Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

« Come ad una tanta regina si conveniva » : funérailles italiennes pour Marguerite d’Autriche-Styrie (1611-1612)

Paule Desmoulière

Résumés

Cet article évoque de façon globale les ouvrages imprimés en Italie à l’occasion de la mort de l’épouse du roi Philippe III d’Espagne, Marguerite d’Autriche-Styrie, décédée le 22 septembre 1611. L’on évoquera divers types de commémorations, ponctuelles et posthumes, qui furent faites en Italie pour la mort de la souveraine espagnole, pour tenter de comprendre comment et pourquoi l’Italie a pu être incluse dans l’entreprise de commémoration de la reine et le rôle qu’y joua l’imprimé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aurelio MUSI (éd.), Nel sistema imperiale, l’Italia spagnola, Naples : Edizioni scientifiche italia (...)
  • 2 Giovanni MUTO, « “Far beneficio al mondo in generale”. Congiuntura politica e strutture civili a Na (...)

1Longtemps considérées comme une période noire de l’histoire de l’Italie, les années de la domination espagnole (qui s’étendent de la paix de Cateau-Cambrésis en 1559 au début la guerre de succession espagnole en 1701) ont fait depuis les années 1970 l’objet d’un regain d’intérêt et d’une révision positive de la part des historiens. L’empire espagnol, dépeint au XIXe siècle comme un pouvoir omnipotent qui menaçait d’étouffer les forces vives des pays qu’il dominait, notamment de l’Italie, fut peu à peu reconsidéré pour apparaître comme relativement éclaté entre ses divers territoires, presque comme une confédération de pays liés entre eux par un souverain commun. Ce « coup de balancier historiographique », pour reprendre une expression de Giuseppe Galasso (pendolo storiografico)1, a sans doute eu des excès, mais a néanmoins le mérite de suggérer que les échanges entre la couronne espagnole et ses territoires italiens vassaux ou alliés n’étaient pas strictement unilatéraux. Dans une intervention récente, Giovanni Muto2 s’est même attaché à démontrer l’importance de la notion de négociation pour comprendre les rapports entre l’Espagne et les élites de ses possessions italiennes particulièrement dans le royaume de Naples. Il souligne ainsi que la notion de fidélité politique, au fondement même du pacte unissant le roi à ses sujets lointains, est à concevoir comme un rapport bilatéral consistant en un système de services réciproques.

2Le but de la présente intervention est d’examiner à la lumière de cette idée de négociation, ou plutôt de participation, différentes manifestations funèbres italiennes suscitées par la mort en 1611 de la reine Marguerite (connue également comme Marguerite d’Autriche-Styrie), épouse de Philippe III à partir de 1599. Le décès de la reine advint le 22 septembre 1611, peu de temps après la naissance de son fils Alfonso et cet événement suscita au cours de l’année 1612 de nombreuses commémorations aussi bien en Italie qu’en Espagne. Bien évidemment, le décès d’un souverain provoque toujours une vague importante de célébrations bien au-delà des frontières de son pays, cependant certains suscitent une attention toute particulière (c’est également le cas de la mort d’Henri IV, qui connut pour des raisons différentes un écho international). Cependant, dans la mesure où elles sont le résultat d’un ordre explicite du roi et en raison de leur nombre et de leur variété, les expressions du deuil italien pour Marguerite suscitent l’interrogation.

  • 3 Monserrat MOLI FRIGOLA, « Donne, candele, lacrime e morte: funerali di regine spagnole nell’Italia (...)
  • 4 Sur lesquelles je reviens plus bas.

3Je ne proposerai pas ici une lecture politique des funérailles pour la reine espagnole. En revanche, je tenterai d’explorer comment et pourquoi ces commémorations ont pris une telle ampleur en Italie. Un autre objectif de cet article est de proposer une liste synthétique d’ouvrages imprimés à cette occasion, pour compléter les connaissances à ce sujet. Nombre d’études très détaillées ont été consacrées aux diverses manifestations italiennes pour la mort de Marguerite, particulièrement celles de Florence et de Naples et une excellente synthèse sur les commémorations a été proposée en 1985 par Monserrat Moli Frigola3. Cette dernière a en particulier recensé des pompes funèbres pour la reine d’Espagne dans huit villes d’Italie4.

  • 5 Dans le cadre de ma thèse de doctorat consacrée aux « Recueils de poésie funèbre en Italie, en Fran (...)

4La plupart de ces études ont comme point de départ les fêtes et les livres de fêtes et prennent donc surtout en compte les narrations en prose relatant les funérailles de la reine d’Espagne. Mes propres recherches sur les recueils de poésie funèbre5 m’ont permis d’ajouter quelques titres à la liste des textes commémorant la mort de la souveraine et de supposer l’organisation des manifestations dans d’autres centres moins importants.

5En outre, il me semble que l’accent mis par les historiens sur l’événement ponctuel (la célébration) et sa transposition textuelle peut parfois mener à oublier la question de la postérité de l’événement, particulièrement de sa circulation sous forme de texte imprimé, phénomène trop souvent occulté.

6Le but de cet article est donc double : à la fois rappeler brièvement les divers types de commémorations (ponctuelles et posthumes) qui furent faites en Italie pour la mort de la souveraine espagnole et comprendre quel était l’intérêt d’impliquer les nations italiennes dans les célébrations funèbres. Je dresserai donc une liste indicative des textes que j’ai pu rattacher à cet événement en les replaçant dans leur contexte géographique et historique. J’examinerai ensuite comment et pourquoi l’Italie a pu être incluse dans l’entreprise de commémoration de la reine espagnole et le rôle qu’y joua l’imprimé.

La lettre du roi

  • 6 Ottavio CAPUTI, Relatione della pompa funerale che si celebrò in Napoli, nella morte della Serenis (...)

7La nouvelle de la mort de la reine, survenue à Madrid le 22 septembre 1611, parvint en Italie peu de jours après et fut rapidement suivie d’une lettre officielle du roi. Ainsi, la relation des funérailles de Naples nous apprend que la nouvelle arriva dans la ville à la fin du mois d’octobre6. La relation des funérailles milanaise, écrite par Giovanni Battista Piccaglia, contient la transcription d’une lettre du roi envoyée de l’Escurial le 8 octobre 1611 à Juan Fernández de Velasco, gouverneur de Milan :

  • 7 Giovanni Battista PICCAGLIA, Relatione del funerale et esequie fatte in Milano, per ordine della ca (...)

L’eccellentissimo Signor Gio. Fernandez di Velasco, Contestabile di Castiglia, & Governatore per S.M. di questo Stato, diede incontinente ordine, che à spese della Camera Reale, se le facessero quell’esequie, e che all’amore del Rè verso lei, & alla Maestà della Regina convenivano. Et ciò conforme all’ordine di S.M. datoli con la seguente lettera7.

8Le roi informe son gouverneur de la mort de son épouse et ordonne par conséquent que se tiennent des funérailles dans la ville et tout l’État, signes d’un sentiment digne de l’obligation due au souverain :

  • 8 G. B. PICCAGLIA, ibid. Les éditeurs de cette revue m’ont gracieusement signalé les différences avec (...)

De que he querido avisaros para que lo tengays entendido creyendo tendreys deste subcesso [sic] el sentimiento que de vuestra obligaçion mi [sic] promito. Yo os ordeno, y mando proueays que en essa Ciudad, y todo el Estado se hagan las demostraçiones funerales acostumbradas y devidas de tan fieles vassallos en semejantes casos, y los sufragios y oraçiones generales, y particulares en todos los Monasterios y casas di [sic] devoçion [para] que se deven assi para que Dios la tenga en su gloria8.

  • 9 O. CAPUTI, op. cit., fol. A3v°.

9Le récit des fêtes napolitaines écrit par Ottavio Caputi suggère que le même ordre fut donné à Naples : « haveva commandato S.M. con lettera particolare, che con Real pompa se ne celebrassero in Napoli l’essequie »9. Il semble en réalité que cette lettre circula dans tout l’empire espagnol, aussi bien en Europe qu’aux Amériques.

10Il est important de noter que l’ordre de célébrer des funérailles pour la reine circula dans les territoires italiens sous domination espagnole. Même si cette injonction royale était transmise au gouverneur, elle exigeait clairement une participation active et directe des sujets italiens. En outre, il faut retenir la notion d’obligación, car pour cette occasion ce lien qui relie le vassal à son souverain est explicitement rattaché aux manifestations du deuil et des funérailles, qui font ici partie de l’obligación des serviteurs de la couronne.

Relations de funérailles

  • 10 Marcantonio CAPECE, Sermone funebre del P. Marcantonio Capece Napoletano della Compagnia di Giesù. (...)
  • 11 Carlo BESOTTO, Relazione dell’esequie solenni cioè, dell’apparato funebre del catafalco, e della me (...)
  • 12 Luigi ALBRICI, Delle lodi di Margherita d’Austria Regina di Spagna. Orazione del P. Luigi Albrici P (...)
  • 13 Pedro SUAREZ, Relación de las honras que la nación española hizo en Roma a la Magestad Catolica de (...)
  • 14 Monserrat MOLI FRIGOLA, op. cit. Voir la carte en illustration.
  • 15 Il s’agit d’une autre Marguerite que celle dont les funérailles font l’objet de cette étude.

11Monserrat Moli Frigola a recensé huit villes où furent organisées des célébrations funèbres pour la reine Marguerite : Bari10, Milan, Naples, Palerme, Vigevano11, Parme12, Rome13, Florence14. Cinq de ces villes sont situées dans des territoires placés sous le contrôle direct de l’Espagne : Milan et Vigevano font partie du duché de Milan, sous domination espagnole depuis Cateau-Cambrésis ; Naples et Bari sont des villes du royaume de Naples, également sous le contrôle de la couronne espagnole. Enfin, Palerme fait partie comme toute la Sicile de l’héritage aragonais. Le duché de Parme, en revanche, est allié à la couronne espagnole par des liens familiaux, puisqu’en 1538 Octave Farnèse avait épousé la fille naturelle de Charles Quint, Marguerite d’Autriche15. Son fils Alexandre passa plusieurs années à la cour d’Espagne comme otage après la guerre de Parme et devint un personnage important de la monarchie hispanique de cette époque (il noua des amitiés à la cour du roi d’Espagne, joua un rôle essentiel dans les campagnes militaires des Flandres et épousa Marie du Portugal). Le cas des funérailles tenues à Florence pour Marguerite d’Autriche est plus complexe, puisque la politique du grand-duc de Toscane Ferdinand Ier fut marquée à plusieurs reprises, on le verra, par la volonté de se libérer de l’influence espagnole.

  • 16 Manuscrit de la Biblioteca Comunale de Palerme, Ms Qq.B.10. Pour une description plus détaillée, vo (...)
  • 17 Poesías diuersas compuestas en diferentes lenguas, en las honras que hizo en Roma la Nación de los (...)

12Les pompes funèbres dont nous avons gardé des traces par le biais de relations festives eurent donc lieu dans des villes sous domination de l’Espagne ou placées dans la sphère d’influence de celle-ci, ce qui n’exclut pas parfois un agenda politique propre aux villes italiennes, à Florence par exemple, comme on le verra. Toutes les commémorations n’ont pas donné lieu à des relations imprimées : les funérailles palermitaines, par exemple, nous sont parvenues sous forme manuscrite16. La plupart des ouvrages relatent les funérailles, récit souvent accompagné d’une transcription de l’oraison funèbre et parfois de vers. Il arrive que des poèmes composés pour l’occasion soient publiés dans un ouvrage spécifique. C’est le cas des poèmes écrits pour les funérailles organisées par la nation des Espagnols à Rome17. Les funérailles romaines pour Marguerite sont une exception en Italie dans la mesure où elles impliquent essentiellement des Espagnols présents sur le sol italien grâce au collège des Espagnols et qui ne sont pas en Italie en qualité d’administrateurs. Ce volume des Poesías diversas… représente en outre une formule éditoriale mixte. En effet, il ne s’agit pas d’une narration de funérailles en prose, mais d’une impression des poèmes et des devises funéraires ; cependant, faute de moyens, l’ouvrage ne contient pas d’illustrations. C’est une formule intermédiaire entre la simple narration de funérailles parfois suivie de l’oraison, comme la Relatione de Piccaglia, et les beaux ouvrages illustrés qui commémorent les célébrations napolitaines et florentines.

Florence

  • 18 Giovanni ALTOVITI, Essequie della Sacra Cattolica e Reale Maestà di Margherita d’Austria Regina di (...)
  • 19 Roberta MENICUCCI, « Il sol di Spagna e le medicee stelle: la politica toscana verso la corona spag (...)
  • 20 Plusieurs exemplaires de cet ouvrage sont en ligne. Pour voir les gravures, se reporter par exemple (...)
  • 21 Selon Monica Bietti, le pape insista que les noces fussent célébrées à Ferrare pour légitimer son p (...)

13Les Essequie della Sacra Cattolica e Reale Maestà di Margherita d’Austria Regina di Spagna18, conçues après les funérailles florentines de la reine Marguerite par Giovanni Altoviti et publiées chez Sermartelli à Florence en 1612, sont sans doute les plus connues grâce aux célèbres gravures de Jacques Callot retraçant la vie de la souveraine. Les funérailles florentines se distinguent en outre par leur contexte politique complexe : comme le rappelle Roberta Menicucci19, les funérailles de la reine espagnole interviennent après une période de tension entre le grand-duché de Toscane et l’Espagne. Dans les années précédentes, le grand-duc de Toscane Ferdinand Ier tenta à plusieurs reprises de se libérer de l’influence espagnole, politique qui trouva son aboutissement dans le mariage entre Marie de Médicis et Henri IV en 1600. Toutefois, la politique étrangère du grand-duc prit au contraire un tour nettement philo-espagnol après 1604, ce qui mena en 1608 au mariage de Côme II avec Marie-Madeleine d’Autriche, sœur de Marguerite d’Autriche-Styrie. Roberta Menicucci a rattaché de façon très convaincante cette conjoncture politique aux célébrations florentines pour la mort de Philippe II en 1598 ainsi qu’à celles pour Marguerite d’Autriche en 1612, soulignant en particulier que le grand-duc avait d’emblée voulu s’attirer les sympathies de la souveraine et que les célébrations funèbres pour les souverains espagnols avaient pour but de souligner la participation des Toscans à leurs glorieuses actions, politique suivie par Côme de Médicis après la mort de son père en 1609. C’est donc dans ce contexte qu’il faut interpréter le programme iconographique des gravures exécutées pour le livret de cérémonies entre octobre 1611 et février 1612 par Antonio Tempesta, assisté de Jacques Callot et de Raffaello Schiaminossi20. Ces gravures accordent en effet une large place aux déplacements de la reine à travers l’Italie pour rejoindre son futur époux : sa réception à Venise, puis à Ferrare (qui faisait partie des États pontificaux depuis 1598), où eurent lieu sa réception par le pape et le mariage royal21. Ses réceptions dans diverses villes d’Italie en 1599 sont aussi dépeintes, à la suite de son mariage : son passage à Mantoue et Milan, sa rencontre avec les ambassadeurs italiens à Gênes. Enfin, l’épisode des noces entre Côme II et la sœur de la reine d’Espagne est également représenté dans la vingt-cinquième gravure. En tout, dix des vingt-six gravures sont consacrées aux rapports entre la souveraine défunte et l’Italie, dont neuf rapportent des événements qui eurent lieu dans une seule année de sa vie (entre 1598 et 1599). Les gravures de ce magnifique livre de fêtes n’ont donc pas uniquement une fonction décorative, car les artistes florentins s’efforcent de rappeler les liens qui unissent la reine à ses territoires italiens.

Naples

  • 22 Le recueil napolitain, du fait qu’il est le fruit des premiers efforts de l’académie des Oziosi, a (...)
  • 23 Il n’y avait pas eu d’académie importante à Naples depuis la dissolution de l’Academia pontaniana p (...)
  • 24 « Fondamentale appare innanzi tutto l’arrivo del conte di Lemos a Napoli, l’interesse da lui riserv (...)
  • 25 « Questo libro de’ funerali della Serenissima Margherita d’Austria gran Reina della Spagna; che per (...)
  • 26 « Perchè essendo moglie d’un Principe virtuosissimo, c’hà saputo accopiare à tempi nostri, con mara (...)
  • 27 Cf. Girolamo DE MIRANDA, op. cit., p. 71.
  • 28 Cf. Lorenza GIANFRANCESCO, op. cit.
  • 29 Île au large de Naples, actuelle Nesita.

14Une autre relazione particulièrement élaborée est celle qui relate les funérailles napolitaines de Marguerite d’Autriche22. À Naples, le contexte politique était alors marqué par l’arrivée récente d’un nouveau vice-roi, Pedro Fernández de Castro, septième comte de Lemos. Venu à Naples comme vice-roi en 1610, Lemos s’intéressa d’emblée à la vie culturelle de la ville. Il avait déjà démontré son intérêt pour les lettres en Espagne, en nommant par exemple Lope de Vega comme son secrétaire en 1598. À Naples, il prouva rapidement son intérêt pour les arts et les lettres en favorisant la refondation d’une académie dans cette ville, la première importante depuis cinquante ans23. Selon Girolamo De Miranda, c’est en partie grâce à lui que les Oziosi ont participé à la préparation des pompes funèbres de Marguerite d’Autriche24. Ce n’est donc pas un hasard si Ottavio Caputi a dédié la Relatione à l’épouse du comte de Lemos, « Alla Excell.ma Signora D. Catherina della Cerda et Sandoval, Contessa di Lemos et d’Andrada &c. Veceregina di Napoli ». Bien entendu c’est le comte de Lemos qui, en sa qualité de vice-roi, ordonna et surveilla les préparations des funérailles de la souveraine25. Cependant Ottavio Caputi insiste sur le rôle essentiel du vice-roi dans la vie culturelle napolitaine et déclare avoir dédié le volume à la comtesse de Lemos parce qu’elle est l’épouse d’un prince qui sut associer admirablement l’art de gouverner à la connaissance de toutes sciences. Comme elle est son épouse, Catalina de la Cerda ne peut que porter une affection particulière aux doctes personnes qui composèrent les pièces du recueil qui lui est présenté26. Dès 1611, il semble donc que le comte de Lemos avait établi des liens assez forts avec les artistes et les lettrés locaux pour pouvoir faire appel aux services d’un vaste réseau de poètes et d’artistes lors d’une occasion officielle comme les funérailles de la reine Marguerite. C’est particulièrement le cas de la jeune académie des Oziosi, dont Lemos avait favorisé la naissance27. La part prépondérante qu’occupèrent les membres de l’académie dans les pompes funèbres pour la reine Marguerite peut être vue comme un effet de la politique culturelle du comte de Lemos. Il est possible de lire leurs discours comme un hommage au pouvoir politique qu’il représentait, mais aussi au projet culturel qu’il défendait. Lorenza Gianfrancesco a en outre montré que ces funérailles, la première célébration publique de grande ampleur à laquelle participait l’académie, permit à des couches différentes de l’élite de se manifester, car l’académie comportait aussi bien des serviteurs napolitains de la couronne espagnole que les membres des grandes familles aristocratiques de la Campanie28. Les funérailles de la reine sont donc l’occasion pour toute la ville de se rassembler dans un moment de communion. Ce n’est pas un hasard si les huit épigrammes de l’Ozioso Ascanio Collelli sur les seize pilastres de l’église représentent les monts et les îles de Naples et de sa région: le Vésuve, Capodimonte, le Pausilippe, Antignano, Aenaeria (Ischia), Misène (actuel Bacoli), Barbarus, Nesis29.

Oraisons et vers sur la mort de la reine

  • 30 Serafino COLLINI, Oratione nei funerali della catolica maestà di Margherita d’Austria. Moglie del p (...)
  • 31 Stefano LANCIAVECCHIA, Oratione del dottor prete Stefano Lanciavecchia canonico della chiesa Badial (...)
  • 32 Giovanni Battista BORGO, Orazione funerale in lode della Sereniss. Donna Margherita d’Austria Reina (...)
  • 33 Crisostomo TALENTI, Canzone di d. Crisostomo Talenti abate Vallombroso per la morte della cattolica (...)
  • 34 Giulio NUTI, Nella morte della Cattolica Regina Margarita d’Austria. Versi di Giulio Nuti, Ferrare  (...)
  • 35 Juan de VALCAZAR, Relación de las exequias que se celebraron en Nápoles, en la muerte de la Serenis (...)
  • 36 Le manuscrit préparatoire de la relation italienne, qui se trouve à la Thomas Fisher Rare Book Libr (...)

15D’autres ouvrages imprimés pour la mort de la reine permettent par ailleurs de connaître l’existence de funérailles célébrées à cette occasion dans d’autres villes d’Italie. C’est notamment le cas de trois oraisons funèbres publiées à Crémone, Mantoue30 et Alessandria31. L’oraison de Crémone32 nous apprend par exemple que des funérailles y furent célébrées pour la reine le 29 décembre 1612. L’événement suscita en outre très rapidement un certain nombre de compositions poétiques. Crisostomo Talenti composa ainsi une « canzone » sur la mort de la reine, qu’il fit publier à Rome dès 161133. Giulio Nuti composa également des vers qu’il fit publier à Ferrare la même année34. Ces ouvrages n’étaient pas toujours en italien, mais pouvaient rassembler une version italienne et espagnole d’un même texte, comme c’est le cas pour les Geroglifici in morte della catholica reina nostra signora D. Margherita d’Autria, composti nella lingua spagnola, tradotti nell’italiana, et nell’una, et l’altra stampati, imprimés à Milan chez Marco Tullio Malatesta en 1611. Dans ce cas, les vers espagnols ont été traduits en italien, vraisemblablement à l’intention d’un public italianophone. Cependant l’on trouve le phénomène inverse dans d’autres ouvrages. Par exemple, la narration des funérailles de Naples circula également sous le titre de Relación de las exequias que se celebraron en Nápoles, en la muerte de la serenissima Reyna Margarita Señora Nuestra35, toujours sous les presses de l’imprimeur officiel Tarquinio Longo36.

Pourquoi des célébrations italiennes?

  • 37 Cf. Rosario VILLARI, La rivolta antispagnola a Napoli, Rome-Bari : Laterza, 1967. ID., Un sogno di (...)

16Pourquoi impliquer à ce point les élites des territoires italiens dans les célébrations funèbres pour la mort de la reine d’Espagne ? L’explication la plus évidente est qu’il s’agit d’une opération de propagande de la part de la couronne espagnole dans des territoires où elle souhaite affirmer sa domination ou renforcer ses alliances. De fait, le nombre des funérailles sur une portion très vaste du territoire italien témoigne de l’étendue de l’influence espagnole en Italie à cette époque. La narration de la vie de Marguerite permet de rappeler les étapes des alliances entre la couronne et certains de ses territoires, comme on l’a vu dans la relation florentine. Les funérailles elles-mêmes donnent de la visibilité aux dignitaires espagnols, qui ont une place de choix dans les défilés et à la messe. Une opération de célébration et de légitimation du pouvoir se justifierait en effet assez bien dans cette période où, malgré la pax hispanica, la situation est assez tendue, politiquement et financièrement, car les premiers signes de la récession économique se font sentir37. Cependant, cette explication ne paraît pas suffisante.

17Il me semble en effet que l’ampleur de ces funérailles témoigne surtout d’une volonté générale de la couronne de faire participer les élites locales à la célébration de son pouvoir, que celles-ci se trouvent dans une région d’Espagne, d’Italie ou du Nouveau Monde. L’exemple de Naples nous montre qu’il ne s’agit pas seulement d’impliquer l’aristocratie mais aussi les élites artistiques et intellectuelles. En outre, à Naples, l’on peut dire que les manifestations pour les funérailles permettent de légitimer également la politique culturelle du comte de Lemos et les talents de la jeune académie dont il encouragea les premiers pas. Le phénomène de bilinguisme témoigne d’ailleurs d’une volonté de donner à l’événement une large diffusion.

18La place qu’occupe l’imprimé dans la narration et la diffusion de ces commémorations italiennes est une preuve encore plus convaincante de cette volonté de donner un écho plus vaste et durable à l’événement ponctuel. Le choix de faire imprimer les textes n’est pas gratuit. En effet le véhicule de l’imprimé élargit la portée à la fois temporelle et géographique de l’événement, puisqu’elle laisse une trace de la commémoration ponctuelle bien après qu’elle ait pris fin et loin de sa source d’origine. Le rôle du texte imprimé et de la gravure est en outre de faire connaître les efforts des artistes, orateurs et poètes, et de montrer à tous la splendeur des pompes funèbres de la reine. Le livre prolonge l’entreprise de la fête, qui est de conférer aux commémorations du decorum : non seulement un décor spectaculaire, mais une dignité à la hauteur de l’occasion. C’est ainsi que s’explique la présence importante de l’illustration dans certaines relations, comme celles de Florence et de Naples. Une telle profusion de gravures ne serait pas nécessaire s’il s’agissait simplement de coucher l’information sur papier et de la faire circuler à la façon d’une gazette. Les poèmes, de même, ne servent pas au sens strict à informer le lecteur des événements qui se déroulèrent. Il ne s’agit pas seulement de faire circuler l’information, mais de faire durer plus longtemps la festivité éphémère et de prolonger l’entreprise d’ornamentum entamée lors de funérailles.

19Enfin, il faut noter que la majorité de ces textes sont en italien, particulièrement les vers. En outre, les auteurs, artistes, orateurs et, dans une certaine mesure, les concepteurs des projets ne sont pas espagnols. Le fait que certains de ces textes soient bilingues montre que l’enjeu est de faire participer les élites italiennes au prestige général de la couronne espagnole, même si les poètes qui commémorent la reine ne s’expriment pas en espagnol, ne s’adressent pas à un public hispanophone et continuent à utiliser des modèles poétiques italiens. C’est un bon exemple de la politique culturelle de l’Espagne en Italie dans ces années-là : les funérailles de la reine Marguerite sont napolitaines, florentines ou milanaises autant que castillanes, andalouses ou aragonaises. Il s’agit certainement pour tous les sujets de montrer leur obligación, non de façon servile, mais de façon appropriée au rang de la défunte, « come ad una tanta regina si conveniva », en usant des ressources de leur ingéniosité et de leur talent propre pour orner le tombeau de la reine et conférer dignité à sa maison.

Haut de page

Notes

1 Aurelio MUSI (éd.), Nel sistema imperiale, l’Italia spagnola, Naples : Edizioni scientifiche italiane, 1994, p. 10.

2 Giovanni MUTO, « “Far beneficio al mondo in generale”. Congiuntura politica e strutture civili a Napoli tra XVI e XVII secolo », communication présentée le 18 septembre 2012 à la conférence internationale Italian Academies : The First Intellectual Networks of Early Modern Europe, qui se tint à la British Library à Londres, les 17 et 18 septembre 2012, article à paraître. Podcasts sur la page : http://backdoorbroadcasting.net/2012/09/the-italian-academies-the-first-intellectual-networks-of-early-modern-europe/

3 Monserrat MOLI FRIGOLA, « Donne, candele, lacrime e morte: funerali di regine spagnole nell’Italia del Seicento », in : Marcello FAGIOLO et Maria Luisa MADONNA (dir.), Barocco romano e barocco italiano. Il teatro, l’effimero, l’allegoria, Rome : Gangemi, 1985, p. 135-158. Synthèse reprise dans Maurizio FAGIOLO DELL’ARCO, La festa barocca, Rome : De Luca, 1997.

4 Sur lesquelles je reviens plus bas.

5 Dans le cadre de ma thèse de doctorat consacrée aux « Recueils de poésie funèbre en Italie, en France et en Angleterre entre 1589 et 1643 » en préparation à l’université de Paris-Sorbonne.

6 Ottavio CAPUTI, Relatione della pompa funerale che si celebrò in Napoli, nella morte della Serenissima reina Margherita d’Austria, Essendo vicerè... Don Pietro di Castro conte di Lemos, Naples : Tarquinio Longo, 1612.

7 Giovanni Battista PICCAGLIA, Relatione del funerale et esequie fatte in Milano, per ordine della cat. Maesta del potentiss. Re di Spagna don Filippo terzo nostro signore, alla serenissima regina donna Margherita d’Austria... data in luce da Gio Battista Piccaglia, Milan : stampatori arcipescopali, 1612, fol. A4v° : « L’excellent Sieur Juan Fernández de Velasco, Connétable de Castille et gouverneur de sa Majesté pour cet État, donna incontinent l’ordre que, aux frais de la Chambre Royale, des obsèques lui soient faites [il s’agit de la reine Marguerite] et qu’elles soient dignes de l’amour que le roi lui portait ainsi que de la majesté de la reine. Et cela conformément à l’ordre de sa Majesté transmis avec la lettre suivante. » (Notre traduction).

8 G. B. PICCAGLIA, ibid. Les éditeurs de cette revue m’ont gracieusement signalé les différences avec la langue usuelle de cette époque, et je les attribue volontiers au fait que ni l’auteur ni l’imprimeur ne maîtrisaient l’espagnol. Cela confirme l’idée que la participation des élites à la célébration de la couronne espagnole par les élites italiennes ne passait pas toujours par une connaissance profonde de la langue ou de la culture espagnole.

9 O. CAPUTI, op. cit., fol. A3v°.

10 Marcantonio CAPECE, Sermone funebre del P. Marcantonio Capece Napoletano della Compagnia di Giesù. Fatte nella Real Chiesa di San Nicolò di Bari nella celebratione delle solenni esequie della Serenissima Margherita d’Austria Regina di Spagna, Bari : Antonio Pace, 1613.

11 Carlo BESOTTO, Relazione dell’esequie solenni cioè, dell’apparato funebre del catafalco, e della messa pontificia, et ufficio da morti, celebrate nella chiesa cattedrale di Vigevano, per la serenissima regina Donna Margarita d’Austria moglie del catholico e potentissimo Filippo terzo re di Spagna, Milan : eredi di P. Pontio e G. B. Piccaglia stampatori archipescopali, 1612.

12 Luigi ALBRICI, Delle lodi di Margherita d’Austria Regina di Spagna. Orazione del P. Luigi Albrici Piacentino della Compagnia di Gesù recitata da lui nelle solenni Esequie celebratele nel Duomo di Parma, ec. a 5 di Marzo, Parme : Anteo Viotti, 1612.

13 Pedro SUAREZ, Relación de las honras que la nación española hizo en Roma a la Magestad Catolica de la reyna D. Margarita de Austria, nuestra señora, a XXIII de hebrero MDCXII…, Rome : J. Mascardo, 1612.

14 Monserrat MOLI FRIGOLA, op. cit. Voir la carte en illustration.

15 Il s’agit d’une autre Marguerite que celle dont les funérailles font l’objet de cette étude.

16 Manuscrit de la Biblioteca Comunale de Palerme, Ms Qq.B.10. Pour une description plus détaillée, voir Monserrat MOLI FRIGOLA, op. cit., p. 150. Pour une reconstruction du catafalque et la description des funérailles, cf. Maria Luisa MADONNA, « Due apparati a Palermo tra Cinquecento e Seicento. Il ‘Trionfo sacro’ di S. Ninfa e il catafalco di Margherita d’Austria », in : M. FAGIOLO et M. L. MADONNA (dir.), Barocco romano…, op. cit.,p. 293-315.

17 Poesías diuersas compuestas en diferentes lenguas, en las honras que hizo en Roma la Nación de los Españoles a la Magestad Católica de la Reyna D. Margarita de Austria nuestra señora, Rome : Iacomo Mascardo, 1612.

18 Giovanni ALTOVITI, Essequie della Sacra Cattolica e Reale Maestà di Margherita d’Austria Regina di Spagna, Florence : Bartolommeo Sermartelli, 1612.

19 Roberta MENICUCCI, « Il sol di Spagna e le medicee stelle: la politica toscana verso la corona spagnola », in : Monica BIETTI (dir.), La morte e la gloria. Apparati funebri per Filippo II di Spagna e Margherita d’Austria, cat. exp., Florence : Chapelle des Médicis, 1999, p. 40-49. Les toiles commémoratives conçues pour les funérailles de Philippe II et Marguerite d’Autriche à l’église de San Lorenzo de Florence ont été exposées aux Cappelle Medicee en 1999 et la série d’articles du catalogue de l’exposition constitue une étude très complète des funérailles et de leur contexte.

20 Plusieurs exemplaires de cet ouvrage sont en ligne. Pour voir les gravures, se reporter par exemple à l’exemplaire du Getty Research Institute, en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/esseqviedellasac00alto

21 Selon Monica Bietti, le pape insista que les noces fussent célébrées à Ferrare pour légitimer son pouvoir sur la ville. Cf. Monica BIETTI, La morte e la gloria, op. cit., p. 154.

22 Le recueil napolitain, du fait qu’il est le fruit des premiers efforts de l’académie des Oziosi, a attiré et continue d’attirer l’attention de la critique, notamment celle de Girolamo DE MIRANDA. Cf. Girolamo DE MIRANDA, Una quiete operosa : forma e pratica dell’Accademia napoletana degli Oziosi 1611-1645, Naples : Fridericiana Editrice Universitaria, 2000. Le recueil de 1612 a aussi fait l’objet d’une récente intervention de Lorenza Gianfrancesco à la conférence Italian Academies sus-mentionnée, cf. Lorenza GIANFRANCESCO, « From manuscript to print: the Oziosi and Sileni Neapolitan academies. Tribute to Margaret of Austria, Queen of Spain », article à paraître.

23 Il n’y avait pas eu d’académie importante à Naples depuis la dissolution de l’Academia pontaniana par Pedro de Toledo en 1546. Cf. Tobia R. TOSCANO, Letterati corti accademie. La letteratura a Napoli nella prima metà del Cinquecento, Naples : Loffredo, 2000, le chapitre sur Di Falco.

24 « Fondamentale appare innanzi tutto l’arrivo del conte di Lemos a Napoli, l’interesse da lui riservato alla promozione di molte manifestazioni culturali della città. Entrarono in accademia letterati spagnoli, uomini dell’apparato burocratico vicereale, e più viva fu – all’ombra del potere del conte – la dialettica tra diverse forze sociali. Con i funerali di Margherita d’Austria, nel febbraio del 1612, e con quelli del Lupercio Leonardo de Argensola, segretario di Lemos, nel marzo del 1613, il sodalizio si era poi già presentato ufficialmente alla città e giunsero al loro culmine in accademia i rapporti tra il potere vicereale e l’aristocrazia napoletana, una nobiltà composita (extra sedilia ma anche di seggio) ». Cf. Girolamo DE MIRANDA, op. cit., p. 79. Sur le mécénat du comte de Lemos, voir Otis H. GREEN « The Literary Court of the Conde de Lemos at Naples, 1610-1616 », Hispanic Review, 1, 1933, p. 299-301.

25 « Questo libro de’ funerali della Serenissima Margherita d’Austria gran Reina della Spagna; che per ordine dell’Eccellentiss. Conte di Lemos suo consorte, & mio Signore, alle stampe hora io mando; chi non sà, che si dovea per molte ragioni a V. E.? », Ottavio CAPUTI, op. cit., Dédicace. Sur le comte de Lemos, cf. Isabel ENCISO ALONSO-MUÑUMER, Nobleza, poder y mecenazgo en tiempos de Felipe III. Nápoles y el conde de Lemos, San Sebastián de los Reyes (Madrid) : Actas, 2007.

26 « Perchè essendo moglie d’un Principe virtuosissimo, c’hà saputo accopiare à tempi nostri, con maraviglia di chiunque l’intende, con l’arte di governare la cognizione di tutte le scienze; non puo far V.E. che non porti affetione particolare alle persone dotte, delle cui compositioni il libro và pieno », Ottavio CAPUTI, ibid.

27 Cf. Girolamo DE MIRANDA, op. cit., p. 71.

28 Cf. Lorenza GIANFRANCESCO, op. cit.

29 Île au large de Naples, actuelle Nesita.

30 Serafino COLLINI, Oratione nei funerali della catolica maestà di Margherita d’Austria. Moglie del potentissimo Filippo III re di Spagna. Celebrati dall’altezza sereniss. di Mantova, nella chiesa ducale, Mantoue : Aurelio & Lodovico Osanni fratelli, s.d. [1611 date de publication présumée].

31 Stefano LANCIAVECCHIA, Oratione del dottor prete Stefano Lanciavecchia canonico della chiesa Badiale, & Collegiata di San Pietro di Alessandria [...] in morte della Serenissima regina di Spagna donna Margherita d’Austria, Alessandria : Felice Motti, 1612.

32 Giovanni Battista BORGO, Orazione funerale in lode della Sereniss. Donna Margherita d’Austria Reina cattol. di Spagna. dal P. F. Gio. Battista Borgo Cremonese dell’Ordine degli Eremiti di S. Angostino [...] Composta e recitata in Cremona nell’anno 1612, il giorno 29 Dicembre, Crémone : Marcantonio Belpiero 1612.

33 Crisostomo TALENTI, Canzone di d. Crisostomo Talenti abate Vallombroso per la morte della cattolica Regina Margherita d’Austria, Rome : Guglielmo Facciotti, 1611.

34 Giulio NUTI, Nella morte della Cattolica Regina Margarita d’Austria. Versi di Giulio Nuti, Ferrare : Vittorio Baldini, 1611.

35 Juan de VALCAZAR, Relación de las exequias que se celebraron en Nápoles, en la muerte de la Serenissima Reyna Margarita Señora nuestra. Siendo Virrey, y Capitán General el excellentissimo señor D. Pedro Fernández de Castro [...] Dedicada a la excellentiss. señora D. Catalina de la Cerda, y Sandoual [...] Virreyna de Nápoles. Por el licenciado Iuan de Valcaçar capellan de sus excellencias, Naples : Tarquinio Longo, 1612.

36 Le manuscrit préparatoire de la relation italienne, qui se trouve à la Thomas Fisher Rare Book Library de Toronto montre que les funérailles furent conçues par les Oziosi, les Sileni et les jésuites. En comparant de près la version espagnole et italienne, je me suis rendue compte que la version espagnole est vraisemblablement une adaptation du texte original de Caputi, non seulement parce que le texte espagnol reprend l’ordre et le contenu du texte de Caputi, mais aussi parce que les réclames sont encore en italien dans l’édition espagnole.

37 Cf. Rosario VILLARI, La rivolta antispagnola a Napoli, Rome-Bari : Laterza, 1967. ID., Un sogno di libertà. Napoli nel declino di un impero (1585-1648), Milan : Mondadori, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paule Desmoulière, « « Come ad una tanta regina si conveniva » : funérailles italiennes pour Marguerite d’Autriche-Styrie (1611-1612) », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23116 ; DOI : 10.4000/e-spania.23116

Haut de page

Auteur

Paule Desmoulière

Université Paris-Sorbonne, CRLC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org