Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

Le « nez tranché », itinéraire d’un motif exemplaire d’Ésope au Zifar

Sophie Coussemacker

Résumés

L’un des six exempla antiques du Zifar a connu un grand succès pendant tout le Moyen Âge, et notamment dans la Péninsule Ibérique où l’on en recense une dizaine de versions : c’est celui du père (exceptionnellement de la mère) châtié(e) par son fils qui lui reproche de l’avoir éduqué de façon trop laxiste (aussi connu comme l’ex. du fils de ‘Lucrèce’). L’étude de l’itinéraire de l’exemplum depuis ses lointaines origines, une fable ésopique, laisse apparaître l’existence de deux familles de textes, l’une remontant à la source d’autorité du Pseudo-Boèce, diffusé surtout dans la version de Jean de Galles, notamment en Espagne, et l’autre qui remonte à un remaniement de l’histoire par Étienne de Bourbon. Dans ce schéma, la version du Zifar dénote considérablement ; d’abord par sa violence exceptionnelle, ensuite parce qu’elle n’appartient à aucune « école » en particulier et construit un récit distinct, et enfin et surtout parce qu’elle quitte en partie le domaine de la leçon morale pour s’enrichir de considérations politiques contemporaines à l’usage d’un lecteur de la cour d’Alphonse XI.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Libro del caballero Zifar, Joaquín GONZÁLEZ MUELA (éd.), Madrid : Castalia (Clásicos), 1982, p. 254 (...)

Il se dirigea vers sa mère, faisant mine de vouloir la prendre dans ses bras et l’embrasser, mais il la saisit alors par les oreilles, à deux mains, juste derrière les cheveux, puis il posa sa bouche sur la sienne et commença à la ronger et à lui dévorer les lèvres, de sorte qu’il ne resta plus rien des narines, ni des lèvres jusqu’au dessus du menton, et toutes les dents restèrent découvertes, et elle en resta toute défigurée1.

  • 2 BNF ms Espagnol 36, fol. 106 v. Josefina PLANAS BADENAS, « El manuscrito de París. Las miniaturas » (...)
  • 3 J. M. Cacho Blecua, « Ejemplos clásicos en el Libro del Cavallero Zifar, Antígono, Alejandro y Régu (...)

1Cette scène d’horreur, ce baiser cannibale, est le climax de l’un des huit exempla inspirés de modèles antiques dans le Libro del Caballero Zifar, un récit souvent mentionné sous le titre du « fils de Lucrèce », bien qu’il soit fautif et prête à confusion. C’est cette scène que le miniaturiste du manuscrit de Paris a choisi d’illustrer2. On y voit la comitiva de l’alguazil de la cour, reconnaissable à son manteau rouge et son bâton posé sur son épaule, les monteros armés de leurs piques et précédés d’un joueur de trompe, qui conduisent au gibet le condamné. Celui-ci est jambes nues – déjà dépouillé de ses chausses en signe d’humiliation – et curieusement monté sur un âne, version castillane de la charrette d’infamie servant à déshonorer le condamné avant l’exécution. Cet âne n’apparaît pas dans l’histoire et ne correspond évidemment pas au mouvement décrit dans la scène citée ci-dessus, puisque le jeune criminel est censé se diriger vers sa mère. En outre, sur l’enluminure, c’est elle qui l’enlace, ses mains à lui semblent coincées entre sa poitrine et le tapis de selle de l’âne. En revanche, sa tête contorsionnée semble bien commencer à se livrer à l’abomination décrite dans le texte, tandis que les regards de tous les assistants se figent. De tous les exempla du Zifar, et notamment ceux inspirés de l’antiquité3, c’est, indéniablement, celui qui a rencontré le plus de succès dans l’histoire littéraire médiévale – en dehors du conte du demi-ami.

  • 4 Il s’agit aussi d’un motif « folklorique » recensé par Stith Thompson, Motif-Index of Folk-literatu (...)

2L’histoire est simple : un fils trop gâté par son père (plus rarement sa mère) dans son enfance, et à qui on a pardonné tous ses larcins et crimes antérieurs, devient un voleur et un criminel endurci. Au moment où on l’emmène sur son lieu d’exécution, il fait appeler son père et demande à l’embrasser. Ce faisant, il lui tranche le nez d’un coup de dents (ou lui arrache une autre partie du visage) et l’accuse d’être responsable de ses péchés, ainsi que du sort qui l’attend à présent : s’il l’avait corrigé à temps, il n’aurait pas tourné aussi mal4.

  • 5 Charles Philip Wagner, « The Sources of El Cavallero Cifar », Revue Hispanique, 10, 1903, p. 5-104. (...)
  • 6 « For this matter the author did not have to consult Latin and Greek Books. Classical as well as or (...)

3L’identification des exempla et récits emboîtés d’origine antique dans le Livre du chevalier Zifar est facile, grâce à l’article de Charles Philipp Wagner5. Celui-ci estimait cependant que l’auteur n’avait pas eu recours directement à une matière antique mais à des épitomés médiévaux6.

  • 7 J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo : el ajusticiamiento del traidor y la ‘pértiga’ educa (...)
  • 8 Paul Meyer, « L’enfant gâté devenu criminel », Romania, 14, 1885, p. 581-583.
  • 9 Jussi Hanska et Jean-Pierre DÉPÉE, « La responsabilité du père dans les sermons du XIIIe s. », Cahi (...)
  • 10 Johannes Pauli prêcha à Strasbourg, en Alsace et surtout à Thann, il publia plusieurs livres dans l (...)

4On connaît un très grand nombre de versions, latines ou vernaculaires, de cette histoire, qui remonte à une fable ésopique. La très grande vitalité de sa diffusion n’exclut d’ailleurs pas que d’autres versions aient pu se développer dans les milieux scolaires et se soient perdues7. Ces exempla, notamment les latins, ont déjà été analysées par plusieurs articles, de celui de Paul Meyer8 à celui plus récent de Jussi Hanska et Jean-Pierre Dépée9. On trouve aussi une liste d’apologues sur le même thème dans l’édition d’Oesterley des Schimpf und Ernest du prédicateur franciscain Johannes Pauli (1455-1533)10.

  • 11 Pour les versions ibériques, entre autres : Rameline Marsan, Itinéraire espagnol du conte médiéval (...)

5La version latine la plus ancienne de l’histoire serait celle que donne le Pseudo-Boèce dans le De disciplina scholarium. C’est du moins derrière l’autorité de cet auteur apocryphe que se placent, ensuite, les deux tiers des variantes de l’exemplum dans le courant du XIIIe s., et au-delà. Il s’est en effet répandu à la fois dans les recueils d’exempla ou de modèles de sermons (notamment ceux ad status destinés aux laïcs), mais aussi dans la littérature didactique contemporaine. Pour l’Espagne, on en conserve au moins une dizaine de versions entre la fin du XIIIe et la fin du XVe siècle11 : pour les XIIIe – XIVe s., celles des Castigos, puis de la Glosa castellana al Regimiento de principes, et du Zifar contemporain, une version aragonaise, celle des Rams de Flors de Juan Fernández de Heredia, et deux versions catalanes dues à Francesc Eiximenis, dans le Dotzè llibre del Crestià et dans Lo Llibre de les dones. Pour le XVe s., une véritable floraison avec le Libro de los exemplos (por a.b.c.), l’Espejo (ou Espéculo) de legos, le traité de Rodrigo Sánchez de Arevalo, le Carro de las Donas (traduction du traité d’Eiximenis), et l’Esopete ou Ysopete Hystoriado, incunable de la fin du XVe s., plus proche de l’original ésopique. Le texte est encore repris à la fin du XVIe s. dans le Fructus sanctorum de Alonso de Villegas. Ce sont ces versions ibériques sur lesquelles nous nous concentrerons ici, après avoir reconstitué l’itinéraire complexe du récit, du latin aux langues vernaculaires.

6En dehors de l’Esopete, nettement plus tardif, le Zifar est le seul à construire un récit détaillé et presque autonome, avec une nette actualisation de l’histoire, même si au départ, l’auteur fait de l’héroïne du récit « une dame de Grèce ». Autre spécificité, alors que toutes les versions mettent en scène un couple père fils, le Zifar est le seul à faire porter la culpabilité sur la mère, à l’instar de ce que l’on trouvait dans la fable initiale d’Ésope.

  • 12 José AragüÉs Aldaz, « Sobre las fuentes del Libro de los exemplos por A.B.C. El caso de Valerio Máx (...)

7Sur le plan méthodologique, je rappellerais ici quelques réflexions de José Aragüés Aldaz sur la translatio narrationum, dans son article sur les sources du Libro de los Exemplos por a.b.c. et notamment la place qu’y occupe Valère Maxime12. La recherche de l’itinéraire d’un exemplum (ou de tout autre type de récit bref, d’ailleurs) doit se faire avec la plus grande prudence, même si le texte médiéval cite sa « source primaire » (primary source des anglo-saxons), que celle-ci soit antique ou n’ait que quelques siècles, voire quelques années. Il faut tenir compte d’étapes intermédiaires souvent difficiles à déterminer, que les œuvres aient été conservées ou non. Un récit exemplaire est souvent passé par le filtre de collections d’exempla antérieures. Le compilateur cite alors presque toujours l’auctoritas initiale et non pas le texte qu’il a immédiatement consulté. En outre un texte peut être la résultante et la combinaison de plusieurs sources, qu’elles soient présentes sous les yeux du rédacteur ou à sa mémoire. Une citation – et plus encore une traduction – peut donc n’être que très infidèle. Mais même la fidélité apparente de la citation à une source « d’origine » ne garantit pas qu’il n’existe pas entre la source primaire citée et le texte exemplaire de nombreux intermédiaires ; à l’inverse, des divergences textuelles importantes ne signifient pas que le compilateur rédacteur n’a pas vu la source primaire, il a pu la résumer et la synthétiser, ou à l’inverse largement recomposer la matière pour créer un texte original. Faute de disposer d’un outil externe exceptionnel, comme un catalogue de bibliothèque, difficile de dire de quel texte ou codex, matériel, l’auteur/compilateur a disposé ; dans notre exemple, je n’ai trouvé de données que pour Eiximenis.

8Par ailleurs, j’ai délibérément choisi d’extraire un exemplum spécifique de sa matière d’accueil, c’est-à-dire les traités ou les collections où il était inséré, ce qui est discutable sur le plan méthodologique, car il faudrait aussi examiner la série d’exempla qui l’environne pour vérifier si le compilateur reprend une série complète déjà constituée ou « grapille » des éléments dispersés. J’ai cependant essayé de restituer cet environnement, quand je l’ai pu.

L’itinéraire du récit en langue latine13

  • 13 En dehors des recensions que je signalerai ensuite (notamment celle de J. Berlioz pour l’éd. d’Étie (...)
  • 14 J’ai seulement pu inventorier les fables du Recueil général des Isopets, publié par Julia Bastin, P (...)

9Le Pseudo-Boèce, présenté dans la majorité des recensions médiévales du récit comme la source primaire ou source d’autorité, l’a lui-même en fait reprise à une fable ésopique, l’enfant voleur et sa mère, sans doute par l’intermédiaire de l’une des adaptations d’Ésope propres aux écoles médiévales. Un rapide sondage dans les variantes médiévales des fables ésopiques ne m’a cependant pas permis de déterminer sa présence dans les variantes communes, le Romulus, le Novus Aesopus d’Alexandre Neckham, les Isopet I, II et III (de Paris et de Lyon), l’Isopet Avionnet, ou le Romulus de Walter l’Anglais14.

  • 15 Fables d’Ésope, éd. et trad. Daniel Loayza, Paris : Flammarion, 1995, p. 196-197. Ben Edwin Perry, (...)

Au retour de l’école, un enfant remit à sa mère la tablette de son camarade, qu’il avait dérobée. Comme celle-ci, loin de le gronder, le félicitait, il vola ensuite un manteau et le lui apporta. Sa mère ne l’en loua que davantage. L’enfant grandit ; devenu un jeune homme, il passa à des rapines plus conséquentes. Un jour, cependant, il fut pris en flagrant délit ; ses mains liées dans le dos, on le mena au bourreau. Sa mère l’escortait en se frappant la poitrine. Il dit alors qu’il voulait lui murmurer quelque chose à l’oreille. À peine se fut-elle approchée qu’il lui saisit le lobe entre ses dents et le mordit sauvagement. Elle lui reprocha son impiété : comme si ses crimes passés ne lui suffisaient pas, il lui fallait encore mutiler sa mère ! ‘Le jour – lui rétorqua-t-il – où je t’ai apporté la tablette, mon premier larcin, si tu m’avais grondé, je ne me verrais pas au point où j’en suis, conduit à la mort’15.

10Les éléments topiques sont déjà en place : l’absence de correction par le parent responsable au moment des premiers délits, la progression dans le crime, le flagrant délit, l’exécution suivie par le parent, la morsure, les reproches du fils.

  • 16 Un roi défend de punir son fils, gâté, il devient vicieux, tue son père, et une fois monté sur le t (...)

11Le thème pourrait aussi avoir une origine orientale, mais elle est nettement plus lointaine dans le déroulement narratif de l’exemplum que la fable ésopique16.

  • 17 Paul Joachim Georg Lehmann, Pseudo-antike Literatur des Mittelalters, Leipzig – Berlin : B.G. Teubn (...)
  • 18 Stephani de Borbone, Tractatvs de diversis materiis predicabilibvs, prologus, prima pars de dono ti (...)

12La « seconde » version est donc due au Pseudo-Boèce, alias d’un auteur identifié peut-être avec un certain Conrad ‘Poseiaen’17, qui écrivait selon les spécialistes entre le milieu du XIIe s. et le milieu du XIIIe s., ou plus vraisemblablement entre 1230 et 1240, à Paris18, et quoi qu’il en soit avant 1240-47, puisqu’à cette date Vincent de Beauvais le cite parmi ses principales sources d’autorité dans le De eruditione Filiorum. Ici, le héros de l’histoire est le fils d’un certain Lucretius. La version du Pseudo-Boèce insiste longuement sur la carrière du jeune homme dans le crime et sur sa lente déchéance.

  • 19 Pseudo-Boèce, De disciplina scholarium, chap. II, 8-9, Patrologie Latine 64, col. 1227, p. 101-102  (...)

Contumetioso [exitus] appetitu sanguineum Lucretii filium Zenonisque discipulum tota Roma flevit inviscatum, qui tamen clarissimis ortus fuit natalibus, quantitatis procerae et sanguinae qualitatis, mirae siquidem eloquentiae, persicacis ingenii, sed quotidianis et ultra debitum nuptiis gaudebat, patre poenam deferente, patrimonium enim parentumque census illicite consumebat, cunctisque zelotypis eminebat. Proprio autem adhuc non destitutus pruritu, postea a parentibus ejectu, tandem ab amicis et consortibus destitutus, a creditoribus undique fatigatus, notis et ignotis furtim studuit assistere, crucis ab angustiis a patre creberrime redemptus, ultimo tamen parentis pecunia redimi non potuit. Cruci ergo adductus eumdem ad se venire lacrymis compellebat, osculumque voce querula petebat. Pietatis autem motio ad filii petitionem patrem erexit, erectique filius nasum morsu secuit acutissimo dicens : ‘Quare a meis primis erroribus incastigatis evasi ? Utquid magistri mei documentis non obedivi, sociosque meos contempsi ?’ Filii patrem necesse est indulgere castigationi, magistrumque discipuli mores informare19.

13Le Pseudo-Boèce conserve encore une atmosphère antique à ce récit, avec un enfant né dans la classe des proceres, admiré pour son éloquence ; le châtiment auquel il est promis, la croix, « sent » encore son antiquité latine. Il est aussi le seul à détailler longuement la déchéance du jeune homme, dilapidant le patrimoine familial, suscitant les envieux, puis pris à la gorge par les dettes, abandonné peu à peu de tous, parents et amis, se livrant enfin au vol, racheté plusieurs fois par son père au pied de la croix, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus payer.

  • 20 Valère Maxime, Des faits et des paroles mémorables, Livre III, chap. 3, ext. 3. « Eiusdem nominis p (...)
  • 21 Diogène Laërce, Zénon, dans Biógrafos griegos, éd. Aguilar, p. 1336 a-b (cité dans J. Fradejas Lebr (...)

14Je comprends la première phrase sanguineum Lucretii filium Zenonisque discipulum comme « le fils sanguinaire de Lucrèce, et disciple de Zénon ». En dépit des commentateurs qui en font un réel disciple, au sens scolaire du terme, du philosophe Zénon d’Elée, il me semble que ce que le Pseudo-Boèce veut dire c’est que ce jeune homme a imité Zénon dans une action tout aussi sanguinolente que ce dernier. Ici, il renvoie probablement soit aux Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime20, soit à Diogène Laërce21, qui cite lui-même plusieurs sources antérieures à son récit de l’anecdote. Quelle que soit la source primaire, tous deux relatent qu’un autre Zénon (autre que Zénon d’Elée), torturé par un tyran, demande à lui parler en secret ; cela lui est accordé et Zénon mord alors l’oreille du tyran jusqu’à ce qu’il lui en arracher un morceau.

Valère Maxime.

Diogène Laërce

Un autre philosophe de même nom [Zénon] avait formé le projet de tuer le tyran Néarque. Celui-ci le fit mettre à la torture tant pour le punir que pour lui faire dénoncer ses complices. Le philosophe surmonta sa douleur, mais avide de vengeance, il dit à Néarque qu’il avait à lui faire une révélation qui exigeait absolument le secret. On le détacha du chevalet, et quand il vit l’instant propice pour l’exécution de sa ruse, il saisit avec les dents l’oreille de Néarque et ne lâcha prise qu’en perdant la vie et en faisant perdre au tyran cette partie de lui-même.

Voulant détrôner le tyran Néarque (ou Diomedonte, selon d’autres), il fut appréhendé comme le relate Héraclide dans l’Epitome de Satyre. À cette occasion, comme il était interrogé à propos des conjurés et des armes conduites à Lipare, il dit que les conjurés étaient tous les amis du tyran ; en disant cela il le supposait déjà abandonné et laissé tout seul.

Ensuite, il déclara qu’il avait quelque chose à lui dire à l’oreille concernant certaines personnes, et il l’attrapa avec les dents et ne la laissa qu’après avoir été lardé de coups, comme il advint au tyrannicide Aristogiton. Demetrius dit dans ses Homonymes que c’est le nez qu’il lui arracha d’un coup de dents.

  • 22 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 2, 207 pour l’histoire de Zénon et le tyran. Vicentius Be (...)

15Il me semble que le Pseudo-Boèce connaissait parfaitement à la fois la fable ésopique et l’anecdote de Zénon transmise par plusieurs auteurs antiques, récits qui se ressemblaient par la castration symbolique de l’oreille des deux personnages négatifs (la mère trop faible, le tyran). Il fait donc une savante allusion à cet exemplum, dans l’introduction de son propre récit, ce qui témoigne que son auditoire devait lui aussi connaître l’histoire de Zénon et Néarque. Les lecteurs plus tardifs du Pseudo-Boèce ne connaissaient peut-être pas l’exemplum, quant à eux… Elle circulait pourtant, à preuve, Vincent de Beauvais la cite dans le Speculum historiale22 ; mais la méconnaissance de l’anecdote a donné lieu à un amusant contresens chez au moins deux d’entre eux.

16Parmi les nombreuses reprises du Pseudo-Boèce, certains auteurs le citent presque in extenso, sans modifier le contexte antiquisant, en l’inscrivant cependant dans un projet démonstratif et dans une série d’autres exempla qui font sens.

  • 23 Conrado Guardiola, « La influencia de Juan de Gales en España », Antonianum, 60 (1), 1985, p. 99-11 (...)

17C’est le cas notamment chez le Franciscain Jean de Galles (Johannes Gallensis, John of Wales), qui cite le texte du Pseudo-Boèce dans le Summa collationum sive Communiloquium. Le fait que l’exemple se trouve dans ce premier compendium explique peut-être l’importante diffusion de l’exemplum dans la Péninsule ibérique, car l’influence de Jean de Galles en Espagne a été démontrée par Conrado Guardiola23. L’exemplum se trouve dans un chapitre consacré à l’éducation des petits enfants et aux dangers de l’indulgence excessive : les parents doivent châtier leurs péchés avec la plus grande sévérité et tout défaut dans leur éducation leur sera compté par Dieu comme une grave négligence ; les péchés des enfants, dans une certaine mesure, retombent sur leurs parents, du moins quand ces péchés résultent d’un défaut d’éducation. À l’appui, Jean de Galles cite deux exempla, dont celui qui nous occupe ici.

18Il l’emprunte directement au Pseudo-Boèce, avec plusieurs phrases strictement identiques, mais en résumant les crimes du jeune homme à un lapidaire sicut ibi enumerat, sans doute parce que la liste des délits et des vols commis n’est pas indispensable au propos : condamner la négligence du père. Il y ajoute cependant les dés et les prostituées qui n’apparaissaient pas spécifiquement dans les crimes du fils, chez le Pseudo-Boèce, sans doute pour « actualiser » la liste des péchés dans un contexte médiéval.

  • 24 Jean de Galles, Communiloquium, 2.2.1, ms Vat. Lat. 1018, fol. 62r. Cité d’après J. Hanska et J.-P. (...)

Et de hoc narrat Boecius libro De disciplina scolarium de filio Lucrecii Sanguineo nomine Zenonis discipulo quod fuit absque disciplina nutritus consumens sua in aleis et meretriciis sicut ibi enumerat et a patre redemptus creberrime de angustiis crucis et deinde catus parentum penuria redimi non potuit. Qui cum lacrimis uoce querula peciit osculum a patre et cum pater accessisset nasum illius morsu acutissimo secuit dicens : ‘Quare meis primis erroribus incastigatus euasi ac magistri mei documentis non obediui sociosque meos contempsi ?’. Filii patrem castigatum necesse est indulgere magistrumque discipuli mores informare. Quasi scilicet dicens : ‘patri, quia non castigasti me sed permisisti me uacare peccatis merito de te uindictum capio’. Unde et parentes debeant cauere, ne relinquant malum exemplum filii ut dictum est supra24.

19La différence entre Jean de Galles et le Pseudo-Boèce est que l’auteur anglais a mal compris, me semble-t-il, ce qu’il recopie, et fait donc de ‘sanguineo’ (le sanguineum de la version initiale) le nom du fils de Lucrecius, un nom propre, Sanguineus, disciple de Zénon ! Très peu d’adaptateurs postérieurs ont repris cette mention, à quelques exceptions près, dont Juan García de Castrojeriz. Et à la différence de Jean de Galles, la plupart des adaptateurs postérieurs du Pseudo-Boèce transforment plus ou moins l’exemplum initial.

20La plus ancienne de ces versions remaniées semble être celle du cistercien Eudes de Cheriton, dans un sermon daté de 1219 et inclus dans les Parabolae.

  • 25 Sermon Domica viiija post octauas pentecostes secundum Lucham xvi°. Homo quidam erat diues qui habe (...)

De quodam et filio suo furante. Item quidam filium suum, cum paruulus erat, furari et alia illicita sine correctione exercere permisit. Tandem, cum ad virilem etatem peruenisset, et furtiuo comprensus est, et cum deberet suspendi, rogauit patrem suum ut daret ei osculum. Cum uero pater ei osculum porrigeret, filius eus cum dentibus frustrum carnis de facie patris rapuit. Cum uero inquireretur cur tale enorme comisisset, respondit se merito hoc fecisse, qui pater eius, eo quod prius corrigere contempserat, ad suspendium perduxit. Caueant ergo parentes ne in fornicationibus uel maleficiis filios suos nutriant, ne ipsos quos genuerunt filios gehenne faciant. Sicut sacerdos tenetur respondere pro parrochianis suis, ita uos de filiis uestris25.

21Comme le soulignent Jussi Hanska et Jean-Pierre Dépée, les détails relatifs à la Rome antique ont ici été évacués, et le fils sera pendu et non crucifié. D’autre part, les vices et crimes du fils ne se résument pas au vol, mais les parents sont mis en garde contre les « fornications et maléfices » qu’ils pourraient enseigner à leurs enfants. Autre variante narrative, ce n’est pas le lobe de l’oreille que le fils arrache à sa mère, comme chez Ésope, ou le nez du père que mord le jeune homme comme chez le Pseudo-Boèce, mais la « chair du visage ». Enfin la conclusion morale de l’exemplum compare la responsabilité morale des parents envers leurs enfants à celle du prêtre vis-à-vis de ses paroissiens.

22Jacques de Vitry reprend peu après l’anecdote dans ses Sermones vulgares écrits dans les années 1228-1240. Il l’emprunte peut-être au Pseudo-Boèce ou à Eudes de Cheriton.

  • 26 Ex. CCLXXXVII, The Exempla or illustrative stories from the Sermones Vulgares of Jacques de Vitry, (...)

Audivi quod quidam fur cum duceretur ad suspendium, ligatis post tergum manibus, videret patrem suum qui dolens et flens sequebateur eum et vocans patrem, ait : ‘Pater da mihi osculum’. Et cum oscularetur eum momordit labia ejus usque ad sanguinem. ‘Hec omnia mala mihi fecisti, cum esset puer et, te sciente, inciperem furari et multa mala facere, numquam me verberasti aut castigasti’. Expedit igitur quod pueri diligenter ab initio instruantur26.

23Dans ce squelette d’exemplum qui commence ex abrupto par le voleur conduit au gibet, Jacques de Vitry introduit quelques variantes narratives, et notamment le fait que le jeune homme a les mains liées derrière le dos. Curieusement, cette mention se trouvait déjà dans la fable ésopique, ce qui peut relever d’une certaine logique narrative et ne signifie pas forcément une filiation directe ou par le biais des variantes médiévales de la fable. D’autre part, cette fois le fils mord la lèvre de son père jusqu’au sang.

24Dans les années 1261-1268 c’est le franciscain Gilbert de Tournai qui inclut l’anecdote dans un recueil de Sermones ad status, en citant explicitement le Pseudo-Boèce.

  • 27 Gilbert de Tournai, Sermones ad Status, Ad coniugatas, sermo tercius, BN ms lat. 15943, fol. 145v. (...)

Hic habemus exemplum ex libro Boecii De disciplina scolarium de illo qui cum propter furtum fuit ductus ad suspendium ligatis manibus post tergium uidens patrem suum qui dolens et flens sequebatur eum, et uocans patrem ait : ‘Pater da michi osculum’. Et cum oscularetur eum momordit ei nasum dicens : ‘Hec omnia mala michi fecisti, qui dum essem puer et te sciente inciperem furari et multa mala facerem non me castigati27.

25La comparaison avec le texte le montre, ce n’est pas directement au Pseudo-Boèce que le Franciscain de Tournai reprend l’exemplum, en dépit de ce qu’il avance, mais bien à Jacques de Vitry qu’il cite presque mot pour mot, y compris le détail des mains liées dans le dos. La seule différence avec Jacques de Vitry c’est qu’au lieu de mordre les lèvres de son père, le jeune homme mord son nez, c’est-à-dire la version la plus commune.

26L’exemplum de Jacques de Vitry commence par un Audivi quod (comme souvent chez lui), ce qui témoigne qu’une version, au moins, circule en ce début du XIIIe s. dans les milieux cléricaux, par le biais de la prédication. La version qu’en donne à la même époque Étienne de Bourbon témoigne aussi de cette transmission orale, puisque lui-même dit l’avoir entendue de la bouche de Nicolas de Flavigny, archevêque de Besançon et « de beaucoup d’autres ».

  • 28 Ière partie Du don de crainte, titre VI Du jugement futur, chap. X, des accusateurs et de leurs tém (...)

 [Aliud] inducens et aggravans timorem judicii est accusatorum et testimoniorum diversitas… Primo, testimonium perhibent scripture ; secundo, accusans erit interior consciencia ; tercio, accusabunt opera sua [peccatorem] ; quarto, accusabit eum vicinia, quam corrupit exemplo suo et lesit facto suo… Ibi de patre impio querentur filii, quoniam propter illum dati sunt in opprobrium. Exemplum de filio patri amputante nasum. Hic notatur ut audivi a magistro Nicholao de Flaviniaco, archiepiscopo Bisuntinensi, et a pluribus aliis, quod cum quidam pater, sectans tabernas, filium parvulum duceret ibi secum, factus grandis ita assuetus ludis et tabernis, quod non poterat retrahi, et furabatur primo patri, post vicinis qui ibi expenderet ; nec pater suus primo corrigebat eum. Et cum factus esset magnus fur et judicatus duceretur ad suspendium, rogavit pro Deo ut adduceretur ei pater suus ; qui cum venisset et fleret, rogavit eum filius ut oscularetur eum et remitteret ei injurias. Quod cum faceret pater, ita momordit eum filius, ut amputaret ei nasum cum labio ; et cum de hoc argueretur, ait quod melius debuisset eum occidisse, si potuisset, quia non ipsi bajuli, sed ipse pater eum ad suspendium ducebat, qui eum non correxerat, sed pocius exemplo suo corruperat. Et dicitur quod dimissus ob hoc, vitam suam correxit28.

27Nicolas de Flavigny, souvent cité par Étienne de Bourbon, fut archevêque de Besançon de 1227 à 1235 (après avoir été doyen de l’église de Langres). Cela témoigne de la précocité de la diffusion du récit. L’exemplum est détaillé, presque virtuose avec des jeux de mots à la fin entre corrigere et corru(m)pere, corriger et corrompre. En dehors d’une « modernisation » qui se poursuit, avec l’introduction d’un bailli qui mène le jeune homme au gibet, les variantes sont nombreuses ; cette fois l’on revient à une liste explicite des crimes du jeune homme, notamment le jeu, la fréquentation des tavernes, les vols chez les voisins (comme dans le Pseudo-Boèce) ; c’est le nez et les lèvres qui sont mordus ; l’atmosphère chrétienne est plus marquée, le fils demande à son père de lui « remettre ses offenses » en citant le Notre Père. Mais la modification la plus importante tient à la conclusion : le jeune homme est finalement libéré. Ce changement capital s’inscrit dans le thème de ce titre : les excuses que les accusés présentent pour se dédouaner de leur responsabilité, en l’occurrence, la faute retombe sur les parents. Le crime du père, dans cette version, n’est pas seulement d’avoir assisté, impuissant, au développement du vice chez son fils, et comme le dit le jeune homme, le bailli n’est pas le seul à le conduire au gibet : c’est son père qui l’y a entraîné. Le père est lui-même coupable et responsable puisqu’il l’a conduit dès son plus jeune âge à la taverne ; sa faute ne consiste pas seulement en un défaut de correction, mais il l’a lui-même incité au vice. C’est lui qui l’a orienté vers le mal et sa condamnation est plus forte. Il est donc logique qu’à la fin, le fils soit gracié puisque, même adulte, il n’est pas le premier responsable de ses actes.

28Le titre du De Dono Timoris d’Humbert de Romans (ouvrage du XIIIe s.) laisse penser qu’il reprend l’essentiel de son traité à la première partie d’Étienne de Bourbon. La parenté entre les exempla, concernant du moins l’histoire du nez arraché, est en effet flagrante ; je n’ai pu le trouver qu’en traduction contemporaine, mais il est évident que les deux textes sont plus qu’apparentés, Humbert ne fait que recopier Étienne, ici au moins.

  • 29 Humbertus de Romanis, De dono timoris (ou Trastatus de habundanica Exemplorum), chap. VI, la craint (...)

On raconte qu’un fils nourri par un homme sans discipline, ni corrigé ni éduqué par son père, devint voleur en passant des petits délits aux grands crimes. Il fut arrêté et condamné à la pendaison. Or comme on le conduisait à la potence il demanda à voir d’abord son père. Celui-ci fut amené, le fils lui demanda de lui pardonner les offenses commises contre lui et de l’embrasser. Comme il s’exécutait, il lui trancha le nez avec ses dents. Alors que les assistants indignés commentaient sévèrement son geste il leur dit : ‘J’aurais dû faire plus si j’avais pu, parce qu’il est accusé de ma mort : en ne me corrigeant pas, il est la cause des maux qui m’ont fait condamner au gibet’. Et cet exemple concerne ce qui a été dit ci-dessus sur la plainte des fils contre leur père29.

29Humbert a simplifié le début de l’histoire en omettant le passage sur les tavernes où le père conduit le petit enfant, de même que les vols chez les voisins, mais le reste est quasiment identique, y compris la mention du pardon des offenses, propre à Étienne de Bourbon, et surtout la mention « j’aurais dû le tuer, si je l’avais pu » que l’on trouve dans les deux textes. La différence majeure est que le jeune homme n’est pas pardonné à la fin. De fait, les textes postérieurs qui citent comme source d’autorité le De Dono Timoris se réfèrent plutôt à la version « sans pardon » d’Humbert de Romans, qu’à celle d’Étienne de Bourbon.

30Ainsi, c’est à Étienne de Bourbon ou plutôt Humbert de Romans que le Speculum Morale reprend l’exemplum ; celui-ci n’est pas de Vincent de Beauvais, mais un ajout de la fin du XIIIe (voire pour certains de la fin du XIVe s. ?) d’un continuateur, dont l’écriture est d’une toute autre facture.

  • 30 Ecclesiasticus 41, 8-16, De impiorum progenie. On a rétabli entre crochets le texte de la Vulgate. (...)
  • 31 (Pseudo-)Vincent de Beauvais, Speculum morale, Speculum quadruplex… vol. 3, Lib. III (De septem vit (...)

 [Consuetudo mala] facit hominem despicabilem, destruens omnem dignitatem et nobilitatem et honorem. Eccl. 4 : Filii abominationum fiunt filii peccatorum ; et qui [con]versantur secus domos impiorum filiorum peccatorum periet haereditas et cum semine eorum assiduitas opprobr[ii]30. Scilicet propter eorum matra nutrituram, quia nutriuntur filii a parentibus in malis consuetudinibus. Unde de hoc sequitum. De patre impio conqueruntur filii. Sicut patet per exemplum illius filii qui propter hoc quod pater suus male eum nutriverat, ad tabernas ducendo secum, de ludis et furtis et maleficiis non corripiendo, cum propter furtum suum adiudicatus ad suspendium duceretur propter consuetudinem furandi ; cum rogaret patrem suum ut oscularetur eum, amputavit ejus nasum cum dentibus pro osculo, dicens quod pater suus qui eum male nutriverat nec corripuerat, ad suspendium eum ducebat31.

31Cette version s’inspire en grande partie de celle d’Étienne de Bourbon, avec la mention du père conduisant le fils aux tavernes et l’éduquant ou le laissant s’éduquer au jeu, au vol etc. Mais il s’agit en fait d’une version très résumée de celle d’Étienne de Bourbon, amplifiée seulement par une introduction citant longuement le Siracide. La mention des maleficiis peut aussi rappeler le « Caueant ergo parentes ne in fornicationibus uel maleficiis filios suos nutriant » de Eudes de Cheriton.

  • 32 Parmi les sources / liens de cet exemplum, Krappe donne Harry Leigh Douglas Ward, Catalogue of Roma (...)

32L’anecdote est encore reprise dans nombre de recueils d’exempla de la fin du XIIIe s. ou du XIVe s., notamment en Angleterre32. Sans les citer tous, mentionnons les plus importants.

    • 33 Bristish Museum, ms II. 284. Jean-Théobald Welter (éd.), Le Speculum laicorum. Edition d’une collec (...)

    Le Speculum laicorum, recueil anonyme compilé et composé en Angleterre à la fin du XIIIe s., selon les uns, ou écrit par John de Hovden (ou Hoeweden), un sacristain anglais à la fin XIVe s., selon d’autres spécialistes33. Notre exemplum y apparaît sous le titre De filiorum correpcione, dans une variante modernisée.

    • 34 J.-Th. Welter (éd.), Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en Fra (...)

    La tabula exemplorum parue entre 1270 et 1285 environ34.

    • 35 Guillaume Peraut / Guillelmus Peraldus (1190 ? – 1271), dominicain, archevêque de Lyon, auteur de l (...)

    Guillelmus Peraldus, Summa de virtutibus et vicis (avant 1271)35.

    • 36 Ed. partielle par J.-Th. Welter, « Un recueil d’exempla du XIIIe s. », Etudes franciscaines, 30, 19 (...)

    Le « recueil du frère sachet », recueil anonyme composé à Marseille entre 1251 et 1295 par un frère de l’ordre des Sachets36.

    • 37 Siegfried WENZEL (éd. et trad.), Fasciculus morum. A fourteenth century preacher’s handbook, Univer (...)

    Le Fasciculus morum, autre recueil d’exempla composé par un Franciscain, au début du XIVe s. L’anecdote apparaît sous le titre cette fois Humiliandum parentibus ; l’auteur la rattache au quatrième commandement et au respect dû aux parents ; les enfants de nos jours sont ingrats, mais le défaut en revient aux parents qui n’ont pas su corriger leurs défauts quand ils étaient plus jeunes. La morale est illustrée par deux exempla dont celui du Pseudo-Boèce, placé sous son auctoritas explicitement37.

    • 38 Je n’ai pu la consulter, mais sa traduction anglaise du XVe siècle (cf. supra) me laisse penser qu’ (...)

    L’Alphabetum narrationum du dominicain Arnold de Liège, rédigé vers 1308-131038.

  • 39 Magister Matthias, Copia exemplorum, 43, 6, Lars WÄHLIN (éd.) et Margarete ANDERSSON-SCHMITT (notes (...)

33C’est par l’intermédiaire de cet Alphabetum narrationum que l’anecdote s’est répandue au moins en Scandinavie puisque Matthias de Linköping, l’un des confesseurs de sainte Brigitte, le recopie dans son recueil Copia exemplorum, sous le titre Correcio39.

    • 40 Ms Upsalla, Bibl. univ. 523, fol. 118v., cité dans Stephani de Borbone Tractatus…, J. Berlioz (éd.) (...)

    La Compilatio singularis exemplorum40.

34L’exemplum est désormais tellement diffusé qu’il n’est parfois mentionné que de façon allusive dans les recueils. En voici trois exemples.

  • 41 Ms Paris BNF lat. 16481-16482, Nicole Bériou (éd.), La prédication de Ranulphe de La Houblonnière. (...)
  • 42 Hugues de Prato Florido, Sermones decalogo preceptorum. Sermon quinto super quartum preceptum, ms. (...)

35On trouve l’exemple sous une forme abrégée dans les sermons composés à Paris entre 1272 et 1273 par le curé Ranulph de La Houblonnière41. Il se répand à la même époque en Italie, notamment dans un sermon sur le quatrième commandement du Dominicain napolitain Hugues de Prato Florido, sermon qui doit dater de la fin XIIIe – début XIVe s.42. Il y adapte pour l’essentiel les Collationes in decem praeceptis de Thomas d’Aquin (1273), mais en y ajoutant quelques exemples, et notamment quand il parle de la discipline que les parents doivent inculquer à leurs enfants dès leur plus jeune âge, il mentionne entre autres exemples celui-ci : « Exemplum de illo qui ibat ad suspendium et petiit patrem suum osculari, et dentibus nasum ei amputauit dicens : ‘Quia non correxisti me, modo ad suspendium ducor’ ».

  • 43 Aldobrandino de Toscanella, Expositio decalogi (Sermones 29), ms Ottob. Lat. 1610, fol. 18r-v. Cité (...)

36Même chose chez un autre Dominicain, Aldobrandino de Toscanella, qui écrit à la même époque des sermons commentant aussi le Décalogue sur la base de Thomas d’Aquin43. Là encore, la citation de l’exemplum est réduite à sa plus simple expression : « Hic cadit illu qui in suspendio patris nasum momordit qui eum a puericia non correxerat ».

37Ce genre de traités de frères prêcheurs est surtout destiné à la formation de futurs Dominicains et comme vade mecum de prédicateurs pour les aider à préparer leurs propres sermons. Vu la brièveté de l’exemplum (qu’elle soit due aux auteurs ou aux copistes ultérieurs), le prédicateur devait être amené à le développer à l’oral, durant la « performance » du sermon, et il ne s’agit là que d’un canevas indicatif. L’exemple était assez connu de ces étudiants ou de ces prêcheurs aguerris, pour se passer d’une narration complète. L’exemple du jeune homme conduit au gibet est désormais devenu un classique que l’on trouve dans tout sermon ou texte traitant de l’éducation des enfants et la responsabilité des parents dans celle-ci.

38Dans la première moitié du XIVe s., Jean Gobi n’utilise l’exemplum (au registre filii) que de façon tout aussi allusive et contractée, en n’insistant en fait que sur un élément narratif : le rachat successif par le père des fautes du fils, jusqu’à ce que sans argent, il doive se résoudre à le laisser se faire pendre. Le thème, on l’a vu, n’apparaît en fait explicitement que chez Jean de Gales, c’est probablement là que Jean Gobi l’a repris, en modifiant quelque peu la morale de l’exemplum. Je suppose que c’est ainsi qu’il faut comprendre son introduction « le fils qui fut pendu à Argentinus », ce dernier étant le dieu de l’argent, p.ex. chez Auguste.

  • 44 Scala Coeli de Jean Gobi n° 536A (registre Filii), mss Bibli. Munic. Troyes 1345, fol. 95v (ms du X (...)

Quinto, debent eis obedire. Inducit exemplum illius filii, qui Argentine suspensus fuit. Patri inobediens existens nec volens ipsum audire, tandem captus, judici presentatus, semel, bis pecunia redemptus tandem deficiente pecunia redemptionis, suspensioni adjucetur. Qui patrem vocans, sibi nasum in scala furte momordit in exemplum aliorum44.

  • 45 Johannes Bromyard, Summa praedicantium, Nuremberg, 1485 et Venise, 1586, A III, 19. Jean Bromyard e (...)

39On trouve encore l’exemplum dans des recueils tardifs comme la Summa praedicantium de Jean/Johannes Bromyard écrit avant la fin du XIVe s., et imprimé dès la fin du XVe s.45.

Les adaptations en langue vernaculaire

  • 46 Ses mémoires couvrent les années 1218 à 1243.

40Le texte passe aux langues vernaculaires avec, me semble-t-il, un premier cas en France avant 1260, dans le livre Des quatre temps de l’âge d’homme de Philippe de Novare (v. 1190/95 – apr. 1264/65)46. C’est aussi, avec l’adaptation castillane du Zifar, l’une des plus longues. Après avoir dit qu’il ne faut pas montrer trop d’amour à son enfant, et surtout reprendre tous les péchés de langue et le blasphème, Philippe de Novare enchaîne :

  • 47 Marcel de Fréville (éd.), Des III tens d’aage d’ome, I, 8-10, Les quatre âges de l’homme, traité mo (...)

 (8)… et li anfant qui deviennent meslif en anfance sont en grant peril d’estre murtri ou de murtrir autrui et estre pendu. Et cil qui deviennent larron de petite chose viennent a plus grant, et tant que a la fin sont il ataint de grant larrecin et jugié et justisié ; cil qui les devroient chastier en sont mout corpable, et aucune foiz le comperent chierement. (9) Jadis avint que uns petiz anfes commança a ambler po a po, et plusors foiz portoit son larrecin devant son père, et li peres s’an rioit et li consentoit et disoit qu’il seroit soutis et engigneus puis qu’il savoit [ja] tant faire, et que d’ambler se garderoit il bien quant il seroit grand. Mais autrement avint : quar, quant il fu granz, si fiist un tel larrecin, de quoi il fu jugiez a pendre ; et quant on le menoit aus forches, il pria le justicier et les gardes que il soffrissent que il baisast et acolast son pere avant, et puis iroit volantiers a son mortel juïse. Cil en orent pitie et li soffrirent ; et cil, en samblance de baisier son pere, le print as denz par le neis, et li arreja et afola toute la chiere. (10) Li criz fu granz, et li justiciers li demanda por quoi il avoit ce fait ; et il li respondi que vangiez estoit de celui por cui on le menoit pandre ; et conta et retraïst comment ses peres li avoit consenti en s’anfance que il devint lerres, et l’avoit loé de ce dont il le deüst blasmet et reprandre. Li jostisiers qui estoit sages, demanda au pere se il disoit voir ; et il dist que oïl. Adonc respondit li jostisiers : ‘Si li lerres fust anfes, je le delivrasse, et pandisse son pere ; mais il est hons ; si deüst estre sages et soi garder de mal faire ; li viaus proverbes dit que chascune chievre par son jarret pant ; li lerres sera penduz par son mesfet, puis que il est hons, et li peres est a droit affolez de son vis, et perdra son fil honteusement’. La advint ce qui est dit devant la fole amor desvée, qui devint haïne mortel, et torna a domage des II parties47.

41Il me semble que le texte agglutine plusieurs sources, y compris, peut-être, une réminiscence vague de la fable ésopique avec le jeune homme qui porte ses larcins à son père qui en rit ; mais on trouve peut-être aussi des emprunts à Étienne de Bourbon, petit méfait deviendra grand, ou à d’autres prédicateurs contemporains que Philippe de Novare a pu connaître par la transmission orale. Il y a aussi des ajouts propres à sa création : d’abord le père a surtout fait preuve de sottise dans son défaut de correction, en pensant que les tendances de son fils au vol témoignaient d’un esprit « subtil et ingénieux » et qu’il se corrigerait de lui-même, étant plus grand ; ensuite, le personnage du « justicier » acquiert ici un relief qu’il n’a nulle part ailleurs, en dehors du Zifar ; c’est ce juge – ou l’exécuteur de la justice royale – qui mène une enquête sur le fait survenu sous ses yeux, c’est lui qui tient le seul discours au style direct, et non le fils, et il tire enfin la conclusion morale du récit, au lieu du jeune homme ; il a aussi cette phrase étonnante : si le voleur était encore enfant, il aurait fallu pendre le père, mais le voleur est un homme fait, la responsabilité de ses larcins repose donc sur lui seul. Ce texte témoigne surtout des revendications de la justice royale à l’époque de Louis IX : elle doit dominer dans toutes les sphères sociales, y compris dans le domaine familial.

  • 48 Né v. 1270, on conserve des notices sur l’activité et la production littéraire de Domenico Cavalca (...)

42Par la suite, c’est surtout en Italie que se répand l’exemplum, notamment chez le prédicateur Domenico Cavalca qui écrit dans les années 1330-134048.

  • 49 Domenico Cavalca, Frutti della Lingua, n° 59, édité par Marcello Ciccuto, in : Giorgio Varanini et (...)

Del padre impio si lamentano li figliuoli però che per lui sono in tormento. E a questo fa molto uno exemplo che si legge, cioè d’uno giovane che perché ‘l padre non lo rimprese quand’era fanciullo, adusossi a furare e mal fare. Onde poi, compreso in furto, fu giudicato alle forche. E menadolo la masnada alla giustizia, quello dimandoe que volea vedere lo padre. E venendo’l padre, pregollo che li desse la sua benedizione e che’l baciasse in boca e perdonasselo. E acostandoseli il padre per cosí fare, quello li afferroe l’orrechie co’ denti, e no lo lassoe infiché non liel’ebbe strappato. E domandato poi perché avesse cosí fatto, rispuose : ‘Perché per lui fo questa morte. Che s’elli m’avesse corretto quand’ io era fanciullo, non sarei ora impicato’49.

  • 50 M. Ciccuto, « Tradizione delle opere di Domenico Cavalca. Gli esempi dei trattati morali, parte III (...)

43Cavalca dit avoir « lu » l’exemple, sans citer sa source, il ne s’agit donc pas d’une simple transmission de prédicateur à prédicateur. Vu la structure du récit, je penche pour une filiation Étienne de Bourbon (et les versions qui en découlent), notamment en raison de la demande du pardon ; en revanche, le fait que le jeune homme morde l’oreille du père et non le nez, comme dans la très grande majorité des exempla recensés, nous renvoie à la version primitive d’Ésope, que le prédicateur pouvait connaître par les écoles50.

44En Italie toujours, l’exemplum apparaît fréquemment au XVe s. dans la prédication en langue vulgaire émanant des milieux mendiants, notamment en Carême.

  • 51 Prêche du Carême 1424 (Florence, Santa Croce, 8 mars – 3 mai), XIII, 2 ; prêche du printemps 1425 ( (...)
  • 52 « Schemi di sermoni (1420-1425) utilizzati per redigere i sermonari De Cristiana Religione e De Eva (...)

45Par la base ThEMA j’ai également pu repérer le thème dans deux autres sermons de Bernardin de Sienne, l’un fait à Santa Croce de Florence pour la prédication du Carême 1424 (Del giudizio dei figlioli cattivi, XII, 2), et l’autre dans l’église Saint-François et sur la Piazza del Campo de Sienne au printemps 1425 (Questa è la predica della giustizia di Dio, VII, 2)51. L’analyse de la base de données témoigne qu’il s’agit bien du même exemplum, avec pour conclusion morale du premier : « come quello giovane non gastigato – non sarei condotto a fare questa vituperosa morte »; et celle du second : « uno figliuolo fu allevato male del padre – Se ‘l moi padre m’avesse gastigato quando era piccolo, non capitavo qui ». La présence à Budapest de l’exemplum, dans un sermonnaire de la main même de Bernardin de Sienne, atteste de l’ampleur de sa diffusion52.

  • 53 Roberto CARACCIOLO, Opere in volgare, Enzo Esposito (éd.), intro. Raul Mordenti, Galatina : Congedo (...)

46Dernier exemple, Roberto Caracciolo (1425-1495), Franciscain originaire de Lecce, le cite dans l’un de ses sermons, sans doute prononcé en Vénétie en 147453. Si le récit témoigne d’un certain pittoresque dans la description des larcins du fils, et « invente » son arrestation dans la maison d’un marchand (adaptation au contexte urbain marchand proprement italien ?), la structure ne change pas.

Tu hai qua a proposito quel notabele exemplo de uno figliulo chi ogni giorno robava, ora un pomo, or auna gallina, e portava a casa, e lo padre rideva dicendo : ‘El ié puto !’, ora robava tri soldi, ora quattro e mai el padre nol riprendreva. Una notte se trovòe a robare in casa d’uno mercadante : fu preso e messo in prigione. Se fines volere el padre, quando andava alla forca, e basandolo e’ li tagliò el naso cum li denti dicendo : ‘O padre, traditore, per tua cagione si vilmente moro’.

  • 54 Mary Macleod Banks, An Alphabet of Tales. An English 15th Century translation of the Alphabetum Nar (...)

47L’exemplum est aussi présent dans l’Alphabet of Tales, traduction anglaise du XVe s. de l’Alphabetum narrationum « d’Étienne de Besançon » à en croire son éditrice. Mais il s’agit bien de l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège, déjà évoqué54.

Corripere debet pater filium et prelatus suditum.

We rede in [th]e same buke how [th]er was a yong man & he was tenderlie broght vp & no[th]ing correcte nowder of fadur nor moder when he did wrong ; so he become a thefe, & stale grete grudis. And on a tyme he was taken & demyd to be hanged : and as he was led vnto [th]e galos he desyrid at he mott se his fadut or he dyed; and he was broght. And he besought hym to forgiff hym all offensis at the had made vnto hym & so he did ; & [th]an he prayed hym to kis hym. And as he kissed hym, he bate of his fadur nece ; and [th]ai [th]at wer abowte hym had grete mervayle [th]eroff, and said ffelie vnto hym [th]erfor. And he ansswerd [th]aim agayn & said : ‘I sulde hafe done hym more skate and I had myght ffor he is cauce of my dead ; for he chastid not me when I was young, bod let me fall to gouernans & to mysreule at I am now dampned to my dead for, & mon be hanged. Corripiendi sunt paruuili. Supra de blasfemia.

48Le “buke” mentionné au début renvoie au chapitre antérieur (Correcio, CCXVI) mentionnant le Libro de Dono Timoris. Il est donc logique de penser que l’Alphabetum narrationum faisait lui-même référence au traité d’Étienne de Bourbon, ou bien plutôt à la version de Humbert de Romans, les parentés entre ces deux textes étant patentes dans la narration (la demande de pardon des offenses, ‘j’aurais préféré lui en faire plus’ etc.). La version anglaise ajoute cependant une responsabilité partagée du père et de la mère, mais elle se trouvait peut-être déjà chez Arnold de Liège. Quoi qu’il en soit, en l’état actuel de la recherche, c’est un apax.

Les versions ibériques (latines et vernaculaires) du récit de l’enfant gâté

49Aux deux extrémités de la période, l’exemplum quasi romanesque du Zifar est encadré par un certain nombre de versions nettement plus brèves de cette anecdote, désormais traduite en castillan ou en catalan. Ces versions renvoient les unes et les autres à l’intense circulation du récit entre le XIIIe et le XVe s., mais témoignent aussi de la part de l’auteur du Zifar d’un travail littéraire autour du conte tout à fait exceptionnel, et qui constitue un cas unique.

50Bien qu’elle date du milieu du XVe s., je commencerai par la dernière version latine recensée du récit, celle de Rodrigo Sánchez de Arevalo (1404-1470), le secrétaire des rois Jean II et Henri IV, dans un traité consacré à l’éducation des enfants.

  • 55 Rodrigo Sánchez de ARÉVALO (Rodericus Zamorensis), De arte, disciplina et modo aliendi erudiendi fi (...)

Non igitur lascive sunt nutriendi, quia ex hoc facile post labuntur in diversa atque dissoluta mala. Unde parentes memores perpetuo erunt illius iuvenis filii Lucrecii de quo Boecius non modo singulare exemplum sed et auditu horrendum nephandumque. Cum enim absque disciplina et deliciose nutritus esset et omnia sua in aliis pravique usibus consumpsisset et tandem furtis latrociniisque se infelliciter attullisset, evenit ut adproperaret ad quod ea facinora suos sectatores adducunt et furca dampnatur. Cum igitur a patre redimi propter penuriam non potuisset, patibulo proximus voce querula atque cum lacrimis a patre presente osculum petiit. At cum pater accessisset, nasum illius morsu acutisimo secuit, dicens : ‘Impie pater, a me impietatem suscipe, quia a te incastigatus evasi’. Ad hec que de infantibus et pueris diserui et in puelis patrum vigilantia custodia, qui scriptus est […]55.

51On le voit, le schéma narratif remonte bien au Pseudo-Boèce (le nom de Lucrecius, le fils pleurant au pied du gibet), mais plus encore sans doute à Jean de Galles, avec la mention d’une impossibilité pour le père de racheter la vie de son fils, faute d’argent.

52Dans la version des Castigos, on est assez proche de l’original latin de référence.

  • 56 Castigos del rey don Sancho IV, Capitulo primero. Cómmo deue el omne conosçer e temer a Dios que le (...)

Síguese aquí mesmo : así aprendan aquí los carnales amadores de fijos e de fijas, ca más los aman con plazer que a Dios, e non los corrigen con rigor. Quánto de mal procuran a sus fijos asimesmo para aquesta e para la otra ! Asimesmo Boeçio en el Libro de Escolástica Deçeplina recuenta del fijo de Lucreçia, el qual era criado en viçios de gula e con viles mujeres e con malas compannías por las quales cosas cometió crimen, por el qual fue sentençiado a muerte. E antes que muriese, demandó al padre que le besase. E besando el fijo al padre, el fijo dio tan grande bocado al padre que la nariz le partió por medio. E dixo así : ‘Sy tú me ouieras castigado quando era ora [tiempo], non fuera yo venido a tan fea muerte commo es aquésta. Por que, pues, me has fecho heredero de la forca, yo te faré heredero de aquesta llaga por que mejor se te mienbre de mí. E ruego a Dios que Él demande la mi ánima e el mi cuerpo de [a] ti, ca tú me has muerto e perdido en cuerpo e en ánima’. E así fablando lo leuaron a enforcar56.

53La référence à « Boèce » est unique dans les Castigos (dans l’éd. Bizzarri) ; peut-être le roi et son équipe ont-ils seulement entendu mentionner le récit dans le cadre oral de la prédication et ne l’ont-ils pas trouvé dans le traité même du Pseudo-Boèce. Il faut aussi noter le passage du Lucretius latin à un étonnant Lucrecia, mais qui reste perçu semble-t-il comme un personnage masculin puisqu’il est bien question du père, ensuite (à moins que ne se produise une confusion avec la Lucrèce outragée par Tarquin ?). On peut aussi noter que la débauche du fils est clairement définie, ces « femmes viles et mauvaises compagnies » renvoient non pas au Pseudo-Boèce, qui ne les évoque pas directement, mais plutôt aux meretrices de Jean de Galles ou encore aux fornicationes de Eudes de Cheriton. Le castillan y ajoute quelques péchés de « gueule », pour faire bonne mesure. Les vols antérieurs sont cependant remplacés par un « crime » qui n’est pas défini clairement (un meurtre ?) mais qui semble mieux justifier la condamnation à mort. Autre ajout littéraire du texte des Castigos, la belle expression « tu m’as fait héritier du gibet, je te laisse en héritage cette plaie afin que tu te souviennes mieux de moi », plaie mémorielle que l’on ne trouve pas dans les versions antérieures. La conclusion est aussi plus chrétienne, l’enfant a été perdu corps et âme par la faute de son père, ce qui renvoie à l’introduction de l’exemplum : « Combien de maux procurent à leurs enfants (ceux qui les aiment trop) dans cette vie et la suivante ».

  • 57 Sur l’épisode dans ce texte, voir Rameline Marsan, Itinéraire espagnol…, p. 401-402, même si ses an (...)
  • 58 I Samuel 2, 12-17 et 22-26.
  • 59 Egidio Colonna (Aegidius Romanus), De Regimine principum, Libri III, éd. F. Hieronymum Samaritanium (...)

54La Glosa Castellana al ‘Regimiento de Príncipes’ de Egidio Romano, rédigée vers 1345 par frère Juan García de Castrojeriz pour l’éducation du futur Pierre Ier, offre peu d’ajouts à la version topique du récit57. Le passage se trouve dans un chapitre démontrant que si le châtiment des enfants doit être tempéré, la négligence en ce domaine est encore plus criminelle, et les péchés des enfants retombent sur leurs pères ; les exempla cités à l’appui sont classiques, les « vauriens » de fils du prêtre Eli58, exemple déjà brièvement évoqué dans les Castigos en association avec notre exemplum, et l’histoire du petit garçon de cinq ans qui blasphémait (Dialogues de Saint Grégoire, IV, XVIII), souvent associée à notre exemplum, elle aussi. L’exemplum est propre à l’amplification de Juan García de Castrojeriz, comme tous les autres exempla de la glose, et ne se trouve absolument pas dans le chapitre correspondant de Gilles de Rome, qui ne fonctionne que par citation d’autorités (La Politique ou L’Ethique d’Aristote pour l’essentiel) et ne cite jamais le moindre exemplum59.

  • 60 Glosa Castellana al ‘Regimiento de Príncipes’ de Egidio Romano, Libro segundo : Del goviernamiento (...)

E desto mismo pone exemplo Boecio en el Libro de la Disciplina de los Escolares, de un fijo de Lucrecio, que le decían Sanguineus, que fué mal criado jugando e gastando lo suyo con malas mugeres e su padre redimiólo muchas veces e tirólo de la forca. E después que todo cuanto havía su padre despendido por él, acaesció que lo llevaban a enforcar e no tuvo ya de qué lo redimir ; e el fijo cuando vió que lo ponían en la forca, comenzó a llorar e a llamar a su padre, que le diese paz antes que muriese. E cuando llegó el padre a él por le besar, cortóle el fijo las narices con los dientes, diciendo : ‘Porque no me castigaste cuando era mozo, ca nunca a esto viniera si fuera castigado, e pues tú non me castigaste, quiero tomar venganza de ti’. Onde los padres, por no dar mal enxemplo de sí a sus fijos, deven en sí ser buenos, ca si el padre es malo e jugador, conviene que tal sea el fijo60.

  • 61 Il est clair ici que le fautif est le père, et non la mère (de même ensuite dans l’Especulo de los (...)

55On retrouve ici la plupart des éléments classiques, dont la culpabilité du père61 ; ces éléments proviennent du Pseudo-Boèce ou plus exactement de son adaptation par Jean de Galles, notamment le soi-disant prénom (ou surnom) du jeune homme, puisque le Communiloquium est le seul à mentionner ‘Sanguineus’ comme un prénom ; il y emprunte aussi les « mauvaises femmes », à moins qu’elles ne viennent des Castigos, le rachat à plusieurs reprises de sa liberté jusqu’à ce que la famille ne puisse plus payer, le fait que c’est le jeune homme qui pleure (ce qui ne se trouve que chez le Pseudo-Boèce et Jean de Galles avant cela). En revanche le jeune homme n’est pas coupable ici d’un quelconque crime, vol ou autre, qui justifie le gibet. L’analyse des éléments narratifs semble démontrer que la version de Castrojeriz dérive directement de celle de Jean de Galles.

  • 62 Juan Fernández de Heredia, Ram de Flors (ms Escorial Z-I-2), John Nitti et Lloyd A. Kastern (éd.), (...)
  • 63 Ruth Leslie, « A source for Juan Fernández de Heredia’s Rams de Flores », Studia Neophilologica, 45 (...)

56Dans le courant du XIVe s., notre exemplum se rencontre encore dans les Rams de Flors de Juan Fernández de Heredia (1310-1396), aussi connu sous le titre de Libro de Actoridades, est un livre de sentences morales pour les princes et les gouvernants62. Il se présente sous la forme d’une collection d’historiettes venant de Valère Maxime et surtout de la Summa Collationum de Jean de Galles, une fois encore63.

57Cette version, comme les deux catalanes de la fin du siècle, renvoient au Pseudo-Boèce, mais il est possible que leurs auteurs n’en aient eu qu’une connaissance indirecte, peut-être à travers le Communiloquium de Jean de Gales, selon les spécialistes.

58Francesc Eiximenis reprend par deux fois l’exemplum, dans son grand manuel d’éducation des gouvernants, au contenu encyclopédique, le Crestià (achevé v. 1387-91), puis de nouveau dans le Llibre de les dones (1396). La citation dans le premier – chronologiquement – est plus que succincte et prête à confusion selon les manuscrits.

  • 64 Francesc Eiximenis, Dotzè llibre del Crestià segona part, volum segon, Curt Wittlin et al. (éd.), G (...)

Recompta Boeci, libre De disciplina scolastica, que Lucrecius Sanguineus ach un mal fill e gran tacany per gran colpa del pare, car no.l corregia quax jarnés ; lo qual fill, mentre que la cort lo menava penjar, besant a son pare li tallà lo nas ab les dens diente-li : ‘Si tu m’aguesses castigat quant era ora, no fóra yo ara pejat’. Pert al dix Ciceró que a necligència de pare e de mare en corregir l’infant s’appella mort d’aquells64.

59Dans ce chapitre du Crestià, où l’on trouve de nouveau l’exemplum des fils d’Eli, Eiximenis confère au prince une autorité de tutelle morale sur les enfants, notamment pour pallier l’amour excessif des pères pour leurs enfants, parents oublieux qu’ils doivent d’abord les endoctriner dans l’amour de Dieu. Le poids moral de la culpabilité repose tellement, ici, sur les épaules du père (ou de la mère) que le surnom Sanguineus lui est transféré, et les crimes mêmes du jeune homme sont étonnamment passés sous silence.

60Dans le Llibre de les dones (1396), manuel d’instruction pour les femmes dédié à la comtesse de Prades Sanxa Ximenes d’Arenós, Eiximenis reprend le même exemplum mais de façon plus détaillée et dans un contexte didactique et un environnement textuel différent, encore que l’on y retrouve de nouveau l’association avec l’exemple des fils d’Eli.

  • 65 Id., Lo Llibre de les dones, 2 vol., Franck Naccarato (éd.), Barcelona : Universitat de Barcelona – (...)

Seguex-se aquí metex axí : aprenduen açí carn&als amadors de fills e de filles, qui més los amen complaure que a Déu, ne.l corregexen ab rigor, quant de mal procuren a lurs infans e a ssi meteys, per esta via e per altra. Item Boeci en lo llibre De escolastica diciplina recompta de Lucreci, lo qual era nodrit en vicis de la gola, e ab vil fembres, e ab males compayies, per les quals coses comès crim per què fos sentenciat a mort. E ans que morís, demanà al pare que.l besàs ; et besant lo fill al pare, lo fill donà tan gran mos ab les dens sobre lo nas que lo nas li parti pel mig, e dix axí : ‘Si tu m’aguesses castigat cant era hora, no fóra yo vengut a tant lega mort con és aquesta. Per què pus m’as fet hereter de la forcha, yo.t faç hereter d’aquesta naffra, per tal que mils te membre de mi. E prech a Déu que Ell requira ma ànima e mon cors de tu, car tu m’as mort e perdut en cors e en ànima. E axí parlant lo menaren pengar65.

  • 66 Thèse de Carmen Clausell Nacher, Carro de las Donas (Valladolid 1542). Estudio preliminar y edición (...)

61L’évolution textuelle est flagrante ; la première version appartient à une famille de textes relativement neutre, sans élément distinctif particulier ; la seconde, en revanche, fourmille de détails. D’une version à l’autre, Eiximenis hésite en outre sur le nom du personnage. Ici, il semble faire de ‘Lucrecius’ le nom du fils. En fait, la tradition catalane présente différentes lectures selon les manuscrits : celle que nous donnons ici (ms G 14r) diffère de l’incunable où la version exacte a été rétablie : « recompta de los fill de Lucreci » (fol. 13r)66.

  • 67 Au niveau des sources, si l’on reprend la classification de Barry Taylor sur les fables et exempla (...)
  • 68 Jacques Monfrin, La bibliothèque de Francesc Eiximenis (1409), Genève, [s.n.], 1967, p. 603-648, in (...)

62Comment expliquer ces variantes ? Il me semble que seule une différence de sources peut les justifier. Eiximenis est un Franciscain qui fait un large usage des exemples de la prédication mendiante67 ; l’inventaire de sa bibliothèque après son décès, en 1409, témoigne qu’il possédait peu de recueils de sermons, mais en revanche plusieurs recueils d’exempla : ceux de Jean de Galles, Humbert de Romans, Nicolas de Hanapes et les sommes morales de Guillaume Péraud68. Or notre exemplum apparaît dans au moins deux de ces compilations. Dans le Crestià, même si Eiximenis opère un déplacement identitaire du fils au père avec ce ‘Lucrecius Sanguineus’, la formule laisse penser, en tous cas, qu’il a vu l’une des rares versions où le sanguineus était pris pour un anthroponyme (i.e. soit Jean de Galles, soit Juan García de Castrojeriz) ; même s’il n’a repris ni à l’un ni à l’autre l’idée que le père s’est ruiné à payer les juges plusieurs fois, il est vraisemblable qu’il ne fait ici que s’inspirer de Jean de Galles.

63Il n’en va pas de même pour la seconde version de l’exemplum, celle du Llibre de les dones. Il s’agit là d’une traduction littérale des Castigos de Sanche IV, y compris du paragraphe introductif ; on y retrouve par exemple l’expression qui lui est propre « d’héritier du gibet » et constitue un véritable marqueur. D’autre part, toute la partie centrale du chapitre XV d’Eiximenis est un décalque de celui des Castigos, avec les mêmes exempla dans le même ordre (les fils d’Eli, Pseudo-Boèce, Novacianus etc.). Il me semble donc que Eiximenis a dû se procurer les Castigos entre ces deux temps de rédaction.

64L’exemplum se retrouve, bien évidemment, dans le Carro de las Donas, traduction anonyme en castillan du Llibre de les Dones, réalisé pour l’éducation des filles des Rois Catholiques. En dépit de la filiation entre le Llibre et les Castigos, le traducteur castillan semble avoir préféré reconstruire sa propre traduction plutôt que de les copier à la lettre. Du moins a-t-il allongé quelques phrases, changé quelques formules et tournures et modernisé l’orthographe. On peut d’ailleurs se demander s’il disposait du texte des Castigos.

  • 69 C. Clausell Nacher, op. cit. L’œuvre est aussi conservée dans 5 mss (4 castillans et 3 aragonais). (...)

Aprendan de aquí los padres carnales que mal corrigen a los hijos viciosos y mal doctrinados, amándolos más que a Dios ¡ Quánto mal y daño les hazen en no los castigar, que los infaman para esta vida y los condennan para la otra ! Assí Boeçio, De consolación, en el Libro de la scolástica disçiplina, cuenta del hijo de Lucreçio, el qual era criado en viçios de gula y luxuria, y con viles y deshonestas mujeres y malas compañias. Y acontesció que cometió un crimen por el qual fue condennado a muerte e antes que muriese, demandó por su padre y llegando el padre al hijo, rogóle el hijo que le besase. Y como el padre lo quiso hazer, alcançóle el hijo un muy grande bocado en el rostro que le partió la nariz por medio, e díxole así : ‘Si tú padre, me huuieras castigado quando era niño, yo non huviera venido a tan fea muerte commo ésta. E pues me has hecho heredero de la forca por no me castigar, yo te haré heredero desta llaga porque mejor se te acuerde de mí. E ruego a Dios que Él demande mi ánima y cuerpo a ti, porque no me castigaste, doctrinaste ni corregiste como lo avías de hazer. Y tú por esta causa me has muerto y perdido el cuerpo y el ánima’. Y assí hablando le lleuaron a la muerte69.

  • 70 Édition ancienne : Recull de eximplis e miracles, gestes et faules e alters ligendes ordenades per (...)

65Toujours dans le domaine catalan, l’exemple apparaît aussi à la fin du XIVe s. ou au début du XVe s. dans le Recull de eximplis (per a.b.c.), comme il fallait s’y attendre, puisqu’il s’agit de la traduction de l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège, dont on a vu que la traduction anglaise, l’Alphabet of Tales, comportait aussi l’exemple70.

Exempli quant de mal sen segueux al fill con lo pare nol castiga en la fadrinsea, segon ques recompta en lo libre de Dono Timoris. Corrigere debet pater filium, prelatus subditos. Un hom hauia un fill, e nodria lo molt delicadament e nol castigaua, perque sauea a furtar algunes coses poques. E no castigantlo lo pare aueas a furtar grans coses ; per la qual cosa se sdeuench quel fill fon pres e sententiat a penjar. E axi con lo levaven a la mort demana que li feessen venir son pare. Quant lo pare lo fodenant, lo fill li demanda perdo molt humilment ; e los pare li perdona. ‘Pare, dix lo fill, placieus que en senyal de comiat quem besets’. E lo pare acostant la sua bocha a la del fill, lo fill ab les dents leua li lo nas. Les gents que allí eren tenguren ho a cruel cosa ; e tots a una començaren a mal dir et a desonrar lo fill. E lo fill los respos : ‘Verament encara volguera hauer fet mes de mon pare que no li he fet, car ell es occasio de aquesta mia mort, que nom castiga stant infant quant jo començaua a furtar les coses poques’.

66Cette version relève bien de la famille remontant à Étienne de Bourbon par l’intermédiaire de Humbert de Romans, avec les mêmes caractéristiques narratives, la demande de pardon, le regret de ne pas avoir eu l’occasion de faire encore plus grave etc. Cependant le titre de l’exemplum comparant le devoir de correction du père vis-à-vis du fils à celui d’un prélat vis-à-vis de ses ouailles rappelle le « Sicut sacerdos tenetur respondere pro parrochianis suis, ita uos de filiis uestris » de Eudes de Cheriton, et il y a donc plu avoir contamination.

67Cet excursus nous a entraîné à la fin du XVe s. Mais dès les années 1400, l’exemplum était intégré dans l’une des toutes premières véritables collections d’exemples en Castille.

68Clemente Sánchez de Vercial, archidiacre de Valderas (Léon) collecte dans les années 1400-1420 quatre cent soixante-cinq exempla classiques dans son Libro de los exemplos (por abc).

  • 71 El Libro de los enxemplos CCLXXIII, P. de Gayangos (éd.), Escritores en prosa …, p. 447-542 (contie (...)

Pater non corrigens filium ab eo punitur. El que á su fijo non quiere castigar / El mismo á su padre la pena ha de dar. Dicen que un buen homme tenia un fijo, é cuando ninno, aunque furtaba é facia otros males, nunca lo quiso castigar ; é de que fué en edad de homme, teniendo la mala costumbre, fué tomado en furto é preso. E queriéndolo enforcar, rogó a su padre que lo besase, é el padre llegándolo á besar, trabolo de las narices con los dientes é cortógelas. E demandaron por qué cometiera cosa tan fea é tan mala, é respondió : ‘Que razon hobiera de lo facer, porque su padre cuando mozo non lo castigó, é así le trayera á la forca’71.

69Comme souvent, Clemente Sánchez simplifie l’histoire pour n’en garder que la trame, dépouillée de tout détail spécifique, et délivrée notamment des restes de romanité (nom des personnages). On a ici une version à la fois classique et apauvrie, où le seul crime du jeune homme est le vol. Il est donc difficile de dire de quelle souce elle dérive, probablement d’une transmission assez vague par le biais de la prédication (« dicen »).

  • 72 José María Mohedano HernÁndez (éd.), Espéculo de los Legos, texto inédito del siglo XV, Madrid : CS (...)

70L’Espejo ou Espéculo de los legos est uneœuvre anonyme, datée sans doute des années 1447-1455, traduction du Speculum Laicorum de John de Hovden déjà mentionné. Son auteur est sans doute un frère franciscain, comme celui du premier Speculum. Il s’agit du plus long recueil d’exemples (569 à 583) pour l’Espagne, avec le Libro de los enxemplos por abc. Les exemples y sont aussi classés par ordre alphabétique, de l’abstinence à l’usure72. Le traité donne deux versions successives de l’exemplum, une de taille classique (n° 287) et l’autre qui n’en est qu’un résumé abrégé d’une demi-douzaine de lignes (n° 288).

Onde Boeçio recuenta en el Libro de la Disçiplina de las Escuelas [Disçiplina escolastica mss B et C] que fué un mançebo dexado biuir a su voluntad, e dióse a furtos et a fornicaçiones a (sic) a otros pecados, non curando el padre de lo castigar. E commo fuese preso muchas vezes e acusado a muerte por los tales malefiçios, era librado por las riquezas del padre. E commo fue preso una vez pour un furto, e el padre oviese despendido quanto avia por lo librar otras muchas vezes, e non touiese ya que dar, fué dada sentençia para lo matar. E comme lo lleuasen en enforcar, rogó al padre que le diese paz, e llegando el padre a le dar paz, cortóle el fijo las narizes con los dientes. E preguntado el fijo porqué fiziera tan grand crueldat contra su padre, respondió e dixo : ‘Esto fize yo porqué en él aprendiesen los padres castigar a sus fijos en sus moçedades e castigara espesamente, non fuera yo agora condenado a muerte’.

71L’Espéculo n° 287 appartient indéniablement à la famille de textes qui remonte à Jean de Galles, avec la mention de plusieurs rachats successifs de la liberté du jeune homme ; mais la mention des ‘fornications’ s’ajoutant au crime principal, le vol, témoigne de la contamination des textes castillans antérieurs (Juan García de Castrojeriz pourraît être un bon intermédiaire). Il enchaîne dans le même paragraphe sur un commentaire fondé sur les citations bibliques, l’Ecclésiastique, puis saint Isidore (Etymologies, livre VI), saint Augustin (Epître à Vincent), Eli dans le Livre des Rois (sic), saint Jérôme (Epître à Amand), citations classiques qui forment l’appareil théorique des prédicateurs et des pédagogues sur la nécessité du châtiment des enfants dès leur plus jeune âge. La version courte ne reprend que l’essentiel :

Onde commo un mançebo se diese a malas costumbres desde su moçedat e fuese condenado a muerte por sus malos fechos, e fuese leuado al lugar del tormento, dixo a su padre : ‘Padre, tú me matas e me fazes aqueste mal, porqué fuste negligente en me castigar.

72Dans cette version (n°288), le texte est encore accompagné de citations de l’Ecclésiastique, Epître de Paul aux Ephésiens, Proverbes, épîtres de saint Augustin etc. Mais l’exemplum en lui-même est ici réduit à son squelette, il lui manque même un élément identifiant essentiel (la morsure) ; il ne fait que réitérer le précédent, et d’ailleurs dans l’un des manuscrits, il n’est pas repris. On note que cette fois il n’est pas attribué à Boèce. Il est vraisemblable que l’auteur/compilateur de l’Espéculo a trouvé les deux versions dans deux collections de sermons et d’exempla, les a identifiés comme voisins en dépit de l’absence de mention de l’arrachage du nez du père, mais il a préféré en donner les deux versions. La seconde version me semble dériver d’une recension des Castigos ou d’un texte proche, car l’exclamation du jeune homme, tú me matas, rappelle évidemment le tú me has muerto des Castigos.

  • 73 Rinuccio d’Arezzo (Remicio Aretino, Remigio en Espagne) avait traduit en 1448 la Vie d’Ésope de Max (...)

73À la fin du XVe s., L’Ysopo castillan reprend une version de l’histoire, dans les Fábulas de Remicio (à partir de la traduction de Rinuccio d’Arezzo de Castiglione73) sous le titre Del moço ladrón y de su madre, qui en dépit de ce passage par un intermédiaire italien, reprend assez fidèlement la fable ésopique, y compris le personnage de la mère, à ceci près que la tablette volée au début est remplacée par un livre.

  • 74 Je cite d’après La vida y fábulas del Ysopo, fábulas de Remicio, XIV, Valencia, Juan Joffre impr., (...)

Quien no es castigado en principio quando comiença delinquir e fazer mal, de día en día se torna peor, según prueva esta fabula. Medio burlado, un moço que aprendía letras furtó un libro en que leya su compañero e tráxolo a su madre, la qual, en lugar de castigarlo y reprenhenderlo pour ello, recibiólo con alegría. Dende a poco, el moço furtó un manto a otro compañero, el qual no menos lo traxo a la madre, la qual lo recibió buenamente. El moço mal castigado cada día furtava, tomándolo por officio, de manera que como furtasse ya muchas cosas y grandes, un día él fue tomado en un furto manifiesto y preso y atormentado. Ya sabida la verdad, él fue sentenciado y condenado que fuesse enforcado como ladrón que era. Y como al lugar de la justicia lo llevassen, la madre le seguía llorando y plañiendo, el qual demandó licencia para fablar una palabra a su madre secretamente. E bolviendo para ella, y llegando su boca a la oreja d’ella, como para le fablar en secreto, cortóle la oreja con los dientes. La madre, quexándose del dolor, maldezíalo y rogava contra él. Entonces, aquéllos que lo llevavan tomando aquella por grand desobediencia y fuera de orden, criminándolo non solamente de furto, mais por la crueldad que cometía contre su madre, el ladrón, sin vergüença alguna, dixo : ‘No vos maravilléys porque yo he cortado la oreja a mi madre por quanto ella fue causa d’este mal que agora padezco y de todos los mis males, porque si ella me castigara como yo le llevé el libro furtado del estudio, yo dexara de furtar y no viniera a ser enforcado por ladrón’. E assí amonesta esta fábula que al principio son de castigar y reprehender los niños quando algún crimen o delicto cometen, porque no procedan a mayores pecados. El pequeño delito del niño, si queda sin punición, es darle alas para otro mayor74.

  • 75 Pour le commentaire de cette image voir les réf. données par J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del (...)

74Le texte de la fable ésopique s’accompagne d’une gravure mettant en scène quatre personnages, de droite à gauche le bourreau, qui tient d’une main l’échelle apposée en oblique contre le gibet qui constitue le cadre de la gravure, il tient aussi de l’autre main une corde qui le relie au condamné. Entre eux à l’arrière-plan un moine, qui n’apparaît évidemment pas dans le récit initial ni même dans la version écrite de l’Ysopo, si ce n’est à travers la mention de ces « aquéllos que lo llevavan » ; il tient une croix à la main, symbole de la rédemption possible du jeune criminel. Puis vient celui-ci, les bras liés derrière le dos comme dans plusieurs variantes latines du récit – cela n’apparaît pas non plus dans la fable, mais il est possible que ce soit un choix graphique logique plutôt qu’une contamination des exempla latins. Pieds nus, la corde au cou, son corps est dans une posture un peu tordue, puisqu’il se retourne à ce moment vers sa mère ; celle-ci est presque invisible ou illisible sur la gauche du cadre, enveloppée dans de grands voiles, on voit cependant ses bras qui enlacent la taille du jeune homme d’un geste tendre, mais son visage voilé disparaît, littéralement « mangé » par le visage de son fils, qui la dévore visuellement, en quelque sorte75.

  • 76 Martinus de Troppau, Promptuarium exemplorum, éd. imprimée 1484, IV, H (dans les appendices) ; éd. (...)

75Un siècle plus tard, en 1594, l’anecdote est encore reprise dans le Fructus sanctorum de Alonso de Villegas, citant comme référence le Promptuario de exemplos, cette fois (sans doute l’une des deux compilations latines portant le titre de Promptuarium exemplorum, celle de Martinus d’Opawa ou de Troppau (ou Le Polonais), mort en 1279, ou peut-être celle de Johannes Herolt, composée vers 1440 (il est mort en 1468)76. La source d’autorité a désormais changé, comme si l’attribution à Boèce ne semblait plus satisfaisante à cet auteur moderne.

  • 77 Alonso de Villegas, Fructus sanctorum, discurso V, n° 7, fol. 22r-22v ; José AragüÉs Aldaz (éd.), E (...)

Un padre grande jugador y que se andava de taverna en taverna, llevava consigo un hijo pequeño que tenía, y acostumbróse tanto a esto el moço que siendo grande, faltándole dinero para jugar, dio en hurtar. Començó en casa de su padre, passó a la del vezino, y al cabo hurtava como ladrón famoso. Dos vezes estuvo a punto de ser ahorcado y el padre, con dineros que dio, le libró. Vino la tercera vez, y no valiendo dineros ni aprovechando favor, fue llevado à la horca. Y estando al pie de la escaleria, pidió que le hiziessen venir allí a su padre. Vino muy lloroso. El hijo le rogó que le perdonasse los males que le havía hecho y en señal de perdón le besasse en el rostro. Llegó el viejo y el moço le mordió las narizes y se las llevó entre los dientes. Todos los que estavan a la mira se indignaron de muerte contra él, dezíanle afrentas, llamávanle ingrato, traíanle á la memoria que por dos vezes le avía su padre librado de la horca y que lo mismo hiziera ésta si pudiera. El ladrón dixo : ‘Lo hecho he sido acertado y con mucha justicia, porque él fue la causa de que aora me ahorquen, pues cuando moço nunca me castigó ni reprehendió por males que hiziesse, de donde vine a ser ladró y a la horca. Lo dicho es del Promptuario de exemplos77.

76Ce récit composite ressemble à un compendium de toutes les versions antérieures : comme chez Étienne de Bourbon, le père fréquentait les tavernes et emmenait le petit enfant avec lui ; comme dans le Pseudo-Boèce, le fils vole chez les amis et les voisins ; comme chez Jean de Galles (et ceux qui le reprennent), sa liberté est achetée par deux fois aux juges. Mais on n’y trouve aucune création narrative, à la différence du récit dans le Zifar.

Le Zifar

77La version de notre exemplum dans le Zifar est un apax, aussi bien dans la littérature latine que vernaculaire, car en dehors de sa reprise topique dans les sermons en langue vulgaire, et de l’adaptation de Philippe de Novare, qui n’excède guère la taille de l’exemplum classique, je n’ai pas trouvé d’autre adaptation « longue » du récit exemplaire initial. Aucun des auteurs de traités didactiques français (le Chevalier de la Tour Landry, le Mesnagier de Paris), pourtant friands de ce genre de texte, ne l’ont pas repris, pas plus que Boccace, ou Chaucer.

  • 78 « Çertas, ante deve ome castigar los suyos que los estraños, e señaladamente los fijos que ovierdes (...)

78Dans le Zifar, le récit s’inscrit, logiquement, dans un développement sur l’importance de bien châtier et corriger les fautes et péchés de ses propres enfants ; sans quoi, c’est à bon droit que les pères doivent être punis pour les fautes de leurs enfants78.

79L’auteur procède à la fois en modernisant et adaptant du récit au contexte médiéval – tout en continuant à situer les faits en Grèce – et en développant une narration dramatique par imitation des romans chevaleresques qui constituent son modèle.

  • 79 J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », p. 60, n. 3, propose de rétablir le nom de Lucrèce (...)

80De la fable ésopique, il retient au moins le personnage de la mère, dame de Grèce. La mention de la Grèce renvoie indéniablement à Ésope, et témoigne que des versions de la fable circulaient en Castille dès le début du XIVe s., par le biais des écoles sans doute. L’auteur du Zifar se garde bien d’appeler la mère Lucrèce, même s’il connaît sans doute les versions de l’exemplum où Lucretius/Lucrecia apparaît (à commencer par les Castigos) : le prénom a des connotations romaines évidentes, et une sorte de passif littéraire : appliqué à une femme, il ne pouvait que prêter à confusion79.

  • 80 Ibid., p. 76.
  • 81 Id.,« El prólogo del Libro del cavallero Zifar : el exemplum de Ferrán Martínez », in : Literatura (...)

81La mère anonyme d’Ésope, sans autre caractérisation que l’amour porté à son fils, devient dans le Zifar la veuve d’un riche chevalier décédé en laissant un fils unique encore enfant ; l’auteur sous-entend que la jeune veuve a reporté sur ce petit enfant l’amour qu’elle pouvait avoir pour son mari, de façon étouffante sans doute. Il explique donc de façon psychologique l’indulgence excessive de la mère, qui ne sait que louer et applaudir tout ce que fait son galopin trop chéri, que ce soit bien ou mal. Certes, la tradition médiévale fait des femmes des êtres plus tendres et plus indulgentes que les pères, mais je n’expliquerais pas la modification du « genre » du parent responsable, de l’homme à la femme, par une quelconque misogynie de l’auteur du Zifar, qui démontre en d’autres occasion qu’une mère peut être une bonne pédagogue80, mais soit, comme le fait Cacho Blecua, pour souligner la difficulté d’une éducation monoparentale, soit plutôt pour des raisons historico-politiques : la Castille de ce temps a connu deux épisodes où c’est une femme, María de Molina, qui s’est retrouvée chargée de l’éducation de son fils puis de son petit-fils. Parler des difficultés éducatives d’une mère veuve pouvait rencontrer un écho auprès des lecteurs curiaux du Zifar. En effet je souscris à la position développée par Cacho Blecua et d’autres sur une datation tardive du Zifar, après la mort de la reine María, entre les années 1321 et 134381.

  • 82 Portrait de la mère : « Esta dueña, mi madre… comoquier que sea de muy buena vida, fazedora de bien (...)
  • 83 Portrait de la reine Maria de Molina : « … fue muy buena dueña e de muy buena vida e de buen consej (...)

82Plus loin dans le récit, c’est le jeune homme lui-même qui dresse devant l’empereur le portrait moral et social de sa mère : elle répond à tous les critères de la pieuse veuve, dévote et charitable, menant bonne vie, distribuant ses richesses avec largesse aux nécessiteux, écoutant les heures avec dévotion82. Même s’il est topique, on peut lire ici un portrait en miroir de celui de la reine María de Molina dans le prologue, qui insistait aussi sur sa bonne vie, ses bonnes mœurs, sa piété, sa fermeté d’âme dans les difficultés, qualités associées à d’autres traits moins topiques (l’entendement, l’amour de la justice)83. Ce genre d’identification allusive pouvait permettre au lecteur curial de mieux saisir la portée du propos didactique.

  • 84 « E desque cresçió el moço, non dexava al diablo obras que feziese, ca él se las quería todas fazer (...)
  • 85 Salustiano Moreta, Malhechores-feudales. Violencia, antagonismos y alianzas de clases en Castilla, (...)
  • 86 « En Sancta Olalla, lugar que era de don Juan, fijo del infante don Manuel, estaban algunos omes ma (...)

83Cependant, le portrait du jeune homme ne fait pas allusion, me semble-t-il, à Alphonse XI lui-même, mais bien à l’un de ses contemporains, le prince Juan Manuel. En grandissant, le jeune homme devient en effet escudero, mais surtout un brigand accompli : « il ne laissait au diable aucune œuvre, car il voulait les faire toutes, volant par les chemins, tuant nombre d’hommes sans raison, forçant les femmes à chaque fois qu’il en trouvait, et prenant son plaisir avec elles »84. Le meurtre et le viol : l’auteur accumule ce que Claude Gauvard appelle pour une époque postérieure « les stéréotypes de la grande criminalité », celle des routiers et des bandes. Ce n’est pas un voleur urbain, s’introduisant dans les maisons des voisins, ou fréquentant les tavernes, les filles, et les dés, comme ses avatars antérieurs, c’est un voleur de grand chemin. Il se comporte en outre de façon totalement opposée au modèle chevaleresque diffusé dans les traités pédagogiques du temps. C’est bien entendu le diable qui est ici à l’œuvre derrière chacun de ses actes. Il est lui-même aussi maléfique que le diable. Dans le contexte de la Castille de la première moitié du XIVe s., en proie aux troubles de la minorité et de la régence, puis des luttes de bandos, on retrouve les échos de certains passages de la Chronique d’Alphonse XI sur les déprédations commises par les bandes rivales, et notamment dans les années 1330 par don Juan Manuel ou par des bandes qui lui sont affiliées85. Le texte du Zifar en est un décalque presque parfait, p. ex. à propos des malfechores de Santa Olalla, « des malfaiteurs qui écumaient les chemins et volaient et prenaient tout ce qu’ils pouvaient avoir, et forçaient les femmes et faisaient nombre d’autres maux »86.

84Le texte reprend ensuite un thème que l’on a vu apparaître chez Jean de Galles, Jean Gobi dans la Scala Coeli et enfin, à peu près à la même époque, chez Juan García de Castrojeriz : la mère est assez riche pour acheter la justice à plusieurs reprises : dès qu’il est arrêté pour l’un ou l’autre de ses forfaits, aussitôt sa mère le sort de prison en payant les juges ou leurs subalternes, avant de le reconduire chez elle sans la moindre réprimande. Elle lui fait fête, au contraire, convie à dîner des cavalleros et escuderos de leur rang, vantant presque ses exploits, qui sont ceux de sa caste ou peu s’en faut.

  • 87 Cf. Parties III, XIII, prol. Voir aussi J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », p. 78.

85Mais la fête prend fin le jour où l’empereur arrive dans la cité, et reçoit les plaintes de tous ceux qui ont été lésés, volés, et humiliés par le jeune homme. Le jeune homme n’est pas pris en flagrant délit, au cours d’un cambriolage, comme dans les versions antérieures. Le Zifar invente une scène judiciaire qui n’était que sous-jacente dans les textes précédents, et ce faisant, il donne un aperçu tout à fait éloquent du fonctionnement de la justice réservée, telle que Alphonse XI entend la mettre en œuvre à l’époque de la rédaction. Les victimes du jeune noble ne passent pas par le circuit ordinaire de la justice mais en appellent directement au souverain. Or celui-ci a bien connu le père du jeune homme, son vassal, un homme respectable, et il ne peut croire d’abord à l’énormité de ses crimes. Le jeune écuyer est convoqué devant l’empereur pour répondre des plaintes présentées par ses victimes, et il reconnaît entièrement les faits, avec une certaine forfanterie, mais aussi une bonne connaissance des excuses et circonstances atténuantes que le droit reconnaît aux enfants, aux fous, et aux animaux : il excuse en effet ses crimes à la fois par son jeune âge et son peu d’entendement. Le texte rend alors compte du jugement prononcé immédiatement par l’empereur, en vertu de son pouvoir justicier souverain ; il lui incombe de rendre la même justice à tous, sans tenir compte des liens de personne ou d’affection, et si ces crimes sont prouvés, ils méritent la mort. Le procès va vite. Les faits étant avérés, la preuve est acquise, ils ne nécessitent pas d’autre enquête (pesquisa)87.

  • 88 Son rôle est défini dans les Sept Parties (Partie II, Titre IX, Loi XX) comme « celui qui doit arrê (...)
  • 89 Jaime de Salazar y Acha, La casa de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de Estudios p (...)

86L’empereur requiert alors son alguazil de conduire le délinquant au gibet. Nous sommes au beau milieu d’une scène de cour de la Castille du XIVe s. L’alguazil est le responsable du maintien de l’ordre partout où se trouve la cour, notamment lors de ses déplacements, comme c’est le cas ici, et c’est à lui d’exécuter les sentences rendues par les juges (alcaldes de casa y corte) ou en l’occurrence par le roi/empereur comme juge suprême88. Parmi ses subalternes se trouvent les monteros qui apparaissent un peu plus loin dans le récit. Ce sont les gardes du corps du roi et les exécutants de ses basses œuvres89.

  • 90 Sur la nécessité d’une justice « cruelle » pour être efficace, notamment vis-à-vis des plus puissan (...)

87Le récit en revient ensuite aux scènes attendues dans la tradition de cet exemplum : le fils est conduit au gibet, la mère suit le cortège judiciaire en manifestant l’ampleur de son chagrin de façon ostentatoire, « poussant de hauts cris, se déchirant le visage et faisant le plus grand deuil du monde », suscitant la pitié de tous les habitants de la ville. Nouvelle addition du Zifar, renvoyant là encore aux violentes querelles opposant les bandos dans les villes castillanes de ce temps, deux partis se mettent alors en branle, les uns demandent à l’empereur sa merci, en vertu de son droit de grâce, les autres au contraire font pression en se plaignant à présent de la dame elle-même. Mais l’empereur reste ferme, la justice exige une exécution90.

88Sur le lieu de l’exécution, la mère demande à l’alguazil une faveur : pouvoir saluer et donner à son fils un dernier baiser de paix ; or dans tous les cas analysés antérieurement, c’est le fils qui demande à embrasser son père, ou au moins à pouvoir lui parler, c’est lui qui est le déclencheur de l’acte final. Cette transformation du scénario aggrave la culpabilité de la mère, ou dédouane le jeune homme : il n’a pas prémédité son acte, il a seulement saisi l’occasion. Mais il annonce rapidement son forfait, de manière implicite, il veut que « la justice s’accomplisse comme il se doit » et espère que Dieu « ne voudra qu’une chose, que souffre le châtiment celui qui le mérite ». Tout le monde s’émerveille de ce qui passe pour du repentir, l’alguazil ne comprend pas le double sens de la déclaration du jeune homme. L’officier arrête donc la marche des monteros vers le gibet et leur donne ordre de laisser la mère s’approcher du fils. La mère arrive, ouvre les bras en direction de son fils ; celui-ci s’adresse d’abord à la foule, reconnaît qu’il a été pécheur, mais réitère qu’il souhaite seulement que la justice s’accomplisse sur qui le mérite. C’est alors que ce produit la scène d’horreur citée plus haut.

89Ici le Zifar pousse à leur paroxysme les mutilations exposées dans les variantes antérieures ; le seul à parler de la mutilation simultanée de plusieurs éléments du visage (le nez et les lèvres) est Étienne de Bourbon (amputaret ei nasum cum labio) ; mais les verbes employés dans le Zifar (roer, comer) sont bien plus violents que amputare. Ils renvoient à une forme de cannibalisme qui conduit le jeune homme du côté de l’animal (la troisième circonstance atténuante ?). En outre, la mutilation n’est pas seulement une « trace » ou une « cicatrice » destinée à rappeler au père mauvais éducateur ses lacunes. La mère est comme privée de visage, l’aspect le plus important de la personne sur le plan social, mais aussi le révélateur de la personnalité et du tempérament selon les théories physiognomoniques que connaît bien l’auteur du Zifar. Je crois donc qu’il a délibérément choisi d’accentuer le côté macabre de ce passage sans s’inspirer d’un référent particulier.

  • 91 Ms BNF Espagnol 36, fol. 107v.

90La scène qui suit est classique dans toutes les variantes de l’exemplum, du moins celles qui sont un peu détaillées. Alors que tout un chacun se laisse aller aux reproches ou à l’horreur suscitée par la « cruauté » de l’acte, le jeune homme se lance dans les explications : il ne fait qu’accomplir la justice divine, l’auteur sous-entendant qu’elle est supérieure à la justice des hommes qui est sur le point de s’accomplir, ou à la rumeur qui condamne le jeune homme. Mais chacun veut savoir pourquoi il s’en est pris à sa mère. Il refuse de répondre, il ne parlera que devant l’empereur. On va prévenir celui-ci, qui ordonne de faire venir l’accusé devant lui, « refusant de s’asseoir pour manger avant de savoir la vérité sur cette merveille ». On conduit donc devant l’empereur à la fois le jeune homme et la mère toute défigurée : il s’agit de la seconde scène enluminée dans le manuscrit de Paris91. De façon assez curieuse, le costume du jeune homme a changé d’une enluminure à l’autre, il a retrouvé ses chausses mais perdu son manteau rouge. Ses mains sont liées devant lui et un garde le pousse en avant, la corde au cou. La mère, quant à elle, est défigurée et le sang coule sur son voile blanc. L’empereur est assis sur un banc, et porte de la main gauche le bâton de justice, tandis que la main droite se dresse comme pour arrêter le convoi, ou peut-être en signe de grâce, et de bénédiction. La menace du châtiment qui pèse toujours sur le jeune homme est représentée, visuellement, par le gibet qui apparaît à l’extérieur de la cour, avec cette corde unique, remplaçant les deux cordes de la première enluminure, pendant juste au-dessus de la tête du jeune homme.

91C’est à partir de là que le récit dérive loin de son cadre. Déjà chez Philippe de Novare, on a vu le Justicier démêler les fils du récit, laissant le jeune voleur à l’arrière-plan, mais à présent c’est une longue scène d’explication morale que trace le Zifar, mettant sur un quasi pied d’égalité l’empereur et le jeune homme, le premier enseignant et châtiant le second, tout comme le roi de Mentón est en train d’enseigner ses fils par le récit de l’exemplum. Mais c’est l’écuyer qui va finalement donner à l’empereur une leçon morale.

92L’empereur commence par rappeler au jeune homme les liens de ce sang qu’il n’a pas hésité à faire couler, et qu’il doit tout à sa mère, la naissance, l’éducation, la fortune aussi qu’elle a gaspillée à sans cesse payer pour le rachat de ses crimes. Comment a-t-il pu avoir aussi peu de vergogne, de honte face à l’opinion des hommes, mais surtout aussi peu de crainte de Dieu ?

93Le jeune homme répond, avec ce fatalisme qui court dans tout le Zifar, que ce qui doit s’accomplir par la volonté de Dieu s’accomplit : si Dieu, le Juge Suprême, l’a laissé commettre ce forfait, c’était sans doute afin que Sa Justice apparaisse aux yeux de tous. Devant l’étonnement réitéré de l’empereur, le jeune homme s’explique, non seulement il aime sa mère plus que tout au monde, mais il en dresse un portrait élogieux que l’on a vu plus haut. Sa seule erreur a été de refuser de réprimander et de châtier son fils dans son enfance, ce qui réduit à néant toutes les bonnes œuvres qu’elle a pu accomplir par ailleurs.

94Il ajoute qu’en apprenant qu’elle souhaitait l’embrasser « il me parut que du ciel descendait un être qui m’insuffla dans le cœur que je lui mange les lèvres avec lesquelles elle aurait pu me châtier et ne le fit pas ». Il croit donc avoir accompli la justice divine, même s’il est prêt à subir le châtiment qu’il mérite. Le chœur de l’assistance jusque-là encore hostile est retourné d’un coup. Nul ne questionne la réalité de l’intervention divine, parce que l’on est dans le domaine du merveilleux chrétien (« todos fueron maravillados » écrit le Zifar à propos de l’apparent repentir du jeune homme sur le chemin du gibet, qui trouve un écho dans l’expression « No vos maravilléys » dans l’Ysopete). Seule l’intervention de Dieu peut expliquer le changement radical qui s’est produit dans le jeune homme : de brigand diabolique à pénitent prêt à accepter son châtiment. La transgression est si violente qu’elle ne peut-être que d’impulsion divine. Chacun est donc ému à la fois par la piété du jeune homme, par sa contrition et son repentir, et par la souffrance morale de sa mère (personne n’a l’air de se soucier de sa souffrance physique…).

95On demande alors à nouveau à l’empereur qu’il fasse usage de son droit de grâce. L’empereur se range enfin à l’avis général, Dieu a voulu lui faire connaître Sa justice à travers un être qui avait pourtant commis les pires des maux. Et si telle est la volonté divine, le souverain renonce à sa mauvaise justice temporelle au profit de la justice divine.

96Il pardonne au jeune homme mais va même plus loin, le fait cavallero, le reçoit pour vassal. Le jeune héros de l’histoire mène ensuite une vie honorable. Là encore, le schéma du pardon n’apparaît avant le Zifar que chez Étienne de Bourbon (« Et dicitur quod dimissus ob hoc, vitam suam correxit »). Le pardon s’accompagne dans les deux versions d’une correction exemplaire des mœurs du délinquant, au sens de conversion. En outre, le châtiment nécessaire pour sa valeur didactique est tout de même préservé, puisqu’il a été transféré du fils à la mère, cruellement mutilée et défigurée.

  • 92 Livre de Samuel, 4, 12-18. Dans le Zifar, le roi de Mentón (le père éducateur) relate qu’ils sont m (...)
  • 93 Les pédagogues médiévaux utilisent deux images récurrentes, venues de leurs prédécesseurs antiques  (...)

97L’exemplum se conclut dans le Zifar en soulignant précisément sa valeur d’exemple, mais un exemple destiné aux parents et non aux enfants : « à l’intention de ceux qui ont des enfants, afin qu’ils les protègent et évitent qu’ils n’encourent maints périls parce qu’ils ne les ont pas châtiés ». Le castigo du roi à ses fils continue, logiquement, par l’exemplum d’Eli et de ses fils92. Puis après cette inclusion d’un exemplum dans l’exemplum (selon la technique des « poupées russes » classique dans le Zifar), le récit en revient à l’empereur, justifiant de nouveau son choix : il a renoncé à faire justice sur le jeune malfaiteur parce que ce dernier a reconnu ses erreurs et s’est repenti ; mais aussi parce que lui-même a eu les yeux décillés par cet événement, et s’est lui aussi repenti d’avoir refusé son pardon la première fois à ceux qui lui demandaient sa pitié. La conclusion développe longuement l’importance d’élever les enfants « la verge à la main », de façon rigoureuse, notamment dans leur plus jeune âge (avec la métaphore classique de l’enfant qui est une cire molle)93… sinon les parents devront toujours vivre dans la crainte que les péchés de leurs enfants ne retombent sur eux. Mais une autre morale précède celle-ci dans la conclusion : l’importance de la pitié et du pardon « car on dit qu’il n’y a pas de justice là où il n’y a pas de pitié ». La pitié doit donc aussi tempérer cette rigueur ; la pitié et le pardon sont des attributs divins, qui soulignent le rôle de lieutenant et tenant lieu de Dieu sur terre que revendique le souverain.

98La morale est donc double, ou détournée par le Zifar : l’exemplum ne concerne plus tant le défaut d’éducation de la mère ou du père, qui devient secondaire, que la question de la supériorité de la justice divine sur la justice royale. Par ailleurs, sur le plan strictement historique, je me demande si le récit n’est pas l’écho de problèmes politiques à la cour de Castille, et notamment du retour en grâce et du pardon qu’Alphonse XI finit par accorder à son dangereux parent, don Juan Manuel. Le récit des violences et des déprédations du brigand de l’exemplum, le pardon et la grâce royale, la mise en exergue de la Justice et du pardon, pouvaient prendre un écho tout particulier en Castille dans les années 1330-1340.

  • 94 Romancero General n° 1068, Ángel GonzÁlez Palencia (éd.), 2 vol., Madrid : C.S.I.C., 1947, II, p. 1 (...)

99La version complexe du Zifar a reçu ensuite un certain écho, non dans les œuvres castillanes postérieures déjà évoquées, mais dans l’un des romances du Romancero General94. Certes, le récit est situé à présent dans la Madrid de Philippe III, mais on y retrouve certains traits qui peuvent venir directement de l’Ysopet, mais aussi quelques traces diffuses du récit du Zifar : le parent fautif est ainsi une viuda honrada ; lors de l’explication finale, le jeune voleur déclare d’abord, à l’instar de celui du Zifar, que c’est le ciel qui l’a inspiré : « el justo pago es ese / no os le doy yo, sino el cielo / que todas las cosas mira / como Juez todo recto ». Malheureusement, l’effet est gâché quelques vers plus loin, puisque cette fois le jeune homme renvoie la faute de son acte à une incitation diabolique : « perdonad mi desacato / que es terrible, bien lo veo / mas es astuto el demonio / y obligóme a tan mal hecho ». Le récit ajoute en outre quelques péripéties « modernes », l’envoi aux galères du jeune voleur et de son complice, le meurtre d’un homme dans la dernière maison qu’il cambriolait, l’arrestation par la « ronde », la présence des frailes au moment de l’exécution (qui lui donnent par deux fois leur absolution !), la mère que l’on hisse difficilement sur l’échafaud où son fils est déjà installé. Enfin il s’adresse directement au peuple épouvanté puisque tout l’appareil judiciaire, et plus encore le poids du souverain dans la résolution de l’affaire, ont complètement disparu. Et le jeune homme ne bénéficie donc pas de la grâce royale in fine. Si l’auteur du romance a lu le Zifar, il n’en a retenu que peu de choses.

Conclusion

100L’itinéraire qui mène d’Ésope au Zifar est particulièrement complexe ; à la différence des compilateurs de recueils d’exempla, ou des Castigos, l’auteur n’éprouve pas le besoin de mentionner la source primaire ou source d’autorité, le pseudo-Boèce ; il est en fait difficile de dire où il puise les fondements de son récit, qui s’éloigne beaucoup des deux « familles » topiques, aussi bien celle remontant à Jean de Galles que celle d’Étienne de Bourbon, même s’il est sans doute plus proche de la première que de la seconde. L’auteur adapte en fait l’exemplum topique aux circonstances politiques qui lui sont familières pour créer une narration, mais aussi une conclusion, qui n’appartiennent qu’à lui.

101D’autre part, la mention initiale de la Grèce est bien la seule chose qui reste d’antique dans l’exemplum mis en scène par le Zifar, que ce soit dans le texte ou plus encore dans l’image qui l’illustre. On est donc en droit de se demander la valeur symbolique que l’auteur attache à cette mention de la Grèce, qui n’a finalement aucune utilité dans l’économie de la narration. Tous les éléments contextuels de l’histoire sont clairement médiévaux, et même propres à la Castille du XIVe s., à commencer par l’alguazil et ses monteros.

102S’agit-il alors seulement de « faire exotique » pour un public friand de romans à l’antique ?

103Il me semble qu’il s’agit pour l’auteur du Zifar de signifier clairement que son exemple découle d’un modèle antique et de la sagesse qui est prêtée aux Anciens. C’est sans doute ce qui le conduit à éliminer toute mention des intermédiaires médiévaux, perçus comme fortement liés à la prédication, et qui parasiteraient sa démonstration.

104On pourrait tirer les mêmes conclusions des autres exempla « antiques » du roman, ceux du physiognomoniste, d’Antigone, Alexandre, du roi d’Ephèse ou encore du ‘roi de Rome’, qui ne constituent en fin de compte qu’un saupoudrage de références très dispersées à l’Antiquité, un réservoir d’exemples à fuir ou à imiter.

Haut de page

Notes

1 Libro del caballero Zifar, Joaquín GONZÁLEZ MUELA (éd.), Madrid : Castalia (Clásicos), 1982, p. 254 (ci après : LCZ). Charles Philip WAGNER, El Libro del Cavallero Zifar (El libro del Cavallero de Dios), Michigan : Univ. Michigan Press, 1929 (rééd. New York : Kraus Reprint CO, 1980), chap. 135, p. 283-289. Les traductions données ici sont personnelles.

2 BNF ms Espagnol 36, fol. 106 v. Josefina PLANAS BADENAS, « El manuscrito de París. Las miniaturas », in : Francisco RICO (coord.) et Rafael RAMOS (éd.), Libro del cavallero Zifar. Códice de París, 3 vol., Barcelone : Moleiro Editor SA, 1996, II, p. 137-193. Juan Manuel CACHO BLECUA, « Texto e imagen en el Libro del Cavallero Zifar », in : Rafael Alemany, Josep LluÍs Martos et Josep Miquel Manzanaro (coord.), Actes del X Congrés internacional de l’Asociación Hispánica de Literatura Medieval (ci après : A.H.L.M.) (Alicante, 2003), Alicante : Institut Interuniversitari de Filologia Valenciana, 2005, vol. I, p. 31-71.

3 J. M. Cacho Blecua, « Ejemplos clásicos en el Libro del Cavallero Zifar, Antígono, Alejandro y Régulo », Crisol, 4, n° spécial Typologie des formes narratives brèces au Moyen Âge (domaine roman), édition du colloque international de Madrid, Casa de Velázquez, 20-21 mars 2000, II, p. 93-110.

4 Il s’agit aussi d’un motif « folklorique » recensé par Stith Thompson, Motif-Index of Folk-literature, éd. révisée et augmentée, Copenhague : Rosenkilde and Bagger, 1955-58 (motifs P232, P233, Q586) ; dans Antti Aarne’s et Stith Thompson, The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography, 2e éd. révisée, Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 1964 (Mauvaise éducation, motif 838) ; Frederic C. Tubach, Index exemplorum. A Handbook of Medieval Religious Tales, Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 1969, FFC n° 204 (motif n° 3488).

5 Charles Philip Wagner, « The Sources of El Cavallero Cifar », Revue Hispanique, 10, 1903, p. 5-104. Voir aussi Alexandre Haggerty Krappe, « Le mirage celtique et les sources du Chevalier Cifar », Bulletin Hispanique, 33, 1931, p. 97-103.

6 « For this matter the author did not have to consult Latin and Greek Books. Classical as well as oriental ethical treatises had already been epitomized in Castilian, and it vas only necessary to copy or combine or re-arrange, according as ones or the other of these procedures best suited his purpose ». Ch. P. Wagner, « The Sources… », p. 31.

7 J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo : el ajusticiamiento del traidor y la ‘pértiga’ educadora en el Libro del caballero Zifar », in : Violencia y conflictividad en la sociedad de la España bajomedieval. Aragon en la edad Media. Sesiones de trabajo del IV Seminario de Historia Medieval de la Universidad de Zaragoza, Saragosse : facultad de Filosofia y letras, dep. Historia medieval, 1995, vol. IV, p. 59-89, notamment p. 75.

8 Paul Meyer, « L’enfant gâté devenu criminel », Romania, 14, 1885, p. 581-583.

9 Jussi Hanska et Jean-Pierre DÉPÉE, « La responsabilité du père dans les sermons du XIIIe s. », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997, p. 81-95 (éd. en ligne http://crm.revues.org/968)

10 Johannes Pauli prêcha à Strasbourg, en Alsace et surtout à Thann, il publia plusieurs livres dans les années 1515-1520 dont une traduction en allemand de la Nef des fous de Sébastien Brant, mais il est surtout connu pour la série des Schimpf und Ernst (Dérision et sérieux), recueil de contes populaires, légendes et événements contemporains, des publications destinées au peuple, dans un style simple et amusant. Johannes Pauli Schimpf und Ernst, Stuttgart : Oesterley, 1866, voir n° 19, p. 18-19 (éd. en ligne GAHOM).

11 Pour les versions ibériques, entre autres : Rameline Marsan, Itinéraire espagnol du conte médiéval (VIIIe – XVe siècles), Paris : Klincksieck, 1974, p. 400-411 (rubrique : Amour paternel excessif et châtiment) ; José Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, 48, 1982, p. 209-222 (voir p. 213-222) ; Ed Brown, « The Motif of the Cut-Off Nose in Medieval Spanish Literature », Ariel, 6, 1989, p. 12-18 ; J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo… », p. 74-82. Barry Taylor, « An Old Spanish Tale from Add. Ms. 14040 ff. 113r-114v : ‘Exenplo que acaesçio en tierra de Damasco a la buena duenna Climeçia con su fija Climesta que avia veynte annos et la meçia en cuna’ », The British Library Journal, 22 (2), 1996, p. 172-185. Cacho Blecua évoque (p. 79, n. 25) un schéma de diffusion de l’ex. réalisé par B. Taylor dans cet article. Je n’ai pas pu le consulter.

12 José AragüÉs Aldaz, « Sobre las fuentes del Libro de los exemplos por A.B.C. El caso de Valerio Máximo », in : José Manuel LucÍa MegÍas(éd.), Actas del VI Congreso Internacional de la A.H.L.M. (Alcalá de Henares, sept. 1995), Alcalá de Henares : Universidad, 1997, vol. 1, p. 169-182.

13 En dehors des recensions que je signalerai ensuite (notamment celle de J. Berlioz pour l’éd. d’Étienne de Bourbon), Ch. P. Wagner, « The sources… », donnait déjà une analyse de ce long récit, et quelques pistes sur l’histoire complexe de ce texte. Mais contrairement à son assertion, le Zifar n’est pas le seul texte où le jeune homme se voit pardonné.

14 J’ai seulement pu inventorier les fables du Recueil général des Isopets, publié par Julia Bastin, Paris : Société des anciens textes français, Honoré Champion, t. I, 1929, t. II, 1930.

15 Fables d’Ésope, éd. et trad. Daniel Loayza, Paris : Flammarion, 1995, p. 196-197. Ben Edwin Perry, Aesopica, Urbana : University of Illinois Presse, 1952, fable 200 de la coll. augustinienne (chap. 296). Bengt Holbek, Æsops levned og fabler : Christien Pedersens overættelse af Stainhöwels Æsops, Copenhague : J.H. Schultz, 1961-62, 150.

16 Un roi défend de punir son fils, gâté, il devient vicieux, tue son père, et une fois monté sur le trône exerce une tyrannie cruelle. Les sujets en appellent à un autre prince qui lui, a été élevé sévèrement par ses maîtres ; le tyran détrôné est livré à un homme dont il a fait mourir le père ; au milieu de son supplice, il maudit le père qui l’a si mal éduqué. Victor CHAUVIN, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes publiés dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885, 12 vol., Liège : Impr. H. Vaillant-Carmanne, 1892-1922 [rééd. Paris : Institut du monde arabe, 4 vol., 1986], vol. VIII, p. 113, n° 95 : cadre des quarante vizirs – Bonne ou mauvaise éducation. Le fils du roi de Delhi.

17 Paul Joachim Georg Lehmann, Pseudo-antike Literatur des Mittelalters, Leipzig – Berlin : B.G. Teubner, 1927, p. 27-28. Ce pseudo-Boèce n’a rien à voir avec Anicius Manlius Torquatus Severinus Boethius (ca. 480-524) même si le De disciplina scholarium est imprimé en 1491 et 1492 avec les œuvres de Boèce et le commentaire du De consolatione philosophiae par Thomas Waleys, dans l’atelier de Joannes et Gregorius de Gregoriis à Venise. C’est au XVIIIe siècle que l’on a admis qu’il s’agissait d’un apocryphe. Cf. John William Adamson, « ‘De disciplina scholarium’. A mediaeval student’s handbook », ‘TheIlliterate Anglo-Saxon’ and other essays on education, medieaeval and modern, Cambridge : The Univ. Press, 1946, p. 92-116 ; Claudio Moreschini, Boèce, Opuscula sacra : traités II, III, IV, Louvain-la-Neuve, Paris : Peeters, Éd. de l’Institut supérieur de philosophie, 2007, introduction, p. 41-42.

18 Stephani de Borbone, Tractatvs de diversis materiis predicabilibvs, prologus, prima pars de dono timoris, éd. et étude de Jacques Berlioz et Jean-Luc Eichenlaub, Corpvs christianorvm. Continatio Mediaevalis, CXXIV, Turnhout : Brepols, 2002, note p. 480.

19 Pseudo-Boèce, De disciplina scholarium, chap. II, 8-9, Patrologie Latine 64, col. 1227, p. 101-102 ; De disciplina scholarium, Olga Weijers (éd.), Leiden : Brill (Studien und Text zur Geistesgeschichte des Mittelalters 12), 1976, XIV + 189 p. C’est le narrateur du De disciplina scholarium qui choisit d’écrire sous le nom de Boèce.

20 Valère Maxime, Des faits et des paroles mémorables, Livre III, chap. 3, ext. 3. « Eiusdem nominis philosophus, cum Nearcho tyranno, de cuius nece consilium inierat, torqueretur supplicii pariter atque indicandorum gratia consciorum, doloris uictor, sed ultionis cupidus, esse dixit quod secreto audire eum admodum expediret, laxatoque eculeo, postquam insidiis opportunum animaduertit, aurem eius morsu corripuit nec ante dimisit quam et ipse uita et ille parte corporis priuaretur » (édition en ligne dans Itinera Electronica)

21 Diogène Laërce, Zénon, dans Biógrafos griegos, éd. Aguilar, p. 1336 a-b (cité dans J. Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) », p. 214). Bien que Diogène Laërce (ou de Laërte en Cilicie) soit un écrivain de langue grecque, il est plus récent que Valère Maxime puisque ce dernier écrit au Ier siècle (il est contemporain de Tibère) alors que Diogène est un auteur du IIIe siècle après J.-C.

22 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 2, 207 pour l’histoire de Zénon et le tyran. Vicentius Bellovacensis, Speculum quadruplex doctrinale, morale, historialeopera et studio theologonum Benedictinorum colegii vedastani, 3 vol., Duaei (Douai), B. Beller, 1624, in folio [reproduction photomécanique, Graz : Akademische Druck-und Verlangstalt, 1964-65].

23 Conrado Guardiola, « La influencia de Juan de Gales en España », Antonianum, 60 (1), 1985, p. 99-119. Voir aussi Jenny Swanson, John of Wales. A study of works and ideas of thirteenth century friar, Cambridge, New York, Melbourne : Cambridge Univ. Press, 1989 ; Id., « Childhood and Childrearing in Ad status Sermons by later thirteenth century friars », Journal of Medieval History, 16, 1990, p. 309-331. Le Communiloquium est passé en Espagne à travers une traduction, le Tratado de la Comunidad (Ms Escorial &-II-8), édité par Franck Anthony RamÍrez, Londres : Tamesis, 1988, mais les chap. LXXXII à LXXXIV (p. 127-129) qui concernent l’éducation des enfants ne comprennent pas les exempla, et sont surtout inspirés par le traité de Gilles de Rome, résumé à ses grandes lignes.

24 Jean de Galles, Communiloquium, 2.2.1, ms Vat. Lat. 1018, fol. 62r. Cité d’après J. Hanska et J.-P. DÉPÉE, « La responsabilité du père… », p. 4-5, pour l’environnement textuel de la citation, mis en parallèle avec un récit des Dialogues de Grégoire le Grand (sur la punition du petit garçon blasphémateur).

25 Sermon Domica viiija post octauas pentecostes secundum Lucham xvi°. Homo quidam erat diues qui habebat uillicum, Fabulae et parabolae 133, Léopold Hervieux (éd.), Les fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du Moyen Âge, 5 vol., Paris : Didot, 1884-99, t. IV, 1896, Eudes de Cheriton et ses dérivés, p. 316.

26 Ex. CCLXXXVII, The Exempla or illustrative stories from the Sermones Vulgares of Jacques de Vitry, Thomas Frederick Crane (éd.), Nendel/Liechtenstein : Kraus Reprint Limiter, 1967, p. 121, et notes analytiques p. 259 (314 exemples dans cette éd.). Goswin FRENKEN, Die Exempla des Jacob von Vitry : ein Beitrag zur Geschichte der Erzählungsliteratur des Mittelalters (Quellen und Untersuchungen zur Lateinischen Philologie des Mittelalters t. V), München : C. H. Beck, 1914, p. 56.

27 Gilbert de Tournai, Sermones ad Status, Ad coniugatas, sermo tercius, BN ms lat. 15943, fol. 145v. Il cite le Livre de Sirac 7, 26 « Filii tibi sunt erudi illos », pour expliquer qu’il faut éduquer les enfants quand ils sont jeunes car ils sont alors plus malléables au bien. Voir aussi Servus Gieben, « Rudimentum doctrinae di Gilberto di Tournai con l’edizione del suo Registrum o tavola della material », in : Francisco de Asís Chavero Blanco, OFM (éd.), Bonaventuriana. Miscellanea in onore di Jacques Guy Bougerol, OFM, vol. II, Rome : Pontificium Athenaeum Antonianium, 1988, p. 631.

28 Ière partie Du don de crainte, titre VI Du jugement futur, chap. X, des accusateurs et de leurs témoins, 4ème division. Albert Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe s., Paris : H. Loones, 1877, n° 43, p. 51-52. Stephani de Borbone, Tractatvs… p. 236 ; sources du n° 239, p. 479-480. Étienne de Bourbon lui-même reprend dans sa compilation le même exemple résumé et sans source précise (P., fol. 475a INC. Audivi quod quidam habens filium…).

29 Humbertus de Romanis, De dono timoris (ou Trastatus de habundanica Exemplorum), chap. VI, la crainte du jugement dernier, ex. n° 169 ; Christine CHEVALIER, Le De dono Timoris du dominicain Humbert de Romans ( ? – 1277) : édition et commentaire, thèse diplôme d’archiviste-paléographe (Histoire médiévale), Paris : École Nationale des Chartes, 1999 ; à défaut, je cite d’après Humbert de Romans, Le don de crainte ou l’Abondance des exemples, trad. du latin et présenté par Christine BOYER, Lyon : PUL (Coll. Histoire et Archéologie médiévales, 11), 2003, p. 119-120. Il s’agit de l’édition du manuscrit BNF latin 1593 (daté de l’extrême fin du XIIIe siècle).

30 Ecclesiasticus 41, 8-16, De impiorum progenie. On a rétabli entre crochets le texte de la Vulgate. Sirac, 41, 5-7 (Bible de Jérusalem) « De méchants garnements, tels sont les fils des pécheurs, ceux qui hantent les maisons des impies. L’héritage des fils des pécheurs va à la ruine, leur postérité est l’objet d’un continuel reproche ».

31 (Pseudo-)Vincent de Beauvais, Speculum morale, Speculum quadruplex… vol. 3, Lib. III (De septem vitiis capitalibus et primo de superbia et filiabus eius), pars III, Dist. VII, De consuetudine peccandi, n° 9, col. 1015-1016.

32 Parmi les sources / liens de cet exemplum, Krappe donne Harry Leigh Douglas Ward, Catalogue of Romances in the department of Manuscripts in the Bristish Museum, t. III par John Alexander Herbert, London : British Museum, 1910, 25, 391, 432 mais je n’ai pas pu vérifier de quels mss il s’agit. A. H. Krappe, « Les sources du Libro de exemplos », Bulletin hispanique, 39 (1), 1937, p. 5-54.

33 Bristish Museum, ms II. 284. Jean-Théobald Welter (éd.), Le Speculum laicorum. Edition d’une collection d’exempla composée en Angleterre à la fin du XIIIe s., Paris : Picard, 1914, p. 60-61, n° 293 (publication des exempla les plus intéressants et non des 87 chapitres). Pour celui-ci, l’auteur était un compilateur anglais, probablement franciscain, qui écrivait entre 1279-1282 pour des confrères mendiants. Pour John Victor Tolan, Petrus Alfonsi and his medieval readers, Gainesville : University Press of Florida, 1993, note 79, p. 257, il ne faut pas confondre deux textes intitulés Speculum laicorum ; ce serait celui de John Howeden qui aurait été traduit au XVe siècle en espagnol sous le titre Especulo de los Legos. Bizarrement, J. Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) », p. 215, parle de ‘Roger’ de Hoveden, chroniqueur de Richard Cœur de Lion (?).

34 J.-Th. Welter (éd.), Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en France à la fin du XIIIe s., Paris, Toulouse : Occitania, 1926, n° 36 (thèse complémentaire), p. 12.

35 Guillaume Peraut / Guillelmus Peraldus (1190 ? – 1271), dominicain, archevêque de Lyon, auteur de la Summa de virtutibus et vicis (Suma aurea de virtutibus et vitiis, Summa virtutum ac vitiorum), impr. Venetiis, 1571, II, IV, 3, 233-234. Je n’ai pas pu la consulter.

36 Ed. partielle par J.-Th. Welter, « Un recueil d’exempla du XIIIe s. », Etudes franciscaines, 30, 1913, p. 646-665 et 31, 1914, p. 194-213, voir n° 210, cité dans J. Berlioz (éd.), Stephani de Borbone Tractatus…, p. 480 ; Isabelle Rava-Cordier, « Un recueil d’exempla du XIIIe s. », Provence Historique, 159, 1989, p. 547-551 (édition en cours par cette dernière) ; Marie-Anne Polo de Beaulieu, « Recueils d’exempla méridionaux et culte des âmes du purgatoire », La papauté d’Avignon et le Languedoc, 1316-1342, Cahiers de Fanjeaux, 16, 1991, p. 257-278, repris dans Id., Education, prédication et culture au XIVe s. Essais sur Jean Gobi le Jeune (m. 1350), Lyon : PUL, 1999, p. 197-212. Le recueil comporte 259 exemples pêle-mêle, venant pour l’essentiel de compilations antérieures (Césaire de Heisterbach, Étienne de Bourbon, Jacques de Vitry), et 60 sont originaux.

37 Siegfried WENZEL (éd. et trad.), Fasciculus morum. A fourteenth century preacher’s handbook, University Park : Pennsylvania State University press, 1989, I, II, p. 86-90, et I, XI, p. 94-97. Voir J. Hanska et J.-P. DÉPÉE, « La responsabilité du père… », p. 6, pour l’autre exemplum, qui semble propre à ce recueil.

38 Je n’ai pu la consulter, mais sa traduction anglaise du XVe siècle (cf. supra) me laisse penser qu’il s’agit d’une reprise de la version Étienne de Bourbon – Humbert de Romans. Colette RIBAUCOURT, L’Alphabetum narrationum un recueil d’exempla compilé au début du XIVe siècle, thèse de 3ème cycle en histoire des religions, Paris : E.H.E.S.S., 1985 ; Id., Images de la confession dans la prédication au début du XIVe siècle, l’exemple de l’Alphabetum narrationum, Paris : Cerf, 1983. Il contient 820 exemples. Sur l’auteur de cet ouvrage, Arnoldus Leodiensis (confondu avec Étienne de Besançon), voir J. A. Herbert, « The authorship of the ‘Alphabetum narrationum’ », Library, 1905, s 3-V, p. 94-101.

39 Magister Matthias, Copia exemplorum, 43, 6, Lars WÄHLIN (éd.) et Margarete ANDERSSON-SCHMITT (notes), Studia Seminarii Latini Upsaliensi, 2, Uppsala : Institut für klassische Philologie, 1990, p. XI-XII, 24-25, 153.

40 Ms Upsalla, Bibl. univ. 523, fol. 118v., cité dans Stephani de Borbone Tractatus…, J. Berlioz (éd.), p. 480.

41 Ms Paris BNF lat. 16481-16482, Nicole Bériou (éd.), La prédication de Ranulphe de La Houblonnière. Sermons aux clercs et aux simples gens, 2 vol., Paris : Etudes augustiniennes, 1987, vol. I, intro. p. 15-58, sermon 21 in festo S. Nicolas, ex. n° 34, vol. II, p. 274. Rapulph (v. 1255-1288) était alors curé de la paroisse Saint-Gervais de Paris, puis chanoine de la cathédrale. Il prêchait à l’université, dans des paroisses parisiennes et devant des communautés religieuses. Il devient évêque de Paris en 1280. Analyse dans la base Thesaurus Exemplorum Medii Aevi (ci après : ThEMA) : avant d’être pendu, un fils fait mine de vouloir corriger son père. Il lui arrache le nez avec les dents pour le punir de ne pas l’avoir corrigé (http://gahom.ehess.fr/thema/index)

42 Hugues de Prato Florido, Sermones decalogo preceptorum. Sermon quinto super quartum preceptum, ms. Vat. Lat. 4368, fol. 128v-129r. Hugues de Prado Florido étudie à Naples dans les années 1288-89 et meurt en 1322. Thomas Kaeppeli (éd.), Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Rome : Ad. S. Sabinae, 1975, vol. II (G-I), p. 258-260.

43 Aldobrandino de Toscanella, Expositio decalogi (Sermones 29), ms Ottob. Lat. 1610, fol. 18r-v. Cité dans la base ThEMA.

44 Scala Coeli de Jean Gobi n° 536A (registre Filii), mss Bibli. Munic. Troyes 1345, fol. 95v (ms du XIVe siècle contenant 606 exempla). La Scala Coeli de Jean Gobi, Marie-Anne Polo de Beaulieu (éd.), Paris : CNRS, 1991, p. 593, dans les exempla manuscripta (tous les ex. non repris dans l’édition incunable d’Ulm (Johannes Zainer), 1480, qui comprend 972 ex. (1.000 répertoriés en tout).

45 Johannes Bromyard, Summa praedicantium, Nuremberg, 1485 et Venise, 1586, A III, 19. Jean Bromyard est mort en 1390. Selon J.-Th. Welter, L’exemplum…, p. 328-334, il compose cet ouvrage dans les années 1368-68 ; le texte est organisé en 189 chapitres classés par ordre alphabétique (notre exemplum se trouve dans la section Ab infantia). Bromyard cite Cicéron, Sénèque, Platon, comme saint Paul ou Cassiodore, avec une prédilection pour les sources de l’antiquité classique profane et l’histoire naturelle. On y trouve pêle-mêle tous les auteurs précédents, Giraud de Barri, Eudes de Cheriton, Césaire de Heisterbach, Jacques de Vitry, Géraud de Frachet, Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais, Jacques de Voragine, Étienne de Bourbon, Humbert de Romans, Arnold de Liège etc. (83 fables ou exempla en tout). Marie-Anne Polo de Beaulieu, « Les proverbes dans les recueils d’exempla », in : Hugo Óscar Bizzarri et Martin Rohde (éd.), Tradition des proverbes et des exempla dans l’Occident médiéval, Berlin, New York : W. de Gruyter, p. 51-55.

46 Ses mémoires couvrent les années 1218 à 1243.

47 Marcel de Fréville (éd.), Des III tens d’aage d’ome, I, 8-10, Les quatre âges de l’homme, traité moral de Philippe de Navarre [Novare], Publication de la Société des anciens textes français, Paris : Firmin Didot, 1888, sur la base du ms BNF fr. 12581 fol. 388a.

48 Né v. 1270, on conserve des notices sur l’activité et la production littéraire de Domenico Cavalca dans les années 1329 à 1342, date probable de sa mort.

49 Domenico Cavalca, Frutti della Lingua, n° 59, édité par Marcello Ciccuto, in : Giorgio Varanini et Guido Baldassaro (éd), Racconti esemplari di predicatori del due e trecento, Rome : Salerno editrice (coll. I Novellieri italiani), 1993, vol. IV, t. III, p. 148-149. Voir aussi D. Cavalca, I frutti della lingua, Milan : [s.n.], 1837, cap. XXIX., p. 246. Les Frutti della lingua comportent 92 ex. en tout.

50 M. Ciccuto, « Tradizione delle opere di Domenico Cavalca. Gli esempi dei trattati morali, parte III », Italianistica, 2-3, 1994, XXIII, n° 59, p. 424-425.

51 Prêche du Carême 1424 (Florence, Santa Croce, 8 mars – 3 mai), XIII, 2 ; prêche du printemps 1425 (Sienne, église Saint-François et Piazza del Campo, 20 avril – 10 juin), VII, 2. San Bernardino da Siena, Le prediche volgari. Predicazione del 1425 in Sienna, Padre Ciro Cannarozzi (éd.), 2 vol., Florence : Typogr. E. Rinaldi, 1958, I, p. 206 et 121 ; Carlo Delcorno, « Modelli retorici e narrativi da San Bernardino a San Giacomo della Marca », in : Silvano Bracci (éd.), San Giacomo della Marca nell’Europa del ‘400. Atti del Convegno Internazionale di studi, Monteprandone (7-10 settembre 1994), Padoue : Centro Studi Antoniani, 1997, p. 367 ; C. Delcorno et Saverio Amadori, Repertorio degli esempi volgari di Bernardino da Siena, Bologne : CLUEB, 2002, p. 244.

52 « Schemi di sermoni (1420-1425) utilizzati per redigere i sermonari De Cristiana Religione e De Evangelio Aeterno (Budapest, Bibl. Universitaria, Lat. 102). Selecta ex autographo Budapestinensis », éd. dans S. Bernardino da Siena, Opera omnia, Florence Ad Claras Aquas : Typogr. Colegii S. Bonaventurae, 1965, t. IX, s. 20, p. 379 ; De Evangelio Aeterno (1430-1440), ibid., 1956, t. II-V, s. XVII, t. III, p. 309. C. Cenci, « Un manoscritto autografo di San Bernardino a Budapest », Studi Francescani, 61, 1964, p. 326-381. Voir aussi Prato fiorito di varii Essempi, raccolto da Valerio Veneziano Capuccino, Venezia, 1714, lib. I, cap. XIV, es. XII, p. 76-77. Carla Casagrande, Prediche alle donne del secolo XIII, Milan : Bompiani, 1978, p. 64-65, 93-94.

53 Roberto CARACCIOLO, Opere in volgare, Enzo Esposito (éd.), intro. Raul Mordenti, Galatina : Congedo editore, 1993, sermons p. 83-275 ; Quaresimale in volgare, XVIII. Sabbato. De l’onore di parenti, 30, n° 39, p. 164. Analyse ThEMA : un père omet de corriger son fils voleur. Celui-ci emprisonné puis condamné à mort, sur le chemin du supplice, arrache avec les dents le nez de son père en lui reprochant de ne l’avoir jamais corrigé.

54 Mary Macleod Banks, An Alphabet of Tales. An English 15th Century translation of the Alphabetum Narrationum of Étienne de Besançon, Londres : K. Paul, Trench, Trübner & Co, 1904-1905, EETS vol. 125-127, 217.

55 Rodrigo Sánchez de ARÉVALO (Rodericus Zamorensis), De arte, disciplina et modo aliendi erudiendi filios, pueros et juvenes, 1453, Hayward Keniston (éd.), « A fifteenth century treatise on education by bishop Rodericus Zamorensis », Bulletin Hispanique, 32, 1930, p. 193-217, voir 212, 17-28.

56 Castigos del rey don Sancho IV, Capitulo primero. Cómmo deue el omne conosçer e temer a Dios que le fizo el alma, § 31, Hugo Óscar Bizzarri (éd.), Frankfurt am Main – Madrid : Vervuert - Iberoamericana (Medievalia Hispanica 6), 2001, p. 81 {30-31}.Variantes des manuscrits entre crochets. Castigos e documentos del rey don Sancho, Pascual de Gayangos y ARCE (éd.), Escritores en prosa anteriores al siglo XV (1ère éd chez M. Rivadeneyra, 1860), BAE n° 51, Madrid : Ediciones Atlas, 1952, p. 79-228, voir p. 90b.

57 Sur l’épisode dans ce texte, voir Rameline Marsan, Itinéraire espagnol…, p. 401-402, même si ses analyses sont en partie erronées, me semble-t-il.

58 I Samuel 2, 12-17 et 22-26.

59 Egidio Colonna (Aegidius Romanus), De Regimine principum, Libri III, éd. F. Hieronymum Samaritanium, Rome : Neudruck der ausgabe 1607 (rééd. Aalen : Scientia Verlag Aalen, 1967, 647 p.). Voir Segunda pas, secundi libri… in qua tractatur quomodo parentes circa proprios filios curam de eis habeant, p. 287-347.

60 Glosa Castellana al ‘Regimiento de Príncipes’ de Egidio Romano, Libro segundo : Del goviernamiento de la casa, segunda parte : Del governamiento de los fijos, chap. II. Que mucho conviene a los reyes ser acuciosos en el regimiento de sus fijos. Juan Carlos Beneyto PÉrez (éd.), 1947, Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 3 vol., II, p. 129-130 (rééd. en 1 vol. : Centro de estudios políticos y constitucionales, 2005, p. 449-450).

61 Il est clair ici que le fautif est le père, et non la mère (de même ensuite dans l’Especulo de los Legos), contrairement à ce que laisse entendre J. Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) », p. 215 et p. 217, après avoir cependant cité les mêmes textes que nous, évoquant clairement le padre du jeune voleur.

62 Juan Fernández de Heredia, Ram de Flors (ms Escorial Z-I-2), John Nitti et Lloyd A. Kastern (éd.), Concordances and Texts of the fourteenth century aragonese manuscripts of Juan Fernández de Heredia, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1982, fol. 149r, 57-149v, 44. Juan Fernández de Heredia est aussi le traducteur des vies parallèles de Plutarque (Vidas semblantes, 2 vol., Adelino Àlvarez RodrÍguez (éd.), Zaragoza : Universidad, 2009) et du Secret des Secrets en aragonais.Secreto de los secretos. Translated by Juan Fernández de Heredia. An edition of the Unique Aragonese Manuscript with Literary Introduction and Glossary. Éd. L.A. Kasten, Ph. D. Diss. University of Wisconsin, 1931 ; J. Nitti et L.A. KASTEN, Concordances and Texts of the Fourteenth-Century Aragonese Manuscripts ofJuan Fernández de Heredia, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1982.

63 Ruth Leslie, « A source for Juan Fernández de Heredia’s Rams de Flores », Studia Neophilologica, 45 (1), 1973, p. 158-170 ; J. M. Cacho Blecua, « La reconstrucción del ‘Ram de flores’ de Juan Fernández de Heredia. A propósito de una nueva edición », Archivo de Filología Aragonesa, 56, 2000, p. 247-265.

64 Francesc Eiximenis, Dotzè llibre del Crestià segona part, volum segon, Curt Wittlin et al. (éd.), Gérone : Collegi Universitari de Girona – Diputació de Girona, 1987, II, 2, chap. 790 « Que lo prínceps faça, si és menester, que lo pare et la mare se ajen bé envers los fills », p. 262-263, lignes 79-83. Le Crestià devait comporter douze livres mais seuls les trois premiers et le livre 12 /III (El Regiment de la cosa publica) ont été achevés. La 2ème partie (chap. 468-907) est conservée dans le seul manuscrit de Valence, édité ici (voir aussi éd. en ligne http://www.antiblavers.info/galeria/displayimage.php etc.).

65 Id., Lo Llibre de les dones, 2 vol., Franck Naccarato (éd.), Barcelona : Universitat de Barcelona – Curial Ediciones Catalanes, 1981, I, chap. XV, « Con Déus poneys aquellos qui mal nodrexen lurs infansI », p. 29-31, voir p. 30. L’ouvrage compte 5 parties et 396 chapitres. Édition en ligne sur le même site.

66 Thèse de Carmen Clausell Nacher, Carro de las Donas (Valladolid 1542). Estudio preliminar y edición anotada, soutenue en nov. 2004 à l’UAB (sous la direction d'Alberto Blecua et Xavier Renedo). 2e vol., note 168 p. 65.

67 Au niveau des sources, si l’on reprend la classification de Barry Taylor sur les fables et exempla d’Eiximenis, nous sommes en présence de textes tout ce qu’il y a de plus conventionnels. B. Taylor, « The fables of Eiximenis : norm and abnormality », The Modern Language Review, 94 (2), 1999, p. 409-414 ; sont non conventionnelles les fables qui relèvent de ses propres compositions.

68 Jacques Monfrin, La bibliothèque de Francesc Eiximenis (1409), Genève, [s.n.], 1967, p. 603-648, inventaire des 180 livres ‘in spagnolo’ (en catalan) fait le 25-26 avril 1409 ; peu d’histoire, aucun texte classique, peu de patristique ni d’ouvrages spirituels mais une masse de commentaires bibliques et de livres de théologie. Pour les sources d’exempla, j’ai relevé (p. 623) un Breviloquium de virtutibus antiquorum, un Liber de exemplis sacre scripture etc.

69 C. Clausell Nacher, op. cit. L’œuvre est aussi conservée dans 5 mss (4 castillans et 3 aragonais). L’exemplum se trouve ici au chap. XVII, « Que muestra cómo Dios castiga a los padres que mal castigan y crián lors hijos », t. II, p. 64-67, voir p. 65. Édition en ligne, voir ccn2de4.pdf). Voir aussi David J. Viera, « El estudio textual del Carro de las Donas (1542) adaptación del Llibre de les Dones de Fr. Eiximenis », Estudios Franciscanos, 57, 1976, n. 356, p. 153-180. Isaac Vazquez Janeiro, « En busca de un nombre para el traductor del Carro de las Donas de F. Eiximenis », Antonianum Roma, 56 (1), 1981, p. 170-207, pense que le traducteur est le Franciscain Alonso de Tudela.

70 Édition ancienne : Recull de eximplis e miracles, gestes et faules e alters ligendes ordenades per A.B.C. tretes de un manuscript en pergami del comencament del segle XV, Jacinto Verdaguer (dir.), Barcelone : A. Verdaguer, 1881, p. 185. Édition moderne : Josep Antoni Ysern Lagarda, Arnoldus Leodiensis, Recull d’exemples i miracles ordenat per alfabet. Edició i estudi, Valence : Servei de Publicacions Universitat, 1994. Id., Arnoldus Leodiensis. Recull d'exemples i miracles ordenat per alfabet. Edició i estudi, Thèse de l'Université de Valence : Servei de Publicacions Universitat, 1994. Cf. également Edward J. Neugaard, « The Spanish Libro de exemplos por abc and the Catalan Recull de eximplis per abc : Possible relationship and Common Sources », in : Actes del Sise Colloqui d'Estudis Catalans a Nord-America (Vancouver, 1990), Karl I. Koobberuig, Arseni Pacheco et Josep massot i Muntaner (coord.), Barcelone : Publicacions de l'Abadia de Montserrat, 1992, p. 235-241. Le Recull de exemplis comporte près de 700 exemples.

71 El Libro de los enxemplos CCLXXIII, P. de Gayangos (éd.), Escritores en prosa …, p. 447-542 (contient 395 exempla, incomplet, à p. lettre c) ; voir p. 513 ; à compléter par les 70 exempla édités par Alfred Morel-Fatio, « El Libro de exenplos por abc de Climente Sanchez archidiacre de Valderas », Romania, 7, 1878, p. 481-526 : éd. des lettres a à c manquantes dans l’éd. BAE. Voir aussi A. H. Krappe, « Les sources du Libro de exemplos », n° 345/273. Je n’ai pas eu accès à l’édition récente d'Andrea Baldissera, Clemente Sánchez de Vercial, Libro de los Exemplos por ABC, Florence : ETS, 2005.

72 José María Mohedano HernÁndez (éd.), Espéculo de los Legos, texto inédito del siglo XV, Madrid : CSIC, 1951, chapitre XLII, « Del castigo de los fijos », p. 192-199, ex. n° 287 et 288, p. 196-198.Voir aussi Carmen MartÍn Daza, « Observaciones sobre la estructura y función de los exempla en el Especulo de los legos », in : Santiago Fortuño Llorens et Tomàs MartÍnez Romero (éd.), Actes del VII Congrés de l’A.H.L.M. (Castelló de La Plana sept. 1997), Castellón : Universitat Jaume I, 1999, vol. 2, p. 395-408.

73 Rinuccio d’Arezzo (Remicio Aretino, Remigio en Espagne) avait traduit en 1448 la Vie d’Ésope de Maximus Planude (XIIIe s.) en latin, elle-même traduction d’une ancienne version grecque. A. Morel-Fatio, « L’Isopo castillan », Romania, 23, 1894, p. 561-575. Carmen Navarro, « El incunable de 1482 y las ediciones del Isopete en España », Quaderni di Lingue e Letterature (Verona), 15, 1990, p. 156-164.

74 Je cite d’après La vida y fábulas del Ysopo, fábulas de Remicio, XIV, Valencia, Juan Joffre impr., 1520 ; éd. de Diego Romero Lucas, Lemir, 5, 2001 (revue en ligne). Il s’agit d’une version semblable à l’édition Saragosse de 1482-89 (chez Pablo Hurus et Juan Planck, puis chez Jean Hurus allemands de Constance : Fábulas de Esopo. Reproducción en facsímile de la primera edición de 1489, Madrid : Real Academia Española, 1929, fol. XCVIr, citée dans J. Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) » p. 218) ; éd. de Toulouse, 1488 (Esopete ystoriado (Toulouse 1488), Victoria A. Burrus et Harriet Goldberg (éd.), Madison : Hispanic seminary of medieval studies, 1990, p. 117) ; et éd. de Burgos, 1496 (chez Frédéric l’Allemand de Bâle). L’Esopete comporte 7 parties qui se trouvent déjà dans la première édition castillane de l’Aesop latin de Steinhowel (Ulm, chez Johann Zeiner, sans doute après 1474), soit : un portrait d’Ésope, prologue, vie d’Ésope par Rinuccio d’Arezzo, Romulus en 4 livres de 20 fables (venant surtout de Phèdre), puis 17 fables extravagantes (sources diverses, dont le Roman de Renart), 17 fables de Remicius (Rinuccio), et 27 fables d’Avien (sur les 42 fables de Flavius Avianus elles-mêmes issues de Phèdre et de Babrios) ; on trouve ensuite selon les éditions des fables ‘collectes’ de Pierre Alphonse et d’autres sources (Phèdre, Eudes de Cheriton, Calila e Dimna, Sendebar, Lucanor, Libro de los Gatos etc.), ou les collectae (fables des Facéties du Pogge).

75 Pour le commentaire de cette image voir les réf. données par J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », p. 79, n. 25. Il semble que dans l’incunable de 1488 (Toulouse) le fils morde le nez de sa mère, et son oreille dans ceux de 1489 (Saragosse) et 1496 (Burgos) ; la gravure de l’édition de 1520 me semble concerner le nez.

76 Martinus de Troppau, Promptuarium exemplorum, éd. imprimée 1484, IV, H (dans les appendices) ; éd. en cours par Xavier Hermant ; ou Johannes Herolt, Sermones discipuli de tempore et de sanctis cum Exemplorum Promptuario ac Miraculis B. Virginis, Ulm, 1480, 1497, rééd. Venise 1603, 17F p. 62, 23P p. 88. Le Prompturarium de Martin d’Opawa est une collection d’exempla fortement marquée par l’influence des collections d’Étienne de Bourbon et d’Humbert de Romans, dans le choix des matériaux et leurs dispositions. Bronislaw Geremek, « L’exemplum et la circulation de la culture au Moyen Âge », in : Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Mélanges EFR, Moyen Âge Temps Modernes, t. 92, 1, 1980, p. 153-179, voir p. 162.

77 Alonso de Villegas, Fructus sanctorum, discurso V, n° 7, fol. 22r-22v ; José AragüÉs Aldaz (éd.), El Fructus sanctorum de Alonso de Villegas (1594). Estudio y edición del texto, Thèse doctorale dirigée par María Jesús Lacarra Ducay, Saragosse : Presses universitaires de Saragosse, 1993, t. IV, p. 94-95. En ligne, Lemir, 2, 1998 (http://parnaseo.uv.es/Lemir/Textos/Flos/Index1.html). J. Fradejas Lebrero, « El más copioso ejemplario del s. XVI », in : Homenaje a Pedro Sainz Rodríguez, II, Estudio de lengua y literatura, Madrid : Fundación Universitaria Española, 1986, p. 229-249, voir p. 245.

78 « Çertas, ante deve ome castigar los suyos que los estraños, e señaladamente los fijos que ovierdes devédeslos castigar sin piedat ; ca el padre muy piadoso,¿ bien criado fará sus fijos ? Ante saldrán locos e atrevidos. E a las vegadas lazran los padres pour el mal que fazen los fijos mal criados. E es derecho que, pues por su culpa de ellos, non los queriendo castigar, erraron, que los padres resçiben la pena pour los yerros de los fijos », LCZ, J. GonzÁlez Muela (éd.), p. 252. Sur les points de droit, voir J. Hanska et J.-P. DÉPÉé, « La responsabilité du père… », p. 81-95.

79 J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », p. 60, n. 3, propose de rétablir le nom de Lucrèce à l’héroïne malheureuse du récit, mais cela me semble peu opportun.

80 Ibid., p. 76.

81 Id.,« El prólogo del Libro del cavallero Zifar : el exemplum de Ferrán Martínez », in : Literatura Medieval, Actas do IV Congresso da A.H.L.M. (Lisbonne octobre 1991), Aires A. Nascimento et Cristina Almeida Ribeiro (éd.), Lisbonne : Cosmos, 1993, vol. III, p. 227-231. Id., « Del Liber consolationis et consilii al Libro del cavallero Zifar », La Córonica, special issue. El Libro del caballero Zifar, 27 (3), 1999, p. 45-66.

82 Portrait de la mère : « Esta dueña, mi madre… comoquier que sea de muy buena vida, fazedora de bien a los que han mester, dando la sus alimosnas de grado, e oir ende sus oras muy devotamente… », LCZ, p. 255.

83 Portrait de la reine Maria de Molina : « … fue muy buena dueña e de muy buena vida e de buen consejo e de buen seso natural e muy conplida en todas buenas costumbres e amadora de justiçia e con piedat, non argullesçiendo con buena andança nin desesperando com mala andaça quando le acaesçía, mas muy firme e estable en todos los sus fechos que entendíe que con Dios e con razón e con derecho era… », LCZ, p. 54.

84 « E desque cresçió el moço, non dexava al diablo obras que feziese, ca él se las quería todas fazer, robando los caminos e mantando muchos omes sin razón, e forçando las mugeres doquier que les fallava, e de ellas se pagava », LCZ, p. 252.

85 Salustiano Moreta, Malhechores-feudales. Violencia, antagonismos y alianzas de clases en Castilla, siglos XIII-XIV, Madrid : Cátedra, 1978. Luciana de Stefano de Taucer, « El malfechor feudal en el Libro del cuallero Zifar », Anales de Filología hispánica, 3, 1987, p. 25-35.

86 « En Sancta Olalla, lugar que era de don Juan, fijo del infante don Manuel, estaban algunos omes malfechores que salian á los caminos, et forzaban las mugeres, et facian otreos muchos males ». Crónica d’Alfonso XI, Don Cayetano ROSELL (éd.), Madrid : Rivadeneyra, 1875 (BAE t. 66), chap. XCIV, p. 229. L’épisode se situe en 1330 ou 31.

87 Cf. Parties III, XIII, prol. Voir aussi J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », p. 78.

88 Son rôle est défini dans les Sept Parties (Partie II, Titre IX, Loi XX) comme « celui qui doit arrêter et justicier les hommes à la cour du roi, sur son ordre, ou sur celui des juges qui jugent les plaids… Item, il doit arrêter ceux qu’il faudrait détenir en lieu sûr, et mettre à la torture ceux qui ont commis des actes le nécessitant… Item, il doit veiller à ce que ne reçoivent nul dommage les hommes qui demeurent en ce lieu, ni dans leurs champs de blé, ni dans leurs vignes, ni dans leurs jardins, ni en aucune autre chose, et à ce que l’on ne leur prenne pas de force aucune des choses qu’ils auraient apporté à la cour pour les vendre, ou qu’ils auraient apporté spécifiquement à quelqu’un ». Las Siete partidas, José SÁnchez-Arcilla Bernal (éd.), Madrid : Editorial Reus, 2004, p. 222. Le rôle de l’alguazil est encore redéfini aux Cortes de Madrid de 1329 et à celles d’Alcala en 1348.

89 Jaime de Salazar y Acha, La casa de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de Estudios polícos y constitucionales, 2000, p. 331-333 sur les monteros.

90 Sur la nécessité d’une justice « cruelle » pour être efficace, notamment vis-à-vis des plus puissants, voir l’ensemble de l’article de J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo », op. cit.

91 Ms BNF Espagnol 36, fol. 107v.

92 Livre de Samuel, 4, 12-18. Dans le Zifar, le roi de Mentón (le père éducateur) relate qu’ils sont morts au combat et qu’Éli, en l’apprenant, est tombé de son siège, s’est brisé la nuque et en est mort ! En fait, dans le Livre de Samuel, Éli ne meurt pas en apprenant que ses deux fils, Hophni et Pinhas, sont morts dans le combat contre les Philistins, mais parce que l’Arche d’Alliance a été prise dans la déroute de l’armée.

93 Les pédagogues médiévaux utilisent deux images récurrentes, venues de leurs prédécesseurs antiques mais aussi d’Eusèbe ou de saint Jérôme : ils comparent l’enfant soit à une cire molle, sur laquelle tout pouvait s’imprimer (par exemple dans les Parties II, VII, IV « les jeunes ont des dispositions pour apprendre, lorsqu’ils sont encore petits, comme la cire molle lorsqu’on la place sous le sceau, laquelle, plus elle est tendre, mieux elle imprime ce qui est gravé sur le sceau »), soit à un vase qui gardait toujours l’odeur de la première liqueur dont il avait été rempli, par ex. chez Berthold de Ratisbonne, prédicateur du XIIIe siècle : « Un pot garde toujours l’odeur de ce qu’on a mis dedans en premier »). Voir aussi J. M. Cacho Blecua, « La crueldad del castigo… », p. 73.

94 Romancero General n° 1068, Ángel GonzÁlez Palencia (éd.), 2 vol., Madrid : C.S.I.C., 1947, II, p. 172b-174b, cité dans J. Fradejas Lebrero, « Apostillas literario-artísticas (II) », p. 219-221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Le « nez tranché », itinéraire d’un motif exemplaire d’Ésope au Zifar », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22434 ; DOI : 10.4000/e-spania.22434

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Université de Bordeaux 3 - AMERIBER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page