Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

Introduction

Colloque de CLEA tenu en Sorbonne, les 21-24 novembre 2012

Texte intégral

1La mort d’un prince, dès lors que dépendent de son autorité personnelle les décisions qui affectent le sort du royaume, est forcément un moment de fragilité du pouvoir et d’incertitude sur le sort des affaires en cours, depuis les grandes affaires de la paix et de la guerre jusqu’aux intérêts des particuliers suspendus au bon vouloir du souverain.  Selon l’évolution des institutions et au gré de la conjoncture, suivant l’âge du prince et le caractère plus ou moins prévisible de sa disparition, la crise qu’entraîne cet événement est plus ou moins grave. Des créations symboliques, qu’elles s’expriment dans un cérémonial, dans les arts ou dans la littérature, tentent de pallier cette fragilité et de combler cette vacance. Ou même de les convertir en avantages en versant au profit des successeurs la mémoire du défunt, dont on célébrera et au besoin on inventera les succès, les vertus, les actions exemplaires, et dont on entourera les restes d’un respect religieux, ces restes et le lieu qui les abrite devenant le patrimoine symbolique du royaume ou de la dynastie.

2Cet affairement autour du défunt princier emprunte les voies déjà frayées par les expériences antérieures. On  associe, dans une chapelle, dans un panthéon, les tombeaux du défunt à celui de ses ancêtres. Avec une économie plus sordide, on récupère les tentures et les morceaux de catafalques utilisés lors de précédentes funérailles.  On met à profit, dans les récits de sa vie et de sa mort, dans les chroniques et dans les sermons, des motifs déjà utilisés pour d’autres membres de sa famille, en soulignant ce qui, chez lui, confirme et consolide la manière de ses aïeux. On puise dans le répertoire de patrons architecturaux, d’artefacts allégoriques, de formes musicales, dans le vocabulaire décoratif, les techniques rhétoriques et l’outillage conceptuel  qui a déjà servi les princes de sa lignée ou d’autres personnages auxquels on veut le faire ressembler, héros de mythes et légendes généalogiques, rois goths ou empereurs romains. Sur le fond de cette continuité, des changements interviennent où l’on peut voir le simple enregistrement d’une évolution globale des idées, des institutions et des styles, ou le résultat d’une volonté d’innovation, voire de rupture.

3L’ingéniosité employée dans ces créations n’est pas toujours aussi vaine que l’on pourrait le penser puisqu’il s’agit de fixer et de rehausser l’idée qu’on se fait d’un prince, en canalisant et contenant le mécontentement inévitable d’une partie de la population et le dégoût très répandu qui marque souvent les fins de règne.

4La rencontre scientifique qu’a organisée CLEA dans ses quatre composantes (Séminaire d'études hispaniques médiévales, Civilisation et histoire de l’Espagne classique, Littérature de l'Espagne du Siècle d’Or, Civilisation et histoire de l'Amérique coloniale) a réuni des historiens, des  historiens de l’art et des littéraires pour approfondir les questions qui ont surgi des points évoqués. Parmi les enjeux scientifiques du colloque, la considération du phénomène sur une longue période et à la fois en Espagne et en Amérique a permis de mieux apercevoir les lignes de partage qui affectèrent les modes de légitimation des royautés médiévales et de la monarchie moderne. Nous avons voulu aussi observer, en analysant les pratiques funéraires, ce qu’il en fut des appétits de grandeur des maisons nobles et d’individus exceptionnels. Nous avons ainsi suivi le rehaussement du mort et le grandissement de ce qu’il représentait par un déploiement artistique, rhétorique et symbolique de même genre, bien que de moindre envergure, que celui en usage pour la mort des personnes royales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23383 ; DOI : 10.4000/e-spania.23383

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org