Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Le Pacifique vu du Pérou (1567-1606)

Carmen Bernand

Résumés

Les trois grandes expéditions dans l’Océan Pacifique entreprises par les Espagnols dans la seconde moitié du XVIsiècle à partir du Pérou, illustrent les modalités d’appréhension et d’écriture d’un espace immense, qui sera parcouru, répertorié et décrit, sans être pour autant maîtrisé. De la quête des îles fabuleuses du roi Salomon par Alvaro de Mendaña et Sarmiento de Gamboa, à la vision utopique et crépusculaire de Pedro de Quirós, l’exploration des archipels du « cinquième continent » se heurtera à la puissante logique des circuits d’échanges des insulaires dans laquelle les Européens ne pourront pas s’insérer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stephen Clissold, Conquistador. The life of don Pedro Sarmiento de Gamboa,Londres : Derek Verschoyl (...)
  • 2 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage (1re éd. en anglais, 1977), (...)
  • 3 Marshall Sahlins, Islands of History, Chicago : The University of Chicago Press, 1985.

1Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : l’intitulé du colloque organisé par Louise Bénat-Tachot en 2011 m’a interpelée et le choix de ce sujet, encore mal connu ou carrément oublié, s’est imposé. Dans un premier temps, j’avais conçu un texte centré sur Pedro Sarmiento de Gamboa, un homme hors-norme sur lequel nous sommes toujours redevables au livre de Stephen Clissold1, qui date pourtant de 1954. Or la complexité de ses activités et de ses réseaux, ainsi que les traits étonnants de sa personnalité que nous révèlent les sources, dépassaient le cadre de cette rencontre. En revanche, les trois expéditions espagnoles menées dans les Mers du Sud entre 1567 et 1606 correspondaient davantage à la thématique générale. En dépouillant des sources d’une richesse inouïe, je vis une bonne occasion de revenir sur la nécessité faite à l’historien, de recourir à lanthropologie, lorsqu’il est question de contacts entre des peuples différents. Traditionnellement, comme le soulignent d’illustres anthropologues comme Jack Goody2 ou Marshall Sahlins3, un « grand partage » de l’humanité s’est opéré au début de l’ère moderne entre « Eux » (les autres, les primitifs, immergés dans le mythe et la pensée sauvage) et « Nous », les peuples occidentaux, dominateurs rationnels et calculateurs. Les matériaux laissés par les chroniqueurs du XVIe et du début du XVIIe siècle, ne se laissent pas réduire facilement à cette dichotomie. Pour les chroniqueurs ibériques, habitués pourtant à l’exotisme des Incas, le comportement des insulaires obéit à une logique dont ils ne détiennent pas la clé. Du côté des autochtones, les réactions des étrangers paraissent gauches, souvent incompréhensibles, et très vite ils en voient les points faibles, comme l’horreur que leur inspire l’anthropophagie et le refus de rapports sexuels avec les femmes des îles. Or si pour les Espagnols ces peuples barbares sont, malgré tout, des humains, semblables aux Indiens américains et, comme eux, appelés Indios, pour les Océaniens, les nouveaux venus ne relèvent pas tout-à-fait de l’humanité.

Ecritures de l’espace

  • 4 Marcel Mauss, Essai sur le Don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques,Paris : (...)

2Les trois grandes expéditions organisées par les Espagnols du Pérou dans la Mer du Sud (le Pacifique) sont à la fois une tentative réussie du point de vue technique, et un échec. On peut parler d’écriture, dans le sens propre du terme, puisque les trois expéditions espagnoles, qui se sont déroulées en moins d’un siècle, ont laissé des narrations détaillées et complémentaires. On peut ajouter à ces centaines de pages la chronique de Váez de Torres, découvreur de la Nouvelle Guinée, illustrée par les dessins de Diego de Prado y Tovar. Il y a aussi une écriture faite des traces laissées par les expéditions dans l’espace océanique, que l’on peut retrouver dans la toponymie : Nombre de Jesús, Salomón, Santa Isabel, Santa Cruz, Guadalcanal, Torres, Australia (dérivé de Austrialia), Marianas, Marquesas, et j’en oublie. Cette nomenclature double celle des insulaires, dont l’empreinte dans le vaste océan Pacifique date d’un temps très ancien, situé entre 1600 avant notre ère et 500, période qui correspond à l’éclosion et au déclin de la civilisation Lapita. On doit aux Lapita, faute de trouver un terme plus adéquat, la réorganisation des relations entre les archipels du Pacifique ; des artefacts dénotant une facture commune et distribués depuis les îles Bismarck jusqu’aux Fidji, Tonga et Samoa (Polynésie occidentale), témoignent de l’existence millénaire de contacts maritimes entre des points très éloignés les uns des autres, comme Samoa, les Marquises, Hawaii, Pascua et la Nouvelle-Zélande. L’ubiquité des échanges caractérise l’histoire des territoires océaniens. Les réseaux les plus étendus sont les plus anciens (Samoa-Marquises-Nouvelle-Zélande). Juste avant l’irruption ibérique au XVIe siècle, ils commencent à se disloquer sur les grandes distances, pour se reconstituer dans des espaces plus proches. Mais en dépit des transformations historiques des circuits (objets soustraits aux échanges, partenaires différents, sources d’approvisionnement diverses), le principe qui les sous-tend s’est maintenu jusqu’au XXe siècle. Le plus célèbre est sans doute celui de la kula immortalisé par Malinowski dans son œuvre majeure Les Argonautes du Pacifique occidental. L’Océanie, avec ses monnaies, ses échanges, ses chefferies puissantes mais souvent éphémères, et ses embarcations, a donné lieu à la constitution de paradigmes anthropologiques solides, dont celui du don et de la réciprocité théorisés par Marcel Mauss4. Bornons-nous pour le moment à indiquer que les Ibériques entrent dans ces réseaux sans en comprendre les enjeux symboliques et politiques ; ils estiment (à tort) qu’ils relèvent exclusivement du commerce et pensent, par conséquent, que les objets échangés sont des marchandises. Cette méprise mettra un frein à leur expansion.

3Une autre question doit être posée ici : il est généralement admis que les Espagnols font un commerce (rescate) malhonnête, troquant des babioles sans valeur contre des biens précieux. Cela est discutable. Dans les biens qui apparaissent dans les transactions avec les insulaires, il y a des vêtements, qui sont des pièces chères en Europe. Les bonnets ou couvre-chefs sont rouges, teinture coûteuse encore à l’époque. Les chaquiras de Castille, généralement en verre, sont fabriquées à Venise et ont un prix. Le refus des indigènes ne s’explique pas par le mépris pour ces objets « bas ». Ce qui les offusque chez les Espagnols c’est le non-respect de la « durée » entre les dons et les contre-dons, l’indifférence vis-à-vis des équivalences symboliques ou la thésaurisation d’objets, dont la fonction première est de circuler, ce qui entrave le flux des échanges.

  • 5 Annie Baert, Le Paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie. Les voyages de Mendaña et de Quiró (...)
  • 6 Juan Gil, Mitos y Utopías del Descubrimiento, 2, Madrid : Alianza Editorial, 1989.

4Je conclus cette introduction rapide en rappelant que, malgré cette écriture foisonnante (chroniques et récits des trois expéditions espagnoles), l’intérêt pour le Pacifique s’est ralenti en Espagne jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Le succès des explorateurs français et anglais comme Wallis, Bougainville et Cook, a effacé les prouesses maritimes de Mendaña et de Quirós. Pourtant ce silence ne peut pas être attribué à la difficulté de lire ou d’accéder aux sources originales : la Hakluyt Society a traduit les principaux documents dès le début du XXe siècle et Celsius Kelly a fait de même avec toute la documentation relative à l’Australie. Les données ethnographiques contenues dans les narrations, n’ont pas été reprises par les anthropologues, alors qu’elles sont antérieures de près de deux siècles aux textes de Bougainville et de Cook. Il faut attendre le début du XXIe siècle, pour un premier travail de synthèse réalisé par Annie Baert, professeur à Tahiti. Cette étude solide est indispensable pour la localisation des îles (tâche des plus ingrates) et reste très utile pour connaître le contexte économique et politique des expéditions5. Citons encore Juan Gil, qui consacre un long et passionnant chapitre à l’exploration australe de Mendaña et de Quirós6.

  • 7 Lord Amherst of Hackney, Basil Thomson (éd.), The Discovery of the Solomon Islands by Alvaro de Men (...)

5Les sources que j’ai consultées pour écrire ce texte sont riches en informations. En espagnol, les récits ont été publiés en grande partie dans les corpus du XIXe siècle de CODOIN (1866) et de Justo Zaragoza (1876). Deux volumes en anglais de la Hakluyt Society du début du XXe siècle, sous le titre de The Discovery of the Solomon Islands by Alvaro de Mendaña contiennent la plupart des chroniques, dont l’étonnant récit de G. H. Catoira, « An account of the Voyage and Discovery which was made in the South Sea under the command of Alvaro de Mendaña », qui occupe presque tout le second volume7. J’ai privilégié les textes en espagnol, mais je cite aussi ceux traduits en anglais qui ont une meilleure édition des notes.

  • 8 Justo Zaragoza (ed.), Historia del descubrimiento de las regiones Austriales hecha por el General P (...)
  • 9 Fray Juan de Torquemada, Monarquía Indiana, Introducción de Miguel León-Portilla, Mexico : Bibliote (...)

6Sur le voyage de Quirós de 1606, il existe deux documents majeurs: celui de Belmonte Bermúdez, Historia del descubrimiento de las regiones Austriales, et celui de Gaspar González de Leza, premier pilote de la Capitana avec Quirós. Ces textes ont été réunis par Justo Zaragoza8. Enfin, une troisième version de ce dernier voyage se trouve dans la Monarquía Indiana de Torquemada9. Elle fut donnée au franciscain par Quirós lui-même en 1606, à Acapulco.

  • 10 On peut consulter l’excellente édition d’Annie Baert concernant les sources.

7Enfin il faut mentionner la chronique de Luis Váez de Torres, qui se sépare de Quirós à Espíritu Santo et part pour Ternate, découvrant au passage le détroit qui porte son nom et qui sépare la Nouvelle-Guinée de l’Australie10. L’inclure ici aurait été allonger abusivement ce texte introductif. Qu’on se contente donc, pour le moment, de la référence.

Sarmiento de Gamboa

  • 11 Archivo Histórico Nacional de México (AHN/M), Inquisición, libro 1027, « Relación de causas de 1585 (...)
  • 12 Vidal Abril Castelló, Francisco de la Cruz, Inquisición, Actas I,Madrid : Consejo Superior de Inves (...)

8Personnage opaque, né probablement vers 1530, à Alcalá de Henares, d’un père galicien et d’une mère basque, Pedro Sarmiento de Gamboa est un des acteurs les plus énigmatiques de cette histoire. Entre 1550 et 1555, il combat dans les armées de Charles-Quint. En 1555 on le retrouve à Mexico, puis à Puebla, et finalement dans les geôles de l’Inquisition, accusé d’avoir fabriqué l’effigie d’un notable dans le but de provoquer sa chute par magie sympathique. On entend aussi parler de ses arts magiques lors du procès du curé Juan Gordillo Farfán11. Après ces ennuis avec l’Eglise, Sarmiento quitte la Nouvelle-Espagne pour la région de Chiapas, découvre les ruines des temples mayas, assiste aux querelles entre l’évêque, Bartolomé de Las Casas et l’encomendero de l’endroit, et arrive enfin (par quelle voie exactement?) au Pérou en 1559, « a buscar cómo ser aprovechado, como otros vienen »12. C’est l’année où Garcilaso de la Vega quitte son Cuzco natal pour l’Espagne.

9Sarmiento est un lettré et ses connaissances lui valent, en 1561, de fréquenter la cour du vice-roi don Diego López de Zúñiga y Velasco, comte de Nieva, un homme à la réputation sulfureuse, qui finira ses jours assassiné dans une rue de Lima. Nous sommes en février 1564, et une enquête est menée par son successeur, le licenciado Lope García de Castro, promu gouverneur du Pérou dans l’attente de l’arrivée d’un nouveau représentant de la Couronne.

10Dans ce contexte très tendu, qui est marqué par l’agitation des métis péruviens, après la rébellion de Hernández Girón, Sarmiento est arrêté à nouveau par l’Inquisition. C’est la fameuse affaire des anneaux magiques et des écrits à l’encre sympathiques, instruments que possédait notre personnage et dont il s’était entretenu avec le religieux Francisco de la Cruz, qui était à l’époque recteur de l’université de Lima. Francisco de la Cruz, un dominicain qui avait suivi à Valladolid les enseignements de Bartolomé de las Casas, aussi adonné à l’occultisme. Il était arrivé en Amérique en 1561, fuyant l’Inquisition, qui s’intéressait de trop près à ses propos ésotériques. Il sera rattrapé à Lima, et à l’issue d’un interminable procès où se trouve compromis Sarmiento de Gamboa, il sera exécuté en 1574. Retenons de cette affaire la position ambiguë de Sarmiento de Gamboa, qui sauve sa situation en témoignant contre Francisco de la Cruz à Lima, le 2 décembre 1564. Les arts magiques de notre héros sont d’ailleurs appréciés par l’entourage du comte de Nieva. Il avoue d’ailleurs avoir remis au viceroi des papiers sur la fabrique des anneaux. En janvier 1565, Francisco de Lima, secrétaire de Nieva :

  • 13 Ibid.,p. 328.

dijo que podrá haber seis o siete meses que el dho Pedro Sarmiento mostró a este testigo una sortija que traía en la faltriquera envuelta en un papel con ciertas señales[...] eran para los que entrasen en batallas o en rencillas [...] Y que le parece a este testigo que le dijo que las había dado al conde de Nieva [Diego Ortiz de Zúñiga]. Y que las unas y otras las había hecho a su instancia. Y que este testigo le respondió que mirase lo que hacía, porque aquellas eran cosas que parecía que no sonaban bien13

11Sarmiento avoue également avoir brûlé certains papiers, sur les conseils du religieux.

12Sans entrer ici dans les détails et les multiples rebondissements du procès, on peut s’étonner que Sarmiento, qui menace de faire appel à Rome, s’en tire si bien de cette affaire. Condamné au bannissement perpétuel des Indes, il est sommé d’attendre, reclus dans un monastère, le navire qui le ramènera en Espagne. Or, par intervention du licenciado Lope de Castro, sa peine lui est commuée. La raison de ce revirement se trouve exposée brièvement :

  • 14 Breve relación que se ha recogido de los papeles que se hallaron en esta ciudad de la Plata, Madrid (...)

En 1567, un Pedro Sarmiento dió noticia al Licenciado de Castro, gobernador del Perú, de muchas islas y grandes tierras que dixo haber en la mar del Sur, y se ofreció a les descubrir por su persona, en nombre de S.M. ; y para ello hizo demostraciones y cartas de navegación14.

13Ces propos ont probablement été écrits par Sarmiento lui-même. D’où tient-il ses certitudes ? C’est là que les mythes et les légendes interviennent, pour justifier cette folle entreprise. Mais ils sont toutefois cohérents avec l’amour qu’il professe pour l’ordonnancement secret de l’univers.

Rumeurs de la Mer du Sud

  • 15 Cf.Relaciones del viaje hecho a las islas Molucas … hecha por el capitán Andrés de Urdaneta, 1525, (...)

14Depuis qu’Andrés de Urdaneta eut surmonté l’obstacle du retour des navires d’Asie par le Pacifique en 1565 – l’année où débute l’affaire des anneaux –, l’exploration des îles de la Mer du Sud devient un enjeu. Auparavant, tous les navires avaient échoué à tenir le cap à l’est depuis les Philippines et les Moluques. Mais malgré les échecs, la connaissance du monde insulaire avait fait quelques progrès. En 1525, l’expédition de Garci Jofré de Loaysa, où se trouvaient également Sebastián Elcano et Andrés de Urdaneta, était passé au large d’une grande île située sur le 14e parallèle, qui fut appelée San Bartolomé – il s’agit probablement d’une des Marshall –. Après les morts successives de Loaysa et d’Elcano en pleine mer, la nef Capitaine mouille à Guam, dans l’archipel des Mariannes. Urdaneta rapporte l’observation suivante : « hallamos un Gallego, Gonzalo de Vigo, que quedó en estas islas con otros doscompañeros de la nao de Espinosa […] quedó él vivo […] sabía la lengua de las islas »15.

15Le Galicien était un déserteur de la Trinidad, un des navires de Magellan, qui fut arraisonné par les Portugais. Gonzalo de Vigo avait donc vécu auprès des Chamorros – nom hispanisé des habitants de l’île – près de quatre années –. J’y reviendrai.

  • 16 La découverte des Hawaii par le capitaine Cook est la seule référence couramment admise. Des voyage (...)

16Les rumeurs concernant des navires égarés étaient courantes. On disait qu’une nef de la flotte d’Alvaro de Saavedra avait sombré, en tentant de rentrer de Tidore par l’est, au large de l’île de Keei (Hawaii) ; les deux seuls survivants auraient été considérés comme les ancêtres des chefs hawaïens, selon un témoignage ethnographique tardif16. En 1537, deux bâtiments commandés par Grijalva en vue d’explorer l’océan entre la Nouvelle-Espagne et les Moluques, avaient fait naufrage près des îles du Ponant (Philippines), au large de la Nouvelle Guinée ; sept survivants avaient été réduits en esclavage et rançonnés par le gouverneur des Moluques. Au passage, Grijalva avait « découvert » plusieurs îles (les Marshall) ; dans l’une d’elles Mendaña y trouvera plus tard un clou en fer, relique probable de ce passage.

17En 1545, Iñigo Ortíz de Retes quitte Tidore et longe la Nouvelle-Guinée. En 1555 Juan Gaetano, pilote de l’expédition Villalobos, aurait été ramené par le vent dans les îles Hawaii, qu’il nomme Islas de Mesa.

18Toutes ces expéditions avaient été programmées depuis le Mexique. La maîtrise du tornaviaje par Urdaneta rend envisageable un autre point de départ. Au Pérou, un certain Ahedo entreprend le gouverneur Lope García de Castro pour qu’il l’autorise à lever à ses frais une flotte, mais la mauvaise réputation du personnage fait capoter le projet. La proposition de Sarmiento de Gamboa intervient donc à point nommé. Pour le gouverneur, le voyage présente deux avantages : d’une part il permet d’éloigner du pays des gens indésirables et potentiellement dangereux, d’autre part, si l’entreprise s’avère faisable, elle peut rapporter  prestige et fortune. Pour Sarmiento de Gamboa, quitter le Pérou pour quelques temps est salutaire, d’autant plus qu’il croit fermement qu’il trouvera, au-delà des légendaires îles du roi Salomon, dont personne ne connaît l’emplacement exact, la « terre australe » qui s’étend au sud de la Terre de Feu, et qui devrait le rendre célèbre.

19D’autres rumeurs viennent étoffer un dossier encore très problématique. Elles concernent l’éventuelle navigation des Incas dans la Mer du Sud.

Les Incas et le Pacifique

20Alors que Topa Inga faisait la conquête de Manta et de Puná et de Tumbez, écrit Sarmiento dans son Historia Indica, rédigée quelques années plus tard à la demande du vice-roi Toledo,

  • 17 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas (Historia Indica),Madrid : Miraguano/Polifemo, 200 (...)

aportaron alli unos mercaderes, que habían venido de la mar hacia el poniente en balsas navegando a la vela, de los cuales se informó de la tierra de donde venían, que eran unas islas llamadas Avachumbi, y otra, Ninachumbi, adonde había mucha gente y oro17.

  • 18 Ibid.

21Topa Inga décide de monter une expédition. Mais il se méfie des marchands, qu’il tient pour des vantards. Il demande alors à un homme de sa suite, un grand chamane, « tanto que volaba por los aires », de les devancer, « Y asi dice que fue por sus artes y tanteó el camino y vido las islas, gente y riqueza dellas, y tornando dió certidumbre de todo a Topa Inga »18.

  • 19 Ibid., p. 124.

22L’Inca décide alors de prendre la mer avec une flotte de radeaux ou balsas sur lesquels il embarque vingt mille soldats. C’est ainsi qu’au terme de la navigation, il découvre ces deux îles, et retourne au Pérou avec quelques hommes Noirs, beaucoup d’or, « y una silla de latón y un pellejo y quijadas de caballo, los cuales trofeos se guardaron en la fortaleza del Cusco hasta el tiempo de los españoles »19. Topa Inca resta neuf mois ou un an absent des affaires de l’empire, et on le croyait mort. Pour Sarmiento, les îles de Topa Inca sont celles « que descubrí en el Mar del Sur, doscientas y tantas leguas al poniente de Lima, yendo al gran descubrimiento de que yo di noticia al gobernador el licenciado Castro. Y no las quiso tomar Alvaro de Mendaña, general de la armada ».

  • 20 Miguel Cabello Valboa, Miscelánea Antártica. Una historia del Perú antiguo, Lima : Universidad Naci (...)

23On retrouve cette tradition du voyage maritime de l’Inca sous la plume de Cabello Valboa20. Son récit épouse dans les grandes lignes celle de Sarmiento mais introduit quelques variantes. Une de ces îles aurait un volcan, d’où son nom en rapport avec le feu.

24Cabello Valboa, qui connaît bien la côte nord du Pérou-Équateur et qui a vu les balsas encore en service dans le dernier tiers du XVIe siècle, ajoute qu’en 1585, le navire de don Alonso Niño, vecino de Los Reyes, alors qu’il rentrait au pays depuis Sonsonate (Nouvelle-Espagne), aurait découvert un vendredi 28 février, « muchas y vistosas islas en las quales se mostraron cordilleras altas y valles ». Don Alonso poursuit sa route sans témoigner de curiosité pour ces rochers, situés à une centaine de lieues de Paita (les Galápagos ? Celles de Topa Inca ?). Pour le vérifier il faudra attendre « hasta que un varón de mas pecho nos satisfaga con su exploración ». On sait d’ailleurs que dans cette Mer du Sud il y a beaucoup d’îles « que nuestros españoles no se aprovechan ». Il regrette que la Couronne ne se soit pas intéressée davantage à ces explorations, « y ansi las pongo yo en mi mapa con nombre de huérfanas, por no haber tenido padre que las rescate ».

25Cabello Valboa poursuit son récit en rapportant une légende entendue à Lambayeque concernant les voyages transocéaniques :

vino de la parte suprema deste Pirú con gran flota de balsas un padre de Compañas, hombre de mucho valor y calidad llamado Naimlap, y consigo muchas concubinas, mas la mujer principal trujo en su compañía muchas gentes [...] ansi como Pita Zofi, que era su trompetero o tañador de unos grandes caracoles.

  • 21 The Discovery, op.cit., 1, p. ix ; 2, p. 465-468.

26Il y a enfin le curieux témoignage de Chepo, sans date, publié par Hakluyt Society, où il est question des îles Quen et Acabana connues des Péruviens. Chepo pourrait être un des six indigènes des Salomon ramenés au Pérou par Mendaña21.

  • 22 Huguette Zavala, América inventada. Fiestas y espectáculos en la Europa de los siglos XVI al XX,Ban (...)

27Le lien entre les Incas et le Pacifique semble tellement évident qu’en 1649, à Avignon, dans un ballet célébré en l’honneur d’un représentant du Pape, et dont le thème est l’exposition, par l’allégorie Europe, de ses merveilles devant les autres continents éblouis, l’Amérique entre en scène incarnée par Pachacamac Yapu, empereur des terres inconnues de la « cinquième partie du monde », lequel, ayant été prévenu par ses éclaireurs de cette réunion, décide de s’y rendre, paré d’un vêtement extraordinaire. Sa robe brillait tellement qu’on aurait cru qu’il voulait aveugler le monde entier22.

  • 23 Edwin Doran Jr., « The sailing raft as a great tradition », in:Man across the Sea. Problems of pre- (...)

28Récapitulons brièvement quelques points de ces récits. La référence aux Incas, vraie ou fausse, donne aux navigateurs originaires du Pérou une légitimité supplémentaire, que ne peuvent pas revendiquer les explorateurs originaires de la Nouvelle-Espagne, liés davantage à Cortés qu’à la Couronne. Les preuves matérielles de ces navigations renforcent ce qui n’est ni un droit ni même une coutume, mais une tradition, ou, pour utiliser une expression moderne, la vocation maritime du Pérou. Certes le cheval n’est pas un animal originaire de l’espace insulaire de l’Océanie, et Cabello se montre prudent : « parecía de caballo ». Les références à ces explorations incaïques s’appuient également sur l’existence de véritables flottilles de radeaux dotés d’une voile, sur la côté péruvienne dont Chincha a été le centre. Des embarcations de même type existent dans tout le Pacifique23. En tout cas Sarmiento de Gamboa est le premier à parler de contacts inter océaniques entre le continent américain et les îles du Pacifique.

Découverte des îles Salomon (19 Novembre1567)

  • 24 A. Baert, op. cit., p. 48-49.
  • 25 Breve relación, p. 212.

29Les rumeurs justifiaient donc le lancement d’une expédition dans le Pacifique. Le gouverneur du Pérou, Lope García de Castro, débourse 10 500 pesos pour l’achat de deux nefs (la Almiranta et la Capitana), une somme jugée excessive par les trois officiers du Trésor. Ce n’était qu’un acompte auquel s’ajouteront des frais considérables qui s’élèveront à 60 000 pesos d’or. Pour acheter les objets destinés au rescate, Mendaña puise 11 000 pesos supplémentaires dans sa fortune personnelle24. Il fallait donc de solides raisons pour entreprendre un projet aussi coûteux. Le mirage des îles du roi Salomon, nécessaire pour attirer des marins, était-t-il partagé par les capitaines ? En tout cas Lope García de Castro autorise le voyage et avance l’argent, mais le commandement suprême revient à Álvaro de Mendaña, neveu du gouverneur, nomination qui écarte Sarmiento de Gamboa. Sa rancune empoisonnera l’expédition. Pour assurer l’évangélisation, le gouverneur fait appel à quatre franciscains. Le trait le plus singulier de cette expédition est le projet annoncé de peupler les îles découvertes : « La común voz del pueblo, determinación de los soldados y la instrucción que se llevaba, era de poblar la tierra que se descubriese »25.

  • 26 Baert, op. cit.,p. 131-135.

30Dans une flotte, la nef Capitana précède le convoi et la Almiranta le ferme. Le General, c’est-à-dire Álvaro de Mendaña, a des pouvoirs quasiment absolus. C’est lui qui a avancé les fonds. Chaque bâtiment est commandé par un maestre, qui en est généralement le propriétaire et qui est chargé de son approvisionnement, des salaires des matelots, et des contrats pour le transport des marchandises. Le pilote a l’entière responsabilité de la navigation et d’établir les cartes. Hernán Gallego est le piloto mayor de la Capitana. Celui de la Almiranta lui est subordonné.26

31L’expédition de Mendaña séjourne six mois dans les îles Salomon. Ni lui ni Quirós ne retrouveront plus, en 1595 et 1606, l’emplacement de Santa Isabel et de Guadalcanal – ils ignorent que Santa Cruz, bien qu’éloignée et située à l’est, fait partie de l’archipel salomonique. Les îles seront redécouvertes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par Carteret et Bougainville.

32Álvaro de Mendaña est alors âgé de 25 ans. C’est un homme de La Coruña, neveu de Lope García de Castro; il est entouré de Galiciens, comme Hernán Gallego, piloto mayor, excellent connaisseur de la côte pacifique, qu’il a longée jusqu’à Colima. Sarmiento de Gamboa, né à Alcalá a été élevé à Pontevedra. Pedro de Ortega, originaire de Guadalcanal, en Espagne, est maestro de campo et commandant de la Almiranta au retour de Guadalcanal (de Salomon). Mendaña, Gallego, Catoira et Sarmiento se trouvent dans la Capitana (premier voyage). On peut se demander si dans ces circuits planétaires les liens locaux (la patria chica) ne sont pas la garantie contre une menace de dissolution identitaire. Rappelons le rôle de La Coruña dans la navigation atlantique. Outre les Galiciens, l’équipage est constitué par des métis péruviens, des indigènes et des Noirs. Lorsque les navires quittent le port du Callao, l’Inca Titu Cusi est encore à Vilcabamba. Rétréci comme une peau de chagrin, appauvri, marginalisé, l’empire Inca existe encore.

33Le 15 janvier 1567, la flotte passe devant une île qu’ils nomment Nombre de Jesús (Nui, Tuvalu), sans s’y arrêter à cause des courants. L’île est peuplée pourtant :

 « dixo el pedro de sarmiento quando la vido que eran los bolcanes, que son unas islas altas que están en las costas de Nueva Guinea, pero de ay poco vimos todos que era una isla pequeña y baxa y aun [que ?] esta en diferente altura »,

contrairement à l’opinion (erronée) d’Hernán Gallegos. Veut-il qu’ils en prennent possession, lui demande-t-il ? « Je ne suis pas venu pour marchander, mais pour découvrir de nouvelles terres », répond Sarmiento avec arrogance. C’est le début d’un conflit ouvert entre les deux hommes. Ils aperçoivent des « Indiens » dans leurs embarcations, traversent les basses de Candelaria parviennent enfin en vue d’une grande île (la première des Salomon pour les Espagnols, la deuxième pour Sarmiento), baptisée Santa Isabel de la Estrella – l’étoile du nom est celle des Rois Mages.

La grille péruvienne, la grille aborigène27

  • 27 Récit anonyme, probablement d’Hernán GALLEGOS, The Discovery, op.cit.,2, p. 193-214 ; récit de Góme (...)
  • 28 John C. Moorfield, Te Aka Maori-English, English Maori dictionary on line,Auckland : Pearson, 2011 (...)

34Les premières rencontres ont marqué les esprits, c’est pourquoi les textes qui s’y réfèrent sont détaillés. La relation s’établit de chef à chef, Mendaña et le seigneur du coin, nommé tauriqui. Ce mot est d’origine maori. Te ariki désigne le chef, le meneur, le maître de la terre, celui que la littérature ethnographique anglo-saxonne appelle le big man28. Cela pose un problème, car il suggère une influence polynésienne dans un espace qui est caractérisé par une multitude de langues non maori. Il s’agit probablement d’une enclave en Mélanésie, ou d’un terme générique. Du côté espagnol c’est le monde andin qui sert de référence pour comprendre la culture des aborigènes. Les insulaires ont leur propre grille d’interprétation, que l’on peut décrypter à partir des données ethnographiques sur toute la région.

  • 29 The Discovery, 1, Introduction, p. xx.
  • 30 TheDiscovery, 2, p. 197.
  • 31 Ibid.,p. 232.

35Si les malentendus dominent les rapports entre les uns et les autres, il existe des moments d’entente très forts, qui ont été notés par les chroniqueurs avec force de détails. Ces instants inauguraux sont marqués par la musique. L’arrivée du tauriqui de Santa Isabel, Bili, qui est donc la scène fondatrice de la rencontre, débute par un échange de noms, proposé par le chef natif à Mendaña. Les deux hommes intervertissent leurs noms respectifs29. Le général donne un peu de nourriture et ordonne de jouer pour son hôte de la guitare, une trompette et un tambour. Le tauriqui à son tour fait signe à ses musiciens, qui se mettent à souffler des conques et des syrinx30. Les insulaires, en entendant le son de la flûte, que joue un matelot noir sur le pont, exécutent une danse étrange31. L’effet de surprise dure encore le lendemain. Vingt-huit canoës arrivent, avec d’autres tauriquis, pour les voir. Prudemment Mendaña refuse l’invitation qui lui est faite de descendre à terre pour visiter la maison de Bili. Comme Mendaña avait offert de la nourriture à Bili, celui-ci fait de même quelque temps plus tard. Le temps est suspendu. Bientôt les choses se gâteront.

  • 32 Catoira, op. cit, p. 276-277.

36Ces préliminaires nécessitent quelques éclaircissements. Les flûtes de Pan des îles Salomon sont célèbres pour leur taille et par l’ampleur du son. Selon les données ethnographiques plus tardives, l’instrument est joué en temps de paix, pour inaugurer des échanges : ce qui explique les dons de nourriture, préliminaires à d’autres cadeaux. Rappelons l’importance de cette forme de réciprocité, différée dans le temps, dans toute la région (Trobriands, Salomon, etc). Notons que pour les Espagnols, ces Indiens aux physionomies diverses, produits de métissages avec des Polynésiens, ne leur sont pas étrangers et souvent revient la comparaison avec le Pérou, avec ses zambos, ses métis et ses blancs. Ces peuples ont « la couleur de ceux du Pérou », bien qu’il y en ait aussi des plus foncés32.

  • 33 Ibid., p. 236.

37Ils notent également que, dans d’autres îles de l’archipel, les femmes sont bien bâties, elles ont les cheveux blonds (il peut s’agir de perruques ou d’une couleur naturelle, comme celle des aborigènes d’Australie), et ont une peau plus blanche que celle des Péruviennes33.

38Après cette ouverture en musique, le tauriqui Bili, contrairement à ce qu’il avait affirmé (ou que les Espagnols ont cru qu’il disait), ne revient pas. La nourriture vient à manquer. Mendaña envoie le Maese de Campo et Sarmiento à l’intérieur des terres pour « acheter » de la nourriture. Mais cette denrée ne s’achète pas, elle est soustraite aux échanges de monnaies locales. Les indigènes se montrent assez hostiles :

  • 34 Ibid., p. 234-235.

Convidaron a los nuestros con algunas mujeres, y como ellos hiciesen asco y escopiesen dellas, por darles a entender que no se las avyan de tomar, se admyraban y mas que no las traxesemos. Y como algunos de los nuestros se apartaban para orinar, ellas se yban tras ellos para ver con qué, y hubo una que vino a tomar de la falda a un soldado por verlo. Como los nuestros se escusasen, se subyó un indio escondidamente encima de un árbol, donde algunos se apartaban para orinar, para les ver sus vergüenzas, porque no savyan qué juzgar de nosotros34.

  • 35 Ibid., p. 248.

39Les Espagnols incarnent, pour les insulaires, l’altérité suprême, asexuée, alors que le sexe est le gage de la fécondité des plantes comme des hommes. Les indigènes, ayant entendu que les Espagnols leur crient « afuera! » à chaque fois qu’ils envahissent le pont du bateau pour piquer ce qu’ils trouvent, depuis des morceaux de fer jusqu’aux objets les plus anodins (comme l’avaient fait avant eux les Chamorros de Guam rencontrés par Magellan), ils répètent désormais « Afuera! », hors d’ici, pour chasser les étrangers de l’île35.

  • 36 Catoira, op. cit.,p. 236 ; 243 ; 249.

40La grille péruvienne s’impose aux Espagnols pour décrypter le monde qu’ils découvrent. Ils perçoivent, comme on la dit, les indigènes à l’aune de la diversité ethnique andine. Une maison des ancêtres devient un mochadero. On brûle des idoles d’une guaca. Contrairement aux attentes de Sarmiento de Gamboa, il n’y a pas d’or ni rien qui puisse valoir un tomin. Pris dans l’étau de chefferies très mobiles, dans un habitat forestier, ils mettent au point la technique employée jadis par Pizarro avec Atahualpa, de prendre un tauriqui en otage36. Il va sans dire que les Espagnols sont toujours repoussés hors des terres et obligés de rester à bord.

41Du côté aborigène, la réciprocité sous toutes ses formes, qui est bien la colonne vertébrale des mondes océaniens, se grippe au contact avec les étrangers. Prenons l’exemple de la première exploration du brigantin pour illustrer la méprise. Le tauriqui local approche en canoë le brigantin, dépêché par Mendaña pour explorer le rivage :

  • 37 Relación de Alvaro Davendaña, CODOIN, op.cit.,p. 269-170.

enseñándonos una sarta de chaquira, como la que se halla en las guacas del Pirú, y el Maestro de Campo les enseñó la que llevábamos ; y allegáronse mas y dimosle una sarta de chaquira de las de España, y el tauriqui envió la que enseñaba, y el maestre de campo se la puso al cuello y el tauriqui hizo lo mismo ; después le envió una sarta de la misma, un poco mas gorda, diciendo que se la pusiese en la pierna, y ansi lo hizo el maestre de campo, el cual le envió una sarta mas gorda y un cascabel y un cuchillo, y nos señalaron que nos fuesemos a desembarcar37.

42Sur la plage arrivent quelques deux-cents Indiens. Le maestro de campo, préposé aux opérations terrestres, débarque avec quatre Noirs et un métis péruvien. Il prend possession symbolique de l’île et continue à donner au tauriqui des chaquiras. Alors il demande des nourritures ; on lui offre dix noix de cocos, insuffisantes selon lui :

los indios hablaron unos con otros y el tauriqui mandó que no se derribasen mas, y volvió a dar al maestre la chaquira que le había dado y el maestre de campo la tomó y se la volvió a dar, y en tomándola el indio como enojado la arrojó al suelo.

43Rendre un don, dans la logique de la réciprocité qui exige de recevoir, est une offense ; donner excessivement, pour « obliger » le partenaire, l’est aussi. Le maestro de campo décide de se procurer par la force les noix de coco dont les Espagnols ont besoin. Pour mettre fin à cet incident, il fait donner de l’arquebuse.

  • 38 Catoira, p. 238.

44Des règles strictes gouvernent les échanges38, mais c’est ce point qui fait problème. Dans des îles aux ressources limitées, les Espagnols sont condamnés à n’être que des morts de faim, des mendiants. On leur refuse même de l’eau. À Guadalcanal, les cocotiers que les Espagnols avaient aperçus, sont pillés par les insulaires, qui ont besoin des fruits pour un rituel funéraire.

45Après Santa Isabel, un brigantin construit sur place explore l’archipel et découvre Malaita (appelée Ramos) et Guadalcanal. C’est à Malaita qu’il faut situer l’épisode de la massue surmontée d’une pierre de pyrite recouverte d’une protection en corde. En fait il s’agit d’un bâton cérémoniel typique de la région et décrit au début du XXe siècle par deux savants britanniques. Croyant que la pierre contient de l’or, un Espagnol la brise. D’autres bâtons sont échangés contre des bonnets. Il semble facile de comprendre l’équivalence de ces objets : le bâton cérémoniel, utilisé par les guerriers, est remis aux Espagnols, dont les arquebuses ont prouvé leur efficacité meurtrière, tandis que les bonnets (en tissu ou en soie, nous l’ignorons) sont des couvre-chefs, symbole de pouvoir.

  • 39 Sur les divers types de haka, voir cette entrée dans le Dictionnaire Maori, op.cit.
  • 40 Catoira, p. 253.

46D’autres aspects méritent d’être soulignés. Le ridicule, par exemple, qui froisse la susceptibilité hispanique. Les insulaires fabriquent un faux cochon qu’ils déposent sur la plage. Catoira décrit les grimaces des autochtones, debout sur une embarcation, exécutant une sorte de haka en signe de défi et de provocation39. Il rapporte aussi les rires entendus dans un village de l’intérieur, et déclenchés par les tentatives vaines des Espagnols de se faire « vendre » de la nourriture. On les nargue, en brandissant sous leur nez un pied humain et le leur offrant. Le rire et la moquerie dominent ces interactions. Les Espagnols sont tournés en dérision. Les habitants en font la risée et leur montrent les fesses40.

47L’écriture de l’espace suscite des réactions intéressantes. Quand Mendaña montre au cacique Bili

  • 41 Relación de... Davendaña, CODOIN, op. cit., p. 257. Au préalable Mendaña lui a montré une mappemond (...)

pintada una isla pequeña que estaba en la carta y le dije que aquella era su tierra ; él se espantó mucho y volvió a decir que esta isla era muy grande ; yo le volví a decir que no era mayor que aquello41.

48L’hostilité des insulaires à l’égard des Espagnols s’explique sans doute par l’incapacité de ceux-ci à s’insérer dans les réseaux de réciprocité. N’ayant pas de nourriture, ils sont des moins que rien, méprisables mais potentiellement dangereux, à cause de leurs armes. On peut également penser que cette défiance est soutenue par une connaissance préalable de la dangerosité des étrangers : le souvenir de Magellan peut-être, les récits en provenance des Philippines, ou de Guam, où se trouvait d’ailleurs le Galicien déserteur. Si pour Mendaña et ses hommes les indigènes des Salomon sont un peuple nouveau (même s’il ressemble aux Péruviens), pour les Mélanésiens, les hommes venus dans de grandes maisons flottantes font déjà partie d’une histoire récente du Pacifique occidental, et par conséquent constituent une menace.

1595. Deuxième voyage de Mendaña

49À son retour au Pérou, Álvaro de Mendaña est nommé Adelantado y Gobernador de las Islas Salomón (1574). Cette année-là, Juan Fernández découvre les îles qui portent son nom. Il y trouve des gens à la peau claire, vêtus d’étoffes. Mais malgré ces informations, il n’y aura pas de suite immédiate à l’expédition de 1565. Mendaña doit donc patienter trente ans pour que, en 1595, il puisse être autorisé à repartir. L’homme a pris de l’âge, il a épousé en deuxièmes noces la jeune Isabel Barreto et le Pérou a bien changé, après la reprise en main du vice-roi Toledo, mort depuis quelques années. C’est au cours de ce deuxième voyage transpacifique, guidé par le piloto mayor Pedro de Quirós, un marin portugais au service de l’Espagne, que Mendaña et ses hommes découvrent un archipel qu’ils nomment les Marquises, en hommage au vice-roi du Pérou, don Andrés Hurtado de Mendoza, marquis de Cañete. Mais Mendaña est obsédé par les Salomon et y reste peu de temps. L’expédition culmine avec la découverte de Santa Cruz, dernière île de l’archipel des Salomon, à l’écart de Santa Isabel et de Guadalcanal. Mais le maestre de campo est exécuté pour avoir tué un tauriqui. L’équipage est sur le point de se rebeller et Mendaña meurt, ainsi que son gendre, des suites d’une forte fièvre. Doña Isabel Barreto, épouse de Mendaña, devient Générale et ramène la flotte à Manille, dans un climat rendu délétère par les intrigues, la jalousie et les tentatives avortées de mutinerie.

  • 42 Zaragoza, op. cit., 1, Madrid, 1876, p. 36

50Bien que le séjour aux Marquises soit bref, quelques remarques ethnographiques sont dignes d’être mentionnées. À Fatuiva(baptisée Magdalena), les gens sont paisibles, sains et agréables, « gente en paz sana y gustosa ». Ils ont le visage orné de tatouages bleus selon la coutume maori. Leur peau est presque blanche, les cheveux sont clairs, « eran muchos de ellos rubios y había lindos muchachos »42. Les insulaires regardent les femmes espagnoles qui sont à bord, dont Isabel Barreto, con afición, et rient beaucoup en les regardant. Comme ailleurs, ils envahissent le pont du navire et piquent ce qui leur tombe sous la main. Ils palpent les hommes, qui doivent se dévêtir en partie pour montrer leur torse.

51Les embarcations polynésiennes attirent la curiosité des marins ibériques: elles sont faites en bois très léger, « con unos contrapesos de caña », c’est-à-dire, les célèbres balanciers du Pacifique.

52Mendaña leur distribue des vêtements, des bonnets et des petits objets, « que colgaban al cuello, danzaban y cantaban a su usanza ». Un vieux entonne un haka :

  • 43 Ibid.,p. 38

 « entre ellos había un viejo de una larga y bien puesta barba ; que hacía notables fierezas con los ojos, ponía ambas manos en la barba, alzaba los mostachos, estaba en pie y daba voces mirando por muchas partes »43.

  • 44 Ibid., p. 42

53L’expédition passe par Hiva Oa (Dominica), très peuplée, Moho Tani (San Pedro) et Tahuata (Santa Cristina). La sensualité des femmes, qui étonnera plus tard Bougainville et le capitaine Cook, est évoquée aussi par les Espagnols à Tahuata. Des femmes très belles leur apportent des fruits et des jeux érotiques ont lieu, en toute simplicité : fueron fáciles de sentarse junto a ellos en buena conversación y regalarse todos de manos44.

54Mais les contacts sont difficiles parce que l’équipage a peur et n’hésite pas à donner de l’artillerie (arquebuses, petits canons appelés versos), malgré les avertissements de Mendaña. Un jour, l’Adelantado et sa femme vont à terre pour entendre la messe. Les Indiens s’agenouillent et imitent les Espagnols. Doña Isabel essaie de couper une mèche de cheveux blonds à une Polynésienne, mais doit abandonner son geste, qui est très mal pris. Des échauffourées éclatent entre Espagnols et indigènes. Les îliens, par gestes, leur demandent quand est-ce qu’ils vont partir. Le maestro de campo agit avec brutalité pour faire peur aux indigènes.

  • 45 ZaragozA, 1, p. 63-64.

55Les Espagnols quittent les Marquises, longent l’archipel des Cook, passent devant Pukapuka, et touchent Santa Cruz. Autrefois, à l’époque de la culture Lapita, cette île occupait une place centrale dans les échanges maritimes. Les contacts s’effectuaient dans un rayon relativement restreint – 30 km – mais aussi sur des distances pouvant aller jusqu’à 400 km, ce qui impliquait un séjour chez les partenaires insulaires, voire plus loin, au-delà de 2000 km. Santa Cruz était aussi le centre d’un autre réseau qui incluait la monnaie de plumes rouges, objet qui a valu à cet endroit une célébrité méritée. La grille péruvienne est toujours valide : les Indiens « traían macanas pesadas »; l’injonction est faite à l’équipage au nom du courage légendaire des Péruviens: « salgan de debajo de cubierta los peruanos bravos, y pues hay la fama, haya las obras »45.

  • 46 Ibid.,p. 67.

56Là encore, la nature non humaine des Espagnols nécessitait vérification : « procuraban saber lo que estaba debajo de sus vestidos »46. Les femmes font rire. Là aussi il y a permutation de noms entre Mendaña et le chef Malope. Mais le tauriqui Malope et son fils sont tués par deux marins, ce qui envenime les relations. Mendaña les exécute pourtant et exhibe leurs têtes, qu’il offre aux indigènes.

1606. Voyage de Pedro de Quirós

57Pedro de Quirós, fort deson expérience auprès de Mendaña, sollicite à son retour l’autorisation de repartir en mer à la recherche de la Terra Australis, celle qui avait hanté Sarmiento de Gamboa un demi-siècle plus tôt. Grâce à l’appui de Rome, le départ a lieu en 1603, avec deux nefs, la Capitana et la Almiranta, 130 hommes d’équipage et six religieux. Il a pour second Luis Váez de Torres. Un lettré, Belmonte Bermúdez, s’embarque aussi, en emportant dans son voyage la Araucana d’Ercilla. Au cours de cette expédition, Pedro de Quirós découvre les Duffs et les Banks (archipel des Marshall) ainsi que les Nouvelles Hébrides (Vanuatu). S’il n’avait pas dévié vers le Nord, il aurait abouti en Nouvelle-Zélande. Luis Váez de Torres traverse le détroit qui porte son nom et qui sépare l’Australie de la Nouvelle Guinée.

  • 47 Voyages of Quirós,2 (15), Londres, 1904, p. 321-406.
  • 48 Voyages, 2, p. 337.

58La première île qu’ils trouvent au cours de cette expédition n’est pas Tahiti mais Anaa, située à l’est de l’archipel Tuamotu-Gambier (aujourd’hui Polynésie française). Tuamotua été l’île atteinte par Heyerdahl dans son voyage destiné à prouver la faisabilité d’une navigation en radeau depuis le Pérou. Sur ces journées, la chronique de Gaspar González de Leza est riche en informations47. Sans entrer dans les détails, signalons la découverte des sanctuaires ou mara’e où des statues étaient dressées. Les Espagnols y élèvent une croix. Ils trouvent également un morceau de poteau en bois de cèdre, travaillé à la manière des indigènes des côtes du Nicaragua ou du Pérou. Nous ne savons pas si c’est le reste d’une épave ou s’il s’agit d’un bois ouvragé comparable à ceux de l’Amérique48.

59La consigne de Quirós est de ne pas heurter les autochtones. Il suit en cela les conseils d’Álvaro de Mendaña. Mais la prise d’otages ne fait pas partie de cette politique de conciliation. Quand des nageurs abordent le bateau, Quirós en retient deux pour protéger les Espagnols qui sont à terre.

  • 49 Ibid., p. 359.

60Le 7 avril 1606 ils mouillent à Taumaco, la principale île du groupe des Duff. Les indigènes sont déjà au courant des dégâts que causent les arquebuses et refusent que les Espagnols les emportent avec eux sur le rivage. Avec déférence, le chef appelle le Général telique utilisant ainsi le déterminant « te » des langues maori. Là aussi, la permutation des noms est de mise. Les insulaires regardent avec curiosité les étrangers, les examinent, touchent leur barbe – geste offensant et impensable en Espagne mais toléré par les voyageurs, qui sont en situation d’infériorité. Les rires fusent49.

  • 50 Ibid., p. 360.

61Le chef affirme sa puissance et déclare que cette île ainsi que quatorze autres, sont sous ses ordres ; des embarcations, de taille considérable, sont en vue. Tous épellent le nom des îles en montrant du doigt la direction, ainsi que le nombre de jours de navigation. Ils signalent trois endroits où vivent des anthropophages50.

  • 51 Zaragoza, II, p. 230
  • 52 « Relación que dieron los indios »,  Zaragoza, II, p. 293-294.

62À Taumaco ils trouvent des cochons et des poules « comme celles de Castille ». Ce peuple affable est trahi par la brutalité de certains marins de l’équipage. Sur Taumaco et son chef Tumay, capable de lui nommer soixante îles dont la grande Manicolo (Nouvelle Zélande ?)51. Une quinzaine de terres plus petites gravitent autour de Taumaco52. Le chef mentionne les pêcheries d’huîtres.

Austrialia del Espíritu santo (Vanuatu)

  • 53 Voyages, op.cit.,  p. 376.

63Après avoir longé un chapelet d’atolls non habités, les Esapagnols atteignent dans les Nouvelles Hébrides (Aurora, Leper, Pentecostal, San Reimundo). Puis, une terre imposante se dresse devant eux. Quirós croit avoir trouvé le continent austral ; il s’agit plutôt de Vanuatu, baptisée Austrialia del Espíritu Santo. Bien qu’ils se trouvent pratiquement aux antipodes, les habitants ont des plantations de patates douces, que les Espagnols appellent d’ailleurs camotes53. Ce cultigène originaire de l’Amérique est invoqué par ceux qui croient à l’existence de contacts interpacifiques entre les Amérindiens et les Polynésiens.

  • 54 Zaragoza, II, Memorial n°8, p. 218.

64À son retour, Quirós décrira à Philippe III l’immensité de l’espace pacifique, qui correspond à l’Europe et l’Asie jusqu’à la mer Caspienne « Y sin avecindar con Turcos ni Moros ni con otras naciones que suelen inquietar y perturbar las ajenas »54.

65Selon lui, Austrialia del Espíritu Santo occupe une position centrale et avec sa découverte, l’expansion espagnole se clôt :

  • 55 Zaragoza, II, p. 227.

Hay puerto y un tercio de elevación de polo antártico donde se puede edificar luego una muy grande y populosa ciudad […] (y los pobladores) se pueden comunicar con las provincias de chile, Pirú, Panamá, Nicaragua y Guatemala, Nueva España, Ternate, Filipinas de las cuales esta tierra es la llave, y vendría a ser de mucho provecho y de cosas muy curiosas […]. Aqui es el mundo de que España va siendo el cetro […]. Aqui se acabó plus ultra »55.

  • 56 Zaragoza, II, p. 218-219.
  • 57 Zaragoza, I, p. 341.

66À cet avantage spatial, s’ajoute la diversité de la population, qui reproduit ainsi celle de l’empire espagnol : « Blancos, loros, mulatos e indios y mezclas de otros [...] limpio, alegre y racional »56, ainsi que la fertilité de la terre : « se entendió ser grande la tierra, y tanta su abundancia que los naturales della a esta causa son holgazanes y no tienen necesidad de buscar otras »57.

  • 58 Marshall Sahlins, Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris : Editi (...)

67Une référence, avant la conceptualisation de Marshall Sahlins, aux « premières sociétés d’abondance »58.

68Prendre possession d’une terre signifie aussi réduire son étrangeté, la « naturaliser » en quelque sorte, par le biais d’un rituel de baptême :

  • 59 Zaragoza, I, p. 316.

Finalmente tomo posesión desta bahía, nombrada de San Felipe y Santiago, y de su puerto de la Veracruz, y del sitio donde se ha de fundar la Nueva Hierusalem en altura de quince grados y un tercio, y de todas las tierras que dejo vistas y estoy viendo, y de toda esta parte del Sur hasta su Polo, que desde ahora se llama la Austrialia (de Austrias) del Espíritu Santo, con todos sus anejos y pertenecientes, y esto para siempre jamás59.

69En faisant le tour de la baie, ils découvrent un fleuve aussi large que le Guadalquivir, qu’on appelle Jourdain.  La dénomination nouvelle implique des gestes symboliques (musiques, danses, bruit généralisé ou  pandorga, vacarme typique typique des festivités ibériques :

  • 60 Zaragoza, I, cap. 63, p. 311.  

Disparose toda la artillería, a cuyo estruendo y el eco que por los cerros y valles se oían, los indios levantaban grandes gritos. Sonaron cajas, repicáronse campanas, hubo músicas y bailes porfiados, y se hicieron otras fiestas en que se mostró grande alegría60.

70Ces fêtes supposent des vêtements et des masques, qui, en prévision de l’événement, ont été transportés depuis le Pérou ; comme en Espagne et en Amérique, la participation des nouveaux peuples qui intègrent l’Empire est requise. Un  Polynésien de Taumaco, nommé Pedro

  • 61 Zaragoza, cap. LXV, p. 320.

andaba vestido de tafetán tornasol con una cruz en los pechos, con su arco y sus flechas, tan lozano y tan espantado y alegre de todo cuanto veía61.

  • 62 Zaragoza, p. 325.

71C’est au cours de la fête que Belmonte récite des passages du chant XXVII de la Araucana  d’Ercilla62.

  • 63 Leza, p. 387-388, in Voyages of Pedro Quirós, II.

72Après la prise de possession vient la « domestication » de la terre.  En plantant des calebasses du Pérou, du maïs, des melons, des haricots, des lentilles, des patates et de pois, Quirós « andinise » cet espace. Mais la maraude pratiquée dans les champs des insulaires (patates douces, noix de coco, ignames) déclenche une riposte de la part des indigènes, qui mettent le feu à l’église dressée sur la plage63.

73La fête de Corpus Christi du 24 mai vient sceller la cérémonie de la fondation. Cette fête, la plus importante du monde ibérique, marque le triomphe de la chrétienté. Les arbres qui bordent la plage sont abattus pour en faire le décor. La grève est recouverte d’arcs floraux artificiels, comme ceux qui étaient construits en Espagne, eau Mexique et au Pérou. Après l’exposition du Saint Sacrement et l’imposition de la Croix, les danses viennent compléter ces réjouissances: dans cette île lointaine de la Mer du Sud, la danza de las espadas, avecses  danzantes portant des costumes de soie, est exécutée aussi par des enfants (insulaires capturés ?), revêtus eux aussi de soie, qui chantent des louanges au  Saint Esprit :

  • 64 Zaragoza, I,  cap. LXVIII, pp. 326-332. Le Pange Lingua, est une prière de St Thomas d’Aquin, sur l (...)

había una muy vistosa danza de espadas de onze mozos marineros, sus vestidos eran de sedas columbinas, rojas, verdes y cascabeles en los pies : danzaban con mucha destreza y gracia al son de una vihuela que tocaba un viejo honrado : seguía otra de ocho niños todos vestidos como indios, calzones y camisetas de tafetanes morados, azules, leonados, guirnaldas en las cabezas, en los pies collares de cascabeles : danzaban con rostros muy sosegados y cantaban sus motetes al son de tamborin y de flauta que les tocaban dos pláticos. Seguía el estandarte real […] un cofre de terciopelo carmesi, clavazón dorado, en que iba el Santísimo Sacramento […] cuatro sacerdotes cantaban el himno de pangelingua64.

La construction d’une Utopie éphémère

74Annie Baert a fait de cette construction le cœur de son livre, avec raison puisque les mots employés par Pedro de Quirós ne sont pas courants dans la littérature de l’époque. Le testament d’abord, au ton inusuel :

  • 65 Zaragoza, I, p. 362-365.

No quisiera en ninguna de las maneras que entre aquellas tan nuevas y tiernas gentes fueses a poblar y a vivir y a entrarse en grandes palacios por nidos […] falcones y otras aves de rapiña […] chuparles los huesos cuando ya no tengan carne […] Ejemplo desto en las Indias con sus islas […] dinero, digo que quieren, y mas dinero […] aunque sea en la privación de la gloria y eternidad del infierno suyo y dellos65.

75Plus loin, Quirós emploie des phrases d’une rare violence,

  • 66 Zaragoza, I, p. 252.

No se podrá decir, andando tiempos, lo que agora dicen los indios de América, que a todos los midieron por una vara, ni pintarse otro cercado de gentes de todos estados con tijeras en las manos trasquilándole, ni el otro que dijo « no nos quieren ver políticos sino esclavos disfrazados66.

  • 67 CODOIN, op.cit., , Memorial de 1609, p. 511.
  • 68 CODOIN, T. V, p. 497-498.

76Pour cet idéaliste, Austrialia del Espíritu Santo est une façon de racheter les fautes commises durant la conquête : Todo lo que se perdió en América pretendo se gane en Austrialia del Espíritu Santo67. Une attitude « expiatoire » comparable était déjà apparue au Pérou, exprimée par certains conquistadores, dont Mancio Sierra et, d’une certaine façon, le capitaine Garcilaso de la Vega, père de l’Inca. Cette « mélancolie » ou désenchantement qui sape le moral des braves, survient au lendemain des dernières rébellions péruviennes « Advierto que las tierras  que vi en quince grados son mejores que España […] y que las obras que en altura se opusieren deben ser en su tanto un paraíso terrenal68.

  • 69 Carmen Bernand, Un Inca platonicien. Garcilaso de la Vega, 1539-1616, Paris :Fayard, 2006, p. 255-2 (...)

77À la même époque, l’Inca Garcilaso de la Vega publie à Lisbonne les Comentarios Reales de los Incas, où il est question aussi d’un Paradis excentré, circonscrit par les quatre fleuves qui prennent naissance dans les sierras qui entourent Cuzco69. D’ailleurs, sa description du Temple du Soleil des Incas suit de près celle, biblique, du temple de Salomon.

  • 70 José M. Gómez-Tabanera, « Sir Thomas More (1478-1535, Pedro Fernández Quirós (1562-1615) y Sir Fran (...)

78Dans son Memorial  de 1609,  Quirós rappelle que pour les Phéniciens et les Romains, l’Espagne était l’équivalent des Indes, et les natifs n’étaient pas aussi policés qu’aujourd’hui. Il faut pour l’intérêt de la Couronne maintenir cette immense population. Le Memorial de 1609 fut publié en Angleterre au XVIIe siècle. Il est fort probable que la vision paradisiaque des îles qu’il livre ait inspiré Francis Bacon pour imaginer sa « Nouvelle Atlantide »70.  

Conclusion

79Née d’un mythe (celui des îles du roi Salomon) et d’une ambition (trouver la source de l’or inépuisable), la découverte du Pacifique par les Ibériques se termine en Utopie politique. Entre temps, les insulaires ont appris à se méfier des arquebuses et à repousser les étrangers. Ils seront finalement conquis par la consommation des marchandises européennes, dans le dernier tiers du du XVIIIe siècle, lesquelles, telles une drogue puissante, induisent chez les populations de nouveaux besoins et transforment le système politique des tauriquis, en renforçant des hiérarchies présentes déjà mais contenues. Sillonner l’espace, le nommer, braver les tempêtes ne sont pas des actes suffisants pour maîtriser l’immensité. Les Espagnols restent toujours en position d’extériorité : ils ne parviennent pas à rester de façon stable à terre, ils sont perdus dans l’océan et ne repartent que grâce à l’aide des insulaires de Taumaco.

  • 71 Le texte de Máximo Rodríguez (1774-1775) est publié en français dans Jean-Jo Scemla, Le voyage en P (...)

80Dans la décennie 1770-1780, au cours de laquelle Agustin de Jáuregui occupe la présidence du Chili, plusieurs expéditions sont organisées dans le Pacifique. En 1770, Felipe González de Haedo et Antonio Domonte quittent le Pértou afin d’explorer l’île David ou de San Carlos découverte en 1687 par Davis (l’île de Pâques). En 1770, Haedo aura cet honneur. La deuxième expédition est celle de Domingo de Boenechea et Tomás de Gayangos. La flotte quitte Callao en 1772 avec l’ordre de reconaître Otageti (Tahiti). En 1774, Boenechea et Gayangos y retournent et l’année d’après ils prennent possession de l’île.  C’est ici que se situe le récit de Máximo Rodríguez, dont la particularité réside dans sa longue connaissance de Tahiti71.

81Sans attendre des ordres d’Espagne, le viceroi Amat décide d’envoyer des navires pour une quatrième expédition vers les îles australes. Mais la politique d’expansion est abandonnée en raison de l’embrasement du vice-royaume avec la rebellion de Tupac Amaru.  Il est d’ailleurs trop tard. En 1767, Louis-Antoine de Bougainville, au bord de la frégate La Boudeuse, rejointe par la flûte L’Etoile, entreprend un voyage autour du monde et redécouvre Tuamotu, Espíritu Santo et retrouve les Salomon. Ses descriptions suscitent un texte polémique de Denis Diderot, en 1771 : Supplément au voyage de Bougainville. Le philosophe, par la bouche d’un vieux Tahitien, dénonce l’impérialisme de la France et le déferlement de marchandises dans ces îles, qui autrefois satisfaisaient leurs besoins vitaux grâce à l’abondance de la nature. Diderot reprend ainsi le plaidoyer de Pedro de Quirós. En 1768, James Cook, commandant de l’Endeavour, entreprend son premier voyage dans le Pacifique, suivi de deux autres ; en 1779, à Hawaii, dans une échauffourée avec les insulaires, le célèbre capitaine, pris (peut-être) pour un dieu, est tué. Les explorations menées par lui permettront d’établir des cartes définitives de cette vaste région.

Haut de page

Notes

1 Stephen Clissold, Conquistador. The life of don Pedro Sarmiento de Gamboa,Londres : Derek Verschoyle, 1954.

2 Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage (1re éd. en anglais, 1977), Paris : Les Editions de Minuit, 1979.

3 Marshall Sahlins, Islands of History, Chicago : The University of Chicago Press, 1985.

4 Marcel Mauss, Essai sur le Don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques,Paris : Année Sociologique, 1923-1924, t. 1. Voir pour l’histoire de ces réseaux, Patrick Kirch, « Prehistoric Exchange in Western Melanesia », Annual Review of Anthropology, 20, 1991, p. 141-165.

5 Annie Baert, Le Paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie. Les voyages de Mendaña et de Quirós, 1567-1606, Paris : L’Harmattan, 1999.

6 Juan Gil, Mitos y Utopías del Descubrimiento, 2, Madrid : Alianza Editorial, 1989.

7 Lord Amherst of Hackney, Basil Thomson (éd.), The Discovery of the Solomon Islands by Alvaro de Mendaña in 1568, Translated from the Original Spanish Manuscripts, 1, Second Series n°VII ; 2, Second Series n° VIII, Londres : The Hakluyt Society, 1901.

8 Justo Zaragoza (ed.), Historia del descubrimiento de las regiones Austriales hecha por el General Pedro Fernández Quirós, 2 t., Madrid : Biblioteca Hispano-Ultramarina, 1876.

9 Fray Juan de Torquemada, Monarquía Indiana, Introducción de Miguel León-Portilla, Mexico : Biblioteca Porrúa, n°43, 1986, libro V, cap. LXIV-LXIX, p. 738- 756.

10 On peut consulter l’excellente édition d’Annie Baert concernant les sources.

11 Archivo Histórico Nacional de México (AHN/M), Inquisición, libro 1027, « Relación de causas de 1585 a 1585 », fol. 576v : oyó decir al dicho Sarmiento que la dicha cometa duraría todo el mes de diciembre o sesenta días, una de estas dos cosas, y que antes de docientos años sería la fin del mundo.

12 Vidal Abril Castelló, Francisco de la Cruz, Inquisición, Actas I,Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Corpus Hispanorum de Pace, 1992, p. 323-324.

13 Ibid.,p. 328.

14 Breve relación que se ha recogido de los papeles que se hallaron en esta ciudad de la Plata, Madrid : Colección de Documentos Inéditos del Archivo de Indias (CODOIN), 5, 1866, p. 210-211.

15 Cf.Relaciones del viaje hecho a las islas Molucas … hecha por el capitán Andrés de Urdaneta, 1525, Madrid : CODOIN, 5, 1866, p. 5-67, p. 17. Il s’agit de l’expédition de García Jofré de Loaysa et le Galicien rescapé fait partie des Espagnols de l’expédition Magellan, repartis en Amérique et repris par les Portugais.

16 La découverte des Hawaii par le capitaine Cook est la seule référence couramment admise. Des voyages antérieurs, sans être impossibles, ne reposent pas sur une base documentaire sûre. Mais l’essentiel ici n’est pas la vérité historique mais la croyance en l’existence de nombreuses îles parsemées dans tout le Pacifique. L’introduction aux Discoveries, p. iii, affirme l’existence d’une carte conservée dans les archives de Madrid (Palacio Real ? Marina ?) et datant de 1555, où ces découvertes ont été inscrites.

17 Pedro Sarmiento de Gamboa, Historia de los Incas (Historia Indica),Madrid : Miraguano/Polifemo, 2001, cap. XLVI, p. 123.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 124.

20 Miguel Cabello Valboa, Miscelánea Antártica. Una historia del Perú antiguo, Lima : Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Instituto de Etnología, 1951, cap. 17, p. 321-322.

21 The Discovery, op.cit., 1, p. ix ; 2, p. 465-468.

22 Huguette Zavala, América inventada. Fiestas y espectáculos en la Europa de los siglos XVI al XX,Banco Santander de Negocios : Turner libros & Ediciones del Equilibrista, 1994, p. 41-44.

23 Edwin Doran Jr., « The sailing raft as a great tradition », in:Man across the Sea. Problems of pre-columbian contacts, Austin & London : University of Texas Press, 1971, p. 115-137.

24 A. Baert, op. cit., p. 48-49.

25 Breve relación, p. 212.

26 Baert, op. cit.,p. 131-135.

27 Récit anonyme, probablement d’Hernán GALLEGOS, The Discovery, op.cit.,2, p. 193-214 ; récit de Gómez Hernández Catoira, ibid.,p. 215-463.

28 John C. Moorfield, Te Aka Maori-English, English Maori dictionary on line,Auckland : Pearson, 2011 (3e version).

29 The Discovery, 1, Introduction, p. xx.

30 TheDiscovery, 2, p. 197.

31 Ibid.,p. 232.

32 Catoira, op. cit, p. 276-277.

33 Ibid., p. 236.

34 Ibid., p. 234-235.

35 Ibid., p. 248.

36 Catoira, op. cit.,p. 236 ; 243 ; 249.

37 Relación de Alvaro Davendaña, CODOIN, op.cit.,p. 269-170.

38 Catoira, p. 238.

39 Sur les divers types de haka, voir cette entrée dans le Dictionnaire Maori, op.cit.

40 Catoira, p. 253.

41 Relación de... Davendaña, CODOIN, op. cit., p. 257. Au préalable Mendaña lui a montré une mappemonde et indiqué l’étendue de l’empire espagnol. Magellan avant lui avait eu recours à cette image, lors de son arrivée à Limasawa (Philippines).

42 Zaragoza, op. cit., 1, Madrid, 1876, p. 36

43 Ibid.,p. 38

44 Ibid., p. 42

45 ZaragozA, 1, p. 63-64.

46 Ibid.,p. 67.

47 Voyages of Quirós,2 (15), Londres, 1904, p. 321-406.

48 Voyages, 2, p. 337.

49 Ibid., p. 359.

50 Ibid., p. 360.

51 Zaragoza, II, p. 230

52 « Relación que dieron los indios »,  Zaragoza, II, p. 293-294.

53 Voyages, op.cit.,  p. 376.

54 Zaragoza, II, Memorial n°8, p. 218.

55 Zaragoza, II, p. 227.

56 Zaragoza, II, p. 218-219.

57 Zaragoza, I, p. 341.

58 Marshall Sahlins, Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris : Editions Gallimard / Bibliothèque des Sciences Humaines, Préface de Pierre Clastres, 1976.

59 Zaragoza, I, p. 316.

60 Zaragoza, I, cap. 63, p. 311.  

61 Zaragoza, cap. LXV, p. 320.

62 Zaragoza, p. 325.

63 Leza, p. 387-388, in Voyages of Pedro Quirós, II.

64 Zaragoza, I,  cap. LXVIII, pp. 326-332. Le Pange Lingua, est une prière de St Thomas d’Aquin, sur le Saint Sacrement de l’Eucharistie.

65 Zaragoza, I, p. 362-365.

66 Zaragoza, I, p. 252.

67 CODOIN, op.cit., , Memorial de 1609, p. 511.

68 CODOIN, T. V, p. 497-498.

69 Carmen Bernand, Un Inca platonicien. Garcilaso de la Vega, 1539-1616, Paris :Fayard, 2006, p. 255-258.

70 José M. Gómez-Tabanera, « Sir Thomas More (1478-1535, Pedro Fernández Quirós (1562-1615) y Sir Francis Bacon (1561-1626), o la forja de una Utopía política en la Inglaterra del siglo XVIII », Centro Virtuel Cervantes : AIH, Actas XII (1995), p. 249-256.

71 Le texte de Máximo Rodríguez (1774-1775) est publié en français dans Jean-Jo Scemla, Le voyage en Polynésie, Paris : Laffont, 1994, p. 220-267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Le Pacifique vu du Pérou (1567-1606) », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/22060 ; DOI : 10.4000/e-spania.22060

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org