Navigation – Plan du site
Usages ou mésusages du pouvoir : la question de la corruption dans les sociétés ‎coloniales de la Monarchie Catholique

La corruption de la monarchie unie ibérique dans le miroir de la corruption des États asiatiques (Grand Mogol et Arakan)

Hugues Didier

Résumés

Frei Sebastião Manrique (†1669) vivait à Rome quand il rédigea et publia l’Itinerario de las misiones orientales. Il était dans une position délicate, puisque le Saint-Siège n’avait toujours pas reconnu l’indépendance du Portugal de 1640. Il avance donc masqué pour faire le bilan de la défunte monarchie ibérique unie sur la scène asiatique. C’est pourquoi la légende, apparemment bouddhiste et birmane, de l’Éléphant blanc lui fournit l’occasion d’évoquer le rôle néfaste des validos, sans avoir jamais à citer les noms de Lerma ou d’Olivares. Un sermon sur le même sujet, en théorie adressé au roi bouddhiste de l’Arakan (ouest de l’actuelle Birmanie), semble inintelligible hors d’une cour européenne. De plus, il évoque longuement la corruption répandue en Asie sans évoquer jamais la vénalité des Portugais, vénalité dont les conséquences seront fatales pour le royaume bouddhiste d’Arakan (Birmanie), puisqu’après l’avoir défendu, en qualité de mercenaires, contre l’empire musulman voisin du Grand Mogol, ils se laisseront suborner pour le lui livrer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sebastião MANRIQUE, El Itinerario de las Misiones Orientales.Le texte de 1653 est fidèlement reprod (...)
  • 2 Sous les règnes, respectivement de Philippe II-III (de 1598 à 1621) et Philippe III-Portugal (de 16 (...)

1Dans son Itinerario de las misiones orientales1, Frei Sebastião Manrique consacre bien des pages à la corruption des États asiatiques où il séjourne. Mais il le fait de manière à manifester que celle de l’Espagne-Portugal sous les validos2 lui fait souci. Corruption asiatique et corruption ibérique en partie divergent et en partie coïncident. Quand il évoque ces lointains pays d’Orient, il pense visiblement à sa Péninsule d’origine.

Avidité et vénalité, fondement des États asiatiques

  • 3 Francis CERDAN (éd.), La oratoria sagrada en el Siglo de Oro,Criticón 84-85, Toulouse : Presses Uni (...)
  • 4 José GARCÍA LÓPEZ, Historia de la literatura española, Barcelona : Editorial Teide, 1959 (10ª ed.), (...)

2Malgré l’abondance des informations économiques et politiques, Frei Sebastião Manrique n’oublie presque jamais qu’il est moine dans l’ordre de saint Augustin. Il ne manque pas une occasion de donner un tour édifiant à son récit, ou même d’y insérer de petits sermons. On peut même supposer que le choix du castillan est dû, en partie, à son admiration pour l’oratoria sagrada du Siècle d’Or, étudiée par Francis Cerdan3. Il commet certains excès stylistiques et prend le risque d’être aussi obscur que les meilleurs auteurs de sermon espagnol, non sans tomber dans le ridicule bien souvent. Bien que l’œuvre lui soit bien postérieure, on ne peut souvent s’empêcher, en le lisant, de penser à l’Historia del famoso predicador Fray Gerundio de Campazas, alias Zotes (1758), de José Francisco de Isla (1703-1781), la définition qui en est donnée par un banal manuel d’histoire de la littérature espagnole convenant parfaitement à Frei Sebastião Manrique : « sermones llenos de farragosa erudición, de latinismos inoportunos y de grotescos efectismos »4.

  • 5 En portugais Arracão, GELB [abréviation de : Grande Enciclopêdia Luso-Brasileira], 3, p. 321:« Nome (...)
  • 6 Jacques-Pierre LEIDER, Le royaume d’Arakan, Birmanie, son histoire politique entre le début du XVe (...)
  • 7 Ibid., p. 151.
  • 8 En portugais Chatigão, GELB, 6, p. 625. Chatigán dans le texte de Manrique.
  • 9 Ibid., p. 24.
  • 10 Le birman est directement apparenté au tibétain, donc très lointainement aussi au chinois : Michel (...)
  • 11 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 23, note 14 : « L’arakanais est un dialecte birman qui se signale notamm (...)

3Il est question ici, essentiellement, de deux États asiatiques : d’une part, l’Empire indien du Grand Mogol et d’autre part l’Arakan5, situé dans le sud-ouest de l’actuelle Birmanie (appelée aussi Myanmar)6 ainsi que dans l’extrême est de l’actuel Bangladesh. Le séjour de Manrique se situe à l’époque faste des « rois guerriers »7, celle où l’Arakan était puissant et prospère, grâce au contrôle du port de Chittagong8 (aujourd’hui au Bangladesh) et des routes commerciales qui en dépendaient. La Birmanie allait absorber ce pays ethniquement proche en 17859 : les Arakanais parlent une langue à tons de la famille sino-tibétaine10, voisine du birman11 et sont bouddhistes, en contraste complet avec leurs voisins de l’ouest, les Bengalis de religion soit hindoue soit musulmane, à la langue proche mais distincte de l’hindoustani-hindi.

  • 12 S. MANRIQUE, El Itinerario…, 1, p. 34.
  • 13 Ibid., 1, p. 59.

4Du point de vue de la tendance à la vénalité et à la corruption, l’Arakan et l’Inde ne diffèrent guère. Frei Sebastião Manrique définit ainsi ce fâcheux apparentement : « estas naciones asiáticas no reparan más que en sus interesses »12. Une cupidité exagérée ou exacerbée n’immunise évidemment pas contre la possession de beaucoup d’autres défauts :« El natural desta nación bengala es ser gente flaca y pusilánime, muy dada al interés, como lo son quasi todas las naciones asiáticas »13. Il convient d’autant plus d’être aux aguets que les Asiatiques savent dissimuler leur cupidité :

  • 14 Ibid., 1, p. 117 [59].

Con esto se despidió de nosotros y se fue a tratar del suio y nuestro negocio; mas esto con tal modo que supuesto llevan siempre el interés delante, con todo lo saben encubrir de manera que siempre les quedáis obligados14.

  • 15 Daniel REIG, As-Sabil, dictionnaire arabe-français, Paris : Larousse, 1983 § 5678 d’après le verbe (...)
  • 16 D. REIG, As-Sabil…, § 525. Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française,Paris : (...)

5Puisque cupidité et vénalité gouvernent l’Asie, on n’obtient jamais rien d’un fonctionnaire mogol ou arakanais sans lui faire de cadeau. Le mot clé est ici adiá. Il dérive de l’arabe hadîya, terme signifiant « cadeau », « don », « offrande », « présent », « hommage »15. En arabe comme en français, on dit aussi bakchich, mais ce mot vient du persan, par l’intermédiaire du turc16. Adiá fait partie du stock des termes exotiques employé par Manrique pour faire « couleur locale », termes généralement puisés dans l’hindoustani, variante de l’hindi bien plus chargée d’arabismes – par l’intermédiaire du persan – que le castillan ou le portugais par emprunt direct. Même employé à propos d’Arakan ou des Arakanais, il se réfère à l’Inde mogole ainsi qu’en fait foi cette définition :

  • 17 S. MANRIQUE, El Itinerario…, 2, p. 309-310.

Tienen por costumbre los mongolanos príncipes admitiren con dificultad a los que les van hablar, sin llevarles algún presente, a que llaman adiá : mas son tan cortesanos y buenos de contentaren essa materia, que qualquiera que sea el presente, le reciben; mas algunas vezes, si los que apresentan, son personas ordinarias, después de les averen recibido el presente o adiá, los enbían descontentos y mal satisfechos, y lo que peor es, algunas vezes se los toman también por fuerça, haziendo agravios y escándalos a los que pouco pueden : de manera que el proceder de los príncipes, grandes y señores que goviernan tanta monarchía, por la mayor parte es tiránico y violento17.

  • 18 Ibid., 2, p. 206.

6Dans toutes les transactions, avec des cadeaux, on n’a plus besoin de bons arguments. « A la sombra desta adiá o presente, después de echas las sólitas ceremonias propuse mis rasones con la mayor eficacia que pude »18. Il faut toujours se tenir prêt à apporter un présent, ainsi :

  • 19 De la gaze.
  • 20 S. MANRIQUE, Ibid.,1, p. 117.

[…] dos piezas de escomilla19 o volantes de la China, que él estimó mucho mostrando grandes deseos de se emplear en nuestro servicio, ansí por las recomendaciones del cuñado, como por el interés que esperava de nosotros, que ésse sería el principio, con que nos pretendía servir, por ser esto el más ordinario en todos los orientales20.

7Il est vrai que s’il faut toujours faire des cadeaux, on peut aussi s’attendre à en recevoir. Ainsi en Arakan, en remerciement pour une bonne nouvelle :

  • 21 Ibid., 1, p. 77.

[…] con que quedó el governador muy contento, por las razones que yo tengo apuntado; y a la tarde me mandó visitar con una adiá o presente de varias aves y fruta, despachando luego al Rey la nueba por un correo21.

  • 22 Ibid., 1, p. 111.
  • 23 Ibid.,1, p. 122.

8Mais les cadeaux apportés par Manrique à des fonctionnaires royaux ou à des personnes d’influence en disent long sur le rôle joué par les Portugais dans les échanges inter asiatiques. Ce sont en général des produits de luxe, assez sophistiqués, made in China. Il peut s’agir, et c’est très vague d’un « presente de varias pieças de la China »22. Ou encore : « el adiá o presente, el cual trayan cinco servidores, y consistía en cinco tableros dorados de la China… »23. Déjà sur le chemin du retour et parvenu à Lahore, pour obtenir la grâce d’être reçu par Assaf Khân, il ordonne à ses domestiques de :

  • 24 Ibid.,2, p. 256 ; 1, p. 104-105 : « Con esta comodidad de Ceriones y sombreros fuimos a ver el gove (...)

[…] preparar la sólita adiá o donativo, con algunas curiosidades de la China, para aparecer delante de aquel príncipe, que conforme a la usada costumbre de aquellas partes, sería descortesía llegar con las manos vacías, […]24.

9Lors de son action hostile au gouverneur de Chittagong, élément central de son action politique en Arakan, il doit faire avancer bien de ses affaires en cours et pour y parvenir, il doit distribuer des cadeaux à tout le monde pour se faire bien voir. Fonctionnaires arakanais, mais aussi divers membres de la famille royale. Sans oublier non plus les infants. Lors d’une animée fiesta de los elefantes, Manrique a la chance de se trouver à une place d’honneur. Il en profite pour s’approcher d’un jeune infant et lui donner en cadeau :

  • 25 Ibid., 1, p. 178.

[…] un perrillo blanco y felpudo, muy al natural, que levantándose bullía con las manos, obra de chinas, que en seren ingeniosos pueden competir con todas las naciones, que más lo son en la Europa25.

  • 26 Ibid.,1, p. 180.

10Ce merveilleux chien mécanique en peluche suscite la jalousie de l’autre infant d’Arakan. Un autre cadeau avait été prudemment préparé pour celui-ci : « un faquero muy curioso de los cuchillos con los cabos de cristal […] obra y manufactura de Ceilán, más vistosa que costosa ». Sîrisudhammarajâ est ravi de l’excitation des jeunes infants : « pareciéndome buena ocasión para proponer mi petición ». Bon père, il est incapable de résister à une nouvelle demande de Manrique26.

Le centralisme administratif, source de corruption

  • 27 Ibid.,2, p. 248-249 : [L’Inde mogole]« cuia grandeza y riqueza no me atreviera a descrivir, si la f (...)
  • 28 Ibid., 1, p. 42.
  • 29 Ibid., 2, p. 167-177.
  • 30 Ibid., 2, p. 168-169.

11Si la sympathie de Manrique va indiscutablement à l’Arakan qu’il s’emploie à décrire comme un protectorat portugais, ce qui n’est pas exact, au regard de son histoire telle que la décrit Jacques-Pierre Leider, dans son ouvrage très documenté, Le royaume d’Arakan, Birmanie, son histoire politique entre le début du XVe et la fin du XVIIe siècle, c’est indiscutablement l’empire du Grand Mogol, où régnait alors Shâh Jahân, qui lui en impose le plus27 :  « entre las naciones mahumetanas es la más ostentosa y más costosa, ansí en la limpieza y curiosidad de sus personas, adorno de sus casas, como en los comeres costosos que usan »28. Certains chapitres donnent une description très détaillée de l’Inde sous domination musulmane. Ses infrastructures, routes et caravansérails sont admirablement entretenus et offrent toute sorte de conforts29. Il eût fait un bon rédacteur pour les guides Michelin. Grâce à lui, nous savons que celui de Belassor comporte « treinta y tres estancias » et que la restauration y est excellente30. De ce point de vue, l’Europe chrétienne ne vaut pas l’Inde mogole :

  • 31 D’après le portugais estalajadeiro,aubergiste.

[…] aunque bárbaros e infieles, llevan en esto mucha ventaja a los estalajeros31 y hosteleros de nuestra Europa, que por christianos tenían obligación algunos a seren más comedidos, ansí en lo interior como exterior […].

  • 32 Ibid., 2, p. 170-171.
  • 33 Ibid., 2, p. 242.

12Pour preuve, ses mésaventures ultérieures aux portes de Rome, au terme de son immense pérégrination, avec un « inhumano ventero italiano »32. De plus, Manrique ne tarit pas d’éloges sur l’ordre et l’abondance régnant sur les marchés, sur la puissance et la prospérité de l’Inde sous domination musulmane33.

  • 34 Ibid.,2, p. 310.
  • 35 Ibid.,2, p. 302.
  • 36 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris : Robert Laffont, 1994, p. 361-362.

13Ces succès économiques et politiques n’empêchent pas Manrique de voir le revers de la médaille. En cette première moitié du XVIIe siècle, sous les règnes de Jahângîr (règne 1605-1627) et de Shâh Jahân (règne 1627-1658), comme à l’époque d’Akbar (règne 1556-1605), l’État se confond dans une large mesure avec une armée d’occupation et son administration, rigoureusement centralisée, fait horreur au religieux portugais. À l’époque de Manrique, le centralisme administratif accompagne une sur-militarisation inductrice d’une pression fiscale34 souvent insupportable pour la population. Voilà un grand pays très policé, avec de très efficaces douanes intérieures et des fonctionnaires partout35. Ce n’est que sous Aurangzeb (règne 1658-1707) et ses pâles successeurs du XVIIIe siècle, qu’il connaîtra de graves convulsions accompagnées d’un morcellement féodal, signes d’une interminable agonie qui se prolongera jusqu’en 1857 et l’insurrection des Cipayes contre la East India Company36. Quand il rédige son ouvrage à Rome, à un moment où le Saint-Siège ne s’est toujours pas décidé à reconnaître la sécession de 1640, ses fonctions dans l’ordre de saint Augustin lui imposent de s’exprimer avec prudence ou délicatesse. Il est donc fort possible – mais non certain – que le mal dit ici du centralisme administratif mogol renvoie l’écho de ce que la monarchie hispanique avait tendu à être alors sous l’impulsion de ministres peu respectueux des prérogatives des Couronnes portugaise et aragonaise.

  • 37 S.MANRIQUE, op. cit., 1, p. 35.

14L’absolutisme fait horreur à Manrique : « el govierno del Mogol es tiránico y violento, no tratan de razón y justicia »37. Éphémères, facilement révocables, souvent révoqués, les fonctionnaires indiens sont rongés par l’esprit de lucre : ils veulent que les impôts rentrent au plus vite :

  • 38 Ibid., 1, p. 51-52.

En todas estas provincias fue poniendo el Gran Mogol sus nababos, que como tengo dicho, son como entre nosotros virreyes; y estos ponen de su mano governadores o seguidares en las tierras, donde les parece que avrá más conveniencia para sus intereses particulares : y para tener más sugetos, y violentados los naturales, les acrecientan los tributos, haziéndoselos pagar quatro y seis meses adelantados, por respeto de no ser costumbre traeren tiempo limitado en sus goviernos, sino al beneplácito del Padchá ; y este quando ellos menos lo imaginan, entonces los muda, o para otros cargos mayores, o ya también privándolos de los gobiernos ; y por esta razón van siempre llevando los tributos adelantados, y las más veces con violencias ; y no teniendo los pobres naturales por donde pagar, les toman sus proprias mugeres y hijos, haziéndolos esclavos y vendiéndolos en públicas almonedas, siendo gentiles38.

  • 39 Ibid., 2, p. 308.

15La justice mogole est expéditive : « se resuelven los pleytos con summa brevedad […] vienen a hazer tan grandíssimas injusticias »39. Le centralisme mogol s’accompagne d’un grand vide institutionnel, de l’absence de corps intermédiaires. Tout réside dans le :

  • 40 Ibid., 2, p. 307-319.

[…] gobierno despótico desta monarchía, cuyo emperador es absoluto señor de sus vassallos, o para mejor dezir, esclavos, sin dependencia de leyes ningunas ; pues todas depienden de su voluntad y arbitrio. Con todo no obstante esta independencia todas las semanas da una vez audiencia pública, y assentado pro tribunali en un rico y magestuoso trono, está oyendo pacientíssimamente con mucha atención todas las lites y causas ansí civiles como criminales, y allí luego clara, llana y distintamente las sentecias en final, la qual es irrevocable y sin apelaciones. Las penas capitales se executan en los condenados con grandíssima prompteza y crueldad, y este jurídico estilo, que usan los Padchazes o emperadores, usan tambien los ministros con autoridad delegada en todas las provincias sugestas a su imperio […]40.

16Les erreurs judiciaires ne s’y réparent pas, à moins de recourir à la corruption de fonctionnaires. Or, toujours prêt à fustiger la vénalité et la corruption des fonctionnaires indiens ou arakanais, il n’hésite pas à en tirer parti, ainsi en cas de litige causé par la diversité des religions. Deux mésaventures lui permettent de mesurer la différence entre l’État mogol, tyrannique, centralisé et militarisé, mais relativement libéral du point de vue religieux, et la monarchie ibérique, intransigeante en matière de foi, mais assise sur un droit structuré et évolutif, et limité par de nombreuses institutions. Voici qu’une parole malheureuse sur l’islam déclenche une émeute :

  • 41 Ibid., 2, p. 52.

nos quitaran luego allí las vidas, si el mismo siguidar no los mandara apartar por sus soldados o sipaís, aplacando el furioso y rabiado pueblo con dezir que era necessario remitirnos al nababo, para que allí pagásemos nuestras culpas; con grandes y dilatados tormentos […]. Con el lenitivo del siguidar se assossegó algún tanto el furor popular41.

  • 42 Ibid., 2, p. 58.
  • 43 Ibid., 2, p. 60-62.
  • 44 Ibid., 2, p. 63-64.

17Dans la résidence du siguidar, Manrique et les siens sont mis en détention quatre jours dans l’écurie en compagnie de deux éléphants et de sept chevaux. Le cinquième jour, on les transfère dans une autre localité et ils comparaissent devant un tribunal mogol42. Par la suite, le chef d’accusation change. On leur reproche d’être non pas des marchands de Hugli au Bengale ainsi qu’ils l’avaient prétendu, mais des espions portugais à la solde des Arakanais. Le meilleur de la bande en hindoustani fait alors appel au souverain mogol. La demande impressionne : ils sont aussitôt transférés dans une autre prison, plus confortable, où ceux d’entre eux qui sont malades sont soignés par des médecins compétents43. La réponse aux lettres de recours arrive. Les voyageurs sont libérés et reçoivent des excuses officielles. Lecture publique de l’acte du nabab est faite44. Vraisemblablement, des intérêts commerciaux ont fait oublier les deux accusations successives de blasphème et d’espionnage.

  • 45 Ibid., 1, p. 178.
  • 46 D’après l’hindoustani pargana, qui désigne un district fiscal : C. ECKFORD LUARD, H. HOSTEN, Travel (...)
  • 47 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 180.

18L’autre histoire de corruption salvatrice tourne autour d’une initiative intempestive du cuisinier bengali de Manrique : il a préparé, comme on le fait d’une dinde ou d’un poulet, un paon préalablement volé. Quand la nouvelle s’en répand, les hindous du lieu se déchaînent et dénoncent le coupable au « siguidar o governador de la ciudad »45. Celui-ci reproche au domestique de Manrique d’avoir violé les lois de coexistence entre hindous et musulmans, héritées de l’apoque d’Akbar et encore en vigueur sous ses successeurs Jahângîr et Shâh Jahân :« ¿Tu no eres, en lo que muestras, bengala y mussulumane? […] pues ¿cómo tuviste atrevimiento para en una pragana46 de indús[…] matar cosa viviente? ». Manrique prend sa défense et, tout religieux augustin qu’il soit, en appelle à l’autorité du Coran et de la sharî’a : « no cometió pecado ninguno contra Dios ni fue contra los preceptos del suyo y vuestro Alcorán : bien le podéis perdonar »47. Mais pour le siguidar, l’équilibre politique du royaume demande à ce que jamais, les hindous ne puissent s’estimer offensés dans leur religion :

  • 48 D’après l’arabe mushaf, précisément un volume, un exemplaire du Coran : D. REIG, Ibidem, § 3056.
  • 49 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 180.

[…] el Padchá, que avía conquistado aquellas tierras a los gentiles, avía dado palabra, jurando en el Mossaffo48 del santo Profeta, de ansí el como sus descendientes, les dexarían vivir en sus leyes y costumbre : y ansí no permitían se les hiziese ningún agravio49.

19On emprisonne le cuisinier. Le lendemain, Manrique se rend au darbâr ou audience du siguidar. Il cherche des renseignements que, naturellement, il obtient par la corruption de :

  • 50 Ibid.,2, p. 181.

[…] un eunucho confidente de la señora governatriz o siguidaresa, de quien yo yva bien informado ; y después de le ablandar con las molificativos necessarios en semejantes ocasiones, por su vía mandé a presentar a la sobre dicha señora una piessa de tafetán verde de la China floreada de flores blancas, roxas y amarillas, cosa harto vistosa y apacible […]50

  • 51 Ibid., 2, p. 183.
  • 52 Ibid., 2, p. 185.

20Il urge de préserver le cuisinier voleur du paon de la peine prévue pour le blasphème anti-hindou et du larcin commis, en application de la loi musulmane. Dans un premier temps, l’amputation est évitée51, puis la peine commuée en coups de fouets. Enfin le cuisinier est discrètement libéré. Satisfait du résultat déjà obtenu par ses cadeaux, il rend visite à la siguidaresa52. Manrique vient de pratiquer ce qu’il blâme dans les États asiatiques : la corruption de fonctionnaires, conséquence de l’instabilité administrative, elle-même effet de la tyrannie.

  • 53 Ibid., 2, p. 117-123.
  • 54 Sanjay SUBRAHMANYAM, L’Empire portugais d’Asie, 1500-1700,Paris : Maisonneuve et Larose, 1999, p. 1 (...)
  • 55 Ibid., p. 184.
  • 56 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 282.
  • 57 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 197  et p. 198 tableau résumant le processus des ventes avec liste de (...)

21Cet apparent illogisme n’est que bien peu de chose à travers tout ce que Manrique passe sous silence à propos de la corruption existant alors dans l’Estado da Índia et dans toute la sphère lusitanienne. L’historien indien Sanjay Subrahmanyam décrit les changements subis par l’Asie portugaise, sous l’influence du modèle donné par l’Empire espagnol d’Amérique et du Pacifique. Celui-ci impressionne durablement. On s’en rend compte à la contrariété éprouvée par Manrique au contact du gobernador de Manille53. Pour Subrahmanyam, les chimériques projets de conquête territoriale, pendant les années 1570-1610, de Ceylan [Sri Lanka], du Cambodge, de la Birmanie ou du royaume thaï d’Ayuthia54 sont l’illustration de ce « modèle castillan », présent dans les esprits lusitaniens, le rêve d’un empire « s’étendant sur la péninsule Indienne, sur les ruines de l’empire vijayanagara »55. Manrique lui-même semble succomber à ce genre de mirage en protestant contre le délaissement de l’Asie par la monarchie ibérique unie56. On chercherait en vain l’autre volet du « modèle castillan » dans l’Itinerario de las misiones orientales : le « recours à un système caractéristique déjà répandu en Amérique espagnole : la vente aux enchères des charges publiques57. La vénalité est donc intrinsèquement mogole ou arakanaise, jamais portugaise.

La légende de l’Éléphant blanc

  • 58 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p.  203-230.
  • 59 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 290.
  • 60 Ibid., p. 182.
  • 61 Ibid., p. 184.

22La légende de l’éléphant blanc occupe les chapitres 23, 24 et 2558 de l’Itinerario de las misiones orientales. Manrique prétend fonder son récit sur d’anciennes chroniques birmanes. Il s’agit soit d’une consultation indirecte, par personne interposée, soit d’une vantardise parmi tant d’autres : tout dans son récit montre qu’il ne maîtrise que l’hindoustani. Il existe quantité de récits ou de légendes relatifs à l’éléphant blanc, figure commune des folklores de l’Inde et du sud-est asiatique. On sait que « l’appellation standard des rois guerriers [d’Arakan] était chan phrû sakhan, seigneur de l’éléphant blanc »59. Mais, pour légendaire qu’il paraisse, le récit possède un fondement historique : la récupération effective en 1599, par les Arakanais, d’un éléphant blanc préalablement disputé entre Birmanie et Siam60, cause d’une interminable guerre entre ces deux nations61. Manrique a visiblement assigné à ce récit deux buts qui justifient son insertion dans son livre : d’une part, nous sermonner contre l’amour désordonné des richesses matérielles. D’autre part, faire l’éloge de la nation portugaise, particulièrement portée selon lui à l’action héroïque et désintéressée.

  • 62 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 209.
  • 63 Ibid., 1, p. 210.
  • 64 Actuelle basse Birmanie.
  • 65 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 212.

23Au départ, nous apprenons que, telle l’Espagne-Portugal de son temps, la royauté birmane fédère plusieurs États62. À la suite d’une conspiration des« principales señores de aquel estado »les conjurés tuent le roi et la famille royale. Mais« un leal criado »soustrait des jumeaux âgés de trois ans aux assassins. Il s’enfuit avec eux au Siam. Mais les conjurés birmans étendent leur influence jusqu’à la cour de ce pays. Pour sauver les enfants, le fidèle serviteur fuit la cour siamoise et va se réfugier dans la jungle, déguisé en ascète bouddhique,« en fingido anacoreta ». Il y élève dans la vertu les jumeaux. Un beau jour, devant la hutte du faux ermite, apparaît « un blanco elefante, reconociéndolo por hijo de la Luna »63. L’homme, la nuit précédente, avait été visité par un songe prophétique où le dieu annonçait la venue de l’animal. Il sait que celui-ci enclenche un processus de restauration légitimiste sur le trône birman. Les jumeaux montent sur le dos de l’animal et s’en vont. Le fingido anacoreta leur emboîte le pas, oubliant d’emporter de précieux documents. Au bout d’un certain temps, les paysans du voisinage s’inquiètent de voir la hutte toujours déserte. Ils la fouillent et découvrent un coffre d’aspect très banal mais rempli de monnaies en or de Birmanie et du Pegu64, puis un autre, rempli de bijoux. Bien loin de se saisir de ces trésors, ils vont en avertir le gouverneur65. Lesfonctionnaires envoyés en inspection sont assez honnêtes pour ne toucher à rien, parce qu’à la pagode, les bonzes leur ont appris l’honnêteté et le désintéressement. La légende de l’éléphant blanc est un récit édifiant, en contradiction avec les sévères jugements ailleurs émis par Manrique sur les bonzes :

  • 66 Ibid., 1, p. 213.

[…] y estos en la materia de la ambición y deseo insaciable de adquiriren riquezas, son tan moderados y abstinentes que no tan solamente lo aconsejan y enseñan la palabra, quán nocivas son las tales para conseguir el premio de la vida espiritual, mas también lo enseñan exemplarmente […]66.

  • 67 Ibid., 1, p. 213.
  • 68 Ibid., 1, p. 214.

24De plus, ils prêchent par l’exemple : « como hazen algunos, que ultra de profesaren el verdadero y católico culto, profesan también estado de perfeción »67. Foncièrement malhonnête, le gouverneur siamois aurait bien voulu s’approprier le trésor des princes birmans, mais la fâcheuse présence de si probes fonctionnaires l’en empêche. On procède à l’inventaire et le souverain siamois est avisé de ce qui s’est passé68. L’éléphant blanc arrive à la capitale de la Birmanie. Le peuple l’y attend, en vertu de la prophétie. Même l’usurpateur veut lui rendre hommage. Mais l’animal l’identifie et le piétine à mort. C’est la punition de l’ambition et de l’avarice :

  • 69 Ibid., 1, p. 215.

Pequeño castigo por cierto para un ambicioso que no se contentando con lo que le pertence, procura por qualquiera vía acrescentar su patrimonio, aunque sea a cuesta de lo ageno, no reparando en la offensa y satisfacción divina y humana […]69.

  • 70 Ibid.,1, p. 219-220.
  • 71 Ibid., 1, p. 220.
  • 72 Ibid., 1, p. 220.
  • 73 Ibid., 1, p. 228-231. Mais Manrique n’est jamais allé jusqu’à croire aux prophéties relatives à Dom (...)
  • 74 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 232.

25Le précepteur royal décide de se retirer du monde et de devenir un véritable ermite. Mais le jumeau premier né et roi décide de le garder comme conseiller et ministre. Ce dernier hésite, mais obligé par sa conscience d’accepter, il donne de bons conseils. Ainsi, le nouveau roi aurait pu anéantir les usurpateurs du trône paternel, mais préfère, magnanime, leur pardonner70. Signe qu’en choisissant son ayo comme valido il a fait le bon choix. Cependant, le roi du Siam envoie des espions en Birmanie surveiller l’éléphant blanc71, puis en réclame la restitution, puisque l’animal s’était d’abord manifesté sur ses terres. Mû par un désir de paix, le souverain birman serait prêt à bien des concessions mais ne peut transiger sur la question de l’éléphant blanc. Il envoie, avec un riche présent, un ambassadeur. Gratuitement humilié72, ce dernier déclare la guerre. Une terrible bataille oppose les armées siamoise et birmane73. Le bon roi meurt dans la bataille. Le ton pris par le récit est tel qu’on se demande si Manrique n’est pas sur le point de verser une larme en pensant à la fin tragique de Dom Sebastião lors de la bataille des Trois Rois en 157874. La tragédie n’a pas d’autre cause profonde que la cupidité du souverain siamois :

  • 75 Ibidem, 1, p. 231.

¡qué sucesos trágicos!, ¡qué muertes violentas bastaran para mitigar y ablandaren el ánimo de un príncipe ambicioso! que idóprico [sic] deste mal le no bastarán todas las aguas del Océano aunque no fueran amaras, para le saciaren!75

  • 76 Ibidem, 1, p. 233.

26Les Birmans organisent dans leur capitale de grandioses funérailles pour leur roi mort au combat76. La suite du texte suggère qu’en parlant de la Birmanie, Manrique pense à son Portugal natal :

  • 77 Birmans.
  • 78 S.MANRIQUE, op. cit., 1, p. 233-234.

[…] después de las quales [exequias] trató el governador de convocar Cortes generales, en las quales juraron por rey y señor natural de toda la monarquía de Bramás77 al hermano del defunto rey o rapto, como ellos dizen78.

  • 79 Ibid., 1, p. 240.

27Mais le Siam s’obstine à jalouser la Birmanie en raison de l’éléphant blanc. Le conflit dure. L’infortune de ses armes l’oblige à mettre l’animal sacré à l’abri, en terrain neutre, au royaume de Pegu, autre fragment de l’actuelle Birmanie. En définitive, l’éléphant blanc ne sera ni birman ni siamois mais arakanais. Le roi vainqueur peut désormais se pavaner bêtement avec son éléphant blanc, « su principal trofeo »79.

  • 80 Ibid., 1, p. 234.
  • 81 Ibid., 1, p. 234-235.
  • 82 Ibid., 1, p. 234-235.

28Et c’est alors que les Portugais entrent en scène, en qualité de mercenaires80. Le roi d’Arakan doit faire face, dans la capitale du Pegu conquise, à une situation que l’irrépressible cupidité asiatique a rendue incontrôlable81. Seule exception : les sept-cent dix soldats portugais de son armée. Ces derniers restent disciplinés et se gardent bien de participer au pillage : « Quedó el gentil rey admirado de ver tanta generosidad en soldados, y de nación que pecava más de pródiga y gastadora de lo que avara »82. Et, outre le Portugal, la branche portugaise de l’ordre de saint Augustin qui a presque toujours refusé les dons que voulaient lui faire les souverains orientaux :

  • 83 Ibid., 1, p. 238.

Política que muchos años ha que entendieron y observaron mejor los primeros religiosos augustinianos que passaron a la India Oriental ; pues nunca quisieron en las fundaciones que hizieron en tierras de infieles gentiles y maumetanos que hizieron en tierras donde fundavan, rentas ningunas ; y en algunas partes, después de alcançaren licencia para edificaren, compravan también los sitios. Il poursuit : […] es necesario vivir independentes de las rentas de los señores de las tierras : porque ordinariamente nunqua los tales hazen estas mercedes a religiosos, si no entendieren que de su assistencia les puede venir utilidad o ya en la frequentación del christiano comercio, o por otros respetos particulares, todos fundados en el interese proprio […]83.

29Suivent les exemples du Grand Mogol, de la Perse sous Shâh Abbas, de l’Arakan, en 1634 précisément. Manrique reconnaît qu’il reçoit de son roi bouddhiste une pension mensuelle de soixante roupies, l’équivalent, précise-t-il, de trente « pesos nuestros », sans compter les dons en nature :

  • 84 Ibid., 1, p. 238-239.

cosa que a mí no me pareció bien hazer, por no yr contra el loable estilo ordenado por los superiores de nuestra provincia de Portugal, para conservación y manutencia de las residencias y missiones que tenemos en varias provincias de infieles84.

Des dangers des mauvais validos85

  • 85 On peut considérer les deux termes comme des synonymes : José Antonio ESCUDERO, Los validos,Madrid  (...)
  • 86 GELB, 14, p. 977 : « Procurou despojar pouco a pouco os Portugueses dos foros e regalias consignada (...)
  • 87 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 196.
  • 88 GELB, 11, p. 360.

30La Légende de l’éléphant blanc est à double entrée, l’une asiatique, l’autre ibérique. Par rapport aux problèmes rencontrés par le Portugal au cours des soixante années d’union avec la Castille, le fingido anacoreta, précepteur appelé par le souverain birman aux fonctions de conseiller et ministre, malgré ou plutôt en raison même de son idéal ascétique, totalement désintéressé, est précisément la contre-figure de deux personnages-clés du XVIIe siècle, des deux validos, Lerma et Olivares. L’un et l’autre ont laissé un fort mauvais souvenir au Portugal. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter les articles de la Grande Enciclopêdia Luso-Brasileira. Lerma y est accusé d’avoir cherché, dès le début, à détruire les libertés portugaises86. Ce processus avait pris une ampleur menaçante pour l’Estado da Índia quand Lerma avait créé une Junta da Fazenda dirigée par trois Espagnols, abolie en 1605 à la suite de l’opposition portugaise, remplacée par le Conselho da Índia, aboli à son tour vers 1614, pour la même raison87. Les validos de Philippe III et de Philippe IV ont voulu renforcer leur pouvoir en renforçant celui de la royauté, ce qui équivalait à unifier, à centraliser. L’article Olivares est particulièrement accablant. Sa décision de confier en 1634 le gouvernement du Portugal à la princesse Margarita ne reflète que la noirceur de ses intentions. Enfin sa réaction à l’annonce du soulèvement de 1640 exprime tout son mépris envers la nation sœur88. À supposer que toutes les informations sur la noirceur des intentions d’Olivares vis-à-vis du Portugal ne soient pas parvenues à temps en Asie, le souvenir de celles du Duque de Lerma aurait suffi à nourrir la méfiance du religieux augustin envers les validos, méfiance probablement inséparable de l’effroi que lui inspire l’administration aussi centralisée que corrompue du Grand Mogol.

31La définition du « buen privado » est au cœur de la légende apparemment birmane :

  • 89 Epistolae, Liber I : 34, Patrologie latine de Migne, 72, p. 488.
  • 90 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 220.

Boníssimos effectos operan en un rey los consejos de un buen privado, por lo que devrían los tales pretender con grandíssimas diligencias teneren junto a sí privado, que para que mereciesse este título, tuviesse entre otras calidades, dos principalmente necessarias : Que ame a su rey y que sea imaculado de toda codicia e interés proprio : porque como enseña el Magno Gregorio : Nullus fidelius tibi ad consulendum esse potest, quam qui non sua, sed te diligit89 y el sabio rey dize que el verdadero privar, es el que estriba en la limpieza del coraçón y pureza de la lengua. En éstas y en otras morales virtudes, devía de tener hecho fundamiento este aunque bárbaro, buen privado, pues por su consejo operava el mancebo rey obras tan prodigiosas, que a no careceren del verdadero lumbre de la fe, meritavan nombre de miraculosas. Con estas y otras obras, más de un príncipe y privado católico que de gentil, governava la bramá monarquía […]90.

32Les Birmans seraient-ils mieux lotis que les sujets de Philippe IV?Le spectacle de la cour d’Arakan n’empêche pas Manrique de penser à Lerma ou à Olivares. En effet, il prétend avoir véhémentement mis en garde Sîrisudhammarâjâ contre les mauvais validos :

  • 91 Ibid., 2, p. 322.
  • 92 Psaume 119 : 2.
  • 93 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 27.

Consideren ahora los reyes, y todos los demás príncipes, el quán nocivo y pestífero les será teneren a sus lados consejeros impíos, y quánto les emportará antes de admitiren ninguno a sua privança y consejo, hazeren primero grandes diligencias por saberen se tienen las calidades para tan grande e importante lugar escogiendo siempre el mejor […] Mas el más está en que muchas vezes vemos lo contrario en las elecciones que hazen los reyes de privados, siguiendo muy diferente camino del que les enseña esta verdadera filosofía, anteponiendo a ella la afeción, gusto y voluntad propria, de onde nacen tantos y tan grandes males, ansí a ellos como a sus reynos : porque, ¿qué consejo podrá dar un privado impío y ambicioso, que el amor que tiene para con su rey no tiene otro fin más que el interesse proprio?91. […] Domine libera animam meam a labiis inicuis et a lingua dolosa92 : Oración que siempre devrían hazer los reyes; pues solamente Dios puede librar de una lengua engañosa de sus palabras fingidas de las astucias y ardiles, que por medio della usa el demonio93.

33Ils peuvent simplement mentir par omission, en pratiquant ce qu’on appelle la rétention d’information. Et sur ce point Manrique, pour une fois, n’est pas allusif mais explicite. Aucun profit ne fut tiré par la Couronne de l’action d’un valeureux prince arakanais au secours de Malacca assiégée par les redoutables Acehs de Sumatra :

  • 94 Ibid., 1, p. 282.

Este y otros servicios tenía este príncipe hecho a la Corona de Portugal ; mas como estaba entonces en poder de los ministros de Castilla, y disponían las cosas della de manera que no llegavan a la noticia de los señores Reyes Católicos, sino lo que a ellos convenía, teníam los dichos señores Reyes poqua noticia deste príncipe94.

  • 95 Ibid., 1, p. 191.
  • 96 Ibid.

34Ce pluriel englobe probablement Philippe III et Philippe IV. À propos du premier, il ne semble pas lui tenir rigueur des Cortes portugaises de 1619, au cours desquelles, honteusement, il fut question d’abandonner l’Estado da Índia95. Par ailleurs, il le qualifie en ces termes élogieux : « verdaderamente fue uno de los más píos y zeloso de la honra de Dios que tubo España »96. Mais Manrique ne dit rien du rôle néfaste de Lerma : vraisemblement, il y pense.

  • 97 Ibid., 1, p. 140.
  • 98 L. FRÉDÉRIC, op. cit., p. 183. J.-P. LEIDER, op. cit., p. 170 : la Victoire d’Akbar en 1567 « ne si (...)
  • 99 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 207.
  • 100 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 134 : « ¿Qué razón puede aver para se dar crédito a las relaciones apa (...)

35La plus vigoureuse action de Manrique au royaume d’Arakan est sa lutte victorieuse contre le gouverneur de Chittagong, de nos jours ville et port du Bangladesh. L’urgence d’agir contre lui l’oblige à voyager au temps de la mousson, dans des conditions épouvantables, et à braver mille dangers, jusqu’à la capitale Mrauk U. Cet homme puissant a fait courir le bruit que les Portugais s’apprêtent à trahir l’Arakan au profit des Mogols97, qui, depuis 1576, se sont rendus maîtres du Bengale98, leur contact direct avec les régions contrôlées par les Arakanais n’ayant eu lieu qu’à la fin de 161199. En aucun cas, il ne faut le croire, explique Manrique à la cour100. En effet, il faut considérer l’alliance entre Arakan et le Portugal comme indestructible. Entre les deux États, il y a communauté d’intérêt stratégique : empêcher Shâh Jahân d’exercer son hégémonie sur l’ensemble de l’espace indien :

  • 101 Annaporán est un nom que les deux érudits traducteurs anglais de Frei Manrique ne sont pas parvenus (...)
  • 102 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 141.

[…] por orden que tenían de la Magestad del Rey de Portugal mi Señor, el qual mandava expressamente por su real decreto que se favoreciesse siempre los reyes destos reynos para contra el Mogol enemigo común por querer hazerse absoluto monarca de la India […]. A esto me repliquó, que siempre avía pretendido de seguir el buen govierno de sus passados, principalmente del gran Annaporán101 su agüelo, que sabía fuera muy amigo de los portugueses, y que en los negocios más arduos con ellos consultava. Y así con la ayuda de Dios fuera su imperio felicíssimo102.

  • 103 Ibid., 1, p. 140-141 : « […] tubimos segunda audiencia del rey, y esta fue en particular, adonde le (...)
  • 104 Antonio FEROS in : J.-A. ESCUDERO (coord.), Los validos, p. 77: « nunca al pueblo de Dios le fue bi (...)

36Manrique obtient la tête du vice-roi en invoquant sa cupidité et sa corruption. Les forfaits de ce haut fonctionnaire arakanais permettent d’assimiler son pouvoir de nuisance à celle d’un mauvais valido. Suit une sorte de sermon dont on peine à croire qu’il ait été réellement prononcé. S’il l’a été, il le fut en portugais, ainsi que le texte le précise, et traduit par l’interprète soit en hindoustani soit en arakanais, ce que le texte ne détermine pas103. Les références en sont bibliques et donc totalement opaques pour un souverain bouddhiste. Elles font penser à celles de Fray Pedro de Maldonado dans son Discurso de perfecto privado104 :

  • 105 Exode 18 : 21.
  • 106 ARISTOTE, Politique, II-4.
  • 107 ARISTOTE, Politique, II-4.
  • 108 Sequioso : néologisme à partir de sequía.
  • 109 Ecclésiaste 5 :10.

– El mismo [gobierno que el de su abuelo] será este de vuestra Grandeza, con la ayuda de Dios, si quisiere seguir el consejo, que Ietro dio a su yerno Moisés Capitán y Governador del Pueblo de Dios, diziéndole, viéndole angustiado : Provide ex omni plebeviros sapientes et timentes Deum, in quibus sit veritas. O como dize otra letra : Viros veridicos et qui oderint avaritiam105. De manera, Poderoso Padischah, que tres cosas aconsejava el buen consultor Ietro, que eran necessarias a aquellos que avían de ser consejeros y ministros : que sean sabios, temerosos de Dios y que sean verídico, morando en ellos toda la verdad, para que sin lisonja les quadre el nombre de varones verdaderos. Y arremata su consejo el prudentíssimo Ietro : Et qui oderint avaritiam Infinita est enim et insatiabilis cupiditas naturae106. De manera que para esmalte y ornato de las tres referidas virtudes, era necessario que el consejero y ministro que ubiera de governar, tenga por enemigo declarado la avaricia ; porque siendo tocado deste vicio, no temerá a Dios, y no lo temendo, faltará la verdad ; y faltando estas dos cosa importará poquo el caer en mil errores : porque, como dize el Philósopho : Infinita est enim et insatiabilis cupiditas naturae107. Es la codicia de tal calidad que haze el effecto en el avariento, que la agua salada en el sequioso108, que quanto más bebe, tanto mayor es su sed : assí también el avariento y cudicioso, quanto más recibe, tanto más desea, suspirando siempre por más y más : y la prueba desto sea lo que nos dize el Espíritu santo : avarus non implebitur pecunia109.

37D’où cette vigoureuse mise en garde :

  • 110 Siracide, 10 :10.
  • 111 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 142.

Pues ¿ qué govierbo queréys, Poderoso Señor, que aya en vuestras tierras : si la mayor parte de vuestros consejeros y governadores no temen a Dios, y el que les falta de prudencia y sabiduría, les sobra de avaricia y codicia de riquezas, dando con esto ocasión a que los negociantes pretendan alcançaren por dinero lo que no pueden alcançar por justicia ? Ay del avariento, como dize el Espíritu santo que traye venal su alma. Animam quoque venalem habet110. Grandíssima y lamentable miseria que sea su avaricia y codicia tanta que venda su alma por interés del dinero. ¿ Qué maldades no se pueden esperar de hombres inficionados deste vicio ? Y ¿ qué bondades se pueden esperar dellos ?111

38Il poursuit aussitôt :

  • 112 Ibid., 1, p. 142.

Pues si ansí es, Señor, ¿ qué consejero, qué ministro, qué governador tenéys en todos vuestros reynos, que sea más avariento, más cudicioso, más ambicioso que el governador que avéys puesto en el reyno de Chatigán ? Y prueba desta verdad sea no solamente las vozes, clamores y quexas de todo aquel reyno, mas de todas las partes donde tubo alguna jurisdicción. Por lo que suplico, soberano monarca Boaxem, con ánimo y affecto christiano y religioso y de leal servidor vuestro, y como aquel que desea ver vuestro ánimo muy conforme con la voluntad de Dios, todo poderoso, que entendáis que no conviene a vuestro servicio tenerdes tal governador en Chatigán. A toda esta propuesta estubo la moga Magestad muy atento y severo ; y ansí cabo della me preguntó quién era el Espíritu Santo112.

39Le sermon aurait emporté la conviction de Sîrisudhammarâjâ : le gouverneur de Chittagong est limogé.L’honneur du Portugal est sauf et et s’avère aussi immaculé que l’éléphant disputé par trois royaumes du sud-est asiatique, de même qu’est préservée l’éternelle alliance luso-arakanaise, dont Manrique se présente comme le sauveur, pour la plus grande honte de ceux qui, à la cour du roi hispano-portugais, ont négligé les prodigieuses possibilités d’expansion ainsi ouvertes à l’Estado da Índia.

La trahison finale de l’Arakan par les Portugais

  • 113 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 282.

40L’exaltation des loyaux et désintéressés Portugais au regard de la vénalité ou de la cupidité asiatiques, d’une part, et d’autre part, des dangers que font courir aux souverains les mauvais validos, eux-mêmes corrompus, pourrait être ce qui a conduit Frei Sebastião Manrique à prendre la plume. Peut-il convaincre? Il ne m’a pas convaincu ! En effet, il serait bien vain de vouloir décrire les relations luso-arakanaises en ne se fondant que sur l’Itinerario de las misiones orientales. Ensuite, si précis sur les réalités arakanaise et mogole, sur la corruption asiatique, il se garde bien de signaler les contradictions entre Estado da Índia et Portugais du Bengale et d’Arakan, et à l’intérieur du groupe hétéroclite constitué par ces derniers. Il ignore la fondamentale divergence d’intérêt entre casados et Couronne portugaise, pourtant partout manifeste113.

  • 114 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 301-314, ch. 30, sur la chrétienté d’Arakan que Frei Sebastião Manriqu (...)
  • 115 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 123.
  • 116 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 95.
  • 117 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 232.
  • 118 Ibid., p. 93-94.
  • 119 Ibid., p. 95.
  • 120 Ibid., p. 167.
  • 121 Ibid., p. 136.
  • 122 Ibid., p. 131.
  • 123 Ibid., p. 164.
  • 124 Ibid., p. 173-174.
  • 125 Ibid., p. 190.
  • 126 Ibid., p. 211. P 208 : l’implantation portugaise à Sandwîp est l’œuvre de Tibau ; et p. 213 : Manri (...)
  • 127 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 193 -194 : « […]nous avons vu comment après la chute du royaume de Na (...)
  • 128 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 215.
  • 129 Ibid., p. 217-218.
  • 130 Ibid., p. 237.
  • 131 Ibid., p. 237.
  • 132 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 87-147, ch. 13 à 17, p. 224. Non secouru par Goa, Sebastião Gonçalves (...)
  • 133 S. MANRIQUE, op. cit., 1, ch. 18 à 20, p. 147-183.
  • 134 Ibid., 1, p. 222.
  • 135 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 310.
  • 136 Ibid., p. 312.
  • 137 Ibid., p. 314.
  • 138 Ibid., p. 323.

41Aucune formule simple ne peut servir à résumer ce que fut la présence portugaise dans cette partie de l’Asie. Ainsi qu’en témoigne l’Itinerario, il s’y trouvait beaucoup de casados brancos et de casados pretos. Manrique ne peut que déplorer, chez eux, les manquements aux lois du Concile de Trente en matière matrimoniale114. Il y a aussi dans le Bengale, l’Arakan, le Pegu et la Birmanie quantité de lançados et même d’arrenegados, ainsi ceux qui s’étaient mis au service du sultan de Chittagong avant la conquête arakanaise115. Sur un fond d’initiatives diverses se détachent les expéditions d’António Correia en 1519 et d’António de Brito et Diogo Pereira en 1521116. Sanjay Subrahmanyam parle d’un « improvising empire » d’un « caractère aléatoire et souvent contradictoire des entreprises portugaises dans la région »117. L’année 1534 est marquée par une attaque brutale contre l’Arakan. Il ne s’agit pas de l’effet d’une décision prise à Goa mais d’une initiative purement locale118. L’agression de 1534 n’empêche pas les Portugais de se faire engager comme mercenaires par ce royaume bouddhiste119, à moins qu’elle ne leur ait servi de publicité. À partir de 1539 ou 1540, l’Arakan s’empare de Chittagong. Située sur une route commerciale internationale, cette cité portuaire fournit aux Arakanais d’importants revenus et constitue « la pierre angulaire » de leur puissance120. Ils vont la perdre, la reprendre en 1567, la reperdre et la reprendre en 1578 pour la garder jusqu’en 1666121. Par son peuplement, elle appartient plus à l’espace indien qu’à l’espace birman lato sensu122! De plus, de nombreux Portugais s’y sont fixés123. Les rapports entre Portugais et Arakanais ne sont ni simples, ni constants, ainsi que Manrique le suggère à peine. Il n’en resta pas moins, que dans la dernière décennie du XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle, leur rôle dans la marine d’Arakan est essentiel124. Ils sont particulièrement implantés dans l’île de Syriam, située dans le delta de l’Irrawadi125. Manrique évoque de façon élogieuse la figure de Bartolomeu Gonçalves Tibau. Il semble ignorer que ce capitaine n’est qu’un flibustier, fils de flibustier encore plus rebelle, comme son père, aux injonctions du vice-roi de Goa qu’à celles du souverain arakanais. Ainsi Sebastião Gonçalves Tibau s’était-il énergiquement opposé à toute implantation directe de la Couronne portugaise dans l’île de Sandwîp ainsi qu’à Chittagong126, à l’inverse de Filipe de Brito, plus proche du vice-roi de Goa ou moins hostile à celui-ci127. Dans les années 1612-1622 « le mini-Etat de Tibau à Sandwîp reste comme une épine dans la chair arakanaise »128.  En 1614, Sebastião Gonçalves Tibau avait d’ailleurs commis une petite trahison en facilitant une avancée de la flotte mogole, dangereuse pour la sécurité des Arakanais, avant de s’emparer, un moment, de celle de ces derniers129. Manière peut-être de montrer qu’il était indispensable. Mais après 1615, les Portugais établis dans le Bengale et à Chittagong cessent d’être pour l’Arakan « le facteur imprévisible et menaçant » qu’ils avaient été jusque là130. Facteur jusque là d’autant plus imprévisible qu’ils n’ont pas vraiment de chef et ont des attitudes très différentes les uns des autres, tant vis-à-vis de la royauté arakanaise qu’envers les empiètements de l’Estado da Índia. Après une assez longue période d’incertitude et d’approches contradictoires de part et d’autre, « la maîtrise du facteur portugais et son intégration dans le dispositif de défense arakanais a considérablement accru la stabilité et la sécurité de l’État arakanais »131. La fin de la légende de l’éléphant blanc insérée dans l’Itinerario de las misiones orientales, ainsi que l’éprouvant voyage de Chittagong à Mrauk U, en compagnie de Bartolomeu Gonçalves Tibau132, son action à la cour133 veulent être une éclatante preuve de la loyauté des Portugais envers l’Arakan et de leur honnêteté foncière, probablement en appui de la démonstration globale du fait que, par son incurie et par la déloyauté des validos, le Royaume ibérique uni a laissé passer de magnifiques possibilités d’expansion. Lors du pillage généralisé de la capitale du Pegu par les Arakanais, les mercenaires portugais se firent certes remarquer par leur honnête abstention. Mais, aux yeux de Jacques Pierre Leider, ce fut le résultat d’une impossibilité matérielle plutôt que d’une décision réfléchie, car l’intention originelle de Sebastião Gonçalves Tibau avait bien été de mettre la main sur toutes ces richesses134. Le gouverneur arakanais de Chittagong dont Manrique se vante d’avoir obtenu la tête n’était peut-être pas aussi cupide et corrompu que les deux Gonçalves Tibau, père et fils. En tout cas, cet Arakanais était lucide à propos de cette admirable honnêteté portugaise que l’Itinerario de las misiones orientales s’emploie à exalter. L’œuvre est depuis des années publiée quand arrive ce que plus de trente ans plus tôt le vice-roi de Chittagong avait redouté et dénoncé à son roi : la trahison des Portugais au profit de la puissance musulmane du Grand Mogol. En 1665, celle-ci déclenche une offensive de charme à l’intention des Portugais résident dans l’île de Sandwîp135. Puis des navires de traîtres portugais prennent l’initiative d’une attaque vigoureuse qui met en déroute la flotte arakanaise136. Puis, bien préparé, l’assaut est donné contre Chittagong. Les Portugais habitant cette ville le facilitent : « Grâce à de l’argent et à des promesses, Shaysta Khân avait réussi à les faire changer de camp »137. En 1666, Chittagong devient mogole. Comme cette position portuaire a jusque là assuré à l’Arakan l’essentiel de ses ressources et de sa puissance, le royaume décrit par Manrique entre dans une décadence profonde et irréparable. « Le déclin de la royauté arakanaise est lié à la perte de Chittagong et à l’incapacité d’adapter les institutions politiques et militaires à la situation nouvelle »138. Ce déclin se terminera, au siècle suivant, par l’annexion à la Birmanie. On peut regretter, pour ce royaume, que Frei Sebastião Manrique soit parvenu à convaincre Sîrisudhammarâjâ de la parfaite loyauté des Portugais à l’égard de l’Arakan.

  • 139 C. ECKFORD LUARD, H. HOSTEN, Travels of Fray Sébastien Marnrique…,« Manrique’s life », 1, p. xxvii- (...)
  • 140 L. FRÉDÉRIC, op. cit., p. 222.

42Après avoir exercé les fonctions de definiteur et de procurateur général à la Curie romaine, il survécut à ce lointain désastre dans lequel il semble avoir eu une responsabilité. Il mourut assassiné à Londres en 1669 par son valet portugais qui chercha à se débarrasser de son corps en le jetant à la Tamise139. Qu’était-il parti faire en Angleterre ? Il se peut que ce dernier voyage ait été entrepris pour rapprocher la Couronne anglaise et l’Église catholique. Il se peut aussi qu’il soit allé chercher à Londres un moyen de fortifier la fragile indépendance portugaise : en 1660, Charles II Stuart était monté sur le trône. En 1661, il avait épousé Catherine de Bragance. En 1668, Charles II avait renoncé à Bombay, antérieurement reçue en dot, pour la céder à l’East India Company140.

  • 141 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 319 : « Assez curieusement, à part les renégats (convertis à l’islam) (...)
  • 142 L. FRÉDÉRIC, op. cit, p. 361-362. Muhammad Bahadur Shah, le dernier souverain mogol, est détrôné pa (...)

43Et voici, de plus, la preuve que la rhétorique de la Croisade, si envahissante chez les historiens portugais, ainsi João de Barros, et dont il y a tant de témoignages dans l’Itinerario de las misiones orientales, n’a pas empêché les marchands et les soldats du Portugal de se mettre au service des musulmans, à la condition d’être bien payés141. Cela, ils le faisaient totalement à l’écart de la Couronne et de l’Estado da Índia, contre leurs avis ou contre leur consentement. Féconde marginalité : ils ne savaient pas encore qu’ils allaient être imités, mais à une toute autre échelle et avec de bien plus puissants moyens par l’East India Company, fondée à Londres en 1599, mais dès le départ indépendante de la Couronne et société privée. Or celle-ci, dès 1615-1618, sous le règne du grand Jahângîr, prétend s’être humblement mise au service des musulmans, maîtres de la plus grande partie de l’Inde, et, quoique toujours plus puissante, au grand dam de ses rivaux hollandais, danois ou français, elle parvient à maintenir la fiction de l’empire du Grand Mogol jusqu’en plein XIXe siècle : la Couronne britannique n’annexera l’Inde qu’en 1858142.

Haut de page

Notes

1 Sebastião MANRIQUE, El Itinerario de las Misiones Orientales.Le texte de 1653 est fidèlement reproduit par Luís Silveira dans son édition de 1946, Lisbonne : Agência Geral das Colónias. Les citations de cet ouvrage suivent l’orthographe du texte original, à ceci près qu’on y a rétabli les accents écrits selon les normes espagnoles modernes, notamment en remplaçant l’accent dit grave de l’imprimeur italien par un accent dit aigu.

2 Sous les règnes, respectivement de Philippe II-III (de 1598 à 1621) et Philippe III-Portugal (de 1621 à 1640) soit Philippe IV-Espagne (de1621 à 1665).

3 Francis CERDAN (éd.), La oratoria sagrada en el Siglo de Oro,Criticón 84-85, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2002.

4 José GARCÍA LÓPEZ, Historia de la literatura española, Barcelona : Editorial Teide, 1959 (10ª ed.), p. 351.

5 En portugais Arracão, GELB [abréviation de : Grande Enciclopêdia Luso-Brasileira], 3, p. 321:« Nome português do reino de antiga Índia, hoje Arakan, que confina com Bengala e a que Camões faz referência nos Lusíadas, 10, 122 :“Olha o reino Arracão, olha o assento de Pegu, que já monstros povoaram.”», Arracán dans le texte de Manrique.

6 Jacques-Pierre LEIDER, Le royaume d’Arakan, Birmanie, son histoire politique entre le début du XVe et la fin du XVIIe siècle,Monographies n°190, École Française d’Extrême-Orient, Paris 2004, p. 19 : Arakan, aujourd ’hui 5,43 % de la Birmanie, et p. 23, « les Arakanais considérés comme un des peuples minoritaires de la Birmanie ».

7 Ibid., p. 151.

8 En portugais Chatigão, GELB, 6, p. 625. Chatigán dans le texte de Manrique.

9 Ibid., p. 24.

10 Le birman est directement apparenté au tibétain, donc très lointainement aussi au chinois : Michel MALHERBE, Les langages de l’humanité, Paris : Robert Laffont (Bouquins), 1996, p. 642.

11 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 23, note 14 : « L’arakanais est un dialecte birman qui se signale notamment de différences avec le birman central sur le plan de la prononciation ».

12 S. MANRIQUE, El Itinerario…, 1, p. 34.

13 Ibid., 1, p. 59.

14 Ibid., 1, p. 117 [59].

15 Daniel REIG, As-Sabil, dictionnaire arabe-français, Paris : Larousse, 1983 § 5678 d’après le verbe hadà, conduire, diriger, guider.

16 D. REIG, As-Sabil…, § 525. Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française,Paris : Larousse, 1938, d’après bakshiden,donner.

17 S. MANRIQUE, El Itinerario…, 2, p. 309-310.

18 Ibid., 2, p. 206.

19 De la gaze.

20 S. MANRIQUE, Ibid.,1, p. 117.

21 Ibid., 1, p. 77.

22 Ibid., 1, p. 111.

23 Ibid.,1, p. 122.

24 Ibid.,2, p. 256 ; 1, p. 104-105 : « Con esta comodidad de Ceriones y sombreros fuimos a ver el governador, llevando delate la adiá o presente, como es costumbre. Consistía este en quatro medianos tableros dorados de la China, llenos de clavo, canela, pimienta y cardamomo : […] y antes de entrarmos a tratar en el negocio, vino un betelero de plata con el betele, como se acostumbra en muchas partes de la India: este betelero es en la hechura al modo de buxetas […] ».

25 Ibid., 1, p. 178.

26 Ibid.,1, p. 180.

27 Ibid.,2, p. 248-249 : [L’Inde mogole]« cuia grandeza y riqueza no me atreviera a descrivir, si la fama de las riquezas de su potentíssimo monarca no fuera tan divulgada en los verdaderos escritos de los autores portugueses. »

28 Ibid., 1, p. 42.

29 Ibid., 2, p. 167-177.

30 Ibid., 2, p. 168-169.

31 D’après le portugais estalajadeiro,aubergiste.

32 Ibid., 2, p. 170-171.

33 Ibid., 2, p. 242.

34 Ibid.,2, p. 310.

35 Ibid.,2, p. 302.

36 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris : Robert Laffont, 1994, p. 361-362.

37 S.MANRIQUE, op. cit., 1, p. 35.

38 Ibid., 1, p. 51-52.

39 Ibid., 2, p. 308.

40 Ibid., 2, p. 307-319.

41 Ibid., 2, p. 52.

42 Ibid., 2, p. 58.

43 Ibid., 2, p. 60-62.

44 Ibid., 2, p. 63-64.

45 Ibid., 1, p. 178.

46 D’après l’hindoustani pargana, qui désigne un district fiscal : C. ECKFORD LUARD, H. HOSTEN, Travels of Fray Sébastien Manrique 1629-1643, Oxford : Hakluyt Society, 1926, 2, p. 112.

47 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 180.

48 D’après l’arabe mushaf, précisément un volume, un exemplaire du Coran : D. REIG, Ibidem, § 3056.

49 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 180.

50 Ibid.,2, p. 181.

51 Ibid., 2, p. 183.

52 Ibid., 2, p. 185.

53 Ibid., 2, p. 117-123.

54 Sanjay SUBRAHMANYAM, L’Empire portugais d’Asie, 1500-1700,Paris : Maisonneuve et Larose, 1999, p. 162-163.

55 Ibid., p. 184.

56 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 282.

57 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 197  et p. 198 tableau résumant le processus des ventes avec liste des acheteurs et montant de chaque charge, p. 199 : montant le plus élevé, poste de capitaine à Ormuz, achat par le célèbre dom Luís de Gama (frère du comte de Vidigueira, vice-roi de Goa à 2 reprises) : 145 000 xerafins.

58 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p.  203-230.

59 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 290.

60 Ibid., p. 182.

61 Ibid., p. 184.

62 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 209.

63 Ibid., 1, p. 210.

64 Actuelle basse Birmanie.

65 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 212.

66 Ibid., 1, p. 213.

67 Ibid., 1, p. 213.

68 Ibid., 1, p. 214.

69 Ibid., 1, p. 215.

70 Ibid.,1, p. 219-220.

71 Ibid., 1, p. 220.

72 Ibid., 1, p. 220.

73 Ibid., 1, p. 228-231. Mais Manrique n’est jamais allé jusqu’à croire aux prophéties relatives à Dom Sebastião, 2, p. 15 : « el rey Xemindoo […] esperan [les Arakanais] que ha de venir, como los ingleses por su rey Artur, y algunos de mis naturales portugueses por nuestro infortunado rey Sebastián, y los ciegos hebreos por el ya venido Mexías ».

74 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 232.

75 Ibidem, 1, p. 231.

76 Ibidem, 1, p. 233.

77 Birmans.

78 S.MANRIQUE, op. cit., 1, p. 233-234.

79 Ibid., 1, p. 240.

80 Ibid., 1, p. 234.

81 Ibid., 1, p. 234-235.

82 Ibid., 1, p. 234-235.

83 Ibid., 1, p. 238.

84 Ibid., 1, p. 238-239.

85 On peut considérer les deux termes comme des synonymes : José Antonio ESCUDERO, Los validos,Madrid : Editorial Dykinson, 2004, p. 15: « […] ese notable personaje – El Valido o Privado – que, revestido de hecho o de derecha de poderes extraordinarios, gobierna a la sombra de su amigo el rey. ».

86 GELB, 14, p. 977 : « Procurou despojar pouco a pouco os Portugueses dos foros e regalias consignadas na carta de lei de 12-XI-1582, na esperança de os ir acostumando à fusão completa. Em 1604 promoveu a criação do Conselho de Estado da Índia », GELB, 11, p. 358 : « viu-se na sua nomeação [de Cristóvão de Moura, em 1600] o sinal de uma política cujo objectivo era anular a autonomia do reino, reduzindo-o progressivamente à situação de uma simple província de Espanha: e tal foi, com efeito, o sentido da acção do duque de Lerma ».J.-A. ESCUDERO, op. cit. [Ricardo Gómez Rivero] p. 82 : Lerma place ses hommes ses parents aux postes clés, ainsi son oncle Tomás Borja comme président du conseil de Portugal. Encyclopédie Espasa Calpe, 46, p. 710, article Portugal :« No son para historiar aquí los reinados de Felipe III y de Felipe IV, ampliamente tratados en su lugar correspondiente. Baste decir que los errores de los validos a quienes confiaron los asuntos públicos ambos monarcas fueron de desastrosas consecuencias para el dominio español en Portugal, y desde luego para Portugal ».

87 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 196.

88 GELB, 11, p. 360.

89 Epistolae, Liber I : 34, Patrologie latine de Migne, 72, p. 488.

90 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 220.

91 Ibid., 2, p. 322.

92 Psaume 119 : 2.

93 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 27.

94 Ibid., 1, p. 282.

95 Ibid., 1, p. 191.

96 Ibid.

97 Ibid., 1, p. 140.

98 L. FRÉDÉRIC, op. cit., p. 183. J.-P. LEIDER, op. cit., p. 170 : la Victoire d’Akbar en 1567 « ne signifiait pas encore le contrôle du gouvernement central de Delhi sur tout le Bengale ».

99 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 207.

100 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 134 : « ¿Qué razón puede aver para se dar crédito a las relaciones apasionadas de un enemigo tan declarado de los portugueses, como el governador de Chatigán? »

101 Annaporán est un nom que les deux érudits traducteurs anglais de Frei Manrique ne sont pas parvenus à identifier : C. ECKFORD LUARD, H. HOSTEN, Travels of Fray Sébastien Manrique…, 1, p. 153.

102 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 141.

103 Ibid., 1, p. 140-141 : « […] tubimos segunda audiencia del rey, y esta fue en particular, adonde le apresenté la carta del Padre Provincial de la India, que el dio luego al ramallu, o intérprete de la lingua portuguesa […] ».

104 Antonio FEROS in : J.-A. ESCUDERO (coord.), Los validos, p. 77: « nunca al pueblo de Dios le fue bien sino cuando su Príncipe tenía un buen privado. Faraón un Joseph ; Asuero un Mardocho, Baltasar un Daniel, y Saúl un Samuel ».

105 Exode 18 : 21.

106 ARISTOTE, Politique, II-4.

107 ARISTOTE, Politique, II-4.

108 Sequioso : néologisme à partir de sequía.

109 Ecclésiaste 5 :10.

110 Siracide, 10 :10.

111 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 142.

112 Ibid., 1, p. 142.

113 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 282.

114 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 301-314, ch. 30, sur la chrétienté d’Arakan que Frei Sebastião Manrique regroupe et réorganise.

115 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 123.

116 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 95.

117 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 232.

118 Ibid., p. 93-94.

119 Ibid., p. 95.

120 Ibid., p. 167.

121 Ibid., p. 136.

122 Ibid., p. 131.

123 Ibid., p. 164.

124 Ibid., p. 173-174.

125 Ibid., p. 190.

126 Ibid., p. 211. P 208 : l’implantation portugaise à Sandwîp est l’œuvre de Tibau ; et p. 213 : Manrique s’étend sur le mariage du fils de Tibau avec la fille de Cakrawate.

127 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 193 -194 : « […]nous avons vu comment après la chute du royaume de Nanda bayin, dans les dernières années 1590, Filipe de Brito avait réussi à creuser, (pour l ’Estado da India et pour lui-même), une position dans le port de Syriam situé dans le delta de l’Irraouady, ce qui lui permettait de percevoir des droits de douane sur les bateaux provenant de Coromandel. Il chercha à limiter la navigation sur les côtes, entre l’Arakan et la partie supérieure de la péninsule malaise, en y déployant une petite flottille. S’il semble que durant cette décennie et dans les années qui suivirent ces droits de douane sans que rien n’en parvînt à Goa, la signification du site de Syriam n’en était pas moins évidente. » ; p 194-195 : « Cependant, bien qu’il eût réussi à écarter la menace de l’Arakan, tout n’allait pas aisément pour Filipe de Brito qui, malheureusement, pour lui-même et l’Estado, était incapable de faire cause commune avec la plus grande partie des Portugais et des mestiços de la région de l’Arakan et de Chittagong, lesquels auraient pu lui apporter la main d’œuvre nécessaire à la marche de son entreprise. Ses relations avec Sebastião Gonçalves Tibau furent mauvaises. Ce Portugais, vers les années 1590, s’insinua (comme de Brito), dans les bonnes grâces du souverain de l’Arakan et entreprit d’obtenir le contrôle de l’île de Sandwip sur la côte du Bengale ; Tibau mena donc ses propres négociations avec la cour d’Arakan sur un certain nombre de problèmes, sapant ainsi la situation de de Brito. De plus, ses prétentions à vouloir prélever les droits de douane sur le marché de Masulipatnam et de Birmanie (et les attaques par sa flottille de plusieurs bateaux de Masulipatnam en 1603-1604) contrarièrent les puissants marchands de ce port qui avaient de bonnes relations avec la Perse. Ceux-ci, à leur tour, exercèrent une grande influence sur l’Arakan et Pegu […] Mais ce fut un petit-fils de Bayin Naung, Anaukpetlun (règne 1608-1628) qui en termina l’unification, de sorte que, vers 1612, Syriam fut une enclave dans une zone politique unifiée sous la domination de la nouvelle dynastie Taung-ngu […]. Madrid et Lisbonne étaient au courant ; une lettre royale datée du 15 mars 1613 et adressée au vice-roi dom Jerónimo de Azevedo, raconte comment le « rey do Ava » avait vaincu le souverain de Taung-gnu et prit tous ses trésors, et comment il avait l’intention d’attaquer ensuite le royaume d’Ayuthia. On suggéra que Goa envoie immédiatement une flotte de dix galions pour venir en aide à Filipe de Brito, mais au moment où Goa agit, il était beaucoup trop tard […]. Aunkhpetlun, prétendument aidé par « des Maures portant un chapeau » (peut-être originaires de Masulipatnam) attaqua Syriam par la terre et par mer, en 1612 ; le fort se rendit et de Brito fut empalé sur une barre de fer tandis que beaucoup de ses compagnons furent faits prisonniers, emmenés à Ava et affectés au service de la royauté à titre héréditaire, comme spécialistes militaires. La chute de Syriam ouvrit la voie au libre développement du commerce entre Masuliptanam et la Birmanie. Celui-ci atteint des dimensions considérables dans les années 1620. » ; p. 196 : « La chute de Syriam activa un courrier à caractère urgent entre Madrid, Lisbonne et Goa ; la présence hollandaise sur la côte de Coromandel, dans les ports de Masuliptnam, Nizamapatnam, Pulicat et Tirupapuliyur, ainsi que le sort des marchands et missionnaires portugais demeurant sur place devinrent la préoccupation majeure de Goa ».

128 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 215.

129 Ibid., p. 217-218.

130 Ibid., p. 237.

131 Ibid., p. 237.

132 S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 87-147, ch. 13 à 17, p. 224. Non secouru par Goa, Sebastião Gonçalves Tibau avait dû s’enfuir de Sandwîp en Inde où il meurt en 1617.

133 S. MANRIQUE, op. cit., 1, ch. 18 à 20, p. 147-183.

134 Ibid., 1, p. 222.

135 J.-P. LEIDER, op. cit., p. 310.

136 Ibid., p. 312.

137 Ibid., p. 314.

138 Ibid., p. 323.

139 C. ECKFORD LUARD, H. HOSTEN, Travels of Fray Sébastien Marnrique…,« Manrique’s life », 1, p. xxvii-xxix : « His end was tragic. After passing through al the hardships with which the book makes us familiar, Manrique was murdered in London, a civilized city, in 1669, by his own Portuguese servant. The man killed with the object of robbing him. He concealed the corpse in a box which he threw into the Thames ».

140 L. FRÉDÉRIC, op. cit., p. 222.

141 S. SUBRAHMANYAM, op. cit., p. 319 : « Assez curieusement, à part les renégats (convertis à l’islam), l’État moghol, aux XVIIe et XVIIIe siècle, institutionnalisa aussi les groupes de mercenaires portugais en les intégrant dans son armée d’une manière semblable. L’événement marquant de cette période, correspondant à la chute de Syriam, fut, en 1632, la reddition de Hughli aux forces de Qasim Khan. Un grand nombre de prisonniers fut réacheminé vers Agra […] » ; p. 320 : À la fin du XVIIe siècle, à part les prisonniers de Hughli et leurs descendants, d’autres Portugais continuèrent à servir les souverains moghols ; ».

142 L. FRÉDÉRIC, op. cit, p. 361-362. Muhammad Bahadur Shah, le dernier souverain mogol, est détrôné par les Britanniques en 1857 (p. 751).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Didier, « La corruption de la monarchie unie ibérique dans le miroir de la corruption des États asiatiques (Grand Mogol et Arakan) », e-Spania [En ligne], 16 | décembre 2013, mis en ligne le 21 décembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/22818 ; DOI : 10.4000/e-spania.22818

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org