Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

L’apocalypse arthurienne dans le cycle du Pseudo-Boron, ou comment survivre après la fin des temps*

Ana Sofia Laranjinha

Résumés

La Queste du Pseudo-Boron, représentée par les Demandas ibériques, présente un développement à première vue paradoxal de la partie finale du cycle arthurien : d’un côté, la mort du roi Arthur et de ses chevaliers est redoublée par la destruction de tous les monuments qui gardaient la mémoire de ce monde révolu ; de l’autre côté, un nouvel ordre est annoncé sous l’autorité de Charlemagne, le roi-chevalier. Développant une tradition que le Merlin et l’Historia Regum Britanniae connaissaient déjà (celle de la tour qui s’écroule pour signaler les péchés de son constructeur), c’est l’image de la tour-monument que le Pseudo-Boron choisit, d’abord dans la Suite du Merlin et après dans la Queste, pour signifier le pouvoir trop fragile, les fautes d’Arthur et sa disparition définitive.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Cette recherche a été menée dans le cadre du projet « Western Iberian Medieval Arthurian Inventory (...)
  • 1  Sur le cycle du Pseudo-Boron, réécriture du Lancelot-Graal dont les éléments les plus innovateurs (...)

1Les Demandas ibériques présentent un développement à première vue paradoxal de la partie finale du cycle arthurien : d’un côté, la mort du roi Arthur est redoublée par la destruction de tous les monuments qui gardaient la mémoire de ce monde révolu ; de l’autre côté, un nouvel ordre est annoncé sous l’autorité de Charlemagne. Dans le travail qui suit, j’essaierai de montrer comment les fondements symboliques et narratifs de cette dialectique de la destruction–reconstruction surgissent dans les romans qui précèdent la Demanda-Mort Artu, pour mieux faire voir en quoi le cycle du Pseudo-Robert de Boron – une réécriture du premier cycle en prose rédigée vers 12301 – s’éloigne des sentiers battus.

  • 2  Alexandre MICHA (éd.), Robert de BORON, Merlin. Roman du XIIIe siècle, Genève : Droz, 1979, p. 85.
  • 3  Ibid., p. 84.
  • 4  Ibid., p. 85.

2Dans le cycle arthurien en prose, la tour fortifiée n’a pas uniquement un rôle défensif. Sa fonction symbolique est bien en évidence depuis l’épisode de la tour de Vertigier, dans le Roman de Merlin. C’est pour se protéger que l’usurpateur du trône de Logres fait bâtir « une tor si fort et si grant que il n’avroit garde de nul home »2. Mais les moyens matériels, qui ne lui font pas défaut, ne suffisent pas à la construction de ce symbole du pouvoir, puisque, plusieurs fois de suite, le travail de vingt jours ou de trois semaines s’écroule en une nuit. En fait, ceci ne saurait surprendre le lecteur ; Vertigier avait décidé de construire la tour pour se protéger de ses sujets qui se rebellaient à juste titre. « Si mals hom envers son pueples »3, non seulement il avait habilement arrangé la mort du jeune roi qu’il aurait dû protéger, mais, s’alliant aux Saxons, il s’était marié à une princesse paϊenne, ce qui l’avait mené à laisser « grant partie de sa creance por sa femme »4. L’écroulement semble donc avoir une explication morale : le crime et la trahison étant à l’origine du pouvoir de Vertigier, l’écroulement ne peut être que providentiel.

  • 5  Ceci n’est pas une innovation de Robert de Boron, puisque tous les éléments que je viens de mentio (...)

3Or, les clercs consultés par le roi au sujet de cette « merveille », apparemment aveuglés par leur propre complicité, ne suspectent pas le vrai sens de l’événement, même si leur réponse, sur le plan symbolique, présente une dimension sacrificielle qui paraît traduire le besoin de purification de l’usurpateur. Pourtant, c’est pour sauver leur peau qu’ils déclarent que la tour ne tiendra que si elle est construite sur le sang de l’enfant né sans père. Il ne s’agit pas du Christ, mais de Merlin, le fils du diable, qui est prédestiné à les faire mourir et dont ils estiment ainsi pouvoir échapper. Or Merlin, qui devine leurs motivations, décèle la véritable cause de l’écroulement : sous la tour, dans un lac souterrain, vivent deux énormes dragons dont les mouvements provoquent des glissements de terrain. La tour ne pourra tenir qu’après la disparition des dragons, qui se battront à mort. Apparemment, donc, l’interprétation morale est détournée, comme l’avait été l’interprétation sacrificielle. En récupérant le récit mythique du combat du dragon rouge et du dragon blanc, il semblerait que l’explication de Merlin évacue toute problématique de nature éthique, mais tout s’éclaircit lorsque le prophète révèle que le dragon vainqueur du combat signifie les enfants du roi Constant, que Vertigier avait dépouillé de leur héritage, alors que l’usurpateur est représenté par le dragon vaincu. L’explication prophétique de Merlin reconduit donc l’épisode à sa dimension éthique et chrétienne et la scène des dragons, d’origine celtique, est tout à fait apprivoisée5.

4Ainsi, dès le Roman de Merlin, les fondations symboliques de la tour sont établies une fois pour toutes dans le cycle arthurien en prose : symbole du pouvoir, son effondrement annonce la fin du règne mais comportera toujours une culpabilisation du constructeur, culpabilisation qu’étaye évidemment l’épisode biblique de la tour de Babel, même s’il n’est jamais explicitement évoqué.

  • 6  Comme l’avait remarqué Colette-Anne Van Coolput, les statues anthropomorphes non animées envahisse (...)

5En fait, ces images prophétiques de destruction sont souvent liées à la tour parce que la tour est un symbole du pouvoir et un microcosme du château ou du domaine seigneurial, sinon du royaume. C’est pour cela que dans la Suite du roman de Merlin, qui met en scène la pénible affirmation du pouvoir du jeune roi Arthur, celui-ci fait ériger sur la « maistre forterece » de son château de Camaloth des statues représentant Loth, Rion et tous les rois qu’il avait vaincus, s’inclinant devant l’image du roi de Logres lui-même6 :

  • 7  Gilles ROUSSINEAU (éd.), La Suite du roman de Merlin, Genève : Droz, 1996, p. 117.

Lors fist faire .XII. rois de metal seurargentés et dorés richement, et avoit chascuns en son chief une couroune d’or, et avoit chascuns escrit son non en son pis devant. Et avoec chou fist faire un roi en samblance dou roi Loth, au plus samblant que on le pot faire. Apriés ces rois fist faire un autre roi plus .X. tans riche que tuit li autre n’estoient, et fu fais en samblance dou roi Artus. Et quant toutes ces ymages furent parfaites, li .XIII. furent fait en tel maniere que chascuns tenoit en sa main un candeler, mais li autres, cil qui estoit fait en la samblance dou roi Artus, tenoit en sa main une espee toute nue en samblance qu’il manechast les gens. Quant toute cele oevre fu acomplie, li rois fist metre les ymages en la maistre forterece de la tour en haut dessus les creniaus si que tout cil de la chité les veoient apertement, et tint chascuns des rois un gros chierge alumé. Et en mi liu des .XIII. estoit l’image le roi Artus assés plus haut qu’il n’estoient tuit, et tenoit s’espee en sa main et faisoit samblant qu’il manechast cheus qui entour lui estoient. Et cil toutes voies li estoient enclin aussi coume il li criaissent merchi d’auchun mesfait7.

  • 8  C’est le cas de l’abbatiale Saint Pierre à Moissac, de Sainte Foy de Morlaàs dans le Béarn, de l’é (...)
  • 9  Rappellons que le Livre de l’Apocalypse est intensément évoqué dans le Prologue de l’Estoire del S (...)

6Ce monument à la gloire d’Arthur est d’autant plus grandiose qu’il renvoie, par sa structure et quelques-uns de ses éléments, à un motif iconographique bien connu du public médiéval qui l’admire souvent sur les portails des églises8 : celui des vieillards couronnés de l’Apocalypse qui se plient devant le trône de Dieu, chantant ses louanges (Ap., 4, 4-11). Les cierges allumés que les rois tiennent à la main remplacent les instruments de musique et les coupes de parfum, mais ne vont pas sans rappeler les sept lampes de feu que le Livre de l’Apocalypse inclut dans la même scène (Ap., 4, 5)9.

  • 10  Cf. La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 48-49.

7Or, l’utilisation de l’intertexte biblique a ici une fonction évidente : il s’agit d’évoquer la fin des temps arthuriens, qui n’est jamais loin de l’esprit de l’auteur de la Suite. Mais il y a peut-être également un rapprochement ironique, puisque ce monument dressé par Arthur lui-même à la gloire de ses victoires militaires ne masque pas ses limitations. Au contraire, par sa glorification d’un roi encore faible, il met en lumière ses fragilités. Ainsi, l’épée qu’Arthur brandit au-dessus des autres rois fait penser à la scène du même roman où le roi Pellinor est empêché de le tuer par Merlin, qui suspend le mouvement de son bras alors qu’il se préparait à le décapiter10. Lorque le roi de Logres fait part à Merlin de son souhait que les cierges ne s’éteignent pas « de nuit et de jour ne por vent ne pour plueve », celui-ci fait un enchantement qui les protègera jusqu’à sa mort à lui (c’est-à-dire, jusqu’à la mort de Merlin), détournant ainsi, en quelque sorte, l’objet de la célébration. Et il ajoute :

  • 11  Ibid., p. 118. Ajoutons qu’en mettant les phénomènes athmosphériques en rapport avec la mort de Me (...)

En chelui jour qu’il s’estainderont averront .II. merveilles en ceste terre, car je serai livrés a mort par engin de feme et si fera li Chevaliers as .II. Espees le Dolereus Caup encontre le desfence Nostre Signour, pour coi les aventures dou Saint Graal averront, especiaument ou roiaume de Logres. Et lors commencheront les dolours et les tempestes par toute la Grant Bretaigne […]. […] adont estainderont cist chierge et sera espandue une grant obscurtés ens en mi lieu dou jour tout par mi ceste terre, si qu’il ne verront goute entour eure de miedi. […] Si vous di que a chelui terme ne serés vous sans grant doute et sans grant paour11.

  • 12  Cf. La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 26, 88, 110.
  • 13  Cf. Mt 24, 1-8 ; Mc 13, 1-8 ; Lc, 21, 1-6. Même s’il n’est pas question de l’écroulement de la tou (...)

8Ce discours à l’allure apocalyptique dérobe le devant de la scène au roi pour le restituer à son plus précieux allié, celui qui prépare son avènement au trône de Logres, révèle son identité au bon moment, le sauve de la mort et va jusqu’à agencer la tactique militaire qui aboutira à la victoire sur les treize rois déjà mentionnés12. En associant sa propre mort à l’écroulement euphémisé qu’est la disparition du feu des cierges, Merlin confirme son emprise sur le roi. En faisant débuter la quête du Graal par le Coup Douloureux et en reliant le temps de la Quête à celui des grandes douleurs13, il fait de la dernière aventure des chevaliers de la Table Ronde un temps de décadence qui mènera inéluctablement à la fin du royaume, une apocalypse arthurienne.

  • 14  Dominique Boutet souligne, dans cette scène, la soumission des rois, qui représentent d’après lui (...)
  • 15  Cet épisode remontait d’ailleurs au moins à l’Historia Regum Britanniae (cf. Philippe WALTER, Arth (...)
  • 16  Merlin. Roman du XIIIe siècle, éd. cit., p. 181.

9De toute façon, malgré la faiblesse d’Arthur et les clins d’oeil ironiques, la tour aux statues de la Suite est bien un monument à la souveraineté d’Arthur14, marquant sa victoire sur les rois paϊens qui menaçaient de tout détruire, d’autant plus qu’elle reprend une tradition que l’on retrouve dans le Roman de Merlin : l’Enchanteur, après la victoire d’Uterpendragon sur les Saxons et en hommage à son frère Pendragon, mort sur le champ de bataille, avait dressé sur la plaine de Salesbieres de grosses pierres venues d’Irlande15. Seulement, ce monument « parroit tant com crestientez durroit16 », alors que celui de la Suite ne durera que jusqu’à la mort de Merlin, ce qui en dit long sur l’affaiblissement du personnage royal, mais aussi sur l’impression qui se dégage de la Suite, de proximité de la fin des temps.

10Ajoutons que les statues des rois vaincus sont redoublées, dans la Suite du Merlin, par un monument, disons, en chair et en os : lorsqu’Arthur reçoit la Table Ronde comme dot pour son mariage avec Guenièvre, la plupart des sièges sont déjà pris par des chevaliers de la Tarmelide. Merlin (toujours lui) désigne les chevaliers qui devront occuper quarante-huit des cinquante places encore vacantes. Les deux autres sont destinées au Chevalier du Graal, ce qui est tout à fait prévisible dans le contexte cyclique, mais aussi à Pellinor, un deuxième roi qui, à nouveau, partage avec le roi de Logres le devant de la scène, à rebours de la tradition arthurienne. Merlin décrit ainsi sa position au sein de la Table :

  • 17  La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 211.

Il commenche par roi et par roi doit definer. Vous estes rois et boins chevaliers [dit-il à Arthur] et sees el coumenchement ens ou premier lieu, et je meterai el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous, et ensi coummenchera par haute personne et finnera par haute, et ensi le doit faire si haus liex coume est cil de la Table Reonde17.

11Ici, le Pseudo-Boron ne préserve plus la suprématie d’Arthur, représentant une souveraineté bicéphale grâce au parallèle établi entre les deux rois et à la symétrie des places qu’ils occupent.

12Ainsi donc, à travers ces deux représentations symboliques de la royauté arthurienne, le Pseudo-Boron révèle à ses lecteurs un roi faible et divisé. Un roi qui dépend de Merlin et dont le pouvoir commencera à décliner à partir du moment de la disparition de son grand allié ; un roi qui partage les symboles royaux avec Pellinor, l’adversaire qu’il n’avait réussi à vaincre que grâce à la magie du prophète. Ce n’est donc pas un hasard si, dans la Suite, la seule représentation d’un roi en majesté, assis sur son trône, est celle de Pellinor, et non pas d’Arthur. Le jour où il célèbre l’anniversaire de son couronnement, Pellinor est aperçu par un chevalier dans une scène d’autant plus bizarre qu’elle n’est pas intégrée dans un récit, mais surgit isolément comme une vision ou comme si le chevalier, au lieu d’un vrai roi flanqué de son champion, avait admiré une statue :

  • 18  Ibid., p. 430-431.

[…] le roy qui se seoit en une chaire d’ivoyre et avoit sa coronne d’or en son chief, et devant lui estoit si ceptres sur une table d’argent. Et ung chevalier estoit en estant devant lui qui tenoit l’espee mesmes toute nue, pointe droicee contremont. Et le roy estoit vestus de sa robe royal en quoy il avoit esté sacrés, si ressembloit moult bien preudom, et si estoit sans faille18.

  • 19  « […] ele chaϊ en une maladie par la volenté Nostre Seignor ». (Ibid., p. 239)

13Dans la Queste del Saint Graal (du cycle de la Vulgate) et les Demandas (du Pseudo-Boron), le roi Arthur ne fait plus ériger de monuments à sa gloire : le temps n’est plus à la construction de la royauté, mais à l’aventure du Graal, qui vide la cour de ses chevaliers et de son prestige. Mais l’écroulement providentiel de la tour ou du château surgit parfois pour représenter le châtiment divin qui frappe les lieux dominés par le Mal. C’est ce qui se passe dans l’épisode du Château de la Lépreuse, où on fait sacrifier toutes les demoiselles vierges et de haut lignage dans l’espoir de guérir de leur sang la pécheresse19. Après la mort de la sœur de Perceval, qui la guérit de son sang, une tempête frappe le château, provoquant sa destruction et la mort de tous ses habitants, mais épargnant les tombes des demoiselles sacrifiées. En effet, le cimetière était :

  • 20  Albert PAUPHILET (éd.), La Queste del Saint Graal, Paris : Honoré Champion, 1984, p. 245. La versi (...)

[…] tot plein d’arbrisiax fueilluz et d’erbe vert, et estoit toz pleins de beles tombes […]. Si estoit si biax et si delitables qu’il ne sembloit mie que tempeste i eust esté. Et non avoit il, car laienz gisoient les cors des puceles qui por amor a la dame avoient esté mortes. […] si vindrent as tombes ; si troverent desor chascune le non de cele qui ilec gisoit. Si vont lisant les letres, tant qu’il troverent que laienz gisoient doze damoiseles toutes filles de roi et estretes de haut lignage20.

  • 21  Galaad, Boort et Perceval viennent de quitter le château lorsqu’une tempête éclate et le détruit c (...)

14Le cimetière verdoyant avec ses tombes intactes vient redonner un sens au sacrifice de la sœur de Perceval, qui semblait être morte en vain puisqu’après la guérison, la lépreuse avait disparu comme ses sujets sous les décombres. Dans la lutte du Bien contre le Mal, la sœur de Perceval représente les demoiselles innocentes et le fait que tous leurs noms soient inscrits sur les pierres tombales, permettant l’identification du lignage auquel appartient chacune d’entre elles, renforce le contraste avec l’anéantissement du château, qui réduit tout à un amas indistinct et où même la dame du lieu n’est plus identifiable21.

  • 22  Cette opposition est aussi en évidence dans l’épisode du Château Carcelois dans la Queste (le chât (...)

15Le motif de la destruction du château maléfique ne paraîtra plus jamais dans la Queste de la Vulgate. Par contre, dans la Demanda il revient lors de l’épisode du Château Félon. Ici, Galaad n’est plus accompagné par Perceval et Boort, mais par Hector et Meraugis : il s’agit donc, apparemment, d’une interpolation du rédacteur qui réécrit la Queste pour l’intégrer au cycle du Pseudo-Boron, mais l’épisode aurait pu tout aussi bien remonter à la Queste de la première phase du cycle, puisque nous y retrouvons de nouveau l’opposition entre les bons chevaliers et les habitants d’un château maléfique22 et la destruction providentielle qui épargne les demoiselles – encore vivantes, cette fois. La voix surnaturelle qui avait confirmé, lors de l’épisode du Château de la Lépreuse, l’origine divine du massacre est remplacée par la vision de Galaad d’un homme très beau qui lui annonce sa libération prochaine (les trois chevaliers étaient prisonniers dans une tour) et c’est encore par une tempête que se manifeste l’intervention surnaturelle :

  • 23 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 377-378.

Pois aquela tempestade e aquel mal tempo durou, dês hora de prima atá hora de terça, aveo entom ũa tam gram maravilha que bem deve seer metuda em conto. Ca, sem falha, ũũ dos fermosos milagres foi que nunca aveo no reino de Logres no tempo das aventuras ; ca a torre, que era forte a maravilha (era aquela u os III cavaleiros jaziam) se fendeu dês cima atá fundo, assi que a ũa parte em caeu a destro e outra a seestro e matou muita daquela maa gente. […] a torre caeu em guisa que nom fez mal a nem ũũ […] [dos três cavaleiros]. […] Em meo do castelo havia ũa gram torre que tĩia mui gram campo. Enaquela torre jaziam as donzelas presas ; e aquela torre ficou sãã e todalas donzelas que i jazim [sic], ca a Nosso Senhor nom prazia que ainda morressem23.

  • 24  En fait, les habitants du Château Félon, fondé par un parent de Priam, le roi troyen, ne s’étaient (...)
  • 25 Cf. J. C. MIRANDA, Galaaz e a ideologia da linhagem, Porto : Granito, 1998, p. 45ss.
  • 26  José Carlos Miranda dégage, dans son étude sur la Demanda, plusieurs épisodes que le texte portuga (...)

16Dans cet épisode, donc, la tour où sont emprisonnés les chevaliers est détruite, tuant les coupables et épargnant les innocents, alors que la tour où demeurent les demoiselles reste intacte au milieu du chaos. Nous retrouvons ici plusieurs éléments qui étaient déjà présents dans le passage du Château de la Lépreuse, et surtout le même sens fondamental et la même fonction du lieu maléfique qu’affrontent Galaad et ses compagnons dans leur cheminement vers le Graal. Les pratiques magiques sont ici substituées par la cruauté envers les demoiselles et les chevaliers arthuriens et la résistance à la christianisation, mais dans les deux cas, la « mauvaise coutume » rattache le lieu maléfique à un passé pré-courtois24. La lutte contre le Mal se fait aussi plus spectaculaire à mesure que l’aboutissement de la Quête approche et que les chevaliers perdent leur autonomie pour devenir de plus en plus des instruments de la Providence25, mais le sens de leur action est toujours le même : extirper le Mal qui souille le royaume de Logres. Il se pourrait, donc, que cet épisode remonte à une version aujourd’hui disparue de la Quête qui aurait été à l’origine non seulement de la Demanda, mais aussi de la Quête de la Vulgate26.

  • 27  Cf. A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 380-381, en particulier la note de l’éditeur.
  • 28  Cf. Le Roman de Tristan en Prose, t. IX, Philippe MÉNARD (dir.) ; Laurence HARF-LANCNER (éd.), Gen (...)

17La scène qui boucle l’épisode, par contre, semble sortie toute entière de la plume du Pseudo-Boron. Il s’agit d’un passage qui est en partie absent du seul témoin conservé de la Demanda Portugaise, mais qui faisait certainement partie de ce roman, puisque la transition abrupte avec l’épisode suivant dénonce l’élimination accidentelle27. Nous pouvons le lire aujourd’hui grâce à la Demanda Espagnole et à la Quête insérée dans le Tristan en Prose28. Voyons donc de quoi il s’agit.

18Lorsqu’il accueille à la cour les demoiselles survivantes qui lui racontent leurs mésaventures, le roi Arthur décide d’aller voir le château ravagé. Comprenant qu’il s’agit d’un châtiment divin, il le repeuple de bons chrétiens, mais la plupart des nouveaux habitants meurt subitement. Ce nouveau châtiment confirme la prophétie de la demoiselle qui avait annoncé la venue de Galaad et leur libération, et qui remontait peut-être à la Queste primitive :

  • 29 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 379.

[…] dom Galaaz o mui bõõ cavaleiro […] vem aqui e tanto que ele veer seeredes livres desta prisom em que sodes e este castelo ficará por em destruído e despoblado pera sempre29.

  • 30  Sur la dégradation morale d’Arthur dans le cycle du Pseudo-Boron, cf. Fanni BOGDANOW, « The changi (...)

19Mais ce qui distingue l’épisode de sa continuation tout en dénonçant la réécriture, c’est le caractère radical et définitif de l’action de Galaad, puisque l’élimination du Mal était redoublée par la destruction définitive du château (d’après la prophétie), en opposition à l’échec du repeuplement, qui met en évidence l’incapacité d’Arthur, que le Pseudo-Boron ne se lasse jamais de souligner30. Au contraire de ce qui se passait dans l’épisode primitif, où l’accent était mis sur l’élimination du Mal, le nouveau rédacteur souligne le fait que le lieu reste encore sous l’emprise de forces maléfiques.

20Face à ce premier échec, le roi Arthur abandonne son projet de repeupler le château, mais il essaie quand même de reconstruire la tour qui s’était à moitié écroulée. Pourtant :

  • 31  Adolfo BONILLA SAN MARTÍN (éd.), La Demanda del Sancto Grial con los maravillosos fechos de Lanzar (...)

[…] quanto fizo en quinze días todo cayo en vna noche; y el rey vuo gran pesar, e dixo con saña : « Esto no há menester » ; e fizóla començar otra vez, e quando tuuo fecho muy gran partida, cayo todo en tierra. E quando el rey esto vio, dixo : « Bien veo que no quiere Nuestro Señor que esta torre sea fecha por mi, mas avn la prouare otra vez » ; e fizola començar31.

  • 32  Ici, comme ailleurs dans le cycle du Pseudo-Boron, la dégradation morale d’Arthur se construit grâ (...)

21Le modèle de ce passage est évidemment la scène où Vertigier essaie à plusieurs reprises d’ériger la tour qui s’écroule. Même la réaction du roi, qui s’exaspère et insiste malgré les échecs réitérés, se répète. Le parallélisme avec le mauvais roi est confirmé par la voix qu’Arthur entend pendant la nuit32 : en flagrant contraste avec la vision de Galaad, où le Bon Chevalier, loué pour sa vertu, prenait connaissance du succès de son entreprise, la voix traite Arthur de « pecador » et annonce que seul Charlemagne, grâce à sa vertu et à son action militaire au service de la Chrétienté, réussira à rebâtir la tour :

  • 33  La Demanda del Sancto Grial, éd. cit., p. 269-270.

Artur, no te trabajes mas en fazer la torre, ya que no plaze a Dios que sea fecha por tan pecador onbre como tu eres, ni jamas por ti no sera fecha, ni por otre, fasta que ay venga vn rey de Gaula que aura nonbre Carlos, e aquel tornara a la fe de Jesu Christo mayor pueblo que tu no feziste, e no sera tan honrado, ni tan poderoso, ni aura tan buena caualleria como tu, mas sera mejor christiano, e mas leal de la sancta yglesia, e aquel metera todo el reyno de Londres en su señorio, e muchos otros reynos, e aquel rey verna del linaje del rey Van, e parecerá de linaje de cauallero a esse linaje33.

22Alors, Arthur fait écrire la prophétie et le nom de Charlemagne, qui sont gardés dans « vn almario del Thesoro de la silla de Camaloc ». En quelque sorte, il essaie d’assurer la survivance de son héritage, comme avant lui Merlin. Seulement, le temps des grands monuments est révolu. Les signes resteront cachés jusqu’à l’avènement du nouveau roi qui, lui, pourra récupérer la tradition des tours aux statues de souveraineté. Lorsque, ayant conquis l’Angleterre, il écoutera l’histoire de la tour écroulée, il :

  • 34  Ibid., p. 270. Je souligne.

[…] dixo que queria fazer aquella torre por amor del buen cauallero, si a Dios pluguiesse, e después fizóla, e no fallan que otra torre fiziesse en toda Inglaterra. E después que la vuo fecho, mando fazer vn cauallero de oro, el mejor obrado e labrado que pudieron, e fizo fazer otro tal escudo e otras tales armas como las de Galaz, e fizo fazer vna silla de oro, tan fermosa e tan rica, que marauilla era. E después que todo fecho, fizo poner la silla encima de la torre, e fizo assentar en ella el cauallero, que era fecho a honrra de Galaz, e fizo sobre el vn cerco de piedra que la lluuia no pudiesse dar en el de ninguna parte, e aquella figura estaua en aquella silla que no podia caer si por fuerza no la derribassen; e tenia en su mano diestra vna mançana de oro, en significanca que el fuera el mejor cauallero del mundo. E avn auia otra riqueza en aquella ymagen, que tenia enmedio delos pechos vna piedra atan luziente, que por el escuro tienpo que fiziesse podría honbre por ella ver por do andaua mas de media legua, tanto luzia la piedra. E assi fizo Carlos Maynes la ymagen de Galaz, y estimo alli aquella ymagen bien dozientos años, e después fue tomada por los malos honbres de Inglaterra, que tornaron a pobreza por faltamiento de caualleria […]34.

23Apparemment, Charlemagne se limite à rendre hommage à Galaad, le héros de l’épisode du Château de la Lépreuse, à travers cette statue qui le représente. En réalité, comme l’affirme Richard Trachsler :

  • 35  Richard TRACHSLER, Clôtures du cycle arthurien. Études et textes,Genève : Droz, 1996, p. 194-195.

À travers Galaad, Charlemagne réalise une sorte d’autoportrait, physique mais aussi idéologique. Il aurait pu choisir Tristan, l’amourous, et il a choisi Galaad, le chaste. Le temps post-courtois, tel qu’il se profile à l’horizon sera donc, semble-t-il, une époque de prouesse militaire et d’excellence morale. Ce sera l’âge de la reconquista organisée plus que de la chevalerie itinérante solitaire, un âge plein de miracles mais sans merveilles […]35.

  • 36  Dans la Chanson de Roland, Ganelon évoque une image semblable, mais où les symboles du pouvoir imp (...)

24Bien des critiques ont insisté sur le fait que, après la conclusion de la quête du Graal, toutes les aventures chevaleresques perdent leur raison d’être. Il n’est donc pas surprenant que la seule mission qui puisse en prendre le relais soit le combat contre les sarrasins. Ce qui frappe dans cette nouvelle représentation, ce n’est pas l’hommage de Charlemagne à un héros chaste, figurant la prouesse au service du Christ. L’empereur des Francs était chanté depuis longtemps comme l’ennemi des Musulmans et ses faits au service de la Chrétienté lui avaient valu la canonisation en 1165. Ce qui frappe, c’est que Galaad, le chevalier, soit ici representé avec tous les attributs de la souveraineté, et même de l’empire : assis sur un trône, il porte la couronne et, à la main, il tient la pomme d’or, le fruit à la forme sphérique qui représente le monde sur lequel l’empereur étend sa domination36. Il est vrai qu’à la fin de sa vie, Galaad sera couronné roi de Sarraz, le royaume du Graal, mais ce sera à contre-coeur et pour une très brève période : un an seulement, que le narrateur expédiera en une frase. Il faudra donc chercher ailleurs une justification pour cette image de Galaad-empereur, d’autant plus que le narrateur insiste à quatre reprises sur sa condition chevaleresque.

  • 37  Bien que le cycle du Pseudo-Boron, une réécriture du cycle arthurien qui ajoute au cycle déjà exis (...)
  • 38  D’après Martin Aurell ce n’est qu’après la mort d’Henri II, lorsque l’origine continentale des ang (...)

25En fait, si l’on se rappelle les représentations du pouvoir arthurien dans la Suite du Merlin, qui se distinguaient par l’incomplétude et la division du souverain, on se rendra compte que ce que propose ici le rédacteur de la Demanda est tout le contraire : une image idéalisée qui condense en une seule figure le chevalier et l’empereur, le promoteur de l’oeuvre et son modèle, le descendant et son ancêtre. Comme Merlin dans la Suite, Charlemagne fait ériger un monument anthropomorphe au sommet d’une tour. La pierre sertie dans la poitrine de la statue de Galaad est, en quelque sorte, une rationalisation des cierges que tenaient les rois soumis à Arthur ; la preuve en est que son éclat est également mis en rapport avec la durée du monument. Comme Pellinor en majesté (dans la Suite également), le fils de Lancelot s’assied sur un trône et porte un symbole de pouvoir, mais au contraire de son modèle, il ne partage rien avec un champion. En fait, c’est d’une parfaite union entre souveraineté et chevalerie qu’il s’agit ici. Par cette interpolation, le Pseudo-Boron ne veut pas seulement signifier la supériorité morale de Charlemagne par rapport à Arthur ; il propose un nouveau modèle de souverain que le cycle du Lancelot-Graal avait refusé : celui du roi-chevalier. À un moment où se prépare la conclusion de la quête et la disparition du monde arthurien, donc, le Pseudo-Boron propose un glorieux renouveau sous l’égide de Charlemagne, transformé ici en descendant du lignage de Ban, ce qui s’explique par l’origine continentale (plus particulièrement française ou gauloise, comme le dit le narrateur) et de l’empereur et du lignage de Galaad, mais revient aussi à renforcer la valorisation du lignage chevaleresque au détriment du roi de Logres37. À la fin du cycle, ne subsisteront qu’une poignée de chevaliers convertis à la vie religieuse et Paulas, un chevalier du lignage du roi Ban introduit lui aussi par le Pseudo-Boron, qui tuera le roi Marc, vengeant Tristan, Arthur et Lancelot. Ce n’est peut-être pas un hasard si les deux personnages créés par le Pseudo-Boron qui peuvent représenter le temps post-arthurien sont originaires de la France, d’autant plus que la description de la statue impériale érigée par Charlemagne s’achève par l’annonce de sa destruction « por los malos honbres de Inglaterra, que tornaron a pobreza por faltamiento de caualleria ». On pourrait alors se demander si la dégradation systématique du personnage arthurien menée par le Pseudo-Boron (ou du moins l’intensification de cette dégradation dans sa version de la Quête) s’expliquerait par l’intention de dénigrer la figure qui était, pour ces romanciers, l’ancêtre mythique des Plantagenêts38.

26Ce dénigrement est bien visible, comme nous l’avons vu, dans le passage où, essayant de reconstruire la tour du Château Félon, Arthur échoue. Or, le Pseudo-Boron interpole une deuxième scène symétrique de celle-là pour boucler l’épisode de la bataille de Salesbieres. Le roi, blessé à mort, pleure ses chevaliers et la fin de son règne. Voyant arriver Blioberis, qui avait trainé le corps de Mordret sur le champ de bataille, il fait construire une tour qui servira de tombeau aux têtes de ses hommes, tombés pour lui. Sur la tour, il veut que soit exposée la tête du traître :

  • 39 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 488.

[…] e fazede i escrever leteras como o gram doo em este campo por ele aveo. Assi que os que depois nós veerem, quando souberem polo escrito o mal que por ele veo, que maldigam toda sa alma39.

27De ce tombeau collectif qui gardera la mémoire de la mort et de la traîtrise, les vestiges seront encore visibles au temps du narrateur (« ainda ora hoje há dos muros dela »), mais la tête de Mordret sera emportée par Galaron (Ganelon) lorsqu’il y passera avec Charles Mainete (Charlemagne), car il se sentira visé par ce monument aux traîtres. Ainsi, à la tour qui célébrait les exploits guerriers et le futur et reliait Galaad, le plus beau fruit du lignage de Ban, à Charlemagne, s’oppose la « Torre dos Mortos », réunissant Arthur et les traîtres, Mordret et Ganelon.

  • 40  Lors de la première invasion (introduite par le Pseudo-Boron également), Marc avait remporté Iseu (...)
  • 41  Cf. Ibidem, p. 509-512.
  • 42  C’est ce qui se passe avec Lancelot (La Mort du Roi Arthur, édition, traduction et présentation de (...)
  • 43  Même si les épitaphes poussent presque toujours à la vengeance, comme l’a noté Régine COLLIOT, « L (...)
  • 44 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 501. Cet épisode rappelle celui de la mort d’Esclabor, le pè (...)
  • 45  En fait, le motif de la destruction des corps et des châteaux est lié à la fin du monde arthurien (...)

28Pour achever la partie Mort-Artu tout en la réunissant à la matière du Tristan en Prose, le Pseudo-Boron introduit, après la bataille de Salesbieres et la mort d’Arthur et de Lancelot, la deuxième invasion du royaume de Logres par le roi Marc40, qui se termine par la destruction de tous les vestiges du monde arthurien, c’est-à-dire, châteaux, tours, tombeaux (de Lancelot et Galehot) et jusqu’à la Table Ronde41. La Mort Artu de la Vulgate, tout en menant à bien l’extinction annoncée du monde arthurien, ménage pourtant ses héros en les faisant finir leur vie en religion et mourir repentissants42, ce qui est conforme au souci de l’auteur de les ensevelir dans des tombeaux bien identifiés, qui conservent dignement la mémoire de leur existence43. Le Pseudo-Boron, bien que gardant la plupart de ces épisodes, introduit des innovations qui renforcent l’athmosphère apocalyptique par la répétition du motif du déchirement des corps et de la destruction des édifications arthuriennes. Ainsi, il invente une nouvelle fin pour Guenièvre : sentant l’approche de la mort, elle demande à une de ses suivantes de faire porter son coeur à son amant, qui pourtant ne le verra jamais44. Le geste impie de la reine la montre encore fidèle à son amour, mais son désir (très « tristanien ») d’union posthume avec son amant ne sera jamais exaucé : ne reste qu’un grand vide, comme celui du tombeau profané de Lancelot  ̶  Marc en fera sortir le corps pour le brûler  ̶ , et la certitude de l’impossibilité de salut pour la reine, sinon pour le couple adultère. Il semble bien que la destruction des corps et des monuments soit un procédé cher au Pseudo-Boron, qui le développe45 pour faire sentir l’impossibilité de rédemption et de renouveau. S’il érige une tour (des morts) aux milieu de la destruction et de la ruine, c’est pour tuer définitivement le roi Arthur, pour mieux raser les champs bretons : la reverdie viendra d’ailleurs, d’outre-Manche.

Haut de page

Notes

*  Cette recherche a été menée dans le cadre du projet « Western Iberian Medieval Arthurian Inventory » (PTDC/CLE-LLI/108433/2008), subventionné par la FCT (Fundação para a Ciência e Tecnologia) dans le cadre du SMELPS (Seminário Medieval de Literatura, Pensamento e Sociedade) de l’Instituto de Filosofia de la Faculté des Lettres de l’Université de Porto.

1  Sur le cycle du Pseudo-Boron, réécriture du Lancelot-Graal dont les éléments les plus innovateurs (la Suite du Merlin et la réécriture de la Quête du Graal) sont attribués à Robert de Boron, voir Isabel CORREIA, Ana Sofia LARANJINHA et José Carlos MIRANDA, « O ciclo do Pseudo-Boron à luz da mais recente investigação em Portugal », in : « E fizerom taes maravilhas... ». Histórias de Cavaleiros e de Cavalarias, Lênia Márcia MONGELLI (org.), São Paulo : Ateliê, 2012, p. 233-264. Pour une autre reconstitution de cet ensemble de romans, voir Fanni BOGDANOW, The Romance of the Grail. A study of the structure and genesis of a thirteenth-century Arthurian romance, New York / Manchester : Barnes & Noble / Manchester University Press, 1966.

2  Alexandre MICHA (éd.), Robert de BORON, Merlin. Roman du XIIIe siècle, Genève : Droz, 1979, p. 85.

3  Ibid., p. 84.

4  Ibid., p. 85.

5  Ceci n’est pas une innovation de Robert de Boron, puisque tous les éléments que je viens de mentionner étaient déjà présents dans l’Historia Regum Britanniae (cf. Geoffrey of MONMOUTH, History of the kings of Britain, Translated by Aaron THOMPSON with revisions by J. A. GILES, Cambridge / Ontario : In parentheses publications, 1999 (Medieval Latin Series), p. 108ss. URL : http://www.yorku.ca/inpar/geoffrey_thompson.pdf [consulté le 15 décembre 2013].

6  Comme l’avait remarqué Colette-Anne Van Coolput, les statues anthropomorphes non animées envahissent l’univers arthurien « dans les oeuvres en prose de la “seconde generation”, c’est-à-dire rédigées après le grand cycle de Lancelot » (« Quelques sculptures anthropomorphes dans les romans arthuriens en prose », Romania, 108, 1987, p. 254-267, p. 255). Nous nous pencherons ici sur quelques-unes d’entre elles, qui partagent non seulement la fonction commémorative déjà soulignée par Edina BOZÓKI (« De la parole au monument : marquer la mémoire dans la littérature arthurienne », in : Paul ZUMTHOR et Bruno ROY (dir.), Jeux de mémoire : aspects de la mnémotechnie médiévale,Montréal / Paris : Les Presses de l'Université de Montréal / J. Vrin, 1985, p. 73-82), mais aussi le rapport à la souveraineté.

7  Gilles ROUSSINEAU (éd.), La Suite du roman de Merlin, Genève : Droz, 1996, p. 117.

8  C’est le cas de l’abbatiale Saint Pierre à Moissac, de Sainte Foy de Morlaàs dans le Béarn, de l’église de Pamproux dans le Poitou, de la cathédrale Sainte Marie Oloron dans le Béarn, de la cathédrale de Chartres et de celle de Notre Dame, à Paris, entre autres.

9  Rappellons que le Livre de l’Apocalypse est intensément évoqué dans le Prologue de l’Estoire del Saint Graal (cf. Rafaela Câmara Simões da SILVA, Da Bíblia à Estória do Santo Graal. A linguagem divina e os sonhos dos eleitos, Porto : Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 2006, p. 75-84. URL : http ://hdl.handle.net/10216/10729 [consulté le 15 décembre 2013]), le premier roman du cycle, dont les étroits rapports avec l’apocalypse apocryphe Visio Pauli ont été soulignés par Valerie M. LAGORIO (« The Apocalyptic mode in the Vulgate cycle of Arthurian romances », Philological Quarterly, 57, 1978, p. 2-3).

10  Cf. La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 48-49.

11  Ibid., p. 118. Ajoutons qu’en mettant les phénomènes athmosphériques en rapport avec la mort de Merlin et non pas avec celle d’Arthur, le Pseudo-Boron affaiblit l’identification Arthur-Christ que la disposition des statues suggérait. Comme dans d’autres scènes de la Suite, le mage et le roi sont des personnages complémentaires. Sur cette complémentarité et la fragilité d’Arthur dans ce roman, cf. Ana Sofia LARANJINHA, « O rei, o mago e o guerreiro . Processos analógicos na Suite du Merlin », in : Matéria de Bretanha em Portugal (Actas do Colóquio realizado na Faculdade de Letras em Novembro de 2001), org. L. CURADO NEVES, M. MADUREIRA et Teresa AMADO, Lisboa : Colibri, 2002, p. 145-158.

12  Cf. La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 26, 88, 110.

13  Cf. Mt 24, 1-8 ; Mc 13, 1-8 ; Lc, 21, 1-6. Même s’il n’est pas question de l’écroulement de la tour, l’évocation du Coup Douloureux évoque implicitement la destruction et les ruines puisqu’il provoquera l’écroulement du château du Graal (cf. La Suite du Roman de Merlin, éd. cit., p. 162).

14  Dominique Boutet souligne, dans cette scène, la soumission des rois, qui représentent d’après lui l’« aristocratie remuante ». Cf. Arthur et Charlemagne ou le roi imaginaire, Paris : Honoré Champion, 1992, p. 487ss.

15  Cet épisode remontait d’ailleurs au moins à l’Historia Regum Britanniae (cf. Philippe WALTER, Arthur. L’ours et le roi, Paris : Imago, 2008, p. 65ss).

16  Merlin. Roman du XIIIe siècle, éd. cit., p. 181.

17  La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 211.

18  Ibid., p. 430-431.

19  « […] ele chaϊ en une maladie par la volenté Nostre Seignor ». (Ibid., p. 239)

20  Albert PAUPHILET (éd.), La Queste del Saint Graal, Paris : Honoré Champion, 1984, p. 245. La version de la Demanda, bien que très proche de celle de la Queste, est légèrement plus courte et ne mentionne pas les noms sur les tombes (cf. Irene Freire NUNES (éd.) A Demanda do Santo Graal, Lisbonne : INCM, 2005, p. 333).

21  Galaad, Boort et Perceval viennent de quitter le château lorsqu’une tempête éclate et le détruit complètement. Ils y retournent le lendemain et trouvent « les chevaliers morz li uns ça li autres la, einsi come Nostre Sires les avoit foudroiez et tempestez por la mauvese vie qu’il avoient menee entr’ax. » (La Queste del Saint Graal, éd. cit., p. 245).

22  Cette opposition est aussi en évidence dans l’épisode du Château Carcelois dans la Queste (le château du comte Arnalt dans la Demanda), où les trois élus sèment la destruction et la mort. Angoissés, tout d’abord, par leur action mortifère, ils sont rassurés par un religieux qui leur dit qu’ils avaient été l’instrument de la vengeance divine, tuant les pires pécheurs qui soient. Cf. La Queste del Saint Graal, éd. cit., p. 230-232 et A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 322-324.

23 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 377-378.

24  En fait, les habitants du Château Félon, fondé par un parent de Priam, le roi troyen, ne s’étaient jamais convertis au Christianisme. Ibid., p. 374.

25 Cf. J. C. MIRANDA, Galaaz e a ideologia da linhagem, Porto : Granito, 1998, p. 45ss.

26  José Carlos Miranda dégage, dans son étude sur la Demanda, plusieurs épisodes que le texte portugais aurait conservé et qui auraient été éliminés par la Queste de la Vulgate. Cf. J. C. MIRANDA, A Demanda do Santo Graal e o ciclo arturiano da Vulgata, Porto : Granito, 1998.

27  Cf. A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 380-381, en particulier la note de l’éditeur.

28  Cf. Le Roman de Tristan en Prose, t. IX, Philippe MÉNARD (dir.) ; Laurence HARF-LANCNER (éd.), Genève : Droz, 1997, § 44-45. Les p. 69-146 du T. IX du Tristan en Prose (version Vulgate) contiennent le même texte que les p. 332-382 de la Demanda.

29 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 379.

30  Sur la dégradation morale d’Arthur dans le cycle du Pseudo-Boron, cf. Fanni BOGDANOW, « The changing vision of Arthur’s death », in : Dies Illa. Death in the Middle Ages (proceedings of the 1983 Manchester Colloquium), Jane H. M. TAYLOR (dir.), Liverpool : Francis Cairns, 1984, p. 107-123 et Ana Sofia LARANJINHA, Artur, Tristão e o Graal. A escrita romanesca no ciclo do Pseudo-Robert de Boron, Porto : Estratégias Criativas, 2010, p. 240-252.

31  Adolfo BONILLA SAN MARTÍN (éd.), La Demanda del Sancto Grial con los maravillosos fechos de Lanzarote y de Galaaz su hijo (Sevilla, 1535) in : Libros de Caballerías. Primera parte. Ciclo artúrico, ciclo carolingio, Madrid : Bailly / Bailliere, [1907], p. 269. URL : http ://www.cervantesvirtual.com/obra/la-demanda-del-sancto-grial/ [consulté le 15 décembre 2013].

32  Ici, comme ailleurs dans le cycle du Pseudo-Boron, la dégradation morale d’Arthur se construit grâce au parallélisme avec des rois pécheurs : Pellinor le luxurieux dans la Suite, Marc le traître dans la Demanda, Vertigier l’usurpateur dans cet épisode en particulier. Ajoutons qu’un autre épisode aurait pu inspirer cette interpolation : celui de l’écroulement soudain de l’Orgueilleuse Garde, le château de Galehot, réplique des songes qui annonçaient sa mort (Alexandre MICHA (éd.), Lancelot, roman en prose du XIIIe siècle, Genève : Droz, 1978, t. I, p. 1ss / Ibidem, 1979, t. III, p. 3ss). Isabel Correia a montré que le ms. 751 BNF, qui transmet une version particulière du Lancelot en Prose, amplifie la description de l’écroulement (« A Queda da Orgulhosa Guarda e a “Mescheance”. Um outro relato do Lancelot en Prose » in : Seminário Medieval 2007-2008, Porto : SMELPS, 2009, p. 157-186). Voilà un élément, entre autres, qui rapproche cette version du Lancelot du cycle du Pseudo-Robert de Boron, même si le rédacteur de la version transmise par le ms. 751 ne vise pas à souligner la culpabilité de Galehot, mais son courage face à l’adversité.

33  La Demanda del Sancto Grial, éd. cit., p. 269-270.

34  Ibid., p. 270. Je souligne.

35  Richard TRACHSLER, Clôtures du cycle arthurien. Études et textes,Genève : Droz, 1996, p. 194-195.

36  Dans la Chanson de Roland, Ganelon évoque une image semblable, mais où les symboles du pouvoir impérial sont divisés entre Charlemagne et Roland : Er main sedeit li emperere suz l'umbre : / Vint i ses niés, out vestue sa brunie, / Et out predét dejuste Carcasonie  ; / En sa main tint une vermeille pume. / "Tenez, bel sire, dist Rollant a sun uncle, / De trestuz reis vos present les curunes." (Cesare SEGRE(éd.), La Chanson de Roland,Nouvelle édition refondue, Genève : Droz, 2003, XXIX, p. 111-112). Cette affirmation de Roland dénonce son orgueil qui, d’après Ganelon, nuit à l’autorité de l’empereur.

37  Bien que le cycle du Pseudo-Boron, une réécriture du cycle arthurien qui ajoute au cycle déjà existant (Estoire del Saint Graal, Merlin, Lancelot en Prose, Quête et Mort Artu) la Suite du Merlin, une version du Tristan en Prose et des modifications substantielles dans la Quête et Mort Artu, présente une certaine unité dans ses innovations qui nous permet de l’identifier comme un cycle, il y a quand même des discontinuités qui s’expliquent peut-être par une rédaction en plusieurs phases, voire par plusieurs auteurs (le Pseudo-Boron serait donc un collectif). Ainsi, dans tout le cycle, la décadence d’Arthur s’accentue et se manifeste par sa faiblesse et ses péchés de luxure, mais l’évocation de Charlemagne comme nouveau modèle de souveraineté ne surgit que dans le dernier roman du cycle (la Quête du Pseudo-Boron).

38  D’après Martin Aurell ce n’est qu’après la mort d’Henri II, lorsque l’origine continentale des angevins semble déjà plus lointaine, qu’Arthur pourra devenir, paradoxalement, « king of the English, rather than king of the Britons» (« Henry II and Arthurian Legend », in : Ch. HARPER-BILL (dir.), Henry II : New Interpretations. Actes du colloque de l’East Anglia University (Norwich), septembre 2004, Woodbridge : N.Vincent, 2007, p. 388) mais le fait que la Queste del Saint Graal et la Mort Artu soient attribuées à Walter Map, clerc de sa cour, en dit long sur l’image que leurs auteurs s’étaient forgés de l’ampleur de son patronage de la matière de Bretagne.

39 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 488.

40  Lors de la première invasion (introduite par le Pseudo-Boron également), Marc avait remporté Iseu en Cornouaille, mais les chevaliers d’Arthur avaient réussi à le repousser. Cf. A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 334-356.

41  Cf. Ibidem, p. 509-512.

42  C’est ce qui se passe avec Lancelot (La Mort du Roi Arthur, édition, traduction et présentation de David F. HULT, Paris : LGF, 2009 (Les Lettres Gothiques), p. 903-904 et A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 506), Guenièvre (La Mort du Roi Arthur, éd. cit., p. 886) et même Gauvain (La Mort du Roi Arthur, éd. cit., p. 782-790).

43  Même si les épitaphes poussent presque toujours à la vengeance, comme l’a noté Régine COLLIOT, « Les Epitaphes arthuriennes », Bibliographical Bulletin of the International Arthurian Society, 25, 1973, p. 155-75.

44 A Demanda do Santo Graal, éd. cit., p. 501. Cet épisode rappelle celui de la mort d’Esclabor, le père de Palamède, qui, juste avant son suicide sur la tombe de son fils, avait demandé à un écuyer d’emporter son sang dans son heaume et de s’en servir pour inscrire leur épitaphe (cf. Ibidem, p. 446-447).

45  En fait, le motif de la destruction des corps et des châteaux est lié à la fin du monde arthurien dès le Lancelot en Prose, comme nous l’avons vu (cf. Jehanne JOLY, « Rêves prémonitoires et fin du monde arthurien », in : Senefiance, 33, 1993 (Fin des temps et temps de la fin dans l’univers medieval), p. 261-283 et Isabel CORREIA, art. cit.), mais il est plus fréquent dans le cycle du Pseudo-Boron (surtout dans la Suite et la Quête du Pseudo-Boron).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Sofia Laranjinha, « L’apocalypse arthurienne dans le cycle du Pseudo-Boron, ou comment survivre après la fin des temps », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 08 septembre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23201 ; DOI : 10.4000/e-spania.23201

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org