Navigation – Plan du site

Résumés

À travers son Retrato de la Lozana andaluza (ca. 1528), Delicado trace le portrait d’une prostituée espagnole exilée dans la Rome dépravée de son époque. La complexité des stratégies discursives indique clairement que l’auteur va bien au-delà de la simple affirmation du caractère réaliste de son œuvre, allant jusqu’à littéralement mettre en scène l’acte d’écriture et se mettre lui-même en scène comme simple observateur et chroniqueur. Delicado délègue de fait l’instance de narration à son personnage éponyme, tout en construisant celui-ci comme un alter ego. Le Retrato est donc un autoportrait de Lozana et, in fine, de Delicado lui-même, sa créature lui servant ainsi de masque carnavalesque pour critiquer la société corrompue de son temps et revendiquer son appartenance à une famille de juifs convertis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francisco Delicado, La Lozana andaluza, Jacques JOSET et Folke GERNERT (éd.), Barcelone : Círculo d (...)
  • 2 Elle n'apparaît pas dans les différents Index du XVIe siècle ni dans les registres bibliographiques (...)
  • 3 En 1845, le bibliothécaire autrichien Ferdinand Wolf mentionne son existence dans un article sur La(...)
  • 4 Marcelino MENÉNDEZ PELAYO, Orígenes de la novela, 4 vol., Madrid : Bailly-Baillères, 1905-1915, 4, (...)

1Le Retrato de la Lozana andaluza1 est à tout point de vue une œuvre des plus singulières au sein des lettres espagnoles. Il s’agit en effet du portrait d’une prostituée espagnole exerçant ses talents dans la ville de Rome. L’ouvrage est de plus rédigé par un homme d’Église, l’Espagnol Francisco Delicado, un modeste prêtre exerçant lui aussi ses talents à Rome. Quant à sa parution anonyme à Venise vers 1528, elle semble être passée totalement inaperçue de ses contemporains2. Aussi bien l’auteur que son œuvre disparaissent du panorama littéraire de l’époque, et ce pour plus de trois cents ans. L’unique exemplaire qui nous soit parvenu ne fut sauvé de l’oubli de l’Enfer de la Bibliothèque Nationale de Vienne3 que pour être condamné aux Enfers par la critique moralisante decimonónica. Dans son ouvrage sur les origines du roman, Menéndez Pelayo qualifie La Lozana de « libro inmundo y feo », de « frívolas apariencias y vergonzoso contenido4 ». Il ne se contente d’ailleurs pas de réprouver son contenu mais critique également sa forme en des termes très durs:

Es un caso fulminante de realismo fotográfico, con todas las consecuencias inherentes a este modo de representación elemental y grosero, en que la realidad se exhibe sin ningún género de selección artística y hasta sin plan de composición ni enlace orgánico.

  • 5 D’abord éditée dans des collections de livres « raros o curiosos » ou picaresques (éd. de FUENSANTA (...)
  • 6 Voir notamment Bruno DAMIANI, « La Lozana andaluza: Tradición literaria y sentido moral », in : Act (...)

2Il faut des années pour que La Lozana se remette d’une telle condamnation, morale et artistique5. Une partie de la critique a eu tendance à tomber dans des travers de deux types, différents mais liés entre eux, à savoir, d’une part, considérer le réalisme affiché de l’ouvrage comme une donnée, se désintéressant de la stratégie discursive mise en œuvre et, d’autre part, réhabiliter l’œuvre sur le plan moral en accréditant les prétentions didactiques affichées par l’auteur6. Ces deux aspects sont d’ailleurs mis en relation par Delicado lui-même dès la Dedicatoria:

  • 7 La Lozana, ded., p. 5.

Y mire Vuestra Señoría que solamente diré lo que oí y vi, con menos culpa que Juvenal, pues escribió lo que en su tiempo pasaba7.

  • 8 Ibid., tit., p. 3.
  • 9 Ibid., ded., p. 5-6.

3S’il ne dit que ce qu’il a entendu et vu, il ne peut être jugé responsable des propos tenus et des actes montrés dans La Lozana, et si on lui reprochait d’avoir choisi de faire le portrait d’un personnage immoral, l’autorité du poète latin est là pour le dédouaner de toute responsabilité et placer son œuvre sous la protection du genre satirique. Delicado indique ainsi clairement le pacte de lecture auquel est censé souscrire le lecteur, l’enjoignant à une lecture réaliste et moraliste du Retrato. Il multiplie d’ailleurs les déclarations de ce type, et ce dès le sous-titre, « El cual retrato demuestra lo que en Roma pasaba8 », dans la Dedicatoria, on l’a vu, mais aussi quelques lignes plus loin, « y también para traer a la memoria munchas cosas que en nuestros tiempos pasan9 ». Ces assertions réitérées de Delicado relèvent d’une véritable stratégie de mise en discours. Ainsi, dans l’Argumento, c’est au titre de ce réalisme qu’il exige que nul ne prétende apporter une quelconque modification à son œuvre:

  • 10 Ibid., arg., p. 9. La même idée est répétée à la fin de l' Argumento: « y porque no le pude dar mej (...)

Protesta el autor que ninguno quite ni añada palabra ni razón ni lenguaje, porque aquí no compuse modo de hermoso decir, ni saqué de otros libros, ni hurté elocuencia, porque « para decir la verdad, poca elocuencia basta », como dice Séneca; ni quise nombre, salvo que quise retraer munchas cosas retrayendo una, y retraje lo que vi que se debería retraer, y por esta comparación que se sigue verán que tengo razón10.

  • 11 « cuando hacen un retrato procuran sacallo del natural », ibid., arg., p. 9.

4La comparaison qui suit avec les peintres11, est à mettre en relation avec l’essor de la peinture à la Renaissance et notamment la découverte de la perspective, par laquelle s’affirme le point de vue de l’artiste en tant qu’individu. Ceci permet à Delicado de mettre l’accent sur sa position privilégiée d’observateur qui l’habilite, lui et lui seul, à dresser et retoucher le portrait de Lozana, en s’appuyant, qui plus est, sur sa propre expérience, en sa qualité de témoin de visu des faits et gestes (et paroles) de son modèle. L’affirmation répétée du réalisme de l’œuvre est donc bel et bien ici une manière d’asseoir son autorité d’auteur, et ceci est d’autant plus nécessaire que, de par le sujet, licencieux, de son ouvrage et sa propre position sociale, pour le moins modeste, Delicado s’inscrit en marge de l’orthodoxie littéraire.

  • 12 Ibid., m. XXIIII, p. 119.
  • 13 Ibid., m. XLII, p. 213.
  • 14 Ibid., m. XLIII, p. 218-220.
  • 15 Ibid., m. XLII, p. 213.

5Mais l’auteur va plus loin encore dans sa stratégie discursive, en ayant recours à un procédé narratif novateur, à savoir l’intrusion dans la diégèse du double fictionnel de l’instance de narration, le personnage de l’Autor. Cherchant ainsi à étayer ses assertions réalistes, il prouve tout d’abord au lecteur qu’il connaît bien son modèle, consacrant un mamotreto entier à montrer « cómo el Autor la conoció por intercesión de un su compañero »12. Il situe de plus cette rencontre à une position stratégique, au début de la deuxième partie de l’œuvre, pour, d’une part, la mettre en évidence et, d’autre part, affirmer qu’elle fonde la légitimité du discours qui suit. Delicado déploie également une véritable mise en scène des différents temps de l’écriture, qu’il s’agisse de l’observation des faits et gestes, de la prise de notes ou de la rédaction finale du Retrato, et ce à travers des épisodes tout aussi stratégiquement placés. Ainsi, c’est au début de la troisième partie que Delicado situe la scène où l’Autor, entrant chez Lozana, l’entend monologuer sur des épisodes que le lecteur a déjà lus dans les mamotretos précédents, et décide de monter « gozar de sus desparates13 ». À sa sortie du domicile de la prostituée, il se poste dans la rue pour observer le va-et-vient de la maisonnée et interroger quelques-uns des clients de Lozana14. Ensuite, pendant qu’il est chez elle, il interrompt sa conversation pour demander à Rampín de lui apporter du papier et de l’encre pour « notar aquí una cosa que se me recordó agora15 ». Enfin, dans la première partie, et dans sa première intrusion en tant que personnage dans la diégèse, il n’hésite pas à interrompre brusquement le fil narratif pour se montrer s’interrompant lui-même dans la rédaction du chapitre précédent (et être d’ailleurs à son tour interrompu par Rampín). Delicado y consacre tout un mamotreto, leXVII, dont l’argument précise « Información que interpone el Autor para que se entienda lo que adelante ha de seguir ». L’argument du mamotreto suivant reprend le fil de la narration: « Prosigue el Autor, tornando al décimosexto mamotreto, que, veniendo de la judaica, dice Rampín: ». Le personnage de l’Autor n’hésite d’ailleurs pas à s’adresser directement au lecteur en soulignant la véracité de son récit:

  • 16 Ibid., m. XVII, p. 80.

Autor.- El que siembra alguna virtud coge fama; quien dice la verdá cobra odio. Por eso notad: estando escribiendo el pasado capítulo, del dolor del pie dejé este cuaderno sobre la tabla, y entró Rampín y dijo: « ¿Qué testamento es éste? ». Púsolo a enjugar y dijo [...]16

6Loin de s’arrêter là, Delicado tire toutes les conséquences logiques de cette rupture de la séparation traditionnelle auteur/personnages pour utiliser les interactions qui en résultent au service de son affirmation de véridicité. Ainsi, lorsque Rampín invite l’Autor à se rendre chez Lozana, celui-ci refuse pour la raison suivante:

  • 17 Ibid., m. XVII, p. 81.

Autor.- [...] decí a la Lozana que un tiempo fue que no me hiciera ella esos arrumacos, que ya veo que os envía ella, y no quiero ir porque dicen después que no hago sino mirar y notar lo que pasa para escrebir después, y que saco dechados17.

7Certaines déclarations des personnages viennent également étayer fort à propos les assertions de Delicado. Ainsi Lozana vante les qualités d’observateur de l’Autor et ses capacités d’imitatio :

  • 18 Ibid., m. XLVI, p. 229-230.

Quiérolo muncho, porque me contrahace tan natural mis meneos y autos [...], y otras mil cosas que, cuando lo vi contrahacerme, me parecía que yo era. [...] Señor, yo lo dije y él lo oyó: no fue menester más. Como él a tiempo, cuando yo no pensaba en ello, me contrahizo, que quedé espantada18.

8Et Silvano, décrivant à Lozana la patrie du personnage Autor, qui est d’ailleurs celle de Delicado lui-même, ne manque pas de rappeler incidemment le rôle de portraitiste de celui-ci:

  • 19 Ibid., m. XLVII, p. 230.

Y tornando a responderos de aquel señor que de vuestras cosas hace un retrato, quiero que sepáis que só estado en su tierra, y dareos señas de ella19.

9Delicado va donc bien au-delà de la simple affirmation du caractère réaliste de La Lozana, allant jusqu’à littéralement mettre en scène l’acte d’écriture et se mettre lui-même en scène comme simple observateur et chroniqueur du monde « lozanesque ». Il nous faut donc à présent examiner plus en détail le Retrato sous cet aspect de véridicité affichée, afin de voir dans quelle mesure celle-ci pourrait masquer un artefact fictionnel dont la portée (a)morale serait alors la pleine responsabilité de son auteur.

« Mezclar natura con bemol » ou le réalisme ambigu de La Lozana

  • 20 Les cinq premiers mamotretos retracent sous forme narrative la biographie de Lozana avant son arriv (...)
  • 21 Ibid., arg., p. 9.
  • 22 Les lieux traversés ou évoqués sont : Ceca, Campo de Flor, le Colisée, le Pont, les Banquiers, laru (...)
  • 23  Ce qui est à l'opposé de la ville anonyme de La Celestina. Encore une fois, La Lozana contient « m (...)
  • 24 Louis Imperiale, El contexto dramático de La Lozana Andaluza, Potomac : Scripta Humanistica (84), 1 (...)
  • 25 La Lozana, m. XVI, p. 79, m. LVII-LXII, p. 283-310.
  • 26 Il est d'ailleurs troublant de constater que des noms proches de ceux de certains personnages appar (...)
  • 27 Ibid., exc., p. 328.
  • 28 Ibid., m. X, p. 39-40.
  • 29 Ibid., m. XXIII, p. 114.
  • 30 Ibid., m. XXVII, p. 141.
  • 31 Ibid., m. LV, p. 275.
  • 32 Il coïncide en cela avec Torres Naharro, qui indique dans son introduction à la Tinelaria: « digo q (...)
  • 33 C. Allaigre, Introducción, dans La Lozana Andaluza, Madrid : Cátedra, 1985.
  • 34 M. MENÉNDEZ PELAYO, op. cit., p. 55.

10Le Retrato de la Lozana andaluza, publié à Venise vers 1528, est le portrait d’une prostituée vivant à Rome dans les années 1513-152720. Le sujet de l’œuvre n’est donc pas tiré « de otros libros21 » mais bien d’une réalité historique et sociale, contemporaine de l’auteur, la prostitution généralisée qui caractérise la société romaine. C’est un phénomène que Delicado connaît d’autant mieux qu’il s’agit-là de la société dans laquelle il vit. Les activités décrites relèvent du quotidien le plus prosaïque, à savoir les relations sexuelles, bien sûr, mais aussi le marché, la cuisine et les repas, les produits de beauté, l’épilation, la lessive, les bains publics, etc. De là une œuvre qui, selon certains critiques, semble construite comme une série de retablos costumbristas. Peu après l’arrivée de la protagoniste à Rome, Rampín, son futur valet-amant-mari, lui sert de guide et lui fait parcourir les hauts lieux de la rufianesca romaine22. Il les décrypte pour Lozana, avide de comprendre les rouages d’une société au sein de laquelle elle devra se faire une place. Delicado ancre ainsi de manière déterminante la diégèse de La Lozana dans la réalité de la capita mundi23 Cette évocation toponymique, parlante pour le premier cercle de lecteurs romains auquel il s’adresse24, lui permet également de décrire les activités des hommes et femmes qui fréquentent ces endroits à la réputation plus que douteuse, les charlatans de Campo de Flor ou les « colmenas » de prostituées de la via del Urso, par exemple. De nombreuses personnalités ayant réellement existé sont également citées dans l’œuvre, comme les différents papes pour dater des évènements, ou certaines courtisanes de haut vol, clientes des afeites de Lozana et références obligées de la société romaine de l’époque, comme la Garza Montesina, Madona Clarina ou la Imperia Aviñonesa25. De plus, beaucoup des personnages intervenants directement dans la diégèse semblent tirés des rues de la cité romaine, caractérisés par leurs divers offices ou leurs origines différentes26. D’ailleurs, en ce qui concerne la forme, Delicado procède par des dialogues assez vivants, soulignant également le cosmopolitisme de la société romaine par le mélange de termes italianisants et le recours au plurilinguisme, ce qu’il justifie de la sorte dans l’Excusa finale : « conformaba mi hablar al sonido de mis orejas, que es la lengua materna y su común hablar entre mujeres27 ». Ainsi, Lozana n’hésite pas à adopter la langue maternelle de son interlocuteur: le catalan avec la Sogorbesa ou la Mallorquina28, le « petit-nègre » avec l’esclave Penda29, un peu de portugais30, ou encore l’italien avec Coridon31. L’auteur est en cela respectueux du decoro propre à la mimesis qui veut que chacun parle selon son état, et par conséquent sa langue d’origine32. On ne peut donc pas considérer les assertions réalistes de Delicado comme un simple jeu ironique de sa part33 mais bien comme une caractéristique de son œuvre qu’il tient à affirmer, sans que l’on doive pour autant assimiler cela à un simple « réalisme photographique34 », loin s’en faut.

  • 35 La Lozana, tit. p. 3.
  • 36 Pour une mise au point récente sur la question, voir Patricia BOTTA, « La Celestina » vibra en « La (...)
  • 37 Delicado se charge également de l'édition de l'Amadís de Gaula de 1533, du Primaleón de 1534, et pr (...)
  • 38 La Lozana, grav. p. 187. Utilisée pour l'édition vénitienne de 1523, Delicado la réemploiera pour s (...)

11Delicado annonce en effet dès le sous-titre que l’œuvre « contiene munchas más cosas que la Celestina35 ». Il ne s’agit pas seulement d’attirer l’acheteur potentiel grâce au prestige d’une œuvre dont le succès ne se dément pas, mais également d’inscrire La Lozana dans une double perspective, de continuité de la matière célestinesque et de rivalité avec son modèle. Ceci a été minutieusement analysé par la critique36, qu’il s’agisse de la caractérisation des personnages (Lozana comme une jeune Celestina mâtinée d’Areusa, Rampín proche de Parmeno) ou bien des situations et des thèmes évoqués (les scènes érotiques mais aussi les afeites, la hechicería, ou les discussions sur la nostalgie du temps passé, la critique de l’état de sujétion des servantes, etc.). L’aspect formel fait également écho à la Tragicomedia. Le recours à la forme dialoguée, la motivation onomastique des personnages, preuve de l’érudition de l’auteur, l’emploi fréquent des proverbes, ou même certaines expressions directement empruntées, sont autant d’éléments qui démontrent une parfaite connaissance de l’œuvre de Fernando Rojas. Delicado se charge d’ailleurs de l’édition de La Celestina parue à Venise en 1531 et rééditée en 153437. Ce dialogue intertextuel, qui s’assimile à une amplificatio de la thématique de la prostitution, s’inscrit de manière explicite dans La Lozana: par l’image, puisque Delicado insère une gravure38 de La Celestina dans l’ouvrage, et par le texte lui-même, à travers les dialogues des personnages. Par exemple lorsque Sagüeso vante la réputation de Celidonia, une prostituée dont le nom ne rappelle pas par hasard celui de l’héroïne de Rojas, Lozana se moque de sa supposée rivale:

  • 39 Ibid., m. LII, p. 254.

Sagüeso.- Pero una cosa veo, que tiene gran fama, que dicen que no es nacida ni nacerá quien se le pueda comparar a la Celidonia, porque Celestina la sacó de pila.
Lozana.- De eso me querría yo reír, de la puta cariacuchillada en la cuna, que no me fuese a mí tributaria la puta vieja otogenaria
39.

De même, plus loin, affirme-t-elle:

  • 40 Ibid., m. LIIII, p. 267.

si todas las Celidonias o Celestinas que hay en Roma me diesen dos carlines al mes, como los médicos de Ferrara al Gonela, yo sería más rica que cuantas mujeres hay en esta tierra40.

12Ce qui revient à souligner une nouvelle fois, avec humour, l’ampleur de la prostitution à Rome mais aussi à dévaluer la valeur de ses rivales, par leur nombre et par le tribut qu’elles semblent ainsi lui devoir. Lozana, quant à elle, s’affirme fièrement « sin par ». Mais, malgré la rivalité affichée avec le personnage, elle avoue son admiration pour l’œuvre lorsqu’elle demande à son ami Silvano de lui en faire la lecture. Si elle cite aussi deux autres titres, la réplique au singulier de Silvano ne laisse aucun doute sur la primauté accordée à La Celestina. L’ambigüité de la réponse de Lozana, qui semble se désigner elle-même comme digne héritière de sa rivale, n’est d’ailleurs sûrement pas fortuite :

  • 41 Ibid., m. XLVII, p. 236. Voir également la gravure p. 237.

Lozana.- [...] quiero que me leáis, vos que tenéis gracia, las coplas de Fajardo y la comedia Tinalaria y a Celestina, que huelgo de oír leer estas cosas muncho.
Silvano.- ¿Tiénela Vuestra Merced en casa?
Lozana.- Señor, velda aquí, mas no me la leen a mi modo, como haréis vos. Y traé vuestra vihuela y sonaremos mi pandero.
Silvano.- Contemplame esa muerte
41.

  • 42 Cela contredit l'opinion de certains critiques, selon laquelle La Lozana est une œuvre sortie de nu (...)
  • 43 Ces deux œuvres ont d'ailleurs connu un sort similaire. Je cite Laura Puerto Moro : « Resulta casi (...)
  • 44 Voir aussi La Lozana, m. XXIIII, p. 128, m. XXVI, p. 138, m. XXXIIII, p. 176 et m. XLVIII, p. 240.
  • 45 Cf. supra, note 31, p.1.

13Cela ne doit pas occulter les autres références littéraires de Delicado, tout aussi importantes pour la genèse de l’œuvre42. L’anonyme Carajicomedia43 ou Coplas de Fajardo, donc, pour l’érotisme burlesque44, et la Tinalaria de Torres Naharro, notamment pour le cosmopolitisme de sa langue45, sont explicitement mentionnées dans le Retrato, tout comme l’œuvre de Diego de San Pedro, pour l’intervention du narrateur dans la diégèse en tant qu’auteur, œuvre citée de manière parodique dans la réplique suivante d’un Ambassadeur, qui évoque de la sorte la maison d’une courtisane où Lozana est entrée « pour affaires » :

  • 46 Ibid., m. XXXVII, p. 189. Delicado pourrait avoir corrigé l'édition de la Cárcel de Amor publiée à (...)

[…] ésta es cárcel de Amor; aquí idolatró Calisto, aquí no se estima Melibea, aquí poco vale Celestina46.

  • 47 Jacques JOSET, Estudio preliminar, p. XIX-XXII, dans La Lozana.
  • 48 « No hay mucha distancia entre la proximidad fonológica, la sustancia sonora, de los significantes (...)
  • 49 La Lozana, m. XXIX, n. 1, p. 148 et note complémentaire 148.1.
  • 50 Ibid., m. LI, n. 12 p. 250 et n. c. 250.12.
  • 51 Ibid., m. XXXVII, p. 191, m. XXXIX, p. 200 et p. 201.
  • 52 Ibid., m. XX et XXI, p. 101-108.
  • 53 Ibid., m. XLVII, p. 230-236.
  • 54 Cf. infra, note 56, p. 1.

14Dans l’Argumento, Delicado se place dans la lignée des satires de Juvénal, et, dans les dialogues des mamotretos, sont également cités Perse, Marcial, originaire de Cordoue comme Lozana, et surtout Apulée, l’auteur de L’Âne d’or, mentionné à plusieurs reprises, et référence directe de l’avant-dernier mamotreto qui conte l’histoire de l’âne bachelier Robusto. Il faut noter également l’importance d’un auteur redécouvert et traduit par les humanistes de l’époque, et notamment par Érasme, Lucien de Samosate, en particulier pour ses Dialogues des courtisanes, proches tant par leur thème que par leur forme dialoguée47. Simón Guadalajara Solera voit même dans le nom de la protagoniste une référence à l’auteur cynique, Luciano en castillan48. À cette matière littéraire érudite s’ajoutent également des sources folkloriques. Entre autres sobriquets dont elle affuble Rampín, Lozana le surnomme « Malurde », ce qui renvoie au personnage de Pedro de Urdemalas49, qu’elle utilise aussi pour qualifier Trujillo qui a abusé d’un de ses rares moments de faiblesse50. Apparaissent aussi des références à des personnages familiers tels que Matehuelo, Migallejo, Galazo ou Zopín51. En outre, beaucoup d’histoires contées par Lozana semblent directement tirées du répertoire populaire : la vieille et sa poule, le vilain et son âne, le Tibre meurtrier, Gonela et les médecins de Ferrara, la veuve juive ou encore l’âne bachelier. On ne peut manquer également de relever le caractère littéraire de nombreux monologues prononcés par certains personnages. Le Valijero se lance ainsi dans une longue typologie des nombreuses prostituées romaines, leurs différents costumes, leurs rangs sociaux, leurs nationalités52. Silvano décrit la patrie de son ami l’Autor, la Peña de Martos, en mêlant description, histoire et légende locale à la manière des premiers guides géographiques de l’époque53. Divicia va jusqu’à tirer son récit sur l’apparition de la syphilis d’un ouvrage de Delicado lui-même, son propre créateur54.

  • 55 Lozana n'y fait allusion qu'une seule fois, et encore, incidemment et sous le coup de la colère, en (...)

15La nature du Retrato est donc également, voire avant tout, éminemment littéraire, ce dont on aurait pu se douter, mais le caractère explicite de celle-ci remet en cause le pacte de lecture réaliste, et donc moraliste, défini dans l’Argumento. Et ceci d’autant plus que ce qui se trouve être en contradiction la plus totale avec l’idée d’un quelconque « réalisme photographique » n’est, ni plus ni moins, que la protagoniste éponyme du Retrato. En effet, Lozana a une particularité physique qui se voit, et l’expression ne pourrait être utilisée à plus juste titre, comme le nez au milieu de la figure puisqu’il s’agit en effet de son absence d’appendice nasal. Alors que cette caractéristique revient sans cesse dans les commentaires des autres personnages, y compris de l’Autor, Lozana n’y fait guère référence55. Forcée d’expliquer à son interlocutrice, la Sévillane, pourquoi une « puta vieja barbuda estrellera » a pu oser l’accuser, à tort selon elle, d’être atteinte par la maladie du « greñimón », elle ne consent à donner qu’une explication succincte :

  • 56 Ibid., m. VI, p. 31. Lozana répète sa version des faits un peu plus loin, m. VIII, p. 36.

Lozana.- […] son tantas las cabezadas que me he dado yo misma, de un enojo que he habido [...] me ha tocado ente ceja y ceja, y creo que me quedará señal.
Sevillana.- No será nada, por mi vida. Llamaremos aquí un médico que la vea, que parece una estrellica
56.

Mais dès qu’elle s’absente un moment, les langues se délient, et les commentaires suivants éclairent la nature réelle de cette « estrellica »:

  • 57 Ibid., m. VII, p. 33.

Beatriz.- Hermana, ¿vistes tal hermosura de cara y tez? ¡Si tuviese asiento para los antojos! Mas creo que si se cura, que sanará.
Teresa Hernández.- ¡Andá ya, por vuestra vida, no digáis! Súbele más de mitad de la frente: quedará señalada para cuanto viviere
57.

  • 58 María Luisa García-Verdugo, La Lozana andaluza y la literatura del siglo XVI: La sífilis como enfer (...)
  • 59 La Lozana, m. XII, p. 51; m. LIII, p.257; m. LIIII, p. 268-269.
  • 60 El modo de adoperare el legno de india occidentale, apparemment publié à Rome en 1526 (?), puis réé (...)
  • 61 « Y si dijeren que por qué perdí el tiempo retrayendo a la Lozana y a sus secaces, respondo que, si (...)
  • 62 Manuel da Costa Fontes, The Art of Subversion in Inquisitorial Spain: Rojas and Delicado, West Lafa (...)
  • 63 La Lozana, arg. p. 9.

16Lozana est donc marquée par la syphilis58, cette maladie honteuse qui affecte également nombre de personnages, donnant lieu à de plusieurs répliques et allusions burlesques ou amères, ainsi qu’à une discussion sur ses origines supposées59. Delicado, lui-même souffrant du morbo gallico, est l’auteur d’un De consolatio infirmorum perdu et d’un traité de médecine décrivant une méthode de traitement, Modo de adoperare il legno de indias60, et la rédaction de La Lozana est justifiée comme un moyen de soulager les souffrances causées par la maladie61. Le mal francorum est ainsi omniprésent dans l’œuvre, comme il l’est d’ailleurs dans la réalité de la société romaine de l’époque. Pour autant, cela n’a rien de réaliste dans le cas de Lozana, qui présente des symptômes avancés de la maladie mais ne perd jamais son pouvoir de séduction auprès des hommes62. Beauté défigurée, « lozana » marquée par la maladie, elle est donc un oxymoron faite chair de fiction. Elle est surtout la prostituée au nez rongé, la roma putana, créée par Delicado pour symboliser la corruption des mœurs romaines qu’il entreprend de décrire: « quise retraer munchas cosas retrayendo una, y retraje lo que vi que se debría retraer63 ». Cela jette une suspicion sur la déclaration suivante, dans laquelle Delicado affiche sa fierté d’auteur pour la fidélité supposée à son modèle:

  • 64 Ibid., arg. p. 10.

Y porque este retrato es tan natural, que no hay persona que haya conocido la señora Lozana en Roma o fuera de Roma, que no vea claro ser sacado de sus actos y meneos y palabras; y asimismo porque yo he trabajado de no escrebir cosa que primero no sacase en mi dechado la labor, mirando en ella o a ella64.

17Ainsi, malgré son sujet trivial et la réalité romaine dont il se nourrit, le Retrato est pleinement une œuvre de fiction, qui instaure un dialogue avec la littérature de l’époque et la société qui l’a vue naître. Il est alors plus que légitime de s’interroger sur le crédit à accorder aux déclarations de Delicado sur la portée morale d’une œuvre qui engage, de fait, la responsabilité totale de son auteur.

La Lozana, ou l’art de « ordir y tramar »

  • 65 Voir notamment C. ALLAIGRE, Introducción, dans La Lozana Andaluza, Madrid : Cátedra, 1985, p. 45-61 (...)

18La critique est encore très divisée sur la question de l’intention didactique de l’œuvre, ce qui montre à quel point le Retrato est placé sous le signe de l’ambiguïté, et ce dès son titre d’ailleurs, puisque le terme retrato désigne aussi bien un portrait qu’une réprobation65, une ambiguïté dont joue Delicado dans la Epístola:

  • 66 La Lozana, epí. autor, p. 336. Et aussi: « Espero en el Señor eterno que será verdaderamente retrat (...)

¡Oh, vosotros que vernés tras los castigados, mirá este retrato de Roma, y nadie o ninguno sea causa que se haga otro! Mirá bien éste y su fin, que es el castigo del cielo y de la tierra66.

  • 67 T. Bubnova, F. Delicado puesto en diálogo..., chap. III, p. 116-152.
  • 68 Tatiana Bubnova parle de « evolución de la obra desde una categoría no oficial destinada a lecturas (...)
  • 69 La Lozana, m. XII, p. 48; m. XV, p. 71, etc.
  • 70 Ibid., m. XLII, p. 217. La contradiction apparente pourrait aussi être volontaire et constituer une (...)

19Comme l’a démontré Tatiana Bubnova67, La Lozana a connu plusieurs phases de rédaction, et c’est dans les Epístolas finales, postérieures au Sac de Rome par les troupes de Charles Quint en 1527,que Delicado affirme que le Retrato condamne la corruption des mœurs, qui aurait, selon lui, entraîné un tel châtiment divin. Ces déclarations sur le caractère moraliste de l’œuvre se situent donc en marge des mamotretos à proprement parler et sont évidemment destinées à assurer l’impression et la diffusion de l’œuvre en dehors du cercle restreint de son premier public68. Il en est de même pour les prophéties du Sac de Rome69 qui émaillent le texte et donnent lieu à des interpolations de dialogues moralisateurs, intégrés dans la trame narrative avec plus ou moins de bonheur. Ainsi, Delicado intercale une prophétie de Lozana juste après un passage où elle avoue faire ses prédictions au hasard70. Selon l’incipit et l’explicit des mamotretos, ceux-ci sont composés à Rome durant l’année 1524, ce qui témoignerait d’une première phase manuscrite de l’œuvre. La Dedicatoria est elle-aussi rédigée « en esta alma cibdad », et on peut supposer que l’Argumento également, en raison de leurs similitudes formelles : absence de références au Sac de Rome et de condamnation morale, affirmation répétée de l’autorité de l’auteur et caractère ludique des déclarations d’intention. Delicado s’adresse à un public romain hispanophone et le but de l’œuvre semble être celui de divertir le lecteur, notamment à travers des lectures publiques du manuscrit, un mode de diffusion encore très répandu à l’époque. C’est ce qu’indique le terme de gasajo, le plaisir partagé en société, employé dans la Dedicatoria:

  • 71 Ibid., ded., p. 5-6 et note 6.15. Voir à ce sujet le commentaire de ALLAIGRE, Sémantique et Littéra (...)

Sabiendo yo que Vuestra Señoría toma placer cuando oye hablar en cosas de amor, que deleitan a todo hombre [...] encomendando a los discretos letores el placer y gasajo que de leer a la señora Lozana les podrá suceder71.

  • 72 Voir aussi José Manuel MARTÍN MORÁN, « Memoria e identidad en La Lozana andaluza », Artifara [En li (...)
  • 73 La Lozana, tab., p. 331.
  • 74 C. Allaigre, Introduction, p. 26-45.
  • 75 M. da Costa Fontes, The Art of Subversion in Inquisitorial Spain…, p. 171.
  • 76 La Lozana,m. LXIII, p. 312.

20Dans l’Excusa, Delicado indique qu’il a déjà publié El modo de adoperare, ouvrage qui relate sa guérison de la syphilis, ce qui a alors pu l’amener à envisager l’édition de La Lozana. Il a recours au procédé rhétorique consistant à répondre de manière anticipée à d’éventuelles objections portées par les lecteurs à son travail. Cela démontre qu’il est bien conscient des difficultés de réception, et donc de diffusion, d’une œuvre initialement pensée pour répondre à l’horizon d’attente d’un public plus restreint, avec qui il partageait, selon les termes d’Allaigre, « une isotopie culturelle »72. Mais le ton employé, comme dans la Tabla du reste, est encore ludique, bien que de manière plus détournée et ironique. Ainsi, sa justification au ton emprunté de sérieux de l’emploi du terme de mamotreto comme « libro que contiene diversas razones o copilaciones ayuntadas73 » prête bien trop facilement à confusion, par la proximité du terme copilaciones-copulaciones et le double sens érotique de razón et de ayuntar74. Cette confusion semble d’autant plus volontaire que les diverses significations du terme choisi pour désigner les chapitres semblent toutes s’appliquer à La Lozana, à savoir un livre volumineux et de forme irrégulière, un memorandum et un livre frivole. Ce à quoi Da Costa Fontes75 ajoute un jeu sur les termes mamar et teta qui, s’il ne convainc qu’à moitié, se justifie du fait que Lozana elle-même emploie le mot mamotreto au sens de jouissance sexuelle76. On pourrait également y voir un jeu métafictionnel de Delicado sur les termes mamar et treta, La Lozana étant de fait une œuvre qui, derrière le voile faussement pudique d’une moralité de façade, cherche à la fois à séduire et à piéger son lecteur.

  • 77 Ibid., m. XXIIII p. 130, m. XLII, p. 217.
  • 78 J. M. Martín Morán, art. cit. p. 9.
  • 79 Ainsi, les personnages de Silvio/Silvano sont analysé par Allaigre comme d'autres doubles de Delica (...)
  • 80 La Lozana, m. XXIIII, p. 119.
  • 81 Ibid., m. XLII, p. 213.
  • 82 « y yo no me partiré de aquí sin ver el trato que esta mujer tiene », ibid., m. XLIII, p. 218-219.
  • 83 Ibid., m. XLII, p. 213.

21Il nous faut donc déterminer quelle morale se dégage de la lecture de ces mamotretos, et ce en commençant par examiner la figure de l’Autor, porte-parole fictionnel de Delicado et donc le plus à même de porter un éventuel discours réprobateur sur les vices de la Babylone romaine qu’il décrit. Sur les trois interventions de l’Autor, deux sont associées à une prophétie sur le Sac de Rome et à un discours moralisateur77, ce qui indique que ces interpolations sont bien postérieures à la première rédaction. Ce moralisme ainsi affiché lui permet de se dédouaner de critiques plus que probables, et José Manuel Martín Morán y voit même la raison de l’intervention du personnage de l’Autor dans la diégèse78. Cela expliquerait d’ailleurs certains problèmes de cohérence du texte79. De plus, le comportement de l’Autor est bien plus ambigu que ses discours moralisateurs ne le laisseraient supposer. Ainsi, lors de sa première rencontre avec Lozana, il tombe littéralement sous le charme de l’Andalouse et, partageant l’excitation de son ami Silvio, il la communique au lecteur en s’exclamant: « ¡Oh, qué reñegar tan donoso! »80 et rentre dans un jeu de séduction avec Lozana, comme n’importe quel autre personnage masculin de l’œuvre. Plus encore, entrant chez Lozana, il jubile à l’écouter monologuer sur des épisodes déjà connus du lecteur et décide de monter « gozar de sus desparates »81. Le mamotreto suivant le voit, visiblement fasciné, littéralement faire le guet devant le domicile de Lozana pour épier les allées et venues de sa clientèle82. Il n’hésite pas non plus à faire appel aux services et aux conseils de la medianera, pour que son amie soit amoureuse de lui ou pour trouver une veuve qui lui fasse un fils83. Et la douleur au pied, c’est-à-dire au membre viril en langage érotique, qui le force à interrompre la rédaction du mamotreto XVI, pourrait indiquer qu’il souffre lui aussi du mal francés, à moins que ce ne soit l’évocation des faits et gestes de Lozana qui provoque en lui une excitation coupable. Il est donc en tout cas bien loin d’incarner un quelconque parangon de probité morale et, qui plus est, par sa position privilégiée d’Autor, il ne peut que conditionner la perception du lecteur et l’entraîner dans cette fascination érotique que tous les personnages, et lui au premier chef, semblent ressentir pour Lozana. La réprobation de l’Autor n’apparaît guère plus lorsqu’il intervient en tant qu’instance de narration, pourtant censée là aussi, face aux agissements coupables des personnages, incarner le prétendu didactisme moral de l’œuvre. Lors de la première nuit de Lozana avec Rampín, décrite avec moult détails savoureux, les deux amants s’endorment, épuisés par l’intensité de leurs ébats. Le narrateur fait alors intrusion dans le dialogue:

  • 84 Ibid., m. XIIII, p. 65. Cela d'autant plus que, si l'on en croit Delicado, il n'a écrit que « lo qu (...)

Autor.- Quisiera saber escribir un par de ronquidos, a los cuales despertó él y, queriéndola besar, despertó ella, y dijo: [...]84

22L’Autor, ici mis en scène en tant que narrateur extra-diégétique, se trouve dans une position pour le moins curieuse, puisqu’il semble partager l’intimité de ses personnages. En interrompant de la sorte la narration par ses réflexions sur l’acte d’écriture, il met l’accent sur le voyeurisme propre au genre érotique et compromet le lecteur dans ce « ménage à trois » littéraire. Il est dès lors peu à même de porter un quelconque jugement moral sur ses personnages, ce qu’il ne fait d’ailleurs à aucun moment dans les parties narratives du Retrato, qu’il s’agisse des arguments de chaque mamotreto ou de la première partie biographique. Son récit de l’épisode de l’«estrellica» qui orne le front de Lozana est à cet égard très significatif. Trahie par le père de Diomedes, celle-ci vient d’être abandonnée à terre par le marin qui était chargé de la tuer:

  • 85 Ibid., m. IIII, p. 24-25.

Y viéndose sola y pobre, y a qué la había traído su desgracia, pensar puede cada uno lo que podía hacer y decir de su boca encendida de muncha pasión. Y sobre todo se daba de cabezadas, de modo que se le siguió una gran aljaqueca, que fue causa que le viniese a la frente una estrella, como abajo diremos85.

  • 86 Voir notamment C. Allaigre, Introduction, p. 101-102 et les notes p. 183-185, et Carla PERUGINI, « (...)
  • 87 « Es curioso notar cómo la semidoncella puede vender su anillo y con él llegar hasta su destino f (...)
  • 88 La Lozana, m. LXIIII, p. 314.

23On voit donc qu’il s’en tient, sans la commenter, à l’explication rocambolesque de Lozana. C’est bien Lozana qui a la maîtrise du récit, c’est sa version des faits qui est donnée, mais le narrateur la met en doute de manière indirecte et ironique. Il demande en effet au lecteur de se rappeler de l’étoile qui sera identifiée plus loin comme le signe du morbo gallico et, en cela, l’éditeur Delicado vient en aide au narrateur, en insérant la même gravure d’une étoile en marge des deux passages du livre. Il signifie donc que Lozana a contracté la maladie en se prostituant pour survivre (« viéndose sola y pobre » / « su boca encendida de muncha pasión »). Toutefois, il laisse le soin au lecteur de tirer lui-même la conclusion qui s’impose (« pensar puede cada uno »). Celui-ci doit alors corriger le caractère idyllique de l’escapade de Lozana avec son amant, et devient attentif au ton parodique du récit de leur rencontre et de leur périple, ainsi qu’aux nombreux doubles sens érotiques employés86. Diomedes (dar), le marchand de Ravenne (rabo), apparaît alors comme un rufián qui prostitue Lozana. La plupart des lieux cités prennent une toute autre signification, comme par exemple la région de Levante (érection) ; le détour par les Flandres n’a pas lieu d’être, mais le terme est à l’époque employé pour désigner la jouissance sexuelle; situer la trahison à Marseille, en France, permet d’évoquer le mal francés qui vaudra à Lozana sa marque indélébile. Leur périple suit les voies commerciales de la Méditerranée, qui correspondent aux hauts lieux de la prostitution de l’époque. L’anneau qu’elle cache dans sa bouche, et qu’elle vend pour parvenir jusqu’à Rome prend également un sens plus licencieux87. En fait, Lozana a fait comme la Margarita Corrillón qu’elle évoque plus loin dans un dialogue, « que corrió los burdeles de Oriente y Poniente, y murió en Setentrión, sana y buena como yo »88.

24C’est ce mode de fonctionnement qui est adopté tout au long du Retrato, à savoir que l’instance de narration laisse le lecteur seul face aux « autos y meneos y palabras » de Lozana mais celui-ci sait qu’il doit se méfier de ce qui est dit et prêter attention aux éventuels sens cachés du texte, de la même manière que tout un chacun doit se méfier du pouvoir de séduction de Lozana. L’analogie entre Lozana et La Lozana, entrele personnage éponyme et son Retrato, est d’autant plus évidente que Delicado la trace lui-même dès la Dedicatoria:

  • 89 Ibid., ded. , p. 6.

encomendando a los discretos letores el placer y gasajo que de leer a la señora Lozana les podrá suceder89.

25Derrière les affirmations de réalisme et de moralisme du premier pacte relevé, apparaît là le vrai pacte de lecture, ludique et complice, établi par Delicado avec son « discreto » lecteur. Puisque l’auteur, en tant que narrateur et en tant que personnage, semble s’effacer derrière sa créature et lui confier le rôle d’instance narrative, il s’agit d’examiner la posture morale qu’adopte celle-ci tout au long du Retrato.

26Tout d’abord, la nature de Lozana est éminemment érotique, et définit une idiosyncrasie qui s’exprime dès sa plus tendre enfance:

  • 90 Ibid., m. VII, p. 31.

Y esto puedo jurar, que desde chiquita me comía lo mío, y en ver hombre se me desperezaba y me quisiera ir con alguno, sino que no me lo daba la edad90.

  • 91 Ibid., m. XIIII, p. 62.
  • 92 « Pasico, bonico, quedico, no me ahinquéis. Andá conmigo, ¡por ahí van allá! ¡Ay, qué priesa os dai (...)
  • 93 Par exemple, ibid., m. XXXVII, p. 193-194, lorsque Lozana met en doute la virilité d'un homme, Patr (...)

27Après sa première nuit avec Rampín, qui a amplement démontré sa capacité à satisfaire ses besoins sexuels, elle affirme « Este tal majadero no me falte, que yo apetito tengo dende que nací »91. Le passage montre d’ailleurs une Lozana imposant son plaisir à son fougueux et inexpérimenté amant92. Et ce n’est pas la seule scène explicite de l’œuvre, loin s’en faut93.

28Si La Lozana présente bien un caractère fortement érotique il s’agit, comme dans toute œuvre du genre, de signifier sans jamais désigner nommément. Tout l’art de l’écrivain réside alors dans les détours plus ou moins subtils qu’emprunte sa plume, et Delicado fait montre d’une grande habileté à manier les métaphores sexuelles et à les intégrer de manière ludique dans ses dialogues. Cela n’est pas sans effet sur le lecteur qui est incité, excité, pourrait-on dire, à rechercher en permanence les doubles sens érotiques pour comprendre pleinement le texte. Dès lors, c’est celui-ci qui doit endosser la responsabilité morale de cette lecture érotique, comme s’en moque ironiquement Delicado dans l’Excusa finale:

  • 94 Ibid., exc., p. 329.

Y si alguno quisiere decir que hay palabras maliciosas, digo que no quiera nadie glosar malicias imputándolas a mí, porque yo no pensé poner nada que no fuese claro y a ojos vistas94.

  • 95 Ce jeu ironique n'épargne pas le sommet de la hiérarchie catholique, comme le remarque Louis Imperi (...)

29Il y a donc une érotisation de la lecture qui s’impose au lecteur. Mais de plus, le jeu sur les doubles sens de la langue remet en cause chaque terme utilisé et les valeurs que ces termes désignent se retrouvent donc contaminées sémantiquement. Par exemple, si l’on considère cabalgar comme un euphémisme pour joder, le terme caballero est irrémédiablement contaminé, de même que son synonyme hidalgo. C’est donc ici le concept de noblesse qui est mis à mal, et ce à chaque occurrence, tout au long du texte. De même pour des termes religieux tels que gloria, cirio, etc. Les valeurs sur lesquelles repose la société catholique et estamental s’en retrouvent alors minées95.

30À cette érotisation subversive de la langue s’ajoute une morale totalement affranchie des notions chrétiennes de péché ou de culpabilité. Lozana est dénuée de tout scrupule moral quant aux plaisirs de la chair, si ce n’est celui qu’impose la norme sociale, comme elle l’avoue à la courtisane Imperia :

  • 96 La Lozana, m. LXII, p. 308. Elle précise à propos de la vergüenza qu'elle n'est pas un impératif mo (...)

Cierto es que si yo no tuviese vergüenza, que cuantos hombres pasan querría que me besasen, y si no fuese el temor, cada uno entraría y pediría el vedado96.

31Sa philosophie repose en fait sur des fondements aristotéliciens et « célestiniens », telle qu’elle apparaît dans la déclaration suivante de Lozana:

  • 97 Ibid., m. LXI, p. 304-305.

cuatro cosas no valen nada, si no son participadas o comunicadas a menudo: el placer, y el saber, y el dinero, y el coño de la mujer, el cual no debe estar vacuo, según la filosofía natural97.

32La fonction sexuelle est naturelle et son exercice est salutaire, comme elle l’explique en se plaignant de ceux qui se privent de relations sexuelles, et donc la privent de revenus:

  • 98 Ibid., m. XXXVIII, p. 198.

¡Cuántos he visto enfermos de los riñones por miseria de no espender! Y otros que piensan que por cesar han de vivir más, y es al contrario, que semel in setimana no hizo mal a nadie98.

  • 99 C’est ce dont l’avertit le Valijero vers la fin de son présentation de la prostitution à Rome: « Lo (...)
  • 100 Ibid., m. XLIX, p. 244.
  • 101 Ibid., m. XLIIII, p. 223.
  • 102 Ibid., m. XLV, p. 227.
  • 103 « Y como ella tenía gran ver e ingenio diabólico y gran conoscer, y en ver un ombre sabía quanto (...)
  • 104 Ibid., m. XXII, p. 113.
  • 105 « no me empaché jamás con casadas ni con virgos, ni quise vender mozas ni llevar mensaje a quien no (...)
  • 106 Ibid., m. XLII, p. 213.

33Cette conception vénale des relations sexuelles est somme toute bien naturelle, étant donné le métier de Lozana. Elle ne fait que tirer les leçons de son observation des conditions de vie difficiles de ses consœurs romaines, marquées notamment par le mal francés qui, tôt ou tard, ne manque pas de les frapper99. La syphilis, un thème omniprésent dans l’œuvre, n’est cependant jamais présentée comme le châtiment divin que méritent des comportements immoraux, mais plutôt comme une fatalité du destin pour qui exerce la prostitution. À la maladie s’ajoute la déchéance, physique et sociale, de la vieillesse, ce qu’illustre le cruel destin de la Galana portuguesa, au faîte de sa gloire de courtisane au début de l’œuvre, qui en est réduite, dans la troisième partie, à mendier pour survivre100. De même, dans un monologue sur le thème du tempus fugit, Lozana se plaint que les prostituées qui ont bravement combattu sur les champs de bataille amoureux ne soient pas portées en triomphe comme les généraux antiques et mises à l’abri du besoin dans une « taberna meritoria »101. Ce à quoi Silvano répond que cette taverne n’est autre que l’hôpital de Santiago de las Carretas, c’est-à-dire des syphilitiques, où elles finissent leurs jours « cuando se hacen francesas o grimanas »102. La morale de Lozana est donc celle que lui impose sa survie dans la pornocratie romaine dont elle ne manque pas d’observer les rouages pour son profit103. Elle fait sien le proverbe que lui adresse Trigo, « Ve do vas, y como vieres, ansí haz »104, mais sans renoncer pour autant à une certaine éthique, dont elle se vante d’ailleurs, qui consiste à ne traiter qu’avec des « putas reputadas »105. L’Autor résume ainsi la relation de dépendance qui s’établit entre Lozana et ses clientes prostituées « ni ella sin ellas, ni ellas sin ella no pueden vivir »106.

  • 107 Qui n'agit pas que sur les hommes d'ailleurs, puisque la tante de Rampín déclare « yo quisiera ser (...)
  • 108 Elle refuse toujours ses services de medianera sous prétexte de devoir régler des dépenses, ce qui (...)
  • 109 C'est ce que qui a frappé Louis Imperiale lors d'une seconde lecture de l'œuvre : « lo que impactó (...)

34Si elle profite de son pouvoir de séduction107 pour se prostituer à l’occasion, et prend d’ailleurs plaisir à être payée en nature, c’est surtout grâce à son pouvoir de persuasion et à son éloquence quelle parvient à « ordir y tramar » ses stratagèmes108. Dans une société où le sexe est une marchandise et où la concurrence est rude109, Lozana doit savoir vendre ses compétences et se rendre indispensable, quitte à composer avec la vérité. Ainsi, elle feint de savoir guérir les malades alors que, comme elle l’explique à Rampín :

  • 110 La Lozana, m. XXVI, p. 134-137.

la melecina ha de estar en la lengua, y aunque no sepáis nada, habéis de fingir que sabéis y conocéis para que ganéis algo, como hago yo, que en decir que Avicena fue de mi tierra, dan crédito a mis melecinas110.

De même, prétend-elle avoir le don de divination, mais, chose curieuse, il faut pour l’exercer qu’une poule soit sacrifiée:

  • 111 Ibid., m. LIIII, p. 265.

A las bobas se da a entender esas cosas, por comerme yo la gallina. Mas por eso vos no habéis visto que saliese nada cierto, sino todo mentira, que si fuera verdad, más ganara que gallina. Mas si pega, pega111.

35Comme ne manque pas de le rappeler le narrateur dès la présentation biographique de son modèle, le pouvoir de séduction de Lozana tient, tout autant qu’à ses charmes sinon plus, à ses talents oratoires et à sa capacité à subjuguer ses auditeurs:

  • 112 Ibid., m. V, p. 25. De même, lorsque l'Autor l'aperçoit pour la première fois, un compañero la lui (...)

Y siendo ella hermosa y habladera, y decía a tiempo, y tinié gracia en cuanto hablaba, de modo que embaía a los que la oían112.

  • 113 « Será mi fin: estarme he reposada. Y veré mundo nuevo, y no esperar que él me deje a mí, sino yo a (...)
  • 114 Emprunté au latin classique, contaminare « souiller par contact », de cum « avec » et taminare « so (...)

36Bien évidemment, cette fascination qui s’exerce sur les personnages atteint également le lecteur, et ce d’autant plus que le double de l’instance de narration, l’Autor, n’y échappe pas lui-même et faillit à ses obligations de réprobation morale. En se contentant d’être un simple témoin de la parole lozanesque, Delicado confère de fait la responsabilité de l’instance de narration à sa créature. Le Retrato de Lozana s’assimile donc à un autoportrait. C’est sa propre version de sa vie qui est donnée et, dès le mamotreto VI, elle monopolise la parole. C’est d’ailleurs elle qui décide de mettre le point final à son portrait, justement lorsqu’elle est amenée à quitter la scène de ses exploits amoureux passés, la ville de Roma-amor113. Le lecteur est bel et bien séduit par les « autos y meneos y palabras » de Lozana, c’est-à-dire non seulement par le contenu érotique de certains épisodes mais aussi par la grâce de sa parole, par ses talents de narratrice. Mais laissé seul face au discours de la roma putana, la prostituée syphilitique, il devient une proie facile pour les talents de « embaídera » de Lozana, qui ne manque pas de le contaminer subrepticement avec les germes d’une pensée subversive114.

« Sin seso y bien pensado » ou la subversion masquée de La Lozana

  • 115 Ibid., m. LXVI, p. 318-322.
  • 116 Voir Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 219 et 229.
  • 117 Lozana monopolise tellement la narration que l'exposé de son plan suffit pour raconter l'histoire.

37La folie est un motif structurel qui encadre l’œuvre. La gravure de la couverture représente une embarcation menée par Rampin où prend place Lozana, accompagnée de plusieurs consœurs. Cette embarcation n’est pas sans évoquer la Nef des fous de Sebastian Brandt (1494), qui connaît une grande diffusion à travers de nombreux ouvrages et gravures à partir de la fin du Moyen Âge. Ce thème est également très en vogue après la publication par Érasme de son Éloge de la folie (1509), allégorie où la Folie s’emporte contre les vices des hommes, dans une atmosphère de monde inversé. La Lozana s’achève également sur ce motif, par la narration du rêve allégorique de la protagoniste, au dernier mamotreto (probable rajout de 1527)115. Lozana rêve que Pluton, roi des Enfers, est sur terre pour envoyer les âmes des fous en son royaume. La folie intervient aussi dans l’épisode de Coridon, où c’est Lozana elle-même qui, en une mise en abyme du texte, donne les clés de la stratégie discursive et subversive de Delicado116. Coridon, un mancebo amoureux d’une jeune fille qui a été mariée à un barbon, demande l’aide de Lozana. Celle-ci, comme un metteur en scène ou, encore une fois, un narrateur117, lui explique quel stratagème employer pour entrer au service de la maison de sa bien-aimée et devenir son amant. Coridon doit suivre ses conseils pour parvenir à ses fins, à savoir se déguiser en femme et simuler la folie:

  • 118 La Lozana, m. LV, p. 274. De plus, d'après Lozana, prétendre guérir de la syphilis est la plus gran (...)

¡Coridón, mira que quiere un loco ser sabio! Que cuanto dijeres sea sin seso y bien pensado porque, a mi ver, más seso quiere un loco que no tres cuerdos, porque los locos son los que dicen las verdades. Di poco y verdadero y acaba riendo, y suelta siempre una ventosidad, y si soltares dos, serán sanidad, y si tres, asinidad118.

  • 119 Au sens de prosopon, le masque des acteurs du théâtre grec antique.

38Comme dans le monde carnavalesque, le masque de la folie et de la déraison permet de dire librement la vérité. Il est de plus ici porté par une femme, ou plus exactement par un homme se faisant passer pour une femme, de la même manière que Delicado se sert de la persona119 de Lozana pour s’exprimer. D’ailleurs, le terme asinidad fait, à cet égard, le lien avec une autre clé de lecture de l’œuvre.

  • 120 Voir Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 232-233.
  • 121 La Lozana, m. XL, p. 204.

39Dès la deuxième page de l’ouvrage, deux gravures mettent en effet en parallèle, d’une part, Lozana entourée de sa clientèle de courtisanes, et, d’autre part, un voyageur et son âne. Ceci est une référence à l’Âne d’or d’Apulée car, comme le classique latin du IIe siècle, Delicado dépeint à travers son personnage les mœurs corrompues de la société120. Mais le parallèle intervient surtout dans le dernier mamotreto narratif, juste avant celui de l’exil final de Lozana à Lipari. Dans celui-ci, Porfirio veut gagner un pari et faire recevoir comme bachelier son âne Robusto, qui, lorsqu’il est habillé et assis, ressemble, d’après son propriétaire, à l’âne d’or d’Apulée. L’auteur ou son œuvre sont également, nous l’avons déjà vu, directement ou indirectement cités à maintes reprises dans l’œuvre. Par exemple, à la fin de la deuxième partie, Lozana habite « junto al río, pasada la vía Asinaria, más abajo »121. La voie existait mais son choix est une double référence, au quartier des tenerías de Celestina et à l’Âne d’or d’Apulée. Mais surtout, Lozana, parlant de son expérience de la magie, n’hésite pas à s’identifier à l’auteur classique:

  • 122 Ibid., m. LIIII, p. 262.

Lozana.- Y yo he quesido saber y ver y probar como Apuleyo, y en fin hallé que todo era vanidad122.

40Parallèlement, dans l’Excusa finale, Delicado conclut sa défense en se comparant à l’animal littéraire:

  • 123 Ibid., exc. p. 330.

Y si alguno me dirá algún improperio en mi ausencia, al ánima o al cuerpo, imperet sibi Deus: salvo ignorante, porque yo confieso ser un asno, y no de oro123.

  • 124 « Ignarus, non gnarus, id est inscius, id est sine naribus. Olfecisse enim veteres scisse dicebant.(...)

De plus, « ignorant » signifie littéralement sans narines124, Delicado s’identifie ainsi pleinement à son personnage, Lozana la roma.

  • 125 La Lozana, gra. p. 11.
  • 126 D'ailleurs, la mujer ventanera qui apparaît dans cette maison pourrait bien être Lozana elle-même.

41Comme l’âne pour Apulée, Lozana fonctionne donc comme le double fictionnel de Delicado. Dès le premier mamotreto, qui décrit les origines de Lozana, une double gravure125 représente la « Peña de Martos », la patrie de l’auteur et « Cordova la llana », celle de Lozana, ce qui établit un premier parallèle. Sur les murs d’une maison126 apparaissent les noms d’auteurs cordouans ou assimilés (Sénèque, Martial, Lucain), tandis que sur une maison voisine figure l’inscription « Lozano ». Cela semble signifier l’identification de Delicado comme auteur cordouan et comme double masculin de son personnage. En effet, et c’est d’ailleurs Lozana qui nous l’apprend en se renseignant sur l’Autor, si celui-ci a été élevé par sa mère à Peña, il a en fait vu le jour, comme elle, à Cordoue. Cela indique aussi qu’il a dû perdre son père très jeune, ce qui est un autre des nombreux points communs avec Lozana. Selon Claude Allaigre, Delicado serait l’italianisation du nom espagnol, Delgado, ce qui introduit un jeu de référence antonyme entre le caractère faible et maladif de l’auteur et la gaillardise et la vigueur de son personnage éponyme. D’autres connotations de « delicado » telles que « sabroso, regalado, gustoso » ou encore « sutil, agudo, ingenioso » sont quant à elles très proches du caractère de Lozana, ce que confirme l’étymologie d’Isidore de Séville :

  • 127 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, vol. I, X, 70, p. 813.

Delicatus, quod sit deliciis pastus, vivens in epulis et nitore corporis. Delicado, porque se alimenta de manjares ’’deliciosos’’, viviendo de banquete en banquete y dando gusto al cuerpo127.

42La motivation onomastique à l’œuvre dans la Lozana illustre donc parfaitement cette ambiguité entre un retrato au sens de critique moralisante et une troublante proximité entre l’auteur et son personnage de prostituée conversa. Delicado se sert de sa création littéraire comme d’un masque de carnaval, afin d’exprimer ses critiques envers la société romaine, bien conscient que certaines vérités sont trop dangereuses pour être dites à visage découvert.

43L’une de ces vérités, peut-être celle qui se trouve au plus profond des motivations intimes du projet narratif, concerne l’exil converso. Les origines de Lozana sont ainsi régulièrement mises en avant, même si ce thème n’échappe pas aux doubles sens ironiques qui saturent l’œuvre. Le texte commence d’ailleurs par la phrase suivante:

  • 128 La Lozana, m. I, p. 13.

La señora Lozana fue natural compatriota de Séneca, y no menos en su inteligencia y resaber, la cual desde su niñez tuvo ingenio y memoria y vivez grande128.

  • 129 Voir ibid., m. I, p. 13, note 3 et n. c. 13.3.
  • 130 Ibid., m. XXXVI, p. 185.

44Or, resaber a des connotations négatives (saber para mal) et la vivez était un trait de caractère attribué autant aux cordouans qu’aux juifs, au point d’en devenir littéralement proverbial129. Les associations entre les origines cordouanes, qui indiquent la ruse ou la duplicité, et les racines juives sont nombreuses dans le texte. Un caballero la décrit comme « parienta del Ropero, conterrana de Séneca, Lucano, Marcial y Avicena »130, le Ropero, Antón de Montoro, étant un célèbre poète satirique convers. Elle-même est d’ailleurs née dans le quartier juif des tanneries et avoue n’avoir gouté que tardivement le porc. L’ironie avec laquelle sont sous-entendues ses origines juives n’empêche pas qu’une sincère et émouvante nostalgie se laisse également percevoir dans les pages de La Lozana. Ainsi aux mamotretos I et II, dès son arrivée à Rome, Lozana-Aldonza évoque sa famille à travers ses souvenirs culinaires:

  • 131 Ibid., m. I p. 14. Au mamotreto II, elle évoque aussi sa grand-mère, à qui elle doit ses connaissan (...)

que cuando era vivo mi señor padre, yo le guisaba guisadicos que le placían, y no solamente a él, mas a todo el parentado [...] entonces estaba ocupada en agradar a los míos, y agora a los estraños131.

45Lorsque Rampín lui parle du marché de la place Nagona, elle ne peut s’empêcher de se remémorer son enfance et d’évoquer, au présent, significativement, celui de Cordoue par une copla surgie spontanément de sa mémoire:

  • 132 Ibid., m. XV, p. 71.

En Córdoba se hace los jueves, si bien me recuerdo:
Jueves, era jueves,
día de mercado,
convidó Hernando
Los Comendadores.
¡Oh si me muriera cuando esta endecha oí! No lo quisiera tampoco, que bueno es vivir
132.

De même, dans l’Excusa, Delicado exprime cette même nostalgie de la terre natale propre à l’exilé :

  • 133 Ibid., exc. p. 330.

Ansimismo, por este retrato sabrán munchas cosas que deseaban ver y oír, estándose cada uno en su patria, que cierto es una grande felicidad no extimada133.

  • 134 Cf. supra, p. 1 et note 81
  • 135 Felisa Bermejo, « La diáspora sefardí en Italia a raíz de la expulsión de España en 1492 de los jud (...)
  • 136 Rappelons que, dans la tradition juive, la religion se transmet par voie maternelle.

46Le premier exil de Lozana est à priori volontaire, puisqu’elle s’enfuit par amour avec Diomedes. Mais si l’on a vu que les doubles sens érotiques abondent dans les villes citées dans son parcours méditerranéen134, ce parcours fictionnel est aussi celui suivi par les levantinos de la diaspora juive après 1492135. Cette estrellica qu’elle cherche à cacher sous son tocado genovés est certes la marque infamante de la syphilis contractée dans l’exercice de la prostitution, mais évoque aussi l’étoile de David, symbole du peuple juif condamné aux persécutions ou à l’exil. De même, le nom de Diomedes a sûrement des connotations érotiques mais on ne peut pas écarter une motivation onomastique religieuse, Dios me des, celui qui donne Dieu, qui convertit. Car c’est lui qui dépouille Aldonza du prénom hérité de sa grand-mère136 et la rebaptise Lozana, et ce au nom de Dieu, le dieu des catholiques, donc:

  • 137 La Lozana, m. IIII, p. 22.

Mas ya Diomedes le había rogado que fuese su nombre Lozana, pues que Dios se lo había puesto en su formación, que muncho más le convenía que no Aldonza, que aquel nombre, Lozana, sería su ventura para el tiempo por venir. Ella consintió en todo cuanto Diomedes ordenó137.

  • 138 « dal contesto mi azzardo a leggere il nome dell'eroina come "lo sana".[…] Del resto il libro abbon (...)

47Son attitude obéissante n’empêchera pas qu’elle soit trahie par la suite, de la même façon que les conversions forcées de la fin du XIVe siècle ou celles de 1492 n’ont pas empêché la mise au ban de la société espagnole des conversos et l’exil forcé de nombre d’entre eux. Le nom que choisit Diomedes, s’il semble rendre hommage à sa gaillardise, marque aussi de fait son entrée dans la prostitution, « zanah » signifiant prostituée en hébreu138. Lorsque, prenant conscience du déclin de ses capacités de séduction (el habla), Lozana se voit contrainte de quitter Rome et de se retirer sur l’île de Lipari, il est significatif qu’elle décide de se défaire de son nom professionnel.

  • 139 La Lozana, m. LXVI, p. 325.

Vamos [...] al ínsula de Lípari con nuestros pares, y mudareme el nombre, y direme la Vellida139.

  • 140 Cet usage n'est attesté qu'à partir du milieu du XVIe siècle ; il perdurera encore au XXe siècle so (...)
  • 141 « ¿por qué más se fue la Lozana a vivir a la ínsula de Lípari que a otra parte? Porque antiguamente (...)

48Ce second voyage est d’ailleurs tout aussi peu réaliste que le premier. Lipari est une île volcanique peu accueillante, quasi désertique, destinée aux exilés et aux bannis140. Elle symbolise donc plutôt le rejet dont souffrent les prostituées trop âgées pour exercer. De plus, Delicado donne de Lipari une étymologie fantaisiste et facétieuse141 car, inversant le sens du signifié, la « sin par » Lozana ne finit point pénitente comme Marie-Madeleine, mais bel et bien exilée avec ses compagnons de mauvaise vie, « nuestros pares ». Replacé dans le contexte de cette critique de la situation des conversos, ce dénouement prend une connotation bien plus amère. Pour trouver la paix, les juifs et les convers sont une nouvelle fois contraints à s’exiler et semblent ne pouvoir vivre libres qu’au sein de leur propre communauté. Dans son rêve allégorique sur Pluton, Lozana fuit les troupes de Mars, dieu de la guerre, et part chercher refuge à Venise, où celui-ci ne peut pénétrer. Outre l’analogie entre le nom de la ville et Vénus, déesse de l’amour qui s’oppose à Mars, la Cité des Doges était effectivement épargnée par le conflit. La nef de la gravure qui orne la première page se dirige également vers Venise, Delicado trace ainsi un parallèle supplémentaire entre son héroïne et le livre, imprimé à Venise, et entre son personnage et lui-même, également contraint à s’exiler dans la Sérénissime. L’île de Lipari pourrait alors symboliser le Ghetto juif de la cité, créé le 29 mars 1516 par le Sénat de la ville, suite à l’afflux massif de membres de la communauté juive exilée d’Espagne.

49Dans son Epístola finale, Lozana déclare à ses « sœurs en amour », les prostituées donc, mais aussi ses sœurs converses, sa nostalgie de la vie qu’elle menait à Rome et la peur qui l’empêche à nouveau de s’exprimer:

  • 142 Ibid., exc. p. 348.

Sed ciertas que, si la Lozana pudiese festejar lo pasado, o decir sin miedo lo presente, que no se ausentaría de vosotras ni de Roma, máxime que es patria común, que voltando las letras, dice Roma, amor142.

  • 143 Les Andalouses tout d’abord, puis la Sogorbesa, la Mallorquina, la Napolitana jumillera, la lavande (...)

50La cité romaine ne représentait pas seulement un espace de permissivité morale mais aussi de liberté religieuse pour les conversos, grâce notamment à l’accueil réservé aux exilés par les Borgia dans le quartier de Pozo Blanco. Lozana noue ses premiers contacts au sein de cette communauté espagnole, fruit de la diaspora143 :

  • 144 Ibid., m. IX, p. 37.

Lozana.- ¿Y cuánto ha que estáis aquí?
Beatriz.- Señora mía, desde el año que se puso la Inquisición
144.

  • 145 « y, si los sabe torcer, ahí veremos si es denobis, y si los tuerce con agua o con aceite. » ibid., (...)
  • 146 Voir F. GERNERT, Prólogo, ibid., p. XXIX-XXXI.
  • 147 « Aunque lo sea, se hará cristiana linda. […] Antes de ocho días sabrá toda Roma, que ésta en son l (...)

51Les lavanderas l’identifient comme une des leurs grâce à sa façon de cuisiner à la manière judéo-converse145, ce qui montre bien l’importance de la culture gastronomique dans l’œuvre, à la fois plaisir des sens et signe d’appartenance communautaire qui résiste à l’assimilation forcée au monde chrétien. Les persécutions anticonversas de 1473 en Andalousie, à Cordoue, Carmona, Andújar, Úbeda, Baeza, et la cité frontalière de Almodóvar del Campo, s’ajoutent aux évènements de 1391 et entraînent la conversion ou l’exil de nombreux membres de la communauté juive. Delicado, né à Cordoue entre 1470 et 1480 selon les critiques146, est peut-être issu d’une famille juive victime de ces persécutions, ce qui expliquerait qu’il ait été élevé par sa mère à la Peña de Martos. La construction de son personnage comme un double fictionnel semble accréditer cette hypothèse. Si tel est le cas, il lui est indispensable de cacher ses origines conversas pour assurer sa survie, ce que fait Lozana, ainsi que le devine Teresa147. Cela n’implique évidemment pas que Delicado soit un relapse judaïsant mais il apparaît dans le Retrato une proximité certaine entre l’auteur et Lozana, et à travers elle envers ses compatriotes exilés conversos. Traumatisés par leur départ d’Espagne, ceux-ci ont réussi à recréer une communauté qui est à nouveau détruite et dispersée après le Sac de Rome, un événement résultant, qui plus est, de conflits propres au monde chrétien. Il est donc normal que La Lozana véhicule une critique acerbe des dogmes du catholicisme qui les a contraints, par deux fois, au déracinement de l’exil, surtout face au spectacle de la corruption généralisée au sein de la curie romaine.

  • 148 « bueitres de rapiña [...] ; como dijo Apuleyo, “bestias letradas” », ibid. m. LX, p. 300.
  • 149 Ils se plaignent que Lozana leur enlève des clients en les soignant, ce qui est de la concurrence d (...)
  • 150 « que tiene una nariz como ansa de cántaro y el pie como remo de galera, que anoche la vino acompañ (...)
  • 151 « Lozana.- Más triunfo lleva un mameluco. / Rampín.- Los cardenales son aquí como los mamelucos. / (...)
  • 152 Ibid., m. XII, p. 48.
  • 153 Ibid., m. LVIII, p. 292.
  • 154 Ibid., m. XVII, p. 80.
  • 155 Ibid., m. XXII, p. 110.
  • 156 Ibid., m. XXIIII, p. 120.
  • 157 La concubine, qui vit des rentes de l'abbaye, s'exprime de la sorte : « El despachar de las buldas (...)

52En effet, si Delicado respecte la tradition de la satire et passe en revue un certain nombre de professions dont il dénonce les comportements, comme les juristes148 ou les médecins149, l’essentiel de ses critiques sont bien réservées aux hommes d’Église. Ceux-ci abondent dans l’œuvre, comme cet « hermano fraire de la Merced »150 qui passe la nuit en compagnie d’une épicière « rabanera » et « tragasantos » ; les cardinaux orgueilleux et fiers comme des mameloukes151 ; la courtisane « favorida de un perlado152 » ; la Garza Montesina, protégée d’un protonotario153; le sacristain qui a dépucelé une jeune vierge avec son « cirio pascual »154 ; le fraile comendador d’un couvent qui détourne de quoi payer ses frasques nocturnes155 ; ou le chanoine que Lozana a guéri et qui l’a engrossée156. La critique n’épargne aucun niveau hiérarchique, puisque Lozana n’hésite pas à faire jouer ses relations, en l’occurrence la concubine d’un abbé157, pour que Sa Sainteté le Pape elle-même intervienne en faveur de Rampín emprisonné. Ceci est en contradiction totale avec les déclarations de Delicado dans la Tabla, mais cela n’est guère surprenant pour le discreto lector, surtout s’il prête attention à l’ironie de la fin de la phrase, qui affirme qu’il se passe bien certaines choses mais qu’il ne convient pas d’en parler ouvertement:

  • 158 Ibid., tab. p. 331.

en todo este retrato no hay cosa ninguna que hable de religiosos, ni de santidad, ni con iglesias, ni eclesiásticos, ni otras cosas que se hacen que no son de decir158.

  • 159 « el buen jodío de la paja hace oro », ibid., m. XVI, p. 76.
  • 160 Lozana se plaint à un page: « estoy enojada porque me contrahicistes en la comedia de carnaval », i (...)
  • 161 Ibid., m. XXXV, p. 179.
  • 162 « ¡Que mala pascua les dé Dios! », ibid., m. XXXIII, p. 167.
  • 163 Cf. Antonio Chas Aguión, « Querellas burlescas e ingeniería retórica en el Cancionero de Baena », (...)

53Mais La Lozana lui sert à exprimer de manière voilée des critiques bien plus dures envers le dogme chrétien et les persécutions contre les judeoconversos. Certains aspects de l’œuvre semblent se conformer à la vision négative des juifs qui régnait à l’époque. Mais la figure de Trigo, dont la cupidité est assimilée à sa confession religieuse159, a tout d’un personnage caricatural de comédie, et de plus, la personne pourrait avoir réellement existé, selon les recensements de l’époque. On serait alors dans un cadre proche des pasquinades, fréquentes à l’époque, ou des moqueries carnavalesques dont Lozana est elle-même victime160. Pourtant clairement d’origine conversa, celle-ci n’hésite pas à se moquer de Rampín, après sa chute dans des latrines, en l’appelant Merdohem161, un nom aux consonances de roi biblique de l’Ancien Testament. Lorsqu’elle s’en prend aux juifs qui fêtent la Pâque162, ce n’est pas pour des motifs religieux mais bien parce qu’ils l’empêchent de réaliser ses démarches lucratives. L’épisode où Rampín, forcé avec malice à manger du porc, vomit ses tripes, est un classique de la Comedia de burlas telle qu’elle apparaît notamment dans le Cancionero de Baena (1445), dont la plupart des auteurs sont conversos. Ceux-ci se montrent enclins à se moquer les uns des autres avec un humour acerbe au sujet de leurs vains efforts respectifs pour faire oublier leurs origines juives dans une société de cour catholique163. On est d’ailleurs en droit de se demander qui, en dernière instance, fait réellement les frais de la moquerie d’un tel épisode. À cet égard, le choix de certains mots par Delicado est tout sauf innocent:

  • 164 La Lozana, m. XXXIIII, p. 176.

Mozos.- [...] Pues que veniste tarde, que milagro fue quedar este bocado del jamón. Corta y come, y beberás.
Falillo.- Pues, ¡cuerpo de tal contigo! ¿En ayunas quieres beber como bestia? Señora Lozana, mandalde que coma, que ha vergüenza.
Lozana.- Come presto un bocado y despacha el cuerpo de la salud
164.

  • 165 Voir M. da Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 204-205.

54Le « cuerpo de la salud » évoque le corps du Christ qui, par le « milagro » de la transsubstantiation, assure le salut des chrétiens. La scène est donc une parodie du sacrement de l’Eucharistie, où Rampín est invité à communier, c’est-à-dire boire et manger le corps du Christ (« come y beberás »), ce qu’il ne peut même pas supporter physiquement. Cela jette un doute certain sur ses origines, mais également sur la valeur réelle que semble accorder Delicado au saint sacrement165. De telles critiques ne peuvent être portées que de manière indirecte, comme le montre ce court échange au sujet de rosquitas vendues dans la rue:

  • 166 La Lozana, m. XII, p. 55.

Lozana.- Si en España se comiesen, dirían que es pan cenceño.
Rampín .- Porque allá sobra la levadu
ra166.

  • 167 Voir le chapitre « The Idea of “Limpieza”, dans « Celestina, La Lozana andaluza, and Other Literary (...)

55La réplique de Rampín ne fait pas seulement référence à sa prédilection pour le pain azyme des juifs, mais aussi à la suspicion généralisée en cours dans l’Espagne inquisitoriale, où tout comportement hétérodoxe, même culinaire, peut entraîner une accusation de relaps. D’ailleurs, la seule ascendance juive, même lointaine, devient rapidement source de défiance et de rejet social. Lorsque Lozana évoque sa grand-mère qui l’a élevée, sa mention du terme limpieza n’est pas sans évoquer une allusion voilée aux statuts de limpieza de sangre167 :

  • 168 La Lozana, m. II, p. 16.

Y si ella [su abuela] me viviera, por mi saber y limpieza (dejemos estar hermosura), me casaba, y no salía yo de acá por tierras ajenas con mi madre168.

56Lorsque Sagüeso ose la comparer avec une rivale, Celidonia, Lozana affirme :

  • 169 Ibid., m. LII, p. 254.

Lozana.- […] que en dinero y en riquezas me pueden llevar, mas no en linaje ni en sangre.
Sagüeso.- Voto a mí que tenéis razón. Mas para saberlo cierto, será menester sangrar a todas dos, para ver cuál es mejor sangre
169.

  • 170 Ibid., m. LXV, p. 317. Comme le rappelle Juan Ruiz, citant Aristote, « el mundo por dos cosas traba (...)
  • 171 À Cordoue, patrie de Delicado, l'inquisiteur Pedro Martínez del Barrio était accompagné par le bach (...)

57Suite aux persécutions anticonversas de Toledo en 1449, les statuts de limpieza de sangre se sont développés dans nombre d’institutions castillanes afin de tenter d’en interdire l’accès aux nouveaux chrétiens. Si l’on réexamine l’épisode de l’âne Robusto, stratégiquement placé à la fin de l’ouvrage, Porfirio, malgré son rang social aisé, doit laver son honneur: « no só de los ínfimos de mi tierra, mas la honra me constriñe ». Le terme de honra peut renvoyer aux conversos socialement marginalisés malgré parfois leur rang social parfois très élevé. L’épisode dénonce aussi l’absurdité des procès pour limpieza de sangre. D’ailleurs, Porfirio ne veut pas seulement diplômer son âne de bachelier, il vient por corona, c’est-à-dire pour l’ordonner prêtre et devrait donc aisément y parvenir grâce à la corruption, une corruption à la fois vénale, car « omnia per pecunia falsa sunt », et vénérienne, puisque Lozana recommande d’amadouer un caballerizo qui aurait « el seso en la bragueta »170. Quant au terme de bachiller, il semble malaisé d’y voir une allusion à l’auteur de La Celestina, le bachiller Rojas. Le conte était traditionnel et, dans le contexte, il faudrait plutôt y voir une critique des inquisiteurs, qui étaient censés détenir le titre en question pour exercer171.

  • 172 Voir notamment le chapitre VII déjà cité de da Costa Fonte, « The Art of Subversion... ».
  • 173 La Lozana, m. VII, p. 33.

58De la même manière que pour la lecture érotique du texte, la responsabilité de la lecture conversa du texte repose sur le discreto lector et le risque de sur-interprétation existe172. Mais il est indéniable que la parole ne peut être libre en dehors de la communauté, comme l’illustre Delicado à travers les paroles de Beatriz, une des lavanderas andalouses : « No querría sino saber de ella [Lozana] si es confesa, porque hablaríamos sin miedo »173. Les références religieuses sacrilèges, si elles sont avant tout comiques, prennent indéniablement dans un tel contexte une dimension pour le moins grinçante. Citons notamment cette « traduction » d’un des personnages, Blasón, qui se targue de son mépris envers une femme en reprenant une sentence que Valère Maxime attribue à Scipion :

  • 174 Ibid., m. XXXV, p. 179-180.

Mas mirando la ingratitud de aquella que vos sabéis, diré yo lo que dijo aquel lastimado:« Patria ingrata, non habebis osa mea », que quiere decir: « Puta ingrata, non intrabis in corpore meo »174.

  • 175 Voir C. ALLAIGRE, La Lozana Andaluza, note 12, p. 508.

59La patrie ingrate, qui n’est même pas digne d’être lieu de sépulture, semble désigner l’Espagne catholique qui a contraint à l’exil les juifs et nombre de convers après 1492. Elle est traitée de putain par la seconde phrase, comme la Babylone idolâtre de l’Ancien Testament, avec de plus ce qui semble être une nouvelle référence à un rejet de l’eucharistie chrétienne. Dans la Digresión finale, rédigée alors que Delicado a été forcé de trouver refuge à Venise, les derniers mots de l’auteur sont également porteurs de cette même ambivalence175 :

  • 176 La Lozana, dig. p. 350.

Espero en el Señor eterno que será verdaderamente retrato para mis prójimos, a los cuales me encomiendo, y en sus devotas oraciones, que quedo rogando a Dios por buen fin y paz y sanidad a todo el pueblo cristiano. Amen176.

  • 177 Ibid., exc. p. 330.

60Le terme de « sanidad » est récurrent dans l’œuvre, fréquemment associé à son anagramme « asnidad ». De plus, l’auteur semble ici se situer clairement en dehors du « pueblo cristiano » évoqué, ce qui renforce le caractère ambigu de cette « fin » qu’il appelle de ses vœux. Il faut peut-être alors voir dans sa « confession » de l’Excusa, « porque yo confieso ser un asno, y no de oro »177, un aveu de sa nature de déclassé converso, jouant sur les termes asinum, les ânes, et anusim, le terme hébreu pour désigner les juifs forcés à se convertir au christianisme.


  • 178 « El proceso es, en definitiva, inseparable de la progresiva solenización de Iglesia y Estado sobr (...)
  • 179 « In a society like fifteenth-century Castile that is increasingly concerned with policing religiou (...)

61Le Retrato de la Lozana andaluza, est d’abord destiné à une diffusion via des lectures publiques auprès d’un public romain hispanophone. Il s’agit donc une œuvre avant tout comique et érotique, mais où s’expriment également de féroces critiques envers la société romaine, sous une forme satirique. Cela n’a rien d’incompatible avec la foi chrétienne, car selon Érasme, dans son Éloge de la folie, paraître fou aux yeux des fous est le signe que l’on suit la voie de Dieu. Le Retrato peut donc être considéré comme une sorte d’éloge de la luxure qui ne se soucie guère d’apparaître comme immoral aux yeux d’une société elle-même corrompue. Il semble néanmoins que, suite au Sac de Rome, le sous-texte de revendication conversa ait prit une place croissante dans le projet de Delicado, donnant une tonalité plus acerbe à certains passages. Malgré les précautions éditoriales des paratextes auctoriaux et les insertions postérieures moralisantes, l’humour carnavalesque et populaire de l’œuvre n’est plus accepté178, et ce d’autant moins que Lozana conjugue les défauts d’être femme, prostituée et conversa, ce qui la condamne irrémédiablement à rester à la marge d’une société qui se hiérarchise et se ferme, obsédée par la limpieza de sangre179. Qui plus est, elle ose prendre la parole et, loin d’exprimer un quelconque remords, affirme sa propre morale et sa liberté de jouir de son corps. Tout ceci explique sûrement l’oubli auquel a été condamnée l’œuvre. Le dénouement tragique qui frappe les protagonistes de La Celestina, la rivale affichée, lui sert de sauf-conduit moral pour sa diffusion, lui permettant de passer entre les mailles du filet de la censure inquisitoriale. Delicado, sans doute trop identifié à son double, ne peut se résoudre à lui infliger le même sort funeste. Lozana vit mais est condamnée à l’exil de Lipari/Venise. Son Retrato connaît le même sort et n’a aucune diffusion connue. Il faut attendre l’avènement de la littérature picaresque pour que resurgissent certaines des thématiques portées par l’œuvre.

  • 180 Il exprimait entre autres l'inquiétude que lui inspirait le sort des filles de familles frappées pa (...)

62Dans la Dedicatoria qui introduit son œuvre, Delicado justifie la rédaction de son Retrato en citant Hernando del Pulgar, le chroniqueur converso des Rois Catholiques qui avait pris parti contre l’Inquisition et les poursuites faites envers les nuevos cristianos180:

  • 181 La Lozana, ded. p. 6.

Y como dice el coronista Fernando del Pulgar, « así daré olvido al dolor », y también por traer a la memoria munchas cosas que en nuestros tiempos pasan, que no son laude a los presentes ni espejo a los a venir181.

  • 182 Voir l'édition de C. ALLAIGRE, 1985, note 10, p. 170.
  • 183 « El libro de Delicado, pues, facilita el segundo episodio de la historia de esta generación perdi (...)
  • 184 La Lozana, m. XVII, p. 80.

63La contradiction apparente entre « dar olvido » et « traer a la memoria » est sans doute ironique comme l’indique Allaigre182. Mais elle ne l’est plus si l’on en considère le sens par rapport aux conversos forcés à quitter leur terre natale. L’humour et l’érotisme sont là pour atténuer la douleur de l’exil forcé, mais Delicado veut aussi porter témoignage de la vie de cette communauté humaine déchirée par les persécutions et contrainte une nouvelle fois à quitter la « patria común », Rome, qui lui avait donné refuge183. Il faut peut-être bien alors prendre au premier degré la phrase de Rampín qui surprend l’Autor en train de rédiger le Retrato : « Qué testamento es éste? »184. La Lozana est le testament littéraire de Delicado, un témoignage sur la vie d’une communauté balayée par le Sac de 1525 et ses conséquences. Un testament à la fois joyeux et amer, érotique et grinçant, exhibitionniste et crypté, destiné à ses pares, les rares discretos lectores de son époque, et désormais à ceux d’aujourd’hui, toujours plus nombreux à se laisser avec plaisir séduire et contaminer par les « autos y meneos » de La Lozana, de retour de son long exil des lettres hispaniques.

Haut de page

Bibliographie

ALLAIGRE, Claude, Sémantique et Littérature : le Retrato de La Lozana Andaluza de Francisco Delicado, 1980.

—, « La Lozana Andaluza : notes textuelles », Bulletin Hispanique, 112, n° 1, juin 2010, p. 41-60.

BOTTA, Patricia, « La Celestina » vibra en « La Lozana », Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes.

BUBNOVA, Tatiana, F. Delicado puesto en diálogo: las claves bajtianas de La Lozana andaluza, México : Universidad Nacional Autónoma de México, 1987, chap. III, p. 116-152.

Chas AguiOn, Antonio, « Querellas burlescas e ingeniería retórica en el Cancionero de Baena », La Corónica, 38.1, 2009, p. 191-210

COSTA FONTES, Manuel da, The Art of Subversion in Inquisitorial Spain: Rojas and Delicado, Purdue Studies in Romance Literatures, vol. 30, 2005.

Criado de Val, Manuel, « Antífrasis y contaminaciones de sentido erótico en La Lozana Andaluza », in : Homenaje a Dámaso Alonso, I, Madrid : Gredos, 1960, p. 431-458.

DAMIANI, Bruno M., « La Lozana Andaluza : bibliografía crítica », Boletín de la Real Academia Española, XLIX (1969), p. 117-139.

—, « La Lozana andaluza: Tradición literaria y sentido moral », in :Actas del Tercer Congreso Internacional de Hispanistas, Mexico : El Colegio de México, 1970, p. 241-248.

—, « La Lozana Andaluza : ensayo bibliográfico II », Iberoromania, 6, 1977, p. 47-85.

—, « La Lozana Andaluza : ensayo bibliográfico III », La Torre, revista de la universidad de Puerto Rico 4, 14, 1990, p. 151-169.

— et Imperiale, Louis, La Lozana Andaluza a través de los siglos, International Scholars Publications, 1997.

DELICADO, Francisco, La Lozana Andaluza, Claude ALLAIGRE (éd.), Madrid : Cátedra, 1985.

—, La Lozana andaluza, Carla PERUGINI (éd.), Séville: Fundación Jose Manuel Lara, Clásicos Andaluces, 2004.

—, La Lozana andaluza, Jacques JOSET et Folke GERNERT (éd.), Barcelone : Círculo de Lectores, 2007.

—, Retrato de la Loçana Andaluza, Tatiana BUBNOVA (éd.), Doral : Stockcero, 2008.

EDWARDS, John, La España de los Reyes Católicos, in : John Lynch (dir.), Historia de España, 10, Madrid : El País, 2008.

Fourquet Reed, Linnette, Proto-feminismo, erotismo y comida en La Lozana Andaluza. Prol. Louis Imperiale. Potomac, MD: Scripta Humanistica, 2004.

GARCÍA-VERDUGO, María Luisa, La Lozana andaluza y la literatura del siglo XVI: La sífilis como enfermedad y metáfora, Madrid : Pliegos, 1994.

Giannelli, Lucio, « Las referencias a la música en la Lozana Andaluza », eHumanista, 15, 2010, p. 48-64.

Guadalajara Solera, Simón, Historia, arte y estilo de la Lozana Andaluza, Cuenca : Universidad Nacional de Educación a Distancia, 1990.

HERREA JIMÉNEZ, Francisco José, El mundo de la mujer en la materia celestinesca : personajes y contextos, tesis de doctorado de la Universidad de Granada, 1997.

IMPERIALE, Louis, El contexto dramático de La Lozana Andaluza, Potomac, Scripta Humanistica, 84, 1991.

—, « Escritura y erotismo en La Lozana Andaluza : la lengua que pega al cuerpo », La Corónica, 38.1, 2009, p. 293-314.

—, « Amores y negocios en La Lozana Andaluza », in : La penna di Venere. Scritture dell’amore nelle culture iberiche, Messina : Lippolis, 2002, p. 177-186.

IsidorE de Seville Etimologías, José OROZ RETA y Manuel-A. MARCOS CASQUERO (éd.), Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, La Editorial Católica, 1982.

MacKay, Angus, « El problema converso en la literatura del Renacimiento », Manuscrits, 11, 1993, p. 127-141.

Márquez Villanueva, Francisco, El mundo converso de La Lozana Andaluza, Séville : Archivo Hispalenes, 1973.

MARTÍN MORÁN, José Manuel, « Memoria e identidad en La Lozana andaluza », Artifara [En ligne], 2, 2003. URL: http://www.cisi.unito.it/artifara/rivista2/testi/lozana.asp. Consulté le 6 avril 2012.

MENÉNDEZ PELAYO, Marcelino, Orígenes de la novela, Madrid : Bailly-Baillères, 1905-1915, vol. IV.

Perea RodrÍguez, Óscar, « Un nuevo ejemplar del Amadís de Gaula veneciano de 1533 en la biblioteca de la Universidad de Arkansas », Tirant, 12, 2009, p. 151-163.

Perugini, Carla, « Contaminaciones ideológicas en La Lozana Andaluza », Ínsula, 635, 1999, p. 10-11.

––, I sensi della Lozana Andaluza, Salerne : Ripostes, 2002.

—, « I sensi della Lozana: analisi polisemica del mamotreto IV del Retrato de la Lozana Andaluza », in : Domenico Antonio Cusato et Loretta Frattale (éd.), LA PENNA DI VENERE. SCRITTURE DELL AMORE NELLE CULTURE IBERICHE, Atti del XX Convegno della Associazione Ispanisti Italiani, Messine : Lipolis, 2002, p. 245-254.

—, « La Lozana, peligro para caminantes. Francisco Delicado y Rafael Alberti por las calles de Roma/Amor », eHumanista, 15, 2010, p. 65-84.

PUERTO MORO, Laura, « Sobre el contexto literario e ideológico de La Carajicomedia », Atalaya [En ligne], 12, 2011, mis en ligne le 11 octobre 2011. URL : http://atalaya.revues.org/824. Consulté le 27 janvier 2012.

RUIZ, Juan, Arcipreste de Hita, Libro de Buen Amor, G.B.GYBBON-MONYPENNY (éd.), Madrid : Castalia, 1998.

TORRES NAHARRO, Bartolomé, Comedias Soldadesca, Tinelaria, Himenea, D. W. McPHEETERS (éd.), Madrid :Castalia, 1973.

VALDÉS, Alfonso de, Diálogo de las cosas acaecidas en Roma, Rosa NAVARRO DURÁN (éd.), Madrid : Cátedra, 1994.

Vasvari, Louise O., « Obscene Onomastics in Medieval Trickster Tales », eHumanista, 15, 2010.

Wardropper, Bruce, “La novela como retrato: el arte de Francisco Delicado”, Nueva Revista de Filología Hispánica, 7, 1953, p. 475-488.

Weissberger, Barbara F., « Grotesque bodies : insulting conversos and women in the Cancionero de obras de burla provocantes a risa », La Corónica, 38.1, 2009, p. 259-291.

Haut de page

Notes

1 Francisco Delicado, La Lozana andaluza, Jacques JOSET et Folke GERNERT (éd.), Barcelone : Círculo de Lectores, 2007. Désormais La Lozana. Toutes les citations sont tirées de cette édition, j'indique la partie de l'ouvrage citée par les abréviations suivantes: Título (tít.), Dedicatoria (ded.), Argumento (arg.), mamotreto (m. suivi du numéro en chiffres romains), Excusa (exc.), Tabla (tab.), Epístola del autor (epí. aut.), Carta (car.), Epístola (epí. Loz.), Digresión (dig.) ou les gravures (gra.).

2 Elle n'apparaît pas dans les différents Index du XVIe siècle ni dans les registres bibliographiques postérieurs.

3 En 1845, le bibliothécaire autrichien Ferdinand Wolf mentionne son existence dans un article sur La Celestina. Intrigué, l'érudit espagnol Pascual de Gayangos en fait faire une copie.

4 Marcelino MENÉNDEZ PELAYO, Orígenes de la novela, 4 vol., Madrid : Bailly-Baillères, 1905-1915, 4, p. 54.

5 D’abord éditée dans des collections de livres « raros o curiosos » ou picaresques (éd. de FUENSANTA DEL VALLE y J. SANCHO RAYÓN, Madrid : Ribadeneyra, 1871 ; éd. de Luis de LARA, Madrid : Librería Fernández Villegas y Co, 1899), La Lozana doit en grande partie sa lente réhabilitation, significativement, à l'intérêt d'étrangers ou d'exilés. Notamment éditée en Allemagne, en Italie, en France (éd. bilingue d'Alcide BONNEAU, Paris : Liseux, 1888 ; éd. de Guillaume APOLLINARE, Paris : Bibliothèque des Curieux, 1912) , en Argentine (par GÓMEZ de la SERNA) ou encore au Mexique (par Alfonso REYES). Juan Goytisolo, dans El árbol de la literatura, l'intègre dans son contre-canon littéraire, aux côtés du Libro de Buen Amor et de La Celestina, et préface la traduction française de Claude BLETON (Francisco DELICADO, Portrait de la Gaillarde andalouse, Paris : Fayard, 1993). L'ouvrage intègre finalement les collections critiques telles que Castalia (1969) ou Cátedra (1985), puis paraît l'édition Galaxia Gutenberg au sein de sa Biblioteca Clásica du Círculo de Lectores. Parallèlement, alors qu'auparavant les études critiques ne consistaient principalement qu'en des préfaces à des éditions de l'œuvre, elles sont de plus en plus poussées et sérieuses. Citons notamment la thèse de Claude Allaigre soutenue en 1979 et reprise dans Claude ALLAIGRE, Sémantique et Littérature : le Retrato de La Lozana Andaluza de Francisco Delicado, 1980. Voir en bibliographie le recensement critique effectué par Bruno Damiani.

6 Voir notamment Bruno DAMIANI, « La Lozana andaluza: Tradición literaria y sentido moral », in : Actas del Tercer Congreso Internacional de Hispanistas, México : El Colegio de México, 1970, p. 241-248.

7 La Lozana, ded., p. 5.

8 Ibid., tit., p. 3.

9 Ibid., ded., p. 5-6.

10 Ibid., arg., p. 9. La même idée est répétée à la fin de l' Argumento: « y porque no le pude dar mejor matiz, no quiero que ninguno añada ni quite », arg., p. 10.

11 « cuando hacen un retrato procuran sacallo del natural », ibid., arg., p. 9.

12 Ibid., m. XXIIII, p. 119.

13 Ibid., m. XLII, p. 213.

14 Ibid., m. XLIII, p. 218-220.

15 Ibid., m. XLII, p. 213.

16 Ibid., m. XVII, p. 80.

17 Ibid., m. XVII, p. 81.

18 Ibid., m. XLVI, p. 229-230.

19 Ibid., m. XLVII, p. 230.

20 Les cinq premiers mamotretos retracent sous forme narrative la biographie de Lozana avant son arrivée à Rome. Née Aldonza à Cordoue, elle doit, à la mort de son père, partir avec sa mère sur les routes d'Andalousie. Lorsque celle-ci meurt à son tour, Aldonza est placée chez sa tante mais elle s'enfuit avec Diomedes, un marchand qui l'emmène dans un long périple en Méditerranée et la rebaptise Lozana. Trahie par le père de son amant alors qu'elle doit rentrer en Espagne, elle échoue à Rome où elle est accueillie par la communauté espagnole de la ville. À partir de là, les mamotretos suivants décrivent sous forme dialoguée les « actos y meneos y palabras » de Lozana jusqu'à ce que celle-ci, à la toute fin de l'œuvre, ne décide de changer de vie, et de nom, et de quitter Rome pour vivre en paix sous le nom de Vellida dans l'île de Lipari.

21 Ibid., arg., p. 9.

22 Les lieux traversés ou évoqués sont : Ceca, Campo de Flor, le Colisée, le Pont, les Banquiers, larue del Urso, la prison de la Torre Sabela (m. XII); la Plaza Redonda, le temple de Panteón, la sépulture de Lucrecia Romana, l’aiguille de pierre de Remo, la colonne de Marco Aurelio, le Setenzonéis, la Aduana, la plaza Nagona, Campo de Flor (m. XV); la Judería (m. XVI). D'autres références apparaissent dans nombre de mamotretos (la prison de Torre Sabela où est enfermé Rampín, par exemple).

23  Ce qui est à l'opposé de la ville anonyme de La Celestina. Encore une fois, La Lozana contient « munchas más cosas » que sa rivale littéraire, voir infra, p. 1.

24 Louis Imperiale, El contexto dramático de La Lozana Andaluza, Potomac : Scripta Humanistica (84), 1991.

25 La Lozana, m. XVI, p. 79, m. LVII-LXII, p. 283-310.

26 Il est d'ailleurs troublant de constater que des noms proches de ceux de certains personnages apparaissent dans les recensements romains de l'époque. Voir Mariano ARMELLINI, « Un censimento della città di Roma sotto il pontificato di Leone X, tratto de un codice inedito dell'Archivio Vaticano », Gli studi in Italia, IV-V, 1881-1882, et Domenico GNOLI, « Descriptio  Urbis, o censimento della popolazione di Roma avanti il Sacco borbonico », Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, XVII, 1894, p. 375-520, cités par Folke Gernert dans son Prólogo de La Lozana, p. CXX.

27 Ibid., exc., p. 328.

28 Ibid., m. X, p. 39-40.

29 Ibid., m. XXIII, p. 114.

30 Ibid., m. XXVII, p. 141.

31 Ibid., m. LV, p. 275.

32 Il coïncide en cela avec Torres Naharro, qui indique dans son introduction à la Tinelaria: « digo qu'el propio sujeto/quiere cien lenguas y bocas », in : Bartolomé Torres Naharro, Comedias, Soldadesca, Tinelaria, Himenea, D. W. McPheeters (éd.), Madrid : Castalia, 1973, p. 104. Pour l'importance de cette liberté linguistique, voir le prologue de Tatiana Bubnova à son édition de l'œuvre in Francisco Delicado, Retrato de la Loçana Andaluza, Doral : Stockcero, 2008, p. xvii-xviii et plus en détail dans ead., F. Delicado puesto en diálogo: las claves bajtianas de La Lozana andaluza, México : Universidad Nacional Autónoma de México, 1987.

33 C. Allaigre, Introducción, dans La Lozana Andaluza, Madrid : Cátedra, 1985.

34 M. MENÉNDEZ PELAYO, op. cit., p. 55.

35 La Lozana, tit. p. 3.

36 Pour une mise au point récente sur la question, voir Patricia BOTTA, « La Celestina » vibra en « La Lozana », Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes.

37 Delicado se charge également de l'édition de l'Amadís de Gaula de 1533, du Primaleón de 1534, et probablement de celle de la Cárcel de Amor de 1531, cf. Folke Gernert, Prólogo, dans La Lozana, p. XXXVI-XXXIX. Pour une découverte récente d'un exemplaire de l'Amadís vénétien, voir Óscar Perea Rodríguez, « Un nuevo ejemplar del Amadís de Gaula veneciano de 1533 en la biblioteca de la Universidad de Arkansas », Tirant, 12, 2009, p. 151-163.

38 La Lozana, grav. p. 187. Utilisée pour l'édition vénitienne de 1523, Delicado la réemploiera pour ses propres éditions de l'œuvre de Rojas, en 1531 et 1534.

39 Ibid., m. LII, p. 254.

40 Ibid., m. LIIII, p. 267.

41 Ibid., m. XLVII, p. 236. Voir également la gravure p. 237.

42 Cela contredit l'opinion de certains critiques, selon laquelle La Lozana est une œuvre sortie de nulle part. Ce n'est pas là que réside sa singularité, par ailleurs indéniable.

43 Ces deux œuvres ont d'ailleurs connu un sort similaire. Je cite Laura Puerto Moro : « Resulta casi tópico al hablar de la compilación en que se integra la anónima Carajicomedia, el Cancionero de obras de burlas provocantes a risa (Valencia: Juan de Viñao, 1519), aludir al juicio valorativo de Rodríguez-Moñino sobre la sección del Cancionero general de la que se desgaja: «No creemos que en el Siglo de Oro se haya estampado un conjunto tan obsceno »[dans son édition de Hernando del Castillo, Cancionero general (Valencia, 1511), Madrid : Real Academia Española, 1958, p. 18]. Una procacidad que, sin duda, lo convirtió en producto vetado de la España contra-reformista y que, en conjunción con la caducidad paródico-humorística de muchos de sus contenidos, lo abocaba a pérdida histórica de la que parece salvarse, milagrosamente diríamos, a través de un único ejemplar conservado fuera de tierras peninsulares, en la British Library. », cf. Laura PUERTO MORO, « Sobre el contexto literario e ideológico de La Carajicomedia », Atalaya, 12, 2011. URL : http://atalaya.revues.org/824. Consulté le 27 janvier 2012.

44 Voir aussi La Lozana, m. XXIIII, p. 128, m. XXVI, p. 138, m. XXXIIII, p. 176 et m. XLVIII, p. 240.

45 Cf. supra, note 31, p.1.

46 Ibid., m. XXXVII, p. 189. Delicado pourrait avoir corrigé l'édition de la Cárcel de Amor publiée à Venise, voir Folke GERNET, Prólogo, p. XXXVIII, dans La Lozana.

47 Jacques JOSET, Estudio preliminar, p. XIX-XXII, dans La Lozana.

48 « No hay mucha distancia entre la proximidad fonológica, la sustancia sonora, de los significantes « loçano » (bien dotado por la naturaleza, adjetivo muy utilizado en toda la literatura medieval) y el nombre propio del cínico de Samosata », in : Simón Guadalajara Solera, Historia, arte y estilo de la Lozana Andaluza, Cuenca : Universidad Nacional de Educación a Distancia, 1990, p. 9.

49 La Lozana, m. XXIX, n. 1, p. 148 et note complémentaire 148.1.

50 Ibid., m. LI, n. 12 p. 250 et n. c. 250.12.

51 Ibid., m. XXXVII, p. 191, m. XXXIX, p. 200 et p. 201.

52 Ibid., m. XX et XXI, p. 101-108.

53 Ibid., m. XLVII, p. 230-236.

54 Cf. infra, note 56, p. 1.

55 Lozana n'y fait allusion qu'une seule fois, et encore, incidemment et sous le coup de la colère, en parlant d'une femme avec laquelle elle s'est disputée: « que estaba determinada comerle las sonaderas por que me paraciera », ibid., m. VII, p. 33.

56 Ibid., m. VI, p. 31. Lozana répète sa version des faits un peu plus loin, m. VIII, p. 36.

57 Ibid., m. VII, p. 33.

58 María Luisa García-Verdugo, La Lozana andaluza y la literatura del siglo XVI: La sífilis como enfermedad y metáfora, Madrid : Pliegos, 1994.

59 La Lozana, m. XII, p. 51; m. LIII, p.257; m. LIIII, p. 268-269.

60 El modo de adoperare el legno de india occidentale, apparemment publié à Rome en 1526 (?), puis réédité à Venise en 1529.

61 « Y si dijeren que por qué perdí el tiempo retrayendo a la Lozana y a sus secaces, respondo que, siendo atormentado de una grande y prolija enfermedad, parecía que me espaciaba con estas vanidades », La Lozana, exc., p. 329.

62 Manuel da Costa Fontes, The Art of Subversion in Inquisitorial Spain: Rojas and Delicado, West Lafayette : Purdue Studies in Romance Literatures, vol. 30, 2005, p. 186.

63 La Lozana, arg. p. 9.

64 Ibid., arg. p. 10.

65 Voir notamment C. ALLAIGRE, Introducción, dans La Lozana Andaluza, Madrid : Cátedra, 1985, p. 45-61, complété dans son article « La Lozana Andaluza : notes textuelles », Bulletin Hispanique, Tome 112, n°1, juin 2010, p. 51, et T. BUBNOVA, F. Delicado puesto en diálogo, chapitre IV, p. 153-188.

66 La Lozana, epí. autor, p. 336. Et aussi: « Espero en el Señor eterno que será verdaderamente retrato para mis prójimos », dig., p. 350.

67 T. Bubnova, F. Delicado puesto en diálogo..., chap. III, p. 116-152.

68 Tatiana Bubnova parle de « evolución de la obra desde una categoría no oficial destinada a lecturas en un ambiente en que no pretendía obtener la aceptación social de la institución literaria, hacia el nivel de producción impresa, en que habría de cubrir ciertas exigencias de intención moral y decoro », ibid., p. 10.

69 La Lozana, m. XII, p. 48; m. XV, p. 71, etc.

70 Ibid., m. XLII, p. 217. La contradiction apparente pourrait aussi être volontaire et constituer une sorte de clin d'œil ironique au lecteur attentif et complice.

71 Ibid., ded., p. 5-6 et note 6.15. Voir à ce sujet le commentaire de ALLAIGRE, Sémantique et Littérature, p. 14-15.

72 Voir aussi José Manuel MARTÍN MORÁN, « Memoria e identidad en La Lozana andaluza », Artifara [En ligne], 2, 2003. URL: http://www.cisi.unito.it/artifara/rivista2/testi/lozana.asp. Consulté le 6 avril 2012.

73 La Lozana, tab., p. 331.

74 C. Allaigre, Introduction, p. 26-45.

75 M. da Costa Fontes, The Art of Subversion in Inquisitorial Spain…, p. 171.

76 La Lozana,m. LXIII, p. 312.

77 Ibid., m. XXIIII p. 130, m. XLII, p. 217.

78 J. M. Martín Morán, art. cit. p. 9.

79 Ainsi, les personnages de Silvio/Silvano sont analysé par Allaigre comme d'autres doubles de Delicado, voir notamment F. Delicado, La Lozana andaluza, note 42, p. 296. La répartition quelque peu confuse de leurs répliques au mamotreto XXIIII pourrait alors s’expliquer par la décision de Delicado de scinder le personnage de Silvano pour intégrer la figure de l'Autor.

80 La Lozana, m. XXIIII, p. 119.

81 Ibid., m. XLII, p. 213.

82 « y yo no me partiré de aquí sin ver el trato que esta mujer tiene », ibid., m. XLIII, p. 218-219.

83 Ibid., m. XLII, p. 213.

84 Ibid., m. XIIII, p. 65. Cela d'autant plus que, si l'on en croit Delicado, il n'a écrit que « lo que oí y vi ».

85 Ibid., m. IIII, p. 24-25.

86 Voir notamment C. Allaigre, Introduction, p. 101-102 et les notes p. 183-185, et Carla PERUGINI, « I sensi della Lozana: analisi polisemica del mamotreto IV del Retrato de laLozana Andaluza », in : Domenico Antonio Cusato et Loretta Frattale (éd.), LA PENNA DI VENERE. SCRITTURE DELL AMORE NELLE CULTURE IBERICHE, Atti del XX Convegno della Associazione Ispanisti Italiani, Messina : Lipolis, 2002, p. 245-254.

87 « Es curioso notar cómo la semidoncella puede vender su anillo y con él llegar hasta su destino final. Desde luego Delicado se refiere al diminutivo cazurro de “ano/anillo” (“culus/cunnus”) para burlarse e ironizar nuevamente acerca de su protagonista. Una vez más la venta reiterada de su anillo saca a la heroína de la indigencia absoluta. » in : Louis Imperiale, « Escritura y erotismo en La Lozana Andaluza : la lengua que pega al cuerpo », La Corónica, 38.1, 2009, p. 300-301. Voir aussi Carla PERUGINI, « I sensi della Lozana… », p. 250.

88 La Lozana, m. LXIIII, p. 314.

89 Ibid., ded. , p. 6.

90 Ibid., m. VII, p. 31.

91 Ibid., m. XIIII, p. 62.

92 « Pasico, bonico, quedico, no me ahinquéis. Andá conmigo, ¡por ahí van allá! ¡Ay, qué priesa os dais, y no miráis que está otrie en pasamiento sino vos! Catá que no soy de aquellas que se quedan atrás. Esperá, vezaros he: ¡ansí, ansí, por ahí seréis maestro! ¿Veis cómo va bien? Esto no sabiedes vos; pues no se os olbide », ibid., m. XIIII, p. 61-62. Et aussi, dans les mêmes circonstances: « A la par, a la par, lleguemos a Jodar », m. XXII, p. 110.

93 Par exemple, ibid., m. XXXVII, p. 193-194, lorsque Lozana met en doute la virilité d'un homme, Patrón, qui requiert ses services d'entremetteuse : « Patrón.- ¡Oh, pese a tal! ¿Y eso decís? ¡Por vida de tal, que lo habéis de probar, por que tengáis qué contar! / Lozana.- ¡Ay, ay, por el siglo de vuestro padre, que no me hagáis mal, que ya basta! / Patrón.- ¡Mal le haga Dios a quien no os lo metiere todo, aunque sepa ahogaros! ¡Y veréis si estoy ligado! ¡Y mirá cómo desarmo! / Lozana.- ¡Tal frojolón tenés! ».

94 Ibid., exc., p. 329.

95 Ce jeu ironique n'épargne pas le sommet de la hiérarchie catholique, comme le remarque Louis Imperiale à propos de l'arrivée de Lozana à Rome, lorsque « el Santo Padre iba a encoronarse », ibid., m. VI, p. 28 : « Nótese la broma que propone Delicado alrededor de “encoronarse” (enco[r/j]onarse) », L. Imperiale, « La lengua..», n. 22, p. 303.

96 La Lozana, m. LXII, p. 308. Elle précise à propos de la vergüenza qu'elle n'est pas un impératif moral intériorisé mais bien imposé : « la cual ocupa que no se haga lo que se piensa », ibid., m. LXII, p. 309.

97 Ibid., m. LXI, p. 304-305.

98 Ibid., m. XXXVIII, p. 198.

99 C’est ce dont l’avertit le Valijero vers la fin de son présentation de la prostitution à Rome: « Lozana.- [...] ¿Todas tienen sus amigos de su nación? / Valijero.- Señora, al principio y al medio, cada una le toma como le viene; al último, francés, porque no las deja hasta la muerte », ibid., m. XXI, p. 108 ; voir aussi ibid., m. XXX, p. 154.

100 Ibid., m. XLIX, p. 244.

101 Ibid., m. XLIIII, p. 223.

102 Ibid., m. XLV, p. 227.

103 « Y como ella tenía gran ver e ingenio diabólico y gran conoscer, y en ver un ombre sabía quanto valía y qué tenía, y qué la podía dar, y qué la podía ella sacar. Y mirava también cómo hazían aquellas que entonces heran en la cibdad, y notava lo que le parescía a ella que le avía de aprovechar, para ser siempre libre y no sujeta a ninguno, como después veremos », ibid., m. V, p. 26.

104 Ibid., m. XXII, p. 113.

105 « no me empaché jamás con casadas ni con virgos, ni quise vender mozas ni llevar mensaje a quien no supiese yo cierto que era puta, ni me soy metida entre hombres casados, para que sus mujeres me hagan desplacer, sino de mi oficio me quiero vivir », ibid., m. XXXI, p. 159. « Yo puedo ir con mi cara descubierta por todo, que no hice jamás vileza, ni alcagüetería, ni mensaje a persona vil », ibid., m. XXXIX, p. 202.

106 Ibid., m. XLII, p. 213.

107 Qui n'agit pas que sur les hommes d'ailleurs, puisque la tante de Rampín déclare « yo quisiera ser hombre, tan bien me ha parecido », ibid., m. XIIII, p. 58.

108 Elle refuse toujours ses services de medianera sous prétexte de devoir régler des dépenses, ce qui amène les hommes à les régler directement pour qu'elle soit immédiatement à leur disposition pour les aider à assouvir leurs désirs érotiques. De même, elle prétend devoir livrer des produits de beauté à une rivale pour susciter la convoitise des courtisanes, qui s’empressent alors de les lui acheter plus cher. En se prétendant indispensable comme entremetteuse, elle touche sa commission d'intermédiaire, en nature ou en biens, etc.

109 C'est ce que qui a frappé Louis Imperiale lors d'une seconde lecture de l'œuvre : « lo que impactó más al sacerdote andaluz, creo ahora, fue la energía vital, la dinámica de las transacciones financieras y el ritmo frenético del mundo pre-capitalista de los negocios », L. Impériale, « Amores y negocios… », p. 178.

110 La Lozana, m. XXVI, p. 134-137.

111 Ibid., m. LIIII, p. 265.

112 Ibid., m. V, p. 25. De même, lorsque l'Autor l'aperçoit pour la première fois, un compañero la lui décrit par ces mots: « La mayor embaidera es que nació », ibid., m. XXIIII, p. 122.

113 « Será mi fin: estarme he reposada. Y veré mundo nuevo, y no esperar que él me deje a mí, sino yo a él. Ansí se acabará lo pasado, y estaremos a ver lo presente, como fin de Rampín y de la Lozana », ibid., m. LXVI, p. 325.

114 Emprunté au latin classique, contaminare « souiller par contact », de cum « avec » et taminare « souiller », au sens figuré attesté de « dépraver, corrompre ». Ce verbe prend son sens médical avec la multiplication des épidémies de peste, et est employé lors de l'apparition de la syphilis.

115 Ibid., m. LXVI, p. 318-322.

116 Voir Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 219 et 229.

117 Lozana monopolise tellement la narration que l'exposé de son plan suffit pour raconter l'histoire.

118 La Lozana, m. LV, p. 274. De plus, d'après Lozana, prétendre guérir de la syphilis est la plus grande des folies, or c'est précisément ce qu'elle fait dans l'œuvre, ce qui renforce l'identification.

119 Au sens de prosopon, le masque des acteurs du théâtre grec antique.

120 Voir Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 232-233.

121 La Lozana, m. XL, p. 204.

122 Ibid., m. LIIII, p. 262.

123 Ibid., exc. p. 330.

124 « Ignarus, non gnarus, id est inscius, id est sine naribus. Olfecisse enim veteres scisse dicebant.
Ignarus, que no conoce (non gnarus) es decir, ignorante, o sea, sin olfato (sine naribus), pues los antiguos a 'olfatear' le daban el sentido de 'saber' », San Isidoro de Sevilla, Etimologías, José Oroz Reta y Manuel-A. Marcos Casquero (éd.), Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, La Editorial Católica, 1982, vol. I, X, 142, p. 827.

125 La Lozana, gra. p. 11.

126 D'ailleurs, la mujer ventanera qui apparaît dans cette maison pourrait bien être Lozana elle-même.

127 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, vol. I, X, 70, p. 813.

128 La Lozana, m. I, p. 13.

129 Voir ibid., m. I, p. 13, note 3 et n. c. 13.3.

130 Ibid., m. XXXVI, p. 185.

131 Ibid., m. I p. 14. Au mamotreto II, elle évoque aussi sa grand-mère, à qui elle doit ses connaissances culinaires, et son grand-père, qui se régalait de ses albondiguillas, ibid., m. II p. 15. Les doubles sens érotiques évidents ne me semblent pas hypothéquer une lecture au premier degré, mais plutôt la compléter.

132 Ibid., m. XV, p. 71.

133 Ibid., exc. p. 330.

134 Cf. supra, p. 1 et note 81

135 Felisa Bermejo, « La diáspora sefardí en Italia a raíz de la expulsión de España en 1492 de los judíos », Artifara, 1, luglio-dicembre 2002, URL:  http://www.artifara.com/rivista1/testi/Bermejo.asp. Consulté le 23 février 2012.

136 Rappelons que, dans la tradition juive, la religion se transmet par voie maternelle.

137 La Lozana, m. IIII, p. 22.

138 « dal contesto mi azzardo a leggere il nome dell'eroina come "lo sana".[…] Del resto il libro abbonda di episodi di "sanidad" recuperata attraverso l'intervento della prota- gonista, senza escludere neanche la contaminazione con il vocabolo ebraico "Zanah", che significa prostituta. », in C. Perugini, « I sensi della Lozana… », p. 250.

139 La Lozana, m. LXVI, p. 325.

140 Cet usage n'est attesté qu'à partir du milieu du XVIe siècle ; il perdurera encore au XXe siècle sous le régime mussolinien.

141 « ¿por qué más se fue la Lozana a vivir a la ínsula de Lípari que a otra parte? Porque antiguamente aquella ínsula fue poblada de personas que no había sus pares, de adonde se dijeron li pari, los pares. Y dicen en italiano: « li pari non si trovano », que quiere decir: 'no se hallan sus pares'. Y era que, cuando un hombre hacía un insigne delito, no le daban la muerte, mas condenábanlo a la ínsula de Lípari. », ibid., tab., p. 331.

142 Ibid., exc. p. 348.

143 Les Andalouses tout d’abord, puis la Sogorbesa, la Mallorquina, la Napolitana jumillera, la lavandera de Nájara, identifiées comme conversas également par les métiers de leurs maris, ibid., m. IX, p. 37.

144 Ibid., m. IX, p. 37.

145 « y, si los sabe torcer, ahí veremos si es denobis, y si los tuerce con agua o con aceite. » ibid., m. VII, p. 34. À noter l'emploi ironique du terme latin, qui semble renvoyer au ora pro nobis du « Je vous salue Marie » chrétien.

146 Voir F. GERNERT, Prólogo, ibid., p. XXIX-XXXI.

147 « Aunque lo sea, se hará cristiana linda. […] Antes de ocho días sabrá toda Roma, que ésta en son la veo yo que con los cristianos será cristiana, y con los jodíos, jodía, y con los turcos, turca, y con los hidalgos, hidalga, y con los ginoveses, ginovesa, y con los franceses, francesa, que para todos tiene salida. », ibid., m. IX, p. 33 et 38.

148 « bueitres de rapiña [...] ; como dijo Apuleyo, “bestias letradas” », ibid. m. LX, p. 300.

149 Ils se plaignent que Lozana leur enlève des clients en les soignant, ce qui est de la concurrence déloyale. Ils prescrivent des remèdes inefficaces mais douloureux, afin d'être au moins capables de faire cesser les douleurs qu'ils ont eux-même provoquées, ibid., m. LIX, p. 295-297.

150 « que tiene una nariz como ansa de cántaro y el pie como remo de galera, que anoche la vino acompañar, ya tarde », ibid., m. VII, p. 32.

151 « Lozana.- Más triunfo lleva un mameluco. / Rampín.- Los cardenales son aquí como los mamelucos. / Lozana.- Aquéllos se hacen adorar. / Rampín.- Y éstos también. / Lozana.- Gran soberbia llevan. / Rampín.- El año de veinte y siete me lo dirán. / Lozana.- Por ellos padeceremos todos. / Rampín.- Mal de munchos, gozo es. », ibid., m. XII, p. 48.

152 Ibid., m. XII, p. 48.

153 Ibid., m. LVIII, p. 292.

154 Ibid., m. XVII, p. 80.

155 Ibid., m. XXII, p. 110.

156 Ibid., m. XXIIII, p. 120.

157 La concubine, qui vit des rentes de l'abbaye, s'exprime de la sorte : « El despachar de las buldas lo pagará todo, o cualque minuta. Ya sabes, Lozana, como viene los dos mil ducados del abadía, los mil son míos y el resto poco a poco. », ibid., m. XXXIII, p. 170. Un cas similaire est évoqué plus loin, ibid., m. XXXV, p. 178.

158 Ibid., tab. p. 331.

159 « el buen jodío de la paja hace oro », ibid., m. XVI, p. 76.

160 Lozana se plaint à un page: « estoy enojada porque me contrahicistes en la comedia de carnaval », ibid., m. XXIX, p. 148.

161 Ibid., m. XXXV, p. 179.

162 « ¡Que mala pascua les dé Dios! », ibid., m. XXXIII, p. 167.

163 Cf. Antonio Chas Aguión, « Querellas burlescas e ingeniería retórica en el Cancionero de Baena », La Corónica, 38.1, 2009, p. 191-210 ; M. da Costa Fontes, The Art of Subversion..., chap. II; L. PUERTO MORO, « Sobre el contexto ... »; Barbara F. Weissberger, « Grotesque bodies : insulting conversos and women in the Cancionero de obras de burla provocantes a risa », La Corónica, 38.1, 2009, p. 259-291.

164 La Lozana, m. XXXIIII, p. 176.

165 Voir M. da Costa Fontes, The Art of Subversion..., p. 204-205.

166 La Lozana, m. XII, p. 55.

167 Voir le chapitre « The Idea of “Limpieza”, dans « Celestina, La Lozana andaluza, and Other Literary Works » in : Manuel da COSTA FONTES, The Art of Subversion ..., p. 79-100.

168 La Lozana, m. II, p. 16.

169 Ibid., m. LII, p. 254.

170 Ibid., m. LXV, p. 317. Comme le rappelle Juan Ruiz, citant Aristote, « el mundo por dos cosas trabaja: la primera,/por aver mantenencia; la otra cosa era/por aver juntamiento con fenbra plazentera », Juan RUIZ, Arcipreste de Hita, Libro de Buen Amor, G. B. Gybbon-Monypenny (éd.), Madrid : Castalia, 1998, p. 123.

171 À Cordoue, patrie de Delicado, l'inquisiteur Pedro Martínez del Barrio était accompagné par le bachiller Álvar García de Capillas et le bachiller Antón Ruiz del Morales. Ils réalisèrent 9 autos de fe entre 1485, 1486 et 1492, brûlant sur le bûcher, pour le seul dernier, 24 hommes et 7 femmes. cf. John EDWARDS, La España de los Reyes Católicos, in : John Lynch (dir.), Historia de España, Madrid : El País, 10, p. 114-115.

172 Voir notamment le chapitre VII déjà cité de da Costa Fonte, « The Art of Subversion... ».

173 La Lozana, m. VII, p. 33.

174 Ibid., m. XXXV, p. 179-180.

175 Voir C. ALLAIGRE, La Lozana Andaluza, note 12, p. 508.

176 La Lozana, dig. p. 350.

177 Ibid., exc. p. 330.

178 « El proceso es, en definitiva, inseparable de la progresiva solenización de Iglesia y Estado sobre la que se construyen las naciones modernas [...] paulatina y paralelamente, el humor ligado a lo bajo-corporal quedaba identificado con la «vulgaridad» –en su sentido más estigmatizado–, sobreviviente, como mucho, en el pliego suelto. », dans L. PUERTO MORO, « Sobre el contexto ... », par. 39, p. 17.

179 « In a society like fifteenth-century Castile that is increasingly concerned with policing religious, class, and sexual boundaries, it is hardly surprising to find that anxieties of contamination would center on such corporeal access points [...] With the appearance of syphilis at the end of the fifteenth century and its epidemic spread throughout Europe at the beginning of the sixteenth, the perceived relationship of Jew and prostitute to the transmission and meaning of that disease enhanced the identification of both groups as outsiders », B. F. Weissberger, « Grotesque bodies... », p. 264 et 270.

180 Il exprimait entre autres l'inquiétude que lui inspirait le sort des filles de familles frappées par l'Inquisition, ostracisées et donc condamnées à tomber à terme dans la prostitution. C'est métaphoriquement le parcours emprunté par Lozana et ses « sœurs en amours ».

181 La Lozana, ded. p. 6.

182 Voir l'édition de C. ALLAIGRE, 1985, note 10, p. 170.

183 « El libro de Delicado, pues, facilita el segundo episodio de la historia de esta generación perdida de conversas andaluzas », Angus MacKay, « El problema converso en la literatura del Renacimiento », Manuscrits, 11, 1993, p. 138.

184 La Lozana, m. XVII, p. 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Castan, « La Lozana andaluza ou l’art de contaminer le lecteur », e-Spania [En ligne], 16 | décembre 2013, mis en ligne le 22 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/22874 ; DOI : 10.4000/e-spania.22874

Haut de page

Auteur

Alain Castan

U. Bordeaux 3, Ameriber

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org