Navigation – Plan du site

María Fernanda NUSSBAUM, Claves del entorno ideológico del Poema de Alfonso XI,

Hispánica Helvética, 23, Lausanne : Sociedad Suiza de Estudios Hispánicos, 2012, 510 p. – ISBN : 978-84-7956-11-9

L’auteur s’emploie à dégager l’idéologie politique du Poema de Alfonso XI sur le fond de la production juridique, historiographique, doctrinale et sapientiale de la pensée politique castillane des XIIIe et XIVe siècles. A partir d’une première lecture politique du Poema, qui met en relief la construction de l’idée monarchique et d’un idéal de croisade, María Fernanda Nussbaum parcourt successivement l’œuvre juridique de Ferdinand III, Alphonse X et Alphonse XI, les chroniques particulières de Fernán Sánchez de Valladolid, les miroirs de princes ainsi que les traités doctrinaux et sapientiaux, soit l’ensemble d’une culture politique pratique et littéraire afin d’y inscrire, par ressemblance comme par différence, l’œuvre qui retient l’essentiel de son intérêt. Il manquait un panorama global de la pensée politique du XIVe siècle castillan et nous avons là une riche et solide vision d’ensemble qui devrait, dans l’avenir, susciter des approfondissements ponctuels. María Fernanda Nussbaum aborde avec un égal bonheur les productions poétiques, historiographiques, juridiques et doctrinales. Dans le jeu des pouvoirs – royauté, Église, noblesse, villes, ministres du roi – l’auteur se meut avec beaucoup d’assurance, dégageant très nettement les grands enjeux et les grands antagonismes, mais aussi nuançant la portée véritable des affrontements et montrant la sauvegarde des intérêts de chacun. En ce qui concerne l’idéologie politique produite au service d’Alphonse XI, on connaissait surtout les dispositifs « chevaleresques » allant dans le sens d’un assujettissement – assez astucieux, du reste – de la haute noblesse. L'auteur attire ici l’attention, de façon novatrice, sur l’apport ecclésial et l’accentuation de la dimension sacrale et « théocentrique » de la royauté. Par la perspicacité de la réflexion comme par l’ampleur de l’horizon abordé, cet ouvrage constitue un apport majeur à la connaissance des idées politiques de l’Espagne médiévale. Il rend toute son importance à un roi, Alphonse XI, dont la figure est un peu assombrie par celle de l’immense Alphonse X et qui, contrairement à Sanche IV, n’a pas fait l’objet d’une véritable « réhabilitation » de la part des universitaires. On prend, en lisant Mme Nussbaum, toute la mesure de l’extraordinaire productivité idéologique des élites politiques sous le règne d’Alphonse XI dont on avait déjà souligné, néanmoins, le temps fort qu’il marquait dans la construction de l’État et de sa bureaucratie.

  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org