Navigation – Plan du site
« Le fin mot : œuvres dernières, œuvres testamentaires dans les lettres espagnoles au XVIIe siècle »

Présentation

Maria Zerari-Penin

Texte intégral

1Ce dossier monographique réunit un ensemble d’études sur les œuvres ultimes ou tardives. Ces articles sont la version remaniée d’une série de communications présentées en Sorbonne, le 6 avril 2013, lors de la journée d’étude « Le fin mot. Œuvres dernières, œuvres testamentaires dans les lettres espagnoles au XVIIe siècle ».

2Coordonnée par Maria Zerari-Penin (Université Paris-Sorbonne, CLEA), cette rencontre avait bénéficié du soutien de CLEA (EA 4083), de l’École doctorale IV et du Conseil scientifique de l’Université Paris-Sorbonne.

3La mise en ligne de ce travail doit beaucoup aux conseils et au secours de Hélène Thieulin-Pardo (Université Paris-Sorbonne, CLEA), ainsi qu’à l’aide de Jaime Galbarro, chercheur post-doctoral (boursier « Fernand Braudel IFER incoming », Laboratoire OBVIL, Sorbonne-Universités).

***

4L’œuvre dernière – trace finale d’une manière, tantôt parachevée sur le tard, tantôt renouvelée in fine, tantôt inachevée – a été l’objet de l’attention marquée de la critique d’art et de la critique musicale, lesquelles ont souvent envisagé les créations du grand artiste dans les termes diachroniques d’une succession de périodes. Aussi, dans le meilleur des cas artistiques, cette œuvre ultime, que le travail du temps a plus qu’aucune autre façonnée, a-t-elle pu être considérée comme une sorte de testament, comme une pièce maîtresse relevant de l’aboutissement, voire de la somme, à l’image de quelque chef d’œuvre tardif, si ce n’est ultime et crépusculaire, de quelques Ménines ou de quelque Hiver, ou encore de cette messe de Requiem en ré mineur que Mozart n’eut pas le temps d’achever.

5Dans une optique voisine, certains – tels Theodor Adorno ou Edward Said – ont pu voir dans les dernières œuvres ou, du moins, dans certaines œuvres dites « tardives », non point tant des coups de maître, des testaments volontairement ou involontairement éclatants et définitifs, que de grandes œuvres malades plus ou moins gorgées de sens, si ce n’est de remarquables coups d’épée dans l’eau.

6Dans le domaine littéraire, la dernière œuvre d’un grand auteur mérite ainsi d’être examinée, non parce que les derniers chants seraient forcément chants du cygne – seraient par force les plus beaux (ce qu’ils sont parfois) –, mais parce que l’ultime production d’un écrivain, même dans ses redites ou ses ratés, pourrait bien s’avérer révélatrice et, pour ainsi dire, parlante, tout comme ces ultima verba, ces très humains fruits du hasard qui, par une grâce tout aussi ponctuelle qu’éphémère, vous posent l’image d’un grand homme, en caractérisant ce dernier de justesse et à jamais. Ainsi dans certain cas – quand l’œuvre dernière n’est pas comme escamotée par les circonstances : le manque de temps, de souffle ou d’inspiration (ce qui ne la rend pas moins intéressante, singulière ou pathétique) –, le dernier texte, ce palimpseste en puissance, pourrait bien être porteur d’un surcroît de sens, puisque au sien propre peut venir se mêler celui des autres créations de son auteur. À l’occasion, l’œuvre ultime peut, en outre, être chargée du surplus de l’urgence ou de la gravité, et même, de la conscience amère ou légère de la vanité des choses, étant entendu que l’œuvre dernière, et sans doute tout simplement tardive, est, par définition, davantage traversée que les autres par la conscience du temps qui passe, voire de la vieillesse qui pointe et de la mort qui vient : en son sein ou dans ses seuils, il est parfois quelqu’un qui écrit et à la fois vit et se meurt, et qui en rend compte de façon explicite ou à la dérobée. Et ce phénomène d’écriture « terminale », pour citer Gaëtan Picon, trouve l’une de ses illustrations les plus parfaites dans un ultime seuil textuel, dans la fameuse formule cervantine qu’offre la dédicace du Persiles :

Ayer me dieron la Extremaunción y hoy escribo esta.

7Œuvre singulière, du fait de sa nature finale, le texte ultime (et parfois seulement tardif) est ainsi susceptible d’accueillir par endroits – dans telle ou telle de ses zones d’ombre ou de lumière (paratexte/texte) – les accents d’un témoignage sublimé en termes d’art.

8Ce dossier, qui s’ouvre sur une réflexion d’ordre général sur l’œuvre dernière et le « style tardif » (Maria Zerari-Penin), pose donc la question de l’ultime ou du tardif en se tournant au préalable vers le passé de la pratique et de la théorie pour examiner de la sorte l’œuvre de certains des grands auteurs du XVIIe siècle espagnol : Cervantès (Jean Canavaggio), Quevedo (Samuel Fasquel), Tirso de Molina (Nathalie Dartai-Maranzana), Gracián (Mercedes Blanco) et Calderón de la Barca (Fausta Antonucci).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Zerari-Penin, « Présentation », e-Spania [En ligne], 18 | juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23490 ; DOI : 10.4000/e-spania.23490

Haut de page

Auteur

Maria Zerari-Penin

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org