Navigation – Plan du site
‎« Au miroir des anciens »‎

Au miroir des anciens

Présentation de la journée d’étude
Sophie Coussemacker

Texte intégral

1Le début du prologue de la chronique du roi Jean II de Castille par Fernán Pérez de Guzmán témoigne de la part de l’histoire antique dans la formation culturelle du prince, au début du XVe s., même s’il y mêle sources réellement « antiques » et compilation médiévale de Boccace ! Ce texte présente – avec bien d’autres – l’histoire comme exemplaire : l’histoire (et notamment l’histoire antique) ne serait-elle donc qu’un long réceptacle d’exemples ou d’historiettes dans lesquels l’historien, le pédagogue, le moraliste, ou le prédicateur, pourraient puiser à leur guise pour former un prince chrétien, mais aussi, au-delà du prince et des élites politiques, l’ensemble du peuple chrétien, peut-être ?... Mais pourquoi l’antiquité ? Est-ce parce que les hommes de ce temps ne se perçoivent que comme des nains juchés sur les épaules de géants ? Mais les hommes antiques sont-ils vraiment des géants à leurs yeux ?

  • 2 Claude BRÉMOND, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT, L’exemplum. Typologie des sources du Moyen (...)

2La question de l’exemplarité de l’histoire, et notamment de l’histoire antique, au Moyen Âge, n’est pas terra incognita, tant pour les hispanistes que pour les historiens. L’objectif initial de cette journée d’étude était d’examiner et questionner l’écriture et la réécriture des exemples historiques classiques (gréco-romains) sous la forme d’anecdotes exemplaires. Par cette expression, j’entends les récits (brefs) répondant à la définition de l’exemplum d’origine homilétique, c’est-à-dire des anecdotes closes et nanties d’une leçon morale2. L’intérêt majeur de ces récits brefs, par rapport à un long développement historique narratif continu, c’est que ces courtes vignettes sont facilement interprétables, malléables, transformables à volonté au gré des compilations, et bien sûr qu’ils peuvent être composés en série. Dans l’antiquité même, un seul recueil d’exempla a été constitué comme tel, ce sont les Faits et dits mémorables de Valère Maxime, qui rencontra un énorme succès à l’antiquité mais aussi au Moyen Âge. Mais bien d’autres antiques ont été « utilisés » au Moyen Âge, de Cicéron à Sénèque. Dans la Péninsule ibérique, on n’attend pas les traductions en castillan de Salluste, p.ex., traduit au milieu du XVe s. par Francisco Vidal de Noya, pour le citer. Ces récits brefs se prêtent donc à des réécritures complexes, des insertions dans des « supports littéraires » variés, et pour le chercheur d’aujourd’hui, c’est un plaisir de traquer les itinéraires souvent complexes entre la « primary source » des Anglo-saxons et la version médiévale.

3Le projet initial se proposait de se limiter à la littérature exemplaire à proprement parler, les sermons ou les recueils exemplaires, destinés soit aux professionnels, les prédicateurs, soit aux pieux lecteurs laïcs, les exempla étant alors souvent agrémentés d’une morale à leur intention. La littérature de prédication me semblait être un champ d’investigation à la fois riche et paradoxal, car il s’agissait de comprendre comment une littérature chrétienne « de combat » avait pu accueillir des exemples venus de l’antiquité païenne.

  • 3 Compte-rendu dans Annales ESC 1982, vol. 37, 3, p. 513-515 de la table ronde de l’E.F.R., 18 mai 19 (...)

4Mais les propositions qui m’ont été faites et quelques phrases de Bernard Guenée, aussi, m’ont conduite à réviser notre angle d’attaque3. Il s’agit d’un simple compte-rendu de l’un des premiers grands colloques sur l’exemplum, au tout début des années 80, quand ce mode d’expression est revenu à la « mode », scientifiquement parlant. Comme il le dit, « l’exemple est un des piliers de la culture et de la mentalité médiévales, mais il n’est pas enfermé dans les recueils d’exempla ». D’évidence, pour un historien, l’histoire ou les récits historiques, au moins, sont un champ d’investigation tout aussi riche que les recueils d’exempla stricto sensu, parce que le Moyen Âge perçoit l’histoire avant tout comme exemplaire. Pour citer encore Guenée : « Combien d’œuvres historiques médiévales n’ont-elles pas pour seule ambition au dire de leur auteur même de donner des exemples à suivre et à éviter…. (combien) sont-elles … des recueils d’exemples utilisés comme tels par leurs lecteurs, ainsi que le prouvent assez les tables alphabétiques qui y sont souvent jointes à partir du XIVe s. ». 

5Mais les anecdotes à caractère exemplaire se rencontrent largement au-delà et en dehors des œuvres à caractère historiographique. Et au-delà des anecdotes, les références aux Anciens truffent la littérature didactique des Miroirs des Princes, les chroniques aristocratiques, et les textes politiques assimilés, bien entendu. Au-delà encore, tout « support littéraire », poèmes, romans, textes de caractère encyclopédique géographique ou scientifique, théâtre, etc., donnent aussi maintes « lectures médiévales » de l’antiquité. Les participants de la Journée d’étude ont axé leurs réflexion sur des supports textuels volontairement variés (dans l’ordre chronologique) : le traité encyclopédique de Juan Gil de Zamora ; l’inclassable Libro de Buen Amor ; un roman didactique, le Libro del Caballero Zifar ; des récits de voyage avec El Libro Ultramarino et El Libro de las maravillas de Jean de Mandeville ; une chronique/roman biographique aristocratique, le Victorial de Gutierre Díaz de Games ; des traités politiques et moraux avec Rodrigo de Arevalo, Diego de Valera et Hernando de Talavera ; et enfin, une pièce théâtrale, l’Auto de la Sybille Cassandre de Gil Vicente. Á la variété des supports (et des périodes abordées, du XIIIe au XVIe s.), s’associe celle des angles que chacun a choisi de donner à son approche du thème antique.

6Mais pour introduire mieux encore nos problématiques, et compléter les réflexions qui vont suivre, je propose une première approche purement quantitative du « poids » du référent antique dans la littérature ibérique médiévale et moderne.

Le poids « numérique » des modèles antiques. Trois exemples

7L’une des questions que j’avais posées lors de la mise en place du programme de cette journée d’étude était le poids relatif des référents antiques dans la littérature ibérique médiévale, face au poids – a priori – écrasant de sources bibliques, scripturaires, ou chrétiennes. Répondre à cette question nécessiterait des études synthétiques qu’il est impossible d’avancer pour l’instant, mais je voudrais donner trois exemples, trois sondages effectués dans trois œuvres distinctes du XIIIe, XIVe et XVe s., un traité didactique relevant du genre des Miroirs des princes, un roman à vocation didactique et un recueil d’exempla.

Les exempla antiques dans les Castigos de Sanche IV

  • 4 Hugo Óscar BIZZARRI (éd.), Castigos del rey don Sancho IV, Frankfurt am Main – Madrid : Vervuert – (...)
  • 5 Ce classement pourrait d’ailleurs donner lieu à une révision, ainsi « el leve castigo de Helí a sus (...)
  • 6 Le seul exemplaire conservé des Gesta Romanorum (ms d’Innsbrück), dû à un Franciscain anglais, date (...)

8En utilisant l’édition de Hugo Óscar Bizzarri4, qui « liste » les exemples et proto-exemples de l’ouvrage (i.e. souvent de simples mentions allusives qui ne constituent pas à proprement parler un récit autonome), j’ai tenté d’y mesurer le poids des exempla d’origine antique. Il a relevé 58 exemples bibliques (ancien et nouveau testament confondus), 47 exemples « généraux », et 18 fazañas, comprendre en fait des jugements judiciaires fondés sur des récits historiques ou pseudo-historiques situés dans une actualité perçue comme plus contemporaine5 ; sur ce total de 123 récits ou allusions, le volume accordé à l’antiquité gréco-romaine païenne est plus que congru avec 12 exempla seulement (si l’on ne prend pas en compte les fables animalières qui peuvent avoir une origine ésopique), soit un peu moins de 10 % des exemples : on y trouve la « vengeance du fils de Lucrèce » (I, 31), l’exemplum dont je m’occuperai ensuite ; la juive Marie dévore son fils au moment de la prise de Jérusalem par l’empereur Titus Vespasien (V, 9), exemplum provenant de Flavius Josèphe ; la femme de l’empereur Octavien et la femme oisive (VI, 12-15) l’un des seuls à bénéficier d’un développement plus soigné, venant de Cicéron selon l’auteur des Castigos ; Hercule conquiert l’Espagne (XXXVI, 23) ; les hauts faits d’Alexandre le grand (XXXVI, 24 et L, 27) ; les hauts faits de Jules César (XXXVI, 25 et L, 28) ; la mort par traîtrise de Jules César, d’Alexandre et d’Hercule (XL, 32, 33 et 34) ; Enée trahit l’amour de Didon (XL, 10-19). Certains, notamment ceux que l’on trouve dans le chapitre XXXVI puis dans le XL (Hercule, Alexandre, Jules César) ne sont en fait que des mentions très brèves ; pour la mort par traîtrise de César et d’autres empereurs de Rome, l’auteur renvoie à la Estoria de los fechos de los Romanos, qui peut être les Gesta Romanorum, ou bien le texte de Valère Maxime6. Quant à l’histoire de Didon et Énée, il renvoie ici à la Grand Estoria, l’œuvre de son père Alphonse X, conclut d’ailleurs son récit par « e si más complido esto quieres saber, vete a la Estoria Romana etc. ». L’exemplarité antique est donc réduite à presque rien, dans cette première version des Castigos.

  • 7 Castigos e documentos del rey don Sancho, Pascual de Gayangos y ARCE (éd.), Escritores en prosa ant (...)

9Il n’en va pas de même dans la version « longue » éditée par Pascual de Gayangos7 ; au gré de quelques sondages, on trouve l’exemplum du roi Atheneo qui établit la cité de Lucrecia (sic) (chap. IX sur l’amour de la justice, p. 105), renvoyant à Valère Maxime, il s’agit en fait de Zaleucus et de la ville de Locres chez Valère Maxime (VI, chap. 5, ext. 3) ; deux exemples enchaînés (chap. XI, des vêtements etc., p. 112) sur le roi méditant sur le poids de la couronne et sur le chevalier qui reçut une couronne sur la tête en sortant par une porte de Rome, deux exemples encore empruntés explicitement à Valère Maxime (Livre VII, chap. 2, ext. 5) ; l’exemplum du premier romain qui répudia son épouse, Carbino Fornisino (Castigos LXXVII p. 207) décalque là encore de Valère Maxime sur Sp. Carvilius (II, 1, ext. 4) et il y en a comme cela des dizaines, nourrissant abondamment l’amplification des Castigos à l’époque d’Alphonse XI (au moment où sont rédigés le Zifar tout comme la Glosa castellana).

10De toute évidence, nous assistons là à une transformation de la valeur accordée à l’exemplum antique. Cependant, leur présence reste encore limitée dans un récit romanesque et didactique comme le Zifar contemporain de cette amplification.

Les sources antiques des exempla du Libro del Caballero Zifar

  • 8 Charles Philip WAGNER, « The sources of El cavallero Cifar », Revue historique, 10, 1903, p. 5-104. (...)
  • 9 Voir l’analyse du dialogue entre le roi et le ribaud, Ch. P. WAGNER, « The sources… », p. 40-44. Wa (...)
  • 10 Ch. P. WAGNER, « The sources… », p. 58-74.

11L’étude des sources du Libro del Caballero Zifar est facilitée par l’existence du gros article de Charles Philip Wagner8. Les emprunts à la pensée antique ne se limitent pas aux exempla : des citations de philosophes antiques, plus ou moins explicitement mentionnées, truffent aussi le texte. Wagner a ainsi démontré la parenté entre le Zifar et les Castigos notamment dans un chapitre de la version tardive des Castigos, qui empruntent eux-mêmes une série de maximes et de sentences à Sénèque ou à Cicéron, construites sous la forme d’un dialogue fictif9. Dans le Zifar, ces sentences s’inscrivent dans un dialogue entre le roi et le ribaud. Le picaresque ribaud fait aussi un large usage de sentences proverbiales qui sont inspirées surtout d’origine « populaire », ou plus rarement inspirées de maximes antiques, transmises notamment par les Bocados de Oro10.

12Si l’on s’en tient aux exempla et récits qui sont, directement ou indirectement, d’inspiration antique et païenne (en éliminant p.ex. la légende de saint Eustache), la pêche est limitée, et les exemples sont, logiquement, presque tous concentrés dans la seule partie didactique du Zifar. Dans ce que Wagner appelle les « récits et fables interpolés » nombre de textes sont d’origine antique, qu’il s’agisse de fables ésopiques ou de miracles et d’exemples historiques classiques. J’en donne ici un tableau résumé, en laissant de côté le cas de l’exemplum du demi-ami, qui a sans doute pour origine une compilation médiévale de textes antiques (Gesta Romanorum) et arabes, sans compter la version du Barlaam, mais qui a été surtout repris de la Disciplina Clericalis pour les versions ibériques et a déjà été largement étudié.

Wagner

p.

Titre

origine

1

131

L’âne et le chien de manchon

Fable ésopique

3

317-318

Le loup et les sangsues

Fable ésopique

9

116-117

L’empereur de Rome qui avait peur des éclairs

? (// avec Julian de Medrano, Silva Curiosa, 1608)

11

241-242

Le physiognomoniste

Secretum secretorum

12

252-256

Le fils arrache le nez de sa mère (ou le fils de Lucrèce)

Fable ésopique -> Pseudo-Boèce, Jean de Galles, Eudes de Chériton, Jacques de Vitry, Gilbert de Tournai, Etienne de Bourbon, Humbert de Romans, Ps-Vincent de Beauvais, Arnold de Liège, Castigos, Jean Gobi, Philippe de Novare, Domenico Cavalca, Juan García de Castrojeriz, Juan Fernández de Heredia, Francesc Eiximenis etc.

13

295-296

Le roi Antigone et le ménestrel

Sénèque, De Beneficiis (II, XVII) -> Moralia Dogma philosophorum

14

296

Alexandre et le citoyen

Sénèque, De Beneficiis (II, XVI) -> id.

15

297-300

Le roi d’Ephèse

? (// avec R. Lulle)

16

313

Le roi de Rome captif (histoire de M. Atilius Regulus)

Sénèque, De Beneficiis (III, 5, 2) ; Horace (Odes III, 5, 10), Tite Live (Ab Urbe Condita Libri, 18e livre, connu par l’Epitome ou Periochae), Cicéron, De officiis (I, 13, 39 et III, 26), Valère Maxime (I, 1, 14 et IV, 4, 6), Aullu-Gelle (Nuits attiques VII, 3-4 qui le tire de Aelius Tuberon qui le tire lui-même de Gaius Sempronis Tuditanus),

Sextus Aurelius Victor (4e s., De Viris illustribus Romae 40), Paul Orose (IV, 11), saint Augustin (Cité de Dieu 1, 15) -> Moralia Dogma philosophorum

Réf. données aux pages de l’éd. González Muela

  • 11 Jean-Théobald WELTER, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris e (...)
  • 12 J. M. CACHO BLECUA, « Los problemas del Zifar », p. 76 ; Francisco J. HERNÁNDEZ, « Ferrán Martínez, (...)

13Au total, Wagner répertorie 24 récits brefs (miracles, exemples, fables etc.) dont 9 seraient d’origine antique ou du moins se situent dans un contexte antique (plus du tiers). Mais le plus intéressant est que les cinq ou six principaux exempla antiques apparaissent groupés au cœur des Castigos del rey de Mentón, la partie didactique du Zifar. Deux de ces histoires sont connues par des versions très variées et sont des topiques de la littérature antique, pour l’un, et médiévale pour l’autre, le conte du fils qui arrache le nez de sa mère (ou de son père, selon les versions) ayant déjà fait l’objet de plusieurs études, tant pour la péninsule ibérique que pour la diffusion du motif dans tout l’Occident11. Le seul texte qui a résisté aux investigations de Wagner, de Juan Manuel Cacho Blecua – et aux nôtres – est le récit dit du roi d’Ephèse. Son origine antique est d’ailleurs sans doute discutable, seule la mention d’Ephèse permet de le supposer, mais comme le dit Cacho Blecua à propos d’un autre exemplum que nous n’avons pas retenu ici, l’empereur d’Arménie, il se peut qu’il s’agisse de créations originales de l’auteur, résonnant en écho d’événements historiques plus ou moins récents12.

  • 13 J. M. CACHO BLECUA, « Los problemas del Zifar », p. 76. John HOLMBERG, Das “Moralium Dogma Philosop (...)

14Cacho Blecua signale aussi, et c’est un point très important, que des anecdotes tirées en apparence de l’antiquité classique, comme la mesquinerie d’Antigone opposée à la prodigalité d’Alexandre, ou l’histoire de Regulus (devenu curieusement roi de Rome) ne proviennent pas directement de sources antiques, mais « avec une quasi assurance » du Moralium dogma philosophorum de Guillaume de Conches13.

15Quoi qu’il en soit, le référant antique apparaît désormais dans plus du tiers des exempla du Zifar, ce qui pourrait témoigner d’une progression ou d’une valeur ajoutée

Le poids des exemples antiques dans le Libro de Exemplos de Clemente Sánchez de Vercial (début XVe siècle)

  • 14 The exempla or illustrative stories from the sermones vulgares of Jacques de Vitry, p. CIV.

16Le comptage des exemples a déjà été en partie réalisé par Thomas Frederick Crane14 ; sur l’ensemble du livre, plus du quart des exemples sont tirés de quatre ou cinq œuvres citées nommément : trois sont des sources chrétiennes, les Dialogues de Grégoire le Grand (35), les ex. empruntés à la Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse (26), les Vitae patrum (18) ; les deux autres sont des sources antiques ou des compilations de sources antiques : Valère Maxime (27) et les Gesta Romanorum (20). En fait, l’étude de Crane ne prend pas en compte les 468 exempla, me semble-t-il, car la liste est bien plus large.

1. Les (16) exempla concernant Alexandre.

Titre/acteur

source

6

Lettres des Brahmanes à Alexandre

Pseudo-Callisthène (éd. Muller, P. Didot,

1846, p. 99 sq.)

34

A. à la cour de Porus

Gesta Romanorum (GR) n° 198

Pseudo-Callisthène (éd. ibid., p. 70)

42

A. et Denys le pirate

GR n° 146

86

Avarice d’A. blâmée par un de ses chevaliers

?

97

A. donne une ville à un chevalier

Sénèque, Des bienfaits, II, 16

118

A. fait vœu de sacrifier le premier qu’il rencontrera

Valère Maxime (VR) VII, 3, ext. 1

168

A. et son médecin

VM III, 8, ext. 6

Sénèque, De la colère, II, 23, 2

180

Naissance d’A.

Plutarque, Alexandre, II, 5

215

Déification d’A.

VM IV, 7, ext. 2 et VII, 2, ext. 11

235

Serment d’A. de détruire la ville de Lampsaque

VM VII, 3, ext. 4

259

A. et Parménien

VM VI, 4, ext. 2

261

Un philosophe démontre à A. que la raison

est plus noble que la volonté

Pierre Alphonse, n° 27

Saint Augustin, Cité de Dieu, VIII, 1

297

Oraison funèbre d’A.

Pierre Alphonse n° 32

GR n° 31

Etienne de Bourbon (éd. Lecoy, p. 64)

320

Générosité d’A. envers la mère de Darius III

VM IV, 7, ext. 2

357

Diogène et A.

VM IV, 3, ext. 4

Sénèque, Des bienfaits, V, 4, 4

GR n° 183

454

Diogène et A.

Pierre Alphonse n° 27

2. Autres (69) exempla antiques

Titre/acteur

source

10

Vespasien et les flatteurs

Suétone, Vespasien, c. 15

12

Néron en enfer

Jacques de Vitry (éd. Crane n° 36, 148)

Speculum Laicorum n° 18

17

Damon et Pythias

Valère Maxime (VM) IV, 7, ext. 1

Gesta Romanorum n° 108

19

Athis et Prophilias

Pierre Alphonse n° 2 [ ?]

GR n° 171

20

Platon et Xénocrate

VM IV, 1, ext. 2

21

Le vieux chien

Phèdre V, 10

Romulus, II, 7 (éd. Hervieux II 486 sq.)

36

Les gouverneurs romains ne doivent être

ni trop riches ni trop pauvres

VM VI, 4, ext. 2

50

Le chien fidèle

Pline, Histoire naturelle, VIII, 61,3

60

Qualités sociales des grues

Cicéron, De la nature des animaux, II, 49, 125

Isidore, Etymologies, XII, 1, 14 sq.

62

Lucrèce

GR n° 135

63

Péchés des yeux

VM VI, 3, ext. 10

66

Clémence de Marcellus, de César et de Pompée

VM V, 1, ext. 4, 10 et 9 

67

Un jeune homme embrasse la fille de Pisistrate

VM V, 1, ext. 2

68

Clémence de Titus

Suétone, Titus, c. 9

77

Restitution aux dépositaires réunis

VM VII, 3, ext. 5

79

Le soldat d’Octavien prisonnier de

Marc Antoine

VM III, 8, ext. 8

81

Les mets royaux ne sont pas bons pour un paysan

Source non identifiée

= n° 401 avec Dioclétien

83

Scipion l’Africain et la jeune prisonnière

VM IV, 3 ext. 1

Frontin, II, 11, 6

144

Libéralité de l’empereur Tibère II

Paul Diacre, Hist. Lang., III, 11-12

166

Les esclaves loyaux

VM VI, 8, ext. 1

171

Une bonne fille nourrit son père/mère de son lait

VM V, 4, ext. 7

GR n° 215

173

(id. 171 +) Le fils de Crésus retrouve la voix

VM V, 4, ext. 6

175

Roman des Sept Sages

Medicus, Archivum Romanicum, VIII,

1924, p. 386 sq. et XI, 1927, p. 167 sq.

180

Les abeilles de Platon

Les fourmis de Midas

Naissance d’Octavien

Naissance de Tibère

VM I, 6, ext. 3

Cicéron, De la divination, I, 36, 78

VM I, 6, ext. 2

Cicéron (id.), I, 36, 78

Suétone, Auguste, c. 94

Id., Tibère, c. 17

186

Androcles

Aulu-Gelle, V, 14

GR n° 104

208

Des faux amis : la fable de Protée

Ovide, Les Métamorphoses, II, 9 sq.

209

Stratagème de Cyrus

Paul Diacre, Hist. Lang., V, 5

GR n° 88

211

Humanité de Paul Emile envers le roi Persée

de Macédoine

VM V, 1, ext. 8

Boèce, De cons. Phil., II, 2

Tite-Live, XLV, 8

Florus, II, 12, 11

212

Le temple de la concorde à Rome

?

219

Archytas de Tarente refuse de punir un esclave

VM IV, 1, ext. 1

Cicéron, De la République, I, 38, 59

Plutarque, Comment il faut nourrir les

enfants c. 31

220

La même anecdote attribuée à Platon

VM IV, 1, ext. 2

Plutarque, Comment…, c. 31

Diogène Laërte, Platon, c. 26

Sénèque, De la colère, I, 15 et III, 12, 7

223

Le juge irascible

Sénèque, De la colère, I, 18, 3 sq.

GR n° 140

224

Cambyse et le juge vénal

VM VI, 3, ext. 3

225

Zaleucus législateur

VM V, 5, ext. 3

GR n° 50

226

Tibère, sur l’avidité des gouverneurs romains

Josèphe, Antiquités juives, XVIII, 6, 5

GR n° 51

243

Hic percute (Virgile magicien)

GR n° 107

245

Derniers mots de Lycurgue aux Lacédémoniens

VM I, 2, ext. 3 et V, 3, ext. 2

Justin, III, 3

GR n° 169

Plutarque, Lycurgue, c. 29

257

L’incorruptibilité de Scipion l’Asiatique

VM III, 7, ext. 1

258

Camille et le maître d’école traître

VM VI, 5, ext. 1

Tite-Live, V, 26

Plutarque, Camille, c. 10

Polyen, Stratag., VIII, 7

Denys d’Halicarnasse, exc. Vat., XIII, 1

Aulu-Gelle, XVII, 24

Frontin, IV, 4, 1

Aurèle, De viris ill., c. 23

Claudien, De bello Gild., 1273 sq.

Florus, I, 12, 5

305

Vaincre un ennemi par la bonté

Sénèque, De la clémence, I, 9

GR, n° 130

307

Roman des Sept Sages, Puteus

Pierre Alphonse n° 12

321

Pyrrhus et Fabricius

VM VI, 5, 1

Frontin IV, 4, 2

Florus I, 18, 21

Claudien, De Bello Gild., 271 sq.

Aulu-Gelle, III, 8, 1

Ammien Marcellin, XXX, 1, 22

Cicéron, De officiis, I, 13

322

Le taureau de Phalaris

VM IX, 2, ext. 9

GR n° 48

325

Octavien offre de nommer un avocat pour

défendre un vétéran

GR n° 87

Macrobe, Les Saturnales, II, 4

327

Le roi Antigone ne veut donner ni cadeau trop

grand ni trop petit

Sénèque, Des bienfaits, II, 17, 1

Plutarque, Apophtegmes des rois et cap. c. 30

Id., De la mauvaise honte, c. 9

328

Une religieuse ( ?) qui avait charmé un

chevalier par la beauté de ses yeux se les

arrache et les lui envoie

VM IV, 5, ext. 1

331

Octavien fait apprendre le métier à ses enfants

Jean de Salisbury, Polycraticus, VI, 4

345

Le fils trop gâté dans son enfance se venge

de son père en lui mordant le nez

Ésope -> VM, Pseudo Boèce

Jacques de Vitry (Crane n° 287)

Etienne de Bourbon (A. Lecoy n° 43)

347

La patience du roi Antigone

Sénèque, De la colère, III, 22, 2

Plutarque, Apophtegmes des rois et cap. c. 30

348

La clémence de César

Sénèque, De la colère, II, 23, 4

351

La patience de Théodore le Cyrénien

La patience de Philippe roi de Macédoine

VM VI, 2, ext. 3

Sénèque, De la colère, III, 23

353

La patience de César

?

354

Codrus

VM V, 6, ext. 1

GR n° 41

377

Xerxès se rend compte de la vanité de toutes les

chose

Hérodote, VII, 45

Sénèque, De la brièveté de la vie, XVII, 1

381

De la libéralité de Titus

Suétone, Titus, c. 8

Eutrope, VII, 21 etc.

394

Regulus

VM I, 1, 14

Paul Orose, IV, II

Sénèque, Des bienfaits, II, 5, 2

397

La prière pour la veuve de Denys le tyran

VM VI, 2, ext. 2

GR n° 53

398

Contre la vengeance

Sénèque, De la clémence, I, 19, 1-3; 26, 3-4

401

Le roi laboureur (= n° 81)

Réf. id.

411

L’enfant Papirius au sénat romain

Jacques de Vitry (éd. Crane n° 236 p. 230)

GR n° 126

420

La révolte des esclaves en Sicile

Justin, XVIII, 3, 6-19

442

Pyrrhus d’Epire et les propos des Tarentais

VM V, 1, ext. 2

444

Chacun sait où son soulier lui fait mal

Plutarque, Vie de Paul Emile, c. 5

445

Le stratagème de Macrobe

Hérodote, I, 207, 211

VM VII, 4, ext. 2

Frontin, II, 5, 12

446

Bacchus

Raban Maur, De l’univers, XXII, 13

447

Des quatre qualités du vin

GR n° 159

448

Un gendre pauvre est préférable à un riche

VM VII, 3, ext. 5

449

Un ermite se mord la langue pour échapper

à la tentation

VM III, 3, ext. 4

Ammien Marcellin, XIV, 9, 6

Tertullien, Ad nationes, I, 18, 5

Pausanias, I, 23, 2

Pline, Hist. naturelle, VII, 23, 1

Sénèque, Controv., II, 5

Diogène Laërte, Zénon l’Eléatique, c. 5

Id., Anaxarchus, c. 2 etc.

456

Vénus et Vulcain

Ovide, Amores I, 9, 39-40

Id., Ars amatoria, II, 561 sq.

468

Méduse

Ovide, Les métamorphoses, IV, 772 sq.

17J’ai inclus dans ma propre liste des exemples d’origine antique ceux dont les personnages étaient de tout évidence des « héros » antiques au sens large (que la source soit explicitement antique, médiévale, ou non identifiée par Krappe), et/ou ceux dont la source mentionnée par Krappe était antique (Valère Maxime surtout). Le comptage est sans doute imparfait, ainsi l’exemplum de l’enfant gâté conduit au gibet qui mord le nez de son père est difficilement identifiable, à lire Krappe, comme provenant d’une source antique ou post-antique, puisqu’il ne donne comme sources que Jacques de Vitry et Etienne de Bourbon, alors que la fable remonte à Ésope et peut-être à Valère Maxime. On obtient un total de 82 à 83 récits ou entrées au moins (en fait, une entrée comprend quatre récits distincts, et une autre deux récits) ; sur un total de 468 exempla dans la recension utilisée par Krappe, cela représente donc 17,52 % ou moins de un exemple sur six d’origine antique avérée ou probable, ce qui est finalement assez peu, par comparaison avec le Zifar, mais n’oublions pas qu’il ne s’agit pas d’un traité didactique mais d’un recueil d’outils utiles à un prédicateur chrétien. L’objectif intrinsèque de la source pourrait donc avoir une influence sur le poids relatif de l’antiquité dans ses référents.

Les sources textuelles

18Faire un pourcentage sur les sources à partir des seules mentions de Krappe n’est pas évident, car il ne précise pas dans quel ordre il donne les sources potentielles de tel ou tel récit, quand il en donne plus d’une, voire toute une série. Ma propre recension et les pourcentages déduits sont seulement indicatifs. Sur un total de 155 sources mentionnées, la première place revient sans conteste à Valère Maxime qui est cité en premier voire comme source unique pour 38 des 82 exempla (46,34 %). La moitié des récits « à saveur antique » du Libro de exemplos viennent donc de Valère Maxime, et le plus souvent directement. L’autre gros bataillon est fourni par les Gesta Romanorum qui apparaissent également cités 21 fois comme source (soit dans un quart des cas). Le reste est nettement plus dispersé, mais le compilateur médiéval semble avoir été inspiré par Sénèque, mentionné 13 fois comme source (De la colère 5 réf., Des bienfaits 4, De la clémence 2, De la brièveté de la vie 1, Controverses 1).

19En dehors de Sénèque quelques auteurs sont moins régulièrement cités :

  • Plutarque 8 fois (Alexandre I, Comment il faut nourrir les enfants II, Lycurgue I, Camille I, Apophtegmes des rois et des capitaines II, Vie de Paul Emile I)

  • Suétone 5 fois (Vespasien I, Titus II, Auguste I, Tibère I)

  • Cicéron 4 fois (De la nature des animaux I ; De la divination II, De la République I)

20Quels sont les héros antiques préférés des exempliers médiévaux.

21Sur les 82 cas recensés, 16 récits concernent Alexandre, soit 19,51 % des exemples antiques, un sur cinq (cf. tableau à part). Les autres personnages antiques, qu’il s’agisse de dieux (5 cas), de savants, lettrés, poètes, philosophes (6 cas), de héros de fables gréco-latines et de héros historiques (47 cas, dont 27 latins et 20 grecs, macédoniens ou perses) n’apparaissent pour la grande majorité qu’une seule fois, rarement deux, sauf Octavien qui bénéficie de quatre récits et Platon, qui est mentionné trois fois comme héros d’un exemplum.

22Enfin, les exemples féminins sont la portion congrue avec Lucrèce et la fille de Pisistrate.

23Les communications vont nous permettre de nuancer et préciser le profil du héros exemplaire antique type (animal ou humain), au miroir des lettres ibériques médiévales et modernes.

Haut de page

Notes

1 Crónica del Serenísimo Príncipe don Juan, segundo Rey deste nombre. Crónicas de los Reyes de Castilla, Cayetano ROSELL (éd.), Madrid : BAE, 1953, II. Je cite la traduction en suivant Béatrice LEROY, Histoire et politique en Castille au XVe s. Biographies et portraits de Fernán Pérez de Guzmán (1380-1460), Limoges : PULIM, p. 13.

2 Claude BRÉMOND, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT, L’exemplum. Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 40, Turnhout : Brepols, 1982.

3 Compte-rendu dans Annales ESC 1982, vol. 37, 3, p. 513-515 de la table ronde de l’E.F.R., 18 mai 1978, Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Mélanges EFR, Moyen Âge Temps Modernes, t. 92, 1, 1980, 179 p., articles notamment de Jacques BERLIOZ « Le récit efficace, l’exemplum au service de la prédication XIII – XVe s. », p. 113-146 ; Bronislav GEREMEK, « L’exemplum et la circulation de la culture au Moyen Âge », p. 153-179.

4 Hugo Óscar BIZZARRI (éd.), Castigos del rey don Sancho IV, Frankfurt am Main – Madrid : Vervuert – Iberoamericana, 2001, p. 373-376.

5 Ce classement pourrait d’ailleurs donner lieu à une révision, ainsi « el leve castigo de Helí a sus hijo » (I, 28), exemplum biblique s’il en fût – j’y reviendrai dans ma communication – ou la création d’Eve (XX,5) est inséré dans les exemples généraux et non les exemples bibliques. En outre l’histoire de Didon et Énée se retrouve aussi dans les fazañas.

6 Le seul exemplaire conservé des Gesta Romanorum (ms d’Innsbrück), dû à un Franciscain anglais, date de 1342.

7 Castigos e documentos del rey don Sancho, Pascual de Gayangos y ARCE (éd.), Escritores en prosa anteriores al siglo XV (1ère éd chez M. Rivadeneyra, 1860), Madrid : Ediciones Atlas (BAE n° 51), 1952, p. 79-228.

8 Charles Philip WAGNER, « The sources of El cavallero Cifar », Revue historique, 10, 1903, p. 5-104. Voir aussi Juan Manuel CACHO BLECUA, « Los problemas del Zifar », in : Francisco RICO y Rafael RAMOS (éd.), Libro del caballero Zifar, Códice de París, Barcelone : M. Moleiro Editor, p. 55-94, notamment § « fuentes », p. 68-76, p. 76 pour les sources des exempla.

9 Voir l’analyse du dialogue entre le roi et le ribaud, Ch. P. WAGNER, « The sources… », p. 40-44. Wagner cite le chapitre XLV des Castigos, évidemment dans l’éd. Gayangos (p. 171-172), chap. intitulé « Que fabla qué cosa es fortaleza, é cerca de cuáles cosas ha de ser, é cómo nos podemos facer fuertes », un chapitre qui ne se trouve pas dans le ms B (selon note de l’édition de Gayangos) et qui surtout n’a pas été repris dans l’édition de Hugo Óscar Bizzarri et qui n’appartiendrait donc pas à la version primitive des Castigos mais à celle remaniée à l’époque de la rédaction du Zifar même. Le chapitre suivant dans l’édition Gayangos est intitulé « Que fabla de cómo se debe home guardar que non caya en yerro de fecho de armas », ce qui correspond au chapitre XLII de l’édition de Bizzarri.

10 Ch. P. WAGNER, « The sources… », p. 58-74.

11 Jean-Théobald WELTER, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris et Toulouse : Guitard, 1927 (rééd. anast., Genève : Slatkine, 1973), p. 188, n. 100. Pour le reste de la bibliographie, voir infra.

12 J. M. CACHO BLECUA, « Los problemas del Zifar », p. 76 ; Francisco J. HERNÁNDEZ, « Ferrán Martínez, ‘Escrivano del rey’, canónigo de Toledo y autor del Libro del cavallero Zifar », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 81, 1978, p. 289-325, voir p. 291 et suivantes.

13 J. M. CACHO BLECUA, « Los problemas del Zifar », p. 76. John HOLMBERG, Das “Moralium Dogma Philosophorum” des Guillaume de Conches. Lateinisch, Altfranzösisch und Mittelniederfränkisch, Paris, Cambridge et Uppsala : Honoré Champion, W. Heffer and sons et Almquist och Wiksells, 1929, 38, 11-14.

14 The exempla or illustrative stories from the sermones vulgares of Jacques de Vitry, p. CIV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Au miroir des anciens », e-Spania [En ligne], 15 | juin 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22397 ; DOI : 10.4000/e-spania.22397

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Bordeaux 3 - AMERIBER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page