Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

José Pellicer de Salas y Tovar et la mort des Grands (1639 -1644)

Annie Molinié

Résumés

Les Avisos de José Pellicer donnent à voir la mort des grands : décès, cérémonies funèbres, étiquette et rituel, survenus à la cour dans le Madrid de Philippe IV, entre 1639 et 1644.

Haut de page

Texte intégral


   

Dans la foule des Mémoires qui s’échelonnent du premier tiers à la fin du XVIIe siècle, nous disposons d’une quantité de récits de la mort des grands. Et cette profusion même gênante pour qui doit faire un choix, est en elle-même bien signifiante. La mort est devenue un spectacle, un cérémonial public, auquel on se presse, qui répond à des règles et à une étiquette stricte. C’est aussi plus profondément un exercice spirituel : pour celui qui s’en va à coup sûr ! et nous en avons vu les périls. Mais aussi pour ceux qui assistent.

  • 1  Michel VOVELLE, Mourir autrefois, Paris : Gallimard/Julliard, 1974, p. 88.

1Voilà ce qu’écrivait Michel Vovelle en 1974 dans Mourir autrefois. Attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles1, et parmi ces récits, il choisit la mort d’Anne d’Autriche.

  • 2  Philippe ARIÈS, L’homme devant la mort, Paris : Éditions du Seuil, 1977.
  • 3  Pierre CHAUNU, La mort à Paris, Paris : Fayard, 1978. En 1976, les Annales publient un volume inti (...)

2La mort, l’« unique essentiel » selon Pierre Chaunu, est en effet entrée dans le champ de l’investigation historique en France dans les années 1970, avec les recherches pionnières de Michel Vovelle et de Philippe Ariès. On se souvient du « Nous mourrons tous » qui ouvre l’une de ses œuvres majeures L’homme devant la mort, parue en 19772. En 1978, Pierre Chaunu publiait La mort à Paris : 16e, 17e et 18e siècles3.

3Ces historiens n’ont pas « inventé » l’histoire de la mort. Ils ont accordé au fait religieux – essentiellement à travers l’étude de centaines de testaments (ce « passeport pour le ciel ») provençaux et parisiens – un poids immense pour comprendre les attitudes de l’homme moderne devant la mort. Ils ont ainsi saisi l’identité des rites de la mort en les inscrivant dans ses dimensions sociales.

4En relation avec une historiographie qui fut la mienne, dans un premier temps, j’aurais volontiers privilégié la mort des petits, des humbles, des anonymes ou presque de l’Histoire, en comparant ce qui était comparable avec la mort des grands, c’est-à-dire les rites familiers de la mort en Espagne : l’élection de sépulture, les demandes de messes et d’œuvres pies, le cortège funèbre, les offrandes aux pauvres (douze ou trente) qui suivent le convoi…

  • 4  J’ai utilisé l’édition de Antonio VALLADARES DE SOTOMAYOR, Semanario Erúdito,tomes XXXI, XXXII et (...)
  • 5  Annie MOLINIÉ, « José Pellicer, cronista mayor de Felipe IV », in: Homenaje a Don Antonio Domíngue (...)

5Mais, dans le cadre de ce colloque dédié à la mort des grands, j’ai décidé d’interroger José  Pellicer de Salas y Tovar, un polygraphe connu, le chroniqueur officiel à la cour de Philippe IV, qui rédige une chronique hebdomadaire, chaque mardi, réunie dans les célèbres Avisos4. Il s’agit d’une correspondance officielle et privée qui s’achève brusquement en 1644. José Pellicer, dans lesdits Avisos, transmet une grande partie des nouvelles qui arrivent à Madrid, à la Cour, depuis les différentes composantes de l’Empire. Le destinataire, non identifié, réel ou fictif, j’y reviendrai, vit en province, loin de la Cour. On a de bonnes raisons de penser que c’est un noble fortuné, sans doute un grand lui-même, exilé pour des raisons politiques, sur ses terres et qui désire se tenir informé de tout ce qui se passe à la Cour : les faits divers, les privanzas. J’ai montré ailleurs5, que cela pourrait être le marquis de Priego, duc de Feria, du lignage des Fernández de Córdoba, qui vivait retiré sur ses terres de Montilla, dans la province de Cordoue.

  • 6  Voir Fray HORTENSIO PARAVICINO, Honras fúnebres y fama póstuma, textos reunidos y presentados por (...)

6Pourquoi avoir privilégié Pellicer ? C’est un auteur auquel nous avons dédié un certain nombre d’études et il nous était apparu alors que le chroniqueur officiel de la cour annonçait chaque semaine quantité de décès et d’obsèques de grands du royaume et en donnait une « lecture politique ». Il n’est pas inutile de rappeler à ce propos que Pellicer est aussi l’auteur stipendié de généalogies des grandes maisons d’Espagne et fin connaisseur de ces familles et du Grand Cérémonial de la mort. On pense encore au texte en vers dédié à son grand ami – « por su mayor amigo » − le célèbre prédicateur, le trinitaire Fray Hortensio Félix Paravicino, publié en 1634 Fama, exclamación, túmulo y epitafio6.

7Dans les Avisos, Pellicer relate parmi bien d’autres événements militaires, politiques ou économiques, les naissances, les mariages, les entrées au couvent, la « materia de frailes » et il fait part régulièrement des décès et des funérailles des grands vivant à la cour de Philippe IV – morts violentes, accidentelles ou naturelles, des personnages importants du Madrid des années 1640 : grands, titrés et señores – le gotha madrilène d’alors. C’est cette chronique « tissée de morts » qui retiendra notre attention et nourrira cette réflexion.

8Disons-le d’emblée, le monde des Avisos est presque uniquement aristocratique. Il n’y a pas ou peu de place pour les autres membres de la société du temps : le 12 mars 1641, « el miércoles murió el Señor Don Juan Luis de Silva y Rivera, quarto Marques de Montemayor, bien impensadamente, succédele su primogénito el señor marqués del Aguila ».

9J’ai ainsi dénombré au long de cette chronique hebdomadaire environ deux cents décès de grands : marquis, comtes et ducs, ambassadeurs ou membres des différents conseils de la monarchie, dont j’ai dressé la liste. Cette chronique offre une très abondante et riche prosopographie, bien informée, sur fond d’esthétique baroque de la mort. En effet, de façon lancinante et impersonnelle, Pellicer rapporte ces décès avec une formule répétitive du type : « murió el señor Maestre de Torres, primer Cavallerizo de su Magestad », « murió ayer el señor conde de Santa María de Formigueira, título de Cataluña, era del Consejo de Guerra. Enterróse en el Carmen calzado », ou encore « murió la señora Doña Ana de Haro, llevarónla al colegio de Atocha ».

10La première impression est celle d’une chronique très renseignée et significative, traversée de l’annonce de nombreux décès. Pellicer y relate ces disparitions avec des formules répétitives. La plupart du temps, il a recours à des formules d’éloges : « personas de grandes partes, de gran calidad ». Le 30 août 1644 sont morts à Fraga, Don Antonio Sarmiento, membre du Conseil des Finances et ambassadeur d’Espagne en Bourgogne et dans les Grisons et Don Carlos de Nápoles, « Sumiller de Cortina de Su Magestad », « ambos personas de grandes partes ». Le révérend Père Fray Francisco de Ocaña, franciscain, commissaire général des Indes est qualifié de « varón ejemplar y de gran virtud » ; un dernier exemple de ces formules quelque peu convenues et stéréotypées avec le Maître de camp, Don Pedro Girón, frère du Duc d’Osuna « tan gran soldado i tan amable por sus buenas partes ». On est en présence d’un dispositif rhétorique stéréotypé avec quelques variantes.

11Pellicer fournit un certain nombre d’informations sur les causes des décès de tous ces grands seigneurs : une hémorragie subite, le typhus, un accident, (un coup d’épée reçu dans l’œil), la guerre de Catalogne, un coup de chaleur en gravissant une montagne, plusieurs noyades, dont celle de Don Martín Cazador dans le Segre, ou encore Don Jerónimo de Fuenmayor qui est mort « de calenturas sincopales que trujo de una holgura que tuvo en el río ». Quant à l’épouse de l’ambassadeur d’Allemagne, marquise de Grana, elle mourut des suites d’un accouchement.

12Le caractère bref de l’annonce de la mort – avec le nom, le titre, la charge exercée à la cour – tient donc en quelques lignes. Parfois, on y trouve aussi des informations sur le patrimoine du défunt et le nom des héritiers. Ainsi, pour la comtesse Doña Ana Catalina de Guevara, qui meurt sans héritiers directs. Elle vivait retirée dans le monastère des Calatravas de Madrid et elle a demandé à y être enterrée. Un autre exemple tiré du monde de la finance au temps des Génois et des Portugais, un aviso du 31 mai 1639 dédié à Carlos Strata : 

poderosísimo Genovés, Comendador de las casas de Toledo en la Orden de Santiago. Dicen tenía dos millones. Dexa setenta y cinco mil misas, un hijo succesor en la Encomienda de que tenía futura, tres hijas, una casada, dos doncellas con tres mil ducados de renta cada una. Sin embargo, el Rey ha secuestrado la hacienda, hasta que los herederos den cuentas, por haber tenido muchos asientos con Su Magestad el difunto.

13Mais pour Pellicer, l’histoire entière d’une vie donne souvent lieu à quelques brèves remarques. Ce qui intéresse le chroniqueur et son éventuel correspondant, ce sont les oficios occupés par les grands, leur appartenance aux Ordres de chevalerie et aux Conseils de la Monarchie : « Murió Don Jacinto Vallonga, regente del Consejo Supremo de Aragón », « Aquí murió Don Gerónimo de FuenMayor, Caballero de Santiago i alcalde de Corte, de calenturas sincopales que trujo de una holgura que tuvo en el río […] ».

  • 7  Lucien BÉLY, La société des princes, XVIe-XVIIIe siècles, Paris : Fayard, 1999.
  • 8  Le Cérémonial de la Cour d’Espagne au XVIIe siècle,Traduction et édition critique de Hugo CONIEZ, (...)

14On a peu de renseignements, on le constate, sur « la mise en scène du deuil », pour reprendre la belle formule de Lucien Bély dans La société des princes7, sauf pour la Reine Isabelle de Bourbon, j’y reviendrai, sur le grand cérémonial de l’âge baroque, sur la pompe du cortège lors des honras fúnebres. En revanche, l’élection de sépulture est l’objet de toutes les préoccupations chez les grands comme chez les humbles : dans l’église paroissiale, dans un couvent. L’on mesure l’emprise des ordres religieux mendiants de façon préférentielle à Madrid. Les testateurs du XVIIe siècle rappellent qu’ils appartiennent à un tiers ordre – franciscain majoritairement – et qu’ils ont droit aux prières des communautés et à revêtir l’habit monastique. On a pu remarquer, entre autres, que le Cérémonial de la Cour d’Espagne de 1651 accorde relativement peu de place au rituel de la mort8.

L’élection de sépulture

15C’est une composante obligée de tous les testaments, un rite ancien que l’on voit apparaître dès le cycle d’Arthur. Humbles et grands précisent le lieu (dans l’église paroissiale, sous le porche de l’entrée, dans une chapelle latérale par exemple ou dans un couvent) où ils souhaitent reposer.

16De nombreux grands ont ainsi fait le choix d’être enterrés dans le monastère des Descalzas Reales et dans celui de la Encarnación, où auront lieu les obsèques / las honras de Philippe IV, ce qui montre le prestige de ces deux fondations royales : « Yacen en la bóveda de las Descalzas Reales la señora Marquesa de Montalván y la señora Doña Gerónima de Povar » ; « El miércoles pasado se hicieron en las Descalzas Reales las Honras – en vertu de sa fonction d’ambassadeur − del señor Conde de Schomberg, Embajador de Alemania, con toda solemnidad i grandeza », ainsi que les couvents de Carmes : « Carmelitas descalzos » et « el Carmen Calzado ». Les couvents dominicains de Santo Tomás, de Santo Domingo el Real et d’Atocha (« murió la señora Doña Ana de Haro, lleváronla al colegio de Atocha ») sont également très prisés. Cet attachement aux ordres religieux est omniprésent dans la société toute entière, même si le Concile de Trente avait demandé de privilégier la paroisse.

17Aussi brèves soient-elles, les notices de Pellicer comportent souvent le nom des différents prédicateurs qui prêchent lors des funérailles et des cérémonies / honras des personnages importants. Le XVIIsiècle à Madrid, comme à Paris ou à Séville aussi, est l’âge d’or de la prédication : franciscains, dominicains, augustins et jésuites occupent la chaire : le jésuite Agustín de Castro, prédicateur de la chapelle royale, Juan Ludovico de la Cerda, le père Juan Vélez Zavala, prédicateur du Roi, provincial de son ordre sont cités par le chroniqueur.

Les demandes de messes

18« Si la messe est messe, une suffit ».

La demande de messes est l’un des gestes forts de la mort chrétienne, omniprésent dans l’ensemble de la société. Les demandes de messes pour le repos de l’âme sont en effet un geste qui répond à une stratégie liée à l’intercession en vue du Jugement, pour faire pression à l’heure de la mort : messes basses, messes de requiem. On observe une énorme demande de messes et de fondations chez les grands de notre échantillon : « 200 misas rezadas (basses) ». Voici quelques cas significatifs : « mil misas de alma en altares privilegiados » ou encore « una misa de requiem cantada con diácono y subdiácono, vigilia y responso sobre (mi) sepultura y se dé por ella la limosna que se acostumbra ». La piété baroque croit à la valeur du sacrifice de la messe dite à une intention précise, comme l’a montré Pierre Chaunu dans La mort à Paris : les messes « de cuerpo presente » célébrées le jour même de l’enterrement sont capitales ; chantées pendant les funérailles et suivies de leur répons (chœur et soliste), elles sont une intercession privilégiée, d’où « l’achat massif de messes, une espèce d’investissement post mortem ».

Les honras ou services funèbres

19Le mémorialiste et chroniqueur attache peu d’importance aux récits des honras, sauf pour les personnes de la famille royale (Louis XIII, en 1643) : une exception toutefois pour le comte de Schomberg – on l’a vu – et pour le 5e comte d’Oñate, mort le 31 octobre 1644, deux personnages illustres s’il en fut. En effet en novembre 1644, Pellicer mentionne les honras du comte à San Felipe, où ce grand seigneur fut enterré avec grande pompe et magnificence : toute l’église était tendue de drap noir, de haut en bas ; on avait élevé un magnifique catafalque en signe d’honneur – très/trop haut, ce qui fit scandale et explique que Pellicer consacre un aviso à cet épisode – si bien que l’alcalde de Corte fit enlever les tentures et réduire la hauteur du catafalque, pour qu’il soit conforme à la pragmatique royale sur l’étiquette des honras des grands et sur l’architecture éphémère réglementée et codée des catafalques. Ces honras avaient été célébrées pendant neuf jours ! Dans un aviso postérieur, l’on apprend que le fils du comte, Don Iñigo Vélez de Guevara, comte de Villamediana, fut condamné à verser une amende de 4000 ducats : on dénonce alors la magnificence et le caractère grandiose du catafalque et les tentures de l’église « le han penado de 4.000 ducados por las honras de su padre ». Sous les Habsbourg, les túmulos des souverains pouvaient atteindre jusqu’à trente mètres de haut avec deux ou trois étages. Rappelons que normalement les honras ou exequias funerales royales étaient célébrées environ quarante jours après le décès et duraient deux ou trois jours.

La mort de la reine Élisabeth de France, Isabel de Borbón

20Le jeudi 6 octobre 1644, en la fête de saint Bruno, la mort de la reine Isabelle de Bourbon donne lieu à un aviso dédié au rituel de la mort d’un membre de la famille royale. Pellicer consacre, de façon exceptionnelle, quatre avisos à cet événement.  On exposa son corps dans le Grand Salon du Palais revêtu de l’habit de saint François, qui avait été envoyé par les religieuses du couvent de las Descalzas Reales. Les honras vont être célébrées dans chacun des grands couvents de Madrid, avec la pompe attendue, dont chaque fois un sermon funèbre confié à différents prédicateurs du roi. Dans l’aviso du 29 novembre, presque deux mois après le décès de la reine dont le corps avait été transporté à l’Escorial, Pellicer rapporte la série des services funèbres commémoratifs / honras célébrés dans différents couvents de Madrid : le mercredi dans l’église du monastère royal de la Encarnación, le catafalque était somptueux « el túmulo de gran pompa, aparato y luces ». Agustín de Castro fut chargé du sermon. On est en pleine esthétique baroque de la mort, des obsèques, avec les catafalques et leur décor, hiéroglyphes et figures emblématiques.

21Le jeudi, la cérémonie eut lieu dans le couvent des Descalzas Reales et l’oraison funèbre fut confiée à Cosme Zapata ; le catafalque était impressionnant « de los mas lucidos y vistosos que hasta hoy se han visto ». La villa de Madrid, selon l’usage, célébra à son tour les honras de la reine le vendredi, dans le monastère dominicain de Santo Domingo el Real, avec comme prédicateur le Père Suchet, un trinitaire. Le catafalque était aussi orné que les autres. Ce sont les gestes d’une élite avec les honneurs suprêmes. On peut comparer avec ce qui est écrit dans les libros de exequias reales. Il existe bien un style de mort chez les grands à l’âge baroque avec l’art de l’oraison funèbre et les catafalques, constructions éphémères, surchargées de décorations funéraires.

« Qualquier estado que tengas viene a tener por encuentro a la muerte, que es su centro »9

  • 9  Mateo de SALZEDO, Postrimerías del hombre, y enemigos del alma, y alabanzas del santísimo Sacramen (...)

22Au bout du compte, les Avisos donnent à voir un aperçu de la mort des grands dans le Madrid de Philippe IV, à travers les formules d’éloge qui constituent ici l’essentiel du discours de Pellicer. Il faudrait interroger le document clef, les testaments, de ces personnes illustres à des titres divers, pour préciser l’élection de sépulture, l’investissement dans les demandes de messes qui subissent une inflation au XVIIe siècle et dans les dons aux pauvres et aux institutions religieuses. On pourrait aussi se poser la question fondamentale et provocatrice : la mort des grands est-elle vraiment différente de celle des humbles – mis à part le faste des pompes baroques – à Madrid au temps de Philippe IV ? Dans cette Espagne de la première moitié du XVIIe siècle, post tridentine, riches et pauvres, grands et petits ont somme toute une vie « construite dans la pensée de la mort ».

Haut de page

Notes

1  Michel VOVELLE, Mourir autrefois, Paris : Gallimard/Julliard, 1974, p. 88.

2  Philippe ARIÈS, L’homme devant la mort, Paris : Éditions du Seuil, 1977.

3  Pierre CHAUNU, La mort à Paris, Paris : Fayard, 1978. En 1976, les Annales publient un volume intitulé « Autour de la mort », avec des articles de Pierre Chaunu, Roger Chartier, Daniel Roche et M. VOVELLE, « Les attitudes devant la mort : problèmes de méthode », Paris : Armand Colin, 1976, n° 1, p. 29-132. Il faudrait citer aussi François LEBRUN, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Étude de démographie et de psychologie historique. Paris–La Haye : Mouton, 1971. Plus récent et en Espagne, María Adelaida ALLO MORENO, Juan Francisco ESTEBAN LORENTE, « El estudio de las exequias reales de la Monarquía hispana: siglos XVI, XVII y XVIII », Saragosse : Artigrama, 2004, p. 39-94. Fernando MARTÍNEZ GIL, Muerte y sociedad en la España de los Austrias, Cuenca : Universidad de Castilla-La Mancha, 2000, (1ère édition, 1993).

4  J’ai utilisé l’édition de Antonio VALLADARES DE SOTOMAYOR, Semanario Erúdito,tomes XXXI, XXXII et XXXIII, Madrid, 1790 et celle de Jean-Claude CHEVALIER et Lucien CLARE, Avisos, Paris : Éditions Hispaniques, 2002, 2003 et 2010.

5  Annie MOLINIÉ, « José Pellicer, cronista mayor de Felipe IV », in: Homenaje a Don Antonio Domínguez Ortiz, Granada, Grenade :Universidad de Granada, 2008, t. 2, p. 573-588.

6  Voir Fray HORTENSIO PARAVICINO, Honras fúnebres y fama póstuma, textos reunidos y presentados por Francis Cerdan, Toulouse : Ed. Helios, 1994, p. 75-91.

7  Lucien BÉLY, La société des princes, XVIe-XVIIIe siècles, Paris : Fayard, 1999.

8  Le Cérémonial de la Cour d’Espagne au XVIIe siècle,Traduction et édition critique de Hugo CONIEZ, Préface de L. BÉLY, Paris : PUPS, coll. « Iberica », n° 21, 2009.

9  Mateo de SALZEDO, Postrimerías del hombre, y enemigos del alma, y alabanzas del santísimo Sacramento, Madrid : En casa de Juan de la Cuesta, 1610.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Molinié, « José Pellicer de Salas y Tovar et la mort des Grands (1639 -1644) », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23286 ; DOI : 10.4000/e-spania.23286

Haut de page

Auteur

Annie Molinié

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org