Navigation – Plan du site
Antonio de Herrera y Tordesillas : ¿ historia global, historia universal, historia ‎general ?‎

La conquête des îles Canaries et les titres de propriété de la Castille face au Portugal selon Antonio de Herrera y Tordesillas

Renaud Malavialle

Résumés

Dans un Discours sur la découverte des îles Canaries, Antonio de Herrera y Tordesillas illustre sa méthode critique en produisant les documents historiographiques qui permettent de confondre l’argumentation du chroniqueur portugais João de Barros. Le prédécesseur de Diogo do Couto, qui est, lui, un contemporain et rival de Herrera, est ainsi présenté comme le chroniqueur officiel d’actions tyranniques dans ce laboratoire de conquête que constitue l’archipel des Canaries. Outre l’émulation ibérique qui permet à Herrera d’encenser l’action des Castillans, ce dernier montre que seule la production de documents officiels, en l’occurrence une correspondance royale issue de l’Archivo Real, permet de d’apporter à un débat aussi délicat, qui implique la réputation des royaumes du Portugal et de la Castille, les éléments d’un jugement serein.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Discursos morales, políticos, e históricos inéditos de Don Antonio de Herrera y Tordesillas, cronis (...)
  • 2 Voir ibid., Discursos de que la felicísima monarquía castellana fue acrecentando su imperio del mis (...)

1Le Discurso y tratado de los descubrimientos de las Islas de Canaria y de las diferencias que sobre ellas hubo entre Castellanos y Portugueses1 d’Antonio de Herrera y Tordesillas (1559-1625), est vraisemblablement adressé à Olivares. Il est l’occasion d’un retour sur une question d’histoire délicate pour la monarchie catholique depuis l’intégration de la Couronne du Portugal par Philippe II. Le traitement de ce différend traduit des tensions entre des visions fort diverses de l’histoire, orientées par des fidélités ou des appartenances patriotiques. Chez Herrera, l’objet de l’histoire est défini par la vocation castillane à une domination universelle, par cercles concentriques partant de la Castille et s’étendant à l’Espagne, puis à la Péninsule ibérique et à la monarchie catholique. Cette domination est le signe d’une élection : la monarchie catholique prend selon Herrera la suite de Rome. Qu’elle ait conquis une grande partie du monde sur son modèle ne fait que l’attester2 et à travers ce conflit historiographique, c’est une représentation historique, une projection de la monarchie elle-même qui se joue.

  • 3 Ibid.., p. 210.

2Dans ce Discurso…, Herrera évoque des conversations privées tenues vraisemblablement avec Olivares (V. A.). Au cours de ces conversations certaines interrogations concernant les îles Canaries sont restées sans réponse de la part de l’historiographe. Ces questions portent sur les titres de conquête et voient surgir un conflit ancien entre la Couronne de Castille et celle du Portugal. Pour résoudre cette difficulté, Herrera affirme avoir dû se documenter au-delà des récits des chroniqueurs castillans, qui ne consignent guère en leur temps les faits concernés : « Volví de nuevo a ver nuestras historias y otras, y no hallé que hablan tan complidamente como pudieran de lo que pasó entre las coronas de Castilla y Portugal »3.

3Après de vaines recherches, il constate l’impuissance de l’historiographie traditionnelle à fournir les pièces utiles à l’affirmation des droits du monarque, dans une affaire aussi sérieuse que la possession territoriale par voie de conquête et validée par le souverain pontife. Ce constat d’insuffisance de la tradition historiographique, topique chez Herrera, lui permet de faire valoir, par contraste, sa propre enquête archivistique :

  • 4 Ibid., p. 200.

habiendo topado en los Archivos Reales cosas de importancia, juzgando que si dejase de tratarlas para que a todos fuesen notorias y particularmente a V. A. (pues son tan ciertas y verdaderas) sería gran yerro, he querido publicarlas debajo de su serenísimo nombre4.

  • 5 Ibidem.

4Conformément au projet humaniste de ne pas mentir mais aussi de dire la vérité, Herrera proclame la nécessité de publication dans l’intérêt d’une conscience collective et sous l’égide de la Couronne. « Para que a todos fuesen notorias y particularmente a V. A. »5 insiste Herrera. Il s’agit bien d’un enjeu de conscience partagée qui doit affirmer une identité dont l’historien garantit l’authenticité : les îles des Canaries sont castillanes selon un droit attesté historiquement et selon une transmission juridique régulière. La conscience des Castillans doit s’affirmer par le sentiment partagé de cet inaliénable titre de propriété. L’histoire prétend ici graver dans l’esprit d’un lectorat élargi l’idée d’une conquête légitime.

5Herrera évoque alors la découverte providentielle de ces îles par un navire anglais ou français, du temps d’Alphonse XI. Le Pape concéda ces îles à don Luis, Conde de Claramonte, petit-fils de don Alonso de la Cerda... un seigneur qui n’a cependant pas exploité ce bien. Une expédition d’Andalous et de Basques s’est avérée profitable mais les rois de Castille, quoique conscients de l’intérêt de la conquête, tardèrent à passer à l’action. C’est seulement du temps d’Enrique III de Castille (père de Juan II), en 1400, qu’un Français, Jean de Béthancourt, proposa au roi de conquérir ces îles :

  • 6 Ibid., p. 212.

Trató con el rey don Enrique que le favoreciese, y le hizo pleito homenaje de reconocerle por Señor y servirle como vasallo, y con el favor que el rey le dio de gente y lo demás que hubo menester hizo su viaje6.

6Alors Herrera cite le chroniqueur portugais João de Barros selon qui Jean de Béthancourt conquit trois îles : Lanzarote, Fuerteventura et El Hierro (« Yerro ») avant de retourner en France pour ne plus en repartir. Son neveu Maciot de Béthancourt prit alors la relève. Entre temps survint la mort de Enrique III (1407). Maciot renouvela l’hommage vassalique auprès de Juan II, sous la régence de Catalina et de Fernando, le futur roi d’Aragon, son oncle, comme l’atteste une lettre de Juan II à Alfonso de Portugal. Il poursuivit la conquête de l'archipel (la Gomera) accompagné de Castillans. Quand ses ressources s’épuisèrent, il entra en contact avec l’Infant Don Enrique de Portugal, fils de Juan I de Portugal. Il lui aurait livré ses biens avant de passer à Madera où il fit fortune et fut tenu en grand respect par les Portugais.

7Un lourd conflit historiographique se dessine alors sous la plume du chroniqueur officiel, comme ce passage en rend bien compte :

  • 7 Ibid., p. 214-215.

El Coronista Juan de Barros habla acerca del Señorío de estas Islas muy en favor del Infante Don Enrique, o porque no lo supo, o porque no quiso decir la verdad, la cual parece que va escureciendo con ciertos rodeos y colores, no haciendo mención de muchas culpas del Infante acerca de ello, contra la justicia y derecho que tenían los Reyes de Castilla, y tienen en el Señorío de la dichas Islas, y aun contra la razón natural en perjuicio de la Real autoridad, contraviniendo a los capítulos de las paces asentadas y juradas entre las coronas de Castilla y Portugal, y para mejor conocimiento de ello es de saber, que este Infante don Enrique deseoso de descubrir tierras incognitas, mayormente la costa de Africa, estando las Islas Canarias en tan buen paraje para ello, pobladas de gente y ser tan buena tierra muchas veces envió a suplicar al rey don Juan de Castilla […] que se las diese7.

8L’accusation de mensonge envers le chroniqueur portugais est très ferme. Barros n’aurait pas rendu compte de toute la vérité, il aurait donc dissimulé, et il a de surcroît enjolivé son récit au profit du prince portugais. Il a donc aussi simulé. Il tait en particulier la possession castillane et minimise les crimes contre le droit naturel commis par l’Infant. Enfin, si ce prince a demandé à don Juan de Castille la cession de ces îles, voilà bien une preuve qu’elles étaient en possession de la Couronne de Castille. La possession castillane est ainsi établie par la critique historique, ce qui vient confirmer l’arrêt pontifical.

  • 8 Ibid., p. 216

9Concernant la possibilité d’une cession des îles Canaries, Juan II aurait répondu, en toute rigueur juridique, que l’incorporation de ces territoires dans la Couronne de Castille impliquait la convocation des Cortes du royaume. Une éventuelle cession était peu vraisemblable étant donné la perception que les Castillans avaient des Portugais à cette époque. La Castille vivait en effet les attaques des Portugais comme s’il s’agissait de celles de Turcs ou de Maures. Juan II aurait demandé l’arrêt de ces attaques, mais le roi du Portugal tergiversait : « disimulando, no remediaba nada »8. Voilà donc après le chroniqueur, le monarque accusé de mensonges et donc peint sous les traits de l’usurpateur ou du tyran. On le comprend, c’est ainsi en tyran que l’Infant fit outrage au droit naturel en investissant les îles :

  • 9 Ibidem.

Tomando por título de haberle vendido Maciot de Béthancourt el derecho o lo que en ellas tenía, acordó de entrar como tirano y no como legítimo poseedor, rompiendo los límites del derecho natural, y los capítulos de las paces celebradas y juradas entre las coronas de Castilla y Portugal9.

10Et Barros devient ainsi le chroniqueur d’actions tyranniques. En 1424 une armée de 2 500 fantassins et 120 cavaliers attaqua sous les ordres de Hernando de Castro. C’est le récit de cet événement par Barros qui suscite alors l’indignation d’Herrera :

  • 10 Ibidem., p. 217.

Aquí es donde el cronista Juan de Barros en la Década primera lib. I C. 12, colorea que el Infante se movió por el servicio y honra de Dios para bautizar a los moradores de aquellas Islas, y traerlos a su verdadero conocimiento, como si fuera buena manera de buscar la honra y servicio de Dios usurpar el Señorío soberano de los Reyes de Castilla, quebrantando el amistad y paz establecida entre los Reinos de Castilla y Portugal, y haciendo guerra con muchas crueldades y muertes a la gente pacífica de aquellas Islas, que no le habían ofendido10.

11L’hypocrisie des motifs affichés, le service de Dieu (baptême et évangélisation) s’opposent aux motifs réels dissimulés (commerciaux et militaires), à la tergiversation et donc à la dissimulation par le roi du Portugal, à la cruauté de l’entreprise. Il y a en outre lèse-majesté et sacrilège, agression injustifiable contre des populations pacifiques. Herrera reprend contre les Portugais et leur projet de glorification patriotique et messianique certains des thèmes de la légende noire anti-espagnole. L’accusation de « colorear », c’est à dire d’enjoliver, de justifier abusivement les événements passés, de faire œuvre poétique plus qu’historique qu’il adresse à João de Barros prend place dans le dispositif de lutte idéologique que mettent en place à cette époque toutes les monarchies européennes, soucieuses de ne négliger aucun moyen de propagande. Conscientes du rôle nouveau que l’histoire joue dans l’affirmation des sentiments patriotiques, elles encouragent des dénonciations qui s’appuient sur les critères traditionnels du service ultime du bien commun, du service de Dieu et de l’Église par l’évangélisation, du service de la monarchie dans le respect de l’amitié entre des royaumes chrétiens. Travestir une intention clairement machiavélienne en mission providentielle apparaît comme le geste, suspect dans le champ naissant de l’écriture de l’histoire, d’un poète. C’est ici au sein de la monarchie qu’a lieu le conflit, mais sa physionomie est semblable. La Castille a un destin manifeste, il n’est pas question de le lui voir disputé à aucun niveau de l’entreprise de conquête ; pas davantage par la Couronne du Portugal que par quelque autre puissance étrangère.

  • 11 Voir Renaud MALAVIALLE, « La geste castillane et la construction de l’espace impérial hispanique da (...)

12À la fin de son discours, Herrera invoque l’expérience, contre la version officielle de l’évangélisation des îles par les Portugais, telle que la présente João de Barros. Ruiné par le coût de l’opération, l’Infant se serait vu contraint de rappeler son premier capitaine (Hernando de Castro) avant d’envoyer le capitaine Anton Gonzalez pour soutenir les chrétiens contre les ennemis de la vraie foi. L’expérience qu’invoque Herrera, c’est celle d’un historien qui choisit d’intégrer dans son histoire des Indes occidentales la dénonciation des excès de la colonisation par Las Casas (Historia de los hechos de los castellanos en las islas y tierra firme del mar océano, o Décadas de las Indias)11.

13Il peut alors présenter son discours comme une introduction à la publication de l’échange épistolaire entre Juan II de Castille et Alfonso de Portugal par ces mots sans équivoque :

  • 12 A. de HERRERA, Discurso y tratado..., p. 219.

De creer es (por la gran experiencia que de esta materia se tiene) […] que todo fue violencias y muertes en aquel poco tiempo que allí estuvo la armada Portuguesa, y que duró muchos años la tiranía de los Portugueses sobre aquella Islas ; y para que mejor se vea se ponen algunas cartas del Rey Don Juan el II a la letra, que escribió el Rey de Portugal Don Alonso quinto de este nombre, sobre las fuerzas y violencias que el Infante hacía para usurpar el Señorío de las dichas Islas12.

Conclusion

14Entre 1589 et 1595 où il obtient gain de cause, le chroniqueur portugais Diogo de Couto (1542-1616) cherchait à obtenir du roi Philippe II la possibilité de fonder et d’administrer des archives à Goa, où il s’est installé. Il deviendra le continuateur de João de Barros en écrivant la suite des Décadas da Asia, dos feitos que os portugueses fizeram no descobrimento dos mares e terras do Oriente, sur le modèle de Tite-Live. João de Barros (1496-1570), grammairien et historien, avait rédigé les trois premières et avait laissé inachevée la quatrième. Il écrivait dans une perspective d’encensement de la supériorité des Portugais, les premiers à avoir expulsé les Maures de la Péninsule, les premiers à les poursuivre chez eux et à conquérir des territoires au-delà de la chrétienté. L’époque où Couto tente de prendre la relève, c’est justement celle où Herrera tente d’obtenir la charge de cronista de Indias. Élu presque l’année même où Diogo do Couto obtient le privilège royal (fin 1595), Herrera revendique l’accès privilégié aux sources officielles de l’histoire, qu’il publie régulièrement en les commentant. Il travaille à discréditer autant que possible la tradition historiographique portugaise dont Couto se fait, à la même époque, le continuateur. L’émulation rivale est perceptible jusque dans le titre d’usage, parallèle mot à mot, entre les Décadas da Asia (1602-1612) et les Décadas de Indias (1601-1615). Le geste de Herrera est de montrer qu’à l’exception hispanique correspond une exception historiographique. Herrera se présente comme l’historien à la hauteur de la monarchie catholique.

  • 13 Ibidem, p. 250-263.

15Peut-être n’est-il pas non plus fortuit que Herrera publie une description13 des îles Canaries dans la ligne de l’histoire générale, qui fait la part aux caractéristiques des territoires. L’émulation critique stimule un regard anthropologique dans le sens d’une intégration respectueuse des populations locales.

16Ce conflit historiographique montre enfin comment progresse l’idée d’une histoire documentée. Herrera produit les archives qui permettent au lecteur de se former une idée personnelle du dossier. L’historien est là pour faciliter l’accès à ces documents, pour les commenter afin de rendre évidente la bonne foi de la monarchie catholique et la légitimité de son empire à l’échelle du monde. Il est aussi là pour signaler la vigueur du cœur castillan de la monarchie, à toute époque fer de lance et irréductible soutien des plus nobles entreprises.

Haut de page

Notes

1 Discursos morales, políticos, e históricos inéditos de Don Antonio de Herrera y Tordesillas, cronista del rey Felipe II, autor de las Décadas de Indias, y de otras muchas obras, por Juan Antonio de Zamácolas, Madrid : Imprenta de Ruiz, 1804, Discurso XIII, p. 210-219.

2 Voir ibid., Discursos de que la felicísima monarquía castellana fue acrecentando su imperio del mismo modo que la república romana où Herrera démontre l’analogie entre les deux empires.

3 Ibid.., p. 210.

4 Ibid., p. 200.

5 Ibidem.

6 Ibid., p. 212.

7 Ibid., p. 214-215.

8 Ibid., p. 216

9 Ibidem.

10 Ibidem., p. 217.

11 Voir Renaud MALAVIALLE, « La geste castillane et la construction de l’espace impérial hispanique dans la Historia de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firme del mar océano d’Antonio de Herrera y Tordesillas (1549-1625) », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012; http://e-spania.revues.org/21948 ; DOI : 10.4000/e-spania.21948.

12 A. de HERRERA, Discurso y tratado..., p. 219.

13 Ibidem, p. 250-263.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « La conquête des îles Canaries et les titres de propriété de la Castille face au Portugal selon Antonio de Herrera y Tordesillas », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23683 ; DOI : 10.4000/e-spania.23683

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org