Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Le Mexique central à travers le Codex Xolotl et Alva Ixtlilxochitl : entre l’espace préhispanique et l’écriture coloniale

Patrick Lesbre

Résumés

Les planches du Codex Xolotl constituent une référence majeure pour l’histoire préhispanique du Mexique central. On y trouve l’espace mis en glyphes au moyen de conventions pictographiques, mais aussi la représentation d’un espace suprarégional pouvant correspondre, éventuellement, à l’empire chichimèque. Les scribes indiens utilisent la distorsion de l’espace pour écrire l’histoire : l’espace peut être surdimensionné, rapproché ou dupliqué. Cet espace est mis en mots avec les gloses alphabétiques et les premiers chroniqueurs indiens ou métis. Alva Ixtlilxochitl se l’appropriera à sa façon. On y relève à la fois une précision géographique stupéfiante et une possible censure de certains espaces sacrés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manuscrit mexicain 1-10 de la Bibliothèque Nationale de France. La meilleure étude, pour ce qui est (...)

1Les planches du Codex Xolotl1 constituent une référence majeure pour l’histoire préhispanique du Mexique central. On y trouve l’espace mis en glyphes au moyen de conventions pictographiques, mais aussi la représentation d’un espace suprarégional pouvant correspondre éventuellement à l’empire chichimèque. Les scribes indiens utilisent la distorsion de l’espace pour écrire l’histoire : l’espace peut être surdimensionné, rapproché ou dupliqué. Cet espace est mis en mots avec les gloses alphabétiques et les premiers chroniqueurs indiens ou métis. Alva Ixtlilxochitl se l’appropriera à sa façon. On y relève à la fois une précision géographique stupéfiante et une possible censure de certains espaces sacrés.

L’espace mis en glyphes : codex Xolotl et empire chichimèque

2Avant de brosser à grands traits le contenu géographique du Codex Xolotl, il convient d’en signaler les conventions pictographiques, qui en font un recueil cartographique original à plus d’un titre.

3Le Codex Xolotl est un manuscrit pictographique tezcocan constitué de 9 planches historico-géographiques (de 42 x 48,5 cm), dont une double (planche finale numérotée 9 et 10), qui a conditionné l’identité mexicaine coloniale et contemporaine. Il s’agit d’un écho de mémoire dynastique préhispanique. Ces planches (hormis la 8 et la 10) représentent toutes la vallée centrale de Mexico, élargie aux provinces environnantes. La vallée centrale a été simplifiée : seules quelques grandes villes sont représentées (Mexico, Tlatelolco, Azcapotzalco, Tenayuca pour la rive ouest ; Tezcoco, Huexotla, Coatlichan, Coatepec pour la rive est) avec parfois l’adjonction de villes moins importantes (Huitzilopochco, Iztapaluca, Chapultepec, etc.). L’orientation place l’Est en haut de la carte, ce qui équivaut à renverser la vallée centrale. On retrouve cette orientation dans des cartes coloniales.

4Un fragment de ce document (planche 2c fragment 1) dans lequel le scribe n’emploie quasiment aucun toponyme (hormis Culhuacan et Cuitlahuac) et cherche à rendre la Vallée Centrale à travers son relief (lagune, montagnes, chaînes, etc) permet d’observer que le procédé ne peut s’employer qu’à une échelle limitée, car la planche tend à devenir illisible en l’absence de toponymes. Il y a donc bien une mise en glyphes qui, tout comme la mise en mot, domestique l’espace et le rend lisible.

Codex Xolotl et conventions pictographiques de base

5En tant que document cartographique amérindien le Codex Xolotl se caractérise par le mélange des informations, étroitement imbriquées les unes aux autres : il n’y a pas de séparation des données et dans un même espace sont consignés des anthroponymes, des toponymes, des évènements historiques et des dates, parfois très précises (jusqu’au jour près). Un tel fourmillement d’informations permet de présenter un espace occupé sous tous les fronts, sauf à la première planche où il est délibérément quasiment vide pour justifier son occupation. On trouve donc des évènements historiques (pl. 7 la chute de Tezcoco en 1418 et la fuite de ses habitants) consignés avec indication d’années (pl. 4 mort du souverain de Tezcoco en 8 Calli, 1357 ; arrivée de migrants en 4 Acatl, 1379 ; pl. 6 mort du souverain de Tezcoco en 6 Calli, 1409 ; pl. 7 la chute de Tezcoco en 4 Tochtli 1418, cf. Fig. 1) ou parfois du jour (pl. 7 mort du souverain de Tezcoco Ixtlilxochitl le jour 10 Cozcacuauhtli cf. Fig. 3, pl. 9 fuite de Nezahualcoyotl le jour 1 Cuetzpallin, reconquête de Coatlichan le jour 1 Ollin). On relève aussi des indications de durée, le plus souvent de règnes (cf. pl. 4 Quinatzin ayant vécu ou régné 80 ans ; pl. 8 Tezozomoc ayant vécu ou régné 188 ans, etc.) mais qui peuvent parfois remplacer une date (pl. 10 Nezahualcoyotl reprenant le pouvoir 11 ans après la mort de son père cf. Fig. 2) ou concerner des jours (pl. 8 complot de Tayatzin 5 jours après les funérailles de Tezozomoc).

  • 2 Toutes les figures de cet article sont issues de scan des planches du Codex Xolotl reproduites dans (...)

Fig. 1. Date de la conquête de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 72

Fig. 1. Date de la conquête de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 72

Fig. 2. Durée (temps écoulé entre la mort d’Ixtlilxochitl et l’intronisation de son fils Nezahualcoyotl), Codex Xolotl, pl. 9-10

Fig. 2. Durée (temps écoulé entre la mort d’Ixtlilxochitl et l’intronisation de son fils Nezahualcoyotl), Codex Xolotl, pl. 9-10

Fig. 3. Jour de la mort d’Ixtlilxochitl (10 vautour) et ethnonymes de ses assassins (tépanèques d’Otumba et de Chalco), Codex Xolotl, pl. 7

Fig. 3. Jour de la mort d’Ixtlilxochitl (10 vautour) et ethnonymes de ses assassins (tépanèques d’Otumba et de Chalco), Codex Xolotl, pl. 7

6On trouve surtout des informations généalogiques (la provenance des femmes, la descendance des souverains sont indiquées), dynastiques (pl. 4 enfants de Huetzin, futurs gouvernants de villes importantes) ou administratives (pl. 5 liste des villes tributaires et de celles constituant le « Dauphiné » du prince héritier de Tezcoco). Au total, Charles Dibble a comptabilisé 185 noms pour la généalogie de Xolotl, fondateur de la lignée acolhua : auxquels on peut ajouter plusieurs centaines de noms concernant les dynasties de Puebla-Tlaxcala, de Mexico-Tenochtitlan, Azcapotzalco, Tlatelolco ou Culhuacan.

7Il y a parfois des indications d’appartenance ethnique pour différencier les combattants ou les trahisons : traîtres otomis ou chalcas partisans des Tépanèques mais aussi appartenance ethnique du serviteur fidèle qui procède à la crémation du souverain de Tezcoco (pl. 7 cf. Fig. 3), guerriers huexotzinca et tlaxcaltèques alliés de Nezahualcoyotl (pl. 9). Par endroits on relève même des sortes de phrases constituées de rébus, qui semblent une tentative coloniale de résister à l’introduction de l’écriture alphabétique : c’est en effet le seul manuscrit pictographique à présenter ce type de phrases. Certaines sont simples, réduites à un seul glyphe (pl. 9 les soldats tépanèques réclament Nezahualcoyotl) voire deux ou trois glyphes (le souverain de Tlatelolco pl. 8 déplore la mort de Chimalpopoca et déclare vouloir se rendre à Tezcoco chez Nezahualcoyotl). D’autres sont réellement complexes, comme le long discours pour indiquer que Tezcoco doit payer un tribut textile (pl. 7 cf. Fig. 4) ou qu’il faut tuer Chimalpopoca à Tenochtitlan (pl. 8).

Fig. 4. Exemple de phrase complexe concernant le tribut textile réclamé par les Tépanèques aux villes acolhuas, Codex Xolotl, pl. 7

Fig. 4. Exemple de phrase complexe concernant le tribut textile réclamé par les Tépanèques aux villes acolhuas, Codex Xolotl, pl. 7

8Mais si ces différentes informations sont étroitement imbriquées dans une même planche, on relève cependant qu’il n’y a pas d’orientation multiple : la planche est parfaitement lisible, contrairement à certains codex cartographiques préhispaniques où il faut l’orienter dans différents sens pour pouvoir lire différentes informations. Ce simple fait semble signaler une influence coloniale ou peut correspondre à une école stylistique acolhua, différente du reste du Mexique.

  • 3 Le toponyme de Coatlichan est encore indiqué par une grotte planches 5 et 6 qui est remplacée ensui (...)

9Il suffit de prendre la même portion de territoire d’une planche à l’autre pour voir son évolution historique, depuis l’arrivée des Chichimèques après la chute de Tula au XIIe siècle, jusqu’à la reconquête de Tezcoco en 1427, juste avant la fondation de l’empire aztèque. Ainsi pour la portion supérieure correspondant à la rive est de la lagune de Tezcoco (et donc au royaume acolhua avec ses principales villes), on observe comment cette zone est abandonnée, sans âme qui vive à l’arrivée des Chichimèques (justifiant ainsi leur occupation légitime de cette zone), puis peu à peu peuplée, avec un habitat initial dans des cavernes (encore représentées pl. 4 puis réduites pl. 5 à de simples toponymes3, pour finir par disparaître à partir de la planche 6). L’introduction de la pratique de l’agriculture est indiquée pl. 3 par des rectangles (surmontés d’un huictli ou bâton à fouir) qui parsèment le paysage. Le royaume de Tezcoco est représenté à l’apogée de sa puissance, juste avant sa chute, pl. 6 : la Vallée centrale et les régions avoisinantes sont alors en équilibre politique stable, comme le dessin parvient à l’indiquer. Le désordre de la planche 7 indique que Tezcoco est brutalement conquise en 1418 : on voit ses habitants fuir la ville et se réfugier dans la montagne, voire dans la province de Huexotzinco. Elle est occupée pendant neuf ans, puis libérée en 1427 (pl. 9).

  • 4 18 personnages nommés pour la dynastie de Tezcoco, 9 pour la dynastie de Huexotla, 5 pour la dynast (...)

10On constate que les glyphes anthroponymiques et toponymiques sont les plus nombreux et structurent en quelque sorte chaque planche. Ainsi la planche 6 (vallée de Mexico avant la guerre tépanèque de 1418) concentre les informations anthroponymiques pour les dynasties de la Vallée centrale de Mexico et pour quelques rares souverains qui attirent l’attention. Elle comprend un total de 89 noms de personnes4.

11Pour les toponymes la même planche contient un total de 80 noms de lieux (dont deux exprimés sans glyphe toponymique).

  • 5 Il faudrait plus exactement parler des lagunes (Xaltocan, Tezcoco, Chalco, Xochimilco) : on reconna (...)

12Parfois on observe un repentir du scribe dans le tracé des contours de la lagune5 (planche 1) : à une lagune trop étroite dont on devine encore les contours à l’intérieur de l’eau, le scribe a préféré une lagune plus large et tenté de masquer son repentir par l’ajout d’indication de courants, seule occurrence dans tout le manuscrit.

13On constate aussi parfois une compétition entre le scribe qui a tracé les contours des glyphes et des paysages et le peintre qui a colorié le peu d’entre eux (ou une évolution dans le travail de la même personne, si le scribe se charge à la fois des contours et des couleurs). Ainsi planche 4 on voit que le peintre en appliquant la couleur bleu turquoise a rectifié le contour de la lagune en plusieurs endroits (si son pinceau a débordé, il est alors anormalement maladroit pour un peintre indien en général scrupuleux d’un travail impeccablement fait) cf. Fig. 6. Les rares couleurs employées le sont surtout pour le paysage : bleu pour la lagune (pl. 1 à 4, 9-10), vert pour les montagnes (pl. 1-2, 9-10).

Fig. 5. Cuitlahuac comme lieu de bataille contre les Chichimèques, Codex Xolotl, pl. 4 (le toponyme est indiqué, comme Fig. 5, par un excrément, cuitlatl, flottant dans l’eau)

Fig. 5. Cuitlahuac comme lieu de bataille contre les Chichimèques, Codex Xolotl, pl. 4 (le toponyme est indiqué, comme Fig. 5, par un excrément, cuitlatl, flottant dans l’eau)

Empire chichimèque et espace suprarégional

  • 6 On voit très bien avec les planches du Codex Xolotl que la mer est absente, aussi bien la côte du G (...)

14Sans chercher à représenter le Mexique d’un océan à l’autre6, le Codex Xolotl présente toutefois l’énorme intérêt de ne pas se limiter à la rive orientale de la lagune de Tezcoco, ni à la seule Vallée de Mexico, mais s’ouvre à la province de Puebla-Tlaxcala et au nord-est (Meztitlan dans l’actuel état d’Hidalgo, Tulantzinco ou Tulancingo, Quauhchinanco) ou au sud-ouest (Quauhnahuac ou Cuernavaca dans l’actuel état de Morelos).

  • 7 L’événement est réduit à sa plus simple expression et ne trouble en rien l’ordre politique en place (...)

15La première caractéristique géographique du Codex Xolotl est qu’il ne consigne pas la seule mémoire du royaume de Tezcoco (l’une des trois capitales de l’empire aztèque et sans doute celle considérée comme la capitale culturelle) : il couvre l’ensemble de la Vallée centrale de Mexico et donc la rive ouest (Azcapotzalco) et Mexico-Tenochtitlan (artificiellement placée sur la terre ferme par convention pour ne pas avoir à dessiner la lagune de Tezcoco de façon trop réaliste pour y placer la capitale mexica et la ville de Tlatelolco). Ainsi la fondation de la ville de Mexico est représentée sur la terre ferme planche 4 et non au milieu de la lagune comme à l’habitude. Il y a donc simplification, voire déformation, de l’espace géographique pour faciliter la compréhension d’ensemble. Et surtout la mise en page est impitoyable pour les prétentions de grandeur des Mexica : la fondation de Mexico est réduite à un simple épiphénomène7.

16Le simple fait de représenter l’ensemble de la Vallée Centrale de Mexico signifie déjà, pour les auteurs du Codex Xolotl, un effort de synthèse historique régionale qui les oblige à indiquer les souverains et parfois les alliances matrimoniales, les généalogies ou quelques événements marquants de villes aussi diverses que Colhuacan, Xochimilco, Mexico, Tlatelolco, Azcapotzalco. Ce qui oblige à insérer les histoires colhua, xochimilca, mexica, tlatelolca, tépanèque et autres dans un document tezocan qui fait déjà l’effort de suivre l’évolution historique du royaume de Tezcoco. Certes, ces données sont parfois simplifiées à l’excès (ainsi Tezozomoc, le tyran d’Azcapotzalco responsable de la chute de Tezcoco en 1418 est censé vivre 188 ans, ce qui évite de rentrer dans des considérations dynastiques non pertinentes puisqu’il s’agit de l’histoire de l’ethnie vaincue). Mais tout l’intérêt du Codex Xolotl est qu’il procède à une synthèse historique et qu’il s’étend au-delà de la vallée centrale de Mexico.

17En s’ouvrant à la Vallée de Puebla-Tlaxcala, le Codex Xolotl déborde hors de la Vallée Centrale jusqu’à Huexotzingo, Cholula, Tlaxcala et même Quauhquechollan qui est une ville déjà très éloignée du centre de Mexico. On observe ces villes indiquées par convention graphique au-delà de la chaîne de montagnes qui barre la partie supérieure de la page. Il y a en quelque sorte une vue cavalière qui permet de sortir de la vallée centrale et de passer à la province voisine à plus de cent kilomètres. Là encore il faut parvenir à indiquer l’histoire régionale d’autant de villes importantes, qui parfois produisent des documents aussi complexes que les Mapas de Cuauhtinchan.

18Enfin, en incluant le Nord-Ouest du royaume acolhua, le Codex Xolotl déborde sur les territoires intermédiaires entre la Vallée Centrale et la région huastèque ou totonaque de la côte du Golfe du Mexique : Tulancingo, Cuauhchinango, Xicotepec, Acaxochitlan ou Papaloticpac sont autant de villes acolhua situées à une distante considérable de la capitale Tezcoco dont elles dépendent (Xicotepec est à 137 km de Tezcoco, Cuauhchinango à 112 km). Elles figurent planche 5 ou planche 6 à l’apogée de l’empire chichimèque.

19Mais le document ne se limite pas aux possessions acolhua et représente aussi des provinces indépendantes comme celle de Meztitlan, à près de 200 kilomètres de Mexico (pl. 3 et 4). Il recouvre tout ou partie de 6 Etats mexicains contemporains (DF, Mexico, Tlaxcala, Morelos, Puebla, Veracruz, Hidalgo).

20Ainsi, le document pictographique indien fait l’effort remarquable de suivre l’évolution historique du territoire acolhua et de ses alliés et voisins immédiats (Vallée Centrale, région de Tlaxcala, nord du royaume acolhua).

Distorsion de l’espace et écriture de l’histoire

21Nous avons déjà signalé comment les scribes indiens du Codex Xolotl déplacent artificiellement la ville de Mexico sur la terre ferme pour faciliter à la fois la représentation et la lecture de la vallée centrale de Mexico. Mais ils ne se limitent pas à ce simple procédé : on relève des distorsions de l’espace pour l’adapter aux réalités politiques mouvantes.

22L’exemple le plus probant reste sans aucun doute la planche 9, dont la taille a été doublée (en lui adjoignant une page supplémentaire) pour pouvoir détailler à la fois la fuite de Nezhualcoyotl pendant 13 jours et les combats pour la reconquête de Tezcoco en 1427. Plutôt que de consacrer une page aux persécutions de Nezahualcoyotl et une autre à sa reconquête fulgurante de son royaume, le scribe a choisi de fondre les deux phases politiques en un seul espace, très certainement du fait des planches précédentes qui, toutes, correspondaient à une période de plusieurs années : il devenait alors impossible, par convention de lecture, de singulariser une planche en ne la consacrant qu’à quelques jours. Déjà la planche 9 sort de l’ordinaire aussi en ne détaillant que l’année 1427, alors que toutes les planches précédentes portaient sur plusieurs années, voire dizaines d’années.

23Parfois un espace est surdimensionné, pour pouvoir raconter un événement s’y rapportant : ainsi la représentation de Cuitlahuac surgit de façon proéminente dans les planches 3 (agriculture d’irrigation cf. Fig. 5) et 4 (combats cf. Fig. 6), pour ensuite n’être plus consignée que comme une ville ordinaire (pl. 6 cf. Fig. 7). La province de Huexotzinco est absente de la première planche car non encore fondée ; puis cerclée d’eau et donc singularisée planche 3 ; elle est ensuite réduite à un simple toponyme ordinaire, tout comme les autres provinces (pl. 6), mais le scribe est parvenu par cet artifice à mettre en relief son apparition et donc sa fondation. De même, mais dans une moindre mesure, la ville de Xaltocan est bien singularisée avec sa lagune planches 3 et 4, ou pour les combats chichimèques planche 5 : elle redevient plus ordinaire dans les planches suivantes où son rôle politique est fortement amoindri puisque la ville a perdu son indépendance et est devenue tributaire (planche 6), La ville de Tenayuca, un tant capitale chichimèque (planches 3 et 4), est ensuite réduite à une simple ville au profit d’Azcapotzalco, capitale de l’empire tépanèque (planche 5). On pourrait continuer ainsi la liste des espaces temporairement surdimensionnés : mieux vaut conclure sur l’effet de loupe grossissante voulu par les scribes. Ou encore la chaîne de montagnes supérieure peut être mince et vide planche 3 parce qu’il ne s’y passe rien, et épaisse et agrémentée de relief, de paysages voire de personnages (pl. 9). Ou le Tetzcutzingo (mont sacré proche de Tezcoco) peut soudain tripler de volume quand, pl. 9, Nezahualcoyotl y trouve refuge lors de sa fuite. Tout comme un chapitre d’un livre d’histoire peut comprendre plus ou moins de pages en fonction de l’importance de l’événement, dans la cartographie historique amérindienne du Mexique central (Tezcoco) c’est l’espace concédé qui détermine l’importance de l’événement.

Fig. 6. Cuitlahuac comme centre économique prospère (chinampas), Codex Xolotl, pl. 3

Fig. 6. Cuitlahuac comme centre économique prospère (chinampas), Codex Xolotl, pl. 3

Fig. 7. Cuitlahuac comme simple centre politique, Codex Xolotl, pl. 6

Fig. 7. Cuitlahuac comme simple centre politique, Codex Xolotl, pl. 6
  • 8 La cartographie est également supprimée pour la planche 10 (tiers droit de la dernière planche) qui (...)

24De façon plus originale la cartographie est supprimée pour la planche 88, le scribe ayant opté pour consigner les événement de façon chronologique en trois bandes distinctes qui résument neuf ans d’occupation tépanèque ; la lagune de Tezcoco est alors reléguée à un simple rectangle, pas même colorié en bleu, qui permet de localiser plus précisément les évènements consignés. Elle reprend un semblant de forme dans l’angle inférieur droit (l’espace est donc totalement reconfiguré) pour représenter l’assassinat du seigneur de Tlatelolco noyé alors qu’il tentait de rejoindre Tezcoco en pirogue. Dans le même ordre d’idée on relève que le scribe a allongé la cordillère supérieure pour pouvoir indiquer le lieu où est mort le roi de Tezcoco Ixtlilxochitl (planche 7), ou pour pouvoir détailler le parcours de Nezahualcoyotl en fuite (planche 9). L’espace est donc mouvant, il peut se rétrécir (la lagune réduite à un simple rectangle ou un espace minimal) ou s’allonger (les chaînes de montagnes). Ces distorsions narratives de l’espace sont sans doute l’apport le plus original de la tradition pictographique amérindienne pour permettre d’y consigner l’écriture de l’histoire.

25Ou bien un espace peut être artificiellement rapproché, le temps d’un événement particulier, pour reprendre ensuite sa place géographique normale : ainsi la Sierra de Meztitlan est soudain représentée à proximité immédiate de la ville de Tezcoco (pl. 4), comme si elle en était voisine alors qu’elle est à près de 180 km, pour indiquer les combats et la zone où trouvèrent refuge les Chichimèques qui refusaient de se sédentariser. On est alors dans une distorsion totale de l’espace qui revient tout simplement à supprimer les espaces intermédiaires considérés comme sans intérêt pour la narration.

26Meztitlan apparaît dans l’angle inférieur gauche de la planche 2 : on pourrait croire que c’est une province proche de Tenayuca, mais il semble que le scribe cherche à indiquer le nord et non la rive ouest de la lagune. Ou bien planche 6 les villes et provinces distantes que sont Meztitlan, Atotonilco et Totolcingo sont placées en bas à gauche, à proximité de Xaltocan, faute de place pour les insérer dans l’angle supérieur gauche en continuité avec les villes acolhua voisines (Xicotepec, Zacatlan). Dans ce cas il s’agit plus d’une énumération de villes tributaires ou alliées que de leur emplacement géographique exact. Le même cas se présente avec la longue liste de toponymes acolhua qui envahit la rive ouest (ou gauche) de la lagune et qui correspond plus à la liste des alliés militaires de Tezcoco dans sa guerre contre Azcapotzalco (pl. 7) ; on retrouve une liste similaire mais plus réduite planche 4 pour les combats entre Mexica et Culhuas.

27L’espace peut aussi être dupliqué : un même lieu peut apparaître deux fois dans la même planche pour des raisons narratives. Ainsi Xaltocan apparaît représentée (pl. 6) de façon naturaliste comme une île au milieu de la partie nord de la lagune (angle inférieur gauche) puis comme un toponyme (angle supérieur gauche). Mais surtout Quauhyacac est dessiné (pl. 7) à proximité de Tezcoco et de ses quartiers d’habitation vides, puis redessiné en version plus simplifiée (non plus inséré dans la chaîne de montagne mais associé à un seul mont) un peu plus haut, pour permettre de montrer le souverain de Tezcoco ayant trouvé refuge temporairement dans ce parc avant sa mort.

28Les scribes indiens gardent donc une grande liberté de représentation, malgré les codifications nécessaires. Et ces cartes sont en fait mouvantes, loin des cartes géographiques statiques occidentales où seuls sont susceptibles de variation les frontières et les découpages administratifs.

29L’espace mis en glyphe ne peut entrer dans le cadre de cette étude. Signalons simplement que le toponyme pour Quauhyacac peut totalement varier selon l’importance du lieu dans la narration : de simple arbre sur une chaîne de montagne (pl. 6 ou 7 cf. Fig. 8) à arbre accolé à une montagne particulière (pl. 1 ou 7 cf. Fig. 9) il peut devenir arbre accolé au glyphe générique d’un mont (tepetl), mais avec la forme proéminente d’un nez (yacatl) pour bien lire Quauh-yaca-c (pl. 8 cf. Fig. 10).

Fig. 8. Relief des monts aux alentours de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 6 (Quauhyacac au milieu est indiqué par un arbre ; Tetzcutzingo est en haut à droite)

Fig. 8. Relief des monts aux alentours de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 6 (Quauhyacac au milieu est indiqué par un arbre ; Tetzcutzingo est en haut à droite)

Fig. 9. Monts singularisés par un glyphe toponymique, Codex Xolotl, pl. 1 (on peut identifier Quauhyacac par l’arbre et le lieu)

Fig. 9. Monts singularisés par un glyphe toponymique, Codex Xolotl, pl. 1 (on peut identifier Quauhyacac par l’arbre et le lieu)

Fig. 10. Quauhyacac (avec l’arbre, quauhtli, et le nez, yacatl, glyphes qui forment le toponyme), Codex Xolotl, pl. 8

Fig. 10. Quauhyacac (avec l’arbre, quauhtli, et le nez, yacatl, glyphes qui forment le toponyme), Codex Xolotl, pl. 8

L’espace mis en mots

30Si nous parvenons à aussi bien comprendre ce document complexe de nos jours, c’est parce qu’il a été glosé et transcrit par au moins trois auteurs différents avant l648 : don Alonso Axayacatl (aux alentours de 1560), fray Juan de Torquemada avant 1612 (date de fin de rédaction de sa Monarquía Indiana publiée en 1615) et Alva Ixtlilxochitl dans ses différents écrits étalés entre 1598 et 1645 environ.

Espace mis en mots bien avant Alva Ixtlilxochitl

  • 9 cf. M. THOUVENOT, « Annotations du Codex Xolotl », Collection MESOAMERICA, Editions Sup-Infor, 1992 (...)
  • 10 cf. M. THOUVENOT, Annotations… : “188”, en contradiction avec les neuf glyphes de vingt ans plus de (...)

31Les gloses en nahuatl qui accompagnent le Codex Xolotl sont une première tentative de mise en mots des dessins qui le composent. L’espace y est présent à travers le déchiffrement des nombreux toponymes, dont on consigne précieusement l’équivalent alphabétique avant que la mémoire indienne ne dépérisse du fait des multiples épidémies. On constate cependant une disproportion ou disparité entre la première planche, qui concentre des textes très nombreux, et les planches suivantes. Si la planche 1 est truffée de gloses, dès la planche 2 la répartition change : on ne trouve plus qu’une longue glose concernant Xolotl installé à Tenayuca, le reste de la planche restant vide de commentaires. Dans les autres planches on ne glose plus que les noms de personne ou les noms de lieux, sans rédiger d’autre fragment de récit en nahuatl. Seule la planche 6, avec 56 annotations onomastiques, semble avoir suscité l’intérêt de l’annotateur, qui transcrit les noms des villes de la Vallée de Mexico et de ses environs au début du règne d’Ixtlilxochitl Ometochtli (avant la conquête de Tezcoco par Tezozomoc). Il procède en quelque sorte à un récapitulatif des seigneurs légitimes avant les grands bouleversements occasionnés par les conquêtes tépanèques. Le contraste est flagrant avec la planche 7 consacrée à la première Guerre Tépanèque: seuls deux toponymes y sont transcrits en nahuatl, préservant la mémoire des lieux où furent assassinés Cihuacuecuenotzin et Ixtlilxochitl Ometochtli9. La planche 8 récapitulant les premières « aventures » héroïques de Nezahualcoyotl (son premier prisonnier de guerre, ses visites répétées à Azcapotzalco) n’offre aucune glose, hormis le total des années de vie ou de règne de Tezozomoc10. La planche 9 consacrée aux persécutions de Nezahualcoyotl et à la reconquête de la province acolhua en 1427 comporte six annotations onomastiques, dont une centrée sur l’évasion de Nezahualcoyotl, comme pour s’assurer que, malgré tout, on n’oublie pas le nom de ce roi si célèbre. Aucun nom de lieu n’y est glosé.

  • 11 cf. Miguel PASTRANA FLORES, « Códices anotados de tradición náhuatl », in :José Rubén ROMERO GALVÁN (...)

32Les préoccupations de l’annotateur (ou des annotateurs) du Codex Xolotl se centrent donc sur l’histoire la plus ancienne, quasi légendaire, tandis que l’histoire « récente » (éloignée tout de même de près d’un siècle au moment de la réalisation du document) semble suffisamment connue pour ne pas nécessiter d’appoints textuels11.

  • 12 Nous nous basons sur la paléographie de Dibble, bien qu’elle soit lacunaire, et sur sa traduction, (...)
  • 13 C. E. DIBBLE, art. cit., p. 118 : « They came to reach Tollan. They looked… nothing therein… fragme (...)

33Les gloses abondantes de la première planche sont bien plus consistantes puisqu’elles constituent une sorte de récit, au lieu de se limiter à des indications topographiques ou onomastiques12. Dans l’angle inférieur gauche de la planche 1 une glose commente le paysage de cette vallée à l’abandon à l’arrivée des Chichimèques : Acico in tollan tlachia… atle itic… moxaxaca zacatla cahualli. Ils atteignirent Tollan [pour] regarder… rien à cet endroit… des morceaux [de rochers], couverts d’herbes folles, à l’abandon13.

  • 14 Ibid., p. 118 : « He climbed up to the cave on Cuauyacac, observed the Toltec temple ».
  • 15 Ibid., p. 118 : « Tlaloc [moutain] near Tetzcotzinco. The he climbed up, looked to the fields… the (...)
  • 16 Ibid., p. 118 : « He saw the caves at Huexotla. Then he left. »
  • 17 Ibid., p. 118 : « Techachalco, Cohuatlichan. He sought out the caves. Then he left (he said : « let (...)
  • 18 Ibid., p. 118 : « He climbed to the top of Ixcoyan. Then he looked to Tlatzallan smoking. Then he l (...)

34La même planche contient une longue glose qui suit les traces de pas de Nopaltzin dans la Vallée Centrale : elle traduit la prise de possession d’un territoire présenté comme vide à des fins politiques de légitimation du pouvoir des nouveaux venus : In cuauhyacatl icpac tleco in oztoc otlachia in toltecateopan. Il grimpa vers la grotte de Cuauhyacac et regarda le temple toltèque14. Tlaloc inavac tetzcutzinco niman ye tlehco quitlachia milli… ixtlahuatl ayac tlacatl… temo, [Mont] Tlaloc près de Tetzcotzinco. Aussitôt il grimpa, regarda les champs… la plaine, sans habitants… [et] descendit15. In Huexotla quittac in oztotl niman ye yauh, il vit les grottes à Huexotla puis il s’en alla16. Techachalco in cohuatl ichan quitemotia in oztotl niman ye yauh (quito matihuian), Techachalco, Cohuatlichan. Il suivit les grottes. Puis il s’en alla (il dit: « partons ! »)17. Icpac tleco in ixcoyan niman ye ontlachi in tlatzalan … popoca niman oncan tlachia in tlatzallan in culhuacan yelonic popocac ontlachia… Il grimpa au sommet d’Ixcoyan. Puis il regarda vers Tlatzallan … [de] la fumée. Alors il regarda là-bas vers Tlatzallan, Culhuacan [qui] étaient habitées, il y avait de la fumée. Il regarda…18

35Il serait trop long de répertorier les gloses qui envahissent cette première planche. Signalons tout de même la proclamation finale de ce qu’Alva Ixtlilxochitl prendra pour un empire chichimèque :

Niman ye quitohua in Xolotl : quimilhui in chichimeca : quexquich inic ocalaquiz in tolteca tlalli quexquich ye in totochmil in tomazamil niquilhuia ma tiquittatin niman… on huecauh tepetl oncan ixocotl quimotepantiaque yehuatl tlatoznilpitihui […].

  • 19 La dernière partie de notre traduction est basée sur l’anglais et non sur le nahuatl. C. E. DIBBLE, (...)

Alors Xolotl parla, il dit aux Chichimèques : « Combien de terre toltèque avez-vous peuplées ? Quelle est la grandeur de nos terres à lapin, de nos terres à cervidés ? » Je dis, « Explorons-les ! » Alors ils partirent explorer une haute montagne ; ils allèrent vers le Mont Xolotl. Ils [y] établirent leurs frontières. Ils nouèrent ensemble des brins d’herbes […]19

  • 20 ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Sumaria Relación de Todas las Cosas (SRTC), Mexico : UNAM, 19 (...)
  • 21 SRTC, 1, p. 354 : « Tlatolton, y otros le llaman Telon, especialmente don Alonso Axayaca. »
  • 22 Ibid., 1, p. 365 : « Y en camino fue lo que dice don Alonso de los tepanecas que preguntaron por el (...)

36On sait que don Alonso Axayacatl, mort en 1583, avait utilisé ce document et l’avait transcrit, en particulier pour les scènes des planches 8 et 9. Or son enquête intervient à une époque où les informateurs sont des vieillards encore nés avant la conquête et possèdent une éducation préhispanique. Ils fournissent donc des indications précieuses qui permettent des lectures d’une précision inégalée. Malheureusement le texte complet des deux chroniques rédigées par don Alonso Axyacatl (en nahuatl et en espagnol) ne nous est parvenu que sous la forme de fragments. Il n’en reste que treize échos mentionnés par Alva Ixtlilxochitl pour des détails discordants, en général toujours très précis. Ainsi l’assassinat de Tayauh par Maxtla (conflit dynastique tépanèque à Azcapotzalco), planche 8 : « Don Alonso Axayaca dit que les demeures [palais] que construisit Maxtla furent pour lui » et non pour son frère Tayauh20. Ou encore que le nain qui rapporta la conversation et la conspiration s’appelait Telon et non pas Tlatolton.21 Alva Ixtlilxochitl résume un épisode des persécutions de Nezahualcoyotl, planche 9, en se basant sur don Alonso Axayacatl : « Et en chemin il survint ce que dit don Alonso à propos des Tépanèques qui prirent des nouvelles du jeune homme »22.

  • 23 Fray Juan de TORQUEMADA, Monarquía indiana, Mexico : UNAM, 1976, 1 et 2. En particulier les chapitr (...)

37Fray Juan de Torquemada est un apport extrêmement précieux pour la compréhension du Codex Xolotl puisqu’il se base sur ce document pour rédiger une histoire stéréophonique du passé préhispanique où il parvient à alterner la version mexica et la version acolhua des faits, le Codex Xolotl servant de support principal (mais pas unique) pour rédiger les chapitres concernant l’histoire de Tezcoco23. Détailler ses apports et ses divergences (principalement avec Alva Ixtlilxochitl) demanderait un livre entier d’analyse. On peut signaler en particulier certains chapitres comme le 28 du livre I (tristesse de Xolotl) ou le 24 du livre II (songe de Tezozomoc), qui sont basés sur une scène spécifique du Codex Xolotl et non pas sur plusieurs scènes.

Espace mis en mots par Alva Ixltilxochitl

38Alva Ixtlilxochitl utilise le Codex Xolotl et parfois le déforme à des fins personnelles pour établir la puissance acolhua préhispanique et en particulier celle de la ville de Tezcoco. Pour cela il n’hésite pas à ajouter des noms de lieux (pour agrandir la taille de l’empire chichimèque), à prétendre que toutes les villes représentées (planche 6) sont assujetties à Tezcoco etc.

39Il serait trop long de reprendre ces exagérations, déformations et inventions tant il y en a. Il est facile de constater les interférences et les exagérations dues à Alva Ixtlilxochitl en comparant son récit avec les planches du Codex Xolotl.

  • 24 C. E. DIBBLE, « The Nahuatl Glosses … », p. 120.

40Charles Dibble a démontré qu’Alva Ixtlilxochitl suivait plutôt la glose en nahuatl que les glyphes, en particulier pour le trajet de Nopaltzin planche 124.

  • 25 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 27.
  • 26 ALVA IXTLILXOCHITL, op. cit., 1, p. 296. Tecuantepec est une autre façon de nommer l’actuel Tehuant (...)

41Dès l’arrivée des Chichimèques dans la Vallée de Mexico, Alva Ixtlilxochitl retrace très exactement le chemin suivi par Xolotl et Nopaltzin en s’inspirant de la première planche du Codex Xolotl25. Le territoire ainsi délimité va bien au-delà de la Vallée centrale de Mexico puisque le manuscrit pictographique mentionne des provinces comme Cholula, Tlaxcala ou Quauhquecholan. Mais Alva Ixtlilxochitl y ajoute un certain nombre de lieux qui ne figurent pas dans le Codex Xolotl. On peut distinguer deux versions, l’une maximaliste, l’autre plus prudente mais tout aussi artificielle. Dans ses premiers écrits, comme la Sumaria Relación de todas las cosas (SRTC), Alva Ixtlilxochitl opte pour une version maximaliste en ajoutant des noms de provinces très lointaines et très importantes comme Tecuantepec, Tototepec, Cuauhtemalan, Tecocotlan, Cuauhcahualco26. Ce faisant, il invente une ambassade chichimèque et un empire projeté jusqu’au Guatemala, allant d’un océan à l’autre :

  • 27 Ibid., 1, p. 295-6. Cet épisode des quatre ambassadeurs envoyés prendre possession des provinces di (...)

Envió a cuatro señores por hacia las cuatro partes del mundo, conforme se tiraron las flechas, para que tomaran posesión de toda la tierra, que había sido del gran Topiltzin, de una mar a la otra, cada uno con su ejército27.

  • 28 ALVA IXTLILXOCHITL, op. cit., 2, Historia Chichimeca (HC), cap. 4, p. 15.

42Cet épisode n’est plus présent dans l’Historia [de la Nación] Chichimeca (HC), son œuvre la plus aboutie, sans doute parce qu’il force trop l’histoire. Alva Ixtlilxochitl semble ramener l’empire chichimèque à des proportions plus raisonnables en ajoutant quelques noms de provinces proches de la Vallée centrale (Meztitlan, Quachquetzaloyan, Atotonilco et Quahuacan)28. Il n’en inclut pas moins dans la zone chichimèque tout une série de provinces lointaines, de façon déjà à conformer l’empire chichimèque à la future Nouvelle-Espagne :

  • 29 Ibid., 2, HC, p. 15 [nous soulignons].

Y los pocos tultecas que habían escapado de su destrucción los dejó vivir en los puertos y lugares en donde estaban reformados y poblados cada uno con su familia, que fue en Chapoltépec, Colhuacan, Tlatzalantepexoxoma, Totolapan, Quauhquecholan, y hasta la costa del Mar del Norte en Tozapan, Tochpan, Tziuhcoac y Xicotépec, y lo mismo en Chololan, aunque algunos de ellos no pararon hasta la tierra de Nicaragua adonde fueron a poblar, y a otras tierras remotas29.

  • 30 Ibid., 2, HC, cap. 6, p. 19 : « desde los términos de las sierras y tierras de la Cuexteca hasta la (...)

43Certes l’auteur est plus prudent et n’inclut plus des zones comme Tehuantepec ou Cuauhtemalan. Mais il maintient toujours la partie nord de la Côte du Golfe du Mexique (Tochpan, Tziuhcoac) et il fait courir un empire chichimèque « depuis les confins des chaînes de montagnes et des terres de la Cuexteca jusqu’à celles de la Mixteca »30.

  • 31 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 84-85.
  • 32 ALVA IXTLILXOCHITL, SRTC, 1, p. 324-325.

44S’inspirant d’une autre planche du Codex Xolotl (planche 6)31, Alva Ixtlilxochitl en fait une lecture politique que rien n’autorise dans le document pictographique : il prétend faire des seigneurs indigènes représentés des vassaux de Tezcoco, étoffant ainsi la fiction d’un empire chichimèque préalable à l’empire tépanèque puis à l’empire aztèque32. Le chapitre 13 de l’Histoire Chichimèque semble plus raisonnable. Mais la mort de Techotlalatzin, roi de Tezcoco, permet une affirmation de sa puissance politique disproportionnée :

  • 33 Ibid., 2, HC, cap. 14, p. 38.

Murió el emperador Techotlalatzin […], con gran sentimiento de todos los del imperio que a la sazón había en esta Nueva España que eran entre reyes y señores setenta y siete, según por la Historia general parece, y se hallaron los más de ellos en sus honras y entierros33.

45Techotlalatzin, roi de Tezcoco, devient sous la plume d’Alva Ixtlilxochitl un empereur dont les funérailles sont nationales, puisqu’elles mobilisent la quasi-totalité des têtes couronnées indiennes de l’époque. Ce qui permet aussi de présenter son successeur comme empereur à part entière, malgré son destin funeste, faisant d’une pierre deux coups avec la présence des rois indiens aux obsèques :

  • 34 Ibid., 2, HC, cap. 15, p. 39.

Luego que se hicieron las exequias y entierro a Techotlalatzin los señores que se hallaron presentes a ellas juraron por su universal señor a Ixtlilxóchitl34.

  • 35 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 85-86 : « Muy pocos señores hicieron los honores a Techotlalatzin a (...)

46Aucune de ces scènes ne figure ainsi dans le Codex Xolotl, qui présente ces funérailles et succession tout au plus comme un évènement politique de la rive est de la lagune de Mexico, mobilisant cinq villes ou quartiers plus ou moins proches et non soixante-dix-sept villes ou provinces lointaines35.

Précisions géographiques

  • 36 Bernard LAVALLÉ, « Espacio y reivindicación criolla », in : Bernard LAVALLÉ (éd.), Las promesas amb (...)

47Bernard Lavallé a signalé pour les créoles péruviens la réduction de l’espace péruvien à quelques villes comme Lima, Cuzco et Potosí, et le peu de conscience géographique qu’ils pouvaient avoir du Pérou à cette époque36. D’où l’intérêt de remarquer l’extrême précision géographique que peut contenir le Codex Xolotl, capable de nommer certaines montagnes, voire d’en dessiner les contours, permettant ainsi d’amplifier l’espace, mais aussi de le censurer en taisant l’existence du Mont Tlaloc.

Montagnes nommées

48On parvient à reconnaître plusieurs parcs royaux situés sur des collines entourant Tezcoco : le Tetzcutzingo, Quauhyacac, et plusieurs autres monts proches de Tezcoco. Le scribe ou tlacuilo est capable de singulariser plusieurs monts par différents moyens :

  • avec un glyphe toponymique, comme pour Quauhyacac et Huitztepec, deux montagnes proches de Tezcoco (pl. 2) ou le Tetzcotzinco (pl. 9 cf. Fig. 12) ;

  • avec un dessin et une indication glyphique comme pour Meztitlan et une autre montagne, sans doute Zoltepec (pl. 4) : le nom est alors combiné avec le profil caractéristique de la montagne ou chaîne de montagne ;

  • avec un glyphe qui se confond avec la montagne, comme pour Quauhyacac (pl. 8 cf. Fig. 10) ce qui oblige alors à regarder le paysage beaucoup plus attentivement que d’ordinaire car il peut se lire ;

  • ou, comme nous l’avions déjà signalé, quand le scribe peut allonger la partie gauche de la chaîne de montagne pour préciser le lieu de la mort du souverain de Tezcoco Ixtlilxochitl (pl. 7).

Fig. 11. Tezcutzingo servant de refuge à Nezahualcoyotl en fuite, Codex Xolotl, pl. 9. Le mont est identifié par un toponyme

Fig. 11. Tezcutzingo servant de refuge à Nezahualcoyotl en fuite, Codex Xolotl, pl. 9. Le mont est identifié par un toponyme

Précision préhispanique stupéfiante

  • 37 P. E. B. Coy, « Tetzcotzinco: usurped and neglected », MAN, The Journal of the Royal Anthropologica (...)
  • 38 Ibid., p. 543: « There is almost no variation in a group of features in the top-left-hand quarter o (...)

49Dans les années soixante, Coy a proposé de reconnaître dans les dessins de montagnes du Codex Xolotl les profils exacts des monts aux alentours de Tezcoco37. Il constata qu’il n’y avait quasiment aucune variation dans la représentation des reliefs de la partie supérieure gauche des planches du Codex Xolotl38 (cf. Fig. 8 et 11).

Fig. 12. Tezcutzingo avec indication du profil des monts voisins, Codex Xolotl, pl. 7. Comparer avec la Fig. 8

Fig. 12. Tezcutzingo avec indication du profil des monts voisins, Codex Xolotl, pl. 7. Comparer avec la Fig. 8
  • 39 On peut mettre en parallèle cette capacité avec celle du Codex Santa María Asunción relevée par Bar (...)

50Ce degré de précision des manuscrits pictographiques anciens n’est pas une exagération d’un chercheur isolé. Il correspond à la réalité territoriale qui imprègne profondément la culture d’un peuple et de ses élites. Le cadre régional est parfaitement connu et remarquablement représenté39. Mais en l’occurrence, dans le Codex Xolotl, certaines montagnes peuvent donc être identifiées non pas par l’indication de leur toponyme, mais par le dessin de leur forme caractéristique. C’est d’ailleurs ce que montre un fragment de ce document (planche 2c fragment 1) dans lequel le scribe n’emploie quasiment aucun toponyme (hormis Culhuacan et Cuitlahuac) et cherche à rendre la Vallée Centrale à travers son relief (lagune, montagnes, chaînes etc.). On observe que le procédé ne peut s’employer qu’à une échelle limitée, car la planche tend à devenir illisible en l’absence de toponymes. En l’utilisant pour les monts proches de Tezcoco, le scribe inscrit son manuscrit dans un localisme exacerbé ou nombriliste, tout en maintenant un espace et une histoire suprarégionaux. C’est sans doute sa façon de rappeler que cette histoire est avant tout acolhua et tezcocane.

Montagnes censurées

51Si le Codex Xolotl semble capable de détailler les monts proches de Tezcoco (Tetzcutzingo, Quauhyacac), il est aussi capable de censurer le plus important d’entre eux, le Mont Tlaloc, très certainement du fait de sa valeur religieuse préhispanique.

  • 40 Fray Diego DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, Mexico : Porrú (...)

52Le Mont Tlaloc est mentionné comme sanctuaire important par plusieurs chroniqueurs, dont fray Diego Durán qui y détaille un rite sacrificiel réalisé chaque année par les souverains de la Triple Alliance40. Alva Ixtlilxochitl va jusqu’à reconnaître ouvertement l’importance historique de ce lieu dans sa Sumaria Relación :

  • 41 ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, 1, SRTC, p. 273.

Y otro ídolo a quien han adorado hasta cuando vinieron los españoles, que es Tlálotl, que tenía su templo en la más alta sierra de Tezcuco, y allí están todavía sus pedazos41.

  • 42 Codex Ixtlilxochitl, fol. 110v. cf. P. LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex (...)

53Ce sanctuaire à Tlaloc en territoire acolhua est visible dans la représentation de l’enceinte crénelée aux pieds du Tlaloc qui illustrait la Relation de Tezcoco de 1582 de Juan Bautista Pomar42. Mais rien de tout ceci ne transparaît dans le Codex Xolotl, malgré sa représentation très précise du paysage de la Vallée Centrale de Mexico.

54On peut y reconnaître le Tetzcutzingo, Quauhyacac et plusieurs autres lieux proches de Tezcoco, mais jamais on n’y détaille l’aspect religieux du Mont Tlaloc. Celui-ci apparaît dans le paysage comme une montagne par sa forme, mais pas comme une montagne sacrée avec un sanctuaire au sommet ou nommée par un glyphe explicite.

  • 43 Primeros memoriales, fol. 250r : on distingue parfaitement l’enceinte au sommet du mont Tlaloc. Pou (...)

55La surprenante absence d’identification propre du Mont Tlaloc en dehors de sa forme ou de son emplacement oblige à s’interroger, surtout quand on voit que le scribe ou tlacuilo est capable de singulariser plusieurs monts avec un dessin et une indication glyphique. Les rares fois où il semble qu’on puisse reconnaître le Mont Tlaloc sont dans les planches 5 ou 7 (de par la forme de son relief) ou dans la planche 10 (neige à son sommet). On est bien loin de la représentation de la procession de prêtres portant des enfants pour les sacrifier à son sommet que l’on voit au folio 250r des Primeros Memoriales pour la fête de Quauitlehua43. Mais le Popocatepetl est lui aussi absent (ou du moins difficile à discerner de prime abord) des planches du Codex Xolotl alors qu’il se situe en plein entre les villes ou provinces représentées (Chalco, Cholula, Tlaxcala). On pourrait alors conclure non pas à une censure des espaces sacrés, mais à une simplification de la chaîne de montagne, tout comme la lagune, pour éviter de se noyer dans l’espace.

Conclusion

  • 44 Au moins pour le Mexique central (Vallée centrale de Mexico, provinces de Tlaxcala, Puebla, Tulanci (...)

56Le Codex Xolotl offre donc un fascinant terrain de recherches pour les historiens ou géographes. Ses neufs planches successives permettent de présenter un espace historicisé, avec un passé antérieur à l’empire aztèque dont le poids est incontournable. Outre la représentation d’un espace suprarégional, qui va de pair avec l’écriture d’une histoire proto-nationale44, ce sont les distorsions de l’espace (surdimensionné, rapproché, dupliqué) qui permettent de mettre l’accent sur tel ou tel événement. Les gloses alphabétiques en nahuatl ou les chroniqueurs coloniaux ont tenté une mise en mot de cet espace mis en glyphes. Ils ont pu, pour des raisons de prestige politique, surajouter des zones non comprises dans le document pictographique, tout comme celui-ci a pu, pour des raisons religieuses, censurer certains espaces sacrés préhispaniques. Il offre ainsi un espace laïcisé, plutôt surprenant pour une histoire préhispanique, mais passionnant de par la richesse des détails inscrits.

Haut de page

Bibliographie

ALVA IXTLILXOCHITL, Fernando de, Obras Históricas, Mexico : UNAM, 1977.

BATALLA ROSADO, Juan José, « Datación del Códice Borbónico a partir del análisis iconográfico de la representación de la sangre », Revista Española de Antropología Americana 24, 1994, p. 47-74.

—, El Códice Tudela y el grupo magliabechiano: la tradición medieval europea de copia de códices en América. Col. Thesaurus Americae. Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002.

Códice de Santa María Asunción. Barbara J. Williams, H.R. Harvey, The Códice de Santa María Asunción. Households and Lands in Sixteenth-Century Tepetlaoztoc. Salt Lake City : University of Utah Press, 1997.

CONTEL, José, « Tlálloc, el cerro, la olla y el chalchihuitl. Una interpretación de la lámina 25 del Códice Borbónico », Itinerarios, 8, 2008, p. 153-183.

CORDOBA, Carlos, Landscape transformation in Aztec and Spanish Texcoco, Austin : University of Texas Press, 1997.

COY, P. E. B., « Tetzcotzinco: usurped and neglected », MAN, The Journal of the Royal Anthropological Institute, New Series, 1 (4), 1966, p. 543-554.

DÍAZ DEL CASTILLO, Bernal, Historia Verdadera de la Conquista de la Nueva España. Madrid : Historia 16, 1984.

DIBBLE, Charles E., Códice Xolotl, Mexico : UNAM, 1980.

—, « The Nahuatl Glosses in the Codex Xolotl », in : Dominique MICHELET (éd.), Enquêtes sur l’Amérique moyenne. Mélanges offerts à Guy Stresser-Péan, Mexico : CEMCA, INAH, 1989, p. 117-122.

DURÁN, Fray Diego, Historia de las Indias de Nueva España e islas de la Tierra Firme, Mexico : Porrúa, 1984 [1967], 2 vols.

DURAND-FOREST, Jacqueline de, Codex Ixtlilxochitl, Ms. mexicain 65-71 de la Bibliothèque Nationale de Paris, facsimilé, Collection Fontes rerum mexicanarum, 9, Graz : ADVA, 1976.

LESBRE, Patrick, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, 84-2, 1998 (numéro spécial La collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque Nationale de France), p. 97-124.

—, « Fernando de Alva Ixtlilxochitl et son Histoire [de la nation] chichimèque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates. Mis en ligne le 28 mars 2010. URL : http://nuevomundo.revues.org/59357. Consulté le 27 mars 2012.

—, « Sucesión en Azcapotzalco », Arqueología mexicana, 112, 2011, p. 36-41.

MUSSET, Alain, « La perception de l’espace dans les sociétés précolombiennes du Mexique d’après les Codex », L’Espace Géographique, 14-1, 1985, p. 49-57.

—, « La cartographie préhispanique au Mexique », Mappemonde, 88/4, 1988, p. 22-27.

PASTRANA FLORES, Miguel, « Códices anotados de tradición náhuatl », in : José Rubén ROMERO GALVÁN (éd.), Historiografía novohispana de tradición indígena, México, UNAM, 2003, p. 51-84.

ROBERTSON, Donald, Mexican Manuscript Painting of the Early Colonial Period. The Metropolitan Schools, New Haven: Yale University Press, 1959.

THOUVENOT, Marc, Codex Xolotl. Etude d’une des composantes de son écriture : les glyphes. Dictionnaire des éléments constitutifs des glyphes, Atelier National de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1990, 4 300 p. Tome : Codification.

–, « Annotations du Codex Xolotl », Collection MESOAMERICA, Editions Sup-Infor, 1992, disponible sur Sup-infor (site de l’auteur). http://www.sup-infor.com/sources/P001A/P001A-inf.htm (consulté le 19 novembre 2012).

—, « De la lecture des personnages dans l’écriture pictographique nahuatl », Amerindia, 25, 2000, p. 137-172.

TORQUEMADA, Fray Juan de, Monarquía Indiana, Mexico : UNAM, 1976, t. 2.

TOWNSEND, Richard,« The Mt. Tlaloc Project », in : David Carrasco (éd.), Aztec Ceremonial Landscapes, Niwot : University Press of Colorado, 1991, p. 26-30.

—, « El renacimiento de la naturaleza en el templo de Tlaloc », in : Richard TOWNSEND et ElizabethBENSON (éd.), La antigua América. El arte de los parajes sagrados, México : Azabache, 1993, p. 171-185.

WILLIAMS, Barbara, « Nahuatl Soil Glyphs From the Códice de Santa María Asunción », Actas del XLII Congreso de Americanistas, Paris, 1979, t. 7, p. 27-37.

WILLIAMS, Barbara, HICKS, Frederic El códice Vergara. Edición facsimilar con comentario : pintura indígena de casas, campos y organización social de Tepetlaoztoc a mediados del siglo XVI, México : UNAM, ADABI, 2011.

Haut de page

Notes

1 Manuscrit mexicain 1-10 de la Bibliothèque Nationale de France. La meilleure étude, pour ce qui est de l’interprétation du manuscrit, reste à ce jour celle de Charles E. DIBBLE, Códice Xolotl, Mexico : UNAM, 1980. Marc Thouvenot a, quant à lui, longuement étudié les centaines de glyphes qui y apparaissent, sans toutefois chercher à reformuler les évènements politiques traités. Cf. Marc THOUVENOT, Codex Xolotl, Lille : Atelier National de Reproduction des Thèses, 1990, tome Codification. Enfin certains travaux en proposent des présentations ponctuelles, cf. Donald Robertson, Mexican Manuscript Painting of the Early Colonial Period. The Metropolitan Schools, New Haven: Yale University Press, 1959, ou sommaires, cf. Alain Musset pour la première planche, « La perception de l’espace dans les sociétés précolombiennes du Mexique d’après les Codex », L’Espace Géographique, 14-1, 1985, p. 51 et « La cartographie préhispanique au Mexique », Mappemonde, 88/4,1988, p. 23-27.

2 Toutes les figures de cet article sont issues de scan des planches du Codex Xolotl reproduites dans l’édition UNAM de 1980 du travail de C. E. DIBBLE.

3 Le toponyme de Coatlichan est encore indiqué par une grotte planches 5 et 6 qui est remplacée ensuite par une maison (calli), les deux servant à indiquer ichan (la demeure), mais permettant au scribe d’indiquer une évolution culturelle. La grotte a également une valeur symbolique, correspondant à la fondation de dynasties et ne doit pas être lue uniquement comme une indication matérielle d’habitat.

4 18 personnages nommés pour la dynastie de Tezcoco, 9 pour la dynastie de Huexotla, 5 pour la dynastie de Coatlichan, 9 pour la dynastie de Coatepec (dont 4 seigneurs acolhuas), 9 pour la dynastie de Tlatelolco, 1 pour la dynastie d’Azcapotzalco (plus 3 seigneurs et 2 noms dans une conversation), 13 pour la dynastie de Mexico. Sont également nommés les seigneurs des villes de Chiconauhtla, Tepexpan, Tezontepec, Chiautla, Papalotla, Tepetlaoztoc, Teotihuacan Acolman (2), Otompan, soit 9 villes acolhuas. Plus le seigneur de Tolpan (en bas à droite) et ceux de Colhuacan, Xochimilco, Iztapalapa, Cuitlahuac, Mixquic, Tepopula, Tlalmanalco, Chalco et un dernier seigneur en haut à droite. cf. C. E. DIBBLE, op. cit., p. 83-87.

5 Il faudrait plus exactement parler des lagunes (Xaltocan, Tezcoco, Chalco, Xochimilco) : on reconnaît les formes de celle de Xaltocan positionnée sur la gauche, de celle de Xochimilco sur la droite et de celle de Tezcoco occupant le centre le plus souvent en une longue bande étroite.

6 On voit très bien avec les planches du Codex Xolotl que la mer est absente, aussi bien la côte du Golfe que la côte pacifique, alors que d’autres documents comme le Lienzo de Quauhquechollan sont capables de représenter l’océan pacifique bordant les côtes du Mexique et du Guatemala. Mais la taille des documents n’est pas la même : le second mesure 2,45 m de large sur 3,20 m de long quand les planches du Codex Xolotl dépassent à peine les 48 cm.

7 L’événement est réduit à sa plus simple expression et ne trouble en rien l’ordre politique en place : le scribe tezcocan rabaisse ainsi les prétentions mexica à la suprématie en faisant de l’événement fondateur de leur histoire un épiphénomène.

8 La cartographie est également supprimée pour la planche 10 (tiers droit de la dernière planche) qui consigne les changements politiques liés à la restauration du pouvoir tezcocan.

9 cf. M. THOUVENOT, « Annotations du Codex Xolotl », Collection MESOAMERICA, Editions Sup-Infor, 1992, disponible sur Sup-infor (site de l’auteur). http://www.sup-infor.com/sources/P001A/P001A-inf.htm (consulté le 19 novembre 2012). : “tepaxnohuayan” et “temamatlac”.

10 cf. M. THOUVENOT, Annotations… : “188”, en contradiction avec les neuf glyphes de vingt ans plus deux points isolés du manuscrit qui donneraient 182 ans.

11 cf. Miguel PASTRANA FLORES, « Códices anotados de tradición náhuatl », in :José Rubén ROMERO GALVÁN (éd.), Historiografía novohispana de tradición indígena, Mexico : UNAM, 2003, p. 59-61. Nous ne partageons pas sa conclusion : à notre avis le Codex Xolotl conclut bien sur une récupération du pouvoir acolhua (pl. 10).

12 Nous nous basons sur la paléographie de Dibble, bien qu’elle soit lacunaire, et sur sa traduction, que nous avons parfois légèrement modifiée. C. E. DIBBLE, « The Nahuatl Glosses in the Codex Xolotl », in : Dominique MICHELET (éd.), Enquêtes sur l’Amérique moyenne. Mélanges offerts à Guy Stresser-Péan, Mexico : CEMCA, INAH, 1989, p. 117-122. Marc Thouvenot les a également paléographiées mais pas traduites. cf. Annotations du....

13 C. E. DIBBLE, art. cit., p. 118 : « They came to reach Tollan. They looked… nothing therein… fragmented [rocks], replete with weeds, abandoned »

14 Ibid., p. 118 : « He climbed up to the cave on Cuauyacac, observed the Toltec temple ».

15 Ibid., p. 118 : « Tlaloc [moutain] near Tetzcotzinco. The he climbed up, looked to the fields… the desert, uninhabited… descended. »

16 Ibid., p. 118 : « He saw the caves at Huexotla. Then he left. »

17 Ibid., p. 118 : « Techachalco, Cohuatlichan. He sought out the caves. Then he left (he said : « let us go ! »). »

18 Ibid., p. 118 : « He climbed to the top of Ixcoyan. Then he looked to Tlatzallan smoking. Then he looked there to Tlatzallan, Culhuacan. Inhabited, there was smoking. He looked…. »

19 La dernière partie de notre traduction est basée sur l’anglais et non sur le nahuatl. C. E. DIBBLE, art. cit., p. 119 : « Then Xolotl spoke, he said to the Chichimeca : « How much Toltec land have we settled ? How extensive are our rabbit lands, our deer lands ? » I say, « Let us explore ! » Thereupon they go to explore a high mountain ; They went there to Xocotl mountain. They set their boundaries. They went tying strands of grass together […]. »

20 ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Sumaria Relación de Todas las Cosas (SRTC), Mexico : UNAM, 1977, 1, p. 356 : « Don Alonso Axayaca dice que las casas que hizo Maxtla fueron para sí. ». Il s’agit du motif central permettant d’inviter Tayauh à leur inauguration et de l’exécuter pendant cette fête. cf. Patrick Lesbre, « Sucesión en Azcapotzalco », Arqueología mexicana, 112, noviembre de 2011, p. 36-41.

21 SRTC, 1, p. 354 : « Tlatolton, y otros le llaman Telon, especialmente don Alonso Axayaca. »

22 Ibid., 1, p. 365 : « Y en camino fue lo que dice don Alonso de los tepanecas que preguntaron por el mancebo. » Scène 090A dans la codification de Marc Thouvenot.

23 Fray Juan de TORQUEMADA, Monarquía indiana, Mexico : UNAM, 1976, 1 et 2. En particulier les chapitres 15-21, 23-24, 27-28, 30-32, 35, 37-44, 46-48 du livre I, et les chapitres 5-8, 19 du livre II (pour les règnes chichimèques correspondant aux planches 1 à 7 du Codex Xolotl) ; les chapitres 20-21, 23-31, 33-34 du livre II (pour les persécutions de Nezahualcoyotl correspondant aux planches 7 à 9 du Codex Xolotl).

24 C. E. DIBBLE, « The Nahuatl Glosses … », p. 120.

25 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 27.

26 ALVA IXTLILXOCHITL, op. cit., 1, p. 296. Tecuantepec est une autre façon de nommer l’actuel Tehuantepec. Cuauhcahualco vient certainement pour Coatzacoalcos.

27 Ibid., 1, p. 295-6. Cet épisode des quatre ambassadeurs envoyés prendre possession des provinces distantes n’apparaît pas dans la première planche du Codex Xolotl.

28 ALVA IXTLILXOCHITL, op. cit., 2, Historia Chichimeca (HC), cap. 4, p. 15.

29 Ibid., 2, HC, p. 15 [nous soulignons].

30 Ibid., 2, HC, cap. 6, p. 19 : « desde los términos de las sierras y tierras de la Cuexteca hasta las de la Mixteca ». Donc de la province huastèque jusqu’à la zone mixtèque, comme si elles étaient soumises par les Chichimèques, alors que l’empire aztèque les empiètera avec difficulté, devant s’y reprendre à deux fois pour la conquête de Coixtlahuaca.

31 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 84-85.

32 ALVA IXTLILXOCHITL, SRTC, 1, p. 324-325.

33 Ibid., 2, HC, cap. 14, p. 38.

34 Ibid., 2, HC, cap. 15, p. 39.

35 C. E. DIBBLE, Códice Xolotl, p. 85-86 : « Muy pocos señores hicieron los honores a Techotlalatzin a causa de las disensiones que había entre las cortes de Texcoco y de Atzcapotzalco. » Pour plus de précisions sur la portée de ces ajouts, cf. P. LESBRE, « Fernando de Alva Ixtlilxochitl et son Histoire [de la nation] chichimèque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, 2010.

36 Bernard LAVALLÉ, « Espacio y reivindicación criolla », in : Bernard LAVALLÉ (éd.), Las promesas ambiguas. Ensayos sobre el criollismo colonial en los andes, Lima : Pontificia Universidad Católica del Perú, Instituto Riva-Agüero, 1993, p. 119.

37 P. E. B. Coy, « Tetzcotzinco: usurped and neglected », MAN, The Journal of the Royal Anthropological Institute, New Series, 1 (4), Londres, p. 543-554.

38 Ibid., p. 543: « There is almost no variation in a group of features in the top-left-hand quarter of these folios. »

39 On peut mettre en parallèle cette capacité avec celle du Codex Santa María Asunción relevée par Barbara Williams qui observe que les cadastres indiens coloniaux du XVIe siècle, outre la surface et la forme des terrains, indiquent également la qualité des sols au moyen d’une quinzaine de glyphes différents. cf. Barbara J. WILLIAMS, « Nahuatl Soil Glyphs From the Códice de Santa María Asunción», Actas del XLII Congreso de Americanistas, Paris, 1979, p. 27-37.

40 Fray Diego DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España e Islas de la Tierra Firme, Mexico : Porrúa, 1, p. 83-85.

41 ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, 1, SRTC, p. 273.

42 Codex Ixtlilxochitl, fol. 110v. cf. P. LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, 84 (2), numéro spécial La collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque Nationale de France, 1998, p. 112.

43 Primeros memoriales, fol. 250r : on distingue parfaitement l’enceinte au sommet du mont Tlaloc. Pour une plus ample discussion de cette cérémonie, nous renvoyons à l’étude de José CONTEL, « Tlálloc, el cerro, la olla y el chalchihuitl. Una interpretación de la lámina 25 del Códice Borbónico », Itinerarios, 8, 2008, p. 153-183.

44 Au moins pour le Mexique central (Vallée centrale de Mexico, provinces de Tlaxcala, Puebla, Tulancingo et en partie Cuernavaca). On remarquera l’absence des zones plus distantes comme la Mixteca ou la côte totonaque. Mais c’est déjà un effort remarquable de synthèse, sans doute unique de par sa constance, alors que les codex cartographiques du type Mapas de Cuauhtinchan sont plus des rappels de migrations, même s’ils sont capables de détailler la zone de Puebla-Tlaxcala.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Date de la conquête de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 72
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 2. Durée (temps écoulé entre la mort d’Ixtlilxochitl et l’intronisation de son fils Nezahualcoyotl), Codex Xolotl, pl. 9-10
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3. Jour de la mort d’Ixtlilxochitl (10 vautour) et ethnonymes de ses assassins (tépanèques d’Otumba et de Chalco), Codex Xolotl, pl. 7
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 4. Exemple de phrase complexe concernant le tribut textile réclamé par les Tépanèques aux villes acolhuas, Codex Xolotl, pl. 7
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 5. Cuitlahuac comme lieu de bataille contre les Chichimèques, Codex Xolotl, pl. 4 (le toponyme est indiqué, comme Fig. 5, par un excrément, cuitlatl, flottant dans l’eau)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6. Cuitlahuac comme centre économique prospère (chinampas), Codex Xolotl, pl. 3
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 7. Cuitlahuac comme simple centre politique, Codex Xolotl, pl. 6
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 8. Relief des monts aux alentours de Tezcoco, Codex Xolotl, pl. 6 (Quauhyacac au milieu est indiqué par un arbre ; Tetzcutzingo est en haut à droite)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 9. Monts singularisés par un glyphe toponymique, Codex Xolotl, pl. 1 (on peut identifier Quauhyacac par l’arbre et le lieu)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 10. Quauhyacac (avec l’arbre, quauhtli, et le nez, yacatl, glyphes qui forment le toponyme), Codex Xolotl, pl. 8
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11. Tezcutzingo servant de refuge à Nezahualcoyotl en fuite, Codex Xolotl, pl. 9. Le mont est identifié par un toponyme
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 12. Tezcutzingo avec indication du profil des monts voisins, Codex Xolotl, pl. 7. Comparer avec la Fig. 8
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/22033/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lesbre, « Le Mexique central à travers le Codex Xolotl et Alva Ixtlilxochitl : entre l’espace préhispanique et l’écriture coloniale », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/22033 ; DOI : 10.4000/e-spania.22033

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org