Navigation – Plan du site
Antonio de Herrera y Tordesillas : ¿ historia global, historia universal, historia ‎general ?‎

Introduction
Antonio de Herrera : l’écriture de l’histoire et l’art du découpage

Louise Bénat-Tachot

Texte intégral

1Décider de réunir des chercheurs autour d’Antonio de Herrera était une manière de défi. Contemporain du flamand Juste Lipse (1547-1606) et du jésuite Giovanni Botero (1544-1617), il est loin d’en avoir le prestige. Pourtant c’est un auteur dont l’œuvre est colossale et dont l’ambition historiographique fut sans limites. Citons pour mémoire la liste des principaux ouvrages qu’il signa.

  • Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del Mar Océano, Madrid, 1601-1615, 4 vols

  • Historia de lo sucedido en Escocia a Inglaterra en quarenta y quatro annos que vivio la reyna Maria Estuarda, Madrid, 1589

  • Cinco libros de la historia de Portugal, y conquista de las islas de los Açores, 1582-1583, Madrid, 1591

  • Historia de lo sucedido en Francia, 1585-1594, Madrid, 1598

  • Historia general del mundo del tiempo del rey Felipe II, desde 1559 hasta su muerte, Madrid, 1601-1612, 3 vols

  • Tratado, relación, y discurso histórico de los movimientos de Aragón, Madrid, 1612

  • Comentarios de los hechos de los Españoles, Franceses, y Venecianos en Italia, etc., 1281-1559, Madrid, 1624, seq.

  • 1 Il reprend d’ailleurs Gaspar da Cruz, Tratado das coisas da China, Évora, 1569. Citons aussi l’œuvr (...)

2Il ne fut pas le seul à être aussi prolixe. Les projets historiographiques de ses contemporains furent aussi ambitieux : History of the World de Walter Raleigh – qui s’arrêtera à la première partie –, la Chronique universelle de François Belleforest ou les Décadas da Asia de João de Barros manifestent l’immensité de l’horizon géographique et historique qu’on prétendait embrasser. Déjà dans le cœur du XVIe siècle, l’œuvre d’Oviedo ou encore les Navigationi e viaggi de Giovanni Battista Ramusio visaient à embrasser les vastes espaces maritimes et continentaux du monde. Car c’est bien ce que veut faire Herrera : traiter des quatre parties du monde, puisqu’il est confronté à une amplitude géographique et politique sans précèdent. La Chine était entrée dans l’espace géopolitique de l’Europe et plus précisément encore dans l’espace de la monarchie catholique sous l’union des deux couronnes ; Herrera pouvait lire le Discurso de la navegación que los portugueses hacen a los reinos y provincia del oriente y de la noticia que se tiene de las grandezas del reino de la China, de Bernardino de Escalante, publié 20 ans plus tôt (1577)1. Il paraît inutile de rappeler la collection des Grands Voyages de Théodore de Bry ou la Cosmographie Universelle de Guillaume le Testu qui couvre de la même façon ces espaces planétaires sous l’angle de l’atlas ou la cosmographie universelle de Thevet 1575, ouvrages si bien étudiés par Frank Lestringant. Le gigantisme de l’entreprise de Herrera n’est donc pas exceptionnel par son concept, il l’est davantage par la réalisation. Beaucoup d’historiens annonçaient des projets sans les achever ou seulement pour partie. Herrera va écrire une histoire du monde (Historia general del mundo del tiempo del rey Felipe II, desde 1559 hasta su muerte) tout en écrivant la Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del Mar océano et achève les deux oeuvres.

  • 2 Serge GRUZINSKI, Les quatre parties du Monde, Histoire d’une mondialisation, Paris : La Martinière, (...)

3De ce point de vue il illustre ce qu’étudie Serge Gruzinski dans Les quatre parties du monde2. La monarchie catholique au moment de l’union des deux couronnes a créé une autre vision des espaces qui fait jouer des échelles planétaires, qui agilise la circulation des livres, des métaux, des épices, mobilisant hommes et objets. À l’heure de la global history et de la world history, cette dimension de l’histoire du monde que tentent de construire les auteurs du XVIe siècle apparaît d’une surprenante actualité.

4Le deuxième défi consistait à s’intéresser à un auteur dont les historiens ont assez durement critiqué les œuvres et la méthode. On lui reproche de n’avoir pas fait œuvre originale, de s’être limité à une sorte de copié collé à partir des œuvres et récits antérieurs, textes dont il utilise et façonne le découpage pour les mettre à sa main. Cuesta Domingo et quelques autres chercheurs ont identifié les sources utilisées dans les Décadas. Certains auteurs sont pillés : Fernández de Oviedo, López de Gómara, Cervantes de Salazar, Pedro de Cieza de León, Bartolomé de las Casas. D’autres sont copiés verbatim : García Icazbalceta nous dit qu’Herrera a recopié des chapitres entiers de la Historia de Fray Bartolomé de las Casas, en opérant comme seules retouches l’amélioration du style et la suppression des diatribes et des invectives du dominicain, ce qui a eu pour effet d’inverser parfois le sens du texte ou à tout le moins de l’utiliser à des fins démonstratives différentes. Le chroniqueur officiel ne mentionne pas ses sources : le pillage est clandestin mais ce n’est pas là une pratique très exceptionnelle : Prudencio de Sandoval, El Palentino, Gómara ont fait de même. Herrera travaillait vite grâce à cette méthode de découpage et d’agencement de fragments des documents disponibles, triés et préparés. García Icazbalceta remarque par exemple comment nommé Cronista Mayor de Indias en 1596, il avait déjà en 1598 écrit la moitié des Décades, c’est-à-dire les quatre premières qui furent imprimées dès 1601 (de 1492 à 1554 soit presque 60 années de découvertes). Une telle vélocité rédactionnelle ne peut se comprendre qu’en tenant compte de cette technique d’importation des travaux antérieurs mis à sa disposition.

5Le plan choisi pour l’œuvre est celui de l’exposition chronologique (Décades soit année après année). Cela fut également l’objet de critiques. Icazbalceta dénonce, non sans raison, la confusion qui naît de la segmentation narrative, de l’éclatement des logiques événementielles dispersées dans un cadre géographique continental gigantesque:

el grave defecto del trabajo del Cronista consiste en el plan, arreglado tan servilmente al orden cronológico que, saltando sin cesar el lector de un punto a otro del inmenso continente y de sus islas, se pierde en un laberinto de relaciones diversas, en donde a duras penas puede reunir y coordinar todas las circunstancias de un suceso3.

6Reconnaissons cependant que Herrera a disposé d’une masse inouïe et exceptionnelle de documents et qu’il a permis la conservation de nombre d’entre eux en les recopiant et en les incluant dans sa chronique ; outre les chroniques imprimées, il dispose de chroniques manuscrites (Las Casas, Cieza) et bien sûr de toute la documentation des conseils royaux. C’est donc une immense banque de données qu’il a à sa disposition et qu’il a réussi à maîtriser et organiser, ce qui en soi est digne d’éloges.

7Pourtant, tous les grands historiographes du XVIIIe et XIXe siècles depuis Muñoz à Fernández de Navarrete et Jiménez de la Espada, ne sont pas tendres avec le chroniqueur. Juan Bautista Muñoz qui préparait une histoire de l’Amérique met à jour le plagiat opéré par Herrera des textes de Las Casas et d’Hernando Colón, copiés mot à mot ; la même observation est faite par Fernández de Navarrete ; quant à Jiménez de la Espada, il a attiré l’attention sur la façon dont Herrera avait intégré dans son Histoire, pour la partie péruvienne, les écrits inédits de Pedro de Cieza de León. Il en signale les suppressions et les variantes introduites de la main de Herrera dans le cadre de ce qui ressemble à une transcription. Jiménez de la Espada indique également que Herrera n’a pas fait autre chose qu’incorporer la Geografía y descripción universal de las Indiasde López de Velasco, dans la partie préliminaire des Décades, « Descripción de las Indias Occidentales ». Francisco del Paso y Troncoso, relève la même politique d’emprunts s’agissant de Francisco Cervantes de Salazar.

8Quant à José Torre Revello, chercheur et polygraphe argentin, il conclut que la valeur historiographique de la chronique herrérienne est « très relative » et qu’il ne s’agit pas là du produit d’un grand esprit, mais plutôt d’un compilateur. Eduardo Madero, auteur de la Historia del puerto de Buenos Aires, déclare pour sa part :

Herrera dio una interpretación errada a ciertos documentos, y al extractar otros, incurrió en inexactitudes y hasta en contradicciones, agregando datos de los historiógrafos que le precedieron, sin cuidarse de averiguar si eran exactos4.

9La critique est beaucoup plus grave, l’accusation de manipulation à peine dissimulée.

10Dans ces conditions, pourquoi donc s’intéresser à un chroniqueur si décrié ?

  • 5 Richard KAGAN, Los cronistas y la corona, Madrid : Marcial Pons, Historia, 2010.
  • 6 Herrera fut appelé par le vieux roi Philippe pour prendre en charge la rédaction de la Historia, ce (...)

11C’est que la question des sources, si elle est essentielle pour estimer une œuvre d’histoire, surtout lorsque l’auteur n’a pas foulé le sol américain, n’est pas le seul axe de lecture pour estimer la valeur de l’œuvre. Richard Kagan dans un ouvrage récent5 évoque le contexte de rédaction et analyse l’importance politique et stratégique du poste qu’occupait Herrera dans l’ombre portée du pouvoir. Nommé par Philippe II en 1596 Cronista Mayor de Indias (avec la chaude recommandation de Vespasiano de Gonzaga, dont il avait été secrétaire) il fut aussi aussi Cronista de Castilla. Il doit donc rédiger l’histoire d’une construction politique exceptionnelle – la monarchie catholique – et qui, entre 1580 et 1640, coiffe la totalité du monde. Par ailleurs, il a servi successivement Philippe II, Philippe III et Philippe IV (il est nommé secrétaire de Philippe IV juste avant sa mort). À la différence de Charles Quint qui n’eut pas de chroniqueur général de son propre règne, Herrera configure dans ses écrits une histoire longue de l’Espagne sur plusieurs règnes. Or c’est une route jonchée d’obstacles. Les polémiques se multiplient autour des bulles de donation et du méridien de partition6, remis en cause non seulement par le Portugal mais par la France, par l’Angleterre (Richard HAKLUYT, A discourse on Western planting) et par la Hollande (Grotius et la théorie de la liberté des mers). En Amérique, la question des justes titres et de la encomienda a peine à s’éteindre. En 1564 deux ans avant sa mort, Las Casas avait rédigé El tratado de los doce remedios, œuvre radicale recommandant la totale restitutio y compris politique. Et que dire des guerres européennes en Flandres, dans l’Atlantique ou en Méditerranée. La création du poste de Herrera (et du cahier des charges qui l’accompagne) est le fruit d’un processus de réforme politico-administrative profond (réunion de la junta magna de 1568, réforme des Conseils) et de la nécessité de construire une histoire et une image de la monarchie catholique puissante, informée, stabilisée et officielle tant au plan intérieur que sur le plan international. C’est une opération de « communication » face à la montée en puissance de la légende noire.

  • 7 R. Kagan, op. cit., chap. 5.

12S’agissant de l’Amérique, Herrera a donc pour mission de construire une histoire de la conquête et de la colonisation qui d’une part intègre l’ensemble des documents, souligne la cohérence idéologique de l’entreprise monarchique catholique, serve la grandeur de l’Espagne, stabilise et contiennent les débats sur la conquête et sur l’indien et enfin réponde aux critiques virulentes du reste de l’Europe. La mission était délicate et Herrera lui-même déclare7 :

el oficio del histórico no es hacer el oro ni la plata sino labrallo y pulillo componiendo bien y rectamente las cosas sucedidas; el propio oficio del historiador […] se mire bien de donde ha de comenzar la historia, que cosas se han de decir y cuales callar […] porque son grandes los frutos del secreto y más en los que gobiernan.

13Herrera ne fait ici que reprendre ce que Velasco affirmait :

  • 8 R. Kagan, op. cit., p. 185.

hay cosas que la historia haciendo lo que debe, puede y debe callar, y por esto es medio convenible para desacreditar y deshacer los rumores falsos manifestando la verdad y para disimular los que no convengan saberse dejándolos de escribir8.

14Une histoire officielle de l’Amérique sous le patronage royal n’avait jamais été écrite.

  • 9 « Resumiendo, Herrera debía escribir una historia expresamente diseñada para defender el imperium d (...)

15Ce qui est commandé est une histoire politique qui devait libérer la monarchie espagnole de la responsabilité des « crimes » dont l’Europe l’accusait en forgeant la terrible machine de guerre que fut la légende noire. Écrire la vérité signifiait donc trouver dans les archives et les textes les preuves historiques de l’application juste et raisonnée par l’Espagne des bulles de donation et de l’injustice des accusations qui pleuvaient sur elle9.

16Il est certain que le contexte politique explique la méthode de Herrera qui s’éclaire à la lumière de cette mission. Rien de surprenant si, utilisant le texte lascasien, il en rogne la dimension sulfureuse et antiespagnole : l’utiliser était une façon d’exhiber le souci de la couronne de protéger ses vassaux indigènes, et en éliminer les propositions les plus radicales et les critiques les plus virulentes s’imposait dans le contexte de polémique incandescente sur la scène internationale. Cela explique les jongleries dans l’art du découpage, les jeux d’une intertextualité qui ne se donne jamais à voir. L’art de manier les ciseaux fut donc une sorte de arte de historiar qui peut aller jusqu’à créer de véritables points aveugles comme l’absence de Ginés de Sepúlveda et l’ellipse sur le cataclysme démographique des populations amérindiennes.

17Pour adoucir les avis critiques énoncés plus haut, on pourrait souligner cette habileté qui consista à harmoniser des sources dissemblables voire en tension depuis des décennies. Herrera opère une suture idéologique qui voudrait aussi être une réduction des conflits, la version officielle deviendrait ainsi unique et unificatrice face aux courants d’opposition qui s’entendaient en Europe tant de la part de protestants (Théodore de Bry ou Chauveton qui puisent dans Las Casas, López de Gómara et Girolamo Benzoni pour opérer leur entreprise de démolition) que de l’Italie où G. B. Ramusio s’était chargé de mettre en question la qualité de l’historiographie espagnole dans le troisième volume des Navigationi e viaggi. Herrera ne peut s’empêcher de commenter le fait. Il écrira :

  • 10 A. de Herrera, Décadas…, 1, p. 129.

contra la bárbara y injustísima opinión de Juan Batista Ramusio en su proemio en el tercer volumen de las Navegaciones adonde dice ser cosa vana y ridiculosa que trabajen los autores españoles en escribir los nombres y patria de los que sirvieron en las cosas de las Indias10.

  • 11 Ibidem, p. 129.

18La chronique est donc une sorte d’antidote au venin qui a été versé sur les gestes glorieuses des Espagnols « pues sirven las corónicas de honrar los buenos y vituperar los malos »11.

Haut de page

Notes

1 Il reprend d’ailleurs Gaspar da Cruz, Tratado das coisas da China, Évora, 1569. Citons aussi l’œuvre de Marcelo de Ribadeneira, Historia de las Islas del Archipiélago filipino, y Reynos de la Gran China, Tartaria, Cochinchina Malaca, Siam Camboxa y Iappon…, Barcelona, 1601.

2 Serge GRUZINSKI, Les quatre parties du Monde, Histoire d’une mondialisation, Paris : La Martinière, 2004.

3 http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/cronistas-coloniales-segunda-parte--0/html/00011b3c-82b2-11df-acc7-002185ce6064_8.html.

4 http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/cronistas-coloniales-segunda-parte--0/html/00011b3c-82b2-11df-acc7-002185ce6064_8.html.

5 Richard KAGAN, Los cronistas y la corona, Madrid : Marcial Pons, Historia, 2010.

6 Herrera fut appelé par le vieux roi Philippe pour prendre en charge la rédaction de la Historia, ce que n’avait pu faire López de Velasco qui s’était consacré à des tâches géographiques et cosmographiques ; lors de cette rencontre (épisode relaté par Kagan) pour prendre ses fonctions en 1596, à l’Escorial le roi aurait déclaré à Herrera « Juan de Velasco no pudo atender a la historia porque se dio materias de navegaciones. Vos la haréis y tened cuenta con que estos cathólicos reyes han cumplido con la bula del pontífice (Alejandro VI) y que esta nación está muy infamada por las extranjeras de crueldad y avaricia, por la omisión de los gobernadores, haveria de mirar mucho en esto, salva siempre la verdad » (Archivo indiferente legajo 752, vol 3, p. 604 (Déc. VI, libro 3, cap. 19).

7 R. Kagan, op. cit., chap. 5.

8 R. Kagan, op. cit., p. 185.

9 « Resumiendo, Herrera debía escribir una historia expresamente diseñada para defender el imperium de España y de su monarquía en el nuevo mundo », R. Kagan, op. cit., p. 216.

10 A. de Herrera, Décadas…, 1, p. 129.

11 Ibidem, p. 129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Introduction
Antonio de Herrera : l’écriture de l’histoire et l’art du découpage », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23650 ; DOI : 10.4000/e-spania.23650

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org