Navigation – Plan du site
Varia

Les ordres militaires hispaniques et l’économie cistercienne. Le temporel des sœurs de Calatrava (XIIIe-XVe siècles)*

Ghislain Baury

Résumés

Cette recherche vise à apprécier la pertinence des modèles économiques cisterciens pour les établissements de l’ordre de Calatrava en se focalisant sur le cas des abbayes féminines, Pinilla et surtout San Felices dont l’important chartrier reste mal connu. Au XIIIe siècle, elles suivirent l’exemple des communautés de moniales cisterciennes de Castille : l’aspect de leur temporel et son évolution découlait entièrement du patronage exercé par un lignage de ricoshombres. Elles firent ensuite des choix originaux de manière indépendante, en privilégiant le prélèvement seigneurial en grains sur les communautés rurales voisines. Les liens institutionnels avec la milice de Calatrava ou l’ordre cistercien influèrent peu sur leurs stratégies économiques. Elles rompirent finalement avec leur environnement rural au début de l’époque moderne sous l’impulsion des souverains.

Haut de page

Texte intégral

  • * Les premiers résultats de cette recherche furent présentés lors de la journée d’études « Chevaliers (...)
  • 1 Philippe JOSSERAND, Eglise et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le roy (...)

1Les ordres militaires hispaniques qui apparurent entre 1158 et 1217 reçurent des possessions localisées dans la partie méridionale de la péninsule Ibérique, à proximité de la frontière avec al-Andalus. Leur organisation économique reflétait cette situation originale par rapport aux ordres de Terre Sainte, dont les commanderies étaient très éloignées du front militaire qu’elles étaient destinées à soutenir. Philippe Josserand a démontré qu’ils passèrent la première phase de leur existence à vivre d’une économie de guerre fondée sur la gestion du butin, bétail et prisonniers, et l’organisation de l’approvisionnement des expéditions militaires au sein de territoires structurés autour de châteaux. Ce fut seulement au milieu du XIIIe siècle qu’ils mirent en place une politique d’exploitation pacifique des terres caractérisée par l’organisation des commanderies, unités domaniales contrôlées plus ou moins étroitement par le maître de l’ordre. Dans un troisième temps, au cours du XIVe siècle, ils devinrent des rentiers vivant des revenus de l’autorité seigneuriale – revenus qu’ils développaient en attirant la population sur leurs domaines – de leurs rentes ecclésiastiques et de leurs activités pastorales. Ces dernières s’articulèrent longtemps autour de l’élevage bovin avant de s’orienter tardivement, au XVe siècle, vers l’élevage ovin transhumant dont ils bénéficièrent surtout en tant que bailleurs de terres1.

  • 2 Carlos DE AYALA MARTÍNEZ, « La Orden del Císter y las órdenes militares », in : José Albuquerque Ca (...)
  • 3 Robert FOSSIER, La vie économique de l’abbaye de Clairvaux, de l’origine au XVIe siècle, Paris, thè (...)
  • 4 Emma SOLANO RUIZ, La Orden de Calatrava en el siglo XV. Los señoríos castellanos de la orden al fin (...)
  • 5 Enrique RODRÍGUEZ-PICAVEA, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los seño (...)
  • 6 Luis Rafael VILLEGAS DÍAZ, « Las encomiendas de la orden de Calatrava : modelo y transformaciones » (...)
  • 7 Luisa NAVARRO DE LA TORRE, « El modelo económico cisterciense y la orden de Calatrava », in : ibid. (...)
  • 8 Philippe JOSSERAND, op. cit., en particulier p. 322 et 326.
  • 9 Charles Higounet fut le premier à opérer la distinction entre « économie cistercienne » et « économ (...)

2Plusieurs de ces ordres nationaux avaient été créés et évoluèrent avec la participation directe ou indirecte des moines cisterciens. Calatrava, fondé par l’abbé cistercien de Fitero en 1158, adopta ainsi une règle d’inspiration cistercienne en 1164, puis fut subordonné à Morimond, l’une des quatre « première filles » de Cîteaux, en 1186. Les liens des ordres d’Avis et d’Alcántara avec les moines blancs furent sans doute plus lâches et sont surtout beaucoup moins bien documentés2. Seule la milice de Santiago n’eut aucun rapport avec les disciples de Robert de Molesme. Pourtant la question de l’influence du modèle économique cistercien fondé sur le faire-valoir direct, mis en évidence dans les années 1950 et 1960 par Robert Fossier et Charles Higounet notamment, n’a jamais été véritablement résolue3. Les pratiques de l’ordre de Calatrava ont fait l’objet de deux études spécifiques qui ne permettent pas d’y répondre : Emma Solano Ruiz, dans sa thèse sur le XVe siècle, a axé sa réflexion sur le repeuplement4 ; Enrique Rodríguez-Picavea a pour sa part focalisé ses recherches doctorales concernant les débuts de l’ordre sur le caractère seigneurial des commanderies et leur chronologie, qu’il considérait précoce5. Il s’opposait sur ce point à Luis Rafael Villegas Díaz et ses élèves, qui démontrèrent que la création des encomiendas ne pouvait être antérieure au milieu du XIIIe siècle6. Pour la période antérieure, Luisa Navarro de la Torre a cru pouvoir conclure que l’organisation économique de Calatrava se caractérisait par la coexistence de territoires structurés par des châteaux et d’autres organisés à la manière cistercienne autour de granges employant des convers et des salariés7. Philippe Josserand a cependant réfuté la seconde partie de cette hypothèse en démontrant que l’on ne pouvait considérer les casas mentionnées par les sources comme des granges, et que l’on pouvait seulement observer une plus grande autonomie locale des ordres ibériques « cisterciens » par rapport aux autres8. L’étude des rapports entre l’économie des ordres militaires et l’économie cistercienne doit par ailleurs tenir compte de l’évolution propre de ce dernier modèle. Au cours de la seconde moitié du XIIe siècle, les cisterciens cessèrent en effet d’appliquer à la lettre leurs règlements originels. Il passèrent à un nouveau paradigme, baptisé « économie des cisterciens », qui combinait l’exploitation directe au moyen des granges avec l’exploitation rentière des villas, par la perception des dîmes notamment, et s’accompagnait d’une stratégie d’expansion volontariste de leurs temporels9.

  • 10 Anthony LUTTRELL et Helen J. NICHOLSON (dir.), Hospitaller Women in the Middle Ages, Ashgate : Alde (...)
  • 11 Agustín UBIETO ARTETA, El real monasterio de Sigena (1188-1300), Valence : Anubar, 1966.
  • 12 María ECHÁNIZ SANS, Las mujeres de la orden militar de Santiago en la Edad Media, Salamanque, 1992.
  • 13 Ghislain BAURY, Les religieuses en Castille. Patronage aristocratique et ordre cistercien, XIIe-XII (...)

3La présente recherche aspire à combler partiellement ce vide historiographique en entamant la réflexion par les maisons féminines pour lesquelles le déficit d’études est le plus flagrant. Peu de synthèses ont été tentées : tout au plus peut-on relever l’existence d’un ouvrage collectif sur les établissements féminins de l’Hôpital en Occident, suggérant qu’ils disposaient d’une moindre autonomie dans la gestion de leurs biens que leurs homologues masculins, étant soumis à une forme de contrôle de la part de leur ordre10. Deux monographies revêtent pour la péninsule Ibérique un plus grand intérêt. La communauté hospitalière de Sigena fut tout d’abord étudiée par Agustín Ubieto Arteta dans les années 1960 sous l’angle de l’histoire générale de la société féodale11. Au tournant des années 1990, la maison santiaguiste de Sancti Spiritus de Salamanque a ensuite fait l’objet d’une thèse doctorale qui accordait une place importante à son patrimoine foncier. Adoptant la perspective du genre, María Echaniz Sans a montré que le temporel des communautés féminines ressemblait à celui des frères de la milice de Santiago mais pâtissait de la condition féminine des propriétaires, notamment pour la gestion des difficultés économiques du Moyen Âge tardif12. Ces références concernent cependant des ordres militaires n’ayant pas de liens avec Cîteaux. Il conviendra donc également de confronter ces cas avec le modèle proposé par les abbayes féminines de cet ordre, l’« économie des cisterciennes », caractérisées par le contrôle étroit qu’exerçaient des patrons, des ricoshombres, membres de la très haute noblesse castillane13.

  • 14 Dans sa synthèse classique sur l’histoire de Calatrava, Francis Gutton n’avait accordé à chacun de (...)
  • 15 Carlos DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya, monasterio medieval de la orden de Calatrava », i (...)
  • 16 Rafael SÁNCHEZ DOMINGO, Las monjas de la orden militar de Calatrava. Monasterio de San Felices (Bur (...)

4Parmi les ordres militaires « cisterciens » de la péninsule Ibérique, Calatrava fut le seul à proposer une solution aux épouses de ses nouvelles recrues. Il fonda deux maisons féminines, San Salvador de Pinilla et San Felices de Barrios – aussi appelée San Felices de Amaya – presque au même moment, en 1218 et 1219, dans ses possessions les plus septentrionales, les plus éloignées de la frontière avec al-Andalus donc, et en zone rurale. D’importants vestiges subsistent sur les deux sites aujourd’hui abandonnés : celui de Pinilla est conservé en totalité mais à l’état de ruine dans l’actuelle commune de Pinilla de Jadraque (province de Guadalajara) ; à San Felices, l’abbatiale est probablement le seul témoin actuel du monastère médiéval : restaurée, elle sert aujourd’hui d’église paroissiale pour les habitants de Barrio de San Felices, dans la province de Burgos. Les communautés ont toutes deux survécu après de multiples déménagements, celle de San Felices se trouvant aujourd’hui à Burgos même et celle de Pinilla à Moralzarzal, dans une zone montagneuse du nord de la région madrilène. Leurs archives connurent des destinées diamétralement opposées : celles de Pinilla ont disparu en totalité tandis que San Felices a préservé les siennes pratiquement intactes. Elles comptent aujourd’hui 135 pièces médiévales qui fournissent l’essentiel de la matière de cette recherche. Cette quantité relativement modeste de documentation permet de prolonger la réflexion sur la totalité de l’histoire médiévale du monastère jusqu’à la date de 1489 qui marque le passage de l’ordre de Calatrava sous la tutelle directe de la monarchie. San Felices a fait l’objet de deux recherches qui l’ont partiellement tirée de l’ombre14. Carlos de Ayala Martínez a consacré un article à l’histoire médiévale de son temporel où il a tenté d’en dégager les principales phases. Mais, ignorant l’existence du fonds privé de la communauté, il a exclusivement bâti son raisonnement sur la trentaine de textes conservés dans le fonds des ordres militaires de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid15. Une chronique érudite de l’abbaye a ensuite été réalisée à partir des archives de la communauté, mais sans tenir compte des textes madrilènes complémentaires ; l’ouvrage livre également quelques notes sur l’histoire de Pinilla16. L’analyse rigoureuse de la totalité des archives médiévales de San Felices reste donc à mener pour approcher l’histoire économique des religieuses de Calatrava.

L’influence limitée du modèle économique des ordres militaires

5Les pratiques économiques observées chez les sœurs de Calatrava doivent tout d’abord être mesurées à l’aune du modèle proposé par les ordres militaires en général, par celui de Calatrava en particulier, mais aussi être rapportées aux solutions mises en œuvre dans d’autres communautés féminines des ordres militaires.

Le rôle clef de Calatrava dans la formation du temporel de San Felices

  • 17 Valentín DE LA CRUZ, « Epílogo sobre el monasterio de la Concepción real de Moralzarzal », in : R. (...)
  • 18 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ordres Militaires (OM), Registro de Escrituras de Calatrava, I (1 (...)
  • 19 Archivo de las Madres de Calatrava de Burgos (ou Archives de San Felices, désormais ASF), Arcón, P- (...)

6Si la milice n’avait pas semblé impliquée dans la fondation de l’abbaye de Pinilla, créée sur le patrimoine d’un groupe aristocratique et grâce au soutien institutionnel de l’évêque, elle joua en revanche un rôle décisif dans le processus de fondation de San Felices17. Le temporel initial fut fourni en partie par un couple d’aristocrates et en partie par Calatrava, qui lui offrit plusieurs propriétés parmi lesquelles le site d’implantation du monastère, San Felices. En 1219, les sœurs entrèrent en effet dans un ensemble déjà bâti, une « maison » (domus) de l’ordre, c’est-à-dire une commanderie18. Précoce, elle appartenait à la première génération du début du XIIIe siècle. Elle provenait d’une donation faite à l’ordre en 1188 par le roi de Castille, Alphonse VIII, dont le texte désignait déjà l’ensemble de San Felices comme un monasterium, ce qui implique qu’il avait hébergé au préalable une communauté religieuse19. Elle englobait une exploitation agricole et les dépendants (collazos) qui y travaillaient. La manière d’évoquer les lieux comme des hameaux (barrios) dépendant d’une villa voisine, Quintanilla de Ríofresno, située à deux kilomètres de là, suggère un espace récemment peuplé et fonctionnant de manière autonome avec des paysans fixés à proximité du centre d’exploitation. San Felices reçut par ailleurs trente tenures (pagi) à Quintanilla de Ríofresno, ce qui donne une idée de l’importance de sa population et de la dépendance de ses habitants vis-à-vis de l’abbaye dès ses origines.

  • 20 ASF, P-42.
  • 21 ASF, P-5 : « villam Sancti Felicis qui vulgo abbatia vocantur ». Notons que le texte distingue cett (...)

7La transformation par les frères de Calatrava du « monastère » de San Felices en « maison » de l’ordre suggère une continuité dans l’exploitation de la propriété pendant ces trente années plutôt qu’une rupture. Les frères percevaient ou au moins revendiquaient localement la dîme et les droits de sépulture au sujet desquels ils se querellèrent en 1209 avec l’évêque de Burgos20. L’ensemble cédé en 1219 par le maître de Calatrava comprenait une réserve de quatre journaux (iuga boum) de terre céréalière et un cheptel d’une centaine de têtes, essentiellement des ovins, un nombre comparable à celui observé habituellement dans les commanderies de Calatrava. Il s’agissait en fin de compte d’une communauté rurale occupée par des religieux : la confirmation pontificale de 1247 précisait que la villa de San Felices et ses barrios étaient communément appelés « l’abbaye »21.

  • 22 ASF, P-12 : « absoluo itaque uobis Quintanellam de Riofrexnos cum Los Barrios a pecto, uidelicet ut (...)

8L’institution devait donc à Calatrava son caractère essentiellement rural qui la rapprochait des commanderies masculines classiques mais aussi de maisons féminines comme celle des hospitalières de Sigena en Aragon, elle aussi fondée sur le site d’une commanderie masculine. Elle se distinguait en revanche d’institutions urbaines comme Sancti Spiritus, installée par l’ordre de Santiago à Salamanque intramuros en 1268. Pour favoriser le démarrage de la nouvelle fondation, le maître céda en outre temporairement la moitié de ses rentes dans une villa (il s’agissait d’un prêt viager sans intérêts octroyé à l’abbesse). Il usa ensuite de son influence politique pour permettre son essor : il obtint en 1221 du roi de Castille Ferdinand III une exemption de tous les prélèvements royaux pour ses dépendants situés à Quintanilla de Ríofresno et dans ses faubourgs22.

9La contribution directe de l’ordre à l’expansion du temporel de San Felices ne se poursuivit cependant pas au-delà de la période de fondation (1219-1221). Il est probable que ce projet de fondation avait permis au maître de trouver une affectation convenable pour des possessions très excentrées par rapport au patrimoine de l’ordre, dont l’utilisation et même la gestion s’étaient avérées problématiques. En installant les sœurs sur un domaine que l’ordre avait géré pendant trente ans, il leur transmit aussi le modèle de la commanderie comme exploitation agricole rurale.

L’impact économique théorique du lien institutionnel avec Calatrava

  • 23 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « uolumus et stabilimus, ut si (...)

10Le contrat initial de 1219 conclu entre les fondateurs et le maître de Calatrava mettait en place un mécanisme économique fondamental : le maître s’engageait à verser à San Felices un quart de l’« aumône » des couples qui feraient profession dans l’ordre. On ignore si le terme désignait tous les types de biens cédés, mobiliers et immobiliers, ou s’il impliquait seulement les dons en numéraire, ce qui serait plus vraisemblable. Il est en outre impossible de savoir si cet engagement est réellement entré en application puisqu’il n’y en a aucune trace ultérieure dans la documentation. Quoi qu’il en soit, il révèle que la communauté était conçue à l’origine comme devant fonctionner matériellement avec l’appui de l’ordre et grâce à une rente dont le versement dépendait de sa bonne volonté23.

  • 24 Le sceau de l’abbesse Sancha González a été préservé sur une charte de 1277 (ASF, P-38).
  • 25 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 37-64 et p. 102-115.
  • 26 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v : « ego Maria Suerii… mandauimu (...)
  • 27 ASF, P-37 : « el abadesa donna Lyonor et el conuento mostraron nos que por el comendador que auien (...)

11Le statut de San Felices au sein de l’ordre demeurait ambigu : nettement distinguée de l’ordre dans le texte fondateur de 1219, l’institution fut immédiatement considérée comme une abbaye, donc théoriquement dotée d’une personnalité juridique propre. Elle était de ce fait représentée par une abbesse, dont l’existence est attestée dès 1220, qui disposa précocement d’un sceau pour matérialiser son autorité24. Les textes spécifiaient que le temporel abbatial serait tout à fait distinct du patrimoine de l’ordre. Ce n’était pas la norme chez les sœurs des ordres militaires : la communauté de Sancti Spiritus était gouvernée par une simple comendadora et les sœurs de l’Hôpital par une prieure25. À San Felices, le second pacte conclu en 1220 entre la fondatrice, devenue veuve et abbesse, et le maître de Calatrava, modifia quelque peu la situation initiale. Le monastère fut alors placé directement sous l’autorité (sub manu et potestate) du maître qui pouvait en disposer comme de sa propriété26. La participation matérielle de l’ordre à la fondation impliquait une forme de sujétion institutionnelle que manifestait l’obligation pour la communauté de livrer chaque année à Calatrava une charge de poisson. Ce tribut récognitif demeurait cependant symbolique, sans rapport avec la lourde dîme du treizième que la milice de Santiago exigeait des sœurs de Sancti Spiritus. Aucune aliénation du temporel ne pouvait par ailleurs avoir lieu sans l’accord du maître, une clause qui ne fut semble-t-il pas appliquée. Le maître s’était aussi engagé à fournir à la communauté son personnel masculin, les frères convers chargés de gérer les propriétés du temporel, ainsi que des frères prêtres pour le service divin. La mise à disposition gracieuse de ce personnel allégeait les coûts de fonctionnement, permettait l’amélioration de la gestion et pouvait conduire San Felices à reproduire les pratiques économiques de l’ordre. Pour assumer ses obligations, le maître affecta à la communauté un commandeur spécifique. Une trentaine d’années plus tard, en 1253, l’abbesse récemment nommée s’en plaignit, considérant que l’abbaye avait été mal gérée par sa faute et qu’elle avait périclité27. Le maître accéda à sa requête et l’en débarrassa. La mainmise initiale de Calatrava explique probablement le hiatus documentaire et l’absence de politique d’expansion du temporel monastique entre 1221 et 1253.

  • 28 ASF, P-20.
  • 29 ASF, P-48 (1284) et P-7 (1412).

12Les liens entre San Felices et Calatrava se distendirent donc après 1253 sans pour autant se rompre. L’ordre continua d’assumer la charge du personnel religieux de San Felices au moins jusqu’à la fin du XIIIe siècle : en 1295, son maître octroya encore en viager au chapelain des sœurs – qui, en tant que criado, était à la charge de la communauté – un ensemble de biens fonciers et de droits sur les hommes appartenant à l’ordre, que le rédacteur distinguait clairement du temporel monastique. Le bénéficiaire devait en assumer la gestion mais avait l’autorisation de les affermer. Ils avaient donc vocation à lui constituer une rente28. La communauté n’employait pas de frères convers. La gestion des biens de San Felices était assurée par un représentant permanent de l’abbesse portant le titre de merino puis, plus tard, de « majordome du monastère »29.

  • 30 Real Academia de la Historia, Madrid (RAH), collection Salázar, O-6, f. 146, « Privilegio del rey S (...)
  • 31 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 257-287.

13Le maître de Calatrava s’était également engagé en 1220 à assumer la garde et la protection de l’abbaye. Tout laisse à penser qu’il remplit durablement cet engagement : il intervint en sa faveur dans un procès en 1287 et un représentant de l’ordre de Calatrava lui permit encore d’obtenir des copies de privilèges en 141230. Mais globalement, l’ordre ne fournit qu’une aide modeste aux sœurs, contrairement à ses engagements initiaux, laissant les sœurs de San Felices trouver seules les moyens de résoudre leurs problèmes matériels. Au moins ne représenta-t-il pas pour elles un danger, à l’inverse de l’ordre de Santiago qui devint dès la fin du XIIIe siècle la principale menace pour les moniales de Sancti Spiritus. Jamais en effet le maître n’admit jamais l’indépendance de la communauté, qui avait obtenu en 1274 d’être débarrassée de son commandeur, et il chercha rapidement à spolier son temporel, présentant notamment à la chancellerie royale des documents falsifiés31.

  • 32 Joseph Marie CANIVEZ, Statuta capitulorum generalium ordinis cisterciensis ab anno 1116 ad annum 17 (...)
  • 33 ASF, P-37 : « yo don Ferran Ordonnez maestre de Calatraua en uno con don Gomez Gonzalez comendador (...)
  • 34 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, VIII (1348-C), f. 54-55.

14Le pacte de 1220 stipula par ailleurs que le maître de Calatrava disposait d’un droit de visite annuelle sur San Felices. Il s’agissait également d’un devoir, comme le rappela en 1247 le chapitre général de Cîteaux – qui le considérait comme l’abbé-père de la communauté –, puis en 1491 l’abbé de Clairvaux32. Cette visite pouvait aboutir à édicter des règlements influençant l’activité économique de la communauté. Le devoir demeura cependant tout à fait théorique. La présence du maître à l’abbaye n’est attestée qu’une seule fois, en 1253 ; il fut alors exclusivement question de problèmes institutionnels33. Une seule visite à caractère disciplinaire eut lieu en 1428, mais le maître désigna pour ce faire un procureur34. Les deux visites n’eurent aucune influence sur les pratiques économiques de l’abbaye. La relation entre San Felices et l’ordre de Calatrava fut ainsi beaucoup plus lâche que ce que laissaient présager les documents fondateurs. Aucune des deux parties n’avait intérêt à ce que les engagements initiaux fussent tenus, car ils représentaient pour le maître une charge importante, et les sœurs aspiraient de leur côté à l’autonomie.

Le faible impact réel des pratiques économiques de Calatrava

  • 35 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « Magister dominus Gundisaluus (...)
  • 36 ASF, P-2.

15Gérant des biens en partie issus du patrimoine de Calatrava, vivant en bonne intelligence avec le maître mais de manière assez indépendante, les sœurs ne recoururent pas pour autant aux mêmes pratiques économiques que les frères de l’ordre. Le temporel de San Felices étant d’une taille bien plus modeste que celui de Calatrava, il est logiquement vain d’y chercher la trace d’une subdivision en commanderies. Du fait de la situation très septentrionale de l’abbaye, il est également inutile de s’interroger sur l’éventuelle gestion de prises de guerres ni sur la participation au repeuplement des terres environnantes. Comme les autres maisons de l’ordre et comme tous les seigneurs fonciers, San Felices se consacrait à l’élevage, mais dans des proportions difficiles à apprécier. En 1219, le maître avait cédé à l’abbaye un cheptel de taille moyenne constitué de dix vaches grasses et de cent moutons, donc nettement plus orienté vers l’élevage ovin que vers l’élevage bovin, ce qui était inhabituel pour cette époque35. Les sœurs ne se mobilisèrent pourtant pas particulièrement pour l’obtention de privilèges royaux concernant les activités pastorales et ne furent pas impliquées dans des procès du fait de cette activité. En 1491, la communauté pratiquait encore un élevage ovin estante, à proximité du monastère. L’abbesse s’émut alors des problèmes que cette activité pourrait connaître si l’on imposait une stricte clôture aux sœurs converses qui en étaient chargées. Mais à cette époque la richesse de l’abbaye reposait principalement sur les terres céréalières, les vignes et la pêche36. Il semble donc que San Felices se livra moins que les autres maisons de Calatrava à l’élevage spéculatif. En fin de compte, le modèle économique des ordres militaires ne paraît pas pertinent pour expliquer les pratiques des sœurs de Calatrava.

L’influence des modèles économiques cisterciens

16Il faut considérer dans un second temps l’hypothèse d’une influence des règles ou des pratiques cisterciennes sur la politique économique des sœurs de Calatrava. Les trois modèles cisterciens connus doivent être analysés en ce sens : « l’économie cistercienne » reposant sur les règlements primitifs de l’ordre tels qu’ils furent mis en œuvre dans la première moitié du XIIe siècle ; « l’économie des cisterciens » ou les pratiques observées à partir de la seconde moitié du XIIe siècle ; et enfin « l’économie des cisterciennes », les solutions spécifiquement mises en œuvre dans les abbayes féminines.

Un lien à géométrie variable avec l’ordre cistercien

  • 37 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « Quod si contigerit magistrum (...)
  • 38 J. M. CANIVEZ, op. cit., vol. 2, p. 317, n° 14 : « Abbatissa Sancti Felicis, filia Calatraviae… ».
  • 39 ASF, P-2 : « Nos, frater Petrus, abbas Clareuallis cisterciensis ordinis in diocesi Lingonensis per (...)

17La possible influence cistercienne se devait à la situation institutionnelle de l’abbaye. L’ordre de Calatrava se trouvait depuis 1186 sous la tutelle théorique de l’abbaye de Morimond, l’une des quatre « premières filles » de Cîteaux. Les pactes de 1219-1220 entre les fondateurs de San Felices et le maître de Calatrava indiquaient que l’autorité supérieure de cette abbaye devait servir de garde-fou contre d’éventuels abus du maître de Calatrava, et que le chapitre général de Cîteaux pouvait jouer le rôle de dernière instance judiciaire37. La relation avec l’ordre cistercien demeura toutefois très distante et théorique : lorsque le Chapitre Général évoqua la place de San Felices dans l’ordre cistercien en 1247, ce fut seulement pour préciser que la communauté se trouvait sous l’autorité de Calatrava et de son maître38. Aussi ne s’intéressa-t-il pas directement aux affaires de la communauté avant la toute fin du Moyen Âge, lorsque la fonction de maître fut attribuée au roi Ferdinand d’Aragon (1489). Sous l’impulsion de la curie romaine, les capitulants mandatèrent l’abbé de Clairvaux en 1491 pour réaliser une visite de l’abbaye au cours de laquelle les pratiques liturgiques et les normes de vie quotidienne furent examinées de près. Certains décisions prises par ce responsable eurent un impact économique : il instaura l’office de boursière, enjoignit aux sœurs de tenir une comptabilité annuelle et de prendre soin de la conservation de leurs archives39. Mais il n’existe aucun indice significatif de relations entre la communauté féminine et l’ordre cistercien pour les deux siècles précédents.

  • 40 Bulles du 10 janvier et du 3 février 1221 connues par des copies dans le Bulario de 1483 de l’ordre (...)
  • 41 Le texte utilisait les formules mises au point par Honorius III pour les cisterciens à cette époque (...)
  • 42 L’exemption de la dîme dont pouvait bénéficier une institution n’entraînait pas la disparition de c (...)

18Si l’ordre ne chercha jamais à imposer des contraintes économiques spécifiques à San Felices, il faut aussi envisager la possibilité que les sœurs aient spontanément choisi d’adopter tout ou partie des préceptes de l’économie cistercienne, comme semble le suggérer leur recours à l’autorité pontificale. Deux ans après son installation effective, en 1221, elle obtint en effet à un mois d’intervalle deux bulles d’Honorius III qui sont peut-être le résultat des démarches parallèles de deux intercesseurs différents, ce qui confirmerait l’importance de l’enjeu40. Les deux textes considéraient comme acquise l’appartenance de l’institution à l’ordre cistercien mais ne faisaient aucune allusion à Calatrava, indiquant ainsi que le second modèle théorique avait été privilégié par les promoteurs de l’abbaye. Dans les deux cas, il s’agissait à la fois de placer son temporel sous la protection de saint Pierre et d’obtenir une preuve canonique de l’existence de l’institution. La première bulle, très brève, indiquait que les biens provenaient de l’ordre cistercien – ce qui prouve que l’on avait présenté à Rome des informations fallacieuses. Le second, nettement plus détaillé et précis, nommait toutes les possessions une par une et en fournissait une description sommaire mais non stéréotypée. Le notaire apostolique insistait surtout sur l’exemption, un privilège dont l’obtention était facilitée depuis 1132 par l’appartenance à l’ordre cistercien et qui permettait notamment aux abbayes de ne pas verser la dîme sur les propriétés « cultivées de leur propres mains » et « avec leurs propres moyens », c’est-à-dire celles dont ils détenaient la propriété utile et qu’ils exploitaient en faire-valoir direct41. Théoriquement, cela signifiait que ces terres devaient, pour ne pas être redevables de la dîme, être exploités par des convers appartenant à la communauté, par des salariés agricoles ou par des dépendants paysans sous la forme de corvées. Cet avantage économique, qui permettait aux institutions d’opérer elles-mêmes ce prélèvement sur leurs dépendants et ainsi d’augmenter sensiblement leurs revenus, avait sans doute motivé la démarche à Rome42. Il pourrait à lui seul expliquer pourquoi la fondation avait été présentée de manière faussée : il était impératif d’obtenir un texte établissant incontestablement l’obédience cistercienne de l’abbaye. Près de trente ans plus tard, en 1247, la communauté obtint une nouvelle bulle destinée à compléter la liste des propriétés de l’abbaye qui s’était nettement allongée. Celle-ci débutait désormais par deux nouveaux éléments désignés comme des granges. Cette mention laisse à penser que les moniales avaient restructuré leur temporel afin de privilégier le faire-valoir direct. Le précédent de 1220 rappelle cependant que la réalité pouvait être assez éloignée de l’image qui en avait été donnée pour obtenir le privilège.

Des pratiques cisterciennes ?

  • 43 p. JOSSERAND, op. cit., p. 357.
  • 44 D’après une composition du 27 mai 1412 (ASF, l. 6, t. 2, f. 6).
  • 45 ASF, P-19.
  • 46 ASF, l. 4, t. 3, f. 29-34.
  • 47 D’après la plainte déposée en 1512 par l’abbaye devant la Curie romaine (ASF, P-23).

19L’adoption prioritaire du faire-valoir direct serait, si la pratique était avérée, une manifestation de l’adoption des principes économiques cisterciens par les sœurs. Les moines blancs se targuaient en effet de mieux s’isoler de la société environnante et de pratiquer une vie plus ascétique que les autres traditions monastiques en refusant de jouer le rôle de seigneurs et donc en exploitant directement leurs terres. La pratique se prolongea plus longtemps dans les domaines cisterciens qu’ailleurs car l’exemption de la dîme rendait cette forme de mise en valeur particulièrement avantageuse. Elle a toutefois laissé trèspeu de traces dans la documentation. Philippe Josserand l’a supposée plus importante dans les domaines des ordres militaires que ce que les spécialistes avaient pensé jusque là en raison de l’utilisation d’esclaves et de captifs jusqu’au milieu du XIIIe siècle43. Ce type de main-d’œuvre n’est cependant pas documenté à San Felices. Le domaine central de l’abbaye bénéficia en revanche dès l’origine de la présence de dépendants (collazos) qui contribuaient à l’exploitation directe par le truchement des corvées (sernas)auxquelles ils étaient astreints. La pratique demeura vigoureuse jusqu’au XVe siècle, car c’est seulement à cette période que les propriétés basculèrent vers le faire-valoir indirect. Vers 1408, il s’agissait encore seulement de créer quelques tenures dans la villa voisine du monastère, Quintanilla de Ríofresno44. En 1435, l’abbaye accensa en tenure collective à la communauté villageoise (le concejo) de Barrio de San Felices toutes ses terres et ses droits dans la localité, c’est-à-dire dans les environs immédiats du monastère45. Les collazos avait donc acquis plus d’indépendance et le faire-valoir direct reculait. Il se maintenait cependant en partie, puisque les paysans demeuraient astreints à deux corvées annuelles. L’une d’entre elles correspondait à l’époque des vendanges, preuve que l’abbaye continuait de gérer directement une activité viticole. L’opération donna satisfaction puisqu’un contrat similaire fut conclu quelques années plus tard, en 1442, pour les propriétés que le monastère venait d’acquérir dans une localité plus éloignée de l’abbaye, Melgar de Fernamental46. Soixante ans plus tard, vers 1500, le même procédé fut encore employé à Quintanilla de Ríofresno47. Ces actes tardifs attestent la permanence d’une exploitation directe résiduelle à San Felices, comme du reste dans les autres communautés cisterciennes.

  • 48 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v.
  • 49 José María LIZOAIN GARRIDO et Juan José GARCÍA GONZÁLEZ J. J., El monasterio de Las Huelgas. Histor (...)
  • 50 AHN, códice n° 834 B, n° 21 : « Liceat quoque uobis moniales uel laicas liberas et absolutas ex sec (...)
  • 51 G. BAURY, Les religieuses en Castille…, p. 68-69.
  • 52 ASF, P-2.

20La documentation de San Felices ne fait aucune allusion à la présence de convers. Le maître de Calatrava en avait pourtant promis à la communauté en 122048. Dans les abbayes féminines, notamment à Las Huelgas de Burgos, ces convers ne représentaient toutefois pas une main-d’œuvre agricole pléthorique mais un personnel de gestion qualifié49. Quoi qu’il en soit, de toute évidence, le maître ne tint pas sa promesse. San Felices pouvait également bénéficier des services de sœurs converses, une possibilité évoquée par la bulle du 3 février 122150. Toutes les communautés de cisterciennes comptaient des converses, dont le rôle différait profondément de celui des convers : elles servaient avant tout de domestiques au sein de la communauté51. Les sœurs de Calatrava les utilisèrent pour les tâches agricoles à la fin du Moyen Âge. Le compte rendu de visite de 1491 indique que les converses faisaient des allées et venues entre le cloître et les terres, vignes, pêcheries et bergeries du monastère. Leurs services étaient à ce point indispensables à la communauté que l’abbesse demanda à ce que l’on fît pour elles une exception à la règle de la stricte clôture monastique52. Cette pratique les rapprochaient ainsi de l’économie cistercienne, dans une version féminine rarement observée.

  • 53 ASF, l. 6, t. 2, f. 6: « la yglesia de sant Pelayo, granja del dicho monasterio ».
  • 54 ASF, P-2.

21Deux granges furent mentionnées en 1247 : l’une se trouvait à proximité immédiate du monastère, dans les Barrios de San Felices ; l’autre, Quintanilla de Ríofresno, était distante de deux kilomètres. En 1412, cette dernière était à nouveau décrite comme une grange à laquelle était associée une église et qui servait de centre de stockage des céréales prélevées localement53. Le terme désignait donc seulement un ensemble de bâtiments et non un terroir, et sa mise en place par le monastère n’avait pas nécessairement entraîné de remembrement. Elle permettait simplement de gérer dans la continuité la réserve seigneuriale de quinze journaux de terre qui lui avait été cédée à Quintanilla de Ríofresno par les fondateurs en 1219, et de percevoir les cens des tenures. La grange des Barrios devait pour sa part servir à centraliser la production locale. Peut-être cette dernière fut-elle d’ailleurs abandonnée au profit de nouveaux espaces : il était question en 1491 d’un « cellier » et d’un « grenier » au sein même du monastère54. Il pourrait s’agir du bâtiment agricole réputé d’origine médiévale qui jouxte encore aujourd’hui l’église abbatiale. Aussi ne peut-on considérer que San Felices avait constitué des granges au sens cistercien du terme.

  • 55 J. PÉREZ-EMBID, op. cit., p. 90-92.
  • 56 ASF, l. 6, t. 2, f. 6.
  • 57 ASF, P-7.

22La perception des dîmes, même si elle s’inscrivait en faux contre leurs idéaux initiaux du début du XIIe siècle, distingua également les cisterciens dans une deuxième phase de leur histoire économique55. Le différend qui opposa les sœurs à la communauté villageoise de Quintanilla de Ríofresno entre 1408 et 1412 montre comment le privilège cistercien d’exemption des dîmes pouvait être détourné dans ce sens. Lorsque l’abbaye créa de nouvelles tenures, elle réclama aux dépendants le produit de dîmes qui n’avaient jamais jusque là touché ces propriétés. Le changement de mode de faire-valoir devait pourtant, au regard du droit canon, lui faire perdre le privilège d’exemption et entraîner le passage de ces terres sous le régime habituel. Les habitants en étaient parfaitement conscients et ils tenaient à verser les dîmes à leur église paroissiale de manière à en bénéficier directement et à garder le contrôle de leur utilisation56. L’abbaye, s’estimant lésée, s’appuya sur son privilège d’exemption pour revendiquer ce nouveau prélèvement, comme en témoigne la transcription et la traduction de la bulle de 1247 à ce moment précis57. Le jugement, prononcé par des arbitres, ne donna raison à personne sur le fond en stipulant un partage à égalité des dîmes entre l’église paroissiale et l’église conventuelle. L’abbaye fit par ailleurs réaliser à la fin du XVe siècle et au début du XVIe beaucoup de transcriptions de bulles adressées à l’ordre cistercien qui rappelaient l’exemption générale de dîmes mais s’inscrivaient probablement dans une logique de défense de ce privilège plutôt que de conquête de nouveaux revenus. En fin de compte, ces indices ne suffisent pas pour évaluer précisément l’importance des dîmes dans les revenus de l’abbaye.

  • 58 ASF, P-2.
  • 59 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v.

23La seule preuve d’une influence directe de l’ordre cistercien sur les pratiques économiques de San Felices est tardive. Il s’agit du début de rationalisation économique imposée par l’abbé de Clairvaux lors de sa visite de 149158. Le modèle cistercien servit de référence, mais il s’agissait de sa version réformée du XVe siècle, très éloignée de l’économie cistercienne des origines. Les mesures prises à ce moment-là s’avérèrent efficaces puisque la visite effectuée sur ordre du souverain en 1523 jugea saine la situation économique de l’abbaye, malgré des revenus modestes59.

L’économie des cisterciennes, un modèle pertinent pour le XIIIe siècle

  • 60 G. BAURY, Les religieuses en Castille…, p. 191-265.
  • 61 Ibid., p. 137-159.

24Au sein du mouvement cistercien, les moniales se distinguaient des moines en ignorant tout à fait les prescriptions économiques de l’ordre, en particulier dans le royaume de Castille. Chaque abbaye dépendait du patronage d’un seul lignage de la grande aristocratie à qui elle devait la majeure partie de ses propriétés. Les abbayes ne cherchaient guère à élaborer des stratégies économiques et à étendre leur temporel, qui conservait donc l’aspect d’un patrimoine nobiliaire reposant principalement sur les revenus seigneuriaux générés par la propriété éminente du sol, les cens. La même continuité caractérisait les méthodes de gestion60. La question de l’influence de ce modèle se pose avec d’autant plus d’acuité que les fondations de Pinilla et de San Felices intervinrent à un moment particulier de l’histoire institutionnelle des cisterciennes castillanes. Alphonse VIII avait fondé Las Huelgas de Burgos en 1187 dans le but de soumettre les au pouvoir royal les institutions liées à l’aristocratie. Sa volonté conduisit toutes les abbesses cisterciennes du royaume à se réunir en 1189 au monastère royal où on leur exigea un serment de soumission à l’abbesse de Las Huelgas. Elles tentèrent de résister avec le soutien de leurs groupes familiaux. En conséquence, l’aristocratie cessa de fonder de nouvelles communautés féminines. Les fondations reprirent seulement dans les années 1220, lorsque le nouveau souverain, Ferdinand III, opta pour une attitude plus souple. Les fondations de Pinilla et de San Felices sous l’égide de Calatrava à la fin des années 1210 s’inscrivent dans le contexte de cette période de blocage : il pourrait s’agir d’une manière détournée de créer une nouvelle communauté de cisterciennes sans avoir à la soumettre à Las Huelgas61. Contrairement à l’usage, les fondateurs ne sollicitèrent d’ailleurs pas de confirmation écrite du souverain.

  • 62 Le document fondateur est connu par une copie : V. de la Cruz, art. cit., p. 187-191.

25Chez les sœurs de Calatrava, l’existence du patronage est par ailleurs avérée et son impact sur la physionomie des temporels et sur leur processus d’expansion est sensible. Dans le cas de Pinilla, l’essentiel du patrimoine initial avait été apporté par un groupe familial formé par un couple et deux parents proches, le frère et la sœur du fondateur, Rodrigo Fernández de Atienza62. Le monastère fut par conséquent implanté au cœur d’un grand domaine familial, dans une domus déjà dotée de bâtiments ainsi que d’une exploitation agricole autonome avec ses terres, ses vignes et ses jardins. Les limites de ce terroir apparaissent encore aujourd’hui dans le paysage autour des ruines du monastère, à plus d’un kilomètre au nord du village de Pinilla, situé plus bas dans la vallée. Les fondateurs ajoutèrent des propriétés légèrement plus éloignées (Torremocha, distante de cinq kilomètres, et Villanueva, de seize), mais situées dans un ensemble spatialement cohérent. À San Felices, le temporel originel avait été en partie fourni par l’ordre de Calatrava et en partie par un couple de particuliers, García Gutiérrez et María Suárez. Il avait été complété par un élément du patrimoine de ces laïcs, une réserve et des tenures situées à Quintanilla de Ríofresno, à deux kilomètres de San Felices. Le reste était beaucoup plus éloigné : il s’agissait de biens situés à Santoyo et Astudillo, à près de cinquante kilomètres du monastère, qui provenaient du patrimoine de María Suárez et se trouvaient à proximité de Castrojeriz, le principal centre de pouvoir de la famille Castro. Les fondateurs étaient en effet des membres secondaires de ce puissant groupe castillan de ricoshombres. Les moniales de San Felices leur devaient donc l’aspect éclaté de leur temporel initial, l’importance des rentes seigneuriales liées à la propriété éminente de la terre et leur implantation rurale. Comme chez les cisterciennes, les patrons considéraient l’institution comme une quasi-propriété : le fondateur s’y fit enterrer en 1220 et sa veuve en devint alors la première abbesse. La principale différence tenait à l’autorité qu’exerçait théoriquement sur la communauté de San Felices le maître de Calatrava, tandis que les cisterciennes demeuraient à la même époque très indépendantes de leur ordre. Le couple n’avait apparemment pas eu d’enfants. María Suárez disparut rapidement et San Felices entra alors dans une phase de sommeil faute de continuité dans la relation de patronage. Il n’y eut pas d’acquisitions ni de donations pendant une trentaine d’années.

  • 63 ASF, P-37 et P-72.
  • 64 Le terme de señora a notamment été employé par la chancellerie royale de Castille en 1257 (ASF, P-1 (...)
  • 65 Le chroniqueur Francisco de Rades y Andrada, archiviste du couvent de Calatrava la Nueva, qui avait (...)

26L’abbaye se réveilla seulement lorsque deux dames de la famille Castro, Leonor González puis sa fille Leonor Rodríguez, réactivèrent le patronage. Toutes deux se trouvaient au cœur de la puissance du lignage car Leonor González était la fille d’un ricohombre, la belle-sœur et la mère du chef de lignage. Le patronage fut actif pendant plus de trente ans entre 1253 –lorsque Leonor González obtint du maître de Calatrava qu’il éloignât le commandeur, ce qui assurait l’indépendance du monastère – et 128663. Les deux Leonor furent tour à tour considérées comme des abbesses ou des « dames » du monastère au sens seigneurial du terme, des señoras64. Chez les cisterciennes castillanes, le titre de señora était attribué à des personnes vivant au sein d’une communauté et y exerçant une autorité supérieure à celle de l’abbesse, notamment dans les domaines économique et politique. La mère et la fille se firent enterrer au monastère65.

  • 66 D’après l’enquête royale qui conduisit à la rédaction en 1351-1352 du Libro Becerro de las Behetría (...)
  • 67 ASF, P-59.
  • 68 Confirmations royales de 1285 (ASF, P-13), 1339 (ASF, P-21), 1340 (ASF, P-22), 1367 (ASF, P-22), 13 (...)

27Au cours de cette phase de patronage actif, les dames du monastère et le chef du lignage Castro octroyèrent des donations qui permirent au temporel de San Felices de connaître un second et dernier moment de forte expansion. Il s’agissait essentiellement de villas, terme qui désignait les multiples revenus seigneuriaux que pouvait générer une localité donnée. Les actes mentionnaient notamment la martiniega, un tribut que les communautés d’habitants versaient collectivement, généralement en numéraire, au titre de la seigneurie foncière, et les caloñas, le produit des amendes judiciaires. La localisation des nouvelles villas, réparties entre six lieux différents, distants du monastère de vingt à 350 kilomètres, compliquait leur gestion. Ces biens donnèrent au temporel de San Felices un caractère particulièrement rentier. Certains impliquaient pourtant une gestion au moins partielle en faire-valoir direct : les habitants de Mucientes faisaient ainsi partie des rares à devoir encore des corvées, à raison de trois par an et par chef de feu, à leur seigneur au milieu du XIVe siècle66. Les señoras géraient les revenus de la communauté comme leurs propres deniers et pouvaient se les approprier lorsqu’elles manquaient de ressources personnelles : en 1274, Leonor Rodríguez reconnut une dette considérable de plus de cinq mille maravédis envers son monastère67. L’importance politique de ces dames permettait à l’institution de bénéficier des faveurs de la royauté qui faisaient parfois à leur endroit des gestes destinés à récompenser leurs patrons. En 1257, Alphonse X offrit ainsi à San Felices une villa toute proche du monastère, Cañizar de Amaya. Celle-ci prit rapidement une importance capitale dans le temporel au point que la communauté fit confirmer la donation par la chancellerie royale à huit reprises jusqu’au milieu du XVe siècle68.

  • 69 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 102-115.
  • 70 C. DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya… », p. 26-29.

28En associant étroitement le monastère à un lignage, le patronage excluait cependant les autres bienfaiteurs potentiels. Comme les cisterciennes, San Felices ne bénéficia en effet d’aucune donation de particuliers non apparentés aux Castro. Quant aux dots des moniales, il ne semble pas qu’elles fussent exigées en biens fonciers. C’était une différence majeure par rapport aux sœurs santiaguistes de Sancti Spiritus qui reçurent beaucoup de donations de particuliers, notamment de femmes, et de plus en plus de propriétés en dot au cours du Moyen Âge tardif69. Comme beaucoup de communautés de cisterciennes castillanes, elles connurent l’arrêt brutal du patronage à la mort d’un personnage clef, en l’occurrence Leonor Rodríguez, vers 1286 – dont la disparition coïncidait il est vrai avec l’effacement politique des Castro. Le lignage se désintéressa alors de l’institution qui fut livrée à elle-même et en pâtit rapidement. L’une des villas offertes par les Castro à l’époque des señoras, Santa Olalla, fut revendiquée par un groupe rival, les Haro. L’ascension de ce lignage dans les années 1280 leur permit de s’approprier définitivement la localité70. Toutes les propriétés de l’abbaye ne furent pas l’objet de telles convoitises, mais ce cas montre l’importance du rôle des patrons comme protecteurs et l’influence de la conjoncture politique sur les cycles économiques des institutions.

29Le modèle économique des cisterciennes castillanes fut donc appliqué à San Felices entre 1253 et 1286. La période fut courte mais très dense en événements d’une importance majeure pour l’histoire du temporel abbatial, qui en conserva durablement les marques.

Le paradigme des sœurs de Calatrava

30Dans la mesure où le temporel de San Felices n’appliquait pas le modèle économique des ordres militaires, alors que la communauté n’employa que partiellement les solutions des moines blancs et seulement pendant un temps les pratiques observées par les autres cisterciennes, on peut légitimement se demander à quel point les sœurs de Calatrava élaborèrent une stratégie originale, notamment au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge.

Un temporel assez peu menacé

  • 71 María Echániz Sans en a comptabilisé une quarantaine (M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 257-287).
  • 72 Les concejos durent notamment déployer leurs propres stratégies pour obtenir de la chancellerie roy (...)
  • 73 ASF, l. 6, t. 2, f. 6.

31Le temporel des sœurs santiaguistes de Sancti Spiritus subit de multiples agressions, notamment au XVe siècle, parce qu’il était moins bien protégé que celui d’une institution masculine et parce qu’il représentait une proie plus facile pour les frères de leur ordre et pour la commune de Salamanque71. San Felices connut un environnement beaucoup moins hostile : l’ordre de Calatrava ne fut jamais un adversaire et l’institution demeura à l’écart de l’économie urbaine. L’abbaye dut certes faire face à la structuration progressive des communautés rurales, les concejos, qui se fit sans son appui72. Celles-ci aspiraient notamment à gérer la fabrique paroissiale, voire même l’entretien des desservants, ce qui les conduisaient parfois à s’opposer aux intérêts de San Felices sur la question des dîmes. Ainsi le concejo de Quintanilla de Río Fresno intenta un procès contre l’abbaye entre 1408 et 1412 au sujet de la dîme prélevée par l’abbaye sur de nouvelles tenures, un prélèvement que les habitants ne contestaient pas en soi mais qu’ils souhaitaient voir affecter aux clercs de la paroisse73. L’arbitrage qui imposa le partage par moitié des dîmes entre l’abbaye et la communauté rurale traduisait le nouveau rapport de force. De nombreux documents des trois concejos les plus proches de San Felices aboutirent cependant dans les archives abbatiales. Même si leur trajectoire n’est pas connue, ils témoignent de relations globalement apaisées et fondées sur des intérêts convergents.

  • 74 L’origine de cette situation remonte à 1313, lorsque les sœurs choisirent de remettre à la reine Ma (...)
  • 75 Les biens de Valdeprado cédés au monastère par Leonor González en 1263 rapportaient notamment des d (...)

32Il n’est cependant pas impossible que le patrimoine de San Felices fît l’objet de convoitises sans que la documentation n’en ait conservé de traces : l’enquête royale de 1351-1352 qui aboutit à la rédaction du Libro Becerro de las Behetrías indique que le monastère ne possédait plus les droits seigneuriaux dans neuf des localités qui lui avait été entièrement ou partiellement cédées en donation au préalable, parmi lesquelles Santoyo et Astudillo qui formaient pourtant le noyau de la donation fondatrice. Il est très peu vraisemblable que les ricoshombres aient cédé la seule propriété utile de ces biens et non leur propriété éminente. Il pouvait s’agir de revenus échappant temporairement au monastère à la suite d’un accord, comme cela est avéré dans le cas de Mucientes, géré par la reine mère María du Portugal au nom de la communauté, et qui réintégra par la suite le temporel74. Une autre villa, Valdeprado, suivit une trajectoire similaire75. Les autres pourraient en revanche avoir été spoliées.

  • 76 En témoignent le texte de 1495 concernant le procès contre Villamayor de Treviño (ASF, P-18), une b (...)

33Des offensives plus violentes furent lancées contre le temporel de San Felices à partir de la fin du XVe siècle, c’est-à-dire, curieusement, après le passage de Calatrava sous l’autorité royale. Elles étaient menées par des concurrents, d’autres institutions religieuses implantées en milieu rural. Leur stratégie relevait généralement d’une logique de proximité : les prémontrés de Villamayor de Treviño se trouvaient à vingt kilomètres de San Felices, ceux d’Aguilar de Campoo à quarante. En revanche, la motivation des cisterciens de Rioseco (une abbaye implantée à 90 kilomètres de là) pourrait plutôt tenir à leur obédience commune, donc à des raisons institutionnelles. Leur mode opératoire était simple : ils acquéraient des propriétés au cœur du temporel de San Felices et cherchaient ensuite à étendre leur domination seigneuriale et à gonfler leurs revenus en exigeant d’autres prélèvements. Les sœurs s’associèrent aux communautés villageoises pour défendre leurs intérêts communs devant la justice royale et même pontificale76.

Une pénurie de numéraire

  • 77 AHN, OM, Registro VIII, 1348-C, f. 155-155v.
  • 78 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 135 et suivantes.
  • 79 G. Martínez Díez, op. cit., t. 1, p. 245, 405, 409-410, 412-413 ; t. 2, p. 39.

34Il n’existe aucun document permettant de quantifier les revenus de la communauté de San Felices avant 152377. À cette date, les sœurs percevaient des quantités de numéraire presque dérisoires, seulement 4.000 maravédisannuels, alors que leurs consœurs de Sancti Spiritus en comptabilisaient 220.000 en 149878. La rente des calatravaises reposait principalement sur des prélèvements en nature qui représentaient au total 244 charges de céréales, orge et froment. Il est tentant de considérer ce bilan comme représentatif de la situation de San Felices pendant la totalité du Moyen Âge et d’imputer la différence avec Sancti Spiritus à la nature essentiellement rurale de l’institution, mais il semblerait en réalité que les problèmes des années 1495-1520 avaient provoqué une rupture majeure. Quelques éléments de comparaison figurent dans le Libro Becerro de las Behetrías, qui recensait en 1351-1352 cinq localités où l’abbaye opérait des prélèvements seigneuriaux. Le rapport global, reposant principalement sur un fouage modulable en fonction du patrimoine appelé infurción, dépendait de l’importance et de la richesse de la population, qu’il est impossible d’évaluer précisément. On peut cependant remarquer que les contributions étaient plus qu’ailleurs exigées en produits agricoles, et l’on relève notamment l’absence de la martiniega,l’habituelle taille seigneuriale perçue en numéraire79.

  • 80 La communauté se plaignit au roi du refus opposé par les notaires de Salamanque dix-sept jours aprè (...)
  • 81 La reine avait fait reposer cette charge sur un bourg proche du monastère, Villadiego, le chef-lieu (...)
  • 82 La communauté avait surtout sollicité des acteurs économiques locaux (deux des trois prêteurs ainsi (...)

35Cette organisation économique très peu monétarisée était sans doute considérée au XIVe siècle comme un handicap à surmonter. C’est sans doute la raison pour laquelle le roi Alphonse XI octroya à l’abbaye en 1331 une rente de 5.000 maravédis annuels à prélever sur l’office royal du notariat de Salamanque, rente que la communauté eut d’abord du mal à percevoir80. L’appui de la royauté était essentiel pour la communauté et lui permit notamment de recevoir chaque année 3.200 maravédis de la reine María du Portugal en échange de l’usufruit de la villa de Mucientes81. Mais cela ne suffit pas à combler durablement le déficit chronique de liquidités, surtout après le retour de Mucientes dans le temporel. En 1382, la communauté, étranglée par les dettes contractées auprès de trois prêteurs juifs différents, dut hypothéquer et affermer pour six années toutes les rentes générées par cette même villa à un particulier pour obtenir un nouveau prêt de 8.000 maravédis. Le contrat semble donc indiquer que la villa générait alors un revenu annuel de 1.366 maravédis, dont 1.100 maravédis de martiniega si la quotité évoquée en 1351-1352 était toujours d’actualité82.

  • 83 ASF, P-19.
  • 84 Un compte rendu indiquait que ce bail emphytéotique avait été conclu avec la communauté rurale de Q (...)

36Les sœurs changèrent pourtant de stratégie au tournant du XVe siècle puisqu’elles ne cherchèrent pas à obtenir de nouveaux revenus en numéraire lorsqu’elles cédèrent leur réserve en tenure collective aux communautés rurales. Au contraire, dans le contrat de 1435 concernant Barrio de San Felices, elles exigèrent un cens constitué exclusivement de quantités importantes de céréales83. Peut-être avaient-elles surmonté les difficultés du XIVe siècle et trouvé des solutions pour réduire leurs besoins en numéraire ou pour commercialiser facilement leurs grains. Vers 1500, un contrat similaire conclu pour la villa de Quintanilla de Ríofresno arrêta cette fois un cens mixte avec une importante somme en numéraire (24.000 maravédis, l’équivalent de 55 ducats d’or), ce qui permet de conclure à un nouveau retournement dans leur attitude. Ce furent apparemment les spoliations dont le monastère fut victime à cette époque qui empêchèrent ce contrat de se répercuter sur les revenus comptabilisés en 152384.

Une nécessaire restructuration du temporel sur le long terme

  • 85 RAH, col. Salázar, M-37, f. 115 et suivants (mention du XVIIe siècle) ; ASF, P-8, P-61 et l. 4, t. (...)
  • 86 G. Martínez Díez, op. cit., t. 1, p. 245, 405, 409-410, 412-413 ; t. 2, p. 39. San Felices détenait (...)

37L’explosion géographique du temporel, qui se devait à son mécanisme de formation par le biais du patronage, posait problème. L’éloignement de certaines propriétés en aggravait la vulnérabilité, comme le montre l’exemple de la villa de Santa Olalla, située à près de 350 kilomètres de San Felices et rapidement perdue à la fin du XIIIe siècle. Il en compliquait également la gestion, comme en témoigne le sort de Mucientes, villa située à 120 kilomètres du monastère et générant pourtant une précieuse rente en numéraire. En 1291, l’abbaye cherchait déjà à obtenir une confirmation de ce bien par la chancellerie royale. En 1313, elle la céda en commende à la reine María de Molina, ce qui peut être interprété comme une façon d’assurer sa protection, puis elle échangea provisoirement ses revenus contre d’autres avec la reine María du Portugal en 1345. Ce fut également la première (et la seule) villa à être baillée à ferme en 1382. Les sœurs finirent par s’en débarrasser en procédant à un échange avec un membre de la grande noblesse en 1410, qui leur céda en contrepartie des biens situés à proximité de l’abbaye85. Au milieu du XIVe siècle, l’abbaye n’exerçait d’ailleurs un pouvoir seigneurial complet qu’à proximité immédiate du monastère, sur les trois communautés villageoises de Barrio de San Felices, Quintanilla de Ríofresno (distante de deux kilomètres) et Cañizar (quatre kilomètres), qui formaient ainsi le cœur géographique du temporel et la plus grosse partie de ses revenus. Les sœurs se contentaient de partager le produit des droits seigneuriaux pesant sur les villas plus éloignées de Villabermudo (vingt kilomètres) et de Quintanilla de Onsoña (cinquante kilomètres)86.

  • 87 ASF, P-33 (1300), P-64 (1315) et P-61 (1382). Le premier affermage était une faveur faite à un chap (...)
  • 88 ASF, l. 6, t. 2, f. 6(1408) ; P-19 (1435) ; l. 4, t. 3, f. 29-34 (1442) et P-23 (v. 1500).
  • 89 ASF, l. 3, t. 5, f. 2 (1408) ; l. 4, t. 3, f. 11 (1410) ; l. 4, t. 16, f. 1-9 (avant 1480).

38Pour faire face à ces difficultés, San Felices eut curieusement peu recours à l’affermage, pourtant massivement employé aux XIVe et XVe siècles par les grands seigneurs et entre autres par les établissements des ordres militaires ou de l’ordre cistercien. Seuls trois contrats de ce type furent conclus pour les propriétés les plus lointaines87. Au XVe siècle, la communauté chercha manifestement à simplifier la gestion de son patrimoine, sans doute pour réduire ses coûts de fonctionnement, en abandonnant le faire-valoir direct. Elle concéda des tenures individuelles puis collectives dans les villages situés au cœur du temporel88. Elle opéra également un remembrement de son temporel grâce à des échanges conclus avec des seigneurs laïcs. Elle se débarrassa ainsi entre 1408 et 1480 de ses villas de Mucientes, de Valdeprado et de Villabermudo et récupéra en contrepartie des biens ou des rentes situées au maximum à trente kilomètres du monastère89.

39L’abbaye de San Felices s’émancipa donc des modèles cisterciens pendant le Moyen Âge tardif pour trouver des solutions spécifiques aux difficultés qu’elle rencontra en raison de son caractère rural. Il convient de remarquer cette capacité inattendue de la part d’une institution féminine à élaborer une stratégie originale qui semble par ailleurs avoir assez bien fonctionné jusqu’aux spoliations des années 1495-1520.

Conclusions

40Ne pouvant utiliser le modèle économique des ordres militaires, les sœurs de Calatrava empruntèrent ainsi certaines pratiques aux cisterciens, comme le faire-valoir direct reposant sur les granges et dans une certaine mesure sur les convers. Elles obéirent surtout aux mêmes logiques que les abbayes cisterciennes féminines du royaume, dont le temporel était comme le leur constitué principalement par les donations d’un unique lignage aristocratique et dont les revenus étaient principalement générés par les droits seigneuriaux pesant sur les communautés villageoises. San Felices s’émancipa de ces pratiques dans les deux derniers siècles du Moyen Âge après avoir perdu le bénéfice du patronage aristocratique, à une époque où les liens se distendaient sensiblement avec Calatrava et avec Cîteaux. Confrontée à des problèmes spécifiques, notamment la pénurie de numéraire et les difficultés liées à la gestion d’un patrimoine éclaté, l’abbaye chercha à remembrer son temporel plutôt qu’à recourir aux affermages pour stabiliser sa rente seigneuriale. Contrairement à beaucoup d’autres communautés féminines, son patrimoine connut seulement tardivement, aux alentours de 1500, les assauts d’institutions concurrentes. Le bilan de 1523 montre que San Felices sortit de cette période de turbulences dans une situation matérielle modeste mais malgré tout saine.

  • 90 C. DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya… », p. 32 et R. SÁNCHEZ DOMINGO, op. cit., p. 96.
  • 91 R. SÁNCHEZ DOMINGO, op. cit., p. 103-113 et V. de la Cruz, art. cit., p. 194-197.

41Au XVIe siècle, les souverains, désormais à la tête des ordres militaires, purent appliquer les principes de la réforme monastique des Rois Catholiques aux sœurs de Calatrava, ce qui contraignit celles-ci à rompre avec leur environnement rural. Entre 1523 et 1526, Charles Quint tenta de regrouper les deux communautés féminines de San Felices et de Pinilla sur un nouveau site, Jamilena, à proximité de la commanderie de Martos, entre Cordoue et Grenade. Le projet échoua sans que l’on puisse savoir pour quelles raisons90. Un demi-siècle plus tard, Philippe II s’efforça d’appliquer les recommandations du concile de Trente et contraignit les deux communautés à s’installer dans des espaces urbains. La communauté de San Felices fut ainsi transférée à Burgos intramuros en 1568 et celle de Pinilla dut migrer vers le bourg d’Almonacid de Zorita en 1576, puis vers Madrid en 162391. Privées de présence auprès de la société rurale sur laquelle elles exerçaient la domination seigneuriale, incapables dès lors de gérer directement les revenus de leurs domaines, elles abandonnèrent définitivement le statut de seigneurs et d’entrepreneurs agricoles pour devenir de simples rentières de leurs droits de propriété.

Haut de page

Notes

* Les premiers résultats de cette recherche furent présentés lors de la journée d’études « Chevaliers, religieux et seigneurs du sol. Politique foncière et mise en valeur des terres par les ordres militaires » organisée à Guéret le 19 novembre 2011 par les Archives départementales de la Creuse et le Centre de Recherches Historiques de l’Université de Limoges (GERHICO-CERHILIM, EA 4270).

1 Philippe JOSSERAND, Eglise et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid : Casa de Velázquez, 2004, p. 299-372. L’importance de l’élevage dans les stratégies économiques des ordres militaires ibériques a été étudiée par Marie-Claude Gerbet dans les années 1980 : Marie-Claude GERBET, « Les Ordres militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale (jusqu’à la fin du XVe siècle) », in : Les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement en Europe occidentale (XIIe-XVIIIe siècles) (Journées de Flaran 1984), Auch : Comité départemental du tourisme du Gers, 1986, p. 79-105 ; « Les Ordres Militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale », En la España medieval, 8, 1986, Estudios en memoria del profesor D. Claudio Sánchez-Albórnoz, vol. 1, p. 413-445.

2 Carlos DE AYALA MARTÍNEZ, « La Orden del Císter y las órdenes militares », in : José Albuquerque Carreiras et Giulia Rossi Vairo (dir.), I colóquio internacional Cister, os Templarios e a Ordem de Cristo. Da Ordem do Tempo à Ordem de Cristo: os anos da transição. Actas, Tomar : Instituto Politécnico de Tomar, 2012, p. 45-85.

3 Robert FOSSIER, La vie économique de l’abbaye de Clairvaux, de l’origine au XVIe siècle, Paris, thèse de l’École des Chartes, 1949 ; id., « Les granges de Clairvaux et la règle cistercienne », Cîteaux in de Nederlanden, 6, 1955, p. 259-266 ; id., « La place des cisterciens dans l’économie picarde des XIIe et XIIIe siècles », in : Aureavallis. Mélanges historiques réunis à l’occasion du 9e centenaire de l’abbaye d’Orval, Liège : Solédi, 1975, p. 273-281 (rééd. in : Hommes et villages d’Occident au Moyen Âge, Paris : Sorbonne, 1992, p. 389-400) ; Charles HIGOUNET, La grange de Vaulerent. Structure et exploitation d’un terroir cistercien de la plaine de France, XIIe-XVe siècles, Paris : SEVPEN, 1965.

4 Emma SOLANO RUIZ, La Orden de Calatrava en el siglo XV. Los señoríos castellanos de la orden al fin de la Edad Media, Séville : Universidad de Sevilla, 1978.

5 Enrique RODRÍGUEZ-PICAVEA, La formación del feudalismo en la Meseta meridional castellana. Los señoríos de la Orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, Madrid : Siglo XXI, 1994.

6 Luis Rafael VILLEGAS DÍAZ, « Las encomiendas de la orden de Calatrava : modelo y transformaciones », in : Isabel Cristinia Ferreira FERNANDES, Paulo PACHECO (dir.), As ordens militares em Portugal e no Sul da Europa. Actas do II Encontro sobre ordens militares (Palmela, 2-4 de outubro de 1992), Lisbonne : Colibri, 1997, p. 129-142 ; Juan Miguel MENDOZA GARRIDO, « El “sistema” de encomiendas en la orden de Calatrava (siglos XII-inicios del XIII) », in : Ricardo IZQUIERDO BENITO et Francisco RUIZ GÓMEZ (dir.), Alarcos 1195. Actas del congreso internacional comemorativo del VII centenario de la batalla de Alarcos, Ciudad Real, 1995, Cuenca : Ed. Univ. Castilla-La Mancha, 1996, p. 315-329.

7 Luisa NAVARRO DE LA TORRE, « El modelo económico cisterciense y la orden de Calatrava », in : ibid., p. 459-469.

8 Philippe JOSSERAND, op. cit., en particulier p. 322 et 326.

9 Charles Higounet fut le premier à opérer la distinction entre « économie cistercienne » et « économie des cisterciens » lors des Journées de Flaran de 1981 (L’économie cistercienne. Géographie, mutations, du Moyen Âge aux Temps Modernes. Centre culturel de l’abbaye de Flaran. 3es Journées internationales d’histoire, 16-18 septembre 1981, Auch : Comité départemental du tourisme du Gers, 1983, p. 7-10). La validité de ces concepts pour la Couronne de Castille a été démontrée par Javier PÉREZ-EMBID, El Císter en Castilla y León. Monacato y dominios rurales [siglos XII-XV], Salamanque : Junta de Castilla y León, 1986. Les études économiques sur l’ordre cistercien visent encore aujourd’hui à préciser la distance qui séparait les règlements cisterciens des réalités locales : elles constituent notamment un volet important du congrès qui s’est tenu à Mayence en 2007 (Franz FELTEN, Werner RÖSENER (éd.), Norm und Realität. Kontinuität und Wandel der Zisterzienser im Mittelalter, Berlin : Lit, 2009, p. 65-175).

10 Anthony LUTTRELL et Helen J. NICHOLSON (dir.), Hospitaller Women in the Middle Ages, Ashgate : Aldershot, 2006.

11 Agustín UBIETO ARTETA, El real monasterio de Sigena (1188-1300), Valence : Anubar, 1966.

12 María ECHÁNIZ SANS, Las mujeres de la orden militar de Santiago en la Edad Media, Salamanque, 1992.

13 Ghislain BAURY, Les religieuses en Castille. Patronage aristocratique et ordre cistercien, XIIe-XIIIe siècles, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; id., « Une économie du patronage aristocratique. Le temporel des moniales cisterciennes en Castille (XIIe-XIIIe siècles) », in : Carmen Díez Herrera et Jesús Ángel Solórzano Telechea (dir.), Mundos medievales: espacios, sociedades y poder. Homenaje al profesor José Angel García de Cortázar, Santander : Universidad de Cantabria, 2013, t. 2, p. 1067-1079.

14 Dans sa synthèse classique sur l’histoire de Calatrava, Francis Gutton n’avait accordé à chacun de ces deux monastères qu’un seul paragraphe dont certaines informations étaient inexactes. Il n’a pas eu accès au fonds documentaire des Madres Calatravas de Burgos. Francis GUTTON, La chevalerie militaire en Espagne. L’ordre de Calatrava, Paris : Lethielleux, 1955, p. 56-57.

15 Carlos DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya, monasterio medieval de la orden de Calatrava », in : Medioevo Hispano. Estudios in memoriam del profesor Derek W. Lomax, Madrid, 1995, p. 17-34.

16 Rafael SÁNCHEZ DOMINGO, Las monjas de la orden militar de Calatrava. Monasterio de San Felices (Burgos) y de la Concepción (Moralzarzal-Madrid), Burgos : La Olmeda, 1997.

17 Valentín DE LA CRUZ, « Epílogo sobre el monasterio de la Concepción real de Moralzarzal », in : R. SÁNCHEZ DOMINGO, op. cit., p. 187-191.

18 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ordres Militaires (OM), Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « Magister dominus Gundisaluus Iohannis cum suo conuentu dedit domum Sancti Foelicis et burgos ei adiacentes cum omnibus pertinentiis suis ».

19 Archivo de las Madres de Calatrava de Burgos (ou Archives de San Felices, désormais ASF), Arcón, P-11 : « dono et concedo… barrios sitos iuxta Quintanellam de riuuo de Fresnos, que est in alfoz de Amaia, et monasterium Sancti Felicis, cum collaciis et hereditatibus, cum terris, pascuis, montibus et defensis, aquis, riuuis, molendinis, et cum omnibus directuris, terminis et pertinenciis suis ».

20 ASF, P-42.

21 ASF, P-5 : « villam Sancti Felicis qui vulgo abbatia vocantur ». Notons que le texte distingue cette villa du « locum ipsum in quo prefatum monasterium situm est cum omnibus pertinentiis suis » mentionné au préalable.

22 ASF, P-12 : « absoluo itaque uobis Quintanellam de Riofrexnos cum Los Barrios a pecto, uidelicet ut omnes qui ibi fuerint moratores liberi maneant et inmunes a pecto regio ».

23 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « uolumus et stabilimus, ut si aliquis uir et uxor eius ordinem Calatravae professi fuerint, ex his quae ordini in eleemosynam contulerint, tres partes conuentui Calatrauae cum uiro cedant ; quarta autem pars conuentui Sancti Foelicis cum uxore ibidem consecranda. ».

24 Le sceau de l’abbesse Sancha González a été préservé sur une charte de 1277 (ASF, P-38).

25 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 37-64 et p. 102-115.

26 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v : « ego Maria Suerii… mandauimus quatenus omne monasterium Sancti Felicis… semper sit sub manu et potestate magistri et conuentus Calatravensis ita plane ut faciant de illo quidquid uoluerint tanquam de suo monasterio et de sua [heredi]tate ».

27 ASF, P-37 : « el abadesa donna Lyonor et el conuento mostraron nos que por el comendador que auien de Calatraua menoscauaba mucho que nenguna duenna de gran gisa non los querye uenir seer monia de su menesteryo ».

28 ASF, P-20.

29 ASF, P-48 (1284) et P-7 (1412).

30 Real Academia de la Historia, Madrid (RAH), collection Salázar, O-6, f. 146, « Privilegio del rey Sancho IV… », (1287, copie du XVIIe siècle) ; ASF, P-6 (1412).

31 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 257-287.

32 Joseph Marie CANIVEZ, Statuta capitulorum generalium ordinis cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, Louvain : Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique, 1934, vol. 2, p. 317, n° 14 (1247) ; ASF, P-2 (1491) : « monasterium Sancti Felicis Burgensis diocesis magistro et milicie de Calatraua immediate subiectum… ».

33 ASF, P-37 : « yo don Ferran Ordonnez maestre de Calatraua en uno con don Gomez Gonzalez comendador mayor et con don Ospinel clauero, fuemos uysitar San Felyzes… ».

34 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, VIII (1348-C), f. 54-55.

35 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « Magister dominus Gundisaluus Iohannis cum suo conuentu… dedit etiam decem vaccas pingues et centum oves. » ; E. RODRÍGUEZ-PICAVEA, op. cit., p. 176-258.

36 ASF, P-2.

37 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, I (1341-C), f. 86-87 : « Quod si contigerit magistrum Calatrauae aut quempiam alium ex praedictae militiae fratribus aliquid horum infringere aut violare, supra nominatus locus Sancti Foelicis ab abbate Morimundi defendatur et sub eius existat protectione. » ; AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II (1342-C), f. 94-95v : « ponimus hoc nostrum factum sub defensione abbatis Morismundi patris nostri, ideo ut magister de Calatrava vel fratres qui nobis successerint non possint illud infringere vel cambiare, sed ille semper faciat hoc fideliter adimplere […] generale Cisterciensum abbatum capitulum supleat quod ipse neglexerit… » ; ASF, P-45: « Et si el maestro o el comendador tantas freiras quisiere meter en aquel monasterio que el non pueda contener, que no lo consenta el convento de Calatrava et lo faga emendar. Et si non quisiere fazer emendar, que sea son defendemento del abad de Morimont que lo faga emendar… ».

38 J. M. CANIVEZ, op. cit., vol. 2, p. 317, n° 14 : « Abbatissa Sancti Felicis, filia Calatraviae… ».

39 ASF, P-2 : « Nos, frater Petrus, abbas Clareuallis cisterciensis ordinis in diocesi Lingonensis per expressum mandatum sanctissimum domini nostre pape et plenariam dicti nostri ordinis et capituli generalis auctoritatem die date presentum personaliter visitantes et reformantes deuotum monasterium monialium Sancti Felicis… ».

40 Bulles du 10 janvier et du 3 février 1221 connues par des copies dans le Bulario de 1483 de l’ordre de Calatrava (AHN, Códices, n° 834 B, n° 20 et 21).

41 Le texte utilisait les formules mises au point par Honorius III pour les cisterciens à cette époque, en limitant l’exemption aux biens acquis avant le concile de Latran IV (donc avant même la fondation de San Felices) et aux novales, les terres nouvellement mises en culture, du moment qu’ils étaient exploités en faire-valoir direct : « Sane laboris vestrorum, quos propriis manibus, aut sumptibus colitis de possessionibus habitis ante concilium generale, siue de ortis et virgultis, et piscationibus vestris, vel de nutrimentis animalium uestrorum aut etiam de noualibus ullus a uobis decimas vel premicias extorquare presumat »(ibid.). À propos de l’exemption cistercienne de la dîme, voir Jean-Berthold MAHN, L’ordre cistercien et son gouvernement des origines au milieu du XIIIe siècle (1098-1265) (1re édition 1951), Paris : De Boccard, 1982, p. 102-118. Les cisterciens jouèrent un rôle moteur dans la lutte pour l’exemption de la dîme octroyée aux monastères en général par la papauté au XIIe siècle et ils obtinrent des conditions plus avantageuses que les autres ordres (Paul VIARD, Histoire de la dîme ecclésiastique dans le royaume de France aux XIIe et XIIIe siècles (1150-1313), Paris : Picard, 1912, p. 43-49 ; Giles CONSTABLE, Monastic Tithes from their Origins to the Twelfth Century, Cambridge : University Press, 1964 ; Cécile CABY, « Les moines et la dîme (XIe-XIIIe siècle). Construction, enjeux et évolutions d’un débat polymorphe », in : Michel LAUWERS (dir.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout : Brepols, 2012, p. 361-401). Les textes conservés montrent que, dans tout l’Occident, les communautés féminines jouaient de leur obédience cistercienne pour obtenir ce privilège (Constance H. BERMAN, « Cistercian Women and Tithes », Cîteaux – Commentarii cistercienses, 49 (1-2), 1998, p. 95-128).

42 L’exemption de la dîme dont pouvait bénéficier une institution n’entraînait pas la disparition de ce prélèvement qui pesait universellement sur les paysans. Elle signifiait seulement que la part de l’évêque (généralement un tiers du produit global) revenait à l’institution (José Ramón DÍAZ DE DURANA et Enric GUINOT, « La dîme dans l’Espagne médiévale », in : Roland VADIER (dir.), La dîme dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXXes Journées Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, 3 et 4 octobre 2008, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2010, p. 63-88, ici p. 70 et 74).

43 p. JOSSERAND, op. cit., p. 357.

44 D’après une composition du 27 mai 1412 (ASF, l. 6, t. 2, f. 6).

45 ASF, P-19.

46 ASF, l. 4, t. 3, f. 29-34.

47 D’après la plainte déposée en 1512 par l’abbaye devant la Curie romaine (ASF, P-23).

48 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v.

49 José María LIZOAIN GARRIDO et Juan José GARCÍA GONZÁLEZ J. J., El monasterio de Las Huelgas. Historia de un señorío cisterciense burgalés (siglos XII y XIII), Burgos : Garrido Garrido, 1988, p. 260-262.

50 AHN, códice n° 834 B, n° 21 : « Liceat quoque uobis moniales uel laicas liberas et absolutas ex secculo fugientes in monasterio uestro ad conuersionem recipere et moniales uel conuersas cum generalibus litteris abbatissarum suarum recipere et eas absque contradictione alique retinere ».

51 G. BAURY, Les religieuses en Castille…, p. 68-69.

52 ASF, P-2.

53 ASF, l. 6, t. 2, f. 6: « la yglesia de sant Pelayo, granja del dicho monasterio ».

54 ASF, P-2.

55 J. PÉREZ-EMBID, op. cit., p. 90-92.

56 ASF, l. 6, t. 2, f. 6.

57 ASF, P-7.

58 ASF, P-2.

59 AHN, OM, Registro de Escrituras de Calatrava, II, 1342-C, f. 94-95v.

60 G. BAURY, Les religieuses en Castille…, p. 191-265.

61 Ibid., p. 137-159.

62 Le document fondateur est connu par une copie : V. de la Cruz, art. cit., p. 187-191.

63 ASF, P-37 et P-72.

64 Le terme de señora a notamment été employé par la chancellerie royale de Castille en 1257 (ASF, P-13 :  « donna Leonor que es sennora deste monesterio… »).

65 Le chroniqueur Francisco de Rades y Andrada, archiviste du couvent de Calatrava la Nueva, qui avait participé à l’opération de transfert de la communauté en 1568 affirma même que l’époux de Leonor, l’infant Felipe, et leur fils mort en bas âge avaient été enterrés dans le monastère (Francisco DE RADES Y ANDRADA, Chrónica de las tres Ordenes y Cavallerias de Santiago, Calatrava y Alcántara en la que se trata de su origen y sucesos y notables hechos en armas de los Maestres y Cavalleros de ellas: y de muchos señores de título y otros nobles que descienden de los Maestres y de muchos otros linajes de España, [1re édition Tolède, 1572], éd. fac-similé, Valence, 1997, deuxième partie, f. 34v-36). Il faut croire qu’une sépulture masculine de San Felices lui était alors attribuée par erreur, car le tombeau de l’infant, identifiable par le programme iconographique de ses reliefs sculptés et de son gisant, ainsi que par son épitaphe, se trouvait dans l’église templière de Villasirga (Villalcázar de Sirga, Palencia) depuis le règne de Sanche IV. Au même endroit, un tombeau féminin présentant des caractéristiques similaires a longtemps été attribué à tort à Leonor Rodríguez : il s’agit en fait de celui d’une fille bâtarde de l’infant Felipe, Beatriz Fernández (Rocío SÁnchez Ameijeiras, « Mui de coraçon rogava a Santa Maria : culpas irredentas y reivindicación política en Villasirga », in :Ángela FRANCO MATA (dir.), Patrimonio artístico de Galicia y otros estudios. Homenaje al Prof. Dr. Serafín Moralejo Álvarez, Saint-Jacques de Compostelle : Xunta de Galicia, 2004, t. 3, p. 241-252).

66 D’après l’enquête royale qui conduisit à la rédaction en 1351-1352 du Libro Becerro de las Behetrías (Gonzalo Martínez Díez, Libro Becerro de las Behetrías. Estudio y texto crítico, Léon : Centro de Estudios e Investigación San Isidro, 1981, t. 1, p. 271).

67 ASF, P-59.

68 Confirmations royales de 1285 (ASF, P-13), 1339 (ASF, P-21), 1340 (ASF, P-22), 1367 (ASF, P-22), 1379 (ASF, P-17), 1379, 1420 (ASF, P-16) et 1456 (ASF, P-3).

69 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 102-115.

70 C. DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya… », p. 26-29.

71 María Echániz Sans en a comptabilisé une quarantaine (M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 257-287).

72 Les concejos durent notamment déployer leurs propres stratégies pour obtenir de la chancellerie royale la confirmation de leur exemption de taxes royales et pour conserver ces documents, comme il ressort du texte de la plainte déposée par les concejos de Quintanilla de Ríofresno, de Barrio de San Felices et de Cañizar de Amaya contre le percepteur de la fonsadera en 1340 (ASF, P-15).

73 ASF, l. 6, t. 2, f. 6.

74 L’origine de cette situation remonte à 1313, lorsque les sœurs choisirent de remettre à la reine María de Molina « la garde et la commende » de cette villa (d’après une mention du XVIIe siècle, RAH, collection Salázar, M-37, f. 115 et suivants). Les percepteurs de la reine María du Portugal versaient encore au monastère une somme fixe, 3.500 maravédis, pour l’usufruit de la villa en 1345 (ASF, P-8). Le Libro Becerro de las Behetrías fait pourtant état d’un revenu abonné globalement inférieur à cette somme, 1.100 maravédis de martiniega et 300 de yantar (G. Martínez Díez, op. cit., t. 1, p. 271). La communauté disposa en revanche librement de Mucientes en 1382 (ASF, P-61).

75 Les biens de Valdeprado cédés au monastère par Leonor González en 1263 rapportaient notamment des droits de justice (ASF, P-51 : « ... con calonnas e humizillos… »). San Felices n’y percevait aucune rente seigneuriale en 1351-1352, mais vendit pourtant cette villa en 1480 ou peu avant (ASF, l. 4, t. 16, f. 1-9).

76 En témoignent le texte de 1495 concernant le procès contre Villamayor de Treviño (ASF, P-18), une bulle de 1515 menaçant d’excommunication pour spoliation les abbés d’Aguilar de Campoo et de Villamayor de Treviño (ASF, P-23), et une autre bulle de 1520 menaçant pareillement d’excommunication les abbés de Villamayor de Treviño et de Rioseco (ASF, P-10).

77 AHN, OM, Registro VIII, 1348-C, f. 155-155v.

78 M. ECHÁNIZ SANS, op. cit., p. 135 et suivantes.

79 G. Martínez Díez, op. cit., t. 1, p. 245, 405, 409-410, 412-413 ; t. 2, p. 39.

80 La communauté se plaignit au roi du refus opposé par les notaires de Salamanque dix-sept jours après la concession du privilège (ASF, P-75).

81 La reine avait fait reposer cette charge sur un bourg proche du monastère, Villadiego, le chef-lieu de la merindad (ASF, P-8).

82 La communauté avait surtout sollicité des acteurs économiques locaux (deux des trois prêteurs ainsi que le bénéficiaire du nouveau contrat) mais avait également eu recours à des personnages d’envergure supérieure : l’un des prêteurs était établi dans la capitale du royaume, Valladolid (ASF, P-61).

83 ASF, P-19.

84 Un compte rendu indiquait que ce bail emphytéotique avait été conclu avec la communauté rurale de Quintanilla de Ríofresno pour un cens impliquant également quarante cargas de céréales, dont la moitié de froment. La bulle de 1512 dans laquelle il était inséré tentait précisément de remédier à l’appropriation de ces revenus par les abbés prémontrés d’Aguilar de Campoo et de Villamayor de Treviño, tentative à l’évidence vaine (ASF, P-23).

85 RAH, col. Salázar, M-37, f. 115 et suivants (mention du XVIIe siècle) ; ASF, P-8, P-61 et l. 4, t. 3, fol. 11. L’échange de 1410 fut conclu avec l’adelantado mayor de Galice, García Fernández Sarmiento, qui fit ensuite de Mucientes l’un de ses principaux lieux de pouvoir. Les biens reçus en échange par San Felices étaient éparpillés mais tous situés dans un rayon de vingt kilomètres autour de l’abbaye.

86 G. Martínez Díez, op. cit., t. 1, p. 245, 405, 409-410, 412-413 ; t. 2, p. 39. San Felices détenait les deux tiers des droits seigneuriaux de Quinanilla de Onsoña et moins du tiers de ceux de Villabermudo.

87 ASF, P-33 (1300), P-64 (1315) et P-61 (1382). Le premier affermage était une faveur faite à un chapelain de la communauté ; le second, un moyen de soulager la gestion de biens éloignés de très faible importance (le revenu représentait seulement dix maravédis). Seul le troisième, l’affermage-hypothèque de Mucientes déjà évoqué, visait réellement à constituer une rente, mais dans des circonstances très particulières.

88 ASF, l. 6, t. 2, f. 6(1408) ; P-19 (1435) ; l. 4, t. 3, f. 29-34 (1442) et P-23 (v. 1500).

89 ASF, l. 3, t. 5, f. 2 (1408) ; l. 4, t. 3, f. 11 (1410) ; l. 4, t. 16, f. 1-9 (avant 1480).

90 C. DE AYALA MARTÍNEZ, « San Felices de Amaya… », p. 32 et R. SÁNCHEZ DOMINGO, op. cit., p. 96.

91 R. SÁNCHEZ DOMINGO, op. cit., p. 103-113 et V. de la Cruz, art. cit., p. 194-197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislain Baury, « Les ordres militaires hispaniques et l’économie cistercienne. Le temporel des sœurs de Calatrava (XIIIe-XVe siècles) », e-Spania [En ligne], 16 | décembre 2013, mis en ligne le 22 décembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/22864 ; DOI : 10.4000/e-spania.22864

Haut de page

Auteur

Ghislain Baury

Université du Maine, Le Mans. Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org