Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

Le gisant couché sur le papier : ultimes portraits royaux dans l’historiographie castillane (XIIIe-XIVe siècles)

Mélanie Jecker

Résumés

Ce travail analyse les portraits royaux placés à la fin du récit d’un règne, immédiatement après l’énoncé de la mort du roi, dans les chroniques castillanes des XIIIe et XIVe siècles. Il s’agit de déterminer si les traits que ces portraits attribuent au monarque défunt apparaissent ou non comme le résultat des événements narrés précédemment, afin de saisir quel type de représentation de la personne royale est privilégié : les vertus qui parent le roi sont-elles présentées comme immédiates et immuables ou comme le fruit d’une construction morale et intellectuelle progressive ? Un changement de perspective semble s’amorcer, qui pourrait être lié au processus de réception de l’Éthique à Nicomaque.

Haut de page

Texte intégral

1Les questions qui sont le point de départ de ma réflexion naissent du constat que dans les chroniques, le récit de la mort du roi donne fréquemment lieu à l’esquisse d’un ultime portrait, physique et moral, du souverain défunt. Ce portrait suit immédiatement l’énoncé du décès : il apparaît juste après des expressions comme « murió », « entregó el alma », « dio el espíritu a Dios », et semble suscité par elles. Brossé au moment où le roi vient d’expirer, le portrait royal, que j’appellerais dans ce cas « portrait mortuaire » ou « portrait funèbre », se situe sur un pivot entre vie et mort, entre passé et futur aussi, puisqu’il rappelle un ensemble de caractéristiques au moment où elles vont s’effacer, tout en ayant une valeur exemplaire pour les rois postérieurs, une fonction didactique cette fois tournée vers le futur – tout roi étant un modèle ou un contre-modèle pour les rois suivants ; nous verrons que le portrait funèbre se situe également sur une ligne de partage entre deux types de représentation de la personne royale.

2Une première interprétation de la fonction de ces portraits funèbres consisterait à dire qu’ils sont destinés à figer l’essence du défunt au moment où elle va s’effacer, à rassembler l’ensemble de ses traits distinctifs en suggérant leur permanence, en les soustrayant au temps. Le portrait funèbre partagerait donc la fonction du gisant, d’où le titre de cet article. En effet, les statues funéraires gisantes présentent ce même caractère atemporel : elles figent une essence individuelle soustraite au temps. Le plus souvent, le gisant médiéval n’a pas d’âge, sa position même signifie l’immobilité, et il apparaît accompagné d’un ensemble d’objets symboliques signifiant des vertus permanentes. On en trouve l’exemple le plus abouti dans le tombeau d’Henri II de France à Saint-Denis, entouré des statues des vertus cardinales.

3Telle est également la fonction de l’épitaphe, qui dans la plupart des cas se borne à énoncer un ensemble de traits figés, sortis du temps. Celui de Blanche de Navarre, épouse de Sanche III de Castille, en offre un bon exemple :

4En voici la traduction française que j’emprunte à Xavier Dectot :

5Le portrait funèbre de l’historiographie royale partagerait donc une même fonction avec la statue du gisant ainsi qu’avec l’épitaphe.

6Est-ce toutefois vraiment le cas, dès lors que ce défunt que dépeint le portrait n’est pas couché sur n’importe quel papier, mais sur celui d’une chronique ? Il s’insère dans un récit dont il marque l’achèvement, et c’est à la lumière de ce récit qu’il faut le comprendre. La place de ces portraits suggère en effet qu’ils viennent sanctionner un bilan, rassembler en quelques traits l’ensemble des actes du monarque et son évolution personnelle, aussi bien morale qu’intellectuelle : le chroniqueur tiendrait compte de l’ensemble du récit du règne au moment d’établir le portrait du souverain défunt.

7C’est ce que confirment les commentaires dont le chroniqueur accompagne parfois ces portraits. On lit ainsi, au sujet de la mort de Pompée dans la Estoria de España :

8On retrouve la même idée dans le titre XIII de la Deuxième des Sept Parties, code juridique élaboré sous le règne d’Alphonse X, dans la 2nde moitié du XIIIe siècle. Ce titre traite de la mort du roi :

9On aurait donc deux logiques non seulement distinctes mais opposées :

  • celle du portrait d’une part, qui expose une essence contemplée comme immuable ;

  • d’autre part celle de la biographie, qui donne à voir la construction progressive de l’individualité, et présente l’ensemble de ses caractéristiques comme le résultat d’un vécu.

10Il faudrait dès lors clairement distinguer deux types de portrait, qui renverraient à deux conceptions contraires :

  • le portrait placé au début du récit du règne : les traits distinctifs du souverain sont posés d’emblée comme s’ils n’étaient pas susceptibles d’infléchissement, et le récit qui suit se borne à les illustrer, à les confirmer.

  • le portrait placé à la fin du récit de règne suggère au contraire que c’est le passage du temps qui a forgé ces traits distinctifs.

11Or, si cette seconde conception est esquissée dans l’Écriture (« sermo divinus »), c’est ailleurs qu’en sont exposés les fondements philosophiques : la seconde de ces deux logiques est en effet conforme aux thèses de l’Éthique à Nicomaque, où Aristote explique que l’on ne peut considérer quelqu’un comme vertueux qu’après l’avoir vu réaliser des actes de vertu pendant un certain temps – c’est la répétition de ces actes au cours d’une longue durée qui, en créant des habitus vertueux (hexis, en grec), est le vrai gage de la vertu. Dès la fin du règne de Ferdinand III, l’Éthique est connue en Castille à travers le commentaire moyen d’Averroès mais aussi sous la forme d’un compendium arabe traduit en latin par Hermann l’Allemand à Tolède, la Summa Alexandrinorum, dont une traduction castillane circula dès la fin du XIIIe siècle dans le Libro del Tesoro, traduction du Livres dou Tresor de Brunetto Latini. Je donne donc les deux versions, latine et castillane, des passages qui nous intéressent :

12Une hirondelle, donc, ne fait pas le printemps. Pourquoi ? C’est l’exposé du mode d’acquisition des vertus intellectuelles et des vertus morales qui permet de le comprendre. Aristote distingue en effet ces deux types de vertus :

13Quant aux vertus morales, c’est l’acquisition d’habitudes vertueuses par la répétition d’actes vertueux qui les installe progressivement en nous :

14La seule chose qui soit innée en nous est donc la capacité – une pure potentialité – d’acquérir les vertus intellectuelles et morales, mais les vertus elles-mêmes n’apparaissent qu’à certaines conditions et se développent dans le temps. Ces thèses apparaissent dans le monde latin grâce aux traductions arabo-latines et gréco-latines de l’Ethique à Nicomaque réalisées au milieu du XIIIe siècle.

15L’étude des portraits mortuaires se situerait donc dans une problématique bien plus vaste et permettrait de dessiner une évolution qui pourrait être en partie liée au processus de réception de l’Éthique d’Aristote : on passerait d’un moment où le portrait royal apparaît le plus souvent au début du récit de règne, à une phase où il apparaît plutôt juste après l’énoncé de la mort royale, processus qui se traduirait aussi, au XVesiècle, par l’apparition des chroniques individuelles – royales ou nobiliaires comme le Victorial –, genre qui suggère un intérêt pour les transformations de l’individu tout au long d’une vie. Cet intérêt, évident dans les Essais où Montaigne prétend vouloir observer comment son vécu a progressivement modelé son moi, serait l’une des manifestations de la modernité.

16L’étude précise des portraits royaux dans les chroniques permettrait donc de mieux cerner ce type d’évolution, soit pour le confirmer, soit pour l’infirmer.

17Tout l’intérêt du portrait funèbre est l’ambiguïté de son statut : c’est un portrait, qui fige un ensemble de caractères indépendamment de toute dimension temporelle, mais dans le même temps, ce portrait remplit la fonction d’un bilan puisqu’il se situe à la fin du récit d’une vie.

18Pour déterminer lequel de ces deux aspects l’emporte, il faut considérer d’une part la place du portrait dans le récit du règne, d’autre part analyser son contenu, c’est-à-dire le type de vertus ou de vices mentionnés : l’accent est-il mis sur des caractères innés, ou au contraire nécessairement liés à l’éducation, au vécu, à l’avancée en âge ? Le portrait apparaît-il par ailleurs comme le corrélat de la narration qui le précède ?

19Considérons le premier aspect, la place du portrait royal dans le récit de règne. Il semble que le portrait apparaisse plus généralement au début dans l’historiographie alphonsine. Ainsi, dans la Estoria de España, le portrait des empereurs romains est donné dès le début.

20Le même constat peut être posé à propos des monarques péninsulaires après la chute de la monarchie wisigothique.

Alphonse le Chaste :

21Un constat similaire peut être fait au sujet d’Ordoño II :

  • 22 Ibid., p. 495.

22Il existe quelques exceptions, comme celle du portrait de Pompée, que je mentionnais plus haut, ou l’exemple d’un portrait funèbre de couple pour Ferdinand Ier et Sancha (« Buenos reys fueron marido et mugier et buena vida fizieron et muchas cosas obraron »22) ou encore, dans la General estoria, l’auto-éloge que prononce Hercule avant de mourir en public, mais dans tous ces cas il s’agit davantage d’un rappel de hauts faits que d’un portrait proprement dit.

23Dans la Crónica de Castilla, la tendance générale consiste également à placer le portrait royal au début du récit du règne, ce qui n’est guère surprenant étant donné que l’Estoria de España en est la source directe. On lit ainsi à propos de Ferdinand Ier :

24Quelques cas de portraits funèbres ont cependant été ajoutés par l’auteur de la Crónica de Castilla, qui pourraient annoncer le début d’un infléchissement de cette tendance. Il indique ainsi à propos de la reine Sancha, épouse de Ferdinand Ier :

25À la fin de ce même XIVe siècle, les chroniques de Pero López de Ayala présentent une tendance opposée : le portrait du monarque suit systématiquement l’énoncé de sa mort. Ainsi, pour Alphonse XI :

26De même pour Pierre Ier :

27Il en va de même dans les Memorias del reinado de los Reyes Católicos d’Andrés Bernáldez, où le portrait physique et moral d’Isabelle la Catholique est inséré juste après le récit de sa mort :

28Une tendance semble donc se dessiner, qui déplacerait progressivement les portraits royaux du début du récit du règne dans les chroniques alphonsines au récit du décès dans les chroniques de López de Ayala et Bernáldez.

29Considérons à présent le second critère, à savoir le contenu de ces portraits funèbres : quel type de caractéristiques retiennent les chroniqueurs pour signifier l’individualité de chaque souverain ? Par le choix des traits qu’ils mettent en avant, suggèrent-t-il que cette individualité s’est forgée au fil du temps, ou au contraire qu’elle était telle d’emblée puis est demeurée inchangée jusqu’à la mort ?

30Voyons ce qu’il en est dans les chroniques de López de Ayala, où le portrait apparaît systématiquement après l’énoncé de la mort.

Alphonse XI :

31De même, Andrés Bernáldez suggère le caractère inné des vertus d’Isabelle, présentées comme un don de Dieu :

32Ce n’est donc pas parce que le portrait est placé à la fin du récit qu’il présente les caractéristiques énoncées comme le fruit des années de règne qui viennent d’être narrées. Le portrait funèbre remplit donc bien la fonction habituelle du portrait, celle de donner à voir une essence individuelle immuable, soustraite aux infléchissements qu’imprime le temps.

33En réalité, si l’on se détourne un instant des chroniques royales pour considérer le genre – très éclairant pour notre propos – des chroniques dites individuelles ou biographies chevaleresques du XVe siècle, on constate que la place du portrait du protagoniste (au début ou à la fin de sa biographie) n’est pas réellement déterminante. Indépendamment d’elle, les deux conceptions – celle d’un être immuable ou, au contraire, celle d’une construction intellectuelle et morale à travers le temps – coexistent dans la même œuvre.

34Dans la Crónica de don Alvaro de Luna, le portrait de Luna est inséré après le récit de sa mort, mais se borne à résumer et à rappeler des vertus qui avaient été énoncées dès le début de la chronique : l’auteur suggère ainsi que le connétable est resté identique à lui-même de sa jeunesse jusqu’à sa mort.

35Inversement, dans le Victorial, c’est au début du récit biographique que Díaz de Games consacre deux chapitres au portrait physique puis moral de Pero Niño :

36Pourtant, dans les chapitres qui précèdent ce portrait dans le Victorial, c’est la conception opposée que suggère l’auteur, celle d’une construction intellectuelle et morale progressive de l’individu, par l’éducation d’une part – pour les vertus intellectuelles –, par l’acquisition de bonnes habitudes d’autre part – pour les vertus morales –, et l’exposé suit exactement le même ordre que celui de l’Éthique. Il est d’abord question de la formation intellectuelle et de la formation morale théorique de Pero Niño :

  • 37 Jacqueline HAMESSE (éd.), Les Auctoritates Aristotelis, un florilège médiéval. Étude historique et (...)

37Il est certes fort improbable que Díaz de Games ait possédé les œuvres complètes d’Aristote, mais dès le XIIIe siècle, la philosophie morale du Stagirite et notamment ses doctrines éthiques circulaient dans des ouvrages de vulgarisation – compendia, paraphrases, florilèges –, largement diffusées sous cette forme abrégée et simplifiée. Ainsi, les Auctoritates Aristotelis, le florilège aristotélicien le plus répandu en Europe au Moyen Âge dès la fin du XIIIe siècle, sont conservées en Espagne dans des manuscrits qui sont tous du XVe siècle. On peut y lire, parmi les citations extraites de l’Éthique, « Oportet te famulari illi qui bene fecit »37, qui nous rappelle le précepte du Victorial « el honbre deve llegarse a los buenos ».

38Les deux conceptions coexistent également dans les chroniques royales, que le portrait soit placé au début ou à la fin du récit de règne. Ainsi dans la Estoria de España, le portrait moral de Ferdinand Ier est donné d’emblée, mais ce portrait est suivi de considérations sur l’éducation de ses enfants, qui suggèrent que c’est la formation reçue qui a progressivement développé chez eux les vertus qui les caractérisent :

39La même ambiguïté caractérise l’épitaphe de Ferdinand III qui, contrairement à celle de Blanche de Navarre, ne se borne pas à énumérer des vertus éternelles mais encadre cette énumération du rappel de la vie du souverain et de ses hauts faits :

40Dans chacun de ces cas, les deux conceptions coexistent de manière problématique : elles sont simplement juxtaposées sans que leur contradiction soit résolue.

41Elle me semble en revanche résolue dans un autre type de portrait funèbre, moins évident, que j’évoquerai à présent. Dans la Estoria de España, Ferdinand Ier fait l’objet d’un portrait placé au début du récit de son règne, mais aucun portrait ne fait suite au récit de sa mort ; quant à Ferdinand III, il ne fait l’objet d’aucun portrait, ni au début, ni à la fin.

42Observons le récit de leurs derniers moments. Dans les deux cas, le roi fait son testament, répartit ses biens et ses terres, procure des conseils à son successeur.

Ferdinand Ier :

43Les divers modèles royaux auxquels sont implicitement associés les deux monarques dans ce récit dessinent également un portrait implicite. Le premier est une référence péninsulaire, le Cid, dont les derniers moments sont narrés ainsi :

44Quant au discours que prononcent à la fois Ferdinand Ier, le Cid et Ferdinand III en s’adressant à Dieu au moment de mourir, « tuyo es el poder et tuyos son los regnos », bien qu’il n’apparaisse pas dans le récit de la mort de David dans la General estoria, il s’agit bien des actions de grâce de David selon le premier livre des Chroniques dans l’Ancien Testament: « À toi, ô Eternel, la royauté, à toi la domination suprême sur toutes choses ». À ce propos je citerai Xavier Dectot :

45Le rapprochement ici opéré entre les souverains castillans et le Cid ou David, dont les vertus sont bien connues par ailleurs, rend inutile l’énumération d’une série de vertus dans un portrait explicite. Or ces portraits implicites en acte peuvent être rapprochés de représentations funéraires sculptées de ces mêmes souverains, statues aujourd’hui disparues mais dont un certain nombre de textes conservent la trace. Ainsi, une statue de Ferdinand III fut installée dans la cathédrale de Séville en 1279. Il ne s’agissait pas d’un gisant mais d’une statue assise, portant la couronne, tenant une épée dans la main droite – la fameuse Lobera – et son fourreau dans l’autre. La statue fige l’image du souverain, certes, mais dans l’acte de gouverner, et le saisit également, à travers l’épée dégainée, comme héros de la guerre de Reconquête. Commanditaire de la statue, Alphonse X est à l’origine de ce choix de représentation. Cette statue assise de Ferdinand III fait immédiatement songer au cadavre incorruptible du Cid, installé assis dans l’église du monastère de San Pedro de Cardeña, décrit en ces termes dans la Estoria de España :

46Ces portraits implicites, aussi bien écrits que sculptés, attribuent donc aux souverains les vertus cardinales, non pas sous la forme allégorique que l’on retrouvera sur le tombeau d’Henri II de France où les vertus cardinales sont représentées sous des traits féminins, mais à travers un objet, l’épée, qui renvoie aux deux principales tâches du roi : faire régner la justice et diriger les combats de la Reconquête.

47Dans les deux cas, aussi bien le portrait explicite que le gisant, qui figent un ensemble de vertus indépendamment de l’agir et du vécu, sont rejetés au profit d’un portrait en acte : de même que la statue assise fait la synthèse de tous les actes de bon gouvernement, de même le récit du comportement royal dans la mort rassemble implicitement toute l’épaisseur de la série de bons comportements royaux.

  • 48 Dans le cas de Ferdinand III, un portrait indirect apparaissait au début du récit de son règne, in (...)

48Ainsi, les souverains sont certes représentés de manière atemporelle, mais dans l’acte de pratiquer la vertu : ces portraits implicites suggèrent que c’est la répétition des actes vertueux qui installe la vertu48.


   

49Dans les portraits royaux funèbres qu’offrent les chroniques médiévales, que ces portraits soient explicites ou implicites, se joue le conflit entre deux conceptions opposées de la personne royale.

50La première correspond à la visée traditionnelle du portrait : extraire de l’histoire l’essence individuelle pour la montrer telle qu’elle a toujours été. Cette intention est conforme aux représentations attachées à la noblesse, conçue comme un ensemble de vertus innées et permanentes. Cette immuabilité des âmes bien nées, qui n’ont pas besoin du temps pour être vertueuses, les distingue du commun des mortels, qui, lui, croît en vertu en avançant en âge.

51La seconde est une conception dynamique de l’homme, conforme à la doctrine aristotélicienne. Dans l’Éthique, même les vertus qui caractérisent les personnages exceptionnels (la sapientia d’Anaxagore, la prudentia de Périclès) s’acquièrent avec le temps.

52Ces deux conceptions opposées correspondent à deux exigences contradictoires : d’une part, suggérer la différence et la supériorité des nobles en général et du premier d’entre eux en particulier, le roi ; d’autre part, recevoir et assimiler la manière dont le Philosophe concevait la construction intellectuelle et morale de l’homme.

53Ce conflit reste irrésolu quand un portrait en bonne et due forme est simplement inséré à la fin du récit du règne – mais pourrait tout aussi bien être placé au début ; il est en revanche résolu, me semble-t-il, dans les portraits en acte que je viens d’évoquer, lesquels suggèrent que l’excellence royale se forge dans la pratique du bon gouvernement et dans celle de la guerre, c’est-à-dire dans la pratique de la vertu.

  • 49 Selon le personnage évoqué, les vertus apparaissent tantôt comme un don divin, tantôt comme le fru (...)

54Déjà présente dans la Bible où les deux conceptions coexistent49, cette problématique acquiert une grande importance à partir du milieu du XIIIe siècle quand l’Éthique commence à circuler dans la Péninsule et devient objet d’enseignement dans les universités, au sein de la Faculté des Arts. Si Aristote considère toute vertu réelle comme acquise, ses commentateurs médiévaux sauvent toutefois l’idée de vertus innées : Thomas d’Aquin distingue ainsi les vertus acquises et les vertus infuses, présentes dès le baptême, mais non immuables pour autant car elles se perfectionnent comme les vertus acquises.

Haut de page

Notes

1 Xavier DECTOT, Les tombeaux des familles royales de la péninsule ibérique au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2009.

2 Primera crónica general de España, Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Madrid : Gredos, 1955, tome 1, p. 82.

3  Andrés BERNÁLDEZ, Memorias del reinado de los reyes Católicos, Manuel GÓMEZ MORENO y Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Madrid : Real Academia de la Historia, 1962.

4 L’édition consultée est la reproduction en fac-similé de l’édition de Gregorio LÓPEZ, Las siete partidas, Salamanque, 1555 ; fac-similé : 3 vol., Madrid : Boletín Oficial del Estado, 1985, vol. 1. Partida II, Titre XII, Loi XIX, fol. 39 v.

5 Summa Alexandrinorum, in : Concetto MARCHESI, L’Etica Nicomachea nella tradizione latina medievale (documenti ed appunti), Messina : Libreria editrice Ant. Trimarchi, 1904, p. 199.

6 Libro del Tesoro, Spurgeon BALDWIN (éd.), Madison : Hispanic seminary of medieval studies, 1989, p. 95.

7 Summa Alexandrinorum, p. XLVI.

8 Loc. cit.

9 Libro del Tesoro, p. 97.

10 Summa Alexandrinorum, p. XLVI.

11 Libro del Tesoro, p. 97.

12 Primera crónica general de España, tome 1, p. 116.

13 Ibid., p. 233.

14 Ibid., p. 237.

15 Ibid., p. 307.

16 Ibid., tome 2, p. 347.

17 Ibid., p. 368.

18 Ibid., p. 383.

19 Ibid., p. 483.

20 Ibid., p. 519-520.

21 Ibid., p. 382.

22 Ibid., p. 495.

23 Je cite le texte édité et présenté par Patricia ROCHWERT-ZUILI dans Les livres d’e-Spania, collection « Sources », 2010, URL : http://e-spanialivres.revues.org/63.

24 Pero LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, José-Luis MARTÍN (éd.), Barcelone : Planeta, 1991, p. 9.

25 Ibid., p. 433-434.

26 Ibid., p. 507.

27 Ibid., p. 696.

28 Op. cit.

29 P. LÓPEZ DE AYALA, Crónicas, p. 9.

30 Ibid., p. 434.

31 Ibid., p. 696.

32 Gutierre DÍAZ DE GAMES, El Victorial, Rafael BELTRÁN LLAVADOR (éd.), Madrid : Taurus, 2001, p. 256-257.

33 Ibid., p. 257.

34 Loc. cit.

35 Ibid., p. 234.

36 Ibid., p. 240.

37 Jacqueline HAMESSE (éd.), Les Auctoritates Aristotelis, un florilège médiéval. Étude historique et édition critique, Louvain : Université, 1974, p. 239.

38 Primera crónica..., tome 2, p. 483.

39 Cité par X. DECTOT, Les tombeaux des familles royales…, p. 78.

40 Primera crónica..., tome 2, p. 494.

41 Ibid., p. 772.

42 Ibid., p. 494.

43 Ibid., p. 773.

44 Ibid., p. 636.

45 General estoria, Antonio G. Solalinde, Lloyd A. Kasetn et Victor R. B. Oelschläger (éd.), Madrid : Consejo Superior de Investigaciones científicas, 1957, tome 2, p. 396.

46 X. DECTOT, Les tombeaux des familles royales..., p. 47-48.

47 Estoria de España, p. 640. Selon Xavier Dectot, cette évocation du cadavre du Cid pourrait être, je cite, « une allusion voilée à l’utilisation d’effigies de cire pour manifester la présence du défunt. X. DECTOT, Les tombeaux des familles royales..., p. 41.

48 Dans le cas de Ferdinand III, un portrait indirect apparaissait au début du récit de son règne, insistant sur le rôle de l’éducation maternelle dans sa construction comme souverain exemplaire : « Et essa reyna donna Berenguella, assi como criara con grand cuedado et con grand guarda a este su fijo rey don Fernando, assi le levo por tal carrera todavia en sus fechos, que en paz que en atemprança de todo bien governasse el reyno et la tierra, segund la costumbre de su avuelo el noble don Alffonsso rey de Castiella ». Deux portraits implicites encadrent donc le récit du règne, qui suggèrent le caractère acquis de la vertu, que ce soit par l’éducation ou l’acquisition d’habitus vertueux.

49 Selon le personnage évoqué, les vertus apparaissent tantôt comme un don divin, tantôt comme le fruit de l’avancée en âge. On lit ainsi dans le Livre de Job (chap. 12, verset 12) « in antiquis est sapientia, et in multo tempore prudentia ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Jecker, « Le gisant couché sur le papier : ultimes portraits royaux dans l’historiographie castillane (XIIIe-XIVe siècles) », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23192 ; DOI : 10.4000/e-spania.23192

Haut de page

Auteur

Mélanie Jecker

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org