Navigation – Plan du site
« Le fin mot : œuvres dernières, œuvres testamentaires dans les lettres espagnoles au XVIIe siècle »

Entre plaidoyer et consolation : La Caída para levantarse de Quevedo

Samuel Fasquel

Résumés

L’étude des œuvres tardives de de Quevedo, marquées par les douloureuses circonstances de l’emprisonnement de l’auteur à San Marcos de León, révèle qu’il se livre alors à une profonde réflexion sur l’épreuve et son sens. Cette réflexion se fait jour dans La Caída para levantarse, dans laquelle la figure de Paul apparaît comme un modèle de résistance face à l’épreuve. Mais Quevedo peut également, à travers Paul, tenir un discours sur l’administration de la justice. Ces différents aspects sont examinés dans le présent article.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plus exactement, Pablo Jauralde précise les choses en ces termes : « En varias cartas de su última (...)
  • 2 Voir Francisco de QUEVEDO, Poesía original completa, José Manuel BLECUA, éd., Barcelone : Planeta, (...)
  • 3 Voir sur ce sujet Pablo JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645) (1re éd. 1999), Madrid : Castali (...)

1A proprement parler, il est impossible d’examiner la dernière œuvre de Quevedo. En effet, à la fin de sa vie, il dicte une deuxième partie du Marco Bruto qui ne nous est pas parvenue. Pablo Jauralde a démontré que la dernière œuvre transmise à la postérité est une biographie de Saint Paul, La Caída para levantarse1, rédigée entre octobre 1642 et août 1644. La question de la dernière œuvre quévédienne n’est pas pleinement résolue si l’on tient compte de sa production en vers. En effet, tous les poèmes ne sont pas datés, et il se peut que certains soient postérieurs à l’été 1644. James O. Crosby ne propose qu’une composition après cette date, le poème El Escarmiento2. On ne peut pas affirmer que ce poème soit le dernier, mais le plus tardif parmi ceux qui ont été datés ; par ailleurs, il pourrait s’agir d’une nouvelle version d’un poème bien antérieur3. Avec ces réserves, il paraît raisonnable de retenir comme « dernière œuvre » la biographie de Paul, qui semble être le dernier grand projet de création littéraire originale de Quevedo.

  • 4 P. JAURALDE, « La caída para levantarse, última obra de Quevedo », art. cit., p. 170-172, 177-178 e (...)
  • 5 P. JAURALDE, « Obras de Quevedo en la prisión de San Marcos », art. cit., p. 168-169. Cet article e (...)

2Pablo Jauralde considère que le texte fut intégralement écrit en prison puis repris et modifié après la libération de Quevedo, et que cette deuxième phase explique la liberté de ton qui affleure parfois dans l’œuvre4. C’est cette biographie de Paul que je vais examiner à la lumière de deux autres œuvres qui datent également de l’époque de San Marcos, La Constancia y paciencia del santo Job et Providencia de Dios5. Toutes trois participent d’une même réflexion sur les ressorts de la Providence.

  • 6 Je me fonde avant tout sur la biographie écrite par P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645). (...)

3Avant d’entamer l’analyse de ces œuvres, il faut dire un mot de la période passée à San Marcos de León. L’emprisonnement de Quevedo constitue de longue date un problème épineux pour la critique. Le 7 décembre 1639, alors que l’auteur est à Madrid6, il est arrêté puis emmené au couvent de San Marcos de León, où il demeurera enfermé jusqu’à la mi-juin 1643. A peine une semaine plus tard (13 décembre 1639), Pellicer évoque les rumeurs qui courent dans Madrid :

  • 7 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 773.

El vulgo habla con variedad : unos dicen era porque escribía sátiras contra la monarquía, otros porque hablaba mal del gobierno ; y otros, con más certeza, según me han dicho, aseguraban que adolecía del propio mal que el señor Nuncio, y que entraba cierto francés, criado del señor cardenal de Richilieu con gran frecuencia en su casa7.

  • 8 Sur ce dernier point, lire les intéressantes remarques de Pablo Jauralde aux pages 118-121 de son a (...)

4Quevedo serait donc accusé de dénigrer plus ou moins ouvertement le gouvernement et la monarchie, et de collusion avec l’ennemi français8. Ces reproches réapparaissent dans une lettre du comte-duc d’Olivares écrit au roi en date du 19 octobre 1642 :

  • 9 John H. ELLIOTT, « Nueva luz sobre la prisión de Quevedo y Adam de la Parra », Boletín de la Real A (...)

[…] como Vuestra Majestad sabe para el negocio de D. Francisco de Quevedo, fue necesario que el Duque del Infantado siendo íntimo de Don Francisco de Quevedo (como él lo dijo a Vuestra Majestad y a mí), fue necesario que le acusase de infiel, y enemigo del gobierno y murmurador del, y últimamente por confidente de Francia, y correspondiente de franceses […]9.

5Le duc de l’Infantado aurait donc fourni au pouvoir l’accusation « officielle » qui permit de jeter Quevedo en prison. Pablo Jauralde résume la situation en ces termes :

  • 10 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 766. Rodrigo Cacho a publié récemment u (...)

Quevedo fue delatado como traidor por un alto personaje que gozaba de su amistad, probablemente Juan de Isasi ; acusado formalmente más tarde por el Duque de Infantado, a instancias del Conde-Duque, para que la delación tomara cuerpo jurídico ; detenido y encarcelado entonces, porque en unos momentos de enorme presión política estaba formando parte de una trama antiolivarista […]10.

  • 11 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), p. 763.
  • 12 Ibid., p. 768 : « [] Quevedo nunca jamás verbaliza – escribe – cuáles han sido las verdaderas caus (...)
  • 13 Shirley B. Whitaker, « The Quevedo Case (1639) : Documents from Florentine Archives », MLN, 97 (2), (...)
  • 14 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 819. Voir également, p. 765.
  • 15 Voir Francisco de QUEVEDO, Epistolario completo, Luis Astrana MarÍn (éd.), Madrid : Instituto edito (...)
  • 16 James O. CROSBY, « La última prisión de Quevedo : documentos atribuidos, atribuibles y apócrifos », (...)

6Le biographe de Quevedo indique qu’il ne fut pas officiellement informé des accusations portées contre lui11 et qu’il ne précise pas dans ses écrits les véritables motifs de son incarcération12. Pellicer, mais aussi – par exemple – les documents recueillis par Shirley Whitaker dans les archives de l’ambassade de Toscane à Madrid13, nous permettent de savoir ce qui se disait à l’époque ; il semble, en revanche, que le pouvoir n’ait pas officiellement signifié à Quevedo le motif retenu contre lui. La fameuse déclaration du roi, « la prisión de don Francisco fue por causa grave », répond à une consultation de Juan Chumacero, Président du Conseil de Castille, dans laquelle on peut lire, en date du 3 mai 1643 : « Ninguno tiene noticia de culpa particular contra el preso y lo da a entender el no habelle hecho cargo ni tomádole confesión en tanto tiempo »14. Dans ce document officiel, par lequel un Président du Conseil de Castille s’adresse au Roi, Quevedo apparaît comme une victime, dont la culpabilité n’est pas solidement démontrée et qui, presque trois ans et demi après son arrestation, n’a toujours pas été entendue par l’institution judiciaire. On pourrait retrouver l’image d’un Quevedo qui ignore ce dont on l’accuse et qui se présente en victime de la calomnie et de l’institution judiciaire dans plusieurs textes recueillis par Astrana Marín dans son édition de la correspondance du poète15. Ces documents sont intéressants pour mon propos dans la mesure où ils pourraient illustrer le discours sur la justice et la calomnie que je vais examiner dans les œuvres rédigées en prison. Toutefois, je les écarte car James Crosby a publié en 1997 un article dans lequel il remet en question leur authenticité16. En revanche, la lecture du texte suivant, adressé par Quevedo à Philippe IV au début de 1643, permet bien d’affirmer que Quevedo se considérait comme victime de la justice et de son fonctionnement :

  • 17 Crosby remarque que ce témoignage montre que Quevedo savait de quoi il était accusé (« La última pr (...)
  • 18 F. de QUEVEDO, Epistolario completo, p. 454-455. José González déclarera à Chumacero, en 1643, n’av (...)

Don Francisco de Quevedo-Villegas, caballero del hábito de Santiago, preso en San Marcos de León tres años ha y tres meses […] suplica a vuestra majestad considere el agravio que se le hace en decir que los papeles que le quitaron no se han visto ; no siendo creíble que, prendiéndole por sospecha dellos, en tres años y tres meses no los hayan visto ; y no siendo menor agravio haberle preso y destruido en vida, honra y hacienda, por cosa que ni se había visto ni verificado que él fuese.
Y siendo así que los ministros
[…] siempre dijeron otra causa17, señaladamente de un testigo singular de oídas, sin nombrar sus papeles (en los cuales, señor, los más son del servicio de Dios y de la Iglesia, y de vuestra majestad y de su monarquía, contra los enemigos della), pone a vuestra majestad en consideración que desde que vuestra majestad reina ha estado preso tres veces antes desta […]18.

7Quevedo se plaint d’une justice qui l’arrête en prétendant trouver dans ses papiers personnels des preuves qu’elle ne cherche pas. Il affirme que rien n’a pu être vérifié et que toute l’accusation repose en fait sur les déclarations d’un unique témoin. Dans La Caída para levantarse, la dédicace adressée à Juan Chumacero, datée du 26 août 1644, revient sur son emprisonnement :

  • 19 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 126.

Estuve preso cuatro años, los dos como fiera, cerrado, solo en un aposento, sin comercio humano, donde murera [sic] de hambre y desnudez si la caridad y grandeza del duque de Medinaceli, mi señor, no me fuera seguro y largo patrimonio hasta el día de oy. Desta dura cadena de eslabonadas calamidades me desató la justificada misericordia de Su Majestad, por el medio e informe de V. Excelencia, a quien remitió mi causa, en la cual nunca se me hizo cargo, ni tomó confesión, ni después al tiempo de mi soltura se halló alguna cosa escrita jurídicamente19.

  • 20 « Grazie al punto di vista suggerito nella dedica, i commenti e i giudizi disseminati nel testo sul (...)

8Ces quatre années sont présentées comme une véritable épreuve, une période d’intenses souffrances dont les motifs juridiques n’ont jamais été spécifiés à Quevedo. Comme le remarque fort justement Valentina Nider dans son excellente édition de l’œuvre, ce constat initial donnera une tonalité autobiographique au discours sur l’injustice subie par Paul20. Plus tôt, dans un passage inséré dans le Job, Quevedo évoquait déjà son arrestation, « [] sin saber a qué ni por qué ni adónde [] ». Dans ce fragment daté du 20 octobre 1641, il évoque son dénuement et la calomnie dont il se sait victime :

  • 21 Francisco de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job en sus pérdidas, enfermedades y perse (...)

[] sin hacienda, por los gastos tan grandes, como nunca se hicieron en prisión de caballero particular ; sin correspondencia humana ; muertos en este tiempo los criados que me servían ; molestado con nuevas de que me habían cortado la cabeza ; disfamado de las causas que daban a mi trabajo los noveleros, y del crédito que las daban mis enemigos21.

  • 22 Comme le remarque Pablo Jauralde : « [] en las obras que está redactando o va a redactar enseguida (...)

9Ces quelques fragments autobiographiques laissent entrevoir combien, dans les œuvres écrites à San Marcos de León, le discours sur la justice, la calomnie, la solitude de la victime que personne n’entend, reflète le sentiment du prisonnier sur sa propre situation22. Et l’on conçoit, aussi, que l’intérêt de Quevedo pour des personnages qui souffrent dans leur âme ou leur chair ait pu naître de quelque forme de sympathie. Dans La Constancia y paciencia del santo Job, Providencia de Dios, La Caída para levantarse, le lecteur retrouve un Quevedo qui s’interroge sur l’épreuve et sur la justice, livrant un discours qui, en creux, commente l’injustice dont l’auteur se considère victime, et le sens qu’il cherche à donner à ses propres tourments. On pourrait dire un peu pompeusement que Quevedo, en prison, se livre à une véritable herméneutique de l’épreuve, cherchant à interpréter ses causes, sa signification, la possibilité pour celui qui la subit d’en deviner le sens, et le risque pour celui qui en est témoin de n’y voir qu’une preuve de culpabilité. C’est ce que je vais examiner avant d’en venir à la question de l’injustice, qui pour celui qui la subit est une épreuve. En examinant l’évolution de ce discours on comprendra pourquoi Quevedo s’intéresse à la figure de Paul, à travers laquelle il livre à la postérité un discours sur lui-même. Si les dernières œuvres de Quevedo permettent d’entrevoir un homme qui, sous le poids de la douleur et de l’âge, construit un discours sur l’épreuve et la résignation, elles montrent également que se résigner n’est pas se taire. Le dernier Quevedo, s’il s’en remet à Dieu, s’adresse toujours aux hommes.

Une herméneutique de l’épreuve

  • 23 Je cite à partir de SÉNÈQUE, Dialogues, t. 4. De la Providence. De la Constance du sage. De la Tran (...)
  • 24 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1363. Voir également Providen (...)
  • 25 SÉNÈQUE, De la Providence, op. cit., p. 26. Il sera utile ici de citer le passage latin : « – Quare (...)
  • 26 Ibid., p. 12.
  • 27 Ibid., p. 20.
  • 28 Pierre Grimal, Sénèque, Paris : PUF, 1981, p. 94. Grimal écrit également, p. 93 : « Les maux appare (...)
  • 29 « Je puis tenir le même langage à l’homme de bien si aucune circonstance difficile ne l’a mis en si (...)
  • 30 Je cite à partir de l’édition réalisée par Fernando Rodríguez-Gallego (Francisco de QUEVEDO, Obras (...)
  • 31 « Padezco dolor. Él milita contra los sentidos de mi cuerpo; contra él militan las potencias de mi (...)

10Dans son De Providentia, Sénèque répondait à une question qui constituait le véritable titre de l’œuvre : « Pourquoi les hommes de bien sont sujets au malheur, alors qu’il existe une Providence ? »23. Quevedo, dans La Constancia y paciencia del santo Job, livre une réflexion qui nous donne une idée assez nette de la postérité de la question posée par Sénèque : « Ha sido siempre el escándalo de los filósofos y de los poetas ver en el mundo padecer los buenos y gozar los malos : hacíalos titubear en si había Dios o no »24. Si la Providence rétribue le bien, alors l’homme vertueux doit être récompensé et le scélérat abattu ; or, l’expérience quotidienne montre qu’il n’en est rien. C’est en cela que réside le scandale. La réponse de Sénèque consistait à reconsidérer la souffrance endurée par l’homme vertueux afin de distinguer le mal et l’épreuve. Le mal n’est pas compatible avec la vertu, et Dieu ne soumet jamais l’homme vertueux au mal ; au contraire, « il écarte […] tous les maux, le crime, le déshonneur, les pensées coupables, les ambitions déréglées, les passions aveugles, la convoitise avide du bien d’autrui »25. En revanche, il le soumet à l’épreuve, il lui impose de faire la démonstration de sa vertu, de l’exercer, comme l’athlète s’entraîne pour devenir plus fort26. « Calamitas virtutis occasio est »27. « La "vertu", sans les épreuves, languit et ne se révèle pas », comme l’écrit Pierre Grimal28. Dès lors, l’épreuve n’est plus ce qu’elle semble, mais constitue bien une opportunité, et le malheur change de camp. Le paradoxe29 ne pouvait que séduire Quevedo. Ainsi, dans De los remedios de cualquier fortuna, alors qu’il évoque les symptômes de la maladie, il écrit : « Estos que por males de la enfermedad cuento son bienes [] Son bienes porque me ocasionan la paciencia, me ejercitan el valor, me acrisolan el espíritu, me dan a conocer lo que soy [] »30. C’est aussi dans la douleur que se révèlera la vertu de celui qui sait l’affronter avec sagesse31. Toutefois, cette conception de l’épreuve comme « virtutis occasio », pour reprendre l’expression de Sénèque, n’apparaît de manière explicite qu’en quelques occasions dans De los remedios de cualquier fortuna. On y lit plutôt une série de formules bien senties tendant à neutraliser les maux qui accablent l’homme en niant leurs fondements mêmes :

  • 32 Ibid., p. 736, 738, 745, 763.

Degollarante. Lo mismo es que el cuchillo abra por donde salga la sangre que cerrar el cordel por donde no salga el aliento : cuchillo y no soga vanidad es de los muertos, no de la muerte.
[]
Morirás lejos. Todo el mundo es una casa ; las provincias son aposentos : yo no mudo de casa, sino de aposento.
[]
Carecerás de sepultura. Mi cuidado es vivir bien en naciendo y, viviendo, procurar morir bien. Mi solicitud no pasa de la muerte ; a los vivos toca lo demás.
[]
Perdí los ojos. Perdí los que pierden a muchos. Mal es el no ver, mas peor es ver para mal32.

11Dans Job et Providencia de Dios, Quevedo revient sur l’interprétation de l’épreuve. Les bienfaits comme les épreuves sont des énigmes dont le sens véritable n’apparaît que lors du jugement divin. Dès lors, il n’est pas donné à l’homme d’en proposer une interprétation satisfaisante. Chacun doit donc considérer les drames qui frappent le juste et les bienfaits qui réjouissent le scélérat comme les signes – non d’un châtiment divin ou d’une récompense divine – , mais d’un dessein divin qu’il faut se résoudre à ne pas interpréter :

  • 33 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1439.

Si el virtuoso yace en el desprecio y persecuciones, sin el fruto de sus méritos y paciencia, es porque aun no ha llegado su tiempo en la voluntad de Dios en que se le pida. Este tiempo se debe aguardar en unos y otros, para reconocer la justicia de la divina Providencia []33.

  • 34 Ibid., p.1440.

[…] los enigmas, con lo que dellos se oye y se ve, encubren lo que son ; y sólo puede acertarlos quien no dice que son lo que muestra su pintura, sino cosa muy diferente []. No pues es menos enigma el avariento cargado de oro, ni el impío puesto en dignidad, ni el humilde despreciado, ni el inocente perseguido. Lo que se ve es la pintura del enigma. Yérrale quien a aquellos llama ricos y felices, y quien a estos llama miserables y desdichados. []. Quien aguardare a que llegue la hora de cada cosa, que dice el Espíritu Santo que sobrevendrá de repente como ladrón, acertará lo que son estos enigmas, que nos descaminan el juicio, persuadiendo los ojos con las disimulaciones de colores lisonjeros u de borrones desaliñados34.

  • 35 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1341, 1349. Pour les réactions que susc (...)
  • 36 « Descansa de todo con decir : "Sea el nombre del Señor bendito". Esto es apartarse de mal. El mal (...)
  • 37 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1343. Pour une étude de la pa (...)
  • 38 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job, op. cit., p. 1353.

12Pour le fidèle, l’enjeu ne réside donc pas dans l’impossible interprétation des tourments qui l’affligent, mais dans la manière de s’y confronter. La Constancia y paciencia del santo Job illustre comment Job, comblé de bienfaits, est mis à l’épreuve. Celui-ci démontre, par sa patience et sa foi, la sincérité de son amour pour Dieu. Sa réaction face aux calamités qui s’abattent sur lui signe la défaite de Satan et le triomphe de Dieu. Sous la plume de Quevedo, Dieu semble, si l’on peut dire, tirer orgueil de son serviteur : « Parece que blasona el tener a Job y que hace grande aprecio dél, jactándose, digámoslo así, de sus virtudes » ; « Esto ya es blasonar de la victoria de su siervo y del vencimiento de Satanás. ¿ Qué mayor premio de padecer por Dios, que ver lo que Dios blasona y estima el valor de los suyos ? »35. En effet, Job déjoue le plan de Satan car il subit l’épreuve tout en bénissant Dieu et en assurant son triomphe36. Pour Quevedo, Job use d’une vertu fondamentale, indispensable pour ne pas faillir dans l’adversité : la patience. C’est cette vertu qui permet de regarder l’épreuve avec le mépris hautain de celui dont la foi est assez forte pour garantir le triomphe de l’âme (« Es la paciencia el valentón del alma, y tan hazañoso, que vence con lo que padece [37). On comprend, dès lors, l’intérêt de Quevedo pour le Livre de Job pendant son séjour à San Marcos. D’une part, Job constitue un modèle de cette patience dont Quevedo doit s’armer (« [] estoy armando de paciencia mi corazón con estudiarla »38). D’autre part, il offre une leçon en révélant combien l’épreuve peut devenir une opportunité. Pour Job, elle permet de montrer la sincérité de sa foi et de prouver que, naguère, cette foi n’était pas inspirée par sa prospérité. Pour Quevedo aussi l’épreuve devient une chance. Dieu a permis l’emprisonnement de Quevedo pour mieux le libérer, car Quevedo, sans l’aide divine, n’aurait pas eu la force d’abandonner le péché et de se tourner vers Dieu. Ainsi, les douloureuses circonstances de son arrestation et de son emprisonnement font figure de grâces :

  • 39 Ibid., p. 1353.

Nunca pusiera yo nombre de merced a alguna destas cosas ; siempre huyera pálido de la menor, siempre consideradas juntas me fueran pasmo, y levemente referidas las padeciera asombro. Pues yo testifico en la presencia de Dios trino y uno a todos los que esta confesión mía leyeren, que en ninguna otra cosa en este mundo en mi favor se ha mostrado tan liberal su mano omnipotente. Acordóse de mí cuando menos lo merecía, para que me acordase dél cuando lo había menester más. Permitió que me dejasen todos, porque de necesidad, cuando no de virtud, me volviese a él. No quiso que en abundancia de pecados, atesorando condenación, llegase al postrero día39.

  • 40 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1408.

13Il ne revient pas à l’homme de comprendre le sens profond de l’énigme, mais il doit assumer sa part du jeu en transformant l’épreuve, c’est-à-dire en s’y confrontant de telle sorte qu’elle devienne une opportunité, une « virtutis occasio » chrétienne, qui permet de se rapprocher de Dieu. On lit ainsi dans Providencia de Dios : « […] Job habló de sí y de todo su trabajo y calamidad, desquitando la pérdida de la hacienda, de la salud y del cuerpo con el logro que se le siguió en el desembarazo de su alma y entendimiento »40. Et dans Job :

  • 41 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1344 et 1346.

Quitar poder y riquezas y abundancia y felicidad en todo al hombre para que se olvide de Dios, siendo estas cosas las que más le borran de su memoria, delirio parece del diablo.
[]
Las desdichas, las prisiones, pérdida de hacienda, de la casa, y de los hijos, llámase desgracia y es antídoto al veneno del cariño con que se tienen.
Veámoslo en Job y oigámoslo de su boca41.

  • 42 L’épreuve est un maître, celui qui la subit doit s’en faire le disciple, c’est-à-dire en tirer des (...)
  • 43 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1433.
  • 44 « [] callando siete días con sus noches, sin consolarle en tan nunca padecida miseria, ni socorrer (...)

14La perte permet un gain supérieur. Dans cette dernière citation, Quevedo énumère les malheurs qui peuvent frapper chaque individu et son propos a une valeur universelle. Toutefois, c’est la vie de Job qui l’inspire et qui doit illustrer cette affirmation (« Veámoslo en Job y oigámoslo de su boca »). On ne peut pas manquer de remarquer qu’aux douloureuses épreuves endurées par Job, la perte des biens, de la maison, des enfants, Quevedo ajoute la prison. La perte de la liberté apparaît ainsi comme une épreuve parmi celles qui offrent à l’homme l’opportunité de mieux se connaître42 et de se détourner des péchés du monde. Quevedo se livre à une sorte de redéfinition de l’épreuve, constatant son caractère profondément énigmatique et l’opportunité qu’elle peut receler pour celui qui sait, non l’interpréter, mais s’y confronter avec la force de la foi. Cette redéfinition est en elle-même une source de consolation pour celui qui se considère injustement emprisonné puisque cette étape de la vie de Quevedo devient une énigme qu’il doit accepter comme telle avec une forme de résignation. Par ailleurs, le sens de l’épreuve – tout en demeurant caché au mortel – , va dépendre de la manière dont il s’y confronte : « En el efecto que hacen, no en el nombre que tienen, está la verdad de lo que son »43. Dès lors, tous les espoirs sont permis pour celui qui, fort de cette conviction et de sa foi, saura traverser l’épreuve. C’est ce que firent Job et Paul. Paul, toutefois, mieux que Job. En effet, la patience de Job ne va pas résister face à la réaction des trois amis qui lui rendent visite et demeurent silencieux. Ils bénissent le Seigneur mais n’apportent à Job aucune consolation dans la douleur, aucun secours. En cela, ils pèchent. C’est, d’après l’interprétation que donne Quevedo de ce passage, ce qui motive la réaction de Job lorsqu’il se plaint et maudit le jour de sa naissance44. Paul ne connaîtra pas ce moment de faiblesse.

15Dans La Caída para levantarse, Quevedo nous montre en Paul un homme qui souffre pour Dieu et pour répandre sa parole. La chute initiale, sur le chemin de Damas, est une épreuve : Dieu aveugle Paul et lui demande pourquoi il le persécute; à quoi Paul répond en demandant à Dieu ce qu’il attend de lui (« [] temblando y absorto, dixo : "Señor, ¿ qué quieres que yo haga ?" »). Pour Quevedo, cette réponse est un exemple de l’attitude à adopter face à l’épreuve. Paul, aveuglé par Dieu, voit enfin sa force et comprend qu’il doit accepter sa volonté sans remettre en question l’épreuve ni chercher à l’éviter :

  • 45 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 181-182 ; voir également les commentaires de (...)

Grande enseñança nos dexó Pablo para lo que devemos hazer cuando el Señor nos advierte con trabajos : no aguardó a levantarse, ni a cobrar la vista, cuando empeçó a enseñar y ser maestro. "Señor" llama al que le precipita y le anochece el ver ; no le pide que le buelva el uso de sus ojos ni que le levante de la tierra y le quite el temor, sólo pide le diga qué ha de hazer conforme a su voluntad : esto fue olvidar la suya por la de Dios [] cuando Dios con trabajos nos recuerda es por lo que hazemos por nuestra voluntad, y [] el remedio es pedirle nos enseñe lo que hemos de hazer por la suya45.

  • 46 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 186.
  • 47 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1358.

16Face à l’épreuve, il faut se tourner vers Dieu et agir pour Dieu, en concevant que l’épreuve répond à un dessein divin et en cherchant à comprendre, non pas pourquoi l’on souffre, mais ce que Dieu attend de nous. Il est probable qu’un tel questionnement, dans une œuvre aussi tardive, revête un caractère d’urgence. L’enjeu de l’herméneutique de l’épreuve, pour cet homme qui vit ses dernières années, rejoint celui de la préparation à la mort. Lire la vie de Paul, c’est apprendre à souffrir en se tournant vers Dieu, comme s’y emploie vraisemblablement le dernier Quevedo. La biographie de Paul égrène les mille épreuves auxquelles il se confronte et affirme sa supériorité face à Job : « Veis aquí un Job tantas vezes multiplicado en Pablo [46 ; « [] parece [Dios] creció las demostraciones en San Pablo »47. Pour Quevedo, Paul est celui qui fait face à l’épreuve sans faiblir car il sait qu’il souffre pour Dieu :

  • 48 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 187.

Acordaos que a Job, con tan valerosa paciencia, le sacavan las persecuciones quexas y lamentos ; y ved que Pablo las celebra y las blasona, poniendo en ellas todo el precio de sus ventajas y todo el premio de sus servicios, haziendo pompa de las afrentas48.

  • 49 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1455-1456.
  • 50 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 123 et 290.
  • 51 L’accumulation des épreuves qui affligent Paul transparaît notamment dans F. de QUEVEDO, La Caída p (...)

17Ces outrages sont des honneurs pour celui qui souffre en martyr. Paul offre lui aussi un modèle de patience, il indique le chemin en montrant qu’il faut accepter la volonté divine et se confronter à l’épreuve avec foi. Ce que Paul, mais aussi Job, prouvent à Quevedo, c’est que l’énergie de la foi sauve celui qui traverse l’épreuve. En ce sens, Quevedo lit et écrit leurs vies comme Boèce écoute Philosophie : en entendant une voix consolatrice. Certes, La Caída para levantarse répond à un projet littéraire annoncé à la fin de Providencia de Dios, et qui consiste à prolonger cette réflexion sur la Providence à travers plusieurs figures essentielles de la Bible ou de l’Antiquité, telles qu’Adam, Salomon, Alexandre le Grand, Hannibal, etc49. Toutefois, Quevedo, dans les premières et les dernières lignes de La Caída para levantarse, déclare explicitement qu’il rédige la vie de Paul pour se consoler. Ainsi, dans la dédicace à Chumacero, on peut lire : « Escrivíla el cuarto año de mi prisión, para consolar mi cárcel [] ». Et, à la fin de l’œuvre, s’adressant à Paul : « [] buelve essos ojos [] a este tu devoto que en prisión y cadenas de cuatro años empeçó a escrivir, para tu gloria y su consuelo, las tuyas y tu martirio »50. Les dernières œuvres de Quevedo offrent donc une réflexion sur l’épreuve, en montrant pourquoi on ne peut pas pleinement la comprendre et comment il faut accepter la souffrance et la considérer comme une opportunité de prouver, d’éprouver sa foi. Paul et Job offrent à Quevedo des modèles de patience, et l’on peut considérer qu’il y a une progression entre les deux œuvres, une sorte de surenchère dans la vertu51, car Paul ne connaîtra jamais le désarroi qui afflige Job face aux trois amis. Par ailleurs, Paul constitue une source de consolation pour Quevedo car, contrairement à Job, il doit faire face à l’institution judiciaire. Ainsi, le récit de la vie de Paul, source de consolation, prend aussi la forme d’un plaidoyer pour le saint qui devient un plaidoyer pro domo.

De la consolation au plaidoyer

18Dans ses vies de Job et de Paul, Quevedo fait montre d’une érudition qui, si elle nous restitue l’image d’un auteur savant, ce qui constitue un élément important du projet littéraire quévédien, traverse difficilement les siècles. En revanche, on retrouve avec plaisir l’art de la sentence et du trait profond qui se veut définitif lorsque Quevedo examine la calomnie et la solitude de l’homme éprouvé.

  • 52 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1354. Juste avant de citer ce (...)

19Nous l’avons vu plus haut, l’épreuve est une énigme, un signe que l’on ne peut pas interpréter. Pourtant, voyant Job abattu, ses trois amis vont croire en sa culpabilité. La visite d’Eliphaz, Bildad et Sophar est longuement analysée par Quevedo. Comment les trois amis ont-ils appris les tourments de Job ? Comment expliquer leur réaction ? L’hypothèse de Quevedo est que Satan lui-même avertit les trois amis : « Dice el texto que vinieron porque habían oído todo el mal que le sucedió. Sospecho que Satanás llevó u derramó estas nuevas. Decir todo lo malo, suyo es y de los suyos »52. Satan ne manque jamais de répandre les mauvaises nouvelles. Et les trois amis vont interpréter la misère de Job comme une preuve du châtiment divin :

  • 53 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1355.

Hizo efecto la mala y defectuosa información que traían, persuadiéndose era justo castigo de Dios, y temieron ofenderle con amparar al que él desamparaba y consolar al que él afligía. Mucho tuvo de ignorancia el error destos tres amigos53.

20Dans la pensée quévédienne, la réaction des trois amis fait figure d’exemplum qui illustre la solitude absolue de l’homme éprouvé. Rien ne le protège plus, et la calomnie a tôt fait de battre en brèche l’innocence d’un homme. Dans l’épreuve, il est nécessairement réduit à néant, vidé de sa propre identité :

  • 54 Ibid., p. 1355, 1358-1359, 1370.

De concierto vinieron juntos a consolarle ; empero como levantasen los ojos de lejos, no le conocieron. ¿ Quién conoce al desdichado ? ¿ Quién mira de cerca al afligido ? ¿ Qué señas no borra la desventura ? El miserable no sólo es otro, sino ninguno.
[]
El hombre en la dicha no se conoce ; en la desdicha ninguno le conoce.
[] Del que padece, nadie da causa tan fea que no sea creída. Es colérica la envidia, no aguarda informaciones. La mala intención más quiere suplir los testigos que examinarlos. El mal ajeno siempre es auténtico. Legaliza la malicia cuanto inventa la venganza, cuanto miente el aborrecimiento. Ninguna solemnidad faltará a un falso testimonio, en los oídos sedientos de calamidades []. El perseguido, aun en sí mismo es otro. El día y la hora infeliz es borrón de amistades y parentescos. Cede la naturaleza a la desgracia, pues en ella, quien aun es el mismo, ya no es alguno.
[] En el que padece, la culpa que no hay no se dice ; se presupone54.

  • 55 « Ven la inmensa pesadumbre de las calamidades que Job padece; sospechan las culpas que ni tiene ni (...)

21Celui qui souffre devient une cible qui ne doit pas compter sur le bénéfice du doute car ceux qui constatent son état, dépourvus des lumières de Dieu face à l’énigme, n’y voient qu’un juste châtiment. Dès lors, ceux qui tentent de comprendre l’épreuve risquent fort de commettre une erreur de jugement, comme le firent les trois amis de Job55. Cette erreur, pour celui qui souffre, devient une nouvelle épreuve, puisque leur condamnation est intuitive et suppose une faute qui, pour celui qui se sait innocent, est calomnieuse. C’est probablement ce qu’il faut comprendre à ce discours sur la calomnie et l’épreuve qui rongent l’identité. Le jugement des hommes tend naturellement à interpréter en mauvaise part les épreuves d’autrui. Comme celle de Job, la vie de Paul permet à Quevedo de montrer que la justice des hommes peut condamner un innocent aux yeux de Dieu. Dès lors, l’arrestation et l’incarcération de l’auteur ne doivent pas être interprétées comme le signe de sa culpabilité. Chacun doit suspendre son jugement face à l’énigme. La biographie des deux hommes devient un plaidoyer pro domo. En la matière, la dernière œuvre de Quevedo va plus loin encore que La Constancia y paciencia del santo Job parce que dans La Caída para levantarse, Paul est condamné par des juges ou des individus ayant pour charge de juger, donc par une institution et non simplement par le regard méfiant de trois amis.

  • 56 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 227, 246-247.
  • 57 Ibid., p. 250.
  • 58 Ibid., p. 252.

22A plusieurs reprises, Paul est emprisonné56. Cependant, c’est vers la fin du récit inspiré des Actes des Apôtres que la question de l’administration de la justice devient omniprésente. Le cas de Paul sera examiné à Césarée par le gouverneur Félix, puis par son successeur Festus et par le roi Agrippa. Ce récit donne lieu à un discours où s’entremêlent la dénonciation de la calomnie et du mauvais juge, celui qui prête foi à la calomnie et ne respecte pas la procédure. Félix, au contraire, a le mérite d’exiger que les accusateurs de Paul soient présents avant que commence le procès, «[] para hazer juizio conforme a derecho y razón, oyendo a entrambas partes [] »57. Devant Félix, Paul prononce un discours où il se présente comme un homme calomnié par des accusateurs qui ne peuvent rien prouver contre lui. Félix, pourtant, le maintient en prison, espérant que Paul tente de le corrompre. De ce premier épisode avec Félix, Quevedo conclut que l’on peut entrer en prison sans être coupable, mais qu’il ne suffit pas d’être innocent pour en sortir : « El Apóstol nos enseña que para entrar en la cárcel no es menester culpa, y que para salir no basta el no tenerla »58. On voit déjà, à la simple lecture de cette leçon, combien dans la dernière œuvre de Quevedo la biographie de Paul peut avoir valeur d’autobiographie. Après Félix vint Festus, qui fait figure de juge intègre. Là encore, rien ne peut être prouvé contre Paul, et Festus décide d’envoyer Paul à Rome, où il sera jugé en qualité de citoyen romain. Sa décision prouve qu’il n’aura pas été sensible à la calomnie. C’est pour Quevedo l’occasion de se lancer dans un discours sur la responsabilité du juge et la méfiance que la calomnie doit lui inspirer :

  • 59 Ibid., p. 254.

Festo oyó las acusaciones de San Pablo con más sospecha de los que las ponían que del Apóstol. Oírlas es forçoso, averiguarlas es justo []. Siempre el calumniador viene a propósito del miedo del poderoso que, a persuasión de lo que teme, cree lo que oye [] No se ha de fiar el crédito de las apariencias, porque es menos peligroso oír lo impossible que lo verosímil, porque la mentira se viste déste por apartarse de aquél59.

  • 60 Paul obtient un jugement à Rome en réponse à une question par laquelle Festus lui propose d’être ju (...)
  • 61 Ibid., p. 256.
  • 62 « [] me parece acción irracional embiar desde Cesarea a Roma este hombre preso y no dezir las caus (...)
  • 63 Ibid., p. 257.
  • 64 « En esta audiencia, en que presidía el rey Agripa, los judíos no se atrevieron a perderle el respe (...)

23Festus est soucieux de juger en préservant les intérêts de Paul60, qu’il considère innocent (« es tal su inocencia, que de su causa no sé lo que escriva »61). Et il affirme que l’envoyer à Rome en déclarant qu’il est prisonnier mais sans avoir de motif à invoquer est irrationnel62. Là encore, Quevedo tire de l’exemple de Paul une leçon à valeur générale : « Quien aprisiona sin dezir porqué, se confiessa por delito del que padece, y juntamente confiessa que el preso no tiene otro delito. Cuando el juez es culpa del perseguido, la defensa toca al tribunal de Dios [] »63. Festus est en quelque sorte le juge qui a manqué à Quevedo, emprisonné – nous l’avons vu plus haut –, sans qu’on lui ait dit pourquoi et sans que personne ne soit parvenu à le protéger de la calomnie. Mais il lui aura aussi manqué un roi qui, comme Agrippa, inspire suffisamment de respect pour faire taire les malveillants, comme se sont tus les juifs lors de la comparution de Paul devant le roi64.

  • 65 Ibid., p. 264-265.
  • 66 Ibid., p. 265.
  • 67 Ibid., p. 40.
  • 68 Ibid., p. 177.

24Le discours sur l’administration de la justice et la calomnie réapparaît peu après, alors que Paul, en route pour Rome, fait naufrage à Malte. Il en réchappe, ainsi que tous les hommes qui l’accompagnent, conformément à ce que Dieu avait annoncé à l’apôtre. Peu après, une vipère le mord. Les barbares qui observent la scène en concluent que Paul est coupable de quelque crime et que le ciel ne veut décidément pas qu’il survive, ce qui arrivera pourtant. De cet incident, Quevedo tire à nouveau une leçon sur la solitude absolue de l’homme dans l’épreuve et face à la calomnie65. Il évoque également la nécessité pour le juge et pour le prince de veiller à l’administration de la justice : « No sólo por la defensa de los inocentes, sino por la suya, deven los príncipes y los juezes atender desvelados a la ruindad de la acusación y a la malignidad de los acusadores »66. Les barbares de Malte ne sont pas en position de juges, contrairement à Festus ou Agrippa ; Quevedo parvient malgré tout à déduire de cette nouvelle épreuve une leçon générale sur l’administration de la justice et la responsabilité du juge67. Dans ces récits, l’hagiographie de Paul fait souvent naître un discours à valeur universelle sur la justice. Dès le début du récit inspiré par les Actes des Apôtres, la lapidation d’Étienne donne lieu à une réflexion de Quevedo qui dépasse le cas du martyr : « No es nuevo ser verdugos los testigos falsos, ni menos infame oficio levantar testimonios que piedras »68. La vie de Paul permet à l’auteur de construire un récit qui illustre le fonctionnement de l’institution judiciaire et qui se prête à un discours sur ses dysfonctionnements. Ce discours n’est pas exclusif de la dernière œuvre de Quevedo, il est toutefois moins prégnant dans le Job ou dans Providencia de Dios. La Caída para levantarse permet à Quevedo de célébrer la grandeur de Paul, mais c’est aussi l’œuvre à travers laquelle il adresse à ses propres détracteurs et à la postérité un plaidoyer qui lui permet, à mots couverts, d’avoir le dernier mot.

  • 69 Les notes de Valentina Nider permettent de percevoir combien, dans La Caída para levantarse, Queved (...)
  • 70 Sur cette question, lire l’analyse de Valentina Nider dans La Caída para levantarse…, op. cit., p.  (...)
  • 71 On consultera, par exemple, les pages 173, l. 22-23 (« Oso dezir que Pablo []») ; p. 188, l. 30-31 (...)
  • 72 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, p. 123.
  • 73 C’est le cas, par exemple, des dernières lignes de l’œuvre, où Quevedo évoque son emprisonnement. I (...)
  • 74 P. Jauralde évoque cette image de Quevedo dans « La caída para levantarse, última obra de Quevedo » (...)

25Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette hagiographie et sur son insertion dans l’ensemble de l’œuvre de Quevedo69, en s’attachant notamment à certains thèmes comme la définition du bon Prince, du bon ministre, ou à l’abondance des remarques érudites. Cette érudition, on le sait bien, n’est pas propre à la dernière œuvre de Quevedo, mais simplement à l’auteur lui-même et à sa volonté de figurer en bonne place parmi les hommes savants de son époque. L’édition de Valentina Nider permet de découvrir combien la rédaction de La Caída para levantarse est nourrie de matériaux antérieurs à partir desquels Quevedo tisse son hagiographie70. Dans le concert des voix érudites de son temps et du passé, Quevedo cherche à faire entendre un « Je » capable d’apporter quelque chose de nouveau, d’interpréter un récit aussi connu que celui de la vie de Paul71. Au-delà de l’auteur, c’est pourtant bien l’homme que l’on retrouve dans ce récit des épreuves endurées par Paul. La solitude dans l’épreuve, la calomnie, la prison, sont autant de thèmes par lesquels Quevedo pouvait s’identifier à Paul, et à certains égards cette dernière œuvre se substitue à une autobiographie impossible. « Para reconocer la vida que a V. Excelencia devo, busqué vida en mi persona y no la hallé [] Recurrí a la vida de S. Pablo [] », écrit Quevedo à Chumacero peu avant de préciser qu’il écrit pour se consoler72. L’abattement qui semble inspirer ces lignes se mêle à un discours plus incisif sur le fonctionnement de la justice, discours qui devait paraître plus virulent encore à ceux de ses contemporains qui pouvaient en prendre l’exacte mesure73. La dernière œuvre de Quevedo remplit ainsi parfaitement sa fonction en nous transmettant l’image74 d’un homme savant qui, depuis la prison, continue à fréquenter les grands auteurs, écoute le récit des tourments endurés par Paul, et parvient, tout en retraçant cette vie, à livrer à la postérité sa vérité sur ses propres épreuves.

Haut de page

Notes

1 Plus exactement, Pablo Jauralde précise les choses en ces termes : « En varias cartas de su última época, desde la Torre de Juan Abad, dice que se halla redactando y dictando la segunda parte del Marco Bruto, pero no se nos ha trasmitido esta obra. También sabemos que entonces prepara para la imprenta sus Obras – con preliminares de 1644, pero publicadas en 1650 –, y que está ordenando sus poesías con el mismo objeto. Al margen, por tanto, de poemas concretos, cartas y el eventual remozamiento de lo ya escrito, la obra que comentamos es la última obra larga escrita por Quevedo », Pablo JAURALDE, « La caída para levantarse, última obra de Quevedo », Letras de Deusto, 20, 1980, p. 169-178, p. 169, n. 1.

2 Voir Francisco de QUEVEDO, Poesía original completa, José Manuel BLECUA, éd., Barcelone : Planeta, 1999, p. 10-14, où l’on trouvera le témoignage sur lequel repose la datation ; voir également James O. CROSBY, En torno a la poesía de Quevedo, Madrid : Castalia, 1967, p. 174.

3 Voir sur ce sujet Pablo JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645) (1re éd. 1999), Madrid : Castalia, 2004, p. 239-240, en particulier n. 53, et p. 843-844, mais aussi Alfonso REY, Quevedo y la poesía moral española, Madrid : Castalia, 1995, p. 18.

4 P. JAURALDE, « La caída para levantarse, última obra de Quevedo », art. cit., p. 170-172, 177-178 et Pablo JAURALDE, « Obras de Quevedo en la prisión de San Marcos », Hispanic Review, 50 (2), 1982, p. 159-171, p. 170-171. Voir également Francisco de QUEVEDO VILLEGAS, La Caída para levantarse. El ciego para dar vista, el montante de la Iglesia en la vida de San Pablo Apóstol, Valentina NIDER (éd.), Pise : Giardini editori, 1994, p. 18-19.

5 P. JAURALDE, « Obras de Quevedo en la prisión de San Marcos », art. cit., p. 168-169. Cet article examine en diachronie la production littéraire de Quevedo sur la période 1639-1643.

6 Je me fonde avant tout sur la biographie écrite par P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645). Valentina Nider revient sur les circonstances de l’emprisonnement dans F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 9-12.

7 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 773.

8 Sur ce dernier point, lire les intéressantes remarques de Pablo Jauralde aux pages 118-121 de son article « Realidad y leyenda de la prisión de Quevedo en el convento de San Marcos », Tierras de León, 40, 1980, p. 115-22.

9 John H. ELLIOTT, « Nueva luz sobre la prisión de Quevedo y Adam de la Parra », Boletín de la Real Academia de la Historia, 169, 1972, p. 171-182, p. 182.

10 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 766. Rodrigo Cacho a publié récemment un article qui analyse le Poema heroico de las necedades y locuras de Orlando el enamorado en tenant compte des relations entre Quevedo et Olivares (Rodrigo CACHO, « Quevedo heroicómico : sátira y parodia en el Poema de Orlando », in : Antonio Gargano (dir.), Maria D’Agostino et Flavia Gherardi (eds.), Difícil cosa el no escribir sátiras. La sátira en verso en la España de los Siglos de Oro, Vigo : Academia del Hispanismo, 2012, p. 297-335).

11 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), p. 763.

12 Ibid., p. 768 : « [] Quevedo nunca jamás verbaliza – escribe – cuáles han sido las verdaderas causas de su detención, es más, prefiere dejar bien claro que no sabe cuáles son ». Voir aussi, p. 779.

13 Shirley B. Whitaker, « The Quevedo Case (1639) : Documents from Florentine Archives », MLN, 97 (2), 1982, p. 368-379.

14 P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 819. Voir également, p. 765.

15 Voir Francisco de QUEVEDO, Epistolario completo, Luis Astrana MarÍn (éd.), Madrid : Instituto editorial Reus, 1946, p. 421 (« ¿ Pregúntasme por qué estoy preso ? Respondo que por lo que no sé [] » ; « Quien condena sin oír a entrambas partes, puede hacer justicia, no ser justo » ; « Persuádome que alguno me delató, y que fue mi más familiar amigo [] ») ; p. 426-429 ; p. 432 (« Y de todo [] ha sido causa un hombre exquisitamente malo [] ») ; p. 453-454 (« [] Don Francisco de Quevedo ha tres años y más que está preso en San Marcos de León sin saber la causa, habiendo pedido muchas veces a vuestra majestad, a su mayor ministro y tribunales se le oiga en justicia; y no ha tenido despacho. Y siendo la prisión larga sentencia de muchos delitos, habella padecido sin oírle es contra todo derecho [»). Tous ces documents sont édités par Astrana Marín parmi la correspondance rédigée à San Marcos.

16 James O. CROSBY, « La última prisión de Quevedo : documentos atribuidos, atribuibles y apócrifos », La Perinola, 1, 1997, p. 101-122. Voir également, du même auteur, « Cuarenta y dos cartas de Quevedo a dos jesuitas distinguidos », La Perinola, 2, 1998, p. 215-235 ainsi que Isabel PÉrez Cuenca et Manuel UrÍ MartÍn, « El escritor y el valido : de las garras del león a los cuernos del toro », Hesperia. Anuario de filología hispánica, 4, 2001, p. 101-114.

17 Crosby remarque que ce témoignage montre que Quevedo savait de quoi il était accusé (« La última prisión de Quevedo … », art. cit., p. 111).

18 F. de QUEVEDO, Epistolario completo, p. 454-455. José González déclarera à Chumacero, en 1643, n’avoir rien trouvé contre Quevedo parmi les papiers saisis lors de son arrestation (P. JAURALDE, Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 765).

19 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 126.

20 « Grazie al punto di vista suggerito nella dedica, i commenti e i giudizi disseminati nel testo sull’attività degli operatori giudiziari, sull’inconsistenza giuridica delle accuse mosse a san Paolo e su tutte le altre circostanze che possono verificarsi in un simile contesto (false testimonianze, tentativi di corruzione, etc.) acquistano a posteriori un tono autobiografico. Nell’apologia dell’Apostolo si può leggere dunque fra le righe un’istanza di promozione personale, un tentativo di restaurare un’immagine un po’appannata dalle vicende della prigionia e consegnare così alla posterità un ritratto ideale di se stesso », F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 21. Comme la suite de notre travail le montrera, cette affirmation de Valentina Nider nous semble tout à fait essentielle.

21 Francisco de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job en sus pérdidas, enfermedades y persecuciones, p. 1353 (dans Francisco de QUEVEDO, Obras completas. Tomo 1. Obras en prosa, Felicidad BuendÍa (éd.), Madrid : Aguilar, 1958, p. 1327-1386).

22 Comme le remarque Pablo Jauralde : « [] en las obras que está redactando o va a redactar enseguida – la Vida de San Pablo – la diatriba contra los calumniadores, las acusaciones falsas, las injusticias, etc., salpican las cada vez más frecuentes digresiones ». P. JAURALDE, « Realidad y leyenda de la prisión de Quevedo… », art. cit., p. 122. Voir également, du même auteur, « La Caída para levantarse, última obra de Quevedo », art. cit., p. 176. Pour la critique implicite dans le Job, voir Víctor GarcÍa de la Concha, « Quevedo exegeta y moralista : comentario y discurso sobre el Job », in : Víctor GarcÍa de la Concha (éd.), Academia literaria renacentista. II. Homenaje a Quevedo, Salamanca : Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Salamanca, 1982, p. 187-211, p. 190-191 et p. 208-209.

23 Je cite à partir de SÉNÈQUE, Dialogues, t. 4. De la Providence. De la Constance du sage. De la Tranquillité de l’âme. De l’Oisiveté, René Waltz (éd.), Paris : Les Belles-Lettres, 1959. Le De Providentia se trouve aux pages 5-29.

24 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1363. Voir également Providencia de Dios, op. cit., p. 1427 (je cite cette dernière œuvre à partir de F. de QUEVEDO, Obras completas. Tomo 1. Obras en prosa, op. cit., p. 1387-1456).

25 SÉNÈQUE, De la Providence, op. cit., p. 26. Il sera utile ici de citer le passage latin : « – Quare tamen bonis viris patitur aliquid mali deus fieri ? – Ille vero non patitur : omnia mala  ab illis removit, scelera et flagitia et cogitationes improbas et avida consilia et libidinem caecam et alieno imminentem avaritiam ». C’est moi qui souligne.

26 Ibid., p. 12.

27 Ibid., p. 20.

28 Pierre Grimal, Sénèque, Paris : PUF, 1981, p. 94. Grimal écrit également, p. 93 : « Les maux apparents dont souffrent les sages ne sont pas des maux véritables. Ce sont des épreuves que le dieu leur envoie, pour les former à la vertu ».

29 « Je puis tenir le même langage à l’homme de bien si aucune circonstance difficile ne l’a mis en situation de montrer la vigueur de son âme : "Malheureux que tu es, de n’avoir jamais été malheureux ! Tu as traversé l’existence sans rencontrer d’adversaire : on ne saura pas de quoi tu étais capable, et tu ne le sauras pas toi-même". Pour se connaître, il faut s’être éprouvé : on n’apprend qu’en en faisant l’essai de quelles forces on dispose », SÉNÈQUE, De la Providence, op. cit., p. 19.

30 Je cite à partir de l’édition réalisée par Fernando Rodríguez-Gallego (Francisco de QUEVEDO, Obras completas en prosa, vol. 4, t. 2, Alfonso REY (dir.), Madrid : Castalia, 2010, p. 713-775). La citation se trouve p. 748. L’œuvre date de 1633 mais fut publiée en 1638 (p. 715).

31 « Padezco dolor. Él milita contra los sentidos de mi cuerpo; contra él militan las potencias de mi alma. Si me vence, solamente me muestro cuerpo ; si le venzo, me muestro hombre », F. de QUEVEDO, De los remedios de cualquier fortuna, p. 753.

32 Ibid., p. 736, 738, 745, 763.

33 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1439.

34 Ibid., p.1440.

35 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1341, 1349. Pour les réactions que suscite l’attitude de Job, voir Valentina NIDER, « "Reírse de", "Reírse con" : burla y risa de Dios en La constancia y paciencia del Santo Job de Quevedo », La Perinola, 10, 2006, p. 209-223, ainsi que, du même auteur, « Modelos iconográficos y espaciales en el Job de Quevedo », La Perinola, 4, 2000, p. 229-249.

36 « Descansa de todo con decir : "Sea el nombre del Señor bendito". Esto es apartarse de mal. El mal a que el demonio quería llegarle y que se llegase, era a que no bendijese a Dios ; y lo que aseguraba que haría con la licencia que pidió para perseguirle, y con la persecución, fue que no había de bendecir a Dios ; porque si le alababa, era por la prosperidad que le había concedido ; y que si se la borrase, vería cómo le alababa. Y al fin en total miseria alaba a Dios, y bendice como merece su bondad ; no como solicitó su malicia ». F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1347.

37 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1343. Pour une étude de la patience de Job, voir V. GarcÍa de la Concha, « Quevedo exegeta y moralista … », art. cit., p. 198 et suivantes.

38 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job, op. cit., p. 1353.

39 Ibid., p. 1353.

40 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1408.

41 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1344 et 1346.

42 L’épreuve est un maître, celui qui la subit doit s’en faire le disciple, c’est-à-dire en tirer des leçons de sagesse : voir De los remedios de cualquier fortunaop. cit., p. 770-771 (« Todos aprenden de lo que padecen a socorrer a los que padecen ») ; La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1353 (« Hízome discípulo de los trabajos ») ; Providencia de Dios, op. cit., p. 1455 (« Quien por las felicidades se olvida de Dios y de sí, con ellas mal se acordará de sí y de Dios. La calamidad es maestro que enseña y advierte ») ; La Caída para levantarse…, op. cit., p. 123, où Quevedo se dit « [] discípulo de las persecuciones y calamidades más ultimadas ».

43 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1433.

44 « [] callando siete días con sus noches, sin consolarle en tan nunca padecida miseria, ni socorrerle o curarle, pecaban, mostrándose escandalizados de las culpas con que había merecido tan inmensos castigos ; y en romperse las vestiduras y cubrirse de tierra las cabezas, y gemir y sentarse junto a él en la tierra, bendecían a Dios. Por eso Job, que en todas sus calamidades había dicho a Dios requiebros, cuando Satanás esperaba blasfemias y maldiciones, aquí rompió la voz en gemidos, y maldijo el día y la hora en que nació ». F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1356-1357. Voir V. GarcÍa de la Concha, « Quevedo exegeta y moralista … », art. cit., p. 204-205.

45 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 181-182 ; voir également les commentaires de Valentina Nider, p. 16, et, pour le sens de la chute annoncée dès le titre, p. 27.

46 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 186.

47 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1358.

48 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 187.

49 F. de QUEVEDO, Providencia de Dios, op. cit., p. 1455-1456.

50 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 123 et 290.

51 L’accumulation des épreuves qui affligent Paul transparaît notamment dans F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 141-142, p. 168-169, p. 185-187 ou encore p. 228 (« San Pablo descansava de un camino con otro, y de unos trabajos con otros mayores »).

52 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, op. cit., p. 1354. Juste avant de citer ce passage, Valentina Nider écrit ces commentaires particulièrement intéressants pour le propos que je développe ici : « El tema de la soledad, desprecio y "desamparo universal" es central en [] La constancia y paciencia del santo Job. Quevedo llega a demostrar con argumentos racionales y con acopio de citas bíblicas que Job estaba solo, sin parientes y amigos, fuera de la ciudad, totalmente aislado. Por lo que se refiere a las chanzas y al desprecio populares, él actualiza las referencias bíblicas para, de esta manera, facilitar las alusiones a la realidad contemporánea y, sobre todo, a su propia situación. Por ejemplo, habla de las "gacetas del infierno" y de las "relaciones de Satanás" que divulgan las desgracias de Job interpretándolas como castigos merecidos ». V. NIDER, « "Reírse de", "Reírse con" : burla y risa de Dios … », p. 210, voir aussi p. 211 pour la calomnie dont est victime Quevedo lui-même.

53 F. de QUEVEDO, La Constancia y paciencia del santo Job…, p. 1355.

54 Ibid., p. 1355, 1358-1359, 1370.

55 « Ven la inmensa pesadumbre de las calamidades que Job padece; sospechan las culpas que ni tiene ni ven, y sentencian contra su inocencia : éste, más es frenesí que juicio. Por esto, algunas veces tiene el loco nombre de juez », ibid., p. 1360.

56 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, op. cit., p. 227, 246-247.

57 Ibid., p. 250.

58 Ibid., p. 252.

59 Ibid., p. 254.

60 Paul obtient un jugement à Rome en réponse à une question par laquelle Festus lui propose d’être jugé à Jérusalem. La question de Festus est analysée par Quevedo : il s’agit de satisfaire les ennemis de l’apôtre mais aussi de lui permettre de se défendre correctement (« [] dexar a Pablo instancia para su defensa [] »; « [] por no disgustar los judíos, y dar lugar a su defensa [] », ibid., p. 253 et 255).

61 Ibid., p. 256.

62 « [] me parece acción irracional embiar desde Cesarea a Roma este hombre preso y no dezir las causas por que le remito encarcelado », ibid., p. 257.

63 Ibid., p. 257.

64 « En esta audiencia, en que presidía el rey Agripa, los judíos no se atrevieron a perderle el respeto, y por fuerça tuvieron vergüença. En la presencia de las magestades se desalienta la malicia y se anima la inocencia », ibid., p. 259.

65 Ibid., p. 264-265.

66 Ibid., p. 265.

67 Ibid., p. 40.

68 Ibid., p. 177.

69 Les notes de Valentina Nider permettent de percevoir combien, dans La Caída para levantarse, Quevedo reprend des thèmes et des questions déjà abordés précédemment.

70 Sur cette question, lire l’analyse de Valentina Nider dans La Caída para levantarse…, op. cit., p. 44-59. On trouvera également une excellente analyse des différentes formes prises par la réécriture dans Santiago FernÁndez Mosquera, « La hora de la reescritura en Quevedo », Criticón, 79, 2000, p. 65-86. Dans cet article, l’auteur s’intéresse notamment aux figures de Job et Paul.

71 On consultera, par exemple, les pages 173, l. 22-23 (« Oso dezir que Pablo []») ; p. 188, l. 30-31 (« Yo os lo provaré »); p. 205, l. 15-16 (« Con esta noticia encenderé luzes []») ; op. cit., p. 206, l. 12-13 (« [] intentaré declarar este lugar [] ») ; p. 233, l. 21-22 (« Muchas razones me persuaden a que San Pablo no vino a España ») ; p. 290, l. 5-6 (« A mi sentir no concluye la conjetura [] »).

72 F. de QUEVEDO, La Caída para levantarse…, p. 123.

73 C’est le cas, par exemple, des dernières lignes de l’œuvre, où Quevedo évoque son emprisonnement. Il existe d’ailleurs une version manuscrite dans laquelle l’accusation, tout en demeurant voilée, devait se prêter à une lecture très polémique (ibid.., p. 112-114 et 290-291).

74 P. Jauralde évoque cette image de Quevedo dans « La caída para levantarse, última obra de Quevedo », art. cit., p. 177-178 ; voir aussi Francisco de Quevedo (1580-1645), op. cit., p. 827-830.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Fasquel, « Entre plaidoyer et consolation : La Caída para levantarse de Quevedo », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23528 ; DOI : 10.4000/e-spania.23528

Haut de page

Auteur

Samuel Fasquel

Université d’Orléans, Rémélice

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org