Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

Exempla et sentences des Antiques dans la littérature politique du XVe siècle en Castille

Béatrice Leroy

Résumés

La communication se propose d’analyser les principaux traités de Diego de Valera (Défense des Femmes Vertueuses, Miroir de Véritable Noblesse, Doctrinal des Princes) ; la Suma de Política de Rodrigo Sánchez de Arevalo ; les Claros Varones de Castilla d’Hernando del Pulgar. Ces trois auteurs du XVe siècle castillan citent, autant ou plus que les textes des Testaments et la littérature ecclésiastique, les philosophes et les historiens grecs et latins, tirant de leurs exempla et de leurs conclusions des leçons de bon gouvernement, de comportement social et politique, de sagesse et de moralité.

Haut de page

Texte intégral

1Diego de Valera, dans le Doctrinal des Princes, au chapitre 2, traitant des valeurs demandées aux souverains et les mettant en garde contre l’impulsivité, rappelle l’exemplum de l’empereur Théodose selon l’Histoire Tripartite, qui, pour venger deux de ses juges de Thessalonique, tués par la foule soulevée contre leurs mauvaises sentences, fit, dès qu’il le sut, passer sept mille hommes de la ville par le fil de l’épée ; pris de remords cependant, il fit une longue pénitence devant saint Ambroise, à Milan, et, pour se mesurer lui-même dans ses réactions, ordonna qu’à l’avenir, toute sentence de mort fût remise à 30 jours, pour avoir le temps de réfléchir ct de peser le pour et le contre. Et la conclusion de Valera est cette leçon :

  • 1 Les principaux textes évoqués ici ont été édités par Mario PENNA, Prosistas castellanos del siglo X (...)

[…] Aussi, il est très souhaitable que les rois ordonnent de faire lire devant eux, continuellement, les chroniques et les histoires des grands hommes du passé, aussi bien des mauvais comme des bons ; dans le but que l’infamie ct le malheur des mauvais les éloignent de semblables actes, et que la gloire, la renommée et la louange des bons, leur donnent le désir de leur ressembler et de les égaler1.

2Cette phrase est loin d’être nouvelle, on l’entend et la lit dans tout Miroir au Prince depuis le Haut Moyen Âge, en tout pays d’Occident. Mais il est très intéressant de la relever chez Diego de Valera, à propos de la Pénitence de Théodose, où l’on voit l’empereur chrétien prosterné devant saint Ambroise, exemple offert à Ferdinand le Catholique au début de son gouvernement. Dans la riche littérature politique castillane, à la fin de l'époque médiévale, certains traités ont été ainsi rédigés et offerts aux souverains et aux grands, pour les guider dans leur rôle de maître et de responsable de la société, voulus par Dieu pour les hommes… En eux, on lit bien des rappels des époques antiques, fructueux exempla sur lesquels les princes sont invités à réfléchir.

Un choix d’auteurs

3Trois auteurs sensiblement contemporains, témoignent de la science et de la réflexion connues dans les milieux de culture et de pouvoir de la Couronne de Castille du XVe siècle : Rodrigo Sánchez de Arevalo, Diego de Valera, Hernando del Pulgar, un évêque et deux laïques.

4Rodrigo Sánchez de Arevalo (1404-1470), est juriste et théologien de Salamanque, docteur en Décrets, bachelier en théologie, chanoine, doyen, prieur, puis évêque d'Oviedo en 1457, de Zamora en 1465, de Calahorra en 1467, de Palencia en 1470, comme cela est attendu de tout Letrado et prélat du XVe siècle. Proche conseiller des rois Jean II et Henri IV, il est leur ambassadeur de 1448 à 1450 auprès de la cour pontificale et des cours de France, Bourgogne, Naples, Milan, et il l’avait été auprès de l’empereur Albert de Habsbourg en 1438. Dans la délégation castillane siégeant au concile de Bâle de 1431 à 1439, il est l’un des chantres de l’infaillibilité pontificale, et il demeure le défenseur des papes Eugène IV, Calixte III, Pie II et Paul II, puis en 1464 il a la charge honorifique de Garde du Château Saint-Ange, très semblable en cela de ses amis et collègues Alfonso de Cartagena et Juan de Torquemada.

  • 2 M. PENNA, Prosistas…, p. 249 à 309.

5Il a écrit un Vergel de los Principes, joli Miroir offert à l’infant Henri, dans les années 1445-1450 ; et, en 1454, la Suma de Política, ou le sommaire, l’idéal résumé de la vie politique, offert à don Pedro de Acuña, seigneur de Duenas et de Buendia, l’un des représentants de la grande famille Carrillo et Albornoz, à cette date Garde du Conseil de Castille, du roi Henri IV qui accède alors au gouvernement2. On peut ajouter qu’on a également de l’évêque Arevalo une vingtaine de traités latins sur l'infaillibilité pontificale et sur la défense de la foi contre les hérétiques. Il est donc un homme du siècle.

  • 3 M. PENNA, Prosistas…, « Tratados y Epistolas de Diego de Valera », p. 55 à 202 ; B. LEROY, « L’humo (...)

6Diego de Valera (1412-1488) est le fils du médecin judéo-convers des rois Henri III et Jean II de Castille, Alfonso Chirino de Guadalajara, et de la dame de Cuenca María de Valera ; il est dès sa jeunesse écuyer de Jean II et son messager et son représentant dans la plupart des guerres et des « emprises d’armes » de l’Occident, les guerres hussites en 1438 auprès d’Albert de Habsbourg, les expéditions italiennes à Naples et à Rome, les tournois et les pas d’armes de la cour de Bourgogne et de la cour d'Angleterre ; sachant parfaitement de quoi il parle et comment agir, à ce propos, il est Maître d’Armes de la cour de Castille et écrit un Traité des Armes et un Traité du Maître d’Armes. Il est procureur et corregidor de Cuenca, de Palencia, de Ségovie, sous Jean II et Henri IV, s’oppose au privado Alvaro de Luna qu’il contribue à arrêter en 1453, mais se montre très fidèle à Jean II ; il continue à assumer ses charges gouvernementales sous Henri IV qu’il juge très mal, et au sujet duquel il rédige une chronique, Memorial de diversas hazañas, tissée d’acerbes critiques contre ce souverain. Il a la joie de servir encore longuement les Rois Catholiques, qui le nomment, malgré son âge certain, responsable de la flotte du Détroit, lors de la reprise de la Guerre de Grenade après 1482. Il écrit de nombreux traités politiques, dont on va retenir la Défense des Femmes Vertueuses, Miroir de Véritable Noblesse, le Doctrinal des Princes, et des lettres adressées aux rois et aux grands, témoignant d'un remarquable jugement politique3.

  • 4 Fernando DEL PULGAR, Claros Varones de Castilla, Juan DOMINGUEZ BORDONA (éd.), Madrid : La Lectura, (...)

7Hernando del Pulgar (1410-1498), est un jeune écuyer de Jean II, puis secrétaire d’Henri IV et encore de la reine Isabelle, très probablement d’une famille juive convertie, car il menace de démissionner de ses charges en 1478 lors des débuts de l’Inquisition, et on garde de lui une lettre adressée à Pero González de Mendoza, pour protéger les conversos. Il est ambassadeur de Castille auprès des papes et auprès de Louis XI. Il est chroniqueur royal officiel à partir de 1482. Auteur de lettres qui sont autant de commentaires politiques, des gloses des Cóplas de Mingo Revulgo, des chants satiriques critiquant le règne d’Henri IV, et d’une remarquable Chronique des Rois Catholiques, il rédige et offre à la reine Isabelle une suite de portraits des souverains et des grands de Castille ayant animé le XVe siècle, Los Claros Varones de Castilla ; il les présente comme une suite des Generaciones y Semblanzas de Fernán Pérez de Guzmán, mais le ton est très différent, car il laisse à plusieurs reprises libre cours à une réflexion personnelle qu’il adresse à la reine, phrases directes que n’avait pas voulues Pérez de Guzmán écrivant pour Henri IV et ses contemporains4.

8Les traités de l’évêque Arevalo et de Valera peuvent être souvent des suites de citations latines, telle l’Exhortation à la Paix, que Valera envoie au roi Jean II, centon de phrases latines, ce que le roi comme l’auteur comprenaient parfaitement. Les traités choisis le sont aussi parfois, mais laissent aussi une large place aux exempla, l’anecdote animant un dialogue ou un fait d’armes, amenant une conclusion morale. La Suma de Política de Rodrigo de Arevalo est un long traité composé de deux Livres, après une introduction et diverses propositions, le tout entièrement construit sur un exemplum des premiers paragraphes :

  • 5 « Respondería yo alegramente a esta quistión si Alexandre me la demandasse ; pero responderé mas a (...)

Paul Orose dans son Histoire, relate que le grand Alexandre, passant par la grande Asie, gardait à ses côtés son maître Aristote ; il se trouva que passant dans une plaine belle et fertile, un écuyer, courageux mais de pauvre apparence, demanda au philosophe si ce lieu pourrait être un bon site pour y construire une ville. Et Aristote lui dit : ‘Je répondrais avec bonheur à cette question si c’était Alexandre qui me la posait ; mais je répondrai plus à ton courage qu’à ta puissance, et j’affirme qu’Alexandre pourrait ici convenablement fonder une ville’. Ce fut là certainement une belle réponse, très sage, car le quémandeur eut sa réponse, et ne fut pas repoussé à cause de sa pauvreté, au contraire loué pour son courage ; et comme on le rapporta à Alexandre, celui-ci ordonna d’y construire une grande cité, qu’il décora de son propre nom en l’appelant Alexandrie5.

9Et tout le traité d’Arevalo repose sur cet axiome, on ne construit qu’avec sagesse et réflexion, et comme toute cité, symbolisée par le corps humain, est la métaphore de l’Etat, on ne gouverne qu’avec cette vertu de la sagesse ; Arevalo y résume en quelque sorte la partie consacrée à la Cité Idéale de la Politique d’Aristote.

  • 6 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier Montaigne, (...)

10Ainsi se déroulent les exempla illustrant les propos des auteurs. Ceux-ci sont latinistes et écrivains, ils sont juristes et connaissent tout le corpus gréco-latin qui leur est nécessaire. Reviennent constamment les phrases de Platon, d’Aristote (« le Philosophe » lorsqu’il n’a pas son nom), de Jules César, Tite-Live, Cicéron (« Tullius »), Sénèque, Tacite, Végèce et son De Arte Militari, Paul Orose que l’on vient de rappeler avec Alexandre, et abondamment Valère Maxime, dont les Faits Mémorables est un livre très lu et traduit en langues vulgaires au Moyen Âge, comme le De Viris Illustribus compilé depuis l’Antiquité au fil des générations. La Castille ne s’est guère encore remise à l’étude du grec, mais possède les traductions latines de Platon et d’Aristote depuis le XIIIe siècle, et celle des Vies Parallèles de Plutarque, et garde les originaux de tous les auteurs latins évoqués, comme tout ce qu’en ont légué saint Isidore de Séville et les successifs De Viris Illustribus des prélats tolédans wisigothiques. Alphonse X de Castille possédait tous ces titres dans sa bibliothèque ; tout noble et tout prélat castillan a l’essentiel de l’histoire et de la philosophie de Rome dans ses livres personnels, en texte intégral ou en épitomés de grande diffusion en ce temps-là, et les milieux universitaires du XVe siècle, Salamanque et Valladolid, en sont des conservatoires. Grâce à Sénèque le Cordouan, à Paul Orose, à Valère Maxime, à Isidore de Séville, à la General Estoria d’Alphonse X après les prélats de Tuy et de Tolède du XIIIe siècle, un auteur castillan du XVe siècle connaît toutes les phrases et tous les traits de vie des grands hommes de l'Antiquité, si riche en exemples. On détecte partout les sentences pseudo-aristotéliciennes de l’anonyme Secretum secretorum (traduit d’ailleurs en castillan au XIIIe siècle sous le titre de Poridat de Poridades) ; on retrouve idées et thèmes de Jean de Salisbury, de saint Thomas d’Aquin, de Gilles de Rome, de Raymond Lulle, d’Alvaro Pais, de leurs traités divers sur l’éducation des princes. Les thèmes antiques, orientaux, ou issus de la réflexion médiévale, sont élaborés et transmis de cour royale en cour royale, de bibliothèque princière à librairie noble ; nos auteurs choisis au XVe siècle sont les héritiers de toute une tradition, une culture déjà éprouvée. Il leur reste à y glisser l'originalité de leur propre pensée6.

De grandes vertus, de grands exemples

11La Onzième considération du Ier Livre de la Suma de Política de Rodrigo de Arevalo, donne le ton des Antiques légués par les Castillans :

  • 7 « Toda cibdad o reino es como un cuerpo mixto, quiere dezir que es fecho a semejança del cuerpo y p (...)

Pour mieux comprendre tout cela, il faut se rappeler que, selon ce que dit Platon dans le livre De Republica, comme Aristote dans sa Politique, toute cité ou royaume est semblable à un corps complet, soit qu’elle est faite comme le corps et la personne humaine ; pour que cette cité ou ce royaume soient bien établis, ils doivent être semblables à un homme prudent et discret7.

12La prudence qui est plutôt la prévoyance, la discrétion qui est le bon discernement, guident tout acte humain, notamment toute décision et toute action des hommes de gouvernement, puisque c’est surtout à eux que l’on s’adresse. Le terme de Vertu peut résumer cet ensemble de qualités, dans lesquelles on va ranger, pour les femmes, la chasteté, la fidélité, la pudeur, des « Femmes Vertueuses » de Diego de Valera.

  • 8 Ibid., p. 271-72.

13Rodrigo de Arevalo, campant des héros antiques qui savent donner la « raison » adéquate, soit la sentence attendue, réfléchit donc sur la cité idéale, le corps idéal, l’État idéal. La ville doit être construite pour la paix, donc pour la victoire dans la guerre. Aristote conseille d’écouter les hommes de Lacédémone qui savent se battre, et même Hannibal, faisant la guerre en Italie, interroge encore un homme de Sparte. Selon Trogue Pompée, Aristote va à la bataille aux côtés d’Alexandre, pour lui donner les sages conseils nécessaires. Le général victorieux doit savoir réconforter ses hommes s’ils craignent un mauvais présage ; Scipion l’Africain, le pied pris dans les cordages de son navire en abordant l’Afrique, tombe du haut de sa nef, mais il a la présence d’esprit d’embrasser à pleins bras la terre d’Afrique en lui disant qu’il l’a déjà conquise. Armonides tenant conseil avant la bataille, brise sa chaise sous lui, et assure que ceux qui doivent combattre pour la victoire ne doivent pas rester assis. Jules César a des troupes affamées, un jour angoissant où les barbares l’entourent et il s’adresse à ses frères d’armes en leur faisant manger du pain et des herbes, leur promettant la victoire et la consommation de ces animaux féroces si menaçants8. Pas plus qu’on ne doit se laisser aller à ces nourritures terrestres, plus que de raison, on ne doit convoiter le luxe extérieur. Hannibal, en déroute devant les Romains, s’est réfugié chez le roi Antiochos, du moins on le lit, dont les troupes portaient soie et or, et qui semblait se moquer du maigre contingent carthaginois ; mais Hannibal lui répond :

  • 9 « Ciertamente o abrá aqui assaz para los Romanos, ca como ellos son muy cudiciosos destas joyas y o (...)

Certainement cela ne plaira guère aux Romains, qui sont tellement attirés par les joyaux et les ornements qu’ils ne se satisferont pas des nôtres, et pourtant ils ne se battront que plus ardemment pour prendre encore vos pierres précieuses9.

14Si bien que voyant la pauvreté des armes carthaginoises, les Romains n’ont même pas fait mine de se battre et Hannibal a pu remporter la victoire. Puis, choisissant à la fin du Livre II, à propos du bon gouvernement de la cité, le même style que dans la métaphore du début (Alexandre et Aristote possèdent la sagesse nécessaire à sa fondation), Arevalo donne encore un très bon conseil :

  • 10 « Aun yo usaría deste partido si fuesse Parmenio ». Ibid., p. 291.

Valère dit que le grand Alexandre, ayant deux fois de suite vaincu Darius, ce dernier proposa sa fille en mariage avec une grande somme d’or ; Alexandre demanda conseil à un chevalier nommé Parménide, qui lui dit : ‘Si j’étais Alexandre, je recevrais un tel parti !’. Mais Alexandre répliqua promptement et avec élégance : ‘Certes j'aurais usé de ce parti si j’avais été Parménide !’. Ce fut là une sage réponse, dans laquelle il montra sa magnificence et son courage, et depuis, honnêtement, on ne suivit pas le conseil qui n’était pas venu d’un homme sage10.

15Ce ne sont là que quelques exempla choisis autour de cette idée de la sagesse du gouvernement, en toutes circonstances. Diego de Valera doit en faire connaître quelques autres, convenant aux femmes et aux chevaliers.

  • 11 Il s’agit sans doute du livre nommé à tort Corbacho (en fausse référence au livre de Boccace), paru (...)

16La femme vertueuse est une forte femme ; Diego de Valera, prenant la défense des femmes vertueuses, en réponse à un anonyme Corbacho qui a osé dire que toute femme ne peut être que perdue de vices11, aligne tous les exemples qu’il connaît, dans sa Castille contemporaine, dans la tradition judéo-chrétienne et, avec une délectation particulière, dans l’Antiquité. Atalante bat tous ses prétendants à la course et, à la place d’Hercule, tue le sanglier de Calidon ; Camille, reine des Volsques, lutte contre Énée dans un champ clos, pour garder sa virginité, mais meurt d’une flèche qui lui troue le sein ; Claudia la Romaine, saute à cheval et soulève le Sénat contre son père, roi des Romains, qui voulait livrer toutes les filles de Rome aux Perses ; Armonia, fille du roi Chirus de Sicile, est sauvée du viol et de la mort voulus par le tyran de Syracuse, par la fille de sa servante qui a pris sa place, mais, le découvrant, elle se fait tuer quand même. Un long développement est consacré à Lucrèce, femme de Colatinus et fille d’Espurius Lucrecius ; Sextus, fils de Tarquin, roi de Rome, est entré dans sa chambre la nuit, un couteau à la main et l’a menacée de la tuer et de tuer un esclave à ses côtés, puis d’ameuter la ville pour faire constater son adultère, si jamais elle lui résiste. Pour sauvegarder le renom familial, elle se laisse faire par Sextus, puis appelle son mari :

  • 12 « E si mi cuerpo ha seído forçado, el coraçón ha seído ignoscente, por que soy libre de la culpa, m (...)

Sache, Colatinus, que les pas d’un étranger ont avili ta couche, mais si mon corps a été forcé, mon cœur reste innocent, car je ne suis pas tombée dans la faute ; cependant, je ne peux me disculper totalement et, pour qu’aucune femme ne puisse, comme moi, être accusée de luxure, je veux laisser en exemple de la faute un exemple de peine. Et aussitôt Lucrèce, sortant un couteau de ses vêtements, s’en transperça la poitrine et mit fin à ses jours12.

17Porcia, fille de Caton d’Utique et femme de Brutus, en apprenant la mort de son mari, se tue en mangeant des charbons ardents ; Artémis reine de Carie, veuve du roi Mausole, voulant le garder dans son être même, fait brûler son corps et boit ses cendres mêlées à l'eau, pour qu’il repose dans son sein, puis se transperce. Argia, fille du roi Adraste d’Argos, femme de Polynice le fils d’Oreste, apprenant la mort de son mari dans son combat avec son frère Étéocle, passe une nuit à rechercher son corps dans les charniers et les pestilences de la fosse commune, le découvre, le fait brûler et garde à jamais ses cendres dans un coffret d’or. Tamaris reine des Chiares (qui est en fait Tomyris reine des Massagètes), conduit son peuple à la victoire sur Cyrus qui avait tué son fils unique. Voici enfin Antonia :

  • 13 « Yo no sé esta dueña por qual destas cossas sea más de loar, o por el singular amor que a su marid (...)

Elle fut la fille de Marc-Antoine, et elle montra un amour si fidèle à son mari, appelé Drusius, que, après sa mort, restant jeune et belle en un âge florissant, elle refusa tout autre homme et, prenant pour compagne de lit sa belle-mère, elle passa sa vie dans la chasteté. Je ne sais, dans l’exemple de cette dame, ce qu’il faut le plus louer, ou bien le singulier amour porté à son mari, ou bien ce choix de compagnie qui, pour la plupart des femmes, est d’ordinaire épouvantable13.

18La chasteté, la vertu proprement dite, la fidélité conjugale, certes on les demande aussi aux hommes. Mais dans Miroir de Véritable Noblesse et dans le Doctrinal des Princes, Diego de Valera s’adresse aux chevaliers et aux souverains, et il faut pour eux d’autres exempla. Certains grands personnages antiques sont de petite origine et ne sont parvenus aux gloires suprêmes que par leurs qualités, leur valeur, leurs victoires. Tullius Servus était fils d’une esclave et grâce à ses vertus, a été élu roi de Rome ; Agathoclès, fils d’un marchand d’huile, est devenu de même roi de Sicile ; et tant d'autres, issus du petit peuple, sont devenus consuls et victorieux chefs de guerre. Ils illustrent tous les qualités de la « noblesse civile » ou hidalguia, qui fait l’objet du chapitre 5 du Miroir de Diego de Valera. Ce dernier se met en scène, alors qu’il recherchait ces exemples d'hommes valeureux :

Devant moi parut Marcus Attilius Regulus, le geste animé, la voix furieuse, semblant en grande colère : ‘Tu te donnes bien du mal pour trouver des hommes de bas lignage et montés très haut au-dessus des nobles, par leurs seules vertus ; je te conjure de ne pas m’oublier parmi eux, car si tu recherches cette basse condition des origines, qui trouverais-tu de plus exemplaire que moi ? Mes actions furent dignes d'honneur et de mémoire, et demande-le à Tite-Live et à Valère Maxime, qui ne pourront pas nier ce que je vais te dire […]’.

19Par sa valeur, il est monté jusqu’à l'honneur consulaire, continue Valera, il a remporté des victoires magnifiques sur les Carthaginois, mais il lui est arrivé d’être pris par eux ; Carthage l’a envoyé à Rome en ambassade pour persuader le Sénat d’accepter un traité de soumission. Il le savait fort bien, il a au contraire enjoint Rome de ne pas capituler et il a dû retourner à Carthage pour en rendre compte et pour garder sa parole :

[…] et je suis retourné dans le lieu de ma peine, sans tenir compte des larmes de ma chaste épouse, ni des gémissements de mes chers enfants, ni des supplications de mes parents et de mes amis, ni, ce qui est le pire, de la certitude de mon exécution, soucieux de garder ma foi, même devant mes ennemis.

  • 14 Les trois citations précédentes dans Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, ibid., p. 96. L’ (...)

20Et il meurt, lié sur une table couverte de chardons piquants, jusqu’à ce que mort s’ensuive14.

  • 15 Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, M. PENNA (éd.), Prosistas…, p. 99.

21Bien des tyrans ont été anoblis par leur carrière, mais le contraire peut aussi advenir, et bien des nobles, des empereurs, des chefs d’armée, ont été dégradés et ont perdu leur rang, par manque de qualités nobles. Néron est à mettre en exergue, le luxurieux, le blasphémateur, qui a cru pouvoir se sauver hors de Rome soulevée contre lui, par un souterrain, une nuit obscure, et finalement a dû se poignarder. Le fils du grand Scipion l’Africain, également appelé Scipion, quoique né d’un si noble père, fut vaincu par le roi Antiochus, s’abaissa à le supplier pour garder la vie sauve, et il a été dégradé, « tenu pour vil, populaire et plébéien ». Ticius, maître de la Chevalerie, a fui la ville de Rome vers la Sicile, et il fut puni par le consul Calfurnius Piso « [qui] il lui fit revêtir sa toge, vêtement de grand honneur, et devant toute l'année, il fit couper les pans de cette toge jusqu’aux genoux, ce qui le montra désormais à la honte, tant que dura la guerre, le privant de l’ordre équestre »15.

22Ces mêmes mauvais exemples se retrouvent dans le Doctrinal des Princes, tel celui de Scipion fils de l’Africain. Mais Diego de Valera préfère s’attarder sur les très bons exemples des valeurs princières. Le bon prince ne recherche pas la couronne ou le titre d’empereur pour leur seule gloire, et au contraire laisserait volontiers la couronne à terre et fuirait tout grade, tellement porteur de troubles, mais il les accepte par soumission à Dieu. Il doit se montrer humble et bienveillant vis-à-vis des petites gens :

  • 16 « Por cierto bien es digno de ser servido el principe que más prescia la salud de los suyos que la (...)

Le grand Alexandre, raconte Valère dans son Cinquième Livre, au titre De Clemencia el Benignidate, fut tellement bienveillant pour les siens, qu’un jour de grand froid, se tenant devant le feu assis sur une chaise, il vit un chevalier pauvre et vieux, éloigné de la lumière de l’âtre ; il se leva, le prit par la main, et malgré lui le fit asseoir sur sa chaise et le recouvrit de son manteau. Et ceux qui virent cela affirmèrent : ‘Certainement, il est bien digne d'être servi, ce prince qui fait plus attention à la santé des siens qu’à l'honneur de sa chaise !’16.

23Le prince doit servir la justice et s’y conformer lui-même, en tout premier exemple pour ses sujets. Valère raconte que Trajan aurait voulu tuer son propre fils qui, à l’étourdi, avait provoqué la mort d’un jeune Romain ; mais, à la supplique de son entourage, il lui laissa la vie, en lui faisant énucléer ses deux yeux. Valère, toujours lui, rappelle que Postumius et Manlius Torquatus avaient interdit les combats singuliers ; deux de leurs fils, provoqués par l’ennemi, s’étant battus contre eux et étant victorieux, furent néanmoins décapités par leur père pour leur manque de soumission à leur loi. Et Termides va encore plus loin dans l’accomplissement de la justice :

  • 17 Ibid., p. 176.

Comme il avait ordonné que quiconque entrerait dans la Maison du Conseil, en armes, devrait être exécuté, un jour, venant de chez lui et ne s’en souvenant pas, il y entra en portant une épée ; on lui en fit la remarque : ‘Tu bafoues ta propre loi !’. Et il répondit : ‘Il est vrai que je m’y soumettrai d’autant plus, et pointant sur lui son épée, il s’en transperça’17.

  • 18 « Alixandre lo perdonó e le fiso mercedes e lo embió al rey Dario, disiendo no ser cosa convenible (...)
  • 19 Ibid., p. 182.

24Le prince doit montrer sa clémence, tel Octave pardonnant à Lucius Cinna, ou Alexandre qui aurait dû être tué par un homme de main envoyé par Darius, mais qui lui fit dire qu’il n’était pas convenable de tirer vengeance d’un homme aussi vil18. Dans l’Antiquité, ajoute Diego de Valera, on savait prononcer de telles paroles et organiser des triomphes pour glorifier de tels grands hommes. À Rome, les vainqueurs à la guerre recevaient une couronne de lauriers, ceux qui sauvaient leurs amis de la mort ou de la prison, la couronne de chêne, ceux qui prenaient d’assaut une forteresse, la couronne d’or. Et à Athènes, les citoyens qui vivaient vertueusement recevaient des couronnes d’olivier19. Quant au jugement que peut prononcer un prince, sur un coupable, non seulement il ne doit pas le décider avec impulsivité (c’est l’exemplum de l’empereur Théodose qui a fait tuer tous les habitants de Thessalonique), mais il doit s’examiner lui-même pour savoir si lui-même n’en donne pas le mauvais exemple :

  • 20 Ibid., p. 170 (chapitre C, « La tyrannie »).

Comme le dit saint Augustin dans le Quatrième Livre de la Cité de Dieu, un corsaire appelé Diomèdes fut conduit enchaîné devant Alexandre, et celui-ci lui demanda pourquoi il tourmentait ainsi les gens de mer, en les volant sans cesse. Il répondit : ‘Pour la même raison que toi, tu tourmentes la terre et tout le monde et tu le voles ; moi, je le fais sur une petite embarcation, et on m’appelle un voleur, et toi, tu le fais avec une grande flotte et une masse de gens, ct on t’appelle empereur ; nous faisons pourtant la même chose et il n’y a aucune différence entre nous, sauf que toi tu insultes tes propres lois, et moi je les vénère ; mais j’ai eu la malchance et je suis voleur, tandis que toi, ton orgueil et ton avarice t’ont fait empereur’20.

25Les rois de Rome, ou les consuls, les empereurs, ou le grand Alexandre, tous servis par Valère Maxime ou le De Viris IlIustribus, ou Suétone et ses Douze Césars, ou Tite-Live, et les dames romaines et les reines d’Asie Mineure, offrent bien les meilleurs exemples de vie, de comportement devant les hommes c’est-à-dire devant Dieu, soit encore de gouvernement par la réflexion et le bon sens.

Des leçons pour la Castille

  • 21 B. LEROY, Le Triomphe de l’Espagne catholique à la fin du Moyen Âge ; écrits et témoignages, Limoge (...)

26Rodrigo Sánchez de Arevalo n’a aucun mal à éclairer sa métaphore de la cité idéale, si bien construite entre la mer et la montagne, si bien approvisionnée, dotée du climat le plus sain, peuplée de gens si cultivés et en même temps si vigoureux et si industrieux… C’est la Castille, qui a toutes les qualités, qui est naturellement dépeinte ici, et qui doit être surveillée par le Garde du Conseil de Castille du roi Henri IV, pour ne jamais perdre ces vertus de royaume idéal21. Mais les œuvres de ses contemporains ont des symboles sur lesquels la réflexion peut être plus laborieuse. Diego de Valera écrit pour le roi Jean II de Castille et la reine Marie son épouse, princesse d’Aragon fille du roi Ferdinand d'Antequera (1412-1416), sœur du roi Alphonse V le Magnanime et des infants Juan et Enrique soulevés contre la Castille de Jean II et son privado Alvaro de Luna. Puis, il s’adresse à Ferdinand le Catholique, encore prince d’Aragon, mais déjà roi de Castille avec son épouse la reine Isabelle. Il rédige donc ses grands traités entre 1440 et 1475, dans des décennies de contestation dynastique, d’usurpations, de soulèvements nobiliaires et de guerres civiles dans les cités, voire de déposition de souverain, et de début d’un règne qui doit encore faire ses preuves de réussite dans l’intelligence autant que dans la victoire. Que disent Sénèque, Jules César, Tite-Live, Valère Maxime, Suétone, et bien sûr Aristote, et comment agissent Alexandre, Scipion l’Africain, Trajan, Théodose ? Un roi de Castille ne doit pas croire que le règne lui est acquis, sans ombre, du seul fait qu’il en hérite de son père ; une souveraineté se mérite plus qu’elle ne se reçoit par la naissance. La vie de roi est une existence de soumission à la loi, c’est-à-dire à Dieu autant qu’aux hommes, et à la justice. Le roi doit être humble devant des évènements qui peuvent le dépasser, et le conseil des sages peut seul alors le sauver ou, si ce conseil fait défaut, les exemples du passé s’y substituent. En réfléchissant, en écoutant son cœur et sa raison, en faisant attention aux hommes, mêmes les plus petits, le souverain mène son peuple dans les grandes affaires. Les femmes peuvent lui donner ces mêmes exemples, car la fidélité conjugale, la chasteté, qui est alors la rectitude morale en toutes circonstances, comme le courage physique dont les femmes sont capables autant ou plus que les hommes, sont les symboles du respect de la loi, de la foi, de la justice, et de la clémence, de l’intelligence, comme du courage à la guerre qui est au fond l’oubli de soi-même devant un affront à relever, pour le service de la nation.

27Le dernier mot reste à Hernando del Pulgar. Les exempla des Antiques sont certes des leçons à suivre, en bien ou en mal. Dans ses Coplas de Mingo Revulgo, il évoque trois rois de mauvais exemple, qui restent loin de leur peuple et perdent toute valeur, Demetrios d’Assyrie, Sardanapale, et Candaule de Lydie. Mais la Castille n’a-t-elle pas déjà tout compris en matière de foi, de justice, de vérité, d’efficacité ? Doit-on toujours rechercher les beaux exemples du passé quand la Castille du XVe siècle en offre de si remarquables ? Voici les portraits des Hommes Illustres de Castille, proposés à la reine Isabelle par son secrétaire et chroniqueur. L’amiral don Fadrique a connu la victoire et aussi la défaite (à Olmedo en 1445, où le roi Jean II et Alvaro de Luna maître de Santiago, ont été victorieux des Infants Juan et Enrique, pour lesquels combattait don Fadrique :

  • 22 « E no se yo por cierto que mayor crueldad le fiziere el Cesar que el se fizo. Porque repugnando la (...)

Mais l’esprit ne lui manqua pas, dans cette infortune, et grâce aux arguments raisonnables qu’il donna à celui qui l’avait fait prisonnier, il fut remis en liberté. Mais ses biens lui furent tous saisis et il fut exilé du royaume, en ressentant alors tous les ressentiments que tout vaincu garde contre son ennemi vainqueur. Ce chevalier souffrit ses pertes d’une égale humeur et aucune force de la fortune ne put abattre la force de son cœur. Les historiens romains louent Caton comme un homme de grand courage, parce qu’il se tua, n’ayant pu souffrir avec sérénité la victoire de César son ennemi. Moi, je me demande où est la plus grande cruauté dans cet acte, puisque contre toute loi de la nature et contre la volonté habituelle des hommes, il fit sur sa personne ce que tous détestent faire sur les autres. Or, tous glorifient cette mort en disant qu’il mourut pour avoir la liberté ; certes, je ne peux comprendre quelle liberté peut avoir pour lui ou pour donner à un autre, un homme mort. Il y a de grandes raisons pour louer sa vie, mais point pour louer sa mort22.

28Le comte de Haro, Pero Fernández de Velasco, avec réflexion, diligence, modération, réconcilie tout le monde et ne se laisse jamais entraîner dans les dissensions. Or, les historiens mettent en avant Brutus, qui a tué ses fils qui étaient soulevés contre le roi Tarquin. Comment louer un tel malheur ? Cet homme n’a pas réfléchi avant d’agir, et l’amour filial lui était inconnu ; les hommes de Castille savent gouverner avec modération et intelligence en réfrénant leurs passions et en réconciliant tout le monde, sans pour autant tuer leurs fils ! Hernando del Pulgar, à propos du portrait d’Iñigo de Mendoza, marquis de Santillane, qui a toutes les qualités, ne manque pas de mettre en parallèle l’exemple bien connu de Manlius Torquatus, qui a fait décapiter son fils parce que, malgré ses ordres, il avait livré un combat singulier avec un jeune provocateur de l’armée adverse et en avait été victorieux :

  • 23 Ibid., p. 46-47.

Comme s’il n’y avait pas d’autre remède pour tenir son année bien ordonnée, pour un capitaine, que de tuer son fils ! La rébellion des Romains devait être bien enracinée et pernicieuse, s’il leur fallait un si cruel exemple, pour être obéissant à leur capitaine ! Certes, je ne sais quelle plus grande vengeance put avoir le père du Latin vaincu, que celle que lui donna le père du Romain vainqueur (…). Les mêmes louangeurs ajoutent qu’il fut très triste de la mort de son fils et qu’il fut haï de toute la jeunesse de Rome tout au long de sa vie23.

29Au contraire, lñigo de Mendoza avait l’art de faire naître la gaîté autour de lui, tant ses qualités humaines équivalaient ses dons poétiques et ses réussites militaires. La Castille sait faire naître de tels hommes, que les exempla devraient donner en beaux modèles. Les grands nobles du XVe siècle sont tous salués par Pulgar pour leurs victoires, leur culture, leur notion de bon service dû à la Castille. Et dans le « Raisonnement offert à la reine », au milieu de son traité, il s’exprime personnellement :

  • 24 « Veo que culpa todo su braço por el yerro que ovo su pensamiento, e por cierto si la pena que éste (...)

Bien d’autres illustres seigneurs de vos royaumes accomplirent encore des faits mémorables. S’il fallait tout relater en particulier, il faudrait écrire un gros livre, et ce serait une suite encore plus illustre de hautes valeurs que ne le firent Valère et ceux qui écrivirent les faits des Grecs et des Romains. Pour ceux-ci, on fait grand cas de Mucius Scaevola, qui, à l’improviste, sortit de la cité de Rome et alla tuer le roi Porsenna qui l’assiégeait ; on exalte le fait qu’il se brûla le bras, car il ne réussit pas à tuer le roi qu’il cherchait et tua quelqu’un d’autre qui lui ressemblait. Je pense que son bras fut chargé de l’erreur, alors que c’était son jugement qui était dans l’erreur, et il est certain que si nous devions louer cette peine donnée à son bras, nous devrions louer de même l’épée qui donne de bons coups et non pas celui qui la manie24.

30On a bien mieux en Castille ! Ainsi, Garcilaso de la Vega, sans parler à l’étourdi, en s’offrant toujours en première ligne, a remporté toutes ses victoires contre les Maures. Naguère, Horatius Coclès le Romain a combattu sur le pont Sulpicius sur le Tibre, contre Porsenna, et en s’appuyant sur une arche du pont, il a pu sauver les Romains. Certes, c’est magnifique, mais Garcilaso n’a pas eu besoin d’une arche de pont pour sauver toujours ses troupes. Suivent encore quelques grands soldats et de très vénérables, très savants et très saints prélats de Castille. Et de conclure : « S’il y avait des écrivains en Castille sachant glorifier dans leurs écrits les hauts faits des Castillans, aussi bien que les Romains surent si bien sublimer les gens de leur nation romaine ! ».

Conclusion

31Il convient de conclure avec lui, vers 1480. Les exempla des Antiques, comme le rappel constant de leurs sentences, font partie de la culture des écrivains castillans, des traités d’éducation dont les jeunes Castillans doivent s’imprégner. Mais, à trop suivre à la lettre ces Antiques, ne risquerait-on pas de rabaisser et décourager les valeurs castillanes ? Le courage, le don de soi, la justice, la clémence, l’intelligence, ne se trouveraient donc que chez Caton, Trajan, Alexandre, Auguste, et tous les hommes de pouvoir, dorénavant, n’auraient plus qu’à les imiter dans tous leurs faits et gestes, de même que les femmes devraient manger des charbons ardents et cuire le corps de leur mari pour le consommer petit à petit, pour échapper au viol ou pour garder l’époux dans leur sein ? Certes, Hernando del Pulgar, comme ses contemporains et devanciers, sait reconnaître la valeur où elle se trouve, comme elle est relatée dans l’Histoire, mais surtout comme on peut la transposer à son époque. Les comtes de Castille savent se battre contre les Maures, savent accepter une défaite passagère, les rois et la reine de Castille savent trancher en justice après avoir prié et réfléchi, sans pour autant tuer leur fils ou se brûler le bras. Les exempla des Antiques, au XVe siècle, sont toujours des modèles à connaître et à suivre, mais en les considérant comme des bases de réflexion, des sujets d’observation, avec l’art de l’intelligence de l’adaptation aux circonstances nouvelles qui sont offertes par le royaume des temps nouveaux.

Haut de page

Notes

1 Les principaux textes évoqués ici ont été édités par Mario PENNA, Prosistas castellanos del siglo XV, Madrid : Atlas (Biblioteca de Autores Españoles, vol. 116), 1959. Le Doctrinal des Princes de Diego de Valera a été traduit et présenté par Jean-Pierre BARRAQUÉ et Béatrice LEROY, Des écrits pour les rois ; en Espagne médiévale, la réflexion politique d’Isidore de Séville aux Rois Catholiques, Limoges : Presses Universitaires de Limoges (PULIM), 1999, p. 147 à 182 ; particulièrement p. 166 et M. PENNA, Prosistas…, p. 185 : « […] conviene mucho a los reyes mandar ante si continuamente leer las corónicas e estorias de los altos ombres pasados, así de los malos como de los buenos ».

2 M. PENNA, Prosistas…, p. 249 à 309.

3 M. PENNA, Prosistas…, « Tratados y Epistolas de Diego de Valera », p. 55 à 202 ; B. LEROY, « L’humour d'un intellectuel des années 1440 ; le Traité de la Défense des Femmes Vertueuses de Diego de Valera », Le Moyen Âge, 114 (2), 2008, p. 287-313 ; à propos de ses lettres, Id., De l’épée à l’écritoire, en Castille de 1300 à 1480, deux siècles de nobles écrivains, Limoges : PULIM, 2007.

4 Fernando DEL PULGAR, Claros Varones de Castilla, Juan DOMINGUEZ BORDONA (éd.), Madrid : La Lectura, 1923 (4ème édition chez Classicos Castellanos, 1960) ; B. LEROY, Histoire et Politique en Castille au XVe siècle, I, Biographies et portraits de Fernán Pérez de Guzmán, II, Les Hommes Illustres de Castille de Hernando del Pulgar, Limoges : PULIM, 2000 et 2001.

5 « Respondería yo alegramente a esta quistión si Alexandre me la demandasse ; pero responderé mas a tu ánimo que a tu poder, y digo que Alixandre podría aquí convenientemente fundar una cibdad ». Rodrigo de ARÉVALO, Suma de Política, M. PENNA (éd.), Prosistas…, p. 253.

6 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier Montaigne, 1980 (rééd. 1991) ; Miguel Angel LADERO QUESADA et María Concepción QUINTANILLA RASO, « Bibliotecas de la alta nobleza castellana en el Siglo XV », Livre et Lecture en Espagne et en France sous l’Ancien Régime, Colloque de la Casa de Velázquez, (novembre 1980), Paris : A.D.P.F., 1981, p. 47-62 ; Bonifacio PALACIOS MARTIN, « El mundo de las ideas políticas, en los tratados doctrinales españoles : los ‘espejos de Príncipes’ (1250-1350) », in : Europa en los umbrales de la crisis (1250-1350), XXI Semana de Estudios Medievales (Estella, 1994), Pampelune : Gobierno de Navarra, 1995, p. 463-483.

7 « Toda cibdad o reino es como un cuerpo mixto, quiere dezir que es fecho a semejança del cuerpo y personna humana ». Rodrigo de Arévalo, Suma de Política, Prosistas..., p. 267.

8 Ibid., p. 271-72.

9 « Ciertamente o abrá aqui assaz para los Romanos, ca como ellos son muy cudiciosos destas joyas y ornamentos, no satisfazen a su gran cudicía, ante según creo pelearán más bravamente por tomar cosas perciosas ». Ibid., p. 277.

10 « Aun yo usaría deste partido si fuesse Parmenio ». Ibid., p. 291.

11 Il s’agit sans doute du livre nommé à tort Corbacho (en fausse référence au livre de Boccace), paru en 1438, de son véritable titre l’Archiprêtre de Talavera. Alfonso Martínez de Toledo, Arcipreste de Talavera o Corbacho, Michael GERLI (éd.), Madrid : Cátedra, 1998 (5ème éd.).

12 « E si mi cuerpo ha seído forçado, el coraçón ha seído ignoscente, por que soy libre de la culpa, mas no me absuelvo de la pena… », Diego de Valera, Defensa de las virtuosas mujeres, M. PENNA (éd.), Prosistas…, p. 67.

13 « Yo no sé esta dueña por qual destas cossas sea más de loar, o por el singular amor que a su marido ovo, o por escojer compañia que a las más de las mugeres suele ser aborrescible », Ibid., p. 68.

14 Les trois citations précédentes dans Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, ibid., p. 96. L’épisode de Regulus est un classique : il est évoqué par Cicéron, De officiis, livre III, chap. XXVI ; Tite-Live, épitomé du livre XVIII ; Valère Maxime (IV, 4, 6) ; Aulu-Gelle, les Nuits attiques, livre VII, chap. 3-4 ; Sextus Aurelius Victor ; saint Augustin, la Cité de Dieu, livre III, chapitre XV ; Paul Orose et bien d’autres encore (Ælius Tuberon, Tuditanus etc.). Il est aussi évoqué dans les Castigos de Sanche IV.

15 Diego de Valera, Espejo de verdadera nobleza, M. PENNA (éd.), Prosistas…, p. 99.

16 « Por cierto bien es digno de ser servido el principe que más prescia la salud de los suyos que la honrra de su silla ». Diego de Valera, Doctrinal de príncipes, ibid., p. 175.

17 Ibid., p. 176.

18 « Alixandre lo perdonó e le fiso mercedes e lo embió al rey Dario, disiendo no ser cosa convenible a él aver vengança de ombre tan baxó. Por cierto tal respuesta bien es digna de eterna memoria ». Ibid., p. 177-78.

19 Ibid., p. 182.

20 Ibid., p. 170 (chapitre C, « La tyrannie »).

21 B. LEROY, Le Triomphe de l’Espagne catholique à la fin du Moyen Âge ; écrits et témoignages, Limoges : PULIM, 2004.

22 « E no se yo por cierto que mayor crueldad le fiziere el Cesar que el se fizo. Porque repugnando la natura (…) fizo en su persona lo que todos aborescen hazer en la agena ». B. LEROY, Les Hommes Illustres de Castille de Hernando del Pulgar…, p. 41.

23 Ibid., p. 46-47.

24 « Veo que culpa todo su braço por el yerro que ovo su pensamiento, e por cierto si la pena que éste dió a su braço toviese lugar de loor, loaríamos al espada que faze buen golpe e no al que la menea ». Ibid., p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Leroy, « Exempla et sentences des Antiques dans la littérature politique du XVe siècle en Castille », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22476 ; DOI : 10.4000/e-spania.22476

Haut de page

Auteur

Béatrice Leroy

Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page