Navigation – Plan du site
« Nouvelles questions gongorines » / « Nuevas cuestiones gongorinas »

Introduction

Mercedes Blanco

Texte intégral

  • 1  Le travail de recherche conduisant à ce dossier été réalisé dans le cadre du LABEX OBVIL et a béné (...)
  • 2  Sur ce vocabulaire des « disputes, querelles et controverses » et sur son application à « la vie c (...)

1Le titre de ce dossier1 se veut un hommage à Alfonso Reyes. Dans un article publié dans la Revue hispanique en 1925, et plus tard recueilli dans Cuestiones gongorinas (1927), le grand poète et essayiste mexicain appelait à « revenir aux commentateurs » (« volver a los comentaristas »). En une poignée de belles pages qu’animaient des documents habilement enchaînés, il évoquait les discussions passionnées que provoqua la poésie de Góngora dans les premières décennies de sa réception. Dans ce qui suit, nous désignerons indifféremment comme « polémique » ou comme « querelle »2 ce que nous pouvons reconstruire, à travers la documentation survivante, de ces discussions. Pourtant celles-ci eurent parfois un caractère plus coopératif que belliqueux, et Reyes a particulièrement mis en relief cette dimension constructive. Au travers de la géographie ibérique, de Naples à Lisbonne, et de l’Aragon à l’Andalousie, des lettrés – historiographes du Roi et des royaumes, juristes, secrétaires ou bibliothécaires des Grands, prébendés, médecins, gentilshommes de la maison des Princes s’empressaient de donner leur avis sur les Lecciones solemnes a la poesía de don Luis de Góngora de l’infatigable don José Pellicer y Tovar (1630). Ils prenaient part à des « tournois » d’interprétation, destinés à éclaircir la « construction » d’un syntagme, l’allusion tapie dans une métaphore, la leçon correcte d’un vers, la propriété ou l’impropriété d’un terme :

  • 3  Alfonso REYES, « Necesidad de volver a los comentaristas », Cuestiones gongorinas, en Obras comple (...)

La exégesis de Góngora suscitó, en su tiempo, un furor semejante al que, en tiempos recientes, ha suscitado la exégesis de Robert Browning o de Stéphane Mallarmé. En Inglaterra se fundaban sociedades para comentar y explicar a Browning. En Francia, Jules Lemaitre, por ejemplo, traducía del francés al francés el soneto de Mallarmé sobre « La tumba de Edgar Poe ». ¿ Qué mucho ? Del español al español tradujeron Salcedo Coronel, Pellicer, Salazar Mardones, Díaz de Rivas y otros, gran parte de la obra de Góngora3.

2La querelle de Góngora, qui débute au printemps 1613, lorsque la Fable de Polyphème et les Solitudes parviennent à la « corte », terme par lequel on entend alors, indifféremment, la ville de Madrid et la cour elle-même, divisa pendant une vingtaine d’années ou même davantage la république des lettres en deux camps, celui des partisans et celui des adversaires des poèmes et de leur auteur. Elle devait se prolonger dans un patient labeur érudit, qui se proposait l’assimilation définitive des singularités de ce style « nouveau », la régularisation de ce qu’il présentait d’étrange et, en somme, la réduction de ce qui avait paru scandaleux à certains et fascinant à d’autres. Or, pensait Reyes, il était vain de prétendre à comprendre Góngora sans refaire en quelque sorte ce chemin critique et l’on ne pouvait y parvenir qu’avec l’aide des premiers lecteurs, qui avaient sur nous l’avantage de connaître infiniment mieux que nous les lieux, les idées, les mots et tout ce que le poète partageait avec son temps, ainsi que les nombreuses sources littéraires, anciennes et modernes, dont sa poésie était imprégnée :

  • 4  Ibid., p. 49.

Cuando, con el Modernismo, renació el gusto por Góngora, no era de esperar que se volviera al comentario erudito: precisamente lo que, en los poemas gongorinos, necesita aclaraciones de este orden, es, podemos decir, el peso muerto que gravita sobre las alas de Góngora, la parte sorda de su poesía. Lo que hay en él de virtud puramente lírica o de raro hallazgo verbal no requiere notaciones históricas ni mitológicas. Y el resultado de esto es que nadie quiere ya abrir ni hojear los enojosísimos libros (« pestilentes » les llamó Menéndez y Pelayo) de los comentaristas de Góngora; pero que, en cambio, nadie entiende ni podrá entender nunca, una abrumadora multitud de pasajes del Polifemo, Soledades, el Píramo y Tisbe, el Panegírico y otras cosas. Y eso sin contar con que la famosa « segunda manera » o manera confusa de Góngora – sobre la cual habría mucho que decir– tiene tan lejanos comienzos, que acaso se confunden con los primeros desarrollos interesantes de su poesía4.

  • 5 Robert JAMMES, « La polémica de las Soledades. 1613-1666 » in : Luis de Góngora, Soledades, Madrid  (...)
  • 6  Emilio OROZCO DÍAZ, Lope y Góngora frente a frente, Madrid : Gredos, 1973.
  • 7  Joaquín ROSES LOZANO, Una poética de la oscuridad. La recepción de las ‘Soledades’ en el siglo XVI (...)

3Presque un siècle plus tard, et malgré la tâche accomplie par des générations de gongoristes, dominées successivement par de remarquables philologues comme Miguel Artigas, Dámaso Alonso, Robert Jammes, Antonio Carreira, ce programme de retour aux commentateurs, comme on dit retour aux temps apostoliques, n’a été réalisé que très partiellement. Certes, nous disposons d’un catalogue très solide, bien que provisoire, des pièces de la polémique, établi par Robert Jammes5 ; d’un livre d’Emilio Orozco qui y voit une affaire de rivalité personnelle entre Luis de Góngora et Lope de Vega6 ; d’un ouvrage de Joaquín Roses, qui isole de la polémique tout ce qui a rapport au thème fondamental de l’obscurité légitime ou illégitime7. Certes encore, les éditeurs modernes du poète cordouan, souvent excellents, ont largement fait appel aux commentateurs pour annoter et parfois pour interpréter les textes. Mais ils se sont appuyés presque exclusivement sur les commentaires imprimés, ceux de Pellicer y Tovar, Salcedo Coronel, Salazar Mardones, en laissant de côté ceux demeurés manuscrits, dont l’accès et la lecture étaient malaisés. La tâche dépassant peut-être les forces d’un chercheur isolé, ils n’ont pas toujours entouré systématiquement ces commentaires de leur environnement polémique, de ces débats d’interprétation et de valeur que l’on ne pourra jamais reconstruire complètement mais dont des recherches méthodiques pourraient restaurer des parties significatives. Or, le texte de Góngora, déjà moins inaccessible pour nous qu’il ne l’était pour les lecteurs du début du XXe siècle, pourrait encore être mieux éclairé, et ses vertus intellectuelles et esthétiques mieux appréciées, grâce à un commentaire attentif et rigoureux sachant mettre à profit les instruments critiques et les connaissances que nous devons aux quatre siècles écoulés depuis l’époque du poète.

  • 8  Luis de GÓNGORA, Fábula de Polifemo y Galatea, Jesús PONCE CÁRDENAS (éd.), Madrid : Cátedra, 2012.

4Dans les faits, l’assimilation de la nouveauté des poèmes de Góngora vers laquelle tendaient les commentaires n’a pas été achevée, et cela peut peut-être se comprendre comme une preuve de ce qu’ils avaient d’intemporel et de véritablement grand. Il est plus gênant que les avancées fondamentales pour la compréhension des textes qu’ils apportaient n’aient pas été fixées et enregistrées dans la tradition culturelle. Dès la seconde moitié du XVIIIsiècle, Góngora était devenu plus encore que rebutant, incompréhensible pour la plupart de ceux qui se regardaient comme ilustrados, comme si entre-temps, la société et la culture espagnole avaient produit des sortes d’anticorps incompatibles avec la délicate complexité de cette poésie. Ce que nous considérons quant à nous, plutôt que comme le fruit de la « raison » et du « bon goût » dont cette époque se tenait pour la restauratrice, comme le résultat d’une régression. Pour renouer avec la puissance de l’œuvre de Góngora sans lui faire perdre son ancrage historique, et pour déchiffrer ce qui ne prend sens qu’à la lumière d’une culture qui n’est plus la nôtre, l’interprétation actuelle du texte doit passer par ce que les critiques anciens, parfois des érudits et des écrivains remarquables, ont trouvé à en dire et à y redire. La dernière édition du Polyphème par Jesús Ponce Cárdenas8, pourvue d’une annotation plus que jamais copieuse et précise, d’une introduction pleine d’idées nouvelles, doit une partie de ses qualités unanimement saluées à l’emploi plus généreux et plus systématique des apports des commentaires anciens.

5D’autre part, contrairement à Alfonso Reyes et aux écrivains et lecteurs de sa génération, nous ne sommes plus convaincus qu’il faille séparer l’érudition du poète et « sa vertu purement lyrique ou de rare trouvaille verbale » ; nous ne savons plus très bien ce que signifie une « vertu purement lyrique » et l’expression « rare trouvaille verbale » nous apparaît comme excessivement vague. Comment sait-on qu’une séquence de mots est une « rare trouvaille verbale » ? À moins de croire à la magie, nous ne pensons pas que cela tienne simplement à ses « sonorités » ou à son rythme, même si ces facteurs sont essentiels : c’est une certaine capture du sens dans cette musique de la parole, qui en fait une « rare » trouvaille verbale. La production de sens est inséparable de l’érudition. Certes, on ne fait pas de la poésie avec de l’érudition pure, et celle-ci peut fort bien être un poids mort chez certains écrivains, mais chez Góngora, il ne s’agit pas d’une charge inerte qui alourdirait ses ailes, mais d’une matière malléable dont il tire des effets de sens d’une richesse difficile à épuiser.

6Par ailleurs, il ne s’agit pas seulement de Góngora, mais de ce que sa réception révèle de certains phénomènes culturels : une manière, propre à l’Espagne de cette époque, de lire et de comprendre, et aussi de méconnaître les textes, une méthode de raisonnement, une encyclopédie, des questions de poétique, de théorie de l’art, mais aussi de politique de l’art et de la langue ; tous sujets pour lesquels les textes critiques sur le poète offrent des documents, à beaucoup d’égards, irremplaçables.

7C’est pour ces différents motifs que dans le cadre du labex OBVIL de Sorbonne-Universités (http://obvil.paris-sorbonne.fr/​), certains membres de l’équipe CLEA avons lancé depuis un an un programme d’édition critique et annotée et d’étude de la littérature critique autour de Góngora au XVIIsiècle. Nous avons constitué un groupe international, qui vient d’être baptisé PÓLEMOS et qui réunit vingt-cinq chercheurs d’Argentine, d’Espagne, des Etats-Unis, de France et d’Italie, qui ont accepté de se charger de l’édition de certains textes et de participer à leur étude. La mise en ligne de l’ensemble de ces éditions, un travail ardu si l’on veut qu’elles aient toutes les qualités requises, prendra évidemment plusieurs années.

8Un premier pas vers la constitution de ce groupe a été franchi il y a un an avec un colloque-atelier de travail intitulé « Sur les traces d’une révolution littéraire. Pour une édition digitale de la querelle gongorine du XVIIe siècle », qui se tint à l’Université Paris-Sorbonne les 14 et 15 juin 2013. Lors de deux tables rondes, par un tour d’horizon des problèmes posés par l’édition numérique de ce corpus, nous sommes parvenus à un premier accord sur des points philologiques et techniques. Huit communications ont été par ailleurs présentées. Nous avions demandé à leurs auteurs de s’appuyer sur des études de cas pour traiter des questions générales de méthode dont nous suggérions les exemples suivants : quel type d’annotation permet de résoudre les problèmes de compréhension que posent ces textes ? Comment saisir leurs enjeux réels, souvent autres que les enjeux apparents ? Quels sont les contextes dans lesquels il faut les situer pour en restituer la portée ? Quelle est leur typologie formelle, rhétorique et pragmatique ?

9Les six articles qui forment ce dossier résultent de la réélaboration de ces communications.

  • 9  Daria CASTALDO, ‘De flores despojando el verde llano’. Claudiano nella poesia barocca, da Faría a (...)

10Les trois premiers interrogent une large partie du corpus qui nous intéresse au moyen d’une investigation transversale. Daria Castaldo – dont la thèse soutenue à Naples en 2013 porte sur la réception de Claudien9, l’un des poètes favoris de Góngora – considère l’ensemble des commentaires connus, imprimés ou manuscrits. Elle observe que les citations des poètes, le plus souvent données pour des « imitations » de Góngora, ont pour but de légitimer sa poésie mais aussi d’y montrer le dépassement de la tradition. Pour analyser ce maniement de l’imitatio, elle le confronte à l’étude des phénomènes d’intertextualité par la philologie italienne du dernier tiers du XXe siècle (Gian Biagio Conte, Cesare Segre).

11De son côté, l’article de Roland Béhar suggère que cette querelle, dans sa pragmatique et ses formes discursives, prend la relève des polémiques typiquement humanistes qui ponctuaient le devenir de la littérature depuis un siècle et demi, et s’écoule dans un lit creusé dans le territoire de la république des lettres dès le XVe siècle italien. Prenant appui sur des chapitres de la Plaza universal (1615) de Cristóbal Suárez de Figueroa, que l’on n’avait pas jusqu’ici mis en relation avec la réception de Góngora, Roland Béhar démontre que, moins de deux ans après l’arrivée à la cour du Polyphème et des Solitudes, la querelle avait divisé le champ littéraire et que tous les thèmes qui s’y développeraient par la suite étaient déjà en germe.

12C’est un point de vue tout opposé que défend Juan Manuel Daza dans son article, qui considère deux défenses précoces de la nouvelle poétique gongorine, celles d’Almansa y Mendoza et de Manuel Ponce (de date controversée). Il soutient que les apologistes du poète ont en quelque sorte anticipé, de manière concertée, des attaques qui sous leur forme fixée par écrit et ouvertement agressive, n’auraient eu lieu que bien plus tard.

13Trois autres travaux présentés dans le dossier se concentrent sur un acteur de la querelle. Lía Schwartz, dont on connaît les contributions fondamentales sur Quevedo et sur la tradition classique dans l’Espagne du Siècle d’Or, étudie un célèbre ensemble de quatre lettres échangées entre Francisco Cascales et deux autres correspondants. Elle y découvre la permanence vers 1620 d’une doctrine normative classique, fondée sur les autorités latines de Cicéron, d’Horace et de Quintilien, épaulées par une lecture « conservatrice » d’Aristote ; une doctrine que nous associons plutôt au XVIsiècle et à la Renaissance qu’aux débuts du Baroque.

  • 10  Muriel ELVIRA, L’écriture de Góngora. Une poétique de la matière, thèse sous la direction du Prof. (...)

14Pour sa part, Muriel Elvira, auteur d’une belle thèse inédite sur Góngora10, mène une analyse comparative de deux textes importants d’un des principaux acteurs de la polémique, Francisco Fernández de Córdoba : le « Parecer » – un avis précoce sur les Soledades, au contenu très critique, rédigé à la demande de Góngora lui-même – et le discours intitulé « Examen del antídoto » : réfutation véhémente, à la fois humoristique et érudite, de l’impitoyable censure de Juan de Jáuregui, l’Antídoto contra las ‘Soledades’. L’article, qui revient sur les circonstances de production de ces deux textes, explique le revirement que l’on observe de l’un à l’autre comme un phénomène de réécriture, ou de palinodie médiatisée par un tiers. L’Examen del Antídoto de Fernández de Córdoba exprime ainsi le versant le plus sophistique de la réception de Góngora, mais avec une vis comica et un raffinement admirables.

  • 11  Voir Mercedes BLANCO, Góngora heroico. Las ‘Soledades’ y la tradición épica, Madrid : CEEH, 2012, (...)

15C’est à un tout autre type de texte consacré à Góngora, plus scientifique et moins rhétorique, que s’attache la dernière des contributions, celle de Jesús Ponce Cárdenas, l’un des spécialistes de la poésie du Siècle d’Or les plus actifs et inventifs de ces dernières années. Il s’agit du très long commentaire inédit des Solitudes dû à Manuel Serrano de Paz, qui nous est parvenu dans un manuscrit conservé aujourd’hui dans la Bibliothèque de la Real Academia Española. En maniant une documentation récemment exhumée et en consultant des ouvrages imprimés à Oviedo à l’occasion d’événements marquants de la vie culturelle de la cité, Jesús Ponce nous fait faire plus ample connaissance avec ce personnage de notable provincial, qui n’avait reçu jusqu’ici qu’un éclairage partiel et quelque peu dédaigneux de Dámaso Alonso, dans un article datant de 1955. L’étude de Jesús Ponce rend justice à l’érudition foisonnante de ce commentaire inédit, et montre que la tentative de Serrano de Paz de trouver une clé allégorique, loin de se réduire à une extravagance qui discréditerait son travail, obéit à la notion encore partagée au XVIIe siècle (bien qu’affaiblie par une lente montée de l’incroyance) d’un sens des textes diffracté en plusieurs couches, allant de l’écorce au noyau, et de la lettre au sens spirituel. En l’occurrence, la recherche par Serrano de Paz de ce sens spirituel se trouve confortée par le rapprochement courant, et qui nous semble motivé malgré son étrangeté, entre Homère et Góngora11.

16L’ensemble assez divers de ces contributions suppose, en définitive, la première pierre du travail collectif en cours dont nous souhaitons qu’il éclaire le mieux possible un pan encore très imparfaitement connu de l’histoire littéraire et culturelle de l’Espagne.

Haut de page

Notes

1  Le travail de recherche conduisant à ce dossier été réalisé dans le cadre du LABEX OBVIL et a bénéficié d'une aide de l’État gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence ANR-11-IDEX-0004-02.

2  Sur ce vocabulaire des « disputes, querelles et controverses » et sur son application à « la vie culturelle de la première modernité », voir la mise au point d’Alain VIALA, « Un temps de querelles » in : Jeanne-Marie HOUSTIOU et Alain VIALA (dir.), Le temps des querelles, Littératures classiques, 81, 2013, p. 5-22.

3  Alfonso REYES, « Necesidad de volver a los comentaristas », Cuestiones gongorinas, en Obras completas VII, Mexique : Fondo de Cultura Económica, 1996 (réimpression), p. 146-151 (art. cit. p. 46).

4  Ibid., p. 49.

5 Robert JAMMES, « La polémica de las Soledades. 1613-1666 » in : Luis de Góngora, Soledades, Madrid : Castalia, 1973, p. 607-719.

6  Emilio OROZCO DÍAZ, Lope y Góngora frente a frente, Madrid : Gredos, 1973.

7  Joaquín ROSES LOZANO, Una poética de la oscuridad. La recepción de las ‘Soledades’ en el siglo XVII, Londres-Madrid : Tamesis Books, 1992.

8  Luis de GÓNGORA, Fábula de Polifemo y Galatea, Jesús PONCE CÁRDENAS (éd.), Madrid : Cátedra, 2012.

9  Daria CASTALDO, ‘De flores despojando el verde llano’. Claudiano nella poesia barocca, da Faría a Góngora, thèse sous la direction du Prof. Antonio Gargano, soutenue le 23 avril 2013 à l’Università degli Studi di Napoli Federico Secondo.

10  Muriel ELVIRA, L’écriture de Góngora. Une poétique de la matière, thèse sous la direction du Prof. Nadine Ly, soutenue à l’université de Bordeaux en décembre 2006.

11  Voir Mercedes BLANCO, Góngora heroico. Las ‘Soledades’ y la tradición épica, Madrid : CEEH, 2012, p. 229-298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Blanco, « Introduction », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23794 ; DOI : 10.4000/e-spania.23794

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org