Navigation – Plan du site
Antonio de Herrera y Tordesillas : ¿ historia global, historia universal, historia ‎general ?‎

Sepúlveda, un silence d’Antonio de Herrera

Gilles Bienvenu

Résumés

Herrera ne se réfère nulle part, dans son Historia General, aux thèses de Juan Ginés de Sepúlveda justifiant l’assujettissement des Barbares du Nouveau Monde et les moyens guerriers employés contre eux. Il ne prononce pas même son nom, ni n’évoque la controverse notoire qui l’opposa à Las Casas à Valladolid (1550-1551). Il puise en revanche assez largement dans la Historia de las Indias de Las Casas. Pour autant, sur diverses questions placées au centre du débat de Valladolid, Herrera développe une vision plus compatible avec les thèses de Sepúlveda qu’avec celles de Las Casas. Mais, travaillant à offrir une Histoire consensuelle, il s’emploie à estomper les lignes de clivage apparues lors du débat suscité par les Leyes Nuevas, et à réduire ainsi l’impression que des politiques successives et contradictoires ont parfois été déployées dans le mouvement de la Conquête. Plutôt que de rouvrir le débat sur la légitimité de la conquête, il met l’accent sur le pragmatisme des Souverains, et sur leurs efforts pour s’adapter à la diversité des situations qui se sont présentées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los Castellanos en las Islas y (...)
  • 2 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Anales de Carlos V, in : Annals of the Emperor Charles, texte espagnol e (...)

1Dans l’Histoire générale des faits des Espagnols dans les Îles et la Terre Ferme de la Mer Océane1 de Antonio de Herrera, on ne trouve aucune référence explicite aux thèses de Juan Ginés de Sepúlveda sur la légitimité de la guerre contre les Barbares, ni au débat qui l’avait opposé à Las Casas, en 1550-1551 à Valladolid. On ne trouve chez Herrera aucune déclaration analogue à celle par laquelle Gómara2, dans ses Annales de Charles V, disait avoir « écrit seulement, et brièvement, la conquête des Indes », ajoutant : « celui qui voudrait en voir la justification, qu’il lise le docteur Sepúlveda, historiographe de l’Empereur, qui l’a écrite en latin fort doctement et il en sera parfaitement satisfait ». Aucune déclaration de la sorte dans l’Historia General de Herrera. Dans la huitième décade, où il relate les évènements qui se sont produits en 1550-1551 aux Indes occidentales ou en Espagne à propos des Indes occidentales, le débat de Valladolid n’est pas même mentionné. Le nom de Sepúlveda n’apparaît nulle part, sauf pour désigner un obscur auditeur de la Nueva Galicia (VIII, 8, 3).

  • 3 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Dialogus qui inscribitur Democrates secundus de justis belli causis (1545) (...)
  • 4 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Apologia pro libro de justis belli causis, Rome (1550), édition critique é (...)
  • 5 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, De Rebus Hispanorum gestis ad Novum Orbem ou De Orbe Novo, édition critiqu (...)

2Ce silence pourrait être mis au compte de l’oubli. De fait, aucune des œuvres de Sepúlveda se rapportant à la conquête des Indes n’était disponible dans la période où Herrera compose son Historia : son œuvre centrale, le Dialogue sur les justes causes de la guerre (ou Democrates Secundus3), écrite dans les premiers mois de 1545, n’avait jamais reçu l’autorisation de publication. Les théologiens et juristes réunis à Valladolid pour rendre un verdict à ce sujet, ne le firent jamais connaître. La première édition ne fut publiée à Madrid qu’en 1892. L’Apología4 édigée par Sepúlveda en défense du Democrates Alter, publiée à Rome en 1550 avec l’approbation pontificale eut un tirage très réduit, mais surtout les exemplaires distribués en Espagne et ceux qui « auraient pu passer aux Indes » furent saisis, suite à un décret (cédula) royal en date du 19 octobre 1550. Le texte fut publié à Cologne avec d’autres œuvres de Sepúlveda en 1602, mais ne connut pas d’édition espagnole avant 1780. Le De orbe novo5, écrit dans les années 1560 comme complément à l’Histoire de Charles V, avait disparu avec l’ensemble du manuscrit de cette Histoire à la mort de Sepúlveda, et ne réapparut qu’en 1775, dans un fonds privé d’Archives. Il fut publié en 1781. Comme c’est aussi le cas de l’Histoire de Charles-Quint, Sepúlveda avait décidé de ne pas publier le De Orbe Novo de son vivant, afin de se soustraire à toute pression.

  • 6 Bartolomé de LAS CASAS, Aqui se contiene una disputa o controversia entre el obispo fray Bartolomé (...)

3De fait, lorsque Herrera prend la plume, les seuls documents disponibles sur la controverse de Valladolid sont ceux publiés par Las Casas en 1552 à Séville – sans licence royale – sous le titre « Aqui se contiene una controversia… »6. Ce recueil de documents est construit de telle sorte qu’il ne permet de connaître qu’indirectement certaines des thèses de Sepúlveda, par le résumé très succinct qu’en donne le dominicain Domingo de Soto au début du recueil, ou par les objections qu’il formule en peu de mots aux thèses de Las Casas.

  • 7 Cf. André SAINT-LU, La Vera Paz, esprit évangélique et colonisation, Paris : Centre de Recherches d (...)

4L’hypothèse de l’oubli, pourtant, ne paraît pas suffisante. Herrera pratique l’histoire en professionnel et exploite de nombreuses sources jusqu’alors non publiées. Nous savons en particulier qu’il eut accès et qu’il fit un usage intensif de l’Histoire des Indes de Las Casas, restée à l’état de manuscrit depuis que celui-ci avait décidé, en novembre 1559, d’en ajourner pour trente ans la publication en apprenant l’échec de l’évangélisation pacifique de la Vera Paz guatémaltèque7.

5Une autre hypothèse pourrait être qu’Herrera, ayant entrepris, comme il le dit dans le titre donné à son travail, l’Histoire des actes – ou des faits : « hechos » – des Espagnols, n’ait pas jugé bon d’inclure le récit des débats autour de ces actes. Le sermon de Montesinos, les Leyes Nuevas, sont des actes. La controverse de Valladolid qui, avec le temps, est devenue pour nous un événement des plus significatifs, n’aurait pas trouvé place dans le schéma d’écriture de Herrera centré sur une conception restrictive de ce que sont les faits ou les actes.

6En toute hypothèse, il apparaît que, dans ce silence, l’unique voie pour tenter d’identifier l’attitude de Herrera à l’égard des thèses de Sepúlveda est l’analyse de ses positions sur quelques points clés. Chacun peut faire sa propre sélection. On a choisi ici d’évoquer, très brièvement, six thèmes : la caractérisation par Herrera des bulles papales de « donation » des Indes à la Couronne espagnole ; la vision qu’il nous transmet des Indiens caraïbes ; sa vision des Indiens de la Nouvelle Espagne ; son évaluation des tentatives d’évangélisation pacifique ; le portrait qu’il trace de Cortés et de ses troupes ; et, enfin, son évaluation de l’impact des Leyes Nuevas.

La caractérisation par Herrera des bulles d’Alexandre VI

  • 8 Le pape Alexandre VI émit le 3 mai 1493 deux bulles (Inter Caetera et Eximiae Devociones), prenant (...)

7Les bulles d’Alexandre VI8 ont donné lieu au XVIe siècle à deux débats distincts. Le premier oppose ceux qui jugent que ces Bulles sont un titre suffisant pour fonder le pouvoir et l’empire (dominium et imperium) des Espagnols sur les Indes à ceux qui pensent qu’elles ne constituent pas un titre suffisant parce que le pape n’a pas de puissance sur les royaumes temporels.

  • 9 Cf. B. de LAS CASAS, Tratados, 2, p. 915-1233, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1997 (1965).

8Las Casas, dans les toutes premières pages de son Tratado Comprobatorio del imperio y principado universal que los Reyes de Castilla y Leon tienen sobre las Indias9 – publié en 1552, en même temps que les documents de la controverse de Valladolid sélectionnés par lui – affirme très fermement sa préférence pour la première thèse : après avoir examiné et écarté rapidement plusieurs titres qui pourraient fonder la légitimité du pouvoir et de l’empire des Espagnols sur les Indes, il conclut que la concession et donation :

que dellas hizo la Santa Sede Apostolica a los Reyes de Castilla y Leon es el fundamento juridico y substancial donde estriba y esta colocado todo su titulo. Este es, y no otro, el fundamento juridico ysubstancial.

9Las Casas explicite cette « première conclusion » en rappelant que le souverain pontife, successeur de Saint Pierre et vicaire du Christ a pouvoir sur le monde entier, qui contient et comprend les fidèles et les infidèles, ainsi que sur leurs biens, leurs situations temporelles et séculières (« y sobre los bienes y cosas temporales y estados seglares dellos »).

  • 10 Francisco de VITORIA, Leçon sur les Indiens et sur le Droit de guerre (1539), traduction française (...)
  • 11 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus, p. 6 : « Quae igitur potestas […] haec licet proprie (...)
  • 12 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, 1, 12 (1 et 2) : « Optimi et religiosi principes […] ne quid (...)
  • 13 Pas plus que Vitoria, Sepúlveda n’utilise le terme « indiens ». Les deux juristes raisonnent de faç (...)
  • 14 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus, p. 80.
  • 15 Ginés de SEPÚLVEDA souligne fortement qu’Alexandre VI n’a fait que répondre à l’expression de la «  (...)

10Pour Sepúlveda, qui suit ici Vitoria10, la puissance qui fut donnée au Christ et communiquée à son vicaire le pape, « se réfère à ces choses qui concernent le salut des âmes et la vie spirituelle »11. La donation papale n’est, par conséquent, pas un titre suffisant pour justifier le dominium et imperium des Espagnols sur les Indiens. Au demeurant – il l’écrira dans le De Orbe Novo –, la démarche que firent les Rois Catholiques auprès du pape Alexandre VI, fut de l’ordre de la simple consultation : ils lui soumirent leur projet de soumettre les peuples barbares des territoires nouvellement découverts, afin de s’assurer qu’il n’était contraire ni aux lois chrétiennes ni même aux lois communes « que nous appellons naturelles ». Et Alexandre VI « l’approuva avec enthousiasme »12. Sepúlveda écrit, notons-le, dans une période du règne de Charles V où l’idée d’abandonner entre les mains du pape, chef de l’Église, un pouvoir sur les royaumes temporels, ne laisse pas de susciter quelque réserve. Pour cette raison, l’effort de Sepúlveda vise précisément à construire un autre titre, incontestable celui-là, susceptible de servir de fondement au droit des Espagnols d’assujettir les Barbares du Nouveau Monde13. L’affirmation et la définition de ce titre juridique sont précisément l’objet et la thèse centrale de son Democrates Secundus : peut être défini comme barbare un peuple qui viole, dans ses institutions, ses lois et l’action de ses princes, le droit naturel commun à tous les hommes. Comme tel, ce peuple peut être soumis et dominé par un autre peuple qui, lui, respecte le droit naturel. Les peuples « plus prudents », plus « humains », non seulement peuvent, mais ont l’obligation d’aider ces peuples14. Et c’est à la suite d’un rappel de cette obligation morale imposée « par la loi divine aussi bien que par la loi naturelle », que Sepúlveda mentionne la bulle d’Alexandre VI : « c’est pour ces raisons, écrit-il, qu’Alexandre VI, Souverain Pontife, à la requête des Rois de Castille15, leur confia la charge de soumettre ces barbares à leur pouvoir ».

  • 16 Silvio ZAVALA, Las instituciones jurídicas en la conquista de América, troisième éd., Mexico : Porr (...)

11Pour Sepúlveda, le titre en soi n’est pas la bulle papale, mais les « raisons exposées » qui lui servent de fondement. La bulle tire sa force de ces raisons. Celles-ci non seulement justifient l’effort pour soumettre ces peuples, mais autorisent le recours à la force pour atteindre le résultat visé. Une guerre entreprise pour aider de tels peuples à se soustraire à de telles violations du droit naturel est juste. En souscrivant à cette vision, la bulle apporte un supplément utile mais non nécessaire, une forme de confirmation, de label de légitimité, à la guerre contre les Barbares, dont la justice est établie par ailleurs16.

  • 17 A. de HERRERA, op.cit., Première Décade, livre 2, ch. 4 : « Su Santitad […] puede tratar, juzgar y (...)

12Dans ce premier débat, Herrera s’aligne clairement sur les conclusions de Las Casas. Au livre 2 de la Première Décade (« Que los Reyes Catolicos dieron cuenta al Papa de el nuevo descubrimiento y de la concession que hizo a la Corona de Castilla y de Leon, y de motivos que para ello tuvo »), Herrera écrit : « Sa Sainteté, comme successeur de Pierre, et qui a pouvoir sur tout le monde, qui comprend fidèles et infidèles, lorsqu’il s’agit de guider les hommes sur le chemin de la vie éternelle et d’avoir soin de la conversion de tous les peuples infidèles, peut traiter, juger et disposer de leurs affaires séculières et de leurs états temporels en tant que cela convient à leur conversion »17. Et, ajoute Herrera, parce que « pour cette fin il est parfois nécessaire de disposer des états temporels pour guider les hommes vers ce qui vient d’être dit, Dieu a donné au pape pouvoir et perfection, dans les cas nécessaires, pour diriger les hommes vers leur bien. Pour autant, le pape ayant compétence pour disposer des états temporels, sa Sainteté, de la façon la plus humaine, s’est résolue à satisfaire la requête des Rois [Catholiques] ».

  • 18 Anthony Pagden, Lords of all the world, Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c (...)

13Les bulles, observe Anthony Pagden18, « sont ainsi l’unique explication que donne l’historiographe royal Antonio de Herrera à la présence de l’Espagne en Amérique ».

14Mais les bulles d’Alexandre VI avaient donné lieu à un second débat. Sepúlveda soutenait ainsi qu’elles apportaient aux Rois Catholiques une validation morale de leur projet d’user de la force pour assujettir les Indiens, en vue de créer les conditions favorables à leur évangélisation. Il ne s’agit pas, bien sûr, dit-il, de leur imposer la foi chrétienne, mais de supprimer les obstacles à la prédication de la foi, et de protéger par les armes la prédication des Évangiles, car il serait illusoire d’espérer qu’ils abandonnent sans résistance leurs croyances ancestrales. Las Casas soutenait pour sa part que, l’évangélisation étant l’unique objectif de la concession pontificale, les bulles ne pouvaient justifier aucune guerre, car la Foi ne saurait être imposée.

  • 19 A. de HERRERA, op.cit., Cinquième Décade, livre 5, chap. 7.

15Herrera ne veut pas entrer dans ce débat. Lorsqu’il mentionne19 la réunion qui eut lieu en Espagne en 1533 pour traiter de la « justicia de hacer la guerra y esclavos » contre les naturels de la Trinidad, sa conclusion est très pragmatique : évoquant la question très disputée en cette occasion par les théologiens, de savoir si « la foi devait être introduite avec l’appui des armes », il conclut que « cela, il faut le renvoyer à la prudence de ceux qui connaissent les évènements de ces Indes, afin que, prenant en compte l’état dans lequel celles-ci se trouvent, l’état d’esprit des indiens etc […] ils jugent si la foi pourrait être répandue dans le Nouveau Monde par la prédication seule ».

  • 20 S. ZAVALA, op.cit., suplemento a la tercera ed., p. 717.
  • 21 A. de HERRERA, op.cit., Première Décade, livre 2, ch. 4.

16« C’est à dire, [commente Silvio Zavala] qu’Herrera laisse prudemment la résolution du problème à la considération des faits et incline à l’acceptation de ce qui est arrivé »20. Mais, ailleurs, Herrera écrit aussi « qu’il fut nécessaire que le Souverain Pontife donne sa puissance suprême aux Rois Catholiques et à leurs Successeurs et les investisse d’une autorité telle qu’ils puissent choisir de puissants représentants et envoyer leurs flottes armées, car d’une autre façon l’Evangile n’aurait pas pu être prêché, ni l’ordre civil établi »21. Même s’il ne se réfère pas explicitement à Sepúlveda, c’est bien, ici, des conclusions pragmatiques de celui-ci qu’il se montre proche.

Herrera et les Indiens caraïbes

17Ce pragmatisme, Herrera, dans certains chapitres, nous rappelle qu’il n’est pas seulement le sien, mais qu’il pourrait définir l’attitude de la Couronne espagnole elle-même, tout au long de la période considérée, et en constituer le seul véritable fil conducteur. Ainsi voit-on l’historiographe royal réunir de manière saisissante, dans un même chapitre (VIII, 4, 13) deux types d’instructions expédiées par le Roi en 1547, et dont aucune considération autre que le pragmatisme ne peut réduire l’inspiration contradictoire. Les premières sont adressées au vice-roi Antonio de Mendoza, et concernent les Indiens caraïbes des îles de Barlovento. Les secondes, auxquelles on s’intéressera plus loin, s’adressent aux dominicains et visent la conversion pacifique des Indiens de la Vera Paz au Guatemala.

18Sous l’appellation d’Indiens caraïbes, les instructions royales visent, selon une tradition établie dès le premier voyage de Colomb, les groupes de nomades insulaires anthropophages qui surgissaient sur les côtes des Grandes Îles pour s’y ravitailler en proies humaines qu’ils emmenaient sur leurs embarcations. Ces Caraïbes, commente Herrera – dont la syntaxe ici relâchée semble témoigner qu’il recopie un document administratif récapitulant les griefs des Espagnols de la région –, « continuaient à causer de grands dommages dans l’Île Espagnole, à la Jamaïque, sur la côte de la Terre Ferme, et plus encore sur l’île de San Juan. Et leur insolence augmentait d’autant plus que, du fait des Leyes Nuevas qui l’interdisaient, les Chrétiens ne leur faisaient plus la guerre, et ne les réduisaient plus en esclavage […] Et comme la loi qui traitait de ces questions était si rigoureuse qu’elle commandait qu’en aucun cas, ni même en guerre, quoiqu’il s’agisse d’un cas de rébellion, ni par capture, ni de quelque autre façon que ce soit, on ne pouvait faire les Indiens esclaves, les habitants des îles de San Juan, de Puerto Rico s’étant plaint que de nombreux Indiens sortaient des îles de la Trinidad, de la Guadeloupe, de la Dominique, de Santa Cruz, de la Martinique et d’autres qui leur causaient de grands dommages. Le Roi, passant outre cette loi (« sin embargo de esta ley »), donna autorisation aux Espagnols de l’île de San Juan « de leur faire la guerre, acceptant qu’ils les prennent pour esclaves, en tant qu’ennemis, mangeurs de chair humaine, avec l’autorité et l’intervention de la Justice ». Sans entrer dans le débat théorique sur les justes causes de guerre, Herrera enregistre ici sans état d’âme cette décision de la Couronne, qui fait de l’attitude hostile et de l’anthropophagie des Indiens caraïbes un cas de juste guerre.

Les Indiens du Mexique

19Herrera consacre les chapitres 15 et 16 du livre 2 de la 3e Décade à l’évocation de la religion des anciens Mexicains. Le ton qu’il emploie pour parler des sacrifices humains et du cannibalisme rituel est très éloigné de l’enthousiasme justificateur de Las Casas. Herrera ne reconnaît pas dans de tels actes le signe d’une religiosité profonde et très haute, mais « l’œuvre du démon », de la « haine mortelle que le démon a envers les hommes ». Le démon, dit-il, « cherche à déshonorer Dieu [par ces sacrifices et cette idolâtrie] et à détruire l’homme ». Les cérémonies publiques consacrées à ces sacrifices, pour Herrera, sont de véritables « boucheries d’hommes » (« carniceria de hombres »).

  • 22 Alfredo LÓPEZ AUSTÍN, « Las Razones de la guerra en Mesoamérica », in : Gilles BATAILLON, Gilles BI (...)

20De la même façon, le calcul par Herrera du nombre des victimes de ces sacrifices aboutit à des chiffres proches de ceux fournis par Motolinia et Sahagún. « La multitude des victimes de cette diabolique abomination, dit-il, était si grande qu’il y eut des occasions où elle dépassa les 5 000, et certains jours plus de 20 000 furent sacrifiés en divers endroits ». Sepúlveda, on le sait, évaluait à 20 000 par an les victimes des sacrifices humains, estimant donc, en 1550, à 600 000 le nombre de vies épargnées depuis l’arrivée des Espagnols. Le sang qui coulait était infini, dit Herrera : « Era infinita la sangre que se derramaba ». Le ton qui est le sien ici rejoint celui de l’anthropologue mexicain Alfredo López Austín, qui écrit en 2003 : « dans la dernière étape de l’histoire mésoaméricaine [préhispanique], le nombre des sacrifices humains augmenta d’une façon démesurée, et les armées victorieuses célèbrent leur triomphe avec de longues files de captifs destinés à être livrés en victimes aux autels des temples »22.

  • 23 A. de HERRERA, op.cit., Troisième Décade, livre 2, ch. 15 : de la religion des Mexicains.

21Selon Herrera, « ces barbares étaient fatigués de cette bestialité de sacrifier des hommes, mais n’osaient pas parler, du fait de la grande peur que leur inspiraient les prêtres, mais il n’y avait rien qu’ils désiraient plus que de se soustraire à cette cruelle sujétion »23. Cela facilita, ajoute-t-il, leur appui à la conquête espagnole.

  • 24 B. de LAS CASAS, Historia de las Indias, 3, chap. 122. Traduction française de Jean-Pierre Clément (...)
  • 25 A. de HERRERA, loc. cit., ch. 16.

22Ici encore, bien que sur un ton moins démonstratif, Herrera ne dit pas autre chose que Sepúlveda, et se distingue radicalement de Las Casas qui, par hostilité à Cortés, alla jusqu’à prétendre que le rejet des Aztèques par les peuples qui leur étaient assujettis fut un résultat de la propagande du Conquistador, et ne préexistait pas à l’arrivée de ses troupes24. « C’est une chose avérée [« y es cosa verdadera »] que les premiers Espagnols qui pacifièrent ces provinces de la Nouvelle-Espagne, jurèrent de mourir ou de rendre à Dieu ce service d’empêcher une telle abomination », écrit Herrera25 en décrivant l’épouvante que sentirent les soldats de Cortès lorsqu’ils furent contraints d’assister à un sacrifice humain.

23Cependant, si les sacrifices humains et le cannibalisme rituel des Mexicains justifient clairement pour Herrera la guerre qui leur fut faite, il ne partage pas l’évaluation négative que Sepúlveda fait de leur mode de vie. Là où Sepúlveda mentionne leur totale absence d’écriture ou de techniques pour conserver la mémoire de leur passé, Herrera appelle l’attention du lecteur sur les peintures et les caractères qu’utilisent les peuples du Yucatán et du Honduras pour, dit-il « distribuer les temps et composer leurs archives ». Il insiste, au dernier chapitre du livre 2 de la 3e décade, sur leur capacité naturelle à bien recevoir une éducation, et il mentionne l’admiration manifestée par certains Espagnols « de los mas sabios », quant au niveau élevé d’organisation sociale qu’avaient les Mexicains avant l’arrivée des Espagnols.

Herrera et les tentatives d’évangélisation pacifique : la Vera Paz et la Floride

  • 26 Juan GINÉS DE SEPÚLVEDA, op. cit., p. 72 : « Nec audisti duos monachos Dominicanos ad Piritum provi (...)
  • 27 J.-M. SAINT-LU, op.cit., p. 294. Sur cet épisode, voir également JAN DE VOS : La Paz de Dios y del (...)

24Pour éradiquer les institutions des peuples indiens, jugées par lui inhumaines, Sepúlveda était convaincu de la non viabilité des méthodes pacifiques. Dans le Democrates Secundus, il s’était référé à l’échec de la colonisation de la côte vénézuélienne de Cubagua26. À Valladolid, il avait mentionné l’expérience désastreuse de l’évangélisation pacifique de la Floride, conduite l’année précédente, rappelait-il « por este mismo parecer e induccion del señor obispo [Las Casas] ». Las Casas lui avait répondu, à Valladolid, en parlant de la « merveilleuse » expérience de la Vera Paz, au Guatemala. Nous savons aujourd’hui que cette expérience, qui avait débuté en 1547, s’achèvera elle aussi, en 1556, par la nouvelle du massacre de deux dominicains et la formulation, par l’ordre des dominicains du Guatemala, d’une requête au Roi pour qu’il veuille bien annihiler (« aniquilar ») les Indiens lacandons et pachutlas coupables du meurtre de leurs coreligionnaires27.

25Herrera relate de façon assez équilibrée l’expérience de Cumaná, montrant qu’en cette occasion un Las casas de bonne foi mais assez naïf avait servi de jouet entre les mains de trafiquants de toutes sortes qui avaient besoin de lui pour mener à bien leurs projets d’exploitation des perles, et de rachat d’or ou d’esclaves. Sur l’affaire de Floride, et du martyre qu’y rencontra le Père Luis Cancer (26 juin 1549), Herrera ne livre aucun commentaire. Son récit, très détaillé, s’achève sur la vision de la chaloupe espagnole s’éloignant de la plage où le dominicain, qui s’était avancé à la rencontre des Indiens, s’effondre sous leurs coups.
Quant à la tentative de la Vera Paz, dont l’épisode introductif est évoqué en même temps que l’instruction donnée au vice-roi Mendoza de faire la guerre aux Caraïbes, Herrera ne mentionne pas l’issue tragique de 1556, dont la nouvelle conduisit Las Casas à différer la publication de son Histoire des Indes. « Les religieux, écrit Herrera, entreprirent avec un Saint Esprit cette tentative, et en peu de temps pacifièrent ce peuple et le convertirent à notre Sainte Foi Catholique ; car là où les Naturels donnent lieu à l’exercice des armes spirituelles, le fruit que celles-ci donnent est manifeste en peu de temps, moyennant la grâce de Notre Seigneur ». L’Histoire de Herrera ne va pas au-delà de 1554 et, bien que la tragédie de 1556 soit connue lorsqu’il la rédige, quatre décennies plus tard, il ne la mentionne pas lorsqu’il se livre ainsi à l’éloge prudent des tentatives d’évangélisation pacifique. Peut-être doit-on mettre cette prudence en rapport avec les nouveaux efforts d’évangélisation pacifique développés, au moment où écrit Herrera, par la Compagnie de Jésus dans d’autres régions du Nouveau Monde.

Le portrait de Cortés et de ses troupes par Herrera

  • 28 A. de HERRERA, op.cit., Troisième Décade, livre 1, ch. 13.

26Dans le portrait de Cortés brossé par Herrera28, l’influence de Gómara et de Bernal Díaz del Castillo l’emporte indéniablement sur celle de Las Casas. Cortés, écrit Herrera, « exerçait son rôle de Capitaine Général comme s’il n’avait rien fait d’autre de toute sa vie. Il savait choisir ses soldats, imposer son autorité et la discipline, tirer profit de tout. Il était toujours au premier rang dans les combats, dans les tours de garde et dans l’exécution de toutes choses. Mais surtout, dit-il, jamais on n’a vu ses soldats se montrer cruels ni vengeurs, arrogants ni impérieux, mais toujours on les a vus s’accommoder à la volonté de leur Capitaine ».

  • 29 J. Ginés de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, III, 1 (1) : « […] Fernando Cortesio, viro magni tum animi tum (...)
  • 30 J. Ginés de SEPÚLVEDA, op.cit., VII, 35 (3) : « Hinc humanitas et misericordia, ne tanta hominum mu (...)

27Ce portrait est très éloigné de celui dressé par Las Casas. Il se rapproche de celui proposé par Sepúlveda dans le De Orbe Novo, quoique celui-ci préfère peindre le Conquérant en décrivant sa façon d’agir, comme un Grand Capitaine, et recourt à peu de qualificatifs, se bornant à le définir laconiquement comme « un homme doté d’une grande force d’âme et de beaucoup d’intelligence »29, qui « s’était acquis [à Cuba] une quantité importante d’or ». Aux moments les plus dramatiques du récit de la conquête de Mexico, il lui reconnaîtra « humanitas et misericordia »30 et le créditera d’un réel souci du sort des populations civiles ainsi que de tentatives réitérées pour tenter de les soustraire aux souffrances des derniers jours du siège de la ville.

L’impact des Leyes Nuevas

  • 31 A. de HERRERA, op. cit., VIIe Décade, livre 6, ch. 5.
  • 32 A. de HERRERA, loc. cit., ch. 10.

28Ici non plus, on n’entrera pas dans les détails, se bornant à attirer l’attention sur un silence. Dans la 7e décade31, qui correspond à l’année 1543, Herrera traite des « Nouvelles Lois qui furent faites pour le bon gouvernement des Indes ». Un peu plus loin32, Herrera consacre un chapitre au « mauvais accueil qui fut fait aux Nouvelles Lois dans les Indes » (« lo mal que tomaron en las Indias las Nuevas Leyes y lo que trataban sobre ellas »).

  • 33 A. de HERRERA, op. cit., VIIIe Décade, livre VI, ch. 14-16.
  • 34 A. de HERRERA, loc. cit., livre X, ch. 17-20. À noter qu’au chapitre 18, Herrera n’hésite pas à bou (...)

29Nous savons que les Leyes Nuevas ne furent pas seulement mal reçues au Pérou, où elles déclenchèrent une guerre prolongée avec les représentants de la métropole, mais aussi en Nouvelle-Espagne. Là, s’il n’y eut pas rébellion ouverte contre les Nouvelles Lois, tous les groupes sociaux, y compris les congrégations religieuses – dominicains, franciscains, augustins – envoyèrent des délégués en Espagne et en Flandres pour convaincre Charles V d’abroger l’article 30 de ces Lois – qui supprimait le régime de l’encomienda. Face à l’unanimité des émissaires de Nouvelle-Espagne, l’Empereur accepta, en septembre 1545, de faire machine arrière. Le silence de Herrera sur ce point est surprenant. À partir du chapitre 12 du 6e livre de la 7e décade (1543), Herrera ne se réfère plus qu’aux évènements du Pérou, et n’évoque plus la Nouvelle-Espagne, sinon pour mentionner, de manière très succincte, une rébellion des Indiens de Oaxaca (en 1548) ou, dans la 8e décade33, le début de la guerre des Chichimèques. Les débats qui agitent le Conseil des Indes sur la perpétuité de l’encomienda, longuement commentés au livre X de cette huitième Décade34, semblent de ce fait ne concerner que le Pérou.

30Sur la foi de ce silence, le lecteur qui n’aurait sur l’histoire coloniale de l’Espagne aucune autre source que l’Histoire écrite par Herrera pourrait déduire que les Leyes Nuevas, manifestation de la volonté de la Couronne espagnole d’offrir aux populations autochtones de ses territoires du Nouveau Monde un autre avenir que la destruction apocalyptique décrite par Las Casas, avaient bien pris effet, sans difficulté majeure, au moins dans la Nouvelle- Espagne.

Conclusion : la construction d’une histoire consensuelle

31Si Herrera ne se réfère nulle part, dans son Historia General, à la controverse suscitée, dans les années 1545-1551, par les thèses de Sepúlveda visant à justifier la guerre contre les habitants du Nouveau Monde par la barbarie de leurs institutions et de leur religion, ce n’est assurément pas parce qu’il adhère aux opinions de ceux qui, groupés autour de l’évêque de Chiapas, plaident pour une conquête et une évangélisation pacifique. Herrera ne méconnaît manifestement pas les termes du débat, mais a pris le parti de ne pas s’enrôler sous la bannière de l’un ou de l’autre des deux adversaires. Contraint d’évoquer, au fil de son Histoire, les politiques successives, et même parfois contradictoires, suivies dans le Nouveau Monde par la Couronne espagnole, il sait que celle-ci fut constamment tiraillée entre la volonté de contrôler la violence des Espagnols sur le terrain et le constat de la nécessité de cette violence dès lors qu’il s’agissait bien de conquérir, et pas seulement d’évangéliser. Il a donc choisi de ne pas mettre le doigt dans la plaie, c’est à dire de ne jamais poser de questions de principes, qui aboutiraient inévitablement à faire apparaître les politiques de la Couronne comme entrant alternativement en contradiction avec l’affirmation de tel ou tel principe trop fermement marqué.

32En ce sens, le jugement de Silvio Zavala sur l’attitude d’Herrera face aux Bulles d’Alexandre VI peut être étendue à l’ensemble de l’Histoire écrite par Herrera : « Herrera laisse prudemment la résolution [des difficultés] à la considération des faits et incline à accepter ce qui est arrivé ».

  • 35 A. de HERRERA, op. cit., Première Décade, livre 2, ch. 4 : « Que los Reyes Catolicos dieron cuenta (...)

33Bien que rien dans son Historia General de los Hechos de los Castellanos en las islas y Tierra Firme del mar océano ne laisse donc supposer qu’il ait voulu trancher une controverse d’ailleurs laissée en suspens par le Conseil des Indes lui-même, c’est-à-dire par la Couronne, il n’est toutefois pas impossible qu’Herrera ait, dans une certaine mesure, jugé que la question avait été mal posée lors de la controverse opposant Sepúlveda à Las Casas. Son silence ne viserait, dans cette hypothèse, qu’à faire oublier les termes d’une équation mal posée, pour leur substituer des termes mieux pesés. Le très long chapitre35 qu’il consacre aux conditions dans lesquelles les Rois Catholiques sollicitèrent et obtinrent qu’Alexandre VI émette une Bulle leur concédant les territoires nouvellement découverts comporte divers éléments susceptibles de nourrir cette hypothèse. Herrera relève en effet que, tant dans la demande adressée au pape par les Rois Catholiques, que dans la réponse d’Alexandre VI, c’est bien de conquêtes, et pas seulement d’évangélisation, qu’il est question. Il est, sous cet angle, bien proche de Sepúlveda. Mais ce dernier ne considère pas la bulle comme valant donation de ces territoires aux Rois Catholiques. Et Las Casas, qui juge que le pape avait bien le pouvoir de faire une donation, ne parle que d’évangélisation, et rechigne à employer le gros mot de conquête, insistant en outre sur le caractère nécessairement pacifique de celle-ci. On peut lire la longue Historia General de Herrera comme proposant une sorte de synthèse magique – et illusoire – entre ces positions opposées. Comme dans un rêve, des éléments des positions de l’un et de l’autre se déplaceraient, s’échangeraient, et l’on substituerait aux débats anciens, qui ont fait tant de mal à l’image de l’Espagne, une histoire admissible par tous.

34Une autre remarque va dans le même sens : excluant délibérément de son Histoire la dimension d’histoire naturelle qu’avait introduite Oviedo, se tenant à distance de l’Histoire conceptuelle esquissée par Sepúlveda dans son de Orbe Novo, dont il n’est pas sûr qu’il l’ait lue, Herrera tente de résister à l’attraction des histoires polémiques et passionnelles rédigées par ses grands prédécesseurs, Oviedo, Gómara, Las Casas, Díaz del Castillo. Ce faisant, il propose là encore une Histoire dépassionnée, au risque qu’elle apparaisse comme un récit sans Histoire, comme un texte de compromis, sans autre vertu que celle de limer les aspérités d’une mémoire encore vive.

35Consensuelle par construction, cette Histoire offre à l’Espagne du XVIIe siècle la possibilité de présenter au reste du monde l’image d’une puissance réunie autour d’une image qui se veut réaliste de sa conquête du Nouveau Monde : les motivations intéressées et les forfaits des Espagnols, lorsqu’il y en eut, ne sont pas masqués, mais l’accent est mis sur les réaffirmations constantes du souci d’humanité des Rois Catholiques et de leur successeur dans la période considérée, ainsi que sur les qualités humaines de certains des acteurs principaux de cette Histoire. Tel paraît être le sens de l’hommage aux Conquérants, qui conclut le récit de la Conquête de la Nouvelle Espagne : Herrera, sans nommer personne, y lance un coup de griffe à « ceux dont les critiques ont permis que s’installe, au détriment de l’Espagne, une Légende Noire ».

Haut de page

Notes

1 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los Castellanos en las Islas y Tierra firme del Mar Océano… (1re éd. 1601-1615), Madrid : Imprenta Real de Nicolas Rodiguez [sic] Franco, 8 v. en 4 t., 1726-1730.

2 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Anales de Carlos V, in : Annals of the Emperor Charles, texte espagnol et traduction anglaise, introduction de Roger Bigelow Merriman, Oxford : the Clarendon Press, 1912, p. 294.

3 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Dialogus qui inscribitur Democrates secundus de justis belli causis (1545), édition bilingue, latin-espagnol, et traduction de Ángel Losada : Democrates Segundo o de las justas causas de la guerra contra los indios (1re éd. 1951), Madrid : C.S.I.C., 1984.

4 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Apologia pro libro de justis belli causis, Rome (1550), édition critique établie par Antonio Moreno Hernández, et traduction espagnole de Ángel Losada révisée par Antonio Moreno in : Juan Ginés de Sepúlveda, Obras Completas, 3, Pozoblanco : Ayuntamiento de Pozoblanco, 1997.

5 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, De Rebus Hispanorum gestis ad Novum Orbem ou De Orbe Novo, édition critique, traduction espagnole et introduction philologique de Luis Rivero GarcÍa ; introduction historique de Horst Pietschman, in : Sepúlveda, Obras Completas, 11, Pozoblanco : Ayuntamiento de Pozoblanco, 2005.

6 Bartolomé de LAS CASAS, Aqui se contiene una disputa o controversia entre el obispo fray Bartolomé de las Casas o Casaus, obispo que fue de la Ciudad Real de Chiapas, que es, en las Indias, parte de la Nueva España, y el doctor Ginés de Sepúlveda, coronista del Emperador, nuestro señor […], Valladolid, 1552. Édition moderne in : B. de LAS CASAS, Tratados, prólogos de Lewis Hanke y Manuel Giménez FernÁndez, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1997 (1965).

7 Cf. André SAINT-LU, La Vera Paz, esprit évangélique et colonisation, Paris : Centre de Recherches de l’Institut d’Études Hispaniques, 1968, p. 308.

8 Le pape Alexandre VI émit le 3 mai 1493 deux bulles (Inter Caetera et Eximiae Devociones), prenant acte des découvertes de nouveaux territoires, donnant aux Rois catholiques la propriété « de tous ceux qui n’appartiendraient pas déjà à un prince chrétien », et leur accordant le pouvoir (dominium) sur eux, « avec pouvoir, autorité et juridiction pleins, libres et absolus ». Une seconde bulle Inter Caetera Minor du 4 mai 1493 établit une ligne de pôle à pôle au-delà de laquelle les découvertes reviendraient aux Rois Catholiques. La contestation de cette bulle par le Portugal devait donner lieu au traité de Tordesillas. Le 26 septembre 1493, une nouvelle bulle (Dudum Siquidem) reconnaissait aux Rois Catholiques le droit de limiter l’accès à ces territoires.

9 Cf. B. de LAS CASAS, Tratados, 2, p. 915-1233, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1997 (1965).

10 Francisco de VITORIA, Leçon sur les Indiens et sur le Droit de guerre (1539), traduction française et présentation de Maurice Barbier, Genève : Librairie Droz, 1966, seconde partie : Titres illégitimes, second titre : le pouvoir universel du pape.

11 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus, p. 6 : « Quae igitur potestas […] haec licet proprie versetur in iis quae pertinent ad salutem animarum, et rebus spiritualibus ». Sepúlveda ajoute toutefois : « tamen a temporalibus, quatenus ordinantur ad spiritalia non excluduntur » : « elle n’exclut cependant pas les choses temporelles dans la mesure où elles sont ordonnées aux spirituelles ». C’est très exactement la troisième réponse de Vitoria à la question sur le pouvoir du pape. F. de Vitoria, op. cit., p. 53.

12 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, 1, 12 (1 et 2) : « Optimi et religiosi principes […] ne quid tamen injuste et praeter leges vel christianas vel etiam communes, quas easdem naturales appellamus aliquid statuere seu conari viderentur, de consilii sententia summi sacerdotis et apostolicae seis oracula sciscitari statuerunt. Quorum audita legatione Alexander sextus ipsorum animum et consilium […] magnopere probavit ».

13 Pas plus que Vitoria, Sepúlveda n’utilise le terme « indiens ». Les deux juristes raisonnent de façon générale sur l’attitude à adopter face aux « barbares ».

14 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Democrates Secundus, p. 80.

15 Ginés de SEPÚLVEDA souligne fortement qu’Alexandre VI n’a fait que répondre à l’expression de la « volonté des Rois de Castille, qui, de leur propre droit, réclamaient cette entreprise pour eux » : « Regibus Castellae volentibus, suoque iure sibi negotium deposcentibus ».

16 Silvio ZAVALA, Las instituciones jurídicas en la conquista de América, troisième éd., Mexico : Porrúa, 1988, cite, p. 704, les instructions envoyées par Ferdinand le Catholique à Jerónimo de Vich, son ambassadeur près le souverain pontife : « Porque en cosa tan necesaria y tan santa, como es la dicha empresa contra los infieles, no querriamos que faltasen algunos de los [requisitos ?] que más la puedan justificar, ni que en ello quedase ningun escrúpulo para el presente ni para adelante, querriamos que desde luego procurásedes de ganar de nuestro muy Santo Padre una bula en que generalmente declarase dicha guerra contra los infieles […] ».

17 A. de HERRERA, op.cit., Première Décade, livre 2, ch. 4 : « Su Santitad […] puede tratar, juzgar y disponer de sus cosas seglares y estados temporales para lo conveniente para su conversión ».

18 Anthony Pagden, Lords of all the world, Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c. 1800, New Haven : Yale University Press, 1995, ch. 2 : Monarchia Universalis.

19 A. de HERRERA, op.cit., Cinquième Décade, livre 5, chap. 7.

20 S. ZAVALA, op.cit., suplemento a la tercera ed., p. 717.

21 A. de HERRERA, op.cit., Première Décade, livre 2, ch. 4.

22 Alfredo LÓPEZ AUSTÍN, « Las Razones de la guerra en Mesoamérica », in : Gilles BATAILLON, Gilles BIENVENU, Ambrosio VELASCO GÓMEZ, Las teorías de la guerra justa en el siglo XVI y sus expresiones contemporáneas, Mexico : UNAM-CIDE-CEMCA, 2008, p. 29.

23 A. de HERRERA, op.cit., Troisième Décade, livre 2, ch. 15 : de la religion des Mexicains.

24 B. de LAS CASAS, Historia de las Indias, 3, chap. 122. Traduction française de Jean-Pierre Clément et Jean-Marie Saint-Lu, Paris : Seuil, 2002, 3, p. 590-591.

25 A. de HERRERA, loc. cit., ch. 16.

26 Juan GINÉS DE SEPÚLVEDA, op. cit., p. 72 : « Nec audisti duos monachos Dominicanos ad Piritum provinciam crudeliter a barbaris Christianam religionem auersantibus fuisse concissos ? At ego et ad Chiribichim, et ad Cubaguam eiusdem continentis provincias, duo Dominicanorum Franciscanorumque Coenobia post aliquos annos diruta fuisse a barbaris exploratum habeo […] Ad Cubaguam vero monachis omnibus, quos inter sacrificia barbari sunt adorti, concisis ».

27 J.-M. SAINT-LU, op.cit., p. 294. Sur cet épisode, voir également JAN DE VOS : La Paz de Dios y del Rey, la Conquista de la Selva Lacandona (1525-1821) (1re éd. 1980), México: Fondo de Cultura Económica, 1996, p. 72-80. Jan de Vos fournit notamment de larges extraits de la lettre écrite le 3 septembre 1553 par Fray Tomás Casillas, successeur de Las Casas dans l’évêché de Chiapas, pour exprimer ses craintes sur les menaces que font peser les Lacandons sur les missionnaires. Il décrit en détail le déroulement des faits (massacre des dominicains Domingo de Vico et Andrés López, et de vingt-cinq de leurs accompagnateurs indiens, expédition de représailles aboutissant à la mort de trois cents Indiens alcaláes, rapport des dominicains de la Verapaz en date du 14 mai 1556 sollicitant une intervention armée de la part de l’Audiencia).

28 A. de HERRERA, op.cit., Troisième Décade, livre 1, ch. 13.

29 J. Ginés de SEPÚLVEDA, De Orbe Novo, III, 1 (1) : « […] Fernando Cortesio, viro magni tum animi tum etiam consilii, qui et ipse magnam vim auri congesserat ».

30 J. Ginés de SEPÚLVEDA, op.cit., VII, 35 (3) : « Hinc humanitas et misericordia, ne tanta hominum multitudo brevi temporis spatio miserabiliter perire ».

31 A. de HERRERA, op. cit., VIIe Décade, livre 6, ch. 5.

32 A. de HERRERA, loc. cit., ch. 10.

33 A. de HERRERA, op. cit., VIIIe Décade, livre VI, ch. 14-16.

34 A. de HERRERA, loc. cit., livre X, ch. 17-20. À noter qu’au chapitre 18, Herrera n’hésite pas à bousculer sa trame temporelle et à mentionner une décision prise sur ces questions en 1559.

35 A. de HERRERA, op. cit., Première Décade, livre 2, ch. 4 : « Que los Reyes Catolicos dieron cuenta al papa de el nuevo descubrimiento, y de la concession que hizo a la Corona de Castilla y de Leon, y de motivos que para ello tuvo ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bienvenu, « Sepúlveda, un silence d’Antonio de Herrera », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23651 ; DOI : 10.4000/e-spania.23651

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org