Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

Assí como fue onrrado en la vida, así fue muy onrrado en su muerte”. Les funérailles du marquis de Cadix d’après Andrés Bernáldez*

Hélène Thieulin-Pardo

Résumés

L’analyse du récit des funérailles de Rodrigue Ponce de León, marquis de Cadix, contenu dans les Memorias del reinado de los Reyes Católicos d’Andrés Bernáldez, permet de montrer que l’auteur confère aux obsèques de ce héros de la reconquête une signification politique. Si l’attention dont Rodrigue Ponce de León fait l’objet dans cette chronique est de toute évidence destinée à manifester dans Séville le rang et la qualité du défunt, et à garantir ainsi la grandeur de la maison d’Arcos à laquelle il appartient, l’édifice sémiologique élaboré par le chroniqueur participe aussi de la construction d’un sens plus profond. En présentant le marquis de Cadix comme un exemple de grandeur et de vertu, le chroniqueur fait aussi de lui un parfait chevalier, combattant au service de la foi chrétienne, et un indéfectible vassal des souverains. Plusieurs éléments du récit – dont un portrait très complet qui suit la description des funérailles, le rappel de la dévotion mariale du Marquis, la comparaison du défunt avec le Cid Campeador ainsi que la mention de l’immortalité de sa renommée –, contribuent à la sacralisation de la politique de la couronne.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Vid. Andrés BERNÁLDEZ, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. de Manuel GÓMEZ-MORENO et (...)
  • 1  La bibliographie sur le sujet est extrêmement abondante et on ne citera ici que quelques référence (...)
  • 2  Sur la définition des chroniques particulières, voir l’étude d’Elisabeth GAUCHER, La biographie ch (...)
  • 3  Ce déficit de légitimité a été souligné par Jean-Pierre JARDIN,  « Voix et échos du monde nobiliai (...)
  • 4  Après María Concepción QUINTANILLA RASO dans « La legitimación de la nobleza en la sociedad políti (...)
  • 5  C’est le cas en effet du Victorial de Gutierre Díaz de Games qui s’achève sur un éloge de Pero Niñ (...)
  • 6  La biographie du marquis de Cadix est de ce point de vue particulièrement intéressante, car si le (...)
  • 7  On ne citera que quelques exemples : la biographie de Miguel Lucas contient la mention des messes (...)
  • 8  Le récit occupe les pages 234 à 251 de l’édition de Juan de Mata CARRIAZO, Hechos del condestable (...)
  • 9  Le texte est contenu dans les Memorias del reinado de los Reyes Católicos de Bernáldez (références (...)

1Commençons par un constat, étonnant et quelque peu paradoxal : à l’exception des deuils princiers ou royaux, la mort des Grands et le récit de leurs funérailles n’ont guère retenu l’attention des chroniqueurs castillans du XVe siècle. Que l’historiographie royale, entièrement tournée vers l’exaltation de la monarchie, se soit contentée de noter la mort des acteurs de l’histoire du royaume ou d’un règne, et n’ait pas rapporté le récit détaillé des obsèques des membres de la noblesse – souvent privées, locales ou organisées loin des centres du pouvoir – peut sembler légitime. Il est plus surprenant de constater, à une époque où, comme l’ont souligné tant d’études récentes1, les cérémonies funéraires des maisons nobles se font spectaculaires, où les tombeaux deviennent ostentatoires, voire arrogants, pour manifester le rang des défunts et la magnificence de leur maison, que les chroniques que l’on a dites « particulières », celles qui précisément retracent de façon linéaire et chronologique la biographie d’un membre de la noblesse2, n’offrent qu’une place si restreinte au cérémonial des obsèques. On s’attendrait en effet à trouver dans ces récits de vies en principe complètes et toujours exemplaires, qui exaltent d’abord les enfances puis les exploits guerriers en tout genre d’un chevalier, l’évocation circonstanciée de ses derniers moments et des honneurs rendus à sa dépouille ; d’autant que plusieurs de ces héros – pour ne pas dire tous ces héros – souffrent d’un déficit de légitimité ou doivent faire face à des problèmes successoraux3. Or, il n’en est rien ; nous ne disposons à dire vrai que de quelques notices sporadiques. Outre que plusieurs de ces chroniques particulières – ou « chroniques biographiques » pour reprendre une dénomination qui leur sied sans doute mieux4 – semblent achevées du vivant de leur héros5, celles qui incluent l’annonce de leur décès se contentent d’une brève mention6 ; les autres disparitions, celles des parents et des familiers, sont par ailleurs rarement rapportées et, lorsqu’elles le sont, elles ne suscitent, autant que je puisse en juger, aucune description spécifique7. Deux exceptions attirent cependant tout particulièrement l’attention : la très longue et très minutieuse relation des funérailles solennelles que le connétable Miguel Lucas de Iranzo fit organiser en 1464 à Jaén à la mort de son frère Alphonse, alors archidiacre de la cathédrale de Tolède8, et le récit des glorieuses obsèques sévillanes de Rodrigue Ponce de León, marquis de Cadix9.

  • 10  Lucien CLARE, « Le Connétable conduit le deuil. Les obsèques de l’archidiacre de Tolède ordonnées (...)
  • 11  Lucien Clare évoque « la myopie méticuleuse et linéaire de l’annaliste », art. cit., p. 124.
  • 12  Ibid., p. 133-134. Le biographe commente : « Como el comendador de Oreja su hermano llegó, ordenó (...)

2Du premier de ces textes, enchâssé au cœur même de la biographie du seigneur de Jaén, les Hechos del condestable de Castilla Miguel Lucas de Iranzo, où il occupe un très long chapitre, on retient tout d’abord la valeur testimoniale, naguère soulignée dans une belle étude par Lucien Clare10. Le chroniqueur livre en effet un récit linéaire et méticuleux du deuil et des funérailles qui suivirent l’annonce du décès du jeune Alphonse : la durée et les diverses phases du deuil préalable, les manifestations de douleur de la famille et de la ville, la description et l’ordonnancement du cortège funéraire, le déroulement de l’office mortuaire dans la cathédrale pompeusement décorée y sont exposés avec un souci de précision remarquable11 ; la mise en terre en revanche n’est pas mentionnée. En somme, le biographe décrit là par le menu le spectacle que cette cérémonie funèbre put représenter, et sans doute n’est-il pas extravagant d’y voir un complément en mode mineur, ou si l’on veut un contrepoint, aux multiples fêtes, parades et autres exercices guerriers que contient une chronique que l’on a parfois qualifiée de livre d’étiquette ou de protocole. Ce qui frappe ensuite est l’importance du cérémonial décrit et la fonction essentiellement symbolique qu’il remplit au sein de la biographie ; le connétable en est d’ailleurs lui-même le chef d’orchestre : il « conduit le deuil » – l’expression est de Lucien Clare –, ordonne et organise jusqu’au moindre détail de cette fastueuse cérémonie destinée, à n’en pas douter, à grandir l’image du seigneur que Miguel Lucas veut être et à illustrer la fidélité de la cité à son endroit12.

  • 13  Cf. références supra. Voir également F. GÓMEZ REDONDO, Historia  de la prosa de los Reyes Católico (...)
  • 14  « Y llegado a la su villa de Marchena, adolesçió de çiertas calenturas. E commo quier que el marqu (...)
  • 15  « E así conualeçido de la enfermedad, se partió para Sus Altezas con sus gentes muy guarnidas, así (...)
  • 16  L’étude et l’analyse des testaments ont permis de connaître de façon détaillée les modalités du ri (...)
  • 17  « E mando que quando a nuestro Sennor pluguiere de me lleuar desta vida, sea mi cuerpo sepultado e (...)
  • 18  « E que se fagan tres vultos : vno del conde don Juan mi sennor e mi padre, e otro mío, e otro par (...)
  • 19  « E mando quel día de mi enterramiento me digan las misas cantadas e rezadas e fagan e digan los o (...)
  • 20  « E mando que las mandas quel conde don Juan, mi sennor e padre, fizo e mandó por su testamento a (...)

3Le second récit mentionné appelle quant à lui quelques remarques préalables. Au vrai, la chronique consacrée à la vie et aux exploits de Rodrigue Ponce de León que rédige un anonyme biographe sous le titre de Historia de los hechos del marqués de Cádiz, ne contient pas le récit de sa mort13. Le dernier chapitre évoque certes les fortes fièvres dont fut pris le marquis dans sa ville de Marchena, à son retour de la forteresse de Gaucín qu’il venait de reprendre aux Maures ; mais ces fièvres ne l’emportèrent pas, et le chroniqueur précise que son héros, une fois guéri grâce aux bons soins de deux médecins envoyés à son chevet par les monarques14, rejoignit ensuite le roi et la reine à Jaén, où il fut d’ailleurs reçu en grande pompe15. Nous sommes là, au moment où se referme la biographie, en 1488, et le marquis ne mourut qu’en 1492, après la prise de la ville de Grenade à laquelle il participa. Le testament de Rodrigue Ponce de León, daté du 15 août 1492, soit quelques jours avant sa mort, apporte peu de données sur l’organisation des funérailles16. Le marquis se montre en effet succinct et sobre dans ses dernières dispositions ; il ne prévoit guère que le lieu de sa sépulture, dans le monastère Saint-Augustin de Séville, où sont inhumés les corps des membres de son lignage – et ce depuis le milieu du XIVe siècle –, et la place exacte de sa propre dépouille dans la chapelle familiale17. En revanche, il apporte de nombreuses précisions au sujet de la réalisation de trois nouveaux bustes qu’il souhaite voir disposer dans la chapelle funéraire – ceux de son père, de son épouse et le sien – dont la réalisation est confiée à Juan Guas et Mendo de Jaén18. Le marquis ordonne ensuite que l’on dise des prières et des offices pour le salut de son âme, et charge ses exécuteurs testamentaires d’octroyer des offrandes de pain, de vin et de cire au monastère Saint-Augustin et aux autres monastères et églises de la ville19. D’autres dispositions contenues dans le testament portent sur la confirmation des donations que les prédécesseurs du marquis avaient instaurées et le projet d’entreprendre des travaux de grande envergure dans le monastère Saint-Augustin20.

  • 21  Sur l’auteur, on peut consulter l’article de Juan GIL, « Noticia de Andrés Bernal, cura de Los Pal (...)
  • 22  A. BERNÁLDEZ, éd. cit., p. 378, p. 636-639 et p. 484-490 respectivement. L’agonie du roi Ferdinand (...)
  • 23  « Capítulo CIV. [...] Cómo murieron algunos grandes. De cómo murió el duque de Cáliz. [...] En el (...)
  • 24  « Capítulo CV. De la muerte del duque de Bretaña [...]. Cerca destos tienpos murió el duque de Bre (...)

4C’est sous la plume d’un autre chroniqueur que l’on peut lire l’annonce du trépas de ce héros de la Reconquête et surtout le récit de ses obsèques : Andrés Bernáldez, qui rédige, sans doute peu après la disparition de la reine, les mémoires du règne des Rois Catholiques21 y inclut en effet la mort du marquis au chapitre CIV. Le récit de la mort de Rodrigue Ponce de León est, au sein des Memorias, tout à fait exceptionnel, et il l’est doublement : si quelques morts sont bien évoquées par Bernáldez, et, parmi elles, des morts que l’on peut qualifier d’exemplaires – celles du prince Jean, du Pape Jules II et bien entendu celle de la reine Isabelle22 –, aucune d’entre elles ne donne lieu à la description de funérailles ; le récit de la mort du marquis, quant à lui, s’inscrit à la suite d’une série de notices nécrologiques particulièrement brèves et sobres – celles de Pierre Fernández de Velasco, comte d’Haro, du gouverneur d’Andalousie Pierre Enríquez et du duc de Medina Sidonia Henri de Guzmán23 –, et en précède d’autres – celle du duc de Bretagne notamment24 – avec lesquelles il contraste fortement par son ampleur et sa teneur. À ceci on peut ajouter que l’annonce de la mort de Rodrigue Ponce de León est suivie d’un portrait du défunt tout aussi unique et remarquable, dont il faudra, bien entendu, mesurer la valeur.

  • 25  Rodrigo Ponce de León, septième seigneur de Marchena, troisième comte d’Arcos de la Frontera, deux (...)
  • 26  Sur les variations des jugements d’Alphonse de Palencia à propos du marquis, voir M. DUBRASQUET PA (...)
  • 27  Diego DE VALERA, Crónica de los Reyes Católicos, éd. de Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : José Molin (...)
  • 28  À propos du rôle du marquis dans la campagne de Grenade, voir M. Á. LADERO QUESADA, Las guerras de (...)
  • 29  Sur l’intégration de cette localité au domaine des Ponce de León, voir en particulier l’étude de J (...)
  • 30  Vid. J. L. CARRIAZO RUBIO, éd. cit. p. 30 et id., La Casa de Arcos…, op. cit., p. 393-397 ; voir é (...)
  • 31  Historia de los hechos del marqués de Cádiz, p. 26-29.

5On peut s’interroger sur l’intérêt que le chroniqueur Andrés Bernáldez porte à Rodrigue Ponce de León et à cet événement, ainsi que sur le caractère exceptionnel de son récit. Certes, le marquis est le représentant de l’un des plus puissants lignages de la Basse Andalousie, où il a occupé pendant de longues années le terrain politique et militaire – notamment en bravant les Guzmán de Sanlúcar pour le contrôle de Séville, – et dans un contexte de violence quasi permanent25. Alphonse de Palencia, non avare de critiques à son égard, loue pourtant ses qualités militaires26 ; Diego de Valera et dans une moindre mesure Hernando del Pulgar ne manquent pas de relever ses exploits27. Comment pourrait-on écarter l’hypothèse que la disparition de ce personnage si haut en couleurs et qui s’était si singulièrement distingué dans la campagne de Grenade28, ait pu profondément marquer les esprits, à Séville et dans toute l’Andalousie, et justifier un récit particulièrement détaillé ? À la lecture du texte et face à l’émotion qui s’en dégage, on peut également imaginer que le chroniqueur ait pu être un témoin des faits qu’il raconte, surtout si l’on songe que la localité de Los Palacios où Bernáldez exerçait son ministère appartenait à la seigneurie du marquis29. Sa chronique, en tout cas, lui est toujours extrêmement favorable. Pourtant, il convient de ne pas négliger d’autres facteurs que la biographie souligne à de nombreuses reprises : la pleine adhésion de Rodrigue Ponce de León à la politique des souverains à partir de 1477 et les relations privilégiées qu’il entretenait avec les rois, et notamment avec Isabelle30 – et ce malgré des débuts tumultueux, puisqu’il avait dans un premier temps épousé la cause de l’infante Jeanne31. La faveur particulière dont jouissait le marquis explique sans doute que ses hauts faits soient mentionnés, à la demande des monarques eux-mêmes semble t-il, dans la chronique de leur règne ; c’est en tout cas ce que prétend son biographe:

Porque commo quiera que los muy serenísimos rey y reyna nuestros sennores [...]  deliberadamente [...] ayan mandado a sus coronistas que todos los nobles y virtuosos fechos del marqués de Cádiz pongan y asienten en su corónica real [...] porque para sienpre dél quede esclareçida memoria y a cabsa de su grand meresçimiento su linaje mucho resplandesca ;

et il ajoute :

  • 32  Ibid., p. 137-138.

[…] es muy grand razón que todos los reyes, prinçipes, quantos serán fasta la fyn del mundo en los reynos de Castilla, vsando de sus acostunbradas virtudes y grandeza, queden en esta debda y obligaçión : honrar y nobleçer sienpre la Casa de León32.

6Peut-être est-ce le cas également pour les Memorias. Quoi qu’il en soit, la mort et les funérailles du marquis de Cadix, telles qu’elles y sont rapportées, semblent avoir rassemblé dans une même déploration et un même deuil non seulement les parents et les familiers du défunt, mais également l’Église et la ville de Séville tout entière, et jusqu’au roi et à la reine. Par le récit qu’il en livre dans les mémoires du royaume, Andrés Bernáldez en fait un véritable triomphe à la gloire du marquis et leur confère une signification politique.


   

  • 33  Voir références supra.
  • 34  L’expression est de Colette Beaune, art. cit., p. 125.

7Andrés Bernáldez offre en effet un récit linéaire et une description précise des obsèques solennelles du marquis de Cadix. Ici, comme dans d’autres cas qui ont pu être étudiés et analysés – on songe aux travaux de Colette Beaune, de Joaquín Yarza Luaces ou d’Adeline Rucquoi pour n’en citer que quelques-uns33 – la cérémonie funéraire est destinée à manifester le rang et la qualité du défunt : une « dernière parade » en quelque sorte34, qui permet d’honorer la mémoire du trépassé et ainsi, de garantir la grandeur de sa maison. En ce sens, la richesse et l’ampleur des funérailles décrites illustrent pleinement la puissance de la Casa de Arcos et l’excellence de son principal représentant, Rodrigue Ponce de León.

  • 35  « Pasó desta presente vida […] en presencia del prior e del vicario de San Gerónimo, que lo absolv (...)
  • 36  « Este fue el cavallero que más trabajó, de los grandes de Castilla, en la guerra, e desque Alhama (...)

8Le récit s’ouvre sur l’annonce du décès du marquis et l’exposé des circonstances de ce décès : l’auteur précise le lieu et la situation – la mort a lieu « en sus casas », alors qu’il est entouré du prieur et du vicaire de Saint-Jérôme, de deux écrivains publics de Séville, ainsi que de nombreux chevaliers et dames de sa maison –, la date – « Pasó desta presente vida en lunes, veinte e siete días de agosto del dicho año de MCCCCXCII, dada la una » – et les causes – « de un achaque de opilación » conséquence, précise le chroniqueur, des combats menés contre les Maures – ; ces circonstances ont permis l’administration des derniers sacrements et la rédaction d’un testament35. Bernáldez précise sans attendre le nom de l’héritier du titre – en la personne de son petit-fils Rodrigue. Cette annonce d’une « bonne mort », qui pose d’emblée le rang et les qualités militaires du marquis, est de surcroît immédiatement suivie du rappel du rôle de Rodrigue Ponce de León dans la campagne de Grenade. Le ton est donc donné : de cet homme que l’on accompagne à sa dernière demeure, et contrairement aux autres « Grands » dont le chroniqueur rapporte la mort dans le chapitre CIV, il est spécifié qu’il s’est illustré par de remarquables faits d’armes36. Ce sont donc les qualités chevaleresques du marquis que Bernáldez relève et qu’il va s’employer à magnifier tout au long de son récit. La portée de cette insistance n’est pas à négliger ; le chroniqueur s’emploie à démontrer dans le cérémonial parfaitement orchestré dont il dévoile le déroulement, ainsi que dans le portrait du héros qu’il place à la suite du récit des funérailles, que Rodrigue Ponce de León est le parfait vassal des souverains.

  • 37  Voir à ce sujet José Antonio JARA FUENTE, « Muerte, ceremonial y ritual funerario : procesos de co (...)
  • 38  « [...] e eran tantos que no cabían en toda la casa ».
  • 39  « Todos estos se cubieron de luto, que faltó la xerga con el fallescimiento del duque de Medina ».
  • 40  « […] vestido de una rica camisa e un jubón de brocado e un sayo de terciopelo negro e una marlota (...)
  • 41  « […] e lo pusieron en unas andas enforradas en terciopelo […] ».

9La description de ce cérémonial est conforme au rituel que la plupart des dispositions testamentaires décrivent : après la préparation du cadavre revêtu des insignes de son rang, l’exposition du corps aux membres de la famille et de la maison renforce, autour du défunt, la cohésion interne du lignage37. Dans le récit, l’accent est en effet tout d’abord mis sur la présence des membres mâles du lignage – Louis Ponce et son père Pierre Ponce, seigneur de Villagarcía, ainsi que tous les parents et les frères du défunt – puis sur celle des vassaux, nourris et écuyers de sa maison. Le chroniqueur évoque également la participation de membres de la noblesse locale, comme « el señor don Alonso Fernández de Aguilar que era mucho su amigo », les seigneurs de Moguer, de Palma, del Visso, ainsi que « otros muchos señores onrrados » réunis dans une même affliction, si nombreux qu’ils ne pouvaient tenir dans la maison38. La présence de ces hommes, nommément cités, ainsi que les formes prises par leur peine – « […] se cubrieron de xerga » –, honorent la mémoire du défunt : « E alcançó mucha onrra en su fin, e estovieron a su fallescimiento e enterramiento e se cubrieron por él de luto […] ». Il n’est pas jusqu’à la précision sur le manque de toile pour la confection de tous ces vêtements, en raison du récent décès du duc de Medina Sidonia, qui ne vienne insister sur l’ampleur du deuil provoqué par la mort du marquis39. De plus, le placement de la dépouille dans le cercueil, en vue de son exposition, est autant destiné à marquer l’importance du trépassé qu’à faire de lui l’image d’un parfait combattant au service de la foi : le corps est disposé par des chevaliers, et en présence des deux religieux de l’ordre de saint Jérôme qui ont assisté le marquis dans ses derniers instants, dans un cercueil tapissé de velours et d’une croix blanche en damas. La dépouille est parée d’un habit d’apparât de brocard et de velours noir, riche et somptueux, de chausses grenat et de brodequins noirs à lacets en fil d’or40, que vient compléter une épée ceinte « según él la acostumbrava traer cuando andava en las guerras de los moros ». L’exposition du corps sur une litière couverte de velours41, livré aux pleurs de la famille, et notamment des femmes – « […] los Ponces sus hermanos e parientes, e la duquesa su muger e otras muchas dueñas fizieron sobre él grande lloro e sentimiento » – confirme encore la solidarité lignagère. Le deuil public rejoint alors la sphère privée dans une lamentation commune qui réunit au delà du cercle familial et lignager, Séville et tous les domaines du marquis : « E eso mesmo fizieron sus escuderos e criados e donzellas e gente de su casa, e otros e otras muchos de su tierra e tanbién de la cibdad ». L’abondance des pleurs, l’insistance sur la présence féminine et l’élargissement de l’affliction par delà les limites de la maison confirment les vertus de celui qui vient de mourir et sa renommée, « […] porque era muy bien quisto cavallero ».

  • 42  « Desque fue de noche, antes del Ave María, vinieron más de ochenta clérigos con la cruz de Santa (...)
  • 43  « E de lo seglar, el conde de Cifuentes, Asistente de Sevilla, e la mayor parte del regimiento de (...)
  • 44  À en croire Bernáldez, ces bannières s’y trouvent encore à l’heure où il écrit : « Salieron con él (...)
  • 45  La précision apportée par Bernáldez sur le nom de l’héritier du marquis au seuil même de la notice (...)

10Cet élargissement du deuil est confirmé par l’arrivée des hommes d’Église à la tombée de la nuit – plus de quatre-vingt clercs précédés de la croix de sainte Catherine, ainsi que les représentants de trois ordres monastiques – carmes, mercédaires et franciscains – qui rejoignent la maison du défunt pour emporter le corps et entreprendre la procession funéraire qui doit le conduire à son lieu d’ensevelissement. Là aussi, la multitude est signe de grandeur. Le clergé séculier est représenté par les chanoines, les archidiacres de la cathédrale, ainsi que tous les prélats d’importance de Séville42. Du reste, le cortège se forme également autour des dignitaires civils : le comte de Cifuentes et la plupart des autorités de la ville43. Enfin, c’est la ville tout entière qui se rasssemble autour du cortège – « tanta [gente] que no cabía por todas las calles ». Le chroniqueur dénombre aussi deux cent quarante torches au sortir de la maison du marquis, éclairant les rues comme en plein jour, et relève avec emphase la présence de dix bannières, gagnées par le marquis lors des combats qu’il avait menés contre les Maures avant que le roi n’entreprenne la conquête de Grenade, portées à ses côtés et qu’on allait bientôt déposer sur sa tombe en signe de reconnaissance de sa valeur chevaleresque44. Le cortège, parvenant à l’église Saint-Augustin, est ensuite accueilli par les moines du monastère vêtus de chasubles noires, munis d’une croix, de cierges et de huit encensoirs. C’est ainsi précédé que le brancard portant le cercueil pénètre dans l’église, et qu’il est remis à la communauté religieuse ; il est alors déposé sur un lit surélevé, et l’on célèbre l’office funèbre, soit quatre vigiles, « cada orden la suya e otra la clerezía », avant de placer le cercueil du marquis dans le caveau familial, aux côtés des membres de sa lignée45. De nombreuses messes sont célébrées le lendemain.

  • 46  « E lleváronlo por la calle del Alhóndiga e por Sant Leandre [...] ».

11Tous les éléments de la minutieuse chorégraphie recréée par Bernáldez sont donc tout à la louange de Rodrigue Ponce de León : ils exaltent l’héroïsme du défunt, manifestent et confirment le pouvoir de sa maison, renforcent enfin sa légitimité au sein de la société. La précision du parcours de la procession dans les rues de Séville46, le nombre considérable de participants au deuil, la douleur partagée et l’insistance du chroniqueur sur les victoires militaires célèbrent les vertus chevaleresques et la puissance de ce grand noble dont la disparition affecte, si l’on en croit son récit, même les monarques ; leur réclusion manifeste du reste publiquement leur deuil : « [...] el rey e la reina, desque supieron la muerte del marqués duque de Cáliz, se retruxieron e encerraron e ovieron mucho sentimiento, e pusieron luto por él ». Le chroniqueur ne pouvait mieux exalter le marquis et son adhésion à la politique royale.


   

  • 47  Voir les commentaires de María Jesús GÓMEZ BARCENA, « La liturgia de los funerales y su repercusió (...)
  • 48  La mention de ces messes est succincte : « Otro día le dixieron muchas misas ».
  • 49  Hechos del Condestable don Miguel Lucas de Iranzo, p. 241-243.
  • 50  Ibid., p. 244 et ss ; voir L. CLARE, art. cit., p. 128.
  • 51  Sur ce sujet, on peut consulter par exemple A. RUCQUOI, « De la resignación al miedo : la muerte e (...)

12Ces funérailles, quoique spectaculaires, ne sont pourtant pas un pur spectacle et semblent même à l’opposé des appétits de grandeur des maisons nobles que l’on devine généralement à travers les dispositions contenues dans les testaments nobiliaires. Le récit qu’en fait Bernáldez est en effet tout en retenue : la description du rituel ne laisse place à aucun luxe ostentatoire, aucune somptuosité ; la dépouille est certes revêtue d’un habit d’apparat, mais aucun des participants au cortège funèbre ne peut être l’objet de critiques comme cela est parfois mentionné47 : rien n’est dit des vêtements que portent les membres de la famille, ni les prélats et les officiers de la ville, et les nobles présents dans la maison du défunt se couvrent simplement de serge. Il n’est aucunement question de la somptueuse chapelle funéraire des Ponce de León, ni de la pompe qui dut entourer l’office mortuaire ; pas plus que ne sont détaillées les multiples messes qui furent dites48. Par comparaison, on peut rappeler la luxueuse décoration de la cathédrale de Jaén pour la célébration du service funèbre d’Alphonse de Iranzo évoqué plus haut49 : écussons armoriés, candélabres et torches, tapis et coussins sont disposés dans la nef, dans les chapelles attenantes et au pied du maître-autel ; une croix de jais est placée au pied de la tombe au-dessus de laquelle se trouve une navette – et sa demi-douzaine de cuillères en argent –, contenant deux livres d’encens destiné à la célébration. Pas moins de vingt messes sont dites dans la cathédrale. Si l’on compare encore le cortège funèbre à celui qui est décrit dans la chronique de Miguel Lucas, ordonné avec une précision géométrique et selon une hiérarchie bien établie50, l’on constate que celui qui accompagne la dépouille du marquis n’est pas composé de pleurants ou de pauvres qui seront remerciés par des aumônes généreusement consenties – comme cela était souvent le cas51 –, mais par une foule rassemblée comme spontanément dans un élan de douleur commun et partagé, ce que traduit du reste l’insistance – sans doute un peu topique – sur la lamentation des nombreuses femmes présentes :

[...] las dueñas [...] salían a mirar desde sus puertas e ventanas a lo llorar, e davan tan grandes gritos las mugeres de la cibdad, por donde lo llevavan, como si fuera padre e fijo o hermano de todas. Seguiéronlo e aconpañáronlo tantas mugeres [...] que no cabían por las calles ni por los adarves.

  • 52  CARRIAZO RUBIO, La Casa de Arcos… op. cit., p.  302-311 ; les luttes violentes qui opposèrent le m (...)
  • 53  Le corps du marquis est inhumé dans le monastère Saint-Augustin, situé dans le secteur oriental de (...)
  • 54  Il n’est pas impossible que le récit que cette description cherche également à marquer un fort con (...)
  • 55  Même si, bien entendu, les motifs de la maladie et de la préparation religieuse sont des motifs tr (...)
  • 56  Voir le texte intégralement cité en note 23. Vraies ou fausses, ces mêmes circonstances – faisant (...)
  • 57  « Era onbre de buen cuerpo derecho, más mediano que grande ; de muy rezios mienbros, braços e pier (...)
  • 58  « Era muy esforçado e bravo e muy feroz a sus enemigos e muy verdadero amigo de sus amigos ; amava (...)
  • 59  « Era casto e cabto e muy celoso de todas las mugeres de su tierra, e deseava que no oviesse nengu (...)
  • 60  « [...] e oía sus vasallos e deliberávalos e proveíalos muy presto cuando ante él venían, e enbiáv (...)
  • 61  Voir note 59.
  • 62  « No quería en su conpaña onbres covardes ni lisongeros ni de malas artes, ni quería ver ni oír on (...)
  • 63  « Era muy ciudoso e cobdicioso por acrescentar en el patrimonio de sus antepasados, y conpró casti (...)
  • 64  « Era cavallero que le aplazía mucho la jumetría de labrar e reparar castillos e casas y cercas y (...)
  • 65  « [...] era muy bien tenplado en comer e bever e dormir. [...] Retenía mucho los enojos. [...] No (...)
  • 66  « Tenía continuamente asaz halcones, y non le aplazía mucho la caça ; luego se enojava. [...] Agra (...)

13Le propos d’Andrés Bernáldez dépasse de toute évidence l’éloge et participe de la construction d’un sens plus profond. Tel qu’il est rapporté, le parcours sévillan de la dépouille de Rodrigue Ponce de León oppose un fort contraste avec l’expulsion dont le marquis fut la victime à la suite de sa confrontation avec le duc de Medina Sidonia pour le contrôle de la ville et des événements sanglants qui s’y déroulèrent en 147152. La description de la procession rassemblée autour du corps du marquis, qui se déploie dans la ville éplorée, et l’inhumation du corps dans le monastère Saint-Augustin53, peuvent ainsi être lues comme la prise de possession définitive de Séville54. À ceci on peut ajouter l’insistance du chroniqueur sur la « bonne mort » du marquis succombant à ses blessures de guerre et après réception des sacrements55. Les autres décès rapportés par Bernáldez dans le chapitre CIV sont bien moins valorisés : Pierre Fernández de Velasco meurt chez lui sans que le chroniqueur n’apporte aucune précision susceptible d’exalter sa mémoire ; c’est le cas également pour don Pierre Enríquez, mort « de su muerte natural » et même de l’annonce du décès, – serait-il survenu subitement ? – du duc de Medina Sidonia, Henri de Guzmán : « Murió [...] en su villa de Sanlúcar, en sus palacios […] viernes noche (amanesçió sábado de mañana finado), a veinte e cinco de agosto »56, soit à peine deux jours avant le marquis. Le rappel du rôle de Rodrigue Ponce de León dans la guerre de Grenade, le placement de l’épée dans le cercueil et l’évocation des bannières remportées au cours de ses nombreux combats permettent en outre de construire l’image idéalisée d’un parfait chevalier ; une image que vient renforcer le portrait que Bernáldez dresse du défunt à la suite du récit des funérailles et qui, oserais-je presque dire, tient la place du buste que le marquis avait projeté de faire édifier. Ce portrait « nécrologique », de facture certes rhétorique et érigé en synthèse finale, parachève l’éloge funéraire du marquis : les qualités qui y sont développées permettent d’expliquer et de confirmer les honneurs rendus lors des obsèques. Le portrait physique fait du défunt un homme bâti pour le combat : sa silhouette laisse deviner la force, la vigueur en plus de la bonne proportion du corps57 ; l’éthopée, quant à elle, insiste sur le courage et la bravoure58, parmi d’autres qualités comme la justice, et tout particulièrement l’assistance aux femmes en danger, et la constance dans la défense des vassaux59, la libéralité60, la chasteté et la miséricorde61 ; le marquis refuse d’être entouré d’hommes lâches et de flatteurs62, se montre également très soucieux de son patrimoine63, de l’état de ses châteaux et de ses forteresses64, modéré dans sa façon de vivre65, peu intéressé par la chasse et amateur de musique66. Le portrait physique et moral de Rodrigue Ponce de León est donc en accord avec son rôle : la noblesse se reconnaît à la beauté du corps et le prestige aux vertus morales ; tout, en somme, dans ce portrait, fait de Rodrigue Ponce de León un bon chevalier ou mieux encore, un chevalier croisé. Les commentaires finaux de l’auteur sur la piété du marquis et sa grande dévotion à la Vierge peuvent expliquer l’importance accordée à la défense des femmes, et l’attachement de ces dernières à ce héros dans le récit des funérailles :

  • 67  Cette dévotion mariale s’exprime également dans les dispositions testamentaires du marquis (éd. ci (...)

Era muy deboto de Nuestra Señora sancta María e de la Iglesia, ordinariamente oía una misa cada día e rezava sus devociones por libros, e después en unos corales ; e desde la confesión fasta ite misa est nunca hablava a nenguna presona ni alçava las rodillas del suelo. Continuamente hazía celebrar con mucha solepnidad la fiesta de Nuestra Señora de la O y la fiesta de la Anunciación, que cae en março, e aún las mandava celebrar en sus cibdades e villas e logares, en las cuales mandava dar grandes colaciones e limosnas. Tenía su capilla de vestimentas e cálices e ornamentos, como convenía, con que le dezían misa en su casa e posada ; enpero nunca se hazía perezoso de ir a oír misa en la iglesia del pueblo donde se hallava67.

Ils permettent également d’aller un peu plus loin dans l’interprétation de la portée de ce récit.


     

  • 68  Au chapitre XXXI : « Cómmo el marqués de Cádiz don Rodrigo Ponçe de León enbió a los Grandes de Ca (...)
  • 69  Voir CARRIAZO RUBIO, Historia de los hechos del marqués de Cádiz, éd. cit., p. 46-48 et p. 89-121, (...)

14La piété et la dévotion mariale de Rodrigue Ponce de León sont en effet des éléments que le biographe du marquis n’a de cesse de relever : sa naissance est placée le jour de la fête de l’Immaculée Conception, il pratique le jeûne depuis l’âge de neuf ans, et la Vierge lui apparaît à plusieurs reprises et notamment à l’occasion de deux victoires retentissantes contre les Maures – à Madroño en 1462 comme à Alhama en 1482 –, le marquis étant considéré d’ailleurs comme l’instrument de la divine Providence. Le chroniqueur émaille également son récit de passages moralisateurs, rappelle l’intérêt de son héros pour la religion et le culte, et reproduit une prophétie envoyée au marquis par un sage en 1486 – selon laquelle le roi Ferdinand est appelé à devenir l’empereur des derniers temps68 –, et qui vient couronner une série d’augures et de signes présents dans l’ensemble de la chronique, dont le ton est nettement providentialiste. Tout ceci a été amplement commenté par Juan Luis Carriazo Rubio69 ; inutile donc de s’y attarder. En revanche il convient de relever qu’Andrés Bernáldez se fait l’écho de la dévotion particulière du marquis à la Vierge à la fin du portrait qu’il dresse, et qu’après avoir majoré la présence féminine dans le cortège funèbre, c’est aux dames de la suite de la reine qu’il attribue la comparaison du héros avec le Cid Campeador :

[...] e las damas lo lloraron mucho en casa del rey, que lo amavan mucho, porque las servía e dava mucho. E lo conoscían de cómo recevía e aconpañava a la reina e a ellas en tierra de moros ; porque llevándolo la reina e ellas cerca de sí, fazían cuenta que llevavan al Cid Ruy Díaz en su tienpo ; porque los moros le temían tanto, que donde quiera que sabían que iva e conoscían su vandera non esperavan ni ossavan pelear.

  • 70  Sur ce sujet, cf. Angus MACKAY, « Un Cid Ruy Díaz en el siglo XV : Rodrigo Ponce de León, marqués (...)
  • 71  Le rapprochement a pu être motivé par le nom que porte le marquis, et ceci est d’autant plus signi (...)
  • 72  « E sojuzgada e ganada e puesta debaxo del yugo de Castilla la grande cibdad de Granada, el rey e (...)
  • 73  « Capítulo CIII. Cómo el Grand Turco enbió al papa Inocencio el hierro de la lança con que Nuestro (...)
  • 74  Ibid., p. 235 ; il ne s’agit que d’une succincte mention.
  • 75  Sur cette audacieuse affirmation de l’auteur, voir María Rosa LIDA DE MALKIEL, La idea de la fama (...)
  • 76  Dans la biographie du marquis, l’auteur avait évoqué une forme de glorification de son héros : « [ (...)

15Bernáldez n’est pas le seul chroniqueur à comparer Rodrigue Ponce de León au Cid : Diego de Valera, Pedro de Marcuello dans son Cancionero, et le biographe du marquis firent de même à plusieurs reprises70. Dans le contexte du récit des funérailles, cette comparaison prend toutefois un sens plus aigu. Le marquis, dont les victoires contre les Maures au nom de Dieu et de la Couronne sont si hautement valorisées qu’elles lui valent de devenir un nouveau Cid, est en effet présenté comme l’illustration du combattant chrétien71. On peut du reste préciser le contexte narratif, empreint de religiosité et de dévotion, dans lequel les funérailles de Rodrigue Ponce de León sont rapportées : les chapitres qui précèdent le récit de ce deuil relatent en effet les derniers mois de la campagne de Grenade, et la remise de la ville aux Rois Catholiques72 ainsi que d’autres circonstances tout à fait particulières, comme l’envoi au Pape de la lance du Christ – le chapitre s’achève d’ailleurs sur l’énumération des reliques présentes à Constantinople73 – et enfin la mort du pape Innocent VIII74. Et ce n’est pas tout ; Bernáldez se prend à oser une autre comparaison dans la description du cortège funèbre : « [...] e assí ivan gentes aconpañándolo e onrrándolo, como cuando fazen la fiesta del Corpus Christi en Sevilla [...] ». L’allusion à la Fête-Dieu et à la ferveur des présents constitue un rapprochement audacieux et conduit à une sorte de sanctification du corps défunt du marquis ; peut-être même à une promesse de vie. Le chroniqueur n’évoque t-il pas en effet immédiatement l’immortalité de son héros ? Les bannières placées sur sa tombe, écrit-il, sont le symbole de sa renommée, laquelle : « [...] non puede morir e es inmortal, assí como el ánima »75. La procession du corps, transfiguré en relique et porté comme en un ostensoir, se fait véritable rituel liturgique, avec ses « stations » et ses répons : « E lleváronlo por la calle del Alhóndiga e por Sant Leandre, faziendo por sus trechos sus paradas, donde la clerezía fazían e dezían sus responsos, e las gentes que seguían, sus ploros ». Ainsi glorifiée, la dépouille du marquis sacralise l’espace parcouru. Les funérailles du marquis de Cadix viennent donc, sous la plume de Bernáldez, parachever la conquête de Grenade et, en quelque sorte, la sublimer. Alors que son cortège funèbre parcourt Séville, le marquis fait sien, plus encore mort que vif, un espace désormais pleinement reconquis au nom des Rois très Catholiques. L’auteur des mémoires du règne instrumentalise ainsi à leur propre gloire le décès et les funérailles du marquis : la comparaison avec le Cid Campeador et la mission que le chroniqueur semble attribuer à Rodrigue Ponce de León le confirment. Après l’avoir érigé en modèle de parfait vassal des souverains et avoir exalté sa pleine adhésion à leur politique, après en avoir fait au cours de sa vie l’instrument et le symbole de la Reconquête, Bernáldez élève Rodrigue Ponce de León, exalté et sanctifié par son récit, au rang de saint patron du royaume76.

  • 77  A. BERNÁLDEZ, éd. cit., p. 484-485 : « Murió la reina doña Isabel, de gloriosa memoria, en el mes (...)

16L’instrumentalisation du décès du marquis par le chroniqueur ne manque pas de hardiesse au regard de l’histoire personnelle de Rodrigue, dont les mœurs furent dans sa jeunesse assez dissolues et la trajectoire politique chaotique. Il n’est pas jusqu’au ton de ce récit qui ne soit, du reste, un peu dévot. Si le récit des funérailles exceptionnelles de Rodrigue Ponce de León fait de l’homme un modèle de grandeur et de vertu, magnifie son image du parfait chevalier chrétien et participe à la consolidation de la mémoire de tout son lignage, il contribue également à l’exaltation de la guerre de Reconquête, dont ces obsèques marquent, dans la chronique, l’achèvement. Sous la plume de celui qui rédige les mémoires du règne des Rois Catholiques, et qui fait de la reine Isabelle mourante une vierge des sept douleurs77, ce récit concourt à la sacralisation de la politique de la couronne.

Haut de page

Notes

*  Vid. Andrés BERNÁLDEZ, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. de Manuel GÓMEZ-MORENO et Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Espasa-Calpe, 1962, p. 236.

1  La bibliographie sur le sujet est extrêmement abondante et on ne citera ici que quelques références : Rafael SÁNCHEZ SAUS, « Aspectos de la religiosidad urbana bajomedieval : las fundaciones funerarias de la aristocracia sevillana », in : José E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER et Ángel GALÁN SÁNCHEZ (coord.), Las ciudades andaluzas (siglos XIII-XVI). Actas del VI Coloquio internacional de Historia Medieval de Andalucía, Malaga : Universidad de Málaga, 1991, p. 299-311 ; José Manuel NÚÑEZ RODRÍGUEZ, La idea de la inmortalidad en la escultura gallega (La imaginería funeraria del caballero, ss XIV-XV), Orense : Diputación provincial 1985 ; Carmen María LABRA GONZÁLEZ, « De la chartreuse de Miraflores à la chapelle royale de Grenade », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007, mis en ligne le 31 janvier 2010, consulté le 11 octobre 2012 (DOI : 10.4000/e-spania.171) ; Joaquin YARZA LUACES, La nobleza ante el rey. Los grandes linajes castellanos y el arte del siglo XV, Madrid : El Viso, 2003 ; id., « La capilla funeraria hispana en torno a 1400 », in : Manuel NÚÑEZ et Ermelindo PORTELA (coord.), La idea y el sentimiento de la muerte en la historia y en el arte de la Edad Media, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1988 , 1, p. 67-91 ; Colette BEAUNE, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », in : La mort au Moyen Âge. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public. 6e congrès, Strasbourg, 1975, p. 125-144 (DOI : 10.3406/shmes.1975.1213). Voir également : Alberto TENENTI, La vie et la mort à travers l’art du XVe siècle, Paris : S. Fleury, 1983 (1e éd. Paris : A. Colin, 1952) ; Manuel NÚÑEZ et Ermelindo PORTELA (coord.), La idea y el sentimiento de la muerte en la historia y en el arte de la Edad Media, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1, 1989 et 2, 1992 ; Ariel GUIANCE, Los discursos sobre la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1998.

2  Sur la définition des chroniques particulières, voir l’étude d’Elisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris : Honoré Champion, 1994 ; voir également pour les spécificités des textes castillans : Fernando GÓMEZ REDONDO, « La crónica particular como género literario », in : María Isabel TORO PASCUA (éd.), Actas del III Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Salamanca, octubre de 1989), 1, Salamanque : Biblioteca Española del siglo XV y Departamento de Literatura Española e Hispanoamericana, 1994, p. 419-427 ; id., Historia de la prosa de los Reyes Católicos : El umbral del renacimiento, Madrid : Cátedra, 2012, 1, p. 385-435 et Luis FERNÁNDEZ GALLARDO, « La biografía como memoria estamental. Identidades y conflictos », in : José Manuel NIETO SORIA (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa (c. 1230-1504), Madrid : Silex, 2006, p. 423-488.

3  Ce déficit de légitimité a été souligné par Jean-Pierre JARDIN,  « Voix et échos du monde nobiliaire dans l’historiographie trastamare », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 25, 2002, p. 195-209 (DOI : 10.3406/cehm.2002.1237), p. 201. Voir également Ghislaine FOURNÉS, « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de Luna », in : Daniel LECLER et Patricia ROCHWERT-ZUILI (coord.), Entre ciel et terre. La mort et son dépassement dans le monde hispanique, Paris : Indigo & côté-femmes éditions, 2008, p. 143-155. Pour le marquis de Cadix, on peut consulter les travaux de Juan Luis CARRIAZO RUBIO et notamment La memoria del linaje, Los Ponce de León y sus antepasados a fines de la Edad Media, Séville : Universidad de Sevilla, Ayuntamiento de Marchena, 2002 ; id., « Antagonismo y violencia en la Casa de Arcos a fines del siglo XV », in : Actas del III congreso de historia de Andalucía, Cordoue : Publicaciones Obra social y cultural Cajasur, 2003, p. 123-138, et id., « Literatura y rivalidad familiar en el linaje de los Ponce de León a fines del siglo XV », in : Mercedes PAMPÍN BARRAL et María del Carmen PARRILLA GARCIA (coord.), IX Congreso Internacional de la Asociación hispánica de literatura medieval, La Corogne : Universidad de La Coruña/Toxosoutos, 2005, 2, p. 65-78. Voir également Federico DEVÍS MÁRQUEZ, Mayorazgo y cambio político. Estudios sobre el mayorazgo de la Casa de Arcos al final de la Edad Media, Cadix : Universidad de Cádiz, 1999, et plus particulièrement p. 23-67.

4  Après María Concepción QUINTANILLA RASO dans « La legitimación de la nobleza en la sociedad política », in : José Manuel NIETO SORIA, Orígenes de la monarquía hispánica : propaganda y legitimación (ca. 1400-1520), Madrid : Dykinson, 1999, p. 65-85, Madeleine Pardo considère que le nom de « chroniques biographiques » est préférable pour désigner ces textes ; voir « Noblesse et monarchie dans les chroniques biographiques », in : Madeleine PARDO, L’historien et ses personnages. Études sur l’historiographie espagnole médiévale, Lyon : ENS éditions, 2006, p. 175-233, et plus particulièrement, p. 177-179 (également disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2006_hos_17_1_1990).

5  C’est le cas en effet du Victorial de Gutierre Díaz de Games qui s’achève sur un éloge de Pero Niño rédigé au présent et dans lequel il est spécifié que le héros est âgé de plus de soixante-dix ans ; de la biographie de Miguel Lucas de Iranzo – assassiné en mars 1473 ; de celle du marquis de Cadix prenant fin quatre ans avant le décès du héros ; ainsi que du récit de la vie d’Alonso de Monrroy qui prend fin en 1476. Le très frappant et très spectaculaire récit de la mort du connétable de Castille Álvaro de Luna, rapporté par son – probable – biographe Gonzalo Chacón, sera volontairement écarté de cette étude ; il s’agit en effet du récit d’une exécution capitale qui n’entre pas au sens strict dans la perspective de cette rencontre.

6  La biographie du marquis de Cadix est de ce point de vue particulièrement intéressante, car si le récit s’achève avant la mort du héros, celle-ci est pourtant évoquée à la fin de ce qui tient lieu de prologue ; on pourrait par conséquent penser que la mort du marquis est récente au moment de l’écriture de la chronique, et c’est l’hypothèse que privilégie Carriazo Rubio. Cf.  Juan Luis CARRIAZO RUBIO (éd.), Historia de los hechos del marqués de Cádiz, Grenade : Universidad de Granada, 2003, p. 144.

7  On ne citera que quelques exemples : la biographie de Miguel Lucas contient la mention des messes ordonnées par le héros à la mort d’Alonso Alvarez de Iranzo en 1468, ainsi que le chagrin du héros à la mort de sa fille Luisa ; Gutierre Díaz de Games évoque également la mort de la seconde épouse de Pero Niño et la douleur que celui-ci en éprouva en une simple phrase.

8  Le récit occupe les pages 234 à 251 de l’édition de Juan de Mata CARRIAZO, Hechos del condestable Don Miguel Lucas de Iranzo, Madrid : Espasa-Calpe, 1940. Il existe une édition plus récente : Juan Cuevas Mata, Juan del Arco Moya et José del Arco Moya (éd.), La relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas de Iranzo, muy digno condestable de Castilla, Jaén : Ayuntamiento/Universidad, 2001.

9  Le texte est contenu dans les Memorias del reinado de los Reyes Católicos de Bernáldez (références supra, p. 236-238 ; toutes les citations seront tirées de cette édition) et a été édité par deux fois par Juan Luis Carriazo Rubio (en document annexe dans l’édition de l’Historia de los hechos del marqués de Cádiz, op. cit., p. 319-322, et dans Los testamentos de la Casa de Arcos (1374-1530), Séville : Diputación Provincial, 2003, p. 321-323).

10  Lucien CLARE, « Le Connétable conduit le deuil. Les obsèques de l’archidiacre de Tolède ordonnées à Jaén en 1464 par Miguel Lucas de Iranzo », in : Frontières Andalouses. La vie à Jaén entre 1460 et 1471 d’après Los Hechos del Condestable Miguel Lucas de Iranzo, Iberica, 6 (nouvelle série), 1996, p. 123-134.

11  Lucien Clare évoque « la myopie méticuleuse et linéaire de l’annaliste », art. cit., p. 124.

12  Ibid., p. 133-134. Le biographe commente : « Como el comendador de Oreja su hermano llegó, ordenó de facer otro día, domingo, las obsequias & onrras por el dicho señor arçediano de Toledo su hermano. Las quales, porque me paresçieron ser dignas de se poner en esta escriptura, y porque en todo más se conosca la prudençia & grand discreçión de aquel señor, diré cómo se ficieron » (éd. cit., p. 239). Voir également Enrique TORAL PEÑARANDA, Jaén y el condestable Miguel Lucas de Iranzo, Jaén : Instituto de estudios giennenses, 1987 et María del Pilar CACELLER CERVIÑO, « El ascenso político de Miguel Lucas de Iranzo. Ennoblecimiento y caballería al servicio de la monarquía », Boletín del Instituto del estudios giennenses, 176, 2000, p. 11-30.

13  Cf. références supra. Voir également F. GÓMEZ REDONDO, Historia  de la prosa de los Reyes Católicos..., 1, p. 408-418. Le chroniqueur, qui se présente comme un hidalgo agissant de manière désintéressée (éd. cit., p. 145), bâtit un éloge sans faille de son héros, l’essentiel du propos étant consacré aux combats contre les Maures ; voir à ce sujet CARRIAZO RUBIO, « Imagen y realidad de la frontera en la Historia de los hechos del marqués de Cádiz », II Estudios de Frontera : Actividad y vida en la Frontera, Jaén : Diputación Provincial, 1998, p. 179-190. La biographie ne s’intéresse guère aux aspects économiques de l’administration du domaine. L’éditeur de la chronique semble regretter l’absence d’un portrait plus nuancé et plus complet du personnage : « Echamos en falta, por ejemplo, una caracterización más completa del protagonista – no exclusivamente centrada en su faceta guerrera –, un mayor número de noticias originales y, en suma, un espectro temático más amplio » (éd. cit., p. 30) ; il rappelle aussi l’objectif déclaré du biographe au seuil du récit : « De todas las cosas que este marqués de Cádiz fizo en las cosas del mundo, non queremos aquí fazer minçión, porque serían largas de contar e otras escripturas avrá que fablarán çerca dello largamente ; mas solamente queremos dezir de sus grandes victorias y vençimientos que en los moros fizo, fauoreçiendo y ensalçando la santa fe de Iesu Christo » (p. 158-159). Le dessein de cette biographie est de faire du marquis un modèle d’honneur et de comportement chevaleresque au service de Dieu et des Rois Catholiques. Faute de généalogie mythique, le héros apparaît comme une sorte d’aboutissement à la suite d’une double liste, à la fois réelle et idéale, de héros de l’Antiquité et de chevaliers du moyen âge. Ainsi se construit un panégyrique destiné à exalter la mémoire familiale d’un lignage dont la branche andalouse était somme toute assez récente, et dont le pouvoir et la richesse s’étaient constitués surtout pendant le règne des Trastamare.

14  « Y llegado a la su villa de Marchena, adolesçió de çiertas calenturas. E commo quier que el marqués grandes médicos touiese para dar orden en el remedio de su salud, sabido por los reyes, ovieron grand sentimiento por ello ; e a grand priesa le enbiaron dos doctores suyos muy sennalados, prinçipales onbres en el arte de la mediçina. Y fue tanta su buena dicha, que muy presto lo remediaron, restituyéndole en su propia salud. Y en este tienpo que el marqués estouo con su enfermedad, continuamente Sus Altezas enbiauan mensajeros a saber cómmo estaua. Y desque los reyes supieron cómmo ya era libre y sano, mostraron grande alegría, dando muchas graçias a Dios » (éd. cit., p. 306-307). 

15  « E así conualeçido de la enfermedad, se partió para Sus Altezas con sus gentes muy guarnidas, así caualleros commo peones [...]. Llegó a la çibdad de Jaén, donde los reyes le esperauan. Y sabida su venida, con grandísima alegría, muy honrradamente, de los grandes y caualleros de su Corte fue resçebido. Y Sus Altezas se gozaron mucho con él, y todas las otras gentes » (éd. cit., p. 307).

16  L’étude et l’analyse des testaments ont permis de connaître de façon détaillée les modalités du rituel mortuaire, tant dans la maison du défunt que lors du cortège se dirigeant vers le lieu de sépulture et dans l’église où se tient le service funèbre. Pour l’Espagne, voir l’ouvrage d’Ariel GUIANCE, Los discursos sobre la muerte…, p. 64-68 ; Juan Carlos MARTÍN CEA, « El modelo testamentario bajomedieval castellano y su reflejo en los diferentes grupos sociales », Edad Media. Revista de Historia, 6, 2004, p. 103-156 ; Jaume AURELL, « La impronta de los testamentos bajomedievales : entre la precariedad de lo corporal y la durabilidad de lo espiritual », in : Jaume AURELL et Julia PAVÓN (éd.), Ante la muerte. Actitudes, espacios y formas en la España medieval, Pampelune : Universidad de Navarra, 2002, p. 27-48 ; et María Josefa PAREJO DELGADO, « Costumbres mortuorias recogidas en los testamentos ubetenses de fines de la Edad Media », in : José E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER et Ángel GALÁN SÁNCHEZ (coord.), Las ciudades andaluzas (siglos XIII-XVI)…, p. 319-334. Le testament de Rodrigue Ponce de León a été édité par Juan Luis CARRIAZO RUBIO dans Los testamentos de la Casa de Arcos (1374-1530), op. cit., p. 233-265.

17  « E mando que quando a nuestro Sennor pluguiere de me lleuar desta vida, sea mi cuerpo sepultado en el monesterio de sennor Santo Agustín de la çibdad de Seuilla, donde están los cuerpos del conde mi sennor e mi padre e de mis anteçesores, que ayan santa gloria, en la capilla e delante del altar mayor del dicho monasterio. E que la dicha capilla del altar mayor se adelante e acreçiente labrándose de nuevo lo que conviniere para ello, de manera que los vultos que agora allí están de mis anteçesores queden donde y commo se están, e adelante dellos fazia el altar aya logar para fazer otro rencle de vultos, entre el altar e los vultos que agora están. E lo que asy se adelantare de la dicha capilla puesto sea de cantería bien labrada e bien rica » (éd. cit., p. 236).

18  « E que se fagan tres vultos : vno del conde don Juan mi sennor e mi padre, e otro mío, e otro para la duquesa donna Beatriz Pacheco, mi muy amada muger. E quel bulto del conde mi sennor padre se ponga a la parte del sagrario, e el mío junto con él, e el de la duquesa a mi mano derecha, por manera que mi vulto esté enmedio. E sean fechos todos de muy buen labastro (sic) e muy buena obra de maçonería, e más creçidos que los otros que allí están de mis anteçesores » ; « E quel mío se faga por la manera que se ovo platycado con Juan Guas e con Mendo de Jahén, e segund está por una muestra que dél se fizo ; que ha de ser armado en blanco, e vna ropa ençima, commo está en la dicha muestra. E el conde mi sennor sea así armado en blanco e commo más vieren que deue ser la duquesa e mis albaçeas. E el de la duquesa, que sea el más rico e más suntuosamente labrado que ser pueda » (éd. cit., p. 236-237).

19  « E mando quel día de mi enterramiento me digan las misas cantadas e rezadas e fagan e digan los otros ofiçios en el dicho monasterio de Sant Agustín e en las otras yglesias e monasterios de la dicha çibdad, e den de ofrenda el pan e vino e çera que mis albaçeas mandaren e entendieren que cunple » (éd. cit., p. 238).

20  « E mando que las mandas quel conde don Juan, mi sennor e padre, fizo e mandó por su testamento a los frayles e convento del dicho monesterio de sant Agustín e a los clérigos de la yglesia de Santa Catalina de Seuilla del pan e marauedís que de cada anno les han de dar, lo qual yo he fecho en mi vida, que después de mis días lo cunpla el que mis mayoradgos ouiere e heredare en la forma e manera quel dicho sennor conde mi padre lo mandó en su testamento [...] » (éd. cit, p. 238) ; « E mando que se faga e labre en dicho monesterio vn dormitorio para los frayles dél que sea desde el coro fasta el refitor, ençima do agora está. E sea bien labrado alto, porque sea para ynvierno e para verano. E lo que la caustra (sic) quede fuera ; y en la ospedería y todo commo va del coro fasta el refitor, se llabre el dormitorio con su corredor delante e con sus ventanas que salgan a la caustra. E porque la dicha caustra deuía estar desenbargada, e asy deue quedar, se quite e derrueque della vna capilla questá dentro en ella, a que dieron lugar los frayles que se fiziese ; lo qual no pudieron no deuieron fazer. [...] E mando que al cabo del dormitorio [...] se faga la enfermería, junta con el refitor. E  que el dormitorio no sea muy alto del suelo, porque los frayles no trabajen en subir la escalera e ayan logar por el portal del dormitorio de ver la caustra » (éd. cit., p. 237-239). On sait que ces travaux n’étaient pas achevés en 1530, puisque les dispositions testamentaires du petit-fils du marquis, Rodrigue, premier duc d’Arcos, datées du 5 avril 1530 stipulent : « Y por quanto el duque mi sennor y abuelo dexó mandado en su testamento que sy sus bienes muebles non bastasen a cunplir las mandas en él contenidas fuésemos obligados sus herederos y subçesores a cunplir lo que faltase, y según soy ynformado non falta por cunplir del dicho testamento synon sola la capilla mayor y enfermería de Santo Agostín de Seuilla, que Su Sennoría mandó hazer de nuevo, lo qual hasta agora non se ha hecho, y su sepoltura y la del conde don Juan mi sennor, su padre, mando que de mis bienes se haga ; y sy ellos non bastaren, aviso a mis subçesores que son obligados a cunplillo » (éd. cit., p. 301).

21  Sur l’auteur, on peut consulter l’article de Juan GIL, « Noticia de Andrés Bernal, cura de Los Palacios », in : Juan GIL et Consuelo VARELA (coord.), Temas colombinos, Séville : CSIC, 1986, p. 1-5 et surtout Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos..., p. 116-140, ouvrage dont la parution fut concomitante de la tenue du colloque au cours duquel cette communication fut présentée. Au sujet du passage des Memorias qui m’occupe et du marquis de Cadix, F. Gómez Redondo relève simplement : « No duda Bernáldez en dedicarle una sentida necrología a su muerte, rematada por una exhaustiva semblanza, en la que valora las aficiones a la arquitectura del aristócrata » (p. 121, note 191).

22  A. BERNÁLDEZ, éd. cit., p. 378, p. 636-639 et p. 484-490 respectivement. L’agonie du roi Ferdinand est contenue dans le ms. 1355 de la Bibliothèque nationale d’Espagne et le texte est édité par M. Gómez-Moreno et Juan de Mata Carriazo en appendice aux Memorias (éd. cit., p. 677-679).

23  « Capítulo CIV. [...] Cómo murieron algunos grandes. De cómo murió el duque de Cáliz. [...] En el tiempo del cerco de Granada murió en Castilla, en su casa e tierra, el noble cavallero don Pero Fernández de Velasco, conde de Haro, condestable de Castilla ; subcedióle el señor don Bernaldino, su hijo. Murió el Adelantado de Andaluzía, don Pedro Enrríquez, viniendo del real de Granada, de su muerte natural, en el canpo cerca de Antequera, en una tienda ; allí le truxieron los sacramentos e dió su ánima a Dios gimiendo sus pecados e con grand contrición, en cuatro días de febrero, año de noventa e dos. Subcedióle su hijo, don Francisco Enrríquez de Ribera, que fue Adelantado mayor del Andaluzía. Murió el duque de Medina Sidonia, don Enrrique de Guzmán, en su villa de Sanlúcar, en sus palacios, este dicho año, viernes noche (amanesçió sábado de mañana finado), a veinte e cinco de agosto. Subcedióle su hijo don Joan de Guzmán » (éd. cit., p. 235-236).

24  « Capítulo CV. De la muerte del duque de Bretaña [...]. Cerca destos tienpos murió el duque de Bretaña e subcedióle una fija, que no tenía varón ni otra fija. El cual duque no estava bien quisto con el rey de Francia, antes en guerra [...] » (éd. cit., p. 240).

25  Rodrigo Ponce de León, septième seigneur de Marchena, troisième comte d’Arcos de la Frontera, deuxième marquis et premier duc de Cadix (il acquiert le titre de duc en 1484), peut être considéré comme le plus remarquable représentant de son lignage ; un lignage qui sut tirer profit de la guerre sur la frontière avec le royaume nasride. Sur la Casa de Arcos et ses affrontements avec le lignage des Guzmán, voir les travaux de Juan Luis CARRIAZO RUBIO et notamment La Casa de Arcos entre Sevilla y la frontera de Granada (1374-1474), Séville : Universidad de Sevilla/Fundación Focus, 2003, et plus particulièrement le chapitre intitulé « Don Rodrigo Ponce de León y la guerra de bandos » p. 299-389 ; voir également Carlos M. FERNÁNDEZ DE LIENCRES SEGOVIA, « Inestabilidad y hacienda en el siglo XV : el enfrentamiento entre el duque de Medina-Sidonia y el marqués de Cádiz », in : José E. LÓPEZ DE COCA CASTAÑER et Ángel GALÁN SÁNCHEZ (coord.), Las ciudades andaluzas (siglos XIII-XVI), op. cit., p. 525-535 ; et Miguel Ángel LADERO QUESADA, Los señores de Andalucía. Investigaciones sobre nobles y señoríos en los siglos XIII a XV, Cadix : Universidad de Cádiz, 1998, et plus particulièrement le chapitre 3, « El modo de vida noble y su entorno social y cultural en Andalucía a fines de la Edad Media : Guzmanes y Ponces », p. 71-94.

26  Sur les variations des jugements d’Alphonse de Palencia à propos du marquis, voir M. DUBRASQUET PARDO, Alfonso de Palencia, Historien. Études sur les « Gesta Hispaniensia », Villeneuve d’Ascq : Presse universitaires du Septentrion, 2001, p. 440-441.

27  Diego DE VALERA, Crónica de los Reyes Católicos, éd. de Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : José Molina impresor, 1927 ; Hernando DEL PULGAR, Crónica de los Reyes Católicos, éd. de Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Espasa Calpe, 1943. À propos du récit de la campagne de Grenade dans le texte de Valera, Gómez Redondo souligne les similitudes entre la seconde partie de la chronique et l’Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León, et notamment les lettres adressées par le marquis à la reine (op. cit., p. 101). Valera loue les vertus militaires du marquis et rapporte la prise de Tájara, Zahara, Álora, Alozaina, Setenil et Ronda.

28  À propos du rôle du marquis dans la campagne de Grenade, voir M. Á. LADERO QUESADA, Las guerras de Granada en el siglo XV, Barcelone : Ariel, 2002 et les travaux de Carriazo Rubio cités supra.

29  Sur l’intégration de cette localité au domaine des Ponce de León, voir en particulier l’étude de Juan Luis CARRIAZO RUBIO, « Los Palacios, Sevilla y la Casa de Arcos », in : Antonio COLLANTES DE TERÁN SÁNCHEZ, Juan Luis CARRIAZO RUBIO, et Juan Luis VILLALONGA SERRANO (éd.), Carta Puebla de Villafranca de la Marisma,  Séville : Diputación de Sevilla, 2003, p. 63-78, et plus particulièrement p. 72-73.

30  Vid. J. L. CARRIAZO RUBIO, éd. cit. p. 30 et id., La Casa de Arcos…, op. cit., p. 393-397 ; voir également M. PARDO, L’historien et ses personnages..., p. 218-220 et les notes correspondantes. Bernáldez insiste sur cette adhésion à la politique des souverains : à Séville, en 1477 le marquis reçoit les monarques et leur remet les clés de Jérez, Alcalá et Constantine, scellant ainsi une relation de service (éd. cit., p. 67-68) : « E de aquí pusieron el rey e la reina mucho amor en el marqués, por ver su tan noble liberalidad, lealtad y confianza ; porque, por dicho de algunas personas, no creían Sus Altezas que tan franca e liberalmente se oviera. E confirmáronle a Cáliz, e metiéronle en su amistad, consejo y secretos, y diéronle muchas gracias por el tan señalado servicio como les fazía. E ovieron allí mucho gozo e plazer aquella noche con él » ; après la prise de Zahara (1483) qu’il détaille, en soulignant la grande habileté militaire du marquis, Bernáldez commente (p. 150) : « Sabida por el rey e por la reina la buena andanza e ventura que el marqués ovo en tomar a Zahara en tal manera, ovieron por bien de le fazer merced della para sienpre, e mandáronle intitular duque de Cáliz e marqués de Zahara, dende en adelante » ; de même, lors du siège de Setenil, le marquis se distingue par son action (p. 155) : « E el rey se tuvo en este cerco por muy bien aconsejado e servido del marqués duque de Cáliz, e le tuvo en mucho servicio el consejo e gran trabajo e mucha diligencia que puso noche e día, que no cesava mientras el cerco duró » ; tout comme lors du siège de Malaga (p. 180) : « E tomó el marqués duque de Cáliz las estancias e partes de Gibralfaro, donde era el más peligro ; que así lo tenía por costunbre, ponerse sienpre en los cercos en el mayor peligro » ; Bernáldez souligne également l’attachement du marquis à la reine lors du siège de Grenade (p. 226) : « E veyendo el duque de Cáliz que la reina avía necessidad de una tienda, enprestó la suya, que era la mayor, pieça por pieça, que avía en el real, e de las más fuertes e gentiles del mundo ; la qual él avía mandado hazer con intención de la santa guerra, en que servía desde el comienço de los cercos de Alora e Setenil e Ronda ; e allí, en aquella tienda del duque de Cáliz, fué la reina doña Isabel muy bien apossentada ». La confluence d’intérêts, le rôle de conseiller du marquis et la faveur des souverains – que le biographe du marquis se plaît à évoquer en termes de complicité et d’amour – font aussi l’objet de nombreuses allusions appuyées dans son texte ; voir à ce sujet les commentaires de Carriazo Rubio, éd. cit., p. 41-44. Sous la plume du chroniqueur, les propos des monarques eux-mêmes participent de cette idéalisation : « Muchas vezes avemos dicho, y agora lo queremos confirmar, la merçed tan sennalada que Dios nuestro Sennor hizo, querernos dar en nuestros tienpos vn cauallero tan bienaventurado commo el marqués de Cádiz. Y todo quanto en este caso hizo [il s’agit de la récupération de la forteresse de Gaucín, rapportée dans le dernier chapitre de l’œuvre] o prometió de conplir, le otorgamos y lo tenemos por mucho bien. Y por más le honrrar, Nos le fazemos capitán mayor de la frontera y visorrey de toda el Andaluzía ; para lo qual le otorgamos nuestro real poder » (éd. cit., p. 305-306).

31  Historia de los hechos del marqués de Cádiz, p. 26-29.

32  Ibid., p. 137-138.

33  Voir références supra.

34  L’expression est de Colette Beaune, art. cit., p. 125.

35  « Pasó desta presente vida […] en presencia del prior e del vicario de San Gerónimo, que lo absolvieron con la santa cruzada e consolaron fasta la fin ; la cual él ovo muy buena e con mucho arrepentimioento de sus pecados. Fizo su testamento e firmólo ante Cristóval Gutiérrez e Francisco Sánchez de Porra escrivanos públicos de Sevilla, en presencia de muchos muchos […] ». Le testament du marquis est en effet daté du 15 août 1492.

36  « Este fue el cavallero que más trabajó, de los grandes de Castilla, en la guerra, e desque Alhama tomó non ovo entrada que el rey fiziese que él no fuese en ella en todos los diez años que duró la conquista del reino de Granada. Él fizo el comienço e vido el fin, e ovo su parte de la gloria e vitoria ; que él fue presente en la entrega de Granada, que fue el sello de la conquista ; e assí como fue onrrado en la vida e amado de los esforçados, así fue muy onrrado en su muerte ». 

37  Voir à ce sujet José Antonio JARA FUENTE, « Muerte, ceremonial y ritual funerario : procesos de cohesión intraestamental y de control social en la alta aristocracia del Antiguo Régimen (Corona de Castilla, siglos XV-XVII) », Hispania, LVI/3, 194 (1994), p. 861-883.

38  « [...] e eran tantos que no cabían en toda la casa ».

39  « Todos estos se cubieron de luto, que faltó la xerga con el fallescimiento del duque de Medina ».

40  « […] vestido de una rica camisa e un jubón de brocado e un sayo de terciopelo negro e una marlota de brocado fasta en pies, e una calças de grana e unos borzeguíes negros e un cinto de hilo de oro […] ».

41  « […] e lo pusieron en unas andas enforradas en terciopelo […] ».

42  « Desque fue de noche, antes del Ave María, vinieron más de ochenta clérigos con la cruz de Santa Catalina, e tres Órdenes de frailes, del Carmen e de la Merced e de sant Francisco ; e encomendáronlo e sacaron en las andas aconpañándolo. De los eclesiásticos, el provisor e todos los más onrrados canónigos de la iglesia mayor, e arcedianos e dignidades, e los obispos que se hallaron en la cibdad ».

43  « E de lo seglar, el conde de Cifuentes, Asistente de Sevilla, e la mayor parte del regimiento de la ciddad, de veinte y quatros e alcaldes mayores [...] ».

44  À en croire Bernáldez, ces bannières s’y trouvent encore à l’heure où il écrit : « Salieron con él desde su casa dozientas e cuarenta hachas de cera encendidas, que paresçían por donde ivan que era en mitad del día. Aconpañáronlo eso mesmo de su casa fasta la sepultura diez vanderas, que por sus fuerças e guerras que fizo a los moros, antes que el rey don Fernando començase la conquista de Granada, les ganó ; las cuales, en testimonio, allí ivan cerca dél, e las pusieron sobre su tunba, donde agora están, sustentando la fama desde buen cavallero [...] ; e quedaron allí en memoria ».

45  La précision apportée par Bernáldez sur le nom de l’héritier du marquis au seuil même de la notice nécrologique, et dont l’identité avec celui du défunt ne peut que conforter la continuité lignagère, participe également de cette insistance sur la succession. Une succession que l’on sait difficile, le marquis n’ayant eu que trois filles illégitimes nées de sa relation avec Inés de la Fuente, et ensuite légitimées ; son mariage avec Béatrice Pacheco, célébré en 1471, ne lui donna pas de descendance. Le testament du marquis désigne clairement le jeune Rodrigue, qui n’était alors qu’un enfant, comme héritier des majorats dont jouissait la fille aînée, Francisca : « Y por quanto, entendiendo que asy cunple al bien e prouecho e creçimiento de mi Casa e linaje e de mis subçesores, e para que syenpre permanesca, es mi deliberada voluntad e me plaze que don Rodrigo Ponçe de León, mi nieto, fijo de la dicha donna Françisca, mi fija mayor, e de don Luys Ponçe de León, su marido, subçeda en el dicho mayoradgo e çibdades e villas e logares e otras cosas dél que yo ove e heredé del dicho conde mi sennor e padre, que aya gloria ; e asy, en todas las villas e castillos e logares e heredamientos e rentas que yo he avido por merçedes del rey e la reyna nuestros sennores e por los tytulos de conpras e en otra manera qualquier ; e los aya todos commo los yo agora tengo, e para después de mis días sean suyos por título de mayorradgo e mayoradgos », J. L. CARRIAZO RUBIO, Los testamentos de la Casa de Arcos..., p. 252.

46  « E lleváronlo por la calle del Alhóndiga e por Sant Leandre [...] ».

47  Voir les commentaires de María Jesús GÓMEZ BARCENA, « La liturgia de los funerales y su repercusión en la escultura gótica funeraria en Castilla », in : M. NÚÑEZ et E. PORTELA (coord.), La idea y el sentimiento de la muerte ..., p. 31-50, et plus particulièrement p. 42-43. L’assistance présente lors des funérailles d’Alphonse de Iranzo porte, par exemple, des habits de deuil à traîne, vid. Hechos del Condestable don Miguel Lucas de Iranzo, p. 238 et ss.

48  La mention de ces messes est succincte : « Otro día le dixieron muchas misas ».

49  Hechos del Condestable don Miguel Lucas de Iranzo, p. 241-243.

50  Ibid., p. 244 et ss ; voir L. CLARE, art. cit., p. 128.

51  Sur ce sujet, on peut consulter par exemple A. RUCQUOI, « De la resignación al miedo : la muerte en Castilla en el siglo XV », in : M. NÚÑEZ et E. PORTELA (coord.), La idea y el sentimiento de la muerte …, p. 51-66, et id., « Le corps et la mort en Castille aux XIVe et XVe siècles », Razo. Cahiers du centre d’études médiévales de Nice, 2 (1981), p. 89-98.

52  CARRIAZO RUBIO, La Casa de Arcos… op. cit., p.  302-311 ; les luttes violentes qui opposèrent le marquis de Cadix et le duc de Medina Sidonia à Séville en 1471 font l’objet d’un commentaire pondéré sous la plume de Bernáldez (éd. cit., p. 15-16) : « Viviendo ambos en Sevilla, en el año de MCCCCLXXI, e gozando de la cibdad e e su tierra, ovo algunos cismas entre ellos, por inducción de malos honbres de pie e rufianes que se arrimavan a sus casas llamándolas suyas. E otrosí tanbién por algunos pundonores de honrra, e montar e valer en la cibdad, e mandar ; de manera que, aunque ellos en sus pundonores muchas veces se pacificaron aviendo gana de vivir en paz, nunca los dexaron malos honbress, los unos diciendo  ’¡Niebla!’ e los otros ‘¡León!’, como el tienpo los mudava por el decaimiento de la justicia. Aunque por un cabo se apagava el fuego, por otro se encendía ; de manera que creció tanto el enojo entre ellos, que sus casas se pusieron en armas del uno contra el otro ; y se bolvió la pelea entre ellos, e pelearon por las calles de Sevilla ».

53  Le corps du marquis est inhumé dans le monastère Saint-Augustin, situé dans le secteur oriental de la ville, au-delà de la porte de Carmona, lieu de sépulture que les Ponce de León partageaient avec le lignage Carranza (voir CARRIAZO RUBIO, La memoria del linaje…, p. 168). La fondation Saint-Augustin était attribuée – sans doute faussement – au roi Ferdinand III ou tout du moins aux premiers temps de la Reconquête de la ville (ibid., p. 87-88). La mort et les funérailles de Rodrigue Ponce de León sont donc enracinées à Séville et symboliquement rattachées à l’entreprise de Reconquête.

54  Il n’est pas impossible que le récit que cette description cherche également à marquer un fort contraste avec le rituel funéraire qu’avaient adopté les ducs de Medina Sidonia, inhumés dans le panthéon familial du monastère Saint-Isidore del Campo, situé à proximité de la ville, et ce depuis sa fondation par Alphonse Pérez de Guzmán au début du XIVe siècle. Pedro Barrantes Maldonado qui, en 1541 et à la demande du sixième duc de Niebla Juan Alonso de Guzmán, rapporte l’histoire de la famille Guzmán, relate que le corps du fondateur du lignage, Alphonse Pérez de Guzmán, fut transporté en grande pompe sur le Guadalquivir de Sanlúcar a Séville : « […] truxeron su cuerpo á la  villa de Sanlucar, donde enbarcandolo lo llevaron por el río hasta la puente de Sevilla, é allegaron de noche, é alli salieron todos los canonigos, clerigos é frailes de todas las ordenes de la cibdad […] » [Pedro BARRANTES MALDONADO, Ilustraciones de la Casa de Niebla, Federico DEVÍS MÁRQUEZ (éd.), Cadix : Universidad de Cádiz, 1998, p. 128]. Il est vrai que rien de tel n’est rapporté lors du décès d’Henri de Guzmán en 1492, et que le texte précise simplement : « E luego aquel dia le llevaron de Sanlucar á Sevilla para lo enterrar en el su monesterio de Santisidro […] » (ibid., p. 496) ; mais rien n’interdit de penser que le corps du IIe duc de Medina Sidonia traversa également sur le fleuve les terres de sa seigneurie. Quoi qu’il en soit, la description de ses funérailles contient des éléments proches du récit que fait Bernáldez des obsèques du marquis de Cadix, et notamment la mention de la foule et l’ampleur du deuil : « Luego su muger la duquesa Doña Leonor de Mendoça, aviendo hecho muy gran llanto por la muerte de su marido, é Don Juan de Guzman por la muerte de su padre, abrieronle é metieronle en un ataud vestido con un jubón de brocado é calças é una ropa de tela de plata é su sombrero é espada rica, é un çinto de hilo de oro, é fue muy llorado por la Duquesa su muger é por su nuera Doña Isabel de Velasco, é por todas las damas, donzellas é dueñas de su casa, é por todos los criados é vasallos que alli é fuera de alli se hallaron. […] É salieron todos los frailes de todas las ordenes, y el conde de Çifuentes, asistente de Sevilla, que estava en la cibdad, con todos los veynte é cuatro, alcaldes mayores é ofiçiales del cabildo, é por todos los cavalleros cibdadanos é ofiçiales é otra gente de la cibdad, porque como él era tan amado generalmente en la cibdad de Sevilla, pocas personas quedaron de las que podian salir que no saliesen, é fueron tantas que no cabian por las calles, é las mugeres é donzellas salian por las puertas é ventanas gritando é diziendo : O flor de la casa de Niebla, como as acabado la vida que tus amigos é criados tanto te deseavan ! O padre de Sevilla, remediador de las neçesidades della, cómo vienes á ella con tanta tristeza aviendote todos visto con tanta alegria ! E dezian palabras de de muchas lástima como si fuera padre, hijo ó hermano de todos. […] El Rey é la Reina desque supieron la muerte del duque de Medina, conde de Niebla, se retraxeron é mostraron mucho sentimiento por su muerte, é pusieron luto por él » , ibid., p. 495-496. Si ce récit – postérieur de près d’un siècle et demi des événements qu’il met en scène – permet par comparaison de mesurer les éléments topiques et rhétoriques contenus dans la description de Bernáldez, il met également en évidence les points particuliers sur lesquels porte l’insistance du chroniqueur.

55  Même si, bien entendu, les motifs de la maladie et de la préparation religieuse sont des motifs traditionnels ; voir notamment Emilio MITRE FERNÁNDEZ, « Muerte y modelos de muerte en la Edad Media clásica », Edad Media. Revista de Historia, 6, 2004, p. 11-31 et plus particulièrement p. 15-18.

56  Voir le texte intégralement cité en note 23. Vraies ou fausses, ces mêmes circonstances – faisant état d’un décès subit – sont rapportées par Barrantes Maldonado et en des termes similaires : « En este año de 1492 años, viernes á veynte é quatro dias del mes de Agosto, estava don Henrrique de Guzman, duque de Medina, conde de Niebla, en la su villa de Sanlucar sano é bueno, é se acostó en sus palaçios con mucho plazer, é amaneçió muerto sabado de mañana á veynte é çinco de Agosto, de cuya muerte uvo gran turbaçion, no solamente en su casa y estado, pero en todas las cibdades é villas del Andaluzia, donde él tenia mucha parte », éd. cit., p. 495. À ceci on peut ajouter que le corps du duc ne fut pas veillé dans la cathédrale en l’absence de l’archevêque « E luego aquel dia le llevaron de sanlucar á Sevilla para lo enterrar en el su monesterio de Santisidro, é como llegaron salieron á reçebir su cuerpo de noche el dean é cabildo de la iglesia, porquel Arçobispo no estava alli […]. E depositado aquella noche en la iglesia de San Miguel, otro dia le llevaron al monesterio de Santisidro de Sevilla, donde fue su cuerpo sepultado con sus mayores », ibid., p. 496.

57  « Era onbre de buen cuerpo derecho, más mediano que grande ; de muy rezios mienbros, braços e piernas ; muy grand cavallero de la gineta. [...] Era muy esforçado e bravo e muy feroz a sus enemigos ». Ce portrait physique n’est pas exempt de quelques touches originales : « Era blanco en el cuerpo, e roxo en la cara e cabellos e pescueço, e tenía algunas pintas por el pescueço e manos. Era hermoso de gesto, la cara más larga que angosta ni luenga : no avía en ella reprehensión ; la habla e órgano della muy clara e muy buena ; los cabellos roxos e crespos, e las barvas roxas ».

58  « Era muy esforçado e bravo e muy feroz a sus enemigos e muy verdadero amigo de sus amigos ; amava mucho a sus vasallos e bolvía por ellos cuando lo avían menester [...] ». 

59  « Era casto e cabto e muy celoso de todas las mugeres de su tierra, e deseava que no oviesse nenguna mala, e no consentía que nengund suyo burlasse a nenguna muger ni la infamasse ; e sobre esto fazía tanto, que el que en algo desto pecava no ossava para en toda su tierra. Zelava mucho de la justicia de su tierra ; quería que sus vasallos así onrrassen a los alcaldes e alguaziles de su tierra como a él mesmo. [...] Era muy amador de la justicia e hazíala, continuamente tenía sus vasallos en justicia, e toda su tierra [...] ». 

60  « [...] e oía sus vasallos e deliberávalos e proveíalos muy presto cuando ante él venían, e enbiávalos a sus casas porque no se gastasen ».

61  Voir note 59.

62  « No quería en su conpaña onbres covardes ni lisongeros ni de malas artes, ni quería ver ni oír onbres traidores ni ladrones ».

63  « Era muy ciudoso e cobdicioso por acrescentar en el patrimonio de sus antepasados, y conpró castillos y vasallos y donadíos e lugares e heredamientos, con que de a medio acrescentó en la renta de su patrimonio. [...] Pugnava e hazía mucho por la honrra suya e de sus parientes ; hazía bien a sus parientes ».

64  « Era cavallero que le aplazía mucho la jumetría de labrar e reparar castillos e casas y cercas y fortalezas, e labró e gastó en ello, con lo que adobó e fortalesció en Alcalá de Guadaira e en la cibdad de Xerés e en Alanís, cuando las tuvo en tienpo del rey don Enrrique, más de diez e siete cuentos, segund él dezía e sus mayordomos ».

65  « [...] era muy bien tenplado en comer e bever e dormir. [...] Retenía mucho los enojos. [...] No le aplazía burlar de locos ni de sinples, ni le aplazían truhanes ni trepadores ».

66  « Tenía continuamente asaz halcones, y non le aplazía mucho la caça ; luego se enojava. [...] Agradávale la música algo, especialmente tronpetas bastardas e cheremías e sacabuches e atabales, e de aquellas que alegran la gente en la guerra ».

67  Cette dévotion mariale s’exprime également dans les dispositions testamentaires du marquis (éd. cit., p. 239) : « E otrosy, mando que las dos fiestas de la Conçebçión de Nuestra Sennora, ques la vna ocho días antes de Nauidad e la otra a veynte e çinco de março, e la fiesta de Sant Ystropo, quel conde mi sennor mandó por su testamento que se fiziese en cada vn anno, e las yo he fecho fasta aquí quel que mis mayoradgos heredare las faga segund e en la forma que en el dicho testamento se contiene. E en las dichas fiestas de Nuestra Sennora las fagan en todas mis çibdades e villas e logares en vna yglesia de cada vna dellas, si la ouiere, que tenga nonbre de Nuestra Sennora ; sy no, en la yglesia más priçipal de cada vna dellas. E la fiesta de sant Ystropo, en su yglesia de mi lugar de Paradas. E que las fagan de cada anno commo se suele fazer ». On peut rappeler que la Casa de Arcos avait imposé le culte de l’Immaculée Conception dans ses seigneuries.

68  Au chapitre XXXI : « Cómmo el marqués de Cádiz don Rodrigo Ponçe de León enbió a los Grandes de Castilla vn juyzio sacado de las reuelaçiones y propheçías de Sant Juan y Sant ysidro que le fue enbiado por vn sabio » ; Historia de los hechos del marqués de Cádiz, éd. cit., p. 244-247.

69  Voir CARRIAZO RUBIO, Historia de los hechos del marqués de Cádiz, éd. cit., p. 46-48 et p. 89-121, ainsi que « El marqués de Cádiz y sus profetas. Vaticinios, prodigios y ambiente apocalíptico en torno a Rodrigo Ponce de León », in : Juan Francisco JIMÉNEZ ALCÁZAR, Jorge ORTUÑO MOLINA et Jorge A. EIROA RODRÍGUEZ (éd.), Actas I Simposio de Jóvenes Medievalistas (Lorca 2002), Murcie : Universidad de Murcia, 2003, p. 59-72, et particulièrement p. 63-64. Voir également M. PARDO, L’historien et ses personnages..., p. 224-227.

70  Sur ce sujet, cf. Angus MACKAY, « Un Cid Ruy Díaz en el siglo XV : Rodrigo Ponce de León, marqués de Cádiz », in : El Cid en el valle del Jalón. Simposio internacional, Calatayud : Centro de estudios bilbitanos, 1991, p. 192-202. À titre d’exemple, cf. Historia de los hechos del marqués de Cádiz, éd. cit., p. 239 : « E segund estos fechos de cauallería, bien paresçe el marqués de Cádiz a los nobles antigos, el conde Fernán González e Çid Ruy Díaz, nuestros naturales, e avn a otros nobles romanos [...] ».

71  Le rapprochement a pu être motivé par le nom que porte le marquis, et ceci est d’autant plus significatif si l’on songe que le résumé d’histoire péninsulaire que la biographie présente en guise de prologue contient une lamentation appuyée à propos des vicissitudes du dernier roi wisigoth, Rodrigue, à la suite de laquelle l’auteur propose une liste de rois et de chevaliers qui œuvrèrent pour la défense de la foi, et dont le marquis de Cadix marque l’aboutissement : « ¡O, desdicha tan fuerte ! ¡O, pérdida tan dolorida ! O, tan desastrada fortuna ! Vn rey tan grande y tan poderoso, tan riquísimo y tan esforçado, y de tan floreçido linaje, commo fue el rey don Rodrigo, el postrimero rey de los godos en Espanna, y por vn pecado tan humano, el cual non alabo, que pudiera ser sofrido y callado o resçebida tal emienda que fuera bien satisfecho en otras maneras honestas. ¡O, muger malaventurada! ¡O, conde Julián! ¡O, entrannas tan crueles! ¡O, coraçones tan duros, que quesistes dar tan grand cabsa de tanto cabtiuerio, mortandad y destruyçión en todas las Espannas de tantas gentes, onbres e mugeres y criaturas christianas! » (éd. cit., p. 148) ; « Y tornando a nuestro propósito, ¿cuáles fueron los más prinçipales reyes y caualleros de gloriosas memorias que más fauoreçieron la santa fe católica, destruyendo los moros ynfieles después de la destruyçión de Espanna [...] ? » (p. 149) ; «  De los caualleros, el santísimo Çid Ruy Díaz, al qual apareçió Sant Pedro de Cardenna. De los marqueses, el bienaventurado, noble y esforçado cauallero don Rodrigo Ponçe de León, marqués de Cádiz. El qual continuamente fizo guerra cruel a los moros del reyno de Granada [...] » (p. 158). Voir les commentaires de Carriazo Rubio dans « El marqués de Cádiz y sus profetas… », p. 61.

72  « E sojuzgada e ganada e puesta debaxo del yugo de Castilla la grande cibdad de Granada, el rey e la reina e corte, en los primeros días de junio, se partieron del Alhambra e vinieron a tener la pascua del Espíritu Santo a Córdova, que fué aquel año a diez días de junio, vitoriosos e bienaventurados con triunfo de onrra e bienaventurança, cuanta la obra lo manifiesta. E así dieron gloriosa fin a su santa e loable conqusita, e vieron sus ojos lo que muchos reyes e prínçipes desearon ver : un reino de tantas cibdades e villas e de tanta multitud de lugares, situados en tan fortísimas e fragosas tierras, ganado en diez años. ¡ Qué fué esto, sino que Dios los quiso proveer dello e darlo en sus manos ! » (A. BERNÁLDEZ, éd. cit., p. 233).

73  « Capítulo CIII. Cómo el Grand Turco enbió al papa Inocencio el hierro de la lança con que Nuestro Señor Jesucristo fué herido en la cruz » (ibid., p. 233-235).

74  Ibid., p. 235 ; il ne s’agit que d’une succincte mention.

75  Sur cette audacieuse affirmation de l’auteur, voir María Rosa LIDA DE MALKIEL, La idea de la fama en la Edad Media castellana, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1952, p. 258-259.

76  Dans la biographie du marquis, l’auteur avait évoqué une forme de glorification de son héros : « [...] mereçe ser mentado e aconpannado  el muy noble y virtuoso cauallero el marqués de Cádiz don Rodrigo Ponçe de León, así commo honrrado y leal cauallero a Dios nuestro Señor y a la Corona real, asentado en una muy rica silla toda de oro bordada, con muchas perlas y esmaltes, rubíes y diamantes çercada, porque su memoria y gloriosa fama para sienpre en todas las naçiones del mundo sea mentada », éd. cit.,  p. 144 . Le fragment cité a été commenté par Madeleine PARDO dans L’historien et ses personnages..., p. 216, et particulièrement la note 143.

77  A. BERNÁLDEZ, éd. cit., p. 484-485 : « Murió la reina doña Isabel, de gloriosa memoria, en el mes de noviembre año de MDIV, en Medina del Canpo, de dolençia e muerte natural, que se creyó recresçérsele de los enojos e cuchillos de dolor de las muertes del prínçipe don Juan e de la reina de Portugal, prinçesa de Castilla, sus fijos, que traspasaron su ánima e su coraçón ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thieulin-Pardo, « “Assí como fue onrrado en la vida, así fue muy onrrado en su muerte”. Les funérailles du marquis de Cadix d’après Andrés Bernáldez », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23347 ; DOI : 10.4000/e-spania.23347

Haut de page

Auteur

Hélène Thieulin-Pardo

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083), AILP (GDRE 671, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org