.

9  Sur les notions d’auctor et d’auctoritas, voir Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? Cinquième leçon : l’auctor médiéval, http://www.fabula.org/compagnon/auteur5.php, page consultée le 29 novembre 2013. Pour Bernard Guenée, « l’historien ne peut échapper à ses autorités » in : Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier Montaigne, 1980, p. 132.

10  De nombreux historiens reprennent à leur compte l’idée de « traces ». Voir Antoine PROST, « Les faits et la critique historique », in : id., Douze leçons sur l’histoire (édition augmentée), Paris : Éditions du Seuil, 2010, p. 268, Georges DUBY, Dialogues, in : id., Qu’est-ce que la société féodale, Paris : Flammarion, 2002, p. 1586, Carlo GINZBURG, Le fil et les traces. Vrai, faux, fictif, Lagrasse : Verdier, 2010, p. 7.

11  Mon intention est de développer plus amplement ici les pistes ébauchées dans la conclusion de l’un de mes précédents travaux : F. ALCHALABI, « Cuando se començaron a fablar entendiéronse e acompañáronse […] e estonces acordaron amos en uno que escriviesen esta estoria. La práctica del consenso como método historiográfico: la Crónica Sarracina de Pedro de Corral y el fecho de la cibdat de Troya según la General Estoria », in:José Manuel NIETO SORIA et Óscar VILLAROEL GONZÁLEZ (coord.), Pacto y consenso en la cultura política peninsular, Madrid : Sílex, 2013, p. 413-431.

12  Je renvoie le lecteur aux travaux anciens mais très complets qu’avaient consacrés à la question Juan MENÉNDEZ PIDAL, « Leyendas del último rey godo. (Notas e investigaciones) », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 5, 1901, p. 858-895, et Claudio SÁNCHEZ ALBORNOZ, « Dónde y cuándo murió don Rodrigo, último rey de los godos », Cuadernos de Historia de España, 3, 1945, p. 5-105 ; id., « El senatus visigodo. Don Rodrigo rey legítimo de España », Cuadernos de Historia de España, 6, 1946, p. 5-99.

13  Je renvoie au prologue de l’édition de la CR, déjà citée.

14  Voir A. CORTIJO OCAÑA, « La Crónica del moro Rasis y la Crónica Sarracina: dos testimonios desconocidos (University of California at Berkeley, Bancroft Library, MS UCB 143, vol. 124 », La corónica, 25 (2), 1997, p. 5-30.

15  Voir F. GÓMEZ REDONDO, « Crónica del moro Rasis », in : Diccionario filológico…, p. 328-330, p. 328.

16  Voir F. ALCHALABI, « Memoria histórica y memoria literaria… ».

17  « E por este cuento dize el Rrasi, e con el maestre Mahomad, e dezi dezimos lo que dize el Altobucar a Mafomed, fijo de Mafomad, fijo de Mosarase, el escriuano natural de España que escrivio el quarto del mundo contra el sol poniente, qu’es muy buena tierra e muy abondada de todas frutas e muchas fuentes, e muy menguada de muchas animalias poçoñientas que ha en las otras tierras », Diego CATALÁN et María Soledad DE ANDRÉS (éd.), La Crónica de 1344. Estudio histórico, Madrid : Editorial Gredos, 1970,  p. 31-32.

18  B. GUENEE, op. cit., p. 77-78.

19  Je cite, ici, le passage entier : « E a mi ver para las estorias se fazer bien e derechamente son necesarias tres cosas: la primera, que el estoriador sea discreto e sabio e aya buena retórica para poner la estoria en fermoso e alto estilo, porque la buena forma onrra e guarnece la materia. La segunda, que él sea presente a los principales e notables abtos de guerra e de paz, e porque seríe imposible ser él en todos los fechos, a lo menos que él fuese así descreto que non reçibiese información sinon de presonas dignas de fe e que oviesen seído presentes a los fechos. E esto guardado sin error de vergüeña puede el coronista usar de información ajena. Ca nunca hubo nin averá actos de tanta manifiçençia e santidad como el nasçimiento, la vida, la pasión e resureçión del nuestro Salvador Jhesu Christo; pero de quatro estoriadores suyos, los dos non fueron presentes a ello, mas escribieron por relación de otros. La tercera es que la estoria que non sea publicada viviendo el rey o prínçipe en cuyo tienpo e señoría se hordena, por quel estoriador sea libre para escribir la verdad sin temor », GS, p. 2-3.

20  CS, 1, p. 261. Je souligne.

21  Ibid., p. 299. Je souligne.

22  À ce sujet, lire Juan Manuel CACHO BLECUA, « El entrelazamiento en el Amadís y en las Sergas de Esplandián » in : Studia in honorem prof. M. de Riquer, Barcelone : Quaderns Crema, 1986, p. 235-271.

23  CS, 1, p. 168. Je souligne.

24  B. GUENÉE, op. cit., p. 132.

25  CS, 1, p. 529-530.

26  Ibid., 1, p. 261. Je souligne.

27  Lorsqu’il parle de Sacarus, Corral invente un passé et des traditions : « E Sacarus no estaba más sino a tres leguas dellos ca estas gentes andovieron quanto más podieron camino de París, e por esta guisa nunca se sopo dello nuevas ningunas fasta que les salieron al camino en un grand llano cerca de una ribera; e aquel llano llaman el Canpo de Bar, porque allí en tiempo antiguo matara un hermano a otro por desconoscimiento, e ansí como lo ovo muerto e lo conosció matóse a sí mismo, e a este caballero llamavan Bar, e de allí adelante le dixeron como avía nombre el caballero; e después que estas gentes fezieron ende su batalla e morieron en él, todos los de la tierra le llamaron el Canpo del Lloro », ibid., 1, p. 423.

28  Ibid., 1, p. 348.

29  Ibid., 1, p. 354.

30  Ibid., 1, p. 527-529.

31  Ibid., p. 529.

32  Ibid., 1, p. 436.

33  Loc. cit.

34  Ibid., 1, p. 503.

35  Ibid., 1, p. 517-518.

36  Ibid., 1, p. 599. Je souligne.

37  Ibid., 1, p. 457-459. Je souligne.

38  Ibid., 2, p. 26-28. Je souligne.

39  ir la lettre du maure Benahatín, qui annonce, dans la Crónica del rey don Pedro de Pero López de Ayala, la triste fin du souverain, par le biais de deux lettres ; voir Pero LÓPEZ DE AYALA, Germán ORDUNA (éd.), Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, 2 tomes, Buenos Aires : Secrit, 1994-1997, 2, p. 206-215 et p. 270-277.

40  À propos de la présence d’Ovide dans l’œuvre d’Alphonse X, on se reportera à la belle thèse d’Irene SALVO GARCÍA, soutenue en mars 2012, Ovidio en la General Estoria de Alfonso X, Universidad Autónoma de Madrid, ENS de Lyon (directeurs : Inés Fernández Ordóñez et Carlos Heusch).

41  Je renvoie à Paul ZUMTHOR, « Roman et histoire, aux sources d’un univers narratif » in : Langue, texte, énigme, Paris : Seuil, 1975, p. 237-248.

42  « E en esta  batalla murió Eleastras, porque todo lo que él dixo se acaesció en ello. E así como él fizo su fin quiso que oviese fin su obra. Empero que atañía a la historia un cavallero que llamavan Carestes, vasallo del Rey don Alfonso el Cathólico, falló en Viseo quando el rey don Alfonso la tomó después de la muerte del Rey don Pelayo e de su fijo toda la vida del Rey don Rodrigo e su penitencia que después del su vencimiento fizo. E segund que lo falló escripto púsolo aquí, lo qual es esto que se sigue… », CS, 2, p. 369.

43  « Yo Carestes, vasallo del Rey don Alfonso de León, yerno del Cavallero de Dios, Rey don Pelayo, quando el dicho señor Rey don Alfonso ganó a Viseo de los moros que la tenían fallé una sepultura en un campo en la qual estavan escriptas estas palabras que agora oiredes en letras góticas. Esta sepultura estava delante de una iglesia pequeña fuera de la villa de Viseo… », ibid., 2, p. 405.

44  Ibid., 2, p. 405-406.

45 Ibid., 1, p. 641-642.

46  Garci RODRÍGUEZ DE MONTALVO, Juan Manuel CACHO BLECUA (éd.), Amadís de Gaula, 2 t., Madrid : Cátedra, 2004, 1, p. 223-225.

47 Gérard FRY (trad. et éd.), Récits inédits sur la guerre de Troie. Iliade latine, Ephéméride de la guerre de Troie, Histoire de la destruction de Troie, Paris : Les Belles Lettres, 2004, p. 93-94.

48 Voir le prologue de Juan de Mena dans Juan DE MENA,  T. GONZÁLEZ ROLÁN, M.F. DEL BARRIO VEGA et A. LÓPEZ FONSECA (éd.), La “Ilíada” de Homero (edición crítica de las “Sumas de la Yliada de Omero” y del original latino reconstruido, acompañada de un glosario latino-romance), Madrid : Ediciones clásicas, 1996. Voir aussi F. ALCHALABI, « La présence animale dans la matière troyenne de la fin du Moyen Age : Homère et les historiens castillans du xve siècle », communication (à paraître) lue lors du colloque autour du thème du bestiaire organisé à l’Université de Poitiers, les 14-16 octobre 2009.

49 L’historicité s’entend, en définitive, comme « caractère de tout événement qui veut être cru », P. ZUMTHOR, art. cit., p. 245.

50 Ibid., p. 246.

51 Ibid., p. 239.

52 Sur le concept de « vérité poétique », voir Martí DE RIQUER, Les chansons de geste françaises, Paris : Nizet, 1957, p. 303.

53 CS, 1, p. 530.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « Livres, témoins et témoignages dans la Crónica sarracina de Pedro de Corral », e-Spania [En ligne], 19 | octobre 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23917 ; DOI : 10.4000/e-spania.23917

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org