Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

Des tombeaux et des femmes. Aperçu d’une politique féminine des nécropoles princières à León et en Castille aux Xe-XIIIe siècles

Georges Martin
Traduction(s) :
Sobre mujeres y tumbas.  Aproximación a una política femenina de las necrópolis regias y condales (León y Castilla, siglos X al XIII)

Résumés

La femme fut au moyen âge un acteur de premier plan dans l’après de la mort: aussi bien dans la gestion des corps que dans la recommandation des âmes. A ces deux titres, moniale ou laïque, elle se vit attribuer à León et en Castille des fonctions plus étendues que celles des clercs, qu’à l’occasion elle concurrença. L’historiographie et la documentation montrent notamment qu’à la différence de ce qui se pratiquait en d’autres lieux de l’Occident chrétien, longtemps, du Xe au XIIIe siècle, un rôle essentiel fût ici dévolu aux femmes dans la fondation et dans l’administration des nécropoles princières.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la société médiévale, dit-on, l’homme se réserva le droit de donner la mort. Ce fut au moins le cas sur le champ de bataille et à la cour de justice, espaces où la femme –comme jusqu’à une date fort récente– fut privée d’autorité directe. En revanche, celle-ci fut un acteur de premier plan dans l’après de la mort: aussi bien dans la gestion des corps que dans la recommandation des âmes. A ces deux titres, moniale ou laïque, elle se vit attribuer à León et en Castille des fonctions plus étendues que celles des clercs, qu’à l’occasion elle concurrença. L’historiographie et la documentation montrent notamment qu’à la différence de ce qui se pratiquait en d’autres lieux de l’Occident chrétien, longtemps, du Xe au XIIIe siècle, un rôle essentiel fût ici dévolu aux femmes dans la fondation et dans l’administration des nécropoles princières.

  • 1  Il est couramment désigné comme Leyenda de la condesa Traidora. Plusieurs spécialistes –dont je ne (...)
  • 2  Juan Antonio ESTÉVEZ SOLA, éd., Chronica naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Con (...)
  • 3  CN, II, 37, p. 144.
  • 4  CN, II, 39, p. 145-146.
  • 5  CN, III, 1, p. 150 : « Sepultus apud Oniense monasterium, quod fecerat ».
  • 6  Cf. Georges MARTIN, « Fondations monastiques et territorialité. Comment Rodrigue de Tolède a inven (...)
  • 7  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE, éd., Roderici Ximenii de Rada Historia de rebvs Hispanie sive Historia go (...)

2Commençons par un épisode bien connu des temps fondateurs de la Castille1. Il s’agit d’une légende, d’une construction imaginaire destinée à marquer des relations éthico-politiques fondamentales, même si, au moyen âge, il faisait partie intégrante du savoir historique. Les faits se déroulent au temps du comte Sanche Garcia ou Garcés (995-1017), petit-fils de Ferrand Gonzalez (931-970) et grand-père de Ferdinand Ier (1035-1065). A la fin du XIIe siècle, la Chronica naiarensis, première chronique royale castillane, souligne la position charnière de Sanche entre un comte dont elle prétend la première qu’il libéra la Castille de la tutelle léonaise et un roi dont les prescriptions successorales fondèrent le royaume castillan2. La chronique rapporte aussi que la mère du comte, Sancie, amoureuse d’Almansour et disposée à lui livrer la Castille, s’apprêtait, après avoir déjà tramé la mort de son mari, le comte Garsias Fernandez3, à assassiner son fils en lui faisant boire une potion létale. Elle montre ensuite le piège se refermer sur celle qui l’avait tendu, puisque le comte Sanche, averti, fait finalement boire la potion à sa mère4. On apprend plus loin que Sanche fut enterré au monastère d’Oña, qu’il avait fait construire5. Dans les années 1240, l’archevêque Rodrigue de Tolède, auteur de l’Historia de rebus Hispaniae, et dont on peut dire sans faire preuve d’une audace coupable qu’il fut, dans le champ de l’histoire, l’inventeur d’une identité politique castillane6, associe ces deux faits dans une nouvelle sémantique de l’épisode que gouverne la mise en exergue d’une patria castillane et d’un sentiment « patriatique » castillan. D’une part, l’évocation éthique du comte Sanche fait, entre l’éloge de ses vertus (vir virtutum) et celui de son dévouement à ses sujets (in subditos totus pius), une place centrale à l’amour de la patrie en le qualifiant d’amator patriae; d’autre part, la fondation du monastère d’Oña est ici directement liée à la mort de la comtesse Sancie sous l’espèce d’un geste expiatoire. Sanche, « porté à la pénitence par son cœur contrit », fait construire un monastère auquel il donne le nom d’Oña parce que, prétend Rodrigue, il appelait more hispanico sa mère Mioña7. Ce monastère deviendra la première nécropole dynastique des princes castillans. L’Historia de rebus Hispaniae aussi bien que les tombeaux conservés à Oña montrent que le comte Sanche lui-même, son fils l’infant Garsias Sanchez († 1028), sa fille, la comtesse Momadueña († 1066) et son mari, le roi de Pampelune et comte consort de Castille Sanche III le Grand († 1035), puis, par delà Ferdinand Ier, fils de Sanche et de Momadueña, qui avait lui aussi manifesté son souhait d’être enterré à Oña mais qui le fut à León pour les raisons que j’exposerai plus loin, le fils aîné de Ferdinand, le roi Sanche II de Castille († 1072), y furent inhumés.

3Quant à ce qui nous intéresse aujourd’hui, retenons que la première fondation d’un panthéon princier en Castille et son nom même sont liés, dans le trésor des légendes fondatrices recueillies ou produites par l’historiographie, au sort d’une femme. Cette femme est mauvaise, cette femme conspire à anéantir la dynastie. Néanmoins, c’est en son nom qu’est construite la première nécropole princière, la mauvaise mère devenant l’heureuse matrice d’une mémoire dynastique castillane après que le matricide du comte Sanche aura scellé la primauté publique de la patria et de l’amor patriae sur l’univers privé de l’affect parental.

4Cette mythologie fondatrice a pour premier point commun avec les pratiques sociales qu’une femme s’y trouve à l’origine d’une nécropole princière et qu’elle donne sens à cette fondation. Le comte Sanche et le monastère d’Oña nous donnent du reste l’occasion de glisser d’un ordre à l’autre et de nous intéresser à une réalité dont Oña constitue bien la première éclosion en Castille et qui reçut dès le XIe siècle le nom d’infantaticum (infantazgo, en roman).

  • 8  Les mots sont ceux d'une charte castillane antérieure : celle de la donation à Dieu, en 978, d’Urr (...)
  • 9  Dernière édition du document : ZABALZA DUQUE, doc. 64, p. 458-478. « Ego, quidem Sancius comes et (...)

5La charte de fondation du monastère d’Oña, datée de 1011, indique que le comte Sanche Garcés et sa femme, la comtesse Urraque, confièrent la direction des moines et des moniales accueillis dans cet établissement à une de leurs filles, Tigride, après l’avoir « offerte en présent » à Jésus Christ8. Tigride fut chargée de recueillir les corps de ses parents, de prendre soin de leurs âmes et d’œuvrer de même au salut de leurs ancêtres et de leurs descendants. Pour payer le seruicium que leur rendait ainsi leur fille, le comte et la comtesse de Castille dotèrent le sanctuaire d’un ensemble de biens tout à fait considérable9. Nous avons vu la fortune que connut cette nécropole auprès des comtes et des rois.

  • 10  Sur tout ceci, RaquelALONSO ÁLVAREZ, « Los enterramientos de los reyes de León y Castilla hasta Sa (...)
  • 11  « Et Ranimirus qui erat rex mitissimus, filiam suam Geluiram Deo dicavit, et sub nomine eiusdem mo (...)
  • 12  LUC DE TUY, Chronicon mundi, IV : « Tradidit etiam filiabus suis, Vrrace scilicet et Geloyre, totu (...)
  • 13  « Spretis carnalibus copulis periturisque mariti indumentis, de foris sub laicali habitu, sed intr (...)

6La fondation comtale castillane s’inspira sans doute de pratiques royales léonaises10. Selon l’évêque Sampire, qui écrit, au début du XIe siècle, une histoire des rois asturo-léonais, le roi Ramire II (931-950) fit construire à León, près de son palais, un monastère dédié au Saint Sauveur qu’il confia à sa fille Elvire, préalablement « donnée à Dieu », et dans lequel il fit sa sépulture11. Ses descendants et successeurs – Ordoño III († 956), Ordoño IV († 962), Sanche I († 966), – l’y suivirent. Sous le règne d’Alphonse V (999-1028), la communauté féminine de ce premier monastère, appelé tout bonnement Saint-Sauveur du Palais du Roi (San Salvador del Palaz del Rey), fut transférée à Saint-Pélage, qu’Alphonse, après les dévastations d’Almansour, venait de reconstruire. Lui-même et son fils Vermude III († 1037) y furent ensevelis. Ferdinand Ier (1037-1065) et Sancie, roi et reine de León, agrandirent Saint-Pélage, dont une partie, abritant une communauté de chanoines, fut vouée à saint Isidore de Séville, dont les rois avaient acquis les restes, et léguèrent le nouvel établissement à leurs filles Urraque et Elvire après avoir décidé d’y être eux-mêmes inhumés. À leur suite, leur fils Garsias, roi de Galice († 1090), leurs filles Urraque († 1101) et Elvire († 1099), leur petite-fille, la reine Urraque († 1126), y trouvèrent leur sépulture. Rien ne dit que les filles de Ferdinand et de Sancie aient été elles-mêmes « données à Dieu » et l’on a tout lieu de penser qu’elles furent des laïques. Toutefois, on ne leur connaît pas d’époux et sans doute répondaient-elles aux critères dont chroniques et chartes disent qu’ils présidaient à la désignation des détentrices de l’infantat: être filles de rois, célibataires et chastes12. Ceci plaçait les infantes non loin de l’orbe monacal: d’Urraque, fille de Ferdinand Ier et de Sancie, l’auteur de l’Historia legionensis écrit dans les premières décennies du XIIe siècle que, refusant l’accouplement charnel, elle avait choisi le Christ pour époux et que, sous des dehors laïques, elle portait une bure « intrinsèque »13.

  • 14  Quelques travaux, néanmoins, dont plusieurs récents : Julio PÉREZ LLAMAZARES, Historia de la Real (...)

7De l’infantat, l’histoire reste à faire14. Quel était chaque fois le statut de celle à qui l’on confiait, dans l’enceinte monastique, le soin du corps et de l’âme des défunts ? Quel fut, sur la puissance considérable que devint au fil du temps l’infantat, le partage du pouvoir entre les infantes et les rois ? De nombreux points, notamment, restent obscurs. Les sources révèlent néanmoins la figure fondamentale d’une femme de sang royal ou princier, vouée ou non à Dieu mais à tout le moins célibataire et chaste, chargée de gouverner un réseau de monastères qui pouvaient accueillir des communautés masculines, féminines ou mixtes et dépendaient communément d’un établissement dominant qui ajoutait à ses fonctions habituelles celle d’accueillir les cadavres du lignage régnant.

8Pour les rois de León, le mausolée d’infantazgo fut à l’origine et pour longtemps comme une annexe domestique, une extension du palais vouée à l’existence post mortem des souverains et de leur lignage. Saint-Sauveur du Palais du Roi: on ne saurait mieux dire. Non qu’il se soit agi d’un espace privé, de ceux que l’histoire anthropologique tient pour naturel qu’il fût régi par des femmes. Au sein et au-dehors de la maison princière – c’est le second point de conformité des pratiques sociales avec la sémantique de la Légende de la comtesse félonne –, les fonctions dévolues aux infantes induisirent d’importants effets sur l’espace public. Le soin des âmes, ou, si l’on préfère, l’intercession spirituelle, était une mission de si grande conséquence et suscitait de tels transferts de richesses qu’elle plaça les infantes en situation de concurrencer de puissants professionnels de l’Église et les impliqua dans des querelles ecclésiologiques dont les enjeux affectaient tout l’Occident. Quant aux corps, rassemblés en témoignage de la présence pérenne et de la solidarité des dynastes, ordonnés et interprétés par des épitaphes qui ébauchaient une geste des ancêtres, sacralisés par l’enceinte où ils reposaient, par la prière et par les commémorations liturgiques, les soins qu’on leur prodiguait contribuaient non seulement à charpenter la mémoire dynastique des princes du présent, mais encore à établir une généalogie des pouvoirs et des territoires dont l’enjeu était la légitimité et la dignité respective des royautés et des royaumes. Sur ces grandes fonctions des nécropoles d’infantat, les chroniques, comme aussi la documentation, nous livrent le témoignage de cas concrets. J’en ai retenu trois, diversement significatifs, que je présenterai dans la chronologie.

  • 15  À la mort de son père, en 1035, Ferdinand avait reçu en héritage le comté castillan tandis que son (...)
  • 16  Ferdinand trouva aussi son intérêt à cette identification léonaise qui le reliait à un lignage roy (...)
  • 17  Couronnement de Ferdinand et maintien du siège de la royauté à León ; exaltation, par le roi et pa (...)
  • 18  Le fait, rapporté d’abord par l’Historia legionensis (SANTOS COCO, p. 80),est repris par toute l’h (...)

9Nous avons vu l’intention de construire une mémoire dynastique par une politique de l’inhumation se faire jour à León dans le deuxième tiers du Xe siècle, puis s’affirmer continûment au cours des premières décennies du XIe. Or, en 1037, le fils et successeur d’Alphonse V, Vermude III, dont la sœur Sancie avait épousé le comte de Castille Ferrand Sanchez, trouva la mort dans un affrontement militaire avec son beau-frère. Le comte de Castille s’empara aussitôt par sa femme de la couronne de León et régna désormais sous le nom de Ferdinand Ier. Le royaume connaissait ainsi une rupture et même une aliénation dynastiques, la dynastie asturo-léonaise primitive se voyant supplantée par la dynastie royale navarro-castillane : Ferdinand était en effet le second fils du roi Sanche le Grand de Pampelune et de Momadueña, comtesse de Castille15. Dans un premier temps, les élites de León, la noblesse notamment, résistèrent. L’historiographie montre néanmoins qu’au rejet succéda bientôt un processus de « léonisation » de Ferdinand16. Parmi les ressorts de cette appropriation identitaire17, une décision est due à l’influence personnelle de l’infante héritière Sancie. Celle-ci, détournant Ferdinand de son intention première d’être enseveli en Castille, soit au monastère du Saint-Sauveur d’Oña – aux côtés de son père navarrais et de sa mère et de son grand-père maternel tous les deux castillans – soit à Saint-Pierre d’Arlanza – mausolée de son homonyme, le comte fondateur Ferrand (Gonzalez) –, parvint à le convaincre de confier sa dépouille au panthéon royal de Saint-Isidore où il reposerait aux côtés des dynastes léonais18.

  • 19  Cf. la donation de décembre 1063 (María Encarnación MARTÍN LÓPEZ, Patrimonio cultural de San Isido (...)

10Espérant sans doute que, dans le cas de son époux, l’implantation territoriale finirait par l’emporter sur l’appartenance lignagère tandis que, de son côté, elle relaierait ses ancêtres virils dans la transmission de la royauté au sein de la dynastie primitive, Sancie s’efforçait de déjouer l’annexion dynastique de León par le lignage royal navarro-castillan. Elle enfouissait aussi en terre léonaise le germe commun de l’épanouissement dynastique amené par le partage du royaume entre ses trois fils. Dans le même temps, favorisant l’expansion et l’unification des possessions d’infantat19, elle constitua au bénéfice de ses filles, maîtresses de Saint-Pélage et de Saint-Isidore, un immense réseau seigneurial qui, de la Galice à la Castille en passant par León et la Terre de Campos, contrebalancerait le démembrement du royaume et contribuerait à maintenir à León le centre de gravité d’un territoire bientôt morcelé. Ce dispositif sauva en effet la couronne léonaise lorsque Sanche II de Castille voulut s’emparer de León et les premiers successeurs de Ferdinand et de Sancie sur le trône d’un royaume réunifié (Alphonse VI, Urraque, Alphonse VII) se présentèrent eux-mêmes et furent perçus comme des rois de León. Tels furent les effets politiques, tout à fait majeurs, de la stratégie funéraire d’une reine souverainement intelligente.

  • 20  Georges DUBY, Dames du XIIe siècle (2. Le souvenir des aïeules), Paris : Gallimard (Folio, Histoir (...)
  • 21  Cf. Georges MARTIN, « Hilando un reinado. Alfonso VI y las mujeres », e-Spania [En ligne], 10 | dé (...)
  • 22  La politique ecclésiale défavorable à la communauté féminine de Saint-Pélage menée par l’infante S (...)

11 À la génération suivante, sous le règne d’Alphonse VI (1065/1072-1109), c’est un problème d’ordre ecclésiologique que dut affronter l’infantat, lorsque le mouvement de restructuration de l’Église et de ses relations avec les puissances laïques communément appelé « réforme grégorienne » et son principal vecteur, l’ecclesia clunisienne, pénétrèrent en León et en Castille. Cluny servit l’aspiration d’Alphonse VI à exercer sur la mythique Hispania une forme d’hégémonie "impériale"; en retour, elle obtint un subside considérable qui consolida sa place de première puissance monastique de la chrétienté, s’empara des principales prélatures castillano-léonaises et put s’employer librement à imposer l’ordre grégorien. Au renouveau qui se mettait en place, l’infantat, devenu, nous venons de le voir, une puissance économique et politique de premier rang, contrevenait au moins à deux titres : des femmes y avaient pied sur des communautés monastiques masculines, des laïques exerçaient leur pouvoir sur des clercs, intervenant dans l’attribution des charges. Un troisième problème se posait, qui concernait l’intercession spirituelle. À León, le lignage royal se l’était appropriée. Or, Cluny prétendait en faire une prérogative ecclésiastique et avait élaboré, aux dimensions de l’Occident, un programme très cohérent pour se l’accaparer20. Les infantes Urraque et Elvire résistèrent à Cluny et à la politique pontificale. Elles s’employèrent notamment à différer la substitution du rite hispanique traditionnel par le rite romain et écartèrent les clercs ultra-pyrénéens des dignités ecclésiales de l’infantat21. Ce fut au point qu’Alphonse VI, entouré de ses cinq épouses, dont trois bourguignonnes, et en particulier de Constance, nièce de l’abbé de Cluny Hugues de Semur et mère de l’infante héritière, demanda à être inhumé, non point à Saint-Isidore, mais à Sahagún, avant-poste de l’implantation clunisienne en territoire léonais. Les deux sœurs du roi, inébranlables, puis leur nièce, la reine Urraque, choisirent quant à elles de pérenniser le modèle d’un contrôle lignager de l’intercession spirituelle en se faisant inhumer à León. La défense de cette pratique traditionnelle au sein de la nécropole royale conduisit donc ces trois femmes à mener, au long de presque un demi-siècle, un combat ecclésiologique majeur contre les pouvoirs qui étaient censés les encadrer. Les conséquences de cet affrontement inégal se firent sentir dans les années centrales du XIIe siècle, où l’infantat léonais, après de fortes turbulences, souffrit une soudaine désagrégation22. Les vestiges de sa grandeur suscitèrent pourtant, au début du XIIIe siècle, une intéressante résurgence en Castille, dans laquelle les femmes jouèrent encore un rôle déterminant.

  • 23  Sur les conditions territoriales de la paix de 1197 et du mariage de Bérengère avec Alphonse IX de (...)
  • 24  MARTÍN LÓPEZ, Colección documental..., doc. 164 (donation personnelle, a. 1197-1199), 167 (privilè (...)

12En 1157, après non loin d’un siècle d’union, les royaumes de León et de Castille se trouvèrent à nouveau divisés à la mort d’Alphonse VII l’Empereur. La possession de ce qui subsistait des biens d’infantat, notamment de ceux situés dans la zone frontalière des Terres de Campos, devint une pomme de discorde entre Léonais et Castillans. Pour mettre fin à ces conflits, on maria Bérengère, fille aînée d’Alphonse VIII de Castille (1158-1214), à son cousin le roi Alphonse IX de León (1188-1230) et l’on mit en possession de l’épouse, les uns assignés en dot les autres en douaire, les monastères, villes et forteresses de « l’infantat de Campos »23. L’union fut scellée en 1197 et Bérengère s’installa donc à León, auprès de son époux. Elle y vécut jusqu’en 1204, date à laquelle elle rentra en Castille après qu’Innocent III avait annulé son mariage pour consanguinité. À León, Bérengère eut tout loisir d’admirer la splendeur d’une nécropole royale embellie au fil du temps par les infantes et d’en comprendre les missions. Plusieurs chartes témoignent de l’intérêt de la reine pour la collégiale de Saint-Isidore24.

  • 25  Cf. notamment Ariel GUIANCE, Los discursos sobre la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV)(...)

13En Castille, au contraire de ce qui avait eu cours à León, les corps princiers s’étaient dispersés25. Saint-Pierre d’Arlanza avait accueilli celui de Ferrand Gonzalez († 970), Saint-Pierre de Cardeña celui de Garsias Fernandez († 995). Oña avait gagné la sympathie des Sanche : le comte Sanche Garcés († 1017), le roi Sanche le Grand († 1035) et le roi Sanche II († 1072) s’y côtoyaient. Le comte Ferrand Sanchez de Castille, devenu Ferdinand Ier de León († 1065), avait choisi, quant à lui, de se fondre, à Saint-Isidore, dans le cortège funèbre des dynastes léonais. Le troisième Sanche de Castille († 1158), fils aimant d’Alphonse VII l’Empereur suivit son père dont le choix s’était porté sur Tolède, siège de l’imperium hispanique des Goths.

  • 26  José Manuel LIZOAIN GARRIDO, Documentación del monasterio de Las Huelgas de Burgos (1116-1230), Bu (...)
  • 27  L’infant Sanche était mort l’année même de sa naissance, en 1181 ; née en 1182, l’infante Sancie é (...)
  • 28  HDRH, VII, 33, p. 255 : « [...] prope Burgis ad instanciam serenissime uxoris sue Alienor regine m (...)
  • 29  LIZOAIN GARRIDO, Documentación..., doc. 52, p. 93 : « Preterea, promissimus in manu predicti abbat (...)

14Alphonse VIII, fils de Sanche III et père de Bérengère, avait fondé en 1187, près de Burgos, le monastère de Notre-Dame Royale (Sancta Maria Regalis) où s’était installée une communauté de moniales cisterciennes. Autour du roi, la charte de fondation laisse voir plusieurs femmes : Alphonse est accompagné de son épouse Aliénor d’Angleterre, et tous les deux agissent avec le « consentement » de leurs filles Bérengère et Urraque26. Ces deux dernières sont sans importance: elles étaient alors la seule progéniture vivante du couple et n’avaient respectivement que sept et un ans27. À Aliénor, en revanche, Rodrigue de Tolède prête un rôle tout à fait décisif, déclarant que ce fut elle qui inspira au monarque la fondation de l’établissement28. Nous ignorons, quoi qu’il en soit, lequel des époux eut le premier l’idée, en 1199, de confier communément leurs dépouilles à Notre-Dame Royale et de conseiller à leur descendance d’en faire autant29 : Aliénor, une fois encore, qui avait peut-être en tête l’abbaye de Fontevraud, dont sa mère était en train de faire la nécropole princière des Plantagenêt ? Ce fut néanmoins sa fille Bérengère qui eut à cœur de mener à bien ce projet.

  • 30  HDRH, VII, 36, p. 258.
  • 31  HDRH, VIII, 15, p. 280, et IX, 1, p. 281.
  • 32  HDRH, VIII, 6, p. 287.
  • 33  Sur cette série de morts et d’inhumations, H. Salvador MARTINEZ, Berenguela la Grande  su época (1 (...)

15Rodrigue de Tolède, encore lui, la montre en effet, retour de son séjour matrimonial à León, toute affairée à entasser à Notre-Dame Royale, d’abord, le corps de l’héritier présomptif, son frère Ferdinand30, mort précocement en 1211, puis, conformément à leurs vœux, ceux de ses parents, Alphonse et Aliénor31, disparus tous deux en 1214, celui enfin de son jeune frère Henri Ier32, mortellement blessé en 1217. Plus tard, elle déposera de même à Notre-Dame : en 1235, le corps de Béatrice de Souabe, première épouse de son fils Ferdinand III, et celui de Marie, leur fille ; en 1242 celui de sa propre fille Constance ; en 1243, celui de sa sœur du même nom ; celui enfin de sa sœur Urraque en 1244. En 1246, Bérengère sera elle-même inhumée à sa demande à Notre-Dame Royale au milieu de ses parents33. L’empressement de Bérengère contrasta avec le comportement de son fils Ferdinand III, lequel, moins friand de regroupements familiaux, entendit, dans la ligne de ses mâles ancêtres, donner un contenu plus personnel ou plus glorieux à son inhumation. En 1252, il se fit ensevelir à Séville, qu’il avait conquise.

  • 34  Sur ce point également, H. Salvador MARTINEZ, Berenguela la Grande..., p. 753 (n. 10) et 787 (n. 9 (...)
  • 35  Raquel ALONSO, ibid., § 12.
  • 36  Ibid, § 24-26 et 33.
  • 37  Voir sur ce point les travaux de José Ángel García de Cortázar, notamment son remarquable manuel L (...)

16 Quel sens prêter à l’obstination de Bérengère ? Sans doute eut-elle à l’esprit le modèle léonais. Elle aura vu dans la fondation de Sainte-Marie Royale l’occasion de fournir à la royauté castillane rétablie en 1158 un lieu de mémoire un peu rassembleur, un lieu, aussi, où, dépassant le clivage qui avait été fatal à Saint-Isidore entre Cluny et les infantes, l’intercession cistercienne pourrait, malgré tout, être confiée à des femmes – éventuellement, à des femmes de sang royal : sa sœur Constance, comme sa fille du même nom, furent toutes les deux moniales à Sainte-Marie Royale et la première abbesse ou seigneure de ce monastère34. Jamais, néanmoins, Bérengère ne songea à redistribuer les dépouilles royales – semblablement à ce qu’avait fait le refondateur de Saint-Pélage35, ou à ce que ferait Alphonse X de Castille36 – et à regrouper dans cette nouvelle nécropole les corps de ses lointains ancêtres castillans ni même à y transférer ceux de ses proches ascendants Alphonse VII et Sanche III, ensevelis à Tolède. Dans un nouveau contexte où le référentiel politique des royaumes passait du dynastique au territorial37, ce qui guida l’action de Bérengère fut sans doute, plus que le souci désormais dépassé de cultiver une mémoire dynastique, celui de constituer un pendant castillan à la polarisation sépulcrale léonaise, de fonder à Burgos une nécropole qui rivalisât en prestige avec Saint-Isidore de León. Elle servait ainsi non seulement la restauration d’une royauté proprement castillane, mais plus encore un royaume de Castille dont tout conspirait à ce qu’il se renforçât aux dépens de celui de León et qui s’apprêtait du reste, une nouvelle et dernière fois, à l’engloutir.

  • 38  À ce propos, l’introduction à mon ouvrage Mujeres y poderes en la España medieval, Alcalá de Henar (...)
  • 39  DUBY, ibid., p. 25.
  • 40  Garsias mourut assassiné à 18 ans après avoir effectivement succédé à son père. Le comte Sanche Ga (...)
  • 41  Ramire et Adosinde eurent trois enfants : Vermude, mort enfant en 941 ; Thérèse, qui épousa le roi (...)

17L’histoire des femmes de pouvoir dans laquelle je me suis engagé est hostile aux simplifications et aux ressassements de l’histoire anthropologique autant qu’aux apories de l’histoire des genres38. Que le sort post mortem des princes et des rois fût confié, à León et en Castille, à des femmes tint-il, pour reprendre les mots de Duby, aux (mystérieuses) relations privilégiées que celles-ci entretenaient avec les trépassés ?39 Je ne saurais le confirmer ni le démentir. J’observe toutefois que le comte Sanche Garcés, fondateur du premier panthéon dynastique castillan, n’eut qu’un fils, l’infant Garsias, qui était appelé à lui succéder40. Il ne put guère confier le sanctuaire d’Oña qu’à une de ses quatre filles. Quant au roi Ramire II de León, fondateur du premier infantat léonais, il n’avait eu lui-même qu’un fils d’un premier mariage avec sa cousine germaine Adosinde et, une fois séparé de celle-ci, un seul autre rejeton mâle avec sa seconde épouse Urraque. Autant que d’incertaines déterminations anthropologiques, la prudence guida sans doute le choix du roi vers la seconde de ses deux filles, seule célibataire41.

  • 42  Cf. GUIANCE, Los discursos sobre la muerte..., p. 315-316.

18Il ne semble donc guère opportun de distinguer des éthiques génériques dans ces logiques de l’inhumation des princes – d’un côté, des hommes portés à faire valoir, dans le choix de leur tombeau, leurs convictions, leurs affects ou leurs mérites personnels; d’un autre côté, des femmes soucieuses des intérêts supérieurs et pérennes des dynasties. Mieux vaudrait interpréter ces différences comme un reflet de la distribution générale des rôles assignés aux uns et aux autres dans la direction d’une société guerrière. Les mâles, à qui l’on réservait la gestion immédiate du présent dans son double versant guerrier et juridictionnel, entendirent jalonner le territoire des marques sépulcrales d’une histoire en marche et notamment, dans le contexte de la Reconquête hispanique, d’une expansion de leur royaume ?42 Il revint aux femmes –qui partagèrent en outre avec les hommes, au gré des circonstances et de façon plus ou moins visible, la réalité du gouvernement– de compléter le panorama de l’action princière en articulant et en conservant la mémoire des comtes et des rois ainsi qu’en veillant sur leur destin post-mortem. Mais la politique sépulcrale dont furent chargées les infantes, loin d’enfermer leur action dans le monacal enclos des mausolées, conféra à celle-ci une portée éminemment publique: par la composition et l’organisation interne d’un réseau seigneurial qui, à l’occasion, polarisa l’espace politique castillano-léonais, par la construction d’une mémoire dynastique et historique dont la logique profonde contribuait à définir l’identité et à établir la dignité respective des royautés et des royaumes, par l’accomplissement de missions spirituelles qui impliquèrent les infantes dans un affrontement ecclésiologique dont les incidences affectaient tout l’Occident.

Haut de page

Notes

1  Il est couramment désigné comme Leyenda de la condesa Traidora. Plusieurs spécialistes –dont je ne suis pas– pensent quelle fut forgée à Oña pour rendre compte des origines du monastère.

2  Juan Antonio ESTÉVEZ SOLA, éd., Chronica naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continutio Mediaeualis, LXXI A, 1995, III, 1-4 et 11, p. 149-153 et 167. Désormais : CN, livre, paragraphe, page.

3  CN, II, 37, p. 144.

4  CN, II, 39, p. 145-146.

5  CN, III, 1, p. 150 : « Sepultus apud Oniense monasterium, quod fecerat ».

6  Cf. Georges MARTIN, « Fondations monastiques et territorialité. Comment Rodrigue de Tolède a inventé la Castille », in : Patrick HENRIET, dir., Représentation de l’espace et du temps dans l’Espagne des IXe-XIIIe siècles. La construction de légitimités chrétiennes, Lyon : ENS-Éditions (Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 15), 2003, p. 243-261; désormais sur le portail Persée: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_hos_15_1_1290.

7  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE, éd., Roderici Ximenii de Rada Historia de rebvs Hispanie sive Historia gothica, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continutio Mediaeualis, LXXII, 1987, V, 3, p. 151. (Désormais : HDRH, livre, chapitre, page). Pidal tenait mioña pour un dérivé de midoña ou midueña avec chute du d intervocalique [Cantar de mio Cid, I (gramática), § 138]. Les auteurs de la version sancienne de l'Estoire d'Espagne déclaraient à la fin du XIIIe siècle: « Empos esto el conde don Sancho con pesar et crebanto por que matara a su madre en aquesta guisa, fizo por ende un monesterio muy noble, et pusol nombre Onna por del nombre de su madre en la guisa que aqui agora departiremos : En Castiella solien llamar Mionna por la sennora, et porque la condesa donna Sancha era tenuda por sennora en tod el condado de Castiella, mando el conde toller deste nombre Mionna aquella "mi" que uiene primero en este nombre; et esta palabra que finca tolluda dend "mi", que llamassen por nombre a aquel monesterio Onna et assi le llaman oy en dia Onna » [Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Primera Crónica general de España, Madrid: Gredos, 1977 (3e reimpression), 2, chap. 764, p. 454b].

8  Les mots sont ceux d'une charte castillane antérieure : celle de la donation à Dieu, en 978, d’Urraque, fille du comte Garsias Fernandez et de sa femme, la comtesse Ava, et de la consitution, pour celle-ci, d'une vaste seigneurie rattachée au monastère de Covarrubias. Cependant, cette première pratique n'incluait pas le dépôt des corps comtaux dans le monastère (Garsias Fernandez fut enterré à Saint-Pierre de Cardeña). Voici quelques extraits du texte de la charte : « Ego Garsea Fredinandez, cum coniuge mea Aua comitissa [...] decrebimus munus offere Domino Ihesu Christo et Sanctis eius, id est, prolem filiamque nostram Urraca et elegimus ipsius loci que Couerubensis situm, qui extat in ripa fluminis Asilanca, reliquie namque residentis loci illius sanctorum Cosme et Damiani et apostoli et sanctorum Iusti et Pastoris, testium Christi. Qua quidem, ego Garsea Fredinandez comite et Aua comitissa donamus tibi, filia nostra Urraca, in Couasrubias cum suis terminis, uidelicet, de semitario antico de Mambulas usque in ualle de Sancto Petro, etc. Uillas et monasterios que donamus tibi, filia, at seruiendum Deo et sanctorum Cosme et Daminani et cuorum reliquie que hibi recondite sunt, id est,  de Lerma, etc. Ego, Garsea Fredinandez et Aua comitissa sic donamus tibi, filia nostra Urraka, histas uillas et histos monasterios [...] quomodo serviebant ad illas sedes regales sic seruiant tibi filia nostra Urraka et ad sanctorum martirum Cosme et Damiani ut popules, uindices et habeas sine facinora. [...] Hec omnia que supra nominabimus dedimus Deo et filia nostra Urraka et sanctorum martirum Cosme et Damiani et loci psius donamus adque concedimus ut de hodie uel tempore in tuo iure sit confirmatum ut habeas, teneas, uindices atque defendas iure perehenni » (Dernière édition du document : Manuel ZABALZA DUQUE, Colección diplomática de los Condes de Castilla, Salamanque : Junta de Castilla y León, 1998, doc. 52, p. 396-400).

9  Dernière édition du document : ZABALZA DUQUE, doc. 64, p. 458-478. « Ego, quidem Sancius comes et vxor mea Vrraca cometissa cum prontis animis decreuimus, eciam Domino Ihesu Christo creatori omnium, oferre in munere filiam nostram nomine Tegridiam et elegimus eam ut preeset ad regendos Dei cultores et omnes Deo deuotas, cum Dominus de se ipso dicit : ’Ego sum pastor bonus, et cognosco oues meas, et cognoscunt me mee, et uocem meam audiunt et secuntur me et uitam eternam do eis’. Ergo, ut ex Dei famulis famulabusque tua sit o Filia, cura quantum ad curationem detinet animarum et, ut spirituali studio repleantur. Ideo, tradimus animas nostras simul cum corporibus ut, et post obitum nostrum, piam solitamque curam nostri recompenses qua proter (sic) in hoc testu precepimus exarare in honore predictorum sanctorum hoc priuiliegium, et in obsequio tui serviciumque ibidem hac pro nostrorum criminum remissione et pro fidelium defunctorum requie. [...] tum, pro nostrum anime et corporis salute tum esciam (sic), tam per horum qui iam defunti ab hoc seculo migrauerunt parentum quam certe pro illorum, qui de nostra progenie nacituri (sic) totius carnis viam sunt ingressuri, remisione peccatorum, ea dum tasat in ita cum eis sentenciali conuencione » (ZABALZA DUQUE, p. 460 et 462).

10  Sur tout ceci, RaquelALONSO ÁLVAREZ, « Los enterramientos de los reyes de León y Castilla hasta Sancho IV », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007, mis en ligne le 31 janvier 2008, consulté le 20 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.109.

11  « Et Ranimirus qui erat rex mitissimus, filiam suam Geluiram Deo dicavit, et sub nomine eiusdem monasterium intra urbem Legionensem mire magnitudinis construxit in honore sancti Salvatoris iuxta palatium regis » (version Legionensis, Francisco SANTOS COCO, éd., Historia silense, Madrid : Sucesores de Rivadeneyra, 1921, p. 52-53). « […] Proprio morbo discessit, et quiescit in sarchofago iuxta ecclesiam sancti Salvatoris, ad cimiterium quod construxit filie sue domne Geluire » (ibid., p. 53).

12  LUC DE TUY, Chronicon mundi, IV : « Tradidit etiam filiabus suis, Vrrace scilicet et Geloyre, totum infantaticum cum omnibus monasteriis, que ipse construxerat, ammonens ut usque ad exitum huius uite ipsas ecclesias adhornarent et absque mariti copula uiuerent » (Emma FALQUE, éd., Lvcae Tvdensis Chronicon mvndi, Turnhout : Brepols (CC, CM, LXXIV, 2003, p. 292 ; désormais : CM, livre, page) ; HDRH, V, 2, p. 150 : « Hic construxit monasterium in honore sanctorum Cosme et Damiani iuxta ripam fluminis Aslancie, in villa que Cauee Rubee nuncupatur, et amplissimis possessionibus dilatauit ; et loca que dedit, statuit Infantaticum appellari eo intuitu, quod si aliqua de genere suo non posset aut nollet mariti comparis solacia adipisci, de bonis monasterii provideretur eidem largiter et decenter, demptis dumtaxat neccessariis clericorum qui inibi Deo et sanctis martiribus deseruirent » ; charte d’Alphonse VII l’Empereur (a. 1148) : « Et si qua mulier de progenie nostra fuerit ad quam infantagum pertineat et innupta manere et bonam et honestam uitam ducere uoluerit ipsas easdem ecclesias et canonicos ibi degentes et omnes possessiones eorum protegat et defendat ab omnibus hominibus manu teneant et in necessariis adiuuet et consilietur et nichil de suis exigere presumat. Si uero aliqua mulier talis ut supra diximus cui infantazgum pertineat superstes non fuerit rex terrae quod ipsa deberet eis supplere » (María Encarnacón MARTÍN LÓPEZ, Patrimonio cultural de San Isidoro de León. Documentos de los siglos X-XIII, León : Universidad de León/Real Colegiata de León, 1995, doc. 44, p. 72).

13  « Spretis carnalibus copulis periturisque mariti indumentis, de foris sub laicali habitu, sed intrinsecus sub monachali observatione Christo vero sponso inhesit » (SANTOS COCO, p. 11).

14  Quelques travaux, néanmoins, dont plusieurs récents : Julio PÉREZ LLAMAZARES, Historia de la Real Colegiata de San Isidoro de León, León, 1927 ; Luisa GARCÍA CALLES, Doña Sancha, hermana del Emperador, León-Barcelone : Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 2, 1972 ; María Amparo VALCARCE, El dominio de la Real Colegiata de San Isidoro de León hasta 1189, León : Institución « Fray Bernardino de Sahagún »/Diputación provincial/CSIC, 1985 ; Patrick HENRIET, « Deo votas. L’Infantado et la fonction des infantes dans la Castille et le León des Xe-XIIe siècles » in : Au cloître et dans le monde. Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, Patrick HENRIET et Anne-Marie LEGRAS (éd.), Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2000, p. 189-203 ; Emmanuelle KLINKA, « L’affirmation d’une nouvelle dynastie », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 20 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.19260 ; id., « Sancha, infanta y reina de León », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008, mis en ligne le 27 mai 2010, consulté le 20 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.11033 ; Georges MARTIN, « Le testament d’Elvire (Tábara, 1099) », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008, mis en ligne le 08 octobre 2012, consulté le 20 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.12303 ; ThereseMARTIN, « Hacia una clarificación del infantazgo en tiempos de la reina Urraca y su hija la infanta Sancha (ca. 1107-1159) », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 19 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.12163.

15  À la mort de son père, en 1035, Ferdinand avait reçu en héritage le comté castillan tandis que son frère aîné, Garsias, montait sur le trône de Pampelune. C’est encore Rodrigue de Tolède qui avance l’idée que Ferdinand reçut ce comté à l’instigation de sa mère, développant dans ce sens la Légende de la reine calomniée rapportée par la Chronica naiarensis (CN, III, 2, p. 150-151 ; HDRH, V, XXVI, p. 175-177). Là-dessus, Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, 1992 p. 281-282. Prolongeant les volontés de sa mère, Ferdinand Ier lèguera à son tour la Castille – à titre cette fois de royaume – à Sanche, son fils aîné (1065).

16  Ferdinand trouva aussi son intérêt à cette identification léonaise qui le reliait à un lignage royal wisigothique (privilège dont le privait son ascendance navarraise). Là-dessus : Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viie-xie siècles), Turnhout : Brepols, 2003, p. 175 et Raquel ALONSO, « Los enterramientos... », § 16.

17  Couronnement de Ferdinand et maintien du siège de la royauté à León ; exaltation, par le roi et par son entourage, de la mémoire d’Alphonse V ; installation à León, à l’initiative de Ferdinand, des restes du « docteur des Espagnes » Isidore de Séville. Cf. Georges MARTIN, « La Historia legionensis (llamada silensis) como memoria identitaria de un reino y como autobiografía », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, DOI: 10.4000/e-spania.21740.

18  Le fait, rapporté d’abord par l’Historia legionensis (SANTOS COCO, p. 80),est repris par toute l’historiographie royale castillano-léonaise.

19  Cf. la donation de décembre 1063 (María Encarnación MARTÍN LÓPEZ, Patrimonio cultural de San Isidoro de León. Documentos de los siglos X-XI, León : Universidad de León, 1995, doc. 6, p. 26-29).

20  Georges DUBY, Dames du XIIe siècle (2. Le souvenir des aïeules), Paris : Gallimard (Folio, Histoire, 89), p. 31-34. Manuel Carlos Reglero de La Fuente pointe ce problème – curieusement ignoré par Patrick Henriet – de concurrence entre deux régimes de l’intercession dans son ouvrage Cluny en España. Los prioratos de la provincia y sus redes sociales (1073-ca. 1270), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro” (Fuentes y estudios de historia leonesa, 122), 2008, p. 227 ; et plus largement, p. 192-198. Voir également José María MÍNGUEZ, Alfonso VI. Poder, expansión y reorganización interior, Hondarribia : Nerea, 2000, p. 211-228 et Francisco Javier FERNÁNDEZ CONDE, La Religiosidad medieval en España. Plena Edad Media (siglos XI-XIII), Somonte-Cenero : Trea, 2005, p.147-164. Sur ce point, la bibliographie est immense.

21  Cf. Georges MARTIN, « Hilando un reinado. Alfonso VI y las mujeres », e-Spania [En ligne], 10 | décembre 2010, mis en ligne le 09 décembre 2010, consulté le 19 novembre 2012, DOI : 10.4000/e-spania.20134, § 11-29.

22  La politique ecclésiale défavorable à la communauté féminine de Saint-Pélage menée par l’infante Sancie Raimúndez, soeur d’Alphonse VII, et la dispersion des biens d’infantat provoquée par ses innombrables donations et ses dispositions testamentaires ne furent sans doute pas étrangères à cet affaiblissement. Cf. HENRIET, « Deo votas », p. 316-318. Testament de l’infante : María Encarnación MARTÍN LÓPEZ, Colección documental de la infanta doña Sancha (1118-1159). Estudio crítico, in : León y su historia, vol. VIII, León : Fuentes y Estudios de Historia Leonesa, 2003, doc. 50, p. 290-291.

23  Sur les conditions territoriales de la paix de 1197 et du mariage de Bérengère avec Alphonse IX de León, Julio GONZÁLEZ, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, 3 vol., Madrid : CSIC, 1960, 1, p. 722-729.

24  MARTÍN LÓPEZ, Colección documental..., doc. 164 (donation personnelle, a. 1197-1199), 167 (privilège d’exemption fiscale signé en compagne d’Alphonse IX, a. 1199), 168 (charte personnelle ayant le même objet, même date), 174 (donation et exemption fiscale signées en compagnie d’Alphonse IX, a. 1201), 175 (exemption fiscale signée en compagnie d’Alphonse IX, a. 1201).

25  Cf. notamment Ariel GUIANCE, Los discursos sobre la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1998, p. 281-324.

26  José Manuel LIZOAIN GARRIDO, Documentación del monasterio de Las Huelgas de Burgos (1116-1230), Burgos : J. M. Garrido Garrido (FMCL, 30), doc. 11, p. 21 : « Ego, Aldefonsus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, et uxor mea Alienor, regina, cum consensu filiarum nostrarum Berengarie et Urrace [...], construimus ad honorem Dei et Sancte eius genitricis Uirginis Marie monasterium in la uega de Burgis, quod uocatur Sancta Maria Regalis ».

27  L’infant Sanche était mort l’année même de sa naissance, en 1181 ; née en 1182, l’infante Sancie était morte en 1184. Bérengère était née en 1180, Urraque en 1186.

28  HDRH, VII, 33, p. 255 : « [...] prope Burgis ad instanciam serenissime uxoris sue Alienor regine monasterium dominarum cisterciensis ordinis hedificauit ».

29  LIZOAIN GARRIDO, Documentación..., doc. 52, p. 93 : « Preterea, promissimus in manu predicti abbatis quod nos et filii nostri qui consilio et mandato nostro acquiscere uoluerint... ».

30  HDRH, VII, 36, p. 258.

31  HDRH, VIII, 15, p. 280, et IX, 1, p. 281.

32  HDRH, VIII, 6, p. 287.

33  Sur cette série de morts et d’inhumations, H. Salvador MARTINEZ, Berenguela la Grande  su época (1180-1246), Madrid : Polifemo, 2012, p. 753-754.

34  Sur ce point également, H. Salvador MARTINEZ, Berenguela la Grande..., p. 753 (n. 10) et 787 (n. 93). Le premier à citer le document unique où Constance est qualifiée d’abbesse fut le Père Enrique Flórez (Memorias de las reinas católicas, 2 t., (première éd., 1761), Valladolid : Junta de Castilla y León, 2002, (fac-similé), I, p. 407. La documentation montre toutefois que, dans la première moitié du XIIIe siècle, la dignité abbatiale fut occupée successivement par Sancie Garcia (1205-1230), Marie Pérez (1231-1238) et Inés Laynez (1230-1231 et 1238-1253). Bérengère, soeur d’Alphonse X le Sage, fut en revanche seigneure de Sainte-Marie Royale (Raquel ALONSO, « Los enterramientos... », § 33).

35  Raquel ALONSO, ibid., § 12.

36  Ibid, § 24-26 et 33.

37  Voir sur ce point les travaux de José Ángel García de Cortázar, notamment son remarquable manuel La época medieval, Madrid : Alfaguara (Alianza Editorial, 1973 (19742), p. 289-374.

38  À ce propos, l’introduction à mon ouvrage Mujeres y poderes en la España medieval, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos (Historia y Literaratura, 3), 2011.

39  DUBY, ibid., p. 25.

40  Garsias mourut assassiné à 18 ans après avoir effectivement succédé à son père. Le comte Sanche Garcés eut en outre quatre filles : Momadueña, qui fut mariée au roi Sanche III le Gand de Pampelune ; Sancie, qui épousa le comte de Barcelone Bérenger Raymond I ; Urraque, qui fut unie à Sanche Guillaume, duc de Gascogne et comte de Burgos. Tigride, nous l’avons vu, se vit confier le monastère du Saint-Sauveur d’Oña.

41  Ramire et Adosinde eurent trois enfants : Vermude, mort enfant en 941 ; Thérèse, qui épousa le roi Garsias Sanchés Ier de Pampelune ; Ordoño, qui succéda à son père. Il eut ensuite deux enfants avec Urraque : Sanche, qui succéda à son demi-frère Ordoño, et Elvire, à qui fut confié le monastère du Saint-Sauveur du Palais du Roi.

42  Cf. GUIANCE, Los discursos sobre la muerte..., p. 315-316.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « Des tombeaux et des femmes. Aperçu d’une politique féminine des nécropoles princières à León et en Castille aux Xe-XIIIe siècles », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23259 ; DOI : 10.4000/e-spania.23259

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org