Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

La geste castillane et la construction de l’espace impérial hispanique dans la Historia de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firme del mar océano d’Antonio de Herrera y Tordesillas (1549-1625)

Renaud Malavialle

Résumés

Les Décadas de Indias (1601-1615) de Antonio de Herrera y Tordesillas publient des documents de la Couronne attestant de son souci des Indiens. Assumant la dénonciation lascasienne des crimes coloniaux, Herrera exalte néanmoins la mission providentielle confiée par les bulles alexandrines à la Monarchie et encense les grands capitaines d’épopées. Herrera discerne dans une administration en construction la noble intention et les bonnes actions des dignes agents de la Couronne, malmenées par les distances et des vassaux peu zélés ou criminels. Dans le contexte des déchirements confessionnels en Europe, le cronista mayor de Castille et des Indes défend la Couronne, et justifie historiquement l’action des Castillans, pour la plupart nobles sujets du premier grand royaume de la Péninsule ibérique, à vocation universelle. De la dialectique des points de vue pris en compte émerge l’espace méthodique d’un discours à prétention véridique, crédible au plan ibérique et malaisément falsifiable au sein la République des Lettres. Son objet : inscrire dans le marbre de l’histoire les droits des Castillans et de la Monarchie Catholique sur l’espace colonial légitimement conquis et à conquérir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Prudencio de SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, 1, cap. 31, p. 355-358 (...)
  • 2 Voir Nicolás ANTONIO, Bibliotheca Hispana Nova, 1, p. 128.
  • 3 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia de lo sucedido en Escocia y Inglaterra, en treinta y cua (...)
  • 4 Dans le prologue, il qualifie Buchanan de « grandísimo hereje y el más falso y mentiroso historiado (...)
  • 5 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Cinco libros de la historia de Portugal y la conquista de las isl (...)
  • 6 Girolamo FRANCHI di CONESTAGGIO, Dell’unione del regno di Portugallo alla corona di Castiglia, Géno (...)
  • 7 Giovanni BOTERO, Diez libros de la Razón de Estado. Con tres libros las causas de la grandeza, y ma (...)
  • 8 Juan Tomás MINADOY, Historia de la guerra de turcos y persanos escrita […] en quatro libros, comenz (...)
  • 9 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia de los sucesos de Francia desde 1585, que comenzó la lig (...)
  • 10 Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona,p. 201, cite le rapport sur Herrera fourni au roi pour lui (...)

1Antonio de Herrera y Tordesillas (Cuéllar, 1549) est issu d’une famille noble dont la branche paternelle s’est illustrée par sa fidélité à la monarchie. Prudencio de Sandoval narre dans son Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos Quinto la fin tragique du regidor Rodrigo de Tordesillas, le grand-père d’Antonio exécuté par les comuneros pour avoir voté le servicio lors des Cortes de Saint-Jacques-La Corogne1. Est-ce par tradition familiale que le jeune Antonio, à peine âgé de quatorze ans, accompagne à Milan le duc d’Alburquerque, Gabriel de la Cueva, seigneur de Cuéllar, nommé gouverneur en 1563 ? L’expérience italienne s’est prolongée pour Antonio jusqu’en 1575, date à laquelle il est au service du comte Vespasiano Gonzaga Colonna (1531-1591). Il suit alors en Navarre le grand seigneur italien nommé vice-roi. Cette position va lui permettre d’assister à la reconstruction du fort de Pampelune et de participer à des missions secrètes au cours desquelles il rencontre le roi Philippe II2. Lorsqu’en 1579 Vespasiano Gonzaga est nommé vice-roi à Valencia, c’est depuis Valladolid qu’Herrera demeure fidèle au comte et s’informe du problème morisque, des tensions avec le gouvernement municipal et des questions de défense maritime. Selon Richard Kagan, lors du départ de Vespasiano Gonzaga Colonna en Italie, Antonio de Herrera y Tordesillas serait devenu son agent à la cour de Madrid. Il aurait ainsi pu approcher les premiers cercles de l’entourage du monarque, s’assurer de solides soutiens et acquérir les moyens de ses ambitions. Fort de sa maîtrise des langues, nanti d’une expérience politique et administrative considérable, c’est l’histoire contemporaine qui l’occupe dès 1585. En 1589 paraît sous sa plume une histoire du règne de Marie Stuart3, très partisane, destinée à faire pièce à la très anti catholique Rerum Scoticarum Historia de Buchanan (Londres, 1582) où la reine catholique était peinte sous les traits d’un tyran4. Après le désastre de l’Invincible Armada, ce portrait à charge d’Élisabeth réaffirmait envers et contre tout le droit d’intervention de la monarchie catholique, le devoir des champions de l’Église romaine de libérer le peuple anglais de la tyrannie. Il réplique en 1591 à l’histoire du Portugal5 de Conestaggio6 dont il reprend l’essentiel en proposant cependant une interprétation qui légitime l’annexion du royaume par Philippe II. Une autre forme de service politique rendu à la monarchie a consisté à traduire en 1593 les auteurs « tacitistes » Giovanni Botero7 et Juan Tomás Minadoy8. A la demande du roi, il achève en 1596 une histoire des guerres de religion en France9. Comme l’atteste un document de l’Archivo General de Indias10, l’aptitude de Herrera à servir les intérêts de la couronne par l’écriture de l’histoire a justifié la charge de Cronista Mayor de Indias. Mais face à des rivaux tels qu’Esteban de Garibay et Lupercio Leonardo de Argensola, le succès n’était pas acquis d’avance, les deux hommes de lettres courtisans avaient eux aussi de puissants soutiens.

  • 11 Pour plus de précisions, voir R. KAGAN, op. cit., p. 243-244. Antonio de Herrera est intervenu cont (...)
  • 12 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Información en hecho y relación de lo que pasó a Milán, Madrid, 1 (...)
  • 13 Id., Comentario de las alteraciones de Flandes, Madrid, 1600.
  • 14 Id., Tratado, relación y discurso histórico de los movimientos de Aragón, Madrid, 1612.
  • 15 Id., Primera parte de las varias Epístolas, Discursos y Tractados de Antonio de Herrera a diversos (...)

2Le nouvel historiographe s’emploie alors à renforcer les prérogatives d’une charge que ses prédécesseurs, Arias de Loyola et López de Velasco, avaient relativement négligées. Face à Lope de Vega (La Dragontea) il fait réaffirmer le contrôle du discours historique ; une maladresse éditoriale de José de Acosta11 sera l’occasion d’un renforcement du contrôle, par le Conseil des Indes, de toute publication relevant de ses compétences. Antonio de Herrera y Tordesillas triomphe en 1598 lorsqu’il parvient à cumuler la prestigieuse charge de Cronista Mayor de Indias et celle de Cronista de Castilla. Les honneurs que ce succès comportait ne l’ont cependant pas détourné, comme tant d’autres avant lui, de la pratique historiographique : une histoire de Milan12, une histoire des Pays-Bas13 annoncent l’ambitieuse Historia general del mundo de XLVI del tiempo de Felipe II, el prudente, desde el año de 1554 hasta el de 1598 (Madrid, 1601) et l’entreprise de synthèse inédite que représente la Historia de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme del mar océano (Madrid, 1601-1615). L’historien officiel écrit sur l’Aragon14 et la Turquie et donne en outre régulièrement des avis politiques au risque de contrarier de puissants partis15. Antonio de Herrera y Tordesillas a travaillé à son Historia de Indias quinze années durant, dans des conditions au départ très favorables. Il ne s’est cependant pas contenté des honneurs et du prestige de sa charge et a illustré et promu l’historiographie espagnole de son temps, comme les Décadas de Indias en témoignent singulièrement.

La Historia general de los hechos de los castellanos, ou Décadas de Indias16

Illustrations

3Avant d’examiner l’organisation du récit historique, le découpage en chapitres, en livres et en unités supérieures de l’histoire américaine d’Antonio de Herrera y Tordesillas, il est utile de s’attarder sur un hors d’œuvre : les cartes incluses dans le corps de l’ouvrage ou en introduction de chacune des grandes unités que sont les Décadas. Dans le premier chapitre intitulé De la demarcación y división de las Indias occidentales, il est question de la « cuarta parte que hoy se cuenta del mundo ». Herrera la décrit comme la plus importante, à un point encore ignoré (« sin saber el fin »). Le chroniqueur annonce la description d’une quatrième partie du monde qui a causé à ses découvreurs « une très grande admiration ». Selon lui, la reconnaissance est le seul sentiment légitime que le monde devrait nourrir envers les Castillans, mais d’aussi vastes territoires suscitent immanquablement d’immenses convoitises.

4La conscience de cette émulation justifie vraisemblablement un choix éditorial. La première carte insérée en vis-à-vis de la description est des plus instructives. Aux deux côtés, gauche (ouest) et droit (est), du planisphère figurent respectivement la Chine et la Péninsule ibérique composée des royaumes de la monarchie catholique que le détroit de Gibraltar ne sépare guère de ses possessions d’Afrique occidentale. La grossièreté de la représentation suggère que la fonction de ce document est moins cartographique qu’idéologique. Le plus remarquable, c’est qu’aucune puissance territoriale européenne n’entre dans le cadre de ce planisphère, sinon justement la seule Péninsule ibérique. Le territoire administré par la Monarchie catholique apparaît ainsi comme la seule puissance européenne digne de figurer sur la présentation de l’entreprise de conquête, affaire des seuls Ibériques. Situé au centre, légèrement vers l’est, le continent américain est une terre insulaire très étendue, indiscutablement bornée par une « mer du sud », elle aussi dévolue à l’exploration et à la navigation des Castillans et Portugais. Et s’il en est ainsi, c’est bien sûr en vertu du droit supérieur, établi par les Bulles pontificales d’Alexandre VI. Sous le règne de Philippe III, il n’est pas inutile de raviver l’évidence. Au milieu de la représentation vague de cette mer du sud (l’Océan Pacifique), une légende explicite l’intention de ce document : « Entre los dos meridianos señalados, se contiene la navegación y descubrimiento que compete a los castellanos ». L’origine de cette « compétence » est implicite, si indiscutable qu’il n’y a pas lieu de la rappeler dans une légende. L’effet charismatique de la carte est double. La carte inspire d’une part l’omniprésence des Castillans d’est en ouest (la partie occidentale de l’Amérique, le Brésil, étant l’affaire d’autres Ibériques), de l’immense Nouvelle-Espagne au Pérou jusqu’aux Philippines et à la Chine où se voient bornés l’empire hispanique et toute velléité impériale européenne. Le planisphère suggère en outre une avance décourageante pour toute puissance rivale éventuellement irrespectueuse du droit pontifical. Le continent légitimement conquis est placé en position de gigantesque tête de pont d’éventuelles nouvelles découvertes dans le champ maritime des possibles castillans.

Composition

  • 17 Les Ásia de Ioam de Barros, dos feitos que os Portuguezes fizeram na conquista e descobrimento dos (...)
  • 18 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, p. 40: « En la quarta edad han escrito también el Tito (...)

5L’analyse d’un autre trait de composition révèle d’autres effets de la méthode d’exposition suivie par le chroniqueur des Indes. La Historia general de los hechos de los castellanos est souvent désignée par une métonymie commode, les Décadas, en référence justement à l’œuvre de Tite Live, l’historien de Rome. Tite Live est un modèle pour les humanistes Joan Lluis Vivès et Sebastián Fox Morcillo, pour les auteurs d’artes historicæ comme Luis Cabrera de Córdoba et pour Herrera lui-même, pour Juan de Mariana qui a inscrit son Historia general de España dans la ligne de la chronique alphonsine et de l'auteur romain des Ab urbe condita libri. Comme Tite Live s’y employa à propos de l’expansion de Rome, l’historien des Indes occidentales raconte la construction d’un empire depuis les origines, dans une œuvre de synthèse élaborée dans son cas à partir des chroniques et récits de voyages, conformément aux attentes de Philippe II stipulées dans les conditions d’attribution de la charge de cronista mayor de Indias. Une autre source d’inspiration, ou d’émulation mériterait d’être explorée, celle des Décadas da Asia de João de Barros (1496-1570)17, nommé par Herrera lui-même « el Titolibio de España » dans son Discurso sobre las Historias e Historiadores españoles18.

  • 19 Nous empruntons l’expression à Louise Bénat-Tachot et Bernard Lavallé qui l’estiment validée par l’ (...)

6Les Décadas ne correspondent pas à des unités de temps régulières. La première couvre la période qui va de la « découverte » en octobre 1492 jusqu’à mort de Bartolomé Colomb (1514). Elle embrasse donc une durée de plus de vingt ans. La deuxième achève le « cycle antillais »19. Les sept suivantes traitent de la conquête des terres fermes par périodes d’une durée moyenne de cinq années. Les décades de Herrera proposent donc un découpage temporel par unités raisonnables, qui répondent assez bien à la juste mesure entre la considération des temps et celle des faits telle que Fox Morcillo la proposait dans son Historiæ institutione dialogus :

  • 20 Antonio CORTIJO OCAÑA, Teoría de la historia y teoría política en Sebastián Fox Morcillo, Historiæ (...)

No será necesario describir anualmente los hechos, como ocurría en los Anales de los Pontífices Máximos, ya que rara vez ocurren a menudo en un solo año muchas cosas dignas de recuerdo. Y mucho menos, debido a esta razón, por meses y días […] que los tiempos sigan el modo de los hechos y no al contrario, como es claro en Livio, César […] que narran los hechos como si parecieran haber sucedido sin ninguna interrupción en el tiempo, y señálense ocasionalmente los tiempos20.

  • 21 S. FOX MORCILLO, Historiæ institutione dialogus, p. 221-222: « Por contra, en las crónicas y anales (...)

7Fox Morcillo voyait dans cette préférence accordée à la continuité du récit des faits, dont les dates sont incidemment précisées, la différence fondamentale entre la chronique et l’histoire « parfaite » dont il cherchait à fixer les normes21. Les Décadas III à VIII couvrent chacune en moyenne cinq années. Elles permettent à Herrera de consacrer un ou deux livres à chaque année, ce qui a pour effet de mettre en relief la densité des faits et gestes des Castillans, l’ampleur des événements que cette histoire générale rapporte. Le procédé est habile: malgré un choix formel raisonnable, la matière, c’est-à-dire les actes de bravoure innombrables, les exploits des acteurs de la conquête, la complexité des circonstances, en somme et la profusion de la geste accomplie obligent à déborder tout cadre d’exposition méthodique de l’œuvre impériale. Le récit d’un demi-siècle de conquête castillane du Nouveau Monde bouscule le cadre narratif traditionnel des plus grands modèles historiographiques.

L’espace-temps dans l’Histoire des Indes

8Dans ce sens, le caractère arbitraire des décadas permet d’articuler ou de réunir dans une même unité, réduite parfois à la dimension d’un seul livre, l’épopée accomplie à Trujillo par Hernán Cortés et les découvertes d’autres terres par Francisco Pizarro et Diego Almagro. Le lecteur découvre ainsi en quelques pages la lettre que Cortès reçoit de Charles Quint, où l’Empereur annonce la bonne nouvelle de ses noces, une nouvelle qui satisfait aux attentes vivement exprimées par les procuradores du royaume de Castille aux Cortes de Tolède. Et le lecteur imagine la correspondance entre le suzerain et le conquistador (« lo escribió desde Toledo, a diecisiete de noviembre de este año ») juste avant de prendre connaissance, quelques lignes plus loin, de la « grande constance » de Francisco Pizarro dans ses découvertes. Ce n’est qu’un exemple, parmi d’autres, d’un procédé d’exposition continu des liens légaux, affectifs ou symboliques entre la Couronne, le royaume péninsulaire et les acteurs de l’entreprise impériale. Les exemples sont nombreux. Le livre VII de la dernière década commence par la « pacification » de Cuzco par Alonso de Alvarado (1551) ; c’est ensuite la fin de l’épopée chilienne de Pedro de Valdivia et la geste du chef mapuche Lautaro, malgré d’importantes imprécisions chronologiques, qui occupent le récit. Mais surtout ce chapitre intègre en outre la relation de la nomination de Luis de Velasco comme vice-roi de la Nouvelle Espagne. Luis de Velasco, présenté par Herrera comme l’exemple achevé du bon gouverneur, soucieux d’équité fiscale et d’égalité juridique entre colons et autochtones, éducateur et promoteur des sciences, était chargé par le roi, de démontrer que les Audiencias avaient été instituées « a imitación de las Chancillerías Reales de Castilla ». Le vice-roi Luis de Velasco estimait devoir exiger que les audiencias rendissent la justice au moins aussi bien que leurs homologues métropolitaines afin si possible de les dépasser en réputation.

9En somme, pour ce qui concerne l’agencement du récit, le traitement synchronique de l’histoire des Indes sur toute une année dans le livre VII corrobore l’insistance sur la volonté politique de la Couronne ; il s’agit non seulement d’exalter le zèle de l’action coloniale mais encore de célébrer l’harmonie de cette action dans tout l’espace impérial. La mise en scène d’une action aussi rigoureusement conforme aux Bulles du pape Alexandre VI (1493) dans des espaces pourtant si divers offrait le panorama synoptique d’une mission scrupuleusement remplie.

  • 22 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, III, « Sobre las Historias e Historiadores Españoles » (...)

10La formule d’un récit chronologique où se trouvent rassemblés dans les mêmes unités de rédaction des événements géographiquement indépendants mais présentés comme solidaires d’un projet de conquête cohérent avait été éprouvée avec succès par Juan de Mariana, pour qui Herrera ne cachait pas son admiration22. Le contraste était en effet évident entre la réception de l’histoire du père jésuite, qui fut triomphale, et l’échec relatif d’Esteban de Garibay, qui n’avait nullement démérité, mais dont le choix d’une histoire péninsulaire cloisonnée par royaumes n’avait guère séduit. La représentation d’un espace occupé sur tous les fronts et harmonieusement administrés s’accompagne par ailleurs dans la Historia de las Indias d’Antonio de Herrera d’une option méthodologique innovante au regard de l’histoire de Mariana: plusieurs chapitres essentiellement documentaires sont insérés dans la trame du récit afin de fournir des preuves difficilement réfutables du zèle de la monarchie dans l’administration des territoires progressivement conquis. Herrera construit ainsi une narration preuve à l’appui. Le chapitre XVI du livre VI de la première década rapporte par exemple l’effet produit par la nouvelle de la mort de la reine Isabelle sur le traitement des Indiens par les colons. Ce récit permet d’illustrer combien la justice de l’administration dépend du rapport à la source monarchique du pouvoir, combien elle peut s’affaiblir précisément lorsque la Couronne est en difficulté. Le chapitre XII du livre IV, intitulé De las órdenes que se dieron a Nicolás Ovando résume les instructions reçues de la Couronne par le gouverneur et le chapitre V du livre VII de la septième décade reproduit les Leyes de Indias de 1543. Les chapitres suivants relatent les conditions de la publication de cette nouvelle législation et Herrera présente les « visitadores » chargés de les mettre en application à Saint-Domingue (Miguel Díaz de Armendáriz) et en Nouvelle-Espagne (Francisco Tello de Sandoval). Aux chapitres IX-XI, Herrera rapporte enfin le sentiment des encomenderos et la médiation de Vaca de Castro.

11Dans une lettre adressée à Philippe III, le chroniqueur des Indes expose explicitement son intention:

  • 23 Lettre du 6 novembre 1601, citée par R. KAGAN, op. cit., p. 252, Archivo de los Condes de Puñonrost (...)

El principal intento que se ha llevado en la Historia general de Indias que se mandó escribir fue mostrar el intento y cuidado que los Católicos Reyes nuestros antecesores y Vuestra Alteza han tenido y tienen de cumplir con la bula del Pontífice y assentar la policia espiritual y temporal con toda piedad con grandísimo gasto de la real hacienda y trabajo de sus consejos para quitar el engaño que las naciones extranjeras tienen de que no se ha atendido sino a disfrutar de las Indias23.

12Proclamer la présence des Castillans sur les plus divers fronts géographiques et conformément à la mission évangélisatrice confiée à leur prince est bien l’objectif déclaré de l’historiographe des Indes. Il est à situer dans le contexte de rivalité croissante entre les puissances coloniales montantes, la France et l’Angleterre. Pour défendre sa propre projection coloniale, l’Angleterre arguait en effet de l’existence de terræ nullius, de terres sans maître ; l’histoire officielle d’Antonio de Herrera y Tordesillas entend en revanche graver dans les esprits la possession en droit mais surtout l’occupation de fait des Indes occidentales par les sujets de la monarchie catholique. Et cette omniprésence doit être légitime, c’est-à-dire conforme au seul droit supérieur concevable dans le concert des puissances, celui établi par le chef spirituel traditionnel de la chrétienté. Que l’Angleterre ou la France ne le reconnaissent pas ou tergiversent, que les puissances rivales aient intérêt à dérégler l’ordre mondial est une chose, que les Castillans renoncent à leur mission en serait une autre.

  • 24 Voir A. de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, III, p. 37-38 : « La quarta edad comenzó desde que ech (...)

13A l’époque où Herrera rédige son histoire, depuis le début du règne de Philippe III, la monarchie doit contrer les nombreuses attaques idéologiques, tenter de ralentir la forge implacable de la « légende noire », selon les termes de cette production pamphlétaire et historiographique par lesquels on désigne aujourd’hui l’entreprise de dénigrement de l’Espagne menée dès la fin du XVIe siècle par les puissances rivales. Notre historiographe évoque par euphémisme « el engaño de las naciones extranjeras » au sujet de la politique coloniale de la monarchie catholique. Contre la légende noire, Herrera recourt à la légende dorée. Dans la veine du De monarchia de Dante, le Discurso sobre las Historias e Historiadores españoles n’est qu’un exemple parmi les écrits du chroniqueur des Indes qui exaltent la geste de la conquête américaine, attribuant aux Castillans des mérites de constance et de courage sans précédents24.

­Cosas dignas y hechos memorables

  • 25 Ce principe est énoncé par l’humaniste dans Joan Lluis VIVES, De arte dicendi (Arte de hablar), 3, (...)

14Antonio de Herrera n’a pas choisi de taire les forfaits et exactions des conquérants. Il s’est sur ce point écarté des recommandations de Sebastián Fox Morcillo qui rédigea son De Historiæ institutione dialogus peu de temps après les débats qui opposèrent Las Casas et Sepúlveda sur la légitimité de la conquête. Fox Morcillo conseillait aux historiens de ne pas insister sur les crimes les plus vils au nom de la fonction éducative de la lecture de l’histoire, afin de ne pas corrompre la jeunesse. Herrera aurait pu suivre ce conseil par crainte de donner du grain à moudre aux puissances étrangères avides des témoignages du défenseur des Indiens. C’est cependant selon un principe emprunté par Vivès25 à Tite Live que Herrera assume au contraire les crimes de la conquête et de l’exploitation coloniale. Comme en témoigne cette remarquable digression méthodique, exceptionnellement longue, au tout début de la septième década, il n’élude pas les aspects les plus réprouvables de la guerre :

  • 26 A. de HERRERA y TORDESILLAS, Historia general de los hechos…, Década Séptima, Libro Io, cap. I, p 9

Yo quisisera que esta historia pudiera tratar de batallas de poder a poder presas de fortalezas y ciudades, estratagemas y muchos de los hechos militares que suceden en justas guerras, como los que ordinariamente se ven en Europa, porque como éstos deleitan y dan gusto, fuera mejor admitida y recebida de lo que será, viendo en ella tantas deslealtades, desobediencias, crueles homicidios con infinitos robos y otros delitos ; que aunque la memoria de ellos aprovecha para que aborreciendo la posteridad la infamia que se sigue de tales obras, se incline a la fidelidad, a la constancia, a la fortaleza y a las demás virtudes que hacen al hombre glorioso, y aunque se habrán de referir casos varios y atroces […]26.

15L’irruption, assez rare, du « je » de l’historien, d’un narrateur s’excusant de devoir rapporter une matière dont la dignité fait alors débat, relève bien sûr de la rhétorique de la captatio benevolentiæ. Mais l’historien est sans doute très conscient de l’aspect méthodique et idéologique de son choix. Les forfaits, il les impute à des responsabilités individuelles (d’où l’emploi d’un singulier collectif, « el hombre », inhabituel à cette époque). Les crimes et les désordres sont donc le fait d’individus ou de dérives locales déplorables, ô combien condamnables, que le tribunal de l’histoire, celui que la monarchie elle-même encourage, ne saurait laisser dans l’oubli. Et Herrera de s’étendre sur le tort causé à la république et à l’empire dans son ensemble par ces « casos varios y atroces » autant de mauvais exemples :

  • 27 Ibid.

 […] Discordias y civiles sediciones, adonde aparecerán dos Lugartenientes Reales presos y privados de su autoridad ; los Tribunales Ministros y Oficiales de la corona aniquilados, con la Real jurisdicción, y la justicia oprimida y usurpada ; cinco guerras civiles, los hombres embrabecidos unos contra otros con inhumana ferocidad […]27.

16Non moins habile, pour la défense de la monarchie, est la proclamation finale d’une liberté d’expression à l’image d’un Joan Lluis Vivès ou d’un Juan de Mariana :

  • 28 Ibid.

 […] Para ello, me da mucho ánimo que escribo en tiempo tan felice, que se puede sentir y decir lo que se quiera con toda libertad, como lo pide la historia, espejo de verdad y madre de sabiduría28.

17Le théâtre historique conçu par Herrera, en des temps d’épanouissement de l’art de dire la vérité, publiera donc les crimes commis par certains Castillans, afin que brille par contraste la valeur des plus méritants d’entre eux, la noblesse de ceux qu’il convient d’encourager à poursuivre l’œuvre providentielle. Le souci, constamment manifesté par la Couronne, d’une administration aussi juste que l’autorisaient la distance et le relâchement des liens de fidélité entre le monarque et les agents des premiers temps de la conquête n’en sera que rehaussé. Certes Herrera atténue la cruauté de Cortès en responsabilisant ses lieutenants indisciplinés, afin sans doute de magnifier l’action des grands capitaines dont il sait combien le nom doit demeurer emblématique de l’engagement de toute une « nation ». Le chroniqueur des Indes n’omet pas non plus d’insérer dans la narration les instructions royales qui traduisent les efforts de la monarchie pour imposer dans les colonies un meilleur traitement des Indiens, en limitant les abus ou la durée de l’encomienda par exemple. Herrera absout ainsi la Couronne des crimes de ses sujets. Il reste qu’une part importante de son histoire reprend les récits de Las Casas. Et si un historiographe officiel ne saurait chercher à prolonger le jugement révolté et radical du père dominicain, le jugement d’Antonio de Herrera y Tordesillas se situe cependant à mi-chemin entre la dénonciation des abus de la colonisation et la défense et illustration de la légitimité de l’empire espagnol. L’histoire des Indes occidentales tire toute sa force d’un point de vue de surplomb monarchique clairement assumé et de son exposé toujours dialectique de la volonté souveraine et des faiblesses trop humaines des agents locaux de la colonisation. Théâtre tout humain d’une volonté souveraine conforme à la mission confiée à la monarchie catholique par le vicaire du Christ, l’espace américain est certes fait de contrastes. Mais celui du passage de l’ignorance du vrai Dieu aux lumières de l’évangélisation, de l’instruction et du travail n’est pas le moins grandiose. Depuis le point de vue de surplomb dialectique de notre historiographe tacitiste, si la fin ne justifie pas les moyens, du moins le bilan de la conquête et la première étape de la colonisation font-ils honneur à la mission confiée par le chef de l’Eglise romaine à la monarchie catholique, et en son sein, aux valeureux Castillans.

Haut de page

Notes

1 Prudencio de SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, 1, cap. 31, p. 355-358 (Biblioteca digital Moratín). Le récit de l’exécution du procurador Rodrigo de Tordesillas, et non plus Juan ou Antonio comme le prénommait Prudencio de Sandoval, est repris et précisé par Diego de COLMENARES, Historia de la insigne ciudad de Segovia,Ségovie, 1637, cap. 37 (Años 1517-1520. Venida del rey don Carlos primero a España. Electo emperador vuelve a Alemania. Alboroto de las comunidades de Castilla. Muerte del regidor Rodrigo de Tordesillas. Venida del alcalde Ronquillo contra Segovia). Voir en particulier les paragraphes 10-12.

2 Voir Nicolás ANTONIO, Bibliotheca Hispana Nova, 1, p. 128.

3 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia de lo sucedido en Escocia y Inglaterra, en treinta y cuatro años en que vivió María Estuardo, reyna de Escocia, Madrid, 1589.

4 Dans le prologue, il qualifie Buchanan de « grandísimo hereje y el más falso y mentiroso historiador del mundo ». Herrera surenchérit et Elisabeth devient sous sa plume un monstre semblable à Diomède, le roi de Thrace détrôné par Hercule ; Philippe II était bien sûr pressenti pour réincarner le demi-dieu.

5 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Cinco libros de la historia de Portugal y la conquista de las islas de los Azores, Madrid, 1591.

6 Girolamo FRANCHI di CONESTAGGIO, Dell’unione del regno di Portugallo alla corona di Castiglia, Génova, 1585. Sur cet auteur, voir Giaccinto MANUPPELLA, « Girolamo de Franci Conestaggio », Miscelânea de estudios em honra do Prof. Hernani Cidade, Lisbonne : Universidade de Lisboa, 1957, p. 216-287.

7 Giovanni BOTERO, Diez libros de la Razón de Estado. Con tres libros las causas de la grandeza, y magnificiencia de las ciudades de Juan Botero. Traducido de Italiano en castellano, por mandato del Rey nuestro señor, por Antonio de Herrera su criado, Luys Sanchez, Madrid, Año MDXCIII (BNE. R/25983).

8 Juan Tomás MINADOY, Historia de la guerra de turcos y persanos escrita […] en quatro libros, comenzando el año 1585, Madrid, 1588.

9 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia de los sucesos de Francia desde 1585, que comenzó la liga católica, hasta el fin de 1594, Madrid, 1598.

10 Richard KAGAN, Los cronistas y la Corona,p. 201, cite le rapport sur Herrera fourni au roi pour lui permettre de choisir son « cronista mayor », c’est-à-dire l’historien qui bénéficierait du prestigieux titre et d’une rente de 400 ducats. Daté du 12 février 1596, le document conservé à l’Archivo General de Indias (IG, leg. 743, fol. 209) souligne les mérites du chroniqueur pressenti : « Tradujo la historia de Persia y compuso la de Escocia y tradujo lo que escribieron los católicos ingleses a los franceses el azote de los politicos y el cerco de París; la Razón de Estado; compuso la historia de Portugal y tiene escrita otra general de 27 años de su tiempo que se está examinando por orden del Consejo de Castilla y se entiende que acabado de escribir los tumultos de Francia desde el año de 1585 hasta fin de 1594 provando que VM se movió a ayudar a los católicos sólo por el zelo de la fe ».

11 Pour plus de précisions, voir R. KAGAN, op. cit., p. 243-244. Antonio de Herrera est intervenu contre la vente « illégale » de La Dragontea où Lope de Vega exposait une version erronée de l’attaque de Portobelo par Francis Drake. Un rapport de 1597 rappelle qu’aucun texte concernant l’Amérique ne devait être publié sans être auparavant soumis à la lecture du cronista mayor de Indias. Le jésuite José de Acosta avait par ailleurs pu publier à Valencia en 1590 son Historia natural y moral de las Indias grâce à une licence du Conseil de Castille. En 1599 Herrera s’appuie sur le précédent du poème de Lope de Vega pour obtenir de Philippe III un renforcement de la législation. Le Conseil des Indes aura désormais un droit de regard sur toute œuvre traitant de l’Amérique espagnole.

12 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Información en hecho y relación de lo que pasó a Milán, Madrid, 1598.

13 Id., Comentario de las alteraciones de Flandes, Madrid, 1600.

14 Id., Tratado, relación y discurso histórico de los movimientos de Aragón, Madrid, 1612.

15 Id., Primera parte de las varias Epístolas, Discursos y Tractados de Antonio de Herrera a diversos claros varones, las cuales contienen muchas materias utiles para el govierno político y milita. Con un elogio de la vida y hechos de el Lizdo. Xptoval Vaca de Castro del Consejo Supremo y Gobernador de los Reynos del Pirú,BNE, Mss., n° 3011. Il existe une sélection éditée sous le titre de Discursos morales, políticos e históricos inéditos de Don Antonio de Herrera y Tordesillas, cronista del Rey Don Felipe Segundo, autor de las Décadas de Indias, y de otras muchas obras, par Juan Antonio de Zamácola, Madrid : Imprenta de Ruiz, 1804. Ces textes sont des documents précieux qui informent sur la théorie historiographique de Herrera, sur sa conception du devenir historique et sur de nombreuses questions politiques contemporaines et l’importante activité courtisane de l’historiographe auprès des grands seigneurs de la monarchie. Pour plus de détails voir : Renaud MALAVIALLE, L’essor de la pensée historique au siècle d’Or, de Joan Lluis Vivès à Antonio de Herrera y Tordesillas, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Provence, Aix-Marseille, sous la direction de Jean-Michel Laspéras, le 12 décembre 2003. Richard Kagan prépare par ailleurs une monographie sur le procès qui a opposé le comte de Puñonrostro.

16 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firma del mar océano, edición y estudio de Mariano Cuesta Domingo, Madrid : Universidad Complutense, 1991, 4 t.

17 Les Ásia de Ioam de Barros, dos feitos que os Portuguezes fizeram na conquista e descobrimento dos mares e terras do Oriente, Lisboa, 1553-1563, ont été continuées (1615) par Diogo do Couto. Il existe une version numérique publiée à partir d’une édition de 1777-1778 par la Biblioteca Nacional (digital) de Portugal, accessible en ligne : http://purl.pt/7030.

18 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, p. 40: « En la quarta edad han escrito también el Titolibio de España, que es Juan de Barros ». La brièveté de la référence à un auteur paré d’un tel titre mériterait réflexion.

19 Nous empruntons l’expression à Louise Bénat-Tachot et Bernard Lavallé qui l’estiment validée par l’historiographie actuelle.

20 Antonio CORTIJO OCAÑA, Teoría de la historia y teoría política en Sebastián Fox Morcillo, Historiæ institutione dialogus (Amberes, 1557), Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá, 2000, « Cómo se han de señalar los tiempos en la historia », p. 221.

21 S. FOX MORCILLO, Historiæ institutione dialogus, p. 221-222: « Por contra, en las crónicas y anales se refieren los hechos según los tiempos particulares, conservando su curso y serie, pero los tiempos se acomodan lo mínimo a los hechos, como ocurre en la historia ».

22 Antonio de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, III, « Sobre las Historias e Historiadores Españoles », p. 34-42 : « Iguala curiosamente los años de los árabes con los nuestros ». Antonio de Herrera y Tordesillas loue dans l’œuvre de Juan Mariana l’effort pour parvenir à un récit continu et équilibré de l’histoire d’Espagne ; à ce sujet, voir R. MALAVIALLE, « L’histoire et le roi dans la monarchie catholique : une refondation humaniste par le jésuite Juan de Mariana », in : Georges MARTIN, Araceli GUILLAUME-ALONSO et Jean-Paul DUVIOLS (dir.), Le monde hispanique, histoire des fondations, Hommage au professeur Annie Molinié-Bertrand, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne (Iberica), 25, 2012, p. 85-100.

23 Lettre du 6 novembre 1601, citée par R. KAGAN, op. cit., p. 252, Archivo de los Condes de Puñonrostro, Madrid, caja 91.

24 Voir A. de HERRERA y TORDESILLAS, Discursos, III, p. 37-38 : « La quarta edad comenzó desde que echado de España el mahometismo, fue esta nación gloriosamente dilatando su Imperio en Europa, en Africa, y en las regiones occidentales y orientales con trabajos, quales ninguna otra pudiera sufrir ni continuar con tanta constancia », Discours dédié à Diego Sarmiento de Acuña (1567-1626), premier comte de Gondomar, alors ambassadeur d’Espagne en Angleterre. Dans un autre texte intitulé Discurso y tratado que la felicísima Monarquía castellana fue acrecentando su Imperio por los mismos modos que la República Romana, op. cit., 12, p. 203, dédié à Juan de Acuña (1543-1615), premier marquis de Vallecerrato nommé président du Conseil des Indes en 1609, Herrera avait donné semblablement le ton de sa vision patriotique de l’histoire : « Limpiada España de los Moros, y desembarazada la Corona Real de esta larga e importuna guerra, aconteció a España lo que a los Romanos, porque pasando las armas en África y en algunas partes de Europa, gloriosamente fue militando por la grandeza de la Corona y la honra de la nación, especialmente en las regiones occidentales, descubriendo y adquiriendo inmensas tierras nunca vistas ni conocidas, sin gasto del patrimonio Real, y con gran aumento de la Santa Fe Católica… ». Il s’agissait dans ce premier texte de valoriser l’entreprise individuelle au service de la monarchie catholique mais la rhétorique de l’épopée castillane est récurrente.

25 Ce principe est énoncé par l’humaniste dans Joan Lluis VIVES, De arte dicendi (Arte de hablar), 3, cap. 3 (De historia) : « a fin de que, como dice Tito Livio, sigamos lo que es mejor hacer y evitemos lo que es torcido ».

26 A. de HERRERA y TORDESILLAS, Historia general de los hechos…, Década Séptima, Libro Io, cap. I, p 9.

27 Ibid.

28 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « La geste castillane et la construction de l’espace impérial hispanique dans la Historia de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra firme del mar océano d’Antonio de Herrera y Tordesillas (1549-1625) », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21948 ; DOI : 10.4000/e-spania.21948

Haut de page

Auteur

Renaud Malavialle

Université de Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org