Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

De la procession au cortège funèbre : maladie et mort de Marie-Louise d’Orléans

Emmanuelle Bruyère-Buvat

Résumés

Cette étude sur les cérémonies publiques qui accompagnent les dernières heures de la reine Marie-Louise d’Orléans puis l’honorent à sa mort, retrace le passage d’un rituel processionnel ante mortem fondé sur la supplication à une théâtralisation de la mort incarnée par le cortège funèbre. Dernier hommage rendu à la reine, la célébration des honneurs funèbres offre, quant à elle, une réelle lueur d’espoir en ne se plaçant plus seulement du côté de la mort mais en portant la défunte reine sur le chemin de la résurrection. Madrid en tant que Villa y Corte, joue alors un rôle spécifique dans ces manifestations religieuses. Alors que le Concejo doit financer la plupart de ces cortèges, le cérémonial différencie bien sa participation de celle des membres de la Cour, soulignant une nouvelle fois les profondes rivalités qui opposent la municipalité au pouvoir royal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Diccionario de Autoridades définit ainsi le terme de rogativa : « Se toma por la oracion públic (...)

1Les quelques jours précédant la mort d’un monarque, d’une reine ou d’un prince ainsi que les cérémonies organisées à l’issue de son décès constituent un moment de profondes tensions, d’expectatives, d’angoisses non seulement pour l’entourage du défunt, mais aussi pour l’ensemble de ses sujets, en particulier ceux qui vivent à proximité de son lieu de résidence. Ces célébrations se traduisent par une mise en scène dramatique qui laisse apparaître au grand jour le spectacle de la mort dans un rituel entièrement théâtralisé. En effet, sont tout d’abord préparées, du vivant de la personne royale affectée par la maladie, des procesiones de rogativas1 que l’on pourrait traduire en français par « processions de prières publiques ». Elles sont destinées à implorer un saint dans l’espoir d’obtenir la guérison de cet individu. Puis, à son décès, cette procession laisse place à un second rituel, faisant lui aussi partie intégrante du cérémonial traditionnel de la Maison d’Autriche : le cortège funèbre. Ajoutons à ces deux célébrations la cérémonie des honneurs suprêmes conçue dans tous les territoires espagnols dans les six mois suivant la disparition royale.

  • 2  Muerte de la reyna doña Maria Luisa de Borbon, y explicacion de los principios que tuvo su enferme (...)
  • 3  Les funérailles de Marie-Louise d’Orléans ont surtout été étudiées par des spécialistes d’histoire (...)

2Les solennités conçues pour vaincre la maladie de la première épouse de Charles II, Marie Louise d’Orléans, possèdent une certaine particularité liée à la mort soudaine de la reine. Elle s’éteint en à peine deux jours, le 12 février 1689, à la suite d’un empoisonnement alimentaire – volontaire ou non, la question demeure2. En résulte un affairement de médecins, de membres de la Cour et d’hommes d’Église autour de la souveraine. Il convient de lui accorder le pardon dans les plus brefs délais, de lui donner la communion et l’extrême onction. C’est dans ce contexte d’agitation extrême, la reine s’affaiblissant d’heure en heure, que sont préparées les processions de prières publiques, aspect qui, bien que participant pleinement du rite de fin de vie de Marie Louise d’Orléans, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie3. On s’interrogera sur le passage de ce cortège de nature processionnel au cortège post mortem, le cortège funèbre proprement dit. On se demandera alors s’il faut voir une certaine continuité entre les deux processions, une fonction d’accompagnement, le premier, effectué au seuil du trépas, se chargeant du passage de la vie à la mort, et le second de celui de la mort à la résurrection dans un triptyque (vie – mort – résurrection) où la mort, placée en position intermédiaire, ne serait qu’un état temporaire vaincu par la vie éternelle.

3Il s’agira tout d’abord d’examiner la spécificité du cortège processionnel des prières publiques en insistant sur son originalité face aux autres processions conçues dans de telles circonstances avant d’analyser le rituel extrêmement codifié du cortège funéraire. Enfin, on s’attardera sur la dernière forme de cortèges organisés en hommage à la reine, celui des cérémonies des honneurs funèbres. Pour ce faire, nous nous appuierons bien entendu sur les nombreuses chroniques et relations de fête qui narrent longuement la maladie et la mort de Marie-Louise d’Orléans ainsi que les célébrations qui en résultent. Nous construirons aussi notre propos à partir des archives du Palais royal de Madrid qui décrivent l’organisation méthodique de ces cérémonies très réglementées tout comme leur coût, sans oublier les archives municipales madrilènes qui précisent la participation de la Villa aussi bien au sein des processions de prières publiques que des cortèges post mortem.

Processions et prières publiques : un rituel ante mortem

  • 4  « El rey Nuestro Señor confiando en la divina misericordia de Dios y de su madre purisima envio al (...)

4Les processions de prières publiques / rogativas,se caractérisent par des suppliques adressées à la Vierge ou à un saint intercesseur pour l’obtention d’un bienfait public, que celui-ci soit de nature agricole afin de mettre un terme à une sécheresse persistante, pandémique dans les cas d’épidémies de peste par exemple, ou bien militaire, dans l’espoir de l’issue victorieuse d’une guerre impliquant les troupes espagnoles. Relevant du domaine public, ces processions pouvaient aussi concerner directement les membres de la famille royale, plus hauts représentants de la nation. On aspirait tout particulièrement à leur guérison dans des cas de maladie extrême. Sur l’ensemble des processions de prières publiques organisées à Madrid entre 1560 et 1700, on note qu’environ la moitié est consacrée à la guérison des monarques et de leur entourage, soit vingt-trois environ, ce qui constitue une part non négligeable de ces manifestations religieuses. La procession accompagnait alors la statue de l’intercesseur soit aux couvents de la Encarnación, ou des Descalzas Reales – tous deux fondations royales – soit à l’église Santa María de la Almudena, ou bien au Palais royal, dans la chambre du malade. Le cortège pouvait également s’arrêter au collège de Santo Tomás où l’effigie du saint passait fréquemment la nuit. Elle demeurait huit ou neuf jours dans un de ces lieux de culte pendant lesquels les ordres religieux de la ville et tous ceux qui le désiraient pouvaient lui adresser leurs prières. Puis on la reconduisait à son église d’origine au cours d’une nouvelle procession aussi fastueuse que la première. Le cas de Marie-Louise d’Orléans est à ce titre exemplaire, puisque l’on décide d’implorer les deux saints madrilènes les plus illustres de l’époque Nuestra Señora de Atocha et San Isidro en les conduisant en procession respectivement au couvent de Santo Tomás et au Palais royal. Le monarque jugeant toutefois insuffisante l’intercession de ces deux saints – la profusion des reliques devant favoriser une plus prompte guérison – on apporte également à la reine le rosaire que la Vierge avait confié à saint Dominique ainsi que « la leche de Nuestra Señora »4. Cependant les deux principales figures des processions et prières publiques demeurent Nuestra Señora de Atocha et San Isidro.

5Rappelons d’emblée les liens profonds qui unissaient depuis fort longtemps la Vierge d’Atocha et saint Isidore le Laboureur aux Madrilènes, mais aussi à la famille royale qui, depuis l’époque de Charles Quint, organisait régulièrement des processions vers leur sanctuaire respectif. Ils représentent tout d’abord les saints les plus implorés dans la capitale, parce que considérés comme les plus prestigieux. Les deux images sont dotées de résonnances légendaires qui tentent d’expliquer leur origine et leur capacité thaumaturgique. Par leur récit et leur description des miracles accomplis, les chroniqueurs contribuent à alimenter leur prestige auprès des contemporains de l’époque. Gabriel de Cepeda fait ainsi remonter l’existence de l’image de Santa María de Atocha à un temps quasi mythique, celui des apôtres :

  • 5  Gabriel de CEPEDA, Historia de la milagrosa y venerable imagen de Nuestra Señora de Atocha, patron (...)

Una ermita hay en Madrid de Santa María de Atocha, la qual imagen de la Virgen María fue traída de Antioquia por los discípulos de San Pedro quando vino a España. Veneróla mucho San Ildefonso, Pontífice toledano, Doctor santísimo y doctísimo patrón de Toledo (fol. 90-91)5.

  • 6  Francisco de PEREDA, Libro intitulado la Patrona de Madrid, y venidas de Nuestro Señor a España. R (...)
  • 7  Ces propos sont rapportés par les chroniqueurs de l’ordre dominicain, Fray Juan de la Cruz, dans c (...)
  • 8  Sur la légende de saint Isidore le Laboureur, voir J. de QUINTANA, op. cit.,fol. 110r-148r.
  • 9  Il aurait ainsi aidé le roi Alphonse VIII en 1212 lors de la bataille de Las Navas de Tolosa, guér (...)

6Ce critère d’ancienneté immémorial confère à Nuestra Señora de Atocha une certaine aura. D’aucuns affirment d’ailleurs que son ermitage a été édifié du temps de la Vierge. Seul Francisco de Pereda a l’honnêteté de déclarer : « No ay escritura ni noticia autentica que diga el principio, quando se comenzo esta santa devocion, ni de donde vino, ni quien traxo esta santa Ymagen a este lugar (fol. 27) »6. Sa notoriété va jusqu’à inciter les Dominicains, en 1523, à transformer l’ermitage de Santa Maria de Atocha en couvent pour s’y installer. Ils rapportent : « Por aquel tiempo, era muy grande la devocion que todo el pueblo tenia con aquella casa y el concurso de la gente que a ella acudia, asi de la Villa como de la Tierra »7. Le lien entre la Monarchie et Nuestra Señora de Atocha s’intensifie davantage sous Philippe IV qui fait preuve d’une dévotion sans limite envers la Vierge, la choisissant comme patronne de l’Espagne aux côtés de l’apôtre saint Jacques, encourageant la récitation du rosaire dans les églises et défendant la cause de l’Immaculée Conception. La vierge d’Atocha condensera tous ces aspects à Madrid. Le cas de San Isidro s’avère quelque peu différent, en raison de la date de fondation beaucoup plus récente de son ermitage. Il aurait été fondé, selon Jerónimo de Quintana, en 1528 à la demande de l’impératrice Isabelle, comme action de grâce pour la guérison du prince Philippe qui aurait bu l’eau de sa source miraculeuse8. Ici, le mythe a été forgé à partir d’une série de miracles réalisés par le futur saint de son vivant au XIIe siècle, puis de son aide constante aux côtés des souverains espagnols9. Son humble condition sociale d’ouvrier agricole contribue à sa légende. La béatification, puis la canonisation en 1622 du saint patron de Madrid ne font qu’affermir sa renommée.

  • 10  A.V.M., Secr., 2.269.23, s. f., et Libros de Actas, CIII, fol. 156v-162r.

7Charles II, prenant conscience de l’aggravation de la maladie de la reine, choisit donc de faire appel à ces deux intercesseurs le 11 février 1689. Contrairement aux processions de prières publiques antérieurement conçues, celles-ci se démarquent par leur organisation très rapide – le roi ordonnant le vendredi 11 février entre onze heures et minuit qu’elles commencent le lendemain 12 février à six heures du matin – et leur aspect inachevé. En effet, le roi charge son mayordomo mayor, le connétable de Castille, le comte d’Oropesa de convoquer le marquis de Valhermoso, corregidor, afin qu’il organise dans les plus brefs délais les deux processions de Nuestra Señora de Atocha et San Isidro, la première devant rejoindre le collège de Santo Tomás et la seconde, le Palais royal10. C’est alors la municipalité qui assume l’entière organisation des deux cérémonies. Pour ce faire, les membres du Concejo se séparent en deux groupes, les uns, guidés par un adjoint du corregidor sont préposés à assister le cortège partant du sanctuaire de Nuestra Señora de Atocha, tandis que les autres, accompagnés du corregidor lui-même doivent conduire le corps de saint Isidore le Laboureur de l’église paroissiale San Andrés au Palais royal. Cependant, la rapidité d’exécution des préparatifs, conçus à l’image de ceux réalisés pour la guérison de la reine Isabelle de Bourbon en 1644, du prince Balthasar Carlos en 1646 et de Philippe IV en 1665, provoque une très mauvaise gestion, inhabituelle dans la mise en œuvre de tels cortèges ou pour le moins très rarement mentionnée dans les textes d’époque. Les documents d’archives révèlent ainsi l’absence, au sanctuaire d’Atocha, de tous les adjoints du corregidor qui devaient présider la procession, ce qui suscite leur remplacement inopiné par un cavallero échevin :

  • 11  A.V.M., Libros de Actas, CIII.

Y con esta noticia estando ya la santisima ymagen de Nuestra Señora en lo bajo de su capilla en las andas en que acostumbra sacar saviendo que no havia concurrido ninguno de los señores tenientes […] acordaron que dicho señor don Andres Martinez Nabarrete como mas antiguo de los cavalleros que alli se allaban tomase una bara y fuese exerciendo el acto de corregir presidiendo aquel cuerpo de comunidad y que habiendose tomado y comenzado a dar principio a la procesion aunque llegase qualquiera de los señores thenientes de corregidor no cediese el lugar ni el acto de corregir sino es que le continuase hasta dejar a la Santisima imagen en el colegio de Santo Thomas (fol. 160r)11.

  • 12  Huit clés sont nécessaires pour ouvrir l’urne de saint Isidore le Laboureur. Le chapitre des Curés (...)

8Cependant, la procession suit, comme de coutume, un ordre très hiérarchisé. Les représentants de la municipalité, – échevins, porteros, maceros – munis de leur verge et des étendards représentant les armes de Madrid, ouvrent le cortège, suivis des religieux de plusieurs ordres réguliers, des séculiers arborant la croix de leur paroisse, des Dominicains portant les brancards où a été placée Nuestra Señora de Atocha, des membres du Chapitre des Curés de Paroisse et des Bénéficiers et du Vicaire de Madrid. De même, l’organisation de la procession de San Isidro connaît plusieurs difficultés qui provoquent un retard certain dans son cheminement. Les représentants de la municipalité se dirigent à l’heure dite vers la chapelle de San Isidro depuis la Plaza de San Salvador, endroit où se réunit ordinairement le Concejo. Les membres du cabildo eclesiástico et tous les nobles qui possèdent l’une des huit clés nécessaires à l’ouverture de l’urne où est entreposé le corps du saint sont également présents. Néanmoins, il manque don Juan Gudiel de Bargas, détenteur de la huitième clé qui, s’étant rendu à Alcalá de Henares, n’a pas disposé du temps nécessaire pour revenir à Madrid12. La précipitation du cortège oblige donc ses membres à faire appel à un serrurier pour ouvrir l’urne du saint. Malgré cet incident et ce contretemps, la procession ne perd en rien son organisation traditionnelle. Elle s’ordonne de la sorte : le corregidor accompagné des échevins qui défilent selon leur ancienneté occupent les premiers rangs, puis s’avancent les religieux de l’ordre de saint Augustin, les membres du Chapitre des Curés de Paroisse et des Bénéficiers, revêtus de surplis et portant la châsse où sont réunies les reliques du saint. Enfin, le curé de l’église paroissiale Santa Cruz, don Simón Fernández Molinillo qui fait office de célébrant, paré d’une cape, ferme la marche.

  • 13  Voir l’annexe 1.

9Toutefois, l’originalité de ces deux processions réside dans leur inachèvement13. Celle de Nuestra Señora de Atocha emprunte la calle de Atocha, mais à peine arrivée devant l’église Nuestra Señora de Loreto, la nouvelle s’étant répandue de la mort de la reine, elle doit faire demi-tour et regagner son couvent ; elle passe alors par la Plaza de Antón Martín et devant l’Hôpital de la Pasión. Quant à celle de San Isidro, elle n’a pas le temps d’arriver au Palais royal. La reine décède entre sept heures trente et huit heures du matin et le cortège vient juste de parcourir la Cuesta de la subida de San Andrés, de longer les maisons del Estudio de la Villa, le palais de la reine-mère et d’atteindre l’église Santa María. De là, le cortège reçoit l’ordre du connétable de Castille de s’en retourner à l’église San Andrés afin d’y redéposer le corps du saint vénéré.

10Un sentiment d’incomplétude qui s’ajoute à une organisation quelque peu chaotique se dégage de ces deux cortèges spécifiques. Pourquoi avoir alors mis un terme à ces processions? Est-ce la révélation du profond échec des hommes, de leur manque de foi face à des saints qui n’ont pas souhaité intercéder en leur faveur? Est-ce l’expression d’une croyance à des fins purement utilitaires qui, une fois la mort advenue, n’a plus de raison d’exister? Cette interruption brutale du cortège révèle la conception que l’homme religieux de l’époque moderne a des processions de prières publiques : celle de ne s’attacher qu’à l’existence purement terrestre. L’accompagnement vers la mort et après la mort ne relève pas de ce type de cortège qui, si tel avait été le cas, aurait été accompli dans son intégralité. Ce rôle est conféré au cortège funèbre.

Le cortège funèbre : une procession inversée?

11Le cortège funèbre se forme au cours d’une cérémonie extrêmement codifiée par l’Étiquette. Il a le temps d’être préparé dans les moindres détails lors des trois jours où le corps de la reine est exposé au Palais royal. Cette durée n’est d’ailleurs pas anodine : elle rappelle le temps passé par le Christ dans le sépulcre avant sa résurrection. Se déroulent en amont plusieurs étapes qui participent toutes de ce rituel funéraire. Le corps de la souveraine, vêtu de l’habit des moniales de Nuestra Señora del Carmen – on connaît l’attachement qui liait Marie-Louise d’Orléans à cet ordre religieux – est tout d’abord disposé dans un cercueil :

  • 14  A.G.P., Reinados, Carlos II,Caja 143, Exp. 2 : « Expediente relativo al fallecimiento, entierro y (...)

[…] en una caja de plomo metida en un ataud de madera aforrado por de dentro en una tela blanca, y por de fuera en otra de brocado color de fuego con flores de oro y plata, guarnecido con pasamanos de oro y tachonado de clavazon dorada con dos cerraduras en la misma forma y dos llaves diferentes, una para cada una y encima del ataud una cruz blanca de tela14.

  • 15  A.G.P., ibid.
  • 16  Par exemple, dix messes sont célébrées dans le salon d’apparat le dimanche, où sont représentés l’ (...)
  • 17  La reine avait demandé dans son testament que soient dites en sa mémoire trois cent mille messes. (...)

12Plusieurs Grands d’Espagne l’accompagnent ensuite jusqu’au Salón dorado, salon d’apparat des appartements du roi dont les murs ornés de multiples tapisseries sont spécialement décorés pour l’occasion. Cette pièce est alors transformée pour trois jours en chambre mortuaire : « Se havia hecho un tablado grande de tres gradas todo alfombrado y una tarima sobre la qual se puso una cama de plata con su cielo devajo de un dosel rico y dentro de la cama un bufete donde estubo el ataud »15. On y installe aussi plusieurs autels, des bancs, pour que les différentes communautés religieuses puissent dire des messes et y assister, ainsi que des balustres, désignant l’espace réservé aux offices. L’espace du Salón dorado s’apparente alors à celui d’une église. Le corps demeure à cet endroit du dimanche 13 au mardi 15 février, jours pendant lesquels se succèdent des messes hautes, solennelles ou chantées, suivies de leurs répons, des messes basses ou bien des veillées préparées par les communautés religieuses, le Chapitre des Curés de Paroisse et des Bénéficiers, tout comme par les chapelles des Descalzas Reales, de la Encarnación et la Chapelle royale16. Le tout, suivant un ordre très strict. D’autres messes en mémoire de la reine sont aussi célébrées au sein de la chapelle royale ainsi que dans les églises, les couvents et les chapelles des hôpitaux madrilènes17. Le nombre de messes dites pour la souveraine pendant ces trois jours est considéré comme fondamental, car l’on pensait alors que cet intervalle temporel correspondait à la durée du purgatoire, porte d’accès à la vie éternelle. Cette nouvelle âme du purgatoire avait donc besoin de la prière du plus grand nombre de fidèles pour reposer plus rapidement en paix auprès de Dieu.

  • 18  Sur la description du cortège funèbre avant la construction du monastère, voir J. VARELA, op. cit.(...)
  • 19  A.G.P., Sección histórica, Etiquetas reales,Caja 50 Exp. 3 : « Etiquetas de Palacio publicadas en (...)
  • 20  J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 110. Le rituel s’avère toujours le même, le connétabl (...)
  • 21  Notons la symbolique du nombre 12 qui revient dans tout le cortège. Il fait notamment référence au (...)
  • 22  Les monteros de Espinosa appartiennent à la garde royale et servent de gardes du corps au roi nota (...)
  • 23  A.G.P. Planos, n°4106, « Planta del entierro de los señores Reyes y Príncipes Juradospor Juan de G (...)

13Ce n’est que le mardi soir que le cortège funèbre se prépare à s’acheminer en direction du monastère de San Lorenzo del Escorial, lieu où reposent les membres de la famille royale depuis sa construction sous Philippe II qui décida d’y transférer leurs dépouilles18. Son extrême codification répond aux règles établies lors de la rédaction des étiquettes royales de 1647 à 1650 et de leur approbation par Philippe IV en 165119. Plusieurs moments importants doivent être signalés. Tout d’abord, la remise du corps par la camarera mayor de la reine au connétable de Castille, organisateur de son transfert à l’Escorial, constitue le préalable à l’élaboration du cortège. Elle s’accompagne de l’acte de reconnaissance du corps par ces deux personnes, probablement les deux les plus en vue de la procession20. Puis vient la formation du cortège proprement dit qui défile en premier lieu à l’intérieur du Palais royal. Avant de sortir sur la place, les gentilshommes de la Boucheportant le cercueil le placent sur un brancard, alors que les chanteurs de la Chapelle royale entonnent un répons. Dès lors peut débuter le cortège. Tandis que les cloches de toutes les églises madrilènes retentissent, le cortège, entouré d’une foule inouïe endeuillée venue rendre un dernier hommage à leur défunte reine, s’avance au son des timbales, des sourdines, des fifres qui jouent une musique funèbre. Il se compose dans le plus profond respect du cérémonial royal : les alguaciles de corte immédiatement derrière les musiciens qui ouvrent le défilé sont suivis de douze membres des quatre ordres religieux de saint Dominique, saint François, saint Augustin et Nuestra Señora del Carmen, munis de cierges21. Leur succèdent les représentants de la Casa Real, dont deux alcaldes de Corte, douze gentilshommes de la Maison royale, quatre membres des écuries royales qui portent l’étendard et douze gentilshommes de la Bouche. Viennent ensuite douze pages qui arborent l’étendard de la chapelle royale, douze chapelains d’honneur, la croix de la chapelle royale, le capitaine de la garde espagnole, les mayordomos, et quatre Grands d’Espagne. Puis chemine la dernière partie du cortège : le cercueil de la reine entouré par quatre pages pourvus de cierges et par vingt monteros de Espinosa22. Derrière lui, sont présents le connétable de Castille qui préside le cortège en tant que mayordomo mayor du roi, les dames d’honneur de la reine ainsi que sa camarera mayor, les gentilshommes de la Chambre et tout autour de cette dernière partie du défilé, quarante-huit soldats de la garde royale à cheval armés de lances et vêtus d’une casaque23. Deux remarques doivent immédiatement être faites si l’on compare cette description aux règles établies par l’Étiquette et à leur représentation. Il peut y avoir des modifications quant à la structure du cortège. Par exemple, les représentants des communautés religieuses ne défilent pas dans l’ordre établi par le protocole. La place des Carmes, dernier des quatre ordres et donc plus près du cercueil, traduit peut-être le lien unissant Marie-Louise d’Orléans à cet ordre. De même, le célébrant de l’enterrement ne fait pas partie du cortège initial et ne l’intègre qu’à son arrivée à l’Escorial, ce qui renforce le poids du mayordomo mayor sur qui repose l’entière présidence du cortège.

  • 24  Juan Manuel de LA PARA, Breve viage a la tumba, trono de la muerte y transito en la sepultura, que (...)
  • 25  A.G.P., Reinados, Carlos II,Caja 143, Exp. 2, s. f. On y trouve l’ensemble des dépenses relatives (...)

14Le cortège part de Madrid vers huit heures du soir pour arriver à l’Escorial à six heures du matin, passe par la Casa del Campo, fait halte à plusieurs reprises dans les localités d’Aravaca, de Las Rozas, de Colmenarejo et à l’Arroyo del Tercio pour permettre à ses participants de se restaurer et de dire un répons24. Ses membres défilent à cheval, à dos de mule, ou bien en calèche tous ornés de noir25. Arrivé à l’Escorial, le cortège est accueilli par les trois communautés religieuses de San Lorenzo, instaurées par Philippe II : celles du monastère, du collège et du séminaire ordonnées elles aussi en cortège. Ce dernier s’ouvre par le Prieur, vêtu de la chasuble des funérailles, accompagné de diacres, puis s’avancent le sous-diacre entouré de quatre religieux, et enfin le corrector mayor avec six autres religieux. La croix du monastère est placée à côté du cercueil déposé sur un catafalque par les Grands d’Espagne aidés des monteros de Espinosa. Le cortège pénètre ensuite dans l’église et l’enterrement proprement dit peut alors commencer. À l’issue de la messe, le cercueil est descendu dans le panthéon des rois où, après une nouvelle reconnaissance du corps, les scellés sont définitivement apposés sur le cercueil.

  • 26  Le Diccionario de Autoridades définit ainsi la procession : « Se toma regularmente por el agregado (...)
  • 27  A.G.P., Sección histórica, Reinados, Carlos II,Caja 139, Exp. 4 : « Entierros de personas reales : (...)
  • 28  DALMAIS, I.H., o. p., « Note sur la sociologie des processions (Cortège, parade, procession) », La (...)

15Le cortège funèbre possède une symbolique claire. Son départ, à la tombée de la nuit, et son arrivée, aux premières lueurs du jour, traduisent bien le passage du corps de la mort, représentée par les ténèbres, à la résurrection dans la Jérusalem céleste. Le cortège devient synonyme d’accompagnement du défunt vers sa nouvelle demeure, l’église de San Lorenzo del Escorial qui n’est autre que le seuil de la vie éternelle. Contrairement aux processions de prières publiques, le cortège suit un mouvement inverse, partant du Palais royal vers le sanctuaire de l’Escorial. Dès lors, cette forme de cortège s’éloigne quelque peu des processions traditionnelles telles que nous avons pu les définir pour les prières publiques26, même si le terme de « procession » est toujours usité dans les dispositions relatives à l’organisation des enterrements des personnes royales27. Si les représentants de l’Église y participent dans une certaine mesure par l’intermédiaire du clergé régulier, les religieux censés présidés la procession - les prêtres, les curés et le prieur du monastère de San Lorenzo -ne la rejoignent qu’à son arrivée à l’Escorial. Dès lors, l’objet d’admiration du cortège n’est plus la représentation de la Vierge ou bien celle d’un saint, étant donné l’absence de tout paso,mais bien la dépouille et la mémoire de la reine elle-même. Le cortège funèbre s’articule donc autour du culte d’une personne défunte que l’on veut honorer28. Bien que Marie-Louise d’Orléans soit élevée en dignité, il ne s’agit pas d’une épiphanie privilégiée de la puissance divine telle qu’elle se présente dans la procession habituelle. Le cortège funèbre ne pourrait-il pas alors être considéré comme une procession de prières publiques inversée dans sa conception spatio-temporelle où non seulement l’itinéraire et le temps historique du déroulement du défilé seraient inversés, mais aussi où le temps de la vie s’opposerait au temps de la mort ? La complémentarité de ces deux défilés s’exprimerait ainsi telles les deux faces d’un diptyque mettant en pleine lumière le passage de la vie à la mort. Toutefois, malgré la tristesse liée à la mort ressentie par ses membres, une réelle lueur d’espoir se dégage du cortège en route sur le chemin de la résurrection. Ce sera alors le troisième et dernier cortège, celui se dirigeant vers la cérémonie des honneurs suprêmes, qui jouera véritablement ce rôle.

Les honneurs funèbres : vers une théâtralisation de la mort

  • 29  Voir Felipe de ARANDA, Honorario mausoleo y pompa funeral en las exequias que a la muerte de su Se (...)
  • 30  A.V.M., Secr. 2.354.18 : « Acuerdos de Madrid y Auto de los señores del consejo sobre el tumulo y (...)

16Alors que le cortège funèbre concernait essentiellement les membres de la Cour ainsi que les proches de la reine, celui ordonné pour les honneurs suprêmes qui lui sont consacrés réunit une représentation bien plus importante de la société espagnole. En effet, tous les territoires de la Monarchie se doivent de préparer des honneurs funèbres à la demande du souverain, des plus grandes villes de la Péninsule jusqu’à celles des Indes en passant par les provinces italiennes – Salamanque, Séville, Saragosse, Mexico, Palerme par exemple29. Dès que la reine a rendu son dernier souffle, le roi envoie une lettre à toutes les villes de ses territoires les informant du malheur advenu et les invitant à préparer dans les six mois à venir une cérémonie des plus solennelles en sa mémoire : « […] para que como tan buenos y reales vasallos cumpliendo con vuestro amor y obligacion dispongais que en esa villa se hagan las demostraciones correspondientes en las onrras, lutos y exequias que en semejantes cassos se acostumbran que en ello me servireis »30. Dès lors, le concejo de chaque ville se réunit pour mettre en scène dans une ultime célébration, un véritable spectacle de la mort tel que le décrit avec bon nombre d’hyperboles Francisco de Montalbo pour la ville de Palerme :

  • 31  Loc. cit.

Desterrada la alegria, bandido el placer, sequestrado el regocijo, los palacios sin adorno, los hombres cubiertos de luto y las delicias yermas, no se veia ni escuchava por las calles, y las plazas mas que llantos, duelos, pesames, suspiros y sollozos, clamoreando continuamente las campanas los funestos despojos de la comun pena : que solo con lenguas de metal podian doblarse en ocasion tan cruel, las sensibles vozes y fatales circumstancias de tan dolorosos motivos (p. 28)31.

  • 32  Pour une étude approfondie des catafalques madrilènes de Marie-Louise d’Orléans, voir A.V.M., Secr (...)

17À Madrid, la situation s’avère quelque peu différente puisque deux cérémonies sont organisées en hommage à la défunte reine, la première par les membres de la Cour les 22 et 23 mars dans l’église de la Encarnación, la seconde, par la municipalité les 23 et 24 mars dans l’église de Santo Domingo el Real. Le premier jour est destiné à la veillée tandis que le second aux honneurs suprêmes en tant que tels. Deux catafalques rivalisant de magnificence sont donc consacrés à la souveraine, le premier réalisé par José Benito Churriguera et le second, conçu pour la Villa par Joseph del Olmo32. Notons d’emblée que le nombre de relations de fêtes évoquant le défilé des membres de la Cour se rendant à la cérémonie des honneurs funèbres est bien plus élevé que celui qui décrit le cortège funèbre. Peut-être faut-il y voir justement une cérémonie beaucoup plus fastueuse où les représentants des différents ordres de la société se donnent à voir comme les acteurs d’un spectacle qui, en plus de théâtraliser la mort, constitue un acte de propagande des détenteurs du pouvoir. La mise en œuvre de deux cortèges bien différenciés entre les représentants de la Ville et du pouvoir royal participe également de cette volonté de hiérarchiser et de cloisonner les institutions madrilènes tout en offrant aux spectateurs la possibilité d’un double recueillement.

  • 33  J.M. de LA PARA, Exequias reales…, fol. 5r.
  • 34  A.G.P., Planos, 2661, « Planta de la iglesia de la Encarnación y lugares en función de honras de p (...)
  • 35  J.M. de LA PARA, Exequias reales…, fol. 5r; voir aussi J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p (...)

18Le cortège des membres de la Cour, peu traditionnel, se révèle assez différent de celui de la municipalité. Les participants aux honneurs funèbres ne se rendent pas à l’église de la Encarnación en un seul et même cortège, mais plusieurs cortèges la rejoignent en même temps, chaque défilé représentant une entité sociale particulière. Par exemple, le cortège des membres de l’administration royale s’articule ainsi : les présidents des différents conseils, suivis des ministres des tribunaux, des alguazils, des greffiers, des relatores,des togados, des secrétaires et des alguazils. Ils ont tous revêtus les habits de deuil requis pour l’occasion, et les chevaux qui conduisent leurs carrosses sont recouverts de flanelle. Arrivés devant le porche du couvent, ils sont accueillis par les gardes espagnole et allemande qui interdisent l’accès aux véhicules. Les autres cortèges des Grands d’Espagne, des membres de la Casa real – gentilshommes de la Bouche, de la Maison royale, mayordomos, pages– des religieux participant à la célébration – les chapelains, les prélats, les prédicateurs de sa Majesté – et des musiciens, pénètrent dans l’église par une autre porte, celle de la sacristie, afin que l’entrée s’effectue de manière plus fluide33. Ils rejoignent ensuite leur banc dans l’église où ils sont placés selon leur fonction et leur rang social34. Tous les chroniqueurs insistent d’ailleurs sur le respect parfait de cet ordre : « No se avra visto funcion donde se aya experimentado tanta paz, y quietud, como las dos de vigilias y honras, pues no se vio la menor disputa de lugares, y preferencias, porque se debe admirar (fol. 5r) »35. Il reste à se demander pourquoi les participants n’arrivent pas en un seul et même cortège. Peut-être aurait-il trop ressemblé au cortège funèbre et engendré une répétition jugée inutile, dans la mesure où les membres de la Cour en avaient déjà organisé un au préalable. L’accent veut sans doute être mis exclusivement sur la célébration intérieure à l’église, son ornement ainsi que sur le monument éphémère réalisé pour l’occasion dont le coût s’élève à 8500 ducats. Il s’agit alors davantage de la réponse à l’invitation de quelques privilégiés au dernier hommage rendu à la souveraine.

  • 36  Voir la représentation de cet itinéraire en Annexe 2. Ce parcours résulte du débat que les membres (...)
  • 37  Ibid.
  • 38  Ibid.

19Le cortège conçu par les membres du conseil municipal s’apparente, quant à lui, à ceux préparés par les autres villes des royaumes, même s’il lui incombe de les surpasser en majesté et en magnificence, Madrid en tant que capitale devant servir d’exemple. Il comprend vingt-quatre alguazils dont les six premiers portent le deuil, six hommes arborant les insignes et les armes de Madrid, puis l’alguazil en chef. Ils sont suivis de plusieurs carrosses occupés par les échevins, les secrétaires, les procuradores de Madrid et le corregidor. S’avancent ensuite d’autres carrosses constitués des trésoriers de la ville ainsi que des mayordomos. Tous sont coiffés de calots recouverts par un capuce et vêtus d’habits de deuil. Le cortège part de la Plaza de la Villa, passe devant l’église Santa María, le Palais royal avant d’atteindre l’église de Santo Domingo el Real, lieu où se déroulent les honneurs suprêmes36. Le cortège comprend donc uniquement des représentants de la municipalité, les seuls nobles proches du roi étant ceux qui exercent une double fonction tel le marquis de Villanueva, cavallero de l’ordre de Saint-Jacques à la fois membre du Conseil de guerre et sous-lieutenant de la Villa ou bien don Joseph Martinez, secrétaire du roi et de la municipalité. Ce cortège se développe donc de manière unilatérale : seule la municipalité est représentée et aucun religieux n’est présent. C’est d’ailleurs à la Villa qu’il incombe de financer cette cérémonie en mémoire de la reine comme elle avait coutume de le faire pour la plupart des manifestations publiques organisées à Madrid à partir « de los efectos aplicados para las fiestas de Corpus y toros de este dicho año »37. Certes, si l’on peut penser que l’argent qui servait à payer ces cérémonies funestes était prélevé sur la somme prévue pour les festivités du Corpus en raison de la quantité considérable qui leur était annuellement consacrée, cette explication ne nous semble pas suffisante. Elle traduit davantage la conception que les Espagnols du XVIIe siècle se faisaient des honneurs funèbres : celle d’une fête à part entière, qui, bien que triste à de nombreux égards, relève d’une pompe, d’un faste et d’un apparat que l’on retrouve lors des grandes processions générales du Corpus Christi ou du Vendredi saint. D’ailleurs, la thématique du cortège des honneurs funèbres ne se révèle-t-elle pas très proche du cortège pascal où la mort n’est que le passage obligé avant la résurrection ultime ? Les dépenses des cérémonies en mémoire de Marie-Louise d’Orléans se révèlent du reste tout aussi considérables, puisqu’elles s’élèvent à 114761 réaux, dont 44384 pour le catafalque, les épitaphes, les hiéroglyphes, les blasons et la cérémonie des honneurs suprêmes, 1834 pour les processions de prières publiques ante mortem et 68543 pour los lutos c’est-à-dire tout ce qui est relatif à l’apparat funéraire (tentures de l’église où se déroule la célébration, cire …)38. À titre de comparaison, le coût des honneurs suprêmes de Philippe IV s’établissait à 107881 réaux. La municipalité veut assurément que sa cérémonie apparaisse aussi fastueuse que celle orchestrée la veille par l’autorité royale. Elle constitue également pour ses participants un moyen d’apparaître au premier plan d’un spectacle auquel le peuple assiste, exhibant ainsi leur pouvoir et leur notoriété.

20Les trois cortèges liés au passage de la maladie à la mort de Marie-Louise d’Orléans possèdent donc chacun une fonction bien spécifique. Véritable procession de prières publiques, le premier n’aspire qu’à la guérison de la reine et s’attache uniquement à la prolongation de la vie terrestre. Réalisé à la hâte, sa mauvaise organisation n’altère pas en profondeur l’ordre des participants qui processionnent selon les règles en vigueur en de telles occasions. Le cortège funèbre joue, quant à lui, un rôle d’accompagnement du corps à son ultime demeure. Effectué trois jours après le décès de la souveraine, il se place entièrement du côté de la mort, ouvrant ainsi la période de deuil que doivent garder ses proches, et transformant par-delà même la physionomie de la ville. Il constitue le passage à une mise en scène de la mort, une profonde théâtralisation qui trouvera son accomplissement lors du troisième cortège, celui qui conduit à la cérémonie des honneurs suprêmes, qu’il soit organisé par les représentants de la Cour ou par ceux de la municipalité. Ce troisième cortège, ultime hommage rendu à la reine, exprimant le paroxysme de la tristesse de toute la société espagnole, depuis Madrid jusqu’aux confins des Indes, annonce toutefois une certaine lueur d’espoir : la mort n’est pas un état définitif. C’est vers la résurrection que la célébration porte la défunte reine. Même si le cortège permet aux acteurs de participer pleinement au spectacle de la mort en s’affichant publiquement aux yeux du peuple et même si parfois certaines rivalités s’expriment, c’est davantage l’harmonie et la concorde qui règnent dans ces moments où la tristesse, mêlée à l’espérance, donne naissance à une cérémonie grandiose, inoubliable pour les contemporains de l’époque.

Haut de page

Annexe

Annexe 1
Trajets processionnels des prières publiques pour l’obtention de la guérison de Marie-Louise d’Orléans

Annexe 1Trajets processionnels des prières publiques pour l’obtention de la guérison de Marie-Louise d’Orléans

Annexe 2
Itinéraire du cortège de la Villa lors des honneurs funèbres rendus à Marie-Louise d’Orléans

Annexe 2Itinéraire du cortège de la Villa lors des honneurs funèbres rendus à Marie-Louise d’Orléans
Haut de page

Notes

1  Le Diccionario de Autoridades définit ainsi le terme de rogativa : « Se toma por la oracion pública hecha a Dios, para conseguir el remedio de alguna grave necesidad, especialmente pública ». Or, nous ne disposons pas de substantif équivalent en français. Seule l’expression de prière publique semble convenir. REAL ACADEMIA ESPAÑOLA, Diccionario de Autoridades, (1re éd. 1734), éd. Facsimile, Madrid : Gredos, 2002.

2  Muerte de la reyna doña Maria Luisa de Borbon, y explicacion de los principios que tuvo su enfermedad, 17 de febrero de 1689, Papeles Varios sobre el reinado de Carlos II, B.N.E., Mss. 18210 ;Relación de la enfermedad y muerte de la reyna doña María Luysa de Borbón sucedida en 12 de febrero de 1689, Mss. 10330. Voir aussi Antonio PIGA et Santiago CARRO, Informes sobre la causa de la muerte de la reina María Luisa de Orléans, Madrid : Imprenta Cosano, 1944, ainsi que Bartolomé BENNASSAR, Le Lit, le pouvoir et la mort, reines et princesses d’Europe de la Renaissance aux Lumières, Paris : Éditions de Fallois, 2006.

3  Les funérailles de Marie-Louise d’Orléans ont surtout été étudiées par des spécialistes d’histoire de l’art pour leur magnificence architecturale. Voir notamment les nombreuses études sur le catafalque grandiose conçu pour l’occasion par José Benito de Churriguera. Par sa décoration exubérante, il atteint le paroxysme de l’art éphémère baroque. María Adelaida ALLO MANERO, « Las exequias reales de la casa de Austria y el arte efímero español : estado de la cuestión », in : La fiesta cortesana en la época de los Austrias, Valladolid : Junta de Castilla y León, Consejería de Cultura y Turismo, 2003, p. 117-135.

4  « El rey Nuestro Señor confiando en la divina misericordia de Dios y de su madre purisima envio al marques de Valero, su gentihombre de camara en casa del conde de Benavente por la inestimable reliquia de la leche de Nuestra Señora ; a quien respondio el conde que si era del agrado de Su Magestad llevaria tambien el precioso rosario que la misma beatisima virgen bajo del cielo dio al glorioso partiarca santo Domingo de Guzman (que estas y singulares reliquias tiene vinculadas aquella grande casa) y sin aguardar respuesta, pareciendole que instaba la afliccion y el deseo de Su Magestad, en alas de los suspiros, con leal y afectuosa obediencia la traxo el mismo ; y luego que llego a Palacio se le tocaron a la reyna Nuestra Señora », Juan de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, Noticias historiales de la enfermedad, muerte y exequias de la esclarecida reyna de las Españas doña Maria Luisa de Orleans, Borbon Stuart y Austria Nuestra Señora, dignissima consorte del rey Nuestro Señor don Carlos Segundo de Austria, Madrid : Francisco Sanz, Impressor de la Reyna y Portero de Camara de Su Magestad, 1690, p. 12.

5  Gabriel de CEPEDA, Historia de la milagrosa y venerable imagen de Nuestra Señora de Atocha, patrona de Madrid : discurrese sobre su antiguedad, origen y prodigios en defensa de dos graves coronistas, Madrid : Imprenta Real, 1670. Voir aussi sur ce propos Jerónimo de QUINTANA, A la muy antigua, noble y coronada Villa de Madrid. Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza, (1re éd. 1629), 2 vol., Madrid : Abaco, 1980, fol. 42.

6  Francisco de PEREDA, Libro intitulado la Patrona de Madrid, y venidas de Nuestro Señor a España. Repartido en 4 libros. Dirigido a la Real Villa de Madrid su Patria, Valladolid : Sebastián de Cañas, 1604.

7  Ces propos sont rapportés par les chroniqueurs de l’ordre dominicain, Fray Juan de la Cruz, dans ce cas précis.

8  Sur la légende de saint Isidore le Laboureur, voir J. de QUINTANA, op. cit.,fol. 110r-148r.

9  Il aurait ainsi aidé le roi Alphonse VIII en 1212 lors de la bataille de Las Navas de Tolosa, guéri Charles Quint d’une forte fièvre, Philippe III… Voir Javier VARELA, La Muerte del rey. El Ceremonial funerario de la monarquía española (1500-1885), Madrid : Turner, 1990, p. 66-73.

10  A.V.M., Secr., 2.269.23, s. f., et Libros de Actas, CIII, fol. 156v-162r.

11  A.V.M., Libros de Actas, CIII.

12  Huit clés sont nécessaires pour ouvrir l’urne de saint Isidore le Laboureur. Le chapitre des Curés de Paroisse et des Bénéficiers en possède une, le corregidor de Madrid, le marquis de Valhermoso une deuxième, le secrétaire de Sa Majesté, don Diego Pérez Oregón une troisième, un des membres du Conseil de Castille, don Gil de Castejón, une quatrième, un des prêtres de l’église paroissiale San Andrés, le licencié don Juan de la Yguera, une cinquième, le doyen du Concejo, don Thomas de Alava une sixième, le comte de Paredes, marquis de La Laguna une septième et don Juan Gudiel de Vargas y Lujas la dernière. Voir A.V.M., Libros de Actas, ibid, fol. 158v et J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 19.

13  Voir l’annexe 1.

14  A.G.P., Reinados, Carlos II,Caja 143, Exp. 2 : « Expediente relativo al fallecimiento, entierro y honras fúnebres de María Luisa de Borbón », s. f.

15  A.G.P., ibid.

16  Par exemple, dix messes sont célébrées dans le salon d’apparat le dimanche, où sont représentés l’ensemble des ordres religieux résidant dans la capitale. Quant aux chapelles des Descalzas Reales,de la Encnarnación et celle du roi, elles célèbrent trois messes chantées le mardi. Voir J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 98-107.

17  La reine avait demandé dans son testament que soient dites en sa mémoire trois cent mille messes. Voir Testamento de la reyna doña Maria Luisa de Borbon otorgado a 12 de febrero de 1689, Papeles Varios sobre el reinado de Carlos II, B.N.E., Mss. 18210. Le roi s’exprime également dans ce sens : « Si bien, a esta hora se avian celebrado en Madrid innumerables [missas] a causa de aver ordenado el Rey nuestro Señor al Marques de los Velez, Superintendente de su Real hazienda, que prontamente repartiesse la limosna de mil Missas a cada una de las Religiones que ay en Madrid, y a otras Iglesias y Hospitales », J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 99.

18  Sur la description du cortège funèbre avant la construction du monastère, voir J. VARELA, op. cit., p. 26-29.

19  A.G.P., Sección histórica, Etiquetas reales,Caja 50 Exp. 3 : « Etiquetas de Palacio publicadas en el once de febrero de 1651 por real decreto del 22 de mayo de 1647 », s. f.

20  J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 110. Le rituel s’avère toujours le même, le connétable s’adressant à la camarera mayor en ces termes : « Este es el cuerpo de la reina nuestra Señora ». Et cette dernière de répondre :« Si, Señor, oi, se le entrego a Vuestra Excelentcia para que le lleve al Escorial, como lo tiene ordenado el Rey, nuestro Señor ». Voir aussi A.G.P., Reinados, Carlos II,Caja 143, Exp. 2, s. f.

21  Notons la symbolique du nombre 12 qui revient dans tout le cortège. Il fait notamment référence aux douze apôtres, aux douze tribus d’Israël, aux douze signes du zodiaque…

22  Les monteros de Espinosa appartiennent à la garde royale et servent de gardes du corps au roi notamment la nuit ainsi qu’à la chasse.

23  A.G.P. Planos, n°4106, « Planta del entierro de los señores Reyes y Príncipes Juradospor Juan de Gomara » ; J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 113-114.

24  Juan Manuel de LA PARA, Breve viage a la tumba, trono de la muerte y transito en la sepultura, que hizo en sus jubeniles años la Magestad de la Señora Reyna doña Maria Luisa de Borbon y Valois, Madrid : Mateo de Llanos en la Imprenta Real, 1689, fol. 9v.

25  A.G.P., Reinados, Carlos II,Caja 143, Exp. 2, s. f. On y trouve l’ensemble des dépenses relatives au cortège funèbre de Marie-Louise d’Orléans, notamment celles liées aux mules, chevaux et calèches.

26  Le Diccionario de Autoridades définit ainsi la procession : « Se toma regularmente por el agregado de gentes devotas, que van unas después de otras, a fin de llevar y dar culto a alguna imagen de Christo Señor nuestro, de María Santissima u de algun Santo, o en rogativa pública, llevando siempre sus guiones y estandartes », REAL ACADEMIA ESPAÑOLA, op. cit., p. 573.

27  A.G.P., Sección histórica, Reinados, Carlos II,Caja 139, Exp. 4 : « Entierros de personas reales : orden de proceder segun las disposiciones que tienen dadas los señores reyes y sus sucesores, en el real monasterio de san Lorenzo del Escorial desde la noticia del fallecimiento hasta hecha la entregua de los cuerpos reales », s. f.

28  DALMAIS, I.H., o. p., « Note sur la sociologie des processions (Cortège, parade, procession) », La Maison-Dieu : cahiers de pastorale liturgique, 43 (3), 1955, p. 37-42.

29  Voir Felipe de ARANDA, Honorario mausoleo y pompa funeral en las exequias que a la muerte de su Serenissima reyna y señora doña Luisa María de Borbon celebró la imperial ciudad de Zaragoça, Saragosse : los herederos de Diego Dormer, impresores de la ciudad, 1689 ; Relacion funeral de las exequias reales, que hizo la muy noble y leal ciudad de Salamanca dia XXXI de marzo de 1689 a la respetuosa memoria y magestad de la reyna Nuestra Señora doña María Luisa de Borbon, muger del muy catholico rey de España, emperador de America Carlos II, Salamanque : por la imprenta de Gregorio Ortiz Gallardo, 1689.

30  A.V.M., Secr. 2.354.18 : « Acuerdos de Madrid y Auto de los señores del consejo sobre el tumulo y demas disposiciones para las honras que ha de hazer Madrid por la reyna Nuestra Señora Doña María Luisa de Borbón (que está en el cielo), 1689 », s. f. Le roi s’exprime en ces mêmes termes à tous ses représentants dans les diverses villes de ses territoires comme l’atteste l’exemple de cette lettre adressée au vice-roi de Sicile, pour la ville de Palerme : « Ilustre duque de Uzeda, primo, gentilhombre de mi camara, mi virrey y capitan general del reyno de Sicilia. Sabado 12 del corriente entre siete y ocho de la mañana fue Dios servido de llevarse para si a la reyna de un accidente colico, que la duro dos dias, dexandome con el grave y justo dolor devido a la pena de golpe tan fatal, sin tener otro alivio que el de la resignacion, piedad y religion con que recivio los santos sacramentos, y se dipuso a la seguridad de mejor vida, de que he querido avisaros, para que dispongais luego, que se hagan en este reyno los sufragios y demostraciones de sentimiento que se acostumbran en casos semejantes. Del buen retiro 17 de febrero 1689 Yo el rey », Francisco de MONTALBO, Noticias funebres de las magestuosas exequias que hizo la felicissima ciudad de Palermo cabeça coronada de Sicilia en la muerte de Maria Luysa de Borbon nuestra señora reyna de las Españas, Palerme : Thomas Romolo, Impressor del santo Officio, 1689.

31  Loc. cit.

32  Pour une étude approfondie des catafalques madrilènes de Marie-Louise d’Orléans, voir A.V.M., Secr. 2.354.18; A.G.P., Reinados, Carlos II, Caja 143, Exp. 2; J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 180 ; J.M. de LA PARA, Exequias reales celebradas en el real convento de la Encarnación de esta corte, Madrid : Sebastián de Armendariz, 1689 ; Maria Adelaida ALLO MANERO, Exequias de la Casa de Austria en España, Italia e Hispanoamérica, Saragosse : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Zaragoza, 1993 ; Carmen CAYETANO MARTÍN, Pilar FLORES GUERRERO et Cristina GALLEGO RUBIO, « Honras fúnebres que el Ayuntamiento de la Villa de Madrid celebró en memoria de la reina María Luisa de Orléans, Mariana de Austria y el rey Carlos II », Hispania Sacra, 37, 1985, p. 313-325.

33  J.M. de LA PARA, Exequias reales…, fol. 5r.

34  A.G.P., Planos, 2661, « Planta de la iglesia de la Encarnación y lugares en función de honras de personas reales, por Thedoro Ardemán », 1712.

35  J.M. de LA PARA, Exequias reales…, fol. 5r; voir aussi J. de VILLA TASSIS Y VILLAROEL, op. cit., p. 186.

36  Voir la représentation de cet itinéraire en Annexe 2. Ce parcours résulte du débat que les membres du Concejo avaient eu quant au choix de l’église destinée à recevoir les honneurs funèbres de Marie-Louise d’Orléans. Certains d’entre eux penchaient pour Santa María tandis que d’autres préféraient Santo Domingo el Real. Si la deuxième église fut finalement choisie, le passage devant la première évitait ainsi de froisser la susceptibilité de quelques-uns. Voir A.V.M., Secr. 2.354.18.

37  Ibid.

38  Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1Trajets processionnels des prières publiques pour l’obtention de la guérison de Marie-Louise d’Orléans
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Annexe 2Itinéraire du cortège de la Villa lors des honneurs funèbres rendus à Marie-Louise d’Orléans
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/23105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Bruyère-Buvat, « De la procession au cortège funèbre : maladie et mort de Marie-Louise d’Orléans », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/23105 ; DOI : 10.4000/e-spania.23105

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Bruyère-Buvat

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org