Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

La reine est morte : la succession politique des filles de roi aux XIe et XIIe siècles

Maria do Rosário Ferreira

Résumés

Les annales du premier roi du Portugal portent la notice d’une rébellion malchanceuse de Bermudo Pérez de Trava contre son beau-frère Alphonse Henriques. Il s’agit d’un épisode oublié dans la tradition historiographique médiévale et négligé par le discours historique moderne. La présente étude approche ce conflit, survenu peu de temps après la mort de la reine Teresa, mère d’Alphonse et de la femme de Bermudo, en tant qu’indice d’une possible crise dynastique ; et montre que cette situation trouve des parallèles dans les tensions déclenchées par l’attribution de l’héritage ou la succession politique d’autres figures féminines des XIe et XIIe siècles qui détenaient la souveraineté de territoires ibériques  : Munia de Castille, Sancha de Léon et Urraca de Léon et Castille.

Haut de page

Texte intégral


   

La mort d’une reine

  • 1  Monica BLÖCKER-WALTER, Alfons I von Portugal. Studien zu Geschichte und Sage des Begrunders der Po (...)

Era 1168. Obiit regina Donna Tarasia mater D. Alfonsi Calendas Novembris anno 2º regni1.

  • 2  Le texte ainsi désigné par Enrique FLORES (España Sagrada, t. 14, p. 402-218) est conservé dans le (...)

1Cette notice de la mort de la reine Teresa, survenue vers la fin de 1130, peut se lire dans le Chronicon Lusitanum2, registre annalistique portugais des évènements concernant le territoire de l’occident péninsulaire dès la venue des Goths jusqu’à l’avant-dernière année du règne d’Alphonse Henriques, fils de la reine et premier roi du Portugal. La notice y est immédiatement suivie par une autre information, qui constitue le point de départ de la présente réflexion sur la succession politique des reines ibériques aux XIe et XIIe siècles :

  • 3  M. BLÖCKER-WALTER, Alfons I von Portugal..., p. 152.

Era 1169. Veremudus Petri gener reginae D. Tarasiae voluit eis rebellionem facere in castello Sene. Sed non valuit, quia idem infans cognocens occurrit ei cum militibus suis et eiecit eum de castello3.

  • 4  Voir l’opinion de José MATTOSO, História de Portugal, 2 (A Monarquia Feudal), Lisbonne : Estampa, (...)
  • 5  L’excellente biographie de la reine Teresa par Luís Carlos AMARAL et Mário Jorge BARROCA, A Condes (...)

2Il s’agit du sec rapport d’une rébellion échouée, et a suscité un intérêt très modéré chez les historiens, qui n’ont prêté qu’une attention mineure à l’insurrection à laquelle il se réfère4. Peut-être ont-ils raison dans leur indifférence, car, du point de vue strictement historique, la révolte du comte galicien Bermudo Pérez de Trava contre Alphonse Henriques ne semble avoir eu la moindre conséquence dans le processus d’appropriation du pouvoir politique et de consolidation de la souveraineté territoriale par le fils de la reine Teresa du Portugal, qui l’avait écartée du pouvoir en 1128, juste deux ans avant sa mort5. Pourtant, si l’on considère cette notice en tant qu’élément informatif intégré au texte où on l’a repérée, il y a de quoi se poser des questions. En tant que fait-divers concernant un noble et n’entraînant aucune répercussion évidente sur le destin du territoire portugais, cette entrée annalistique apporte une note de dissonance dans le discours propre à la section du Chronicon Lusitanum où elle figure.

  • 6  Sur la datation et le lieu de composition de annales d’Alphonse Henriques, voir P. DAVID, Études h (...)
  • 7  Il faut soustraire à cette analyse les pittoresques épisodes des conquêtes de Beja et de Évora, da (...)

3Connue sous le nom d’Annales D. Alfonsi Portugallensium Regis, cette section, remaniée dans les années finales du XIIe siècle à Santa Cruz de Coimbra avec des objectifs légitimateurs de l’accès à la monarchie du premier roi du Portugal6, se centre décidément sur la personne et les actions d’Alphonse Henriques. Les entrées, ordonnées par an, se portent de façon presque exclusive sur des évènements qui ont sillonné le parcours ascensionnel du roi : une accumulation de victoires sur des ennemis variés, soit chrétiens soit maures, qui s’entreposaient entre Alphonse Henriques et ses ambitions à la couronne et au pouvoir souverain sur la partie occidentale de la Péninsule Ibérique, et le signalement de la construction de forteresses ou de monastères d’importance primordiale pour la définition culturelle et territoriale du nouveau royaume du Portugal. À ces moments de gloire, souvent racontés de façon très élaborée et brodés de louanges au roi, qui en est le protagoniste obligé7, s’ajoutent quelques mentions plutôt laconiques de défaites trop sonores pour être passées sous silence.

  • 8  Teresa y est accusée de vouloir gouverner à la place de son fils, et de s’allier contre lui à des (...)

4En plus des évènements ayant trait à des questions territoriales où de souveraineté, ces annales ne daignent accueillir que des informations de type généalogique concernant la naissance, le mariage ou la mort des familiers proches du roi, notamment de sa mère, peinte en sombres8. On remarque que, en dehors d’Alphonse Henriques et de ses familiers directs, les personnages nommés sont typiquement des ennemis de haut gabarit, c’est à dire les rois maures du Sud et Alphonse VII l’Empereur, monarque de Léon et Castille (qui était en outre le cousin germain du roi de Portugal), aussi bien que leurs familiers respectifs.

  • 9  Édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 154. Pour la contextualisationhistorique et la datation de cette (...)
  • 10  Hormis les douteux héros des conquêtes de Beja et Évora, dont le rôle a été mentionné plus haut (v (...)

5Le bref récit concernant l’épisode très particulier de Valdevez incorpore une liste de nobles faits prisonniers dans le « bofordo » qui, selon les annales, avait précédé l’établissement d’une paix durable entre les deux cousins9 ; mais, à cette exception près, le seul noble identifié par ces annales est précisément Bermudo Pérez de Trava. Cette circonstance s’avère encore plus surprenante si l’on tient compte du fait que Bermudo Pérez n’y est pas simplement nommé : il y est le sujet d’une action militaire qui fait en elle même l’objet d’une entrée annalistique, ce que lui confère un profil textuel qui n’est par ailleurs réservé qu’au roi du Portugal lui-même et à ces royaux antagonistes, qu’ils soient maures ou chrétiens10.

  • 11  Voir la note 6.

6À moins de présupposer que le discours des annales d’Alphonse Henriques manque de cohérence – un point de départ que la critique, s’accordant sur la conclusion qu’il s’agit là du produit d’un projet d’écriture bien défini, ne semble pas autoriser11 –, il faut admettre que la révolte de Bermudo Pérez n’était sûrement pas, pour le rédacteur des annales d’Alphonse Henriques, un simple fait-divers. Si cela avait été le cas, les critères d’économie d'information et de sélection des protagonistes sous-jacents à la construction du texte, que cette étude vient de mettre en évidence, auraient déterminé son exclusion. Il est donc nécessaire d’envisager d’un œil moins distrait la notice de cette rébellion et d’essayer de comprendre pourquoi le rédacteur a-t-il jugé pertinent de l’inclure dans son texte.

Bermudo Pérez et la reine Teresa

7Qui était donc Bermudo Pérez de Trava, et quelles raisons auraient-elles pu le pousser à l’action rapportée par les annales ?

  • 12  Pour une perspective généalogique sur la famille de Trava, voir Margarita TORRES SEVILLA-QUIÑONES, (...)
  • 13  Voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48.
  • 14  Voir António Resende de OLIVEIRA, « Do Reino da Galiza ao Reino de Portugal (1065-1143) », Revista (...)
  • 15  L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha..., surtout p. 221-228, présentent de façon très (...)

8Bermudo était un noble galicien, le fils aîné de ce comte Pedro Froilaz de Trava qui a été le tuteur du jeune Alphonse Raimúndez, futur Alphonse VII12. Les objectifs politiques du puissant comte de Trava semblent avoir convergé avec ceux de Teresa de Portugal en 1116 : ensemble, ils ont assiégé la reine Urraca au château de Sobroso13. Cette alliance n’a certainement pas été sans conséquence pour le projet de restauration du royaume de Galice que la reine Teresa a clairement entrepris après 1117, à la suite de l’association au trône de Léon-Castille du jeune Alphonse Raimúndez, seigneur de Galice depuis 1111, par sa mère la reine Urraca14. Le rapprochement entre Teresa et la maison de Trava a été durable, et, dans les années suivantes, deux des fils de Pedro Froilaz, Bermudo et Fernando Pérez, sont devenus des personnages très constants et très influents dans la cour portugaise15.

  • 16  L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 71-74.
  • 17  La légitimité de l’union entre la reine Teresa et le comte galicien Fernando Pérez de Trava est un (...)
  • 18  On peut trouver cette expression désignant le couple Teresa et Fernando Pérez dans la Vita Telloni (...)
  • 19  Cette période de la vie de la reine Teresa est fort peu connue (voir L. C. AMARAL et M. BARROCA, A (...)

9Fernando Pérez est documenté comme « dominante Colimbrie et Portugali » en 1121, et a maintenu ces fonctions jusqu’à l’écartement de Teresa du pouvoir par son fils Alphonse Henriques, en 1128. En fait, quoique préalablement marié, il a été pendant cette période le consort de Teresa, qui a eu quatre filles de lui16. À la suite de José Mattoso, les auteurs les plus récents ont surmonté le vieux préjugé nationaliste contre ce couple, et ont finalement admis que cette union était un mariage, même si l’église ne l’avait jamais sanctionné17. Après la déposition de Teresa, la reine et son comte, « regina una cum suo comite », comme des sources contemporaines les désignent18, se sont retirés en Galice, à Limia, dont Fernando Pérez était tenente19.

  • 20  Voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48.
  • 21  Pour les donnés biographiques sur Bermudo Pérez synthétisées dans ce paragraphe, voir L. C. AMARAL (...)

10Pour ce qui est de Bermudo Pérez, il s’est marié en 1122 à l’infante Urraca Henriques, fille aînée de Teresa et de son premier mari, le comte Henri de Bourgogne, et le couple a été fertile. Des sources tardives lui attribuent en plus une liaison avec la reine Teresa qui aurait précédé l’union de celle-ci avec son frère Fernando. Les auteurs les plus récents s’inclinent à donner du crédit à cette histoire, qui permettrait de comprendre quelques initiatives pénitentielles conjointes des trois personnages concernés20. Quoi qu’il en soit, Bermudo, qui était depuis 1225 le détenteur de la tenência de Viseu, n’a pas, comme son frère Fernando, abandonné le territoire portugais en 1128. En 1130, il a même reçu du nouveau seigneur du Portugal la tenência de Seia, que la reine Teresa avait auparavant confiée à Fernando, et qui sera, selon la notice des annales d’Alphonse Henriques, la base territoriale de l’insurrection de 1131. Bermudo ne quittera le Portugal qu’après la révolte échouée : sa présence en Galice est documentée au printemps de 113221.

  • 22  Le basculement vers le féminin, par manque d’héritier direct masculin, des droits sur les grands d (...)

11Pour ce qui est des motivations qui pouvaient se trouver derrière l’insurrection rapportée pas les annales, il faut, d’un coté, considérer les ambitions politiques des Trava sur la Galice, et, de l’autre, ne pas oublier les spécificités du système successoral ibérique, et la façon dont elles se sont manifestées pendant les XIe et XIIe siècles. En effet, depuis plusieurs générations, la succession du pouvoir politique dans le centre et l’occident de la péninsule n’avait cessé de se plier aux droits dynastiques des femmes22, ce qui avait culminé dans une situation inouïe : deux filles de feu roi Alphonse se trouvant pendant plus de quinze ans à la tête des vastes territoires de Léon, Castille, Galice et Portugal. Ceci dit, il est difficile de ne pas voir dans l’insistant rapprochement des deux rejetons les plus notables du puissant comte Pedro Froilaz à la reine Teresa une stratégie familiale d’appropriation des droits souverains sur le territoire de l’occident péninsulaire fondée sur le mélange du sang des Trava avec celui des femmes de souche royale qui les détenaient ou sur lesquelles ils risquaient d’échoir : la reine elle même, tout d’abord ; et ensuite l’infante Urraca Henriques, sa fille aînée.

  • 23  La donation de ce territoire et la modalité de la concession de son gouvernement au comte Henri de (...)
  • 24  C’est la conclusion de J. MATTOSO, Alfonso Henriques, p. 31, d’après sa profonde connaissance de l (...)
  • 25  L. C. AMARAL et M. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 223.

12Les droits territoriaux en cause englobaient avant tout le Portugal, cette « Portugalensem terram » avec laquelle, selon la Chronica Adefonsi Imperatoris, le roi Alphonse VI avait doté « jure hereditario » Teresa à l’occasion du mariage de celle-ci avec Henri de Bourgogne23. Mais il semble que cette fille naturelle du roi de Léon et Castille, ayant toujours revendiqué le droit d’hériter une partie du royaume de son père24, prétendait étendre son dévolu sur la Galice ; et que les Trava entendaient pouvoir profiter de ce projet. Dans les mots de Luís Carlos Amaral et de Mário Barroca, les plus récents biographes de Teresa de Portugal : « Na eventualidade de uma restauração futura do reino da Galiza, a probabilidade de serem descendentes seus [de Pedro Froilaz de Trava] a cingir a coroa era elevadíssima »25.

  • 26  Ce « tumbo », originaire du monastère de Touxos Outos, rataché à celui de Sobrado, en Galice, où B (...)
  • 27  L’œuvre a été datée des années finales du XIIIe siècle (voir Isidro Gonzalo BANGO TORVISO (coord.) (...)
  • 28  Voir G. FOURNÈS, « Iconologie des infantes... », § 19-20.

13L’importance que la maison de Trava, et en particulier les descendants de Bermudo Pérez, attribuaient aux liens de sang avec la reine Teresa est bien attestée par la mémoire qui en a été fixée dans une miniature du tumbo de Touxos-Outos26 qui accompagne une donation de Bermudo Pérez datée de 1137. La miniature, postérieure de plus d’un siècle à la donation dont elle accompagne la notice27, représente le couple Bermudo Pérez/infante Urraca et la reine Teresa. Les trois personnages sont assis, la reine au centre, en majesté, couronnée, le sceptre à la main droite, la main gauche présentant le globe ou la pomme royale, ancien symbole du pouvoir et de l’ordre. À sa droite on voit Bermudo, sans aucun signe de distinction spécial, et à sa gauche sa fille, la tête couverte d’un simple voile mais portant également un sceptre à la main, participant ainsi de la souveraineté maternelle. Dans son étude sur L’iconologie des infantes, Ghislaine Fournès remarque à propos de cette miniature : « il semble que l’imagier ait privilégié, plus que l’image du donateur, celle d’une lignée féminine royale issue de la royauté castillane et léonaise »28. Cette conclusion, issue d’une analyse indépendante, s’accorde parfaitement avec le point de vue épousé par cet essai.

Une querelle dynastique ?

14En vue de ces données, la révolte de Bermudo Pérez, gendre de la reine Teresa, contre son beau-frère Alphonse Henriques, survenue, comme le signalent les annales, l’année immédiatement postérieure à la mort de ladite reine, est susceptible d’avoir eu des motivations de beaucoup plus complexes que celles que les historiens lui ont attribuées. Des motivations dont la nature généalogique et successorale peut éclaircir la pertinence de cet épisode dans la construction discursive des annales qui l’ont accueilli.

  • 29  Voir l’étude fondatrice de José MATTOSO, « A primeira tarde portuguesa » (1e parution en 1978), in (...)

15Grâce aux études de José Mattoso, les politiques divergentes qui ont polarisé le territoire sous le domaine de la reine Teresa pendant la troisième décade du XIIe siècle, et dont le corolaire a été son écartement du pouvoir vers la fin de cette période, sont aujourd’hui bien connues29. Pour ce qui concerne cet essai, il suffit de noter que, au fur et à mesure que l’influence des Travas s’affirmait à la cour portugaise et que la reine négligeait les intérêts de la noblesse locale en faveur de son projet galicien, un parti portugais se formait et se consolidait. En 1128, ce parti a abouti à la déposition de Teresa, substituée par son fils Alphonse Henriques dans le gouvernement du territoire portugais.

  • 30  Ces mots de José Maria RAMOS Y LOSCERTALES, « La Sucesión del Rey Alfonso VI », Anuario de Histori (...)
  • 31  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 29.

16Le discours historiographique portugais a toujours considéré que, dès ce moment, la reine Teresa, retirée en Galice, avait cessé de compter en termes politiques. Pourtant, il ne faut pas oublier que, même si elle ne se trouvait plus à la tête des destins du Portugal, elle n’était pas pour autant privée des droits territoriaux qui lui avaient été conférés par son père. Elle était toujours la reine propriétaire du domaine, et de ce fait, dans les mots de José María Ramos y Loscertales, « sólo a ella correspondia el derecho a instituir sucesor »30. Sa mort, à la fin de 1130, donnait lieu, de droit sinon de fait, à un vide de pouvoir dont les Trava pouvaient profiter. Le mariage avec Fernando Pérez de Trava n’ayant généré que des filles qui n’étaient pas encore à l’âge nubile, il n’y avait de ce coté rien à craindre pour Alphonse Henriques. Mais Teresa avait eu d’autres filles de son premier mariage avec Henri de Bourgogne, dont l’aînée, l’infante Urraca, était mariée à Bermudo Pérez. Il est donc tout à fait logique que cette infante, sœur entière du prince en exercice du pouvoir, ait été érigée en élément légitimateur des prétentions du parti galicien. À cette lumière, l’insoumission de Bermudo Pérez envers son beau-frère Alphonse Henriques acquiert un nouveau sens politique. Plus que de l’envisager comme un fait-divers anodin, il faut admettre qu’il s’agit là probablement d’un épisode ayant trait à une problématique généalogique et successorale que les sources n’ont pas pu, où n’ont pas voulu, rendre explicite31. C’est ce qui justifie et la notice de cette insurrection dans les annales, et l’empressement du rédacteur dans l’affirmation de la capacité du nouveau roi à assurer par les armes le droit à la souveraineté que, après la mort de la reine-mère, son beau-frère osait lui disputer au nom de sa sœur.

  • 32  Pour un aperçu de la question, voir M. R. FERREIRA, « La mère d’Adam : Femmes et pouvoir dans l’hi (...)

17Cette interprétation concernant des querelles autour de la succession politique de la reine Teresa ne correspond, bien sûr, qu’à une hypothèse que les sources ne permettent pas de conforter directement. Pourtant, comme nous venons de vérifier, elle est dotée d’un pouvoir explicatif non négligeable, et du point de vue historique et du point de vue historiographique, ce qui conseille à ne pas la rejeter sans plus. Elle est ancrée dans un phénomène, le pouvoir politique au féminin, que les sources médiévales semblent avoir eu du mal à incorporer et qu’elles ont souvent occulté ou diabolisé, notamment en péninsule Ibérique32.

  • 33  Édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 152. Il est intéressant de noter que, plusieurs décennies plus ta (...)
  • 34  En effet, la composition des d’Annales D. Alfonsi Portugallensium Regis semble être postérieure de (...)

18Dans ce cas spécifique, nous avons affaire à une forme toute particulière de pouvoir féminin, puisqu’il se projette au-delà de la vie de la femme qui en est le sujet : le pouvoir de continuer à influencer, après la mort, les destins du territoire dont elle avait détenu la souveraineté. Un pouvoir qui ne découle pas d’une volonté qu’elle n’est plus en mesure d’exprimer, mais d’un droit qu’elle n’a même pas besoin de réclamer car la communauté, en l’instituant en charnière d’un processus valide de succession politique, le lui accorde tacitement. La reconnaissance de cette prérogative successorale a un effet légitimateur rétrospectif sur le pouvoir de la femme qui en est posthumément investie, et devient, de ce fait, un argument potentiellement très dangereux pour un rédacteur qui serait plus intéressé à contrecarrer ce pouvoir qu’à l’amplifier par ses écrits. En effet, à elle seule, l’admission que les droits héréditaires de succession sur le territoire portugais dépendaient de D. Teresa et non pas deson premier mari, le comte Henri de Bourgogne, suffirait à rendre vaines les accusations implicites de tyrannie que les annales prononcent contre la mère d’Alphonse Henriques : « matre eius regina D. Tarasia […] volens et ipsa superbe regnare loco mariti sui, amoto filio a negotio regni »33. Ceci mettrait en cause la solidité de la chaîne argumentative par laquelle les rédacteurs de ces vieux écrits, mis au point à l’aube du règne du successeur d’Alphonse Henriques34, ont choisi de légitimer la prise du pouvoir par le premier roi du Portugal.

19En vérité, la situation que je viens de repérer dans les annales portugais, c’est à dire, l’occultation du fait que, à un moment donné, la question successorale d’un domaine territorial ibérique doté d’autonomie politique, qu’il soit royaume ou comté indépendant, était indissociablement liée aux droits de la femme qui, seule, avait le pouvoir de le transmettre en héritage, n’est pas un hapax historiographique. Il est possible de repérer, dans le contexte ibérique des XIe et XIIe siècles, un certain nombre de successions historiquement complexes dont la problématique est rendue incompréhensible dans les textes historiographiques par l’omission de données cruciales ayant trait à l’identité, le statut et les prérogatives de la personne, une femme, qui est en mesure de transmettre les droits sur le territoire.

20Les questions de droits de femmes qui se mêlent de ces affaires d’hommes qui sont le gouvernement des territoires et leur droite transmission, les textes ne les mentionnent pas ouvertement. Pourtant ils en gardent parfois des traces qui, faute d'un encadrement permettant de leur donner du sens, ont en quelque sorte échappé aux filets de l'interprétation historique. C’est le cas de la révolte de Bermudo Pérez. Ce qui est ironique est que ces traces, dévoilant de façon insidieuse le pouvoir successoral féminin que les sources prétendaient maintenir dans l’ombre, n’ont rien à voir avec l’action des femmes en cause – elles sont, à proprement parler, des reines mortes. Il s’agit plutôt là des empreintes produites par ceux qui ont instrumentalisé les droits de ces femmes trépassés dans le but d’accéder à leur héritage, comme l’a fait Bermudo Pérez. Leurs actions à eux, des actions d’hommes se disputant la souveraineté sur le territoire, il fallait bien que les rédacteurs les notent ; et c’est en les accueillant que, malgré leur orientation idéologique, les sources laissent transparaitre ces questions féminines rangées dans les coulisses de l’Histoire.

Filles de roi, dynastie et succession

21Outre Teresa de Portugal, la succession d’au moins trois femmes qui ont porté le titre de reine semble avoir été l’objet d’un traitement équivoque de ce type dans les sources historiographiques. Il s’agit de filles de roi ou de comte d’un territoire indépendant qui, à la suite de la mort tragique d’un frère, sont devenues les dépositaires et du domaine et du charisme dynastiques par manque d’héritiers masculins : Urraca de Léon et Castille, demi-sœur de Teresa ; Sancha de Léon, leur grand-mère paternelle ; et Munia de Castille, leur arrière grand-mère.

  • 35  Voir, pour une perspective critique sur l’historiographie du XIIe siècle, M. R. FERREIRA, « Urraca (...)
  • 36  Pour une perspective générale sur la reine de Léon dans l’historiographie, voir Emmanuelle KLINKA, (...)
  • 37  La bibliographie sur ce thème, trop vaste pour l’espace d’un article, compte des études classiques (...)

22Contrairement à la reine Urraca, si mal aimée par les chroniques35, Sancha et Munia ne semblent pas avoir été des personnages controversées du point de vue historiographique36. En effet, elles ne sont pas représentées en tant que femmes de pouvoir, les sources ne leur accordant qu’une place mineure à côté de leurs puissants maris, traités en seigneurs de fait des domaines et des charismes hérités par leurs conjointes. Leur image d’épouses soumises et de reines effacées est tellement réussie que la question du destin des territoires conjoints qui formaient le patrimoine de ces couples royaux n’a été formulée par le discours historique qu’en termes de succession exclusive du mari. Depuis des siècles, la division des royaumes gouvernés par Sancho III de Navarre et par Fernando I de Léon et Castille est un sujet de discussion privilégié entre les spécialistes du moyen âge espagnol, et suscite le concours de toute sorte d’arguments d’ordre juridique, politique ou affectif37. Pourtant, combien de chercheurs se sont déjà sérieusement interrogés sur le rôle que la succession particulaire de Munia de Castille ou de Sancha de Léon, en tant que faits de droit ne se confondant pas avec les testaments de leurs maris, ont pu jouer dans la réorganisation du patrimoine familier pour la génération suivante ? Même s’il est vrai que la division territoriale testamentaire est entrée en vigueur après la mort des deux rois mais avant leur mort à elles, il ne faut pas oublier que, en rigueur, il s’agit là d’une succession en vie dans laquelle les reines sont partie consentante.

  • 38  Les études citées de E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 128-138, et de Ju (...)

23Le but de cette étude n’est pas de procéder à une analyse minutieuse de chaque héritage38, mais de cerner les traits communs à ces situations et, si possible, d’en déduire des concepts sous-jacents qui permettent de les ramener à un même paradigme successoral. L’approche comparative suivie, partant de questions interprétatives soulevées par l’historiographie mais portant volontiers sur les données validées par l’histoire, a fait ressortir le fait que les droits de la mère sur le territoire qui lui est revenu et lui appartient en tant que patrimoine dynastique ont un poids spécifique dans la définition de ce paradigme.

  • 39  Voir, pour Sancho III de Navarre, A. J. MARTÍN DUQUE, « Del reino de Pamplona... », p. 844-845 ; e (...)
  • 40  Fernando avait acquis le gouvernement du royaume après la mort de Vermudo III, décédé sans enfants (...)
  • 41  Il faut se rappeler que dans aucun de ces cas le domaine dynastique maternel n’a transité intact a (...)
  • 42  Voir chez E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 132-133 et n. 42, une brève (...)
  • 43  E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 136-137, remarque ce parallélisme.
  • 44  Ibid., p. 126-128, émet à ce sujet une intéressante hypothèse selon laquelle, dans ces dynasties i (...)

24En effet, il est possible de noter quelques points qui suggèrent que, dans le legs de ces couples royaux, l’héritage maternel est concerné par des critères propres qui ont beaucoup influencé le partage qui a été fait de Navarre-Castille et de Castille-Leon. On remarque avant tout que, dans les deux cas, un même modèle de division territoriale semble avoir été suivi. Indépendamment de la dimension et de l’importance politique des domaines, le patrimoine héréditaire paternel revient par entier à l’aîné des fils, témoignant d’une sorte de droit dynastique strictement fondé sur la primogéniture masculine39. García Sánchez sera donc roi de Navarre ; et Sancho Fernández sera roi de Castille, même s’il s’agit là d’un legs de beaucoup moins imposant que le royaume de Léon, dont son père n’était pas le propriétaire40. Le gros récipiendaire du patrimoine maternel sera, dans les deux cas, le fils cadet41 : Fernando Sánchez aura le titre comtal, puis royal, de Castille, et Alphonse Fernández deviendra le monarque de Léon. Si l’on se reporte à la documentation, où Fernando apparait en tant que comte de Castille quelques mois à peine après que le comté est revenu à sa mère, à la mort de son oncle García Sánchez42, on se rend compte que cet aspect de la distribution du patrimoine du couple Sancho/Munia – qui en quelque sorte préfigure l’attribution du royaume de Léon à Alphonse dans la génération suivante43 – ne correspond probablement pas à une décision tardive, mais à un choix prévu dès le début44.

  • 45  Sur le partage du legs maternel, voir A. J. MARTÍN DUQUE, « Del reino de Pamplona... », p. 844-845 (...)

25Le modèle de distribution du patrimoine de Sancho/Munia, qui a par la suite été réitéré par Fernando/Sancha, rend apparentes d’un coté la valeur prescriptive du lien de primogéniture et de l’autre la relative liberté dont joui la mère vis à vis de son legs. En effet, il est clair que, contrairement à se qui arrive avec le domaine paternel, l’intégrité territoriale du patrimoine maternel n’est pas censée être préservée. Le domaine ne passe pas entier au fils qui en porte le titre : il est partagé45. C’est ainsi que Fernando ne reçoit en héritage qu’une Castille privée de plusieurs morceaux, notamment Castille la Vieille, Álava et Ribagorza, intégrés aux legs de ses frères García et Gonzalo. Et c’est aussi ce qui arrive à la génération suivante : Alphonse est récipiendaire d’un Léon tronqué de la Galice, attribuée en tant que royaume à son frère García.

26Les dispositions testamentaires du père, très rigides, semblent donc plus affectées par des restrictions que l’héritage maternel, dont le partage se révèle assez souple. La succession paternelle étant ainsi rigidement prédéterminée, il est logique que celle de la mère soit plus propice à déclencher des conflits successoraux. C’est ce que les évènements qui se sont produits autour de la division des royaumes viennent corroborer.

  • 46  En effet, García, l’aîné, est du moins symboliquement déshérité par sa mère. La légende de la rein (...)

27Munia de Castille ayant survécu à tous ses fils, il est impossible d’enquêter sur les répercussions de sa mort dans l’accomplissement des volontés testamentaires attribuées à son mari, Sancho III de Navarre. La légende de la reine calomniée, accueillie par la Chronica Naiarensis, condense et essaie de résoudre les tensions et les perplexités que son étrange succession a pu susciter46.

  • 47  Si l’on suit les textes historiographiques dans l’ordre chronologique de leur production, il faut (...)
  • 48  Il est intéressant de noter que la Chronica Naiarensis établit une relation directe entre le momen (...)
  • 49  Pour un aperçu, voir J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 115-116.

28Pour ce qui est de Sancha de Léon, les développements successoraux ont été bien plus révélateurs. Même si les chroniques mettent en relief l’insatisfaction de Sancho II de Castille face au testament de son père47, toutes s’accordent sur le fait que, lorsque Sancha quitte cette vie, deux ans après son mari, la paix entre les enfants du couple n’avait pas encore été brisée48. C’est seulement après le décès de la vieille reine que la convoitise de Sancho devient active et se développe en offensives militaires contre ses frères García roi de Galice, dans un premier temps, et Alphonse roi de Léon, ensuite49.

  • 50  Voir la note 40.

29Cette circonstance, déjà notée, a été interprétée comme le fait de l’autorité de Sancha, gardienne de la volonté posthume de son époux, auprès de leurs belliqueux rejetons. Pourtant, le parallèle est frappant avec les circonstances temporelles de la révolte de Bermudo Pérez contre Alphonse Henriques à la suite de la mort de la reine Teresa, qui a fait l’objet de la première partie de cette étude. Sauf que là, Teresa ayant été chassée par son fils, il n’était point question de respect maternel. Aussi peut-on supposer que le même type de raisons auraient, dans les deux cas, freiné le début des hostilités jusqu’à la mort de la reine : c’est qu’on ne pouvait pas disputer la succession dans la souveraineté d’un territoire dont la propriétaire, celle qui en détenait les droits de succession, était encore en vie50.

  • 51  C’est le cas du récit sur la mort du roi Fernando et la partition des royaumes, incorporé dans la (...)

30En ce qui concernait les domaines de la couronne léonaise, la division des royaumes accomplie après la mort de Fernando Magno avec l’agrément de son épouse Sancha ne pouvait être mise en question qu’après la mort de celle-ci. Encore une fois, ce sont les récits de base légendaire intégrés dans des textes historiographiques qui arrivent à créer un sens alternatif pour le processus de succession, décomposition et recomposition du patrimoine du couple royal51. Un processus opaque, dont la logique était devenue incompréhensible par manque de considération de la part de la reine dans la succession.

31Il reste encore Urraca de Castille et Léon pour parfaire le quatuor de reines dont la succession problématique semble avoir rendu difficile la tâche des chroniqueurs. La question successorale est, pour cette reine, très différente de celle de Munia ou de Sancha. Et c’est la comparaison avec Teresa du Portugal, sa demi-sœur, dont la vie présente tant de parallèles avec la sienne, qui nous permet derepérer quelques fragiles indices qui suggèrent que l’ascension d’Alphonse Raimúndez au trône de Léon et Castille n’a peut-être pas été aussi consensuelle que historiographie l’a présentée.

  • 52  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 18-19.
  • 53 Ibid., § 21-22.
  • 54 Ibid., § 22-23.

32Contrairement aux annales d’Alphonse Henriques, la Chronica Adefonsi Imperatoris présente la reine Teresa à une lumière on ne peut plus favorable52. Il est intéressant de noter que les passages où la chronique léonaise s’occupe de la reine portugaise décrivent et commentent en ton encomiastique une instance de succession dynastique automatique de la mère (Teresa) dans le fils issu d’un premier mariage (Alphonse Henriques). Cette situation successorale que la Chronica Adefonsi Imperatoris a si bienveillamment accueille semble être une sorte de miroir de la transmission du royaume de Léon et Castille d’Urraca à Alphonse VII53. L’exaltation de la légitimité de la couronne portugaise contenue dans la chronique de l’empereur renforce, par la récurrence du même modèle successoral, l’existence d’un droit sous-jacent à ces situations de transmission de pouvoir. Pourtant, comme cette étude a déjà remarqué, la succession au Portugal a été beaucoup moins pacifique que ce que la chronique de l’Empereur ne suggère. D’un côté, Alphonse Henriques n’a pas attendu la mort de sa mère pour accéder au pouvoir : il l’a pris par la force des armes au champ de bataille. De l’autre, la rébellion de Bermudo Pérez de Trava montre que le nouvel ordre instauré par Alphonse Henriques n’était pas consensuel. Le décalage entre les faits documentés et la version de la chronique mène à penser qu’il était dans l’intérêt de la monarchie léonaise d’édulcorer les tensions portugaises et d’affirmer la légitimité de la position d’Alphonse Henriques à la tête des destins du Portugal54. En plaidant de la sorte les droits d’Alphonse Henriques à la succession de sa mère, la chronique de l’Empereur conforte la régularité dynastique de la situation d’Alphonse VII lui-même.

  • 55  Selon cette source, contemporaine des évènements qu’elle raconte, « Cum rex […] detemptus, utpote (...)
  • 56  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 29.
  • 57  Voir l’édition de Mariano de la CAMPA GUTIÉRREZ, La Estoria de España de Alfonso X. Estudio y edic (...)

33On peut se demander si le parcours familial et politique d’Alphonse Raimúndez n’avait pas été trop semblable à celui de son cousin portugais pour qu’il puisse s’en démarquer. Si, encore une fois, on trace un parallèle avec la révolte de Bermudo Pérez, on s’aperçoit que la division de la noblesse castillane et léonaise entre le parti du jeune roi et celui des comtes de Lara, commandé par Pedro González, consort de la reine Urraca – qui, comme la Historia Compostelana a soin de remarquer, avait des enfants de la reine55 –, prend une allure toute neuve. Le fait que la même source mentionne qu’Alphonse VII était si occupé à combattre les Lara qu’il avait négligé de venir à la rescousse des terres galiciennes, ravagées par son cousin Alphonse Henriques, est révélateur de l’importance primordiale que prenait pour le fils aîné de la reine Urraque de rechasser l’offensive du père des autres enfants de sa mère. Ceci dit, l’offensive nobiliaire des comtes de Lara contre Alphonse VII n’a peut-être pas été une simple tentative de prendre le pouvoir par la force mais une réclamation dynastique légitimée par une succession alternative de la reine Urraca, ancrée dans sa descendance avec Pedro de Lara56. Il est vrai qu’aucune des sources contemporaines qui nous sont parvenues ne rend ce projet explicite ; toutefois, il a laissé des échos assez clairs dans des textes portugais et castillans du XIIIe siècle, notamment dans la Versión Crítica de la Estoria de España, où l’on peut lire qu’Alphonse VII craignait que le comte Pedro de Lara, son parâtre, le déshériterait du royaume57.

Conclusion

34Les sources anciennes de l’histoire ibérique gardent la mémoire de situations de tension sans retentissement visible (ou d’aspects apparemment incompréhensibles de celles-ci) que la tradition historiographique médiévale semble par la suite avoir oubliées ou camouflées. Il arrive que le discours historique moderne ne les récupère pas en tant qu’événements significatifs, soit parce qu’ils relèvent de circonstances fortuites, soit parce que leur considération impliquerait l’adoption de perspectives que les modèles en vigueur pour l’interprétation du passé tendent à ne pas admettre.

35Isolément, chacun des quatre conflits rappelés dans cette étude pourrait être entendu comme un fait singulier, fruit du hasard qui marque la réalité extérieure aux textes, qui aurait été noté par simple devoir d’office, sans qu’il ne représente nullement les logiques de pouvoir à l’œuvre dans les sociétés ibériques médiévales. Pourtant, par les parallélismes et les complémentarités qui les relient indéniablement à la succession des femmes détenant les droits de souveraineté sur des territoires en dispute, l’ensemble de ces quatre conflits configure un corpus d’exemples d’un type particulier de querelle dynastique.

36La cohérence du fonctionnement de ce corpus permet de formuler l’hypothèse qu’une autre logique de légitimation successorale coexistait avec celle qui se fondait sur la priorité masculine aussi bien dans la ligne de succession que dans le droit de déterminer le destin des domaines acquis par mariage. Les exemples suggèrent que cette logique, la plupart du temps en état latent, redevenait active lorsque, pour un territoire souverain déterminé, le binôme auctoritas/potestas ne retombait pas régulièrement sur un homme, mais était soit partagé entre une femme (auctoritas) et un homme (potestas) – c’est le cas du Léon de Sancha et de la Castille de Munia –, soit entièrement détenu par une femme, comme les reines Teresa et Urraca. La mort de la domina du territoire fonctionnait alors comme le déclencheur du conflit de légitimités issu de la tension entre les deux principes de succession en présence.

37Il est évident que, entre ces deux légitimités, la tradition historiographique a choisi son camp : celui de l’ordre, celui du pouvoir au masculin. Quoi qu’il en soit, les sources laissent entrevoir l’existence d’un paradigme alternatif, sans doute minoritaire mais effectif, grâce auquel la mort de la reine, lorsqu’elle est la vraie souveraine du territoire et non pas la reine consort, épouse du roi, était un fait politique de première grandeur.

Haut de page

Notes

1  Monica BLÖCKER-WALTER, Alfons I von Portugal. Studien zu Geschichte und Sage des Begrunders der Portugiesichen Unbhangigkeiten, Zürich : Fretz und Wasmuth Verlag, 1966, p. 152.

2  Le texte ainsi désigné par Enrique FLORES (España Sagrada, t. 14, p. 402-218) est conservé dans le codex 449 du monastère d’Alcobaça, où il est intitulé Chronica Gothorum. Il s’agit d’une séquence annalistique qui semble avoir été assemblée et terminée vers les dernières années du XIIe, incorporant les Annales Portucalenses Veteres suivis par les Annales D. Alfonsi Portugallensium Regis, qui s’arrêtent, tronqués, à l’année précédant la mort du roi fondateur, décédé en 1185. Le Chronicon Lusitanum a été étudié par Pierre DAVID (éd.), Études historiques sur la Galice et le Portugal du VIe au XII siècle, Lisbonne : Portugália, 1947, p. 257-340, et, plus récemment, a reçu l’attention de Francisco BAUTISTA, «Breve historiografía : listas regias y anales en la península ibérica (siglos VII-XII)», Talia dixit, 4, 2009, p. 113-190, p. 176-181. Le texte annalistique concernant directement Alphonse Henriques a été édité par Monica BLÖCKER-WALTER, Alfons I von Portugal..., p. 151-161.

3  M. BLÖCKER-WALTER, Alfons I von Portugal..., p. 152.

4  Voir l’opinion de José MATTOSO, História de Portugal, 2 (A Monarquia Feudal), Lisbonne : Estampa, 1994, p. 59-60, et id., D. Afonso Henriques, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2006, p. 71-72. À la lumière du paradigme dominant, qui subordonne systématiquement les droits des femmes sur les territoires à ceux de leurs maris ou de leurs fils, l’épisode est si incompréhensible que José Mattoso en vient à douter de l’authenticité de l’information transmise par les annales, qui est pourtant renforcée par des documents qu’il cite lui-même.

5  L’excellente biographie de la reine Teresa par Luís Carlos AMARAL et Mário Jorge BARROCA, A Condessa-Rainha : D. Teresa, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2012, est actuellement l’ouvrage le plus complet et le mieux documenté pour tout ce qui concerne les circonstances personnelles et politiques qui ont entouré la vie de cette femme dont la mémoire a été ternie par l’histoire. Sur la représentation négative de la mère d’Alphonse Henriques dans la tradition historiographique portugaise et chez les historiens modernes, voir Maria do Rosário FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal : the Iberian paradigm of feminine power revisited by thirteenth and fourteenth century historiography », in : M. R. FERREIRA, A. S. LARANJINHA et J. C. MIRANDA, Seminário Medieval 2009-2011, Porto : Estratégias Criativas, 2011 (URL : http ://www.seminariomedieval.com/guarecer/sm0911/9%20Ferreira,%20Urracas%20(pp.%20229-253).pdf), p. 229-253, p. 232 et n. 11 ; et aussi id., « O reino de Portugal na Chronica Adephonsi Imperatoris », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013 (URL : http ://e-spania.revues.org/22317 ; DOI : 10.4000/e-spania.22317), § 6 et n. 8.

6  Sur la datation et le lieu de composition de annales d’Alphonse Henriques, voir P. DAVID, Études historiques...¸ surtout p. 284 ; et aussi Luís Filipe Lindley CINTRA, Crónica Geral de Espanha de 1344, 1 (Introdução), Lisbonne : Imprensa Nacional/Casa da Moeda, p. CCCXII-CCCXIV et n. 214. Ce dernier auteur, qui compléte les conclusions du premier, considère que les affinités stylistiques et idéologiques entre la partie finale du Chronicon Lusitanum et deux textes cléricaux contemporains (le récit de la prise de Santarém, De Expugnatione Scalabis, et la Vita Theotonii, hagiographie du premier prieur du monastère de Santa Cruz de Coimbra)marqués par des emprunts bibliques qui y entourent de providentialisme la personne et l’action guerrière d’Alphonse Henriques, permettent de situer leur rédaction à l’ombre du même projet d’écriture apologétique du premier roi du Portugal, ayant eu lieu à Santa Cruz vers la dernière décade du XIIe siècle. Pour de nouvelles précisions sur cette question, voir José Carlos Ribeiro MIRANDA, « Historiografia e Genealogia na Cultura Aristocrática Portuguesa Anterior ao Conde D. Pedro de Barcelos », in :O Contexto Hispânico da Historiografia Portuguesa nos Séculos XIII e XIV (Em memória de Diego Catalán), Coimbra : Imprensa da Universidade de Coimbra, 2010, p. 53-80, p. 57, n. 16, qui considère que, dans la Vita Theotonii, ces traits ne correspondent pas à la rédaction originelle (datant de 1162-63, selon Aires Augusto NASCIMENTO (éd.), Hagiografia de Santa Cruz de Coimbra, Lisbonne : Colibri, 1998, p. 222 et n. 90-92), mais sont le produit d’un remaniement contemporain de la composition des annales d’Alphonse Henriques. F. BAUTISTA, « Breve historiografía... », p. 176-177 et 180-181, suggère une date postérieure pour la composition de ces annales.

7  Il faut soustraire à cette analyse les pittoresques épisodes des conquêtes de Beja et de Évora, dans le sud du Portugal, à Alentejo, entreprises respectivement en 1162 et en 1166 par « Fernando Gunsalvi et quisbusdam aliis pleveis militibus » et par « Giraldo cognominato sine pavore et latronibus sociis eius », au nom du roi du Portugal à qui, comme le souligne le texte, ils ont livré les villes conquises (voir édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 158). Ces deux entrées annalistiques (qui mettent en valeur l’allégeance au roi des habitants du territoire, y compris les gens menues et les hors-la-loi, ainsi que leur volonté de mettre à son service leurs aptitudes militaires) se complètent par la notice de quatre conquêtes personnelles du roi dans la même région (Moura, Serpa, Alconchel et Coruche) et précèdent immédiatement la notice du malchanceux épisode de Badajoz, où, selon la légende, Alphonse Henriques a fait une chute de cheval qui l’a laissé invalide jusqu’a la fin de ses jours. Les deux personnages et leurs exploits spontanés illustrent l’étendue de l’autorité du monarque, qui ne laisse indifférents nimême ses sujets les plus humbles et les moins dignes, dont l’action guerrière projette les desseins royaux d’élargissement du territoire portugais au-delà de la frontière avec les maures. Leur présence dans le texte constitue un dernier signe du pouvoir et du charisme du monarque, rappelés juste avant sa transition vers la déchéance et la vieillesse. Ces conquêtes menées à bout par des bandes de roturiers, voire de brigands, fidèles au roi acquièrent donc, dans ce contexte, une valeur apologétique.

8  Teresa y est accusée de vouloir gouverner à la place de son fils, et de s’allier contre lui à des étrangers (édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 152 ; voir aussi la note 33 de cette étude) ; pour l’avilissement de la figure de D. Teresa dans les annales et la Vita Theotonii, voir M. R. Ferreira, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal... », p. 237 et n. 24 et p. 241-243 ; voir aussi Maria João BRANCO et Isabel Barros DIAS, « Metamorfoses de Urraca de Castela-Leão e de Teresa de Portugal : construções e desconstruções das imagens de duas rainhas », in : Actas del XI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Armando LÓPEZ CASTRO et María Luzdivina CUESTA TORRE (éd.), León : Universidad de León, 2007, p. 335-347.

9  Édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 154. Pour la contextualisationhistorique et la datation de cette rencontre militaire entre le champ léonais d’Alphonse VII et le champ portugais d’Alphonse Henriques, voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 60-62 ; et aussi id., Afonso Henriques, p. 136-138. Il faut associer au contexte de Valdevez la prise et la destruction de la forteresse de Leiria par les maures (voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 69-71, et id., Afonso Henriques, p. 101-102, 108-111, 136-140), rapportée par les annales dans la même année, juste avant le fameux « bofordo ». La Chronica Adephonsi Imperatoris met à profit cette lourde défaite pour blâmer les options politiques d’Alphonse Henriques, trop occupé à combattre contre les chrétiens, au Nord, pour s’occuper de la défense de la frontière menacée par l’ennemi maure, au Sud (voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 39 et n. 41). De même que pour le récit de Valdevez (voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 61-62, pour une comparaison de cet épisode selon la Chronica Adephonsi Imperatoris et les annales d’Alphonse Henriques et l’interprétation des différences entre les deux textes, les annales semblent répondre en contre-discours à la version léonaise de l’épisode. S’éloignant du laconisme qui lui est propre dans le rapport de situations fâcheuses, le rédacteur s’engage dans un récit court, mais vif et coloré, où prennent part des personnages atypiques dans ces annales : le conseiller rusé du roi maure, Auzecri, et Pelagius Guterri, le gardien désigné par le roi lors de la construction du château, qui, malgré toute son adresse militaire, n’arrive pas à sauver la forteresse chrétienne (édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 153-154). L’attention est ainsi détournée du contexte politique général de l’épisode vers des circonstances particulières qui expliquent la défaite portugaise par des facteurs que la proximité du roi n’aurait pu contrecarrer.

10  Hormis les douteux héros des conquêtes de Beja et Évora, dont le rôle a été mentionné plus haut (voir la note 7).

11  Voir la note 6.

12  Pour une perspective généalogique sur la famille de Trava, voir Margarita TORRES SEVILLA-QUIÑONES, « Relaciones fronterizas entre Portugal y León en tiempos de Alfonso VII : el ejemplo de la Casa de Traba », Revista da Faculdade de Letras [do Porto] - História, 15, 1998, p. 301-312. Pour les relations entre le comte Pedro Froilaz, ses fils Bermudo et Fernando, et la cour portugaise pendant le gouvernement de D. Teresa et les premières années de celui de D. Alphonse Henriques, voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48-60 ; id., D. Afonso Henriques, p. 27-40, 45-46 et 67-72 ; et aussi L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 68-74, 192, 221-233, 239, 253, 262-264 et 288-290.

13  Voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48.

14  Voir António Resende de OLIVEIRA, « Do Reino da Galiza ao Reino de Portugal (1065-1143) », Revista de História das Ideias, 28, 2007, p. 17-37, p. 26-27. Cette étude (p. 23-30) jette une lumière nouvelle sur l’action politique de la reine Teresa, en particulier sur son projet de restauration du royaume de Galice tel qu’il avait été au temps de son oncle le roi García, dominant les territoires galicien et portugais.

15  L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha..., surtout p. 221-228, présentent de façon très circonstanciée la politique d’union territoriale entre le Portugal et la Galice poursuivie par la reine portugaise, mettent en évidence la convergence des objectifs de la reine avec les ambitions des seigneurs galiciens de Trava et détaillent le rôle joué dans ce projet par le comte Pedro Froilaz et par ses fils Bermudo et Fernando Pérez.

16  L. C. AMARAL et M. J. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 71-74.

17  La légitimité de l’union entre la reine Teresa et le comte galicien Fernando Pérez de Trava est une des questions les plus controversées de la problématisation historique autour de la fondation du royaume du Portugal. Les études les plus récentes tendent à dévaloriser les arguments formels d’ordre ecclésiastique contre ce mariage et à accepter sa validité fondée sur des critères fonctionnels (c’est le cas de J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48, 52-53, qui considère que le fait que Fernando Pérez ait « hérité » les prérogatives et les fonctions du comte Henri de Bourgogne, premier mari de Teresa, rend évident son statut public de consort de la reine ; voir aussi id., D. Afonso Henriques, p. 30-32 ; et L. C. AMARAL et M. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 222-223). Il est donc fort probable que la liaison entre Teresa e Fernando Pérez  ̶  et, par homologie, celle entre la reine Urraca et le comte castillan Pedro Gonçalvez de Lara  ̶  ait été considéré comme un vrai mariageselon la coutume d’une époque au cours de laquelle la bénédiction liturgique du lien matrimonial n’était pas encore tout à fait instituée (voir au sujet de l’évolution du concept de mariage aux XIe et XIIe siècles, J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 52-53, et Gabriel LE BRAS, « Le mariage dans la théologie et le droit de l'Église du XIe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 42, 1968, p. 191-202). Cette interprétation est confortée par le fait que, dans des sources des XIIIe et XIVe siècles dérivées d’une tradition textuelle plus ancienne, les deux comtes sont appelés « padrastos » des fils de leurs reines respectives (voir Filipe Alves MOREIRA, « Um novo fragmento da Crónica Portuguesa de Espanha e Portugal e suas relações com a historiografia alfonsina », in : Seminário Medieval 2009-2011, Porto : Estratégias Criativas, 2011, p. 289-321 ; M. R. FERREIRA, « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal... », p. 233-234 et n. 14-15, p. 242-244 et n. 43, 49-50.

18  On peut trouver cette expression désignant le couple Teresa et Fernando Pérez dans la Vita Tellonis (A. A. NASCIMENTO (éd.), Hagiografia de Santa Cruz..., p. 54-121, p. 58). Il s’agit d’un texte hagiographique élaboré à Santa Cruz de Coimbra vers le milieu du XIIe siècle qui véhicule une image très digne de la première reine du Portugal.

19  Cette période de la vie de la reine Teresa est fort peu connue (voir L. C. AMARAL et M. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 73, 231-233 et 288-289. L’attribution de la tenência de Límia à Fernando Pérez de Trava est documentée en 1231, par concession d’Alphonse VII (voir Simon BARTON, The Aristocracy in Twelfth-century León and Castile, Cambridge : University Press, 1997, p. 241-242). Pourtant, des documents où le comte figure à coté de la reine Teresa illustrent son autorité sur cette ville galicienne bien auparavant. C’est le cas de la carte de privilèges donné à la vile d’Orense en 1122, qui, en plus de la confirmation de la reine Urraca, porte celles de « reginae T., et comitis Ferdinandi Limiam regentis » (voir les trois documents autour de ces privilèges édités par María Beatriz VAQUERO DÍAZ et Francisco Javier PÉREZ RODRÍGUEZ, Colección documental del Archivo de la Catedral de Ourense, León : Centro de Estudios e Investigación « San Isidoro », 2010, 1, doc. nº 9, 10 et 53). Un autre document, daté du 23 novembre 1128, dont la clause Regnante mentionne « Regnante rege Adefonso [VII] in Legio civitas et regina Tarasia in Limia et dux Fernandus tenente Limia conde domno Monio » (José Miguel ANDRADE CERNADAS, O Tombo de Celanova. Estudio introductorio, edición e índices (séculos IX-XII), Santiago de Compostela : Conselho da Cultura Galega, 1995, 2, doc. nº 134), permet de situer très précisément le couple à la période de l’exil. Le comte Monio référé est fort probablement Muño Peláez de Monterroso, beau frère de Fernando, marié avec sa sœur Lupa Pérez de Trava (voir S.  BARTON, The Aristocracy..., p. 268.

20  Voir J. MATTOSO, História de Portugal, 2, p. 48.

21  Pour les donnés biographiques sur Bermudo Pérez synthétisées dans ce paragraphe, voir L. C. AMARAL et M. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 68-71.

22  Le basculement vers le féminin, par manque d’héritier direct masculin, des droits sur les grands domaines royaux ou comtaux du centre et de l’occident de la péninsule, qui se vérifiait dès la mort du comte de Castille García Sánchez, avait atteint son sommet avec le partage effectif des domaines de la couronne de Léon et Castille entre les filles d’Alphonse VI. Les méandres de ces instances de succession (où la transmission du pouvoir politique, loin de se décider comme une affaire d’hommes, était conditionnée par les prérogatives inaliénables de certaines femmes sur les territoires familiaux), seront considérées dans la section suivante de cette étude. Pour plus de détails sur les contours ibériques et l‘encadrement anthropologique du pouvoir qui échouait à ces héritières, voir M. R. FERREIRA, « Entre conselho e incesto : a irmã do rei », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011 (URL : http ://e-spania.revues.org/20879 ; DOI : 10.4000/e-spania.20879) ; et Annette B. WEINER, Inalienable Possessions : The Paradox of Keeping-while-giving, Weiner, Berkeley : University of California Press, 1992 (surtout le chapitre « The sibling incest taboo », p. 66-97).

23  La donation de ce territoire et la modalité de la concession de son gouvernement au comte Henri de Bourgogne est une question très controversée qui a suscité une bibliographie très abondante parmi laquelle il faut retenir les diverses études publiées entre les années vingt et les annéessoixante du XXe siècle parPaulo MERÊA, et récemment rééditées ensemble dans ses Estudos de História de Portugal, Lisbonne : Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 2006, p. 235-307 ; les réflexions de Hilda GRASSOTTI, Las instituciones feudo-vassalláticas en León y Castilla, 2 vol, Spoleto : Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 1969, (1, p. 171-172, 197 ; et 2, p. 624, 648-649, 656), et de Torquato de Sousa SOARES, Formação do Estado Português (1096-1179), Trofa : Solivros, 1989, p. 55-64 ; et encore les considérations de Maria João Violante BRANCO, « Portugal no reino de León : Etapas de uma relação (866-1179) », in : El Reino de León en la Alta Edad Media, León : Centro de Estudios y Investigación San Isidoro, 1993, 4, p. 537-625, p. 580-583.

24  C’est la conclusion de J. MATTOSO, Alfonso Henriques, p. 31, d’après sa profonde connaissance de l’action politique de D. Teresa et des forces avec lesquelles elle se mesurait en deçà et au-delàdu fleuve Minho.

25  L. C. AMARAL et M. BARROCA, A Condessa-Rainha..., p. 223.

26  Ce « tumbo », originaire du monastère de Touxos Outos, rataché à celui de Sobrado, en Galice, où Bermudo Pérez est devenu moine à la fin de sa vie (voir M. TORRES SEVILLA-QUIÑONES, « Relaciones fronterizas... », p. 306), se trouve à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid, Códices, Sign. 1002B. L’image en cause peut être consultée en ligne dans l’article de Ghislaine FOURNÈS, « Iconologie des infantes (Tumbo A et Tumbo B de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle et Tumbo de Touxos Outos) », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008 (URL : http ://e-spania.revues.org/12033 ; DOI : 10.4000/e-spania.12033), § 19.

27  L’œuvre a été datée des années finales du XIIIe siècle (voir Isidro Gonzalo BANGO TORVISO (coord.), Maravilhas de la España Medieval, Valladolid : Junta de Castilla y León, p. 126-127 ; Olga PÉREZ MONZÓN, « Imágenes sagradas, imágenes sacralizadas. Antropología y devoción en la baja Edad Media », Hispania Sacra, 64/130, 2012, p. 449-495, p. 479 ; et aussi Ghislaine FOURNÈS, « Iconologie des infantes...», § 18 et n. 31).

28  Voir G. FOURNÈS, « Iconologie des infantes... », § 19-20.

29  Voir l’étude fondatrice de José MATTOSO, « A primeira tarde portuguesa » (1e parution en 1978), in : Portugal Medieval. Novas interpretações, Lisbonne : Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1985, p. 11-35 ; pour une synthèse, id., História de Portugal, 2, p. 53-56 ; pour une perspective plus nuancée du rôle de D. Teresa dans ce conflit, A. R. OLIVEIRA, « Do reino da Galiza... ».

30  Ces mots de José Maria RAMOS Y LOSCERTALES, « La Sucesión del Rey Alfonso VI », Anuario de Historia del Derecho Español, 13, 1941, p. 36-99, p.76, se réfèrent aux présupposés de la succession de Munia de Castilla, mais ils s’appliquent très bien à Teresa de Portugal et à sa succession dans le territoire dont son père l’avait dotée « jure hereditario ». Quoique la potestas lui eût été ravie, l’auctoritas lui revenait toujours.

31  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 29.

32  Pour un aperçu de la question, voir M. R. FERREIRA, « La mère d’Adam : Femmes et pouvoir dans l’historiographie hispanique médiévale », in : Sylvia Luraghi (éd.), Il Mondo alla Rovescia : Il potere delle donne visto dagli uomini, Milan : Franco Angeli, p. 53-63.

33  Édition de M. BLÖCKER-WALTER, p. 152. Il est intéressant de noter que, plusieurs décennies plus tard, cette accusation va être reprise par Lucas de Tuy contre la reine Urraca. En effet, selon son Chronicon Mundi, « regina Vrraca regere uolebat regnum paterno sine filio Adefonso », Emma FALQUE REY (éd.), Lucae Tudensis Chronicon Mundi, Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 72, Turnhout : Brepols, 2003, (IV, 73). Voir J. M. RAMOS Y LOSCERTALES, « La Sucesión del Rey... », p. 49, pour une interprétation de cette affirmation ; et aussi José Carlos MIRANDA, « Na Génese da Primeira Crónica Portuguesa », Medievalista [online], 6, 2009, pour un aperçu des relations entre les deux épisodes.

34  En effet, la composition des d’Annales D. Alfonsi Portugallensium Regis semble être postérieure de quelques années à la mort du roi fondateur (voir la note 6), ce que veut dire que l’apologie de la royauté de celui ci que le texte véhicule concerne la légitimité de son fils et successeur, Sancho I, en tant que roi du Portugal.

35  Voir, pour une perspective critique sur l’historiographie du XIIe siècle, M. R. FERREIRA, « Urraca e Teresa : O Paradigma Perdido », in : Esther CORRAL (éd.), In marsupiis peregrinorum. Circulación de textos e imaxes arredor do Camiño de Santiago na Idade Media, Florence : Galluzzo, 2010, p. 201-214 (version actualisée en ligne, URL : http ://seminariomedieval.com/guarecer/Urraca_e_Teresa_Marsupio_Guarecer%5B1%5D.pdf) ; et pour celle des siècles suivants, id., « Urraca of León-Castile and Teresa of Portugal... » ; le décalage entre la perspective historiographique et ce qu’on peut déduire du mécénat artistique de la reine est mis en relief par Therese MARTIN, Queen as King : Politics and Architectural Propaganda in Twelfth-Century Spain, Leiden : Brill, 2006.

36  Pour une perspective générale sur la reine de Léon dans l’historiographie, voir Emmanuelle KLINKA, « Sancha, infanta y reina de León », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008 (URL : http ://e-spania.revues.org/11033 ; DOI : 10.4000/e-spania.11033) ; pour l’action politique et religieuse de Sancha, voir id., « L’affirmation d’une nouvelle dynastie », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007 (URL : http ://e-spania.revues.org/19260 ; DOI : 10.4000/e-spania.19260) ; et id., « “Ego misera et peccatrix…” : El Liber mozarabicus canticorum et horarum (Salamanca, ms. 2668) », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012 (URL : http ://e-spania.revues.org/21044 ; DOI : 10.4000/e-spania.21044). Quant à Muniadona, ou Munia-Mayor, comtesse de Castille et reine de Pamplona, sa personnalité historiographique est si peut affirmée que les chroniques ne s’accordent même pas sur son nom : la Naiarensis l’appelle Urraca, tandis que pour le Liber Regum, suivi par la Historia de Rebus Hispanie, elle est Elvira.

37  La bibliographie sur ce thème, trop vaste pour l’espace d’un article, compte des études classiques épousant des positions diversifiées, comme celles de J. M. RAMOS Y LOSCERTALES, « La Sucesión del Rey... », art. cité ; Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « El Imperio Hispánico y los Cinco Reinos (conclusión) », Revista de Estudios Políticos, 50, 1950, p. 9-80 ; Justo PÉREZ DE URBEL, « La división del reino por Sancho el Mayor », Hispania : Revista española de historia, 54, 1954, p. 3-26 ; Antonio UBIETO ARTETA, « Estudios en torno a la división del Reino por Sancho el Mayor de Navarra », Príncipe de Viana, 21, 1960, p. 5-56 et 163-236 ; José Maria LACARRA, « El lento predominio de Castilla », Revista Portuguesa de História, 16, 1978, p. 63-81. L’étude d’Eloísa RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos : enfrentamiento de reyes, enfrentamiento de reinos », in : José Ignacio de la IGLESIA DUARTE (coord.), García Sánchez III "el de Nájera" : un rey y un reino en la Europa del siglo XI, Nájera : Instituto de Estudios Riojanos, 2005, p. 119-150, p. 121 et n. 7, présente une bibliographie sélective des dernières décennies. La présente réflexion fait surtout usage d’études récentes qui synthétisent ou revisitent le thème dans des perspectives nouvelles : Angel J. MARTÍN DUQUE, « Del reino de Pamplona al reino de Navarra », Príncipe de Viana, 63 (227), 2002, p. 841-850 et id., « Don García Sánchez III "El de Nájera" : biografía de un reinado », in : J. I. de la Iglesia Duarte (coord.), García Sánchez III "el de Nájera"..., p. 17-38 ; Juan CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos de la Península Ibérica a mediados del siglo XI », in : J. I. IGLESIA DUARTE (coord.), García Sánchez III "el de Nájera"..., p. 93-118 ; Ana RODRIGUEZ LOPEZ « Sucesión regia y legitimidad política en Castilla en los siglos XII-XIII. Algunas consideraciones sobre el relato de las crónicas latinas », in : Julio ESCALONA et Georges MARTIN (éd.), Lucha política : condena y legitimación en la España medieval, Lyon : ENS Éditions, 2004, p. 21-41 ; Jean Pierre JARDIN, « La partición de los reinos de Fernando I en la Chronica naiarensis », e-Spania [En ligne], 7 | juin 2009 (URL : http ://e-spania.revues.org/17991 ; DOI : 10.4000/e-spania.17991) ; Emmanuelle KLINKA, « Entre hermanos. La difícil sucesión de Fernando I », Pacto y consenso en la cultura política peninsular (siglos XI al XV),Madrid : Silex, 2014, p. 39-59 (sous presse).

38  Les études citées de E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 128-138, et de Juan CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 114-116, présentent des analyses détaillées du partage territorial entre les héritiers, respectivement, de Sancho III de Navarre/Munia de Castille et de Fernando I de Castille/Sancha de Léon.

39  Voir, pour Sancho III de Navarre, A. J. MARTÍN DUQUE, « Del reino de Pamplona... », p. 844-845 ; et pour Fernando I de Castille, J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 112, 114-115.

40  Fernando avait acquis le gouvernement du royaume après la mort de Vermudo III, décédé sans enfants et dont sa sœur Sancha était l’héritière naturelle. Que le royaume de Léon appartenait de droit à Sancha et non pas à Fernando, qui n’y jouissait que de l’exercice d’une potestas déléguée par sa femme, est une question sur laquelle des témoins historiographiques très anciens sont formels (Historia Silensis, Chronicom Compostelanum, qui affirment respectivement, au sujet de Sancha : « cuia regnum erat » et « ad quam regnum pertinebat »). Quelques documents aussi laissent percevoir la supériorité, en termes d’auctoritas, de Sancha, « regina », sur Fernando, « serenissimus princeps » (voir E. KLINKA, « Entre hermanos... »). Pour une synthèse de la problématique autour de l’exercice de la royauté « sous tutelle » de Sancha, voir J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 110-111. Ceci dit, malgré son titre de roi et même son onction, il est impossible de nier que le droit dynastique de transmettre le royaume de Léon ne revenait pas à Fernando mais à Sancha (voir M. RAMOS Y LOSCERTALES, « La Sucesión del Rey... », p. 71-72).

41  Il faut se rappeler que dans aucun de ces cas le domaine dynastique maternel n’a transité intact au principal récipiendaire de l’héritage.

42  Voir chez E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 132-133 et n. 42, une brève discussion de la question appuyée sur les diverses interprétations produites au long du XXe siècle.

43  E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 136-137, remarque ce parallélisme.

44  Ibid., p. 126-128, émet à ce sujet une intéressante hypothèse selon laquelle, dans ces dynasties ibériques les enfants royaux, et pas seulement l’aîné, héritier naturel du domaine paternel, « llevan en su onomástica la carga de la memoria familiar y un “proyeto político” que no necesariamente tiene que salir como cabía preverse ». En effet, aussi bien Fernando que Alphonse, les fils cadets qui sont les héritiers principaux du patrimoine dynastique de Munia et de Sancha, portent des noms qui les rattachent à leurs ancêtres maternels plutôt que paternels. Mais voir chez E. KLINKA, « Entre hermanos... », une perspective différente sur l’évolution du destin politique des fils de Fernando I.

45  Sur le partage du legs maternel, voir A. J. MARTÍN DUQUE, « Del reino de Pamplona... », p. 844-845, E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 132-138, surtout p. 135-136 ; pour la division du royaume de Léon, voir J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 114-115 et surtout E. KLINKA, « Entre hermanos... ».

46  En effet, García, l’aîné, est du moins symboliquement déshérité par sa mère. La légende de la reine calomniée (voir Alan DEYERMOND, La literatura perdida de la Edad Media castellana, Salamanque : Ediciones Universidad, 1995, Aa27) fournit une explication pour cette décision maternelle que les chroniqueurs semblent avoir eu du mal à intégrer dans la logique de leurs récits. Voir sur ce sujet Diego OCHAGAVÍA FERNÁNDEZ, « La división del reino de Sancho el Mayor : Historia y leyenda », Berceo, 33, 1954, p. 469-472. Le recours à des récits légendaires pour combler les aspects apparemment vides de sens de ces instances de succession complexes, est d’ailleurs un des mécanismes les plus intéressants de la fixation historiographique de ces moments de transition de pouvoir pas toujours pacifiques (voir E. RAMÍREZ VAQUERO, « El Rey García y sus hermanos... », p. 122-123, 136, et J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 110-111, 116.

47  Si l’on suit les textes historiographiques dans l’ordre chronologique de leur production, il faut arriver à l’Estoria de España pour que l’insatisfaction de Sancho se manifeste comme une conséquence immédiate de l’annonce de la partition des royaumes et pour que, en plus de contester l’héritage qui lui a été attribué, il s’oppose à l’idée même de la division du territoire dominé par son père. C’est un long parcours, depuis la sereine notice transmise par la Historia Silensis.

48  Il est intéressant de noter que la Chronica Naiarensis établit une relation directe entre le moment de la mort de Sancha et le début de la belligérance de son fils aîné : « post mortem matris Santie regine [rex Santius] statim armatis trecentis electis militibus de Castellanis [...] se simulat proficisci [...] », Juan A. ESTÉVEZ SOLÁ (éd.), Chronica Naierensis, Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 71A, Turnhout : Brepols, 1995, (III, 13). Pour cette chronique du XIIe siècle, c’est là le début de l’offensive de Sancho contre García, puis contre Alphonse.

49  Pour un aperçu, voir J. CARRASCO PÉREZ, « Los espacios políticos... », p. 115-116.

50  Voir la note 40.

51  C’est le cas du récit sur la mort du roi Fernando et la partition des royaumes, incorporé dans la Versión Crítica de la Estoria de España, la Crónica de Castilla et la Crónica de 1344 (voir A. DEYERMOND, La literatura perdida..., Aa13), et des successives versions, latines puis vulgaires, de la mort de Sancho II et de la réunification des royaumes, recueillies dans un premier temps par la Chronica Naiarensis et ensuite par l’Estoria de España et l’historiographie postérieure (voir ibid., Aa3, Aa11, Ab1).

52  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 18-19.

53 Ibid., § 21-22.

54 Ibid., § 22-23.

55  Selon cette source, contemporaine des évènements qu’elle raconte, « Cum rex […] detemptus, utpote contra comitem Larensem P. Gundisaluidem, qui cum matre ipsius regis adulterine concuberat et ex ipsa regina adulterinos filios et filias genuerat, pugnaturrus in Galleciam uenire nequiret, ut eum [Alphonse Henriques, qui avait envahi la Galice] expugnaret », Emma FALQUE REY (éd.), Historia Compostelana, Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, 70, Turnhout : Brepols, 1988, (III, 24). L’affirmation signalée dans la citation est importante non pas parce qu’elle révèle l’existence de ces enfants, bien attestée par les études généalogiques, mais par le fait même qu’elle choisisse de les mentionner et surtout par la place qu’elle accorde à leur existence dans la définition de priorités guerrières d’Alphonse VII.

56  Voir M. R. FERREIRA, « O reino de Portugal... », § 29.

57  Voir l’édition de Mariano de la CAMPA GUTIÉRREZ, La Estoria de España de Alfonso X. Estudio y edición de la Versión Crítica desde Fruela II hasta la muerte de Fernando II, Málaga : Universidad de Málaga, 2009, p. 556. Filipe Alves MOREIRA, « Um novo fragmento da Crónica Portuguesa de Espanha e Portugal... », montre que la section correspondante de la source de la Versión Crítica pour le passage en question a été copiée au XVIe siècle par Cristovão Rodrigues ACENHEIRO dans ses Chronicas dos Senhores Reis de Portugal (tomo V de la « Collecção de Inéditos da História Portugueza », Lisbonne : Real Academia das Ciências, 1824). Le texte, plus détaillé que celui de la Versión Crítica sur la relation entre Urraca et comte de Lara, est comme suit : « Achase em Caronicas velhas da reformação da Espanha de hũ gramde Senhor de linhagem de Crasto o segimte : que Dona Oraca, mai d’EllRei Dom Affõso de Castella Emperador, casou com EllRei Dom Affõso d’Aragam, e morto sem filho, casou a dita Dona Oraca com o Comde Dom Pedro de Lara e a EllRei pesoulhe por que se de sua mai filho ouvesse [temia-se de] ser deserdado da terra, e todos os que souberão tal casamto o ouverão por mao ; e ella ouve hũ filho do dito Comde Dom Pedro de Lara, e o filho ouve nome Fizllão Furtado. Ao Emperador pesou muito, e dixe comtra seus cavaleiros : Como poderia aver direito de meu padrasto : e hũ cavalleiro de linhagem de Crasto lhe dixe : Premde-o agora em estas cortes de Palça, e vosa madre com elle ; senão nũca seredes senhor da terra [...] » (p. 128-129). L’épisode se termine par l’emprisonnement de la reine et du comte, qui part ensuite pour l’exil. On en retrouve une variante dans la Primeira Crónica Portuguesa, où la reine Teresa et le comte de Trava, aussi apelée « padrasto » du fils de la reine, subissent tout à fait le même destin (voir l’édition de Filipe Alves MOREIRA, Afonso Henriques e a Primeira Crónica Portuguesa, Porto, Estratégias Criativas, 2008, p. 128-129).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria do Rosário Ferreira, « La reine est morte : la succession politique des filles de roi aux XIe et XIIe siècles », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23433 ; DOI : 10.4000/e-spania.23433

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org