Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

La Catalogne de Ponz, de Young et de Zamora : l’utopie agropastorale et du travail, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle

Pablo F. Luna

Résumés

Nous avons voulu comparer trois approches de voyageurs de la fin de la période moderne. Ils observent l’espace, le territoire, l’articulation économique, la configuration sociétale et le peuplement de la Catalunya espagnole. Dans leur écriture et dans la synthèse de leurs réflexions, Ponz, Young et Zamora produisent une image et une « notion » de l’ensemble catalan. Leur récit nous fournit les matériaux d’écriture des espaces et d’écriture de l’histoire, dans un moment singulier de l’évolution espagnole.
Le résultat de l’exercice nous place vraisemblablement aux origines de l’image positive du fait catalan contemporain : une puissance économique « régionale » qui fait ses preuves et qui s’appuie sur des atouts anciens. Une population grandissante, appliquée au travail et d’un dynamisme visible. Une vitalité marchande d’un réseau étendu, y compris du point de vue sociologique. Une campagne bien dotée en ressources, qui accueille une agriculture et une société rurale équilibrées, comparées à d’autres campagnes espagnoles. Un espace différent, spécifique — avec une langue et une originalité culturelle — et qui pourtant, sans grande difficulté, s’insère dans la réalité espagnole. La résonnance actuelle d’une telle image n’est pas sans nous donner à réfléchir.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cette communication, nous avons souhaité comparer trois récits et trois approches de voyageurs de la fin de la période moderne, qui observent – dans la conjoncture mais aussi dans la moyenne durée –, l’espace, le territoire, l’articulation économique, ainsi que la configuration sociologique et de peuplement qui sont particuliers à la Catalogne espagnole, au cours du dernier tiers du XVIIIe siècle.

2Dans l’écriture de leur expérience et dans la synthèse de leurs réflexions, ces voyageurs produisent une image et déjà (presque) une « notion » de l’ensemble catalan contemporain. La reconstitution d’un tel corpus raisonné, où les idées, les savoirs préalables et les a priori sont confrontés à la réalité (ou du moins à la compréhension qu’elle induit chez nos observateurs), nous a fourni les matériaux concrets (des constats, des désenchantements, des certitudes ou des doutes) qui, dans le cadre de ce colloque sur l’écriture des espaces et l’écriture de l’histoire, nous permettent d’éclairer avec une étude de cas la problématique générale posée et d’alimenter ainsi la discussion.

3Notre communication, qui a donc une portée réduite et limitée, bien que relativement ciblée – tel que nous venons de le préciser –, se penche ainsi, tout naturellement, sur les lieux (communs et plus originaux) et sur les paradigmes de référence de la Catalogne espagnole, à la fin de l’Ancien régime, dans un moment particulier de l’évolution de l’ensemble espagnol et de la place occupée par cette fraction orientale de sa « constitution » naturelle – en employant le vocabulaire organiciste qui était encore en vigueur à l’époque, avant l’émergence des tendances centrifuges du XIXe siècle.

La terre et le paradis

  • 1 Nous empruntons la formule forgée par Pierre Vilar, qu’il a souvent employée pour ce genre d’approc (...)
  • 2 La bibliographie sur les mondes idylliques ou paradisiaques et sur les utopies laïques ou religieus (...)

4Auparavant, nous aimerions situer le cadre général où se place notre exercice. Il est un fait relativement commun, connu et récurrent, qu’il convient toutefois de rappeler : il y a eu souvent – et pas seulement durant l’histoire moderne –, des moments, des conjonctures mentales ou intellectuelles1, où le voyage et l’écriture, ou la chronique et le récit, ont forgé des visions sublimées du monde réel – plus ou moins étendu –, en allant même vers le paradisiaque ou vers le merveilleux, jusqu’à la formation des représentations mentales, parfois idylliques, des contrées observées – généralement à la suite des découvertes ou des redécouvertes. Il a alors été question de pays de cocagne, d’édens sur terre, de saints jardins, ou d’endroits où le rêve serait tout simplement devenu réalité. Et ceci en composant des images (ou en les inventant de toutes pièces), qui n’ont pas toutes été frappées du sceau du sacré, ou du religieux2.

5Hormis les hiérophanies et la recherche des espaces du monde réel où le divin et le surnaturel se seraient cristallisés et révélés – pour le rachat des mortels et le salut des pécheurs –, de telles représentations ont souvent concerné un territoire, un groupe humain, un peuple, une culture, une manière de vivre et d’organiser l’espace du social et du public ; parfois même, la façon dont l’Etat (ou une forme étatique spécifique) est parvenu à imposer un consensus accepté parce qu’utile ou parce qu’indispensable. Au fur et à mesure du « travail » effectué par le mental et par l’esprit, mais aussi par l’ampleur des superlatifs et par le commerce entre les hommes (et celui de leur imagination), le récit a fini par imputer sur cet espace du réel les vertus ou les valeurs que l’on souhaitait voir réunis et « concrétisés » dans le monde des vivants. Des valeurs et des paradigmes qui n’ont pas toujours été les mêmes, et c’est bien ce qui aide à détecter et à profiler encore mieux les conjonctures mentales ou intellectuelles invoquées.

6Sans remonter aux temps plus anciens (aux républiques platoniciennes), ou même à la période médiévale (très riche en imaginaires paradisiaques), il est possible d’affirmer que depuis le début de la Renaissance, sur plusieurs espaces et moments, de tels phénomènes de cristallisation de paradigmes se sont nettement manifestés. Et ceci, avec ces espaces européens qui, de Flandres en Calabre, de Germanie en Lusitanie – et pour des raisons différentes –, ont également relevé, tout au long de la période moderne de la description sublimée, des lieux admirables, des espaces labourés avec intelligence et d’une manière harmonieuse, du progrès matériel d’une agriculture prospère et technique, ou de la nature paisible ou du sens de la justice (ou de la bravoure) de leurs habitants.

7Des valeurs ou des repères qui ont souvent été la contrepartie mentale – comme une image inversée ou une fausse image –, des crises de subsistance, des épidémies meurtrières, des pestes, des guerres destructrices – parfois des rébellions paysannes contre les injustices ou pour la liberté ; en somme, l’antithèse ou la négation de ces faits vécus qui ont jalonné le véritable monde du réel.

  • 3 Pour observer l’itinéraire et la chronologie de recherche des conquistadores européens du XVIe sièc (...)

8Depuis sa découverte (ou sa redécouverte), l’Amérique du XVIe siècle et certains de ses territoires ont également été quelques-uns de ces lieux merveilleux, pour des conquistadors ou des chroniqueurs, pour des religieux en quête de certitude ou pour des chercheurs de ressources spirituelles nouvelles, étonnés d’avoir rencontré des civilisations jusqu’alors inconnues et d’une certaine façon très différentes. Des découvreurs qui ne se sont pas contentés de refonder des « nouvelles » Espagne, France ou Angleterre (voire, de nouvelles petites patries localisées), mais qui ont pu également éprouver l’envie de refonder l’humanité toute entière et de donner vie à une nouvelle chrétienté, plus pure, plus sincère ou plus proche des écritures sacrées3.

9Dans les limites de cette communication, nous ne pouvons examiner ni le contenu ni le contexte de tous ces oasis paradisiaques et jardins de merveilles. Ce n’est pas non plus notre objectif. Nous n’allons pas évoquer ni l’île d’Utopie de Thomas More, le contre-exemple de l’Angleterre des paysans dépossédés de leurs terres par la pratique étendue des enclosures ; ni l’Abbaye de Thélème de Rabelais, le théâtre d’une vie collective fondée sur la volonté générale ; ni la Nouvelle Atlantide de Francis Bacon, l’exemple de cité gouvernée par des philosophes et des savants ; ni les « solariens » de Tommasso Campanella de la Cité du soleil, qui étaient des êtres humains rationnellement commandés, soumis aux ordres d’un métaphysicien et encadrés par une économie planifiée.

10Nous n’allons pas rappeler non plus les récits des chroniqueurs de la conquête et de la découverte américaines, où transparaît avec une grande clarté leur émerveillement et leur trouble devant les cités, les mœurs et les connaissances des Mayas, des Aztèques ou des Incas. Ou les Flandres chiliennes – puisqu’il en fallait aussi là-bas –, ou les Angelopolis néo-espagnoles, ou les Jauja péruviennes et du Rio de la Plata, ou les « républiques » guaranies idéalisées, que les jésuites avaient commencé à organiser dès le début du XVIIe siècle aux confins du Paraguay et dans d’autres territoires de l’Amérique espagnole.

11En fait, nous voudrions nous concentrer sur le XVIIIe  siècle péninsulaire espagnol, en particulier dans sa seconde moitié, où il y a eu également l’éclosion et l’identification (selon des valeurs et des aspirations qui se sont lentement confirmées), des territoires, des peuples ou des sociétés qui ont semblé réunir et porter les qualités recherchées, demandées ou nécessitées, selon les besoins et l’évolution mentale des moments.

  • 4 La question a été examinée en particulier pour la littérature produite par les voyageurs britanniqu (...)

12Un espace espagnol qui a occupé une place particulière (et changeante) dans les frontières imaginaires dressées par les milieux intellectuels de la période moderne européenne, bien que situé – en particulier, après le milieu du XVIIe siècle –, dans les marges et à la périphérie, dans le déclin après la splendeur, dans les confins des mondes policés et dans l’ailleurs de soi-même ; dans ce qui est demeuré intermédiaire entre le présent et le passé, entre le progrès et l’arriération, entre la civilisation et la barbarie4.

13Un territoire espagnol qui, observé à partir d’un « centre » franco-britannico-néerlandais (à savoir, l’origine géographique du plus grand nombre des voyageurs étrangers qui faisaient le déplacement en Espagne), était porteur – dans sa diversité géographique et culturelle – tantôt d’un exotisme de proximité (une sorte d’extrême-occident à portée de la main, somme toute assez « oriental »), tantôt d’un traditionalisme désuet (ou arriéré) non dépourvu toutefois de charme, tantôt d’une nature parfois sauvage, assurément violente, chaude et passionnelle, voire « africaine ».

  • 5 Le recueil de José García Mercadal, Viajes de extranjeros por España y Portugal, Madrid : Aguilar, (...)
  • 6 Edith Helman dit adroitement que le voyage des Espagnols eux-mêmes à travers leur propre pays est u (...)

14Mais il n’est pas inutile de rappeler que si les voyageurs étrangers qui parcouraient le territoire espagnol devenaient de plus en plus nombreux, au cours de la seconde moitié du XVIIIe  siècle5, ce furent également les Espagnols eux-mêmes qui, frappés par la curiosité ou par l’envie de découvrir (ou de redécouvrir) leur espace, leur culture et les traces de leur passé, entreprirent eux aussi le « voyage en Espagne »6. Et pas seulement pour imiter l’étranger ou comme un « effet de mode » ; la revalorisation de son propre patrimoine culturel ne devait pas rester l’apanage des seuls voyageurs étrangers. Même si l’intérêt contemporain de la bibliographie a davantage ciblé le récit des voyageurs étrangers et leurs impressions et représentations.

  • 7 Hormis ses propositions réformatrices et sa lucidité sur les problèmes de l’Espagne de son époque, (...)

15Confrontés à la variété espagnole – visible également au XVIIIe siècle –, nous aurions pu nous arrêter, par exemple, sur les Asturies de Gaspar de Jovellanos et d’autres hommes éclairés asturiens7. Leur région, en dépit du sobriquet qui lui avait été imputé, de « Sibérie espagnole » – ou peut-être à cause de cela –, était progressivement devenue une source d’inspiration et un espace idéalisé.

16Et ceci, de par ses richesses naturelles (tout autant prétendues que réelles), de par la beauté du paysage (dans une diversité originale), de par les relations pacifiées et raisonnables (présumées ou effectives) entre les groupes sociaux asturiens, avec une mise en relief des qualités de la noblesse locale (de celle qui aurait gardé un certain nombre de ses « propres valeurs »), dans un territoire où presque tout le monde était hidalgo ou petit noble. Il arrive très souvent, dans ces cas-là, que l’important ne soit pas le réel mais le regard que l’on y porte et la manière dont on l’adapte à l’imaginaire souhaité.

17Mais il serait possible de dire que c’est plutôt facile lorsque des Asturiens parlent des Asturies, quand les « caballeritos de Azkoitia » parlent du Guipuzcoa et du Pays basque, lorsque des Galiciens parlent de la Galice (une « terre choisie » par l’apôtre Saint-Jacques, où il est devenu un simple soldat galicien, un combattant), ou quand des Valenciens parlent de Valence.

18En fait, nous avons choisi un espace de la Péninsule ibérique qui n’a pas seulement été observé, décrit, décortiqué, vanté ou sublimé par ses propres indigènes, mais un « pays » visité par des nombreux étrangers (y compris par d’autres Espagnols). Si le récit élaboré par ces voyageurs n’est pas exceptionnel du point de vue des préjugés qui caractérisent une telle littérature d’époque, il enregistre au moins avec clarté la perception positive et favorable suscitée par l’évolution de ce que l’on peut déjà appeler le « fait catalan » moderne et contemporain.

Le voyage en Catalogne

19En fait, dès le second tiers du XVIIIe siècle – à partir du moment où l’on constate la certitude d’un redressement démographique et économique de moyenne durée –, la Catalogne est devenue un territoire admirable, avec un peuple admirable et avec une société qui par certains aspects était également admirable.

20Les voyageurs et les observateurs, péninsulaires ou européens, de plus en plus nombreux, ont dressé le portrait flatteur d’un espace qu’ils ont volontiers associé aux valeurs particulières d’un siècle où l’on observe pour ressentir, où l’on voyage pour connaître et pour qualifier – en s’appuyant sur les faits et sur l’expérience concrète – ; où l’on quantifie afin d’évaluer – en essayant de produire des jugements fondés – ; où l’on mesure pour comparer – en uniformisant les unités de valeur et de calcul – ; où l’on classe pour donner en exemple – à la recherche d’une plus grande efficacité et rationalité, même si on ignore encore la notion contemporaine de productivité. Ces voyageurs ont trouvé en Catalogne ce qu’ils avaient envie de voir ; ce qu’ils identifiaient volontiers à l’idée du progrès. Ce n’est pas de leur faire grief que d’affirmer que leur perception élève la réalité qu’ils voient (ou qu’ils veulent voir) au rang de paradigme.

21Nous avons choisi trois récits et trois regards de voyageurs du dernier tiers du XVIIIe siècle, et plus particulièrement de la seconde moitié des années 1780, afin de rendre plus homogène notre corpus documentaire. Il nous a paru utile par ailleurs de contraster des points de vue espagnols et étrangers. Ces observateurs se sont intéressés à la Catalogne avec sympathie, après en avoir lu des récits et des chroniques antérieurs à leurs voyages. Ils avaient établi tous les trois (ou ont mis à contribution dans leurs journaux de voyage) des réseaux locaux d’informateurs relativement étendus, qu’ils ont par ailleurs amplement utilisés comme relais durant leur séjour. Ils ont clairement exprimé leur intention de contraster l’image qu’ils avaient pu se former préalablement, par différents moyens, avec la réalité du constat sur place, avec l’expérience du regard et des sens – et ce n’est pas, loin de là, un fait insolite au XVIIIe siècle.

22L’échantillon choisi se compose de deux voyageurs espagnols (non catalans), choisis parmi les plus renommés des hommes des Lumières hispaniques ; tous les deux de fervents soutiens de la politique de réforme entreprise par les Bourbons en Espagne, en particulier par Charles III. Puis, d’un Britannique, très connu pour ses récits sur la France révolutionnaire et sur le monde rural et agraire français, mais qui s’est également intéressé à l’Irlande, à l’Italie septentrionale (en particulier à la Lombardie) et à la Catalogne espagnole.

  • 8 Le récit de ses déplacements en Catalogne a pris la forme d’un minutieux journal de voyage : Franci (...)

23D’abord donc, le juriste de Cuenca, Francisco de Zamora, qui est pour ainsi dire un « homme de Madrid » et un fonctionnaire de l’Etat bourbonien, qui réfléchit en termes d’« utilité » pour l’Espagne et de sécurité pour la monarchie, et qui effectue onze voyages en Catalogne entre 1785 et 1790, alors qu’il est chargé des affaires criminelles à l’Audience de Barcelone8. Il a élaboré à la fin de ses voyages un minutieux questionnaire (à être répondu localement) dans le but de composer une vaste Histoire de la Catalogne ; un projet qu’il n’a pas pu mettre en application, étant donné l’ampleur de la tâche mais aussi les difficultés espagnoles (et les siennes personnelles), entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

  • 9 Il a également effectué des voyages en Andalousie et en Afrique du Nord, spécialement sur l’enclave (...)

24Il avait souhaité que la Catalogne puisse servir d’exemple pour les autres « régions » espagnoles et que son ouvrage et sa démarche servent de modèle à d’autres entreprises historiennes et géographiques semblables, dans ces autres « régions » péninsulaires9.

25Ensuite, nous avons choisi le Valencien Antonio Ponz, un homme éclairé, cultivé et ouvert sur l’Europe et sa culture, porteur d’une connaissance encyclopédique – qu’il a d’abord acquise dans les universités espagnoles, avant de réaliser un séjour d’une décennie en Italie, principalement entre Rome et Naples. Ponz a été une personnalité clef dans les milieux culturels et artistiques de l’Etat bourbonien sous Charles III – qu’il a fermement soutenu. Il a aussi été membre de nombreuses académies et sociétés savantes espagnoles dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 10 Nous avons consulté l’édition de 1788 des deux volumes du Viage de España, en que se da noticia de (...)

26Après avoir fait, à la demande du procureur Rodríguez de Campomanes, l’inventaire andalou des biens artistiques des jésuites récemment expulsés, il a publié entre 1772 et 1793 ses 18 volumes du Voyage d’Espagne dont le but a été de faire l’inventaire artistique et culturel de l’Espagne de son époque, mais où il a également consigné son avis personnel ainsi que de nombreuses références sur la vie sociale, religieuse et économique espagnole, sur la situation des campagnes et sur le fonctionnement des institutions et des projets envisagés par la monarchie, notamment en matière d’irrigation. Deux volumes (XIII et XIV respectivement) sont consacrés à la Catalogne10, et ont été publiés déjà entre 1785 et 1788. Il exprime son avis sur l’évolution catalane récente, tout en soulignant les améliorations qu’il conviendrait d’introduire.

  • 11 Nous avons utilisé la traduction de 1860 faite par H. J. Lesage de ses voyages en Italie et en Espa (...)

27Finalement, le spécialiste agricole et agronome britannique Arthur Young, qui est aussi un personnage hors pair, un observateur exceptionnel et curieux et un publiciste des progrès techniques du Norfolk et des agronomes anglais – qui sont sa table de mesure pour évaluer et classer les espaces de l’Europe qu’il a visités (l’Irlande, l’Italie, la France, l’Espagne, ou même les autres régions de la Grande Bretagne insulaire). Il a fait une halte d’environ trois semaines, dans son long voyage en France, à partir du 10 juillet 1787, pour se rendre en Catalogne, afin de vérifier sur place tout le bien et tout le progrès imputés à cette « région » péninsulaire par des voyageurs et des chroniqueurs dont il avait eu le temps au préalable de réviser la littérature11.

  • 12 L’introduction aux Voyages d’Henri SÉe (1931) est toujours d’une grande utilité. Pour une approche (...)

28Si son récit se veut prudent et peut-être en même temps sévère, il n’est pas dépourvu de contradictions (parfois très flagrantes) et de moments d’admiration devant les progrès catalans, tel que nous le verrons. Rappelons également que l’ouvrage de Young sur ses trois Voyages en France (en 1787, en 1788 et en 1789-1790) a été pendant longtemps l’une des sources incontournables pour étudier le monde rural et l’état des campagnes françaises avant et durant la Révolution, même si son approche a été par la suite dépassée par l’historiographie ruraliste et révolutionnaire12.

Les regards croisés

  • 13 Nous savons que tout choix est restrictif. Mais nous allons essayer tout de même d’introduire d’aut (...)

29Après avoir examiné leurs récits de voyage à travers la Catalogne – une masse d’informations et de renseignements relativement compacte –, et afin de rendre plus intelligible la présentation des résultats, nous avons choisi cinq axes d’approche et de comparaison13. Ils dérivent naturellement, pour ainsi dire, de la manière dont ces trois observateurs et analystes ont eux-mêmes synthétisé leurs commentaires, leurs étonnements, leurs critiques et leurs conclusions.

30D’abord, les potentialités de l’espace et des ressources ; puis, la laboriosité des habitants ; ensuite, l’étendue des réseaux marchands ; puis, l’harmonie d’un monde rural tributaire d’un partage de la propriété ; finalement, les marques visibles de l’identité. Le récit d’Arthur Young nous introduira de plus dans la comparaison des conditions de vie – ou dans leurs manifestations extérieures –, en contrastant la situation catalane avec la britannique – et même avec la situation en France.

D’abord, l’espace et les ressources

  • 14 Même s’il explique que les terres fertiles de la Catalogne (les plaines basses et irriguées, là où (...)

31S’ils distinguent tous les trois (un peu moins Young, qui n’a pas eu le temps de le vérifier, durant son court voyage14) entre la Vieille Catalogne et la Catalogne nouvelle, entre la Catalogne montagneuse, parfois très aride, et la Catalogne fertile ou côtière, ils sont tous les trois admiratifs devant la beauté des espaces et les possibilités d’exploitation économique (et agricole, en premier lieu) offertes par le territoire. Ils font l’éloge des travaux d’irrigation, déjà effectués (et ceux qui sont encore en projet), entrepris par la monarchie ou par des particuliers.

  • 15 A. Ponz, op. cit., 13, p. 161, 175, 176.
  • 16 Ibid., 14, p. 92.

32Ponz vante en particulier la fertilité des terres autour de Tarragone et de Gérone, tout en reprenant à son compte les anciennes comparaisons qui parlaient de ces terres comme étant plus fertiles que celles de Pouilles ou de la Sicile15 ; même s’il avance déjà, tel que nous le verrons plus loin, son regret concernant la présence désormais presque exclusive de la vigne. Le Valencien vante aussi l’abondance des ressources en bois – lui qui est un partisan fervent de la plantation forestière et un érudit des variétés et des bienfaits de la plantation d’arbres –, et ceci malgré la « dévastation » (c’est le terme qu’il utilise) produite par les découpes massives effectuées – destinées aux constructions navales – sous Ferdinand VI16.

  • 17 Dans le plus pur style de compréhension du politique par les lumières hispaniques.
  • 18 F. de Zamora, op. cit. p. 66.
  • 19 P. F. Luna, art. cit., 2005, p. 95.

33Zamora – qui a eu plus de temps que les deux autres voyageurs pour faire son enquête –, dresse un véritable inventaire des richesses potentielles qui pourraient rapidement devenir productives, et critique les entraves « politiques », c’est-à-dire légales17, qui en empêchent la mise en exploitation18. L’inventaire systématique des ressources disponibles, afin d’en faire un rapport détaillé, adressé aux principales autorités de la monarchie, est en quelque sorte un souci et une tâche permanents, dans chacun de ses onze voyages19.

  • 20 A. Young, op. cit., p. 367, 407.
  • 21 Ibid., p. 359.
  • 22 Ibid., p. 364, 392, 403.

34Pour sa part, Young est plus nuancé, voire contradictoire, dans ses affirmations ; s’il peut reconnaître la beauté des parages, la fertilité des terres20, ou le bonheur de se trouver sous l’un des « plus beaux climats du monde »21, ou l’abondance des ressources inexploités (ou gaspillés), il considère que l’on a sans doute exagéré un peu, car il y aurait en vérité selon ses affirmations peu d’espaces exploitables. Il semble parfois préférer la France ou la Lombardie à la Catalogne ; même s’il a du mal à cacher son enthousiasme devant ce qu’il a vu, par exemple, à Martorell, à Barcelone ou sur les principales villes côtières22.

35Il est donc possible d’observer dans tous les cas, dans la diversité du récit de nos trois voyageurs observateurs – et même s’il y a des nuances sensibles –, une insistance sur les possibilités de la puissance économique en devenir de l’ensemble du territoire catalan. Pour eux, le progrès n’est pas seulement un constat de court terme mais un facteur dynamique qui est placé dans une perspective de moyenne durée.

Ensuite, la laboriosité des habitants

36C’est presque un lieu commun des voyageurs du XVIIIe siècle, en Espagne et en Catalogne, qu’ils s’appellent Caymo, Fisher, Townsend, Lipp, Laborde, Silhouette, Bourgoing ou Cadalso – et qu’ils aient ou pas visité effectivement la Catalogne : le dynamisme du travail, l’activité permanente, l’effort pour faire et pour produire, sans fatigue et sans répit, qu’ils pensent détecter chez les travailleurs catalans – ou chez les Catalans, tout court. Nos trois voyageurs de la seconde moitié des années 1780 ne font pas exception à la règle et semblent confirmer par la connaissance pratique in situ ce qu’ils ont déjà lu dans les récits ou ce qu’ils ont entendu dire auparavant. En tout cas, ils l’affirment avec clarté dans leurs journaux de voyage.

  • 23 Young semble frappé par la contradiction qu’il y aurait entre une pratique religieuse fervente (ave (...)
  • 24 Ibid., p. 359, 369, 392.
  • 25 Les seuls capitaux en Catalogne ne seraient que les bras des travailleurs de bonne volonté, écrit Y (...)
  • 26 Ibid., p. 395.

37Young n’est pas avare en expressions pour louer l’esprit de travail du peuple des campagnes, des villes et des ports, même le dimanche23 ou les jours de fête religieuse24, y compris des femmes. Même s’il le fait souvent pour rappeler les difficultés d’un terrain âpre et sévère, pour mettre en relief la quantité de travail effectué, au détriment de la qualité du travail bien fait – qui ferait défaut, selon lui –, ou pour insister sur l’une de ses remarques générales concernant la Catalogne – qu’il applique aussi parfois à la France – : le manque de capital25 et l’absence de véritables entrepreneurs26. Ce sont la grande entreprise, la grosse exploitation, la puissance visible, qui semblent représenter aux yeux du Britannique le gage du progrès certain – et sans doute massif ; même s’il a des mots d’une sympathie condescendante pour le dynamisme de petits exploitants.

  • 27 F. de Zamora, op. cit., p. 50, 56-57, 111, 264.

38Pour sa part, Zamora fait constamment l’éloge du dynamisme économique et commercial des Catalans, partout où il se rend27 ; leur génie pour mettre en activité des installations ou des engins productifs abandonnés ; leur reprise en main des métiers anciens ou des bâtiments anciens avec des buts productifs ; leur savoir faire pour combiner le travail agricole et la manufacture rurale ; etc.

  • 28 Ibid., p. 62-63, 68, 117.
  • 29 Ibid., p. 331-334.

39Il décrit en fait le fonctionnement d’une petite « république du travail », où chacun saurait ce qu’il devrait faire (et qu’il le ferait, sans trop se poser des questions), tout simplement, où il n’y aurait pas de pauvres ni de mendiants28. A ses yeux, Gérone serait un véritable paradis du travail productif et marchand, un exemple pour la Catalogne et pour toute l’Espagne ; mais c’est en fait tout l’Ampurdan qui serait formidable, y compris dans ses relations avec l’Amérique espagnole dont semblent dépendre de nombreuses villes et villages catalans29.

  • 30 Le Valencien s’arrête sur le mot « conquista » afin de comparer les efforts des paysans de Lérida p (...)
  • 31 A. Ponz, op. cit., 14, p.  206.

40On peut en dire autant de Ponz et, par exemple, de sa description des efforts accomplis, avec intelligence et acharnement, par les paysans de Lérida – contrairement à d’autres Espagnols, insiste Ponz – pour récupérer les eaux30, y compris en brusquant la nature, afin de les réutiliser pour la culture des terres31.

  • 32 Ibid., 14, p. 6.
  • 33 Ibid., 14, p. 44-46.
  • 34 Ibid., 14, p. 211.

41Il en est de même du dynamisme des Barcelonais pour sortir de leur ville et constituer des comptoirs et des colonies commerciales dans d’autres espaces du territoire espagnol, y compris lointains, en tant que relais humains et marchands32. Et de la prolifération des ateliers textiles dans toute leur variété (la « industria de las indianas ») ou d’autres manufactures (entre 600 000 et 700 000 paires de chaussures produites par an), un peu partout dans le Principat, et de leur florissant commerce américain33. Et plus généralement lorsqu’il qualifie la Catalogne d’être l’une « des provinces les plus travailleuses d’Europe », hormis le fait d’être l’une des plus peuplées, précise-t-il34.

  • 35 En se servant des chiffres et des indicateurs de mesure – volume de production, nombre de salariés, (...)

42En somme, l’application catalane au travail, qui semble être même magnifiée par nos trois voyageurs35, fait partie de l’image en construction qui se dégage de leur récit. Une application et un effort qui résistent parfaitement la comparaison, aussi bien sur le plan européen que sur le plan intérieur espagnol. Un fait différentiel qui se dégage dans le récit des trois voyageurs.

Puis, l’étendue des réseaux marchands

  • 36 En quelque sorte, un « libéralisme de marché intérieur », qui est souvent la forme prise par les id (...)
  • 37 F. de Zamora, op. cit., p. 323.

43Le dynamisme commercial interne et l’étendue des échanges ont également été mis en relief par nos trois observateurs, tout particulièrement par Zamora. Pour ce fonctionnaire de Madrid, qui est partisan de la liberté des échanges à l’intérieur du territoire espagnol36, la détection des réseaux marchands catalans locaux a été un travail minutieux et de longue haleine, tout en s’interrogeant sur la nature des débouchés à l’étranger, aussi bien en Europe que sur le continent américain. Mais il s’est également intéressé aux flux migratoires, y compris en Amérique, et à leurs conséquences sur le plan du travail et du commerce. Et il a même pu trouver que la contrebande, bien qu’illégale, avait parfois permis la création d’un embryon de réseau commercial qui est par la suite devenu créateur de production et de travail locaux37.

  • 38 Ibid., p. 60, 174.

44Les routes et les réseaux de communication, avec Barcelone comme axe et comme principal débouché de la production catalane, ont fait partie de ses centres d’intérêt et d’observation, tout en suggérant les améliorations qu’il fallait y introduire. La création de ports et leur aménagement pour des volumes plus importants d’échanges ; la récupération de voies fluviales tombées en désuétude ou dans « l’oubli »38.

  • 39 A. Ponz, op. cit., 13, p. 145, 175-176.
  • 40 Ibid., 13, p. 177.
  • 41 Ibid., 13, p. 158-159.

45Ponz s’est particulièrement intéressé aux réseaux catalans du commerce de vin et d’eau de vie, en particulier pour l’exportation vers l’Europe, ainsi qu’aux exportations des produits textiles vers l’Amérique espagnole39. Même s’il regrette que l’expansion de la culture de la vigne sur les meilleures terres ait représenté dans certains endroits la diminution (voire la disparition) d’autres cultures comme les céréales ou les oliviers. Ce qui, à son avis, est de nature à fragiliser l’agriculture – dépendante des exportations –, en particulier durant les périodes de guerre40. Mais il a également prêté attention aux travaux d’aménagement des canaux d’irrigation, y compris en tant que voies de communication, dans les environs de Tortosa, par exemple, pouvant faciliter la sortie des produits vers la Méditerranée41.

  • 42 A. Young, op. cit., p. 394.

46Pendant que Young, qui n’a pas vraiment eu le temps d’observer dans le détail et dans la durée les échanges commerciaux et les mécanismes pour les favoriser, s’est surtout interrogé sur les conditions adverses des moyens et des voies de communication, qu’il fallait améliorer et qui, à son avis, dans l’état où ils se trouvaient, ne pouvaient que renchérir le coût des marchandises échangées. Il a souligné l’abandon de certaines routes, d’un entretien incertain, qui a vraisemblablement empêché la circulation du commerce ; l’abandon des rivières, qui ne seraient par ailleurs navigables que pour des grossiers trains de bois. Avant de rappeler des principes d’ordre général sur le commerce intérieur, « véritable vie des nations » qui se trouverait réduit à néant. Des affirmations qu’il a du mal à concilier toutefois, dans son récit de voyageur, avec son étonnement simultané devant l’essor productif de la vigne, des céréales ou des oliviers qu’il perçoit en même temps42.

47En somme, une circulation interne de marchandises qui, probablement freinée ou ralentie par des réseaux de communication insuffisants (voire défaillants), traduit sans doute d’une certaine manière l’expansion progressive de l’activité économique catalane. Et réciproquement, sans doute.

Ensuite, un monde rural homogène

48C’est une des caractéristiques sur laquelle chacun des trois observateurs insiste, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. C’est-à-dire, le peuplement relativement harmonieux et structuré des campagnes, par une population relativement nombreuse, active, travailleuse et en visible augmentation.

  • 43 Selon Ponz, la population y est distribuée d’une façon exemplaire (au sens propre du terme, « como (...)
  • 44 Ibid., 14, p. 104-107.
  • 45 Ibid., 13, p. 157-159.

49Ponz évoque l’abondance de « caseríos », des hameaux et des villages peuplés, à peu près partout sur le territoire catalan, mais en particulier dans l’évêché de Gérone43. Une caractéristique qui se combine à la présence des propriétaires et des colons laboureurs possédant terres et maisons sur place, ce qui est selon lui le signe le plus favorable pour la culture des terres et l’exploitation avantageuse et moins coûteuse des sols. Tout cela se traduit par une production importante – et en augmentation soutenue – d’huile d’olive, d’écorce de liège, de vin, de céréales et d’autres biens alimentaires, hormis la présence visible des manufactures rurales44. Il fait la même description pour Tortosa, où il retrouve de plus une abondance d’arbres et de moulins hydrauliques45.

  • 46 Le propriétaire de la masia de La Barata à Matadepera, où Zamora séjournera à plusieurs reprises, e (...)

50Zamora, de son côté, décrit avec admiration la masia catalane, et vante en particulier, la place occupée par le « maître » et l’existence d’une vie seigneuriale exemplaire, protectrice, attentive, dans un monde rural apaisé46. Dans ce sens, il partage avec d’autres éclairés du XVIIIe siècle espagnol l’idée selon laquelle il y aurait une partie de la noblesse espagnole qui aurait su conserver une telle exemplarité de vie, faite d’austérité et de « droiture », qui lui permettrait d’imposer une autorité seigneuriale plutôt pacifique, voire exemplaire, fondée sur le respect qu’elle inspirerait sur ses propres « vassaux », et qui aurait conduit au maintien d’une certaine « paix sociale » dans les campagnes.

  • 47 F. de Zamora, op. cit., p. 41.

51Mais il proclame également son admiration devant la pratique emphytéotique, très répandue en Catalogne, car elle aurait, selon lui, favorisé l’établissement durable des paysans et des habitants, tout en peuplant le territoire d’une manière articulée et cohérente. Pour expliquer ses propos et justifier ses arguments, Zamora précise que l’emphytéote, titulaire du domaine utile des terres, peut à son tour se comporter et agir comme un véritable seigneur direct car il sent qu’il est devenu le véritable propriétaire des terres reçues sous contrat emphytéotique. Il peut alors améliorer celles-ci grâce à son travail car il sait que c’est bien lui-même qui en retirera le bénéfice immédiat et, le cas échéant, il pourrait même vendre ou céder son propre domaine utile47.

52A l’instar d’autres hommes éclairés de l’Espagne du XVIIIe siècle (Jovellanos, Olavide ou Romá, entre autres), Zamora pense que l’emphytéose est favorable au peuplement productif – en fixant sur place et dans la durée, les paysans possédants –, qu’elle encourage l’exploitation agricole, et qu’il faudrait étendre l’utilisation d’un tel contrat aux autres provinces espagnoles. Car il permet aussi d’associer l’élevage du bétail à la culture de la terre d’une manière cohérente, et d’assurer une évolution des campagnes sans la déprédation provoquée par la transhumance destructrice.

  • 48 A. Young, op. cit., p. 348, 350, 373.

53Pour sa part, Arthur Young, l’agronome britannique, fait un constat semblable, en particulier dans les campagnes de la vallée d’Aran (avec toutefois des nuances), à Gérone et à Barcelone ; mais sa perspective semble bien différente, lui qui n’aime pas les populations nombreuses. En fait, c’est un constat par la négative, car il s’étonne de ce que la Catalogne ait accompli des progrès matériels tangibles, que la production ait augmenté, que les routes, les constructions et les bâtiments se soient améliorés (tout en revenant alors sur des impressions antérieures, dans le même récit de voyage), et cela, précise-t-il, en dépit de la « division de la propriété » qui règne dans le pays48.

  • 49 Ibid., p. 350, 374.

54Le nombre important des habitants apparaît dans le récit de Young comme une conséquence et non pas comme un facteur de la « grande division de la propriété », et non pas non plus, insiste-t-il, comme un produit de l’expansion des manufactures, « dont on ne voit pas de trace ». Mais nous savons aussi que Young n’est pas à une contradiction près dans son récit de voyage. Par ailleurs, il impute aussi la croissance démographique à l’abondance des « pâturages et aux forêts des montagnes possédées par chacune des paroisses »49. Ce sont, bien évidemment – si on fait fi des contradictions inhérentes au récit –, deux condamnations implicites à la petite propriété et au nombre accru des communaux possédés et gérés par les paroisses.

  • 50 Ibid., p. 394.
  • 51 Ibid., p. 376, 398.
  • 52 Le progrès effectif, selon Young, ne pourrait être le fait que d’un grand seigneur « qui en compren (...)

55Le Britannique regrette que la campagne ait été « abandonnée aux paysans », aux petits propriétaires et aux petits laboureurs, ce qui est un « grand malheur » dont découlent tous les autres, spécialement l’abandon des routes et des rivières, des moyens de communication50. Il déclare aussi ne pas y avoir vu de véritable fermier ou de « grands seigneurs » qui soient des vrais hommes d’entreprise, qui agissent sur place et qui prennent en main ce travail de terrain que certains propriétaires, éloignés de la campagne, voudraient faire faire par d’autres. Les seigneurs du pays, affirme-t-il, « c’est à Madrid ou à Barcelone qu’ils ont fixé leur demeure »51. C’est, selon l’agronome britannique, l’un des « problèmes » de la Catalogne, tel que nous l’avons précisé auparavant52.

56Dans son témoignage contradictoire, Young, le critique des physiocrates mais qui comme eux est un défenseur de la concentration productive des terres, déplore en Catalogne l’existence d’« enclosures » trop permissives et pas assez strictes, car elles permettent dans les faits l’entrée du bétail d’autrui, sans doute pour la pratique de la vaine pâture et du parcours ; des comportements paysans qu’il regarde avec une grande méfiance. Sans le dire ouvertement pour la Catalogne (mais il le dit ouvertement pour la France), il observe d’un œil méfiant l’existence de terres communales et de pratiques paysannes collectives, qu’il soupçonne d’être un facteur retardataire du progrès – du moins, de l’idée qu’il s’en fait.

57Young pense aussi que le métayage est une pratique absurde et arriérée, typique des espaces agraires sans accumulation ; il la regarde aussi avec méfiance en Catalogne. Il explique que celui-ci est un pays où il faudrait davantage de capitaux (tel qu’il le souligne également pour la France), mais que cela ne pourrait venir que de l’action et de l’investissement des grands propriétaires, des grands fermiers, une espèce qu’il déclare – tel que nous l’avons vu plus haut –, ne pas avoir rencontrée en Catalogne ; où il n’aurait pas vraiment trouvé non plus quelque chose qui ressemblerait à une véritable maison de maître.

58Donc, sur un fond d’interprétations divergentes et d’analyses contradictoires, spécialement chez Young (un récit composé – rappelons-le toutefois – comme fruit de trois semaines de voyage), il apparaît toutefois la spécificité d’une campagne qui a des traits forts différents et spécifiques, si nous la comparons à d’autres espaces de la Péninsule ibérique, où peuvent alternativement régner ou le latifundium ou le minifundium, de même qu’une plus grande rigidité dans les relations sociales.

Finalement, l’identité spatiale et culturelle catalane

59Elle ne pose pas de problème dans aucun des trois récits examinés, et l’on a parfois l’impression qu’elle est tout simplement évidente, que l’existence d’une Catalogne – espace territorial et culturel – fait partie des données de départ. Tout en s’intégrant, pour ainsi dire naturellement, à l’intérieur de l’espace espagnol, sans que sa particularité soit de nature à être examinée autrement que sur le registre de l’exemplarité pour les autres « régions » espagnoles.

  • 53 Young explique que « le peuple est surchargé d’impôts et le port des armes est encore prohibé à tou (...)

60Young est surtout un observateur de la production, des ressources naturelles, du paysage, et hormis une rapide référence à l’« infidélité catalane » du début du XVIIIe siècle – durant la guerre de succession –, à la vigueur de l’activité productive et commerciale pour faire face aux « rigueurs de la cour » à son encontre, et à la nature trop sévère et déplorable des punitions infligées par la nouvelle dynastie53, on ne trouve pas d’autre précision sur le fait différentiel catalan.

61Ponz et Zamora, de leur côté, ont une grande curiosité et avidité pour les choses catalanes, les pièces et les œuvres artistiques et religieuses, les monuments, les traces du passé médiéval catalan. Zamora est un amoureux des proverbes et des tournures du catalan, qu’il note minutieusement et dont il recherche l’origine. Il invoque ouvertement, plus que nos deux autres observateurs, l’existence d’une identité linguistique et d’un « même esprit » chez ses habitants.

  • 54 F. de Zamora, ibid., p. 297.
  • 55 Nous avons déjà examiné les frontières linguistiques et culturelles, tel que Zamora les présente, à (...)

62Mais il n’y a nulle trace d’une volonté de remplacer le catalan – un fait linguistique apparemment massif –, par le castillan, ou de vouloir diminuer son importance. Bien au contraire, Zamora utilise volontiers des termes catalans pour désigner des produits locaux ou pour parler des pratiques et des habitudes régionales, avec une sympathie certaine pour le terme et pour l’objet désigné54. En revanche, le français, qui s’implante dans les zones frontalières du royaume au détriment du castillan, est vu avec méfiance par Zamora, tout comme le révolutionnaire français ou le contrebandier français55.

  • 56 Zamora aime discuter avec les gens qu’il rencontre, lesquels viennent lui exposer les problèmes et (...)
  • 57 F. de Zamora, op. cit., p. 192, 195.
  • 58 Ibid., p. 77.

63Lorsqu’il préconise l’enseignement des langues, ou qu’il s’entretient de cela avec ses interlocuteurs locaux56, il est très souvent question d’apprentissage et de maîtrise de la langue catalane, et d’instruction et d’éducation57. Mais dans son esprit, et tout en suivant les traces d’autres personnages éclairés du XVIIIe siècle espagnol, l’éducation a clairement comme but le travail et l’occupation productive et utile ; dans ce sens, et en particulier pour les jeunes filles, la maison peut être aussi une « bonne école »58.

  • 59 Dans un vocabulaire passablement défensif, Ponz dénonce la « haine des écrivains étrangers contre n (...)
  • 60 Ibid., 14, p. 6.

64Dans un jeu simultané d’identification et de réaction défensive, le Valencien Ponz est même capable d’éprouver une certaine fierté pour la Catalogne espagnole et son dynamisme. Ce qui démentiraient clairement, explique-t-il, les affirmations des « écrivains étrangers »59 qui imputent aux Espagnols la paresse, le manque d’intérêt pour le travail, l’indolence et d’autres « grâces » dont ils « nous » affublent60 ; un « nous » parfaitement inclusif. Il est clair pour le Valencien que la Catalogne c’est bien l’Espagne.

65Ainsi donc, pour nos trois observateurs, il est possible de dire que la Catalogne apparaît clairement comme une « région » identifiable – même si le terme peut paraître anachronique –, sans que cela soit de nature à poser problème, pas plus du point linguistique que culturel, pas plus du point de vue économique que démographique, à l’intérieur du cadre espagnol où elle se situe pour ainsi dire naturellement.

Note finale

66L’exercice comparatiste auquel nous nous sommes livrés, situé – rappelons-le – dans la seconde moitié des années 1780, et qui nous a permis de mettre en parallèle les récits et les observations de trois personnalités choisies, a donné un certain nombre de résultats, mettant en lumière les caractéristiques de l’ensemble spatial et humain catalan. Nous pouvons les évoquer d’une manière synthétique.

67Une puissance économique « régionale » en devenir, qui fait progressivement ses preuves, dans la durée et qui s’appuie aussi sur des atouts anciens. Une population grandissante et appliquée au travail, qui montre un dynamisme visible dans l’espace catalan et sur le reste du territoire espagnol. Une vitalité marchande, qui rétro-alimente l’esprit productif et qui tisse progressivement les mailles d’un réseau étendu, y compris du point de vue sociologique. Une campagne vraisemblablement bien dotée en ressources, qui accueille une agriculture et une société rurale qui semblent relativement équilibrées, surtout si on la compare à d’autres campagnes espagnoles. Un espace relativement différent, spécifique – avec une langue et une originalité culturelle – qui, sans grande difficulté, selon les témoignages, appartient à la même réalité espagnole.

68Il s’agit d’une image positive qui se consolide à l’intérieur de l’Espagne de l’époque – il n’est pas anodin de le rappeler. Sans doute sommes-nous encore, dans ce dernier tiers du XVIIIe siècle, dans l’élan de la récupération relative, économique et démographique, entamée sous l’administration bourbonienne.

69Dans les décennies à venir – alors que l’ensemble espagnol s’apprête à rencontrer des difficultés singulières –, ces repères catalans alimenteront, tout autant de l’extérieur que de l’intérieur, l’image d’une Catalogne qui s’affirmera différente et qui déploiera une vocation autonome. A l’intérieur, chez les Catalans eux-mêmes, il y aura, entre les renaissances, les catalanismes, voire les républicanismes, de la place pour des projets nationaux ou des nationalismes politiques de différente nature sociologique. Les uns donneront priorité à certains paradigmes, au détriment des autres, selon les groupes et les classes de la société. Mais c’est déjà une autre histoire et nous n’avons pas ici ni le temps ni les instruments pour nous arrêter sur ces questions.

70Qu’il nous soit permis en revanche de mettre l’accent sur la particularité qui se dégage, dans le moyen terme, des signes distinctifs du monde rural catalan, tel que nous les voyons déjà en place, dès la fin du XVIIIe siècle. Ils marquent assurément une nette distance d’avec le monde castillan, et il est certain que ces écarts tendront à se dessiner encore plus nettement et à s’accentuer tout au long du XIXe siècle, et plus tard encore, tout en fixant la singularité de l’espace rural catalan dans l’ensemble espagnol. Ces paradigmes de la fin du XVIIIe siècle peuvent être clairement mis en relief.

71D’abord, la certitude d’une histoire agraire différente, avec des jalons historiques différents, avec des compromis différents établis entre ses protagonistes collectifs, mais aussi avec des pratiques différentes à propos de la tenure de la terre. Ce qui a débouché, dans les faits, sur un droit de possession différent qui, loin de rendre absolu le domaine direct et la propriété totale des terres, semble ouvrir la voie au dédoublement de la possession et à la division de la propriété. Nous sommes alors dans une configuration spéciale, devant une articulation particulière entre la pratique sociale et la sanction juridique. Si de ce point de vue, la Catalogne se rapproche des Asturies, de la Galice ou des provinces basques, elle s’éloigne visiblement de la Castille et des espaces sous son contrôle.

72Ensuite, une structure agraire (et sociale) en concordance avec ce qui vient d’être précisé, qui, dans le moyen terme, admet la présence étendue de la petite et de la moyenne possessions emphytéotiques, qui change le visage de la société rurale, tout en donnant l’image d’un monde plus équilibré et apaisé – quoique toujours conflictuel et inégalitaire –, avec en définitive un rapport de forces plus favorable au monde des paysans et des laboureurs, dans une Espagne où, par ailleurs, ce qui prévaut est, clairement, le rapport des forces favorable aux latifundia et aux possédants absolus.

73Mais aussi, enfin, un monde rural laborieux, actif, stimulant, ouvert à la promotion sociale, à la récompense et au mérite, aux valeurs de la bourgeoisie qui s’affirme, mais surtout un monde où, pour reprendre la formule de Jovellanos – dont on a célébré en 2011 le bicentenaire de la mort –, il n’y aurait pas eu de rupture entre la propriété et le travail agricole, ce qui a été à son avis l’un des fléaux qui a paralysé l’évolution des campagnes dans le reste de l’Espagne.

Haut de page

Bibliographie

Alvar, Alfredo et al, La economía en la España moderna, Madrid : Istmo, 2006, 639 p.

Bolufer, Mónica, « Civilización, costumbres y política en la literatura de viajes a España en el siglo XVIII », Estudis, 29, 2003, p. 255-300.

Boixareu, Ramon, « Introducció », in : Zamora de, Francisco, Diario de los viajes hechos en Cataluña, Barcelone : Curial Edicions Catalanes, 1973, p. 5-25.

Capel, Horacio, « Geografía y arte apodémica en el siglo de los viajes », Geo-Crítica, 9 (56), 1985, 42 p. [article en ligne] : http://www.ub.edu/geocrit/geo56.htm

Codina, Jaume, MoránJosep et Renom, Mercè (intr.), El Baix Llobregat el 1789 : Respostes al qüestionari de Francisco de Zamora, Barcelone, Curial, 1992, 329 p.

Délumeau, Jean, A la recherche du paradis, Paris : Fayard, 2010, 391 p.

Dilas-Rocherieux, Yolène, L'utopie ou la mémoire du futur, de Thomas More à Lénine, Paris : Robert Laffont, 2000, 407 p.

Domínguez Ortiz, Antonio, Sociedad y Estado en el siglo XVIII español, Barcelone : Ariel, 1976, 532 p.

Font i Garolera, Jaume, Llobet, Salvador, «El valor geografic dels viatges de Francisco de Zamora per Catalunya», Revista de Geografia, 22, Barcelone, 1988, p. 31-49.

Frank, Ana I., El ‘Viage de España’ de Antonio Ponz. Espíritu ilustrado y aspectos de la Modernidad, Frankfort : Peter Lang, 1997, 261 p.

García Mercadal, José, Viajes de extranjeros por España y Portugal, Madrid : Aguilar, 1952-1962, 3 t.

Gómez de la Serna, Gaspar, Los viajeros de la Ilustración, Madrid : Alianza, 1974, 183 p.

Guerrero, Ana, Viajeros Británicos en la España del siglo XVIII, Madrid : Aguilar, 1990, 487 p.

Helman, Edith, « Viajes de españoles por la España del siglo XVIII », Nueva Revista de Filología Hispánica, 7 (3-4), 1953, p. 618-629.

Herr, Richard, España y la Revolución del Siglo XVIII, Madrid : Aguilar, 1988, 417 p.

Jones, Peter, « Agronomie et agriculture : histoires parallèles ? », Agronomie, environnement et sociétés, 0, 2011, p. 3-8.

Llobet, Salvador, « Los viajes de Francisco de Zamora en Cataluña y la geografía económica del Principado », Revista de Geografía, 4, 1970, p. 81-91.

Lapouge, Gilles, Utopie et civilisations, Paris : Librairie Weber, 1973, 267 p.

López Cordón, María V., Realidad e imagen de Europa en la España Ilustrada, Ségovie : Patronazgo del Alcázar de Segovia, 1992, 66 p.

Luna, Pablo F., « Sociedad, reforma y propiedad. El liberalismo de Manuel Abad y Queipo, fines del s. XVIII », Secuencia, 52, 2002, p. 152-179.

Luna, Pablo F., « Le territoire et l’espace de la nation, ou l’Espagne de Francisco de Zamora », in : Hommage à Carlos Serrano, Paris, Editions Hispaniques, 1, 2005, p. 91-105.

Luna, Pablo F., La Reforma de la sociedad y la defensa de los derechos del propietario, según G.M. de Jovellanos, a finales del Antiguo Régimen, Oviedo : RIDEA, 2006, 90 p.

Luna, Pablo F., « Los proyectos de reforma de la posesión y propiedad de la tierra », in : Astigarraga, Jesús et al., Ilustración, ilustraciones, Donostia (San Sebastián) : Real Sociedad Bascongada de los Amigos del País, 2, 2009, p. 547-560.

Luna, Pablo F., « El papel del trabajo en la reflexión de Gaspar Melchor de Jovellanos » in FernÁndez Sarasola, Ignacio et al (éds.), Jovellanos, el valor de la razón (1811-2011), Gijón : Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII, 2011, p. 497-512.

Maciá, Mateo, « Corrientes documentales del siglo XVIII : El ‘Viage de España’, de Antonio Ponz », Documentación de las Ciencias de la Información, 13, 1990, p. 149-182.

Maczak, Antoni, Viajes y Viajeros en la Europa Moderna, Barcelone : Omega, 1996, 500 p.

Magasich-Airola, Jorge, Beer Jean-Marc de, America Magica : Quand l’Europe de la Renaissance croyait conquérir le Paradis, Paris : Autrement, 1994, 255 p.

Marcos Martín, Alberto, España en los siglos XVI, XVII y XVIII, Barcelone : Crítica, Caja Duero, 2000, 751 p.

Ponz, Antonio, Viage de España, en que se da noticia de las cosas más apreciables y dignas de saberse, que hay en ella, 13, Madrid : Ibarra, 1788, lxxxvi-200 p.

Ponz, Antonio, Viage de España, en que se da noticia de las cosas más apreciables y dignas de saberse, que hay en ella, 14, Madrid : Ibarra, 1788, xvi-240 p.

Puente de la, Joaquín, La visión de la realidad española en los viajes de Don Antonio Ponz, Madrid : Moneda y Crédito, 1968, 318 p.

Ramos-Gorostiza, José Luis, « La percepción del cambio socioeconómico a finales del siglo XVIII : viajeros ilustrados españoles en Inglaterra », Revista de Historia Industrial, 19 (44), 2010, p. 39-67.

Ramos-Gorostiza, José Luis, « La economía en el Viaje de España de Antonio Ponz : contexto de ideas y contraste con la mirada extranjera », VII Encuentro Ibérico de Historia del Pensamiento Económico, 1-3 diciembre 2011, Zaragoza, 2011, 24 p. [article consultable en ligne] : http://aihpezaragoza2011.files.wordpress.com/2011/11/ramos-gorostiza.pdf

Sarrailh, Jean, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris : Klincksieck, 1954, vi-779 p.

Sée, Henri, « Introduction » (1931), in : Young, Arthur, Voyages en France, Paris : Tallandier, 2009, p. 1-62.

Serra i Coma, Roser, Ferrer i Alos, Llorenç, « Un qüestionari de Francisco de Zamora (1789) », Estudis d’Historia Agraria, 5, Barcelona, 1985, p. 159-207.

Servier, Jean, Histoire de l’utopie, Paris : Gallimard, 1967, 378 p.

Townsend, Joseph, Viaje por España en la época de Carlos III (1786-1787) (1re éd. 1791), Madrid : Turner, 1988, 454 p.

Vilar, Pierre, Iniciación al vocabulario del análisis histórico, Barcelona : Crítica, 1982, 315 p.

Vilar, Pierre, Cataluña en la España moderna, Barcelona : Crítica, 1987-1988, 3 t.

Vilar, Pierre, Pensar históricamente. Reflexiones y recuerdos, Barcelona : Crítica, 1997, 240 p.

Young, Arthur, Voyages en Italie et en Espagne pendant les années 1787 et 1789, Paris : Guillaumin, 1860, vii-424 p.

Young, Arthur, Voyages en France (1re éd. 1931), Paris : Tallandier, 2009, 490 p.

Zamora, Francisco de, Diario de los viajes hechos en Cataluña, Barcelone : Curial Edicions Catalanes, 1973, 510 p.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons la formule forgée par Pierre Vilar, qu’il a souvent employée pour ce genre d’approche et qui est amplement discutée et présentée dans son ouvrage Pensar históricamente, Barcelone : Crítica, 1997.

2 La bibliographie sur les mondes idylliques ou paradisiaques et sur les utopies laïques ou religieuses est très importante et nous ne pouvons pas l’évoquer ici. Voir, entre autres, Jean Servier, Histoire de l’utopie, Paris : Gallimard, 1967 ; Gilles Lapouge, Utopie et civilisations, Paris : Librairie Weber, 1973 ; Yolène Dilas-Rocherieux, L’utopie ou la mémoire du futur, de Thomas More à Lénine, Paris : Robert Laffont, 2000, ainsi que le dossier Regards sur l’utopie, formé et publié par la revue Europe, en mai 2011. Sur la notion d’utopie et sur la quête d’un monde idéal en Occident, il est également possible de consulter le dossier chronologique et thématique élaboré et publié par la Bibliothèque Nationale de France (http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm). Pour resituer la recherche asiatique, africaine ou américaine du paradis et du monde idéal, voir, entre autres, Jean Delumeau, A la recherche du paradis, Paris : Fayard, 2010.

3 Pour observer l’itinéraire et la chronologie de recherche des conquistadores européens du XVIe siècle sur le continent américain, entre le paradis biblique et les légendes de la fin du Moyen Age, voir Jorge Magasich-Airola, Jean-Marc de Beer, America Magica : Quand l’Europe de la Renaissance croyait conquérir le Paradis, Paris, Autrement, 1994.

4 La question a été examinée en particulier pour la littérature produite par les voyageurs britanniques en Espagne (leur Grand tour). Voir Mónica Bolufer, « Civilización, costumbres y política en la literatura de viajes a España en el siglo XVIII », Estudis, 29, Valencia, 2003, p. 255-300. Voir aussi, Antoni Maczak, Viajes y Viajeros en la Europa Moderna, Barcelone : Omega, 1996, María V. López Cordón, Realidad e imagen de Europa en la España Ilustrada, Ségovie : Patronazgo del Alcázar de Segovia, 1992, qui évoque le rôle des penseurs éclairés français pour dresser une image plutôt négative ou sinistre de l’Espagne du XVIIIe siècle ; Horacio Capel, « Geografía y arte apodémica en el siglo de los viajes », Geo-Crítica, 9 (56), 1985, [article en ligne] ; Gaspar Gómez de la Serna, Los viajeros de la Ilustración, Madrid, Alianza, 1974.

5 Le recueil de José García Mercadal, Viajes de extranjeros por España y Portugal, Madrid : Aguilar, 1952-1962, 3 t. est toujours une source incontournable, même si les originaux des récits (et les versions complètes et critiques) sont de plus en plus abondantes.

6 Edith Helman dit adroitement que le voyage des Espagnols eux-mêmes à travers leur propre pays est un fait encore « más notable », plus significatif, que l’engouement espagnol qui semble caractériser les voyageurs étrangers. Voir Edith Helman, « Viajes de españoles por la España del siglo XVIII », Nueva Revista de Filología Hispánica, 7 (3-4), Mexico, 1953.Et ceci, sans parler des missions espagnoles en Amérique (qui faisait partie de l’Espagne elle-même) ou dans le reste du monde. Voir également G. Gómez de la Serna, op. cit., 1974.

7 Hormis ses propositions réformatrices et sa lucidité sur les problèmes de l’Espagne de son époque, Jovellanos a été un grand voyageur, en particulier sur toute l’Espagne septentrionale. A propos de la dimension utopique de la réflexion de Jovellanos et de son « utopie asturienne », voir Pablo F. Luna, La Reforma de la sociedad y la defensa de los derechos del propietario, según G.M. de Jovellanos, a finales del Antiguo Régimen, Oviedo : RIDEA, 2006, p. 42-44 et « El papel del trabajo en la reflexión de Gaspar Melchor de Jovellanos » in : FernÁndez Sarasola, Ignacio et al (éd.), Jovellanos, el valor de la razón (1811-2011), Gijón : Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII, 2011, p. 502.

8 Le récit de ses déplacements en Catalogne a pris la forme d’un minutieux journal de voyage : Francisco de Zamora, Diario de los viajes hechos en Cataluña, Barcelone : Curial Edicions Catalanes, 1973. Voir également l’introduction critique de l’édition, effectuée par Ramón Boixareu. Nous avons analysé le journal de Zamora en termes de territoire et d’intégration économique ; voir P. F. Luna, « Le territoire et l’espace de la nation, ou l’Espagne de Francisco de Zamora », in : Hommage à Carlos Serrano, Paris : Editions Hispaniques, 1, 2005, p. 91-105. Voir aussi le travail de Salvador Llobet, « Los viajes de Francisco de Zamora en Cataluña y la geografía económica del Principado », Revista de Geografía, 4, 1970, p. 81-91 sur la connaissance géographique de Zamora.

9 Il a également effectué des voyages en Andalousie et en Afrique du Nord, spécialement sur l’enclave espagnol de Ceuta, de l’autre côté du Détroit de Gibraltar, tout en composant des journaux de voyage. La fin de Zamora est cependant tragique et humiliante, voir Boixareu, op. cit., p. 14-15. D’abord, parce qu’il est accusé par des parents proches d’avoir détourné à son profit un héritage familial, mais surtout parce qu’il est inculpé d’avoir utilisé sa fonction de membre du Conseil de Castille pour son enrichissement personnel. Ce qui lui vaut sa révocation, en 1799, et son exil obligatoire à Pampelune, d’où il partira plus tard pour rejoindre son village de naissance, Villanueva de la Jara (au sud de Cuenca). A quoi on peut ajouter toute une série de dénonciations pour détournement de manuscrits, soustraits aux archives locales, pendant ses séjours d’enquête ; des pièces qu’il aurait vendues par la suite pour s’enrichir personnellement. Zamora meurt en 1812, à Villanueva de la Jara, après avoir subi également la persécution des occupants français. Voir P. F. Luna, art. cit., 2005, p. 104.

10 Nous avons consulté l’édition de 1788 des deux volumes du Viage de España, en que se da noticia de las cosas más apreciables y dignas de saberse, que hay en ella, 13-14, Madrid : Ibarra, 1788. Pour une approche générale du contexte de l’œuvre de Ponz, voir Ana I., Frank, El ‘Viage de España’ de Antonio Ponz. Espíritu ilustrado y aspectos de la Modernidad, Frankfurt : Peter Lang, 1997 ; Mateo Maciá, « Corrientes documentales del siglo XVIII : El ‘Viage de España’, de Antonio Ponz », Documentación de las Ciencias de la Información, 13, 1990, p. 149-182. Pour une étude de la façon dont l’auteur a pris en compte la réalité sociale et économique espagnole de son époque, voir José Luis Ramos-Gorostiza, « La economía en el Viaje de España de Antonio Ponz : contexto de ideas y contraste con la mirada extranjera », VII Encuentro Ibérico de Historia del Pensamiento Económico, 1-3 diciembre 2011, 2011, [article consultable en ligne] : http://aihpezaragoza2011.files.wordpress.com/2011/11/ramos-gorostiza.pdf et Joaquín, de la Puente, La visión de la realidad española en los viajes de Don Antonio Ponz, Madrid : Moneda y Crédito, 1968.

11 Nous avons utilisé la traduction de 1860 faite par H. J. Lesage de ses voyages en Italie et en Espagne : Arthur Young, Voyages en Italie et en Espagne pendant les années 1787 et 1789, Paris : Guillaumin, 1860.

12 L’introduction aux Voyages d’Henri SÉe (1931) est toujours d’une grande utilité. Pour une approche comparée des « agronomies » française et britannique, et sur le rôle joué par Young pour propulser la « science de l’agriculture », voir Peter Jones, « Agronomie et agriculture : histoires parallèles ? », Agronomie, environnement et sociétés, 0,  2011, p. 3-8. Nous utilisons l’édition des Voyages publiée en 2009.

13 Nous savons que tout choix est restrictif. Mais nous allons essayer tout de même d’introduire d’autres aspects de leur récit, que ce classement laisse nécessairement de côté.

14 Même s’il explique que les terres fertiles de la Catalogne (les plaines basses et irriguées, là où il y a eu des améliorations) ne représentent que « un huitième » de sa surface totale, « le reste étant couvert des montagnes ». A. Young, op. cit., p. 362.

15 A. Ponz, op. cit., 13, p. 161, 175, 176.

16 Ibid., 14, p. 92.

17 Dans le plus pur style de compréhension du politique par les lumières hispaniques.

18 F. de Zamora, op. cit. p. 66.

19 P. F. Luna, art. cit., 2005, p. 95.

20 A. Young, op. cit., p. 367, 407.

21 Ibid., p. 359.

22 Ibid., p. 364, 392, 403.

23 Young semble frappé par la contradiction qu’il y aurait entre une pratique religieuse fervente (avec des églises « pleines de muletiers ») et la multitude d’hommes qui, juste après la messe, ressortent du temple « la faucille à la main, comme aux jours ordinaires », afin de poursuivre leur travail. Mais il est aussi curieux d’observer qu’il impute une telle situation à la tolérance qui caractériserait les prêtres catalans qui accorderaient une telle dispense ; un fait auquel, précise-t-il, « je ne me serais pas attendu ». A. Young, op. cit., p 359.

24 Ibid., p. 359, 369, 392.

25 Les seuls capitaux en Catalogne ne seraient que les bras des travailleurs de bonne volonté, écrit Young, « secourus, peut-être aussi, par quelques petites épargnes amassées en vue des communaux à acheter ». A. Young, op. cit., p. 395.

26 Ibid., p. 395.

27 F. de Zamora, op. cit., p. 50, 56-57, 111, 264.

28 Ibid., p. 62-63, 68, 117.

29 Ibid., p. 331-334.

30 Le Valencien s’arrête sur le mot « conquista » afin de comparer les efforts des paysans de Lérida pour l’eau et la récupération des espaces pour l’agriculture – une conquête pacifique, précise-t-il, fondée sur le travail –, aux opérations militaires de la couronne pour conserver ou gagner par la guerre des territoires arides, lointains, sans population et somme toute inutiles. Voir A. Ponz, op. cit., 14, p. 207-208.

31 A. Ponz, op. cit., 14, p.  206.

32 Ibid., 14, p. 6.

33 Ibid., 14, p. 44-46.

34 Ibid., 14, p. 211.

35 En se servant des chiffres et des indicateurs de mesure – volume de production, nombre de salariés, progression du nombre des ateliers, etc. –, ils apportent des données quantifiées pour justifier et prouver leur propos.

36 En quelque sorte, un « libéralisme de marché intérieur », qui est souvent la forme prise par les idées libérales chez un nombre important de penseurs éclairés espagnols et hispano-américains du XVIIIe siècle. Voir P. F. Luna, « Sociedad, reforma y propiedad. El liberalismo de Manuel Abad y Queipo, fines del s. XVIII », Secuencia, 52, 2002, p. 152-179.

37 F. de Zamora, op. cit., p. 323.

38 Ibid., p. 60, 174.

39 A. Ponz, op. cit., 13, p. 145, 175-176.

40 Ibid., 13, p. 177.

41 Ibid., 13, p. 158-159.

42 A. Young, op. cit., p. 394.

43 Selon Ponz, la population y est distribuée d’une façon exemplaire (au sens propre du terme, « como debía ser en todas partes ») car il y a, hormis les villes et les villages, tout un chapelet de hameaux et de lieux d’établissement, harmonieusement configurés, y compris sur les espaces montagneux. Voir A. Ponz, op. cit., 14, p. 105). Il en est de même de sa description de l’espace rural situé entre Cervera et Barcelone : « ojalá estuviera así toda España », ce serait alors le plus parfait des peuplements, souligne-t-il. Voir A. Ponz, op. cit., 14, p. 136.

44 Ibid., 14, p. 104-107.

45 Ibid., 13, p. 157-159.

46 Le propriétaire de la masia de La Barata à Matadepera, où Zamora séjournera à plusieurs reprises, est un « vrai maître », dit Zamora, car il possède et il produit – sans qu’il y ait de rupture entre la propriété et le travail, aurait pu ajouter Jovellanos –, en même temps qu’il se satisfait de la vie solitaire. Voir F. de Zamora, op. cit., p. 81. Il s’occupe de la conservation des bois et des pâturages indispensables pour l’élevage. La masia, qui se situe au centre de l’hacienda et qui est généralement une ancienne demeure, dispose de tous les instruments agricoles et artisanaux nécessaires. Voir F. de Zamora, op. cit., p. 40-41.

47 F. de Zamora, op. cit., p. 41.

48 A. Young, op. cit., p. 348, 350, 373.

49 Ibid., p. 350, 374.

50 Ibid., p. 394.

51 Ibid., p. 376, 398.

52 Le progrès effectif, selon Young, ne pourrait être le fait que d’un grand seigneur « qui en comprendrait bien la portée, résiderait sur ses terres et se sentirait disposé à payer de ses revenus autre chose que les plaisirs et les raffinements de la capitale ». Voir A. Young, op. cit., p. 408.

53 Young explique que « le peuple est surchargé d’impôts et le port des armes est encore prohibé à tous les Catalans, de sorte qu’un noble ne peut avoir l’épée, sauf une grâce spéciale ou une obligation d’emploi », tout en précisant toutefois qu’il ne fait que répéter ce qu’on lui a dit. A. Young, ibid., p. 366.

54 F. de Zamora, ibid., p. 297.

55 Nous avons déjà examiné les frontières linguistiques et culturelles, tel que Zamora les présente, à la suite de ses voyages. Voir P. F. Luna, art. cit., 2005 p. 100-101.

56 Zamora aime discuter avec les gens qu’il rencontre, lesquels viennent lui exposer les problèmes et les besoins des villages concernés. Voir F. de Zamora, op. cit., p. 155, ce qui lui permet aussi de tisser et de renforcer son propre réseau de collaborateurs et d’informateurs, au service des organes de sécurité de la monarchie.

57 F. de Zamora, op. cit., p. 192, 195.

58 Ibid., p. 77.

59 Dans un vocabulaire passablement défensif, Ponz dénonce la « haine des écrivains étrangers contre notre nation », tels que le « Vagabond italien », l’ecclésiastique Norberto Caymo, ou J. M. J. Fleuriot (Figaro, qui avait écrit son Voyage sans avoir jamais mis les pieds en Espagne), tout en convoquant les « écrivains nationaux » (« va llegando el tiempo ») pour démentir et corriger de tels propos. Voir A. Ponz, op. cit., 14, p. 160-161.

60 Ibid., 14, p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo F. Luna, « La Catalogne de Ponz, de Young et de Zamora : l’utopie agropastorale et du travail, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21936 ; DOI : 10.4000/e-spania.21936

Haut de page

Auteur

Pablo F. Luna

Université Paris Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org