Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

En torno a tres pimpollos de la casa de Austria. La mort de trois Habsbourg et la construction du personnage dans La Vida y hechos de Estebanillo González

Yves Germain

Résumés

L’insistance mise par le narrateur de La Vida y hechos de Estebanillo González, au terme du roman, à célébrer trois figures de la maison de Habsbourg dont la mort est intervenue au cours du récit, loin d’être un ajout de circonstance, devrait être lue comme une des clés du texte : ces figures renvoient en effet à l’évocation de Charles Quint, qui fait du texte une reprise de la fin du Lazarillo, dans un subtil jeu de filiation textuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Vida y hechos de Estebanillo González, 2, p. 375. Nous citons d’après l’édition d’Antonio CARREI (...)

1Tout comme le narrateur de La Vida y hechos de Estebanillo González, hombre de buen humor, concluant son dernier chapitre par l’évocation soutenue de la mort de trois grands de la maison de Habsbourg, semble s’excuser de cette fin tragique auprès de son lecteur, « así, me perdonarás el haberte dado el postre en tragedia »1 (« tu voudras bien me pardonner de t’avoir servi une tragédie en guise de dessert »), on pourrait s’excuser d’inclure, au terme d’un colloque sur la mort des grands, une approche de ce roman étonnant, généralement tenu pour le dernier avatar de la veine picaresque en Espagne, et nullement porté, dans son ensemble, sur la gravité : le postre paraîtra sans doute incongru après tant de funèbres célébrations.

2Le fait est pourtant que l’évocation finale de la triste série de décès enregistrés par la maison de Habsbourg, à commencer par la mort du Cardinal-Infant, n’est pas un ajout de circonstances dans ce grand texte, et que la question de la place qu’y tient vraiment cette célébration, bien mieux intégrée à la diégèse qu’on ne pourrait le croire à première lecture, se pose effectivement. Pouvait-on lire La Vida y hechos (publiée en 1646) comme un texte porteur d’une célébration posthume de plusieurs figures de la maison d’Autriche ? La reprise apparente du genre picaresque était-elle conciliable avec ce propos de célébration funéraire ? Une telle entreprise littéraire n’allait-elle pas apparaître comme un monument par trop incongru à la mémoire du Cardinal-Infant, de la reine Cécile-Renée de Pologne et de l’Impératrice Marie-Anne ?

  • 2 Sur ce point, voir notre article « Estebanillo ou les tribulations d’un bouffon-diplomate », in : B (...)

3Pour les lecteurs de ce roman très particulier, la question de cette célébration intégrée peut bien n’apparaître que comme un des aspects de sa fondamentale hétérogénéité, de texte tout à la fois voué au divertissement et néanmoins porteur d’un plaidoyer en faveur de son dédicataire Piccolomini, et de sa gestion controversée de la guerre des Flandres. Un récit qui ne cesse de jouer sur la juxtaposition des burlas et des veras, topos constitutif de sa dualité fondamentale2. Le discours de célébration funéraire, s’il s’inscrit en parallèle et en appui de la finalité politique du texte, revêt toutefois, au vu d’une analyse plus serrée, une dimension à part qui nous paraît légitimer qu’on l’examine indépendamment de cette dimension de plaidoyer.

  • 3 Voir dans l’édition citée la partie de l'introduction où J. A. CID fait le point sur ses recherches (...)

4On verra, dans un premier temps, que loin d’être un ajout de circonstance, cette célébration de trois figures de la maison de Habsbourg, auxquelles il conviendrait d’ajouter l’évocation de la mort également récente de la reine d’Espagne Elisabeth de Bourbon (1644), est étroitement liée au développement du roman dans sa seconde moitié : plus que l’insertion de pièces poétiques de célébration funéraire, où l’on a pu reconnaître la marque du soldat-poète Gabriel de la Vega, auteur probable de l’ensemble de La Vida y hechos3, la diégèse des chapitres VII à XIII atteste une imbrication de la vie du bouffon et courrier de princes que devient alors Estebanillo, dans une évocation du destin des figures évoquées, bien avant le dénouement.

5Cette intégration de la célébration dans la diégèse ne clôt toutefois pas notre sujet. L’évocation des trois Habsbourg dans ce texte nous mène en fait à celle du plus célèbre de la dynastie, Charles Quint, auquel le narrateur ne craint pas de se comparer, tout en révélant ainsi une possible clé de lecture de ce dernier texte picaresque, une filiation avec les dernières lignes du Lazarillo, où le narrateur, alors « en la cumbre de toda buena fortuna », énonce un parallèle chronologique entre sa prospérité de cocu consentant et la venue de l’Empereur à Tolède. À la lumière d’un faisceau de signes concordants, il nous a paru possible de relier l’évolution d’Estebanillo, pícaro devenu bouffon des princes, à un épisode central où le Cardinal-Infant, symboliquement, lui octroie une seconde vie. Tout porte à croire que sous la double égide de Charles Quint et du Cardinal-Infant, La Vida y hechos reprend en quelque sorte le récit picaresque au point où l’avait laissé Lazare, pour en infléchir la matière de façon à pouvoir y intégrer les divers propos de célébration, à concilier les veras avec les burlas. La mention des Habsbourg, en ce sens, nous mène à une relecture par laquelle le roman réduit ses contradictions et apparaît comme un monument moins incongru qu’on ne l’aurait pensé.

  • 4 Vida, 2, p. 371.

6C’est au terme du roman, à la fin du chapitre XIII et en guise de conclusion, que le narrateur énonce la liste des trois Habsbourg qui, après l’avoir protégé et favorisé, ont tour à tour perdu la vie : le Cardinal-Infant tout d’abord, « su Alteza Serenísima el Infante Cardinal », mort en 1641, la reine de Pologne ensuite, Cécile-Renée de Habsbourg, sœur de l’Empereur et épouse de Ladislas IV Vasa, morte en couches le 25 mars 1644, et enfin l’Impératrice Marie-Anne, « la Majestad Cesárea de la emperatriz María », sœur de Philippe IV et épouse de l’Empereur Ferdinand III, décédée en mai 1646. « De modo que, para que a mis tormentos no haya humana resistencia », souligne le bouffon toujours aussi autocomplaisant, « me han faltado de cuatro años a esta parte tres columnas invencibles, tres deidades milagrosas y tres floridos pimpollos de la casa de Austria »4. Privé de leur soutien, il ne lui a plus resté que l’appui de son maître le duc d’Amalfi, c’est-à-dire Piccolomini, pour le dissuader de se retirer dans un désert pour faire pénitence ou en d’autres solitudes pour mourir de mélancolie. L’auto-dérision du bouffon est aussitôt éclipsée par deux pièces poétiques consacrées à la mort la plus tardive, celle de l’Impératrice.

7L’évocation finale des « tres floridos pimpollos » de la maison d’Autriche les lie néanmoins étroitement au destin du bouffon narrateur, ce que le lecteur attentif avait pu noter dans le développement du roman, car si la figure du Cardinal-Infant y est clairement célébrée, le narrateur a également pris soin de signaler, de façon certes bien plus ponctuelle, ce qu’il devait à l’Impératrice et à la reine de Pologne. Ce lien diégétique entre le personnage narrateur et les trois Habsbourg est la première raison, objective, d’une série de grands dans laquelle n’est pas intégrée la reine d’Espagne Elisabeth de Bourbon, morte la même année que Cécile-Renée de Pologne.

  • 5 Vida, 1, p. 16.

8Le prologue au lecteur faisait toutefois référence à une autre série, incluant la reine d’Espagne et ne mentionnant pas la plus lointaine reine de Pologne : on la trouve au terme du prologue, dans une revendication de la varietas offerte par le livre, où chacun doit pouvoir trouver de quoi satisfaire ses goûts, et ainsi « el melancólico, epitafios fúnebres a los tiernos mal logros del Cardenal Infante, de la Reina de España y de la Emperatriz María »5. On pourrait penser cette série dictée par la proximité des trois figures à la monarchie espagnole (Fernando de Austria, ou Ferdinand de Habsbourg, et l’Impératrice Marie-Anne étant tous deux frère et sœur de Philippe IV). Mais elle l’est en fait par la logique littéraire, qui tient compte des pièces poétiques (epitafios fúnebres) intégrées au roman, lequel, en effet, n’en contient aucune évoquant la reine de Pologne, alors qu’au chapitre XI, à l’occasion d’un passage à Naples où vient de parvenir la nouvelle du décès de la reine Elisabeth (Isabel de Borbón), le narrateur intègre au roman deux huitains célébrant le sépulcre de celle-ci, évoquée en « Belona », sans doute, comme le suggère Jesús Antonio Cid, pour son rôle dans la guerre de Catalogne. Mais le récit n’établit aucun lien entre le bouffon et la reine d’Espagne, ce qui paraît au demeurant plus conforme aux convenances et à la prudence. La célébration funéraire intégrée à la diégèse reste donc, par là, interne à la maison de Habsbourg.

  • 6 Vida, 1, p. 279.

9La célébration du Cardinal-Infant est régulièrement inscrite dans la diégèse du roman. Être « entretenido burlesco / de un infante », comme le dit le prologue en vers, fait partie de l’identité d’Estebanillo, depuis que son chemin de soldat-pícaro a croisé, à Barcelone, le destin de Ferdinand d’Autriche, et que celui-ci l’a gracié alors qu’on s’apprêtait à le pendre pour le meurtre d’un autre soldat, comme le relate le chapitre V. Le pícaro est gracié, et l’Infant séduit par ses plaisanteries commence à le traiter en bouffon6. Estebanillo le retrouvera un peu plus tard à Milan, avant de se retrouver sous ses ordres à la bataille de Nördlingen, en septembre 1634 ; on est alors au terme du chapitre VI et le pícaro couard ne prend nulle part à cette victoire. Pourtant, c’est à partir de là, pour son talent de bouffon qui revendique sa couardise avec complaisance, qu’il va vraiment entrer au service du Cardinal-Infant et débuter une nouvelle vie, au service des princes, comme bouffon et comme courrier de dépêches. Une conversion du pícaro que figure un double épisode, sur lequel on reviendra, où Estebanillo, affublé de bois de cerfs, puis menacé d’être châtré, échappe tour à tour à une meute de chiens et à la privation de ses attributs virils par la générosité du Cardinal-Infant, qui ainsi, après la grâce de Barcelone, lui sauve à nouveau la vie, au moins symboliquement.

  • 7 Vida, 2, p. 178.

10Rien d’étonnant, dès lors, entre les mésaventures du bouffon et le contexte militaire très présent dans les chapitres centraux, à ce que la mort du Cardinal-Infant en 1641 donne lieu à une célébration de son rôle, lorsqu’elle survient au chapitre IX. Après qu’un long romance en quarante-cinq quatrains a déjà chanté les louanges du prince, deux pièces insérées y concourent plus particulièrement, dont la première mit Jesús Antonio Cid sur la piste de l’attribution à Gabriel de la Vega, car elle figurait aussi hors du roman dans un recueil manuscrit. C’est une composition recherchée à base d’octosyllabes regroupés par sept, avec estrambote pour les trois premiers vers, formant le septième vers de chaque strophe, un jeu redondant qu’autorise peut-être l’espoir suscité par un retour de la santé du prince. Seule la seconde pièce est une épitaphe funéraire, avec une glose en quatre dizains, d’une solennité toute de circonstance. L’écart avec la voix du bouffon est aussitôt souligné au terme du poème, lorsque Estebanillo souligne qu’il a jeûné trois jours, pas davantage, « aunque fue más fineza en mí el haberme pasado sin beber que sin comer »7.

  • 8 Vida, 2, p. 60.

11En regard de l’attention accordée au Cardinal-Infant, la présence dans le récit de l’Impératrice Marie-Anne et de la reine de Pologne est assurément moindre, mais toutes deux sont à plusieurs reprises évoquées en liaison avec l’évolution fonctionnelle d’Estebanillo. La « Cesárea Majestad de la emperatriz María » apparaît d’abord au chapitre VII, alors que ce dernier accompagne Piccolomini à Vienne. Le bouffon fait alors l’expérience de l’ambiguïté de sa condition : alors qu’il est tout enflé de vanité en se voyant traité comme un grand (« mandóme cubrir como potentado »), un page le renvoie à son identité réelle en lui plantant une pique dans le postérieur, « un puntiagudo aguijón que podía servir de lengua a una torneada garrocha y dar muerte con ella al más valiente novillo de Guadarrama »8. Mais il reparaîtra auprès d’elle en qualité de courrier, aux chapitres X (p. 186) et XI (p. 241), obtenant aussi, en cette dernière occasion, une lettre de recommandation pour le roi d’Espagne. Le rôle de la reine de Pologne, Cécile-Renée, épouse de Ladislas IV (mais aucun des deux n’est ainsi nommé) est plus important pour l’évolution du personnage comme de la nature du récit. Elle apparaît tout d’abord au début du chapitre X, lors d’un premier voyage en Pologne, brièvement évoqué, alors qu’il lui apporte un courrier de l’archiduc Leopold, qui est aussi son frère. Estebanillo est alors traité au rang d’un ambassadeur, et reçoit une forte somme ainsi que la commande de dentelles (« unas puntas ») et d’une poupée « vestida al traje francés, para que sus sastres tomasen el modelo y le hiciesen el vestido a uso de aquel reino, por ser el de Polonia muy embarazado y no a su gusto. » Le courrier s’acquittera de cette dernière tâche à Bruxelles et repartira pour Varsovie à la fin du chapitre, non sans avoir obtenu un gros bénéfice auprès de l’archiduc Léopold sur la poupée commandée. Débute alors le chapitre XI, qui dans un premier temps se fait récit de voyage en Pologne, où il est un temps associé à un déplacement royal. La reine elle-même n’intervient que pour le charger d’autres courriers, et lui offrir une autre forte somme et « dos riquísimos vestidos a lo polaco y una carroza con dos bizarros caballos ». Les costumes, manifestement inspirés par la mode des Sarmates, à l’orientale, vaudront au bouffon de devenir centre d’une vive et inquiète attention lorsqu’il s’avisera de les revêtir lors de son retour en Espagne. Les reines Habsbourg ont donc toutes deux un rôle dans l’évolution d’Estebanillo, qui affirme auprès d’elles le rôle diplomatique qu’il s’attribue, et qu’elles semblent confirmer ; rôle ambigu, qui n’efface jamais totalement celui du bouffon, mais qui suppose néanmoins un assagissement de ce dernier, même s’il n’oublie pas de tirer de sa position des bénéfices sonnants et trébuchants. Le rapport d’Estebanillo aux têtes couronnées ne se limite pas, en tout cas, aux mentions élogieuses de celles-ci et à la circonstance funéraire, il implique aussi sa progressive transformation qui l’éloigne du pícaro initial, en tempérant sensiblement ses désordres.

12L’intégration dans le récit de vie d’Estebanillo des trois Habsbourg, si elle contribue à infléchir l’évolution du personnage vers un désordre domestiqué de bouffon de cour qui l’éloigne de la rupture des normes propre au pícaro, ne saurait empêcher que le lecteur puisse être dérouté de voir le texte se conclure dans le registre élevé de l’éloge funèbre, une dissonance que la voix narrative assume en observant que la tragédie vient en dessert. L’hétérogénéité de La Vida y hechos, nourrie par les contrastes répétés entre les passages de célébration et une trame qui fait la part belle aux actions basses, à la couardise, à la cupidité et à l’ivrognerie, ainsi qu’aux facéties d’un personnage qui ne cherche jamais à dissimuler ses défauts, se trouve ainsi confirmée in fine par la célébration associée des trois défunts illustres de la dynastie des Habsbourg. L’ambivalence du roman est renforcée par cette nouvelle rupture de registre, qu’atténue à peine l’ultime pirouette du bouffon, un romance oulipien avant la lettre, écrit sans utiliser la voyelle o, où il tire sa révérence avant de partir se retirer à Naples, où il doit tenir une maison de jeu.

  • 9 Vida, 2, p. 367.

13La Vida y hechos semble donc s’achever comme un objet littéraire ambigu, et cela indépendamment de toute considération sur la vérité ou la fictionnalité du récit de vie – un débat qui n’entre pas ici en ligne de compte, et dans lequel nous ne prétendons pas entrer ici, tout en étant convaincus de la nature avant tout fictionnelle du récit –. Un examen plus attentif de cette fin du chapitre XIII, toutefois, nous semble en mesure de lever une part de cette ambivalence, de trouver un lien supplémentaire et symbolique entre les deux pôles de l’hétérogénéité que sont la voix du bouffon et la célébration dynastique. L’insistance sur le lien dynastique précisément qui unit ces trois personnages, mieux que ne l’aurait fait l’insertion de la reine d’Espagne, prend un sens supplémentaire lorsqu’on observe que le bouffon vient juste de se comparer, au terme de son parcours, au plus fameux des Habsbourg, Charles Quint, pour sa retraite à Yuste. Estebanillo, avant d’évoquer la nouvelle de la mort de l’Impératrice Marie-Anne, établit un parallèle entre l’Empereur « enfermo de la gota y fatigado de los trabajos de la guerra », et lui-même, atteint lui aussi de la goutte « y fatigado de los trabajos de la paz », et il compare de même le renoncement impérial au pouvoir et la retraite à Yuste à sa propre retraite « en aquel ameno y deleitoso Yuste de la gran ciudad de Nápoles »9, un parallèle insistant puisqu’il le répète deux pages plus loin, mentionnant « el San Yuste de su ducado de Amalfi », où Piccolomini a bien voulu l’accueillir. L’audacieux parallèle, que seul un bouffon de la dynastie peut s’autoriser, contribue ainsi à motiver l’ajout, qui suit aussitôt, de la célébration des « tres pimpollos de la casa de Austria ».

  • 10 Ibid.

14Le parallèle avec l’Empereur, en plus de son audace, présente la particularité d’être introduit, détail exceptionnel dans ce récit de vie supposée, par un souvenir livresque. C’est dans la grande salle du palais de Bruxelles (« salón de palacio ») que lui vient le souvenir de l’abdication : « andándome paseando por él me acordé de haber leído como en aquel mismo puesto el invencible Emperador Carlos Quinto […] hizo renunciación de su imperio y reinos… »10. Le récit de cette abdication, observe alors la note de l’édition de Carreira et Cid, se trouve particulièrement détaillé dans la chronique de Fray Prudencio de Sandoval que l’auteur a fort bien pu lire dans l’une de ses éditions du XVIIe siècle, et qui surtout s’intitulait Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, un titre sans doute responsable pour Carreira et Cid de celui du récit d’Estebanillo. Le propos d’écrire son livre suit justement l’énoncé de ce souvenir livresque et du parallèle avec l’Empereur : « para cuyo efecto traté al instante de hacer este libro por hacerme memorable y porque sirva de despedida de mi amo y señor ».

15Le souvenir d’une autre Vida y hechos est donc donné comme élément de la genèse du livre. Or nous pensons qu’un livre peut aussi en cacher un autre, et en l’occurrence une référence autrement plus suggestive pour notre Vida y hechos que la chronique de Sandoval, en l’occurrence La vida de Lazarillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades, mentionnée par ailleurs dans le prologue au lecteur. C’est là en effet que le parallèle entre la figure impériale et une voix narrative qui a entrepris de se raconter sans la moindre légitimité prend naissance, dans le tout dernier paragraphe. Lazare, on s’en souvient, vient de référer « el caso », autrement dit le ménage à trois auquel il consent avec l’archiprêtre, et en situe le moment : « Esto fue el mesmo año que nuestro victorioso Emperador en esta insigne ciudad de Toledo entró y tuvo en ella cortes… Pues en este tiempo estaba en mi prosperidad y en la cumbre de toda buena fortuna ». La visite impériale coïncide avec une prospérité qui tient moins de la bonne fortune que d’une position de cocu consentant. Nul doute que cette Vida-là n’a pu manquer d’influer sur La Vida y hechos, dernier avatar hispanique reconnu d’une tradition picaresque qu’elle initiait. Estebanillo, en se plaçant en quelque sorte in fine sous l’égide de l’Empereur à l’instar de son modèle, laisse évidemment deviner cette filiation, tandis que l’écho implicite du terme du Lazarillo, l’autre lecture à peine cachée, nous met sur le chemin de la façon dont cette filiation se tisse. La « buena fortuna » de Lazarillo se reflète certes dans le « deleitoso Yuste » napolitain où Estebanillo entend bien achever des jours prospères. Mais sa prospérité à lui remonte à la moitié du roman, à la faveur directe d’un autre Habsbourg et à la pose de cornes plus matérielles et non moins symboliques sur la tête de celui qui, de pícaro des cuisines de la troupe, devenait un bouffon des puissants.

  • 11 Vida, 2, p. 187.
  • 12 Vida, 2, p. 77.
  • 13 Vida, 2, p. 90.
  • 14  José-Antonio MARAVALL, « Relaciones de dependencia e integración social. Criados, graciosos y píca (...)

16Estebanillo, en d’autres termes, reprend à mi-chemin du roman le parcours interrompu par Lazare au moment de sa prospérité. Le pícaro se retrouve affublé de cornes et change de statut, en signant ainsi la fin de la picaresque. Il importe, à ce stade, de revenir sur ses liens avec le Cardinal-Infant qui, de fait, ne se limitent pas à l’intégration du récit de vie supposée dans la grande Histoire. L’Infant Ferdinand est pour ainsi dire dans le roman le Habsbourg de référence d’Estebanillo, à l’instar de l’Empereur pour Lazare : de façon significative, c’est d’ailleurs cette filiation que le bouffon courrier évoque en premier pour justifier son absence auprès de son maître Piccolomini, « haber entrado a servir un biznieto de Carlos Quinto, hijo de un rey de España y hermano del mayor monarca del orbe »11. Si Philippe IV reste à distance, juste entrevu lors de la brève audience qu’il lui confère à Saragosse, au chapitre XII, le Cardinal-Infant accorde à deux reprises, on l’a vu, sa grâce à Estebanillo. La seconde, pour être symbolique, apparaît comme la plus significative, au cœur du roman, dans le septième chapitre. L’avoir sauvé de la pendaison à Barcelone lui permettait simplement de poursuivre une aventure en marge de l’armée, sans affecter sa conduite ; le double épisode du chapitre VII consacre en revanche la soumission du pícaro et sa transformation symbolique. Estebanillo s’est vu affubler d’un costume de cerf, et des cornes afférentes de l’« animal selvático » par le prince Thomas de Savoie, pour lui avoir faussé compagnie lors d’une chasse au cerf, préférant rejoindre sa compagne à Bruxelles ; le voici, avec ses cornes, chargé de grelots comme un fou des princes, apparaissant alors dans le palais bruxellois du Cardinal-Infant (la même salle, peut-on comprendre, que celle où il pensera à Charles Quint à la fin du livre). Seule la clémence du prince lui vaut de n’être pas livré aux chiens : « estuvo tentado de dar un buen rato a sus lebreles ; pero venciendo su piedad a su deseo mandó que me regalasen y que no me hiciesen ofensa ninguna »12. Mais le bouffon ainsi épargné conserve son costume de cerf, bien que ce dernier ne soit plus mentionné. Une seconde condamnation est alors mise en scène, afin de réprimer la virilité associée à sa tenue animale. « Estebanillo es inquieto y […] anda desasosegado, y para que pierda los bríos, ande pacífico y acuda sin hacer falta al servicio, me parece que será provechoso remedio el caparlo », décrète le bailli de Rupelmonde qui le fait enfermer en attente de l’exécution de la sentence. L’attente est cette fois plus angoissée qu’à Barcelone pour Estebanillo, qui obtient toutefois à nouveau la grâce du Cardinal-Infant. La crainte pour ses « dulces prendas » qui lui font paraphraser le sonnet de Garcilaso lui fait prendre la mesure de cette autre castration symbolique qu’est le passage à présent acquis du pícaro au bouffon. Cette aventure est « pensión de los de mi arte », observe-t-il, ce que lui confirme aussitôt un autre domestique : « el oficio de gracioso tiene del pan y del palo, de la miel a la hiel, y del gusto al susto »13. La transition symbolique est achevée qui lui permet, dès la même page, d’exercer « en figura de correo » en accompagnant son maître à Vienne. Il sera bouffon et courrier des princes, et réduira d’autant ses méfaits de pícaro. Le terme de gracioso à la fin de l’épisode signe bien une évolution, qu’avait déjà naguère mise en évidence José Antonio Maravall, montrant que le personnage, bien plus qu’au fonctionnement de la picaresque, renvoyait à celui d’un gracioso de comedia, vivant de l’attention que les princes veulent bien prêter à ses bons mots14.

17La célébration finale de la mort des trois Habsbourg, au terme de La Vida y hechos, ne répond donc pas seulement à la finalité bien réelle d’une œuvre où il importe de célébrer la dynastie pour défendre la position très fragilisée de Piccolomini à la tête de l’armée des Flandres. Elle obéit également à une logique littéraire interne d’un texte dont l’auteur n’a pu manquer de s’interroger sur son rapport à la picaresque, qu’il reprenait dans les premiers chapitres pour s’en éloigner ensuite. Le récit de vie du personnage narrateur devient vite indissociable de la figure du Cardinal-Infant, et, à un moindre degré, des deux reines, pour sceller une transformation à laquelle le parallèle final de l’antihéros avec Charles Quint donne son vrai sens : Estebanillo endosse avec profit dans la seconde moitié du roman le rôle que Lazare laissait juste entrevoir au terme de son livre, les cornes et la prospérité au service des puissants.

Haut de page

Notes

1 La Vida y hechos de Estebanillo González, 2, p. 375. Nous citons d’après l’édition d’Antonio CARREIRA et Jesús Antonio CID, 2 t., Madrid : Cátedra, 1990, abrégée dans les notes suivantes en Vida.

2 Sur ce point, voir notre article « Estebanillo ou les tribulations d’un bouffon-diplomate », in : Béatrice PÉREZ (dir.), Ambassadeurs, apprentis-espions et maîtres comploteurs, Les systèmes de renseignement en Espagne à l’époque moderne, Paris : PUPS, 2010, p. 405-416.

3 Voir dans l’édition citée la partie de l'introduction où J. A. CID fait le point sur ses recherches en la matière, 1, p. lxxxvi – cxxxvi.

4 Vida, 2, p. 371.

5 Vida, 1, p. 16.

6 Vida, 1, p. 279.

7 Vida, 2, p. 178.

8 Vida, 2, p. 60.

9 Vida, 2, p. 367.

10 Ibid.

11 Vida, 2, p. 187.

12 Vida, 2, p. 77.

13 Vida, 2, p. 90.

14  José-Antonio MARAVALL, « Relaciones de dependencia e integración social. Criados, graciosos y pícaros », in : Teatro y literatura en la sociedad barroca, Barcelone : Crítica, 1990, p. 119-158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Germain, « En torno a tres pimpollos de la casa de Austria. La mort de trois Habsbourg et la construction du personnage dans La Vida y hechos de Estebanillo González », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 04 mars 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23168 ; DOI : 10.4000/e-spania.23168

Haut de page

Auteur

Yves Germain

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org