Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

Entre mythe et histoire : Le roman de Brutus et Dorothée dans le Victorial de Gutierre Díaz de Games (1436)

Ghislaine Fournès

Résumés

Cet article a pour but d’étudier à partir d’une double perspective « Le roman de Brutus et Dorothée » inséré dans le Victorial de Gutierre Díaz de Games. Il s’agit, dans un premier temps, de retracer la circulation et la réception du mythe troyen dans la péninsule Ibérique, ceci afin de déterminer la part de création et d’originalité de ces pages, puis, dans un second temps, de mener à bien une analyse des motifs qui constituent ce mythe. Cette réécriture castillane de l’histoire de Brutus témoigne de la validité du mythe troyen au XVe siècle ainsi que de sa portée idéologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Lire à ce sujet Thèmes et figures mythiques. L’héritage classique, textes réunis par Maurice LAUGAA (...)

1Cette comparaison, dont la paternité est attribuée à Bernard de Chartres, est souvent employée pour caractériser l’état d’esprit des XIIe et XIIIe siècles qui voient une première renaissance des Lettres et de la culture européennes. La reconnaissance de l’héritage du passé va perdurer durant tout le Moyen Âge et fonder, ensuite, l’humanisme. Cette citation, tout en rendant compte du prestige accordé aux Anciens, révèle les ambitions des Modernes : la révérence du passé va en effet de pair avec la confiance dans le présent et la volonté d’innover. L’œuvre littéraire médiévale est alors le résultat d’une réécriture de textes faisant autorité, de variations sur un thème ou encore d’une réélaboration de mythes et de légendes. La littérature gréco-latine a ainsi nourri l’imaginaire de nombre d’auteurs qui, en un va-et-vient constant entre réminiscence et création, entendent convaincre mais aussi séduire leur public2.

  • 3 Consulter Madeleine PARDO, L’historien et ses personnages. Études sur l’historiographie espagnole m (...)
  • 4 Gutierre DÍAZ de GAMES, El Victorial, éd. de Rafael Beltrán Llavador, Madrid : Taurus (Clásicos Tau (...)
  • 5 La biographie chevaleresque a été étudiée par Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typol (...)
  • 6 Ramón LLUL, Libre de l’orde de cavalleria, éd. de José Ramón de Luanco, Barcelone : [s.n.], 1901.

2Les sermons, les traités moraux, les ouvrages sapientiaux, comme certains Miroirs du Prince d’ailleurs, font une large place aux exemples antiques mais le champ du réemploi des narrations antiques me semble déborder le genre didactique, toucher la chronique et atteindre la prose de fiction3. Il n’est que de lire le Victorial4 de Gutierre Díaz de Games, considéré encore naguère comme une simple biographie chevaleresque5. Le Victorial est certes le récit de l’éducation, des exploits et de l’ascension sociale de Pero Niño, chevalier castillan de la première moitié du XVe siècle, par Gutierre Díaz de Games qui fut, des années durant, son porte-bannière, mais, tout en remplissant les objectifs d’une biographie, le Victorial surprend par sa structure et la complexité de son écriture. Le livre s’ouvre en effet sur un long proême, sorte de traité sur la chevalerie, qui s’apparente par les thèmes et sa portée morale au Libre de l’orde de cavalleria6 de Raymond Lulle et qui a comme fonction de définir le cadre éthique et religieux du récit à venir. De plus, puisant à des sources diverses et nombreuses, l’auteur intercale entre les épisodes de la vie du héros des chapitres qui sont soit des rappels historiographiques — le récit de la lutte fratricide entre Pierre le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare, ou encore les origines de la guerre de Cent Ans… —, soit des narrations brèves, le plus souvent tirées de la mythologie antique, que l’on doit lire comme des exempla. Le Victorial se caractérise donc par une hétérogénéité constitutive parfaitement perçue par ses premiers traducteurs, les comtes de Circourt et de Puymaigre ; on lit en effet dans l’introduction de l’édition française de 1867 : 

  • 7 Comtes Albert de CIRCOURT et Théodore de PUYMAIGRE, Le Victorial, chronique de don Pero Niño, comte (...)

Le Victorial est à la fois un recueil de légendes, traité de chevalerie, sérieux document de l’histoire de l’Espagne et un peu de la nôtre, chronique d’un chevalier que ses aventures ont conduit des côtes de Barbarie, à celles d’Angleterre, de la cour de Castille à celle de France, tableau des idées et des mœurs d’autrefois7.

3Sont ainsi convoqués des figures bibliques, comme Salomon, David et Nabuchodonosor, des héros de l’Antiquité, Alexandre, Jules César…, et des chevaliers incarnant l’idéal chrétien, tels Godefroy de Bouillon ou Charles Martel. La mention de chaque personnage exemplaire donne lieu à un récit, qui peut être soit bref — quelques lignes suffisent dans ce cas pour situer et caractériser le héros — soit amplifié jusqu’à atteindre parfois une certaine autonomie narrative par rapport au cadre locutoire.

  • 8 Ce motif apparut pour la première fois dans Les Vœux du paon, roman en vers composé par Jacques de (...)
  • 9 Consulter à ce sujet Charles VELLAY, Les légendes du cycle troyen, Monaco : Imprimerie Nationale, 1 (...)

4Cette répartition tripartite entre exemples bibliques, antiques et médiévaux renvoie sans nul doute au motif des neuf Preux fort en vogue durant tout le Moyen Âge8. Ce motif courtois reçut en Péninsule ibérique le nom des Nueve de la Fama, et de nombreux auteurs, poètes ou historiographes, le reprennent afin d’exalter les vertus chevaleresques, celles-là même que prône l’auteur dans le proême et que Pero Niño est censé incarner. Mais Díaz de Games ne s’est pas contenté d’appliquer un schéma préexistant et, de la même façon qu’il a opté pour un traitement différencié des sources, entre contraction et amplification, il a procédé à des choix dans le triple corpus dont il disposait. La recension révèle en effet qu’il a donné la primauté aux exemples de l’Antiquité. Alexandre est ainsi le héros de deux récits exemplaires, l’un dans le proême, consacré à l’éducation du prince — il s’agit en fait d’une insertion sans réécriture d’un fragment de Libro de Alexandre —, et l’autre dans le traité, ce dernier emprunt confortant le message politique du récit. Mais, si l’on considère l’ensemble des exempla antiques, l’histoire grecque et l’histoire romaine sont nettement supplantées par l’histoire de Troie. Deux passages importants, non seulement par leur amplitude narrative mais surtout par leur complexité, témoignent en effet de la fascination exercée par le mythe troyen en ce xvsiècle9.

5Tout d’abord, le premier mariage de Pero Niño avec doña Constanza donne lieu à une longue digression sur les différents degrés de l’amour, dans laquelle est insérée l’histoire de Didon et Énée. L’auteur, citant Homère, rappelle l’histoire de Penthésilée, reine des Amazones, mentionne la première destruction de Troie et narre, après les hauts faits de la reine de Carthage, ses souffrances, dues à la défection du héros troyen, puis son suicide. Cette première appropriation de l’histoire troyenne, tout en ayant sa propre autonomie, me semble préparer et annoncer le second réemploi du mythe troyen qui occupe quelque vingt pages et dans lequel Énée est remplacé par son descendant, Brutus. Dans ce cas-là aussi Díaz de Games a pris soin de justifier cette insertion puisque l’on peut lire l’histoire du fondateur de Londres comme un préambule au récit qui suit, centré sur les causes de la Guerre de Cent Ans. Mais une lecture attentive révèle que cette narration déborde du cadre historiographique, construit un réseau de significations et donne à la biographie de Pero Niño une portée autre que celle généralement dévolue à une chronique.

6Je me propose donc d’étudier ce que j’appelle « Le roman de Brutus et Dorothée » à partir d’une double perspective. Dans un premier temps, je m’attacherai à retracer la circulation et la réception du mythe troyen dans la Péninsule ibérique, ceci afin de déterminer la part de création et d’originalité contenues dans Le roman de Brutus et Dorothée ; puis, dans un second temps, j’analyserai le traitement des motifs qui constituent ce mythe. Cette étape du travail devrait me permettre d’appréhender la leçon, non plus explicite mais implicite de ce récit exemplaire.

Circulation et réception du mythe troyen dans la Péninsule ibérique

  • 10 Le roman de Brut. Entre mythe et histoire, actes du colloque de Bagnoles de l’Orne, septembre 2001, (...)
  • 11 Entre fiction et histoire. Troie et Rome au Moyen Âge, Études recueillies par Emmanuelle BAUMGARTNE (...)

7Le mythe troyen se situe entre Orient et Occident ; il s’agit selon l’expression de Claude Letellier d’un mythe arbre10, qui se traduit par une matrice de récits dont les héros sont des princes ou des rois d’ascendance troyenne, constamment exposés à l’aventure et aux adversités. Ces narrations, prolongeant Homère et Virgile, ne sont pas fixes ; elles forment une matière adaptable, malléable en quelque sorte, et transmettent un ensemble de valeurs et dessinent un imaginaire. La chute de Troie, ville phare, est ainsi présentée dans l’historiographie médiévale comme un événement liminaire puisqu’elle entraîne la dispersion des futurs fondateurs des principaux peuples et royaumes de l’Occident chrétien11.

  • 12 J’utilise pour ce travail la version française. Geoffroy de MONMOUTH, Histoire des rois de Bretagne(...)
  • 13 Chez les Grecs déjà, l’étymologie est une sorte de généalogie à partir des noms, dont la fonction e (...)
  • 14 Une version anglaise de ce texte est disponible à l’adresse suivante : http://www.fordham.edu/halsa (...)
  • 15 Consulter à ce sujet Joseph RIO, Mythes fondateurs de la Bretagne, Rennes : Éd. Ouest-France, 2000, (...)
  • 16 Virgile, L’Énéide, 3 vol., Paris : Les belles Lettres, 1977. Consulter à ce propos Francine MORA-LE (...)
  • 17 Edmond FARAL, La légende arthurienne, 3 vol., Paris : Champion, 1929.

8L’histoire de Brutus, premier roi légendaire des Bretons, apparaît pour la première fois sous la plume de Geoffroy de Monmouth, qui fut, au XIIe siècle, évêque de Saint-Asfad et chroniqueur d’Henri Ier Beauclerc. Dans son Historia Regum Britaniae12, Geoffroy de Monmouth entend faire œuvre d’historien et, pour ce faire, il se fonde sur l’étymologie13 — Brutus aurait ainsi donné son nom aux habitants de l’île — et sur deux textes fondateurs. Sa source directe est sans doute l’Historia Brittonum14, texte anonyme du IXe siècle mais attribué au Moyen Âge à un certain Nennius, texte qui regroupe des récits bien plus anciens centrés sur l’histoire de la Bretagne et du pays de Galles et dans lequel apparaissent déjà un personnage fondateur, Brutus, ainsi que le roi Arthur. Geoffrey de Monmouth en reprenant ce texte a pour objectif de donner à Arthur et à cette dynastie insulaire une origine prestigieuse15. Il se sert dans cette entreprise de réécriture du passé de L’Énéide16 et entend faire de Brutus un second Énée. Edmond Faral a amplement démontré les emprunts directs réalisés par Geoffroy de Monmouth chez Virgile17, certains motifs se retrouvant à l’identique dans les deux textes. Comme exemples, on peut citer la prédiction de Diane sur la future Londres qui ne fait que reprendre le passage dans lequel Énée consulte sur l’île de Délos l’oracle d’Apollon — oracle qui annonce la fondation de Rome —, ou encore le motif des errances en relation avec le thème de la malédiction initiale qui conduit le héros à se surpasser. Dans l’Historia Regum Britaniae, Brutus est donc en quelque sorte voué à mettre ses pas dans ceux d’Énée ; refaisant l’itinéraire de son aïeul, il en endosse également l’exemplarité.

  • 18 Benoît de Saint-Maure, Roman de Troie, Paris. Ce livre forme avec le Roman de Thèbes et le Roman d’ (...)

9Quelques décennies plus tard, le mythe troyen est repris et exploité dans différentes œuvres écrites en vieux français, des chroniques versifiées ou des romancs antics, De cet ensemble important seuls deux auteurs — proches de la dynastie angevine, cela n’est pas un hasard — nous sont connus, Benoît de Saint-Maure, auteur du Roman de Troie18, et Wace qui traduisant l’Historia Regum Britaniae, en donne une version en vieux français, le Roman de Brut. Cet ouvrage dédié à la reine Aliénor d’Aquitaine, épouse d’Henri II Plantagenêt, reprend la version de Monmouth, ce qui revient à affirmer que Normands et Bretons ont une même origine, troyenne, et donc qu’ils doivent s’allier contre les Saxons. Le Roman de Brut connut un grand succès, plus de trente manuscrits nous sont parvenus, et, conjointement à l’Historia Regum Britaniae, fit du mythe des origines troyennes une histoire, considérée comme véridique, une histoire qui plaçait Brutus sur le même plan qu’Alexandre et Arthur sur le même plan que Charlemagne.

  • 19 Margaret PELAN, L’influence du Brut de Wace sur les romanciers français de son temps, Genève : Slat (...)

10De nombreuses traductions et adaptations19 de ces deux ouvrages en assurèrent la diffusion, non seulement dans l’aire normande, puis franque, mais également en péninsule Ibérique. Il n’est que de songer à Éléonore, fille d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt, qui épousa Alphonse VIII de Castille en 1176, et maintint une cour raffinée et lettrée. L’on peut donc supposer que, dès la fin du XIIe siècle, l’histoire de Brutus, héros troyen et fondateur de la dynastie anglaise, était connue et appréciée d’un certain public castillan.

  • 20 Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Santiago de C (...)

11Mais ce ne fut sans doute pas le seul canal de divulgation de la matière troyenne en Espagne ; on connaît l’influence, manifeste dès le XIe siècle, de L’Énéide, et de l’œuvre d’Ovide, essentiellement Les Métamorphoses et Les Héroïdes, à travers des traductions fragmentaires et des commentaires. L’œuvre dramatique de Sénèque était également connue, notamment deux pièces, Les Troyennes et Agamemnon, dont il existe de nombreux manuscrits et qui furent traduites en catalan et en castillan dès le XIVe siècle. D’autres œuvres ont joué un rôle dans cette transformation du mythe en histoire ; je pense notamment à deux récits, l’un de la fin de l’Antiquité, le Ephemeris belli Troiani de Dictis (IVe siècle) qui rapporte les faits depuis le rapt d’Hélène jusqu’à la mort d’Ulysse, et, l’autre sans doute du VIe siècle, le De excidio Troiae Historia de Dares qui, débutant par le vol de la Toison d’Or par Jason, narre les différents épisodes de la guerre de Troie jusqu’à la prise de la ville20.

  • 21 Ibid., p. 19.
  • 22 Alphonse X, General Estoria, 2 vol., éd. de Antonio GARCÍA SOLALINDE, Lloyd August CASTEN et Victor (...)
  • 23 ALPHONSE X, Primera Crónica General de España, 2 vol., éd. de Ramón MENENDEZ PIDAL et Diego CATALÁN (...)
  • 24 José Antonio CABALLERO LÓPEZ, « Desde el mito a la historia », in : Memoria, mito y realidad en la (...)

12Cette diffusion multiple explique que l’on retrouve certains motifs troyens dès le XIIe siècle dans la Crónica Silense, puis dans la Chronica Adefonsi Imperatoris et la Cronica Najerense21. Lucas de Tuy et Rodrigo Jiménez de Rada intègrent également dans leurs chroniques l’histoire des héros antiques ou mythologiques. Alphonse X dans sa Gran e General Estoria22, fait une large place à Ovide et à Virgile, et retrace, dans les livres II et III, l’épopée troyenne ainsi que la dispersion des fugitifs. Les deux fondations non simultanées mais bien parallèles de Rome et de Londres sont relatées, ce qui implique que le monarque connaissait au moins une des deux œuvres à l’origine de la légende de Brutus, l’Historia Regum Britaniae et le Roman de Brut. Dans la Estoria de España23, le Roi Sage fait précéder le récit des amours de Didon et Énée du rappel des exploits d’Hercule et de l’histoire des Amazones24. Díaz de Games devait connaître cette version puisqu’il fait également de l’histoire de Penthésilée l’incipit de son épisode centré sur Énée.

  • 25 La Historia troyana polimétrica est connue à travers deux manuscrits par ailleurs incomplets et pré (...)
  • 26 Leomarte, Sumas de Historia troyana, éd. d'Agapito REY, Madrid : S. Aguirre, 1932.
  • 27 Agapito REY et Antonio GARCÍA SOLALINDE, Ensayo de una bibliografía de las leyendas troyanas en la (...)

13Le mythe troyen, qui d’ailleurs se décline au pluriel, connaît en Péninsule ibérique un grand essor au XIVe siècle. Toutes les œuvres citées antérieurement sont traduites et certaines donnent lieu à une réécriture. Alphonse XI promeut ainsi une traduction du Roman de Troie de Benoît de Saint-Maure sous le titre de Historia troyana polimétrica25 et Leomarte écrit ses Sumas de Historia Troyana26, livre qui assure la transmission de tous les motifs et thèmes du cycle troyen en Péninsule ibérique27.

  • 28 J. CASAS RIGALL, op. cit., p. 19.
  • 29 Pedro de CHINCHILLA, Libro de la Ystoria Troyana, estudio, edición y notas de María Dolores PELÁEZ (...)

14Le règne de Jean II est, on le sait, l’époque d’un premier humanisme castillan ; à ce titre, la matière troyenne, considérée toujours comme histoire des origines, est amplement mise à profit puisque, à la fois, elle répond au besoin de justifier le présent par le passé et elle nourrit l’imaginaire des élites courtoises, en une sorte d’écho des romans de chevalerie. De cet engouement persistant, je donnerai deux exemples : Enrique de Villena glose L’Énéide en 142728 et Pedro de Chinchilla, traduisant le texte latin de Guido de Colonne lui-même traduit du Roman de Troie, donne au public en 1443 son Ystoria Troyana29, ouvrage qui servira à la première édition de 1490.

Le traitement des motifs constituants du mythe

  • 30 Consulter à ce propos Victoria CIRLOT, La novela artúrica. Orígenes de la ficción en la cultura eur (...)

15Gutierre Díaz de Games avait donc à sa disposition, à l’heure d’écrire sa chronique particulière (1436), un vaste corpus regroupant cette matière troyenne éparse certes mais cohérente, et dotée d’une forte charge d’exemplarité de par son ancienneté et le prestige des différents auteurs et acteurs de cette épopée30. Il puise donc dans ce corpus afin d’étayer son éloge de Pero Niño et de se conformer aux préceptes moraux et politiques énoncés dans le proême. Mais une question se pose à présent : Díaz de Games, en recourant à l’histoire de l’épigone troyen, a-t-il fait comme la majorité de ses prédécesseurs œuvre d’historiographe ?

16C’est du moins sa volonté affichée puisque le Roman de Brutus et Dorothée commence, comme il se doit dans toute chronique, par mentionner son texte référentiel et situer dans le temps les évènements et les personnages ; on lit en effet :

  • 31 Vict., p. 318.

Cuenta en la Corónica de los Reyes de Ynglaterra que, después de la destruyçión de Troya, que las gentes que della escaparon, que andavan por el mundo desterrados, buscando tierras donde poblasen, unos por unas partidas e otros por otra. E que un grand prínçipe de los de Troya, que venía por la mar, que aportó en Ytalia, donde hera señor el rey Latino ; e que le resçibió en sus tierras e lo casó con Lavina, su fija31.

17Il est probable que cette Corónica difficile à identifier, renvoie non à un seul texte mais à plusieurs ; parmi lesquels devait figurer l’Historia Regum Britaniae, sans doute dans une version française ou castillane proche de l’original, puisque Díaz de Games, à l’instar de Geoffrey de Monmouth, a fait précéder l’histoire du prince troyen d’une description de la géographie et des caractères des habitants de l’île. Leomarte, dans ses Sumas, omet ce passage ; alors qu’il suit fidèlement Monmouth en ce qui concerne la trajectoire de Brutus et ses exploits. L’Historia Regum Britaniae a donc été — sans doute — la source principale pour l’auteur du Victorial, à ce titre, une analyse comparative entre les deux textes s’impose.

18Tout d’abord le récit castillan pratique l’amplificatio : des quelques pages consacrées dans l’Historia Regum Britaniae à Brutus, nous passons à plus de vingt pages. Ensuite, force est de constater que cette amplificatio est due essentiellement à l’ajout d'épisodes absents de l’original : il s’agit donc plutôt d’une inventio. Outre les changements mineurs affectant la généalogie — Brutus n’est plus l’arrière petit-fils d’Énée mais son petit-fils — les noms de certains personnages et les pays traversés lors de l’errance initiatique qui précède l’arrivée du héros en Angleterre, on assiste à un enrichissement de la narration par l’apparition de personnages créés par le narrateur, mais peut-être pas de toutes pièces, parmi lesquels se détache la figure de Dorothée. Pendant de Brutus par ses vertus et sa valeur, elle permet la formation d’une autre intrigue, tout en composant avec Brutus un couple exemplaire.

  • 32 Vict., p. 336.
  • 33 Pour le détail des aventures narrées consulter José Alberto MIRANDA POZA, Análisis filológico y est (...)

19Si, dans l’Historia Regum Britaniae, nous avions successivement narrés la généalogie de Brutus, son exil, ses premières batailles pour libérer les Troyens dispersés du joug des Grecs, son mariage avec la fille de Pandrasus, ses séjours en Afrique, puis ses combats en Aquitaine et, enfin sa conquête de l’Angleterre peuplée de géants, qui débouche sur la fondation de Londres, appelée Nouvelle Troie, dans le Victorial, nous trouvons un long développement narratif intercalé dans le récit des combats de Brutus en Grèce. Ménélas est ainsi convoqué. Vieux et malade, il assiste impuissant à la lutte pour le pouvoir entre ses deux enfants, Nestor et Dorothée. Brutus, se faisant le champion de cette dernière, finira, bien sûr, par vaincre et recevra comme récompense la gloire, le pouvoir royal et la main de Dorothée, qui est, rappelons-le la fille d’Hélène. Mais de même qu’Enée était appelé à un destin supérieur qui lui interdisait de rester à Carthage, le héros reprend la mer. Díaz de Games renoue alors avec le récit de Monmouth et condense, comme si les faits narrés étaient de peu d’intérêt, l’arrivée dans l’île, les luttes avec les géants, l’œuvre civilisatrice du protagoniste malgré la persistance des conflits avec les autochtones Arrivé à ce point, le narrateur interrompt brusquement son récit par : « Aquí dexa el cuento de fablar de Bruto, cómo estava en Anglia poblando sus villas, e torna a contar de la reyna Dorotea, cómo le avino después de la partida »32. Dorothée devient alors l’héroïne d’un récit romanesque qui multiplie les péripéties : séparations, trahisons, guerres, errances, coups de théâtre se succèdent en un rythme soutenu pour déboucher bien sûr sur un dénouement heureux. Advient alors pour l’Angleterre gouvernée par les deux héros le temps de la prospérité et de la paix33.

20Mais cette histoire, ou ce conte pourrait-on dire, ne s’arrête pas là : à l’inverse de Monmouth, Díaz de Games imagine le retour des héros vers leur terre d’origine. Comme Hercule le fit avec son neveu pour la Péninsule ibérique, les deux souverains confient à leur fils le gouvernement du royaume qui désormais s’appellera « Bretagne » comme le précisent les lignes qui ferment le Roman de Brutus et Dorothée :

  • 34 Vict., p. 348.

E pues que sus cortes ovo acabadas, entró Dorotea en la mar bien acompañada de grandes honbres, e tornóse en Greçia. Bruto, por quanto Anglia hera ya poblada de sus gentes, que avían nonbre « brutones », del su nonbre, púsole Brutania ; e por tienpo dañóse el nonbre, e llámanla agora Bretania. E pasó en Françia, e después fuese en Ytalia, segund lo pusiera con Dorotea34.

21On perçoit alors le degré d’originalité de Díaz de Games par rapport à sa source principale, l’Historia Regum Britaniae. Il en adopte le noyau, respecte la trajectoire d’Orient vers l’Occident du héros, sème pareillement son parcours d’embûches ; toutefois par un entrelacement discursif il en décuple aussi les potentialités. Il puise pour cela avec une entière liberté dans l’histoire antique et troyenne, qu’il connaît sans doute à travers les chroniques castillanes et les Sumas, redistribue les rôles, invente de nouveaux personnages et réactive des motifs topiques. Car de la même façon que Brutus est un nouvel Énée, Dorothée est une nouvelle Didon, abandonnée de la même façon par son époux mais à qui le narrateur octroie en quelque sorte une seconde chance.

22La matière troyenne dans son ensemble a certes fourni le matériau mais l’écart est grand entre la chronique qui se veut histoire et ces pages qui, se rapprochant de la pure fiction, disent avant tout le plaisir d’écrire. De cela, Díaz de Games devait en être conscient puisque, au moment où il doit reprendre le cours de la vie de Pero Niño, engagé à ce stade du récit dans une campagne maritime contre les Anglais, il précise que :

  • 35 Vict., p. 348.

Fasta aquí vos he contado dónde viene a los yngleses ser diversos en sus maneras e desavenidos de las otras naçiones, que es de aquellos jayanes donde deçienden. Agora contarvos he dónde ovo començo la guerra que agora dura entre Françia e Ynglaterra […]35.

23Ces lignes ne manifestent que le désir de ménager une transition et de rendre sa cohérence à l’ensemble. Une cohérence bien malmenée car, d’une part, le narrateur semble oublier qu’il vient de raconter comment Brutus et les Troyens exterminèrent les géants, donc les Anglais ne peuvent descendre de ces derniers. Et, d’autre part, il n’a pas établi, en donnant des origines troyennes aux Bretons, leur spécificité de caractère et de mœurs ; bien au contraire, Díaz de Games a forgé entre les Francs, les Normands et les descendants des Bretons une communauté d’origine qui aurait dû se traduire non par une guerre mais par une alliance.

24La place de ces pages dans l’économie du livre est donc à considérer non seulement par rapport à la biographie de Pero Niño mais également par rapport à la volonté de l’auteur d’orner littérairement parlant, autant que faire lui était possible, sa narration des faits afin de dépasser le statut de chroniqueur. L’histoire de Brutus apparaît comme un élément détachable de l’ensemble, autonome, « fictionnalisé », ayant son propre sens, à ce titre il devient roman, c’est-à-dire, selon l’acception classique du terme, un long récit contant les aventures fabuleuses et amoureuses d’un héros mythique. Et comme tel le Roman de Brutus et Dorothée peut être lu comme une sorte d’exemplum, c’est du moins ce que fit Diáz de Games car, entre la fin du Roman et la transition rapportée plus haut, il glisse cette étrange leçon, une moraleja censée éclairer le lecteur sur l’interprétation qu’il convient de faire :

  • 36 Vict., p. 348.

Dize aquí el autor : si verdad es que las mugeres poseen los coraçones de los honbres, o esto viene ansí de natura, o por flaqueza del honbre que ansí se sojuzga ; por qualquiera razón, el honbre non es quito de culpa. E ansí Bruto súpose guardar en el comienço, mas a la postre della fue vençido, aunque por ende no perdió ninguna cosa. Mas al que tantas gentes nunca pudieron vencer, una sola mujer le vençió36.

  • 37 Laurence MATHEY-MAILLE, « Mythe troyen et histoire romaine : de Geoffrey de Monmouth au Brut de Wac (...)

25Cet explicit, en totale contradiction avec la teneur du Roman, ne révèle que la misogynie de l’auteur — une misogynie topique — et ne rend pas compte de la complexité et de la richesse des significations de ce récit. Tout d’abord, on retiendra la figure de Brutus, doublée par celle de Dorothée, en qui s’incarnent les qualités et les vertus propres à un Prince. Brutus possède bien tous les attributs d’un fondateur, jusqu’à son ambivalence qui l’apparente à une autre figure mythique, Œdipe, puisqu’il tue son père, par accident certes, durant une partie de chasse. Exilé, il est condamné à l’errance et au dépassement de soi en une sorte d’expiation. À l’image traditionnelle du guerrier redoutable, se superpose après sa victoire contre les géants celle d’un roi qui entreprend une action civilisatrice selon trois directions : l’édification de villes — Londres est alors placée sur le même plan que Rome —, la promulgation de lois et la langue37. On lit en effet :

  • 38 Vict., p. 347.

E Bruto pasó en Yrlanda, e en Frisia, e en Escotelanda. E aunque heran pobladas, fizo grandes villas e fortalezas, e puso en ellas reyes que fizo él de grandes honbres de su naçión. E dioles leyes por donde se gobernasen, e tornó en Anglia38.

26Brutus, prince troyen, devient donc, à travers le récit de Díaz de Games — mais cela était déjà ébauché dans les textes sources — un modèle royal. Ancré dans l’Antiquité, dans un Orient mythique, il accomplit son destin dans cet Occident septentrional, réactivant ainsi au profit de l’Angleterre le mythe de la translatio imperii, qui est toujours une source de légitimation politique en cette fin du XVe siècle.

27Le Roman de Brutus et Dorothée aurait alors une autre dimension non en fonction d’un passé lointain et prestigieux mais bien par rapport au moment de sa rédaction. Quels sont en effet les motifs les plus mis à contribution par le narrateur ? Le thème du lignage apparaît comme structurel, non seulement à travers l’établissement de la filiation troyenne, mais également parmi les Grecs. Dans les passages de la plume de Díaz de Games, la narration s’article autour de la question de la succession au trône : qui de Nestor ou de Dorothée a la plus grande légitimité pour gouverner ? Qui, parmi les nobles, soutient chaque prétendant ? Les conflits meurtriers qui s’enchaînent à partir de cela, sont dus à la notion de primogéniture et à celle de la primauté masculine en vigueur à cette époque — comme à toutes les époques. Pouvoir, patrimoine et motif de la parenté sont ainsi les moteurs du récit d’une guerre fratricide, qui n’occulte pas non plus les enjeux économiques, notamment à travers la mention des tributs exigés par les vainqueurs. Et si l’on considère que le second motif de prédilection est le thème des amours, décliné en de nombreuses variantes, on perçoit la cohérence de l’ensemble puisque l’intrigue amoureuse, ou plus exactement le mariage conditionne l’équilibre même de la société qui est décrite, entre hommes et femmes, entre suzerain et vassaux, entre vainqueurs et vaincus. Le Roman de Brutus et Dorothée apparaît alors comme une pièce littéraire originale mais moins détachée de la biographie de Pero Niño que ce qu’il n’y paraît lors d’une première lecture, puisqu’on y retrouve les mêmes motifs et la défense des mêmes valeurs, le romanesque servant de caisse de résonance à la narration historique.

  • 39 Jacques POUCET, « Le mythe de l’origine troyenne au Moyen Âge et à la Renaissance : un exemple d’id (...)

28Le réemploi du mythe troyen dans le Victorial permet donc tout d’abord de remettre en mémoire pour les lecteurs de cette fin de Moyen Âge ce qui reste une histoire véridique, la dissémination de l’héritage troyen, qui est perçue comme une geste prestigieuse fondant la suprématie des royaumes de l’Occident. Le Roman de Brutus et Dorothée témoigne de la validité de ce mythe, de son statut de modèle culturel, moral et politique. Ce mythe des origines connut, on le sait, de nombreux points d’application en Europe, qu’il s’agisse de villes ou de régions : Francs, Danois, Normands mais aussi Vénitiens et Padouans… tous affirmaient descendre d’un prince troyen39. L’analyse l’a démontré : le mythe ancré dans l’imaginaire collectif a principalement une portée idéologique qui varie selon chaque auteur. Pour Díaz de Games, narrer les origines troyennes des Bretons, premier peuple ayant civilisé l’Angleterre mais défaits par la suite par les Angles et les Saxons, revenait à dire le droit de la dynastie angevine à occuper le trône en cette première moitié du XVe siècle, à travers la maison de Lancastre, branche cadette des Plantagenêt, et à rappeler que les rois anglais et les rois français descendaient d’un même ancêtre et constituaient donc un même lignage ou, pour utiliser un terme plus adéquat, une même gent. À ce titre la Guerre de Cent Ans, toile de fond de la biographie de Pero Niño, apparaît comme une guerre fratricide, à l’instar de la guerre opposant Nestor et Dorothée. En outre, réactiver le mythe troyen des origines équivalait à accorder à la Castille gouvernée par un roi en qui confluaient le sang de Pélage et celui des Angevins, une suprématie indiscutable par rapport à la France et à l’Angleterre, l’histoire des royaumes péninsulaires prenant également sa source dans le mythe, mais un mythe antérieur au mythe troyen et lié au panthéon païen en la personne d’Hercule.

  • 40 Pour cette notion consulter Hans Robert JAUSS, Pour une esthétique de la réception, trad. Claude MA (...)

29Ensuite, l’insertion du Roman de Brutus et Dorothée correspond à la volonté délibérée de Díaz de Games de dépasser le statut d’historiographe afin de créer un texte original et complexe, sorte de creuset littéraire. Cette mise en roman de la légende de Brutus renvoie à l’univers culturel de l’auteur et également à celui du public visé, sans aucun doute constitué par les élites courtoises. Le Victorial devait surprendre le lecteur qui voyait son horizon d’attente à la fois modifié et comblé40. Le mythe troyen a donc dans cette œuvre une double fonction : il a valeur de preuve pour l’histoire et, en même temps, il s’instaure comme caution de la fiction.

Haut de page

Notes

1 C’est Jean de Salisbury qui, dans le livre III de son Metalogicon, attribue cette phrase à Bernard de Chartres (sans doute mort en 1160). Ce philosophe platonicien fut chancelier de l’église Notre-Dame de Chartres puis évêque de Quimper. Consulter à ce propos Édouard JEAUNEAU, « Nains et géants », in : Entretiens sur la renaissance du XIIe siècle, Maurice de GANDILLAC et Édouard JEAUNEAU (dir.), Paris, La Haye : Mouton, 1968, p. 21-38.

2 Lire à ce sujet Thèmes et figures mythiques. L’héritage classique, textes réunis par Maurice LAUGAA et Simone PERRIER, Textuel, 33/34, Paris : Université Paris 7 – Denis Diderot, 1997.

3 Consulter Madeleine PARDO, L’historien et ses personnages. Études sur l’historiographie espagnole médiévale, Paris : Éditions de École Normale Supérieure, 2006.

4 Gutierre DÍAZ de GAMES, El Victorial, éd. de Rafael Beltrán Llavador, Madrid : Taurus (Clásicos Taurus n°25), 1994. Désormais Vict. Il existe une traduction française : Le Victorial. Chronique de don Pero Niño, comte de Buelna (1378-1453) par Gutierre Díaz de Games, son porte-bannière, traduction et présentation de Jean Gautier DALCHÉ, Turnhout : Brépols, 2001.

5 La biographie chevaleresque a été étudiée par Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris : Honoré Champion, 1994. Voir notamment le chapitre I « La biographie : un genre littéraire ? », p. 37-62. Citons parmi les textes les plus connus La vie de Guillaume le Maréchal, Le livre des faits de Boucicaut, La chronique de Bertrand du Guesclin ainsi que, pour l’aire hispanique, La relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas de Iranzo, muy digno condestable de Castilla, Los Hechos del maestre de Alcántara, don Alonso de Monrroy, La Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León et La Crónica de don Álvaro de Luna.

6 Ramón LLUL, Libre de l’orde de cavalleria, éd. de José Ramón de Luanco, Barcelone : [s.n.], 1901.

7 Comtes Albert de CIRCOURT et Théodore de PUYMAIGRE, Le Victorial, chronique de don Pero Niño, comte de Buelna, par Gutierre Díaz de Games, son alferez (1379-1449), traduit de l’espagnol, d’après le manuscrit, avec une introduction et des notes historiques, Paris : V. Palmé, 1867, p. VII.

8 Ce motif apparut pour la première fois dans Les Vœux du paon, roman en vers composé par Jacques de Longuyon pour servir de base à une mise en scène festive à Arras vers 1312. Le héros de ce poème souhaite rivaliser avec les guerriers illustres du passé et puise ses modèles successivement aux trois sources gréco-romaines, juives et chrétiennes. Ensemble, les Neuf Preux étaient censés posséder toutes les vertus du parfait chevalier. Les Neuf Preux les plus couramment cités sont pour l’Antiquité Hector, Alexandre le Grand et Jules César, pour l’Ancien Testament, Josué, David et Judas Macchabée, et pour l’ère chrétienne Arthur, Charlemagne et Godefroi de Bouillon. Consulter à ce propos Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET, « Fama et les preux : nom et renom à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 12 (24), 1993, p. 35-44, Tania VAN HEMELRICK, « Où sont les Neuf Preux ? Variations sur un thème médiéval », Studi francesi, 42 (1), 1998, p. 1-8 ; et Anne SALOMON, « Les Neuf Preux : entre édification et glorification », Questes, 13, janvier 2008, p. 38-52.

9 Consulter à ce sujet Charles VELLAY, Les légendes du cycle troyen, Monaco : Imprimerie Nationale, 1957.

10 Le roman de Brut. Entre mythe et histoire, actes du colloque de Bagnoles de l’Orne, septembre 2001, textes réunis par Claude LETELLIER et Denis HÜE, Orléans : Paradigme, 2003, introduction de C. LETELLIER, p. 9.

11 Entre fiction et histoire. Troie et Rome au Moyen Âge, Études recueillies par Emmanuelle BAUMGARTNER et Laurence HARF-LANCNER, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1997, Introduction, p. 13.

12 J’utilise pour ce travail la version française. Geoffroy de MONMOUTH, Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence MATHEY-MAILLE, Paris : Les Belles lettres (La Roue à Livres), 2004.

13 Chez les Grecs déjà, l’étymologie est une sorte de généalogie à partir des noms, dont la fonction est d’établir l’origine des peuples et des cités en les dotant d’un héros éponyme. Consulter à ce propos Pierre GUIRAUD, « Étymologie et Ethymologia », Poétique, 11, p. 405-413.

14 Une version anglaise de ce texte est disponible à l’adresse suivante : http://www.fordham.edu/halsall/basis/nennius-full/html.

15 Consulter à ce sujet Joseph RIO, Mythes fondateurs de la Bretagne, Rennes : Éd. Ouest-France, 2000, et Léon FLEURIOT, Les origines de la Bretagne, Paris : Bibliothèque historique Payot, 1999.

16 Virgile, L’Énéide, 3 vol., Paris : Les belles Lettres, 1977. Consulter à ce propos Francine MORA-LEBRUN, L’"Énéide" médiévale. La naissance du roman, Paris : PUF (Perspectives littéraires), 1994.

17 Edmond FARAL, La légende arthurienne, 3 vol., Paris : Champion, 1929.

18 Benoît de Saint-Maure, Roman de Troie, Paris. Ce livre forme avec le Roman de Thèbes et le Roman d’Éneas ce qu’on appelle la matière antique.

19 Margaret PELAN, L’influence du Brut de Wace sur les romanciers français de son temps, Genève : Slatkine Reprints, 1974.

20 Juan CASAS RIGALL, La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Santiago de Compostela : Universidad de Santiago de Compostela, 1999, p. 19-20.

21 Ibid., p. 19.

22 Alphonse X, General Estoria, 2 vol., éd. de Antonio GARCÍA SOLALINDE, Lloyd August CASTEN et Victor Rudolph Bernhardt OELSCHLÄGER, Madrid : CSIC, Instituto « Miguel de Cervantes », 1957-61.

23 ALPHONSE X, Primera Crónica General de España, 2 vol., éd. de Ramón MENENDEZ PIDAL et Diego CATALÁN, Madrid : Gredos, 1977-79.

24 José Antonio CABALLERO LÓPEZ, « Desde el mito a la historia », in : Memoria, mito y realidad en la Historia medieval, XIII Semana de Estudios Medievales, Nájera, 2002, Logroño : Gobierno de la Rioja, Instituto de Estudios Riojanos, 2003, p. 33-60 ; lire plus précisément les p. 43-46.

25 La Historia troyana polimétrica est connue à travers deux manuscrits par ailleurs incomplets et présentant entre eux des différences notables ; consulter à ce propos R. MENÉNDEZ PIDAL, Textos medievales españoles. Ediciones críticas y estudios. Madrid : Espasa-Calpe, 1976, p. 192-193.

26 Leomarte, Sumas de Historia troyana, éd. d'Agapito REY, Madrid : S. Aguirre, 1932.

27 Agapito REY et Antonio GARCÍA SOLALINDE, Ensayo de una bibliografía de las leyendas troyanas en la literatura española, Boomington, Indiana University, 1942, p. 10-11.

28 J. CASAS RIGALL, op. cit., p. 19.

29 Pedro de CHINCHILLA, Libro de la Ystoria Troyana, estudio, edición y notas de María Dolores PELÁEZ BENÍTEZ, Madrid : Editorial Complutense, 1999.

30 Consulter à ce propos Victoria CIRLOT, La novela artúrica. Orígenes de la ficción en la cultura europea, Barcelone : Montesinos, 1987, et Gloria TORRES ASENCIO, Los orígenes de la literatura artúrica, Barcelone : Edicions Universitat de Barcelona, 2003.

31 Vict., p. 318.

32 Vict., p. 336.

33 Pour le détail des aventures narrées consulter José Alberto MIRANDA POZA, Análisis filológico y estudio lingüístico de "El Victorial". Propuesta de edición crítica, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1992, p. 201-206.

34 Vict., p. 348.

35 Vict., p. 348.

36 Vict., p. 348.

37 Laurence MATHEY-MAILLE, « Mythe troyen et histoire romaine : de Geoffrey de Monmouth au Brut de Wace », in : Entre fiction et histoire…, p. 113-123.

38 Vict., p. 347.

39 Jacques POUCET, « Le mythe de l’origine troyenne au Moyen Âge et à la Renaissance : un exemple d’idéologie politique », Folia Electronica Classica (Louvain-la-Neuve), 5, janvier-juin 2003, disponible en ligne http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/05/anthenor2.html.

40 Pour cette notion consulter Hans Robert JAUSS, Pour une esthétique de la réception, trad. Claude MAILLARD, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 1978 (rééd. 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « Entre mythe et histoire : Le roman de Brutus et Dorothée dans le Victorial de Gutierre Díaz de Games (1436) », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22452 ; DOI : 10.4000/e-spania.22452

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page