Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

Miroir des anciens et observations sur les animaux dans l’encyclopédisme castillan du Moyen Âge(XIIIe siècle)

Charles Garcia

Résumés

L’abondante utilisation du thème animalier est l’une des principales caractéristiques de la philosophie naturelle du XIIIe siècle. Dans la Péninsule ibérique, Juan Gil afficha la prétention d’écrire le plus complet et le plus abouti traité sur les animaux à partir des réflexions d’Aristote, un penseur qui était selon lui : « in naturalibus profundissimus ». C’est donc à partir du miroir des Anciens (où l’on retrouve bien sûr Pline, Isidore de Séville, et d’autres auteurs) et de l’intention à la fois morale, didactique et édifiante (autrement dit exemplaire, mais aussi naturaliste, tout simplement) que le Zamoran prête à ses animaux que nous entendons mettre en évidence l’emploi et le réemploi des modèles antiques dans son encyclopédie, l’Historia naturalis, un ouvrage qui se voulait être en quelque sorte un speculum naturale, puisque la nature était effectivement le miroir de la volonté de Dieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Juan Gil de ZAMORA (Johannes Aegidius Zamorensis), De preconiis Hispanie, Manuel de CASTRO Y CASTRO (...)

1L’abondante utilisation du thème animalier est l’une des principales caractéristiques de la philosophie naturelle du XIIIe siècle. Dans la Péninsule ibérique, Juan Gil afficha la prétention d’écrire le plus complet et le plus abouti traité sur les animaux à partir des réflexions d’Aristote, un penseur qui était selon lui : « in naturalibus profundissimus »1. C’est donc à partir du miroir des anciens – où l’on retrouve bien sûr Pline, Isidore de Séville, et d’autres auteurs – et de l’intention à la fois morale, didactique et édifiante – autrement dit exemplaire, mais aussi naturaliste, tout simplement – que le Zamoran prête à ses animaux que nous entendons mettre en évidence l’emploi et le réemploi des modèles antiques dans son encyclopédie, l’Historia naturalis, un ouvrage qui se voulait être en quelque sorte un speculum naturale, puisque la nature était effectivement le miroir de la volonté de Dieu.

  • 2 Id., Historia naturalis, 3 t., Avelino DOMÍNGUEZ GARCÍA et Luis GARCÍA BALLESTER (éd.), Salamanque  (...)

2On sait que le respect de la tradition littéraire de l’Antiquité est l’un des traits marquants de la culture médiévale. Sur ce thème, Juan Gil fait montre d’une vénération singulière pour les textes anciens, bien davantage en tout cas que la plupart de ses contemporains. En sa qualité d’auteur médiéval cultivé, le Zamoran avait appris le latin à la source des auteurs classiques, et l’on déduit assez facilement le nom de ses inspirateurs par le nombre et la fréquence des citations qui se trouvent dans ses écrits. Outre le rappel régulier des Saintes Écritures, bien naturel pour un clerc du Moyen Âge, ses principaux guides furent : saint Augustin, Virgile, Horace, et Aristote, quoique le frère mineur n’ait pas toujours eu accès à ces savants antiques de manière directe. Le poids des « autorités » classiques est tellement prégnant chez Juan Gil, que ses textes en portent une trace évidente. Bien plus que la plupart des érudits du XIIIe siècle, le franciscain rédigea souvent ses documents en cherchant à maintenir une sorte de dialogue avec les modèles établis, qu’il voulait imiter. Dans ce contexte, il serait incongru de vouloir chercher à tout prix une originalité dans sa production, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, tant il nous semble que l’originalité du frère mineur doit d’être appréciée d’une autre manière : à l’intérieur des limites de la tradition où il y avait suffisamment de place pour que s’épanouisse l’individualité de chaque créateur. En ce sens, et pour le thème qui nous intéresse, peu d’animaux et de fables de l’Historia naturalis2sont sortis de l’esprit du propre Juan Gil, ce qui n’enlève rien à sa façon singulière de tresser les récits, à la tension narrative de son texte, écrit par ailleurs dans un latin de grande qualité, à son souci du détail, somme toute à une série d’éléments qui font de lui un auteur majeur du genre encyclopédique dans la Castille du Moyen Âge.

La culture encyclopédique dans la Castille du XIIIe siècle

  • 3 Thomas de Cantimpré fut l’auteur du livre De naturis rerum, circa 1240 ; Barthélemy l’Anglais écriv (...)
  • 4 Baudoin VAN DEN ABEELE, « Le De animalibus d’Aristote dans le monde latin : modalités de sa récepti (...)
  • 5 Luc de TUY, Chronicon mundi, Emma FALQUE (éd.), Turnhout : Brepols, 2003, CCCM, 74, p. 7 : « Antiqu (...)
  • 6 Juan Gil de ZAMORA, De preconiis..., p. 175-176: « De Hispania siquidem fuit Aristoteles, philosoph (...)
  • 7 Francisco RICO, « Aristóteles hispanus : en torno a Gil de Zamora, Petrarca y Juan de Mena », Itali (...)
  • 8 Danielle JACQUART et Françoise MICHEAU, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris : Maisonneu (...)

3En dehors des références aux sages anciens, on ne saurait interpréter l’œuvre de Juan Gil en faisant abstraction de l’influence déterminante qu’eurent certains de ses contemporains sur ses écrits. Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais, Vincent de Beauvais et Albert le Grand constituent la plupart du temps le filtre par lequel Juan Gil eut accès au savoir de l’Antiquité3. Or cette pratique, très courante à l’époque, est à ne pas douter un obstacle pour celui qui cherche à connaître les sources directes du franciscain, tant elles apparaissent enchevêtrées. La redécouverte d’Aristote au XIIIe siècle avait placé le Philosophe au sommet des auctoritates classiques4. Comme il arrive trop souvent, les universitaires « parisiens » voulurent s’approprier l’interprétation exclusive des œuvres du grand sage, et leur manœuvre fut couronnée de succès, en grande partie. Face à cette prétention élitiste, voire « nationaliste », les hispaniques ne restèrent pas sans réagir. Luc de Tuy, dans son prologue du Chronicon mundi, revendiqua la « patria hispana » pour le Stagirite5, une voie dans laquelle le Tudense fut suivi, quelques années plus tard, par Juan Gil, tant ils étaient guidés, l’un et l’autre, par le souci de ne pas laisser le monopole d’Aristote aux auteurs de France6, dont Chrétien de Troyes, par exemple7. Les maigres renseignements qui nous connaissons de la vie de Juan Gil nous incitent à penser que ce n’est pas dans l’Occident péninsulaire que le frère mineur eut accès aux interprétations sur les écrits naturalistes des « anciens ». C’est donc vers ses séjours dans les universités « françaises » que nous devrons nous tourner8. Au XIIIe siècle, les efforts de traduction de ces textes vers le latin furent considérables. Dans ce contexte, le Franciscain se trouva au contact d’un trésor inestimable, lui qui n’était pas en mesure de déchiffrer les textes originaux, qu’ils aient été écrits en grec ou en arabe. S’il est vrai qu’on avait beaucoup traduit à Tolède, et dans une moindre proportion à Murcie, ce n’est pas dans la Péninsule ibérique que l’on avait spéculé sur les textes traduits. Et c’est bien cette carence qui explique, en partie, la dépendance théorique des encyclopédistes hispaniques à l’égard de leurs collègues européens.

  • 9 Manuel ALONSO ALONSO, « Bibliotecas medievales de los arzobispos de Toledo », Razón y Fe, 123 (41), (...)

4Contrairement à certains clercs qui avaient été très influents à la cour d’Alphonse X, tels Gonzalo García Gudiel, Juan Gil de Zamora refusa, par prudence ou par fidélité, de s’engager en faveur du roi ou de son fils rebelle – l’infant Sanche – dans le conflit qui opposait ces derniers pour la couronne de Castille. Si nous évoquons le nom de l’archevêque de Tolède, contemporain de Juan Gil, et membre comme lui du scriptorium « alphonsin », c’est parce que l’inventaire de sa bibliothèque nous est parvenu intégralement9. À partir de là, il nous semble légitime de penser que le Zamoran connaissait également les ouvrages qui se trouvaient au domicile du haut prélat. En cette fin de XIIIe siècle, le primat des Espagnes possédait la totalité du corpus aristotélicien connu, ainsi que les commentaires qui avaient été faits sur le grand philosophe par Avicenne, Averroès et Albert le Grand. Dans le catalogue du trésor de l’évêque, il est facile de suivre la continuité des traces entre les traductions tolédanes du XIIe et celles du début du XIIIe siècle. On y détecte, entre autres références, la présence du De animalibus d’Aristote, traduit par Michel Scot avant 1220, et l’ensemble de l’œuvre sur la philosophie naturelle d’Albert le Grand.

  • 10 Adelina RUCQUOI, « Las rutas del saber. España en el siglo XII », Cuadernos de historia de España, (...)
  • 11 Luis GARCÍA BALLESTER, « Naturaleza y ciencia en la Castilla del siglo XIII. Los orígenes de una tr (...)
  • 12 Auguste PELZER, « Un traducteur inconnu: Pierre Gallego, franciscain et premier évêque de Carthagèn (...)
  • 13 Peter LINEHAN, « Un quirógrafo impugnado. Zamora y la cultura jurídica zamorana a comienzos del sig (...)
  • 14 HN, p. 180 : « Incipit vero tractatus specialis de avibus et ceteris volaribus ab A littera incipie (...)

5L’atmosphère culturelle de la Castille des XIIe et XIIIe siècles relative à la « science » nous est aujourd’hui bien connue10. Dans le cadre de ce mouvement intellectuel de grande ampleur, les Franciscains jouèrent comme on sait un rôle considérable. Leur spiritualité les poussait vers l’étude des « choses » naturelles, or c’est là un penchant auquel ne résista pas Juan Gil lorsqu’il s’attela à la rédaction de son Historia naturalis11. En Espagne le Zamoran ne travailla cependant pas à partir du néant. Il avait eu un illustre prédécesseur en la personne de Pedro Gallego, membre comme lui de l’ordre franciscain, premier évêque de Carthagène de 1250 à 1267, confesseur d’Alphonse X et traducteur du De animalibus que l’on considérait alors comme l’œuvre majeure d’Aristote12. Toutefois, s’il est vrai que Zamora n’était pas Carthagène, il faut bien admettre que la ville du Duero respirait au XIIIe siècle une atmosphère intellectuelle assez dense. À cette époque, sa pépinière juridique était l’une des plus réputées d’Espagne, au point de faire ombrage à la toute proche alma mater castillane installée à Salamanque13. Comme Pedro Gallego, Juan Gil avait été séduit par les libri naturales aristotéliciens et par les commentaires qu’en avait faits Averroès, et rien ne s’oppose à ce le frère ait entamé la compilation de son traité sur les oiseaux (De avibus)14dans le scriptorium de son couvent de Zamora.

  • 15 Adeline RUCQUOI, « Contribution des studia generalia à la pensée hispanique médiévale», Pensamiento (...)

6En dehors de Zamora, de l’université de Salamanque et de la cour alphonsine, nous savons que Juan Gil vécut à Paris au milieu des années soixante-dix du XIIIe siècle, et que c’est sans doute sur les bords de la Seine qu’il se passionna pour ce que l’on appelait alors les quaestiones naturales autour des écrits d’Aristote, d’Avicenne et d’Averroès. Beaucoup de traductions15 circulaient alors dans les universités françaises, et ce malgré la célèbre interdiction qu’avait émise l’évêque Étienne Tempier contre les idées naturalistes d’Aristote entre 1270 et 1277. Juan Gil connaissait ces interdits puisqu’il prend soin, à plusieurs reprises, de placer Dieu dans son Histoire naturelle comme source de connaissance ultime :

  • 16 HN, p. 104: « Natura naturans, Deus altissimus et eternus, naturarum omnium, potentifficus creator, (...)

La Nature active, Dieu très haut et éternel, créateur puissant de toutes les choses, ordonnateur très savant et observateur très clément, créa les natures passives, entre autres raisons occultes et particulières qui sont les siennes, pour qu’en elles brille sa puissance invincible, sa sagesse infaillible et sa constante bonté16.

  • 17 James A. WEISHEIPL, Albertus Magnus and the Sciences. Commemorative essays, Toronto : Pontifical in (...)

7L’arrivée des nouveaux écrits à Paris avait provoqué une forte secousse intellectuelle dans la capitale française quelque temps avant que Juan Gil n’y fît ses études. Albert le Grand, séduit par la « nouvelle science », avait intégré l’œuvre aristotélicienne, relue par Averroès, dans son encyclopédie intitulée De animalibus qu’il avait écrite vers 1260-6217. Afin de rendre Aristote intelligible par les Latins, Albert le Grand mit l’accent sur trois points : l’autonomie des problèmes naturels dans leur propre champ ; l’impossibilité de découvrir les causes réelles des choses naturelles à travers le raisonnement ; enfin, le fondement de l’éthique et de la métaphysique sur la nature des choses du monde réel, c’est-à-dire sur la philosophie naturelle. Voilà en quelque sorte le programme que Juan Gil de Zamora chercha à mettre en œuvre dans sa propre encyclopédie, malgré la réputation sulfureuse que les commentaires d’Averroès avaient au sein de l’Église, mais qu’Albert le Grand avait adopté en toute sympathie.

Les influences de l’antiquité classique chez Juan Gil

  • 18 Juan Gil de ZAMORA, De preconiis..., p. 179: « Ubi fere [Tolède] omnes libri philosophici sunt tran (...)
  • 19 Pedro GALLEGO, Petri Galleci opera omnia quae exstant. Summa de astronomia, liber de animalibus, re (...)
  • 20 Bartholomaeus ANGLICUS, De propietatibus rerum : texte latin et réception vernaculaire, Baudoin VAN (...)

8En matière de modèles antiques d’inspiration, les influences « égidiennes » peuvent être regroupées autour de quatre sources d’acquisition des connaissances. En premier lieu, les traductions tolédanes, dont celle primordiale du De animalibus qui avait été effectuée par Michel Scot, mais aussi celles de Dominicus Gundisalvi et de Gérard de Crémone18. La deuxième source est constituée par les traductions faites par Pedro Gallego, que Juan Gil connaissait personnellement19. À cela, il faudrait ajouter les deux voies parisiennes d’accès aux savoirs : l’une universitaire à proprement parler, l’autre dépendante de la lecture des maîtres franciscains également préoccupés par la thématique naturaliste comme Barthélemy l’Anglais et son De propietatibus rerum20.

  • 21 HN, Luis GARCÍA BALLESTER, « Introducción », p. 17-97, p. 43.
  • 22 HN, p. 1158-1560: « supposito semper in omnibus dictis et scriptis orthodoxe fidei fundamento […] S (...)

9On ignore la date de rédaction de l’Historia naturalis, quoique certains auteurs pensent que Juan Gil ait commencé à l’écrire alors qu’il était étudiant à Paris, vers 1276-7721. Les traces que nous possédons de ce texte nous aident à comprendre qu’il ait pu rester inachevé, tant l’étendue de la narration est immense. Cependant, il se pourrait que les obstacles idéologiques aient été plus grands que les empêchements matériels. Dans le traité que le frère mineur consacre aux animaux, et qui se trouve intégré comme un article ordinaire dans son l’encyclopédie « naturelle », les compilateurs – continuateurs ? – de l’œuvre de Juan Gil ne manquent pas de préciser, dans les notes introductives, que leur maître avait voulu : « toujours s’en tenir à la doctrine orthodoxe » et qu’il avait refusé de considérer les dires des « détracteurs » pour pouvoir terminer le traité : « le plus complet et achevé qui soit sur la nature et les propriétés des animaux »22.

  • 23 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, Helmut BOESE (éd.), Berlin : W. de Gruyter, 1973 ; Vinc (...)
  • 24 Francisco José TALAVERA ESTESO, « La Historia naturalis de Juan Gil de Zamora y la tradición encicl (...)

10Lorsque Juan Gil se mit à écrire son ouvrage, plusieurs encyclopédies semblables à la sienne circulaient déjà à travers l’Europe. Hormis celles de Barthélemy l’Anglais et d’Albert le Grand, déjà citées, on trouvait aussi le De natura rerum de Thomas de Cantimpré ou le Speculum naturale de Vincent de Beauvais, toutes deux également du XIIIe siècle. À leur côte, les épitomés des ouvrages anciens ne faisaient pas défaut. Certains de ces abrégés rassemblaient, sous forme d’encyclopédie, l’Historia naturalis de Pline ou les Institutiones de Cassiodore23. Bien entendu, l’archétype de toute cette littérature était toujours les Etymologiae d’Isidore de Séville (circa 636)24, or on sait à quel point le Sévillan fut toujours un modèle pour Juan Gil qui considérait que l’Hispania idéale et rayonnante avait été celle des Wisigoths et de son illustre archevêque.

  • 25 François DOLBEAU considère Juan Gil comme l’un des premiers auteurs à avoir élaboré dans ses œuvres (...)

11Il serait pourtant erroné de croire que les auteurs médiévaux se limitaient à reprendre sans réfléchir les écrits de leurs glorieux prédécesseurs. Contrairement à Isidore de Séville, un auteur qui se prête souvent au jeu de l’origine des mots, allant parfois jusqu’à leur inventer un sens, les érudits du XIIIe siècle étaient davantage attachés à la matérialisation des choses et des êtres naturels, plutôt qu’à la quête de leur sens originel, puisque c’était à travers les realia, directement observables et perceptibles, que se manifestait la puissance de Dieu. En ce sens, on pourrait dire que l’encyclopédie égidienne constitue en elle-même une sorte d’immense sermon, doublée d’une source d’inspiration, dans laquelle les Franciscains pouvaient puiser pour illustrer leurs prêches. Autrement dit, dans les prédications, ce n’étaient pas seulement les animaux qui devaient être pris comme exemples – positifs ou négatifs –, mais bien l’encyclopédie dans sa totalité. Pour Juan Gil, son livre était une façon appropriée de transmettre et de rendre compréhensibles à un vaste public les spéculations universitaires de son temps, au sein desquelles les « questions naturelles » occupaient une large place. Mais s’il est vrai que Vincent de Beauvais ou Barthélemy l’Anglais avaient déjà écrit leurs ouvrages dans cette intention, Juan Gil se singularisa vis-à-vis d’eux par le choix de l’organisation des matières de son livre. Tandis que ses maîtres et inspirateurs les plus directs avaient opté pour un classement cosmogonique hiérarchisé selon les indications systémiques du livre de la Genèse, Juan Gil opta pour un classement respectueux de l’ordre alphabétique, dont seul celui correspondant à la lettre « A » est parvenu jusqu’à nous25 :

  • 26 HN, p. 112 : « quia hec visibilia propter sui magnitudinem et multitudinem non possunt de facili ap (...)

Comme les choses visibles ne sont pas faciles à connaître à cause de leur grand nombre, c’est pourquoi dans ce livre intitulé Histoire naturelle ou La nature des choses, j’ai rassemblé les propriétés des choses visibles […] selon un ordre alphabétique […] pour que tout un chacun, au milieu d’une telle grande variété de choses […] puisse y trouver plus facilement ce qu’il désire26.

12Puisque Dieu était invisible et inaccessible, c’est par les choses créées et ordonnées par Lui qu’Il devenait accessible. Voilà en quelque sorte les termes explicatifs que Juan Gil pose dans le prologue de son encyclopédie pour servir de boussole au lecteur. Pour le Franciscain, la création divine avait été un moyen de mettre en ordre le chaos, raison pour laquelle l’homme se devait d’observer cet ordre pour en appréhender la perfection qui le rapprocherait du Créateur. Dans ce programme de philosophie naturelle, les animaux sont, parmi d’autres éléments, des : « êtres naturels [grâce auxquels] rejaillit son pouvoir, sa sagesse […] et sa bonté ». N’est-ce pas d’ailleurs une façon de suivre le Philosophe qui avait déclaré dans son 11e livre Des animaux ?

  • 27 HN, p. 106 : « Debemus considerare formas et delectari in artifice qui fecit eas; quoniam artificiu (...)

Nous devons contempler les formes et nous réjouir de l’Ingénieur qui les accomplit ; car le génie de l’artiste se manifeste dans son œuvre. Car, comme il a été dit plus haut, la part invisible de Dieu devient intelligible à travers ce qui a été créé27.

  • 28 « Nanos gigantium humeris insidentes », selon la métaphore attribuée à Bernard de Chartres et popul (...)
  • 29 Job 12, 7-8 : « Interroge pourtant le bétail pour t’instruire, les oiseaux du ciel pour t’informer. (...)
  • 30 HN, p. 104 : « Unde Augustinus decimo libro Confessionum : Celum et terra et omnia que in eis sunt (...)
  • 31 HN, « Introducción », p. 55.
  • 32 Chez ces auteurs, les notices sur les animaux comportent certes de nombreux emprunts au De animalib (...)

13Mettre en ordre le chaos apparent de la réalité, voilà le défi que les encyclopédistes du XIIIe siècle se proposèrent de relever, mais avec l’aide de la philosophie naturelle héritée de l’Antiquité La masse d’information étant alors trop dispersée, ces compilateurs, dont Juan Gil fait assurément partie, entreprirent de rendre accessibles les connaissances éclatées au plus grand nombre : des prédicateurs jusqu’au peuple. Si Juan Gil se revendique parfois, certes de façon convenue, comme un « nain sur les épaules des géants »28, il n’en était pas moins convaincu que son rôle d’intermédiaire avait une utilité avérée dans l’économie du salut. Dans le prologue de son encyclopédie, le Zamoran établit la hiérarchie des autorités qu’il entendait suivre. Après la Bible, placée au plus haut, on trouve les écrits des Pères de l’Église, et enfin Aristote. Sur la nature, les animaux et les enseignements que l’homme doit tirer de leur contemplation, c’est le Livre de Job qui indique la marche à suivre29, suivi de saint Augustin30 et, finalement, d’Aristote par le biais d’une sentence tirée de son De animalibus : « Nous devons contempler les formes et nous réjouir du Concepteur qui les accomplit »31. Il s’agit en somme de la réitération de la formule-programme que Thomas de Cantimpré et Albert le Grandavaient utilisée comme argument d’autorité quelques années auparavant32.

  • 33 HN, « De apro », p. 1712-1720. Baudoin VAN DEN ABEELE, « L’allégorie animale dans les encyclopédies (...)
  • 34 HN, « Introducción », p. 60.

14Quoique connaissant et utilisant abondamment les encyclopédistes du XIIIe siècle, Juan Gil les cite très rarement de manière explicite, chose qui arrive par exemple lorsqu’il évoque le sanglier, qui n’est autre qu’une reprise de la description qu’en fait Thomas de Cantimpré telle que l’avait déjà utilisée Vincent de Beauvais33. De cet auteur, le Zamoran copia, presque à l’identique, l’ensemble de son traité sur les abeilles, et, dans une moindre mesure, des extraits du De animalibus d’Albert le Grand. On pourrait poursuivre la comparaison avec Barthélemy l’Anglais, Franciscain comme Juan Gil et qui, comme l’auteur hispanique, avait fait ses études à Paris à la même époque. Pour ce qui est dela thématique animale, les sources des deux frères mineurs furent essentiellement Aristote et l’abbreviatio d’Avicenne, même si dans ce dossier Juan Gil copia abondamment Barthélemy l’Anglais. Concernant le De animalibus d’Avicenne, le Zamoran ne semble avoir connu la production du Perse qu’à travers la rédaction de Barthélemy l’Anglais et par l’intermédiaire des gloses qu’Albert le Grand avait faites au texte d’Aristote34. S’agissant des divers traités sur les animaux, l’interdépendance entre les textes des auteurs du XIIIe siècle est évidente, et celui de Juan Gil est plus tributaire que tout autre de ses prédécesseurs immédiats. Pour écrire l’opuscule qu’il intégra ensuite à son Historia naturalis, Juan Gil copia ouvertement, et au mot près, Vincent de Beauvais et Barthélemy l’Anglais.

La ménagerie de Juan Gil

  • 35 Jean-Claude SCHMITT, « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des techniques intellect (...)
  • 36 La source directe « égidienne » est ici le Speculum naturale de Vincent de Beauvais.

15La recherche actuelle connaît bien l’effort de prédication qu’accomplirent les ordres mendiants après les décrets pris lors du IVe concile de Latran de 1215. Peu après cette date, on vit fleurir toute une littérature foisonnant d’exempla, dont un grand nombre furent extraits du monde naturel pour prendre place au milieu des sermons35. Entre cours de rhétorique, connaissance de la philosophie naturelle et didactisme, les Franciscains étaient bien armés pour guider les fidèles sur le chemin du salut. Juan Gil fut l’un de ces Franciscains et son encyclopédie un instrument qui se voulait performant pour éduquer les fidèles. Les allégories de l’Historia naturalis s’expliquent par l’intention de rendre sa lecture plus amène et pour transmettre efficacement le message chrétien. Beaucoup de ces allégories réutilisent les fables sur les animaux telles qu’elles avaient été imaginées par les anciens. Observons, pour illustrer cet emprunt, véritable miroir de l’Antiquité, ce que nous dit Juan Gil sur les abeilles36 :

  • 37 HN, p. 1788 : « Iterum est notandum quod apes in volando alas extendunt, extensas contrahunt. In ex (...)

Les abeilles, lorsqu’elles volent, étendent d’abord les ailes, puis elles les rétractent. En les étendant et en les rétractant, elles font du bruit. De la même manière, sainte Cécile faisait du bruit lorsqu’elle gémissait pendant sa prière, elle étendait les ailes lorsqu’elle contemplait le Seigneur, puis les contractait lorsqu’elle prêchait à ceux qui étaient autour d’elle. Et c’est là l’ordre correct que doivent employer les prêcheurs, c’est-à-dire : mériter le pardon des péchés à travers la prière, mériter dans la contemplation la révélation des secrets et accumuler des mérites par la prédication. C’est à ces trois choses qu’à trait la biographie de sainte Cécile lorsqu’elle dit : Ni de jour ni de nuit elle ne cessait de prier, elle n’arrêtait pas de dialoguer avec Dieu et poussait Tiburce et Valérien à la récompense du martyre. C’est pourquoi le Sage récompense les prêcheurs, pour qu’ils imitent Cécile comme lorsqu’il est dit dans la source précitée : Ne juge personne avant de l’interroger, et une fois que tu l’auras interrogée, juge-la avec justice. Ne juge personne au moyen de la prédication avant de l’interroger par la prière, et fais plutôt comme sainte Cécile, interroge-la d’abord, à savoir, sollicite le conseil divin dans la prière, et ensuite juge-la au moyen de la prédication, et fais-le justement, c’est-à-dire avec la discrétion et la circonspection qu’il convient, des vertus que l’on acquiert par la contemplation. Il convient également de préciser que les abeilles s’entraident les unes les autres dans leur travail, elles stimulent celles qui sont paresseuses dans la fabrication du miel et sont capables d’offrir leur vie pour la défense de leurs demeures. C’est de cette façon que sainte Cécile aida les pauvres avec ses aumônes, elle éveilla la foi parmi les non croyants en faisant des miracles et donna sa vie en endurant le martyre en défense de la demeure du Père37.

  • 38 HN, p. 148 : « Per primum, apparet Christus tocius bone principium. Per secundum, indeficiens mediu (...)
  • 39 HN, p. 150.

16Dans le but d’écarter le danger que pouvait représenter la philosophie naturelle pour tout bon chrétien, Juan Gil transcende dans son texte la réalité naturelle pour se placer sur un plan surnaturel dans lequel la primauté est donnée à la foi chrétienne sur la raison. Il arrive à l’homme de croire que la nature fonctionne de manière indépendante, alors que c’est un leurre puisque Dieu est l’unique principe du bien et son dispensateur38. Ainsi, tout ce qui existe ici-bas procède de Dieu, et c’est de Lui qu’émane la lumière salvatrice39. Dans ces conditions, l’observation de la nature et des animaux par l’homme est un acte qui trouve vite ses limites.

  • 40 HN, p. 1558 : « Animalium omnium que in noticiam hominum comuniter devenerunt, bestiarum, videlicet (...)

Lorsque je commençai à rechercher et à connaître les caractéristiques et les manières d’agir de tous les animaux connus par l’homme, aussi bien les sauvages et les domestiques que les reptiles, les vers et les serpents, [ce fut] à fin de disposer d’un moyen plus approprié pour connaître et aimer davantage le Créateur40.

17Le Zamoran savait que les secrets les plus enfouis des choses ne pouvaient être atteints par la raison, et c’est là à ne pas douter le point de divergence sur lequel Juan Gil s’éloigne le plus d’Aristote et de ses glossateurs médiévaux.

  • 41 José MARTÍNEZ GÁZQUEZ, « Moralización de los animales de Juan Gil de Zamora (s. XIII) », Micrologus (...)
  • 42 L’animal exemplaire au Moyen Âge..., cf., B. VAN DEN ABEELE, « L’allégorie animale dans les encyclo (...)
  • 43 José Luis MARTÍN, « Comparaciones, símbolos y prefiguraciones : el mundo físico y su proyección mor (...)
  • 44 HN, p. 106-107 : « Sicut autem potenciam Dei manifestat creaturarum immensitas, ita et ipsius sapie (...)
  • 45 Christopher LUCKEN, « Les hiéroglyphes de Dieu. La demonstrance des Bestiaires au regard de la sene (...)

18José Martínez Gázquez s’est penché voici quelques années sur la moralisation exemplaire des animaux telle que Juan Gil l’aborde dans son Historia naturalis41. Le recours aux animaux et leur fonction dans la littérature médiévale sont aujourd’hui bien connus42. Usant de l’allégorie et de l’exemplum à dominante morale43, Juan Gil mobilise, lui aussi, les animaux pour offrir au lecteur un message moral chrétien, à la fois éthique et politique44. La perte de la très grande majorité de son manuscrit nous prive, à ne pas douter, d’une typologie plus complète que celle dont nous disposons, laquelle se limite, rappelons-le, aux seuls animaux dont le nom commence par la lettre « A ». On aurait tort de penser que dans l’Histoire naturelle tous les animaux sont porteurs d’une valence morale, certains n’étant abordés que sous le seul angle naturaliste. Comment expliquer une telle absence de caractérisation, pour le moins surprenante ? Au XIIIe siècle, les théories de saint Augustin sur les signes naturels et intentionnels étaient largement connues et diffusées45. Les clercs qui les maniaient dans leurs textes avaient comme habitude d’attribuer à chaque animal un sens second, voire plusieurs. Cependant, sans omettre les aspects moralisateurs, très présents dans les encyclopédies, ces ouvrages poursuivaient aussi une finalité naturaliste qui était du côté de l’expérience contre celle de l’exemplum, comme le rappelle Bernard Ribémont.

  • 46 Jacques VOISENET, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Les bestiaires des clercs du Ve au XIIe s (...)
  • 47 Cet oiseau apparaît également dans les encyclopédies de Vincent de Beauvais, de Barthélemy l’Anglai (...)

19Puisque la création est une œuvre de Dieu, tout en elle possède un sens, même si celui-ci ne semble pas évident à l’homme de premier abord. Tous les animaux, en tant que créatures divines, remplissent une fonction ici-bas et ne sauraient avoir une seule et unique valence, fût-elle négative ou positive46. Pour observer cette approche, penchons-nous sur le discours que Juan Gil consacre à l’autour, qu’il confond avec l’épervier47. Cet oiseau apparaît d’abord dans l’Historia naturalis sousun jour négatif : c’est un animal fallacieux et traître.

  • 48 HN, p. 182 : « Accipitri autem comparantur et assimilantur qui mansueti videntur exterius, sed cum (...)

L’autour est comparable à ceux qui ont l’air pacifiques et inoffensifs extérieurement mais qui cependant se consacrent à spolier en secret, comme les voleurs et comme les puissants48.

  • 49 HN, p. 226.
  • 50 HN, p. 182 ; Isidore de Séville, Etymologiarum, 2 t., José OROZ RETA et alii (éd.), Madrid : Biblio (...)

20Curieusement, à la fin du paragraphe, le volatile est comparé à saint François et se trouve doté de grandes qualités49. Sous l’angle spirituel, le pauvre d’Assise est semblable à l’autour quand il regarde le Christ souffrant et qu’il se pare de ses stigmates, en tout point semblable à l’autour lorsqu’il regarde le soleil et se dépouille de ses vieilles plumes. L’influence des anciens est perceptible dans cette description, quoique sans doute de seconde main. Reprenant en grande partie Isidore, par l’entremise de Vincent de Beauvais, de Barthélemy l’Anglais et d’Albert le Grand, le Franciscain rappelle au lecteur que l’autour est un oiseau royal doté d’un courage plus fort que ses serres50. L’avidité de l’épervier est telle, dit saint Ambroise – selon Juan Gil – dans son Héxaméron, que le mâle copule toujours avec la même femelle pour ne pas perdre de temps à chasser, c’est dire son degré d’avarice et de rapacité. Pour finir, Juan Gil, reprenant à son compte les dires de Pline, rapporte que l’autour, lors de ses migrations, s’abat sur la caille qui se pose par terre la première et que la buse défend les colombes contre l’épervier grâce à sa plus grande envergure.

  • 51 Pour ce chapitre, il semble évident que la source principale du Zamoran a été Barthélemy l’Anglais.
  • 52 HN, p. 274 : « Agno potest Dei Filius comparari propter racionem triplicem quoad presens. Primo pro (...)

21Dans l’ordre alphabétique qui préside l’encyclopédie naturelle, l’agneau est le deuxième animal qui s’y trouve caractérisé51. D’emblée, le Franciscain établit le rapprochement attendu ce mammifère avec le Christ, puisqu’il est l’Agneau mystique52.

Le Fils de Dieu peut être comparé à l’agneau pour trois raisons au moins. La première, à cause de l’humilité de son incarnation, motif pour lequel il est appelé (au chapitre douze de l’Exode) agneau qui se rendit pour rendre supportable notre pérégrination

  • 53 On trouve également cet interdit dans la Bible, Pr. 27, 26.
  • 54 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 58 : « Agnum quamquam et Graeci vocent άπό του άγνού, quasi p (...)
  • 55 H. Salvador MARTÍNEZ, Alfonso X, el Sabio. Una biografía, Madrid : Polifemo, 2003, p. 25; Crónicasa (...)

22Aristote, Galène, Avicenne, mais surtout Isidore et Pline sont convoqués par Juan Gil pour caractériser l’agneau. Pour Avicenne, l’agnelle n’a pas de cornes car elle est si timide qu’elle ne saurait pas quoi en faire. Mais alors que Galène recommande de ne pas consommer les agneaux de lait53, et que Pline invite à les déguster à la fin de leur première année, Aristote préconise de ne pas les laisser trop longtemps sur des pâturages gras. Victime consentante par excellence, l’agneau rappelle l’offrande de la croix, le renoncement à la vie et à ses turpitudes. Pour Isidore, repris dans l’Histoire naturelle, l’agneau est l’animal le plus paisible de la terre, ses dents, ses cornes et ses sabots ne font de mal à personne. Pour les Grecs, c’était un animal pieux, d’où son nom54. Dans le chapitre sur l’agneau, Juan Gil établit une comparaison entre le jeune ovin et saint Clément, dans une sorte de long excursus qui semble singulièrement artificiel dans le corps du récit. Quelle est la raison d’une telle insertion ? Saint Clément était considéré comme le troisième successeur de saint Pierre, mais rien ne prouve dans la tradition chrétienne qu’il ait été martyr. L’évocation de ce saint dans l’Historia naturalis serait à mettre en relation avec l’hommage que Juan Gil aurait voulu rendre à son protecteur, Alphonse X, né un 23 novembre (1221), le jour de la festivité de Clément, un saint auquel le roi Sage vouait une profonde dévotion55.

  • 56 HN, p. 306 : « Exprimit hic aliquem qui solos vexat egenos ».
  • 57 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 112.
  • 58 La source est ici double : Barthélemy l’Anglais et Albert le Grand.
  • 59 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 106 ; HN, p. 928.

23Le hibou, qui suit l’agneau, est caractérise moralement de façon très brève, cet indice traduisant la source dont Juan Gil s’est servi pour écrire ce paragraphe : Barthélemy l’Anglais. Identifié par certains au faucon, le hibou : « est à l’image de celui qui exploite les faibles »56. Copiant une fois encore Isidore, Juan Gil rappelle, avec l’Ovide des Métamorphoses, que le hibou se transforme en oiseau de mauvais augure, « présage funeste pour les mortels »57. Sur l’aigle58, le frère mineur s’inspire de Pline pour nous dire que c’est un animal généreux, et d’Isidore pour affirmer que son nom est dû à son regard perçant59 :

[Isidoro] « Aquila ab acumine oculorem vocata. Tanti enim contuitus esse dicitur, ut cum super maria immobili pinna feratur nec humanis pateat obtutibus, de tanta sublimitate pisciculos natare videat, ac tormenti instar descendens raptam praedam pinnis ad litus pertrabat ».

[Juan Gil] « Est autem aquila ab acumine oculorum dicta […] ; tanti enim et tam limpidi dicitur esse visus, ut, cum in aere super maria immobili penna deferatur nec pre nimia elevacione a terra vix humanis pateat obtutibus, de tanta sublimitate pisciculos in mari natare videat, ad instar lapidis descendens, piscem rapit et captam predam subito ad litus trahit ».

  • 60 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre X, Eugène DE SAINT DENIS (éd.), Paris : Les Belles Lettre (...)
  • 61 HN, p. 934 : « O vere ergo miranda aquila que matrimonium contraxit sine corrupcione, futura previd (...)

24De la lecture d’Aristote, Juan Gil retient qu’une variété d’aigle dite « almache » suspend ses poussins à ses griffes et les oblige à regarder le soleil en face. Si l’un d’eux pleure pendant l’épreuve, il est aussitôt tué par ses parents60. Grâce au savoir « ancien » de Grégoire le Grand, Juan Gil affirme que les aigles construisent leur nid sur les pics les plus élevés, à l’abri des attaques de leurs adversaires. De Pline, par le truchement d’Augustin, le Franciscain raconte que lorsque l’aigle devient trop vieux, son bec se courbe allant jusqu’à l’empêcher de pouvoir se nourrir, raison pour laquelle il le taille régulièrement en le frottant contre les rochers. En bon chrétien, l’auteur de l’encyclopédie ne pouvait se satisfaire des seules considérations naturalistes, voilà pourquoi, dans le récit, le roi des airs est comparé à Jean l’Évangéliste. De même que l’aigle vole très haut, Jean parvint à s’élever jusqu’aux sommets lorsqu’il apprit les secrets cachés du futur. Il conserva sa force pendant son exil et son martyre, il conserva enfin la jeunesse lorsqu’il monta dans les cieux corps et âme61.

  • 62 L’inspiration pour cet aparté procède du Speculum naturale de Vincent de Beauvais.
  • 63 HN, p. 1017-1019 ; Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 109.

25Pour écrire la notice sur le héron cendré62, Juan Gil se revendique de saint Isidore63. D’après le Sévillan, le nom de cet animal, « ardea », provenait de la grande altitude de son vol, puisque l’on sait que le héron est capable de voler au-dessus des nuages. L’exercice convenu de similitudo pousse le Franciscain à comparer cet animal à l’âme contemplative, dont cet oiseau serait en quelque sorte la métaphore, car pour tout bon chrétien la contemplation n’est autre chose que l’élévation la plus haute de l’âme suspendue à Dieu.

  • 64 Ces animaux sont les suivants : alauda (alouette), anate (canard), anguilla (anguille), angue (serp (...)
  • 65 HN, p. 296 : « Accipitrem adeo timet [l’alouette], ut, cum ab illo impetitur, in terram depressa, i (...)
  • 66 HN, p. 394 ; p. 728-730.

26Puisque l’intention générale de l’encyclopédie égidienne est édifiante, ce qui lui confère de fait son unité, son auteur ne se sent pas obligé d’avoir à caractériser moralement tous les animaux qui s’y trouvent évoqués, de sorte que certains n’apparaissent que sous l’angle zoologique64. Sur l’alouette, un oiseau qui craint plus que tout l’obscurité du crépuscule, le Zamoran suit, comme bien souvent, les textes de ses prédécesseurs immédiats : Thomas de Cantimpré, Barthélemy l’Anglais, Vincent de Beauvais et Albert le Grand. Lorsque l’alouette est attaquée par l’autour, elle met sa vie entre les mains des hommes car elle sait qu’elle a davantage à attendre de la miséricorde humaine que du méchant épervier65. Frère Gil est peu prolixe sur le canard et l’oie, se bornant à dire que leur chair n’est pas d’une grande qualité, hormis le cou et les ailes, mais qu’elle est en revanche un excellent aphrodisiaque66.

  • 67 HN, p. 472-488.
  • 68 HN, p. 480 : « Legitur enim in Gennesi: Serpens erat callidior cunctis animatibus terre ».

27L’anguille, et surtout le serpent, suscitent de plus amples explications, quoiqu’elles ne brillent pas par leur originalité. Sur ces deux animaux qui sont très proches pour les hommes du Moyen Âge, le frère mineur se revendique de saint Isidore, et dans une moindre mesure de Pline et d’Aristote67. Le point commun des serpents est qu’ils rampent tous, une caractéristique en dehors de laquelle il en existe de plusieurs sortes. Les plus grands peuvent avaler un taureau, d’autres un enfant. Ils peuvent blesser avec leurs crocs, leur haleine, d’un coup de queue, avec leurs anneaux, par morsure ou par leur simple regard. Certains serpents ont deux têtes, une à chaque extrémité, voire de nombreuses, telle l’hydre qui fut tuée par Hercule. Les serpents habitent en toutes sortes de lieux et leur nourriture est très variée. Bien que Juan Gil n’établisse aucune comparaison avec Satan, et seulement une fois avec le serpent du jardin de l’Éden68, il souligne que ces reptiles sont des animaux rusés et malicieux, surtout pour leurs techniques de chasse. Le venin des serpents est froid, voilà pourquoi l’âme, parce qu’elle participe de la nature du feu, en est l’élément existant le plus éloigné. La rédaction sur l’aspic, serpent réputé pour sa morsure venimeuse, s’inspire en apparence d’Isidore et de Pline alors qu’en réalité Juan Gil suit fidèlement, une fois encore, ses contemporains encyclopédistes, en l’occurrence Barthélemy l’Anglais, comme on peut le constater à la lecture de l’extrait que nous reproduisons ci-après :

  • 69 Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au XIVe siècle, B. RIBÉMONT (éd.), Paris : Sto (...)

À propos du serpent nommé aspic, Isidore dit au douzième livre que, lorsque le serpent sent qu’un enchanteur veut le saisir, il se bouche l’une de ses oreilles avec de la terre et l’autre avec sa queue, afin de ne pas entendre les incantations. Au vingt-troisième chapitre de son huitième livre, Pline dit de ces serpents que le membre qui est mordu enfle et ne peut être guéri sans amputation. Ce serpent aime tant sa compagne qu’il ne peut vivre sans elle ; si quelqu’un lui fait du mal, le serpent suit partout cette personne jusqu’à ce qu’il ait vengé sa compagne69.

  • 70 Michel PASTOUREAU, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris : Le Seuil, 2004, p. 65-7 (...)
  • 71 HN, p. 742 : « Culmos duros habet in ore aduncos, fortes et acutos, cum quibus omnino sibi resisten (...)
  • 72 Barthélemy l’Anglais est, ici encore, la source directe d’Egidius.
  • 73 J. VOISENET, Bêtes et hommes..., p. 102-107.

28Au Moyen Âge, le sanglier était parmi les animaux les plus commentés par les clercs, à cause de sa symbolique extrêmement riche70. Pourtant, Juan Gil, suivant une nouvelle fois Barthélemy, son frère dans les ordres, ne s’étend guère sur les caractéristiques du cochon sauvage71. Le sanglier, pour Isidore, est un animal cruel et féroce, même lorsqu’il est châtré, selon les dires de Pline. Cette bête ne s’avoue jamais vaincue tant elle est capable de foncer tête baissée sur l’épieu du chasseur au péril de sa vie. Pour les encyclopédistes médiévaux, l’araignée, au même titre que le scorpion, faisait partie des vers. Ces animaux connaissaient une naissance spontanée à partir de la chair en putréfaction, ou d’autres éléments comme l’eau stagnante. L’araignée, comme son nom l’indique (toujours selon Isidore) vit dans et de l’air où elle ne cesse jamais de travailler et se tient suspendue à son fil72. Les moralistes du haut Moyen Âge avaient une vision négative des vers qui, par leur action à la dissolution et à la décomposition des matières organiques, symbolisaient l’idée de chute et de disgrâce. Dans cet univers, seule l’araignée échappait à cet état de disgrâce par sa capacité à se dégager des choses terrestres pour s’approcher des choses célestes73, mais ce sont là des considérations qui ne semblent pas avoir préoccupé le Zamoran. Celui-ci se borne souvent à reprendre, de seconde main, les marqueurs textuels que d’autres avaient utilisés avant lui sans apporter de nouveauté particulière. Au nombre des curiosités relatives à l’araignée, relevons que cette bête aide l’homme à lire l’avenir car, selon le temps qu’il fera, elle tisse sa toile plus ou moins près du sol. Selon Pline, le meilleur remède contre les morsures des araignées consiste à boire la cervelle d’une poule mélangée à une pincée de poivre et du vin doux, et l’on peut obtenir la même solution en remplaçant la cervelle par de la présure d’agneau.

  • 74 HN, p. 1217-1227.
  • 75 Sa source directe est, une fois encore, Barthélemy l’Anglais : « chapitre du mouton qui n’est pas c (...)

29L’opinion du naturaliste zamoran sur les ascarides est plutôt indécise74. Il n’arrive pas à trancher la question de la génération spontanée, ou non, de ces vers dans les intestins. Il est tout de même persuadé, suivant sur cette voie Aristote et Averroès, que la vie végétale pouvait se transformer en vie animale par l’action de la chaleur du soleil et de l’humidité. C’est ainsi que les abeilles naissaient de la putréfaction de la chair de la vache et les grenouilles de l’eau corrompue. Chez Juan Gil, le bélier possède une valence positive75. Pour Isidore, ce fut le premier animal à avoir été immolé sur l’autel (aris), expiation qui lui a donné son nom : aries. C’est l’animal pur par excellence pour les sacrifices depuis qu’il se substitua à Isaac dans le sacrifice d’Abraham, et surtout par rapport au cochon car, au contraire de celui-ci, le bélier dispose d’un sabot fendu et rumine. L’absence de commentaires moraux sur le bélier pourrait s’expliquer par la déchéance médiévale du mâle face à la promotion du doux agneau.

  • 76 HN, p. 1227-1235. Les sources sont ici Barthélemy l’Anglais et Vincent de Beauvais.

30L’âne clôt enfin la ménagerie qui met un terme à la lettre « A » de l’Historia naturalis76. L’âne est ainsi appelé, asinus, car ce mot procède du verbe sedere, s’asseoir, car telle est la destination de cet animal pour l’homme, à moins qu’il ne doive son nom à la composition du « a », préfixe privatif, accolé au mot senos, c’est-à-dire sot ou dénué de bon sens. Outre son manque de lucidité, l’âne est une bête lente, paresseuse et oublieuse. Malgré ces inconvénients, l’âne possède un atout qui est de supporter les charges sans broncher et de se nourrir de peu de choses, même avec celles qui sont de piètre qualité comme les ronces, les chardons et les épines. Selon Avicenne et Aristote, les corbeaux haïssent les ânes, motif pour lequel les premiers survolent souvent les deuxièmes en essayant de leur crever les yeux. Parmi les bons côtés de l’âne, signalons que sa chair guérit de la lèpre et que l’urine de l’âne dissout les calculs rénaux. Grâce aux commentaires de Pline, le Zamoran nous apprend également que le lait et le sang de l’ânesse guérissent les piqûres des scorpions. Finalement, et parce que c’est aussi une bête du bon Dieu, le Franciscain s’apitoie sur l’âne en guise de conclusion à l’article qu’il consacre au baudet :

  • 77 HN, p. 1235 : « Alias siquidem habet asinus condiciones miseras, omnibus fere notas. Nam supra vire (...)

L’âne possède d’autres propriétés et caractéristiques dignes de pitié qui sont largement connues de tous. On le fait travailler au-dessus de ses forces, on le frappe avec une verge, on le pique avec un aiguillon, on lui bloque la bouche avec un frein et, fréquemment, c’est avec ce même frein qu’on l’empêche de brouter dans les prés par lesquels il passe. Après force travaux, il finit par mourir et, même après sa mort, on lui enlève la peau sans égard pour les services qu’il a rendus, on le lui arrache même, et son corps est abandonné à même le sol sans sépulture, sauf lorsque les chiens et les loups le dévorent et qu’il reçoit une sépulture dans leurs ventres77.

31Au Moyen Âge, et alors que l’âne était méprisé par les puissants, Juan Gil met en évidence l’humilité du bourricot. On pourrait voir là un rappel de la monture qu’avait utilisée le Christ pour faire son entrée à Jérusalem. Pourtant, le franciscain ne dit rien de cet épisode glorieux, se contentant de reprendre les descriptions naturalistes sans adjoindre à son récit le moindre commentaire pastoral.

Conclusion

32Depuis l’Antiquité, en passant par le modèle isidorien, les volontés n’ont pas manqué au Moyen Âge pour réunir la totalité des savoirs en une œuvre synthétique et structurée, et c’est précisément la perspective dans laquelle s’inscrit Juan Gil de Zamora. Son encyclopédie, qui est construite « au miroir des anciens », se voulait aussi le « miroir de la Création ». Mais, si la finalité de l’encyclopédie était de transmettre correctement les savoirs antiques, encore fallait-il les adapter à la pensée chrétienne. Chez Juan Gil, comme chez la plupart des encyclopédistes de son époque, la notion de compilation acquiert une valeur particulière. Il ne s’agissait pas alors de créer une réflexion naturaliste entièrement nouvelle, mais de favoriser la continuité de l’acquisition des connaissances qui devaient se poursuivre. Comme ses compagnons d’écriture, le Zamoran fonde son discours sur celui de ses prédécesseurs « anciens », qu’il cite en abondance, alors que les sources immédiates qui structurent son discours sont rarement évoquées car elles ne fondaient sans doute pas pour lui « l’autorité ». Au Moyen Âge, l’usage des emprunts érigé en système renvoyait à une culture commune que le bon lecteur devait connaître et à qui il appartenait de reconnaître les références. La différence entre Juan Gil et la plupart des encyclopédistes du XIIIe siècle tient à l’organisation particulière de son œuvre. Alors que beaucoup des ouvrages du même genre invitent à une lecture linéaire, celle de Juan Gil pouvait satisfaire le besoin d’une consultation ponctuelle grâce à son classement alphabétique. En ce sens, la lecture de l’Historia naturalis est plus proche des encyclopédies numériques en ligne que des œuvres médiévales, puisque l’on peut trouver une information spécifique, par articles, sans que la structure générale qui préside à la rédaction de l’œuvre ne soit apparente pour celui qui s’en sert. L’avantage d’un tel système est qu’il est possible d’exploiter les articles indépendants, alors que le reste de l’œuvre a été perdu. Il serait pourtant erroné de croire que Juan Gil n’avait pas une idée globale de la nature, ni une manière totalisante de concevoir le monde, tant les aspects idéologiques sont explicites dans le prologue, et souvent sous-jacents dans le corps du texte.

33Comme le rappelle Bernard Ribémont, l’élément qui caractérise les encyclopédistes médiévaux est celui de leur motivation moralisatrice, et le Zamoran ne déroge pas à cette règle. Comme celui des autres auteurs, son ouvrage s’inscrit entièrement dans une perspective moralisante où la science devait guider les agissements du bon chrétien. Dans l’Historia naturalis, l’autorité du frère mineur se manifeste principalement à travers les choix des extraits des textes sources que son auteur rapporte brièvement, et qu’il ordonne selon une intention qui lui est propre. En ce sens, son livre qui se veut « miroir de la nature » est aussi un « miroir des anciens » comme le montrent les constants rappels qu’il fait aux philosophes et autres « anciens sages » grâce auxquels le savoir accumulé se trouve condensé dans son encyclopédie.

Haut de page

Notes

1 Juan Gil de ZAMORA (Johannes Aegidius Zamorensis), De preconiis Hispanie, Manuel de CASTRO Y CASTRO (éd.), Madrid : Université de Madrid, 1955, p. 176.

2 Id., Historia naturalis, 3 t., Avelino DOMÍNGUEZ GARCÍA et Luis GARCÍA BALLESTER (éd.), Salamanque : Junta de Castilla y León, 1994 (dorénavant = HN). C’est un ouvrage dont on consultera avec profit l’introduction que fait Luis García Ballester pour le thème qui nous traitons ici.

3 Thomas de Cantimpré fut l’auteur du livre De naturis rerum, circa 1240 ; Barthélemy l’Anglais écrivit le De proprietatibus rerum vers 1245 ; Vincent de Beauvais termina son Speculum naturale en 1250 et Albert le Grand son De animalibus libri XXVI en 1268.

4 Baudoin VAN DEN ABEELE, « Le De animalibus d’Aristote dans le monde latin : modalités de sa réception médiévale », Frühmittelalterliche Studien, 33, 1999, p. 287-318.

5 Luc de TUY, Chronicon mundi, Emma FALQUE (éd.), Turnhout : Brepols, 2003, CCCM, 74, p. 7 : « Antiquitate preterea philosophorum fulget Yspania, eo quod genuit Aristotelem summum philosophum et Iohanem inuestigatorem astrorum, et Senecam facundissimum atque Lucanum ystoriographum et poetam clarissimum » ; p. 65 : « Magnus philosophus Aristotiles Yspanus nacione ».

6 Juan Gil de ZAMORA, De preconiis..., p. 175-176: « De Hispania siquidem fuit Aristoteles, philosophorum perfectio et consummatio, secundum Plinium et secundum Lucam Tudensem episcopum, in coronicis suis, in capitulo de Artaxerse, dicto Asuero ».

7 Francisco RICO, « Aristóteles hispanus : en torno a Gil de Zamora, Petrarca y Juan de Mena », Italia medioevale e umanistica, X, 1967, p. 143-164, p. 144.

8 Danielle JACQUART et Françoise MICHEAU, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris : Maisonneuve et Larose, 1990.

9 Manuel ALONSO ALONSO, « Bibliotecas medievales de los arzobispos de Toledo », Razón y Fe, 123 (41), 1941, p. 295-309 ; José M. MILLÁS VALLICROSA, Las traducciones orientales en los manuscritos de la Biblioteca Catedral de Toledo, Madrid : CSIC, 1942.

10 Adelina RUCQUOI, « Las rutas del saber. España en el siglo XII », Cuadernos de historia de España, 75, 1998-1999, p. 41-58.

11 Luis GARCÍA BALLESTER, « Naturaleza y ciencia en la Castilla del siglo XIII. Los orígenes de una tradición : los Studia franciscano y dominico de Santiago de Compostela (1222-1230) », in : VI Semana de Estudios medievales. Nájera, 31 de julio al 4 de agosto de 1995, Logroño : Instituto de Estudios riojanos, 1996, p. 145-169.

12 Auguste PELZER, « Un traducteur inconnu: Pierre Gallego, franciscain et premier évêque de Carthagène (1250-1267) », Scritti di storia e paleografia miscellanea Francesco Ehrle, 5 t., Rome : Biblioteca apostolica vaticana, 1924, t. 1, p. 408-456.

13 Peter LINEHAN, « Un quirógrafo impugnado. Zamora y la cultura jurídica zamorana a comienzos del siglo XIII », Anuario de estudios medievales, 39 (1), 2009, p. 127-176, p. 136-137 : « el capítulo de Zamora había sido, con toda probabilidad, el centro de actividad canónica más dinámico de toda la península en cuanto a volumen de cuestiones dirimidas por sus jueces ».

14 HN, p. 180 : « Incipit vero tractatus specialis de avibus et ceteris volaribus ab A littera incipientibus, quem compilavit frater Johannes Egidii, doctor Fratrum Minorum Zamorensium, apud Zamoram»  ; « C’est ici que commence le traité spécial sur les oiseaux et autres animaux volants, dont les noms commencent par la lettre A. Ce traité fut compilé à Zamora par le frère Juan Gil, maître des Frères mineurs de ladite cité».

15 Adeline RUCQUOI, « Contribution des studia generalia à la pensée hispanique médiévale», Pensamiento hispano-medieval. Homenaje a Horacio Santiago-Otero, José María Soto Rábanos (éd.), Madrid : CSIC, 1988, p. 737-770, p. 755-758.

16 HN, p. 104: « Natura naturans, Deus altissimus et eternus, naturarum omnium, potentifficus creator, sapientissimus ordinator et clementissimus observator, ad hoc inter alias secretissimas sui causas condidit naturatas, ut in eisdem potencia eiusdem insuperabilis, sapiencia indeceptibilis et bonitas indeffectibilis reluceret ».

17 James A. WEISHEIPL, Albertus Magnus and the Sciences. Commemorative essays, Toronto : Pontifical institute of mediaeval studies, 1980.

18 Juan Gil de ZAMORA, De preconiis..., p. 179: « Ubi fere [Tolède] omnes libri philosophici sunt translate de arabico in latinum ».

19 Pedro GALLEGO, Petri Galleci opera omnia quae exstant. Summa de astronomia, liber de animalibus, regitiva domus, José Martínez Gázquez (éd.), Florence : SISMEL Galluzo, 2000, p. 8 ; p. 24-25.

20 Bartholomaeus ANGLICUS, De propietatibus rerum : texte latin et réception vernaculaire, Baudoin VAN DEN ABEELE et Heinz MEYER (éd.), Turnhout : Brepols, 2005.

21 HN, Luis GARCÍA BALLESTER, « Introducción », p. 17-97, p. 43.

22 HN, p. 1158-1560: « supposito semper in omnibus dictis et scriptis orthodoxe fidei fundamento […] Sciant autem omnes emuli mei, qui nichil aliud noverunt quam contra studiosos homines oblatrare, quod usque in hanc diem de naturas et propietatibus animalium magnorum videlicet et eciam minutorum, nichil complecius aut perfeccius fuit traditum eis que in hoc opere ». Nous ignorons si Juan Gil était de nature susceptible, toujours est-il qu’il se prémunit régulièrement contre ses éventuels détracteurs, cf. Charles GARCIA « Numancia resucitada, los orígenes y la fundación de Zamora en el siglo XIII », Relatos de creación, de fundación y de instalación (sous presse).

23 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, Helmut BOESE (éd.), Berlin : W. de Gruyter, 1973 ; Vincent de Beauvais, Speculum naturale, Graz : Akadesmiche Druck, 1964. Sur ces questions, cf. Bernard RIBÉMONT, Les encyclopédies médiévales : d’Isidore de Séville aux Carolingiens, Paris : Honoré Champion, 2001.

24 Francisco José TALAVERA ESTESO, « La Historia naturalis de Juan Gil de Zamora y la tradición enciclopedística latina del siglo XIII. Edición de sus prólogos », Analecta Malacitana, 6, 1983, p. 151-176.

25 François DOLBEAU considère Juan Gil comme l’un des premiers auteurs à avoir élaboré dans ses œuvres des sommaires que l’on pourrait qualifier de modernes ; il en est ainsi des légendiers hagiographiques classés par ordre alphabétique et non plus disposés per circulum anni, en suivant le cycle de l’année liturgique, « Notes sur l’organisation interne des légendiers latins », Hagiographies, cultures et sociétés (IVe - XIIe siècles), Actes du colloque de Nanterre 1981, Pierre Riché (coord.), Paris : Études Augustiniennes, 1982, p. 11-31

26 HN, p. 112 : « quia hec visibilia propter sui magnitudinem et multitudinem non possunt de facili apprehendi, idcirco in hoc libro, qui est De hystoria naturali sive De rerum naturis, compilavi creaturarum visibilium […] secundum ordinem alphabeti […] ut quilibet in tanta rerum varietate […] facilius valeat invenire ».

27 HN, p. 106 : « Debemus considerare formas et delectari in artifice qui fecit eas; quoniam artificium operantes manifestatur in operacione. Invisibilia enim Dei per ea que facta sunt intellecta conspiciuntur, sicut superius fuit dictum ».

28 « Nanos gigantium humeris insidentes », selon la métaphore attribuée à Bernard de Chartres et popularisée par Jean de Salisbury.

29 Job 12, 7-8 : « Interroge pourtant le bétail pour t’instruire, les oiseaux du ciel pour t’informer. Les reptiles du sol te donneront des leçons, ils te renseigneront, les poissons des mers ». HN, p. 104 : « Item, Job similiter duodecimo capitulo libri sui ait : Interroga iumenta et docebunt te, volatilia celi et indicabunt tibi. Loquere terre et respondebit tibi. Et narrabunt pisces maris ».

30 HN, p. 104 : « Unde Augustinus decimo libro Confessionum : Celum et terra et omnia que in eis sunt undique michi dicunt ut te, Deus meus, amen nec cesant dicere omnibus ut sint inexcusabiles » ; Saint Augustin, Les Confessions, X, 6, 8 ; HN « Introducción », n. 151, p. 54, Saint Augustin, De doctrina christiana, livre II, chap. 16-24 : « Rerum autem ignorantia facit obscuras figuratas locutiones, cum ignoramus vel animantium, vel lapidum, vel herbarum naturas, aliarumve rerum, quae plerumque in Scripturis similitudinis alicuius gratia ponuntur […] Ut ergo notitia naturae serpentis illustrat multas similitudinis quas de hoc animante dare Scriptura consuevit ; sic ignorantia nonnullorum animalium quae non minus per similitudines commemorat, impedit plurimum intellectorem. Sic lapidum, sic herbarum, vel quaecumque tenentur radicibus […] et ignorantia berylli vel adamantis claudit plerumque intelligentiae fores ».

31 HN, « Introducción », p. 55.

32 Chez ces auteurs, les notices sur les animaux comportent certes de nombreux emprunts au De animalibus d’Aristote mais dans lesquelles ils se contentent de superposer les niveaux de savoir sans pour qu’ils intègrent pour autant les perspectives analytiques aristotéliciennes. Sur ces juxtapositions, cf. Mia I. GERHARDT, « Zoologie médiévale : préoccupations et procédés », in : Methoden in Wissenschaft und Kunst des Mittelalters, Albert ZIMMERMANN (éd.), Berlin : Miscellanea Mediaevalia, 7, 1970, p. 231-248.

33 HN, « De apro », p. 1712-1720. Baudoin VAN DEN ABEELE, « L’allégorie animale dans les encyclopédies latines du Moyen Âge », p. 123-143, p. 127-130, in : L’animal exemplaire au Moyen Âge (Ve - XVe siècles), Jacques BERLIOZ et Anne-Marie POLO DE BEAULIEU (éd.), Rennes : PUR, 1999.

34 HN, « Introducción », p. 60.

35 Jean-Claude SCHMITT, « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des techniques intellectuelles du XIIIe au XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 135, 1975, p. 5-22.

36 La source directe « égidienne » est ici le Speculum naturale de Vincent de Beauvais.

37 HN, p. 1788 : « Iterum est notandum quod apes in volando alas extendunt, extensas contrahunt. In extendendo et contrayendo strepitum faciunt. Sic beata Cecilia strepitum faciebat in oracione per gemitum, alas extendebat in contemplacione ad dominum, extensas contrahebat in predicacione ad proximum. Et iste est rectus ordo predicatorum, scilicet, ut per oracionem mereantur accipere peccatorum remissionem, per contemplacionem secretorum illuminacionem, per predicacionem meritorum accumulacionem.Et de hiis tribus dicitur in legenda sua : Non diebus ac noctibus cessabat ab oracione, quoad primum; nec a colloquis divinis vaccabat, quoad secundum; Tiburcium et Valerianum ad coronas vocabat, quoad tercium. Et propterea ad eius ymitacionem informat Sapiens predicatores, subiungens in auctoritate supradicta : Priusquam interroges ne vituperes quemquam et, cum interrogaveris, corripe iuste. Prius quam interroges, scilicet, in oracione, non vituperes quenquam, scilicet, in predicacione, sed pocius, exemplo beate Cecilie, interroga prius, scilicet, divinum consilium in oracione ; et post corripe, scilicet, vicium in predicatione, et hoc iuste, quia cum debita discrecione et circumspeccione que perfecte digeritur in contemplacione. Iterum est notandum quod apes mutuo ad operandum se adiuvant, torpentes ad mellificandum stimulant, pro tuendis domicilis vitam donant ».

38 HN, p. 148 : « Per primum, apparet Christus tocius bone principium. Per secundum, indeficiens medium. Per tercium, omnium bonorum operum finis et complementum ».

39 HN, p. 150.

40 HN, p. 1558 : « Animalium omnium que in noticiam hominum comuniter devenerunt, bestiarum, videlicet, iumentorum pecudum, reptilium vermium et serpentum, naturas, virtutes et operaciones cum ardenter investigare et cognoscere affectarem, ut de ipsis scalam michi facerem, per quam in evidenciorem ascenderem noticiam et complacenciam creatoris ».

41 José MARTÍNEZ GÁZQUEZ, « Moralización de los animales de Juan Gil de Zamora (s. XIII) », Micrologus. Natura, scienze e società medievali, VIII (1), 2000, p. 237-259.

42 L’animal exemplaire au Moyen Âge..., cf., B. VAN DEN ABEELE, « L’allégorie animale dans les encyclopédies latines... », p. 123-143, et Bernard RIBÉMONT, « L’animal comme exemple dans les encyclopédies médiévales : morale et "naturalisme" dans le Livre des propriétés des choses », p. 205.

43 José Luis MARTÍN, « Comparaciones, símbolos y prefiguraciones : el mundo físico y su proyección moral y religiosa », Anuario de estudios medievales, 27, 1997, p. 437-460.

44 HN, p. 106-107 : « Sicut autem potenciam Dei manifestat creaturarum immensitas, ita et ipsius sapienciam manifestat creaturarum formositas sive decor, qui attenditur in situ et in motu, in specie et in qualitate ». 

45 Christopher LUCKEN, « Les hiéroglyphes de Dieu. La demonstrance des Bestiaires au regard de la senefiance des animaux selon l’exégèse de saint Augustin », Comparaison. An International Journal of Comparative Literature, 2, 1994, p. 33-70.

46 Jacques VOISENET, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Les bestiaires des clercs du Ve au XIIe siècle, Turnhout : Brepols, 2000, p. 353-370.

47 Cet oiseau apparaît également dans les encyclopédies de Vincent de Beauvais, de Barthélemy l’Anglais et d’Albert le Grand, lesquelles furent sans doute les références directes du Zamoran.

48 HN, p. 182 : « Accipitri autem comparantur et assimilantur qui mansueti videntur exterius, sed cum potentibus et rapacibus rapere nituntur occulcius ».

49 HN, p. 226.

50 HN, p. 182 ; Isidore de Séville, Etymologiarum, 2 t., José OROZ RETA et alii (éd.), Madrid : Biblioteca de autores cristianos, 1994, t. 2, 12, 7-55, p. 117.

51 Pour ce chapitre, il semble évident que la source principale du Zamoran a été Barthélemy l’Anglais.

52 HN, p. 274 : « Agno potest Dei Filius comparari propter racionem triplicem quoad presens. Primo propter humilitatem sue incarnacionis, ob quam dicitur : Agnus agniculus (Exodi duodecimo) qui se dedit in solacium nostre peregrinacionis » ; Ex, 29, 38-39.

53 On trouve également cet interdit dans la Bible, Pr. 27, 26.

54 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 58 : « Agnum quamquam et Graeci vocent άπό του άγνού, quasi pium ».

55 H. Salvador MARTÍNEZ, Alfonso X, el Sabio. Una biografía, Madrid : Polifemo, 2003, p. 25; Crónicasanónimas de Sahagún, Antonio UBIETO ARTETA (éd.), Saragosse : Anubar, 1987, p. 160-161: « Rogóles [Alphonse X] aún que en la iglesia mayor hedificasen un altar en honor e en nonbre de san Clemente, mártir de Jesuchristo, por quanto él fuera nasçido en tal día ».

56 HN, p. 306 : « Exprimit hic aliquem qui solos vexat egenos ».

57 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 112.

58 La source est ici double : Barthélemy l’Anglais et Albert le Grand.

59 Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 106 ; HN, p. 928.

60 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre X, Eugène DE SAINT DENIS (éd.), Paris : Les Belles Lettres, 1961, p. 31-32 : « Haliaetus tantum implumes etiamnum pullos suos percutiens subinde cogit aduersos intueri solis radios et, si coniuentem umctanttemque animaduertit, praecipitat e nido uelut adulterinum atque degenerem ; illum cuius acies firma contra stetit, educat ».

61 HN, p. 934 : « O vere ergo miranda aquila que matrimonium contraxit sine corrupcione, futura previdit et secreta sine decepcione, martirium sustinuit sine lesione, ad celum transiit sine incineracione ».

62 L’inspiration pour cet aparté procède du Speculum naturale de Vincent de Beauvais.

63 HN, p. 1017-1019 ; Isidore de Séville, Etymologiarum, p. 109.

64 Ces animaux sont les suivants : alauda (alouette), anate (canard), anguilla (anguille), angue (serpent), ansere (oie), apro (sanglier), aranea (araignée), ariete animale (bélier), ascaride (ascaride), asino (âne), aspide (aspic).

65 HN, p. 296 : « Accipitrem adeo timet [l’alouette], ut, cum ab illo impetitur, in terram depressa, in sinus hominum involet, in eius manu capiendam se prebet, conscia satis misereri pocius sibi hominem quam accipitrem ».

66 HN, p. 394 ; p. 728-730.

67 HN, p. 472-488.

68 HN, p. 480 : « Legitur enim in Gennesi: Serpens erat callidior cunctis animatibus terre ».

69 Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au XIVe siècle, B. RIBÉMONT (éd.), Paris : Stock, 1999, p. 277 ; HN, p. 1256 : « De aspide autem in genere dicit Hysidorus libro duodecimo : Fertur, inquit, quod aspis, cum ceperit pati incantatorem, qui eam quibusdam carminibus propriis evocat […] illa cum exire noluerit unam aurem in terra premit, alteram vero cauda obturat et operit et sic illas voces magnificas non audiens […] De aspide vero dicit Plinius libro octavo, capitulo vigessimo quarto : Percussa membra ab aspide intumescunt et vix sine parcium amputacione que sunt contacta aliquo remedio convalescunt. Unus autem huic pestifero angui est sensus vel effectus, quod compares suos coniugali affectu diligunt nec sine comparis consorcio bene vivunt. Unde, alterutra interfecta, incredibili ulcionis cura altera persequitur interfectorem et illum solum in quantolibet populi agmine agnoscens infestat ».

70 Michel PASTOUREAU, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris : Le Seuil, 2004, p. 65-77.

71 HN, p. 742 : « Culmos duros habet in ore aduncos, fortes et acutos, cum quibus omnino sibi resistentem ferit crudeliter et dilaniat, culmis enim utitur pro gladio ad impugnandum. In latere dextro habet os durissimum, latum et spissum, quod semper opponit venabulo persequentis ; nam osse illo utitur pro clipeo ad se protegendum, senciens sibi imminere bellum. Acuendo culmos contra arbores eos fricat et sic an habetatam habeat aciem, confricando ad arborem, ipsos probat. Quos si senserit habetatos, origanum querit et masticat, cuius virtute culmorum radices mundificat et confortat, ut dicit Avicenna ». Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au XIVe siècle, p. 275 : « Le sanglier possède deux grandes dents, très aiguisées, avec lesquelles il frappe et déchire tout ce qui est à sa portée. Sur le côté droit, il a un os très dur, qu’il tourne vers l’avant, à la manière d’un écu, pour se défendre. Lorsqu’il pressent qu’il aura à combattre, il se frotte les dents contre un arbre ; s’il sent qu’elles ne sont pas bien tranchantes, il cherche une plante qu’on appelle l’origan. Il la mastique et, par la vertu de la plante, ses dents se renforcent et s’aiguisent comme le dit Avicenne ».

72 Barthélemy l’Anglais est, ici encore, la source directe d’Egidius.

73 J. VOISENET, Bêtes et hommes..., p. 102-107.

74 HN, p. 1217-1227.

75 Sa source directe est, une fois encore, Barthélemy l’Anglais : « chapitre du mouton qui n’est pas châtré », HN, p. 1033-1037.

76 HN, p. 1227-1235. Les sources sont ici Barthélemy l’Anglais et Vincent de Beauvais.

77 HN, p. 1235 : « Alias siquidem habet asinus condiciones miseras, omnibus fere notas. Nam supra vires laboribus exponitur, fuste ceditur, stimulo pungitur, camo eius os constringitur, hinc inde circundatur et eiusdem cami refrenaculo a pratis et pastibus per quos transit sepius cohercetur. Post labores passos in fine moritur nec pro precedentis laboris servicio post mortem saltim cutis dimittitur, sed auferetur, et cadaver sine sepultura exponitur aeri, nisi quando in canum et lupporum ventribus devoracionis gracia aliquociens sepelitur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Miroir des anciens et observations sur les animaux dans l’encyclopédisme castillan du Moyen Âge(XIIIe siècle) », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 20 novembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22461 ; DOI : 10.4000/e-spania.22461

Haut de page

Auteur

Charles Garcia

Université de Poitiers – CESCM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page