Navigation – Plan du site
Varia

Stratégies discursives et linguistiques du légiste. La « naturalité » [naturaleza] dans le Septénaire d’Alphonse X le Sage (Castille, c. 1260)

Georges Martin
Traduction(s) :
Estrategias discursivas y lingüísticas de los legistas alfonsíes: de nuevo sobre naturaleza

Résumés

Étude des stratégies discursives et linguistiques dont usèrent les rédacteurs du Septénaire (ou Sept Parties) pour fonder et promouvoir le concept de "naturalité" (naturaleza). Nous souhaitons ainsi contribuer à montrer l’utilité de la linguistique de discours et de langue dans l’étude des concepts juridiques et, plus encore, dans celle de la rédaction du droit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les monographies récentes sont nombreuses. Retenons celles de Joseph F. O’CALLAGHAN, El rey sabio. (...)
  • 2 Le titre de Sept parties n’est pas original. Il fut prêté à ce code au XIVe siècle par l’arrière-pe (...)
  • 3 Georges MARTIN, « Le concept de « naturalité » (naturaleza) dans les Sept parties, d’Alphonse X le (...)
  • 4 Cet article reprend une conférence donnée le 19 janvier 2010 à l’Université des Antilles-Guyane (La (...)

1Le règne d’Alphonse X (1252-1284) constitue, en péninsule ibérique, un moment fort de l’histoire des idées politiques et de la genèse de l’État1. L’œuvre législative du roi de Castille, élu roi des Romains en 1257, comporte le code de droit royal le plus important de son temps : les Sept parties (ou Septénaire)2. Parmi les concepts que les juristes alphonsins manièrent aux fins de renforcer le pouvoir de la couronne, la naturaleza – ou « naturalité » – est peut-être celui qui porte l’enjeu le plus fondamental3. À l’occasion de notre séminaire4, je m’intéresserai aux stratégies discursives et linguistiques dont usèrent les rédacteurs du Septénaire pour fonder ce concept et pour le promouvoir. Je souhaiterais ainsi contribuer à montrer l’utilité de la linguistique de discours et de langue dans l’étude des concepts juridiques et, plus encore, dans celle de la rédaction du droit.

  • 5 Les légistes alphonsins n’inventent pas la notion de « naturalité », dont l’existence pratique est (...)
  • 6 « Naturaleza e vassallaje son los mayores debdos que ome puede auer con su señor ». Ici et ailleurs (...)
  • 7 « Maguer los señores son de muchas maneras, el que viene por naturaleza es sobre todos para auer lo (...)
  • 8 Antonio Díaz de Montalvo, jurisconsulte des Rois Catholiques, avait donné à l’imprimerie la premièr (...)
  • 9 « […] deue el pueblo conoscer al Rey […] por naturaleza, otro debdo de señorío de qual manera quier (...)
  • 10 "[…] deue el pueblo auer siempre en su memoria e en su remembrança al señorio e la naturaleza que e (...)

2Conformément, semble-t-il, aux réalités civiles environnantes5, les juristes du roi Sage voyaient les hommes liés à leur seigneur par deux grands types d’obligation (deudo) : la naturalité (naturaleza) et le vasselage (vasallaje). « La naturalité et le vasselage – peut-on lire loi XXXII du titre XVIII de la deuxième partie du Septénaire – sont les deux principales obligations que l’on peut avoir envers son seigneur »6. Dans la hiérarchie des obligations, toutefois, la naturalité primait, selon eux, sur toutes les autres : « Bien qu’il y ait maintes sortes de seigneurs, celui qui l’est par naturalité se trouve au-dessus de tous les autres et l’on a ainsi une obligation plus grande de le respecter » (Septénaire II, XIII, XXVI)7. Le principe, d’après le texte de Montalvo8, valait même au sein des obligations diverses qui pouvaient commander la sujétion au roi : « Le peuple doit reconnaître le roi à cause de la naturalité, quelque autre obligation de seigneurie qu’il ait à son endroit » (II, XIII, XII)9. C'est au point que, sous la plume des légistes alphonsins, la naturalité était comme un synonyme de la seigneurie royale : « [...] le peuple doit toujours garder à l'esprit et en mémoire la seigneurie et la naturalité que le roi a sur lui » (II, XIII, XI)10.

  • 11 « TITULO XXIIII. Del debdo que han los omes con los señores por razon de naturaleza ».

3Si nous nous intéressons maintenant au titre XXIV de la quatrième partie du Septénaire, que le légiste consacre entièrement à « l’obligation qu’ont les hommes envers leur seigneur en raison de la naturalité »11, et sur lequel portera désormais notre attention, nous constaterons que sa loi II, qui prétend décliner les diverses « manières » de la naturalité, range dans cette catégorie  bien des formes de l’obligation civile :

  • 12 « Quantas maneras son de naturaleza. Diez maneras pusieron los sabios antiguos de naturaleza. La pr (...)

Combien il est de manières de naturalité. Les sages anciens instituèrent dix manières de naturalité. La première et la meilleure est celle qu’ont les hommes à l’endroit de leur seigneur naturel parce qu’eux-mêmes comme ceux du lignage dont ils descendent sont nés, ont leurs racines et demeurent sur la terre dont il est le seigneur ; la deuxième est celle qui advient par vasselage ; la troisième par éducation ; la quatrième par adoubement ; la cinquième par mariage ; la sixième pour avoir reçu un héritage ; la septième pour avoir été libéré de captivité ou sauvé de la mort ou du déshonneur ; la huitième pour avoir été affranchi sans avoir payé pour cela ; la neuvième pour avoir été fait chrétien ; la dixième pour avoir résidé dix ans sur la terre bien qu’on soit naturel d’un autre pays12.

  • 13 Le titre IV du Livre III du Miroir du droit (Espéculo) est, là-dessus, tout à fait explicite : « De (...)

4Observons que ce qui s'annonçait comme un inventaire des différentes « manières » (ou sortes) de naturalité est de fait un répertoire des façons de l’acquérir : « [la naturalité] qu'ont les hommes [...] parce que... », « celle qui advient par... », etc.13 Notons aussi que ce répertoire met en exergue un principe territorial. D’une part, il postule d’entrée la supériorité – elle est « première et meilleure » – de la naturalité que l’on acquiert du simple fait d’être né sur une "terre" (c'est-à-dire un territoire, un espace doté d'une identité politique ; un pays, en somme). D’autre part, la dispositio du texte de la loi fait que deux modalités d’acquisition de la naturalité relevant de l’inscription territoriale (naissance ou séjour prolongé sur une « terre » : « manières » 1 et 10) embrassent huit modalités tenant, elles, à l'instauration de relations bénéficiaires ou à un libre engagement entre personnes : vasselage, éducation, adoubement, mariage, etc. Implicitement, sous la catégorie juridique commune de la « naturalité », un ensemble d’obligations civiles personnelles relevant d'un principe contractuel sont absorbées par une obligation relevant du principe territorial.

  • 14 Voir texte cité dans la note antérieure. Gregorio López commente ainsi l’acquisition de la naturali (...)
  • 15 Sur ces jeux de la dépendance, notamment aux XIIIe et XIVe siècles, Georges MARTIN, Les Juges de Ca (...)
  • 16 Je renvoie aux pages classiques de Luis GARCÍA DE VALDEAVELLANO, Curso de historia de las instituci (...)

5La loi IV, XXIV, II du Septénaire a pour premier objet de compléter la gamme des modalités d'acquisition de la naturalité en ajoutant à la voie spontanée les possibilités qui s'offraient aux hommes originellement étrangers à la « terre »14. Mais elle accentue aussi le rapport entre la naturalité et le vasselage que posaient les passages cités plus haut de la deuxième partie du Septénaire en transformant l’affirmation d’une supériorité de la naturalité en une capacité de celle-ci à absorber et à assimiler toute autre forme de l’obligation civile. Pour le légiste royal, il s’agissait dans tous les cas de faire prévaloir le principe territorial de la sujétion sur le principe personnel et de faire primer les astreintes du premier sur celles du second. In fine, le principe territorial ne faisait-il pas spontanément du roi le seigneur de tous les hommes du royaume, y compris des seigneurs de second rang qui administraient telle partie de celui-ci ? L’engagement personnel, dont, à l’occasion, la royauté pouvait tirer elle-même parti, présentait en revanche l’inconvénient d’offrir aux sujets – notamment aux plus puissants – la possibilité de contrebalancer le pouvoir qu’avait le roi sur eux par un engagement personnel intérieur (contracté auprès d’un seigneur local) ou bien extérieur (conclu avec un seigneur étranger, laïque ou ecclésiastique)15. Le vasselage avait ainsi légitimé diverses formes d’insoumission au roi. Depuis les fondations asturiennes, la royauté devenue castillano-léonaise avait revendiqué le caractère territorial de son pouvoir et elle luttait encore au XIIIe siècle pour le maintenir en dépit du développement des seigneuries et des pressions de seigneurs désireux d’assouplir leur dépendance16.

6Le procédé discursif que nous venons de commenter ne constitue toutefois qu’une habileté rhétorique. Il ne change rien au fond du propos, même s’ils sert son efficacité. L’intérêt du passage tient davantage à une opération linguistique plus profonde, portant sur l’interprétation de l’adjectif « naturel ».

  • 17 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis : « naturalis » au sens de « incola », « civis » (...)
  • 18 Dans la Chanson de Mon Cid (c. 1200), par exemple, Martin Antolinez est qualifié de « burgalés natu (...)

7Cet adjectif est employé deux fois dans cette loi et chaque fois dans l’énoncé d’une « manière de naturalité » relevant du principe territorial. Dans l’énoncé de la dixième « manière » – « avoir résidé dix ans sur une terre bien qu’on soit naturel d’un autre pays », c’est son second emploi – l’adjectif « naturel » a le sens de « natif », « originaire » d’une « terre », d’un pays. C’est une acception que naturalis n’avait pas eue en latin classique mais qu’il avait en latin médiéval17 au moins depuis le XIe siècle comme aussi, au moins depuis le début du XIIIe, en roman castillan18. Le sens de l’adjectif dans l’énoncé de  « la première et la meilleure » des dix « manières » de naturalité – « celle qu’ont les hommes à l’endroit de leur seigneur naturel parce qu’eux-mêmes comme ceux du lignage dont ils descendent sont nés, ont leurs racines et demeurent sur la terre dont il est le seigneur » – n’était peut-être pas aussi ancien à l’époque de la rédaction du Septénaire

  • 19 Historia compostellana (1139) : « Qui cum terribilem audissent legationem et exercitum regis super (...)
  • 20 Cf. mes études « La contribution de Jean d’Osma à la pensée politique castillane sous le règne de F (...)
  • 21 Chanson de Mon Cid, v. 895, 1272, 1885 et 2031. En ce qui concerne le français, Littré rappelle, da (...)
  • 22 Cf. Michel SENELLART, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris (...)
  • 23 Bien entendu, le principe « dynastique » accompagnait toujours le principe « territorial » lorsqu’i (...)

8Le syntagme latin dominus naturalis était bien en usage en León et en Castille depuis la première moitié du XIIe siècle19 ; dans la première moitié du XIIIe, il était abondamment utilisé dans la production historiographique d’éminents connaisseurs du droit, comme Jean d’Osma ou Rodrigue de Tolède20. On trouve señor natural dans la littérature castillane dès l’aube du XIIIe21. Rien ne garantit, cependant, que cette formule, latine ou romane, ait alors été entendue –ou toujours entendue- au sens que lui prête ici le légiste. Il n’est pas impossible qu’au long du XIIe siècle et de la première moitié du XIIIe, elle ait d’abord exprimé, comme, semble-t-il, elle le fit en France22, une légitimité due à la naissance du seigneur dans un lignage et dans une certaine position au sein de ce lignage : une légitimité dynastique, en somme23. Dans cette loi du Septénaire, en revanche, la référence à la « terre » où naissent les hommes, comme principe explicatif (« parce que ») de l’obligation qu’ils ont à l’égard de leur « seigneur naturel », tire le contenu de l’adjectif du dynastique au territorial dans le même temps qu’elle change l’agent de la caractérisation, le caractère « naturel » du seigneur ne tenant plus à sa propre naissance (à son origine dynastique) mais à la naissance (à l’origine territoriale, cette fois) de l’homme sur lequel il exerce son pouvoir. Le seigneur « naturel » en soi est cette fois regardé comme le seigneur « naturel à » l’homme né sur sa terre. C’est ici une nouvelle façon d’affirmer la prééminence du territorial dans la sujétion, et une façon singulièrement profonde, puisqu’elle œuvre non seulement au plan des constituants notionnels d’une caractérisation juridique – fixée par la terre plutôt que par le lignage – mais jusque dans la syntaxe des agents de cette caractérisation – provoquée par le sujet plutôt que par son seigneur.

  • 24 « Qué debdo han los naturales con aquellos cuyos son ».

9Une autre manipulation linguïstico-discursive donne, dans les deux lois suivantes, son fondement et sa valeur à cette conception. L’intitulé de la loi III du même titre voit le premier emploi substantif de la lexie « naturel » (natural) : « Quelle obligation ont les naturels avec ceux dont ils le sont »24. De fait, l’intitulé pointe, au-delà de cette seule loi, un propos qui se distribue entre les lois III et IV, lesquelles traitent chacune de deux entités envers lesquelles le « naturel » – au sens de « sujet naturel » – aurait une obligation. Le phénomène linguistique remarquable est ici que, si le substantif « naturel » apparaît dans l’intitulé de la loi III, il est en revanche absent du corps de son texte, où l’on ne trouve que le mot « homme » employé dans son sens indéfini :

  • 25 « Con Dios ha home el mejor debdo que con otra cosa que ser pueda. E este debdo desciende de natura (...)

C’est avec Dieu que l’homme a l’obligation la plus forte qui puisse être. Et cette obligation procède de la nature, car Il l’a fait naître et le maintient en vie […]  Et l’homme a aussi une grande obligation de nature envers son père et envers sa mère. L’obligation envers le père est très grande, car celui-ci l’a engendré au moment opportun et a perdu de sa propre substance pour que l’autre soit. […] L’homme a aussi une grande obligation envers sa mère, car elle a pris part à le faire, peiné pour le porter, couru le danger de le mettre au monde et mis tout son cœur à le nourrir. Il a même une grande obligation à l’endroit de sa nourrice, car elle lui a donné son lait lorsqu’il en avait besoin et l’a nourri comme une mère. Et il a aussi une grande obligation envers son parrain, car celui-ci l’a éduqué et guidé lorsqu’il en avait besoin et a été comme son père25

  • 26 Nascor > natus > natura : cette étymologie, reprise par Thomas d’Aquin contemporainement à la rédac (...)

10Cette loi a beau s’insérer dans un titre consacré à l’obligation de « naturalité », elle traite d’une obligation tenant non pas à la  « naturalité » mais à la « nature » (« obligation [qui] procède de la nature », « obligation de nature »). Le mot « nature » est ici entendu au sens premier, étymologique26, de naissance (« car Il l’a fait naître », « car celui-ci l’a engendré », etc.), une naissance qui, selon les rédacteurs, induit, pour tout homme, une obligation envers ses géniteurs : Dieu, au spirituel, et, au temporel, ses parents ou leurs substituts.

  • 27 « Del debdo que han los naturales con sus señores e con la tierra en que biuen... »

11La loi IV du même titre, en revanche, donne lieu à l’emploi substantif du mot « naturel » aussi bien dans son propre intitulé (« De l’obligation qu’ont les naturels envers leurs seigneurs et envers la terre où ils vivent [...] »27) que dans le corps du texte :

  • 28 « A los señores deuen amar todos sus naturales por el debdo de la naturaleza que han con ellos e se (...)

Les naturels doivent tous aimer leur seigneur à cause de l’obligation née de la naturalité qui les lie à lui et le servir pour le bien qu’ils reçoivent et espèrent obtenir de lui. [...] Ils ont aussi grande obligation d’aimer leur terre, de l’accroître et de mourir pour elle s’il en était besoin [...]. Et cette naturalité qui lie les naturels à leur seigneur doit toujours être respectée avec loyauté [...]28.

  • 29 Texte courant du Septénaire (parties II et IV) : « Como deuen ser escogidos los guardadores del Rey (...)
  • 30 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis : « naturalis », au sens de « proprius », « dome (...)

12Nous sommes bien, cette fois, sur la scène juridique de la « naturalité », avec ses trois acteurs fondamentaux – le « naturel » (ou sujet naturel), la « terre » (ou le pays), le « seigneur naturel » – et l’obligation que cette « naturalité » induit du premier envers les deux autres. L’application commune du substantif « naturel » au contenu thématique des lois III et IV n’était donc qu’un leurre dont l’objectif était d’assimiler, sous un désignatif faussement commun du sujet astreint, les obligations induites de la « naturalité » à celles que l’on tenait pour induites de la « nature », autrement dit de fonder la « naturalité » en « nature ». Au plan linguistique, l’opération consistait à court-circuiter, par une nouvelle habileté discursive, un trait de langue : toute la littérature romane hispanique du moyen âge central29 – le phénomène semblant, du reste, s’être étendu aux écrits médio-latins d’Occident30 – atteste que l’usage du substantif « naturel » fut, en langue, réservé au politique, au statut civil du sujet sous le double rapport de son appartenance territoriale et de sa sujétion à un seigneur. Et, en effet, nous avons vu que l’emploi est proscrit du texte courant, seul authentique, de la loi III, qui traite, au vrai, des obligations « de nature » envers Dieu et envers les parents.

13Les procédures discursives que je suis en train de mettre au jour ne relèvent toutefois que partiellement de la « stratégie ». En réalité, l’opération conceptuelle à quoi elles conspirent était préparée et même déclarée dès le préambule et la première loi du titre XXIV de la quatrième partie du Septénaire. Le propos en était toutefois si approximatif et confus que j’ai préféré reporter l’examen de ces textes après l’analyse des lois II à IV.

  • 31 Cf. « Amour (une notion politique) », in : Georges MARTIN, Histoires de l’Espagne médiévale. Histor (...)

14Le préambule du titre XXIV et sa première loi s’attachent à présenter et à définir la naturalité. Mais ils ne donnent de contenu au concept que celui, très vague, d’un rapport amoureux entre les hommes. C’était, certes, le langage de la solidarité civile dans l’univers féodal31 ; cependant, le caractère général et imprécis de ces définitions, qui, manifestement, ne font pas l’essentiel du propos, contraste avec la spécificité et la précision d’une similitude qu’elles établissent entre deux concepts. Le préambule rapporte analogiquement la solidarité créée par la « naturalité » à celle créée par la « nature » dans l’un des deux sens que prêtera à ce dernier mot la loi III, la naissance d’un homme au temporel :

  • 32 « Uno de los grandes debdos que los omes pueden auer unos con otros es naturaleza, ca bien como la (...)

Une des grandes obligations que les hommes peuvent avoir les uns envers les autres est la naturalité, car de même que la nature les rassemble dans le lignage, de même la naturalité les réunit par le long usage d’un amour loyal32

15La loi I, même si elle nuance la ressemblance par une différence, pose la même analogie entre l’ordre établi par la « naturalité » et l’ordre de la « nature » en prenant cette fois le mot « nature » dans l’autre sens que lui prêtera la même loi III, à savoir celui, spirituel, de Création, l’application dépassant toutefois l’homme seul pour embrasser l’ensemble de l’univers créé :

  • 33 « Naturaleza tanto quiere dezir como debdo que han los omes unos con otros por alguna derecha razón (...)

Naturalité signifie obligation qu’ont les hommes les uns envers les autres, pour quelque juste raison, de s’aimer et de se vouloir du bien. Et la différence qu’il y a entre nature et naturalité est celle-ci : la nature est une vertu qui fait que toutes les choses sont en l’état où Dieu les a ordonnées, la naturalité étant chose qui ressemble à la nature et qui contribue à ce que soit et subsiste tout ce qui procède de  celle-ci33

  • 34 Isidore de Séville : « Ius autem naturale est, aut civile, aut gentium. Ius naturale est commune om (...)

16Dès le début du titre XXIV, les rédacteurs, préparant l’effet de discours des lois III et IV, s’emploient donc à définir l’obligation de « naturalité » par un rapprochement avec la « nature » comme agent temporel de la solidarité parentale et comme agent spirituel de la pérennité de l’ordre divin de la création. Dans l’univers catégorique du droit médiéval, qui était, en l’occurrence, celui du droit romain, cela revenait à assimiler des obligations relevant du droit civil à des obligations relevant du droit naturel34 ; en termes philosophiques, cela fondait l’ordre temporel de la sujétion sur l’ordre spirituel de la Création, l'un « procédant » de l'autre.

  • 35 « De lexicología jurídica alfonsí : naturaleza », Alcanate. Revista de estudios alfonsíes, 6, 2008- (...)
  • 36 De nombreuses études ont été consacrées à leur science de la composition lexicale. On pourra consul (...)

17Il n’est pas improbable – j’en ai formulé ailleurs l’hypothèse35 – qu’en corrélant ainsi « nature » et « naturalité » (natura et naturaleza), les juristes alphonsins, qui étaient en outre non seulement des philosophes mais aussi, avant la lettre, des philologues et des linguistes36, aient voulu suggérer que les deux lexies avaient pour étymon commun le latin natura. La chose n’était pas inexacte ; à ceci près, toutefois, que le mot naturaleza ne dérivait pas directement du latin natura, mais qu’il était formé sur le roman natural (natural > natural-eza). Du reste, c’est bien cette dernière lexie, natural, dont le sens, du moins en son emploi adjectif, dépendait indifféremment de l’un ou l’autre des deux concepts, qui est, dans la suite des lois non pas définitoires, mais normatives ou astreignantes, du titre XXIV, le principal opérateur linguistique de l’assimilation de la « naturalité » à la « nature ».

18D’une certaine façon, les rédacteurs malicieux qui, forçant la langue, placèrent le propos des lois III et IV sous le signe commun du substantif « naturel », n’avaient pas tout à fait tort et étaient, en tout cas, bien inspirés. Leur savoir vaste et sûr, auquel la critique n’accorde pas toujours le crédit qu’il mérite, leur indiquait que naturalis s’était appliqué au parental et à l’universel avant de s’appliquer au territorial et au seigneurial. Ce même savoir leur disait aussi que les champs du parental et de l’universel étaient ceux couverts par ce que le droit romain qualifiait de « naturel ». Lorsque ces juristes s’étaient mis à écrire, l’adjectif castillan natural était, en revanche, chargé d’une virtualité sémantique qui embrassait tout à la fois les catégories du parental, de l’universel, du territorial et du seigneurial. En faisant reposer, dans le fil du propos, les obligations tenant au territorial et au seigneurial sur celles relevant du parental et de l’universel, ils offraient à leur conceptualisation politique le double fondement d’une diachronie linguistico-sémantique qu’ils assimilaient à une détermination conceptuelle et d’un droit solide, ancien et prestigieux dont ils s’affairaient, comme d’autres, à faire l’instrument d’un renforcement du pouvoir royal.

19Quant au fond, ce qu’obtinrent les juristes du roi Sage, qui, s’ils n’inventaient pas, contribuaient au moins à renforcer un mouvement récent de la pensée politique, fut principalement de charger de territorialité le sens de l’adjectif « naturel » lorsqu’il s’appliquait au seigneur – le roi, en dernière instance- et de donner à l’obligation civile de « naturalité » le caractère nécessaire et transcendant, le statut ontologique, d’une obligation de « nature ». L’écriture du droit leur offrit en outre l’opportunité, plutôt que de procéder de façon démonstrative, d’adopter une formulation assertive qui, quitte à créer ici ou là des obscurités, quitte à forcer l’usage linguistique, réalisait, en quelque sorte, leurs conceptions dans le discours, donnant à celles-ci la force d’un déjà-là, d’une réalité indiscutable et effective.

Haut de page

Notes

1 Les monographies récentes sont nombreuses. Retenons celles de Joseph F. O’CALLAGHAN, El rey sabio. El reinado de Alfonso X de Castilla, Universidad de Sevilla, 1997 et de Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Alfonso X el Sabio, Barcelone : Ariel, 2004. Ceux qui ne lisent pas l’espagnol pourront consulter mon ouvrage Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris  : Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, 1992, p. 317-338, ainsi que mes articles « Alphonse X ou la science politique (Septénaire, 1-11) », [deuxième partie : « Le modèle politique »], Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 20, 1995, p. 7-33 [http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_1995_num_20_1_930] et « Alphonse X roi et empereur. Commentaire du Titre 1 de la Seconde partie » Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 323-348 [http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2000_num_23_1_925].

2 Le titre de Sept parties n’est pas original. Il fut prêté à ce code au XIVe siècle par l’arrière-petit-fils du roi Sage, Alphonse XI de Castille. Dans ses premières versions, l’œuvre s’auto-désigne comme le Livre du for des lois (Libro del fuero de las leyes). Après 1272, elle s’intitula Septénaire, titre sous lequel est couramment désigné le remaniement, incomplet, qu’elle reçut dans les toutes dernières années du règne d’Alphonse X. Là-dessus, voir Georges MARTIN, « Datation du Septénaire : rappels et nouvelles considérations », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 24, 2001, p. 325-342 (p. 338-340) [http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2001_num_24_1_1183]. Actes de la dernière mise à jour collective des connaissances en ce domaine : e-Spania, 5, juin 2008 [http ://e-spania.revues.org/index8613.html].  

3 Georges MARTIN, « Le concept de « naturalité » (naturaleza) dans les Sept parties, d’Alphonse X le Sage », e-Spania, 5, juin 2008 [http ://e-spania.revues.org/index10753.html].

4 Cet article reprend une conférence donnée le 19 janvier 2010 à l’Université des Antilles-Guyane (La Martinique) devant un public composé de juristes et de linguistes.

5 Les légistes alphonsins n’inventent pas la notion de « naturalité », dont l’existence pratique est attestée par la documentation castillane dès la première décennie du XIIIe siècle et ailleurs qu’en Castille dès le XIIe. On trouve le mot naturaleza dans le traité de Cabreros de 1206 : « E non vala menos por el omenaje que ayan fecho ad anbos los rees ni por el naturaleza que ayan con ellos ni por el vasallage del servicio del rey de León » [Roger WRIGHT, El tratado de Cabreros (1206) : estudio sociofilológico de una reforma ortográfica, Londres : Queen Mary and Westfield Collage, Department of Hispanic Studies, 2000, p. 36 ; également : p. 47 y 61]. Le terme apparaît aussi dans le Llibre dels fets de Jacques Ier d’Aragon (daté d’entre 1245 et 1276) : « reys ab nos ha hauts en Arago, e on pus luyn es la naturalea entre nos e uos, mes acostament hi deu hauer, que parentesch, salonga… ». DU CANGE : « naturalesia » (charte du comte Hugues de Mataplana, comte de Pallars (XIVe siècle)  : « Absolvimus, liberamus et quitamus ab homagio, naturalesia, et fidelitate, aliis omnibus vinculis et obligationibus... » ; « naturalitas (3) » : « Fidelitas, seu fides, ut videtur, quam subditus debet Regi suo » (« Quapropter mandamus... sub fide et naturalitate, quibus nobis adstricti sunt, universis ac singulis viceregibus, gubernatoribus, bajecisis, generalibus, procuratoribus justitiae... et aliis quibusvis personis subditis nostris, quatenus, etc. », année 1179). « Naturalité » semble tardif en français : les exemples de Littré et de Godefroy datent de la fin du XVe siècle et du début du XVIe.

6 « Naturaleza e vassallaje son los mayores debdos que ome puede auer con su señor ». Ici et ailleurs (sauf exception dûment signalée), je suis le texte imprimé sous l’autorité de Gregorio LÓPEZ, jurisconsulte de Charles Quint, à Salamanque, en 1555 (fac-similé : Las siete partidas, 3 vol., Boletín Oficial del Estado, 1974).

7 « Maguer los señores son de muchas maneras, el que viene por naturaleza es sobre todos para auer los omes mayor debdo de lo guardar ».

8 Antonio Díaz de Montalvo, jurisconsulte des Rois Catholiques, avait donné à l’imprimerie la première version du Septénaire : Las Siete Partidas de Alfonso X el Sabio, 2 vol., Séville : Meynardo Ungut et Lançalao Polono, 25 octobre 1491.

9 « […] deue el pueblo conoscer al Rey […] por naturaleza, otro debdo de señorío de qual manera quier que aya sobre ellos ».

10 "[…] deue el pueblo auer siempre en su memoria e en su remembrança al señorio e la naturaleza que el Rey ha sobre ellos".

11 « TITULO XXIIII. Del debdo que han los omes con los señores por razon de naturaleza ».

12 « Quantas maneras son de naturaleza. Diez maneras pusieron los sabios antiguos de naturaleza. La primera e la mejor es la que han los omes a su señor natural por que tan bien ellos como aquellos de cuyo linaje descienden nascieron e fueron raygados e son en la tierra onde es el señor. La segunda es la que auiene por vasallaje. La tercera por criança. La quarta por caualleria. La quinta por casamiento. La sexta por heredamiento. La setena por sacarlo de captiuo o por librarlo de muerte o deshonra. La octaua por aforramiento de que no rescibe precio el que lo aforra. La nouena por tornarlo christiano. La dezena por morança de diez años que faga en la tierra maguer sea natural de otra »

13 Le titre IV du Livre III du Miroir du droit (Espéculo) est, là-dessus, tout à fait explicite : « De cómmo deuen acorrer los vassallos o ffuere mester. Las tres maneras auemos dichas de cómmo deuen ffazer los vassallos lo que el rrey les mandare, assí commo venir quando los él llamare o de yr ó los enbiare o de estar ó los poscierre ; agora queremos ffablar de la quarta que es de cómmo deuen acorrer ó ffuer mester, maguer el rrey non los llamare. Et esto dezimos que deuen ffazer por dos cosas : la vna por naturaleza e por el ssennorío que á el rrey ssobrellos, e la otra por la naturaleza que ellos an en el rregno. E esta naturaleza puede sseer en muchas maneras, assí como por sseer y nacido, assí como por heredamiento quel venga de padre o de ssu linage o de parte de ssu mugier o ssi[l] porffiió algún natural de la tierra a otro estranno o por conpra o por donadío o por morança que ffaga y de dos annos conplidos o dende arriba o ssi es ssieruo el afforran en aquella tierra ; onde por todas estas rrazones sson tenudos de acorrer ó menester ffuere » (Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ, Leyes de Alfonso X. I : Espéculo, Avila : Fundación Sánchez Albornoz, 1985, p. 193).

14 Voir texte cité dans la note antérieure. Gregorio López commente ainsi l’acquisition de la naturalité par l’éducation : « Et sic naturalis alicujus patriae dicetur quod est nutritus in aliqua patria, etiam si ibi non fuerit natus ». Plusieurs de ces dispositions s’inspiraient du droit romain, notamment du Code de Justinien, livre X, titres XXXVIII (« De municipibus ex originariis ») et XXXIX (« De incolis... »). López relève toutefois (Partida IV, p. 142) ce qui lui semble constituer trois nouveautés dans l’acquisition de la naturalité selon les rédacteurs du Septénaire : par le simple mariage, pour avoir été libéré de captivité, pour avoir été sauvé de la mort. Mais il ne donne pas non plus d’autre référence que le Septénaire pour la naturalité acquise par l’éducation. Et la naturalité acquise par le vasselage est aussi, bien entendu, une réalité typiquement médiévale.

15 Sur ces jeux de la dépendance, notamment aux XIIIe et XIVe siècles, Georges MARTIN, Les Juges de Castille..., p. 545-548, et, pour ceux qui lisent l’espagnol, Hilda GRASSOTTI, Las instituciones feudo-vasalláticas en León y Castilla, 2 t., Spolète : Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1969, 1, p. 279-280 et 286-292 ; 2, p. 1018.

16 Je renvoie aux pages classiques de Luis GARCÍA DE VALDEAVELLANO, Curso de historia de las instituciones españolas, Madrid : Revista de Occidente, 19754, p. 518-528, ainsi qu’à la synthèse la plus récente : Pedro Andrés PORRAS ARBOLEDAS, Eloisa RAMÍREZ VAQUERO et Flocel SABATÉ i CURULL, La época medieval : administración y gobierno, Madrid : Istmo, 2003, notamment p. 34-44 et 121-144.

17 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis : « naturalis » au sens de « incola », « civis ». Exemples dans des chartes des XIe et XIIe siècles, portugaises, aragonaises et françaises : « Judex et Alcaldia sunt nobis ex naturalibus Colimbriae » (comte Henri de Portugal), « Naturalis de regno Aragoniae » (concile de Teruel, s. d.), « Porro naturales carnifices non audierunt » (charte de Louis VII datée de 1162), etc.

18 Dans la Chanson de Mon Cid (c. 1200), par exemple, Martin Antolinez est qualifié de « burgalés natural » (v. 1500 : Burgalais naturel, naturel de Burgos) et, dans le Poème de sainte Aurie, Berceo déclare de la mère de la sainte : « Fue de Villa Velayo Amuña natural » (v. 12a : « Amuña fut naturelle de Villa Velayo »).

19 Historia compostellana (1139) : « Qui cum terribilem audissent legationem et exercitum regis super se uenientem, maluerunt se regi et ciuitatem reddere, quam contra suum naturalem dominum aliquid, quod eus turbaret uoluntatem, committere » (Enrique FLÓREZ, éd., in  : España sagrada, XX, I, 67, p. 207) ; Chronica Adefonsi imperatoris (1149) : « Verumtamen Carrionenses et Burgenses ciues et illii qui in Villa Francorum morabantur, uidentes quod iniuriam facerent regi Legionensi, qui naturalis eorum dominus erat, ut ad recipiendas eorum ciuitates cito ueniret, nuntios miserunt » (Antonio MAYA SÁNCHEZ, éd., in : Emma FALQUE, Juan GIL et Antonio MAYA, Chronica hispana saeculi XII, Pars I, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum, Continuatio mediaeualis, LXXI, 1990, p. 147-248  ; I, 8, p. 153).

20 Cf. mes études « La contribution de Jean d’Osma à la pensée politique castillane sous le règne de Ferdinand III », e-Spania, 2, décembre 2006 [http://e-spania.revues.org/document280.html] et « Noblesse et royauté dans le De rebus Hispaniae (livres 4 à 9) », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 26, 2003, p. 101-121 [http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0396-9045_2003_num_26_1_2014].

21 Chanson de Mon Cid, v. 895, 1272, 1885 et 2031. En ce qui concerne le français, Littré rappelle, dans son historique de l’adjectif naturel, que la lexie « seigneur naturel » était employée dès le XIIe siècle dans la Chanson de Roncevaux : « L'enseigne Charle mon seignor natural ». Un exemple aragonais du XIIIe siècle : « Tan grant enlazamiento de natural sennorio es en los reyes & los infançones de la so tierra. que los infançones non deuen consentir la muert del rey en nenguna manera. E si ueden o saben que matar lo quieren. deuen se esforçar con todo lur poder. como no lo maten. E si el rey fore en alguna batalla. o en algun logar perigloso. & el infançon lo consiguiere. & entendiere que ha mester so cauallo. deue lo y dar. quanto quier que periglo el en suffra », Fors d’Aragon (1247?) (Fueros de Aragón, éd. de Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá de Henares, 2004 ; cité dans Corpus diacrónico del español, Real Academia de la Lengua, en ligne  ; désormais  : CORDE)

22 Cf. Michel SENELLART, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris  : Seuil, 1995, p. 185 sq. C’est aussi ce que semble sous-entendre la définition que donne Du Cange de l’expression naturalis dominus : « Legitimus, qui jure dominium obtinet ». Frédéric Godefroy, dans son Dictionnaire de l’ancienne langue française, donne « qui est de naissance » pour l’expression « seigneur naturaut » dans ces vers de la Chanson d’Auberon (XIIIe siècle) : « Nus d'iaus ne fist desfaut, / Car aidier voellent lor seignour naturaut ». En ce qui concerne l’Espagne (et notamment la Castille), Luis García de Valdeavellano écrit de son côté : « En cuanto la autoridad del Príncipe derivaba consuetudinariamente del derecho de su linaje a la potestad regia, del continuado ejercicio de la misma por sus ascendientes, el Rey era en los Estados hispano-cristianos medievales el ‘Señor natural’ de la tierra sometida a su poder político » (Curso de historia de las instituciones españolas, Madrid : Revista de Occidente, 19734, p. 429).

23 Bien entendu, le principe « dynastique » accompagnait toujours le principe « territorial » lorsqu’il s’agissait de fonder la légitimité du seigneur. On le voit, par exemple, dans cet exemple tiré du Libro de la generaciones, chronique généalogique écrite en Navarre vers 1270 : « [García Ramírez] fo muy bono e vino a Nauarra e dixo a los nauarros que naturales heran de su linage e que lo rreçeuiessen por rrey. E ellos vieron que mayor dreyto hera quel fuese que otro e leuantaron lo por rey » (Diego CATALÁN, Crónica de 1344, Madrid : Gredos, 1970, p. 320).

24 « Qué debdo han los naturales con aquellos cuyos son ».

25 « Con Dios ha home el mejor debdo que con otra cosa que ser pueda. E este debdo desciende de natura por que lo fizo nascer e le mantiene la vida […]. E otrosi han los omes grand debdo de natura con el padre & con la madre. E el debdo del padre es muy grande por que le engendró e en el tiempo que deuie e menguó de la substancia de si mismo por que fuesse el otro. […] Otrosi han grand debdo con la madre porque ouo parte en fazerlo e leuó grand trabajo mientra lo troxo E grand peligro en parirlo e grand afán en criarlo. E aun con la ama que lo crió ha grand debdo porque le dio su leche en el tiempo que lo ouo menester e nodresció así como madre. E con el amo ha grand debdo porque lo crió e le gouernó en el tiempo que lo auie menester e le fue como padre ».

26 Nascor > natus > natura : cette étymologie, reprise par Thomas d’Aquin contemporainement à la rédaction du Septénaire, avait été posée par Ulpien (SENELLART, Les arts de gouverner..., p. 163 et Walter ULLMANN, Principles of government and politics in the Middle Ages, Londres : Methuen and Co, 1961, p. 241 et 244).

27 « Del debdo que han los naturales con sus señores e con la tierra en que biuen... »

28 « A los señores deuen amar todos sus naturales por el debdo de la naturaleza que han con ellos e seruirlos por el bien que dellos resciben e esperan auer. [...] E a la tierra han grand debdo de amarla e de acrescentarla e morir por ella si menester fuere [...]. E esta naturaleza que han los naturales con sus señores deue siempre seer guardada con lealtad [...]»

29 Texte courant du Septénaire (parties II et IV) : « Como deuen ser escogidos los guardadores del Rey niño si su padre no ouiere dexado guardadores. […] escojan tales omes […] que ayan en si ocho cosas. La primera, que teman a Dios. La segunda, que amen al Rey. La tercera, que vengan de buen linaje. La quarta, que sean sus naturales » (II, XV, III) ; « Diremos de las fortalezas que dan los Reyes en fieldad entre sí e de los castillos que cobran e ganan los naturales del Rey en su conquista » (II, XVIII, préambule) ; « El portero ha de ser natural del Rey e conoscido por nome e por la tierra onde es natural » (II, XVIII, II) ; « Cómo deuen fazer de los castillos de fieldad aquellos que los tienen e non son vassallos nin naturales del un rey nin del otro » (II, XVIII, XXIX) ; « E por esta misma razón pusieron que todo su vassallo que non fuesse su natural, que quando quier que ganasse villa o castillo o otra fortaleza en su conquista do quier que la pudiesse ganar, que se la diesse por razón de señorío, e si non que fincasse traydor por ello e que ouiesse tal pena como aquel que desereda a su señor » (II, XVIII, XXXII) ; « E aún pusieron más : que si alguno que fuesse natural suyo e su vasallo ouiese castillo de su heredamiento por donación de señor […] » (II, XVIII, XXXII) ; « […] esto fizieron por que non deseredasse al Rey cuyo natural es » (II, XVIII, XXXII) ; « Mas si este tal fuesse su natural e non su vassallo, maguer cobrasse tal castillo como este que fuesse ante suyo non sería tenudo de gelo dar como quier que por derecho le deue dar todos losotros que después ganare por razón de la naturaleza que ha con él. E si assí non lo fiziesse, deue auer aquella misma pena. E si por auentura fuesse vassallo de vn Rey e natural de otro e ganasse algún castillo en la conquista de aquel cuyo natural fuesse, si gelo demandasse estonce su señor, non gelo deue dar nin tornar al Rey cuyo natural es en ninguna manera, saluo si le ouiesse fecho ante cosa que con derecho se le pudiesse desnaturar. Onde quien errase en alguna destas cosas meresce auer la pena que de suso diximos » (II, XVIII, XXXII) ; « E las derechas razones por que los naturales pueden esto fazer [salir de la naturaleza] son quatro. La vna es por culpa del natural e las tres por culpa del Señor. Esto serie como quando el natural fiziesse trayción al Señor o a la tierra, ca solamente por el fecho es desnaturado de los bienes e de las honrras del Señor e de la tierra. La .j. de las tres que viene por culpa del Señor es quando se trabaja de muerte de su natural sin razón e sin derecho. La .ij. si le faze desonra en su muger. La .iij. si le deseredasse a tuerto e nol quisiesse caber derecho por iuyzio de amigos o de corte » (IV, XXIV, V) ; « E non tan solamente pueden salir con el rico ome por tal echamiento como este sus vassallos e sus naturales mas aún los criados e los otros omes de su conpaña por razón del bien fecho que resciben dél » (IV, XXV, X). Autre code alphonsin (Miroir du droit, 1256) : « Et esta naturaleza puede sseer en muchas maneras assi como por sseer y nasçido. Assi como por heredamjento quel venga de padre o de ssu linage o de parte de ssu mugier o ssi porffijo algun natural de la tierra o A otro estrano » ou « Et desta hueste non sse puede escusar por derecho njn por njnguna rrazon njngun ssu natural [del Rey] que pueda tomar armas que non venga… » (P. SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, éd., Universidad de Alcalá de Henares, 2004, cité dans CORDE). Voir également Lloyd.A. KASTEN y John J. NITTI, Diccionario de la prosa castellana del Rey Alfonso X, New York : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 2002. Documentation d’Alphonse X : Charte de donation (1283) : “Sepan quantos esta carta vieren e oyeren como nos, don Alfonso, por la gracia de Dios rey de Castiella, de Leon, de Toledo, de Gallizia, de Sevilla, de Cordova, de Murçia, de Jahen e del Algarve, porque Alfonso Perez, mayordomo de don Per Alvarez, nos deve servir assi como nuestro natural e nos desservio agora en este tiempo, errando contra nos, teniendose con aquellos que se nos alçaron con nuestra tierra pora tollernos nuestro poder e nuestro sennorio, por ende, no quisiemos que lo que el avie en Lebrena ficasse en el, mas que lo oviessen aquellos que connusco fincaron e nos servieron” (M. T. HERRERA et María NIEVAS SÁNCHEZ, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1999 : cité dans CORDE). Voir également M. N. SÁNCHEZ, Diccionario español de documentos alfonsíes, Madrid : Arco/Libros, 2000. Avant Alphonse X, dans le texte du Traité de Caberos (1206) : « Et del rey de León éstos son los diez e cuatro cavaeros [sic] sos naturales que deven tener estos castiellos » (Wright, 38). Après Alphonse X, dans le Livre des fors de Castille (fin du XIIIe siècle) : « El Rey non deue desseredar a ningún su vasallo por ninguna razón synon por ésta : sy algún su vasallo o algún natural de la tierra, desseredar’ alguna cosa al Rey de su sennorío o prouar para fazerlo, a éste que esto fiziere puéde’l el Rey desseredar de todo quanto que ouyere so su sennorío por esta razón », « Et sy qualquier d’estos ricos omnes o de los Reyes fallesçieren el pleito, & el otro demandar los castiellos del cauallero que los tenýe por él, diziendo que’l fallesçió el pleito, aquel que touyere los castiellos en fieldat non ge los deue dar, mas déuelos dar al sennor cuyo natural es » (BARES, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1993, 151r° y 153r°, cité dans CORDE) ; mais aussi : Livre du chevalier et de l’écuyer, de Jean Manuel, Livre de bon amour (tous deux du XIVe siècle) et même, au XVe siècle, les Vocabulaires de Palencia y de Nebrija (voir les références données par Martín ALONSO (Diccionario medieval español, article « natural », 8e acception en particulier). Également en Navarre (1300-1330) : « Sj algun natural del regno de Nauarra fuere reptado por furto de cauayllo… » ou « Si algun natural del Rey de Nauarra fuere reptado por furto… » (P. SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, éd., Fuero general de Navarra, Universidad de Alcalá de Henares, 2004 ; cité dans CORDE).

30 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis : « naturalis », au sens de « proprius », « domesticus », « subditus » (Vita de Robert d’Arbrissel (XIe-XIIe siècles) : « De quo loquimur, Robertus, domine, tuus naturalis est : nam et Redonensis est, tuisque institutionibus satis accomodus... »).

31 Cf. « Amour (une notion politique) », in : Georges MARTIN, Histoires de l’Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 169-206 [http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0180-9997_1997_sup_11_1_2189].

32 « Uno de los grandes debdos que los omes pueden auer unos con otros es naturaleza, ca bien como la natura los ayunta por linaje así la naturaleza los faze ser como unos por luengo uso de leal amor ». Montalvo comme Gregorio López écrivent « como la naturaleza los ayunta ». Ma conviction qu’il y avait là une erreur de transcription ou d’interprétation a été confirmée par Raúl Orellana : toute la tradition manuscrite connue donne ici « natura ». Je rétablis donc la leçon, seule cohérente, des manuscrits.

33 « Naturaleza tanto quiere dezir como debdo que han los omes unos con otros por alguna derecha razón en se amar e en se querer bien. E el departimiento que ha entre natura e naturaleza es éste : ca natura es una virtud que faze ser todas las cosas en aquel estado que Dios las ordenó, naturaleza es cosa que semeja a la natura e que ayuda a ser e mantener todo lo que desciende della ». Définition de la nature dans la première partie (Titre IV, loi lxvii) du Septénaire : « La nature est l’oeuvre de Dieu et il est son seigneur et son créateur. Donc, tout ce qui peut être fait par la nature, c’est Dieu qui le fait, de même qu’il fait ce que la nature n’a pas pouvoir de faire, car la nature ne peut laisser ni se détourner d’oeuvrer selon l’ordre exact que Dieu lui a fixé » (« Natura es fechura de Dios, e el es el señor e fazedor della. Onde todo lo que puede ser fecho por natura faze Dios et demas otras cosas a que non cumple el poder de la natura : ca la natura non puede dexar nin desviarse de obrar segun la orden cierta que puso Dios por que obrasse »).

34 Isidore de Séville : « Ius autem naturale est, aut civile, aut gentium. Ius naturale est commune omnium nationum, et quod ubique instinctu naturae, non constitutione aliqua habetur [...] Ius civile est quod quisque populus vel civitas sibi proprium humana divinaque causa constituit » (Étymologies, V, 4-5). Justinien (Instituta, I, II) : « Ius naturale est, quod natura omnia animalia docuit. Nam ius istud non humani generis proprium est, sed omnium animalium, quae in coelo, quae in terra, quae in mari nascuntur. [...] §1 : Ius autem civile vel gentium ita dividitur. Omnes populi, qui legibus et moribus regunturn partim suo propio, partim communi omnium hominum iure utuntur ; nam quod quisque populus ipse sibi ius constituit, id ipsius proprium civitatis est vocaturque ius civile, quasi ius proprium ipsius civitatis ; quod vero naturalis ratio inter omnes homines constituit, id apud omnes populos peraeque custoditur, vocaturque ius gentium, quasi quo iure omnes gentes utuntur ». La loi II du Titre I de la première partie du Septénaire définit ainsi le droit naturel : « Ius naturel, en latin, signifie, en roman, droit naturel que les hommes et même les autres animaux sensibles ont en eux-mêmes naturellement » (« lvs naturale en latin, tanto quiere dezir en romance como derecho natural, que han en si los omes naturalmente, e aun las otras animalias que han sentido »).

35 « De lexicología jurídica alfonsí : naturaleza », Alcanate. Revista de estudios alfonsíes, 6, 2008-2009, p. 125-138 [http ://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00384816/fr/].

36 De nombreuses études ont été consacrées à leur science de la composition lexicale. On pourra consulter, dans le numéro d’Alcanate cité à la note précédente, l’article récent de Georg BOSSONG, « Creatividad lingüística en las traducciones alfonsíes del árabe » (p. 17-38).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « Stratégies discursives et linguistiques du légiste. La « naturalité » [naturaleza] dans le Septénaire d’Alphonse X le Sage (Castille, c. 1260) », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22528 ; DOI : 10.4000/e-spania.22528

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page