Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

La figure héroïque d’Alexandre le Grand en Espagne à la fin du Moyen Âge comme modèle du rapport à l’étranger. El Libro Ultramarino et El Libro de las maravillas de Jean de Mandeville (XIVe et XVe siècles)

Julia Roumier

Résumés

Déjà riche d’une longue tradition scripturaire, le cycle d’Alexandre jouit d’un regain d’intérêt à la fin du Moyen Âge qui lui apporte de nouveaux éclairages. En témoignent deux traductions hispaniques : le récit de voyages de Jean de Mandeville, traduit en aragonais vers 1380 et en castillan à la fin du XVe siècle, et la description de l’Orient de Jacques de Vitry, traduite en castillan vers 1360. Elles contiennent quelques épisodes-clefs de l’aventure orientale d’Alexandre qui offrent une représentation symbolique des rapports conflictuels de l’Orient et de l’Occident, mais aussi la possibilité d’interroger les valeurs morales de l’Occident chrétien. L’enfermement de Gog et Magog, assimilés aux dix tribus perdues d’Israël à partir du XIIe siècle, intègre Alexandre à l’eschatologie chrétienne. Sa correspondance fictive avec les Brahmanes offre la description d’une société utopique qui remplit une fonction critique face aux mœurs corrompues des Chrétiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurence HARF-LANCNER, Laurence MATHEY-MAILLE et Michelle SZILNIK (dir.), Conter de Troie et d’Alex (...)

1Alexandre le Grand, roi Macédonien célèbre pour ses conquêtes orientales, incarne tout au long du Moyen Âge le paradigme de l’attitude d’un Occidental face à l’Orient. Le mythe d'Alexandre le Grand surgit de sa confrontation avec l’Orient qui le constitue en héros en dépit, ou peut-être à cause, de l’excès d’orgueil qui cause sa perte. Ce voyage de conquêtes offre une représentation symbolique des rapports conflictuels de l'Orient et de l'Occident, mais aussi la possibilité d’interroger les valeurs morales et le modèle de l’Occident chrétien. La complexe figure d’Alexandre s’articule autour d’une légende rose et d’une légende noire dont jouent les auteurs en fonction du but poursuivi par leur texte et des enjeux idéologiques qui leur sont liés1 et il en va de même de la représentation de ses rapports à l’étranger.

  • 2 Amaia ARIZALETA, La translation d’Alexandre. Recherches sur les structures et les significations du (...)
  • 3 «…a causa de la convivencia en nuestro suelo de toda clase de versiones – orientales las unas, veni (...)
  • 4 « La leyenda árabe de Alejandro se conservó en España entre los moriscos, lo cual es buen testimoni (...)

2L’Espagne est un lieu particulièrement important pour la translation de la légende alexandrine, comme l’a mis en évidence l’étude réalisée par Amaia Arizaleta2. En effet, la péninsule Ibérique est le lieu où convergent différentes versions du mythe d’Alexandre, certaines venues de l’Europe chrétienne, d’autres transmises par des sources orientales3. La littérature islamique et le Coran comportent en particulier une riche tradition qui se confondit avec la légende de l’enfermement de Gog et Magog4. La légende d’Alexandre trouve ses sources au IIIe siècle après Jésus-Christ, dans Le roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène qui connaît en Occident une fortune extraordinaire, en particulier à travers la Historia de Preliis. Rédigée au IXe siècle par l’archiprêtre Léo de Naples, celle-ci transmet, surtout à partir du XIe siècle, la troisième version de la Collatio Alexandri cum Dindimo, une riche correspondance de cinq lettres échangées par Alexandre et les Brahmanes.

  • 5 « L’histoire d’Alexandre comme l’ensemble des traditions historiques et/ou légendaires issues de l’ (...)
  • 6 « El asombro y la fascinación que sintió la Antigüedad y Edad Media por tal empresa queda perfectam (...)

3Toute la littérature consacrée à Alexandre dans l’Occident médiéval se trouve confrontée au problème de l’intégration d’un héros païen à une mythologie chrétienne. L’héritage grec pleinement assimilé, Alexandre est perçu comme un Occidental et son action comme un exemple riche d’enseignement sur les rapports à l’Orient. Le succès connu au Moyen Âge par sa figure idéalisée traduit la fascination pour un roi si jeune réussissant l’alliance des armes et des lettres5. Il est érigé en figure de l’audace pour avoir osé se confronter à l’Orient, entreprendre sa conquête et défier de puissants souverains6.

  • 7 L. HARF-LANCNER, « Alexandre le Grand dans les romans français du Moyen Âge. Un héros de la démesur (...)

4Dans quelle mesure est-il possible de tirer un modèle de comportement chrétien de l’exemple fourni par un personnage païen ? À cette difficulté réelle s’ajoutent les problèmes posés par l’identité même d’Alexandre, héros caractérisé par le péché. Le texte du Pseudo-Callisthène mentionne à maintes reprises le pothos d’Alexandre, ce désir de découverte qui le pousse à « voir la fin de la terre » et lui vaut des reproches de la part de ses amis, des avertissements divins et le châtiment d’une mort par empoisonnement. Alexandre est l’incarnation même du péché d’orgueil, l’hubris ou pothos, excès du désir qui le pousse au voyage en motivant la soif de connaissances et de conquêtes. Il commet ainsi l’outrage, c’est-à-dire le fait d’aller au-delà des bornes fixées par Dieu à sa créature7.

  • 8 Au sujet de la vision laudative d’Alexandre, voir Juan Manuel CACHO BLECUA, « El saber y el dominio (...)

5C’est donc ce vice même qui entraîne chez le héros une attitude conquérante et victorieuse face à un Orient qui était l’objet de toutes les convoitises occidentales. Ainsi le héros pécheur, devenu dans sa légende un héros christianisé et idéalisé8, incarne, par ses conquêtes, le souverain victorieux de l’Orient que l’Occident rêverait de voir advenir. Son péché, sa soif insatiable de pouvoir et de conquêtes, le pousse également à s’ériger en défenseur de l’humanité, et donc de la chrétienté, puisqu’il enferme les hordes barbares dont le déferlement sera la ruine de la Chrétienté et le signe de la fin des temps. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas réduire l’ambiguïté fondamentale du personnage d’Alexandre.

6La fin du XIVe siècle voit en Espagne la traduction de deux textes largement diffusés au vu du nombre de manuscrits conservés et importés en Péninsule ibérique au même moment. Il s’agit d’un récit de voyage fictif et d’un texte encyclopédique décrivant l’Asie qui présentent tous deux d’importants développements narratifs mettant en scène les rapports d’Alexandre à l’étranger lointain.

  • 9 Isabel MUÑOZ JIMÉNEZ, Los libros de viajes en las literaturas peninsulares. Edición del libro ultra (...)
  • 10 La version castillane la plus moderne du texte de Jacques de Vitry date de la fin du XVIe siècle (B (...)
  • 11 « Aún Infante, Joan I pedirá al monarca francés en 1380 una copia del Libro de las maravillas del m (...)

7Le codex du XVe siècle du Libro Ultramarino9(BNM, Ms 3013) contient la traduction castillane du texte encyclopédique de Jacques de Vitry, l’Historia orientalis, et le récit de voyage de Odorico de Pordenone rédigé en 1330. Bien que ce codex soit du XVe siècle, cette traduction date de peu après 136010. El Libro de las maravillas est la traduction aragonaise du récit de voyages fictif de Jean de Mandeville. Elle fut réalisée à la demande de l’infant Jean en 1380, bien peu de temps après la rédaction de l’original. Ce texte contient également une version des épisodes orientaux de la vie d’Alexandre11. Il évoque en particulier l’enfermement des hordes de Gog et Magog et sa correspondance avec les Brahmanes.

8L’étude comparative des utilisations faites par ces auteurs de la figure d’Alexandre dans son rapport à l’étranger permettra d’explorer sa plasticité et l’épaisseur symbolique que lui accorde l’Occident médiéval chrétien.

À la conquête de l’Orient et au service de la Providence ?

  • 12 « Bernard Guénée a remarqué dans son ouvrage classique sur l’historiographie médiévale que la fasci (...)

9La figure d’Alexandre fournit un modèle dans la relation aux lointains : son attitude conquérante et belliqueuse correspond à l’idéal rêvé par un Occident chrétien mis à mal à la fin du Moyen Âge par les imposantes victoires musulmanes et la perte de la Terre Sainte12. Ainsi, Alexandre représenterait le modèle d’une recherche de domination de l’altérité radicale représentée par l’Orient, conquête justifiée par son rôle de civilisateur parvenant à dominer les hordes symbolisant le chaos, et par l’intégration de sa geste aux schèmes de la Providence chrétienne.

Les victoires sur l’Orient d’un roi ingénieux

10La figure héroïque d’Alexandre s’affirme en premier lieu par la description de ses prouesses militaires. La gloire d’Alexandre repose sur ses victoires sur un ennemi oriental supérieur en nombre, mais disposant également d’alliés à la force prodigieuse. Il s’agit des éléphants, créatures dont le gigantisme symbolise l’excès propre à l’Orient mythique. Le récit des victoires d’Alexandre à la bataille de Gaugamèles (-331), face aux éléphants de Darius III, et à la bataille de l’Hydaspe (-326), face à ceux de Pôros, étaient fréquemment l’occasion, dans les textes occidentaux, d’une réflexion sur les tactiques face à la supériorité militaire d’une armée infidèle. Les stratégies développées par Alexandre pour remporter ces victoires furent l’objet de développements légendaires érigés en topiques des relations orientales. El Libro Ultramarino décrit la démonstration d’ingéniosité, de ruse d’Alexandre face à la force brute des bêtes monstrueuses en un épisode rappelant fortement l’antécédent glorieux de David face à Goliath. Alexandre parvient à dominer le monstre oriental, à en soumettre la force, en créant chez les éléphants la peur des cavaliers, à la suite des brûlures que leur ont infligées les cavaliers de bronze : « el grande Alexandre, faziendo guerra contra ellos, fizo fazer estatuas de cobre e llenas de ardientes brasas mandó poner delante (…) quemávanse e luego començaron de fuyr asy de las statuas commo de los omnes »  (f. 62v). Le texte cite également une autre bataille au cours de laquelle Alexandre effraie les éléphants par l’emploi de nombreuses trompes (f. 63r). Alexandre tire une force nouvelle des affrontements qui l’opposent aux créatures orientales puisqu’il les soumet à son profit, qu’il s’agisse des éléphants ou des chiens d’Albanie dont la force prodigieuse se révèle par la suite une arme utile contre les éléphants ou les lions (f. 69v).

  • 13 « aun que certificadamente las tales cosas ellos saber non podrían sy non quando por Dios o por los (...)
  • 14 « de aquesto mas es yllusyon o escarneçimiento de los espiritus que non cosa que contiene verdad, c (...)

11Le texte trahit les réticences de l’auteur du El Libro Ultramarino face aux éléments fantastiques de la légende alexandrine alors qu’il essaie constamment de rationaliser sa description du monde. Le traducteur met en doute ces légendes qu’il rapporte néanmoins comme dans le cas de l’arbre prophétique13 et des oiseaux guérisseurs14, modifiant en cela le texte original de Jacques de Vitry. Ces éléments d’incrédulité introduits par le traducteur castillan, cette diminution du merveilleux alexandrin, s’intègrent toutefois à une stratégie générale de désacralisation d’Alexandre dans l’Histoire orientale de Jacques de Vitry, renforcée dans la traduction castillane.

L’enfermement de Gog et Magog : une victoire chrétienne

12La plus grande victoire militaire d’Alexandre selon les textes chrétiens médiévaux reste sa victoire sur les hordes infâmes de Gog et Magog qu’il aurait enfermées, dans la région du Caucase, au-delà des Portes caspiennes, derrière d’épaisses murailles qui protègeront la Chrétienté de leur violence jusqu’à leur déferlement sous les ordres de l’Antéchrist.

  • 15 Andrew Runi ANDERSON, Alexander’s Gate, Gog and Magog and the Inclosed Nations, Cambridge : Medieva (...)
  • 16 Ian MICHAEL, « Typological Problems in Medieval Alexander Literature : The Enclosure of Gog and Mag (...)
  • 17 « La historia de Gog y Magog, incluida en varias de las recensiones del Pseudo-Calístenes, procede (...)
  • 18 Marie-Paule CAIRE-JABINET, « La lettre du Prêtre Jean : de la création d’un faux à la genèse d’une (...)

13La légende de ce peuple s’enracine dans la Bible elle-même (Genèse X 1-5) qui cite Magog comme un des fils de Japhet15. Magog est présenté comme une personne mais il est également la représentation allégorique d’un peuple ou pays, probablement Togarmath ou ce que Strabon nomme Togarene, au Sud du Caucase16. Cependant la localisation géographique de Gog et Magog a été très fluctuante au cours des siècles. L’étymologie est incertaine mais la bipartition du nom en Gog et Magog correspondrait à celle de Zamua et Mazamua (territoire au nord est de l’Assyrie) et de Tchin et Matchin (peuples au Nord de la Chine). Si leur identité est mouvante, une caractéristique est constante : L’Apocalypse (XX, 7-10) précise que ces peuples sont des hordes aussi nombreuses que les sables de la mer, comparaison qui les assimile aux légions démoniaques. Les légendes de Gog et Magog héritées de l’Antiquité prennent un nouvel essor au Moyen Âge17 et constituent dans l’eschatologie médiévale chrétienne une menace inéluctable dont l’accomplissement annoncera la fin des Temps. Saint Isidore de Séville, comme Ambroise et Orose avant lui, les identifie aux Goths et aux Wisigoths, encouragé par l’homophonie (Etim., IX, 2, 27). Leur assimilation aux dix tribus perdues d’Israël se fait au XIIe siècle, en raison, sans doute, d’une proximité géographique trompeuse mais surtout d’une volonté antisémite. On en trouve une première mention dans Vita prophetarum du Pseudo-Epiphanus et de là cette légende est passée à l’œuvre si influente de Pierre Comestor, La Historia Scholastica. Cette assimilation aux Juifs érige alors Alexandre en figure proto-christique enfermant les tenants de l’ancienne loi. Au XIIIe siècle, l’assimilation peu flatteuse à Gog et Magog est appliquée aux Mongols qui ont, aux yeux des Occidentaux, la même origine géographique et la même violence destructrice. Le regain d’intérêt pour cette légende au XIIIe siècle est confirmé par son interpolation dans la lettre du Prêtre Jean peu avant 122118.

  • 19 « rogó al criador quel’quisiesse dar consejo por que siempre oviesse a durar  (…) quando óve’l rrey (...)

14Au XIIIe siècle, Le Libro de Alexandre ne nomme pas Gog et Magog, mais son récit de la construction du mur enfermant les tribus d’Israël afin d’en protéger la Chrétienté reprend pourtant fidèlement leur légende. Dans ce texte, la prouesse d’Alexandre est rendue possible par sa prière et l’aide que lui accorde Dieu19. Alexandre apparaît ici comme l’instrument de la volonté divine, un païen que Dieu choisit d’aider. On voit que l’intégration du héros païen à l’eschatologie chrétienne assujettit sa geste aux plans de la Providence. Cette christianisation du héros justifie en outre ses conquêtes victorieuses.

  • 20 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, chap. LXI, p. 321.
  • 21 Loc. cit., p. 321. Le traducteur castillan commet dans ce passage deux contresens qui rendent la ph (...)
  • 22 Loc. cit., p. 137.

15On retrouve cette assimilation de Gog et Magog aux Juifs dans El Libro Ultramarino et dans le Libro de las maravillas qui représentent le héros païen aidé par le Dieu chrétien. La traduction du récit de Mandeville en castillan datant de la fin du XVe siècle présente l’épisode dans un chapitre dont le titre énonce clairement la confusion avec les tribus juives : « De los montes de Caspis donde los XXII reys de los judios están encerrados por virtud de Dios »20. Gog et Magog sont complètement assimilés aux tribus perdues d’Israël bien que l’auteur conserve le chiffre de vingt-deux qui désignaient bien les nations de Gog et Magog. On ne trouve pas ici la description habituelle des hordes anthropophages et amorales. Par contre l’auteur, s’inscrivant dans la ligne du Libro de Alexandre, évoque la prière faite par Alexandre à Dieu afin de solliciter son aide pour les enfermer durablement, ce qu’il ne parvient pas à faire seul : « él rogó a Dios de natura que le dexasse cumplir lo que avía començado y luego Dios por su gracia juntó las montañas »21. Ici c’est Dieu lui-même qui enferme Gog et Magog dans une prison de montagnes, et non Alexandre aidé par Dieu. L’auteur a recours à un dieu de nature, unique mais imprécis, qui évacue le paganisme éventuel d’Alexandre au profit de son nécessaire monothéisme. Au contraire, le texte aragonais souligne par une insistante structure de concession le paganisme d’Alexandre qui aurait dû le rendre indigne de ce miracle : « et comoquiere qu’el no fuesse digno de ser oido, maguera de su gracia las montaynnas se cerraron »22.

  • 23 « A través de los Viajes de Mandeville, aquella narración inocente tejida con elementos fabulosos, (...)

16Le texte de Mandeville souligne de façon détaillée le rôle joué par Gog et Magog dans une eschatologie chrétienne transmettant une violente charge antisémite. Le texte insiste sur le lien existant entre ces Juifs maudits dont le déferlement marquera la fin des temps et les Juifs contemporains mêlés à toutes les nations chrétiennes. Cette complicité promise et espérée fait des Juifs de tous pays des ennemis intérieurs à la Chrétienté. On peut être surpris par la paranoïa antisémite de cet auteur dont on vante toujours l’ouverture envers l’altérité et la tolérance religieuse en dépit de son attitude extrêmement agressive à l’égard des Juifs23. Il n’est pas anodin qu’il relie si fortement les hordes qui serviront l’Antéchrist et les Juifs européens contemporains de la rédaction. Il les accuse d’apprendre l’hébreu pour préparer leur alliance aux peuples de Gog et Magog dans le massacre des Chrétiens et communique ainsi aux lecteurs une méfiance envers les Juifs contemporains de toutes nations :

cuando acontesce que alguno sale ellos no saben otro lenguaje sino hebráico. Y dizen que ellos han de salir en tiempo del Anticristo y que matarán muchos cristianos. Por tanto los judíos que están derramados por todas las tierras aprenden hebráico con esperanza que como aquellos de las montañas saldrán que entonces aquellos judíos sepan entenderlos y traerlos entre los cristianos para matar aquellos.

  • 24 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas …, p. 137.

17Le texte de Mandeville dans sa traduction aragonaise souligne lui aussi cette cohésion des Juifs ligués pour la destruction des Chrétiens : « que los otros judios seppan fablar et los guien en christiandat por destruir los christianos »24.

18Une telle animosité antisémite dans le texte de Mandeville ne peut manquer de s’inscrire dans le contexte ayant abouti à l’expulsion des Juifs de France en 1306, peu avant la rédaction. En Espagne, si l’expulsion a lieu en 1492, c’est dès 1391 que se multiplient les violences antisémites culminant avec les massacres des aljamas en Castille, Aragon et Catalogne. Par son action épaulée par Dieu lui-même contre Gog et Magog, Alexandre, dans le texte de Mandeville, est présenté comme une préfiguration glorieuse des souverains prêts à lutter activement contre les Juifs pour en éloigner le péril des populations chrétiennes.

19Au contraire du texte de Mandeville dans ses traductions aussi bien castillane qu’aragonaise, dans El Libro Ultramarino, il n’y a pas de référence à l’enfermement de Gog et Magog. Cela tend à démontrer la volonté de l’auteur d’éliminer cet épisode laudatif. De plus, l’épisode des Amazones se voit traité sur le mode épistolaire, reprenant la tradition de l’échange avec les Brahmanes. La Reine des Amazones fait preuve d’une logique infaillible et contraint Alexandre à renoncer à ses désirs de conquêtes et à reculer, ce qui constitue alors pour le héros une défaite face à une femme. La lettre de réponse de la reine rédigée au style direct est bien un ajout du traducteur castillan qui modifie profondément le texte de Jacques de Vitry, devenu encore moins laudatif pour le roi macédonien :

 […] de la tu prudencia mucho es de maravillar por quanto con fenbras conquistar o batallar determinaste, ca sy la fortuna a nos favoreciere acaeciere subyugar a ty, por merito eres o seras confuso commo de mujeres seas vençido; e sy, leyendo los dioses yrados contra nos, vençidas fueremos, muy poco a la honrra tuya suceder puede commo de mujeres vençedor o triunfador fueses”; ende la qual respuesta el rey maravillado leyendo, el generoso rey dixo cosa conveniente ser las mujeres non vençer por cuchillo nin por furor pero mayor mente por amor, por lo qual él les concedió liberta e non por violencia mas por amiçiçia a ellas al señorio suyo subjugo (f. 86v-87r).

  • 25 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, chap. LXI, p. 322 : « aquellas faze bien guardar la reina de las (...)

20Alexandre, face à cette habile défense, reste « émerveillé », c’est-à-dire bien dépourvu, puisqu’il cède glorieusement en prétendant qu’on ne peut soumettre les femmes autrement que par l’affection. El Libro Ultramarino fait donc des Amazones un portrait bien distinct de celui offert par Mandeville qui les représente placées par Alexandre comme gardiennes de l’enfermement de Gog et Magog, ce qui signifierait qu’elles auraient accepté de prêter allégeance durablement à un homme25.

21El Libro Ultramarino est particulièrement peu laudatif dans sa description d’Alexandre. Il élimine l’épisode de l’enfermement de Gog et Magog qui convertit Alexandre en un héros chrétien, introduit certains éléments de doute sur les prodiges de la légende alexandrine et place Alexandre dans une relative position d’infériorité dans sa correspondance avec une reine amazone à la rhétorique subtile et efficace. Mais ce premier échange épistolaire n’est qu’une entrée en matière avant la rencontre orientale d’Alexandre qui connut la plus grande postérité littéraire.

Alexandre et les Brahmanes : une leçon d’humilité

  • 26 J.D.M. DERETT, « The history of Palladius on the races of India and the Brahmans », Classica et Med (...)
  • 27 Peu après 380, Ammonius et Isidore étaient venus d’Egypte avec l’évêque Anastase. À partir de 385, (...)

22Très tôt entourés de légende, les rapports du roi de Macédoine avec les sages hindous furent le support sur lequel purent se greffer les préoccupations antiques puis médiévales quant à la morale politique. Dans un premier temps, cyniques et stoïques exposèrent leurs propres doctrines par la bouche des Brahmanes26. La naissance d’une véritable correspondance fictive remonte à l’Epistola de indicis gentibus et de bragmanis de Palladius datant des environs de 400, époque à laquelle les Hindous et Alexandre le Grand jouissaient à Rome d’une vogue toute particulière. L’époque de rédaction était marquée par la question de l’ascétisme : cela explique le succès remporté par le thème de cette rencontre exotique qui permettait de débattre indirectement des positions en conflit. En effet, la fin du IVe siècle vit l’introduction de l’ascétisme en Occident et spécialement à Rome27. Ainsi, comme l’a démontré Liénard, cette correspondance fictive doit être replacée dans le contexte de la controverse sur le monachisme qui opposa en particulier saint Jérôme à Jovinien. Ce dernier, adepte d’une vie plus libre, moins rigoriste, et favorable au mariage, était soutenu par les aristocrates qui assuraient, par leur opposition au monachisme, la défense de leur propre mode de vie. Le dialogue opposant Alexandre aux Brahmanes symbolisait, au moment spécifique de sa rédaction, une transcription de ce débat et Alexandre pouvait alors être identifié à l’empereur Théodose, premier destinataire du texte.

  • 28 Les diverses facettes du mythe dans l’Occident médiéval seraient représentées par quatre types de t (...)

23Cette interprétation du texte originel de cette correspondance fictive concorde avec l’analyse de Georges Cary28 pour qui l’interprétation du héros antique varie selon le type de texte qui lui est consacré. D’après Cary, aux XIVe et XVe siècles, ce sont surtout des moralistes qui s’approprient la séquence et ils s’accordent à supprimer les réponses d’Alexandre et à amplifier les lettres de Didime, roi des Brahmanes, pour le magnifier comme un vrai philosophe chrétien. Cela semble bien le cas pour El Libro Ultramarino. Effectivement, Jacques de Vitry, pour la première lettre, retranscrit presque exactement le texte de la Historia de preliis. Pour la seconde lettre, la fin est différente. Il passe les réponses d’Alexandre sous silence et omet donc son argumentation contre les Brahmanes comme pour donner plus de poids aux paroles de ceux-ci et affaiblir la position d’Alexandre, reléguée dans l’obscurité.

24El Libro Ultramarino et les traductions hispaniques de Mandeville confèrent une telle importance aux échanges d’Alexandre avec les Brahmanes qu’ils fragmentent cette leçon en plusieurs rencontres. Sans doute sous l’influence de la confusion induite par la multiplication des lettres échangées, les auteurs font se succéder plusieurs rencontres avec des peuples distincts.

Le didactisme moral à l’œuvre : l’utopie brahmanique chez Mandeville

25Les remontrances faites à Alexandre par les Brahmanes démontrent que les Chrétiens n’ont pas le privilège de la sainteté tout en reprenant tous les principes du christianisme apostolique. Les lettres fournissent en effet la description détaillée d’une société au mode de vie strictement ascétique et de Brahmanes qui appliquent scrupuleusement les dix commandements. Ils incarnent une religion préchrétienne comme l’indique la notion de loi naturelle explicitement énoncée dans le texte de Mandeville aragonais :

  • 29 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas …, p. 151 et 153.

 […] et comoquiere qu’ellos non sean perfectos christianos que eillos no ayan ley perfecta segunt nos, maguera de la ley natural  ellos son plenos de todas virtudes (…) Et comoquiere que esta gent no ayan los articulos de la fe del todo assi que nos avemos, maguera por lur buena fe natural et por lur buena entencion yo cuido ser cierto que Dios los ama »29.

26Le texte souligne un système d’opposition entre leur loi et la nôtre qui ne prive pas ceux qui ne respectent pas la loi chrétienne d’avoir raison pour autant. La répétition des termes exprimant la concession (maguer) souligne ce paradoxe difficile à accepter pour un croyant monothéiste quelque peu intransigeant. La liste des vices auxquels ne cède pas ce peuple, formulée en une longue énumération paratactique, résonne comme une mise en accusation de la Chrétienté. Le nom programmatique que le texte aragonais de Mandeville a donné à ce territoire en fait ainsi une « Tierra de fe », un espace caractérisé par une piété sans faille au miroir de laquelle le lecteur chrétien ne peut que percevoir l’abîme séparant l’Occident d’un tel idéal.

27L’accusation semble encore plus palpable lorsque leur comportement est affirmé meilleur que celui d’un religieux chrétien par le texte aragonais  de Mandeville :

  • 30 Loc. cit., p. 152.

Et si son castos et lievan assi buena vidacomo ningun rreligioso podria fazer et deyunan todos dias. Et porque eillos son asi leales et assi drechureros et pleinos de assi buenas conditiones eillos nunca fueron tempestados de gelada, de foudra ni de pestilencia, de guerra ni de fambre ni d’otras tribulationes assi como nos sommos muchas vezes pardaca por nuestros pecados, porque paresce que Dios los amaet prende en grado lur crencia et lures buenas obras. Eillos creen bien Dios qui crea todas cosas et fezo et lo adoran et no precia rres todas honras terrianas et si son todos drechureros et biven assi ordenadament et si sobrement en bever et en comer que eillos biven luengament. Et muchos mueren sin malaudia car natura fallesce en eillos por viellesça30.

28Le texte s’attarde longuement sur la manière dont Dieu récompense les Brahmanes pour leur comportement exemplaire : ils ne souffrent ni des inclémences du climat, ni des pestes, ni de la guerre, ni de la faim ; ils n’ont pas de maladie et jouissent d’une longue vie. Cette liste de plaies écartées évoque sans nul doute douloureusement pour le lecteur de la fin du Moyen Âge la réalité des souffrances de sa vie quotidienne. Ainsi le lecteur lit en creux à quel point son comportement est condamnable car, lui, souffre de tous ces maux qui seraient autant de punitions méritées. Pour rendre la démonstration plus explicite, l’auteur précise clairement que Dieu aime les Brahmanes et apprécie leur comportement bien qu’ils ne soient pas chrétiens.

  • 31 Loc. cit., p. 152.
  • 32 Loc. cit., p. 153.

29Vouloir attaquer par les armes ce peuple juste et pacifique est une violence condamnable dont se montrerait coupable Alexandre selon le texte aragonais de Mandeville. Il cherche en effet avec impudence à les défier : « et en el tiempo pasado el rrey Alixandre imbia desaffiar aqueillos d’aqueilla ysla porque eill queria ganar lur tierra »31. Alors qu’Alexandre parcourt le monde dans une entreprise de conquêtes guerrières, les Brahmanes lui opposent le modèle de leur vie pacifique dont il voudrait les priver sans avoir rien à y gagner : « Nos avemos entre nos perpetual paz ata aquí de que vos nos queredes desheredar ». Alexandre comprend immédiatement la leçon que portent ces lettres et renonce à cette conquête. Cette capacité à reconnaître ses erreurs et à prendre en compte la sainteté de ces personnages valorise Alexandre : « et quando Alexandre ovo leido estas letras, eill pensso qu’el faria muy grant mal si eillo los turbava, et lis manda buena paz et que d’eill no avrian goarda et que eillos goardassen lures buenas costumbres »32. Ainsi le souverain se montre digne des leçons qu’il aurait reçues d’Aristote et renonce à tout comportement belliqueux face à un peuple si vertueux dont la mode de vie est une leçon de morale offerte à l’Occident.

De la vanité : le don impossible comme memento mori

30Le texte aragonais de Mandeville, après une lacune du manuscrit, présente un deuxième épisode mettant en scène les Brahmanes. Il ne s’agit plus d’un échange épistolaire, mais d’un authentique dialogue qui constitue le rappel à l’humilité d’un memento mori formulé par une rhétorique efficace. Tout d’abord Alexandre accède à ce territoire et constate la sainteté de ses habitants ce qui l’amène, sur un schéma narratif identique à l’épisode précédent, à renoncer à toute violence à leur égard. Il leur propose alors généreusement de leur faire un présent, mais aucun bien matériel ne peut les intéresser, eux qui ne sont préoccupés que de la vie éternelle de leur âme :

  • 33 Loc. cit., p. 153.

Et eillo respondieron que eillos heren rricos assaz, car eillos avian assaz a bever et comer por lures cuerpos sostener et que las rriquezas d’este siglo transitorias no valen rres, mas si eill lis podia dar qu’eillos fuessen inmortales, eillos li rrendrian gracias et merces. Et Alexandre rrespondio que esto no podie eill fazer et eill hera mortal assi como eillos heran. « e por que, donques pues que tu sabes que tu heres mortal, heres tu assi orguilloso, assi fiero, assi ultracuidao que tu quieres todo el mundo metter en tu subjeción assi que tu fieses Dios inmortal ? 33

  • 34 Loc. cit. , p. 153.
  • 35 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, p. 333. « Pues cómo eres tan sobervio y tan fiero que quieres so (...)

31Face à leur mépris pour tous les biens périssables et à leur demande d’immortalité, Alexandre se trouve contraint de renoncer à sa glorieuse position de souverain tout puissant pour admettre son outrecuidance et sa propre mortalité. Il est incapable de leur offrir le seul bien qui ait une valeur réelle et ce constat lui impose la plus grande humilité. Il renonce alors à exiger d’eux quoi que ce soit et s’en va tout abasourdi par leur réponse (« Por la quoal rrespuesta Alixandre fue esbaecido et s’en partio sin rres a eulz fazer mal »34). L’épisode est repris de façon assez semblable dans la traduction castillane de Mandeville, seul passage préservé de la riche narration originelle largement écourtée35. Le texte castillan supprime en particulier la suite immédiate de cet épisode narratif qui se conclut par de longues considérations sur la vertu de certains peuples païens dont les mœurs n’auraient rien à envier à celles des Chrétiens. Ce passage du texte aragonais, plus fidèle à l’original normand, s’appuie en particulier sur le récit d’une vision de saint Pierre. Alors qu’il refusait de manger des « bêtes immondes », l’ange lui aurait répondu des paroles que l’auteur rapporte et commente largement :

  • 36 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas…, p. 153.

 […] « non dicas inmunda quod Deus mundavit » et quiere dezir que hombre non deve ninguna gentes terrianas por lures diversas leyes aver en despecho ni ninguno jugar, mas rrogar por eillos. Car nos no sabemos los quales Dios ama ni los quoales Dios a en odio, car eill no quiere mal ninguna creatura qu’el ha fecho36.

32Ainsi les peuples païens sont réaffirmés comme créatures du Seigneur et en cela dignes de compassion et non de mépris. Un si éloquent appel à la tolérance, appuyé de surcroît sur un exemple biblique, a été censuré de la traduction castillane du début du XVIe siècle s’inscrivant dans un contexte de Contre Réforme peu enclin à de telles considérations.

33Le même épisode figure en des termes similaires dans El Libro Ultramarino. La formulation souligne la maïeutique dont fait preuve le Brahmane envers Alexandre pour l’amener à reconnaître la vanité de sa conquête et de son orgueil. Le Brahmane est bien représenté comme un sage éclairant celui qui est dans l’erreur et il amène progressivement Alexandre par des questions rhétoriques à admettre sa condition de mortel et l’orgueil qui guide son action. La demande impossible de l’immortalité agit comme un révélateur dénonçant l’illusion du pouvoir terrestre dont jouit Alexandre :

Pues cómo eres tan sobervio y tan fiero que quieres sojuzgar todo el mundo debaxo de ti, assí como si tú fuesses Dios, y sabes túque no tienes término de la vida, ni el día ni la hora, y quieres ayuntar todas las mares del mundo, las cuales cosas todas tú dexarás cuando fueres muerto y tu cuerpo será puesto debaxo de la tierra, de la cual somos formados por ende piensa que todo hombre es mortal. (f. 89r)

34Enfin, dans un troisième épisode figurant dans El Libro Ultramarino, Alexandre écrit aux Brahmanes, motivé par sa soif de connaître la sagesse. Il s’adresse à leur roi comme à un maître, un enseignant. La réponse que lui envoie Didime le félicite pour cette demande, avant d’affirmer que la connaissance de leur mode de vie ne lui serait d’aucun profit. Le texte oppose ici les armes et les lettres comme des activités irrémédiablement antagonistes et présente l’Orient comme source de sagesse :

Alexandre, rey de las grandes cosas, por las letras tuyas conocimos que saber cobdiçias qué o quál cosa sea la perfecta sapiençia de lo qual la verdadera mente conocemos tu ser mucho sapiente. E mucho loamos porque saber deseas aquello que mejor es que todos los regnos (…). Pero imposible a nos es visto que vos podades la vida e las costumbres nuestras tener, ca la doctrina nuestra mucho es apartada de la vuestra (…) De ty querria pedir venia o perdon de aquesta carta por que nos rogaste, porque sy scriviere de la vida í o costumbre e usança nuestra, a ti ninguna cosa aprovecha porque, ocupado en las causas de las batallas, para sola mente leerlo tiempo non tienes (f. 89v).

35La christianisation des Brahmanes est insistante dans une deuxième lettre du Libro Ultramarino qui souligne encore le thème de la vie terrestre transitoire : « nos otros de aqueste siglo non somos moradores commo sy aquí por syempre estar devemos, mas en este mundo somos peregrinos por quanto morimos e a las casas de los nuestros padres ymos ».

36La figure du Brahmane est nettement valorisée par la prise de parole en style direct, l’interpellation d’Alexandre qui est durement critiqué et pris à parti à la deuxième personne du singulier. Dans El Libro Ultramarino, la première lettre de Didime s’étend en un long discours accusateur de seize folios (f. 89r-97r) et égrène les vices des Grecs en une longue diatribe, en particulier contre le polythéisme, la guerre et l’asservissement des autres hommes. Le traducteur castillan apporte ses propres ajouts à la critique acerbe de la vie de péché d’Alexandre lorsqu’il l’interpelle en ces termes : « ¡ O mezquino de vos ! » (f. 93v).

37Dans sa rencontre des Brahmanes, Alexandre se trouve confronté à une résistance non par les armes mais par la parole. En dépit de son rejet proclamé de la rhétorique au profit d’une parole simple et naturelle, le Brahmane en fait un usage habile et déploie des talents d’orateur d’une grande efficacité pour appuyer sa critique d’Alexandre et du polythéisme. L’absence de la réponse d’Alexandre témoigne du choix de l’auteur de couper dans la Collatio afin d’en modifier le sens initial.

Un étranger décrit de façon laudative ?

  • 37 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, p. 29 : « en este desierto y ha muchos arabianos que s (...)

38La description laudative de la société des Brahmanes qu’offre le récit de Mandeville peut sembler contradictoire au vu de la façon extrêmement péjorative dont il décrit généralement le topos du sauvage primitif auquel manquent tous les fondements de la civilisation. Mandeville offre fréquemment des descriptions de peuples étrangers fondées sur la négativité et le défaut. C’est en particulier le cas des nomades, et plus précisément des Bédouins, dont le mode de vie rustique est présenté comme le signe d’une forme d’humanité dégradée37. Mais, pour les Brahmanes, cette rusticité est présentée comme un choix visant à privilégier l’âme, à ne pas la souiller par la possession de biens matériels. L’absence de tout confort apparaît comme un modèle de perfection spirituelle.

  • 38 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, Estudio preliminar de M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, p. xliv- (...)

39Le territoire des Brahmanes, principalement décrit dans El Libro Ultramarino, apparaît comme un territoire accueillant. Il faut cependant distinguer l’utopie de l’eutopie. Ce deuxième terme s’applique aux espaces mythiques médiévaux, tels que le Paradis Terrestre, l’Arcadie, le pays de Cocagne. Là, l’homme vit en harmonie avec une nature particulièrement fertile et lui évitant la souffrance du travail. Le territoire des Brahmanes est quant à lui une utopie, c’est-à-dire une organisation politique modèle où règnent la paix, la morale et la justice38. La faire figurer dans un livre compilant des merveilles exotiques revient à dire que se comporter en parfait Chrétien relève de cette catégorie de phénomènes rares et suscitant l’étonnement …

  • 39 « Para acusar a los europeos de haber traicionado las enseñanzas de Cristo, imagina a los habitante (...)
  • 40 Georges DUMÉZIL, « Alexandre et les sages de l’Inde », La courtisane et les seigneurs colorés. Esqu (...)

40Tout comme Thomas More décrit les païens de l’île d’Utopie comme de parfaits Chrétiens afin d’accuser les Européens d’avoir trahi les enseignements du Christ39, Mandeville s’appuie sur la description du mode de vie des Brahmanes pour dresser un modèle utopique de comportement. Cette description évoque fortement la première communauté chrétienne décrite dans les Actes des Apôtres. Cependant Georges Dumézil a également démontré ce que les lettres des Brahmanes devaient à d’authentiques sources orientales antiques, en particulier bouddhiques40. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas d’un retour dans le temps vers un Âge d’or, mais d’un chemin de perfection proposé au lecteur de bonne volonté et le modèle fourni au lecteur de la fin du Moyen Âge suscitait très probablement la réminiscence du modèle apostolique.

  • 41 Une telle comparaison semble confirmer la démarche générale de l’auteur d’incitation au respect des (...)

41La description des Brahmanes est construite sur l’opposition constante entre un nosotros et un ellos dont les qualités devraient être celles des Chrétiens. En creux se dessine à chaque ligne la critique d’une chrétienté indigne. Le texte de Mandeville en aragonais disserte longuement sur la qualité morale naturelle des peuples païens qui respectent en tous points les dix commandements. L’auteur affirme que Dieu les aime et leur est reconnaissant pour leurs mœurs vertueuses, bien que païennes. Il compare même les Brahmanes à Job, modèle exemplaire du païen digne d’être sauvé41 :

  • 42 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, p. 153.

yo cuido ser cierto que Dios los ama et que prende lur servicio en grado, assi como fezo de Job qui fue pagano et no por tanto eill lo tenia por su leal sergent. Et esto como quiere que aya muchas leyes diverssas por medio el mundo, yo creo que Dios ama siempre aquellos qui li aman et sierven en verdat 42.

  • 43 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, p. 353.

42Cette approbation des comportements moraux quelle que soit la religion suivie est une marque d’œcuménisme tout à fait surprenante. Le texte de Mandeville en castillan omet un tel développement et conclut bien plus sobrement: « con la cual respuesta Alexandre quedó muy espantado. E como quiera que aquestos pueblos no tengan todos los articulos de nuestra fe, empero son muy buenos y de buena intencion »43.

  • 44 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, Estudio preliminar de M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, p. LVIII (...)
  • 45 C. GINZBURG, El queso y los gusanos…

43L’apologie d’un peuple païen ne respectant ni les dogmes, ni le rituel chrétien, ainsi que l’utilisation de citations bibliques pour appuyer la légitimation de leur mode de vie pourtant hétérodoxe, devaient pour le moins poser problème en cette fin du Moyen Âge où s’affirmait la rigueur de l’opposition aux pratiques hérétiques, même lorsqu’elles défendaient les modes de vie les plus purs. La croisade contre les hérésies albigeoises au XIIIe siècle démontre que la recherche d’une pureté évangélique était durement sanctionnée44. Comme l’a mis en lumière le travail de Carlos Ginzburg sur le procès d’Inquisition infligé à Domenico Scandella, la lecture de Mandeville était devenue tout à fait répréhensible au début du XVIe siècle45 et cela éclaire dès lors les suppressions opérées par le traducteur castillan.

44On trouve au contraire la condamnation de l’utopie religieuse dans El Libro Ultramarino. Le discours moralisant y est d’un tel excès, d’une telle radicalité qu’on peut y lire la critique inversée d’une morale extrémiste privant l’homme du désir et du pouvoir d’apposer sa marque sur le monde. N’a-t-il pas été créé à l’image de Dieu ? La description critique l’excès d’humilité et de continence qui pousserait les hommes à ne pas se distinguer des bêtes, à se satisfaire de si peu qu’ils n’entreprendraient rien qui soit digne d’éloge. À vivre nu dans des grottes et manger de la nourriture crue, ne rien convoiter et ne rien posséder, ils n’auraient plus rien d’humain, car comme l’énoncent les Pensées de Pascal, « qui veut faire l’ange fait la bête ». L’excès de zèle, et donc l’orgueil, de ces hommes se voulant sans péché les pousse à nier le péché originel, à se croire sans défaut et leur volonté de moralité est ainsi pervertie par leur méconnaissance de la révélation chrétienne.

45C’est ce que conclut Jacques de Vitry et ce que reprend son traducteur dans El Libro Ultramarino :

Destas cosas ya dichas paresçe quant religiosa mente e segunt ley de natura estos bragmanos biviesen, los quales la Ley Mosaica nin la del Evangelio oviesen oydo sy humill mente se oviesen cognosçido por pecadores segunt el apostol sant Juan dize: “sy dixeremos que pecado non avemos, a nos mesmos engañamos e verdad en nos otros non es”; a el agua de la verdadera humilldad de la fuente del parayso emanante, en los libros de los gentiles non la fallamos » (f.98v).

  • 46 Jacques de Vitry, Histoire orientale, Marie-Geneviève GROSSEL (trad. et éd.), Paris : Honoré Champi (...)

46Les Brahmanes, en dépit de leurs actions vertueuses, pècheraient donc par orgueil en niant la réalité de la nature pécheresse de l’homme. Jacques de Vitry adosse sa condamnation des Brahmanes sur l’autorité de l’épître de saint Jean46. Cette conclusion condamnant les Brahmanes s’oppose à celle rédigée par Mandeville et qu’on trouve intacte dans la traduction aragonaise, largement élogieuse à l’égard des Brahmanes.

  • 47 Clemente Sánchez de Vercial, Libro de los Ejemplos por A.B.C., John ESTEN KELLER (éd.), Madrid, 196 (...)
  • 48 Le chansonnier espagnol d’Herberay des Essarts, Charles Vincent AUBRUN (éd.), Bordeaux : Féret et f (...)

47La riche postérité littéraire de ce thème présente d’autres variations dans le jugement porté sur les Brahmanes, en particulier chez les moralistes qui portent un regard relativement bienveillant à leur égard, tout en apportant des nuances à leur représentation. Les Brahmanes apparaissent comme les détenteurs d’une sagesse vertueuse faisant défaut autant à Alexandre qu’à l’Occident chrétien dans la « Letra enviada por Díndimo rey de los Bragmanos a Alejandro » du Libro de los ejemplos47 et la « Letra de los escitas a Alejandro » du Cancionero de Herberay des Essarts48. Le Cancionero décrit une utopie focalisée sur le thème de l’argent, l’exploitation de l’homme et la corruption par les richesses. Il constitue uneleçon sur l’insatiabilité de la cupidité : « Si los dioses quisieran fazer el tu cuerpo formado segunt la grant desordenada cobdicia de tu voluntat, una redondeza de mundo no te cabría ».

  • 49 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas…, p. xlix.

48Le Libro de los ejemplos est davantage centré sur le thème de l’égalité et le livre de Mandeville sur celui de la religion49. L’exemplum des Brahmanes est précédé d’une morale latine en résumant la leçon (« abstinencie appectitus subicit hostes exteriores ») et traduite en castillan : « el que appetito refrena excusa mucha pena ». Ces deux exemples castillans du XVe siècle démontrent la postérité et la plasticité de l’épisode d’Alexandre face aux Brahmanes dont les significations varient selon les préoccupations des auteurs mais qui constitue toujours un exemplum de qualité pour les démonstrations des moralistes qui présentent ainsi les sages orientaux comme une source de sagesse estimable.

Conclusions

49L’exemple d’Alexandre dévoile les usages idéologiques qui peuvent être faits de figures de l’Antiquité dans la littérature géographique. L’intégration de la figure d’Alexandre à la logique de l’œuvre, son adaptation au discours tenu, témoigne de la richesse de ce personnage dont les deux faces, la légende rose comme la légende noire, permettent de le présenter aussi bien comme un objet de blâme que d’éloge. Les textes ici étudiés privilégient cependant ce dernier aspect en présentant en premier lieu Alexandre comme la figure christianisée d’un souverain victorieux face à l’Orient menaçant. Son ingéniosité est perpétuellement donnée en exemple comme pour inciter à ne pas craindre les forces ennemies, même les plus intimidantes. C’est l’ennemi le plus redoutable, celui qui réunit sous les traits de démons les différents ennemis que l’Occident chrétien pouvait redouter, qu’enferme Alexandre sous le symbole de Gog et Magog. Cet épisode de la légende alexandrine le transforme en héros chrétien et en acteur d’une eschatologie qui unit en un même devenir ce passé mythique, ce que vit le lecteur et un avenir apocalyptique certain où les Juifs, en particulier chez Mandeville, jouent le rôle d’auxiliaires de l’Antéchrist.

50La confrontation à l’altérité au travers de la rencontre de païens éminemment vertueux fait cependant passer Alexandre au second plan, au pire, comme païen digne de reproche et, au mieux, comme élève auquel on donne une leçon. Cet épisode fait ressurgir la part pécheresse d’Alexandre, tyran belliqueux, païen, orgueilleux, voulant atteindre les bornes du monde mais ne pouvant poser de borne à son désir. Dans le texte de Mandeville comme dans celui de Jacques de Vitry, le discours écrit de Didime, mené avec la maïeutique d’un fin rhéteur, oblige Alexandre à prendre conscience de l’inanité de sa quête et de la vanité qui le guide.

51La figure d’Alexandre constitue un précieux outil didactique permettant d’introduire les réflexions de moralistes soucieux de présenter leurs leçons sous une forme susceptible de piquer la curiosité des lecteurs. La description d’une société orientale utopique remplit ainsi une fonction normative et critique face aux mœurs corrompues des Chrétiens. Chez Mandeville, l’utilisation des Brahmanes conforte la satire en creux de la Chrétienté et l’appel à l’amendement des Chrétiens qui gouvernent l’ensemble du texte. Cependant le point de vue peut présenter certaines nuances selon que cette société utopique est représentée en outil de critique parfaitement abstrait ou qu’elle est considérée comme l’exemple d’une vertu que partagent les païens. Sur ce point, les traductions aragonaise et castillane présentent d’importantes différences sans doute issues des contextes différents de leur réalisation.

52Le texte original de Mandeville, suivi en grande partie par sa traduction aragonaise, affirme fortement la reconnaissance de la sagesse des peuples païens et l’acceptation de la variété des sociétés humaines. L’épisode se conclut par une leçon de tolérance qui représentait certainement un motif en soi suffisant à l’époque de la Contre Réforme pour expliquer la censure qui a été appliquée au texte de Mandeville. Cette tolérance, toute relative, propre au texte original de Mandeville, contraste singulièrement avec la franche hostilité qu’il manifeste envers les Juifs, non seulement historiques mais surtout contemporains. La traduction castillane, plus tardive, supprime ces passages qui compromettaient certainement la recevabilité du texte dans son ensemble.

53El Libro Ultramarino, quant à lui, se distingue par son propos très peu élogieux envers Alexandre dont le traducteur dresse un portrait moins flatteur que dans le texte original. Il condamne également en une brève conclusion l’orgueil et l’impiété des Brahmanes, après avoir cependant consacré de longues pages à leur mode de vie vertueux en contraste avec les péchés attribués aux Grecs. La force et la beauté de l’éloge des Brahmanes dominent nettement le texte en dépit de cette courte désapprobation finale qui n’était certainement qu’une marque de prudence de la part de l’auteur. En cette fin du Moyen Âge, l’attrait pour l’étranger suscite la plus vive des curiosités et les monstres, devenus des poncifs, cèdent la place à des merveilles infiniment plus fascinantes et rares, celles qui permettent à l’imagination d’envisager une société idéale, semant les germes de la pensée utopique :

  • 50 Thomas MORE, L’Utopie, Paris : Garnier Flammarion, 1987, p. 88-89.

 […] les choses qu’il est utile de ne pas ignorer par exemple en premier lieu les sages institutions qu’il a observées chez des peuples vivant en sociétés civilisées. C’est sur ces questions que nous l’interrogions le plus avidement et qu’il nous répondait le plus volontiers sans s’attarder à nous décrire des monstres qui sont tout ce qu’il y a de plus démodés. Des Scyllas et des Célènes et des Harpyes voraces et des Lestrygons cannibales où n’en trouve-t-on pas ? Mais des hommes vivants en cités sagement réglées voilà ce qu’on ne rencontre pas n’importe où !50

Haut de page

Notes

1 Laurence HARF-LANCNER, Laurence MATHEY-MAILLE et Michelle SZILNIK (dir.), Conter de Troie et d’Alexandre. Pour Emmanuèle Baumgartner, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2006.

2 Amaia ARIZALETA, La translation d’Alexandre. Recherches sur les structures et les significations du Libro de Alexandre, Paris : Klincksieck, 1999.

3 «…a causa de la convivencia en nuestro suelo de toda clase de versiones – orientales las unas, venidas por el Sur; occidentales las otras, llegadas por el Norte –, España tiene en la evolución de esta leyenda una importancia sólo comparable a la que tuvo Alejandría, su lugar de origen. En este aspecto, como en tantos otros, España constituye, junto con el próximo Oriente, uno de los ejes de la literatura europea medieval ». Emilio GARCÍA GÓMEZ, Un texto árabe occidental de la leyenda de Alejandro. Edición, traducción española y estudio preliminar, Madrid : E. Maestre, 1929, p. XVI.

4 « La leyenda árabe de Alejandro se conservó en España entre los moriscos, lo cual es buen testimonio de su vitalidad en el mundo árabe clásico. En el texto sagrado, Alejandro como Dulcarnain aparece en la azora xviii del Alcorán, buena prueba del temprano conocimiento que los musulmanes tuvieron de estas leyendas, ya desde el siglo vii, como muy tarde ».  Francisco MARCOS MARTÍN, « La confusión de las lenguas, Comentario filológico desde un fragmento del Libro de Alexandre », http://www.bibliotecagonzalodeberceo.com/berceo/marcosmarin/confusiondelenguasenalexandre.htm.

5 « L’histoire d’Alexandre comme l’ensemble des traditions historiques et/ou légendaires issues de l’antiquité, sont pour l’écrivain médiéval le lieu privilégié où imaginer et imager à l’intention d’un public moderne un nouveau modèle de société et de civilisation et dans le cas d’Alexandre, une image idéale de la royauté ». Emmanuèle BAUMGARTNER, « La formation du mythe d’Alexandre au XIIe siècle : le roman d’Alexandre et l’exotisme », in : Conter de Troie …, p. 146.

6 « El asombro y la fascinación que sintió la Antigüedad y Edad Media por tal empresa queda perfectamente plasmada en una frase incluida en las Historiae adversus paganos (III, 16, 3-4) del escritor Paulo Orosio, nacido en Galicia en el siglo V: «Con este pequeño número [de soldados] no sabemos decir qué es más sorprendente, si el haber vencido al mundo entero o el haberse atrevido a atacarlo ». Tomás GONZÁLEZ ROLÁN et Pilar SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, « La imagen polimórfica de Alejandro Magno desde la Antigüedad latina al Medievo hispánico: edición y estudio de las fuentes de un desatendido Libro de Alexandre prosificado », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, 23 (1), 2003, p. 109.

7 L. HARF-LANCNER, « Alexandre le Grand dans les romans français du Moyen Âge. Un héros de la démesure », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, 112 (1), 2000, p. 51-63.

8 Au sujet de la vision laudative d’Alexandre, voir Juan Manuel CACHO BLECUA, « El saber y el dominio de la naturaleza en el Libro de Alexandre », in : María Isabel TORO PASCUA (éd.), Actas del III congreso de la asociación de literatura medieval, Salamanque, 1994, 1, p. 197-207.

9 Isabel MUÑOZ JIMÉNEZ, Los libros de viajes en las literaturas peninsulares. Edición del libro ultramarino. Thèse non publiée dirigée par Eugenia POPEANGA CHELARU, Universidad Complutense, Madrid, 1992.

10 La version castillane la plus moderne du texte de Jacques de Vitry date de la fin du XVIe siècle (BNM, Ms. 8.173). La première traduction castillane date du XIIIe siècle (ms 684). La BNM conserve également une autre version intermédiaire du XVe siècle (Ms. 7.801) et trois manuscrits latins (deux du XIVe siècle, 9.201, 8.269, et un du XVe, 1.364). Deux codex latins sont également conservés à l’Escurial (Ms. L.III.22 et Q.II.21). La traduction de Rodrigo Jiménez de Rada (Historia de España, ms. 628 BNM, fol. 111-201 ; ms.12990, 10046, XIIIe siècle ; 10188, 7801, XVe siècle) est bien moins complète que celle du Libro dicho Ultramarino.

11 « Aún Infante, Joan I pedirá al monarca francés en 1380 una copia del Libro de las maravillas del mundo (1361) de John de Mandeville ». Juan Miguel RIBERA LLOPIS, « Suerte de la literatura de viajes en las letras catalanas : de John de Mandeville a Joanot Martorell », Epos, 9, 1993, p. 640. Pour la datation : cf. Joaquín RUBIO TOVAR, Viajes medievales, Madrid : fundación de Castro, 2006, p. lvii « el original (aragonés) debió de escribirse en torno a 1360 de manera que no está lejos de la composicion de la obra ». Pour la traduction castillane de Mandeville, les exemplaires imprimés conservés datent de 1521 et 1524, mais on connaît l’existence d’éditions de 1483, 1500 et 1515. On ne conserve que des bribes indirectes de la traduction catalane. Je travaillerai ici sur l’édition du texte castillan de 2006 par J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, et du texte aragonais édité par María Mercedes RODRÍGUEZ TEMPERLEY, Jean de Mandeville, Libro de las maravillas del mundo (Ms. Esc. M-III-7), Buenos Aires : Secrit, 2005.

12 « Bernard Guénée a remarqué dans son ouvrage classique sur l’historiographie médiévale que la fascination pour l’Orient et le personnage d’Alexandre a trouvé une forte impulsion au moment des croisades […] L’expansion de la chrétienté latine vers l’Orient a conduit les occidentaux à une véritable identification avec les armées macédoniennes ». Michèle CAMPOPIANO, « Gentes, monstra, Fere : l’histoire d’Alexandre dans une encyclopédie du XIIe siècle », in : Conter de Troie…, p. 240.

13 « aun que certificadamente las tales cosas ellos saber non podrían sy non quando por Dios o por los buenos angeles suyos algunas veces revelar les es permitido e otorgado ». El Libro Ultramarino, f. 59r. L’ajout permet d’assurer l’orthodoxie du passage en remettant à Dieu toute possibilité de prédire l’avenir.

14 « de aquesto mas es yllusyon o escarneçimiento de los espiritus que non cosa que contiene verdad, como esto sea articulo reprovado », El Libro Ultramarino, f. 76r.

15 Andrew Runi ANDERSON, Alexander’s Gate, Gog and Magog and the Inclosed Nations, Cambridge : Medieval Academy of American Publications, 1932.

16 Ian MICHAEL, « Typological Problems in Medieval Alexander Literature : The Enclosure of Gog and Magog », in : Peter NOBLE, Lucie POLAK et Claire ISOZ (éd.), The Medieval Alexander Legend and Romance Epic : Essays in Honour of David J. A. Ross, Londres et Nendeln : Kraus International Publications, 1982, p. 131-147. Le livre d’Ezequiel (XXXVIII ; xxxix, 1-16) pousse la légende plus loin en affirmant que Gog serait le prince de Rosh au pays de Magog.

17 « La historia de Gog y Magog, incluida en varias de las recensiones del Pseudo-Calístenes, procede de las «Revelaciones» del Pseudo-Metodio, obra compuesta hacia el 500 d. C., originariamente en griego o siríaco, y luego difundida en versiones latinas », T. GONZÁLEZ ROLÁN et P. SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, « La imagen polimórfica de Alejandro Magno… », p. 129.

18 Marie-Paule CAIRE-JABINET, « La lettre du Prêtre Jean : de la création d’un faux à la genèse d’une utopie », in : Claude THOMASSET et Danièle JAMES-RAOUL (dir.), En quête d’utopies, Paris : Presses de l’université Paris Sorbonne, 2005, p. 111.

19 « rogó al criador quel’quisiesse dar consejo por que siempre oviesse a durar  (…) quando óve’l rrey su oracion complida / pero era pagano, ful’de Dios oyda (…) quando dios tanto fizo por un omne pagano / tanto mas faria por un fiel christiano ». Juan CASAS RIGALL (éd.), Libro de Alexandre, Madrid : Castalia, 2007, p. 491.

20 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, chap. LXI, p. 321.

21 Loc. cit., p. 321. Le traducteur castillan commet dans ce passage deux contresens qui rendent la phrase obscure en éliminant le lien logique conduisant à l’appel fait à l’aide divine : « Los pensó encerrar por la gran demasía de sus gentes, mas viendo que no podían salir ». Ces contresens sont absents du texte aragonais : « los cuidava encerrar por l’obrage de sus hombres, mas quando eilll vio que el no los podía ençarrar ».Jean deMandeville, Libro de las maravillas…, p. 137.

22 Loc. cit., p. 137.

23 « A través de los Viajes de Mandeville, aquella narración inocente tejida con elementos fabulosos, traducida y reimpresa innumerables veces, llegaba un eco de tolerancia religiosa medieval hasta la época de las guerras de religión, de las excomuniones, de las hogueras de herejes. Probablemente no era más que uno de los múltiples canales que alimentaban una corriente popular – aunque muy poco conocida – favorable a la tolerancia, de la que se entrevén algunos siglos a lo largo del siglo XVI ». Carlo GINZBURG, El queso y los gusanos. El cosmos según un molinero del siglo XVI, Barcelona : Muchnik editores, 1981, p. 91.

24 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas …, p. 137.

25 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, chap. LXI, p. 322 : « aquellas faze bien guardar la reina de las Amazonas con mucha diligencia ». Cette allégeance correspondrait à la version de la légende d’Alexandre selon laquelle la reine des Amazones serait venue lui demander un enfant et, après treize jours de plaisir, s’en serait retournée utero impleto. Cf. Danielle LECOQ, « L’image d’Alexandre à travers les mappemondes médiévales (XIIe-XIIIe siècles) », Geographia antiqua, 2, 1993 , p. 68.

26 J.D.M. DERETT, « The history of Palladius on the races of India and the Brahmans », Classica et Mediaevalia, 21, 1960, p. 64-135.

27 Peu après 380, Ammonius et Isidore étaient venus d’Egypte avec l’évêque Anastase. À partir de 385, saint Jérôme vit en ascète en Palestine et propage cet idéal dans ses textes. Priscillien et ses disciples dès avant 385 professaient en Espagne une doctrine très stricte. Leur influence immédiate fut nulle car ils furent immédiatement déclarés hérétiques et en 385, à Trêves, Priscillien fut mis à la question et exécuté. Mais dès 390, on constate un massif revirement de l’opinion publique qui le réhabilite. Edmond LIÉNARD, « Collatio Alexandri et Dindimi », Revue belge de philologie et d'histoire, 15, 1936, p. 819-838.

28 Les diverses facettes du mythe dans l’Occident médiéval seraient représentées par quatre types de textes : les textes philosophico-politiques (tels les miroirs des princes) s’intéressent à Alexandre du point de vue de la morale politique ; les textes théologiques glosent les allusions de l’Ancien Testament ; les prédicateurs retiennent de la biographie d’Alexandre, pour leurs recueils d’exempla, des anecdotes édifiantes ; enfin les textes profanes (XIIe-XVe siècles) remodèlent l’image du conquérant pour en faire une incarnation de l’idéal chevaleresque. Ainsi s’opposeraient une vision cléricale critique, représentée par les trois premiers types de textes, et une vision profane positive : dans la première, Alexandre serait un tyran païen puni de son orgueil, dans l’autre un héros qui incarne les valeurs monarchiques, chevaleresques et courtoises. Georges CARY, The Medieval Alexander, Cambridge : University Press, 1956, p. 79.

29 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas …, p. 151 et 153.

30 Loc. cit., p. 152.

31 Loc. cit., p. 152.

32 Loc. cit., p. 153.

33 Loc. cit., p. 153.

34 Loc. cit. , p. 153.

35 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, p. 333. « Pues cómo eres tan sobervio y tan fiero que quieres sojuzgar todo el mundo debaxo de ti, assí como si tú fuesses Dios, y sabes túque no tienes término de la vida, ni el día ni la hora, y quieres ayuntar todas las mares del mundo, las cuales cosas todas tú dexarás cuando fueres muerto y tu cuerpo será puesto debaxo de la tierra, de la cual somos formados por ende piensa que todo hombre es mortal ».

36 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas…, p. 153.

37 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, p. 29 : « en este desierto y ha muchos arabianos que se claman bedoins et ascospars. Et son gentes de muy maraveillosa condition. Et no han puint de casas salvo que fazen peliças de pielles de bestias como de rrocines et otras bestias que eillos comen, et dejus aqueillas se echan. Et moran en logar do eillos pueden trobar de l’agoa (…) non cuillen nin non labran puint de tierra car eillos non comen puint de pan ».

38 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, Estudio preliminar de M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, p. xliv-xlvi. Voir également Raymond TROUSSON, Voyages aux pays de nulle part. Histoire littéraire de la pensée utopique, troisième édition revue et augmentée, Bruxelles : Editions de l’université de Bruxelles, 1999.

39 « Para acusar a los europeos de haber traicionado las enseñanzas de Cristo, imagina a los habitantes paganos de la isla de Utopía y los hace comportar de manera muy cristiana ». Stello CRO, Realidad y utopía en el descubrimiento y conquista de la América hispana 1492-1682, Madrid : Fundación universitaria, 1983, p. 35.

40 Georges DUMÉZIL, « Alexandre et les sages de l’Inde », La courtisane et les seigneurs colorés. Esquisses de mythologie. Paris : Gallimard, 1983, p. 66-74.

41 Une telle comparaison semble confirmer la démarche générale de l’auteur d’incitation au respect des païens à qui la Révélation est également destinée et qui doivent être incités à la conversion : « Ce n’est pas sans raison que la vie d’un juste païen nous est proposée comme modèle à côté de la vie d’Israélites ; notre Sauveur, en venant pour la rédemption des Juifs et des Gentils, voulut aussi être prophétisé par la voix des Juifs et des Gentils, être annoncé par les deux races pour lesquelles un jour il souffrirait ». Grégoire le Grand, Morales sur Job, Préface 5, troisième édition, Paris : Cerf, 1989, p. 144.

42 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, p. 153.

43 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, p. 353.

44 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas, Estudio preliminar de M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, p. LVIII : « El amuestra de tolerancia mandevillesca desentonaba en un período en el cual la cristiandad ponía en práctica una Cruzada contra los albigenses y condenaba la prédica de los wiclefitas ».

45 C. GINZBURG, El queso y los gusanos…

46 Jacques de Vitry, Histoire orientale, Marie-Geneviève GROSSEL (trad. et éd.), Paris : Honoré Champion, 2005, p. 296.

47 Clemente Sánchez de Vercial, Libro de los Ejemplos por A.B.C., John ESTEN KELLER (éd.), Madrid, 1961, n° 6, p. 31. Ce texte, datant de 1435, est centré sur l’égalité entre les hommes : « non apremiamos nin costreñimos algund ombre que nos sirva, porque todos somos criados de un dios e or el nascemos todos e assi somos yguales por natura […] otrosy non somos invidiosos, porque todos somos yguales ».

48 Le chansonnier espagnol d’Herberay des Essarts, Charles Vincent AUBRUN (éd.), Bordeaux : Féret et fils, 1951, p. 15-16. Texte datant de 1462.

49 Jean de Mandeville, Libro de las maravillas…, p. xlix.

50 Thomas MORE, L’Utopie, Paris : Garnier Flammarion, 1987, p. 88-89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « La figure héroïque d’Alexandre le Grand en Espagne à la fin du Moyen Âge comme modèle du rapport à l’étranger. El Libro Ultramarino et El Libro de las maravillas de Jean de Mandeville (XIVe et XVe siècles) », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22488 ; DOI : 10.4000/e-spania.22488

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page