Navigation – Plan du site
Antonio de Herrera y Tordesillas : ¿ historia global, historia universal, historia ‎general ?‎

Gravures d’inspiration préhispanique dans les Frontispices de l’Historia general de los hechos de los castellanos d’Antonio de Herrera (1601)

Patrick Lesbre

Résumés

Les gravures représentant les divinités aztèques, les sacrifices humains ou Acamapichtli dans les frontispices d’Antonio de Herrera (1601) sont manifestement basés sur des codex novohispaniques. La représentation d’Acamapichtli s’inspire manifestement d’annales historiques pictographiques proches du Codex Mendoza. Les portraits des six divinités semblent suivre des enquêtes réalisées par les religieux espagnols au XVIe siècle, oscillant entre le Codex Magliabechi et le Codex Tudela sans leur ressembler totalement. Enfin les deux scènes de sacrifices humains renvoient en partie à ces documents mais ouvrent aussi de nouvelles pistes avec le Codex de Florence de fray Bernardino de Sahagún.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse de ce chroniqueur nous renvoyons aux travaux de Richard Kagan, Mariano Cuesta Domi (...)
  • 2 Le texte de Juan López de Velasco, Descripción de las Indias Occidentales, est reproduit par Herrer (...)
  • 3 Manuel BALLESTEROS GAIBROIS, « Antonio de Herrera, 1549-1625 », Handbook of Middle American Indians(...)
  • 4 Cf. Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las edades Me (...)
  • 5 Cf. Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos de los castellanos en las islas y tierrafirm (...)
  • 6 La seule mention qui pourrait être inspirée d’une des gravures serait le glyphe anthroponymique d’A (...)

1Antonio de Herrera1 a inclus en 1601 dans son Historia general de los hechos de los castellanos2 deux frontispices illustrés de gravures apparemment inspirées par des manuscrits pictographiques mexicains3, plutôt coloniaux (enquêtes des religieux ou des fonctionnaires espagnols) que préhispaniques. Sur ces quatorze gravures, huit sont dans le frontispice de la Descripción de las Indias Occidentales (six divinités, un souverain aztèque, un temple) et six dans celui de la 2e Décade (trois scènes incluant des guerriers, deux scènes de sacrifices humains et une représentation de Moctezuma). Herrera a choisi d’ouvrir chaque Décade par un frontispice richement illustré de vignettes qui synthétisaient la narration. Chaque frontispice renvoyait aux principaux thèmes et personnalités qu’Herrera aborde dans le texte4. Mais, pour ce qui est des coutumes aztèques, ces gravures ne jouent pas le rôle habituel d’illustrations qu’on peut attendre dans une chronique : on ne trouve aucun renvoi explicite à celles-ci dans les chapitres traitant du règne d’Acamapichtli, des divinités ou des sacrifices humains5, et les descriptions de divinités ou de sacrifices humains présentes dans le texte d’Herrera ne peuvent être inspirées par ces gravures6.

  • 7 On observera qu’alors que tous les autres guerriers sont armés d’arc et de flèches, un guerrier ind (...)
  • 8 C’est sans doute l’une des représentations occidentales les plus anciennes d’un thème colonial appe (...)

2Les Indiens des Caraïbes sont présentés de façon plus que sommaire dans le ‘frontispice’ de la Première Décade : pas de coutumes, juste des batailles (Vega Real)7, massacres d’Espagnols (Fort de Navidad) ou tentatives vaines de détruire les symboles chrétiens (Croix de la Vega). Tout au plus le roi Guarionex (glosé Guarinoex) est représenté avec une couronne occidentale et nu, ou bien le roi Guacanacari est également couronné, porté en palanquin mais nu comme ses sujets. Les Mayas Quichés du Guatemala ne sont pas mieux lotis dans le frontispice de la 4e Décade, certes représentés vêtus de capes de coton, mais dans une seule scène de bataille (bataille d’Utatlan où ils furent vaincus par Pedro de Alvarado) sans détailler leurs coutumes, leurs divinités ou leurs rites. Seuls les Incas du Pérou peuvent rivaliser avec les Aztèques, puisque le ‘frontispice’ de la 5e Décade portraiture 13 Incas, la dynastie impériale8 alors que les frontispices concernant les Aztèques ne représentent que deux souverains (Acamapichtli, Moctezuma). Mais on attend en vain dans les gravures concernant les Incas des précisions sur leurs rites ou croyances, voire leur architecture, pourtant réputée.

  • 9 Traitement à part que semble confirmer le choix d’inclure le portrait de l’auteur en médaillon dans (...)

3Les Indiens de Nouvelle Espagne et plus précisément les Aztèques du Mexique central ont donc un traitement beaucoup plus favorable et unique, qu’on ne retrouve pas pour les Incas du Pérou, puisqu’Herrera inclut des gravures de leurs divinités, de leurs rites sacrificiels, de leurs temples (pyramides), de leurs coutumes militaires ou royales. Ce n’est donc pas seulement un traitement réservé aux Indiens considérés comme civilisés du fait de leurs monuments en pierre ou villes car dans ce cas on devrait avoir également les Incas ou les Mayas, ce qui n’est pas le cas. Herrera réserve un traitement à part pour les Mexica9 très certainement du fait de la présence d’écriture ou du moins de documents pictographiques (codex), dont il semble largement s’inspirer pour créer les frontispices de la Descripción… (divinités) et de la 2e Décade (guerriers). L’écriture et les livres étaient également présents en zone maya (écriture syllabique), en zone mixtèque et au Nicaragua (écriture pictographique), mais Herrera fait l’impasse visuelle sur ces cultures, réduites à la portion congrue.

  • 10 Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247 et 248 pour le résumé des travaux de Zelia (...)

4On a largement glosé sur les sources utilisées par Herrera pour ces scènes préhispanisantes et en particulier sur les représentations de divinités10. Mais si les représentations de divinités sont une écrasante majorité dans le frontispice de la Descripción de las Indias occidentales, on y trouve cependant également trace d’utilisation d’annales ou de documents historiques pictographiques. C’est d’ailleurs l’usage de ces sources historiques que nous détaillerons en premier, pour éviter de trop nous étendre sur les représentations de divinités, déjà largement commentées.

  • 11 Manuel Ballesteros Gaibrois signale que le Conseil des Indes a payé le 3 septembre 1597 14 planches (...)
  • 12 L’interprétation de ces frontispices peut varier selon les auteurs : Richard Kagan voit dans le pre (...)

5Dans cet article nous détaillerons sept des huit gravures à thématique préhispanique du frontispice de la Descripción de las Indias occidentales, à l’exception de la représentation de la pyramide, et en partie celles du frontispice de la Décade 2 (deux scènes de sacrifices humains). Nous ne discuterons pas de la confection de ces gravures ni de leur auteur, renvoyant aux travaux déjà publiés11. Nous nous centrerons principalement sur les sources possibles de ces gravures, plutôt que sur leurs gloses (largement erronées), leur utilisation et leur rapport éventuel au texte12. L’incertitude demeure sur la part que Juan Peyrou a pu prendre dans le choix des dessins : n’a-t-il fait que suivre les choix opérés par Herrera, ou les a-t-il en partie infléchis ? Faute de précisions, nous ferons comme si Herrera avait tout contrôlé et décidé.

Annales historiques pictographiques

« Acamapich primero Rey de México » (cf. Figure 1)

Figure 1 : Acamapichtli

Figure 1 : Acamapichtli

Herrera 1601

  • 13 Ballesteros Gaibrois et Cline se contentent d’indiquer que John B. Glass a identifié les sources de (...)

6Cette gravure orne le frontispice de la Descripción de las Indias occidentales13, juste avant le médaillon représentant l’auteur, dans la partie basse à senestre. La concomitance n’est peut être pas le simple fruit du hasard ou de la nécessité.

7La dynastie mexica est limitée à un seul souverain, mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’Acamapichtli, considéré à l’époque comme fondateur de celle-ci et le premier roi de Mexico. La disposition du souverain, mais surtout les glyphes toponymiques et anthroponymique permettent de distinguer comme source un document proche du Codex Mendoza, mais différent. Le souverain est assis sur un trône à dossier avec une natte, alors que les souverains aztèques du Codex Mendoza sont assis sur un simple icpalli (siège sans dossier) sans natte (cf. Figure 2).

Figure 2 a : Trône d’Acamapichtli

Figure 2 a : Trône d’Acamapichtli

Herrera 1601

Figure 2 b : Trône d’Acamapichtli

Figure 2 b : Trône d’Acamapichtli

Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.

  • 14 cf. Codex de Florence, livre VIII, chap. 1, fol. 1r et suivants.

8Son tilmatli ou ‘cape’ est quadrillé ce qui pourrait renvoyer à une source inconnue, puisque dans le Codex Mendoza sa ‘cape’ est blanche. Mais les souverains mexica sont parfois dotés de xiuhtilmatli ou cape de turquoise (cf. Codex de Florence)14, ce qui pourrait avoir inspiré le graveur de 1601. On constate également que la coiffure du souverain sur la gravure ne comprend pas la mèche de cheveux supérieure ceinturée de cuir rouge, attribut des guerriers, qui est présente dans le Codex Mendoza. Enfin le graveur n’a pas compris le trône indien : le dossier est visible, mais le siège proprement dit (icpalli) est caché par un pli du vêtement (ou confondu avec celui-ci). La natte est représentée avec introduction d’une perspective.

9On constate que le souverain n’est pas seul sur cette vignette du frontispice de la Description des Indes Occidentales : il est accompagné de plusieurs glyphes devant ou derrière lui. Deux arbres devant lui n’ont rien de décoratifs et sont en fait les glyphes toponymiques de ses conquêtes, qu’on reconnaît inversés dans le folio 2v du Codex Mendoza, angle supérieur droit (cf. Figure 3).

Figure 3 a : Conquêtes d’Acamapichtli

Figure 3 a : Conquêtes d’Acamapichtli

Herrera 1601 

Figure 3 b : Conquêtes d’Acamapichtli

Figure 3 b : Conquêtes d’Acamapichtli

Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.

10Ils correspondent aux conquêtes de Mizquic et de Quauhnahuac et on remarquera que si la gravure a inversé leur position, elle a également changé leur disposition verticale en mettant Quauhnahuac sous Mizquic, ce qui n’était pas le cas dans le Codex Mendoza. Du coup les deux éléments additionnels, l’un sous Quauhnahuac l’autre derrière le trône d’Acamapichtli se comprennent parfaitement comme étant les glyphes toponymiques des deux autres conquêtes du souverain mexica : Cuitlahuac et Xochimilco. Faute de place le graveur a dû briser leur disposition verticale en plaçant Xochimilco à gauche, pour ne pas empiéter sur le médaillon inférieur avec le portrait d’Antonio de Herrera (cf. Figures 1 et 3).

11On trouve également un glyphe anthroponymique relié à sa tête par une ligne, détail qui rappelle le folio 2v du Codex Mendoza (cf. Figure 4).

Figure 4 a : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli

Figure 4 a : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli

Herrera 1601

Figure 4 b : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli

Figure 4 b : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli

Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.

12Cependant, on constate que le glyphe anthroponymique d’Acamapichtli n’est pas le même : en premier lieu le graveur représente des roseaux (tiges dépourvues de pointes de flèches) là où le Codex Mendoza opte pour un faisceau ressemblant à des flèches (les ailettes et les pointes sont visibles et colorées sur l’original). En second lieu la disposition varie : là où la gravure présente un avant-bras allant au-delà du coude et trois tiges s’entrecroisant à la verticale, le Codex Mendoza, lui, présente une main allant tout au plus jusqu’au poignet et trois flèches disposées horizontalement. Le graveur peut avoir confondu les ailettes des flèches avec des fleurs, mais cela n’explique pas les changements de disposition des roseaux ni la forme de l’avant-bras.

13Un autre changement s’observe avec le symbole de la guerre (le bouclier et le faisceau de flèches) (cf. Figure 5) : on reconnaît certes le décor de sept plumes de duvet, mais le faisceau de flèches ne comprend que deux flèches qui s’entrecroisent sur la gravure, alors qu’il y en a six parfaitement rectilignes dans le Codex Mendoza.

Figure 5 a : Symbole de guerre d’Acamapichtli

Figure 5 a : Symbole de guerre d’Acamapichtli

Herrera 1601

Figure 5 b : Symbole de guerre d’Acamapichtli

Figure 5 b : Symbole de guerre d’Acamapichtli

Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.

  • 15 Ibidem, fol. 1r.

14La gravure omet un troisième élément présent sur le bouclier (le propulseur ou atlatl) et déforme l’empennage des flèches. Il faut alors envisager une source distincte du Codex Mendoza, (ce que confirme le trône plus réduit dans le Codex Mendoza, l’absence de xiuhtilmatli) mais perdue depuis. En effet à ce jour aucun autre codex colonial connu ne reproduit en même temps le portrait de ce roi de Mexico et de ses conquêtes. On relèvera cependant que le dessin du Codex de Florence représentant Acamapichtli15 correspond quasiment à la gravure (cf. Figure 6) : même glyphe anthroponymique (bras et disposition des roseaux), même vêtement quadrillé, même dossier de siège (seule la natte manque).

Figure 6 : Acamapichtli

Figure 6 : Acamapichtli

Codex de Florence, 1979, livre VIII, chap. 1, fol. 1r.

15On pourrait alors considérer la possibilité que le graveur ait combiné deux documents pour cette vignette : le Codex Mendoza pour les toponymes de conquêtes et le Codex de Florence pour la représentation du souverain. Mais cela semble compliquer inutilement les choses puisque le Codex de Florence n’a pas de représentation des conquêtes d’Acamapichtli, et qu’on peut douter de la capacité d’Herrera ou de son graveur à interpréter en ce sens les représentations trouvées dans les documents novohispaniques.

16Un autre détail confirme que le graveur d’Herrera n’a pas pu copier le Codex Mendoza : en regardant bien le glyphe de Cuitlahuac (cf. Figure 7) on constate que dans la gravure de 1601 il comprend distinctement deux excroissances de part et d’autre de l’élément central, qui correspondent au glyphe traditionnel de l’eau (contenu dans un récipient en coupe qui figure un canal), alors que le glyphe du Codex Mendoza ne comprend aucune excroissance de ce type.

Figure 7 : Toponyme de Cuitlahuac

Figure 7 : Toponyme de Cuitlahuac

Herrera 1601 ; Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.

Figure 8 : « El dios de los truanes »

Figure 8 : « El dios de los truanes »

Herrera, 1601

  • 16 Respectivement Codex Mendoza, fol. 20r, fol. 37r, fol. 43r, fol. 46r.

17Le Codex Mendoza présente ailleurs (dans la seconde partie consacrée aux provinces tributaires) des représentations de canal avec excroissances doubles comme le glyphe de Tecoloapan (province de Petlacalcatl), de Chilapan (province de Tepequacuilco), de Tamazolapan (province de Coixtlahuaca) ou encore de Cozamaloapan ou de Michapan (province de Tochtepec)16. En poussant l’analyse à l’extrême on peut relever également que le glyphe de Quauhnahuac, bien qu’ayant trois ramifications comme dans le Codex Mendoza, est pourvu de deux volutes de paroles alors qu’il n’y en a qu’une dans le Codex Mendoza.

  • 17 Cf. H. B. NICHOLSON, « The History of the Codex Mendoza”, op. cit., p. 7.

18Cet ensemble de détails, en apparence minimes mais récurrents, oblige à envisager un document similaire au Codex Mendoza pour son contenu et sa disposition, mais avec des variantes dans la représentation du souverain (trône, vêtement) et dans les glyphes toponymiques (Cuitlahuac, Quauhnahuac) ou anthroponymiques (Acamapichtli). Hypothèse d’autant plus vraisemblable que le Codex Mendoza n’est jamais parvenu en Espagne, ayant été pris par des pirates français et passé dans la collection d’André Thevet cosmographe du roi de France, avant d’être racheté par Richard Hakluyt pour finir à Londres dans la collection de Samuel Purchas17. Il a été publié au XVIIe siècle, mais après la publication d’Herrera, en 1615.

Représentations de divinités préhispaniques et enquêtes des religieux espagnols

  • 18 Du fait de la présence des gravures tirées de codex coloniaux mexicains, sinon on aurait pu penser (...)
  • 19 Cf. R. KAGAN, Los cronistas y la Corona..., p. 258.
  • 20 Pour plus de détails sur la première enquête commanditée à fray Andrés de Olmos et ses suites, cf. (...)

19Toutes les gravures de divinités préhispaniques aztèques figurent dans le frontispice de la Description des Indes Occidentales, juste sous la gravure supérieure représentant une carte très simpliste de l’Amérique au milieu d’un océan peuplé de tritons, Neptune et autres créatures antiques, mais aussi d’Indiens en canöé et de maisons lacustres qui évoquent Mexico Tenochtitlan18 et transforment l’océan en lagune de Texcoco. Comme l’a indiqué Richard Kagan, il semble que l’auteur ait cherché à représenter l’Amérique avant l’arrivée des Espagnols (peut-être représentée dans la partie inférieure avec un navire aux voiles à moitié déployées) et pour cela il aurait choisi de reproduire plusieurs scènes de codex coloniaux venus du Mexique (Nouvelle-Espagne)19. Aucune des représentations de divinités aztèques n’est issue de codex préhispaniques. Elles sont toutes rattachées à des enquêtes de religieux espagnols du XVIe siècle, principalement franciscains (très vraisemblablement fray Andrés de Olmos, et les différentes étapes et copies de son enquête commencée en 1533)20.

  • 21 Cf. Supra, note 10. Nous renvoyons pour une analyse détaillée aux travaux d’Elizabeth Hill Boone en (...)
  • 22 Il serait trop complexe et fastidieux de retracer ici l’historique du Codex Magliabechi en Europe e (...)
  • 23 Cf. Zelia NUTTALL, The Book of Life of the Ancient Mexicans (Codex Magliabechi XIII, 11, 3), Berkel (...)
  • 24 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 124-165.

20L’analyse des représentations des divinités ayant déjà été faite par de nombreux chercheurs21, on signalera simplement qu’ils ont tous remarqué la forte similitude entre certains folios des Codex Magliabechi22 ou Codex Tudela et les gravures du frontispice de la Description des Indes Occidentales23. Nous ne pouvons donc prétendre ni à résumer les arguments antérieurs ni à signaler de façon exhaustive toutes les variantes entre les gravures d’Herrera et leurs modèles éventuels : nous ne proposerons ici que quelques pistes incontournables, sans prétendre à une analyse exhaustive. Pour éviter au lecteur néophyte en matière de codex une lecture trop fastidieuse des détails concordants ou discordants, signalons donc que les gravures de divinités d’Herrera semblent suivre de très près le Codex Magliabechi, et parfois le Codex Tudela, mais que certains détails discordants empêchent une identification absolue de ces documents comme source d’inspiration exclusive des gravures. Les spécialistes ont déjà signalé la difficulté du corpus nommé proto-magliabechi24, et c’est sans doute à un document de ce groupe qu’il faut assigner la paternité des modèles suivis pour les gravures du frontispice consacré aux divinités aztèques. Nous donnerons ici quelques pistes comparatives, sans prétendre à l’analyse exhaustive.

« El dios de las aguas »

  • 25 Ballesteros Gaibrois et Cline renvoient au folio 44 du Magliabechi comme étant presque identique. I (...)
  • 26 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 190-193 et figure 32, p. 221.

21La gravure du dieu de la pluie renvoie à la représentation de Tlaloc du Codex Magliabechi (fol. 44r)25. Malgré l’inversion due à la gravure et la déformation du visage du dieu préhispanique transformé en une sorte de perroquet denté, on relève de nombreux éléments concordants : les gouttes de pluie en forme de médailles disposées de part et d’autre du ‘sceptre’, la forme de celui-ci (avec des fleurs régulières) ou la position assise de la divinité, ainsi que ses vêtements ou sandales, ou encore le pectoral rond et le collier qui l’orne. Malgré les déformations du visage de Tlaloc on reconnaît l’élément serpentiforme traversant sa face et le cercle autour de son œil. Il faut cependant signaler que le ‘sceptre’ comprend 2 ‘fleurs’ dans le Codex Magliabechi et 3 dans la gravure, devenant beaucoup plus grand, équivalent à une sorte de lance. De même les déformations du graveur n’expliquent pas la transformation de la partie supérieure de la coiffe de Tlaloc qui présente une sorte de ‘pagaie double’ dans la gravure, absente du dessin du Magliabechi. Le Tlaloc du Codex Tudela (fol. 16r, ezalcualiztli)26 tient bien un sceptre similaire, quoique tout aussi réduit que celui du Magliabechi, mais la scène est dépourvue de gouttes de pluie et ne peut donc avoir servi de modèle exclusif.

« El dios de los finados »

  • 27 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent comme sources possibles, sans être pour autant quasiment (...)
  • 28 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 222-225, dont la figure 33, p. 223.

22Cette divinité présentée comme masculine par la glose correspond en fait à une divinité féminine aztèque, Cihuacoatl, que l’on retrouve folio 45r du Codex Magliabechi27. On reconnaît sans problème le bouclier avec son motif ornemental central ou sommital (à décor en chevrons), ainsi que l’objet brandi dans l’autre main, qui n’est autre qu’un élément de métier à tisser (‘couteau’). Le graveur a simplifié le décor des vêtements mais on retrouve les losanges de la jupe ainsi que deux éléments du décor de la bordure inférieure de celle-ci. Il a supprimé les grelots du collier mais a à peu près respecté les principaux éléments de la coiffure (plumes de quetzal en panache) et de la bannière (bandes de plumes horizontales). Par contre on remarquera que la bannière ou partie arrière du décor de plumes dans le dos de la divinité comprend 3 éléments sommitaux au-dessus des plumes blanches, qu’on ne retrouve pas dans le Magliabechi. De même le panache de plumes de quetzal sort d’une sorte de fleur non visible dans le Magliabechi. On remarque également deux plumes de duvet parfaitement respectées par le graveur, mais absentes du Magliabechi, ainsi que le croissant de lune qui devait correspondre à un élément du collier en plastron. On pourrait continuer en signalant les ressemblances et divergences avec le folio 27r du Codex Tudela (Tititl)28 : le détail le plus significatif est sans doute la présence de trois plumes de duvet blanc sur la coiffe, qui correspondent en partie à la gravure d’Herrera.

« El dios de los truanes » (cf. Figure 8)

  • 29 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 64 du Magliabechi comme presque identique à cett (...)

23Cette divinité se retrouve folio 64r du Magliabechi29 (cf. Figure 9).

Figure 9

Figure 9

Codex Magliabechi, fol. 64r (Graz : ADEVA, 1996).

  • 30 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 258-262, dont la figure 45, p. 259.

24On reconnaît le même quadrupède (techalotl, rongeur) au-dessus du bouclier, le même drapeau ou ornement inférieur du bouclier ainsi que sa division quadripartite. Le ‘sceptre’ avec sa protubérance ronde est tout à fait semblable. L’ornement d’oreille est bien reproduit, ainsi que la partie arrière de la coiffe. On retrouve le même grelot isolé à l’arrière de la partie inférieure de la tunique, ainsi que le même nœud à l’avant, bien que la partie inférieure de la cape ait été scindée en deux. Le pectoral n’a pas été compris par le graveur, mais on le reconnaît plus ou moins, ainsi que l’ornement en papier du biceps. Reste, malgré tous ces points communs, qu’on ne peut partir du Magliabechi pour expliquer la présence de deux motifs noirs dans le bouclier. Le folio 45r du Tudela30 s’éloigne encore plus de la gravure puisque le décor inférieur du bouclier est remplacé par une gibecière, que le sceptre rond est dépourvu d’ornements, et qu’il n’y a plus de décors pour les bras, tandis que l’ornement d’oreille présente une main.

« El dios del viento »

  • 31 Le ‘sceptre’ de la divinité ressemble à celui de Tezcatlipoca dans le Codex de Florence (lib. I, ca (...)
  • 32 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 65 du Magliabechi comme presque identique à cett (...)
  • 33 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 293-296, dont la figure 53, p. 294.

25Malgré le commentaire de la glose, la divinité représentée n’est pas Ehecatl, qui figure bien dans le Magliabechi (fol. 61r)31. Herrera s’est sans doute laissé abuser par la glose32. On retrouve le modèle au folio 65r du Magliabechi, qu’on reconnaît sans hésiter au ‘sceptre’ porté dans une main, dont le décor du cercle alterne portions colorées et portions blanches en cercles concentriques. On reconnaît également la plume blanche sur la nuque ou la peinture faciale présentant des portions carrées de couleur différente, ou encore la mèche de cheveux de la divinité. Le décor inférieur en pointillés du bouclier est également probant, tout comme les deux demi-lunes de la partie inférieure du sceptre. Bien que déformé, le collier est encore reconnaissable. Mais surtout la présence d’une tête isolée au-dessus du bouclier confirme le modèle du Magliabechi.
Reste que ni le bouclier ni le drapeau qui le surmonte ne sont bicolores dans le Magliabechi. Et surtout que le décor inférieur du sceptre est exagérément long dans la gravure de 1601 et bien plus court et non quadrillé dans le Magliabechi. Le Codex Tudela (fol. 56r)33 présente quelques variantes dont la plus notable est une extrémité de pendentif ou collier à motif de fleurs, contrairement aux autres versions. De même la divinité ou son incarnation (ixiptla) perd les ornements de bras et la plume blanche sur la nuque. La gravure d’Herrera suit donc une version trop distincte.

« El dios del vino »

  • 34 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent les folios 49, 51, 54 et 56 du Magliabechi comme sources (...)
  • 35 cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 234-237, dont la figure 36, p. 235.
  • 36 Le folio 31r (Ometochtli) qui reprend plus exactement la planche du Magliabechi puisqu’on y voit au (...)

26Cette gravure est un décalque quasi parfait du folio 49r du Magliabechi représentant un des dieux du pulque34 (nommé Tezcatzoncatl par Sahagún). On retrouve le même bouclier quadrangulaire, avec le même motif ornemental, ou encore la hache brandie avec sa lame de pierre à coloration double, ou bien les peintures faciales divisant en deux zones verticales le visage de la divinité. Bien que simplifié, le décor du pectoral se reconnaît encore avec son disque supérieur, le nœud en papier et la partie inférieure. On remarque que la gravure comporte bien deux éléments tombant de part et d’autre de la tunique, au niveau des cuisses.
Reste que le Magliabechi ne peut pas expliquer la partie arrière de la coiffe, qui comprend une sorte de panache en papier absent des dessins indo-chrétiens. Les similitudes avec le folio 32r du Codex Tudela35 sont également fortes36.

« Hoitzilipochtli el mayor dios de Mexico »

  • 37 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 312-315, dont la figure 60, p. 313. Ballesteros G (...)
  • 38 Cf. F. ANDERS, M. JANSEN, L. REYES GARCIA, Libro de la vida..., p. 53 (sans doute la seule gravure (...)

27Huitzilopochtli est sans doute la seule divinité du frontispice à peu près correctement nommée en nahuatl par Herrera, les autres étant seulement désignées par leur fonction (quand elle n’est pas erronée). Mais le Huitzilopochtli des codex coloniaux est représenté isolé, sans offrandes, comme divinité patronne de la fête de Panquetzaliztli (Magliabechi fol. 43r, Codex Tudela fol. 25r). L’identification est donc une fois de plus erronée.
Au vu des éléments de la coiffe, de la langue proéminente et des griffes de pied de la divinité, on peut rapprocher cette gravure de la représentation d’une scène d’anthropophagie rituelle à Mictlantecuhtli folio 73r du Codex Magliabechi et 64r du Codex Tudela37. On y reconnaît les mêmes éléments (bannières) de la coiffe de la divinité et on devine les mêmes pieds griffus, ainsi que l’offrande par l’un des assistants. La version du Magliabechi est plus précise que celle du Tudela puisque la divinité est assise, et que c’est un homme qui présente de la nourriture (chair humaine ? cœurs ?) à Mictlantecuhtli, contrairement au Tudela ou la divinité est debout et un prêtre (identifiable à la coiffe textile blanche rabattue sur ses cheveux, à la tache de sang sur sa tempe et à son teint de peau noir) lui présente un récipient avec des cœurs humains38, dans une architecture différente, dépourvue de nœuds décoratifs. Les cœurs humains sont identifiables par leur jeu de couleurs et leur forme, proche des glyphes traditionnels.

28Cependant le personnage présentant deux aliments à la divinité est quasiment nu dans le Magliabechi (portant seulement un pagne) alors que le graveur l’a représenté avec une tilma ou cape. L’incompréhension de la position assise mexica fait que le graveur donne au personnage une curieuse posture. De même les deux ornements de poignet de la divinité sont fondus en une seule bande par le graveur, qui a prolongé abusivement l’ornement de poignet supérieur. Enfin les griffes des mains du dieu de l’inframonde ont disparu dans la version gravée.
La foule a été réduite à sa portion congrue, le graveur ne gardant plus qu’un personnage, contre neuf dans le Magliabechi. La scène d’anthropophagie a curieusement totalement disparu : plus de membres humains (bras ou jambe) ou de tête coupée dans des récipients. La version de 1601 reprend un seul assistant, avec le même geste des deux bras (l’un levé, l’autre penché, tous deux tenants une boule). Du coup, pour un lecteur européen il est impossible de rapprocher les deux boules présentées comme offrandes par le personnage à la divinité à de la chair humaine.

  • 39 Loc. cit.

29La représentation de Mictlantecuhtli seul dans le Magliabechi (fol. 76r) ne correspond en rien à celle de la gravure. C’est donc bien la scène d’anthropophagie rituelle qui a inspiré la gravure de 1601. Anders, Jansen et Reyes-García ont bien signalé en 1996 que le crâne humain de Mictlantecuhtli dans le Magliabechi et le Tudela a été transformé par le graveur en une sorte de museau monstrueux39.

30La sélection des divinités représentées semble suivre en partie l’ordre du Codex Magliabechi puisqu’on trouve les folios 44r, 45r et les folios 64r, 65r puis 73r. Par contre l’ordre de présentation ne peut pas suivre celui du Magliabechi puisque la colonne de gauche aligne de haut en bas « el dios de los finados » (fol. 45r du Magliabechi), « el dios de las aguas » (fol. 44r), « el dios de los truanes » (fol. 64r), tandis que la colonne de droite commence par Huitzilopochtli (fol. 73r) puis « el dios del viento » (fol. 65r) et « el dios del vino » (fol. 49r). Une lecture horizontale de haut en bas complique encore plus l’ordre de présentation.

  • 40 « Deus mortuorum », « Deus aquarum », « Deus helluenum », « Hoitzilipochtli summus Mexicanorum Deus(...)

31Les gravures d’Herrera de divinités préhispaniques seront ensuite reprises en 1624 par les héritiers de Théodore de Bry avec une légende latine40. Il répandra ainsi dans le reste de l’Europe non hispanophone les erreurs mais aussi les reproductions exactes de figures du panthéon aztèque.

Scènes de sacrifices humains

32Les scènes de sacrifices humains aztèques ne figurent pas dans le frontispice de la Description des Indes Occidentales mais dans celui de la 2e Décade. Il y a donc une intentionnalité en partie différente, puisqu’elles ne régissent plus l’ensemble de l’œuvre (le frontispice de la Description des Indes Occidentales inclut le portait de l’auteur et semble ouvrir la lecture de l’ensemble de l’œuvre). Cette fois, Herrera semble les avoir placées pour résumer en partie le contenu de sa Décade, parallèlement à d’autres scènes de la société aztèque que nous n’aborderons pas dans cet article. On trouve au moins deux scènes de sacrifices dans le frontispice de la 2e Décade : le sacrifice humain ordinaire (par arrachement du cœur) et celui, plus spectaculaire, du combat dit gladiatorio.

Sacrifice humain par arrachement du cœur : « van a ser sacrificados » (cf. Figure 10)

Figure 10 : Sacrifice humain par cardiectomie

Figure 10 : Sacrifice humain par cardiectomie

Herrera, 1601

  • 41 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 70 du Magliabechi comme présentant des divergenc (...)
  • 42 L’architecture de la gravure correspondrait beaucoup mieux au folio 53r du Codex Tudela, y compris (...)

33La vignette assez discrète évoquant les sacrifices humains se trouve en bas de page du frontispice de la Décade 2, incluant des scènes copiées de codex novohispaniques. Elle semble reprendre en partie le folio 70r du Codex Magliabechi41, malgré la représentation de la pyramide sans perspective42, puisqu’on reconnaît la bannière de plumes ornant le sommet de la pyramide (sans traces de sang dans la gravure, ce qui mérite d’être souligné). Le décor en coquillages des crêtes faitières du temple est à peu près correctement rendu. Le sacrifié est tenu par un prêtre au-dessus de lui et par un assistant ou acolyte en-dessous qui lui tient les jambes, tout comme dans le Magliabechi. À côté de lui un personnage éviscéré le bras tendu semble reprendre le cadavre du sacrifié étendu à l’horizontale au pied de la pyramide dans le Magliabechi, mais en le positionnant assis sur les marches dans la gravure de 1601. Enfin la file d’attente trompeuse sur la droite parce que glosée « van a ser sacrificados », semble reprendre exactement les trois personnages sur la droite du folio 70r du Magliabechi puisqu’on retrouve une femme entre deux hommes vêtus de ‘capes’ et le premier fait le même geste de son bras. Dans le Magliabechi ces personnages sont les spectateurs du rite sacrificiel. Le prêtre porte une sorte de ‘jupette’ (xicolli, vêtement cérémoniel) à peu près correctement copiée. Enfin le cœur humain relié par un flot de sang à la poitrine du sacrifié est devenu une sorte d’ornement dont on a perdu la signification dans la gravure de 1601, mais que l’on comprend parfaitement dès que l’on voit l’original.

  • 43 Codex de Florence, livre I, chap. 11, fol. 18r. Sahagún précise dans la description de la fête d’Et (...)

34Par contre cette scène comporte une erreur grave, puisque le prêtre au lieu de tenir un couteau de sacrifice comme dans le Magliabechi, semble tuer le prisonnier avec un bâton planté dans sa jambe : manifestement le graveur semble n’avoir pas bien compris le dessin qu’il devait copier. Du coup la scène est certes copiée du Magliabechi, mais elle est totalement faussée par le geste et l’instrument du prêtre procédant à la mise à mort. Curieusement une illustration du Codex de Florence (cf. Figure 11) bien que totalement différente dans l’architecture (temple et pyramide de face et non de profil) et le nombre d’intervenants (4 prêtres et assistants au lieu de 2) présente la même version d’un bâton utilisé pour mettre à mort le prisonnier43.

Figure 11 a : Sacrifice humain par cardiectomie

Figure 11 a : Sacrifice humain par cardiectomie

Herrera 1601

Figure 11 b : Sacrifice humain par cardiectomie

Figure 11 b : Sacrifice humain par cardiectomie

Codex de Florence, livre I, chap. 1, fol. 18r

  • 44 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., p. 282-287 dont la figure 50, p. 282.
  • 45 Nous ne partageons pas l’avis d’Anders, Jaansen et Reyes García qui prétendent que le Tudela représ (...)

35Détail suffisamment atypique pour qu’on envisage sérieusement une piste entre ces deux sources (le Codex de Florence, achevé en 1576 est en Espagne à la fin du XVIe siècle avant d’être offert aux Médicis, à moins qu’il n’ait existé une seconde copie restée en Espagne).
La comparaison avec le folio 53r du Codex Tudela44 permet de retrouver plusieurs points communs essentiels, mais semble moins probante pour certains détails45. Par contre elle présente l’avantage de réduire la scène à son strict minimum. Et le temple représenté de profil, comme dans la gravure, sans souci de perspective comme dans le Magliabechi, est un argument fort pour le type d’image qui a inspiré le graveur de 1601.

  • 46 Juan Monterroso a bien distingué cette glose (côté latéral de la vignette) de celle figurant au-des (...)

36Combat dit gladiatorio (« fiesta para comer y matar a éste»)46 (cf. Figure 12)

Figure 12 : Sacrifice humain dit gladiatorio

Figure 12 : Sacrifice humain dit gladiatorio

Légende : Herrera, 1601

Figure 13 : Sacrifice humain dit gladiatorio

Figure 13 : Sacrifice humain dit gladiatorio

Codex de Florence, 1979, livre IX, chap. 2, fol. 7r

  • 47 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., p. 174-181 ; dont la figure 16, p. 175.
  • 48 Ballesteros Gaibrois et Cline ne mentionnent ni le Magliabechi ni le Tudela comme sources possibles (...)
  • 49 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., figure 16, p. 175.
  • 50 Codex de Florence, livre IX, chap. 2, fol. 7r. Cependant si la pierre présente bien un canal d’écou (...)

37On trouve dans la scène de sacrifice dit gladiatorio un guerrier jaguar brandissant un maquahuitl (épée à lames d’obsidienne) agrémenté de plumes de duvet, un prisonnier coiffé d’un ‘casque’ conique avec des ornements de part et d’autre, tenant un bouclier à décor concentrique surmonté d’éléments parfaitement semblables à ceux du folio 30r du Codex Magliabechi (les protagonistes sont les mêmes). Sa tunique présente un ‘col’ ou plutôt une ouverture supérieure et inférieure cintrée. Le graveur a bien compris que l’épée brandie par le prisonnier est dépourvue de lames d’obsidienne, ne présentant que des plumes de duvet blanc. On devine en partie ces mêmes plumes de duvet sur une des jambes de la future victime sacrificielle. On remarquera par contre que la pierre sacrificielle à laquelle le prisonnier est attaché est rendue en volume dans la gravure, alors qu’elle n’est qu’un cercle décoré dans le Magliabechi. On pourrait penser que le graveur a opté pour un rendu concret de la scène, mais dans ce cas là il est remarquablement informé, sans doute un peu trop pour les connaissances d’un graveur espagnol sur la culture aztèque. La scène est agrémentée d’une pyramide et d’un 3e personnage (spectateur) absents du Magliabechi. Enfin le bouclier du chevalier jaguar ne présente pas les mêmes motifs dans la gravure puisqu’on ne reconnaît plus la division tripartite, pourtant facile à rendre. C’est le rendu de la pierre sacrificielle qui oblige à envisager l’utilisation d’autres documents du groupe Magliabechi : mais le Tudela (fol. 12r)47 n’est pas plus précis quant au volume de la pierre48, pas plus que le folio 95r du Codex Ixtlilxochitl49. Ce n’est pas non plus le cas pour les planches 17 et 24 de l’Historia de fray Diego Durán ou encore la planche 27 du Manuscrit Tovar. Par contre une illustration du Codex de Florence (cf. Figure 13) représente le prisonnier juché sur une pierre volumineuse (en épaisseur)50. Il se pourrait donc que le Codex de Florence ait à nouveau servi de source possible d’inspiration pour le graveur et le choix d’Herrera.

  • 51 Cf. F. ANDERS, M. JANSEN et L. REYES GARCIA, Libro de la vida...., p. 26-35 ; Cf. graphiques de J. (...)

38En conclusion, aucun codex préhispanique ne semble avoir été utilisé directement par Herrera: le Codex Mendoza est une enquête diligentée par l’administration du vice-roi, le Codex Magliabechi, Tudela ou le Codex de Florence sont des enquêtes sur le passé préhispanique faites par des religieux espagnols en majorité franciscains. Les sources d’Herrera ne sont pas encore identifiées : le groupe Magliabechi est certes la source principale, mais aucun des documents existants ne correspond parfaitement aux représentations de divinités, ni ne parvient à expliquer toutes les scènes. Il serait trop long d’analyser en détail les apports de tel ou tel manuscrit, mais on peut retenir la complexité du cheminement de ces dessins ou illustrations jusqu’à Herrera51. On constate qu’il semble possible qu’Herrera ait disposé d’une version plutôt tardive, dans laquelle certains éléments (sacrifice humain, pierre du sacrifice gladiatorial, glyphe d’Acamapichtli) s’apparentent à des illustrations du Codex de Florence, donc vraisemblablement réalisées à Tlatelolco par les scribes indiens chrétiens de Sahagún aux alentours de 1576.

  • 52 Ce qui n’est pas le cas de leurs divinités puisque le graveur déforme la mâchoire décharnée du crân (...)
  • 53 « Honrar los buenos y vituperar lo malo », Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos de lo (...)

39On remarquera que, disposant manifestement d’un document similaire au Codex Magliabechi, Antonio de Herrera a certes inclus des scènes de sacrifices humains, mais n’est pas allé jusqu’à évoquer l’anthropophagie (pourtant représentée fol. 73r) ni les divinités effrayantes (fol. 76r représentant Mictlantecuhtli dieu de l’inframonde) ou encore les offrandes sanglantes (fol. 40r) à des divinités effrayantes (fol. 88r). Le choix opéré permet d’insérer les Aztèques dans un paganisme plutôt classique, avec des dieux proches des dieux de l’Antiquité (vents, pluie, mort, ‘vin’ comme autant d’équivalents d’Éole, Neptune, Pluton ou Bacchus). On sent dans le choix des gravures opéré (par Herrera ou par l’artiste ?) un refus de la diabolisation facile des Aztèques à travers les images52 : sans doute le temps écoulé (80 ans après la conquête) permet de prendre ce recul par rapport à la réaction souvent fascinée et horrifiée des touts premiers conquistadores ou évangélisateurs. Mais les conclusions qu’on tire du choix de ces images semblent plutôt contredire le texte d’Herrera, qui condamne fermement les rites aztèques. Ainsi, le texte semble suivre le propos d’Herrera d’honorer les bons et de dénoncer le mal53, mais les gravures ne sont pas aussi explicites.

  • 54 Nous espérons pouvoir revenir prochainement sur une analyse détaillée de cette représentation.

40Herrera enfin a inclus dans le frontispice de la 2e Décade des scènes renvoyant aux guerriers aztèques et à la vie de cour (Moctezuma porté en palanquin). Elles sont d’autant plus passionnantes que totalement absentes des codex actuellement connus. Seul Moctezuma est glosé (« Montezuma va al templo ») ainsi que la vignette sur la même ligne horizontale (« uno de los ydolos de México »), les deux autres vignettes restant sans explications, contrairement à toutes celles de la Descripción de las Indias Occidentales et à celles concernant les sacrifices humains. La vignette représentant Moctezuma porté en palanquin, absente de toutes les sources pictographiques connues constitue un apport passionnant des gravures d’Herrera à la connaissance du Mexique ancien. On y reconnaît un nain attesté dans les récits des conquistadores. En face, on trouve un méli-mélo de diverses scènes, dont un gouvernant aztèque, malheureusement anonyme, un conquistador pointant son arbalète face à un guerrier aztèque, un aigle, et surtout une curieuse tête centrale avec scarifications, lobe d’oreille proéminent et coiffe de fauve qui en font une sorte de pastiche préhispanique54. Deux autres scènes, supérieures, poursuivent cette originalité en présentant les vêtements guerriers et les activités guerrières ou commerciales. De même, dans le frontispice de la Description des Indes Occidentales, Herrera a inclus une gravure reprenant la forme d’une pyramide, dont on ne retrouve pas un équivalent similaire dans les codex coloniaux ou les illustrations des enquêtes religieuses puisqu’elle semble reproduire un temple circulaire du dieu du vent attesté par les chroniqueurs et l’archéologie. Nous espérons pouvoir détailler ces scènes dans un autre article.

  • 55 Les divinités mexicaines n’apparaissent pas dans le texte principal, ni en annexe dans l’index inti (...)
  • 56 Samuel PURCHAS, Hakluytus Posthumus ; orPurchas his Pilgrimes in five books, Londres : William Stan (...)

41Vincenzo Cartari semble avoir été le premier à publier en Europe des extraits de codex mexicains, en utilisant des images de divinités préhispaniques du Codex Vaticano A pour compléter son catalogue de divinités antiques. Mais l’édition initiale (1556, puis 1571 en latin, ou 1581 en italien) ne contient pas d’images de dieux mexicains, pas plus que les premières rééditions (Imagines Deorum, Qui Ab Antiquis Colebantur, Lyon 158155 ; Le Imagini dei Dei de gli Antichi, Venise, 1587). Il faut attendre les suppléments ajoutés aux éditions postérieures, dans Le vere e nove imagini de gli dei delli antichi di Vicenzo Cartari Reggiano, Padoue, 1615, dans son supplément Seconda Parte delle imagini de gli dei indiani aggionta al Cartari da Lorenzo Pignoria. Ces images sont donc publiées quelques années après les frontispices d’Herrera de 1601. C’est également le cas de la planche concernant le règne d’Acamapichtli, publiée par Samuel Purchas en 1625 (Hakluytus Posthumus : or, Purchas his Pilgrimes)56. Si Herrera sauve, parfois de justesse, la primauté de l’Espagne dans la publication de fragments de codex mexicains coloniaux, la publication par Samuel Purchas de la quasi intégralité du Codex Mendoza (fondation de Mexico, plusieurs planches de règnes mexica entiers ou résumés, de coutumes ou d’extraits de tributs) en 1625 marque une différence majeure : l’histoire officielle de l’Amérique espagnole n’a pas produit un tel effort, se contentant d’imprimer quelques fragments choisis et non un document entier. Les enquêtes pourtant remarquables réalisées au Mexique au XVIe siècle, ont servi de vignettes ornementales, le plus souvent déformées et faussées (pour les divinités), alors que l’Angleterre publie en 1625 un manuscrit pictographique quasi entier et surtout accompagné des gloses traduites pour son entière compréhension. Il y a là une différence radicale au détriment de l’Espagne.

  • 57 Ces cartes furent les premières sur l’Amérique que la Monarchie espagnole autorisa à éditer (cf. Ri (...)
  • 58 R. KAGAN, Los cronistas y la Corona…, p. 247, lettre du 6 novembre 1601 dans Kagan, 2010, p. 252 : (...)

42En incluant dans les ‘frontispices’ de ses Décades des extraits de codex novohispaniques, Antonio de Herrera en 1601 innove donc (tout comme il le faisait pour les seize cartes géographiques)57 et semble faire des émules. On pourra s’interroger sur le but poursuivi par ces gravures : elles peuvent répondre en partie aux critiques lui reprochant de ne pas connaître en personne l’Amérique, en démontrant qu’il utilise des sources inédites, voire indiennes (sans doute perçues comme préhispaniques par les lecteurs de l’époque). Par contre ces gravures contribuent-elles au propos général de l’œuvre, qui est de défendre l’Empire hispanique en Amérique, de démontrer que les actions positives de l’Espagne en Amérique sont bien plus nombreuses que les excès des conquistadors ?58 Si la conversion est bien indiquée par la disparition de l’idolâtrie préhispanique, bien remémorée par la représentation de six divinités, en revanche les sacrifices humains ne sont pas mis en exergue (les deux scènes ne figurent pas sur le frontispice initial, elles sont reléguées en bas et n’occupent qu’une vignette rognée par un portrait) et l’anthropophagie est très clairement oubliée visuellement (elle n’est qu’évoquée par le verbe « comer » dans la glose du sacrifice gladiatorial).

Haut de page

Bibliographie

ANDERS, Ferdinand, Codex Magliabechiano, Graz : ADEVA, 1970.

ANDERS, Ferdinand, JANSEN, Maarten, REYES GARCÍA, Luis, Libro de la vida. Texto explicativo del llamado Códice Magliahechiano, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1996.

BALLESTEROS GAIBROIS, Manuel, « Valor informativo de la Historia de Antonio de Herrera para la historia primitiva mesoamericana », Revista de Indias, 29, Homenaje a D. Ciriaco Pérez-Bustamante, Madrid, 1969, p. 79-106.

–––––––, « Antonio de Herrera, 1549-1625 », Handbook of Middle American Indians, Austin : University of Texas Press, 1973, vol. 13, p. 240-255.

BAUDOT, Georges, Utopie et histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569), Toulouse : Privat, 1976.

BATALLA ROSADO, Juan José, El Códice Tudela y el Grupo Magliabechiano : la tradición medieval europea de copia de códices en América, Madrid : Ed. Testimonio, Colección Thesaurus Americae, 2002.

BERDAN, Frances, RIEFF ANAWALT, Patricia, The Codex Mendoza, 3 vol., Berkeley, Los Angeles : University of California Press, 1992.

BOONE, Elizabeth Hill, The Codex Magliabechiano and the Lost Prototype of the Magliabechiano Group, Berkeley & Los Angeles : University of California Press, 1983.

CARTARI,
1581, Imagines Deorum, Qui Ab Antiquis Colebantur, Lyon 1581
1587, Le Imagini dei Dei de gli Antichi, Venise
1615,    Le vere e nove imagini de gli dei delli antichi di Vicenzo Cartari Reggiano, Padoue, 1615

Codex de Florence :
Códice Florentino. Manuscrito 218-220 de la Colección Palatina.., 3 vol., Mexico : Archivo General de la Nación, 1979.

Codex Magliabechi :
Códice Magliabechiano. Libro de la vida, Mexico : Fondo de Cultura Económica, Graz : Akademische Druck, 1996. cf. Anders 1970 et 1996.

Codex Mendoza :
Codex Mendoza, Berkeley, Oxford : University of California Press, 1992, vol. 3. cf. Frances BERDAN et Patricia ANAWALT.

Códice mendocino,Mexico : ed. Innovación, 1980.

Codex Tudela, cf. Batalla Rosado 2002.

CUESTA DOMINGO, Mariano, « Los Cronistas oficiales de Indias. De López de Velasco a Céspedes del Castillo », Revista Complutense de Historia de América, 33, 2007, p. 115-150.

CUMMINS, Tom, « Representation in the Sixteenth Century and the Colonial Image of the Inca », in : Elizabeth HILL BOONE et Walter MIGNOLO (dir.), Writing without Words, Durham, Londres : Duke University Press, 1994, p. 188-219.

FERNÁNDEZ DURO, Cesáreo,  « Epitafio de Antonio de Herrera, cronista mayor de Indias, y noticias relativas a la publicación de sus ‘Décadas’ », Boletín de la Real Academia de la Historia, t. 16 (1890), p. 173-177.

GLASS, John B., « A Census of Native Middle American Pictorial Manuscripts », Handbook of Middle American Indians, Austin : University of Texas Press, 1975, 14, p. 81-252

HERRERA, Antonio de, Historia general de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firme del mar océano [1601], 4 vol., Madrid : Universidad Complutense, 1999.

KAGAN, Richard L., Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las edades Media y Moderna, Madrid : Centro de Estudios Europa Hispánica, Marcial Pons, 2010.

MALAVIALLE, Renaud, « Temps, récit et vérité historique chez Antonio de Herrera y Tordesillas », Cahiers de narratologie, 15, 2008. http://narratologie.revues.org/698.

–––––––, « La geste castillane et la construction de l’espace impérial hispanique dans la Historia de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firme del mar océano d’Antonio de Herrera y Tordesillas », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 13 septembre 2012 ; URL : http://e-spania.revues.org/21948 ; DOI : 10.4000/e-spania.21948

MONTERROSO MONTERO, Juan M., « Imagen impresa y estereotipos. Retratos, lugares y batallas en Las Décadas de Antonio de Herrera y Tordesillas », SEMATA, Ciencias sociales e Humanidades, 24, 2012, p. 25-53.

NICHOLSON, Henry B., « The History of the Codex Mendoza », in: Frances BERDAN, Patricia RIEFF ANAWALT, The Codex Mendoza, Berkeley, Los Angeles : University of California Press, 1992, 1, p. 1-11.

NUTTAL, Zelia, The Book of Life of the Ancient Mexicans (Codex Magliabechi XIII, 11, 3), Berkeley : University of California Press, 1903.

PÉREZ PASTOR, Cristóbal, Noticias y documentos relativos a la historia y literatura españolas, Madrid : La Revista de Legislación 1940.

PURCHAS, Samuel, Hakluytus Posthumus ; orPurchas his Pilgrimes in five books, Londres : William Stansby, 1625.

RIESE, Berthold C., Ethnographische Dokumente aus Neuspanien im Umfeld der Codex Magliabechi-Gruppe, Stuttgart : Frank Steiner Verlag, GMBH, 1986.

SAHAGÚN, Fray Bernardino de, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : CONACULTA, 2000, 3 vols.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse de ce chroniqueur nous renvoyons aux travaux de Richard Kagan, Mariano Cuesta Domingo et Renaud Malavialle indiqués en bibliographie.

2 Le texte de Juan López de Velasco, Descripción de las Indias Occidentales, est reproduit par Herrera en 1601, dans son édition de l’Historia general de los hechos de los castellanos accompagné d’un frontispice qui nous intéresse ici. Les deux sont placés avant l’œuvre d’Herrera proprement dite.

3 Manuel BALLESTEROS GAIBROIS, « Antonio de Herrera, 1549-1625 », Handbook of Middle American Indians, Austin : University of Texas Press, 1973, vol. 13, p. 248 et figures 1 et 2 p. 245-246.

4 Cf. Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona. La política de la Historia en España en las edades Media Moderna, Madrid : Centro de Estudios Europa Hispánica, Marcial Pons, 2010, p. 258-259. Richard Kagan décrit plusieurs frontispices, et oppose le contenu de celui de la 2e Décade (quitte à y inclure les scènes du frontispice de la Description) à celui de la 3e Décade contenant le portrait de Cortés et la vue de la ville coloniale de Mexico.

5 Cf. Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos de los castellanos en las islas y tierrafirme del mar oceáno, ed. de Mariano Cuesta Domingo, Madrid : Universidad Complutense, 1991, vol. 2, respectivement p. 310-311 (Acamapichtli), p. 317-318 (divinités), p. 321-322 (sacrifices humains) (Décade 3, liv. II, chap. 12, 15, 16).

6 La seule mention qui pourrait être inspirée d’une des gravures serait le glyphe anthroponymique d’Acamapichtli (« y su insignia era una mano, que tiene muchas saetas de caña »), mais c’est trop vague pour être probant. Cf. Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos…, vol. 2, p. 311 (Décade 3, liv. II, chap. 12). Il est impossible ici de détailler les descriptions de Tezcatlipoca et de Quetzalcoatl.

7 On observera qu’alors que tous les autres guerriers sont armés d’arc et de flèches, un guerrier indien au premier plan porte une épée à lames d’obsidienne et un bouclier avec une large frange inférieure de plumes. Cet armement est manifestement inspiré des guerriers aztèques, et non des coutumes attestées par Las Casas pour l’Hispaniola.

8 C’est sans doute l’une des représentations occidentales les plus anciennes d’un thème colonial appelé à beaucoup de succès fin XVIIe et au XVIIIe siècle, quand les tableaux coloniaux feront coexister les vice-rois du Pérou, représentés comme prolongateurs du Pérou préhispanique. À noter que Guaman Poma est plus tardif et ne propose pas de portraits en buste des Incas, mais de plain-pied.

9 Traitement à part que semble confirmer le choix d’inclure le portrait de l’auteur en médaillon dans les gravures du frontispice de la Description des Indes Occidentales et non ailleurs.

10 Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247 et 248 pour le résumé des travaux de Zelia Nuttall en 1903, Donald Robertson en 1959, Simpson en 1968 et John B. Glass. Juan José Batalla Rosado ajoute les travaux d’Elizabeth Hill Boone en 1983 et de Berthold C. Riese de 1986, mais se centre sur les seules gravures pouvant s’inspirer du Tudela ou du Magliabechi et récuse, à juste titre, l’inclusion de la gravure représentant Moctezuma comme pouvant s’inspirer de ces documents. Cf. Juan José BATALLA ROSADO, El Códice Tudela y el Grupo Magliabechiano: la tradición medieval europea de copia de códices en América, Madrid : Ed. Testimonio, Colección Thesaurus Americae, 2002, p. 15-154 dont les figures 11-1 et 11-2.

11 Manuel Ballesteros Gaibrois signale que le Conseil des Indes a payé le 3 septembre 1597 14 planches de cuivre, sans doute soit pour les cartes soit pour les frontispices de l’œuvre. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., p. 249. Richard Kagan indique qu’Herrera aurait payé ces gravures de Juan Peyrou, et été remboursé ensuite par le roi. Cf. R. KAGAN, Los cronistas y la Corona..., p. 258 et note 97. Il renvoie à Pérez Pastor (1910, vol. I, p. 144) pour les contrats concernant ces gravures. Cesáreo Fernández Duro indique que le 4 novembre 1600 on accordait un maximum de 150 ducats à Herrera pour « ce que coûteraient les planches pour l’Histoire des Indes ». Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, « Epitafio de Antonio de Herrera, cronista mayor de Indias, y noticias relativas a la publicación de sus ‘Décadas’ », Boletín de la Real Academia de la Historia, 16, 1890, p. 176.

12 L’interprétation de ces frontispices peut varier selon les auteurs : Richard Kagan voit dans le premier frontispice (Descripción de las Indias) une façon de souligner l’état originel ‘barbare’ de l’Amérique avant l’arrivée des Espagnols. Cf. R. KAGAN, Los cronistas y la Corona..., p. 258. C’est possible, d’autant qu’Antonio de Herrera traite à plusieurs reprises les Mexica de barbares dans les chapitres sur leur religion. Cf. Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos de los castellanos…, vol. 2, p. 317, 322 (Décade 3, liv. II, chap. 15, 16). Les manuscrits pictographiques mexicains coloniaux permettaient d’avoir une idée de la représentation des divinités préhispaniques, alors que celles des Caraïbes (cemi) ou des Andes étaient beaucoup plus difficiles à connaître vers 1600. Mais il peut y avoir un effet involontaire : la présence d’une pyramide peut renvoyer aussi à la capacité des Indiens du Mexique à construire des édifices en dur, tout autant qu’à l’idolâtrie. Et la représentation du premier souverain aztèque renvoie à leur histoire lointaine et donc à leur capacité à en construire une. Le choix de mettre les éléments aztèques en introduction générale de l’ouvrage est peut être conditionné par les lacunes documentaires d’Herrera pour connaître les divinités préhispaniques d’autres parties de l’Amérique (Amérique Centrale, Caraïbes, actuels Colombie, Pérou etc.). Mais du coup les Indiens d’Amérique reflétés par ce choix apparaissent bien plus civilisés que ceux des Caraïbes ou du Paraguay. On remarquera que les scènes de sacrifices humains auraient pu figurer dans ce premier frontispice, mais n’apparaissent que dans celui de la 2e Décade, réservant la barbarie de cette coutume pour la Nouvelle-Espagne et non pour l’ensemble de l’Amérique.

13 Ballesteros Gaibrois et Cline se contentent d’indiquer que John B. Glass a identifié les sources de cette gravure, sans les spécifier. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2, p. 247. John B. Glass renvoie au folio 2v du Codex Mendoza du fait de la présence de quatre glyphes de villes conquises, sans plus de détails. J. B. GLASS, « A Census of Native Middle American Pictorial Manuscripts », Handbook of Middle American Indians, vol. 14, Austin, 1975, n° 133, p. 132. Henry B. Nicholson renvoie au même folio 2v mais signale plus prudemment que les 4 glyphes de conquêtes sont « very similar to those in the Codex Mendoza, which by this time was already in England », H. B. NICHOLSON, “The History of the Codex Mendoza”, in Frances BERDAN, Patricia RIEFF ANAWALT, The Codex Mendoza, Berkeley : University of California Press, 1992, 1, p. 3.

14 cf. Codex de Florence, livre VIII, chap. 1, fol. 1r et suivants.

15 Ibidem, fol. 1r.

16 Respectivement Codex Mendoza, fol. 20r, fol. 37r, fol. 43r, fol. 46r.

17 Cf. H. B. NICHOLSON, « The History of the Codex Mendoza”, op. cit., p. 7.

18 Du fait de la présence des gravures tirées de codex coloniaux mexicains, sinon on aurait pu penser à la lagune de Maracaibo et au Venezuela.

19 Cf. R. KAGAN, Los cronistas y la Corona..., p. 258.

20 Pour plus de détails sur la première enquête commanditée à fray Andrés de Olmos et ses suites, cf. Georges BAUDOT, Utopie et histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569), Toulouse : Privat, 1976, p. 167-172 et 204-213.

21 Cf. Supra, note 10. Nous renvoyons pour une analyse détaillée aux travaux d’Elizabeth Hill Boone en 1983, Berthold C. Riese en 1986 et Juan José Batalla en 2002. Pour éviter des notes encyclopédiques, seules les références aux analyses de ce dernier seront indiquées.

22 Il serait trop complexe et fastidieux de retracer ici l’historique du Codex Magliabechi en Europe et plus particulièrement en Italie. Il semble n’apparaître que dans la 2e moitié du XVIIe siècle.

23 Cf. Zelia NUTTALL, The Book of Life of the Ancient Mexicans (Codex Magliabechi XIII, 11, 3), Berkeley : University of California Press, 1903, p. VII ; Ferdinand ANDERS, Codex Magliabechiano, Graz : ADEVA, 1970, p. 25-31 ; Manuel BALLESTEROS-GAIBROIS art. cit., p. 245-248, etc., cf. Ferdinand ANDERS, Maarten JANSEN, Luis REYES GARCIA, Libro de la vida. Texto explicativo del llamado Códice Magliahechiano, Mexico : FCE, 1996, p. 50-55 pour une description sommaire.

24 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 124-165.

25 Ballesteros Gaibrois et Cline renvoient au folio 44 du Magliabechi comme étant presque identique. Ils mentionnent également le folio 26 du Codex Tudela, sans plus de détails. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2, p. 247.

26 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 190-193 et figure 32, p. 221.

27 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent comme sources possibles, sans être pour autant quasiment identiques, le folio 45 du Magliabechi et le folio 27 du Tudela. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

28 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 222-225, dont la figure 33, p. 223.

29 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 64 du Magliabechi comme presque identique à cette gravure. Ils mentionnent aussi comme source le folio 45 du Tudela, mais le considèrent comme présentant des variantes significatives. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

30 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 258-262, dont la figure 45, p. 259.

31 Le ‘sceptre’ de la divinité ressemble à celui de Tezcatlipoca dans le Codex de Florence (lib. I, cap. 1, fol. 10r).

32 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 65 du Magliabechi comme presque identique à cette gravure. Ils indiquent aussi le folio 56 du Tudela. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, « Antonio de Herrera, 1549-1625 », tableau 2 p. 247.

33 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 293-296, dont la figure 53, p. 294.

34 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent les folios 49, 51, 54 et 56 du Magliabechi comme sources possibles, de même que les folios 31, 34, 36, 39 du Tudela. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

35 cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 234-237, dont la figure 36, p. 235.

36 Le folio 31r (Ometochtli) qui reprend plus exactement la planche du Magliabechi puisqu’on y voit aussi la représentation isolée de la hache, ne présente pas de pectoral ou collier élaboré. Le folio 38r est également semblable, comme les autres représentations de dieux du pulque, mais le décor du pectoral y est nettement moins visible ou détaillé que dans le Magliabechi et partant dans la gravure de 1601.

37 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela..., p. 312-315, dont la figure 60, p. 313. Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 73 du Magliabechi et indiquent que le folio 79 présente des variantes significatives ainsi que le folio 64 du Tudela. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

38 Cf. F. ANDERS, M. JANSEN, L. REYES GARCIA, Libro de la vida..., p. 53 (sans doute la seule gravure d’Herrera vraiment détaillée dans leur commentaire).

39 Loc. cit.

40 « Deus mortuorum », « Deus aquarum », « Deus helluenum », « Hoitzilipochtli summus Mexicanorum Deus », « Deus ventorum », « Deus Vini ». Théodore de BRY, Novi Orbis pars dvodecima. Sive Descriptio Indiae Occidentalis, auctore Antonio de Herrera. Accesservnt et aliorvm Indiae Occidentalis descriptiones... Qvibvs cohaerent, Paralipomena Americae..., Francofurti : Sumptibus haeredum I.T. de Bry, 1624.

41 Ballesteros Gaibrois et Cline mentionnent le folio 70 du Magliabechi comme présentant des divergences signifiantes. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

42 L’architecture de la gravure correspondrait beaucoup mieux au folio 53r du Codex Tudela, y compris pour les personnages sacrifiant ou sacrifiés. Mais celui-ci ne représente pas les trois personnages du public dans les mêmes attitudes et le prêtre tient le cœur dans sa main, contrairement au Magliabechi. Il faudrait donc envisager un document intermédiaire entre les deux, qui pour l’instant n’a pas été retrouvé.

43 Codex de Florence, livre I, chap. 11, fol. 18r. Sahagún précise dans la description de la fête d’Etzacualiztli qu’il s’agit bien de sacrifices par arrachement du cœur. Cf. Fray Bernardino de SAHAGÚN, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : CONACULTA, 2000, p. 145-146. Peut-être le dessinateur a-t-il voulu marquer une différence puisque ces cœurs sont ensuite jetés dans la lagune, et donc destinés aux divinités comme Tlaloc ou Chalchiuhtlicue, pas Tezcatlipoca ou Huitzilopochtli.

44 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., p. 282-287 dont la figure 50, p. 282.

45 Nous ne partageons pas l’avis d’Anders, Jaansen et Reyes García qui prétendent que le Tudela représente la cérémonie de profil tandis que le Magliabechi la représente de trois-quarts : neuf personnages sur dix du Magliabechi sont de profil, le dixième est très légèrement de trois-quarts. Par contre la pyramide et son sanctuaire sont représentés en volume ou en perspective. Cf. F. ANDERS, M. JANSEN et L. REYES GARCIA, Libro de la vida...., p. 55. Ballesteros Gaibrois et Cline considèrent le folio 53 du Tudela comme la source la plus proche de cette gravure. Cf. M. BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

46 Juan Monterroso a bien distingué cette glose (côté latéral de la vignette) de celle figurant au-dessus (« uno de los ydolos de México ») dans son annexe. Juan M. MONTERROSO MONTERO, « Imagen impresa y estereotipos. Retratos, lugares y batallas en Las Décadas de Antonio de Herrera y Tordesillas », SEMATA, Ciencias Sociales e Humanidades, 24, 2012, p. 50.

47 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., p. 174-181 ; dont la figure 16, p. 175.

48 Ballesteros Gaibrois et Cline ne mentionnent ni le Magliabechi ni le Tudela comme sources possibles pour cette gravure. Cf. M.BALLESTEROS GAIBROIS, art. cit., tableau 2 p. 247.

49 Cf. J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela...., figure 16, p. 175.

50 Codex de Florence, livre IX, chap. 2, fol. 7r. Cependant si la pierre présente bien un canal d’écoulement, celui-ci, contrairement à la gravure, ne se prolonge pas sur le côté du monument. De plus la partie supérieure n’est pas décorée, alors que dans la gravure on distingue une forme autour du creux central.

51 Cf. F. ANDERS, M. JANSEN et L. REYES GARCIA, Libro de la vida...., p. 26-35 ; Cf. graphiques de J. J. BATALLA ROSADO, El Códice Tudela…, p. 157, 159 et 162.

52 Ce qui n’est pas le cas de leurs divinités puisque le graveur déforme la mâchoire décharnée du crâne de Mictlantecuhtli en une sorte de museau monstrueux, pour la gravure de ‘Hoitzilopochtli’ comme l’ont signalé Anders, Jansen et Reyes García. Cf. F. ANDERS, M. JANSEN et L. REYES GARCIA, Libro de la vida...., p. 53.

53 « Honrar los buenos y vituperar lo malo », Antonio de HERRERA, Historia General de los hechos de los castellanos…, vol. 1, p. 129 (dedicatoria al lic. Pablo de Laguna, 15 octobre 1601).

54 Nous espérons pouvoir revenir prochainement sur une analyse détaillée de cette représentation.

55 Les divinités mexicaines n’apparaissent pas dans le texte principal, ni en annexe dans l’index intitulé Variarum imaginum quae toto libro habentur compendium ivxta ordinem qyo describuntun, qui commence p. 361, Lyon 1581.

56 Samuel PURCHAS, Hakluytus Posthumus ; orPurchas his Pilgrimes in five books, Londres : William Stansby, 1625, p. 1068-1117 (Livre V, chap. 7 : The History of the Mexican Nation, described in pictures by the Mexican Author explained in the Mexican language, which exposition translated into Spanish, and thence to English, together with the said Picture-historie, are here presented).

57 Ces cartes furent les premières sur l’Amérique que la Monarchie espagnole autorisa à éditer (cf. Richard Kagan, Los cronistas y la Corona..., p. 253), même si la carte de López de Gómara, très simple, avait déjà dévoilé à grands traits simplifiés l’ensemble du continent.

58 R. KAGAN, Los cronistas y la Corona…, p. 247, lettre du 6 novembre 1601 dans Kagan, 2010, p. 252 : “el principal intento q se ha llevado en la Historia General de Indias q se mando escrevir fue mostrar el intento y cuydado q los Catholics (sic) Reyes nuestros antecesores y Vuestra Alteza han tenido y tienen de cumplir con la bula [de donación] del Pontífice y assentar la policía espiritual y temporal con toda piedad con grandíssimo gasto de la real hacienda y trabajo de sus consejos para quitar el engaño q las naciones extranjeras tienen de que no se ha atendido sino a disfrutar a las Indias”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Acamapichtli
Légende Herrera 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2 a : Trône d’Acamapichtli
Légende Herrera 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2 b : Trône d’Acamapichtli
Légende Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 a : Conquêtes d’Acamapichtli
Légende Herrera 1601 
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 b : Conquêtes d’Acamapichtli
Légende Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4 a : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli
Légende Herrera 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 4 b : Glyphe anthroponymique d’Acamapichtli
Légende Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 a : Symbole de guerre d’Acamapichtli
Légende Herrera 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5 b : Symbole de guerre d’Acamapichtli
Légende Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 6 : Acamapichtli
Légende Codex de Florence, 1979, livre VIII, chap. 1, fol. 1r.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 7 : Toponyme de Cuitlahuac
Légende Herrera 1601 ; Codex Mendoza, 1980, fol. 2v.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 8 : « El dios de los truanes »
Légende Herrera, 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 9
Légende Codex Magliabechi, fol. 64r (Graz : ADEVA, 1996).
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 10 : Sacrifice humain par cardiectomie
Légende Herrera, 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 11 a : Sacrifice humain par cardiectomie
Légende Herrera 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 11 b : Sacrifice humain par cardiectomie
Légende Codex de Florence, livre I, chap. 1, fol. 18r
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 12 : Sacrifice humain dit gladiatorio
Légende Légende : Herrera, 1601
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 13 : Sacrifice humain dit gladiatorio
Légende Codex de Florence, 1979, livre IX, chap. 2, fol. 7r
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23671/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lesbre, « Gravures d’inspiration préhispanique dans les Frontispices de l’Historia general de los hechos de los castellanos d’Antonio de Herrera (1601) », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23671 ; DOI : 10.4000/e-spania.23671

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org